Version classiqueVersion mobile

Cultures temporaires et féodalité

 | 
Roland Viader
, 
Christine Rendu

Le pan de monte1

La culture des montagnes communales en Galice (xviie-xxe siècle)

Pegerto Saavedra

Texte intégral

Ce travail a été réalisé dans le cadre du programme de recherche HAR2009-13304, financé par la Secretaría de Estado de Investigación, Desarrollo e Innovación del Ministerio de Economía y Competitividad. L’auteur remercie Christine Rendu, Roland Viader et Juan José Larrea qui lui ont offert de participer pour la troisième fois aux Journées de Flaran, et Mireille Mousnier pour son accueil si chaleureux. Il remercie également Roland Viader pour sa minutieuse traduction.

  • 1 Le pan de monte désigne le seigle obtenu sur les terres cultivées après écobuage.
  • 2 « …/Le seigle/Atteint sa gloire dans les âpres essarts des buttes dorées » ; R. Otero Pedrayo, Xeór (...)

«… ten súa groria, No casto ourilecer das estivadas.»
Ramón Otero Pedrayo, c. 19462

1L’histoire des campagnes galiciennes ne peut se penser sans une claire compréhension de ce qu’était le monte, tout à la fois réalité physique, territoire, ressource et droit. La notion est cruciale, recouvre des faits complexes et n’est pas toujours aisée à cerner. Dans les différentes langues de la péninsule, le mot peut comme en latin désigner la montagne de façon générale, mais par glissements et antinomies successives, il peut également désigner toute sorte de reliefs et d’escarpements par opposition aux plaines et aux vallées, ou indiquer les bois, les landes et les friches d’un terroir par opposition aux champs cultivés, aux jardins et aux centres d’habitation, ou bien encore suggérer les communaux et les terrains ouverts par opposition aux possessions privées et encloses. S’il correspond assez bien à la notion d’outfield, il est en revanche intraduisible en français.

2Encore faut-il ajouter, dans le cas galicien en particulier, que les nuances et les variétés sont si nombreuses que les différents sens du mot semblent se chevaucher comme à loisir, se recombiner et se contredire en apparence. Ainsi, les montes sont-ils des lieux d’incultes qui peuvent être cultivés, des espaces communaux qui peuvent être appropriés, des terres ouvertes qui peuvent être encloses. Pour saisir le rôle des cultures temporaires dans une telle société, c’est donc bien du côté des montes qu’il faut se tourner. Mais pour comprendre le monte, c’est toute la logique de chacun des systèmes agraires qu’il faut pouvoir prendre en compte. Et c’est par quoi nous voudrions commencer ici.

Les différences régionales des systèmes agraires

  • 3 C. Lisón Tolosana, « Presentación », J.A. Fernández de Rota, Antropología de un viejo paisaje galle (...)

3De toutes les régions de la façade atlantique, la Galice est sans doute parmi celles qui présentent les contrastes internes les plus accusés. Malgré une superficie qui n’excède pas les 29 500 km2, son territoire, comme le notait l’anthropologue Carmelo Lisón en descendant des montagnes d’O Cebreiro vers la mer de Ribadeo3, est une sorte de « mélodie topographique » immensément subtile et variée. Des cantons au climat tempéré s’y répartissent le long des quelque 2 000 km de côtes et à l’abri des vallées fluviales qui pénètrent vers l’intérieur des terres ; mais des influences méditerranéennes peuvent également s’y manifester, comme dans les bassins du Miño et du Sil dans la province d’Ourense. Ici, à moins de 300 m au-dessus du niveau de la mer, étaient cultivés le seigle, le blé, le mil et le maïs, la vigne, mais parfois aussi les agrumes, les oliviers et d’autres variétés de fruitiers, les châtaigniers en particulier.

  • 4 On trouvera une description complète des rotations pratiquées au milieu du xviiie siècle dans A. Bo (...)

4En revanche, soumis à de fortes oscillations des températures, les labours des villages situés à plus de 500 m d’altitude se signalaient par des rotations agraires d’une grande simplicité : la majeure partie des terres produisait du seigle un an sur deux seulement, ce qui signifie qu’elles étaient laissées au repos durant les quatorze mois qui s’écoulaient d’une récolte à l’autre. Jusqu’à l’introduction du maïs sur les parcelles les plus fertiles et, surtout, tant que les pommes de terre ne furent pas employées pour l’alimentation humaine, le système biennal ne fut guère modifié, si ce n’est par la diffusion mal connue du navet qui, à partir du milieu du xviiie siècle, fut parfois cultivé en alternance avec le seigle sur les meilleures terres arables des villages de l’intérieur. Dans ces régions, un élevage important et diversifié de bovins, ovins, caprins et porcins, nourris en grande partie sur les espaces communaux, complétait les revenus des familles4.

Tableau 1 : Densités de peuplement et productions agricoles au milieu du xviiie siècle

Tableau 1 : Densités de peuplement et productions agricoles au milieu du xviiie siècle

Source : Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1ª Remesa, leg. 1.977.
*Entre parenthèses, le rendement en reales /ha. Les discordances de conversion entre les rendements donnés en reales et ceux donnés en hectolitres dérivent des différences de prix des produits agricoles pratiqués dans chacune des sept provinces, différences que nous connaissons grâce au travail d’A. I. Fernández González, « El Catastro de Ensenada como fuente para la Historia Económica : la cuestión de los precios », VI Congreso de la Asociación Española de Historia Económica, Gerona, 1997, Preactas, p. 61-69.

  • 5 Réalisé de 1749 à 1753, à l’initiative du marquis de la Ensenada et à des fins de réforme fiscale, (...)

5Les données du cadastre d’Ensenada5, relatives à chacune des sept provinces du royaume de Galice, constituent un bon indicateur des différences qui pouvaient apparaître en 1749-1753 concernant la densité du peuplement, la dimension des exploitations, la productivité de la terre, la composition et la taille des troupeaux. Il est certain que la fiabilité du cadastre, comme les sources fiscales en général, souffre de nombreuses dissimulations. Leur effet est accentué, en Galice, par la structure de terroirs extrêmement parcellisés et la distance culturelle qui séparait les officiers chargés des vérifications et des communautés paysannes enracinées dans la tradition orale et ne parlant pas le castillan, langue de l’administration. Néanmoins, les données qui en résultent ne manquent pas de cohérence (Tableau 1).

  • 6 Ainsi, par exemple, certaines vallées de la province d’Ourense atteignaient des densités de populat (...)
  • 7 Cf. J. M. Pérez García, « En los límites del virtuosismo agrario tradicional : la fertilidad de la (...)

6D’une province à l’autre, les densités de population allaient de 27,5 à 100 habitants au km2 ; les rendements variaient de 6,1 à 19,7 hl à l’hectare ; les exploitations moyennes faisaient de 0,56 à 2,31 ha, disposaient de 1,71 à 5,44 bovins, de 3,91 à 15,52 ovins et caprins. Encore faut-il noter que ces moyennes provinciales masquent une diversité interne plus accusée : s’il était possible de descendre à l’échelle des comarcas, les contrastes seraient bien plus forts6. On peut voir, cependant, que les provinces de Lugo et Tui étaient les plus différentes. Dans la première, prévalaient les rotations biennales faisant alterner une année de jachère et une récolte de seigle ; en conséquence, les exploitations devaient être relativement étendues et bien pourvues en bovins, ovins et caprins que l’on envoyait paître sur les vastes montagnes communales. Dans la province de Tui, en revanche, les rotations dominées par la culture du maïs étaient plus intensives ; les exploitations étaient minuscules et leurs troupeaux réduits, mêmes si le nombre de bovins, rapporté à la superficie totale ou à la superficie de terres arables, était supérieur à celui de Lugo (ce qui s’explique du fait qu’il y avait 21,8 exploitations par km2 dans la province de Tui contre 4,5 seulement dans la province de Lugo). Ici, il n’y avait pratiquement pas de prés et les troupeaux bovins – vaches et veaux – étaient nourris au moyen des fourrages que produisaient les exploitations (navets, seigle en herbe, matière verte du maïs et herbes poussant entre ses rangs). Les paysans rivalisaient d’ingéniosité pour alimenter leurs troupeaux selon ces procédés « modernes », au point qu’en 1750 on comptait quelque 220 vaches par hectare de prés. L’usage des montagnes était subordonné aux besoins agricoles et servait surtout à la production des ajoncs utilisés pour l’amendement des terres céréalières : déjà vers 1750, de nombreuses parcelles communales étaient privatisées dans ce but, comme a pu le montrer José Manuel Pérez García grâce à des sources qui révèlent, au demeurant, que dans les comarcas les plus fertiles de la province de Tui le rendement des terres arables pouvait atteindre 25 à 30 hl par hectare7.

  • 8 José Lucas Labrada affirmait que « le tiers des terres qui sont cultivées aujourd’hui est issu de d (...)

7Au-delà des différences soulignées ici et de toutes celles qui n’ont pas été abordées, le tableau tiré du cadastre d’Ensenada met cependant en évidence un certain nombre de traits communs. En premier lieu, on peut relever la prévalence de l’exploitation familiale qui était souvent une tenure de droit coutumier (ou une location dans la Galice cantabrique). On doit souligner ensuite, ce qui nous intéresse tout spécialement ici, qu’une petite partie seulement des terres était cultivée de façon permanente : 13,4 % en moyenne d’après le cadastre d’Ensenada. Sans doute faut-il réévaluer à la hausse ce chiffre. Mais quand bien même on augmenterait de 50 % la part sous-évaluée des labours, des prés et des vignes, qu’elle n’en représenterait toujours pas le cinquième seulement des terres du royaume de Galice. C’était vers 1800, la proportion des terres cultivées, telle que l’évaluait l’économiste José Lucas Labrada, après avoir souligné que les dernières décennies du xviiie siècle avaient connu un intense mouvement de défrichements – ce que confirment les actes notariés et les sources judiciaires8.

Carte 1. La Galice d’Ancien Régime et ses sept provinces. Localités citées dans le texte

Carte 1. La Galice d’Ancien Régime et ses sept provinces. Localités citées dans le texte
  • 9 Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 2a Remesa, leg. 1.977 : un tableau signal (...)
  • 10 C’est sans doute à Abel Bouhier que l’on doit la meilleure intelligence du rôle des montes dans l’a (...)

8La plus grande partie du territoire des villages était, par conséquent, constituée par les montes, un espace duquel étaient obtenues des ressources très variées et d’inégale importance pour les familles paysannes : bois de chauffe et bois d’œuvre, charbon, pierre, pâtures, récoltes de seigle et de blé dans les rozas, engrais, miel, gibier et fruits des bois… Dans le cadastre d’Ensenada, les habitants déclarèrent « inutiles par nature » ou « improductifs » quantité de montes. On peut le vérifier dans les déclarations de chaque paroisse ou dans les résumés qui font la somme pour l’ensemble du royaume de Galice : 421 000 ha de montes furent considérés comme productifs, et 2 000 000 déclarés inútiles por naturaleza9. Il s’agit d’une stratégie de fraude qui ne doit pas masquer que rares étaient les espaces communaux qui ne fournissaient aucune sorte de ressources, et qu’entre les champs et les friches, il n’y avait ni séparation, ni opposition tranchée, mais une union inextricable. C’est grâce aux montes que les exploitations paysannes pouvaient fonctionner et se reproduire : d’où la nécessité de maintenir un équilibre entre terres cultivées et incultes, et tout spécialement dans les comarcas où une agriculture des plus intensives imposait l’emploi de grandes quantités d’engrais10.

  • 11 Sur les activités complémentaires ou la « pluri-activité paysanne » : X. Carmona, El atraso industr (...)

9Si la Galice atteignait des densités de population élevées malgré un pourcentage de terres cultivées qui en 1750 ne s’élevait pas au cinquième de sa superficie totale, elle le devait aux remarquables rendements auxquels parvenaient les paysans sur leurs petites exploitations. D’après les données du cadastre d’Ensenada, par hectare de terre cultivée, on comptait en moyenne 0,74 famille, moyenne qui atteignait un maximum de 1,79 dans la province de Tui et un minimum de 0,43 dans celle de Lugo. Cela faisait une moyenne de 3 habitants par hectare de terre cultivée, avec un maximum de 7,14 dans la province de Tui et un minimum de 2,38 dans celle de Lugo. Bien évidemment, de nombreuses familles avaient alors des activités complémentaires qui diversifiaient leurs sources de revenus. L’industrie rurale du textile (et tout spécialement la fabrication de toiles), l’émigration pour quelques mois ou quelques années vers les deux Castilles, l’Andalousie et le Portugal, les emplois spécialisés dans la taille de pierre, la sidérurgie, la poterie, la tannerie et les transports constituaient des activités plus ou moins répandues en Galice11. Pas toujours visibles dans les sources (enclines à masquer le travail féminin, comme dans le secteur textile, par exemple), elles étaient sans doute essentielles pour obtenir les ressources monétaires indispensables pour acheter vêtements, outils, ustensiles domestiques et aliments, de même que pour payer les impôts royaux (plutôt modiques), tout aussi bien que les rentes coutumières, exigibles en nature mais partiellement acquittées en monnaie chaque fois que les paysans préféraient conserver pour leur propre consommation et pour les semailles à venir tout le seigle, le froment, le maïs ou le millet qu’ils avaient récoltés.

La progressive subordination des montes aux usages agraires

10La logique du système agro-pastoral galicien ne peut en aucune façon se comprendre sans prendre en considération les diverses fonctions des montes, véritable trame du tissu d’interrelations (pour reprendre l’expression d’Abel Bouhier, auteur de la plus pénétrante analyse de ces relations) qui unissaient les parcelles labourées, les troupeaux et les espaces cultivés de manière non permanente. Il ne faut pas oublier que, du milieu du xviiie siècle jusqu’au début du xxe, les auteurs qui se penchèrent sur le monde rural galicien tenaient pour une évidence que les exploitations paysannes, et en fin de compte toute l’économie paysanne, dépendaient fortement des montes communaux. Les débats qui eurent lieu dans les années 1760 au sein de l’académie d’agriculture du royaume de Galice sur l’opportunité de partager et privatiser les montes communaux sont, à ce propos, parfaitement éclairants. Si quelques académiciens, suivant en cela un courant d’idées très répandues à l’époque, défendaient avec prudence et force nuances le partage des communaux, d’autres argumentaient qu’en faisant disparaître cette pièce essentielle du système agro-pastoral, on provoquerait une véritable catastrophe et la ruine complète des petits exploitants.

11Le juriste Somoza de Monsoriu affirmait ainsi que :

  • 12 « No hubiera en algunas partes de Galicia tierra cultivada si fuese menor el espacio de los comunes (...)

« Dans certaines régions de Galice, si la superficie des communaux était réduite il n’y aurait bientôt plus de terres cultivées, et dans d’autres, si l’on continuait à défricher les montes, on n’y verrait bientôt plus la couleur du moindre denier. Dans les premières, ils se maintiennent parce que les ajoncs sont indispensables pour produire le fumier avec lequel on engraisse les terres labourables, et ils sont préservés dans les secondes en raison des bénéfices que l’on tire du commerce des troupeaux. Véritables poumons de la Galice, aussi profitables au Trésor royal qu’à leurs maîtres, ils sont si importants que la montagne la plus stérile rivalise d’intérêt avec la vallée la plus fertile : on ne pourrait jamais vendre autant de mules, ni la multitude de bœufs qui passent en Castille, au Portugal ou en Andalousie, si l’on transformait les vacants en terres cultivées12. »

  • 13 «La seguridad de labradores que cultivan sus haciendas», ibid.
  • 14 «La subsistencia de sus ganados, de sus hogares, de sus fábricas, de sus hornos y aun de sus propia (...)
  • 15 «Propáguese en las Castillas y parte de Andalucía la agricultura, pues tienen espacios dilatadísimo (...)

12C’est sur la conservation des montes communaux que, pour propriétaires et tenanciers, se fonde « la sécurité de laboureurs qui cultivent leurs fermes13 » ; c’est d’eux que dépend « la subsistance de leur bétail, de leurs foyers, de leurs forges et de leurs fours, et même leur propre survie14 ». Permettre que les montes de Galice soient défrichées en toute liberté apparaît donc contraire à la raison et à la nature d’un pays où la petite exploitation associe la culture des céréales et l’élevage du bétail, situation qui n’a rien à voir avec celle qui prévaut dans la Manche ou en Andalousie : « Que l’on développe donc l’agriculture dans les deux Castilles ou en Andalousie puisqu’elles disposent de très vastes étendues de terres abandonnées15 », mais qu’on ne l’impose pas en Galice. Pour Somoza, en définitive, la privatisation et la mise en culture des communaux laisseraient les labours sans engrais et les troupeaux sans pâtures, contraignant les cultivateurs à abandonner leurs exploitations devenues non viables.

  • 16 P. Saavedra, Economía, política y sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Madri (...)

13Outre les textes de divers auteurs, l’extraordinaire importance des montes est avalisée par d’autres arguments. On peut noter, en premier lieu, la place toute particulière que tiennent les disputes au sujet des communaux dans la conflictualité rurale, en raison de la valeur des pâturages, du bois de chauffe, des fourrages et des récoltes obtenues après écobuage, mais aussi de l’importance culturelle et symbolique du monte dans l’affirmation des identités locales. Le fil conducteur de l’histoire collective des villages se trouve souvent dans la défense de leurs montes, et tout spécialement lorsque les habitants se livraient de véritables batailles champêtres : convoqués à grandes volées de cloches, ils se mettaient en marche, au son des cornemuses et des roulements de tambours parfois, suivis de leurs épouses dont les pierres, bien ajustées, pouvaient à l’occasion décider de l’issue des combats. À ce propos, le marquis de Piedrabuena, qui était alors intendant, signalait en 1768 que si l’on autorisait l’enclosure des montes ce devait être sous condition de laisser ouvertes des superficies suffisantes au pâturage et à la collecte du bois de chauffage : dans le cas contraire, cela provoquerait désordres et crimes, parce que « les pâturages sont pour les villageois comme la prunelle de leurs yeux » et pour les défendre, « certains, de rage aveugle, seraient capables de commettre un crime sans même penser aux dangers encourus ». L’intendant n’exagérait pas. On peut trouver dans les archives de la Real Audiencia del Reino, plusieurs procès du début du xixe siècle provoqués par le fait que dans certaines paroisses, les habitants avaient décidé de se relayer pour surveiller leurs montes et empêcher que des étrangers s’emparent de leurs pâturages et de leurs rozas16.

14Au cours de l’Époque moderne, les systèmes de culture, la taille et la composition des troupeaux furent transformés en profondeur et la population se trouva multipliée par cinq, passant de 10 habitants au km2 vers 1500, à 50 habitants au km2 vers 1800 : les formes d’utilisation des montes et leurs relations aux terres cultivées évoluèrent en conséquence. Les espaces incultes, on l’a dit, fournissaient aux familles paysannes des ressources multiples dont certaines, comme le bois de chauffe, le foin ou le charbon, pouvaient même faire l’objet de commerce. Mais parmi toutes ces façons d’exploiter les vacants, trois ont une importance particulière d’un point de vue agraire : le soutrage, le pâturage et l’écobuage – avec une importance inégale selon les régions et les époques.

  • 17 J. M. Pérez García, « Niveles y transformaciones de la ganadería de Galicia en el siglo xvii », Cua (...)

15Avec l’intensification des rotations, l’évolution des systèmes de cultures des régions littorales et des vallées fluviales eut pour conséquence la progression de l’exploitation des montes à des fins agricoles, c’est-à-dire pour la production de l’engrais vert indispensable à la fertilisation des terres arables. Dans ces zones, en effet, les terres arables étaient peu étendues mais n’étaient jamais laissées en jachère et parvenaient à des rendements élevés. Ces transformations du système agropastoral étaient liées à la culture du maïs qui se généralisa dans les comarcas du sud-ouest à partir de 1630, et avec vingt ou quarante ans de retard dans les vallées fluviales et les montagnes cantabriques. Jusqu’à cette date et même s’il n’était pas uniforme, le système agraire galicien était marqué par son caractère très extensif et une forte composante sylvopastorale : les paysans habitaient de petits hameaux entourés de vastes espaces de montes ; les terres cultivées étaient réduites et les massifs forestiers nombreux (chênes et châtaigniers) ; les familles disposaient de troupeaux importants et diversifiés (vaches, chèvres, brebis et porcs), pour bonne part élevés en liberté sur les vacants, comme en témoignent les fréquentes mentions de bœufs et de vaches bravas, par opposition aux animaux de yugo17. Même si elle ne fut pas l’unique cause des transformations – le xvie siècle connut aussi une forte hausse démographique et le millet dans beaucoup de comarcas eut un rôle aussi important que les céréales d’hiver – l’expansion du maïs entraîna une série de changements qui affectèrent toutes les composantes du système agropastoral.

  • 18 A. Eiras Roel, Estudios sobre agricultura y población en la España moderna, Santiago de Compostela, (...)

16Dans les zones où le maïs devint la céréale la plus importante, voire la céréale exclusive de l’alimentation familiale, les transformations agraires s’enchaînèrent en cascade. L’augmentation du nombre d’habitants, les défrichements et la culture de plantes fourragères impliquèrent des changements quant à la taille et la composition des troupeaux : les familles paysannes possédaient désormais moins de têtes de bétail mais de meilleure race et mieux domestiquées, puisqu’elles étaient désormais nourries avec les productions des champs et non plus seulement envoyées sur les vacants18. Toutefois, ce que les montes perdaient d’importance comme pâturage, ils le gagnaient comme réserve d’engrais vert : les labours étaient désormais plus importants qu’autrefois, cultivés plus intensément, et nécessitaient donc davantage d’engrais. Le fumier fabriqué avec de la paille de seigle et de froment ne suffisait pas et il était indispensable de récolter ajoncs, genêts, fougères et autres plantes pour en faire la litière des troupeaux ou pour les déposer sur les chemins et dans les cours, afin qu’elles se mêlent aux excréments et produisent un fumier fort précieux.

  • 19 P. Saavedra, « O que non se pode medir : os recursos do comunal nas economías campesiñas de Galicia (...)

17Nous avons déjà souligné que le cadastre d’Ensenada avait enregistré comme inutiles par nature ou improductifs près de 2 millions d’ha d’incultes, soit la plus grande partie des montes de Galice. D’autres cependant (quelque 421 000 ha) furent classés parmi les terres productives, eu égard à la valeur monétaire des ressources qu’ils fournissaient, à savoir fondamentalement l’ajonc, le bois de chauffage et les céréales cultivées après écobuages : les rozas. Mais même dans ces cas-là, il semble que la fraude fut importante. Il était facile pour les paysans de déclarer que les revenus tirés des vacants étaient insignifiants : c’est ainsi que, d’après le cadastre, la valeur moyenne produite par un hectare de monte était évaluée à 11,8 reales contre 222 pour les hectares de terre arable. Les revenus tirés des montes étaient ainsi évalués à 5,5 % seulement de la valeur totale de la production agricole. Mais il faut souligner que, dans ce calcul, le pâturage n’était pas pris en compte, non plus que le bois et les engrais verts, de sorte qu’on ne saurait évaluer l’importance des montes à partir des sources de cette époque19.

18Malgré les fraudes et les imperfections, le cadastre permet tout de même de vérifier que les montes, qui n’étaient pas réputés inutiles par nature, se révélaient plus productifs là où les systèmes de rotations étaient les plus intensifs : ainsi, la production d’un hectare de monte était en moyenne évaluée dans la province de Lugo à 6,5 reales et celle de Tui à 16, soit deux fois et demie plus. On peut vérifier ces contrastes en utilisant les données particulières de chaque paroisse. Dans celles du littoral et des vallées fluviales, par exemple, un hectare de monte défriché tous les 8, 16 ou 32 ans, selon sa qualité, et produisant ensuite d’abondantes coupes d’ajoncs, avait une production dont la valeur approchait, et pouvait même parfois dépasser, celle d’un hectare de terre arable cultivée en biennal dans une comarca de montagne.

Tableau 2 : Valeur en reales des productions à l’hectare de montes et de terres arables dans plusieurs paroisses des provinces de Lugo et Mondoñedo, en 1750 (1 hectolitre de seigle = 20 reales)

a) Paroisses du littoral et vallées fluviales

Rs/ha monte

Rs/ha labradío

Cabarcos

22,2

300,-

Cedofeita

22,2

353,5

A Devesa

46,9

426,-

Lourenzá, San Adrián

22,2

419,-

(1) Monte cerrado, biens privés ; (2) monte abierto, biens communaux ; (3) monte alto, forêt ; (4) monte bajo, ajoncs et genêts
Source : Archivo Histórico Provincial de Lugo, Real de Legos del Catastro de Ensenada de las parroquias citadas y Archivo Histórico Provincial de Pontevedra,
ibid.

  • 20 « Aunque en ellos/los montes/se coje algún tojo, sirve para estivadarlos/para quemar en las rozas/ (...)

19Les chiffres fournis ici sont une moyenne de ceux donnés pour les différentes qualités de terres, aussi bien pour le monte que pour les terres arables, et il faut signaler que les écarts pouvaient être importants entre les terres de première et de troisième qualités. À Ove, par exemple, un hectare de monte de première qualité avait une production estimée à 122,5 reales, alors que celle d’un hectare de troisième qualité était évaluée à 16 reales seulement. Pour les mêmes qualités de terre, les chiffres étaient à Sante de, respectivement, 42,1 et 7 et, à Pinieda, de 210,6 et 20,1. Quel que soit le degré de fraude et d’hétérogénéité des données (le cadastre ne distingue pas les montes enclos et les montes communaux qui nous concernent plus spécialement), les contrastes sautent aux yeux. Le monte était cultivé partout, mais dans les paroisses du littoral et les vallées fluviales, les écobuages revenaient plus fréquemment, les rozas produisaient du froment et l’ajonc était soigneusement exploité pour fertiliser les labours. Dans les zones de rotation biennale, en revanche, les montes étaient écobués moins fréquemment (en partie parce qu’ils étaient plus étendus), on y semait du seigle et l’ajonc n’y était pas exploité : les habitants de nombreuses paroisses déclaraient, d’ailleurs, que « si l’on y récolte aussi l’ajonc, il est utilisé pour écobuer et être mélangé aux engrais20 ».

  • 21 Pour la province de Tui (Bajo Miño), J.M. Pérez García, « Las utilidades del inculto y la lucha por (...)
  • 22 À Friol, dans la province de Lugo, le monte privatisé représentait 19,9 % de la superficie des expl (...)

20Même si les paroisses disposaient de montes plus ou moins vastes, en valeur absolue comme en pourcentage, et même si les critères d’enregistrement des terres inutiles ou des montes enclos et ouverts ne furent pas homogènes, il est possible de réunir d’abondantes données qui révèlent les contrastes touchant à la situation juridique et l’exploitation des montes vers 1750. En laissant de côté ceux qui étaient consignés comme improductifs, on peut observer qu’en Galice occidentale une portion significative des montes qui fournissaient un revenu était constituée de montes cerrados (fermés, enclos). Ils étaient 46 % en Bajo Miño (dans la Galice du sud-ouest), 34 % dans la province de La Coruña et 36 % dans celle de Betanzos (au nord-ouest). Au contraire, dans la province de Lugo leur part descendait à 29 %. Dans quatre paroisses des montagnes septentrionales, elle n’était que de 7,7 %, dans deux paroisses de Cervantes elle se situait à 4,6 %, et dans sept paroisses de Burón elle descendait jusqu’à 2,4 %21. C’est dire que, dans les exploitations paysannes des régions de Galice pratiquant une agriculture intensive, les parcelles de montes privatisées pouvaient représenter un tiers de leur superficie et tenaient une place plus importante que dans les comarcas pratiquant les rotations biennales, où elles ne représentaient souvent pas même 20 %, voire moins de 10 % (9 % dans le concejo de Burón par exemple)22.

  • 23 Archivo Histórico Provincial de Pontevedra, Libros Reales de Tomiño y Valeixe (Bajo Miño), et Archi (...)

21Il est également significatif que, dans les régions où prédominaient les rotations biennales, les habitants attribuaient la même productivité au montes privés et communaux. Elle était estimée ici à partir du rendement des cultures sur écobuage (rozas), alors que là où l’on exploitait l’ajonc comme engrais, les montes enclos rapportaient beaucoup plus que les montes ouverts. Dans la paroisse de Tomiño, par exemple, la valeur de la production d’un hectare de monte enclos était estimée à 112 reales alors qu’en monte ouvert, l’hectare était évalué à 7,6 reales. À Sante Cristina de Valeixe, les montes de première classe étaient estimés à 49,6 reales, alors que toutes les superficies ouvertes étaient tenues pour « inutiles par nature ». À Sant Pedro de Alais, enfin, les revenus des tapadas (parcelles encloses) de genêts étaient estimés 27 fois supérieurs à ceux des montes ouverts23.

  • 24 J.M. Pérez García, « Las utilidades del inculto… », p. 85-97 ; H. Rodríguez Ferreiro, A xurisdicció (...)

22José Manuel Pérez García et Hilario Rodríguez Ferreiro ont étudié, en détail, la progressive incorporation de parcelles des montes au sein des petites exploitations du sud-ouest de la Galice. Dans le bas Miño, Perez García a montré que, dans la première moitié du xviiie siècle, les montes privatisés représentaient 28,5 % des terres des exploitations, contre 36 % un siècle plus tard. Parallèlement, la productivité des parcelles où était produit l’ajonc augmentait plus que celle de parcelles boisées de chênes ou de pins. Pour sa part, Rodríguez Ferreiro a montré, dans sa thèse sur la péninsule de Morrazo, que si le prix d’un hectare de terre arable était 5,7 fois supérieur à celui d’un hectare de monte en 1695-1739, il n’était plus que 2,5 fois supérieur dans les années 1800-1829. Dans cet intervalle de temps, la valeur des terres arables avait été multipliée par trois alors que celle des montes l’était par 6. Et si dans la seconde moitié du xviie siècle, les montes privés représentaient 15 % des terres des exploitations paysannes, en 1750 le pourcentage se montait à 37,2 %24.

  • 25 « Pero por esta misma causa vinieron a empobrecerse los fundos que de antiguo estaban en cultura, p (...)

23L’ajonc fut, en définitive, le véritable agent de la fertilité de l’agriculture galicienne jusque dans les années 1970. C’est pourquoi, s’agissant de la culture des montes, il est important de ne pas penser seulement à la pratique des écobuages qui permettait de semer du seigle ou du froment : légumineuse sauvage en apparence, le modeste ajonc (qui rapproche la Galice de la Bretagne) devint une véritable culture pratiquée sur des parcelles qui restèrent communales, mais plus encore sur celles qui étaient privatisées. L’impérieuse nécessité de fertiliser les labours avec les engrais verts prélevés sur les terres incultes inclinait les agronomes à regarder avec méfiance les défrichements : au milieu du xixe siècle, don José Pardo Bazán et le comte de Pallares, hommes politiques et en même temps rentiers, signalaient que l’extension des cultures permettait d’augmenter la production de céréales et de pommes de terre « mais que par là même on appauvrissait les fonds anciennement cultivés puisqu’en réduisant les pâturages et les lieux où l’on pouvait récolter l’ajonc des engrais, on diminuait du même coup la valeur des fonds cultivés, tout en provoquant une hausse du prix des terres de montes25 ».

  • 26 « Otra providencia para nuestros aldeanos es el tojo, el sagrado tojo que debiera ser el emblema re (...)

24Dans la seconde moitié du xixe siècle, quand l’exportation de bœufs vers le Portugal et l’Angleterre atteint des niveaux considérables, l’ajonc fut utilisé pour les engraisser (certains ont évoqué le précédent irlandais). Les gromos, des coupes d’ajoncs tendres moulus et mélangés avec de l’herbe, de la paille, des navets, des pommes de terre ou de la farine de maïs, constituaient un excellent fourrage ; à tel point qu’il y eut des projets pour en développer la culture comme s’il s’agissait de prairies artificielles. Ce n’était pas infondé : au début du xxe siècle, Valeriano Villanueva, auteur agrarien, tressait en ces termes enflammés les louanges de l’ajonc : « L’ajonc est une autre providence pour nous les villageois, l’ajonc sacré qui devrait être notre emblème régional. L’ajonc qui est bien une incomparable machine à labourer26. »

La culture des montes par le système des rozas

  • 27 A. Bouhier, La Galice…, II, p. 879-887, et les cartes hors texte n ° 11 et 12, que nous reproduison (...)

25La culture temporaire des montes par la pratique de rozas (écobuages) n’est pas sans lien avec l’exploitation de l’ajonc. En effet, les espaces ainsi cultivés produisaient habituellement, dans les années qui suivaient, d’excellents pâturages et d’abondantes réserves d’engrais vert. Reste qu’au milieu du xviiie siècle, comme nous l’avons souligné, les rozas avaient disparu des zones de forte densité de population et d’agriculture intensive, c’est-à-dire des zones (sud-est de la Galice et quelques vallées fluviales) où l’ajonc était particulièrement nécessaire à la fumure et où il était devenu impossible de proposer un lot de terre à écobuer pour chaque habitant et d’attendre ensuite le nombre d’années nécessaire à la régénération de ces terres. Abel Bouhier a reconstruit la géographie des rozas au milieu du xviiie siècle et pour les années 1960 : dans cet intervalle de temps, les changements ne furent pas si nombreux, et l’on constate essentiellement la disparition des rozas dans certaines paroisses ou leur restriction à une partie des montes27.

Carte 2. La pratique des rozas en Galice au milieu du xviiie siècle

Carte 2. La pratique des rozas en Galice au milieu du xviiie siècle

Carte 3. La pratique des rozas en Galice dans les années 1960

Carte 3. La pratique des rozas en Galice dans les années 1960
  • 28 Les rozas étaient appelées de divers noms en langue galicienne : estivadas, cavadas, searas, vedros (...)

26En 1750, les rozas ou estivadas28, ensemencées de froment ou de seigle, se pratiquaient dans presque toutes les paroisses de la Galice septentrionale ; en revanche, à l’ouest de la province de Santiago (au sud du río Tambre), dans la province de Tui et dans une bonne part de celle d’Ourense, le cadastre ne mentionne pas habituellement les cultures temporaires parmi les formes d’exploitation des montes. Les rozas, cependant, ne constituaient pas une exclusivité de la Galice intérieure et montagneuse où dominait le biennal ; elles étaient également tout à fait communes dans les comarcas d’agriculture intensive, comme les fertiles vallées de Betanzos et de la Galice cantabrique.

  • 29 Archivo Histórico Provincial de Ourense, Clero, Celanova, libro 202 (312 antiguo), de la fin du xvi(...)

27Pour les xvie et xviie siècles, il n’existe pas de document comparable au cadastre d’Ensenada qui permet d’établir une géographie des rozas à un moment déterminé. Les recherches d’histoire rurale, il est vrai, n’ont pas prêté beaucoup d’attention à ce sujet, peut-être parce que les sources les plus utilisées concernent surtout les parcelles privées plus que les montes communaux. Malgré tout, la documentation seigneuriale et judiciaire fournit des informations qui montrent que les rozas étaient alors pratiquées dans des comarcas qui les avaient abandonnées au xviiie siècle. Ainsi, les procès sont-ils fréquents aux premiers siècles de l’Époque moderne entre les paysans et les seigneurs qui prétendaient contrôler et taxer l’exploitation des communaux en octroyant des autorisations de pâturer ou de cultiver. Dans le cas, par exemple, du monastère d’Oia, il est permis de se demander si les enclosures que dénonçaient les moines furent réalisées clandestinement par des paysans qui voulaient écobuer ou par des villageois désireux de cultiver ces terres de façon permanente. En revanche, la documentation du monastère de Celanova contient des autorisations explicites concernant des rozas de la fin du xvie siècle et du début du xviie. Un registre contient précisément les « licences authentiques… pour faire cavadas et estivadas dans les montes sauvages de ce monastère » qui furent accordées aux habitants de deux douzaines de paroisses parmi lesquelles figuraient plusieurs de celles qui ne pratiquaient plus les rozas en 1750. Les moines délimitaient avec précaution la partie du monte qu’un colon particulier ou plusieurs d’entre eux étaient autorisés à cultiver moyennant le douzième de la récolte, mais avec obligation de laisser le terrain « libre pour la communauté » une fois effectuée la récolte29.

  • 30 Archivo del Reino de Galicia (Coruña), Papeles Cornide, leg. 5, núm. 82 : « Se profunda bien con el (...)

28Dans les années 1760, un membre de l’Académie d’agriculture du royaume de Galice décrivait ainsi la façon de préparer le monte pour le mettre en culture : « Il faut enfoncer profondément l’araire ou la houe, pour remonter de grandes mottes de terres. Celles-ci sont entassées en fourneaux disposés tous les quatre varas, et lorsque elles ont été bien grillées par le soleil, au mois de juillet ou au mois d’août, on y met le feu jusqu’à les réduire en cendres. Cette cendre est ensuite épandue à l’aide de ligones [houes à lame de bêche] pour couvrir de cendre les intervalles entre les fourneaux. Puis, la terre est labourée deux fois et semée au mois de novembre30. »

29Il fallait en premier lieu arracher le manteau végétal avec la terre qui entourait les racines, ce qui se faisait d’ordinaire à la fin du printemps. Une fois que les mottes avaient bien séché au soleil, on faisait des fourneaux auxquels on mettait le feu ou bien on les brûlait sans les déplacer si la chaleur et la qualité des mottes permettaient de les réduire en cendre de cette façon. Dans tous les cas, la cendre devait ensuite couvrir tout le terrain avant que l’on ne procède aux labours et aux semailles. D’ordinaire, on utilisait la houe ; car pour défricher le monte il était nécessaire de disposer d’une charrue et de plusieurs paires de bœufs pour la tracter et non pas seulement de l’araire utilisée en Galice. Ces charrues étaient appelées cambela et vesadoiro : la première, assez semblable à l’araire, était cependant plus robuste et munie d’un soc en fer ; la seconde, dotée d’un versoir et de roues, était déjà employée par les cisterciens du bas Moyen Âge et servait surtout à défricher les terrains lourds qui seraient ensuite cultivés de façon permanente.

30Le bénédictin Martin Sarmiento rappelait dans les années 1760 l’impression ressentie à contempler quelques années plus tôt un vesadoiro en pleine activité :

  • 31 Fr. M. Sarmiento, Catálogo de voces y frases de la lengua gallega, edición y estudio de J.L. Pensad (...)

« On utilise toujours en Galice un genre de charrue qui vaut bien quatre des araires de Castille. Il s’appelle besadoiro, et labourer avec se dit besar. Le besadoiro ne s’utilise que pour besar, labourer, défricher les prairies qui sont incultes depuis longtemps. Le fer ou soc du besadoiro est aussi grand et rond qu’un tamis. Il repose sur deux roues comme un petit char. Il a trois mancherons et à chacun d’eux trois hommes forts pour le pousser et diriger le soc. Pour tirer le besadoiro, on utilise sept ou huit paires de bœufs des plus courageux… Il est facile de discourir sur les sillons que ne ferait pas un soc aussi grand et tiré par tant de bœufs. J’en ai été le témoin : ce n’était pas des sillons, mais des tranches d’une vara de profondeur [85 cm environ]31. »

31Et d’ajouter :

  • 32 Ibid.

« Je n’ai vu qu’une seule fois besar le pré à Pontevedra ; j’avais alors dix ou treize ans. Depuis, je ne l’ai plus jamais vu, et plus jamais vu non plus de besadoiro. J’en ai surpris plus d’un dans ce pays en demandant, presque cinquante ans plus tard, ce qu’il en était de cette grande charrue. Mais j’ai su qu’à l’intérieur des terres le besadoiro s’utilise toujours. Ce que je peux assurer, c’est que le pré que je vis besar, et qui fut semé de maïs, donna une récolte prodigieuse32. »

  • 33 Cité par B. Barreiro Mallón, La jurisdicción de Xallas en el siglo xviii. Población, sociedad y eco (...)
  • 34 Les différences entre écobuages, essartages et autres modalités de l’agriculture du feu sont très b (...)

32Pour arracher le couvert végétal, le plus habituel était néanmoins d’utiliser la houe et non les charrues de type vesadoiro ou cambela qui sont à peine présentes dans les inventaires et qui nécessitaient une grande force de traction. À la fin du xviiie siècle, le célèbre José Marruga signalait aussi que la terre labourée était difficile à brûler : « Je n’approuve pas l’usage fréquent dans bien des coins de Galice de défricher les montes à la charrue, car il fatigue énormément les bœufs et au risque de casser la charrue s’ajoute l’inconvénient de laisser la terre peu traversée par le feu, de sorte que les racines et les semences [sauvages] repoussent aussitôt33. » Il faut prendre en compte, comme nous l’avons dit, que la charrue pouvait être employée pour défricher des terres cultivées ensuite de façon permanente ou pour cultiver quelques années seulement les montes et les pâturages : deux opérations très distinctes. Car les rozas ou estivadas sont d’authentiques écobuages – et non pas des essartages : le monte était ici soumis périodiquement à une mise en culture qui pouvait durer de un à trois ans, le terrain étant ensuite rendu aux usages communaux34. Mais le monte pouvait également être amansado, soit réduit en labours, prés ou vignes, et ce processus d’extension des cultures permanentes était réalisé à partir d’une roza ou moyennant un défrichement à la charrue.

  • 35 A. Antoine, Fief et villages du Bas Maine, au xviie siècle, Mayenne, 1994 ; Ead., Le paysage de l’h (...)

33En tout cas, on ne connaît pas en Galice, sauf exemples sporadiques dans les montagnes septentrionales, de systèmes agraires comparables à ceux qui étaient courants dans la France de l’Ouest et qui consistaient à cultiver quelques années une parcelle pour la laisser ensuite en pâture quelques années de plus. Annie Antoine a étudié ce paysage – le Bas-Maine, la Bretagne – dans lequel il n’existe pas de claire séparation entre terres cultivées et incultes du fait de l’alternance des usages35.

  • 36 Voir F. Sigaut, L’agriculture et le feu…, p. 99-111 ; X. Balboa, O monte en Galicia…, p. 26-29 ; A. (...)

34Il peut sembler que les récoltes de seigle et de blé obtenues par écobuage entrainaient une grave dégradation du sol puisqu’avec le décapage et l’incendie des sols disparaissaient la végétation spontanée et toute la matière organique qui protégeaient le terrain de l’érosion. Dans le fond, cependant, la pratique des rozas révèle l’importance du savoir paysan : chaque année, un morceau des montes était délimité et destiné à la culture avant que d’être laissé au repos plusieurs années pour se régénérer complètement. De fait, les rozas constituaient donc une culture temporaire mais régulière, planifiée et organisée, de sorte qu’elles n’entraient pas dans la catégorie des novales – terres récemment défrichées – concernées par les exemptions de dîme que le pape Benoît XIV accorda à Fernand VI par un acte de 1746. Le décapage et l’incendie avaient la vertu de renouveler le couvert végétal, et le feu avait des effets notablement positifs concernant l’élimination des insectes et des mauvaises herbes, la minéralisation des matières organiques, la réduction de l’acidité de certains sols ou l’amélioration de la structure des sols argileux et lourds. S’il est vrai que les rozas facilitaient l’érosion des sols dans les zones très pentues ou quand de fortes pluies emportaient la terre et la cendre avant la pousse des céréales, ce danger était toutefois bien moindre dans les montes de faible dénivelé ; au demeurant, tous les processus d’érosion n’étaient pas provoqués par les rozas36.

  • 37 Archivo Histórico Provincial de Lugo. Catastro, aux diverses paroisses.

35Le rythme des cultures dans les montes dépendait de leur extension – proportionnellement, bien sûr, au nombre d’habitants – et de leur plus ou moins grande fertilité. Les zones pierreuses et sans autres végétation que la bruyère, de même que les zones de forte pente, n’étaient pas écobuées mais elles étaient bien moins étendues que les zones déclarées inutiles par nature dans le cadastre d’Ensenada. Les données fournies par cette source sur la périodicité des défrichements paraissent néanmoins assez cohérentes. Ainsi, dans la province de Mondoñedo, furent enregistrés des écobuages pratiqués tous les 8, 16 ou 32 ans, selon que les montes étaient de première, deuxième ou troisième catégorie. Mais on les voyait aussi pratiqués tous les 9, 17 ou 30 ans, tous les 15, 22 et 44 ans, tous les 18, 25 et 30 ans, tous les 30, 40 et 68 ans. D’autres encore, quelle que soit la qualité des terres, étaient mises en culture avec une périodicité unique de 20, 30, 32, 40 ou 48 ans. Dans la montagne de la province de Lugo, on trouve des rythmes de 15, 24 et 36 ans, et d’autres de 30, 40 et 50 ans37.

36Sauf exception, les rendements à l’hectare des rozas étaient dans chaque région un petit peu inférieurs à ceux des champs permanents, mais ils consommaient moins de semence, ce qui n’était pas négligeable quand on semait plutôt « serré » (2,4 à 3,2 hl/ha). Dans le tableau qui suit, figurent les rendements que le cadastre d’Ensenada attribue aux rozas et aux champs permanents de quelques paroisses : les déclarations frauduleuses n’empêchent pas les comparaisons.

Tableau 3 : Rendements en hectolitres par hectare des rozas et des champs dans quelques paroisses de l’actuelle province de Lugo, en 1750

Tableau 3 : Rendements en hectolitres par hectare des rozas et des champs dans quelques paroisses de l’actuelle province de Lugo, en 1750

* Produit habituellement du blé.
** Quand la productivité sur les terres de deuxième et troisième catégories est égale ou supérieure à celle des terres de première qualité, c’est que l’on y cultive des céréales « inférieures » au blé (méteil de blé et de seigle dans les terres de deuxième qualité, seigle ou maïs dans les terres de troisième qualité)

* Les champs sont ensemencés un an sur deux (sauf parfois la première qualité de terres dans certaines paroisses), de sorte que, pour comparer la productivité à l’hectare avec les paroisses des vallées, il faudrait diviser les rendements par deux.
Source : Archivo Histórico Provincial de Lugo. Catastro de Ensenada, aux paroisses mentionnées.

  • 38 Même si, comme on l’a déjà souligné, les habitants des régions de rotation biennale affirmaient en  (...)

37Dans un territoire marqué d’autant de diversités régionales, la casuistique pourrait s’allonger de nombreux autres exemples. Je crois néanmoins que la question peut être synthétisée en répétant que la productivité desmontes restait étroitement liée à celles des champs permanents, et en soulignant que les montes privés avaient une rentabilité supérieure aux montes ouverts et communaux38.

38Par-delà ces généralités, on doit cependant se demander s’il est possible d’évaluer en pourcentages l’importance, pour l’économie paysanne, des récoltes obtenues. S’agissant du xxe siècle, on peut recourir à l’enquête directe ; pour les époques antérieures, il est nécessaire de recourir aux comptabilités seigneuriales et aux données fournies par les inventaires post mortem, des sources qui rendent compte de réalités essentiellement locales mais dans ce dossier, précisément, c’est la diversité territoriale qui est déterminante. Les données quantitatives montrent en effet que les cultures temporaires pouvaient avoir plus d’importance dans les vallées fertiles que dans certaines contrées montagneuses et « archaïques » de l’intérieur. Ainsi, au milieu du xviie siècle dans les montagnes du nord, dans le prieuré ou grange de Solme du monastère cistercien de Santa Maria de Sobrado, les rozas ne fournissaient que 20 % des récoltes de céréales d’hiver. Une production obtenue principalement en rotation biennale, si l’on en juge par la comptabilité détaillée des rentes proportionnelles (quarts et quintes) que percevaient les moines, comptabilité qui distinguait le seigle issu des champs et le pan de monte de moindre valeur commerciale, sans doute parce qu’il était quelque peu avenoso, c’est-à-dire mêlé d’avoine.

Tableau 4 : Rentes proportionnelles à la récolte du prieuré de Solme. Moyennes annuelles en fanegas

Tableau 4 : Rentes proportionnelles à la récolte du prieuré de Solme. Moyennes annuelles en fanegas

Source : Archivo del Reino de Galicia, Monasterios, libros 125 y 347 de Sobrado.
(a) Fanegas de seigle provenant des rozas, inclues dans le total des rentes sur cette céréale.
(b) Pourcentages de seigle ou de millet dans les rentes totales.
(c) Pourcentages des céréales des rozas sur l’ensemble des récoltes de seigle.

39D’après le cadastre d’Ensenada, les terres de cette comarca étaient laissées au repos un an sur deux, sauf celles de première qualité, et les montes ouverts étaient défrichés tous les deux ans et ensemencés de pan avenoso, c’est-à-dire d’un mélange de seigle et d’avoine. L’apparente diversification du système agraire est trompeuse, puisque la culture du millet souligne que le maïs n’était pas cultivé ici jusqu’au début du xixe siècle et que l’avoine était employée sur les pires terres comme substitut du seigle destiné à l’alimentation humaine. Le système agraire doit être considéré de manière globale et l’on ne peut pas se contenter d’analyser isolément la trajectoire de chaque céréale. On peut ainsi observer que, des années 1690 aux années 1730, les récoltes de seigle tombèrent à des niveaux très bas et que les paysans essayèrent de compenser en augmentant la production de millet. Cette voie de diversification agraire n’ayant pas connu le succès, ils se tournèrent vers d’autres ressources et notamment la culture du monte par le système des rozas. Les récoltes de pan de monte ou pan avenoso, commercialisées à un prix inférieur à celui du seigle des champs, sont attestées de façon sporadique dans les années 1690 et 1700 et devinrent régulières à partir de la décennie suivante. Les quantités enregistrées augmentèrent alors jusque dans les années 1780, avant que ne s’amorce une baisse, aussi bien en valeur absolue qu’en pourcentage, de la production totale de seigle.

  • 39 Dans les montagnes du nord où abondent les parcelles encloses et non soumises aux servitudes collec (...)

40À la fin de l’Ancien Régime, l’écobuage des montes avait certainement perdu de son importance à Solme : les rozas n’y produisaient qu’un seigle de mauvaise qualité et mêlé d’avoine et les habitants avaient diversifié leurs ressources alimentaires grâce à la culture de pommes de terre39. Dans les paroisses d’agriculture intensive de la Galice cantabrique, les rozas pesaient en revanche d’un grand poids parmi les terres que cultivaient les villageois.

Tableau 5 : Importance des rozas dans les exploitations paysannes de la Galice cantabrique d’après les inventaires post mortem

Tableau 5 : Importance des rozas dans les exploitations paysannes de la Galice cantabrique d’après les inventaires post mortem

Source : P. Saavedra, « Evolución de una agricultura de autoconsumo a través de los inventarios post mortem : la Galicia cantábrica, 1600-1800 », Documentación notarial y la historia : Actas del II Coloquio de Metodología Histórica Aplicada, Universidad de Santiago de Compostela, p. 329.

  • 40 O. Rey Castelao, Montes y política forestal…, p. 92-93.

41C’étaient souvent plus du tiers et, parfois, la moitié des céréales d’hiver qui étaient obtenues dans les rozas, utilisées dans cette partie de la Galice à produire surtout du blé avec des rendements très élevés comme il a déjà été souligné. La culture des montes s’y réalisait dans un système de rotation ternaire produisant deux récoltes en trois ans (céréales d’hiver une année, navets et maïs l’année suivante, ou millet avant le milieu du xviie siècle), avec des rendements montant jusqu’à 16 hl à l’hectare sur les meilleures terres (mais dans une source fiscale telle que le cadastre d’Ensenada, rappelons-le). Dans la province de Betanzos, où le système agraire était très semblable, Ofelia Rey Castelao a livré de précieux renseignements extraits de la composition des dîmes qui montrent qu’au milieu du xviiie siècle, une part significative du blé récolté par les paysans provenait des rozas40.

42Les données quantitatives aussi bien que l’enquête directe – à laquelle Abel Bouhier recouru de manière systématique dans les années 1960 – montrent que les rozas acquirent une importance croissante au cours du xviiie siècle. Dans les villages du centre de la province de Lugo, les inventaires post mortem consultés par Hortensio Sobrado le confirment.

Tableau 6 : Évolution de l’importance des rozas dans les exploitations agricoles du centre de la province de Lugo d’après les inventaires post mortem

Années

Nombre de cas

Hectares semés

% de rozas

1670-99

16

26,5

10

1700-29

104

136,3

17,9

1730-59

102

131,8

20,3

1760-89

58

76,5

20,7

1790-1849

12

13,5

26,2

Source : Hortensio Sobrado, Las tierras de Lugo en la Edad Moderna. Economía campesina, familia y herencia, 1550-1850, A Coruña, 2001, p. 259.

43À la fin du xviie siècle, la superficie semée par les paysans dans les rozas représentait 10 % de celle qu’ils labouraient ; dans la première moitié du xixe, elle s’élevait au quart, ce qui met bien en évidence que les cultures temporaires furent un moyen de faire face à la croissance démographique qui accompagna l’intensification du système agraire. Dès le début du xxe siècle, en outre, l’emploi d’engrais chimiques permit d’obtenir deux ou trois récoltes dans les rozas. À la récolte obtenue l’année du défrichement, succédaient une ou deux récoltes (restrevas), moins volumineuses que la première parce que le guano ne fertilisait pas aussi bien que la cendre.

  • 41 En 1970, les habitations couvertes de chaume (chaumières qui aujourd’hui peuvent se visiter dans le (...)

44Ce serait une erreur de considérer que les rozas n’étaient fondamentalement qu’une ressource de paysans pauvres. Les inventaires post mortem, assez détaillés dans la province de Mondoñedo, attestent, comme nous l’avons montré il y a des années, qu’il existait une corrélation positive entre l’extension des champs permanents et des rozas. Plus encore, il m’est permis d’affirmer à partir de ma propre expérience – qui va au-delà de la simple « observation participante » – que jusque dans les années 1970, les paysans de cette région étaient riches ou pauvres, en termes relatifs, en fonction de la quantité de seigle qu’ils récoltaient, et que les « grandes maisons » étaient grandes en raison de ce qu’elles semaient et récoltaient dans les rozas. En outre, le seigle semé dans le monte était de meilleure qualité, aussi bien pour son grain que pour sa paille, consistante, sans herbes mêlées et tout à fait appropriée à l’usage des toits de chaume qui couvraient les habitations et les porches41.

45Dans les années de pénurie qui suivirent la Guerre civile (1936-1939), c’est grâce aux écobuages que les paysans des montagnes de Lugo faisaient fuir la faim qui menaçait leurs foyers ; au contraire, dans un contexte où disposer de pain de seigle ou ne pas en disposer faisait toute la différence entre l’abondance et la faim, celui qui avait de bonnes terres à labourer et rechignait à prendre la houe se faisait une réputation de fainéant peu soucieux de nourrir ses enfants. Ce monde disparut dans les années 1965-1975, quand l’émigration massive vers les villes d’Allemagne, de France, des Pays-Bas et d’Angleterre, ainsi que vers celles de Catalogne et du Pays basque provoqua d’abord l’abandon de la culture des montes, puis des champs et, enfin, des habitations elles-mêmes. Bien que John Berger ait déclaré qu’il ne fallait pas mépriser cent ans de culture paysanne qui contribuèrent à forger une identité locale et qui concentraient l’œuvre et le savoir de générations entières, les traces laissées dans le paysage par cet effort peu commun gisent aujourd’hui enterrées sous la broussaille, le silence et l’oubli.

  • 42 V. Cabero, Espacio agrario y economía de subsistencia en las montañas galaico-leonesas : La Cabrera (...)
  • 43 P. Saavedra, « Los montes abiertos y los concejos rurales en Galicia en los siglos xvi-xviii : apro (...)
  • 44 Information recueillie lors d’un entretien avec le dernier répartiteur du monte, en 1982.

46La culture des montes communaux impliquait la privatisation des parcelles depuis le décapage du sol jusqu’aux moissons, puisque chaque famille, en effet, jouissait individuellement du lot que lui attribuait la communauté ; on ne recourrait pas ici aux pratiques de culture collective, qui étaient en usage dans certains villages de la montagne du Léon, étudiés par Valentín Cabero, où les récoltes des écobuages (bouzas) étaient réparties de manière égalitaire entre tous les habitants42. Les modes de répartition des lots entre les familles villageoises variaient selon la nature des montes qui n’était pas partout la même. Les montes de vara, par exemple, n’étaient communs que pour le pâturage : en effet, bien qu’ouverts et indivis, ils appartenaient en proportions inégales aux différentes maisons et, quand on en défrichait une partie, chaque maison recevait la quote-part qui correspondait à la part qu’elle possédait – certains habitants pouvaient d’ailleurs n’y avoir aucune part et des forains en posséder, au contraire, par héritage ou par achat. C’est que l’on se situe ici dans un contexte où la possession des champs et des montes était issue d’une répartition originelle entre les différentes maisons : l’une pouvait disposer du tiers du terroir, une autre en détenir le cinquième, une autre encore le huitième… Les varas n’étaient pas tant une mesure de surface qu’une unité permettant d’établir le pourcentage revenant à chaque maison. C’est ainsi qu’un hameau pouvait être divisé en 20 varas dont 4 appartenaient à une première maison, 6 à une autre, 2,5 à une troisième, etc. Les arpentages et les contrats de vente en offrent de nombreux exemples alors que le cadastre d’Ensenada est en général nettement plus imprécis et simplifie la réalité43. On me permettra de citer le cas du hameau du consejo de Burón dans lequel j’ai passé presque toute mon enfance, Ferreira de Arriba et ses cinq maisons. Le monte à écobuer y était réparti, le mardi de carnaval, en 24 varas qui faisaient un total de 288 palmos : trois maisons recevaient 48 palmos chacune (soit un sixième du total), une autre disposait de 38 palmos et celle qui en avait le moins en détenait 31. Toutes ensemble, elles détenaient 213 palmos ; les 75 restants (sur 288) appartenaient à des maisons étrangères au hameau, qu’ils aient été acquis par héritage ou par achat44.

47Dans les villages où les montes étaient communaux et dont l’accès était ouvert à tous ceux qui tenaient feu allumé, le terrain destiné chaque année aux écobuages était divisé en lots égaux attribués par tirage au sort entre les familles ; si l’une d’entre elles ne voulait pas le cultiver, elle pouvait le céder à une autre en échange de journées de travail ou d’autres ressources. C’était le cas le plus fréquent dans la province d’Ourense où les communautés paysannes étaient notablement fortes. En général, le fait que les seigneurs disposent du domaine éminent sur les communaux n’affectait en rien les formes d’exploitation : ce qu’il impliquait, c’était principalement le paiement d’une partie des céréales récoltées dans les rozas (entre le cinquième et le dixième). Dans un procès de 1783, le procurateur du monastère bénédictin de Lourenzá décrit de façon très claire la répartition des lots à écobuer dans la paroisse de Cedofeita. La moitié des terres cultivées et incultes appartenait à la communauté monastique qui les avait rétrocédées à ses colons. Et quand les montes, disait-il,

  • 45 « Hallan en sazón para fruto se juntan los vecinos y en todos los años subcesivamente separan una p (...)

« entrent dans la saison des travaux, les voisins se réunissent et, tous les ans, délimitent une parcelle à défricher et écobuer ; ils la divisent en 24 portions dont ils attribuent 12 aux colons du monastère […] qui paient [au monastère] leur part des récoltes en gerbes ainsi qu’une mesure de blé. Les 12 autres portions sont réparties entre les autres habitants ayant parts et intérêts dans les montes [… Et les unes et les autres], une fois récoltée et emportée la moisson des rozas qu’ils font tous les ans, sont laissées ouvertes au pâturage, aux coupes de bois et autres exploitations évoquées45 ».

  • 46 X. Balboa, O monte en Galicia…, p. 227-276.

48Les parcelles des montes communaux cultivées par le système des rozas étaient exploitées individuellement mais retrouvaient leur condition d’origine une fois enlevées les moissons. Toutefois, lorsque les engrais chimiques permirent d’allonger le cycle des récoltes, on vit se manifester ici aussi une propension des paysans à considérer comme leur propriété les lots écobués qui, suivant la tendance à l’individualisation qui marque tout le xxe siècle, finirent parfois par être enclos46.

***

  • 47 A. Bouhier, La Galice…, II, p. 903-906.

49Les rozas se maintinrent dans de nombreux villages de Galice jusque dans les années 1970. Depuis, l’exode rural et la reconversion des exploitations vers l’élevage et la production animale ont entraîné l’abandon des montes, leur conversion en prés ou en lieux d’exploitation forestière ; des changements soudains et radicaux qui ont liquidé des siècles de savoirs agricoles, comme le rappelait Abel Bouhier47 : les rozas ont disparu trop tôt et trop rapidement de Galice. Il s’agissait d’une pratique bien adaptée à une société de petits paysans, dotés de faibles moyens techniques et dépourvus de capitaux, d’une technique qui contribuait à régénérer le couvert végétal et à alimenter la population. Son existence dans la seconde moitié du xxe siècle était sans doute un anachronisme, mais un anachronisme peut-être préférable à son élimination radicale. Car celle-ci provoqua souvent la déshumanisation des montes, un autre aspect de la ruine et de l’abandon du monde rural, d’une désertification qui est aujourd’hui l’un des grands problèmes de la Galice, sans perspective de solution à ce jour.

Notes

1 Le pan de monte désigne le seigle obtenu sur les terres cultivées après écobuage.

2 « …/Le seigle/Atteint sa gloire dans les âpres essarts des buttes dorées » ; R. Otero Pedrayo, Xeórxicas do pan, éd. Silvia Penas, Vigo, 2013. L’auteur veut indiquer que les bonnes récoltes de seigle se trouvent dans les écobues des hautes terres de l’intérieur de la Galice, et non pas dans les vallées ou les régions côtières.

3 C. Lisón Tolosana, « Presentación », J.A. Fernández de Rota, Antropología de un viejo paisaje gallego, Madrid, 1984, p. 1-3.

4 On trouvera une description complète des rotations pratiquées au milieu du xviiie siècle dans A. Bouhier, La Galice. Essai géographique d’analyse et d’interprétation d’un vieux complexe agraire, La Roche-sur-Yon, 1979.

5 Réalisé de 1749 à 1753, à l’initiative du marquis de la Ensenada et à des fins de réforme fiscale, le cadastre d’Ensenada est une enquête de très grande ampleur qui a recueilli des informations très détaillées sur tous les villages de la Couronne de Castille. C. Camarero Bullón (éd.)., El Catastro de Ensenada. Magna averiguación fiscal para alivio de los vasallos y mejor conocimiento de los reinos, Madrid, 2002

6 Ainsi, par exemple, certaines vallées de la province d’Ourense atteignaient des densités de population comparables à celle de la province de Tui ; et dans des comarcas comme Celanova, l’agriculture se révélait très intensive, cf. D. Rodríguez Fernández, A terra e as xentes. Nacer, vivir e morrer na comarca de Celanova ó longo da Idade Moderna, A. Coruña, 1999, p. 37 et suiv. On trouve une abondante information sur la distribution du peuplement en 1787 dans A. Eiras Roel, La población de Galicia, 1700-1860, Santiago de Compostela, 1996, p. 157 et suiv.

7 Cf. J. M. Pérez García, « En los límites del virtuosismo agrario tradicional : la fertilidad de la comarca del Bajo Miño (1730-1860) », Ler História, 36, 1999, p. 221-224 ; Id., « Entre regar y no regar : la intensa disputa por unos recursos hídricos colectivos escasos en la Galicia Meridional (1600-1850) », F.J. Aranda Pérez (coord.), El mundo rural en la España moderna, Cuenca, 2005, p. 557 et suiv. ; Id., « Las utilidades del inculto y la lucha por sus aprovechamientos en la Galicia Meridional (1650-1850) », Obradoiro de Historia Moderna, 9, 2000, p. 79-107. Voir aussi P. Saavedra, « El agua en el sistema agropecuario de Galicia », A. Marcos Martín (coord.), Agua y sociedad en la época moderna, Universidad de Valladolid, 2009, p. 49 et suiv.

8 José Lucas Labrada affirmait que « le tiers des terres qui sont cultivées aujourd’hui est issu de défrichements de terres qui étaient incultes il y a cinquante ans » : Descripción económica del Reino de Galicia, Ferrol, 1804 (rééd. Fr. Río Barja, Vigo, 1971, p. 199). Sur les fraudes durant les opérations de cadastration : J. M. Pérez García, « Fuentes de control de los catastros fiscales : las escrituras de protocolos », Actas de las I Jornadas de Metodología Histórica Aplicada a las Ciencias Sociales, Universidad de Santiago de Compostela, 1975, vol. III, p. 203-212 ; Id., « Un chequeo al catastro del Marqués de Ensenada en la comarca del Bajo Miño », Cuadernos Feijonianos de Historia Moderna, 1, 1999, p. 153-192.

9 Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 2a Remesa, leg. 1.977 : un tableau signale la superficie cadastrée pour chaque type de cultures.

10 C’est sans doute à Abel Bouhier que l’on doit la meilleure intelligence du rôle des montes dans l’agriculture galicienne traditionnelle (A. Bouhier, La Galice…, vol. II, p. 755-1060). Voir aussi : X. Balboa, O monte en Galicia, Vigo, 1990 (qui analyse en détail l’exploitation croissante des montes à des fins agricoles) ; P. Saavedra, Das casas de morada ó monte comunal, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 1996, p. 331 et suiv. ; O. Rey Castelao, Montes y política forestal en Galicia, Universidad de Santiago de Compostela, 1995.

11 Sur les activités complémentaires ou la « pluri-activité paysanne » : X. Carmona, El atraso industrial de Galicia, 1750-1950. Auge y liquidación de las manufacturas textiles, Barcelona, Ariel, 1990 ; A. Artiaga et A. Fernández González, « Labradores, gandeiros, artesáns e traficantes : unha aproximación ás actividades productivas da poboación rural en Galicia, 1750-190 », Sémata. Revista de Humanidades e Ciencias Sociais, 9,1998, p. 307-341.

12 « No hubiera en algunas partes de Galicia tierra cultivada si fuese menor el espacio de los comunes, ni se conociera la plata/el numerario/en otras si hubiese más montes reducidos a cultura : mantiénenlos en las primeras/partes/la necesidad de tojos para hacer estiércol, con que se abonan las tierras laborables, y los conserva en las segundas la ventaja que concede el comercio de los ganados. Este robusto nervio de Galicia, tan útil al real erario como a los propios dueños pone los intereses de la montaña más estéril en competencia con el valle más ameno : nunca se beneficiara/vendiera/ el prodigioso número de mulas, ni la multitud de bueyes que pasan a Castilla, Portugal y Andalucía si transformadas las asperezas en tierras cultas [los ganados quedasen sin pastos] », R. Saurín de la Iglesia, Reforma y reacción…, p. 200-208.

13 «La seguridad de labradores que cultivan sus haciendas», ibid.

14 «La subsistencia de sus ganados, de sus hogares, de sus fábricas, de sus hornos y aun de sus propias vidas», ibid.

15 «Propáguese en las Castillas y parte de Andalucía la agricultura, pues tienen espacios dilatadísimos de tierras abandonadas», ibid.

16 P. Saavedra, Economía, política y sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Madrid, 1985, p. 207. Sur les conflits relatifs à l’usage des montes, voir. O. Rey Castelao, Montes y política forestal…, p. 51-161, et P. Saavedra, Das casas de morada…, p. 331-386.

17 J. M. Pérez García, « Niveles y transformaciones de la ganadería de Galicia en el siglo xvii », Cuadernos de Estudios Gallegos, 98, 1982, p. 87-177 ; J.E. Gelabert, Santiago y la tierra de Santiago de 1500 a 1650, Sada, 1982, p. 64-94

18 A. Eiras Roel, Estudios sobre agricultura y población en la España moderna, Santiago de Compostela, 1990 ; P. Saavedra, « Petite exploitation et changement agricole en Galice à l’intérieur d’un vieux complexe agraire. Les campagnes de Galice entre 1500 et 1850 », Histoire et sociétés rurales, 12, 1999, p. 63-108 ; J.M. Pérez García, « La España agraria septentrional durante el Antiguo Régimen (1500-1850) », Studia Historica, 29, 2007, p. 83-129.

19 P. Saavedra, « O que non se pode medir : os recursos do comunal nas economías campesiñas de Galicia de 1600 a 1850 », Congreso de Montes Veciñais, Santiago de Compostela, 1996, p. 59-60.

20 « Aunque en ellos/los montes/se coje algún tojo, sirve para estivadarlos/para quemar en las rozas/ y mezclar con el abondo para laborear las tierras » : Archivo Histórico Provincial de Lugo, Catastro de Ensenada, Real de Legos e Interrogatorio des paroisses mentionnées. Dans le cas de San Juan de Piñeira il ne semble pas que les montes étaient cultivés et la valeur élevée qui leur est attribuée s’explique sans doute en partie par la vente de bois sur le marché de la toute proche ville de Ribadeo.

21 Pour la province de Tui (Bajo Miño), J.M. Pérez García, « Las utilidades del inculto y la lucha por sus aprovechamientos en la Galicia meridional (1650-1850) », Obradoiro de Historia Moderna, 9, 2000, p. 81. Pour les provinces de La Coruña, Betanzos y Lugo, O. Rey Castelao, Montes y política forestal…, p. 65 et 86-95 (qui utilise un échantillon de 252 paroisses de Lugo, 49 de Betanzos et 9 de La Coruña). Pour les montagnes septentrionales, nous avons utilisé les données des paroisses de Boimente, Bravos, Cabanas (2) et Ourol à l’Archivo Histórico Provincial de Lugo, Catastro de Ensenada, Respuestas Generales. De même pour les paroisses de Mosteiro et Castelo del concejo de Cervantes, et pour celles de Arroxo, Bastida, Freixo, Logares (San Andrés), Neiro, A Pobra y Suarna, de Burón.

22 À Friol, dans la province de Lugo, le monte privatisé représentait 19,9 % de la superficie des exploitations familiales ; voir. O. Pedrouzo Vizcaíno, El arciprestazgo de Narla en el Antiguo Régimen : un estudio de Historia Rural, Memoria de Licenciatura inédita, Universidad de Santiago de Compostela, 1981, p. 103.

23 Archivo Histórico Provincial de Pontevedra, Libros Reales de Tomiño y Valeixe (Bajo Miño), et Archivo Histórico Provincial de Ourense, Libro Real de San Pedro de Alais. La province d’Ourense est très diverse, avec des terres en rotation biennale et d’autres en cultures intensives et cultures irriguées, de là vient que les montes étaient distingués selon qu’ils produisaient ou non ajoncs et genêts. À San Juan de Laza, par exemple, les habitants distinguaient les « touzas, dehesas o carballeiras [robledales], que todo es uno », des « montes torgales, poulas, tojales o matorrales, que todo es uno ». Les premiers produisaient du bois de chauffe et les seconds, principalement, des ajoncs. À San Pedro de Mourillós, de même que dans d’autres paroisses du sud d’Ourense (comarca de Celanova), los montes ouverts de première et deuxième catégorie produisaient des ajoncs, ceux de troisième catégorie n’offrant que quelques pâturages pour la « détente » des troupeaux. Ibid.

24 J.M. Pérez García, « Las utilidades del inculto… », p. 85-97 ; H. Rodríguez Ferreiro, A xurisdicción do Morrazo, ss. XVII-XVIII, Pontevedra, 2003, vol. II, p. 26 et 270-273.

25 « Pero por esta misma causa vinieron a empobrecerse los fundos que de antiguo estaban en cultura, pues reduciéndose los pastos y lugares en donde podía extraerse el tojo para los abonos, éstos disminuyeron, originándose de aquí también la subida del precio de los montes » : X. Balboa et L. Fernández Prieto, « Evolución das formas de fertilización na agricultura atlántica entre os séculos xix-xx. Do toxo aos fosfatos », L. Fernández Prieto (éd.), Terra e progreso. Historia agraria da Galicia contemporánea, Vigo, 2000, p. 286. Dans le même volume, on pourra consulter la réédition de X. Balboa, « Comunidade campesiña e terras de propiedade colectiva : a utilización do monte na Galicia do século xi », Quaderni Storici, 1992, p. 853-872.

26 « Otra providencia para nuestros aldeanos es el tojo, el sagrado tojo que debiera ser el emblema regional. Esa sí que es máquina de labrar incomparable » : X. Carmona, « Sobre as orixes da oreintación exportadora na producción bovina galega : as exportacións a Inglaterra na segunda metade do século xix », L. Fernández Prieto, Terra e progreso…, p. 305-352 (cette importante étude a été publiée pour la première fois en 1982, dans les annexes de la revue Grial, à Vigo).

27 A. Bouhier, La Galice…, II, p. 879-887, et les cartes hors texte n ° 11 et 12, que nous reproduisons ici avec certaines adaptations.

28 Les rozas étaient appelées de divers noms en langue galicienne : estivadas, cavadas, searas, vedros, bouzas (utilisé aussi en Léon).

29 Archivo Histórico Provincial de Ourense, Clero, Celanova, libro 202 (312 antiguo), de la fin du xvie siècle, début du xviie. Voir également les livres 227 y 281 (388 y 231 antiguos), avec une liste des montes et tapadas (enclos), possédés sans autorisation, et le livre 221 (255 viejo) avec les autorisations d’écobuer et les « arrangements » avec les auteurs d’enclosures clandestines.

30 Archivo del Reino de Galicia (Coruña), Papeles Cornide, leg. 5, núm. 82 : « Se profunda bien con el arado, o con el azadón, para levantar grandes terrones ; éstos se amontonan de cuatro en cuatro varas de distancia unos montones de otros, y cuando están bien tostados del sol, por el mes de julio o agosto, se les pone fuego y arden hasta que se vuelven ceniza ; ésta la esparcen con unos ligones para cubrir de ella aquellos espacios entre los montones. Se aran después dos veces y se siembran por el mismo mes de noviembre. »

31 Fr. M. Sarmiento, Catálogo de voces y frases de la lengua gallega, edición y estudio de J.L. Pensado, Universidad de Salamanca, 1973, p. 100-101. Pour désigner le labour au vesadoiro Sarmiento utilise aussi le verbe « charruer » dérivé de charrue en français. En revanche, pour le travail à l’araire, il emploie le mot « chatouiller », en français également : « ¿ qué será ver a una pobre gallega que está arando con dos famélicas vaquillas, y acaso paridas de poco, y tal vez quizá parida do poco la dicha gallega ? […]. Eso no será arar, ni aun arañar, sino chatouiller la tierra en francés o, por rodeo, en castellano, hacer cosquillas a la tierra en lugar de ararla », ibid., p. 100. Sarmiento est né en 1695, l’unique fois où il put observer un vesadoiro doit donc être située dans les années 1705-1708. Ne connaissant pas l’étymologie du mot, il écrit besadoiro et besar, alors qu’il devrait écrire vesadoiro.

32 Ibid.

33 Cité par B. Barreiro Mallón, La jurisdicción de Xallas en el siglo xviii. Población, sociedad y economía, Universidad de Santiago de Compostela, 1973 (2e éd., 1978, p. 284).

34 Les différences entre écobuages, essartages et autres modalités de l’agriculture du feu sont très bien présentées par F. Sigaut, L’agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques du préparation du champ de l’ancienne agriculture européenne, Paris, 1975. On peut aussi consulter l’inestimable M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural : les mots du passé, Paris, 1997 (il y est affirmé que les écobuages n’étaient pas pratiqués avant le xvie siècle, ce qui me paraît très discutable). Voir également le court travail de J. Miret i Mestre, « Las rozas en la Península Ibérica. Apuntes de tecnología agraria tradicional », Historia Agraria. Revista de agricultura e historia rural, 34, 2004, p. 165-193.

35 A. Antoine, Fief et villages du Bas Maine, au xviie siècle, Mayenne, 1994 ; Ead., Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, 2001, p. 217-228. Voir aussi P.-J. Hélias, Le Cheval d’Orgueil, Paris, 1975.

36 Voir F. Sigaut, L’agriculture et le feu…, p. 99-111 ; X. Balboa, O monte en Galicia…, p. 26-29 ; A. Bouhier, La Galice…, II, p. 942-943.

37 Archivo Histórico Provincial de Lugo. Catastro, aux diverses paroisses.

38 Même si, comme on l’a déjà souligné, les habitants des régions de rotation biennale affirmaient en 1750 qu’il n’y avait pas de différence de rendement entre les montes privés et les montes communaux.

39 Dans les montagnes du nord où abondent les parcelles encloses et non soumises aux servitudes collectives, la culture des pommes de terre se diffusa rapidement à partir des années 1760. Voir M.X. Rodríguez Galdo y F. Dopico, « Novos cultivos e agricultura tradicional : a pataca en Galicia nos séculos xviii e xix », Revista Galega de Estudios Agrarios, 3, 1980, p. 11-35.

40 O. Rey Castelao, Montes y política forestal…, p. 92-93.

41 En 1970, les habitations couvertes de chaume (chaumières qui aujourd’hui peuvent se visiter dans les villages-musée comme Piornedo) étaient déjà rares, mais pas les greniers et autres constructions annexes. Actuellement, une des difficultés pour renouveler la couverture des greniers de l’est du pays, greniers circulaires, est le manque de paille, dû à l’abandon de la culture du seigle.

42 V. Cabero, Espacio agrario y economía de subsistencia en las montañas galaico-leonesas : La Cabrera, Universidad de Salamanca, 1980 ; id., « Cultivos marginales, temporales y concejiles en las montañas galaico-leonesas : las bouzas », Congreso de Historia Rural, siglos xv al xix, Madrid, 1984, p. 669-779.

43 P. Saavedra, « Los montes abiertos y los concejos rurales en Galicia en los siglos xvi-xviii : aproximación a un problema », Cuadernos de Estudios Galegos, t. 33, 1982, p. 191-198. A. Bouhier, La Galice…, II, p. 841-851.

44 Information recueillie lors d’un entretien avec le dernier répartiteur du monte, en 1982.

45 « Hallan en sazón para fruto se juntan los vecinos y en todos los años subcesivamente separan una porción para rozar y estivadar/cavar/, y al efecto hacen de la ansí señalada [porción] veinte y cuatro plazas o piezas, y de éstas dejan las doce para los colonos […], quienes pagan [al monasterio] del fruto que en ellos cogen su quiñón en manojo y además cada uno de ellos un ferrado de trigo, y las otras doce plazas o piezas las reparten entre sí los demás vecinos partícipes e interesados en los propios montes [… y en unos y otros,] de alzado y cogido el fruto de las estivadas/rozas/que respectivamente hacen en cada un año, se dejan en abierto para el pasto, corta de leña y más aprovechamientos referidos » : P. Saavedra, Economía, política y sociedad…, p. 144. Sur la façon de répartir les lots dans les rozas de la comarca d’Ourense au début du xxe siècle : N. Tenorio, La aldea gallega : estudio de derecho consuetudinario y economía popular, Cádiz, 1914 (rééd. C. García Martínez, Vigo, 1982, et 3e éd. J. A. Durán, Aldeas, aldeanos y labriegos en la Galicia tradicional, Madrid, 1984).

46 X. Balboa, O monte en Galicia…, p. 227-276.

47 A. Bouhier, La Galice…, II, p. 903-906.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search