Version classiqueVersion mobile

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Les territoires pyrénéens de la sidérurgie à la catalane. Des ressources de l’écosystème aux demandes des marchés (xviie-xixe siècle)

Jean Cantelaube et Olivier Codina

Texte intégral

1La forge à la catalane est considérée comme archaïque. Or, à partir du XVIIe siècle, elle a revivifié la sidérurgie des Pyrénées ariégeoises et animé une industrie rurale puissante jusqu’au XIXe siècle. Elle a été l’élément moteur d’un système productif sous-tendu par des logiques qui expliquent la fidélité à la réduction directe du minerai de fer extrait des mines de Rancié. Cette sidérurgie ariégeoise a mis en place une filière industrielle, un modèle de développement reconnu comme tel par les contemporains et que certains ont choisi d’imiter. Les régions voisines des deux versants des Pyrénées ont développé à leur tour leur industrie grâce au savoir-faire des spécialistes ariégeois, dessinant une aire technique : les Pyrénées à la catalane.

  • 1 G. Larguier, « Le fer dans la partie orientale des Pyrénées. Note critique », Études Roussillonnais (...)

2« Une gerbe » de travaux interdisciplinaires récents a renouvelé la vision de la sidérurgie pyrénéenne et donne une idée plus précise des réalités passées de cette industrie rurale. Cette historiographie révèle l’efficacité et les singularités de la sidérurgie de certains territoires de cette aire technique1. Leur réussite invite les historiens à se pencher sur la remarquable résistance de la réduction directe du minerai de fer, sur la pérennité exceptionnelle de cette industrie rurale, et à chercher quels en furent les ressorts. Comment une industrie, non seulement s’installe dans les campagnes, mais encore dure dans un écosystème qui évolue ? L’étude est étayée par des exemples puisés essentiellement dans les Pyrénées ariégeoises, pays d’origine des techniciens du système à la catalane, et en Andorre.

La forge à la catalane créatrice et propagatrice d’un modèle d’industrie rurale (xviie-xixe siècle)

La forge à la catalane, un choix raisonné

  • 2 Les références de la sidérurgie ariégeoise sont tirées de J. Cantelaube, La forge à la catalane dan (...)

3Au cours du XVIIe siècle, la forge à la catalane naît dans un contexte de tension sur le combustible et de concurrence sur les ressources naturelles. Cette forge innovante, tout en restant fidèle au procédé de réduction directe du minerai de Rancié, résulte d’un choix guidé par les potentialités régionales. Témoignant du dynamisme de la société montagnarde, elle s’impose très rapidement2. Elle a des atouts : sa relative économie de combustible, la production de trois qualités de fer – dont deux sont de l’acier – qui sont reconnus sur les marchés où la demande est grandissante ; sans oublier, enfin, la pluriactivité qu’elle rend possible et qui est précieuse dans un monde plein. Une société terrienne pauvre, composée de micro-propriétaires disposant de droits d’usage sur les communaux, trouve en effet les moyens de sa survie dans une pluriactivité souple et organisée autour de la sidérurgie. Malgré les tensions qu’elle provoque, la forge est une chance. Du forgeur appelé au loin grâce à sa renommée (compétence technique) au paysan local qui loue sa mule pour l’approvisionnement de l’usine, les pluriactifs sont porteurs de dynamisme. La forge s’impose ainsi rapidement et exclut tout autre type d’usine, ce qui témoigne de sa réussite. De fait, la notion d’archaïsme n’est pas pertinente pour qualifier ce choix, car incompatible avec le dynamisme du territoire qu’induit son installation.

« Une industrie à la montagne » dans les Pyrénées ariégeoises et centrales

  • 3 La sidérurgie ariégeoise fabrique 4 % du fer français à la fin des années 1830 et au début des anné (...)

4La forge à la catalane est créatrice d’une industrie rurale. Traditionnellement, on considère que la pauvreté de l’agriculture explique le développement des industries basées sur les ressources naturelles. Au-delà du déterminisme géographique, la prise de conscience de cette pauvreté a bien induit un dynamisme industriel. La forge présente toutes les caractéristiques qui permettent de passer d’une technique innovante à un processus d’industrialisation. Unité de production, elle est à l’origine d’un système productif qui dure plus de deux siècles et innerve la société pyrénéenne. Un lien fort et durable rattache la forge au territoire qui l’entoure et à ses habitants. Puisque chaque unité de base est identique, une augmentation de la production ne peut résulter que de la multiplication du nombre des forges, qui génère une industrie rurale dispersée. La densité des usines, les interactions entre elles créent une « industrie à la montagne » qui se développe dans le cadre d’une société agro-pastorale. Les changements qui affectent la forge ont une influence directe, dans des relations mutuelles complexes, sur le réseau des usines et sur chacun des éléments qui le constituent. Ces transformations résultent aussi des rapports avec les autres activités, y compris industrielles, pratiquées par les communautés de vallée dans un écosystème qui évolue lui aussi. Cette industrie frappe par sa complexité3. Les Pyrénées ariégeoises proposent une filière technique séduisante et exportable. La forge à la catalane et le système productif qu’elle anime peuvent être qualifiés de « modèle ariégeois ».

La diffusion d’un modèle industriel et d’un processus d’industrialisation

5La diffusion du système à la catalane frappe par sa rapidité et par sa puissance. L’association raisonnée d’avancées techniques performantes, de coûts de production compatibles avec les conditions des marchés, et les potentialités de pluriactivités au-delà du site même de l’usine ont fait la force du système à la catalane et expliquent son succès. Les contemporains étaient conscients de son intérêt. Le modèle ariégeois était facteur de réussite industrielle tant pour des régions anciennement productrices de métal, de par le renouvellement technique qu’il assurait, que pour des régions sans tradition sidérurgique auxquelles il offrait la possibilité d’un nouvel outil de production. Les spécialistes ariégeois sont alors les garants de l’efficacité du système industriel proposé. La filière technique qui s’installe entraîne une industrialisation créatrice de richesses pour la région d’accueil, avec un investissement raisonnable pour les fortunes locales. La sidérurgie est là aussi dispensatrice d’activités complémentaires. Des professions peuvent se développer grâce au métal produit sur place : forgerons, maréchaux-ferrants, serruriers, couteliers, cloutiers ou taillandiers. Le bilan est favorable pour les régions d’accueil. Ainsi, la forte concentration de forges sur les deux versants des Pyrénées ne doit rien au hasard, elle répond à des logiques techniques, sociales et économiques.

Les logiques de l’industrialisation

6À partir des fortes interactions qui existent entre sidérurgie et écosystème, entre société et économie, entre système technique, système social et système culturel, il est possible de mettre au jour les logiques qui sous-tendent le choix du système à la catalane, ce qui s’oppose à tout déterminisme, en particulier celui des contraintes de l’environnement et de la culture des Pyrénéens ; d’abord des logiques techniques, avec un procédé dont le succès est garanti par le savoir-faire des forgeurs ariégeois. Puis des logiques sociales : autour de la forge, chaque communauté de ce monde agropastoral a engendré des dynamiques particulières, a déployé des mécanismes d’exploitation, recherchant le meilleur développement possible. La spécialisation, véritable patrimoine technique familial, justifie la migration des ouvriers qui sont, à l’évidence, trop nombreux par rapport au nombre de forges locales. Le but est de donner du travail à un maximum de personnes pendant un maximum de temps, à la fois à des professionnels et à des ouvriers occasionnels dans le cadre de communautés pour lesquelles la pluriactivité est indispensable. Des logiques économiques enfin : le modèle ariégeois permet la création de richesses avec un investissement en rapport avec les possibilités financières locales. Les fers bruts à la catalane se retrouvent sur les marchés en concurrence, avec des fers provenant non seulement d’un procédé direct différent, mais aussi de l’affinage de la fonte, et venus de l’aire de la production à la catalane tout aussi bien que de la lointaine Suède. De là, naît la nécessité de produire le métal à des coûts supportables, quelle que soit la qualité exigée par la demande, et compatibles avec les conditions des marchés. La difficulté est renforcée par l’obligation de répondre à des demandes diversifiées, parfois contradictoires. Les fers à la catalane sont bien identifiés sur les marchés ; la production particulière de chaque forge est immédiatement distinguée par une marque. Pour les Pyrénées ariégeoises, une autre logique doit être prise en compte. La puissance de cette sidérurgie à la montagne repousse les limites de l’Ariège grâce aux migrations de ses techniciens qui détournent, au bénéfice des Pyrénées ariégeoises, des profits qui découlent d’une activité sidérurgique lointaine.

7In fine, ces logiques éclairent aussi les ressorts du succès de cette industrie. Elles sont communes à l’ensemble de l’aire technique, mais leur importance réciproque varie selon l’espace et le temps. Des territoires, doués d’aptitudes différentes à l’équipement industriel, adoptent des dynamiques singulières. La diffusion du système ariégeois correspond à une adaptation volontaire à des spécificités et à la recherche du meilleur développement possible. Cette souplesse témoigne de la flexibilité du système de production, permise par la plasticité du savoir-faire des forgeurs ariégeois. Ainsi, l’aire à la catalane est composée d’une série de sidérurgies locales qui travaillent dans des contextes différents. Leur réussite se marque par l’augmentation du nombre de forges, l’essor de la production, l’élargissement des marchés. Ces territoires ont été capables de créer une dynamique qui apporte une réponse aux défis économiques et sociaux qui se posent à eux dans un monde plein. Le facteur technique cimente les éléments en un ensemble cohérent et sous-tendu par des logiques communes qui expliquent l’identité des choix.

Derrière l’unité du système productif à la catalane, une diversité territoriale

Le choix du modèle ariégeois, l’aire à la catalane

  • 4 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix, Toulouse, 17 (...)

8Le point commun à toutes ces régions est une industrialisation choisie et rationnelle, loin du cliché sur la routine et l’archaïsme, des visions noires ou roses de la montagne et de ses hommes. L’auteur d’un célèbre traité constate qu’« on trouverait difficilement une forge depuis le Comminges jusqu’en Roussillon dans laquelle la plupart des ouvriers ne soient natifs du Comté de Foix4 ».

  • 5 Ariège : 58 forges, Aude : 19, Conflent : 9, Béarn : 2, vall Ferrera : 6, Urgell : 3, Ripollès : 14 (...)
  • 6 Arxiu Històric Nacional, Arxiu Casa Areny Plandolit (désormais AHN/ACAP), 12760, juin 1765.
  • 7 AHN/ACAP et Arxiu Casa Rossell, livres de forges.
  • 8 J.J. Nieto Callen, « El proceso sidero-metalurgico altoaragonés : los valles de Bielsa y Gistain en (...)

9Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, la présence des forgeurs et des spécialistes ariégeois est repérable dans le Languedoc, le Béarn, en Andorre, en Cerdagne, Pallars, Alt Urgell et Haut-Aragon, où des maîtres de forges les ont recrutés5. Si certaines forges ne connaissent, dès leur fondation, que des forgeurs ariégeois, certaines autres ont débuté avec des forgeurs catalans. Toutefois, les maîtres de forges privilégient nettement l’embauche des Ariégeois qui utilisent un système de travail jugé « meilleur » que celui employé sur le versant sud6. Les mécanismes de rémunération et la manière de former les équipes renforcent leur présence. La part principale du salaire est comptée au prorata de la production. Les maîtres forgeurs n’acceptent dans leur équipe que des ouvriers qu’ils connaissent et qui ont fait leurs preuves. Cette endogamie professionnelle se traduit par un monopole d’embauche dans les forges du versant sud. En Andorre, la totalité de la main-d’œuvre qualifiée est originaire du pays de Foix7. Les données éparses réunies pour certaines forges cerdanes ou de l’Alt Urgell témoignent de leur présence systématique tout au moins à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il en est de même en Haut-Aragon, où les forges et les mines sont aux mains de Français, et pour la Vall Ferrera8. Tous ces ouvriers mettent en œuvre un savoir-faire identique. Toutefois, cette unité n’obère nullement leur capacité d’adaptation aux conditions locales. Des particularismes naissent, essentiellement dans deux domaines : la conduite de la réduction et la commercialisation des fers.

Une conduite du feu localement adaptée

  • 9 Les références de la sidérurgie du Pallars sont tirées de C. Mas, Historia de la Farga catalana. El (...)
  • 10 A. Ballent, « la mine de fer du Puymorens (Cerdagne) : conflits de propriété et d’usage (XVIIe-XXe  (...)
  • 11 AHN/Arxiu de les Set Claus, doc. 187.

10En réalité, le choix commun d’un même modèle cache des dynamiques territoriales singulières9. En Andorre, les forges réduisent soit le minerai de la Collada dels Meners, soit celui de la mine du Puymorens10. Ce dernier, inclus dans le privilège andorran d’importation franche de 176711, est aussi livré à certaines forges de l’Alt Urgell, de la Cerdagne et du Berguedà. Les forgeurs ariégeois travaillent exclusivement le minerai local (Virós/Ainet) en Pallars et Conflent. L’utilisation d’un minerai différent de celui de Rancié entraîne une surconsommation. En Andorre, pour la seconde moitié du XVIIIe siècle, les ouvriers emploient près d’un quart de minerai de plus que ce qu’ils utilisent au pays de Foix. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, ils dépensent de 11,5 à 35 % de minerai en plus. Les rares chiffres fournis pour la Vall Ferrera s’inscrivent dans la fourchette des chiffres andorrans.

  • 12 J.-M. Bosch, J. Cantelaube, O. Codina, « The “recuit” : the technological evolution and the adaptat (...)
  • 13 P. Saavedra, « Un aspecto de la economía monástica. La producción de hierro. El ejemplo de Villanue (...)

11La consommation de charbon est une autre différence qui peut être relevée. Tant en Andorre qu’en Vall Ferrera ou sur le versant nord, on charbonne l’ensemble du couvert forestier et la sélection des essences n’apparaît pas dans la documentation. Sur le versant sud, l’essentiel du charbon provient des résineux et les forgeurs y brûlent une quantité supérieure de charbon. Entre le dernier quart du XVIIIe siècle et la période 1810-1840, la consommation de combustible s’est réduite en Ariège : pour 100 kg de fer, on est passé de 365-404 kg à 270-251 kg de charbon. En Andorre, au XIXe siècle, les chiffres se situent largement au-dessus (378-497 kg). L’une des particularités de la chaîne opératoire andorrane est le maintien du « recuit », calcination préalable du minerai, alors que ce procédé a été abandonné du côté fuxéen12. La dépense supplémentaire par rapport à l’Ariège est de 16,6 à 40 % en Andorre, et l’écart monte en Pallars jusqu’à 131,5 %. Cette surconsommation est également attestée dans les Asturies et en Cantabrie dans un autre domaine technique de la réduction directe13.

12Sur le versant nord, le comportement des forgeurs n’est pas le même d’un territoire à l’autre. Là où le minerai est à bas prix et le charbon cher, les ouvriers économisent le combustible, alors que ceux qui travaillent loin de la mine et à proximité de forêts rajoutent plus facilement du charbon. On ne peut pas exclure que la différence de teneur et de nature des minerais ou du charbon aient pu jouer. Cependant, il semble logique que les ouvriers, payés à la tâche, augmentent la charge du bas foyer pour assurer la production, d’autant que les maîtres de forges contrôlent les mines et les forêts. L’accroissement de la charge (minerai, charbon) entraîne l’augmentation de la production de fer. Cette hausse ne provient pas seulement d’une amélioration technique (dimensions du bas foyer, augmentation de la pression du vent, amélioration de la trompe, etc.). Pour les forges d’Ordino et d’Encamp, entre 1750 et 1850, la quantité de minerai réduit croît d’un quart, alors que la quantité de fer commercial obtenu par réduction augmente de 60 %. Deux mécanismes se sont conjugués : la quantité d’oxydes potentiellement réductibles a crû et les rendements, c’est-à-dire la quantité de fer obtenue pour une même quantité d’oxyde de fer, ont été améliorés.

Une politique tarifaire ciblée ou la construction de marchés

13Les relations commerciales qui se tissent autour de la forge constituent la seconde différence entre les deux versants de la chaîne. Les forges méridionales ne subissent pas la domination d’une place marchande, comme c’est le cas de Toulouse pour les forges languedociennes. La succession de plusieurs centres de revente au cours des XVIIIe et XIXe siècles montre que les entrepreneurs andorrans sont libres de leurs mouvements. Ils s’adaptent continuellement aux marchés qui leur paraissent les plus porteurs. Pour cela, mis à part le coût de production, les trois facteurs qui entrent dans la fixation des tarifs sont : la qualité du métal, sa finition et son transport.

  • 14 AHN/ACAP, 12963, 16 octobre 1823.

14La marque permet de différencier le fer andorran, libre de droits à l’exportation, de celui qui vient d’ailleurs. Elle constitue aussi l’un des piliers sur lesquels se fondent les techniques commerciales. Grâce à la marque, le consommateur reconnaît les produits d’une forge particulière. Ainsi s’établit une hiérarchie des prix entre les usines. Les variations tarifaires sont conditionnées par l’offre et la demande et cela n’implique pas uniquement une concurrence entre fabriques du même territoire. À Barcelone, le métal andorran est préféré à celui du Pallars ; les acheteurs acceptent un prix plus élevé pour obtenir un meilleur produit14. A contrario, cette hiérarchie implique une mévente quand la qualité ne correspond plus à celle qu’attend le client. C’est alors que les grossistes obtiennent une ristourne qui s’applique même au stock qui leur a déjà été livré et pour lequel le prix avait été fixé au préalable. Dans des conditions normales, la marge de manœuvre du maître de forge est grande. Malgré une tendance à la diminution qui s’accentue à partir de 1815, ce n’est qu’après 1850 que la marge bénéficiaire passe sous le seuil du quart du prix coûtant. Au cours du XVIIIe siècle, le prix de vente double celui de revient. Cependant, à la pratique tarifaire directe s’ajoute une seconde plus complexe qui s’impose au cours du dernier quart du XVIIIe siècle. Alors que de la qualité du métal est un souci omniprésent dans les transactions, toutes les sources montrent une considérable réduction du nombre des mentions qui la signalent. La majorité des références qui caractérisent le fer ont trait à la manière de le parer (section, longueur, forme, finition), alors que, proportionnellement, la production des forges s’est progressivement homogénéisée et améliorée. À terme, deux marchés s’individualisent : celui des petits acheteurs se fournissant à la fabrique et qui se voient appliquer une échelle tarifaire en partie basée sur la qualité ; celui des grossistes auxquels le meilleur fer est vendu à un prix proche du fer de moindre qualité. Cette contradiction n’est qu’apparente. Le coût de production est semblable quelle que soit la qualité du métal. Afin de favoriser certains acheteurs, le maître de forge leur permet d’être les premiers à choisir leur fer. Pour chaque acheteur, un prix unique est stipulé pour l’ensemble de la vente. De cette manière, le producteur n’a pas besoin de rogner sur sa marge ; il assure l’écoulement de son stock et ne perd, en fait, que sur la plus-value qu’il aurait pu obtenir en vendant les barres au détail. Au niveau documentaire, ce type d’accord passe sous silence la qualité du produit, alors qu’elle sert de base au contrat.

15Le marché sidérurgique catalan est déficitaire ; les constantes importations de fer péninsulaire et étranger, tant par terre que par mer, le prouvent. Les maîtres de forges sont en position de force. Ce système de vente, qui permet d’individualiser les diverses filières d’écoulement, est employé pour éviter que ne s’établisse, entre plusieurs acheteurs, un accord sectoriel qui aurait inversé le rapport de force. Même si le marché du fer se spécialise à partir de la fin du XVIIIe siècle et que la part de la production absorbée par les grossistes est devenue majoritaire, tant qu’ils ne sont pas obligés de s’endetter pour faire tourner leur forge, les maîtres de forges restent maîtres de la distribution de leurs produits. Comme le nombre de producteurs de métal est inférieur à celui des transformateurs, l’essentiel de la concurrence affecte le marché des produits finis. Par conséquent, fournir le meilleur métal au meilleur forgeron ou taillandier est un moyen de fidéliser la clientèle, c’est précisément l’un des leviers dont jouent les producteurs andorrans.

16Un second levier de la politique commerciale est fourni par le transport du fer. De la forge aux marchés de la plaine catalane, le prix du métal transporté par des muletiers loués à la tâche peut s’accroître de plus d’un quart. Les propriétaires des forges disposent de muletiers engagés à l’année et de dépôts dans diverses villes ; ils réduisent ainsi le poids de l’acheminement. Prendre à leur charge ce coût, qui réduit d’autant leur marge bénéficiaire, est un moyen de rester concurrentiel. Cette technique est employée au coup par coup au cours des crises conjoncturelles. C’est également la solution qui est adoptée après 1858, lorsque les forges font face à une concurrence plus rude, due à l’arrivée par chemin de fer de métal importé par le port de Barcelone. Le prix du métal se maintient mais le lieu de livraison diverge ; il n’est plus livré à la fabrique mais porté chez l’acheteur. Le transport avait déjà affecté le marché des forges de la principauté. Au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, la Plana d’Urgell, le Segrià et l’Alt Camp ont été de grands consommateurs du métal andorran. Or ce dernier n’a pu résister, sur ces secteurs, au développement de la sidérurgie de la Vall Ferrera. Les barres catalanes parviennent alors à Lleida (Segrià) par flottage puis elles descendent jusqu’à l’embouchure de l’Èbre (Tortosa) d’où elles remontent par cabotage jusqu’à Tarragona. En 1786, le transport d’un quintar de fer du Pallars jusqu’à Lleida représente 7,3 % de son prix de vente et 11,4 % à Tortosa. Nous sommes loin des coûts du transport par terre des forges andorranes. Cependant, les prix appliqués à la sortie de la forge sont favorables aux fabriques andorranes.

  • 15 J. Cantelaube, O. Codina, « La réduction directe et l’acier : le cas à la catalane (XVIIe-XIXe sièc (...)

17Cette approche des mécanismes de fixation des prix du fer met en évidence la complexité des relations entre les maîtres de forges et leurs clients. Que ce soit au sein d’une même région sidérurgique et plus encore quand on compare diverses régions, la politique commerciale des forges échappe à une modélisation d’ensemble. En Andorre, le maître de forge est avant tout un entrepreneur. Propriétaire de la structure de production, il gère les aspects financiers, il délègue aux forgeurs la fabrication du fer tout en choisissant la qualité et la quantité de la production, puisqu’elles constituent le fondement de la technique commerciale. Diverses tentatives d’implantation de maîtres ariègeois ont eu lieu dans les vallées, mais elles se sont soldées par des échecs commerciaux. À cela une raison simple, bien qu’ils produisent un métal semblable, les Ariégeois n’intègrent aucun réseau de distribution régional. Pour être efficace, la politique tarifaire aurait dû reposer sur une maîtrise des débouchés. Les entrepreneurs andorrans, comme c’est également le cas pour ceux du Pallars, ont incorporé les innovations commerciales à un réseau caractérisé par la pluriactivité. Le fer a intégré une chaîne dans laquelle il a été, tout à la fois, le produit de la vente et l’investissement nécessaire à l’obtention d’autres produits ou services qui ont permis le négoce (élevage, produits agricoles ou manufacturés). L’unité technique et de main-d’œuvre masque une grande hétérogénéité dans laquelle s’associent des facteurs locaux et régionaux, parfois nationaux15. En termes économiques modernes, les maîtres de forges andorrans sont guidés par la loi de maximalisation du bénéfice.

Industrie et ruralité, le cas à la catalane

Un processus d’industrialisation : des dynamiques proto-industrielles à un territoire spécialisé

  • 16 M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale d (...)
  • 17 P. Judet, « La pluriactivité : archaïsme ou modernité ? L’exemple de l’arc alpin (XIXe et première (...)
  • 18 A. Marshall, Principes d’économie politique, tome 1, 1906, réédition, Paris, 1971, p. 465.

18Peut-on caractériser l’industrie à la catalane par un des concepts de l’histoire économique16 ? Traditionnellement, on explique le développement des industries dans les zones de montagne par la présence de ressources naturelles qui permettent aux paysans de compenser la faiblesse d’une agriculture qui ne leur garantit pas des moyens de vivre satisfaisants. En réalité, le cas de la sidérurgie à la catalane montre que pour comprendre le développement de ces régions, au-delà du déterminisme géographique et des références à la routine et à l’archaïsme, il est indispensable de rechercher comment la prise de conscience de cette pauvreté a induit un dynamisme industriel. Et il faut surtout analyser leur histoire sociale et économique à partir de l’industrie et non plus seulement à partir du système agropastoral. La pluriactivité est un fait social total, à travers lequel on peut voir l’ensemble de l’industrialisation17. Innovations minuscules dans le quotidien du travail, positionnement sur des marchés diversifiés, la pluriactivité crée une dynamique industrielle. Les ouvriers-paysans participent à « l’atmosphère industrielle18 » qui sourd des interactions de l’ensemble du réseau des forges et se cristallise autour du savoir-faire des spécialistes ariégeois ; ces derniers, en plus du métier, bénéficient de cette « atmosphère » dans laquelle ils baignent dès l’enfance et qui leur a inculqué la connaissance des règles.

  • 19 P. Galuzzi, Les ingénieurs de la Renaissance de Brunelleschi à Léonard de Vinci, Florence, 1996.
  • 20 L.M. Bilbao, « La siderurgia vasca, 1700-1885. Atraso tecnologico, politica arancelaria y eficienca (...)

19Le cas de la sidérurgie à la catalane met en avant des notions négligées, celles de « continuité » et de « permanence ». En effet, l’histoire économique privilégie la rupture et l’innovation « révolutionnaire » qui sont plus faciles à repérer. Il faut insister sur l’idée de complexification de la réalité telle que l’historien peut la reconstituer à partir des sources de première main. Les modèles proposés ne prennent pas réellement en compte la notion de « culture technique du territoire », fondamentale pour comprendre la sidérurgie pyrénéenne, héritière d’une longue tradition métallurgique19. Ces modèles n’expliquent ni la forme, ni les processus, ni le développement du système à la catalane, à la fois dans sa diversité et dans sa totalité. Une constatation à l’allure de paradoxe que l’on a pu faire à propos d’une autre région sidérurgique des Pyrénées : « The Basque iron industry […] opted to maintain a mode of production that was obsolete from the point of view of technological progress, but efficient from the economic point of view, which allowed it to subsist until the nineteenth century20. » Le paradoxe ne peut se résoudre que si l’on se tourne vers une vision plus globale dans laquelle la forge est étudiée comme élément d’un ensemble plus vaste. Une histoire sociale et économique qui n’envisage les gens ordinaires que dans la logique des entrepreneurs et des marchés ne peut pas être totalement satisfaisante.

L’industrie travaille dans un écosystème

  • 21 M. Calegari, E. Baraldi, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Apennins en Médi (...)
  • 22 Cité par J.-M. Minovez, « Conflits et coopération dans la structuration et la déstructuration des t (...)
  • 23 S. Frontiès, D. Pichod-Viale, Écosystème. Structure, fonctionnement, évolution, Paris, 1995, p. 1-6
  • 24 E. Fabre, J. Cantelaube, « Le loup, la métairie et la forge : dialogue entre un historien et un éco (...)
  • 25 J. Cantelaube, « Le charbon de bois et la forge à la catalane (Pyrénées, XVIIe-XIXe siècles) », M.- (...)

20Le point de vue doit changer radicalement et intégrer la forge comme élément d’un écosystème21. En effet, il n’est pas satisfaisant de se contenter des notions de « milieu » ou « d’environnement ». L’étude des structures sociales dans lesquelles l’économie est encastrée, soit l’« interaction institutionnalisée entre lui-même [l’homme] et son environnement naturel », est encore insuffisante22. L’historien doit se conformer à la définition « d’écosystème » donnée par les écologues : combinaison du biotope (le milieu) et de la biocénose (les êtres vivants), autrement dit : « Système d’interactions complexes des espèces entre elles et entre celles-ci et le milieu23. » Cette démarche met en exergue une dimension qui complique la mise au point d’une grille d’analyse générale : l’idée de réciprocité, d’où naissent des « propriétés globales, nouvelles par rapport à celles des éléments en interaction ». De cette remarque, naît l’obligation d’une démarche systémique. Les sources, la documentation dont dispose l’historien24, constituent une autre difficulté. L’exemple le plus connu des relations entre sidérurgie et écosystème est celui de la forêt25. Déforestation et hausse des prix ont contribué à l’amélioration du rendement du procédé. La sidérurgie, au-delà de la déforestation, a un impact sur la forêt (essence, composition, aspect, pratiques culturales), dont les Pyrénées actuelles gardent la mémoire. La sidérurgie est alors créatrice de paysage.

21Les politiques commerciales ouvrent vers l’extérieur, le système industriel n’est pas refermé sur lui-même. Or, ces pratiques sont souvent négligées pour les industries rurales et celles dites « anciennes ». Cet ailleurs doit pourtant être regardé de très près car là aussi des interactions fortes existent. Une sidérurgie ancienne, l’industrie ancienne elle-même, ne travaillent pas obligatoirement pour des marchés fermés et protégés. Elles se frottent à des concurrentes bien avant l’arrivée du chemin de fer. Cette intrusion de l’extérieur ne reste pas sans effet sur l’écosystème de la forge à la catalane.

22Ainsi, une grille d’analyse souple et dynamique se met en place. Est-elle pour autant généralisable ? La question semble prématurée. Le système productif à la catalane doit se frotter à la nécessaire comparaison avec d’autres systèmes de production semblables ou opposés. Et, bien entendu, à d’autres industries. Ainsi, la démarche doit être affinée, tant les imbrications de temporalités et d’espaces sont complexes, tant les va-et-vient entre micro et macro histoire sont subtils. Il restera toujours une question cruciale : celle des sources dont dispose l’historien, inégales selon les activités, les périodes et les régions étudiées !

***

  • 26 C. Maitte, « Incertitudes et Bricolages. L’industrie textile à Prato aux XVIIIe et XIXe siècles », (...)
  • 27 J.-C. Daumas, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat », Revue écono (...)
  • 28 J. Zeitlin, « Districts industriels et flexibilité de la production hier, aujourd’hui et demain », (...)

23Même technique, mêmes spécialistes, et pourtant des spécificités territoriales ; cette constatation montre la difficulté à construire des modèles. Le système à la catalane se définit par une série d’articulations d’espaces, du site de production aux zones de commercialisation éloignées, en passant par les bassins d’approvisionnement en minerai et en combustible. Il est aussi caractérisé par un emboîtement de temporalités. Un objet technique est initiateur d’un temps spécifique. Le temps court (le temps de la forge à la catalane – une innovation du XVIIe siècle) met alors en place le temps long (le maintien du procédé direct jusqu’à la fin du XIXe siècle), mais l’évènement (l’apparition de la forge à la catalane) n’a rien d’inéluctable. L’intérêt du cas de la sidérurgie à la catalane comme modèle industriel est d’avoir formé un système homogène où la « main de l’ouvrier » et la « culture technique du territoire » jouent un rôle essentiel dans un écosystème spécifique. Longtemps, jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, dans un monde plein, ce mélange de modernité et de tradition, d’innovation et de conservatisme, se révèle aussi efficace, sinon davantage, que des techniques considérées comme plus progressistes. Le système productif à la catalane montre comment une concentration de petites unités peut se constituer grâce à une main-d’œuvre au savoir-faire irremplaçable et comment elle peut se développer en tirant profit de son ancrage territorial et des relations qui se tissent entre les régions voisines qui ont fait le choix d’un même modèle d’industrialisation. La capacité d’innovation collective et d’adaptation de cette industrie rurale explique sa diffusion et sa longévité. La forge à la catalane propose un autre modèle que celui de la fabrique dispersée dans les campagnes, système le plus étudié. La démarche comparative montre la diversité des situations et la complexité de la réalité historique, d’où la difficulté à modéliser un type d’industrialisation26. Il semble plus sage de multiplier les études de cas27. En effet, les travaux conduits en Italie, en Grande Bretagne ou en France, par exemple, donnent l’impression de se trouver devant « un ensemble de descriptions historiques irréductiblement hétérogènes », plus que devant « une explication théorique unique à portée universelle28 ». Quoi qu’il en soit, il semble difficile de se passer de la sidérurgie pour connaître les Pyrénées et s’approcher au plus près de leurs réalités historiques.

Notes

1 G. Larguier, « Le fer dans la partie orientale des Pyrénées. Note critique », Études Roussillonnaises. Revue d’Histoire et d’Archéologie Méditerranéennes, 2006, p. 119-129.

2 Les références de la sidérurgie ariégeoise sont tirées de J. Cantelaube, La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (XVIIe-XIXe siècle), Toulouse, 2005.

3 La sidérurgie ariégeoise fabrique 4 % du fer français à la fin des années 1830 et au début des années 1840.

4 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix, Toulouse, 1786, p. 147-148.

5 Ariège : 58 forges, Aude : 19, Conflent : 9, Béarn : 2, vall Ferrera : 6, Urgell : 3, Ripollès : 14, Aragon : 3, Andorre : 10.

6 Arxiu Històric Nacional, Arxiu Casa Areny Plandolit (désormais AHN/ACAP), 12760, juin 1765.

7 AHN/ACAP et Arxiu Casa Rossell, livres de forges.

8 J.J. Nieto Callen, « El proceso sidero-metalurgico altoaragonés : los valles de Bielsa y Gistain en la edad moderna », Seminario de historia de la ciencia y de la técnica de Aragón, Llull, vol. 19, 1996, p. 491-492.

9 Les références de la sidérurgie du Pallars sont tirées de C. Mas, Historia de la Farga catalana. El cas de la vall Ferrera, al Pallars Sobirà (1750-1850), Lleida, 2000 ; O. Codina Vialette, De laine et de fer. Les vallées andorranes du XVIe au XIXe siècle, Perpignan, 2005 ; P. Machot, L’industrie sidérurgique dans les Pyrénées occidentales (1803-1868), thèse, Paris I, 2000 ; V. Izard, Les montagnes du fer : éco-histoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées méditerranéennes (de l’Antiquité à nos jours). Pour une histoire de l’environnement, thèse, Toulouse II, 1999.

10 A. Ballent, « la mine de fer du Puymorens (Cerdagne) : conflits de propriété et d’usage (XVIIe-XXe siècle) », Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l’époque moderne, Perpignan, 2005, p. 423-451.

11 AHN/Arxiu de les Set Claus, doc. 187.

12 J.-M. Bosch, J. Cantelaube, O. Codina, « The “recuit” : the technological evolution and the adaptation of the french and catalan iron markets in the XVII-XIX centuries », Paleosiderurgia y recuperacion de Patrimonio industrial. Hierro, Historia y Patrimonio, San Sebastian, 2005, p. 223-234.

13 P. Saavedra, « Un aspecto de la economía monástica. La producción de hierro. El ejemplo de Villanueva de Oscos », Semana de historia del monacato cántabro-astur-leonés, Gijón, 1982, p. 53 ; M. Corbera Millan, La siderurgia tradicional en Cantabria, Oviedo, 2001, p. 77.

14 AHN/ACAP, 12963, 16 octobre 1823.

15 J. Cantelaube, O. Codina, « La réduction directe et l’acier : le cas à la catalane (XVIIe-XIXe siècle) », P. Dillmann, L. Pérez, C. Verna (dir.), L’acier en Europe avant Bessemer, Toulouse, 2011, p. 361-386.

16 M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècles, Paris, 2006.

17 P. Judet, « La pluriactivité : archaïsme ou modernité ? L’exemple de l’arc alpin (XIXe et première moitié du XXe siècle) », J.-L. Maynaud et L. Raphael (dir.), Histoire de l’Europe rurale contemporaine. Du village à l’État, Paris, 2006, p. 21-38.

18 A. Marshall, Principes d’économie politique, tome 1, 1906, réédition, Paris, 1971, p. 465.

19 P. Galuzzi, Les ingénieurs de la Renaissance de Brunelleschi à Léonard de Vinci, Florence, 1996.

20 L.M. Bilbao, « La siderurgia vasca, 1700-1885. Atraso tecnologico, politica arancelaria y eficienca economica », IX Congreso de Estudios Vascos, San Sebastian, 1984, p. 92, cité par I. Carrion, « The smelting of iron cannons and consumption of gunpower in Gipuzkoa in the sixteenth century », B.J. Buchanan (ed.), Gunpowder, Explosives and the State. A technological history, Ashgate, 2006, p. 266-280.

21 M. Calegari, E. Baraldi, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Apennins en Méditerranée septentrionale (XVe-XVIIIe siècle) », E. Tomàs i Morera (dir.), La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderùgica, Andorre, 1995, p. 483-489.

22 Cité par J.-M. Minovez, « Conflits et coopération dans la structuration et la déstructuration des territoires de l’industrie du Midi, XVIIIe-XXe siècles », Rives méditerranéennes, 2011, p. 12-13.

23 S. Frontiès, D. Pichod-Viale, Écosystème. Structure, fonctionnement, évolution, Paris, 1995, p. 1-6.

24 E. Fabre, J. Cantelaube, « Le loup, la métairie et la forge : dialogue entre un historien et un écologue », Natures Sciences Sociétés, 19, no 3, 2011, p. 272-276 ; consultable sur Internet, nss 110050.

25 J. Cantelaube, « Le charbon de bois et la forge à la catalane (Pyrénées, XVIIe-XIXe siècles) », M.-J. Menozzi, F. Flipo, D. Pécaud (dir.), Énergie et société, sciences, gouvernances et usages, Aix-en-Provence, 2008, p. 35-45.

26 C. Maitte, « Incertitudes et Bricolages. L’industrie textile à Prato aux XVIIIe et XIXe siècles », Annales HSS, no 6, 1997, p. 1275-1303 ; Id., « Mobilisation du territoire et diversité des parcours industriels à Prato et à Biella XVIIIe-XXe siècle », La mobilisation du territoire…, p. 213-238.

27 J.-C. Daumas, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat », Revue économique, no spécial, 2007, p. 131-152.

28 J. Zeitlin, « Districts industriels et flexibilité de la production hier, aujourd’hui et demain », La mobilisation du territoire…, p. 452.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search