Version classiqueVersion mobile

Cultures temporaires et féodalité

 | 
Roland Viader
, 
Christine Rendu

Ius serendi et demani : cultures temporaires, communauté rurale et pouvoir seigneurial dans l’Italie centrale et méridionale

Sandro Carocci

Texte intégral

  • 1 On en trouvera une bonne présentation dans L. Provero, « Forty Years of Rural History for the Ital (...)
  • 2 Comme celles, par exemple, consacrées à l’usage très répandu dans les forêts des montagnes du Tren (...)

1Sur fond de désintérêt général de l’histoire médiévale pour les cultures temporaires, l’Italie ne fait pas exception. Le sujet est resté à l’écart de la vaste historiographie des campagnes de l’Italie médiévale qui s’est développée au cours des quarante-cinquante dernières années1, et peu de lignes y ont été consacrées même dans les études sur les bois, les pâtures et les incultes2. Cela peut s’expliquer soit par la réputation d’archaïsme qui pèse sur ces pratiques agraires, soit par l’état des sources : sur le sujet, les documents médiévaux sont en effet aussi dispersés que difficiles d’interprétation. Mon exposé, par conséquent, ne doit pas s’entendre comme une synthèse sur une thématique bien connue et bien étudiée, mais comme une série de premières pistes de recherche, de propositions d’interprétation et d’hypothèses.

  • 3 S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e primo Tr (...)

2Pour l’essentiel, je reprendrai ici les conclusions de précédents travaux dans lesquels j’ai montré à quel point les cultures temporaires furent importantes dans de nombreuses zones de l’Italie centrale et méridionale. Mais je m’attacherai surtout à en présenter une vision unitaire, à proposer un cadre d’ensemble. Je ne reprendrai donc pas l’analyse minutieuse des sources et des travaux sur lesquels se fonde mon interprétation : le lecteur désireux de trouver une argumentation plus approfondie et fondée sur la discussion des preuves documentaires pourra se reporter à mes précédents travaux3.

  • 4 La Sardaigne aurait certainement mérité d’être insérée dans cette réflexion, mais je n’ai pas pour (...)

3En l’état de l’historiographie, le médiéviste doit nécessairement partir des informations fournies par les réalités d’Époque moderne. Car celles-ci ne laissent pas de doute. Du xvie au xviiie siècle, et parfois jusqu’au xixe, dans le Latium et dans les Abruzzes, dans tout le sud de la péninsule ainsi qu’en Sicile, une part consistante de la production de céréales provenait de terres cultivées selon des rythmes qui entrent pleinement dans la définition des cultures temporaires proposée par les organisateurs de ce colloque, puisqu’il s’agissait de terres laissées totalement incultes durant une ou plusieurs années4.

4Leur caractéristique principale, cependant, était autre. Dans ce monde rural, en fait, l’élément déterminant pour la définition du statut des terres n’était pas la rotation des cultures, mais les modalités sociales de l’accès à la terre. Et, sur ce point, il est permis d’être catégorique : dans de nombreuses localités, beaucoup de terres emblavées n’avaient pas de possesseur stable. Une part de la production paysanne de céréales se faisait sur des terres que les cultivateurs possédaient seulement de façon partielle et même tout à fait temporaire.

La bipartition fondamentale des terres de culture

5Du point de vue de la présence ou de l’absence d’un rapport stable ou non entre la terre et celui qui la cultivait, dans une grande partie du Latium, des Abruzzes et de tout le Mezzogiorno, il existait une bipartition fondamentale. Il y avait d’un côté des terres de culture détenues par des cultivateurs et des propriétaires : elles faisaient l’objet de clôtures, d’investissements à long terme, de cultures intensives. De l’autre, il existait des aires plus étendues où même celui qui cultivait la terre une année n’avait pas automatiquement le droit de l’ensemencer l’année suivante.

6Sur la diffusion effective de cette bipartition, les données restent partielles, même en pleine Époque moderne. Un recensement systématique n’a été conduit que pour quelques zones. De l’ensemble des attestations disponibles, il semble ressortir de toute façon que, à l’Époque moderne, la bipartition du territoire des villages – entre une zone subdivisée en parcelles faisant l’objet d’une appropriation individuelle et durable et une seconde zone où le rapport à la terre se trouvait continuellement redéfini – était très commune dans le Latium, au point de concerner la majorité des villages. Dans le Mezzogiorno, sa diffusion semble massive dans les zones de hautes collines et de montagne des Abruzzes, du Molise et de la Campanie, de même que dans les Pouilles septentrionales et la Sicile intérieure. Pour le Moyen Âge, la totale absence d’études et la difficulté avec laquelle ces pratiques accèdent à la documentation écrite rendent impossible d’en proposer une géographie même approximative. On peut néanmoins relever que, pour le Latium, les attestations des xive et xve siècles concernent un nombre important des localités de la partie centrale de la région. Pour le Sud, les données sont encore plus éparses. Il faut souligner que, certes, les attestations de cette bipartition et des pratiques agraires qui, comme nous le verrons, lui sont associées sont épisodiques, mais apparaissent dans les sources des xiie-xive siècles dans toutes les régions, des Abruzzes jusqu’aux Pouilles, et de la Campanie jusqu’à la Calabre et à la Sicile. Ainsi, s’il est impossible de préciser combien de villages dans chacune de ces régions étaient concernés par un tel système, le caractère interrégional de ces attestations, précisément, constitue en soi un fort indice en faveur d’une diffusion d’une ampleur notable.

7Revenons maintenant à la bipartition fondamentale. Les champs du premier type, ceux qui faisaient l’objet d’une appropriation durable, étaient appelés ristretti (terres restreintes, terres limitées) dans le Latium et terreni appadronati (terres ayant un patron) ou difesi (défens) dans le Mezzogiorno. Les mots ristretti et difesi font allusion à la possibilité d’enclore la terre ; l’adjectif appadronato renvoie à l’existence d’un patron, terme qui ne fait pas abstraitement référence au droit de propriété, mais indiquait qui, concrètement, avait le droit d’utiliser ledit terrain (parfois celui-ci était un véritable propriétaire au sens où l’entendait le droit romain, mais il s’agissait plus souvent d’un locataire ou d’un tenancier). Habituellement, ristretti et terreni appadronati occupaient la zone la plus proche de l’habitat et étaient subdivisés en un grand nombre de parcelles de petites dimensions destinées au jardinage et à la vigne, à la culture du chanvre et de l’olivier, et à la production de céréales à petite échelle. Chaque famille paysanne détenait une, deux ou plusieurs de ces parcelles. Quelques parcelles de plus amples dimensions appartenaient à l’Église et aux gros propriétaires, voire au seigneur lui-même.

8Le reste du territoire villageois était occupé soit par des bois, des marais ou autres surfaces durablement vouées à l’inculte (dont je ne m’occuperai pas ici), soit par des terres du second type évoqué ci-dessus, c’est-à-dire des terres sans cultivateur stable. Ces terres étaient appelées quarti (quartiers) dans le Latium, et demani (domaines) dans le Mezzogiorno. D’un point de vue agraire, il s’agissait de terres destinées à la céréaliculture extensive, c’est-à-dire, de terres ouvertes et non clôturées, vouées au pacage des ovins dans les périodes de friche. La fréquence de leur ensemencement pouvait varier beaucoup. Dans le Latium de l’Époque moderne, la rotation la plus répandue prévoyait une année de culture tous les quatre ans (quarteria), mais les meilleures terres étaient ensemencées deux années de suite tous les quatre ans, alors que dans d’autres cas on semait un an sur trois (terzeria). Dans le Mezzogiorno, les cycles culturaux étaient encore plus diversifiés, allant d’ensemencements intermittents avec des alternances de quatre à six ans de friches, jusqu’à un cycle composé de deux années de culture et d’une année de jachère, appliqué dans quelques secteurs généralement minoritaires.

9Le type de culture et l’absence de clôture n’étaient cependant pas, comme je le disais, les principaux éléments de différenciation entre les terrains de ce type et les terres ristrette/difese/appadronate. Différent était surtout le rapport entre le cultivateur et la terre cultivée : le rapport stable, de longue durée, qui existait entre une parcelle ristretta/appadronata et son patron (au sens expliqué ci-dessus) s’atténuait jusqu’à disparaître dans le secteur céréalier. La norme dans ce secteur était la redistribution annuelle de la terre, et non pas la stabilité de la possession.

  • 5 M. Benaiteau, « La rendita feudale nel Regno di Napoli attraverso i relevi : il Principato Ultra ( (...)

10D’un endroit à l’autre, les modalités et le degré de généralité de la redistribution des terres de labour variaient beaucoup. Dans certains territoires, à l’Époque moderne, les familles paysannes parvenaient à conserver plusieurs années une même parcelle, même s’il leur demeurait interdit de l’enclore. Dans beaucoup d’autres zones, cependant, l’assignation des terres était annuelle et ne donnait droit à aucune forme d’occupation, fût-elle de nature précaire. Au début du xixe siècle encore, une enquête administrative constatait que dans de nombreuses localités du Sud les paysans indiquaient avec des marques spéciales les terrains qu’ils voulaient labourer, déclaraient au seigneur combien ils semaient et lui versaient un loyer généralement appelé terratico. Dans d’autres cas, ils devaient préalablement demander au seigneur le droit de semer telle année, tel champ en particulier. Par exemple, l’administrateur du seigneur du village de Reino notait en 1684 que « tout habitant est libre de semer à son gré dans le territoire, en déclarant combien et où il a semé ; et au temps de la récolte, le seigneur envoie le “terrageur” (terragiero) qui encaisse une mesure de grain (tomolo) sur dix5 ».

  • 6 E. Celani, Lo statuto di Montelibretti del secolo xv , Roma, 1883, r. 13 : « immiscendo bonos cum (...)

11Dans le Latium, au xve siècle déjà, les sources indiquent clairement quels sont les critères de redistribution de la terre arable. La superficie des lots assignés tous les ans à chaque famille était déterminée tant par la coutume qu’en fonction de la composition du noyau familial et du nombre de ses animaux de labour. C’est à ce critère précisément – celui du nombre d’animaux de trait – que fait référence le plus ancien document explicitant les modalités d’assignation annuelle des terres arables, à savoir les statuts concédés à la communauté villageoise du castrum de Montelibretti entre 1436 et 1452. Presque partout la division – il faut le souligner – n’était pas laissée au libre arbitre du seigneur mais devait prendre en compte toute une série de paramètres et devait être conclue en accord avec les représentants de la communauté rurale. À Montelibretti, elle était effectuée par le vicarius du seigneur et par quatre habitants, choisis à divers échelons sociaux, « mêlant les riches et les moins riches6 ».

12Ce système de redistribution annuelle des terres arables s’accompagnait d’une organisation bien particulière de l’ensemble du finage villageois. Chaque année, les champs labourés et ensemencés tendaient à se situer en aires compactes de façon à laisser les autres zones libres de toute culture et donc disponibles pour le pâturage. La dépaissance sur les incultes et les friches était réservée au bétail du seigneur et des habitants, ainsi qu’aux troupeaux forains qui s’acquittaient des droits de pâturage.

13Dans le Mezzogiorno, en fait, il semble que les demani d’un même village étaient organisés sans que toutes les terres soient regroupées en vastes aires soumises au même cycle cultural. En outre, là où de telles aires existaient, elles avaient des limites peu rigides qui étaient facilement modifiées d’une rotation à l’autre. La répartition ordonnée du territoire entre aires de cultures et aires de dépaissance était aussi réduite par la présence de quelques parcelles dont pouvaient disposer librement les seigneurs, et plus généralement, les grands propriétaires.

14Dans le Latium, en revanche, le système paraît pleinement développé dans de très nombreux villages : hormis quelques petites réserves seigneuriales (manualia curie), toutes les terres arables étaient groupées en quatre, cinq ou six soles compactes, clairement délimitées et pérennes. Comme je l’ai dit, elles étaient appelées quarti parce que chaque quartier, en général, était labouré et semé une fois tous les quatre ans. La rotation en quarteria fonctionnait de la manière suivante : à partir des mois de janvier-février de la première année le quarto resté le plus longtemps en friche était soumis à une série de labours (généralement six) qui se succédaient jusqu’aux semailles d’octobre. La moisson se faisait en juin de la deuxième année. Ensuite, le quarto était ouvert à la dépaissance pour quasiment trois ans, jusqu’en janvier-février de la cinquième année, lorsque débutait la nouvelle série des labours préparant les semailles d’automne. Dans quelques cas, surtout sur les meilleurs sols, le rythme était plus soutenu : la rotation pouvait se faire en terzeria (une année d’ensemencement et deux années de repos), ou bien en quarteria avec les colti, c’est-à-dire que le sol était de nouveau labouré et semé en septembre de la seconde année. En dehors des rotations prévues, personne – pas même le seigneur – n’avait le droit de cultiver le sol des quarti. La figure 1 est une représentation schématique d’un village latial avec un territoire organisé en quarti.

  • 7 En Sicile, une des premières attestations de ce prélèvement (ius terragii vel partem huiusmodi iur (...)

15Les paysans d’un village organisé selon ce système disposaient d’un droit/devoir de semer quarti et demani. Dans le Latium, ce droit/devoir était explicite et théorisé par la doctrine juridique qui, à l’Époque moderne, définit le système du ius serendi, « droit de semailles ». Dans le Mezzogiorno, il n’y eut ni mot particulier, ni théorie, mais ici aussi la jouissance des demani était régulée par la coutume et non pas laissée au libre arbitre du seigneur. J’ai parlé de « devoir » de semailles, parce que dans le Latium effectivement les paysans d’une seigneurie étaient tenus de semer toute la terre qui leur était assignée et ne pouvaient aller cultiver les terres de seigneuries voisines ; s’ils le faisaient néanmoins, ils devaient alors verser à leur propre seigneur le quart des récoltes obtenues sur ces terres extérieures à sa seigneurie. Dans le Mezzogiorno, cette obligation paraît moins contraignante, mais il est significatif que, comme dans le Latium précisément, soit attestée, pour la Sicile du xve siècle, l’habitude qu’avaient les seigneurs d’exiger un terrage de leurs dépendants, même pour les terres qu’ils cultivaient en dehors de leurs seigneuries7.

Figure 1. Représentation schématique de l’organisation d’un terroir du Latium soumis au ius serendi

Figure 1. Représentation schématique de l’organisation d’un terroir du Latium soumis au ius serendi

16Le loyer versé au seigneur par les cultivateurs du Latium se montait le plus souvent au quart des récoltes (plus rarement au cinquième et exceptionnellement au sixième), alors que dans le Mezzogiorno il était levé sur des bases moins élevées. Il pouvait équivaloir à la quantité semée ou à la moitié des semences ; plus souvent, le cens (terratico) était proportionnel à la récolte et fixé au dixième seulement. C’est la quotité de très loin la plus souvent attestée au Moyen Âge et à l’Époque moderne, même si se manifeste à partir du milieu du xvie siècle un processus de hausse des redevances et requêtes seigneuriales.

17La mise en valeur des terres agricoles se faisait individuellement, sans que soit prévue aucune sorte de pratique culturale de type collectif. Toutefois, la dimension collective et coutumière des usages agraires était très forte et impliquait, dans la gestion du territoire, une interaction continue entre seigneur et communauté. Après la récolte et dans les périodes de repos, les terres arables étaient ouvertes à la dépaissance des animaux appartenant aux habitants et au seigneur, gratuitement mais dans la limite d’un certain nombre de têtes ; les éleveurs forains devaient en revanche verser une taxe proportionnelle à la taille de leur troupeau. Dans les Pouilles et le Latium du xive siècle, la transhumance des ovins était régulée par un organe étatique de contrôle et de taxation, la Dogana. En outre, le glanage était également collectif. Les assignations annuelles de terres arables étaient elles-mêmes le fruit de rapports variables, mais toujours complexes, entre seigneur, communauté et notabilité locale.

Origines médiévales

18L’historiographie italienne des campagnes médiévales, qui s’est pourtant beaucoup développée au cours des quarante-cinquante dernières années, ne s’est intéressée ni au ius serendi, ni aux demani du Mezzogiorno. Dans le même temps, à l’inverse, les modernistes ont produit des publications très nombreuses et très fouillées. Ils pouvaient, du reste, s’appuyer sur une riche tradition d’études juridiques sur les usi civici (droits communaux, usages locaux) qui, tout au long du xixe siècle et au début du xxe, furent stimulées par les problèmes que soulevaient la privatisation des terres communes et la limitation des droits d’usage des populations sur les terres privées. Néanmoins, les historiens de l’Époque moderne et des coutumes juridiques ne se sont pas véritablement posé la question des origines de cette pratique agraire. Ils partaient du présupposé que celles-ci remontaient à des temps reculés, aux latifundia impériaux, voire à des époques plus lointaines encore. C’est une interprétation ancienne puisque, dès le xvie siècle, les juristes méridionaux avaient élaboré une explication jus-naturaliste qui faisait du demanio une possession antique acquise aux populations par droit naturel. Une césure chronologique d’importance marque toutes ces études : pour les modernistes, il ne fait pas de doute que les usages collectifs attestés aux xvie, xviie et xviiie siècles sont le reliquat de pratiques plus fréquentes aux siècles antérieurs ; les médiévistes, au contraire, négligent l’argument.

  • 8 Pour la Sardaigne, en revanche, voir les travaux cités à la note 3.

19Pour l’heure, je crois être le seul historien à avoir essayé de faire des recherches sur la présence et la diffusion de ces pratiques agraires à l’époque médiévale8. Mais les résultats que j’ai obtenus sont limités et provisoires. Il serait nécessaire de procéder à des analyses plus approfondies dans le cadre de territoires bien délimités et de combiner la méthode régressive, la topographie historique et les données géographiques et archéologiques. Il faudrait, en outre, mettre en valeur les différences géographiques en distinguant entre les diverses zones du Latium et, surtout, entre les diverses régions et sous-régions du Mezzogiorno, profondément dissemblables du point de vue de l’histoire politique et institutionnelle, du milieu naturel, du peuplement et de l’économie. C’est de cette manière seulement qu’il sera possible de remédier à la pauvreté de la documentation écrite et à l’absence quasi complète de traces archéologiques. Jusqu’au milieu du xive siècle, en fait, les documents sont bien peu loquaces. Ils ne parlent jamais explicitement d’un système agraire caractérisé par la présence de parcelles vouées à la culture temporaire des céréales et périodiquement redistribuées entre les paysans qui les cultivent. Le désintérêt manifesté par l’historiographie médiévale pour le sujet s’explique dans une large mesure par ce silence documentaire. Toutefois, si l’on part de la situation de l’Époque moderne, il est possible de s’apercevoir qu’il existe dans les sources médiévales de nombreuses traces de semblables pratiques agraires. Certaines sont presque imperceptibles, d’autres plus évidentes.

  • 9 J’ai étudié en détail ce document dans S. Carocci, « La grande conversione… ».

20Les plus claires sont du Moyen Âge tardif. J’ai déjà mentionné, par exemple, les statuts de Montelibretti de 1436-1452 et, il y a quelques années, j’ai consacré tout un article au document médiéval qui est sans doute le plus explicite : les accords conclus en 1379 par les habitants du castrum latial de Genazzano (à une quarantaine de kilomètres à l’est de Rome) et leurs puissants seigneurs, les Colonna9. Ces accords semblent révéler une volonté seigneuriale et communautaire de redéfinir l’ensemble de l’organisation du territoire, de la possession foncière et du système agraire lui-même. À la suite de ce pacte, toutes les terres de Genazzano – excepté celles de la réserve seigneuriale et celles concédées par les seigneurs aux milites – furent, en théorie, redistribuées ex novo à toutes les familles paysannes. Même les maisons semblaient devoir être redistribuées. J’ai dit « en théorie », parce qu’il est probable qu’en réalité une partie des terres et des maisons soit restée aux mains de leurs anciens possesseurs. Néanmoins, certains éléments montrent très clairement que la redistribution fut tout à fait considérable. Le texte, par exemple, mentionnait des arpenteurs chargés d’assigner à chaque famille une parcelle de même superficie – un hectare environ – destinée à servir de jardin, de vigne, de chènevière et, s’agissant des maisons, annulait toutes les ventes et divisions successorales faites dans le passé, de manière à ce que chaque famille de paysans ne dispose plus que d’une seule maison, mais d’une maison entière.

21Ces assignations étaient perpétuelles, sous réserve du paiement des redevances et autres charges seigneuriales. Elles ne concernaient toutefois que l’aire située à l’intérieur de l’enceinte du castrum et la zone des ristretti. Pour les terres arables, en revanche, le système était celui de l’assignation annuelle typique du ius serendi. De fait, toutes les familles paysannes renonçaient aux champs qu’elles possédaient précédemment dans la zone des terres arables du finage villageois. Après 1379, aucune terre labourable n’apparaît plus dans les possessions familiales des habitants de Genazzano. Ces terres étaient dès lors soumises au système du ius serendi qui garantissait aux habitants le droit-devoir de cultiver l’intégralité du territoire contre versement au seigneur d’un quart de la récolte. Les seigneurs s’engageaient à faire cultiver tous les champs par les seuls habitants de Genazzano ; de leur côté, les habitants étaient obligés de travailler pour les seigneurs, d’autant plus que le paiement du quart des récoltes grevait aussi les terres éventuellement cultivées dans une seigneurie voisine.

22Ces accords ne mentionnent pas le regroupement des terres arables en quarti, lesquels apparaissent cependant dans la documentation ultérieure d’Époque moderne, et n’évoquent pas davantage les cycles de cultures (vraisemblablement quadriennaux) et les modalités de redistribution annuelle de la terre. Mais les Colonna et les paysans de Genazzano semblent cependant faire référence à quelque chose de déjà connu, tant en ce qui concerne les cycles de culture que les modalités d’assignation du territoire. L’impression de changement radical que l’on éprouve de prime abord à la lecture du document de 1379 s’en trouve donc atténuée. Peut-être le système de redistribution et d’assolement existait-il déjà dans une partie du territoire de Genazzano ; et sans doute était-il déjà pratiqué dans quelques villages voisins, comme à Olevano par exemple, un castrum d’une autre branche de la famille Colonna.

23Il est très probable, cependant, que dans le Latium du xive siècle le système du ius serendi ne fut pas une réalité ancienne et omniprésente, mais au contraire quelque chose qui était précisément en train de se perfectionner et de se diffuser : dans les villages où il était déjà connu, le système était étendu à l’ensemble du terroir et, dans le même temps, des villages qui l’avaient ignoré jusque-là commençaient à l’adopter. De fait, il faut observer qu’au xiiie siècle les attestations de terres redistribuées tous les ans sont rares et indirectes, alors que sont fréquentes les preuves d’une présence de terres arables données en concessions de longue durée à des familles paysannes (ce qui ne se produit pas, comme nous le savons, dans le système du ius serendi). En outre, il faut tenir compte du fait que le ius serendi implique l’existence d’un élevage transhumant important qui, dans le Latium, débute seulement à la fin du xiiie siècle.

  • 10 Archivio della Badia della Ss. Trinità di Cava dei Tirreni (Salerno), Pergamene, xlix, n. 32 (qu’i (...)

24Dans le Mezzogiorno, la chronologie des demani semble plus ancienne. Depuis le début du xiie siècle, dans certaines régions, les franchises concédées aux villageois témoignent d’une forme de prélèvement seigneurial et d’une composition des patrimoines paysans qui s’accordent bien avec le système des demani. Vers le milieu du siècle, apparaissent des attestations de litiges entre communautés rurales pour savoir qui avait le droit de semer périodiquement dans les zones de confins qui séparaient ces villages, situation typique de ce que l’Époque moderne désignait comme demani promiscui (domaines mélangés, propriétés intercommunales), objets de droits de pâturage et de droits à cultiver partagés entre plusieurs communautés. La présence de grands silos à grain dans les habitations paysannes de cette époque pourrait être un témoignage archéologique d’un système de céréaliculture extensive, qui fournissait aux cultivateurs d’importants surplus à livrer sur les marchés et qui s’accordait bien avec le système des demani. Au xiiie siècle, les indices deviennent encore plus explicites et s’étendent à de nouvelles régions. En 1231, par exemple, l’universitas de Casalrotto, un petit habitat des Pouilles appartenant au monastère de Santissima Trinità di Cava, cita à comparaître devant la justice royale le seigneur du castello de Mottola sur le territoire duquel se trouvait le village. Ce seigneur était accusé par les habitants de Casalrotto de leur avoir interdit l’usage des bois, des sources et des pâturages de Mottola et de les avoir spoliés d’une coutume ancienne et pratiquée par les habitants du village « de temps immémorial », à savoir : « le droit de labourer, cultiver et semer dans le terroir de Mottola, sous réserve de s’acquitter du terrage dû pour ce faire ». Ius laborandi, colendi et seminandi : c’est la plus ancienne définition explicite de notre pratique10.

  • 11 Parmi les nombreux travaux de P. Grossi, je ne mentionnerai que P. Grossi, Le situazioni reali nel (...)

25À cette époque, du reste, l’existence de vastes demani est une réalité depuis longtemps bien établie et qui semble concerner quasiment toutes les régions du Mezzogiorno (même si, à l’intérieur de chaque région, il y avait de fortes différences qui restent à étudier et à préciser). Décrire l’origine de ces terres est difficile. Entre autres choses, il faut tenir compte du statut juridique des biens collectifs durant le haut Moyen Âge et le Moyen Âge central. De fait, d’importantes études juridiques ont montré, pour l’Italie et pas seulement pour l’Italie, qu’avant le xiiie siècle, il serait incorrect de considérer les biens collectifs comme la propriété collective de tel village, de telle ville ou de telle communauté. Comme l’a fort bien dit Paolo Grossi en parlant « d’une autre façon de posséder », si la réflexion juridique, quand elle parle de biens à l’Époque moderne, pense et se réfère d’abord aux sujets propriétaires, inversement, avant le xiiie siècle ce ne sont pas ceux-ci, les sujets propriétaires, qui sont au centre de ses préoccupations, mais les biens eux-mêmes. Les biens collectifs, le plus souvent, n’étaient pas pensés comme une propriété mais comme une ressource collective. Les prérogatives qui s’exerçaient sur ces biens ne renvoyaient donc pas à la sphère de la propriété, mais plutôt à la capacité d’accéder à ces biens, au droit des populations à ne pas être exclues de leur jouissance11.

26La reconstruction des origines de ces terres soumises à des droits collectifs se heurte surtout à la rareté des sources et à l’absence de recherches systématiques. Pour l’heure, nous sommes donc encore sur le terrain des hypothèses. Dans le Mezzogiorno, ces biens collectifs semblent dériver, pour la plus grande part, des patrimoines fiscaux qui avaient englobé les zones désertes, non appropriées et peu utilisées. Ce passage au fisc, au publicum, se serait produit à diverses époques ; dans la Péninsule, ce serait au cours du très haut Moyen Âge ou après les destructions commises par les Sarazins au ixe siècle, alors qu’en Sicile le tournant se situerait plutôt au moment des guerres menées contre les musulmans à la fin du xiie siècle et sous le règne de Frédéric II (mais les choses sont certainement destinées à changer dès que les jeunes historiens qui s’intéressent actuellement à l’histoire de la Sicile à l’époque byzantine et islamique commenceront à se pencher sur le problème de la présence des biens collectifs). Avec la reprise démographique et la colonisation, le contrôle de l’accès à nombre de ces terres était passé (dans les faits ou par concession formelle) à l’Église, aux seigneurs, et aux habitats de toute nature, anciens ou récents. Jusqu’à la fin du xiie siècle, le souvenir de cette origine transparaît dans l’usage fréquent de termes comme publicum ou pars publica de la part de seigneurs de tout type.

27Le terme demanium, en lui-même, est relativement tardif. Il s’affirme pleinement dans la seconde moitié du xiie siècle seulement, pour désigner d’abord les biens qui restaient soumis à la gestion directe du seigneur (demanium feudi). Plus tard, au xive siècle, avec le développement des formes d’organisation communautaires (universitates) qui se multiplient à cette époque, apparaît aussi le demanium universitatis ou universalis. L’existence de vastes zones incultes ou dépourvues de cultivateurs durablement possessionnés est donc très antérieure à l’apparition du terme de demanium.

  • 12 Pour l’Italie centrale et septentrionale, outre les ouvrages cités à la note précédente, le travai (...)

28En l’état actuel des recherches, comme on le voit, il est impossible d’assimiler le Latium et le Mezzogiorno. Dans le Latium, au cours des xive et xve siècles, un système complexe se développa et atteignit un tel degré de perfection qu’il se maintiendra quasiment pendant un demi millénaire, alors qu’il n’était jusque-là pratiqué que partiellement et dans quelques villages. Dans le Sud, à l’inverse, il semble que se produisit alors ce qui fut surtout une formalisation juridique et terminologique, et non une transformation réelle du système agraire. À la suite du changement institutionnel et de la légitimation politique des universitates par la monarchie angevine, la doctrine juridique commença à présenter les droits d’usage des populations comme une véritable propriété collective des universitates. Les vieux droits communautaires furent théorisés et précisés. À la même époque, les biens communaux de l’Italie centrale et septentrionale furent affectés par un processus similaire. On connut presque partout un même processus de définition des biens communaux comme propriété et leur attribution à un sujet qui n’était pas l’ensemble des habitants de façon générique, mais la commune urbaine ou l’universitas du village. De la sphère des biens sans propriétaire identifié (des biens à considérer comme le droit d’accéder à certaines ressources et non comme une propriété collective), ces biens passèrent alors dans le domaine des choses qui étaient propriété d’un sujet collectif et public (la commune urbaine et la communauté villageoise, plus rarement la communauté de vallée et de voisinage)12.

29Dans le sud de l’Italie, la formalisation des biens communs comme demani appartenant aux universitates eut des conséquences de grande portée. Des changements ultérieurs furent provoqués par le développement de l’élevage transhumant qui altéra le rapport entre terrains appadronati et demani. Dans le Mezzogiorno, cependant, il semble que le territoire fut rarement l’objet d’une réorganisation complète comparable à celle qu’impliquait le système des quarti et du ius serendi dans le Latium.

Les caractères originaux des systèmes agraires

30Le ius serendi du Latium et le système des demani du Mezzogiorno ont autant de traits qui les rapprochent que de dissemblances. Diverse est en premier lieu une partie de la chronologie. Les deux systèmes agraires ont en commun de s’être maintenus pendant très longtemps à l’Époque moderne et d’être apparus au cours des xie-xiie siècles. Le ius serendi, cependant, connut une ample diffusion à partir des xive-xve siècles seulement, alors que les demani étaient déjà importants dès les siècles précédents. Diverse est aussi la systématicité de cette organisation. Dans le Latium, peu de terres arables sont écartées de la redistribution annuelle : le système concerne donc la quasi-totalité du terroir villageois qui est assolé en quarti, aires compactes soumises aux mêmes cycles de culture et de pâturage. Au sud, les demani et la répartition annuelle ne concernaient qu’une partie des terres arables. Enfin, le poids de la seigneurie semble également très dissemblable. Dans le Latium, non seulement le prélèvement est deux fois plus lourd que dans les demani méridionaux, mais dans de nombreux cas les seigneurs semblent les principaux promoteurs de la complexe réorganisation du système agraire. Néanmoins, les paysans aussi, comme nous le verrons, participaient au changement.

  • 13 L. Doria, Elementi della coltivazione de’ grani ad uso dell’Agro romano, dedicati alla santita di (...)

31Encore plus nombreux sont les points de contact entre le ius serendi latial et le ius laborandi, colendi et seminandi (pour reprendre la définition donnée en 1231) des demani du sud de l’Italie. Le premier élément commun est de nature technique, c’est l’intégration dans un même système d’une céréaliculture pratiquée avec des intervalles de quelques années et de l’élevage (à l’origine un élevage peut-être essentiellement local et, au fil du temps, un élevage transhumant le plus souvent). Cette intégration avait de nombreux avantages. Elle fournissait des pâtures pour le bétail des paysans et des seigneurs et donnait lieu à la perception de rentes grâce à la vente du droit de pâturage aux forains. Elle rendait moins complexe la mise en culture des superficies à ensemencer parce que, durant les années de friche (en règle générale jamais supérieures à trois ou quatre), l’intense présence du bétail limitait la prolifération des arbustes et laissait le terrain libre. Dans le Latium, les agronomes du xviiie siècle précisaient qu’après trois ans de pâturage, le cycle des labours devait être précédé par le passage rapide d’une équipe de manouvriers chargés de déraciner les éventuels arbustes. Cependant, l’essentiel du défrichement s’effectuait directement avec une charrue rudimentaire, sans avant-train ni roues mais équipée d’un petit soc en fer. Il fallait par ailleurs disposer d’une forte puissance de traction, constituée de quatre robustes bœufs13. La présence du bétail, enfin, parsemait le terroir d’engrais.

32Un autre point de contact entre le système latial et celui que l’on observe dans de nombreuses aires du Mezzogiorno était le rendement élevé de la semence et du travail paysan. Les données précises relatives au rendement sont à la vérité très rares mais tous les indices concordent pour suggérer, avec de larges variations, une situation comparable à celle de l’Époque moderne : les terres enrichies par deux ou trois années de friches et de pâture atteignaient des rendements très élevés pour l’époque, autour de huit pour un en moyenne, et pouvaient atteindre des niveaux encore plus élevés en Sicile ou dans les bonnes années. Avec un train de labour complet, un capital suffisant pour payer l’outillage, la semence et le recrutement de travailleurs saisonniers, une famille paysanne pouvait, quand les terres arables du village étaient suffisamment étendues, en retirer un surplus important.

  • 14 M. Verga, La Sicilia dei grani. Gestione dei feudi e cultura economica fra Sei e Settecento, Firen (...)

33Dans toutes ces régions, le système agricole permettait au seigneur d’accumuler de grandes quantités de céréales à porter sur le marché sans avoir à prendre part à la production de manière directe. Dans le Latium, les redevances du quart des récoltes et le paiement en grain des impôts et des divers droits seigneuriaux lui assuraient une rente élevée. Dans le Mezzogiorno, les redevances étaient beaucoup plus basses, mais le seigneur réussissait également, au moins à l’Époque moderne, à s’emparer d’une bonne partie de la production paysanne. Le cas le mieux étudié est celui de la Sicile intérieure aux xviie-xviiie siècles. Ici, toutes les familles se voyaient assigner des superficies de terres réduites, insuffisantes pour leur assurer une réelle indépendance économique. Contraint de solliciter des avances en semences et des prêts en argent, le paysan tombait dans un endettement structurel. Ainsi se mettaient en branle les mécanismes du crédit usuraire qui spéculait sur les différences de prix du grain entre les mois difficiles de la soudure et ceux qui suivaient les récoltes. Le seigneur, en général, ne cultivait lui-même aucune terre, que ce soit en faire-valoir direct ou en association avec des paysans. Et cependant, grâce aux bénéfices retirés de ses avances en semences et de ses prêts, il réussissait à accroître considérablement les revenus du terrage coutumier. Il contrôlait ainsi « une part significative de la production, mais sans aucune sorte d’intervention directe dans la production elle-même14 ».

34Pour le Moyen Âge, les aspects économiques des deux systèmes agraires présentés ici devraient faire l’objet de plus amples recherches. Il est impossible de dire avec précision, par exemple, dans quelles zones et à partir de quelle période l’étendue des quarti et des demani permit de fournir à toutes les familles paysannes la terre correspondant à leurs trains de labour, aux bras disponibles et aux capitaux détenus. Sans doute cette situation optimale fut-elle réalisée dans les Pouilles septentrionales au xiie siècle et au début du xiiie, ou encore dans le Latium après 1350. Les choses semblent toutefois moins propices dans d’autres régions ou au moment du pic démographique de la fin du xiiie siècle et du début du xive. Il est difficile d’imaginer que les seigneurs aient dès le Moyen Âge pratiqué le crédit usuraire dans les mêmes proportions que leurs descendants de l’Époque moderne. Dans le Mezzogiorno, en effet, bien des éléments laissent penser qu’un tel comportement était peu commun avant le xve siècle. S’il fallait donc désigner les bénéficiaires de la redistribution annuelle des terres, c’est au cœur de la société rurale qu’il conviendrait de chercher. L’impression est que, dans le monde paysan des xie-xive siècles, le grand gagnant était celui qui, disposant d’animaux de trait et de capitaux, réussissait à cultiver dans les demani de grandes superficies contre de modestes versements. Le crédit en nature – et la circulation des richesses qui en découlait – se pratiquait plutôt à l’intérieur du monde paysan lui-même qui apparaît plus riche et plus diversifié que celui de l’Époque moderne.

35Je ne ferai ici que survoler d’autres caractéristiques communes au Latium et à certaines régions du Mezzogiorno. Par exemple, l’intégration en un ensemble cohérent de deux systèmes agraires différents avec, d’une part, la culture intensive des ristretti et des terres appadronate et, d’autre part, la céréaliculture extensive associée à l’élevage. Ou bien l’importante demande en travailleurs salariés et saisonniers à certaines périodes du calendrier agricole. Je préfère, pour en terminer, insister sur le rôle de la communauté rurale et des seigneurs.

36Les seigneurs retiraient de grands avantages du ius serendi et des demani. Ils obtenaient d’importants revenus de l’élevage de leurs propres troupeaux et de la vente du droit de pâturage aux éleveurs forains, des cens sur les vignes et les oliviers des lopins ristretti et appadronati, et évidemment du prélèvement direct et indirect sur la céréaliculture pratiquée dans une seule portion du territoire villageois, mais avec une productivité très élevée. En outre, même si les assignations annuelles de terre étaient théoriquement soumises à des critères objectifs et au consentement de la communauté paysanne, elles devaient quand même représenter un instrument de domination politique, grâce à la possibilité de favoriser les plus fidèles des dépendants et de nuire aux plus récalcitrants.

37Le rôle du seigneur ne doit pas être exagéré pour autant. Certes, les documents tels que les accords de Genazzano semblent témoigner de cas on ne peut plus éclatants de dirigisme seigneurial, d’interventions seigneuriales dans les rapports sociaux et économiques de leurs dépendants. Cette initiative, par ailleurs, semble réalisée d’un commun accord entre domini et dépendants. Et les paysans de Gennazzano gagnaient au change eux aussi. Avec le système des quarti, ils recevaient tous les ans de la terre en quantité suffisante, particulièrement s’ils parvenaient à augmenter le nombre de bœufs dont ils disposaient ; ils pouvaient en outre disposer de pâtures gratuites pour leur bétail et donc investir dans l’élevage transhumant. Cette opportunité, évidemment, favorisait surtout les familles les plus aisées et les plus nombreuses qui, en vertu précisément de leur richesse et de leur taille, recevaient de plus grandes superficies de terres. Plus l’on disposait de capitaux pour acheter des animaux de labours et payer des salariés, plus il était possible de cultiver des terres ; alors qu’à l’inverse, ceux qui manquaient de bêtes de trait et de liquidités ne pouvaient bénéficier de l’assignation de terres céréalières.

  • 15 J’emprunte la remarque à M. Della Misericordia, « Un contratto agrario per un’economia della “vici (...)

38Dans ces sociétés villageoises, disposer ou ne pas disposer des moyens nécessaires à l’obtention de terres arables était un élément de différenciation important. Mais si l’on réussissait à acquérir au moins un animal de labour, il était possible de prendre part au jeu des redistributions. La gestion des ressources collectives, contrairement à ce que tend à penser une solide tradition d’études, ne générait pas seulement des conflits entre familles, entre groupes sociaux ou entre seigneurs et dépendants. Elle pouvait au contraire être un élément de cohésion15. Ce n’est pas un hasard si la vraie rupture passait entre habitants du village et travailleurs forains. Ceux-ci étaient fort nombreux dans les périodes de la moisson et du battage, mais ils n’avaient pas le droit de recevoir des terres à cultiver. Le privilège fondamental était donc l’appartenance à la communauté de village, à l’universitas.

39Pour autant, les effets positifs de ces systèmes agraires ne vont pas d’eux-mêmes. Quand la terre se faisait rare ou que la pression seigneuriale se faisait excessive, la société rurale atteignait des niveaux de pauvreté très élevés. Les éléments négatifs du système apparaissaient alors clairement. La culture des demani et des quarti garantissait une productivité élevée du capital (semence, train de labour, outillage, salaires) et du travail, mais maintenait la productivité de la terre à un faible niveau, parce que les longs intervalles entre les récoltes abaissaient évidemment, et de beaucoup, le rendement moyen par unité de surface. En outre, le système contraignait les cultivateurs à de fortes dépenses en salaires, outillage et animaux de traits, contribuant à rendre précaire l’économie des familles paysannes et incitant à développer l’élevage au détriment des cultures. De plus, le caractère annuel des concessions entravait l’émergence d’élites locales pourvue, de façon stable, d’exploitations d’une certaine importance. La redistribution annuelle des terres et les droits de vaine pâture décourageaient les innovations des seigneurs ou de tout autre investisseur. Enfin, le système fonctionnait selon des règles qui ne pouvaient que décourager les investissements à longs termes susceptibles d’augmenter la productivité de la terre (plantations, constructions de terrasses, canalisation des eaux, etc.).

***

40Dans le cadre de ces Journées de Flaran qui nous invitent à procéder à des comparaisons entre les différentes régions de l’Europe, il vaut la peine de terminer en mentionnant un dernier élément commun au ius serendi et aux demani. Cet élément, dans une partie importante (même si difficile à déterminer) du Latium et de toute l’Italie méridionale, c’est le rôle vraiment central, dans le système agraire de ces régions, des terres dépourvues de cultivateur stable et en grande partie laissées en friches durant une période de deux ans ou plus entre chaque récolte, c’est-à-dire les terres soumises à des cultures temporaires. Cela ne va pas de soi. Dans d’autres régions d’Europe, et même (à en juger par les recherches effectuées jusqu’ici) dans les régions d’Italie au nord du Latium et des Abruzzes, aux xiie-xve siècles, les cultures temporaires, quand elles étaient pratiquées, concernaient surtout les terres marginales, excentriques et peu productives. Même quand leur importance est indéniable, leur fonction reste subsidiaire dans le bilan global d’un village, d’une famille paysanne, d’une seigneurie. Elles constituent un complément parfois précieux, mais ne sont jamais qu’un complément seulement. Au contraire, le ius serendi du Latium et les demani du Mezzogiorno, dans les zones où ils étaient largement diffusés, constituaient l’axe porteur de toute la production céréalière. Les recherches suscitées par ce colloque et celles qu’il ne manquera pas d’encourager permettront sans doute d’atténuer ce qui apparaît encore comme une exception.

Notes

1 On en trouvera une bonne présentation dans L. Provero, « Forty Years of Rural History for the Italian Middle Ages », M.I. Alfonso Antón (dir.), The Rural History of Medieval European Societies : Trends and Perspectives, Turnhout, 2007, p. 141-172.

2 Comme celles, par exemple, consacrées à l’usage très répandu dans les forêts des montagnes du Trentin qui consistait à fratare, c’est-à-dire à mettre en culture de petites pièces de terres appelées fratte et cultivées en céréales de manière non permanente : I. Franceschini, « Le terre comuni di Bosentino e Migazzone. Definizione e uso delle risorse silvo-pastorali tra xiii e xviii secolo », G. Corni, I. Franceschini (dir.), Nel tempo e fra la gente di Bosentino e Migazzone : territorio, società, istituzioni, Trento, 2010, p. 199-230.

3 S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e primo Trecento, Rome, 1993, p. 234-245 ; Id., « La grande conversione : Genazzano 1379. Lo ius serendi del Lazio », L. Feller (dir.), Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre xie et xve siècles, Paris, 2009, p. 237-252 ; Id., « “Metodo regressivo” e possessi collettivi : i “demani” del Mezzogiorno (sec. xii-xviii) », D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller, J. Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, 2010, p. 541-555. Les rares références qui figurent en note se limitent à signaler les documents ou les études que je n’avais pas utilisés jusqu’à présent.

4 La Sardaigne aurait certainement mérité d’être insérée dans cette réflexion, mais je n’ai pas pour cette région d’expérience directe de recherche. Pour une première orientation : G.G. Ortu, « Il corpo umano e il corpo naturale. Costruzione dello spazio agrario e pretese sulla terra nella Sardegna medievale e moderna », Quaderni storici, 1992, vol. 27, D. Moreno et O. Raggio (dir.), Risorse collettive, p. 653-685 ; Id., Villaggio e poteri signorili in Sardegna : profilo storico della comunità rurale medievale e moderna, Roma, 1996, p. 35-50.

5 M. Benaiteau, « La rendita feudale nel Regno di Napoli attraverso i relevi : il Principato Ultra (1550-1806) », Società e storia, 1980, p. 561-612 : doc. a p. 570.

6 E. Celani, Lo statuto di Montelibretti del secolo xv , Roma, 1883, r. 13 : « immiscendo bonos cum aliis minus bonis ».

7 En Sicile, une des premières attestations de ce prélèvement (ius terragii vel partem huiusmodi iuris terragii) exigé des vassaux (vassalli) lorsqu’ils cultivent en dehors de la seigneurie (dum ibant ad cultivandum alias terras que non essent in terminis et territoriis) apparaît dans une lettre d’Alphonse le Magnifique en 1454, et cette pratique y est présentée comme étant en usage depuis une vingtaine d’années dans les fiefs des Chiaramonte (L. Genuardi, Terre comuni ed usi civici in Sicilia prima dell’abolizione della feudalità. Studi e documenti, Palermo, 1911, doc. V, p. 95-97). Sur l’ample diffusion, dès le xvie siècle, de cette exigence condamnée par les juristes comme un abus, voir : G. Cassandro, Storia delle terre comuni e degli usi civici nell’Italia meridionale, Bari, 1943, p. 240-241.

8 Pour la Sardaigne, en revanche, voir les travaux cités à la note 3.

9 J’ai étudié en détail ce document dans S. Carocci, « La grande conversione… ».

10 Archivio della Badia della Ss. Trinità di Cava dei Tirreni (Salerno), Pergamene, xlix, n. 32 (qu’il faut mettre en relation avec les accusations des moines de Cava portées devant le même tribunal contre le seigneur de Mottola : xlix, n. 34) : « universitas et homines […] sint et fuerint in quasi possessione iuris laborandi, colendi et seminandi in terris Mutine, salvo terratico quod debetur ratione terre, […] per ea tempora quorum non est memoria ». Face aux juges, le seigneur reconnut le bien-fondé des accusations des paysans. Le premier document a été édité par C.A. Garufi, « La più antica firma autografa di Pier della Vigna », Studi medievali, 1906-07, p. 104-107.

11 Parmi les nombreux travaux de P. Grossi, je ne mentionnerai que P. Grossi, Le situazioni reali nell’esperienza giuridica medievale, Padova, 1968 ; Id., Un altro modo di possedere : l’emersione di forme alternative di proprietà alla coscienza giuridica postunitaria, Milano, 1977 ; Id., L’ordine giuridico medievale, Roma, 1995, p. 98-103 et 237-242. Des réflexions importantes et plus récentes dans : E. Conte, « Comune proprietario o comune rappresentante ? La titolarità dei beni collettivi tra dogmatica e storiografia », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 2002, p. 7-40 ; Y. Thomas, « La construction de l’unité civique. Choses publiques, choses communes, choses n’appartenant à personne et représentation », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 2002, p. 73-94 ; E.I. Mineo, « Cose in comune e bene comune. L’ideologia della comunità in Italia nel tardo medioevo », The languages of political society. Western Europe, 14th-17th centuries, A. Gamberini, J.-P. Genet, A. Zorzi (dir.), Roma, 2011, p. 39-68.

12 Pour l’Italie centrale et septentrionale, outre les ouvrages cités à la note précédente, le travail fondamental est le livre de R. Rao, Comunia : le risorse collettive nel Piemonte comunale, Milano, 2008.

13 L. Doria, Elementi della coltivazione de’ grani ad uso dell’Agro romano, dedicati alla santita di nostro signore papa Pio sesto felicemente regnante, Roma, 1777, p. 38-73.

14 M. Verga, La Sicilia dei grani. Gestione dei feudi e cultura economica fra Sei e Settecento, Firenze, 1993, p. 55.

15 J’emprunte la remarque à M. Della Misericordia, « Un contratto agrario per un’economia della “vicinanza”. Le investiture ad accola dei comuni valtellinesi nel Basso Medioevo », Archivio storico italiano, 2010, p. 707-760 ; citation p. 747.

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search