Version classiqueVersion mobile

Cultures temporaires et féodalité

 | 
Roland Viader
, 
Christine Rendu

Les cultures temporaires au sud du Duero (xie-xve siècle)

Juan José Larrea

Texte intégral

  • 1 Voici quelques titres de référence : R. Pastor de Togneri et al., « Poblamiento, frontera y estruc (...)

1La genèse et l’évolution des sociétés qui se formèrent dans les territoires conquis sur al-Andalus à partir de la fin du xie siècle comptent parmi les chapitres les plus importants de l’histoire rurale et médiévale en Espagne. Le sujet a donné lieu à pléthore de publications de haut niveau1, mais celles-ci, comme la plupart des recherches sur l’économie des sociétés féodales, n’ont accordé qu’une place fort réduite à la pratique des cultures temporaires. Il semble donc assez naturel, pour qui veut aborder ces pratiques, de commencer par ce grand chapitre de l’histoire de l’Espagne médiévale et nous voudrions, précisément, examiner ici la manière dont les cultures temporaires ont été envisagées dans ces régions, avant que d’interroger à frais nouveaux quelques sources particulièrement riches.

  • 2 C’est aussi le cas des pays méditerranéens soumis à la conquête catalano-aragonaise. La continuité (...)
  • 3 La seule exception à la règle de la rupture avec le passé islamique concerne la région de Tolède e (...)

2On se souviendra, en effet, que les royaumes de Castille et du Léon – définitivement unis à partir de 1230 – ont conquis entre 1085 et 1264 le vaste territoire s’étendant de la Cordillère centrale à la vallée du Guadalquivir. Mise à part l’Andalousie, où la permanence pendant quelques générations d’une importante population musulmane et rurale se pose en termes particuliers2, la colonisation de ces régions présente deux traits majeurs : le peuplement rural du bas Moyen Âge y est presque entièrement issu du processus d’installation d’immigrants chrétiens et ce mouvement colonisateur fut encadré par une forme de gouvernement homogène et très caractéristique : la « communauté de Ville et de Terre3 ». Ce régime fut, en effet, mis au point pour les terres de l’arrière-garde, dans la zone, encore largement sous-peuplée à la fin du xie siècle, d’entre Duero et Cordillère centrale (voir carte). Il fut, ensuite, appliqué aux nouveaux territoires au fur et à mesure de l’avancée des conquêtes vers le sud.

Carte : Localisation des lieux cités

Carte : Localisation des lieux cités

3Pour l’essentiel, le régime de « la communauté de Ville et de Terre » se caractérisait par la subordination de très vastes territoires au gouvernement des villes. Ces districts municipaux, appelés alfoces, étaient souvent énormes. Avec son alfoz de 15 000 km2, Ávila représente un cas limite ; mais des extensions de 3 000 km2 (Soria ou Salamanque par exemple) étaient relativement courantes. Le centre de ces districts, chef-lieu de chacun de ces alfoces, était une ville pourvue d’une franchise royale, le fuero. Celui-ci assurait une large autonomie à la ville et créait les conditions de développement d’une oligarchie urbaine dont le statut fut ultérieurement consolidé par des privilèges croissants. De surcroît, le pouvoir politique de ces conseils municipaux se trouvait renforcé par leurs capacités militaires : ils levaient de puissantes milices qui se joignaient à l’armée royale, mais pouvaient tout aussi bien saccager le pays musulman en toute autonomie.

  • 4 La synthèse classique est : S. de Moxó, Repoblación y sociedad en la España cristiana medieval, Ma (...)

4Dans ce contexte, la colonisation des campagnes prenait la forme d’un essaimage de petits villages appelés aldeas. Il faut se garder, cependant, d’imaginer une entreprise de colonisation du territoire de l’alfoz planifiée par les dirigeants urbains. Ceux-ci, il est vrai, se sont parfois servis de leurs attributions pour favoriser ou pour empêcher telle ou telle installation de pionniers. Mais leur rôle dans la mise en place de ces communautés rurales consista plutôt à intégrer dans les cadres judiciaires et fiscaux des villes le résultat d’un mouvement en grande partie spontané. Certains auteurs n’ont pas hésité à qualifier ce régime de seigneurie collective, encore que cette appréciation ne fasse pas l’unanimité4. Quoi qu’il en soit, en l’espace de quatre ou cinq générations, quelque 150 000 km2 furent ouverts à ce modèle de colonisation entre le Duero et Sierra Morena. C’est la place des cultures temporaires dans ce milieu rural gouverné par les grands conseils municipaux du xie siècle à la fin du Moyen Âge, qui fera l’objet des pages qui suivent.

La place limitée des cultures temporaires dans les recherches d’histoire rurale régionale

  • 5 C. López Rodríguez, « La organización del espacio rural en los fueros de la Extremadura castellana (...)
  • 6 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 146 et suiv.

5Dans leur restitution du régime agraire de ces régions, les recherches que nous venons d’évoquer ont envisagé les cultures temporaires comme un phénomène très restreint5. C’est ainsi qu’il est reconnu aux cultures sur brûlis une certaine portée lors des défrichements menés par les tout premiers pionniers. En revanche, l’on estime d’ordinaire que, passées l’installation de la première génération d’immigrants et la consolidation de chaque village, la pratique des cultures temporaires aurait disparu ou, tout au plus, été reléguée dans quelques secteurs marginaux du terroir6.

  • 7 J. Miret Mestre, « Las Rozas en la Península Ibérica. Apuntes de tecnología agraria tradicional »,(...)
  • 8 V. Cabero, Espacio agrario y economía de subsistencia en las montañas galaico-leonesas : La Cabrer (...)
  • 9 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en la época del crecimiento y consolidación de la form (...)
  • 10 J. Costa, « Concejo colectivista de Sayago », Id., Derecho consuetudinario y economía popular de E (...)

6Il n’y a là rien de surprenant si l’on tient compte de la façon dont sont conçues les cultures temporaires dans ces études. Considérons d’abord l’aspect technique : alors que les descriptions modernes de ces pratiques ont mis en évidence la très grande diversité de systèmes et d’outils utilisés dans l’ensemble de la Péninsule7, les médiévistes n’ont retenu comme point de repère que les essartages sur brûlis des montagnes du nord-ouest. Or il s’agissait là de cultures à la houe et au feu pratiquées par des communautés aux limites de la subsistance dans un pays pauvre aux sols très ingrats8. Cette restriction du cadre de référence tient assurément à l’influence que quelques intellectuels de la fin du xixe siècle ont exercée sur certains auteurs importants dans le renouveau de l’histoire médiévale espagnole des années 1970 et 19809. Le plus connu de ces intellectuels est Joaquín Costa. Fasciné par le caractère collectif des essartages qu’il étudiait, Costa écrivait dans le sillage d’Émile de Laveleye ou de Georg Ludwig von Maurer10. Et à l’aune de ce cas de figure régional, intéressant mais limité, l’extension des cultures, l’emploi de l’araire ou l’usage d’un assolement étaient inéluctablement jugés comme incompatibles avec les cultures temporaires.

  • 11 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 174 ; C. López Rodríguez, « La organización… ». À propos de (...)

7De la même façon, sur le plan juridique, les conceptions classiques de la presura semblent avoir interdit toute hypothèse accordant une place importante aux cultures temporaires. La presura, rappelons-le, est une figure historique en tout point comparable à l’aprision. Dans l’optique suivie par les recherches sur la colonisation au sud du Duero11, la presura est l’opération de défrichement qui générait à la fois un droit de propriété et une parcelle stable. Le premier volet de cette définition correspond au droit du premier occupant et impose que le sol à défricher n’ait pas de maître. Le second volet est déduit du fait que les coutumes garantissaient le droit de léguer et d’aliéner les terres obtenues par presura. Dans cette perspective, par conséquent, l’emploi régulier de la presura au cours de la colonisation doit nécessairement se traduire dans le paysage agricole par la mise en place simultanée d’un parcellaire stable.

8Dans cette ligne de travaux, enfin, les formes de domination seigneuriale sont également considérées comme étant contradictoires avec les cultures temporaires : le support foncier de la tenure y est, en effet, conçu comme une surface de terre fixe, intégrée dans un parcellaire stable. Puisque l’essor de la grande propriété ne fait pas de doute, on comprend bien que les cultures temporaires n’ont guère de place dans ces explications du régime seigneurial. À bien y regarder, les cultures temporaires sont ainsi bannies des restitutions du régime agraire dans les deux phases décisives de sa mise en place : l’installation des pionniers et l’entrée en dépendance d’une grande partie de la paysannerie.

  • 12 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 147.

9La colonisation de la Meseta est en quelque sorte le corrélat castillan de la grande expansion agricole des xie-xiiie siècles dans les descriptions classiques de Marc Bloch ou de Georges Duby. Nulle surprise à ce que les cultures temporaires aient été vues comme des pratiques anachroniques dans le contexte économique du Moyen Âge central12.

Un cas local comme point de départ : l’enquête de Zapardiel

  • 13 Le litige de Zapardiel a fait l’objet d’une brillante monographie par J.M. Monsalvo, « Paisaje agr (...)

10Après ce rapide aperçu d’ensemble, nous voudrions changer de focale pour commencer à aborder les sources et nous pencher sur un tout petit village de l’alfoz d’Ávila du nom de Zapardiel de la Cañada. En 1490, cette aldea fut l’objet d’une enquête judiciaire extraordinaire dont la lecture remet en cause nombre d’idées reçues sur la place des cultures temporaires dans les paysages et les régimes agraires de nos régions13.

11Au milieu du xve siècle, habitaient à Zapardiel une vingtaine de familles à peine, dont la moitié apparaissait composée de paysans possédant leurs propres terres alors que l’autre moitié était constituée des tenanciers de quelques grands propriétaires urbains d’Ávila et d’Alba de Tormes. Dès les années 1460, un puissant personnage apparenté à l’élite du royaume, Pedro de Barrientos, déploya une politique agressive combinant les achats et les pressions, et parvint finalement à s’approprier le village en le réduisant à la condition de término redondo, c’est-à-dire de domaine privé. Or, soutenus par le concejo d’Ávila, les habitants portèrent plainte et obtinrent une sentence contraire à cette dégradation juridique de l’aldea. À la suite de cette sentence, le corregidor – le haut représentant des rois à Ávila – se rendit sur place à l’automne de 1490 avec pour mission de rétablir l’état des choses antérieur à l’usurpation. La tâche n’était pas facile car, maître des champs et des vacants, Pedro de Barrientos avait entre-temps fait étendre les cultures jusqu’au dernier bout de terre susceptible d’être labouré, et effacé ainsi les lignes anciennes du paysage.

  • 14 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval del Asocio de la Extinguida Universida (...)

12Le corregidor interrogea huit vieux paysans ayant labouré à Zapardiel14. Ceux-ci n’éprouvèrent pas la moindre difficulté à l’heure de décrire les soles et la distribution des champs et des vacants. Mais tout changea lorsque le juge voulut savoir où se trouvaient les parcelles de chacun. Les témoins furent alors aussi unanimes que catégoriques : personne ne pouvait le dire, parce que personne ne l’avait jamais su. Malgré cette affirmation déroutante, le corregidor enregistra soigneusement le détail de chaque déposition. Il en résulte une description précieuse des pratiques agricoles, qui laisse d’ailleurs transparaître la cohérence de tous les témoignages. À Zapardiel, la rotation des cultures était respectée, mais à l’intérieur de chaque sole, chacun labourait là où il le voulait. Chaque année, les meilleures terres étaient choisies par le système du premier sillon : celui qui signalait à l’araire les contours d’un morceau de terre gardait le droit sur la parcelle ainsi délimitée jusqu’à la récolte. Rassurons-nous, ce n’était pas une sorte de minuscule Land Run : chacun prenait plusieurs petites parcelles de moins d’une journée et par conséquent la distribution des terres bonnes et des terres médiocres finissait par être équilibrée. Aux dires de l’un des paysans, les parcelles faisaient sur le terrain comme des éclaboussures. Au total, un tiers environ de la surface de chaque sole était cultivé chaque année. Les deux tiers restants formaient de grands vacants entre les emblavures dont profitait le bétail de Zapardiel.

13Les paysans décrivaient ainsi un système de cultures temporaires qui organisait toute la terre arable. N’en étaient exclus que les enclos potagers et fourragers. On notera que l’impossibilité de restituer la localisation des parcelles ne fait que confirmer la rationalité économique du système : en premier lieu, le travail était concentré sur les meilleures terres et ne souffrait d’aucune contrainte liée à la possession du sol ; ensuite, l’apport de fumier était constant sur des terres profitant de longs repos ; enfin, les bêtes du village bénéficiaient d’herbages non concurrencés par les troupeaux forains, car la rotation servait justement à interdire l’entrée des troupeaux du territoire d’Ávila dans la sole de chaque année.

  • 15 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 99.
  • 16 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval …, no 57 et 137. À propos du mot quiñó (...)

14Qu’en était-il alors du régime de propriété ? Une remarque préalable s’impose. Outre le fait évident que la moitié des gens de Zapardiel labourait la terre d’autrui, il est certain que la propriété foncière jouait un rôle décisif dans l’équilibre global de l’exploitation des ressources villageoises. L’accès aux pacages communaux, par exemple, était restreint aux propriétaires possédant plus d’un joug de terre, soit environ 20 ha15. En même temps, il y eut très probablement des redistributions de terres communales parmi les habitants, ainsi que l’indiquent les mentions de quiñones16. Mais de la lecture conjointe de l’enquête judiciaire et des actes de la pratique se dégage l’impression que de telles redistributions furent modestes, de manière à ce qu’elles puissent contribuer à la subsistance des gens de Zapardiel, sans pour autant renverser les (dés) équilibres sociaux.

  • 17 Ibid., no 137. J.M. Monsalvo, « Paisaje agrario… », p. 35-38, a cru, à tort selon nous, qu’il s’ag (...)
  • 18 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval…, no 125 : « Este dicho día los dichos (...)

15Cela dit, aux yeux des témoins, l’absence d’un parcellaire stable n’impliquait aucune contradiction avec la propriété. Les ventes de terres, expliquaient-ils, se faisaient tout simplement a ciegas, c’est-à-dire « à l’aveugle ». Cette expression quelque peu étonnante trouve des éclaircissements dans le petit dossier d’actes de la pratique qui fut constitué à l’occasion du procès judiciaire. On y décèle, par exemple, des hésitations dans la localisation des parcelles, même lorsque celles-ci ont dû être labourées très peu de temps avant la rédaction de l’acte : c’est le cas de deux descriptions d’un même patrimoine qui, à un jour d’intervalle seulement, n’aboutissent pas exactement au même relevé de parcelles17. Un acte de 1457, cependant, nous semble plus particulièrement éloquent. Il répond à la requête d’un propriétaire forain ayant sollicité l’identification de ses biens-fonds sis à Zapardiel. Selon la procédure ordinaire, un notaire, des témoins et ledit propriétaire parcourent le finage et repèrent vingt-deux éléments de sa propriété. Pour chaque bien, le propriétaire fait un geste et proclame qu’il en prend possession. Le notaire enregistre alors le rite et la proclamation, et les fait suivre de la formule : « Il a pris possession de la terre (du jardin ou de la maison). » Le rite change en fonction de la nature de chaque bien : s’il s’agit d’une maison, le propriétaire doit en faire le tour ; pour un jardin, il dépose une pierre sur le mur ; pour une parcelle, il trace une croix à la houe. À un certain moment, le groupe se rend dans un quartier où personne n’est capable de localiser la parcelle cherchée. Ils ne savent même pas quelle en est la surface. Pourtant, aucun embarras ne saisit le notaire. Même s’il n’y a pas eu de geste, il écrit que le propriétaire en a pris possession. La possession de quoi ? Du droit, vraisemblablement, de faire labourer son tenancier dans ce secteur lorsque le temps arrivera de signaler des parcelles par le premier sillon18.

  • 19 J.M. Monsalvo, « Espacios de pastoreo de la Tierra de Ávila. Algunas consideraciones sobre tipos y (...)
  • 20 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 11, 205 et 268-269.

16Si la rotation, l’araire et la propriété sont loin d’être incompatibles avec ce système de cultures temporaires, les formes de prélèvement des redevances, on s’en doutait, ne le sont pas non plus. Les contrats agraires les plus répandus dans la région sont des baux à cinq ou six ans qui stipulent une rente fixe en froment dont le montant varie en fonction non pas de la terre, mais des bœufs – un seul ou une paire – que le propriétaire cède au tenancier. C’est aussi au maître de fournir la maison, le jardin et l’attelage19. Ajoutons enfin que le système de prélèvement et de redistribution de la dîme fonctionne sur des montants fixes établis pour chaque village, ces montants étant ultérieurement affectés en bloc aux bénéficiaires de la cathédrale d’Ávila20.

17Nous voyons ainsi que le cas de Zapardiel s’inscrit en faux contre les convictions qui ont guidé la manière d’envisager la place des cultures temporaires dans le régime agraire de la région. Il s’agit certes d’un cas qui ne saurait être élevé à la catégorie de paradigme, mais il invite quand même à interroger à nouveau les sources, à une échelle plus large.

Un regard sur le cadre juridique : prises et redistributions de terres dans les fueros

18On l’a dit, l’hypothèse d’une grande importance des cultures temporaires dans le régime agraire bute contre l’interprétation des fueros couramment admise, parce que celle-ci interprète la presura comme un mécanisme permettant l’installation des pionniers dans un parcellaire stable et définitif. Au contraire, les témoins de Zapardiel décrivent le droit du premier occupant comme une opération cyclique et saisonnière liée aux déplacements des cultures. La question peut donc être formulée en termes dichotomiques : la presura est-elle cyclique et cohérente avec la mobilité des cultures ou bien est-elle fondatrice et donc intelligible seulement comme un moment très précis de la colonisation ? Des lectures alternatives du droit de presura dans les fueros ne seraient-elles pas recevables ?

19Commençons par un fuero un peu particulier, quoique bien connu. D’une certaine façon, il prolonge sur le plan juridique le questionnement suscité par le cas de Zapardiel. Il s’agit du fuero d’El Espinar, un village des montagnes de l’alfoz de Ségovie. En 1297, le conseil de Ségovie décida d’y encourager l’installation de nouveaux habitants parce que l’endroit était très faiblement peuplé et que la zone connaissait des problèmes d’insécurité. La ville accorda alors à El Espinar une franchise qui, d’emblée, offrait aux futurs colons une garantie classique : ils jouiraient du droit de possession sur toutes les terres qu’ils défricheraient, à quoi s’ajoutait le droit de les léguer et de les vendre. La manière concrète dont étaient organisés les travaux de défrichement fournit des renseignements intéressants pour notre propos : loin de l’image d’un front pionnier quelconque, le fuero établissait que les immigrants pourraient défricher aussi bien dans les champs que dans les essarts. Il semble bien que les champs correspondent à la zone où les cultures des habitants d’El Espinar – rappelons que le village n’était pas déserté – étaient plus fréquentes, tandis que les essarts désignaient des landes et des taillis soumis à des cultures plus intermittentes. Le fait que les champs fussent antérieurs à la presura inverse déjà la logique qu’on lui suppose d’ordinaire. Mais c’est une autre clause encore qui situe clairement la presura du fuero d’El Espinar plus près des usages de Zapardiel que de la lecture traditionnelle : douze ou treize ans après l’arrivée des colons – selon qu’il s’agissait des terres défrichées dans les champs ou dans les essarts – on devait faire table rase de toutes ces possessions : toutes les parcelles devaient revenir à la communauté afin que la terre soit à nouveau redistribuée parmi les habitants par les cuadrilleros. Retenons ce dernier terme, car nous aurons à y revenir.

20Il nous semble donc clair que la première presura entraînait certes l’entrée dans la communauté d’El Espinar, mais que la possession qui en découlait ne s’opposait nullement à la mobilité ultérieure des parcelles. On notera, d’autre part, que ce fuero mettait sur le même plan la terre obtenue par défrichement dans les essarts et celle acquise dans les champs. La seule différence visible était la durée du droit de possession, un peu plus longue pour la première. Cela tenait assurément à la reconnaissance des efforts supplémentaires qu’exigeaient les travaux de défoncement dans les landes et les taillis. Face à cette leçon étonnante, une objection vient tout naturellement à l’esprit : le fuero d’El Espinar ne serait-il pas surtout le fruit de circonstances très particulières caractérisées par une très faible occupation du sol et donc par une très large réserve de terres incultes ? À nos yeux, ces circonstances n’expliquent aucunement la redistribution des presuras au bout de douze ou treize ans, mais force est effectivement, pour s’en convaincre, de passer à l’étude de familles de fueros beaucoup plus répandues sur l’ensemble de notre territoire.

  • 21 R. Ureña, Fuero de Cuenca. Formas primitiva y sistemática : texto latino, texto castellano y adapt (...)

21C’est le cas de la famille de fueros dite du fuero de Cuenca, l’une des plus importantes du royaume de Castille21. Depuis Guadalajara et Teruel jusqu’en Andalousie, les fueros de ce groupe ont réglementé la vie de très nombreuses communautés de la Meseta méridionale. Ce corpus normatif est formé par quelques versions latines, dont celle de Cuenca qui a été longtemps considérée comme la source de toutes les autres, et par des rédactions composées en castillan vers la fin du xiiie siècle, voire au xive, c’est-à-dire plusieurs générations après la conquête. Du point de vue de sa distribution géographique et de son développement, ce groupe de fueros représente donc l’opposé du fuero très particulier d’El Espinar.

  • 22 Selon la rédaction latine dite systématique (édition de R. Ureña, supra n. 21).
  • 23 Le quiñón était un lot de terres. À l’instar des quadrilleros, les quiñoneros apparaissent dans ce (...)
  • 24 Encore faut-il noter que dans le fuero de Zorita, de la famille du fuero de Cuenca, le mot heredam (...)

22Dans le fuero de Cuenca, la presura et les quadrilleros apparaissent au deuxième chapitre, lequel traite des contestations de terres. Le sixième article de ce chapitre22 établit le premier moyen de preuve de la possession en articulant le droit du premier occupant avec la distribution de la terre par les quadrilleros : gardera la parcelle celui qui prouvera par des témoins qu’il l’a eue de quadriella et qu’il a été, en plus, le premier à la labourer. Le même principe est affirmé au neuvième article à propos d’autres modules de redistribution : il s’agit alors de la terre de sorte, uel de quinnone, uel de quadriella23. C’est seulement au onzième article qu’apparaît la terre reçue par héritage24. Enfin, le dix-huitième article explique comment réaliser la presura pour qu’elle soit valable à l’heure d’en revendiquer la possession : la parcelle doit être labourée à l’araire ou à la houe d’un sillon à l’autre. Les versions romanes des fueros prolongent ces dispositions.

  • 25 R. Lapesa et al., Léxico hispánico primitivo (siglos viii al xii ), Madrid, 2003 : « quadrare ».
  • 26 Voir J. Gautier-Dalché, « Sur quelques clauses du Fuero de Cuenca (forma sistemática) : aménagemen (...)

23Mais venons-en au mot que nous avons déjà trouvé à El Espinar : qu’est-ce qu’un quadrillero ? Pour ce qui est de son étymologie, on doit s’en reporter au mot quadrare qui signifie échoir dans un partage25. Selon le fuero de Cuenca, les quadrilleros étaient les responsables de la distribution de deux types de biens : le butin et la terre. Il faut, en effet, rappeler que ces gros concejos levaient des milices très agressives qui mettaient régulièrement à sac le pays musulman. Plusieurs articles s’occupaient de l’activité militaire et réglaient fort méticuleusement le partage du butin. Les hommes apparaissaient regroupés en quadrillas, qui correspondaient, semble-t-il, à des quartiers de la ville ou de l’alfoz. Chaque quadrilla déléguait un quadrillero à la commission qui se chargeait de garder, évaluer et distribuer les esclaves, les montures, le bétail et tout le reste de ce qui était pris à l’ennemi. Malheureusement, alors que la procédure concernant les fruits de la rapine est bien décrite dans ces fueros, la manière dont les quadrillas et les quadrilleros distribuent la terre n’apparaît qu’indirectement – dans les articles destinés à régler les litiges que nous avons mentionnés auparavant26.

  • 27 J. Gautier-Dalché, « Formes et organisation de la vie rurale dans le Fuero de Cuenca », Anuario de (...)

24Rien dans ces fueros ne s’inscrit en faux contre la conception de la presura comme une pratique cyclique intégrée dans des systèmes de redistribution de la terre. Bien au contraire, ainsi que nous l’avons vu, c’est à cette redistribution et à la mise en culture subséquente que fait tout d’abord appel le fuero quand il entend régler des disputes pour la terre. Mais on ne saurait oublier que les sources normatives ont des limites étroites. Celles-ci apparaissent au grand jour si l’on compare notre lecture aux explications traditionnelles. Jean Gautier-Dalché, par exemple, a parfaitement senti que le fuero de Cuenca réglait des pratiques récurrentes, alors même qu’il ne concevait point que la terre arable puisse être soumise à des redistributions cycliques. C’est pourquoi il expliquait cette partie du fuero par l’existence permanente de fronts de colonisation : d’un côté, les quadrilleros distribuaient les terres conquises comme une autre forme de butin ; de l’autre, il restait toujours dans le territoire des espaces libres qui pouvaient faire l’objet de nouveaux partages et d’acquisitions par défrichement27. À vrai dire, pourtant, rien ne justifie dans le fuero une éventuelle limitation des presuras et des distributions de terres aux secteurs marginaux ou aux territoires conquis. Mais force est d’avouer que rien ne la contredit non plus. On devra donc se satisfaire pour l’instant d’un constat limité, mais déjà très significatif à nos yeux : la lecture des fueros en termes de presura fondatrice ne découle pas de la teneur et de la logique interne des textes, mais de la manière dont le régime agraire a été conçu a priori. En d’autres termes, les fueros ne s’opposent pas à la presura cyclique. Il faudrait bien évidemment passer en revue d’autres types de sources pour apporter de nouveaux éléments de réponse à ces questions. Mais il importerait surtout de le faire en s’approchant aussi près que possible des régimes agraires vécus.

Les cultures temporaires à travers les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge

  • 28 M. A. Ladero, « Las ordenanzas locales. Siglos xiii al xviii », En la España Medieval, 21, 1998, p (...)
  • 29 J. M. Monsalvo, « Percepciones de los pecheros medievales sobre usurpaciones de términos rurales y (...)

25Au xve siècle, l’essor du commerce international de la laine et les besoins croissants de l’approvisionnement des marchés urbains ont aiguisé les contradictions entre les oligarchies urbaines et la population rurale au sujet de l’exploitation du territoire. De nombreux conflits fournissent des renseignements précieux sur les pratiques agricoles que les uns cherchaient à supprimer et que les autres tenaient à sauvegarder. De surcroît, après les guerres civiles, la reprise du pouvoir royal sous les Rois Catholiques (1479-1504) se traduisit par une vague de rédaction d’ordonnances locales28 et par la multiplication d’enquêtes judiciaires semblables à celle de Zapardiel. Des centaines de paysans furent interrogés sur la manière d’accéder à la terre, la gestion des communaux ou l’organisation des champs29.

  • 30 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 230-273.
  • 31 Ibid., p. 156. La distinction juridique des maisons selon que leur couverture était de tuiles ou d (...)
  • 32 Dans ce but, d’autres stratégies étaient aussi possibles. En 1426, le concejo de Ciudad Rodrigo (S (...)

26Lorsque les exportations de laine castillane vers le nord de l’Europe montèrent en flèche, l’appropriation de pacages clôturés devint une affaire très lucrative pour les chevaliers des villes, car les éleveurs forains étaient prêts à les louer fort cher. Partout dans le royaume se déclencha une sorte de course à la dehesa, c’est-à-dire au pâturage privé. L’une des stratégies possibles consistait alors à manipuler les usages liés aux essartages. Soria en fournit d’excellents exemples30 : ici, en effet, profitant de ce que les essarts pouvaient être vendus depuis toujours, les puissants en achetaient pour revendiquer ensuite la pleine propriété des espaces environnants. Certaines des réactions suscitées par ces pratiques abusives ont la vertu d’illustrer à la fois les mutations des campagnes et les usages anciens. Ainsi, un puissant de Soria disait avoir acheté des terres essartées par des occupants d’un habitat temporaire. Le concejo lui opposait un argument tranchant : dans l’endroit en question, il n’y avait jamais eu de véritables maisons, mais tout au plus des chaumières, et aucun droit de propriété ne pouvait par conséquent en découler31. La presura, on le voit, n’était censée générer un droit que dans le cadre d’une communauté stable. Il arrivait aussi que le concejo trouve opportun de conserver l’usage collectif d’un terrain : il décidait alors de tirer au sort périodiquement les terres susceptibles d’être essartées. Le lotissement réglé apparaît dès lors comme un mécanisme défensif relativement récent destiné à éviter les revendications dérivées des essartages32.

  • 33 M. Asenjo, « Los espacios ganaderos. Desarrollo e impacto de la ganadería trashumante en la Extema (...)
  • 34 L’évolution et les manipulations de la notion de realengo méritent sans doute de nouvelles approch (...)

27De manière plus générale, l’alliance des oligarchies urbaines avec la grande corporation des éleveurs de Castille, la Mesta, visait aussi l’interdiction des essartages qui encombraient la libre circulation des troupeaux. Les paysans revendiquaient alors le fuero qui garantissait le droit de défricher. Ils alléguèrent d’ailleurs que leur subsistance se verrait menacée s’ils perdaient l’apport des récoltes tirées des essarts. Toujours à Soria, les dirigeants du conseil contournèrent le fuero au moyen d’un artifice juridique33. À côté des catégories de « terre du concejo » et de « terre communale » qui avaient été employées jusque-là, ils introduisirent la catégorie des « terres de realengo », c’est-à-dire de terres royales. Ils parvinrent en effet à faire établir par une sentence de 1514 que les communaux et les terres cultivées puis rendues à la friche relevaient du realengo. Par conséquent, soutenaient-ils, ces espaces devaient rester constamment ouverts aux troupeaux34. Or, l’argument paysan sur les difficultés de subsistance qu’entraînerait la restriction des essartages n’était pas du tout rhétorique : un véritable exode rural s’amorça alors, qui se poursuivit aux générations suivantes.

  • 35 J. Roudil, Les fueros d’Alcaraz et d’Alarcón, Paris, 1962.
  • 36 I. García, Agricultura, ganadería y bosque. La explotación económica de la Tierra de Alcaraz (1475 (...)
  • 37 Les juges devaient trancher entre les réclamations des villages et la position maximaliste d’Alcar (...)

28Plus au sud, à Alcaraz dans La Manche, la défense de la transhumance se doublait des problèmes de ravitaillement urbain : il fallait certes étendre les cultures, mais les dirigeants n’entendaient pas que cela se fasse à l’ancienne, car les paysans pratiquaient toujours les essartages selon la règle du premier occupant. Rédigé en castillan à la fin du xiiie siècle selon le modèle de Cuenca35, le fuero d’Alcaraz fut alors contourné par une batterie de dispositions qui, au premier quart du xvie siècle, modifia complètement les règles du jeu en l’espace de quelques années : en 1518, le concejo interdit d’essarter aux alentours des bergeries, et à proximité des abreuvoirs et des puits en 1519 ; deux ans plus tard, les ordonnances excluaient les taillis des terrains susceptibles d’être labourés et bannissaient l’emploi des brûlis. En même temps, le concejo d’Alcaraz canalisait les initiatives de défrichement vers des terrains grevés de loyers annuels en froment. Preuve de la volonté du conseil de promouvoir les cultures stables, ce loyer devait être versé tous les ans pour chaque parcelle, qu’elle ait été emblavée ou qu’elle ait été laissée en jachère36. Reste qu’il est difficile de se faire une idée des proportions du territoire agricole affecté par ces changements. Au xve siècle, les litiges provoqués par la volonté sécessionniste de certaines aldeas du district d’Alcaraz soulignent à quel point la subsistance des populations locales dépendait impérieusement d’une réserve de vacants à usage agricole37.

  • 38 J. López-Salazar, Mesta, pastos y conflictos en el Campo de Calatrava (s.  xvi ), Madrid, 1987, p. (...)
  • 39 J.-P. Molénat, Campagnes…, p. 275-276.

29On le voit, les cultures temporaires ne disparurent pas à Alcaraz, pas plus qu’elles ne le firent à Soria, même si leur place dans l’économie paysanne et dans le paysage devint forcément plus réduite. Elles devaient néanmoins se révéler particulièrement vivaces. Deux exemples méridionaux montrent leur capacité de résistance. Dans le Campo de Calatrava, les grandes routes de la transhumance occupaient des plaines, souvent humides et bien engraissées, qui restaient vides en dehors de quelques semaines d’automne et de printemps : la tentation était assez irrésistible pour les paysans modestes de la zone et les défrichements clandestins étaient habituels. Or, il arrivait parfois que les concejos des villages soutiennent les essarteurs et contribuent aux frais de défense contre les plaintes des autorités de la Mesta. Ainsi les cultures duraient-elles plus ou moins longtemps, en fonction du savoir-faire de chaque avocat, les procès pouvant traîner pendant deux ou trois ans, autant dire deux ou trois moissons38. Non loin de là, les autorités de Tolède voulurent restreindre sinon éliminer les cultures sur brûlis dans les bois. On note, cependant, que cela ne les empêchait pas de prélever, selon les zones, le dixième ou le douzième des récoltes des essarts. D’ailleurs, les dirigeants étaient bien conscients que l’abandon radical d’une telle pratique entraînerait la prolifération des bêtes nuisibles et l’augmentation de l’insécurité dans les montagnes39.

30Somme toute, la conflictualité entourant les cultures temporaires montre assez que leur place dans les systèmes agricoles de la fin du Moyen Âge était variée, mais pas du tout négligeable. Elle met aussi en évidence la nature des enjeux : le bannissement partiel des essarts relevait d’un conflit de classe sur les formes d’occupation du sol, qui opposait les oligarchies urbaines aux paysans. Pour participer aux profits de l’élevage à grande échelle et au contrôle du ravitaillement des villes, les premières tenaient à disloquer le vieux système d’accès aux ressources du territoire, qui garantissait la subsistance paysanne avec une dépendance très limitée du marché et des salaires. Il en résultait des changements dans la structure des rentes, dans les usages du sol et même dans la démographie rurale : preuve supplémentaire de la place considérable des essarts plusieurs générations après la colonisation.

  • 40 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 60 et suiv.

31On ne saurait cependant ignorer que les discours construits autour d’un conflit tendent inéluctablement à magnifier les enjeux, en l’occurrence le poids des cultures temporaires dans l’économie paysanne : les plaids du Campo de Calatrava reflètent-ils l’importance des essarts ou plutôt les mauvais rapports des concejos de la zone avec la Mesta ? La défense déchirante du droit d’essartage par les paysans de Soria ne serait-elle pas due avant tout à l’étroitesse de leur marge de subsistance dans les zones les plus pauvres d’un pays extrêmement rude40 ? Dans un aperçu général comme le nôtre, la seule manière de lever cette incertitude est de présenter des cas dans lesquels les cultures temporaires apparaissent comme le socle de tout le régime agraire, et ce indépendamment de quelque contexte litigieux que ce soit. Dans la mesure où il s’agit de territoires et de populations considérables, ils confirment l’amplitude réelle de l’éventail de situations perceptibles à la fin du Moyen Âge. C’est par la présentation de l’un de ces cas que nous terminerons ce rapport.

Les cuadrillas de Valencia de Alcántara à la fin du Moyen Âge

32Forte de trois paroisses et d’une activité artisanale et marchande notable, Valencia de Alcántara était l’une des villes les plus grandes et les plus dynamiques de l’Estrémadure à la fin du xve siècle. À la différence des cas que nous venons d’examiner, le territoire de Valencia n’a pas suscité de litiges autour des espaces pastoraux. Et pour cause : la ville ayant appartenu à l’ordre militaire d’Alcántara depuis sa conquête en 1221, les seigneurs ont toujours possédé de grandes et profitables dehesas dans le finage.

  • 41 D. Bohórquez, Ordenanzas del Concejo de Valencia de Alcántara, Cáceres, 1982. Le système de redist (...)
  • 42 Par exemple, ce règlement ordonne que le système de redistribution des terres à froment soit aussi (...)

33En 1489, le concejo fit rédiger les ordonnances de la ville41. Loin de compiler des usages indépendamment de leur vigueur ou de leur désuétude, ce méticuleux document se voulait aussi l’instrument d’introduction de quelques réformes non négligeables dans la gestion de l’espace agricole. L’analyse du texte permet ainsi de saisir tant le régime agricole vécu à Valencia à la fin du xve siècle que le sens de l’évolution que le concejo entendait promouvoir42.

  • 43 D. Bohórquez, Ordenanzas…, p. 55 et 79 et titre De los panes 1. Sur la pratique des cultures tempo (...)

34La première donnée des ordonnances est très claire : mis à part les dehesas de l’ordre d’Alcántara – qui, soit dit en passant, abritaient aussi des cultures temporaires43 – et à quelques minimes exceptions près, toute la terre arable était communale. Cette vaste surface de gestion collective était divisée en deux types d’espace : le champ et la Zafra. Le premier était formé par les meilleures terres du finage, réservées au froment, alors que la Zafra, plus petite, correspondait aux terrains accidentés, destinés à la production du seigle. À propos des cultures temporaires, les ordonnances fournissent des informations aussi bien pour le champ et la Zafra que pour le monte bravo, c’est-à-dire la forêt et les landes. Mais nous allons laisser de côté les bois et les sols médiocres de la Zafra pour nous intéresser à l’organisation des terres où l’on cultive le froment.

  • 44 D. Bohórquez, Ordenanzas…, I. 12.

35Les terres à froment se divisaient en trois soles dont deux étaient à peu près égales alors que la troisième était plus petite. La sole dite de Monte del Trigo, par exemple, était l’une des deux plus grandes. Aisément repérable grâce aux microtoponymes consignés par les descriptions des ordonnances44, cette sole formait une sorte d’ellipse d’environ 5 600 ha, dont le centre se trouvait à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville. À l’intérieur de cette ellipse, plusieurs bergeries dispersées constituaient, au temps de la rédaction des ordonnances, autant d’enclaves du point de vue des usages du sol et de la capacité d’amendement. Elles permettent d’écarter toute éventuelle illusion d’un partage simple et compact des terres. Chaque année, après les semailles, on décidait quelle sole serait la suivante à être labourée et l’on procédait ensuite à son partage. Le fait que l’on pouvait choisir une sole ou une autre met en lumière, si besoin était, que le système de rotation répondait à des modalités autres que la rotation triennale des pays plus septentrionaux.

  • 45 Valencia de Alcántara se trouve dans une région de colonisation léonaise. Dans les montagnes du Lé (...)

36Le mot clé du système de partage est encore une fois celui de cuadrilla. Ici, il désignait aussi bien un lot collectif de terres que le groupe d’hommes correspondant. En effet, tous les paysans de Valencia disposant d’un attelage en propriété ou en location avaient le droit de profiter du partage annuel de terres. Dans ce but, ils étaient répartis en onze cuadrillas. Ensuite, la sole à labourer était divisée en autant de grands lots, eux aussi appelés cuadrillas, et ceux-ci étaient tirés au sort entre les cuadrillas d’hommes. La correspondance entre les groupes d’hommes et les lots de terres une fois établie, venait alors le moment du partage des lots individuels, que l’on appelait suertes. Ceux-ci étaient distribués parmi les membres de chaque cuadrilla : deux ou trois responsables attribuaient les suertes selon deux modules de surface proportionnels correspondant à un ou deux attelages. Soulignons qu’il n’y avait pas de module plus grand. Si quelqu’un possédait davantage de bœufs, tout ce qu’il pouvait faire était de les louer à un autre paysan. Enfin, en dehors des terres encuadrilladas, de petits lots étaient aussi adjugés aux paysans les plus pauvres qui, démunis d’attelages, essartaient en groupe : on disait alors qu’ils faisaient leurs senaras45.

  • 46 A. Bernal, El Concejo de Ciudad Rodrigo…, chap. 2.
  • 47 J. L. Martín, « Evolución de los bienes comunales… », p. 24.

37Le système mis au jour par les ordonnances de Valencia de Alcántara est connu dans d’autres territoires plus au nord, comme Ciudad Rodrigo46. Mais il est à coup sûr le plus minutieusement décrit : notre résumé laisse à peine deviner la richesse de détails fournis par le texte. C’est pourquoi ces ordonnances ont été à juste titre mises en relief par les chercheurs travaillant sur la problématique des terres communales au bas Moyen Âge, du point de vue des mécanismes de défense contre les usurpations47. Dans notre perspective, en revanche, il est plus important d’attirer l’attention sur plusieurs dispositions, apparemment mineures mais qui ont l’intérêt de dévoiler la mobilité des parcelles et des cultures.

  • 48 D. Bohórquez, Ordenanzas …, titre De los Panes 4.
  • 49 Ibid., I. 14.

38Il est bien certain, en effet, que la redistribution des exploitations n’impliquait pas nécessairement la mobilité des cultures. Pour saisir la plasticité du paysage, il faut s’en remettre à d’autres informations tirées elles aussi de la casuistique envisagée par ce règlement. Ainsi apprend-on, par exemple, qu’à l’intérieur des soles il y avait des taillis qui étaient cycliquement coupés, brûlés, cultivés et de nouveau abandonnés à la repousse, ainsi que des terres arables rendues à la friche pour des périodes allant jusqu’à plus de neuf ans48. Nous voyons aussi que les paysans avaient l’habitude de laisser des vacants entre les lots individuels délimités chaque année49.

  • 50 Ibid., I. 8.

39Mais c’est en prêtant attention à la façon dont s’articulaient les initiatives individuelles de défrichement et la redistribution annuelle des terres que l’on découvre le plus clairement la souplesse du système et la mobilité des cultures. Par exemple, lorsqu’un paysan défonçait une terre restée en friche pendant au moins les neuf années précédentes, il gagnait le droit d’en tirer deux récoltes dans les deux tours suivants de la sole. Il était donc le premier à bénéficier de l’amélioration due au repos du sol et à son propre travail. Mais attention : le défricheur ne savait pas dans quelle cuadrilla tomberait son essart. Il ignorait même quel serait le tracé des lignes de division entre les différentes cuadrillas. Quelle était alors la procédure ? Au temps du partage de la sole, d’abord, les responsables des cuadrillas devaient vérifier que l’essartage était bien valable, autrement dit, qu’il avait bien été fait sur un terrain laissé en friche depuis au moins neuf ans : on voit bien que toute la surface de chaque sole était loin d’être cultivée à chaque tour, puisque le labourage des terres laissées en friche entre deux et huit ans n’était pas considéré comme un défrichement produisant des droits particuliers. Ensuite, le défricheur était inclus dans la cuadrilla où se trouvait la plus grande partie des terres qu’il avait essartées : il perdait alors tous ses droits sur les parts de ses essarts échues à d’autres cuadrillas. L’inscription d’un individu dans une cuadrilla était donc parfaitement variable, ainsi que le confirment d’autres dispositions des ordonnances50. Enfin, on ajoutait à l’essart autant de terres que nécessaire pour compléter la surface du lot auquel le défricheur avait droit en tant que membre de la cuadrilla. Ajoutons, au demeurant, qu’il existait d’autres manières d’améliorer un lopin de terre et de s’en faire reconnaître pour un temps le droit d’exploitation exclusive, comme l’installation des brebis au temps de l’élaboration du fromage.

40En somme, les terres à froment de Valencia de Alcántara comprenaient des espaces laissés en friche pour des périodes très variables. En même temps, les soles faisaient l’objet de redistributions, suivant des bornages à tel point changeants que même les délimitations des grands lots collectifs étaient imprévisibles – que dire des suertes individuelles ? Les usages encourageaient l’initiative individuelle dans les travaux de défrichement, mais ils établissaient aussi un seuil d’effort qui correspondait au nettoyage et défonçage d’une terre abandonnée au moins neuf ans. En dessous de ce seuil, la remise en culture des terres ne se distinguait pas du labourage ordinaire. De manière symétrique, et en toute cohérence avec la rétribution des efforts individuels, si l’exploitation d’une suerte était négligée, un autre membre de la même cuadrilla pouvait s’en emparer pour la labourer : voici à nouveau le double critère de possession des fueros : il fallait avoir sa terre de cuadrilla – même si on l’avait essartée auparavant – et il fallait la labourer.

41Nous voudrions finir par une dernière remarque sur les rapports entre la nature des sources et la perception d’un régime agraire donné. La pertinence des descriptions fournies par les ordonnances de Valencia de Alcántara est hors de doute s’agissant de la fin du xve siècle. Mais il faut souligner que, dans l’hypothèse d’une pression démographique accrue, un processus d’intensification de l’exploitation des terres arables aurait pu se mettre en place sans nécessiter la moindre modification des ordonnances. Autrement dit, si ce paysage perçu comme souple et changeant avait dû se rigidifier ou, à l’inverse, s’il avait été moins sollicité par une population décroissante, l’évolution des formes d’exploitation aurait pu avoir lieu sans rupture juridique aucune et sans que cela produise le moindre écho dans le corpus normatif.

***

42Notre tour d’horizon peut être résumé à deux niveaux. D’un point de vue général, les cultures temporaires présentent un éventail de cas de figure aussi large que l’écart qui sépare, par exemple, les défrichements clandestins du Campo de Calatrava des vastes champs encuadrillados de Valencia de Alcántara. Sous l’angle des structures mises en place, se détachent deux modèles d’organisation de l’espace : d’un côté, on observe un système réglé de gestion collective, lié à la condition d’habitant d’un village ou d’une ville. C’est le cas de Valencia ou Ciudad Rodrigo, mais aussi des fueros d’El Espinar et de Cuenca. De l’autre côté, Zapardiel représente un système moins formalisé, mais équilibré par le rôle des seuils de propriété et des baux agraires dans l’accès aux ressources du territoire, y compris la terre arable. L’un et l’autre partagent une notion de la possession foncière qui est soutenue par deux types de gestes et de pratiques cycliques : la prise de terre et le labourage réel de celle-ci. Ce doublet permet de surmonter, pensons-nous, le blocage conceptuel qui a tendu à repousser les cultures temporaires vers les marges de l’espace agricole, de l’économie rurale et des rapports sociaux.

43Hélas, une géographie de ces systèmes est non seulement impossible pour l’instant, mais se présente en plus comme une tâche redoutable : notre survol des sources montre aussi bien leur richesse que les risques de dérapage dans leur traitement. Qui plus est, même lorsque nous sommes à même de saisir l’ensemble de l’un des systèmes mentionnés, le problème se pose immédiatement de vérifier la présence des cultures temporaires dans la moyenne durée. Car, nous l’avons vu, il n’y a pas de contradiction entre les formules de redistribution périodique et une éventuelle intensification de l’exploitation de l’espace agraire. Le fait que l’on puisse envisager un continuum reliant le parcellaire stable aux cultures temporaires, l’une et l’autre composantes se combinant dans des proportions changeantes, remet à nouveau en cause nombre d’idées reçues. Mais cela ne va pas sans poser, d’autre part, de sérieuses difficultés à l’historien.

44Pour finir, quelques constats peuvent être dégagés de notre rapport. Du point de vue des techniques, l’utilisation de l’araire dans les cultures temporaires ne semble pas, de prime abord, avoir été moins courante que la culture sur brûlis, et l’on dirait bien que l’une et l’autre coexistèrent souvent sur un même territoire. Sur le plan juridique, ce n’est pas la presura qui s’opposait aux cultures temporaires, mais une certaine perception traditionnelle et rigide de ce mode d’appropriation du sol. De même, ce n’est pas la seigneurie tout court qui se heurtait à ces pratiques, mais certaines formes d’appropriation et d’exploitation du territoire, promues dans certains temps et dans certains lieux pas la classe seigneuriale. En fait, loin d’affecter des espaces et des collectifs humains anecdotiques ou marginaux, les conflits concernant les cultures temporaires ébranlaient toute la charpente des formes d’accès aux ressources du territoire : preuve supplémentaire que ces cultures faisaient partie des lignes de faîte des sociétés que nous avons examinées.

Notes

1 Voici quelques titres de référence : R. Pastor de Togneri et al., « Poblamiento, frontera y estructuras agrarias en Castilla la Nueva (1085-1230) », Cuadernos de Historia de España, 47-48, 1968, p. 172-255 ; A. Barrios, Estructuras agrarias y de poder en Castilla. El ejemplo de Ávila (1085-1320), Salamanca, 1983-84 ; J. L. Martín Martín, El patrimonio de la catedral de Salamanca. Un estudio de la ciudad y el campo salmantino en la Baja Edad Media, Salamanca, 1985 ; L.M. Villar, La Extremadura castellano-leonesa : guerreros, clérigos y campesinos (711-1252), Valladolid, 1986 ; M. Asenjo, Segovia. La ciudad y su tierra a fines del medievo, Segovia, 1986 ; I. García Díaz, Agricultura, ganadería y bosque. La explotación económica de la Tierra de Alcaraz, Albacete, 1987 ; J.M. Monsalvo, El sistema político concejil. El ejemplo del señorío medieval de Alba de Tormes y su concejo de villa y tierra, Salamanca, 1988 ; Á. Bernal, El concejo de Ciudad Rodrigo y su tierra durante el siglo xv , Salamanca, 1989 ; J.-P. Molénat, Campagne et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, 1997 ; M. Asenjo, Espacio y sociedad en la Soria medieval. Siglos xiii - xv , Soria, 1999 ; J. Clemente Ramos, La tierra de Medellín (1234-c. 1450) : dehesas, ganadería y oligarquía, Badajoz, 2007.

2 C’est aussi le cas des pays méditerranéens soumis à la conquête catalano-aragonaise. La continuité des communautés rurales musulmanes y est même beaucoup plus importante et persistante qu’en Andalousie.

3 La seule exception à la règle de la rupture avec le passé islamique concerne la région de Tolède et encore est-elle très relative pour notre propos. Les conquérants y trouvèrent un pays bien peuplé et des centres urbains prospères ainsi qu’un contingent de population chrétienne arabisée qui resta sur place. Mais l’exode massif et précoce des musulmans, suivi de l’installation de colons du nord, et le régime des fueros engendrèrent des rapports ville/campagne et des formes d’occupation du territoire analogues à ceux des autres régions. Il existe aussi une particularité politique dans la vallée du Guadiana. Dans ces terres arides et ravagées par les guerres, c’est aux ordres militaires que les rois confièrent la direction de la colonisation. Les ordres prolongèrent le modèle des fueros et des districts relevant des chefs-lieux fortifiés avec de médiocres résultats.

4 La synthèse classique est : S. de Moxó, Repoblación y sociedad en la España cristiana medieval, Madrid, 1979. Sur la genèse et évolution du régime de « Ville et Terre », la référence indispensable est : J. Ma Monsalvo, « Frontera pionera, monarquía en expansión y formación de los concejos de villa y tierra. Relaciones de poder en el realengo concejil entre el Duero y el Tajo (c. 1072 – c. 1222) », Arqueología y Territorio Medieval, t. 10, no 2, 2003, p. 45-126.

5 C. López Rodríguez, « La organización del espacio rural en los fueros de la Extremadura castellana », En la España Medieval, 12, 1989, p. 63-94 ; l’auteur présente une remarquable synthèse des acquis de la recherche et une vue d’ensemble des cultures temporaires selon les thèses des notes précédentes.

6 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 146 et suiv.

7 J. Miret Mestre, « Las Rozas en la Península Ibérica. Apuntes de tecnología agraria tradicional », Historia Agraria, 34, 2004, p. 165-196.

8 V. Cabero, Espacio agrario y economía de subsistencia en las montañas galaico-leonesas : La Cabrera, León, 1980.

9 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en la época del crecimiento y consolidación de la formación feudal. Castilla y León, siglos x - xiii , Madrid, 1980, p. 50-52 ; M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 326.

10 J. Costa, « Concejo colectivista de Sayago », Id., Derecho consuetudinario y economía popular de España, Zaragoza, 1981, p. 21-35 [première édition 1896].

11 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 174 ; C. López Rodríguez, « La organización… ». À propos de la presura du haut Moyen Âge, voir en dernier lieu : J.J. Larrea et R. Viader, « Aprisions et presuras au début du ixe siècle : pour une étude des formes d’appropriation du territoire dans la Tarraconaise du haut Moyen Âge », P. Sénac (éd.), De la Tarraconaise à la Marche supérieure d’Al-Andalus ( ive- xie siècle). Les habitats ruraux, Toulouse, 2005, p. 167-210.

12 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 147.

13 Le litige de Zapardiel a fait l’objet d’une brillante monographie par J.M. Monsalvo, « Paisaje agrario, régimen de aprovechamientos y cambio de propiedad en la Tierra de Ávila durante el siglo xv. La creación del término redondo de Zapardiel de Serrezuela », Id., Comunalismo concejil abulense : paisajes agrarios, conflictos y percepciones del espacio rural en la Tierra de Ávila y otros concejos medievales, Ávila, 2010, p. 19-112. Monsalvo ne s’est guère intéressé à la problématique des cultures temporaires, mais notre approche tire grand profit de son étude de l’usurpation du village et du paysage agraire que le dossier judiciaire dévoile.

14 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval del Asocio de la Extinguida Universidad y Tierra de Ávila, Ávila, 1990, no 186.

15 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 99.

16 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval …, no 57 et 137. À propos du mot quiñón, voir ci-dessous note 23.

17 Ibid., no 137. J.M. Monsalvo, « Paisaje agrario… », p. 35-38, a cru, à tort selon nous, qu’il s’agit d’une seule description comprenant 98 parcelles.

18 C. Luis López et G. del Ser Quijano, Documentación medieval…, no 125 : « Este dicho día los dichos deslindadores dixeron que está un pedaço a Navalonguilla, que dixeron que non sabían por dó yva nin por dó non, nin lo que haze. El dicho Hernand López tomó la posysyón de lo que en él le pertenesçe ».

19 J.M. Monsalvo, « Espacios de pastoreo de la Tierra de Ávila. Algunas consideraciones sobre tipos y usos de los paisajes ganaderos bajomedievales », Id., Comunalismo…, p. 204-205.

20 A. Barrios, Estructuras agrarias…, p. 11, 205 et 268-269.

21 R. Ureña, Fuero de Cuenca. Formas primitiva y sistemática : texto latino, texto castellano y adaptación del Fuero de Iznatoraf, Madrid, 1935 ; A. M. Barrero, « El proceso de formación del Fuero de Cuenca (notas para su estudio) », Anuario de Estudios Medievales, 12, 1982, p. 41-58 ; A. Pérez Martín, « El derecho común y el fuero de Cuenca », Glossae : revista de historia del derecho europeo, 8, 1996, p. 77-110.

22 Selon la rédaction latine dite systématique (édition de R. Ureña, supra n. 21).

23 Le quiñón était un lot de terres. À l’instar des quadrilleros, les quiñoneros apparaissent dans certains textes comme responsables du partage de la terre et du butin : J. González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, 1976, t. 2, p. 183-185.

24 Encore faut-il noter que dans le fuero de Zorita, de la famille du fuero de Cuenca, le mot heredamiento peut désigner la terre qui a été reçue de cuadrilla : R. Ureña, El Fuero de Zorita de los Canes, Madrid, 1911, art. 21. Même dans la terminologie, les deux origines de la possession apparaissent au même plan.

25 R. Lapesa et al., Léxico hispánico primitivo (siglos viii al xii ), Madrid, 2003 : « quadrare ».

26 Voir J. Gautier-Dalché, « Sur quelques clauses du Fuero de Cuenca (forma sistemática) : aménagement de l’espace, population et institutions », Cuadernos de Historia de España, 74, 1997, p. 126-127.

27 J. Gautier-Dalché, « Formes et organisation de la vie rurale dans le Fuero de Cuenca », Anuario de Estudios Medievales, 12, 1982, p. 149-165.

28 M. A. Ladero, « Las ordenanzas locales. Siglos xiii al xviii », En la España Medieval, 21, 1998, p. 293-338.

29 J. M. Monsalvo, « Percepciones de los pecheros medievales sobre usurpaciones de términos rurales y aprovechamientos comunitarios en los concejos salmantinos y abulenses », Edad Media. Revista de Historia, 7, 2005-2006, p. 37-74 ; Id., « Costumbres y comunales en la Tierra medieval de Ávila (Observaciones sobre los ámbitos del pastoreo y los argumentos rurales en los conflictos de términos) », S. de Dios et al., Historia de la Propiedad. Costumbre y Prescripción, Madrid, 2006, p. 13-70 ; H. R. Oliva Herrer, « El mundo rural en tiempos de Isabel I », J. Valdeón (éd.), Sociedad y economía en tiempos de Isabel la Católica, Valladolid, 2002, p. 41-75.

30 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 230-273.

31 Ibid., p. 156. La distinction juridique des maisons selon que leur couverture était de tuiles ou de chaume apparaît déjà au xiiie siècle, dans le Fuero Extenso de Sepúlveda par exemple : E. Sáez et al., Los Fueros de Sepúlveda, Segovia, 1953, titre 9.

32 Dans ce but, d’autres stratégies étaient aussi possibles. En 1426, le concejo de Ciudad Rodrigo (Salamanque) grevait d’une redevance en froment toutes les cultures créées dans des terres communales afin d’éviter des appropriations : A. Barrios, J.M. Monsalvo et G. del Ser, Documentación medieval del Archivo Municipal de Ciudad Rodrigo, Salamanca, 1988, no 119.

33 M. Asenjo, « Los espacios ganaderos. Desarrollo e impacto de la ganadería trashumante en la Extemadura castellano-oriental a fines de la Edad Media », J. Gómez-Pantoja (éd.), Los rebaños de Gerión : pastores y trashumancia en Iberia antigua y medieval, Madrid, 2001, p. 71-108 ; Id., Espacio y sociedad…, p. 289.

34 L’évolution et les manipulations de la notion de realengo méritent sans doute de nouvelles approches. À titre d’exemple, les témoins d’une enquête menée en 1376 à Ciudad Rodrigo expliquaient le contraire de ce qui serait établi à Soria au début du xvie siècle : c’était le droit de labourer n’importe où en dehors des terres cuadrilladas, qui définissait selon eux le realengo : A. Barrios et al., Documentación de Ciudad Rodrigo…, no 19.

35 J. Roudil, Les fueros d’Alcaraz et d’Alarcón, Paris, 1962.

36 I. García, Agricultura, ganadería y bosque. La explotación económica de la Tierra de Alcaraz (1475-1530), Albacete, 1987, p. 47-51.

37 Les juges devaient trancher entre les réclamations des villages et la position maximaliste d’Alcaraz qui ne reconnaissait comme finage des aldeas que l’espace couvert par les toitures des maisons. La solution consista à établir comme territoire villageois les terres qui payaient la dîme à l’église locale au temps des disputes, ce qui s’avéra bientôt trop exigu pour assurer la subsistance des habitants : I. García, Agricultura…, p. 37-45.

38 J. López-Salazar, Mesta, pastos y conflictos en el Campo de Calatrava (s.  xvi ), Madrid, 1987, p. 42 et suiv.

39 J.-P. Molénat, Campagnes…, p. 275-276.

40 M. Asenjo, Espacio y sociedad…, p. 60 et suiv.

41 D. Bohórquez, Ordenanzas del Concejo de Valencia de Alcántara, Cáceres, 1982. Le système de redistribution que nous résumons se trouve dans le premier chapitre de ce règlement.

42 Par exemple, ce règlement ordonne que le système de redistribution des terres à froment soit aussi appliqué aux terrains destinés au seigle (D. Bohórquez, Ordenanzas…, I. 13). De même, il préconise la fixation du lot attribué à chaque cuadrilla (ibid., I, 1).

43 D. Bohórquez, Ordenanzas…, p. 55 et 79 et titre De los panes 1. Sur la pratique des cultures temporaires dans les dehesas, voir aussi J.-P. Molénat, Campagnes…, p. 523 et G. Berrogain, « Ordenanzas de La Alberca y sus términos Las Hurdes y Las Batuecas », Anuario de Historia del Derecho Español, 7, 1930, p. 391.

44 D. Bohórquez, Ordenanzas…, I. 12.

45 Valencia de Alcántara se trouve dans une région de colonisation léonaise. Dans les montagnes du Léon, les essarts, souvent des cultures sur brûlis, étaient appelés senaras ou searas (espagnol moderne serna) : M. J. Pérez Álvarez, La montaña noroccidental leonesa en la Edad Moderna, León, 1996, p. 71-72.

46 A. Bernal, El Concejo de Ciudad Rodrigo…, chap. 2.

47 J. L. Martín, « Evolución de los bienes comunales… », p. 24.

48 D. Bohórquez, Ordenanzas …, titre De los Panes 4.

49 Ibid., I. 14.

50 Ibid., I. 8.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search