Version classiqueVersion mobile

Cultures temporaires et féodalité

 | 
Roland Viader
, 
Christine Rendu

Percevoir les cultures temporaires dans les analyses palynologiques du Massif armoricain

Aurélie Reinbold

Texte intégral

  • 1 D. Galop, « Les apports de la palynologie à l’histoire rurale. La longue durée des activités agrop (...)

1Un système de culture temporaire est la succession de plusieurs stades de végétation. Lors d’un abandon du territoire, une culture est suivie du développement de friches, de fourrés, de fourrés pré-forestiers et enfin de boisements marquant une recolonisation forestière. Dans d’autres cas, les cultures temporaires s’inscrivent dans une gestion du territoire qui suppose un entretien des friches par pâturage ou écobuage, empêchant ainsi le développement des fourrés. Sur un diagramme palynologique, une culture temporaire sera donc marquée par l’enregistrement des taxons polliniques marqueurs des lieux cultivés, des friches suivies, s’il y a recolonisation forestière, des fourrés et des boisements. Du fait des biais liés aux conditions de sédimentation, la succession des stades de végétation n’est pas forcément bien visible et les milieux peuvent être enregistrés sur un même niveau. Par conséquent, il est difficile de percevoir les rotations culturales. Toutefois, la plus grande précision des méthodes de calibration des dates radiocarbones, les connaissances acquises sur la pluie pollinique et les essais de spatialisation du signal pollinique permettent de prendre en compte ces phénomènes ponctuels. Didier Galop a ainsi enregistré la trace de cultures temporaires au Néolithique à Cuguron1.

  • 2 I. Catteddu (dir.), Ille-et-Vilaine, Châteaugiron, ZAC la Perdriotais. Archéologie et environnemen (...)
  • 3 D. Barbier et al., « Une source pollinique et son exploitation. À propos de la tourbière de Glatin (...)
  • 4 Voir la contribution d’A. Antoine dans le présent volume.

2Dans le Massif armoricain, les cycles culturaux peuvent être perçus par les analyses carpologiques comme à Châteaugiron où Marie-Pierre Ruas émet l’hypothèse de « la pratique de cycles longs où alternent années d’herbages (prairies temporaires) et semis céréalier2 » mais ils sont encore peu envisagés dans l’Ouest par la palynologie. Seule Delphine Barbier émet l’hypothèse d’un système de rotation culturale associée à de longues jachères à Glatinié3. Il s’agit pourtant de pratiques connues, notamment à la période moderne4.

3Cet article se propose de montrer sous quelles conditions une culture temporaire peut être perçue dans les analyses palynologiques, puis de présenter les marqueurs généraux des cultures temporaires et les marqueurs spécifiques au Massif armoricain. Enfin, la perception de cultures temporaires sera illustrée par une analyse portant sur le haut Moyen Âge, réalisée à Sérigné en Haute-Bretagne.

Autour du signal des cultures temporaires. L’espace et le temps : une question de moyenne

4Si la palynologie est en mesure d’enregistrer le signal des cultures temporaires, les biais intrinsèques à la discipline font que ce signal ne peut être perçu que sous certaines conditions. Ainsi, les analyses polliniques sont dépendantes de la vitesse de dépôt des sédiments étudiés. Chaque centimètre est une moyenne de plusieurs années de pluie pollinique. Plus la sédimentation sera lente, plus grand sera le nombre d’années comprises dans un centimètre de dépôt. Cependant, la plus grande précision dans les méthodes de calibration des datations C14, l’affinement des modèles âge/profondeur, ainsi que la résolution plus fine des analyses palynologiques permettent de dépasser en partie ce biais.

  • 5 A. Antoine, Le paysage de l’historien, Rennes, 2000, p. 176 et 181.
  • 6 Les définitions des incultes, des pratiques associées et de leur superficie sont celles d’A. Antoi (...)
  • 7 C. Brun, Archéophytes et néophytes. Pour une nouvelle détermination des marqueurs polliniques de l (...)
  • 8 J. Heim, Les relations entre les spectres polliniques récents et la végétation actuelle en Europe (...)

5Pour assurer une bonne conservation des grains de pollen, ceux-ci doivent s’être déposé dans un milieu anaérobie. En contexte naturel, les zones humides (tourbières, lacs, marais, etc.) sont les plus propices à la conservation pollinique. Sur site archéologique, les analyses sont souvent menées sur des structures en creux (fosses, fossés, puits). Ces contextes d’analyse offrent un éventail de potentialités dans la perception des cultures temporaires. Ils peuvent en effet recouvrir des territoires variés depuis les incultes de longue durée5 jusqu’aux rotations culturales pratiquées à proximité des sites d’habitat6. En contexte archéologique, il faut toutefois tenir compte des éventuels problèmes de conservation et/ou d’apports anthropiques (fumier, litière, foin, résidus des récoltes) qui peuvent perturber le signal pollinique. Il faut enfin souligner que la plupart des taxons composant le signal pollinique des milieux cultivés, des friches et des fourrés ont une production et/ou une dissémination très faible7. Ils sont donc issus de la végétation locale, c’est-à-dire une zone de 100 m autour du point de sondage8. De ce fait la palynologie ne perçoit les déplacements des cultures et les successions de stades de végétation qu’à grande échelle. Il est difficile avec un seul sondage de percevoir, par exemple, les déplacements et successions des cultures à l’échelle d’un domaine.

6Saisir les changements spatiaux des cultures temporaires reste par ailleurs une question de moyenne. Le signal des cultures temporaires étant un signal ténu, basé sur l’étude des variations des courbes polliniques, il est plus facilement saisi sur des espaces faiblement cultivés. Si une terre est abandonnée et qu’une terre en jachère est remise en culture simultanément et à égale distance du point de sondage, le signal enregistré restera le même. Derrière des courbes continues de céréales peuvent donc potentiellement se cacher des situations de cultures temporaires.

Les indicateurs des cultures temporaires : pollens, ascospores et micro-charbons

Les indicateurs des cultures temporaires

  • 9 Peu de pollens sont déterminés à l’espèce. La plupart ne sont déterminés qu’au rang du genre, voir (...)
  • 10 K.-E. Behre, « The interpretation of anthropogenic indicators in pollen diagrams », Pollens et spo (...)
  • 11 C. Brun, Archéophytes et néophytes…, p. 263.

7Pour mesurer l’emprise de l’homme sur son environnement, les palynologues s’appuient sur des types polliniques9 inféodés aux milieux anthropisés que l’on nomme marqueurs ou indices polliniques d’an thropisation (IPA)10. Ces IPA regroupent les types polliniques des espèces cultivées, des plantes rudérales et des plantes accompagnatrices des cultures. Depuis plusieurs années, les palynologues ne se contentent plus seulement de détecter les phases d’emprise et de déprise de l’homme sur son environnement à partir de ces IPA. Ils cherchent à déterminer à échelle fine les pratiques anthropiques, leur distance par rapport au point de sondage, leur superficie et leur durée. Les palynologues s’appuient pour cela, entre autres, sur la production et la dispersion polliniques, différentes pour chaque taxon. Des analyses menées sur la pluie pollinique actuelle ont permis d’évaluer, pour chacun des marqueurs anthropiques, la valeur des occurrences et fréquences enregistrées dans les analyses fossiles11.

  • 12 Voir la contribution de M.-Cl. Bal dans le présent volume.

8Il faut ajouter aux indices polliniques d’autres signaux complémentaires. Le pâturage pratiqué sur les espaces laissés en friche et l’écobuage peuvent être pistés grâce à d’autres indicateurs. Les micro-charbons présents en forte quantité peuvent signer la trace de brûlis12. Certaines spores de champignons indiquent la présence locale d’activités humaines comme le brûlis ou le pâturage.

Les taxons indicateurs des cultures temporaires en Bretagne

  • 13 L. Visset, « La tourbière de Landemarais en Parigné (Ille-et-Vilaine, France) », partie 2 : « Étud (...)
  • 14 C. Brun, Archéophytes et néophytes…
  • 15 J.-C. Gloaguen et al., « Étude des successions après abandon des pratiques culturales en Bretagne  (...)

9Seules deux analyses sur la pluie pollinique actuelle ont été menées dans le Massif armoricain et aucune ne porte sur les marqueurs polliniques des cultures temporaires13. Les taxons indicateurs des cultures, friches et fourrés ont donc été définis en croisant les recherches menées sur la dispersion et la production polliniques des taxons marqueurs des lieux cultivés et en friche14, ainsi que les études sur l’enfrichement des champs réalisées sur le Massif armoricain depuis les années 196015. Ces dernières permettent d’approcher les dynamiques de succession de végétation post-culturales, en fonction de la durée d’abandon, de l’ouverture du milieu et du niveau d’hydrométrie du sol. Le tableau 1 synthétise l’ensemble des données. Il indique pour chaque stade de végétation, les espèces de la flore recensées et les types polliniques correspondants.

  • 16 B. Clément, Structures et dynamique des communautés et des populations végétales des landes breton (...)
  • 17 B. Clément, Structures et dynamique…, p. 316.
  • 18 B. Clément, « Déterminismes des landes », op. cit., p. 27.
  • 19 Ibid., p. 28.
  • 20 Ibid., p. 28.

10L’écologue Bernard Clément s’est intéressé aux effets des activités humaines sur les landes du Massif armoricain16. Ces études concluent que le pâturage, la fauche ou l’écobuage maintiennent la végétation à l’état de fourrés en empêchant le développement des boisements, ou modifient la composition floristique des landes17. La bruyère et la callune en particulier sont de bons indicateurs de l’activité humaine. Sur les landes les plus sèches, seules les contraintes anthropiques assurent le maintien d’une lande à bruyère18. Sur les prairies et landes mésophiles, la population à callune n’est maintenue que par un pâturage extensif. En l’absence de pâturage, celle-ci décroît au profit du prunellier et de l’aubépine, la lande ou la prairie abandonnée passant à l’état de fourrés pré-forestiers19. Dans le cas d’un surpâturage, la population à callune régresse au profit des graminées20. Par conséquent, son enregistrement continu sur les diagrammes polliniques, s’il est associé à d’autres indicateurs de la présence de prairies humides abandonnées ou de landes, indiquerait une gestion extensive du milieu.

Tableau 1 : Espèces indicatrices et taxons polliniques correspondants dans les différents stades de végétation liés aux cultures et à leur abandon dans le Massif armoricain

espèces de la flore relevées dans les milieux

type pollinique

CULTURES

Mouron des champs (Anagallis arvensis)
Bleuet (Centaurea cyanus)
Blé (Triticum sp.)
Orge (Hordeum vulgare)
Avoine (Avena sp.)
Liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Sarrasin (Fagopyrum esculentum)
Renouée faux liseron (Fallopia convolvulus)
Fumeterre (Fumaria sp.)
Coquelicot (Papaver rhoeas)
Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare)
Seigle (Secale cereale)
Scléranthe annuel (Scleranthus annuus)

Anagallis-type
Centaurea cyanus
Cerealia-type
Cerealia-type
Cerealia-type
Convolvulus
arvensis-type
Fagopyrum esculentum
Fallopia convolvulus-type
Fumaria
Papaver rhoeas-type
Polygonum aviculare-type
Secale
Scleranthus annuus-type

FRICHES

Mouron des champs (Anagallis arvensis)
Callune (Callunavulgaris)
Bruyère (Erica sp.)
Ivraie multiflore (Lolium multiflorum)
Avoine bulbeuse (Arrhenatherum bulbosum)
Petite oseille (Rumex acetosella)
Jonc des crapauds (Juncus bufonius)
Ortie (Urtica sp.)

Anagallis-type
Calluna
Erica
POACEAE
POACEAE
Rumexasetosa-type
JUNCACEAE
URTICACEAE

FRICHES/FOURRES

Cirse des champs (Cirsium arvense)
Stellaire graminée (Stellaria graminea)
Houlque molle (Holcus mollis)
Linaire striée (Linaria striata)
Genêt (Cytisus scoparius)

Cirsium-type
Cerastium-type
POACEAE
SCROPHULARIACEAE
Genista-type

FOURRES

Bourdaine (Frangula alnus)
Ajonc (Ulex sp.)
Prunellier (Prunus spinosa)
Fougère aigle (Pteridium aquilinum)
Ronce (Rubus sp.)
Saule (Salix sp.)

Frangula alnus
Genista-type
Prunus
Pteridium aquilinum
Rubus
Salix

Une question de variations

11Derrière les courbes continues des marqueurs de friches, de fourrés et des lieux cultivés et rudéraux, peuvent se cacher des cultures temporaires mais aussi des rotations culturales ou encore plusieurs milieux qui coexistent sans se mêler. Aussi le meilleur indicateur de la présence d’une culture temporaire est la variation et la succession des signaux enregistrés. Compte tenu des biais chronologiques évoqués plus haut, cette succession peut être perturbée, les signaux des différentes pratiques se superposant. Une analyse à maille resserrée permet d’affiner la chronologie et de repérer plus facilement les changements culturaux. Par ailleurs, il faudrait multiplier les sondages sur un même espace afin de spatialiser les signaux enregistrés et envisager ainsi les systèmes de rotation et de déplacement de pratiques. Cela n’est possible qu’à la condition d’avoir une vitesse de sédimentation similaire pour l’ensemble des sondages.

Une étude de cas : indices de cultures temporaires au haut Moyen Âge près de la forêt de Rennes

  • 21 A. Lunven, Construction de l’espace religieux dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo. (...)
  • 22 M. Brand’honneur, Les mottes médiévales en Ille-et-Vilaine, Rennes, 1990.
  • 23 J.-C. Meuret, Évaluation chrono-structurelle sur tertre à structures fossoyées en forêt de Rennes. (...)
  • 24 P. Guigon, « Rallion en la Bouexière : cimetière militaire ou nécropole paroissiale », C. Laurent, (...)

12Une analyse palynologique a été réalisée dans l’actuel étang de Sérigné (Liffré, Ille-et-Vilaine) situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la ville de Rennes au sein du massif forestier de Rennes-Liffré. L’occupation du bourg n’est connue qu’à partir du xiie siècle, lorsque l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt établit une chapelle et un cimetière à Sérigné au sein de la foresta comtale21. À la même période, deux mottes sont implantées dans le secteur, dont une à proximité de la vallée22. L’absence de sources écrites et archéologiques ne permet pas de connaître l’occupation du site avant le xiie siècle, mais les prospections et fouilles archéologiques indiquent que le territoire alentour n’est pas inhabité. Des occupations du haut Moyen Âge sont attestées dans l’actuelle forêt de Liffré au nord de Sérigné23 et au sud à Rallion24.

13Le diagramme palynologique présenté est un extrait compris entre les viie-viiie siècles et le xiie siècle. Il correspond à une zone traversée par des indices de cultures temporaires. La représentation des taxons polliniques étant exprimée en fréquences relatives, l’aulne a été exclu de la somme de base afin de faire mieux ressortir les variations des taxons marqueurs des lieux cultivés, rudéraux ou en friche.

Des indices de cultures temporaires

14Des viie-viiie au xiie siècle, la vallée est occupée par un cours d’eau bordé de quelques aulnes et saules. La forte représentation des Graminées indique que le vallon est recouvert par des prairies, humides (présence des Cypéracées et des Renonculacées) et plus sèches (présence des plantains). L’enregistrement continu de marqueurs ruraux comme les plantains ou les Cichorioidées témoigne de la présence permanente de l’homme. La variation des courbes montre toutefois que cette présence s’exerce à différents degrés d’intensité.

Figure 1 : Carte de situation

Figure 1 : Carte de situation
  • 25 Y. Miras, L’analyse pollinique du plateau de Millevaches (Massif central, France) et de sites péri (...)
  • 26 Ibid., p. 111. M. Court-Picon, Mise en place du paysage dans un milieu de moyenne et haute montagn (...)

15Tout au long de la période, le rapport entre la somme des taxons d’arbres et arbustes et celle des taxons d’herbacées varie autour de 40-50 %, signalant un milieu déjà très ouvert25. Les versants de la vallée sont certainement recouverts par une hêtraie-chênaie. En effet, les valeurs relativement fortes du hêtre, au vu de sa faible capacité de dispersion, indiquent que cette essence est très présente localement ou dans le voisinage26.

  • 27 R. Corillion, Carte de la végétation de la France au 200 000e. Notice détaillée des feuilles armor (...)

16Par ailleurs, le hêtre se maintient en Bretagne dans les milieux déboisés lorsque les conditions hygrométriques lui sont favorables27. Les essences héliophiles comme le noisetier et le bouleau indiquent par ailleurs que l’on pourrait être en présence de boisements dégradés.

  • 28 C. Brun, Archéophytes et néophytes…, p. 230.
  • 29 Ibid., p. 231. Dans les environs de Sérigné, le cirse ne croît actuellement que sur les friches an (...)

17Au début de la période (zone a), la hêtraie est ouverte au profit des Graminées. Le milieu est dominé par des prairies et les variations des taxons indicateurs de fauche et de pâturage (plantains, oseille-type, Urticacées, sporormiella sp.) témoignent d’un usage extensif de ces prairies. Les simples occurrences de ces taxons signalent en effet une présence régionale alors que les enregistrements plus importants signent une présence locale (< 100 m) ou dans le voisinage (< 500 m)28. Les courbes du seigle et des plantes accompagnatrices des cultures comme le bleuet enregistrent elles aussi des variations. Ces phases de cultures sont concomitantes de la présence du cirse-type, marqueur local de lieux abandonnés29. Ces enregistrements de cultures et de friches peuvent signifier deux modes de gestion du territoire. On peut être en présence de cultures temporaires au sein de prairies gérées de façon extensive, les variations dans les courbes d’enregistrement signalant un rapprochement puis un éloignement des cultures. Ces cultures peuvent aussi s’étendre ou se rétracter localement autour du point de sondage.

18Dans la deuxième période (zone b), les marqueurs de lieux cultivés et rudéraux sont beaucoup plus présents, même si leur courbe d’enregistrement varie toujours. Le signal continu du seigle pourrait être vu comme la présence de cultures permanentes, mais il coexiste avec le cirse-type, l’oseille-type ainsi que les Cichorioidées qui sont à leur valeur maximale. Cette phase est aussi traversée par les plus forts taux de micro-charbons. On est donc plus certainement en présence de cultures temporaires. L’enregistrement quasi continu du seigle peut être dû soit à un espace plus densément occupé par les cultures, soit à des rotations plus rapides. Ces cultures sont intégrées ou voisines d’un ensemble de prairies fauchées et pâturées, et de boisements dégradés.

19Durant la dernière période (zone c), avant la mise en eau d’un étang, l’enregistrement de l’ensemble des marqueurs est de nouveau plus fluctuant. Les prairies pâturées et fauchées sont toujours présentes, mais leur gestion, tout comme celle des cultures, semble être de nouveau plus extensive, que ce relâchement ait lieu dans l’espace ou dans le temps.

Figure 2 : Diagramme pollinique partiel de Sérigné (Ille-et-Vilaine)

Figure 2 : Diagramme pollinique partiel de Sérigné (Ille-et-Vilaine)

Mise en perspective du signal enregistré

20L’ouverture de la hêtraie sur les versants du fond de vallée autour des viie-viiie siècles marque la mise en place d’un nouveau système de gestion agricole dans la vallée de Sérigné. Les archives sédimentaires permettent de remonter à la fin du ve ou au début du vie siècle. Les données palynologiques y enregistrent un milieu assez identique à celui observé au tout début de la zone a. Les cultures ne sont pas enregistrées localement, le fond de vallée étant occupé par des prairies anthropisées, au sein d’un territoire encore très marqué par la hêtraie.

21Au-delà du xiie, il nous est difficile d’estimer la pérennité du système de cultures temporaires observé car la mise en place d’un étang modifie la perception de l’analyse pollinique. Les marqueurs de lieux cultivés sont enregistrés de façon continue, indiquant une présence constante des cultures. Mais avec la mise en place de l’étang, l’aire de perception de la végétation locale et régionale s’agrandit et va au-delà du fond de vallée. De ce fait, il est difficile d’évaluer si la courbe continue observée est due à l’élargissement de la zone de perception ou à un véritable changement de pratiques agricoles.

Quelle gestion du territoire ?

  • 30 D. Pichot, « L’herbe et les hommes : prés et pâturages dans l’Ouest de la France (xie-xive siècle) (...)
  • 31 M. Planiol, La très ancienne coutume de Bretagne avec les assises, constitutions de Parlement et o (...)
  • 32 D. Pichot, « L’herbe et les hommes… », p. 52.

22Le diagramme révèle la présence simultanée dans le vallon de champs cultivés, de friches, de prairies et de boisements à divers états de dégradation des viie-viiie siècles au xiie siècle. L’absence de plusieurs sondages palynologiques ne permet pas d’envisager si l’on est en présence d’espaces séparés ou d’un territoire où s’imbriquerait l’ensemble de ces milieux. Un tel système d’exploitation ne serait pas surprenant pour l’Ouest, notamment près des massifs forestiers. D. Pichot décrit un paysage similaire au xiiie siècle dans les landes de la forêt du Pertre près de Vitré30. Dans ce cas, les cultures de seigle, céréale d’hiver, peuvent être concomitantes au parcours du bétail si celui-ci est pratiqué sur tout ou partie de la vallée de Sérigné durant l’automne et l’hiver31. Les deux pratiques sont certainement contemporaines du début du printemps jusqu’à la récolte du seigle. La question de la protection des cultures et la présence d’un système d’enclosure doivent donc être envisagées. L’espace à l’époque médiévale est encore assez peu clos32, mais les champs étaient peut-être entourés de haies vives entretenues lors de la phase de culture. Cette hypothèse ne pourra pas être vérifiée par la palynologie puisque les pollens des essences composant les haies vives (aubépine, prunellier, etc.) ont une capacité de dispersion très faible.

  • 33 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », éd. P. Anger (Dom), Bulletin et mémoires de (...)

23Il nous reste enfin à envisager la question des défrichements signalés dans les textes du xiie siècle. L’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt reçoit les dîmes de terres défrichées33. Il est impossible de situer précisément ces terres. Toutefois, le milieu relativement ouvert enregistré à Sérigné au haut Moyen Âge, la présence de cultures temporaires et d’une gestion extensive du territoire avant le xiie siècle, iraient dans le sens d’une remise en culture de terres abandonnées ou de défrichement de landes ou de broussailles, plutôt que dans celui du défrichement de parcelles boisées.

***

24L’exemple de Sérigné rassemble tous les indicateurs nécessaires à la perception des cultures temporaires : l’espace y est faiblement mis en valeur et la sédimentation est suffisamment rapide pour que l’on puisse percevoir des variations dans les courbes enregistrées. Le modèle âge/profondeur doit toutefois être encore affiné pour pouvoir dater les zones avec précision et essayer d’envisager les phases de mise en culture. En outre, en l’absence de sources écrites et de données archéologiques à Sérigné pour le haut Moyen Âge, il est difficile de mettre en perspective les évolutions perçues, en particulier avec la présence ou non d’un habitat à proximité. Il reste enfin difficile d’interpréter ces données en termes d’organisation du territoire. De telles reconstructions nécessitent de multiplier les analyses palynologiques sur un même espace et de spatialiser les résultats obtenus. Ces reconstructions auraient en particulier du sens en contexte archéologique où les systèmes de culture perçus par les données archéobotaniques peuvent être mis en relation avec un habitat rural et son parcellaire.

25Je remercie Yannick Miras (GEOLAB UMR 6042) et David Aoustin (CReAAH UMR 6566) pour leurs remarques et conseils qui m’ont permis d’améliorer cet article.

Notes

1 D. Galop, « Les apports de la palynologie à l’histoire rurale. La longue durée des activités agropastorales pyrénéennes », Études rurales, 2000, p. 128-130.

2 I. Catteddu (dir.), Ille-et-Vilaine, Châteaugiron, ZAC la Perdriotais. Archéologie et environnement d’un terroir sur la longue durée et histoire de l’aménagement d’un territoire. Rapport final d’opération, Rennes, novembre 2013, p. 428.

3 D. Barbier et al., « Une source pollinique et son exploitation. À propos de la tourbière de Glatinié (Mayenne) », Histoire et sociétés rurales, 2002, p. 153.

4 Voir la contribution d’A. Antoine dans le présent volume.

5 A. Antoine, Le paysage de l’historien, Rennes, 2000, p. 176 et 181.

6 Les définitions des incultes, des pratiques associées et de leur superficie sont celles d’A. Antoine et A. Beaudouin. Voir leurs contributions dans ce volume.

7 C. Brun, Archéophytes et néophytes. Pour une nouvelle détermination des marqueurs polliniques de l’anthropisation. Le cas des milieux cultivés et rudéraux de Franche-Comté, Thèse, Université de Franche-Comté, 2007.

8 J. Heim, Les relations entre les spectres polliniques récents et la végétation actuelle en Europe occidentale, Thèse, Université de Louvain, 1970.

9 Peu de pollens sont déterminés à l’espèce. La plupart ne sont déterminés qu’au rang du genre, voire de la famille. Un type pollinique peut donc englober un grand nombre d’espèces, indicatrices de milieux différents.

10 K.-E. Behre, « The interpretation of anthropogenic indicators in pollen diagrams », Pollens et spores, 23, p. 225-245 ; id., Anthropogenic indicators in pollen diagrams, Rotterdam, 1986.

11 C. Brun, Archéophytes et néophytes…, p. 263.

12 Voir la contribution de M.-Cl. Bal dans le présent volume.

13 L. Visset, « La tourbière de Landemarais en Parigné (Ille-et-Vilaine, France) », partie 2 : « Étude pollinique », Lejeunia, no 129, mai 1989, p. 16-26. D. Marguerie, J.-C. Oillic, « Pollens et haies du bocage dans le nord-ouest de la France », A. Antoine, D. Marguerie (dir.), Bocages et sociétés. Actes du colloque organisé à l’Université Rennes-2, 29-30 septembre, 1er octobre 2004, Rennes, 2007.

14 C. Brun, Archéophytes et néophytes…

15 J.-C. Gloaguen et al., « Étude des successions après abandon des pratiques culturales en Bretagne », Acta Botanica Gallica, 1994, p. 691-706. B. Clément, J. Touffet, « Contribution à l’étude des groupements préforestiers issus des landes méso-hygrophiles », Colloques phytosociologiques, VIII, Les lisières forestières, Lille, 1979, p. 229-239. S. Diquélou, F. Rozé, « Implantation du genêt à balais, précédent cultural et dynamique du sol dans les friches », Comptes rendus de l’Académie des sciences, vol. 322, no 8, 1999, p. 705-715.

16 B. Clément, Structures et dynamique des communautés et des populations végétales des landes bretonnes, Thèse Université Rennes 1, 1987 ; id., « Déterminismes des landes », P. Jarnoux (dir.), La lande. Un paysage au gré des hommes, Le Faou/Brest, 2008, p. 21-29.

17 B. Clément, Structures et dynamique…, p. 316.

18 B. Clément, « Déterminismes des landes », op. cit., p. 27.

19 Ibid., p. 28.

20 Ibid., p. 28.

21 A. Lunven, Construction de l’espace religieux dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo. Approches historique et archéologique de la formation des territoires ecclésiastiques (diocèse, paroisse et cadres intermédiaires) entre le ve et le xiiie siècle, Thèse Université Rennes 2, 2012, p. 407.

22 M. Brand’honneur, Les mottes médiévales en Ille-et-Vilaine, Rennes, 1990.

23 J.-C. Meuret, Évaluation chrono-structurelle sur tertre à structures fossoyées en forêt de Rennes. Carrefour des 7 chemins, S.R.A. de Bretagne, Rennes, 2007. A. Corre, Caractérisation d’un enclos en forêt de Liffré, S.R.A. de Bretagne, Rennes, 2010.

24 P. Guigon, « Rallion en la Bouexière : cimetière militaire ou nécropole paroissiale », C. Laurent, B. Merdrignac, D. Pichot (dir.), Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales, Rennes, 1998, p. 67-83.

25 Y. Miras, L’analyse pollinique du plateau de Millevaches (Massif central, France) et de sites périphériques limousins et auvergnats : approche des paléoenvironnements, des systèmes agropastoraux et évolution des territoires ruraux, Thèse, Université de Franche-Comté, 2004, p. 119.

26 Ibid., p. 111. M. Court-Picon, Mise en place du paysage dans un milieu de moyenne et haute montagne du tardiglaciaire à l’époque actuelle, Thèse, Université de Franche-Comté, 2007, p. 106-107.

27 R. Corillion, Carte de la végétation de la France au 200 000e. Notice détaillée des feuilles armoricaines, Paris, 1971, p. 95.

28 C. Brun, Archéophytes et néophytes…, p. 230.

29 Ibid., p. 231. Dans les environs de Sérigné, le cirse ne croît actuellement que sur les friches anciennes. A. Reinbold, Les paysages dans le nord-est de l’Ille-et-Vilaine à l’époque médiévale (thèse en cours).

30 D. Pichot, « L’herbe et les hommes : prés et pâturages dans l’Ouest de la France (xie-xive siècle) », F. Brumont (dir.), Prés et pâtures en Europe occidentale. Actes des XXVIIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 15 et 16 septembre 2006, Toulouse, 2008, p. 52.

31 M. Planiol, La très ancienne coutume de Bretagne avec les assises, constitutions de Parlement et ordonnances ducales, Rennes, 1896.

32 D. Pichot, « L’herbe et les hommes… », p. 52.

33 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », éd. P. Anger (Dom), Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1906, charte LXVI.

Auteur

Doctorante en archéologie médiévale à l’Université de Rennes 2 (CERHIO UMR 6258, CReAAH UMR 6566).

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search