Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

La diversité des régions linières en Allemagne (xviie-début du xixe siècle)

Jürgen Schlumbohm

Texte intégral

  • 1 K.H. Kaufhold, « Deutschland 1650-1850 », W. Fischer et al. (dir.), Handbuch der europäischen Wirts (...)

1Dans l’Allemagne moderne, l’industrie toilière était en général localisée dans les campagnes, plus souvent que ne l’était la production des draps ou des tissus de soie. Même s’il y avait quelques tisserands dans les villes, on peut dire que la fabrication de toiles était l’industrie rurale par excellence. De toutes les façons, elle était la branche la plus importante des industries rurales, peut-être même de toutes les industries. Dans les campagnes, et mise à part l’agriculture, la filature du lin et le tissage des toiles employaient la main-d’œuvre la plus massive. Et même si la majorité des produits liniers avaient des prix moins élevés que d’autres textiles, il est probable qu’aucune autre branche d’industrie ne contribuait autant au produit national que l’industrie de lin. Du moins en ce qui concerne la valeur des exportations, les toiles étaient au premier rang parmi les produits industriels. Une estimation pour la Prusse des années 1820 attribue presque un quart (23,4 %) de la valeur totale des exportations aux toiles, plus même qu’aux produits agricoles1.

2Un peu partout dans les campagnes, on filait du lin et tissait des toiles pour l’autoconsommation. Pour les filles de laboureurs, une grande quantité de toiles dans la dot était affaire de prestige ; les servantes et les filles des paysans moins aisés filaient et tissaient pour se constituer une dot elles-mêmes. Dès le Bas Moyen Âge toutefois, les paysans de certaines régions fabriquaient du fil de lin et des toiles pour les vendre. C’est bien connu pour la Haute Souabe et les pays voisins du lac de Constance. Aux XVIe et XVIIe siècles, avec l’essor de l’économie atlantique, les villageois du sud de la Saxe, des montagnes de Silésie, du nord de la Bohème et de Westphalie commencèrent également à produire des toiles pour le grand commerce. La culture du lin ou éventuellement du chanvre se faisait en général sur place ou dans une région avoisinante. Comparée à la production des draps, de la soie ou du coton, l’industrie de la toile avait donc une apparence primitive, voire archaïque.

3Comme en France et dans les îles Britanniques, cependant, l’industrie des toiles était loin d’être homogène. Elle avait une diversité très grande à tous égards : produits, types de producteurs, organisation, division du travail et distribution spatiale de la fabrication variaient énormément selon les régions, ainsi que le rôle des marchands, les marchés desservis, et même les cadres institutionnels et les politiques des États.

4Cela se voit très bien, si l’on compare deux régions du nord-ouest de l’Allemagne, celle d’Osnabruck et de Bielefeld, deux villes à une cinquantaine de kilomètres l’une de l’autre. Toutes les deux faisaient partie de l’ancienne Westphalie. Le pays d’Osnabruck était une principauté ecclésiastique, incorporée au royaume de Hanovre à partir de 1815. Le comté de Ravensberg, avec la ville de Bielefeld, était prussien depuis le XVIIe siècle.

L’archaïsme apparent de la production de toiles grossières dans le pays d’Osnabruck

5Dans les campagnes d’Osnabruck, les paysans produisaient et vendaient, probablement depuis le XVIe siècle, et de façon certaine au XVIIe, de grandes quantités de toiles grossières. Les caractères originaux de cette production ont été clairement mis en évidence lors d’une grande enquête statistique en 1812, à l’époque où la région faisait partie de l’Empire français, sous le nom de département de l’Ems Supérieur. Cette année-là, pour faire face au blocus continental, le préfet veut fournir des informations détaillées au ministre du commerce et des manufactures. Pour évaluer le développement récent, il demande que lui soient fournies les mêmes données pour chaque semestre depuis 1810. Les questions qu’il pose aux maires concernent le nombre des personnes actives dans la manufacture des toiles, ainsi que le nombre, la valeur et le type des produits : nom du tissu, toile de lin ou de chanvre, longueur, largeur et poids moyen d’une pièce. Or, il est facile pour les maires d’expliquer que la toile la plus commune s’appelle Löwendleinen et que, dans les alentours d’Osnabruck, elle est en général faite de lin. Dans la plupart des cas, une pièce a environ 70 cm de large, quelque 120 m long et pèse à peu près 27 kg. En revanche, les fonctionnaires locaux ont beaucoup de difficulté à remplir les colonnes du formulaire demandant le nombre des fileurs, tisserands, blanchisseurs ou autres apprêteurs et le nombre total des ouvriers. Un des maires commente :

« La question de savoir combien d’ouvriers filent, combien tissent, combien blanchissent, n’est pas du tout applicable ici. La mère de famille, qui est en général au centre de la manufacture, file, blanchit, tisse, chaque chose en son temps, de même la fille, le fils, le père, le valet. Il n’y a pas de fileurs définis, ni de tisserands définis, ni de blanchisseurs définis. »

6Donner des chiffres par semestre est aussi un problème :

  • 2 Staatsarchiv Osnabrück, Rep. 240, Nr. 844 ; les traductions des citations sont miennes, J.S. Cf. S. (...)

« La fabrique du Löwendleinen est différente de toutes les autres. On ne peut pas du tout couper ce travail par semestre, moins encore par trimestre. Il commence en automne, juste après la moisson, et s’achève fin juillet. Dans les premiers mois après la moisson, le lin ou le chanvre – chacun les cultive sur sa terre – est roui, teillé, brisé, espadé et broyé. Alors on se met à filer. Homme, femme, enfants, valets et servantes, tout le monde file un certain nombre de pièces par jour. Ceci dure jusqu’à la mi-avril, quand la mère de famille, soutenue par plus ou moins de domestiques, cuit et blanchit le fil. Ce travail fini vers la mi-mai, le tissage commence. Normalement c’est la tâche de la mère de famille, qui s’y emploie pendant que les autres membres du foyer travaillent dans les champs2. »

7Le travail du lin est donc combiné avec l’agriculture. Chaque ménage cultive son lin, le travaille, le file et tisse. « Tous les paysans, du plus grand propriétaire au plus petit locataire, tâchent de produire eux-mêmes le lin dont ils ont besoin » écrit un expert de l’industrie à Osnabruck. Dans les paroisses qui produisent le plus de Löwendleinen, on ne vend ni lin ni fil ou presque ; on préfère le tisser au foyer. Dans cette branche du textile, il n’y a guère de division du travail entre les ménages, ni de spécialisation des foyers. Même à l’intérieur des familles, la division du travail selon le genre et l’âge est faible, à en croire les sources de l’époque. Il est vrai que le tissage est une tâche de femmes ; c’est la mère de famille, ou une fille ou une servante qui se mettent au métier. Mais la filature est pour tous : « Mari, épouse, enfants et domestiques » s’en occupent dans les « interstices de leur travail ». Justus Möser, le chef informel du gouvernement de la principauté épiscopale d’Osnabruck et historien local, en est content et estime : « Qu’il ne soit pas honteux pour un homme de se mettre au rouet, doit être ancré dans les mœurs de la nation. Dans d’autres contrées, le législateur ne peut pas l’obtenir de force. » La filature demande la plus grande partie du travail total nécessaire pour produire une pièce de Löwendleinen, sans doute les deux tiers environ ; le reste revient à parts plus ou moins égales à la culture du lin et à sa préparation pour la filature d’un côté et le tissage de l’autre. Compte tenu du calendrier des travaux agricoles, pour les paysans, filer en hiver, est donc tout à fait complémentaire de leurs autres activités.

  • 3 P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung : Gewerbliche (...)
  • 4 J. Schlumbohm, Lebensläufe…, p. 197 et s.
  • 5 Sur le système des Heuerlinge : J. Schlumbohm, « Quelques problèmes de micro-histoire d’une société (...)

8Toutes les catégories de la société rurale participent à l’industrie des toiles. Si en général il y a de bonnes raisons pour estimer que la proto-industrialisation est basée sur la main-d’œuvre des classes qui n’ont pas ou peu de terre3, ceci n’est pas vrai dans la région du Löwendleinen. Même les laboureurs – un groupe solide possédant des fermes de presque 30 ha en moyenne, qui sont transmises intégralement d’une génération à l’autre – produisent des toiles. Plus étonnant encore, un laboureur vend plus de tissu qu’un petit propriétaire ou un paysan sans terre, comme le révèle la microanalyse d’une paroisse, Belm. En général un laboureur fabrique deux pièces et demie par an, un petit propriétaire n’en produit qu’une, et un paysan sans propriété foncière se limite à une demi-pièce. On peut donc estimer que les laboureurs (environ 17 % des foyers) vendent presque la moitié des toiles produites dans la paroisse, tandis que les paysans sans terre (69 % des foyers) en fabriquent environ 40 %, et que la part des petits propriétaires correspond à leur nombre (environ 11 %). Deux éléments expliquent cette structure inattendue. D’abord, au foyer d’un laboureur vivent deux fois plus de personnes que dans une famille sans terre. À Belm au début du XIXe siècle, le ménage d’un laboureur comprend en moyenne 8,6 personnes, celui d’un petit propriétaire 5,5 et celui d’un paysan sans propriété 4,1. La raison en est que les laboureurs gardent souvent leurs enfants à la ferme jusqu’à ce qu’ils se marient et, qu’en plus, ils embauchent en général deux ou trois domestiques (valets, servantes)4. Ils ont donc une main-d’œuvre beaucoup plus importante que leurs voisins moins aisés. En second lieu, dans un système de production où chaque ménage cultive le lin qu’il transforme en toile, celui qui a plus de terre peut générer plus de matière première pour l’industrie. Certes, dans cette région les paysans sans propriété (appelés Heuerlinge) louent quelques lopins de terre (un ou deux hectares au total) à un laboureur et peuvent ainsi cultiver du lin, eux aussi. En contrepartie, ils sont tenus de travailler sur l’exploitation de leur propriétaire, surtout dans la saison agricole chaude5. Pendant l’hiver, le laboureur fait filer sa famille et ses domestiques pour profiter de la saison faible de l’année agraire. C’est donc la dimension de la propriété foncière qui détermine non seulement la capacité agraire, mais aussi la capacité industrielle du ménage, directement par la production de la matière première et indirectement par le biais du nombre de personnes au foyer.

9Le fait que tous les stades de production, de la culture du lin jusqu’au tissage, ont lieu à l’intérieur du ménage soutient l’indépendance des fabricants vis-à-vis des marchands. De fait, ils l’ont défendue jusqu’à la chute de l’industrie du Löwendleinen. La microanalyse des ventes de toiles des paysans de Belm au début du XIXe siècle montre qu’ils s’efforcent de ne pas vendre leurs pièces toujours au même commerçant, mais qu’au contraire, ils changent en permanence d’un marchand à l’autre. Cela est vrai non seulement des laboureurs qui vendent les quelques pièces produites pendant une année à plusieurs négociants ; mais les paysans sans terre, eux aussi, évitent de donner leur toile au même marchand que l’année précédente.

10En plus, l’indépendance des petits fabricants ruraux est protégée par la réglementation publique de l’industrie. À Osnabruck, il y a une halle (bureau de marque, Legge) depuis la fin du Moyen Âge. À l’Époque moderne, cette institution est plus ou moins efficace pour vérifier la qualité des toiles mises en vente et pour réserver le commerce aux marchands de la ville. En 1770, le gouvernement de la principauté épiscopale renouvelle la réglementation. Celle-ci rétablit la Legge dans la ville d’Osnabruck mais, de surcroit, installe de nouvelles Leggen dans plusieurs bourgs du pays. Les fabricants sont donc tenus de porter leurs toiles à un de ces bureaux de marque. Là, les officiers vérifient la qualité, mesurent, classifient et marquent la pièce. La vente doit se dérouler à la halle sous la forme d’une enchère au plus offrant des marchands. Tout au plus, reconnaît-on un droit de préemption au commerçant qui a consenti à l’un de ces fabricants un crédit gagé sur une pièce de toile. Cette réglementation, dont les principes sont maintenus jusqu’au milieu du XIXe siècle, empêche le développement d’un Verlagssystem, voire rend inutile pour le marchand de devenir marchand-fabricant. Il n’y a guère que par le biais du crédit qu’un marchand peut lier certains producteurs à sa maison. L’analyse des ventes de toiles par les paysans de Belm montre que cela n’est pas souvent le cas.

11On pourrait donc penser que sous la halle d’Osnabruck règne la situation d’un marché parfaitement ouvert, que les marchands – comme les tisserands – sont dans un état de concurrence universelle entre eux et qu’il y a une parfaite égalité de droits et de chances entre vendeurs et acheteurs. Pourtant, la microanalyse montre qu’au début du XIXe siècle, le commerce des toiles a la forme d’un oligopole marqué. Il est vrai que sur six ans, 22 commerçants font des affaires avec des paysans de Belm. Mais le négociant le plus important achète plus de 40 % des pièces, les cinq premières maisons dominent 85 % du marché, la part des huit principaux marchands s’élève à 97 %. Il semble donc que, même si les fabricants ne sont pas liés à un seul marchand, ils dépendent beaucoup de ce petit groupe de marchands qui dominent le commerce des toiles dans la ville d’Osnabruck.

  • 6 E. Harder-Gersdorff, « Leinsaat : Eine technische Kultur des Baltikums als Produktionsbasis westeur (...)
  • 7 R. DuPlessis, « Transatlantic textiles : European linens in the cloth culture of colonial North Ame (...)
  • 8 W.H.K. Turner, « Osnabrück and Osnaburg », Osnabrücker Mitteilungen, 1966, p. 55-70 ; A.J. Durie, T (...)

12Tout ce système de production du Löwendleinen se présente sous une forme qui a l’air archaïque. Néanmoins, il est complètement intégré dans l’économie mondiale de l’Époque moderne. Pour assurer une bonne qualité du lin, on importe des graines provenant des provinces baltiques de l’Empire russe, dans le pays d’Osnabrück comme dans les autres régions productrices de toiles en Europe centrale et occidentale. Exportées surtout du port de Riga, les graines arrivent via Lübeck et Brême, et les maisons qui les importent sont les mêmes qui exportent les toiles6. Du point de vue du débit, il est encore plus évident que le Löwendleinen est incorporé dans le « système-monde moderne » (le modern world system d’Immanuel Wallerstein). L’essor de ce type de toiles est dû à l’émergence du « nouveau colonialisme » (Eric J. Hobsbaum) caractérisé par les plantations établies en Amérique et fondé sur la main-d’œuvre des esclaves. Les toiles grossières d’Osnabruck, connues dans les îles Britanniques et dans les colonies sous le nom d’osnaburgs, osnabrigs ou ozenbriggs, voyagent dans le triangle du commerce atlantique, dans lequel les métropoles européennes importent du sucre, du tabac, du coton…, des colonies américaines, y transportent les esclaves capturés en Afrique et exportent des produits manufacturés. Pour le Löwendleinen, les colonies américaines et les États-Unis sont les lieux principaux de consommation. Les toiles servent à vêtir les esclaves dans les plantations, mais aussi le menu peuple, et sont appréciées, parce qu’elles sont agréables sous les climats chauds et protègent bien contre les pluies tropicales et subtropicales grâce à leur densité et à leur solidité7. L’exportation est en majeure partie dans les mains des négociants de Brême, pour lesquels les marchands d’Osnabruck agissent comme commissionnaires. De Brême, les toiles sont embarquées via les ports espagnols ou britanniques dans les colonies du nouveau monde. Leur succès est si grand qu’en Écosse autour de la ville de Dundee, on se met à les imiter à partir du milieu du XVIIIe siècle ; ces toiles écossaises sont aussi exportées en Amérique sous le nom d’osnaburgs8.

13Les caractéristiques apparemment archaïques sont conservées dans le pays d’Osnabruck, non pas malgré le fait que l’industrie fait partie de l’économie mondiale moderne, mais à cause de ce fait. Combinant la manufacture avec l’agriculture et assurant tous les stades de production à l’intérieur du foyer, les paysans produisent moins cher et, pour cette raison, ont un avantage sur le marché mondial. C’est seulement à partir des années 1830 que le manque de division du travail et de concentration de la manufacture est considéré comme un défaut. À cette époque, la concurrence double du coton et du fil de lin, tous les deux fabriqués avec des machines dans d’autres régions, provoque la crise du Löwendleinen. Alors, la région d’Osnabruck se met à exporter ses hommes et ses femmes vers l’Amérique, au lieu des toiles qui sont de moins en moins demandées.

  • 9 M. Küpker, Weber, Hausierer, Hollandgänger, Frankfurt, 2008, p. 74-159 ; A. Gladen, Der Kreis Teckl (...)

14À l’ouest d’Osnabruck, dans le comté de Tecklenbourg (prussien depuis le début du XVIIIe siècle), les paysans fabriquent aussi de grandes quantités de Löwendleinen. Le système de production est semblable à celui du pays d’Osnabruck, et le commerce également réglementé par des Leggen. Pourtant, comme matière première le chanvre domine. Ces toiles sont utilisées en Amérique pour des vêtements (pantalons par exemple), mais aussi pour des voiles, des tentes et des sacs9.

L’innovation des toiles fines autour de Bielefeld

  • 10 A. Flügel, Kaufleute und Manufakturen in Bielefeld, Bielefeld, 1993 ; J. Mooser, Ländliche Klasseng (...)

15Dans quelques paroisses (surtout Schildesche, Jöllenbeck, Heepen) du comté de Ravensberg, situées aux portes de la ville de Bielefeld, les tisserands ruraux fabriquent à la même époque une toile fine, connue sous le nom de « toiles de Bielefeld » ou « de Warendorf ». Regardé de plus près, il s’agit d’une gamme de produits tous beaucoup plus fins et coûteux que le Löwendleinen, mais différent par la densité et le degré de finesse. Cette manufacture a été introduite dans la région de Bielefeld dans la seconde moitié du XVIIe siècle, en imitant des toiles hollandaises. Ce type de toiles est blanchi dans la pièce, après le tissage, et leur valeur dépend beaucoup de la qualité du blanchissage. Pour cette raison, on envoie les tissus les plus fins aux gazons de Haarlem en Hollande, jusqu’à ce qu’en 1767, une compagnie de négociants de toiles de Bielefeld établisse une blanchisserie du type hollandais aux portes de la ville10.

16Le système de production diffère de celui du Löwendleinen. La chambre de commerce de Bilefeld le décrit en 1851 :

  • 11 Cité dans J. Schlumbohm, « Der Saisonale Rhythmus… », p. 290.

« Fileur, tisserand, marchand, blanchisseur et apprêteur, chacun exerce son métier de façon indépendante. Le producteur de lin cultive le lin à son compte, le fait rouir […] dans l’eau, blanchir sur le gazon, puis teiller et briser. […] Le fileur achète le lin dans cet état en petites quantités au producteur, finit la préparation et file. […] Le fileur vend son fil en petites quantités, normalement le produit d’une semaine, soit à un tisserand, soit à un marchand de fil. […] Les tisserands, eux aussi, travaillent à leur compte avec un, deux ou plusieurs métiers. […] En général les tisserands achètent le fil directement au fileur, ou au marché de fil, ils tissent à leur compte, et portent le tissu, dès qu’il est enlevé du métier, à la ville de Bielefeld, où un grand nombre de négociants sont prêts à acheter les toiles proposées, selon leurs besoins11. »

17Il y a donc une division de travail entre les ménages et même entre les régions. Le fil pour les toiles fines est produit dans les paroisses qui sont situées dans un cercle concentrique autour de la ville de Bielefeld et des villages des tisserands. Il s’agit aussi d’une division des tâches entre les classes de la société rurale. Dans la culture du lin, les laboureurs dominent. Comme dans le pays d’Osnabruck, ils possèdent de grandes fermes transmises intégralement d’une génération à l’autre. Ils ont les moyens d’acheter les graines importées des provinces baltiques de la Russie, et ils ont dans leur leur foyer la main-d’œuvre pour cultiver et préparer le lin de haute qualité, requis pour les toiles fines. Cependant, les ménages des laboureurs ne tissent pas ces toiles fines et ils n’apportent pas beaucoup de fil au marché. Le filage est surtout l’affaire des pauvres, des familles sans propriété foncière, dont la plupart sont des Heuerlinge, comme dans le pays d’Osnabruck. Ils ont besoin de compléter, par le travail industriel, le peu qu’ils gagnent des morceaux de terre loués. Puisqu’ils vivent au jour le jour, ils ne peuvent acheter le lin qu’en petites quantités et sont contraints de vendre leur fil chaque semaine. Les tisserands des toiles fines sont soit des petits propriétaires, soit des paysans sans terre, ce qui correspond bien aux hypothèses de la proto-industrialisation. Pour environ la moitié d’entre eux, le tissage est l’occupation principale poursuivie presque toute l’année. Même si le travail agricole est secondaire, la propriété foncière joue un grand rôle pour eux. Elle facilite l’accès au crédit, protège l’indépendance de l’artisan rural et permet à certains d’exercer le métier à une plus grande échelle.

18Car dans la manufacture des toiles fines aux alentours de Bielefeld, il y a une hiérarchie marquée parmi les tisserands. Beaucoup ont plus d’un métier battant dans leur maison, et ils emploient non seulement leurs enfants plus ou moins adultes, mais aussi des compagnons masculins ou féminins. Au cours du XVIIIe siècle, le nombre d’ateliers à trois, quatre, même cinq ou six métiers croît. Pour tisser à son compte, il faut un certain capital. Il y a des tisserands qui n’ont ni les moyens ni le crédit pour acheter le fil. Ils travaillent donc dans leur habitation, mais pour le compte d’un autre tisserand qui leur fournit le fil et paie un salaire à la pièce. Au début du XIXe siècle, c’est le cas de plus d’un quart des tisserands dans les paroisses produisant les toiles fines (si l’on ignore les tisserands compagnons). Puisqu’il n’y a pas de corporation des tisserands, l’économie de marché dans laquelle ils sont intégrés accroît les inégalités entre eux.

19En revanche, entre tisserands et négociants, le Kaufsystem règne jusqu’au deuxième tiers du XIXe siècle, comme à Osnabruck soutenu par la réglementation de la Legge. Elle réserve le commerce des toiles fines aux marchands de la ville de Bielefeld, protège l’indépendance des tisserands, mais les empêche en même temps de commercialiser leurs toiles eux-mêmes et de devenir des marchands-fabricants. Une partie des toiles fines est exportée en Amérique, mais la consommation dans les territoires de l’Empire germanique et dans d’autres pays d’Europe joue un rôle essentiel, à la différence du Löwendleinen. Au milieu du XIXe siècle, ce sont les négociants de toiles qui fondent à Bielefeld des usines pour filer le lin et, une décennie plus tard, pour tisser les toiles. Par contre, le pays d’Osnabruck est pour l’essentiel une région de désindustrialisation en ce qui concerne le textile.

Autres régions : organisation féodale, marchands-fabricants (Verlagssystem)

  • 12 S. Reekers, « Statistische Darstellung der gewerblichen Wirtschaft Westfalens um 1800, Teil 1 », We (...)

20On peut regrouper les régions d’Osnabruck, Tecklenbourg et Ravensberg dans une grande zone productrice de toiles qui couvre une bonne partie du nord-ouest de l’Allemagne. Elle va de la frontière des Pays-Bas (et au-delà, la province de Twente) jusqu’à la rivière Weser, le nord de la Hesse et le sud de l’Électorat de Hanovre12.

  • 13 Cf. P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung…, p. 54 e (...)
  • 14 A. Zimmermann, Blüte und Verfall des Leinengewerbes in Schlesien, Breslau, 1885 ; O. Schumann, Die (...)

21La région toilière la plus importante d’Allemagne est pourtant la Silésie (appartenant aux Habsbourgs jusqu’à 1742, puis à la Prusse). La valeur des pièces produites et exportées, ainsi que le nombre de métiers battants et personnes actives dans cette branche dépassent largement toutes les autres régions au XVIIIe et XIXe siècles. Les tisserands habitent alors dans les villages de la montagne ; la culture du lin et une bonne partie du filage ont lieu dans la plaine de la rivière Oder. Puisque la Silésie compte parmi les territoires de la « seigneurie domaniale » (Gutsherrschaft, à l’est de la rivière Elbe) caractérisée par les grands domaines des seigneurs et les corvées des paysans, les seigneurs participent à la production du lin et même du fil, grâce à la corvée et aux redevances en nature. Mais ces produits sont souvent d’une mauvaise qualité, et l’organisation féodale de l’industrie se révèle peu efficace. De plus en plus, les seigneurs préfèrent donc un profit indirect, c’est-à-dire par des redevances en argent13. Ceci est vrai surtout des tisserands. Pour beaucoup d’entre eux, le tissage est l’occupation principale, puisqu’en général ils ont très peu ou pas de terre. Avant de vendre une pièce, ils doivent la porter au bureau de marque – il en existe un dans tous les grands villages de tisserands – pour la faire mesurer et obtenir le timbre qui garantit une qualité minimum au marchand qui l’achète. En principe, les tisserands sont tenus de vendre leurs pièces au marché de la ville à un des négociants locaux. Mais souvent des intermédiaires s’interposent, d’autant plus que beaucoup de tisserands habitent assez loin de la ville. Les négociants se servent d’eux, et en même temps leur corporation insiste sur les règlements publics qui empêchent les petits marchands villageois de devenir de vrais concurrents. En général, le commerce du fil n’est pas dans les mains des négociants de toiles, mais des marchands spécialisés qui procurent la matière première aux tisserands. Il est vrai qu’au cours du XVIIIe siècle, certains petits entrepreneurs se mettent à donner le fil à quelques tisserands et les font travailler pour un salaire à la pièce. Mais à part ces exceptions, le Kaufsystem domine et les négociants ont peu intérêt à devenir marchands-fabricants. En revanche, ils contrôlent les blanchisseries où ils font apprêter les toiles avant de les revendre. Pratiquement toute la production est exportée, la grande majorité via Hambourg à destination des ports de l’Europe occidentale, d’où beaucoup de toiles sont expédiées en Amérique. Une partie est vendue en Pologne, dans les pays du sud-est de l’Europe et en Italie. Comme ailleurs, il y a toute une gamme de produits, mais les experts contemporains sont tous d’avis que les toiles silésiennes sont d’une modeste qualité et que leur succès sur les marchés internationaux n’est dû qu’à leur prix bas. Pour cette raison, les revenus des tisserands sont maigres, et même dans les périodes de haute conjoncture vers la fin du XVIIIe siècle, la plupart des tisserands restent pauvres. Pendant la dépression, en 1793, ils se soulèvent d’ailleurs dans de grandes émeutes14.

  • 15 G. Aubin et A. Kunze, Leinenerzeugung und Leinenabsatz im östlichen Mitteldeutschland zur Zeit der (...)

22L’industrie toilière en Silésie entretient des liens étroits avec celle de Bohème, juste de l’autre côté de la crête des montagnes, malgré la frontière politique établie entre les deux en 1742. Les deux régions en effet font partie d’une zone plus grande qui inclut aussi des contrées de l’Électorat de Saxe. Parmi celles-ci, et voisine de la Silésie, la Haute-Lusace se distingue. Là, on produit des toiles pour le marché depuis le Bas Moyen Âge. Mais jusque dans la première moitié du XVIIe siècle, le tissage est concentré dans les villes et les tisserands ont des corporations fortes. Au XVIe siècle déjà, ils travaillent pour les marchés étrangers, et ce sont des négociants de l’Allemagne du Sud, surtout de Nuremberg, qui les servent. Ceux-ci concluent des contrats collectifs de livraison (Zunftkäufe) avec les corporations de tisserands – un moyen original de concilier l’autonomie du corps de métier et le grand commerce. Pendant la guerre de Trente ans, ces rapports se dénouent et des marchands régionaux se mettent à commercialiser fil et toile. Le Kaufsystem est alors dominant, les marchands achètent au fileur ou au tisserand individuel. Au XVIIIe siècle, l’industrie de toiles se ruralise : les tisserands des villages supplantent ceux des villes. La réglementation de l’industrie est faible ; les toiles produites dans les villages ne sont pas soumises à des bureaux de marque. Des marchands ruraux, qui ont commencé leurs affaires comme intermédiaires, petits « ramasseurs » de fil ou de toile, entrent dans le grand commerce pour vendre les toiles à Hambourg, à Altona ou à Amsterdam, d’où elles sont exportées vers les ports espagnols, portugais et britanniques et, de là, vers les colonies américaines. De plus en plus, les tisserands dépendent des commerçants qui leur fournissent le fil (qu’ils importent des régions voisines) à crédit et deviennent marchands-fabricants. Vers 1800, le Verlagssystem domine. Beaucoup de produits de la Haute-Lusace imitent les toiles de la Bretagne ou de la Normandie. Ils s’appellent crées (creas), bretagnes, morlaix ou rouens et (comme les produits de Silésie) concurrencent les originaux15.

  • 16 H. Medick, Weben und Überleben in Laichingen 1650-1900, Göttingen, 1996. Vue d’ensemble des régions (...)

23Une troisième grande zone productrice de toiles se trouve dans le sud-ouest de l’Allemagne, allant de la Haute Souabe et du sud du Wurtemberg au lac de Constance et au nord de la Suisse. Dès le Bas Moyen Âge, ces régions exportent des toiles. Dans un premier temps, les tisserands des villes dominent. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, plusieurs transformations ont lieu et les contrées du sud-ouest empruntent des chemins différents. Dans beaucoup de terroirs, les tisserands ruraux gagnent. Certaines régions abandonnent le lin et se tournent vers d’autres textiles. Au XVIIIe siècle, la production de toiles est toujours importante au sud du Wurtemberg (dans les villages du Jura souabe près des villes d’Ulm et d’Urach) et dans l’Allgäu. Autour du lac de Constance, l’industrie textile du nord de la Suisse prévaut, où l’on exporte du fil de lin. Dans le Wurtemberg, les ducs s’efforcent de donner une unité économique à un territoire morcelé, depuis le XVIe siècle. Comme moyen de contrôle, ils font établir des corporations uniformes et hiérarchisées pour tous les tisserands de toiles urbains et ruraux. Le duc veut alors se réserver le monopole du commerce des toiles et il exige des impôts importants des producteurs, ce qui provoque une forte résistance des artisans et des états (qui sont puissants au Wurtemberg). Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, une compagnie privilégiée de marchands de toile est constituée ; elle exerce un droit de préemption pour toutes les toiles tissées dans la ville et la région d’Urach. Elle contrôle donc les prix ; en plus, elle détient le monopole de la blanchisserie. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la résistance des tisserands croît. Avec la ruralisation du tissage, les artisans des villages et du bourg de Laichingen gagnent des forces et quelques-uns d’entre eux deviennent soit des « tisserands-marchands » (Weber-Marchand), soit des agents au service des négociants « étrangers » (habitant les territoires voisins ou de la toute proche Ulm, ville libre d’Empire). De plus en plus ouvertement, les tisserands luttent pour la liberté de leur commerce de toile, sans pourtant abandonner leur corps de métier16.

  • 17 K.H. Kaufhold, Das Gewerbe in Preussen um 1800, Göttingen, 1978, p. 117 et s., 256 et s. ; U. Albre (...)
  • 18 K.H. Kaufhold, Das Gewerbe in Preussen…, p. 97 et s., p. 245 et s. ; W. Achilles, « Die Bedeutung d (...)

24En dehors de ces trois grandes zones exportatrices de toiles, jusqu’au XIXe siècle, des dizaines de milliers de métiers travaillent pour le marché local ou régional dans les villes et les campagnes allemandes (par exemple dans les provinces orientales de la Prusse17), sans parler des paysans qui tissent pour l’autoconsommation. Mais même si on se limite à l’industrie d’exportation, les régions du filage sont beaucoup plus grandes que celles du tissage des toiles puisqu’on présume qu’il faut environ quatre fileurs pour un tisserand. En Allemagne du Nord, les pays de Brunswick-Wolfenbüttel et de Hildesheim sont renommés pour leurs exportations de fil de lin. Le filage est en général une occupation secondaire. Pour cette raison, les enquêtes statistiques ne recensent guère les fileurs. Mais si l’on se rend compte de la diffusion du filage, on voit qu’à l’Époque moderne, une grande partie des campagnes allemandes participe à l’industrie. D’autres régions se spécialisent dans la culture du lin et le vendent préparé, mais pas filé. C’est le cas, par exemple, des alentours de la ville d’Uelzen (Basse-Saxe, près de Lunebourg)18.

***

  • 19 Cf. K. Weber, Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel 1680-1830 : Unternehmen und Familien in Hamburg, (...)
  • 20 W. von Stromer Reichenbach, Die Gründung der Baumwollindustrie in Mitteleuropa : Wirtschaftspolitik (...)

25Ce survol montre combien l’industrie linière était loin de l’immobilisme et de l’archaïsme évoqués parfois par dans les musées et les récits folkloriques. Une très grande partie des toiles entrait dans le commerce atlantique19. Ces produits étaient donc soumis à la concurrence du marché « global » de l’Époque moderne. Dans les différents coins de l’Europe, on imitait les produits les plus demandés, les osnaburgs en Écosse, les bretagnes et rouens en Silésie et Haute-Lusace. Quand un type de toile n’avait plus de succès, on s’efforçait d’en produire un autre. Plusieurs régions qui s’étaient insérées dans le marché d’exportation avec des toiles, n’hésitaient pas à se tourner vers d’autres fibres quand elles semblaient plus prometteuses. En Haute-Souabe dès la fin du Moyen Âge, les tisserands de toiles acceptaient le coton pour la trame et se mettaient à fabriquer la futaine (Barchent). Sur la rive gauche du Bas-Rhin, Krefeld et son pays commencèrent à travailler la soie au lieu du lin à partir de la fin du XVIIe siècle ; un bon siècle plus tard, c’était devenu le centre de l’industrie de soie en Allemagne. La vallée de la Wupper qui, depuis le XVIe siècle, avait fondé son essor sur la blanchisserie de fils de lin importés de la Westphalie, la Basse-Saxe et plus tard même de la Silésie, adopta le coton au cours du XVIIIe siècle et, de cette façon, devint le centre d’une industrie textile très diversifiée20.

  • 21 W. Fränken, Die Entwicklung des Gewerbes in den Städten Mönchengladbach und Rheydt im 19. Jahrhunde (...)
  • 22 K. Ditt, « The rise and fall of the German linen industry in the nineteenth and twentieth centuries (...)

26Au XIXe siècle aussi, pendant l’industrialisation, on abandonna le lin dans quelques régions allemandes pour le coton plus facile à travailler avec les machines (par exemple dans la région de Gladbach et Rheydt sur la rive gauche du Rhin inférieur21). Au lieu de supposer un immobilisme inhérent à l’industrie linière, il vaut donc mieux se demander pourquoi d’autres contrées sont restées fidèles à la production de toiles, soit pour fonder des filatures mécaniques de lin et des usines de tissage de toile assez tardivement, soit pour voir l’industrie textile disparaître parallèlement au développement de l’agriculture22.

Notes

1 K.H. Kaufhold, « Deutschland 1650-1850 », W. Fischer et al. (dir.), Handbuch der europäischen Wirtschafts und Sozialgeschichte, vol. 4, Stuttgart, 1993, p. 523-588 (p. 568) ; E. Harder-Gersdorff, « Leinen-Regionen im Vorfeld und im Verlauf der Industrialisierung (1780-1914) », H. Pohl (dir.), Gewerbe und Industrielandschaften vom Spätmittelalter bis ins 20. Jahrhundert, Stuttgart 1986, p. 203-253 ; G. Bondi, Deutschlands Aussenhandel : 1815-1870, Berlin, 1958 p. 54-57 ; cf. cependant M. Kutz, Deutschlands Außenhandel von der Französischen Revolution bis zur Gründung des Zollvereins, Wiesbaden, 1974, p. 257.

2 Staatsarchiv Osnabrück, Rep. 240, Nr. 844 ; les traductions des citations sont miennes, J.S. Cf. S. Reekers, « Statistische Darstellung der gewerblichen Wirtschaft Westfalens um 1800, Teil 3 », Westfälische Forschungen, 1966, p. 27-78 (p. 41-48) ; J. Schlumbohm, « Der saisonale Rhythmus der Leinenproduktion im Osnabrücker Lande während des späten 18. und der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », Archiv für Sozialgeschichte 1979, p. 263-298 (en anglais : « Seasonal Fluctuations and Social Division of Labour : Rural Linen Production in the Osnabrück and Bielefeld Regions and the Urban Woollen Industry in the Niederlausitz, c. 1770-c. 1850 », M. Berg et al. (dir.), Manufacture in Town and Country before the Factory, Cambridge, 1983, p. 92-123) ; J. Schlumbohm, « Propriété foncière et production des toiles dans les campagnes environnant Osnabrück et Bielefeld au début du XIXe siècle », P. Delsalle (dir.), L’industrie textile en Europe du Nord aux XVIIIe et XIXe siècles, Tourcoing, 1984, p. 51-74 ; J. Schlumbohm, Lebensläufe, Familien, Höfe : Die Bauern und Heuerleute des Osnabrückischen Kirchspiels Belm in proto-industrieller Zeit, 1650-1860, Göttingen, 1994, p. 66-72 ; H.-W. Niemann, Leinenhandel im Osnabrücker Land, Bramsche, 2004.

3 P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung : Gewerbliche Warenproduktion auf dem Land in der Formationsperiode des Kapitalismus, Göttingen, 1977, p. 41 et s., 66 et s., 102 et s., (en anglais, Industrialization before Industrialization : Rural Industry in the Genesis of Capitalism, Cambridge, New York, 1981) ; F.F. Mendels, « Proto-industrialization : The First Phase of the Industrialization Process », The Journal of Economic History, 1972, p. 241-261.

4 J. Schlumbohm, Lebensläufe…, p. 197 et s.

5 Sur le système des Heuerlinge : J. Schlumbohm, « Quelques problèmes de micro-histoire d’une société locale : construction de liens sociaux dans la paroisse de Belm (XVIIe-XIXe siècles) », Annales HSS, 1995, p. 775-802.

6 E. Harder-Gersdorff, « Leinsaat : Eine technische Kultur des Baltikums als Produktionsbasis westeuropäischer Textilwirtschaft im 17. und 18. Jahrhundert », Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 1981, p. 169-198 ; H.-W. Niemann, Leinenhandel…, p. 72 et s., p. 84.

7 R. DuPlessis, « Transatlantic textiles : European linens in the cloth culture of colonial North America », B. Collins et P. Ollerenshaw (dir.), The European Linen Industry in Historical Perspective, Oxford, 2003, p. 123-137 ; S. White et G. White, « Slave clothing and African-American culture in the eighteenth and nineteenth centuries », Past and Present, 1995, p. 149-186 (p. 153 et s.) ; B.W. Higman, Slave Populations of the British Caribbean, 1807-1834, Baltimore, 1984, p. 223 et s. ; R. Isaac, The Transformation of Virginia, 1740-1790, Chapel Hill, 1982, p. 43 et s., p. 258 ; P.F. Copeland, Working Dress in Colonial and Revolutionary America, Westport (Conn.), 1977, p. 6 et s., 13 et s., 132, 174 et s. ; S. Reekers, « Statistische Darstellung… », Teil 3, p. 48.

8 W.H.K. Turner, « Osnabrück and Osnaburg », Osnabrücker Mitteilungen, 1966, p. 55-70 ; A.J. Durie, The Scottish Linen Industry in the Eighteenth Century, Edinburgh, 1979, p. 27, 65 et s.

9 M. Küpker, Weber, Hausierer, Hollandgänger, Frankfurt, 2008, p. 74-159 ; A. Gladen, Der Kreis Tecklenburg an der Schwelle des Zeitalters der Industrialisierung, Münster, 1970, p. 49-67.

10 A. Flügel, Kaufleute und Manufakturen in Bielefeld, Bielefeld, 1993 ; J. Mooser, Ländliche Klassengesellschaft 1770-1848, Göttingen, 1984, p. 48 et s., 61 et s. ; W. Mager, « Protoindustrialisierung und agrarisch-heimgewerbliche Verflechtung in Ravensberg während der Frühen Neuzeit », Geschichte und Gesellschaft, 1982, p. 435-474 ; J. Schlumbohm, « Propriété foncière… », p. 55 et s. ; Id., « Der saisonale Rhythmus… », p. 286 et s. ; S. Reekers, « Statistische Darstellung der gewerblichen Wirtschaft Westfalens um 1800, Teil 2 », Westfälische Forschungen, 1965, p. 75-130.

11 Cité dans J. Schlumbohm, « Der Saisonale Rhythmus… », p. 290.

12 S. Reekers, « Statistische Darstellung der gewerblichen Wirtschaft Westfalens um 1800, Teil 1 », Westfälische Forschungen, 1964, p. 83-176 ; R. Schüren, Staat und ländliche Industrialisierung, Dortmund, 1985 ; O. Dascher, Das Textilgewerbe in Hessen-Kassel vom 16. bis 19. Jahrhundert, Marburg, 1968, p. 143-160 ; E. Hornung, Entwicklung und Niedergang der hannoverschen Leinwandindustrie, Hannover, 1905, p. 74 et s.

13 Cf. P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung…, p. 54 et s., 72 et s., p. 194-201. Voir pour le cas russe, K. Gestwa, Proto-Industrialisierung in Rußland : Wirtschaft, Herrschaft und Kultur in Ivanovo und Pavlovo, 1741-1932, Göttingen, 1999.

14 A. Zimmermann, Blüte und Verfall des Leinengewerbes in Schlesien, Breslau, 1885 ; O. Schumann, Die Landeshuter Leinenindustrie in Vergangenheit und Gegenwart, Jena, 1928 ; S. Kühn, Der Hirschberger Leinwand-und Schleierhandel von 1648-1806, Breslau, 1938 ; H. Kisch, « Die Textilgewerbe in Schlesien und im Rheinland », P. Kriedte et al., Industrialisierung vor der Industrialisierung…, p. 350-386 (en anglais « The textile industries in Silesia and the Rhineland », P. Kriedte et al., Industrialization before industrialization…, p. 178-200) ; M. Boldorf, Europäische Leinenregionen im Wandel : Institutionelle Weichenstellungen in Schlesien und Irland (1750-1850), Köln, 2006, p. 29-202. Sur la Gutsherrschaft, voir la mise au point : W. Trossbach, « Seigneurie domaniale et seigneurie foncière entre l’Elbe et l’Oder », G. Béaur et al. (dir.), Les sociétés rurales en Allemagne et en France (XVIIIe et XIXe siècles), Rennes, 2004, p. 25-45.

15 G. Aubin et A. Kunze, Leinenerzeugung und Leinenabsatz im östlichen Mitteldeutschland zur Zeit der Zunftkäufe, Stuttgart, 1940 ; W. von Westernhagen, « Leinwandmanufaktur und Leinwandhandel der Oberlaufitz in der zweiten Hälfte des achtzehnten Jahrhunderts und während der Kontinentalsperre », Neues Lausitzisches Magazin, 1933 ; cf. J. Tanguy, Quand la toile va : l’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, 1994.

16 H. Medick, Weben und Überleben in Laichingen 1650-1900, Göttingen, 1996. Vue d’ensemble des régions de toiles, voire des régions industrielles en Allemagne : E. Harder-Gersdorff, « Leinen-Regionen… » ; K.H. Kaufhold, « Gewerbelandschaften in der frühen Neuzeit (1650-1800) », H. Pohl (dir.), Gewerbe und Industrielandschaften…, p. 112-202.

17 K.H. Kaufhold, Das Gewerbe in Preussen um 1800, Göttingen, 1978, p. 117 et s., 256 et s. ; U. Albrecht et K.H. Kaufhold, Das Textilgewerbe, Quellen und Forschungen zur historischen Statistik von Deutschland, St. Katharinen, 1994, p. XXVII.

18 K.H. Kaufhold, Das Gewerbe in Preussen…, p. 97 et s., p. 245 et s. ; W. Achilles, « Die Bedeutung des Flachsanbaues im südlichen Niedersachsen für Bauern und Angehörige der unterbäuerlichen Schicht im 18. und 19. Jahrhundert », H. Kellenbenz (dir.), Agrarisches Nebengewerbe und Formen der Reagrarisierung im Spätmittelalter und 19./20. Jahrhundert, Stuttgart, 1975 ; Hornung, Entwicklung…, p. 19 et s., p. 39 et s. ; O. Merker, Das Flachsverarbeitungsgewerbe im Uelzener Becken innerhalb seines sozialen und wirtschaftlichen Gesamtzusammenhangs, Hannover, 2011.

19 Cf. K. Weber, Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel 1680-1830 : Unternehmen und Familien in Hamburg, Cádiz und Bordeaux, München, 2004 ; K.H. Schwebel, Bremer Kaufleute in den Freihäfen der Karibik : Von den Anfängen des Bremer Überseehandels bis 1815, Bremen, 1995, p. 394 et s.

20 W. von Stromer Reichenbach, Die Gründung der Baumwollindustrie in Mitteleuropa : Wirtschaftspolitik im Spätmittelalter, Stuttgart, 1978 ; R. Kießling, Die Stadt und ihr Land : Umlandpolitik, Bürgerbesitz und Wirtschaftsgefüge in Ostschwaben vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, Köln, 1989, p. 721-741 ; P. Kriedte, Taufgesinnte und großes Kapital : Die niederrheinisch-bergischen Mennoniten und der Aufstieg des Krefelder Seidengewerbes (Mitte des 17. Jahrhunderts-1815), Göttingen, 2007 ; W. Dietz, Die Wuppertaler Garnnahrung, Neustadt a. d. Aisch, 1957 ; H. Kisch, Die hausindustriellen Textilgewerbe am Niederrhein vor der industriellen Revolution, Göttingen, 1981, p. 66-161, 162-257 (en anglais, H. Kisch, From domestic manufacture to Industrial Revolution : The case of the Rhineland textile districts, New York, Oxford, 1989).

21 W. Fränken, Die Entwicklung des Gewerbes in den Städten Mönchengladbach und Rheydt im 19. Jahrhundert, Köln, 1969, p. 32-88 ; G. Adelmann, Die Baumwollgewerbe Nordwestdeutschlands und der westlichen Nachbarländer beim Übergang von der vorindustriellen zur frühindustriellen Zeit, 1750-1815, Stuttgart, 2001, p. 104 et s., 136 et s.

22 K. Ditt, « The rise and fall of the German linen industry in the nineteenth and twentieth centuries », B. Collins et P. Ollerenshaw (dir.), The European Linen Industry…, p. 259-283 ; E. Harder-Gersdorff, « Leinen-Regionen… » ; M. Boldorf, Europäische Leinenregionen…

Auteur

Max-Planck-Institut für Geschichte, Göttingen.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540