Version classiqueVersion mobile

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Une nouvelle approche des industries rurales et du processus d’industrialisation en Grande-Bretagne

Pat Hudson

Texte intégral

1En Grande-Bretagne, les débats sur la proto-industrialisation ont depuis longtemps entraîné un développement considérable des recherches sur l’industrialisation. Des études plus récentes ont pu cependant modifier notre approche, particulièrement en ce qui concerne les niveaux de salaires, la consommation, l’industrie et la mondialisation. Dans cet article, précisément, je voudrais réexaminer le rôle et la dynamique des industries rurales en Grande-Bretagne avant l’avènement de l’ère industrielle.

2Il est bien connu que des gammes de plus en plus larges de biens manufacturés furent produites dans les foyers ruraux ou semi-ruraux de l’Europe occidentale au cours du siècle précédant l’avènement de l’ère industrielle. En Grande Bretagne, ces activités concernèrent des quantités croissantes de textiles de toutes sortes, des tissus de laine, de lin et de coton jusqu’aux dentelles et aux chapeaux ; étaient aussi produits de multiples objets utilitaires : des cordes, des objets de vannerie, des ustensiles métalliques, des armes à feu, des clous, des boutons, des ceintures, des tabatières, des bibelots, de la vaisselle et bien d’autres encore. Ces objets, des plus élémentaires aux plus luxueux, trouvaient des marchés à l’échelle nationale et internationale.

3Les industries rurales, de plus en plus concentrées dans des régions spécialisées, jouèrent un rôle important dans la longue et lente période de croissance économique des XVIe-XVIIIe siècles ; poursuivant leur expansion, ces activités jouèrent un rôle primordial quand la croissance s’accéléra et s’intensifia à la fin du XVIIIe siècle. Ces formes diverses de production domestique ou artisanale restèrent un élément durable de l’économie industrielle tout au long du XIXe siècle et au-delà encore. Certes, l’avènement de la mécanisation et de la centralisation se révéla catastrophique en zone rurale pour nombre des plus importantes activités manufacturières, mais il offrit aussi des opportunités nouvelles, quoique plus limitées, aux unités de production familiales ou artisanales.

4Quelle fut précisément l’ampleur de cette expansion immense et prolongée des industries rurales et du nombre de travailleurs – hommes, femmes et enfants – qu’elles employaient ? Quelles furent les bases de cette croissance et quelle forme d’organisation les industries rurales adoptaient-elles ? Quelles en furent les conséquences sociales et économiques, à une plus grande échelle, sur la démographie, la vie familiale, les salaires, la consommation et le niveau de vie, ainsi que sur l’accumulation du capital, sur la technologie et les savoir-faire, sur le commerce et sur les manières de se procurer les connaissances et les informations utiles ? Enfin, comment les industries rurales britanniques étaient-elles liées au marché, dans un contexte de croissance des demandes locale et nationale ? Quel rôle jouaient des régions lointaines comme l’Inde, l’Afrique et la Chine dans le processus d’industrialisation rurale en Occident ?

La proto-industrialisation

  • 1 P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumböhm (dir.), Industrialisation before Industrialisation, Cambrid (...)
  • 2 Dans les années 1980, Mendels a été engagé par la Banque Mondiale comme conseiller pour la politiq (...)

5Il y a une trentaine d’années, le rôle des industries rurales dans la transition vers une croissance économique moderne fit l’objet de débats enflammés. Dans les années 1970 et 1980, à l’apogée de la théorisation sur la proto-industrialisation emmenée par les études très différentes de Franklin Mendels et de Hans Medick, Peter Kreidte et Jürgen Schlumbohm, le processus de spécialisation régionale des industries rurales et domestiques était considéré comme un modèle d’étape pour l’industrialisation ; il fut appliqué à de nombreuses régions européennes, et notamment à la Grande-Bretagne. Les régions proto-industrielles auraient alors manifesté un dynamisme endogène spécifique. On estimait, en effet, qu’elles créaient les conditions d’un développement ultérieur en favorisant l’accumulation de capital, de savoir-faire manufacturier et commercial ; elles encourageaient des mariages plus précoces et plus systématiques, avec un taux élevé d’accroissement démographique et de prolétarisation, et elles impulsaient des changements culturels et consuméristes favorisant encore la croissance économique1. La trajectoire de la croissance européenne était implicitement normalisée par cette théorisation, au point que dans les années 1980, l’on prescrivait souvent aux régions en développement d’imiter et de reproduire l’industrialisation rurale européenne, considérée comme le stade de croissance à atteindre2.

  • 3 E.L. Jones, The European Miracle : environments, economies and geopolitics in the history of Europ (...)

6Les travaux inspirés par Mendels ont souligné la croissance que connurent les régions manufacturières spécialisées au cours de la période préindustrielle, ainsi que l’importance du commerce entre ces régions et les zones d’agriculture commerciale. Ils mettaient ainsi l’accent sur l’idée d’avantage comparatif, précédemment développée par Eric Jones et d’autres. Selon eux, avec la croissance du commerce interrégional et international, la spécialisation régionale de branches particulières, dans le domaine manufacturier ou agricole, s’était intensifiée – en lien avec l’avantage comparatif offert localement par les sols, les ressources, la main-d’œuvre et le capital. Et les particularismes régionaux – économiques, sociaux et culturels – s’accentuèrent. C’est ainsi que ce processus continu de spécialisation et de différenciation se trouva finalement placé au cœur des études sur l’agriculture commerciale et l’avènement des régions manufacturières industrialisées ; celles-ci s’étant développées à partir de la proto-industrie jusqu’à la production mécanisée, centralisée et urbanisée qui devait inévitablement suivre3.

L’environnement social et agraire des industries rurales

  • 4 Pour une étude de cette littérature, voir Pat Hudson, « Proto-industrialization in England », S.C. (...)

7Dans le débat sur la proto-industrialisation, l’apport le plus important des historiens en Grande-Bretagne fut peut-être l’examen des divers environnements sociaux et agraires qui semblent avoir encouragé l’essor des industries rurales et la formation d’organisations particulières. En effet, il existait déjà une historiographie bien établie associant l’agriculture et l’industrie dans des études nationales comme locales. J’ai étudié cette littérature ailleurs, mais en résumé, on peut dire que l’activité manufacturière se développait le plus souvent là où les tenanciers libres et les tenanciers coutumiers jouissaient de droits stables, et là où la division des héritages avait entraîné une fragmentation du foncier4. Cependant, l’unigéniture pouvait aussi favoriser l’industrie rurale en encourageant la prolétarisation des cadets, comme dans la partie nord-est du Lancashire. Les zones d’organisation manoriale faible, en permettant l’immigration et la division des terrains entre petits cultivateurs, formaient également des sites industriels privilégiés, tel que le Vale of Trent par exemple ; cependant que l’accès aux communaux, en permettant aux squatters de s’installer, attirait la main-d’œuvre dans le travail du métal, comme dans la partie nord-ouest des Midlands ou les mines de plomb du Derbyshire. Au XVIIIe siècle, la production des laines de qualité s’étendit dans le West Yorkshire, là où la propriété foncière était dispersée, où la tenure libre prédominait, et où le processus de prolétarisation était avancé. La structure rurale et artisanale de la fabrication des laines, par opposition, résista dans les zones plus fertiles, où l’organisation manoriale était mieux implantée, le contrôle foncier plus important et où les terres étaient principalement louées en tenure coutumière par de grands propriétaires, sur des parcelles convenant à la double activité de drapier et d’exploitant agricole.

8Dans certains villages des Midlands, où l’aisance était médiocre et les structures sociales relativement égalitaires, la machine à tricoter se répandit parmi les élites paysannes. Dans le Nottinghamshire, en revanche, la crise du foncier au XVIIIe siècle (effet du marché sur les exploitations traditionnelles) entraîna l’ascension de propriétaires toujours plus riches et la multiplication de pauvres hères sans titre, ni terre. Ces mouvements furent accompagnés d’évolutions dans le marché des bas, et de l’introduction de mélanges soie-coton, ce qui entraîna des difficultés de production et l’appauvrissement des travailleurs à domicile. Dans le Staffordshire et diverses parties du sud et de l’ouest du Yorkshire, les campagnes comptaient de nombreux petits fermiers dotés d’un capital, qui devinrent artisans ruraux. Leurs activités créaient un certain esprit de communauté et – dans une large mesure – de soutien mutuel.

9Le succès des proto-industries dans la région de Birmingham a été expliqué par l’absence de régulation institutionnelle, la tolérance religieuse, les savoir-faire traditionnels, la collectivité artisanale et les avantages socio-économiques de l’agglomération. Par opposition, la paralysie relative et le déclin d’une bonne partie de l’industrie lainière du West Country, à partir de la fin du XVIIIe siècle, seraient le résultat de la culture assez rigide d’employeurs dégageant une forte production, aggravé par la résistance de communautés d’artisans à l’introduction de nouvelles techniques et machines.

10Les différents métiers s’adaptaient à des contextes agricoles, des histoires institutionnelles et des environnements culturels différents, qui pouvaient aussi les encourager. Ainsi, la spécialisation de la production était souvent fortement localisée. Dans les West Midlands, de nombreux produits et processus liés aux activités du métal se trouvaient dans des enclaves resserrées, en ville comme à la campagne. Dans le sud du Yorkshire, la fabrication de couteaux, scies, faux et clous se concentrait dans des contextes très différents. Dans le Lancashire, les industries du coton, de la laine, du lin et de la soie jouaient toutes un rôle important en différents endroits du comté, chacune entretenant des relations différentes avec l’agriculture et la propriété foncière et créant des relations, des cultures, des pratiques et des réseaux distincts contribuant à leur viabilité et à leur croissance. La saisonnalité de l’agriculture et le caractère sexué des demandes de main-d’œuvre, tant dans le domaine agricole que manufacturier, jouaient un rôle essentiel, avec les cultures locales, dans la détermination du lieu, de la structure et des effets socio-économiques de l’industrie rurale.

11Les types de produits fabriqués et les marchés desservis avaient aussi une influence sur l’organisation et le développement de la production. Quand la fabrication de laines de luxe s’étendit au Yorkshire, elle entra en compétition avec les industries établies de l’East Anglia et dut se faire une place sur un marché difficile et principalement tourné vers l’exportation. La durée de rotation du capital était un facteur de complexité supplémentaire qui impliquait la présence de négociants et de producteurs importants pour servir de catalyseurs aux marchés. La situation était la même pour l’industrie du coton dans le Lancashire. Dans le West Country, la production en masse de laines de qualité nécessitait un système capable de réguler la qualité et l’uniformité de la production, pour répondre à de grandes commandes. La structure artisanale du Yorkshire, par opposition, produisait (en général, mais pas seulement) des biens de qualité inférieure. Ailleurs, cependant, de petits industriels prospéraient, en particulier là où certains produits individuels ou en séries présentaient de fortes variations, et étaient distribués sur des marchés de niche, nationaux ou étrangers. Ce succès était souvent accentué par le développement de formes de production coopérative pour la mise en place de certains procédés. Ceux-ci donnaient de meilleurs résultats sur une grande échelle, comme le pré-cardage, le cardage et le foulage dans le West Yorkshire, par exemple, ou les meules publiques de Sheffield et l’industrie quincaillière de Birmingham qui fournissait le cuivre et le laiton.

12Ainsi, les études britanniques ont démontré la grande diversité de l’industrie rurale et son adaptabilité aux contextes des sociétés agraires locales. Les histoires agraires et les héritages institutionnels différents des régions et des localités contribuèrent fortement à créer les conditions de l’expansion des entreprises industrielles. Elles conditionnèrent la disponibilité du capital et de la main-d’œuvre, la réceptivité ou la résistance au changement, l’individualisme ou la coopération, les liens de famille, de parenté ou de voisinage. Tous ces éléments exercèrent une influence sur la forme et le succès des industries.

La dynamique des industries rurales

13La dynamique de l’industrie rurale a fait l’objet d’études approfondies ces dernières décennies, sa réalité s’inscrivant bien dans la théorie de la proto-industrialisation. Divers travaux ont montré que l’influence économique, sociale et démographique de la proto-industrie variait fortement selon les régions, et même selon les localités au sein des régions. Et en définitive, l’industrie rurale ne semble guère, voire jamais, avoir transformé les relations socio-économiques ou rurales de la manière suggérée par les modèles originaux. L’industrie se déployait, en effet, aux côtés – et non en remplacement – de l’agriculture, employant souvent une main-d’œuvre de sexe ou d’âge spécifique sous-utilisée dans les travaux ruraux, contribuant ainsi à la vitalité de l’agriculture et des communautés rurales, plutôt qu’à leur déchéance ou à leur transformation. Les éléments purement démographiques du modèle original ne sont pas plus convaincants, comme l’a souligné en tout premier lieu la littérature européenne du continent.

  • 5 G. Hohorst, Wirtschaftswachstum und Bevolkerungsentwicklung in Preussen 1816 bis 1914, New York, 1 (...)
  • 6 M. Mattmuller, Bevolkerungsgeschichte der Schweiz, Basel, 1987, p. 401 et s. ; A. Tanner, Spulen-W (...)
  • 7 F.M.M. Hendrickx, « In order not to fall in poverty », Production and reproduction in the transiti (...)

14Marco Belfanti, par exemple, a montré que des régions d’industrie textile dans le nord et le centre de l’Italie n’avaient pas connu la croissance démographique importante, ni la rupture sociale postulée par le modèle de Mendels. De même, ni l’industrie lainière de Verviers (Belgique) au XVIIIe siècle, ni l’industrie textile et sidérurgique de Hagen en Westphalie, un siècle plus tard, n’entraînèrent la croissance démographique liée à l’augmentation des taux de participation à l’industrie rurale suggérés par le modèle5. Dans certaines régions suisses, les régimes de forte pression démographique étaient associés à la proto-industrie, mais le facteur principal était le taux élevé de fertilité conjugale et de décès, non des changements dans les modes de nuptialité6. L’étude de Franciscus Martinus Maria Hendrickx menée sur le tissage dans la région de Twente, aux Pays-Bas, montre que ni la proto-industrie, ni l’industrialisation ultérieure, ni la désindustrialisation n’ont exercé d’influence profonde sur le comportement socio-sexuel. Hendrickx avance que dans cette région, la proto-industrie était une forme d’auto-organisation pour limiter la pauvreté, objectif atteint dans une certaine mesure en réduisant la mortalité des jeunes enfants et des nourrissons7.

  • 8 J. Schlumböhm, « Micro-history and the macro models », Lebensläufe, Familien, Höfe. die Bauern und (...)
  • 9 J.R. Lehning, Peasants of Marlhes. Economic development and family organization in nineteenth cent (...)
  • 10 J. Mokyr, Why Ireland starved, Londres, 1985 (2é éd), p. 54
  • 11 G.P. Sreenivasan, The Peasants of Ottobeuren 1487-1746 : a rural society in early modern Europe, C (...)

15Dans son étude sur la production de lin à Belm, Jürgen Schlumbohm a montré qu’il n’existait pas de lien manifeste entre le mariage, les ressources économiques et la formation de nouveaux foyers autosuffisants8. Les recherches de James R. Lehning sur la proto-industrie chez les paysans de Marlhes, près de Saint-Étienne, ont montré que la diversification de l’économie ne s’accompagnait pas de sa fragmentation, ni de celle des schémas reproductifs existants. Le travail de Paul G. Spagnoli sur Lille confirme l’absence de lien entre l’industrialisation et le mariage plus précoce, tandis que les travaux de Gay L. Gullickson sur Auffay ont démontré que l’âge du mariage était resté élevé jusque dans les années 1780, probablement parce que la manufacture à domicile, avant cette date, était limitée aux femmes9. Par ailleurs, en Irlande, l’industrialisation rurale peut avoir entraîné des mariages plus précoces chez les hommes, mais non chez les femmes10. Une étude plus récente de Govin P. Sreenivasan sur la paysannerie d’Ottobeuren au XVIe siècle a montré qu’il n’existait aucune réaction automatique ou homéostatique de la population à des variables économiques. Les mécanismes de pouvoir étaient d’une importance déterminante, en particulier la monétisation des relations familiales qui accompagna la croissance de la production de draps, et le passage de l’héritage partagé à la primogéniture (et non l’inverse, comme les chercheurs de Göttingen l’avaient supposé). Les paysans d’Ottobeuren, comme ailleurs, créaient leur propre histoire en réagissant aux opportunités, même si les résultats n’étaient pas toujours ceux qu’ils avaient prévus (ni les historiens, d’ailleurs)11.

  • 12 D. Levine, Family Formation in an Age of Nascent Capitalism, New York, 1977.
  • 13 K. Wrightson et D. Levine, Poverty and Piety in and English Village. Terling 1525-1700, New York, (...)
  • 14 R. Wall, « The household, demograhic and economic change in England », R. Wall, J. Robin et P. Las (...)
  • 15 C. Muldrew, « Th’ancient distaff and whirling Spindle : measuring the contribution of spinning to (...)
  • 16 K. Wrightson et D. Levine, Poverty and Piety in an English Village, Oxford, 1995.

16Les travaux britanniques sur la dynamique de proto-industrialisation, en particulier locale, se sont montrés moins riches sur le plan conceptuel et méthodologique que ceux du continent, à quelques exceptions près. L’une des premières études de David Levine sur Shepshed marqua la première étape essentielle de la recherche britannique concernant la formation de la famille proto-industrielle. Pourtant, l’échelle restreinte de ces recherches et les résultats reconstitués issus de villages similaires ou de communautés agricoles semblent interdire de généraliser les conclusions de Levine qui liait par un certain déterminisme la proto-industrialisation à l’expansion démographique12. L’abaissement de l’âge du mariage, dans les Midlands et ailleurs, semble la plupart du temps avoir précédé l’expansion industrielle, et résultait probablement de changements d’ordre agraire plutôt que proto-industriels13. Rien n’indique que la proto-industrie n’ait exercé une influence particulière, à plus grande échelle, sur le comportement démographique en Grande Bretagne. Richard Wall et Pam Sharpe ont de fait montré que les revenus des jeunes femmes pouvaient retarder le mariage en les gardant au foyer parental et en supprimant la nécessité économique du mariage14. Craig Muldrew a récemment suggéré que les revenus des fileuses, au milieu du XVIIIe siècle, ont encouragé à la fois un mariage plus tardif et le célibat15. Au sein de certaines communautés offrant peu d’emploi féminin, comme Terling dans l’Essex, l’âge au mariage des femmes est plus précoce que la moyenne ; ce fait illustre bien les variables affectant la nuptialité, indépendantes des opportunités de revenu offertes aux femmes16.

  • 17 P. Hudson et S. King, « Two textile townships c. 1680-1820 : a comparative demographic analysis »,(...)

17Les changements dans le domaine de la nuptialité semblent moins caractéristiques de la production artisanale qu’industrielle, comme l’a montré l’étude de Pat Hudson et Steve King sur deux agglomérations en voie d’industrialisation dans le Yorkshire17. Peter Kreidte, Hans Medick et Jürgen Schlumbohm ont toujours souligné que les variables organisationnelles, en particulier les conditions du Verlagsystem, par comparaison avec le Kaufsystem, ont probablement joué un rôle important – en raison du pouvoir des négociants et du crédit dans le système de puttingout, et des configurations changeantes de l’unité de travail familial. Le taux d’emploi des hommes comme des femmes au sein d’un foyer, ainsi que les possibilités de travail des enfants, qui variaient selon les produits et les processus utilisés, occupaient aussi une place importante dans les relations entre le secteur manufacturier rural, le comportement démographique et l’accumulation du capital, dans le Yorkshire et ailleurs.

  • 18 S.A. King, « Profitable pursuits : Death, illness and rural industry in Yorkshire and Lancashire 1 (...)
  • 19 D. Levine (dir.), Proletarianisation and family history, Orlando, 1984 ; Id., Reproducing Families (...)

18Steve King a montré que les évolutions des taux de mortalité ont pu jouer un rôle aussi important que le mariage dans la dynamique démographique de certaines localités proto-industrielles, malgré le régime de faible pression démographique de la Grande-Bretagne, comparé à celui du continent18. Il a également été suggéré que le degré de prolétarisation précoce d’une communauté, bien plus que la présence ou l’absence d’une industrie rurale, peut avoir modifié les comportements démographiques19. Ce fut certainement le cas dans les Midlands à partir du milieu du XVIIIe siècle, ainsi que dans le West Yorkshire. Les pratiques locales de la cour prénuptiale et du mariage, la composition des familles semblent ainsi avoir formé des constantes auxquelles le développement économique dut s’adapter – et non l’inverse.

  • 20 P. Sharpe, Population and Society in an East Devon Parish, Exeter, 2002.

19Le travail de Pam Sharpe sur Colyton, dans le Devon, souligne ce point. L’auteur montre que l’industrialisation du XVIIe siècle a contribué à juguler la croissance de la population, plutôt qu’à la libérer. La migration des femmes vers cette paroisse, en quête de travail dans la fabrication de dentelles et le filage de la laine, modifiait le ratio hommes/femmes, augmentait l’âge au mariage et diminuait le taux de mariage féminin. À la même époque, le taux de mortalité était élevé, conséquence de l’abaissement du niveau de vie et des maladies plus fréquentes chez les personnes employées dans le secteur industriel. Le contexte culturel était également important : la limitation des naissances faisait écho au non-conformisme religieux, et la culture locale, dans l’ensemble, encourageait l’autodiscipline, la probité et la sobriété. Au sein des classes moyennes, le puritanisme fournissait la base idéologique de la limitation des naissances, principalement dans un but de conservation patrimoniale. Au XVIIIe siècle, la désindustrialisation et l’involution économique s’accompagnèrent de l’émigration de familles riches, de la réduction du déséquilibre hommes/femmes et d’un abaissement important de l’âge au mariage pour les femmes qui ne disposaient plus d’une alternative à celui-ci, ayant perdu l’indépendance économique liée à la fabrication de dentelles. Le décollage démographique de Colyton, à partir des années 1780, est le résultat d’une mutation agricole associée à une immigration masculine, à l’aide accordée aux familles pauvres et, surtout, à un déclin de l’influence religieuse sur le choix des partenaires nuptiaux et l’âge au mariage20.

  • 21 K. Honeyman, Childworkers in England, 1780-1820. Parish Apprentices and the Making of the Early In (...)

20Depuis quelques décennies, l’historiographie britannique accorde un rôle plus important à l’action du gouvernement au niveau local et national dans le développement de l’industrie rurale. Cependant, nous manquons d’études locales détaillées, portant sur le secteur manufacturier par opposition aux paroisses agricoles ou urbaines ; il est donc plus difficile de discerner le fonctionnement pratique de ces interventions, en particulier dans leur rapport avec les industries rurales. C’est particulièrement vrai pour les administrations locales des secours aux pauvres, capables de renforcer l’industrie locale. Les apprentis indigents étaient souvent mis au travail dans les foyers manufacturiers, les secours étaient régulièrement fournis en nature (textiles, vêtements et autres biens fabriqués) et les asiles de pauvres eux-mêmes se livraient parfois à des activités industrielles. La relative difficulté d’être secouru dans certaines des zones manufacturières du Nord contribuait peut-être à abaisser les salaires et à pousser la main-d’œuvre vers l’industrie. Des études récentes sur le travail des enfants dans les industries rurales le confirment21.

  • 22 P.K. O’Brien, T. Griffiths et P. Hunt, « Political components of the industrial revolution : Parli (...)
  • 23 W. Ashworth, Customs and Excise : Trade, Protection and Consumption in England 1640-1845, Oxford, (...)

21L’État central jouait bien sûr un rôle industriel important par ses politiques de protectionnisme, de substitution des importations, de militarisme, de guerre navale et de douane. Ces interventions contribuèrent toutes, de façon déterminante, au succès des grands secteurs proto-industriels, en particulier des textiles, en étendant les marchés et en stimulant le développement de produits particuliers. Patrick O’Brien, Trevor Griffiths et Philippe Hunt ont montré le rôle essentiel de l’économie politique et de la régulation étatique dans la protection de l’industrie textile naissante du coton au XVIIIe siècle, et j’ai fait de même pour la laine22. Les recherches de William Ashworth sur l’histoire de l’Administration des Douanes et sur ses liens avec les débuts de l’industrialisation soulignent l’importance de la taxation. Même lorsque la motivation principale était l’accroissement du revenu étatique plutôt que la substitution d’importations, le pouvoir fiscal de l’État avait souvent des conséquences inattendues mais positives pour les industries rurales. En outre, l’État lui-même fournissait un marché pour de nombreux produits des manufactures rurales au XVIIIe siècle, des produits en métal aux munitions, des outils aux textiles23. Pour de nombreuses grandes industries, la clé du succès consistait à remporter un contrat public de fourniture textile pour les uniformes, ou de fer pour les munitions.

  • 24 S. Ogilvie, « Proto-industrialization in Europe », Continuity and Change, 1993. p. 159-180.

22Dans une critique de la littérature européenne sur les industries rurales datée des années 1990, Sheilag Ogilvie avançait que les institutions sociales locales occupaient une place prédominante dans les rapports avec les industries rurales : systèmes fonciers, guildes et compagnies, communautés locales et rôle de l’État24. Des recherches ultérieures ont montré qu’en Grande-Bretagne, tous ces facteurs avaient joué un rôle plus important que les caractéristiques propres à la proto-industrie ; ils sont désormais considérés comme l’élément essentiel de la dynamique des régions manufacturières.

  • 25 Observation suggérée par l’article de D.C. Coleman, « Protoindustrialisation : a concept too many  (...)

23Les industries rurales avaient une influence très diverse sur les populations locales. Il n’est donc guère étonnant que les régions proto-industrielles aient rarement joué un rôle moteur dans la transition vers la croissance économique moderne, et qu’elles n’aient pas produit les formes industrielles hautement rentables et productives que prédisait la théorie. C’est particulièrement clair en Angleterre, où seules quatre des dix principales régions proto-industrielles négocièrent avec succès leur entrée dans une ère de production fondée sur le charbon et l’urbanisation : le West Yorkshire, spécialisé en laines, le South Yorkshire, qui se concentrait sur les outils métalliques et en particulier la coutellerie, le sud du Lancashire, à la pointe de l’industrie textile moderne du coton, et les West Midlands qui produisaient une grande variété d’articles en métal, des outils aux bibelots et aux tabatières. Le sort de nombreuses anciennes régions proto-industrielles, comme le Weald du Kent, l’East Anglia et, par la suite, l’essentiel du West Country, fut la désindustrialisation25. Ce phénomène n’est peut-être étonnant que si nous attendons un développement uniforme et linaire, en lien avec les paradigmes modernisateurs et marxiens qui ont inspiré la théorisation de la proto-industrialisation. En réalité, les industries rurales s’étaient développées dans des contextes fort différents, avec des degrés de réussite à long terme très variables.

  • 26 E.L. Jones, Locating the industrial revolution : inducement and response, Singapour, 2012.

24Dans son dernier ouvrage26, Eric Jones s’est lui-même éloigné du paradigme de l’avantage comparatif qui caractérisait ses travaux précédents. Jones se demande ce qui a provoqué la désindustrialisation des régions méridionales, à l’activité manufacturière rurale et non mécanisée ; il étudie en particulier le Kent, le Hampshire et le Gloucestershire. Il souligne qu’à la fin du XVIIIe siècle, des centres manufacturiers récents ou anciens disparaissaient. Jones écarte les explications liées aux différences d’approvisionnement ou aux prix relatifs ; la résistance ouvrière ou l’absence d’inventivité étaient également peu importantes. De même, la réticence à baisser la qualité des produits, à les fabriquer en masse ou à modifier leur structure, ainsi que l’insuffisance de capitaux, sont considérés comme des explications inadéquates. Jones réfute particulièrement l’idée selon laquelle la qualité de la main-d’œuvre des régions rurales méridionales était intrinsèquement faible. L’affaiblissement des réseaux de producteurs et de négociants était souvent une conséquence du déclin plutôt que sa cause initiale, tout comme les guildes ou les restrictions commerciales, mais le talon d’Achille de l’industrie méridionale était surtout l’insuffisance de son innovation, conséquence d’un manque culturel d’investissement dans l’industrie.

Industries et culture rurale

  • 27 R. Braun, Industrialisierung und Volksleben. Die Veranderungen der Lebensformen in einem ländliche (...)

25Les éclairages interdisciplinaires offerts par la littérature sur la proto-industrie se sont révélés plus durables et intéressants que ses aspects téléologiques, sur le continent comme en Grande Bretagne. Nous disposons ainsi d’excellentes études sur les relations entre les évolutions agraires, l’activité manufacturière et le commerce, la vie de famille et la culture matérielle. Le message principal de ces travaux fait écho aux idées émises par Rudolf Braun dans son étude pionnière sur l’industrialisation des cantons suisses ruraux, publiée pour la première fois en 1960. Il y affirme que l’industrialisation rurale « n’a pas détruit les anciens artisanats, les modes et associations de travail (ni) déplacé les anciennes traditions, les coutumes et pratiques de longue date ou les formes communautaires traditionnelles ». La culture a bel et bien évolué sous l’influence de l’industrialisation, mais pas sous la forme de bouleversements ou de destructions, plutôt « dans l’idée qu’elle recevait une nouvelle forme ». Braun démontrait que l’industrie rurale avait stabilisé les communautés et permis aux gens de continuer à y vivre plutôt que d’émigrer à la recherche d’un travail. Les revenus de l’industrie ne coupaient pas les gens de la terre, mais les aidaient à conserver leurs biens et leurs domiciles, même s’ils étaient irrévocablement endettés, comme dans le cas des cantons suisses que Braun étudiait27.

  • 28 H. Medick, Weben und Uberleben in Laichingen, 1650-1900 : Lokalgeschichte als Allgemeine Geschicht (...)
  • 29 J. Schlumböhm, Lebensläufe, Familien, Höfe. Die Bauern und Heuerleute des Osnabrückischen Kirchspi (...)

26La recherche continentale, sous l’influence de l’histoire du quotidien et de l’approche micro-historique, a joué un rôle pionnier dans l’étude des industries rurales, des modes de vie et de la culture matérielle. Les travaux de Hans Medick sur le tissage et la vie quotidienne de 1650 à 1900 à Laichingen en Souabe, par exemple, montrent que la plupart des tisserands possédaient des terres, ce qui était essentiel pour qu’ils puissent survivre dans les périodes difficiles et accumuler des biens matériels. Aidés (plutôt que freinés) par leur guilde, les tisserands s’adaptaient aux opportunités commerciales, saisissaient rapidement le langage de l’économie de marché et rejetaient les prix coutumiers en faveur de prix négociés. Pourtant, leur but était de couvrir leurs coûts, de tirer un profit légitime et d’être libres de la « servitude » du travail salarié. Dans cette période importante d’expansion du tissage qu’est le XVIIIe siècle, la population totale demeurait stable, et l’augmentation des revenus ne faisait pas baisser l’âge du mariage : la fertilité restait élevée mais était compensée par une mortalité infantile supérieure à 40 %. La demande de main-d’œuvre féminine dans l’agriculture rendait plus difficile les soins aux enfants, et l’impact émotionnel de cette mortalité infantile élevée était adouci par le fatalisme religieux. La piété encourageait aussi une très forte auto-exploitation et une appétence pour le labeur qui, jointe à l’effort collectif et à des réseaux de crédit régionaux très particuliers, assurèrent la survie de cette culture de tisserands jusqu’au XXe siècle28. De même, l’étude de Jürgen Schlumbohm menée sur la fabrication de draps dans la paroisse de Belm, à Osnabrück, ne trouva aucune trace de l’émergence d’une société individualiste et tournée vers le capitalisme, malgré l’accroissement de l’activité. C’était chez les personnes les plus directement impliquées, les Heuerleute sans terre, que l’âge du premier mariage des femmes était le plus élevé. Malgré des inégalités économiques et sanitaires considérables entre les gros propriétaires fermiers et les sans terre, la communauté était marquée par l’interdépendance et la réciprocité plutôt que par un individualisme croissant29.

27Hans Medick se montre particulièrement intéressant dans son appréciation du rôle des vêtements dans la création d’une « culture de l’apparence », tant dans le domaine des affaires que dans la vie sociale. Les drapiers les moins aisés investissaient peu à peu davantage dans leurs habits ; ainsi, ils passaient du marron au bleu pour leurs manteaux du dimanche, ou rehaussaient leurs tenues de travail traditionnelles en y ajoutant des boutons d’argent plus festifs. Pourtant, ces évolutions respectaient la hiérarchie villageoise, plus qu’ils ne la remettaient en cause.

  • 30 P. Hudson, « The currency of cloth », article non publié pour les universités d’Exeter, Bristol et (...)

28Les vêtements jouaient aussi un rôle important dans les régions de manufacture textile du West Yorkshire. Les couleurs se firent plus vives dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le spectre gris-brun-blanc restait le plus courant pour les hommes de la classe laborieuse, mais cette tenue était souvent égayée par des gilets de velours, des pardessus bleus (ou gris ou marrons plus traditionnels), et divers mouchoirs colorés, pour la plupart rouges et bleus, unis, à carreaux ou imprimés. Peu d’hommes de la classe laborieuse sortaient sans foulard et chapeau. Les chapeaux étaient universels chez les hommes, la plupart en feutre sombre au début du XIXe siècle, voire avant, mais avec des différences marquées de rigidité, de taille et de rebord, selon le statut et l’activité. Les tabliers de lin étaient universels chez les femmes et les fillettes de la classe laborieuse. Ils protégeaient les autres habits, mais envoyaient aussi un signal concernant le statut, la propreté et la respectabilité. Au XVIIIe siècle, les couleurs des jupes gagnèrent en diversité, l’écarlate et les bleus étant les principales. Il était important de porter la bonne tenue le jour de l’embauche ; les vestiaires en tenaient compte et c’était l’une des raisons principales pour laquelle on secourait si souvent les jeunes gens, en particulier les femmes, en leur donnant des vêtements30.

  • 31 Leeds Intelligencer, 23 décembre 1755.
  • 32 WYJAS Calderdale FH 459/467, Richard Hill à George Stansfield, 7 mars 1774, de Boulogne.
  • 33 WYJAS Calderdale FH459/467, Hill à Stansfield, 1er septembre 1775, de San Sebastian.

29Les vêtements et la tenue correspondaient de plus en plus souvent aux diverses hiérarchies liées au statut et à l’activité. Avec les bonnes manières domestiques, le mobilier et l’art de recevoir, les habits devinrent partie intégrante d’une culture de la respectabilité et de l’apparence, essentielle pour la confiance en affaires. Il semble qu’une tenue appropriée était considérée comme si importante dans le commerce qu’on ne pouvait guère s’en dispenser. Un article dans le journal Leeds Intelligencer évoque des marchands de Lisbonne ramant à la rencontre des bateaux arrivant après le tremblement de terre de 1755. Ce n’était pas de la nourriture ou des produits de première nécessité qu’ils désiraient, mais des perruques, sans lesquelles ils ne pouvaient continuer à exercer31 ! Au XVIIIe siècle, les perruques distinguaient de plus en plus les marchands des simples artisans ou petits fabricants ; ceci étant, les raffinements de la mode pouvaient gêner le commerce si un négociant paraissait trop vaniteux. Dans les années 1770, George Stansfield, un important drapier, avait envoyé son agent, Richard Hill, dans le nord de la France. Il semble avoir compris l’importance d’une tenue correcte en affaires, tout comme son employeur qui lui avait demandé ce qu’il portait, craignant visiblement que Hill ait une tendance à l’ostentation. La réponse de son employé révèle un souci de paraître propre et sobre, tout en étant adéquatement vêtu. « Mes vêtements m’accompagnent […] il y a trois costumes décents et simples avec une belle épée, mon drap est modeste […] mes manchettes sont en batiste simple, mes bas de soie blanche sont bons mais d’une très mauvaise couleur […] je prendrai soin d’apparaître proprement mis en toute occasion, et vous pouvez être assuré que ma conduite se distinguera en tout par sa correction – quant aux habits que je porte à présent, je pense qu’ils s’accorderont fort bien au caractère d’un gentleman économe, et d’une fortune modérée32. » Hill écrivit par la suite, cette même année, qu’il « partageait les sentiments » de son employeur « quant aux vêtements », et qu’il ne portait jamais d’habits à dentelles33.

L’économie des salaires élevés et la révolution industrieuse

  • 34 R.C. Allen, The British industrial revolution in global perspective, Cambridge, 2009.
  • 35 R.C. Allen, « The great divergence in European wages and prices from the middle ages to the first (...)

30Les nouveaux travaux sur la révolution industrielle britannique ont été en grande partie menés à l’échelle nationale plutôt qu’au niveau régional et local où la plupart des industries rurales se développaient. Cependant, les dernières études menées au niveau national apportent une connaissance et une appréciation nouvelle d’un facteur essentiel : le rôle que jouèrent ces activités manufacturières non concentrées dans la croissance économique du pays, au début de l’Époque moderne. Selon un courant important de cette historiographie, les salaires britanniques étaient élevés par rapport à ceux de la plupart des pays européens et à ceux de la Chine, du Japon et de l’Inde. Cette économie de salaires élevés serait apparue dès le XIVe siècle, après la peste noire. Elle aurait décliné sous la pression démographique au XVIe siècle, même si les salaires londoniens restaient élevés, et cette tendance de la capitale se serait étendue au nord de l’Angleterre au cours du XVIIe siècle, encouragée par le ralentissement de la croissance démographique et les succès des Britanniques dans le commerce international. Une étape critique du développement de cette économie aurait été la croissance des nouvelles draperies à partir de la fin du XVIe siècle, et l’expansion de la Grande-Bretagne, devenant une puissante nation manufacturière et commerçante, soutenue par un État fiscal et militaire34. La croissance du commerce international, dans le domaine textile notamment, tendit les marchés du travail et améliora les revenus, tout d’abord à Londres et en East Anglia, puis dans les régions textiles du Nord. Les salaires élevés accrurent le marché des importations asiatiques et orientales que les producteurs britanniques imitèrent rapidement, surtout dans le textile mais aussi dans de nombreux autres secteurs comme la poterie ou les objets en métal. Ce processus d’innovation productive déclenché par l’imitation des importations fut parallèle à la croissance longue des salaires par rapport aux prix, incitant à innover en substituant le capital et l’énergie mécanique à la main-d’œuvre et aux outils manuels. Les innovations dans les domaines des produits et des processus se renforçaient mutuellement, toutes deux soutenues par un haut degré d’inventivité collective, concentrée à l’échelle régionale et locale35.

  • 36 J. de Vries, The Industrious Revolution. Consumer Behaviour and Household Economy 1650 to the pres (...)
  • 37 M. Overton et al., Production and Consumption in English Households, 1600-1750, Cambridge, 2004 ; (...)

31Dans une autre contribution capitale à l’historiographie nationale, Jan De Vries a avancé que la demande consumériste avait joué un rôle croissant dans les premières régions industrielles, en grande partie parce que l’essor des conventions, de la politesse et des bonnes manières était essentiel au succès commercial. À un niveau social moins élevé, les familles manufacturières décidaient de consacrer plus de temps au travail salarié pour réaliser des bénéfices optimaux, en termes de niveau de vie et de consommation. Ces évolutions étaient encouragées par la disponibilité des nouveaux biens manufacturés à un prix abordable. Pourtant, ces familles adaptaient constamment leur comportement, d’une manière allant bien au-delà des ajustements aux prix et aux salaires, afin d’améliorer leur spécialisation et donc leur productivité, tant sur le plan de la production que de la consommation36. Des études régionales récentes ont montré que la hausse de la consommation était un élément des zones rurales industrielles, en particulier là où les foyers avaient un bon revenu, et où les contacts se multipliaient avec les produits internationaux, comme dans le Kent, le Black Country, le Lancashire et le Yorkshire37.

  • 38 C. Muldrew, « Th’ancient distaff… », p. 498-526.

32La thèse de la révolution industrieuse a encouragé de nouvelles études sur les modes de consommation, les vêtements et les habitudes sociales dans les communautés manufacturières préindustrielles, mais elle a également suscité des travaux à grande échelle comme ceux de Craig Muldrew sur les origines du travail chez les fileuses. Celui-ci a récemment estimé qu’au milieu du XVIIIe siècle, le nombre des femmes et des enfants employés dans le filage avait atteint jusqu’à un million en Angleterre. Le filage de la laine peignée pour les nouvelles draperies exigeait un plus grand savoir-faire, et les salaires étaient en hausse, atteignant souvent plus du tiers du revenu des familles pauvres. Le nombre de fileuses s’accrut à la suite de décisions prises au niveau familial ; quittant le domaine de l’activité domestique de subsistance, cette main-d’œuvre permit à son tour de conserver des prix du textile abordables, en substitut à des biens produits à domicile38.

  • 39 http://www.hpss.geog.cam.ac.uk/research/projects/occupations/

33Cette multiplication impressionnante du nombre de fileuses, bien avant la période classique de la révolution industrielle, correspond aux nouveaux résultats du groupe de Cambridge sur l’évolution de la structure d’activité en Angleterre. Dans les régions septentrionales en voie d’industrialisation, cette grande évolution vers le secteur secondaire eut lieu vers 1650-1750, et ralentit même pendant quelques décennies ensuite. Les secteurs des services connurent une expansion plus régulière que l’industrie. En 1755, dans le Lancashire et le Yorkshire industriels, deux-tiers des adultes de sexe masculin étaient déjà employés dans le secteur secondaire. Bien sûr, le nombre d’emplois dans ce secteur augmenta énormément en termes absolus, à cause de la migration vers ces comtés, mais les migrants trouvèrent toutes sortes d’occupations, en particulier dans le tertiaire. Ce phénomène ressort clairement des études locales des communautés du Yorkshire en voie d’industrialisation, où la sophistication et la diversité croissantes du secteur tertiaire est réellement marquante à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Ainsi, nous savons qu’en 1750-1815, la croissance de l’emploi secondaire au niveau national était liée à des taux de croissance régionaux démographiques et migratoires différents, et non à des changements structurels au sein des régions industrielles. Cependant, dans certains comtés comme le Hertfordshire, le Northamptonshire et le Bedfordshire, l’emploi agricole augmenta en 1750-1830, à cause de l’effondrement des industries rurales ayant conduit à la désindustrialisation39. Dans les régions de campagnes industrielles et florissantes, la stabilité de la répartition par activité masque un changement structurel au niveau national ; elle témoigne d’une relation entre les industries rurales et l’industrialisation plutôt différente de celle que l’on imaginait dans les années 1980.

Industries rurales et nouvelle histoire mondiale

  • 40 T. Pennant, Tour in Scotland, 1770, vol. 3, p. 362.
  • 41 Chris Evans étudie un bon exemple de cette différenciation des produits en fonction des marchés in (...)

34Dans les années 1750, un commerce de tissu say bleu foncé fut développé avec la Guinée par des fabricants et négociants ruraux de la paroisse d’Halifax, dans le Yorkshire. Les marchandises étaient « empaquetées en pièces de 12 yards et demi de long, enroulées dans des toiles cirées peintes de nègres et d’éléphants pour captiver les natifs40 … ». Grâce à ces évolutions, tisserands, empaqueteurs, peintres, commerçants et transporteurs ruraux faisaient la connaissance des animaux, du climat, des couleurs et des goûts d’une culture lointaine. De même, la fabrication d’objets en métal développa, au XVIIIe siècle, une multitude de produits différents pour s’adapter à des marchés souvent lointains. Le matériel agricole à destination de différents marchés atlantiques était, par exemple, adapté à des topographies, des sols, des mains d’œuvre et des régimes agraires locaux différents. Les chaînes, les seaux, les houes et les clous n’étaient pas seulement vendus en quantité, mais aussi dans une grande variété de modèles. Les marchands et les fabricants de toutes les branches de l’industrie rurale prêtaient une vive attention aux besoins précis des consommateurs, sur les différents marchés41. Ils étaient les serviteurs du commerce international, tout comme ils en devenaient les maîtres.

  • 42 R. Bin Wong, China Transformed : Historical Change and the Limits of European Experience, New York (...)
  • 43 K. Pomeranz, The Great Divergence : China, Europe and the Making of the Modern World Economy (Prin (...)

35La littérature sur la proto-industrie a toujours considéré le rôle de la demande exogène comme un facteur de déclenchement essentiel, mais des réorientations récentes de notre approche de l’industrialisation britannique, sous l’influence de la nouvelle histoire globale, ont encore renforcé l’importance de cet élément. Il n’est plus acceptable d’écrire une histoire de l’industrialisation, en Grande-Bretagne ou ailleurs, en se concentrant seulement sur les facteurs endogènes ou l’étude de l’offre. Il est impossible d’étudier le processus d’industrialisation à une échelle autre qu’internationale, là où même les acteurs les plus puissants étaient aussi réactifs que proactifs. L’argumentation de Roy Bin Wong en faveur de la comparaison « réciproque » ou « mutuelle » est irréfutable42. La tâche de l’historien devrait consister à « chercher des absences, des accidents, et des obstacles qui ont détourné l’Angleterre d’un chemin qui aurait pu la faire ressembler davantage au delta du Yang Tsé ou au Gujarat ; il faut également se livrer à l’exercice plus habituel de recherche des blocages ayant empêché les zones non européennes de reproduire des évolutions européennes implicitement normalisées43 ».

  • 44 http://www.welshcopper.org.uk/en/

36Sous l’influence de cette nouvelle histoire globale, les recherches actuelles sur les industries rurales britanniques semblent privilégier trois champs principaux. D’abord, l’importance des liens commerciaux directs et des flux d’information entre les régions industrielles et des zones lointaines du globe, en d’autres termes, des liens qui contournaient le commerce intra-national. Cette perspective caractérise, par exemple, un nouveau projet à l’université de Swansea sur l’histoire mondiale du cuivre gallois. Dès les années 1720, la vallée de Swansea fournissait l’essentiel du cuivre fondu et travaillé, dont la quasi-totalité était exportée directement de Galles du Sud. Cette demande extérieure entraîna des innovations dans le domaine des processus et de la production, dans la vallée de Swansea et ailleurs44. Ensuite, des études soulignent le lien entre le commerce international et une industrie croissante. Par exemple, l’expansion rapide des exportations a joué un rôle dans la réallocation des emplois domestiques, comme le suppose Jan de Vries ; pourtant, il faut aussi tenir compte des importations manufacturées, qui encourageaient les innovations et les technologies des industries rurales, encourageant par-là même l’intensification du travail. Enfin, les recherches actuelles mettent en valeur le rôle du mercantilisme et de l’État fiscal militaire dans le soutien de certaines industries, que cela soit intentionnel ou non.

***

37Un article de cette brièveté ne saurait tenir compte de toutes les petites études locales qui enrichissent continuellement notre connaissance des activités et des contextes ruraux particuliers ; j’espère cependant avoir montré à la fois les principaux résultats des études sectorielles et monographiques, largement mis en valeur par les débats sur la proto-industrialisation, et les percées des recherches plus récentes, au-delà des littératures plus anciennes et largement nationales. Les micro-études économiques, démographiques, culturelles de l’industrie rurale ont décliné ces dernières années au profit de travaux plus larges, soulignant le rôle de la consommation, de l’intensification du travail, du commerce international et de l’État. Cependant, ces analyses plus vastes doivent beaucoup aux études locales qui les ont précédées, et n’auraient guère pu exister sans elles.

Notes

1 P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumböhm (dir.), Industrialisation before Industrialisation, Cambridge, 1981 ; F. Mendels, « Proto-industrialization : the first phase of the industrialization process », Journal of Economic History, 1972, p. 241-261. Sur certaines recherches européennes, de portée plus générale, menées à la suite de celles-ci, voir S.C. Ogilvie et M. Cerman (dir.), European Protoindustrialization, Cambridge, 1996.

2 Dans les années 1980, Mendels a été engagé par la Banque Mondiale comme conseiller pour la politique de développement.

3 E.L. Jones, The European Miracle : environments, economies and geopolitics in the history of Europe and Asia, Cambridge, 1987. Sur la spécialisation agricole et l’industrie rurale en Grande Bretagne, voir E.L. Jones, « The agricultural origins of industry », Past and Present, 1968, p. 58-71 ; Joan Thirsk, The Agrarian History of England and Wales, vol. V, 1, Regional Farming Systems, Cambridge, 1984 ; K.D.M. Snell, Annals of the Labouring Poor, Cambridge, 1985.

4 Pour une étude de cette littérature, voir Pat Hudson, « Proto-industrialization in England », S.C. Ogilvie et M. Cerman (dir.), European Protoindustrialization…, p. 49-66 ; Ead., « Industrial organisation and structure », R. Floud et P. Johnson (dir.), The Cambridge Economic History of Modern Britain, vol. 1, Industrialisation 1700-1860, p. 28-56.

5 G. Hohorst, Wirtschaftswachstum und Bevolkerungsentwicklung in Preussen 1816 bis 1914, New York, 1977, p. 208-227 ; M.P. Gutmann, « Proto-industrialisation and marriage ages in eastern Belgium », Annales de démographie historique, 1987, p 143-173 ; M.P. Guttman, Toward the Modern Economy. Early Industry in Europe 1500-1800, New York, 1988.

6 M. Mattmuller, Bevolkerungsgeschichte der Schweiz, Basel, 1987, p. 401 et s. ; A. Tanner, Spulen-Weben-Sticken. Die Industrialisierung in Appenzell Ausserrhoden, Zurich, 1992.

7 F.M.M. Hendrickx, « In order not to fall in poverty », Production and reproduction in the transition from protoindustry to factory industry in Borne and Wierden (Netherlands) 1800-1900, Askant, 1997.

8 J. Schlumböhm, « Micro-history and the macro models », Lebensläufe, Familien, Höfe. die Bauern und Heuerleute des Osnabrückischen Kirchspiels Belm in proto-industrieller Zeit, Göttingen, 1994.

9 J.R. Lehning, Peasants of Marlhes. Economic development and family organization in nineteenth century France, Londres 1980, p. 43. En 1841-1870, l’âge moyen du premier mariage était de 25,6 ans pour les femmes et 30,56 ans pour les hommes, contre 25,05 et 29,78 respectivement lors des trois décennies suivantes. P.G. Spagnoli, « Industrialisation, proletarianisation and marriage : a reconsideration », Journal of Family History 1983, p. 30-247. G. Gullickson, Spinners and weavers of Auffay, Cambridge, 1986. Sur ces recherches, et d’autres sur la France, lire l’excellente étude de G. Lewis, « Proto-industrialisation in France », Economic History Review, 1994, p. 150-164, qui affirme que les historiens de la France se sont montrés moins réticents que ceux de la Grande-Bretagne à adapter le concept originel et l’approche structuraliste de la théorie proto-industrielle, plutôt que d’utiliser simplement des études de cas pour découvrir leurs insuffisances, p. 162

10 J. Mokyr, Why Ireland starved, Londres, 1985 (2é éd), p. 54

11 G.P. Sreenivasan, The Peasants of Ottobeuren 1487-1746 : a rural society in early modern Europe, Cambridge, 2004.

12 D. Levine, Family Formation in an Age of Nascent Capitalism, New York, 1977.

13 K. Wrightson et D. Levine, Poverty and Piety in and English Village. Terling 1525-1700, New York, 1979.

14 R. Wall, « The household, demograhic and economic change in England », R. Wall, J. Robin et P. Laslett (dir.), Family Forms in Historic Europe, Cambridge, 1983 ; P. Sharpe, Population and Society in an East Devon Parish. Reproducing Colyton 1540-1840, Exeter, 2002.

15 C. Muldrew, « Th’ancient distaff and whirling Spindle : measuring the contribution of spinning to household earnings and the national economy in England, 1550-1770 », Economic History Review 2012, p. 498-526.

16 K. Wrightson et D. Levine, Poverty and Piety in an English Village, Oxford, 1995.

17 P. Hudson et S. King, « Two textile townships c. 1680-1820 : a comparative demographic analysis », Economic History Review, 2000, p. 706-741

18 S.A. King, « Profitable pursuits : Death, illness and rural industry in Yorkshire and Lancashire 1650-1830 », Local Population Studies, 1997, p. 26-40.

19 D. Levine (dir.), Proletarianisation and family history, Orlando, 1984 ; Id., Reproducing Families. The Political Economy of English Population History, Cambridge, 1987 ; W. Seccombe, Weathering the Storm : Working Class Families from the Industrial Revolution to the Fertility Decline, Londres, 1993.

20 P. Sharpe, Population and Society in an East Devon Parish, Exeter, 2002.

21 K. Honeyman, Childworkers in England, 1780-1820. Parish Apprentices and the Making of the Early Industrial Labour Force, Aldershot, 2007 ; J. Humphries, Childhood and child labour in the British Industrial Revolution, Cambridge, 2010.

22 P.K. O’Brien, T. Griffiths et P. Hunt, « Political components of the industrial revolution : Parliament and the English cotton textile industry, 1660-1774 », Economic History Review, 1991, p. 395-423 ; P. Hudson, « The limits of wooland the potential of cotton in the eighteenth and early nineteenth centuries », P. Parthasarathi et G. Riello (dir.), The Spinning World. A Global History of Cotton Textiles, 1200-1850, Oxford, 2009, p. 327-350.

23 W. Ashworth, Customs and Excise : Trade, Protection and Consumption in England 1640-1845, Oxford, 2003.

24 S. Ogilvie, « Proto-industrialization in Europe », Continuity and Change, 1993. p. 159-180.

25 Observation suggérée par l’article de D.C. Coleman, « Protoindustrialisation : a concept too many ? », Economic History Review, 1983, p. 435-48.

26 E.L. Jones, Locating the industrial revolution : inducement and response, Singapour, 2012.

27 R. Braun, Industrialisierung und Volksleben. Die Veranderungen der Lebensformen in einem ländlichen Industriegebiet vor 1800 (Zűrcher Overland), Zurich, 1960.

28 H. Medick, Weben und Uberleben in Laichingen, 1650-1900 : Lokalgeschichte als Allgemeine Geschichte, Göttingen, 1997.

29 J. Schlumböhm, Lebensläufe, Familien, Höfe. Die Bauern und Heuerleute des Osnabrückischen Kirchspiels Belm in proto-industrieller Zeit, Göttingen, 1994.

30 P. Hudson, « The currency of cloth », article non publié pour les universités d’Exeter, Bristol et Leeds, 2009-10.

31 Leeds Intelligencer, 23 décembre 1755.

32 WYJAS Calderdale FH 459/467, Richard Hill à George Stansfield, 7 mars 1774, de Boulogne.

33 WYJAS Calderdale FH459/467, Hill à Stansfield, 1er septembre 1775, de San Sebastian.

34 R.C. Allen, The British industrial revolution in global perspective, Cambridge, 2009.

35 R.C. Allen, « The great divergence in European wages and prices from the middle ages to the first world war », Explorations in Economic History, 2001, p. 411-447 ; Id., « Collective invention », Journal of Economic Behaviour and Organisation, 1983, p. 1-24.

36 J. de Vries, The Industrious Revolution. Consumer Behaviour and Household Economy 1650 to the present, Cambridge, 2008.

37 M. Overton et al., Production and Consumption in English Households, 1600-1750, Cambridge, 2004 ; L. Weatherill, Consumer Behaviour and Material Culture in Britain, Londres, 1996.

38 C. Muldrew, « Th’ancient distaff… », p. 498-526.

39 http://www.hpss.geog.cam.ac.uk/research/projects/occupations/

40 T. Pennant, Tour in Scotland, 1770, vol. 3, p. 362.

41 Chris Evans étudie un bon exemple de cette différenciation des produits en fonction des marchés internationaux : C. Evans, « The plantation hoe : the rise and fall of an Atlantic commodity », William and Mary Quarterly, 2012, p. 71-100.

42 R. Bin Wong, China Transformed : Historical Change and the Limits of European Experience, New York, 2000.

43 K. Pomeranz, The Great Divergence : China, Europe and the Making of the Modern World Economy (Princeton 2000), cité par P. Parthasarathi, « The great divergence », Past and Present, 2002, p. 277.

44 http://www.welshcopper.org.uk/en/

Auteur

Professeur émérite, université de Cardiff, et Honorary Research Fellow, London School of Economics.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search