Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Les industries rurales dans le Sud-Ouest de la France au xviiie siècle

Jean-Pierre Poussou

Texte intégral

  • 1 Trois articles de F. Mendels doivent être retenus ici : F. Mendels, « Proto-industrialization. The (...)
  • 2 Après notamment Henri Sée, Émile Coornaert en a souligné l’importance voici un demi-siècle : « La s (...)
  • 3 Le problème est d’autant plus crucial que, dans l’ouvrage qui est, à mon sens, la meilleure étude s (...)
  • 4 Par exemple, l’inspecteur des manufactures de la généralité d’Auch, Lauvergnas, dénombre, en 1784, (...)
  • 5 Ce qui ne constitue pas une expression très heureuse, la notion d’exportation méritant d’être situé (...)
  • 6 A. Belmont, Des ateliers au village…, t. I, p. 128.

1Dans une grande partie de l’Europe, les industries rurales connurent, on le sait, une très grande extension. L’invention du concept de proto-industrialisation par Franklin Mendels leur a donné un rôle majeur1 en les assimilant à de vastes zones d’industries, surtout textiles, dominées par le négoce et les maîtres de métiers urbains pour qui travaillaient des milliers de membres de familles rurales. On peut aussi, et c’est ce que je ferai ici, avec pour conséquence que j’examinerai de deux manières la notion d’industries rurales, envisager l’existence de celles-ci à un niveau bien inférieur : l’industrie rurale est alors toute activité de transformation s’exerçant à la campagne2. Mais cela soulève une question fondamentale : quelle différence peut-on faire avec un simple artisanat rural3 ? Il me semble qu’elle est essentiellement quantitative : lorsque dans un village ou un ensemble de villages, nombreux sont ceux qui s’adonnent à une activité de transformation, nous pouvons parler d’industrie rurale4. La marge de manœuvre est cependant ténue et, dans certains cas, l’interrogation est de mise, mais un bon critère de différenciation est l’orientation de ces artisans vers la vente à l’extérieur du village. Ce sont eux qu’Alain Belmont appelle des « artisans exportateurs5 », c’est-à-dire ceux se livrant à des activités « dont la production était avant tout destinée à être exportée au-delà des limites du village6 ». Mais cela ne résout pas tout : quel est, en particulier, le cas de la meunerie ? Au niveau de chaque meunier de village, il ne s’agit évidemment pas d’industrie, mais lorsque l’on a affaire à des centaines de moulins, peut-on refuser de parler d’industrie rurale ? En outre, n’oublions pas que l’expression peut s’entendre de deux manières différentes : d’un côté, des activités de transformation pratiquées par des ruraux ; de l’autre, des industries situées à la campagne, notamment parce que les conditions géographiques y obligent – par exemple, pour les forges.

  • 7 Néanmoins, je n’ai pas eu la possibilité d’aller consulter les mémoires de maîtrise toulousains et (...)

2Ce sont ces activités que je vais étudier dans le cadre géographique que constitue le Sud-Ouest de la France au XVIIIe siècle. Il s’agit d’une Aquitaine élargie qui, comme ce fut le cas dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, correspond à l’aire d’influence de Bordeaux : ce Sud-Ouest va donc jusqu’aux portes de Toulouse puisqu’il englobe les deux Quercy, le Comminges, la Gascogne et le comté de Bigorre. J’avais abordé ce domaine à l’occasion des recherches pour ma thèse de doctorat, et je n’ai jamais cessé de m’y intéresser depuis. La vue générale que je vais m’efforcer de présenter est donc aussi vaste que possible, avec un dépouillement quasiment exhaustif des revues régionales et locales7.

  • 8 Cette carte qui est une réelle nouveauté et qui me paraît permettre un regard d’ensemble très fécon (...)
  • 9 Dans le rapport qu’ils remirent en 1741 à M. de Serilly, intendant de la généralité d’Auch, les rec (...)
  • 10 On y trouvait, certes, un grand nombre de tonneliers mais il paraît difficile d’employer globalemen (...)
  • 11 Voir dans le présent ouvrage les excellentes mises au point de Pat Hudson et de Jacques Bottin.

3Le verdict global, que vient résumer la carte que je propose8, est clair : nous sommes devant un ensemble régional dans lequel la proto-industrialisation n’a joué qu’un rôle minime, à la fois parce qu’il fut bref, et parce que, contrairement à ce qu’a écrit Émile Coornaert, de vastes parties de cet ensemble géographique, en particulier son centre gascon9 et l’ensemble des régions de vignobles, ne la connurent jamais et n’eurent pratiquement pas d’industries rurales, la meunerie exceptée10. On pourrait, en un sens, y trouver une confirmation du lien que Franklin Mendels établissait entre les régions de proto-industrialisation et les futures régions industrielles, si l’on ne savait que globalement cela ne fonctionne pas11. Les exemples relevant de la proto-industrialisation sont très peu nombreux : une partie du textile béarnais, la région de Montauban, un temps celles d’Agen et de Tonneins, avec une interrogation pour les parties septentrionale et méridionale du Périgord où, en effet, les multiples petits cours d’eau ont permis l’implantation de papeteries, de moulins, d’usines textiles et de forges, car, si l’on ajoute à celles-ci l’activité minière, on voit que l’on est en présence d’un ensemble qui rappelle ce que l’on trouve aussi bien dans de nombreuses régions d’Angleterre qu’en Champagne humide. Mais il ne s’agit réellement là que d’une partie réduite de l’ensemble régional considéré.

Moulins, moulines et forges

  • 12 « Mémoire statistique du département du Gers », 1806. A.N., F20-192.
  • 13 Il pouvait cependant exister des fourneaux sur les plateaux, tout près des minières : voir J. Cubel (...)
  • 14 L. Bourrachot, « Les anciennes forges de l’Agenais », Villeneuve-sur-Lot et l’Agenais, Agen, 1962, (...)
  • 15 J. Cubelier de Beynac, « Énergie et industrie dans la vallée de Manaurie », Périgueux et le Périgor (...)
  • 16 V. Joineau, Étude technique et économique d’une activité industrielle rurale : les moulins de l’Ent (...)
  • 17 M. Figeac-Monthus, Les Lur-Saluces d’Yquem, de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle, Bo (...)
  • 18 Je ne les ai bien sûr pas fait entrer dans mon exposé. On n’oubliera pas pour autant leur très gran (...)

4Ceci étant, il est évident que, dans le Sud-Ouest comme ailleurs, toute possibilité d’utiliser la force motrice des cours d’eau était mise en œuvre. Sur le moindre ruisseau, il y avait donc une succession étonnante de moulins, sans que cela débouche forcément sur une activité industrielle à proprement parler. C’est ainsi que, soulignant le très grand nombre de moulins – plusieurs centaines – dans l’actuel département du Gers, le préfet Balguerie explique qu’ils ne peuvent pas tourner « depuis la moitié de l’été jusques à la moitié de l’automne12 » ; l’hiver, si le froid est trop vif, il en va de même, ce qui constitue une limite considérable à leur fonctionnement. Le Périgord est beaucoup plus arrosé, surtout sur ses marges limousines ; les moulins de toute sorte et les forges s’y succèdent donc, les ruisseaux en portant tous les kilomètres et même parfois moins13. Dans le pays au Bois de Belvès, partagé entre le Périgord et l’Agenais, les petites vallées de la Lède et de la Lémance ont vu l’installation d’une quinzaine de papeteries, d’une industrie verrière, d’un martinet à cuivre, de deux moulines et de huit forges. En 1839 encore, le Dropt, petit affluent du Lot, fait mouvoir 30 moulins à blé, et son affluent, la Lède, 39, auxquels s’ajoutent quatre papeteries, une forge, huit foulons, deux pressoirs à huile14. Jean Cubelier de Beynac, a pris l’exemple du ruisseau de Manaurie, près des Eyzies : sur moins de 20 km, ce petit affluent de la Vézère supporte huit forges, deux moulins à foulon et une vingtaine de moulins à blé ou à huile15. Mais ici se situe une des difficultés du sujet : si pour les forges ou les papeteries, l’emploi de l’expression « activité industrielle » est justifié, en va-t-il de même pour les moulins à blé ? Ne sommes-nous pas devant une forme d’artisanat ? Pour sa part, l’auteur d’une thèse récente consacrée aux moulins de l’Entre-deux-Mers bordelais, Vincent Joineau, n’a pas hésité à parler d’une « activité industrielle rurale ». Il a pu retrouver, pour cette petite région, 205 moulins à eau et 148 à vent : l’ensemble est tel que l’emploi de l’expression apparaît tout à fait justifié. L’étude technique de ces moulins montre également que nous sommes au-delà d’un simple artisanat16. On a par ailleurs, même en dehors d’une ville comme Montauban où la meunerie a une dimension industrielle incontestable, des moulins qui en relèvent à l’évidence : ainsi, les moulins de Pernaud et de Sanches, sur le Ciron, près de Barsac, qui appartiennent aux Lur-Saluces17. De tout cela, je serais enclin à tirer la conclusion qu’au niveau régional, la meunerie est une activité industrielle partout présente dans la campagne. Risquons une évaluation : en dehors même des grands centres comme Nérac ou Montauban18, il y a sans doute dans le Sud-Ouest plus de 5 000 moulins au XVIIIe et au début du XIXe siècle.

  • 19 B. Gille, Les forges françaises en 1772, Paris, 1960.
  • 20 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, Paris, 1920. Les résultat (...)
  • 21 Sur Uza, voir M. Figeac-Monthus, « Les Forges d’Uza au XVIIIe siècle, dans le Sud-Ouest : un exempl (...)
  • 22 Il faut leur ajouter la forge d’Abbesse, près de Dax : elle exploitait un minerai tiré de la garluc (...)
  • 23 Le texte fondamental reste celui de R. Pijassou, « L’ancienne industrie du fer dans le Périgord sep (...)
  • 24 Mais, une fois créées, elles bougèrent rarement, ce qui fit assez souvent des difficultés de transp (...)
  • 25 Tel est le cas de mines de fer du Faureau, près d’Excideuil : voir F.A. Boddart, « Les mines de fer (...)
  • 26 Voir l’excellent ouvrage d’Y. Lamy, Hommes du fer en Périgord au XIXe siècle, Lyon, 1987, p. 10-28 (...)
  • 27 Voir le petit livre passionnant de L. Queyroi, La route des canons en Périgord aux XVIIe et XVIIIe  (...)
  • 28 Ainsi, au Bandiat, Blanchard de Sainte-Catherine n’emploie que 40 à 60 ouvriers spécialisés, mais i (...)
  • 29 Au début du règne personnel de Louis XIV, Jean Bertin, homme d’affaires de François d’Hautefort, s’ (...)
  • 30 Ibid., p. 54-55.
  • 31 E. Peyronnet, Les anciennes forges du Périgord, Bordeaux, 1958, p. 59-62.
  • 32 D. Bougrat, Les Laulanié, maîtres de forges en Périgord, 1756-1793, maîtrise, Bordeaux III, 2001.
  • 33 L. Bourrachot, « Les anciennes forges de l’Agenais », Villeneuve-sur-Lot et l’Agenais, Agen, 1962, (...)
  • 34 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 219.
  • 35 B. Gille, Les forges françaises en 1772…, p. 80.
  • 36 Ibid., p. 181-182.

5Mais, en dehors de cette thèse, l’histoire des différents moulins des innombrables ruisseaux du Sud-Ouest reste mal connue. Au contraire, les mines et les forges ont fortement attiré l’attention, tout particulièrement pour le Périgord et nous disposons d’une bonne bibliographie dont les éléments essentiels sont constitués par la publication, par Bertrand Gille, de la grande enquête de 1772 sur les forges et la production sidérurgique19 et par l’édition, par Hubert Bourgin, de l’enquête menée en 1788-1789 par le Bureau du commerce sur « les usines et manufactures à feu20 ». Ce ne sont le plus souvent que de petites unités, dont beaucoup ne travaillent plus ou ne le font que partiellement, et il faut opposer la plus grande partie de cette métallurgie périgourdine aux grandes forges de Ruelle, en Charente, ou à celles d’Uza, dans les Landes, à la limite entre les pays de Born et de Marensin. Celles-ci, refondées à une autre échelle en 1759, fonctionnent avec 210 à 230 ouvriers, dont la majeure partie, les charbonniers, voituriers et mineurs, se trouvent « dans la forêt et dans les champs21 ». Elles produisent notamment des boulets pour la Marine, alors que celles de Pontenx, créées aussitôt après – en 1762 – se sont spécialisées dans la poterie de fer et les chaudières à sucre22. Le Périgord septentrional – ou Nontronnais – est un grand centre d’industrie du fer23 avec, par exemple, au Bandiat, à La Chapelle-Saint-Robert, près de Nontron, deux hauts fourneaux jumelés où sont produits des canons de marine pour Rochefort qui ne sont supplantés, après 1750, que par ceux de Ruelle. Il y avait dans le nord du comté 30 hauts fourneaux et 60 feux d’affinage représentant le vingtième des usines à fer du royaume, et 24 dans le sud. Il s’agit bien d’une industrie rurale, reposant sur un très grand nombre de sites, car ce sont des minières de petites dimensions, toujours à ciel ouvert, à proximité desquelles s’implantèrent au début les forges pour diminuer le coût et les difficultés du transport24. Ce ne sont la plupart du temps que des poches de minerai ou des affleurements que l’on peut qualifier de superficiels, au point d’ailleurs qu’une partie du minerai de fer travaillé en Périgord est constituée de nodules que ramasse une main-d’œuvre rurale non spécialisée. Rares en effet sont les gisements miniers ou les mines d’une certaine importance dans cette région du Sud-Ouest25. C’est pourquoi seuls quelques établissements métallurgiques se situent à un haut niveau, comme Le Bandiat, Savignac-Lédrier26, ou encore, hors du Nontronnais, Ans, près d’Hautefort. Les fourneaux fonctionnent bien sûr au bois et il n’y a qu’un petit nombre d’ouvriers métallurgistes spécialisés : une cinquantaine pour les grosses forges, une dizaine – et même moins – ailleurs ; elles font donc appel à un nombre beaucoup plus élevé « d’externes », qui travaillent à extraire le minerai, à produire du charbon, ou à assurer les transports ; ceux-ci peuvent être considérables : de 1762 à 1772, 1 200 canons sont expédiés du Bandiat à Ruelle27 et, pour cet ensemble métallurgique du Périgord, l’on peut évaluer le nombre des « externes », dont le travail n’est souvent que saisonnier, à plusieurs milliers28. Quelques noms importants sont associés à ces activités, notamment ceux des Bertin29, des Lapouge30, ou de Blanchard de Sainte-Catherine31. Les forges du Sarladais sont de bien moindres dimensions, même s’il leur arrive d’aller au-delà des productions habituelles – chaudières pour le sucre des Antilles, tambours de moulins à sucre, pioches, plaques foyères, marmites, fer pour les serruriers ou les maréchaux-ferrants – pour répondre aux besoins de la Marine, au moment des guerres, en fabriquant alors des canons et des boulets. C’est le cas d’une importante famille de maîtres de forges de petite noblesse, les Laulanié, qui possédent plusieurs établissements, essentiellement autour de Beaumont-du-Périgord32. Il est vrai que la partie méridionale du Périgord – ce que l’on retrouve dans l’Agenais proche dont la partie nord-orientale doit être liée à la métallurgie du Périgord méridional33 – ne manque ni de gisements de fer nombreux – mais peu importants – ni de superficies boisées qui fournissent du combustible. On est cependant à un niveau bien médiocre, comme ce feu à forge de La Mouline, à Villefranche-du-Périgord, où n’interviennent que cinq ouvriers34, alors qu’à Étouars, dans le nord du Périgord, il y en a 90. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, toutes ces forges souffrent d’un manque de combustible tel qu’en 1772 il est noté dans l’enquête que « les forges à fonte ne travaillent que rarement et environ de trois en trois ans ; et les forges à fer battu qui consomment beaucoup moins que les autres, ne travaillent qu’environ la moitié de l’année ». Leur situation n’a donc rien de comparable avec la métallurgie du Nontronnais35. Il en va de même tout près, en Quercy, où les quatre forges des environs de Puy-l’Évêque sont d’une importance très médiocre et où seule celle de Bourjolles, près de Souillac, a une production notable36.

  • 37 On partira des pages très synthétiques et de l’excellente bibliographie de C. Desplat, « Mines et m (...)
  • 38 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle », Bull. de la Société des science (...)
  • 39 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne… », p. 433-434.
  • 40 J. Francez, « À propos de quelques fonderies de la vallée de la Neste et d’Esparros », Gens et Chos (...)
  • 41 J. Tambon, Du fer, des mines, des forges et des hommes en Comminges et en Couserans, Estadens, 2005 (...)
  • 42 F. Auricoste, Histoire des artisans quercynois aux XVIIe et XVIIIe siècles, Cahors, 2000, p. 93-105 (...)
  • 43 L. Bourrachot, « Les anciennes forges et les martinets à cuivre dans la région de Casteljaloux », C (...)

6À côté de cette métallurgie périgourdine dont une partie est d’envergure nationale, celle que l’on trouve dans le reste du Sud-Ouest, à l’exception d’Uza et de la vallée de Baïgorry, est beaucoup moins importante. Elle se situe essentiellement dans la bordure pyrénéenne et ses abords37. Ainsi, il y a dans le Labourd, à Labastide-Clairence, Bidache, Cambo, Saint-Pée, Saint-Pierre-d’Irube, Espelette, « quantité de petites fabriques de clous, de “ferrements” et d’outils ; ils sont vendus surtout en Espagne38 ». La grosse forge de Saint-Étienne-de Baïgorry fabrique des canons et des boulets ; on y trouve également, à Banca, une mine et une fonderie de cuivre, travaillant pour la Marine, qui emploie plus de 230 personnes au milieu du XVIIIe siècle39. Dans la vallée de la Neste (Hautes-Pyrénées) il y a cinq fonderies aux XVIIe et XVIIIe siècles, dont celle de Rebouc qui paraît relativement importante40. Existe aussi tout un ensemble de forges, essentiellement à la catalane, en Comminges et en Couserans, dans les vallées de la Garonne et du Salat41. En Quercy, il faut également faire une place à des spécialisations villageoises qui peuvent être retenues comme activités industrielles relevant d’une métallurgie rurale : ce sont les cloutiers de Cassagnes, Frayssinet-le-Gélat et Goujounac42, sans oublier, en Albret, un groupement de forges à fer et de martinets à cuivre autour de Casteljaloux43.

  • 44 Toutes les strates de la noblesse sont représentées, même si les plus gros établissements sont pour (...)
  • 45 C’est le cas pour le sidérolithique du bois de Belvès qui a permis la naissance des forges des vall (...)
  • 46 Sur les conditions de travail des forges, voir D. Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pend (...)
  • 47 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 234.
  • 48 J. Robert, « Une forge de l’ancien duché de Gramont… ».
  • 49 D. Bougrat, Les Laulanié, maîtres de forges…, p. 68.
  • 50 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 352.
  • 51 Ibid., p. 121.
  • 52 Citons notamment : celle intitulée « Le foyer métallurgique du Nontronnais », dans R. Pijassou « L’ (...)

7Globalement, ces établissements métallurgiques – dont environ les trois quarts appartiennent à la noblesse44 – sont avant tout liés à la présence du minerai de fer qui existe sous la forme de gisements ou de poches45. Le problème est donc de disposer de suffisamment de bois pour l’exploitation, ce qui souvent n’est pas le cas46 : ainsi, la forge de Blanquefort, dans la vallée de la Briolance, près de Fumel, ne peut « travailler que la moitié de l’année à cause de la rareté de ce combustible », et celle de Sauveterre-la-Lémance ne fonctionne plus depuis 20 ans, « faute de bois47 ». Parfois, d’ailleurs, c’est l’importance des ressources en bois qui a entraîné l’implantation d’un établissement, telle la forge de Came, près de Bidache, à partir du début du XVIIe siècle ; située à l’extrémité de la forêt de Mixe, elle fait venir du fer espagnol que l’on transporte sur la Bidouze, mais le manque de bois fait qu’elle s’arrête à la fin du XVIIe siècle48. La force hydraulique également peut faire défaut : la forge d’Échaux ne peut faire pendant l’année que deux « fondages » de quatre mois chacun ; en Sarladais, les fourneaux des Laulanié ne travaillent que de février-mars à juillet, s’arrêtent ensuite à cause des basses eaux, reprennent en octobre pour deux à trois mois, mais ne peuvent plus fonctionner pendant l’hiver, car les eaux sont trop grosses49. On comprend mieux à la fois pourquoi beaucoup de ces établissements métallurgiques ne sont que de petites dimensions – par exemple, le mémoire rédigé à la suite de l’enquête de 1788 souligne que presque tous les établissements de la généralité de Bayonne, « les forges d’Asson exceptées, sont peu importants et ont perdu de leur consistance50 » – et pourquoi, à chaque époque on constate qu’un grand nombre ne fonctionne pas, parfois depuis longtemps. Un autre rapport rédigé pour la même enquête se conclut ainsi : « Tout ce que l’on a pu savoir relativement aux forges établies dans la subdélégation de Nontron, c’est que des 29 qui y existaient depuis 40 à 45 ans, il n’y en a plus que 1451. » Les cartes de ces industries qui ont été publiées, posent donc un problème méthodologique : ce sont des cartes de localisation, qui peuvent être impressionnantes par le nombre de sites qu’elles signalent, mais qui biaisent les réalités économiques car, à une date donnée, nombre d’établissements répertoriés ne fonctionnent pas52.

Un ensemble très varié et très inégal d’industries textiles rurales

  • 53 G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, 1961, p. 18.
  • 54 J. Dumonteil, « La crise du commerce et de l’artisanat textile à Oloron, vue par ses négociants (fi (...)
  • 55 Ce sont des étoffes de bure assez grossière, servant à confectionner les manteaux à col. On utilisa (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 G. Anthony, L’industrie de la toile…
  • 58 Il écrit que « dans le petit bourg de Nay, on tisse de la bonneterie et différents lainages. On y f (...)
  • 59 Mémoire de tournée de l’inspecteur des manufactures Bertrand Carget, sans doute d’avril 1783, A. D. (...)
  • 60 Ibid., p. 1-145.
  • 61 O. Viennet (éd.), Une enquête économique dans la France impériale…, p. 111.
  • 62 J.F. Le Nail, J.F. Soulet, Bigorre et Quatre Vallées, Pau, 1981, t. I, p. 265-267. On y trouvait au (...)

8Dans le domaine textile, la continuité n’a pas été non plus la règle dans de nombreux cas. Il est vrai que les industries textiles rurales n’ont eu dans le Sud-Ouest ni l’importance ni l’extension qui fut la leur en Beauvaisis ou dans la région proche de Carcassonne. Elles n’en ont pas moins existé de manière durable dans une partie de notre région. D’une part, nous avons autour d’Oloron une industrie lainière active, travaillant à partir des laines d’Espagne et de celles du pays. En difficulté à la fin du XVIIe siècle, pour Geneviève Anthony qui cite un Mémoire des Négociants d’Oloron sur le Commerce avec l’Espagne de 1786, elle aurait redémarré à partir de 1720 « avec l’introduction de quarante métiers à bas53 », mais, avec raison, Jacques Dumonteil a critiqué ce point de vue : « La fabrication des bas au métier, à Oloron, est plus ancienne », et remonte au moins à la fin du XVIIe siècle54. Ce qui est certain, c’est que l’on a là une « fabrique » de petites dimensions, mais d’une importance non négligeable puisque l’on serait passé de plus de 1 300 ouvriers – dont les deux tiers dans les villages autour d’Oloron – à quelques milliers à la fin des années 1770. Il ne s’agit plus simplement de ces tissus relativement grossiers que sont les cordeillats55, dont la clientèle est essentiellement régionale mais, surtout à partir du milieu du siècle, de bas, et plus secondairement « de petites étoffes de flanelle nommées jupes de Béarn » utilisant le lin du pays. Cette industrie, très majoritairement rurale, a été fortement touchée par les mesures protectionnistes espagnoles56. Toujours en Béarn, au XVIIIe siècle, « à Nay, on rénove la fabrication des cadis, d’une excellente qualité, et la ville redevient un important centre textile qui rayonne sur les villages environnants. Pontacq, Rébénacq, Orthez reprennent aussi quelque activité57 » ; Nay fabrique des « bonnets à la façon de Tunis », en coton. On sait qu’il y avait une vingtaine de fabriques de chapeaux, mais l’on a peu de renseignements. Ce qui est sûr, c’est que l’activité de Nay existait encore en 1809, comme le montre le voyage d’enquête économique du Hambourgeois Philippe-André Nemnich58. D’autres localités méritent d’être citées, comme Bruges, où il se « fabrique beaucoup d’étoffes grossières qu’on nomme “aunes”, desquelles on fait les capes pour les paysans », ou Pontacq, qui est « le lieu où l’on fabrique les capes et où sont portées presque toutes les étoffes appelées aunes59 ». Pau était aussi le centre directeur d’une active industrie de la toile. Son existence est ancienne, mais elle ne prend son essor qu’après 1750, notamment sous l’impulsion des frères Damborgèz, originaires de Salies-de-Béarn. Elle associe des fabrications de toiles de lin et de coton. D’après l’Annuaire du département des Basses-Pyrénées pour l’an XI, il y aurait eu 5 000 fileuses de lin en 1803. La production la plus réputée est celle des « mouchoirs de Béarn », se partageant pour l’essentiel entre ceux à fond blanc et ceux à fond bleu. En dehors de Pau, où les tisserands sont nombreux – environ 300 – on en trouve autour de 1 500 répartis en trois groupes : les villages des environs de Pau (Bizanos, Billère, Lescar, Lons, Morlaas), la région d’Asson-Coarraze, la région de Lestelle, avec des prolongements dans la Bigorre voisine, en vallée de Lavedan, et à Saint-Pé-de-Bigorre. Toujours d’après l’Annuaire de l’an XI, au début des années 1780 il se serait fabriqué 60 000 douzaines de mouchoirs par an et quelques millions de toiles de lin. Les productions partent essentiellement vers l’Espagne, qui préfère « les mouchoirs blancs en lin bordés de larges bandes de coton rouge », et vers Bordeaux ; le grand port girondin en envoie beaucoup aux Antilles, une part minoritaire se vendant par Bayonne60. Tout un travail de la laine, enfin, se fait autour de Bagnères-de-Bigorre : « Les femmes du peuple [des campagnes environnantes] sont très industrieuses ; dès une heure du matin, elles portent leurs paquets à vendre à la ville et reviennent occupées avec leurs quenouilles. Les articles sont : cadis, tissu grossier pour les paysans et qui, étant donnée sa grande perfection, va aussi à Bordeaux et en Bretagne ; tricots ou tissus de laine tricotée, en toutes sortes de formes, et pour toute destination ; crépons de toutes couleurs et schalls de crépon, expédiés à Paris et en Italie ; reversés et autres tissus. Pour tous ces articles, on utilise la laine du pays. On en fait venir d’Espagne, pour l’intérieur de la France. Enfin, on fabrique, en quantités considérables, des bas de lin, de laine et de coton61. » Autour de Bagnères et dans la vallée de Campan, il y aurait eu plus de 6 000 fileuses, et la vallée d’Aure aurait compté plus de 1 000 métiers à tisser62.

  • 63 Par exemple, à Montsaunès où, aux dires du subdélégué, en 1788 (sans doute), il n’y a que « quelque (...)
  • 64 Pour tout ce développement, voir J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? Origin (...)
  • 65 C. Anglade, Villeneuve-de-Rivière : la population et les ressources d’un village du Comminges, de l (...)
  • 66 Ibid., p. 128.
  • 67 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?…, p. 54.

9On peut rapprocher du textile béarnais et bigourdan les fabrications commingeoises. L’industrie y est ancienne – au moins de la seconde moitié du XVIe siècle –, elle travaille des laines locales mais bénéficie aussi de la proximité des laines espagnoles. Il y a plusieurs centres, notamment Saint-Gaudens, Valentine, Montesquieu-Volvestre, Miramont. Mais l’activité est d’abord une activité de vallée, localisée le long des cours d’eau, et dans beaucoup d’endroits elle paraît bien médiocre63. Par ailleurs, il y a ici un lien direct avec les fabriques du Carcassonnais. On va des produits les « plus médiocres aux plus fins », avec « un nombre considérable d’ouvriers éparpillés dans les centres secondaires64 ». Ce sont pour la plupart « de petits ou micro-propriétaires » : les deux tiers, comme en Béarn, vivent en campagne et ne travaillent qu’une partie de l’année – six à huit mois. Il existe même une manufacture royale à La Terrasse, produisant des draps fins, qui a recours, elle aussi, à des tisserands ruraux. Après les difficultés du début du XVIIIe siècle, la reprise, commencée à la fin des années 1720, est très forte à partir du milieu du siècle. Beaucoup de productions ne sont que de « petites étoffes » destinées aux marchés locaux et régionaux, mais on assiste aussi à un effort remarquable de diversification à commencer par les droguets façon d’Angleterre et, en Volvestre, de nouvelles étoffes : ségovianes, cazimirs, calmouks, espagnolettes. Au niveau d’un village, cela pouvait correspondre à une importante activité : par exemple, à Villeneuve-de-Rivière – 1 376 habitants en 1801 –, il y avait, en 1812, 24 métiers pour le tissage de la laine dans la localité et dans les environs, 2 000 ouvriers travaillant à faire des cadis et barranquets, avec de la laine importée du Béarn ou d’Espagne. Ce sont des ateliers familiaux, un texte de 1819 nous apprenant que « les ouvriers sont disséminés et que les deux tiers environ ne travaillent assidûment que neuf mois de l’année, étant occupés aux travaux de la campagne pendant les trois autres mois65 ». Néanmoins, si « les manufactures de basse draperie connaissent une véritable euphorie dans la décennie 1770…, cette explosion… [n’est pas durable et] la fin du XVIIIe siècle se caractérise par un tassement des volumes de production66 ». C’est donc tout à fait à raison que Jean-Michel Minovez écrit que « les centres textiles de Volvestre et de Comminges apparaissent bien modestes comparativement aux autres places de Haut-Languedoc67 ».

  • 68 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 275-282. En 1788, la plus grande entreprise, la d (...)
  • 69 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque moderne : Le mouvement économique, Paris, 1948, p. 305 (...)
  • 70 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 278. En 1784, le curé de Laplume (à 15 km à l’oue (...)
  • 71 Gounon aurait employé, pour ses 200 métiers, 500 ouvriers et 7 000 fileuses campagnardes, et durant (...)
  • 72 Ibid., p. 276-287.
  • 73 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne… », p. 432-433.
  • 74 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque Moderne…, p. 306-307.

10C’est une chronologie, déjà trouvée en Béarn, qui caractérise avec des nuances plus ou moins fortes toutes les productions textiles du Sud-Ouest. L’industrie textile de Montauban est née au début du XVIIe siècle, mais c’est après 1730 qu’elle connaît son plus grand essor. Un mémoire de 1762, œuvre de l’intendant d’Orgemont, parle d’une industrie jeune et très dynamique, fabriquant une grande variété de tissus : « droguets imitation d’Angleterre, serges façon de Rome, bayettes et sempiternes façon d’Angleterre, cordelats, razes, bergobsums, ratines, », bas de laine, burets de laine grossière pour les paysans, cadis fins… Les chiffres demanderaient à être précisés mais approchent très probablement 3 000 à 4 000 ouvriers à Montauban et 20 à 30 000 en campagne68. Montauban a également une soierie et l’on sait, grâce au chanoine Sol, qu’il y a en Quercy comme en Bas-Quercy de nombreux ateliers textiles – par exemple des carderies et des foulons – mais, faute d’étude approfondie, on ne peut guère aller plus loin quant à leur importance et à leur époque d’activité69. À Agen, où l’on fabrique depuis longtemps des serges, étamines et droguets70, les deux grandes croissances des années 1730-1780 y sont celles de la filature et de la draperie et les toiles à voile de Gounon ; dans chaque cas, il y a des milliers d’ouvriers en campagne71. Moins importantes sont les corderies de Tonneins et de La Réole et l’industrie chapelière de Clairac et de Sainte-Livrade qui demanderaient à être étudiées de plus près ; les premières en tout cas font largement appel à des ruraux, travailleurs saisonniers. Mais faut-il parler d’industrie rurale ? Même si de nombreux ouvriers ou ouvrières sont des campagnards, ce n’est pas évident tant l’activité paraît se situer avant tout dans les centres urbains72. Au contraire, les fabriques d’étoffes du Labourd – plus de 400 fabricants en 1750 –, avec pour centre principal Hasparren, relèvent tout à fait de l’industrie rurale ; travaillant surtout avec des laines du pays, elles produisent d’abord des étoffes pour le marché local, les coutas ou capas de couleur blanche, noire ou beige73. Il serait intéressant de cartographier les moulins à foulons dont on sait qu’ils sont nombreux – par exemple à Saint-Céré et dans le reste du Quercy74 – mais il faudrait d’abord en avoir une liste à l’échelle régionale et avoir quelque idée de leur fonctionnement, ce qui n’est pas le cas.

Les autres formes d’industries rurales

  • 75 Dans ce sens, qui n’est plus le nôtre depuis le XIXe siècle, « c’est l’ensemble des activités écono (...)
  • 76 Vice-amiral J.-M. Dambier, « Les tuiliers de Laressore de 1740 à 1910 : une aventure socioprofessio (...)
  • 77 F. Loirette, « Faiblesse de l’industrie », S. Lerat (dir.), Landes et Chalosse, t. I, Pau, 1983, p. (...)
  • 78 F. Boisseau, Les activités industrielles de la région toulousaine, TER, Toulouse II, 1973.
  • 79 R. Souriac, Le comté de Comminges au milieu du XVIe siècle, Paris, 1978, p. 208.
  • 80 L. Bourrachot, « La construction à Agen dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Revue de l’Agenai (...)
  • 81 J.-F. Le Nail, J.-F. Soulet (dir.), Bigorre et Quatre Vallées, Pau, 1981, p. 266 ; A. Sarramon, Les (...)

11D’autres activités nous posent question à propos de la frontière entre artisanat et industrie rurale. Ainsi les tuiliers : à Laressore, en pays Basque, il y a dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle au moins 30 tuiliers, dont le sixième part travailler en Espagne ou dans le reste du Sud-Ouest ; il s’agit d’une véritable « industrie » au sens ancien du terme75, qui occupe le quart de la population masculine active, grâce à la présence « de veines d’argile des terrasses alluviales de la Nive et du Latsa », ce qui a donné naissance à cette activité spécialisée, qui occupe le quart de la population masculine active, au moins dès le XVIe siècle. On notera que c’est le seul village dans cette petite région à pratiquer cette activité, et qu’il y a bien production sur place des tuiles. Ces tuiliers sont d’ailleurs aussi des agriculteurs76. On trouve dans d’autres endroits cette spécialisation dans la tuilerie ou la briqueterie, par exemple à Saubion, en Chalosse, où en 1785 des entrepreneurs basques fabriquent 40 000 briques77. Dans un mémoire de maîtrise de 1973, François Boisseau a recensé 40 briqueteries dans la région toulousaine78, mais déjà pour le XVIe siècle René Souriac en a trouvé un grand nombre autour de Muret, ce qu’il rapproche des besoins de la construction toulousaine79. On sait encore qu’il y en a beaucoup autour d’Agen80, et l’on peut supposer que dans toutes les villes où la brique tient une grande place – comme Montauban ou Moissac – il en va de même. Néanmoins, au niveau régional, c’est encore un secteur pour lequel il nous faudrait une recension systématique. Dans les pays montagneux ou pré-montagneux, la spécialisation artisanale de nombreux villages représente des situations à mi-chemin entre l’artisanat et l’industrie : par exemple, en Bigorre, les habitants d’Aureilhan fabriquent des bérets, ceux d’Aspin taillent le marbre et l’ardoise, ceux d’Ordizan produisent des pots et ustensiles en terre, ceux d’Escots des cuillères en bois ; à Saint-Pé-de-Bigorre, ce sont des clous, des peignes en bois et des mouchoirs de lin. Dans les Baronnies, il y a à Asque 34 fabricants de cuillères en bois, 11 à Bulan. En Bigorre toujours, il y aurait également autour de 10 000 fileuses dont 3 ou 4 000 dans la vallée de Campan et un millier en vallée d’Aure81 où l’on produit un drap grossier, nommé cadis, une grande partie de ce travail se faisant avec des laines d’Aragon.

  • 82 Voir F. Loirette, « Aux origines d’une vieille industrie landaise : la manufacture du goudron à l’é (...)
  • 83 C. Le Mao, « La guerre : un stimulant commercial ? Bordeaux et la guerre de la Ligue d’Augsbourg 16 (...)
  • 84 F. Jaupart, « L’activité commerciale et maritime de Bayonne au XVIIIe siècle », Bull. de la Société (...)

12Depuis longtemps, la forêt côtière des Landes produisait de la résine et du goudron. Faisant venir des techniciens suédois, Colbert a voulu en accroître la qualité afin de répondre aux besoins de la remarquable flotte qu’il a mise sur pied avec l’aide de son fils, Seignelay. Le premier four à goudron a été construit en 1663. On a souvent décrié les résultats obtenus82, mais Caroline Le Mao vient de montrer qu’en fait, c’est plutôt de réussite qu’il convient de parler car la production landaise a été extrêmement précieuse en temps de guerre, les naval stores du Nord n’arrivant plus ou n’étant disponibles que de manière insuffisante83. Ce qui est sûr, c’est qu’au XVIIIe siècle, il s’exporte de manière continue – parfois en grandes quantités – des résineux, du goudron, des bouchons de liège et des planches par le port de Bayonne, les forêts productrices se situant plus près de celui-ci que de Bordeaux84. Néanmoins, cette nouvelle industrie rurale ne concerne qu’un nombre réduit d’habitants.

  • 85 F. Loirette, « Faiblesse de l’industrie landaise… », p. 555-556. Notons au passage qu’elle est créé (...)
  • 86 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 290-291.
  • 87 P. Régaldo-Saint Blancard, « Évolution et mutations des structures de production céramique des époq (...)
  • 88 J. Pémartin, « La poterie de Castandet », Bull. de la Société de Borda, 1987, p. 209-222.
  • 89 Telle est du moins la donnée qui ressort des recherches de Maurice Bordes, lequel cite en plus de S (...)

13Dans cette même région landaise, une faïencerie, qui est devenue célèbre et a connu un réel succès grâce à la qualité de ses productions, a été installée en 1732 à Samadet ; on trouve en 1789 dans cette « manufacture royale de fayence » trois fours et une trentaine d’ouvriers. C’est en soi peu de choses quant au nombre de personnes concernées, mais il s’agit bien d’une industrie rurale et, qui plus est, largement connue à son époque85. On n’oubliera pas les faïenceries et poteries d’Auvillar et de Sadirac. La première donne du travail à 3 ou 400 potiers, dont beaucoup en campagne ; une partie de la production est de la faïencerie « qui imitait le Rouen ou le Gênes86 ». La seconde, dont l’activité est attestée dès le XIIIe siècle, a été « à partir du XIVe siècle… en situation de quasi-monopole dans la région bordelaise ». Au XVIIIe siècle, on y trouve en permanence plus de 100 potiers87. Bien d’autres endroits ont une production de poterie notable, telle la paroisse de Castandet88, au sud de Mont-de-Marsan, mais il nous manque une recension d’ensemble, dont il n’est pas sûr au demeurant qu’elle soit actuellement réalisable, faute d’études. Et il en va de même pour les faïenceries, ce qui est d’autant plus regrettable qu’il semble y avoir eu une véritable multiplication des faïenceries dans la seconde moitié du XVIIIe siècle89.

  • 90 F. Jaupart, « L’activité commerciale et maritime de Bayonne… », p. 73.
  • 91 Il s’agit du moulin de Sarrance, lequel, aux dires de l’inspecteur des manufactures, Bertrand Carge (...)
  • 92 A.D. Gers, C 29, Manufactures de papier du département de Bayonne en 1782.
  • 93 Il y a quelques indications, mais qui n’apportent guère plus que l’excellente somme d’Alexandre Nic (...)
  • 94 On retrouve la famille Trenty partout en Fumélois, aussi bien dans le commerce du blé ou des prunea (...)
  • 95 A. Nicolaï, Histoire des moulins à papier du Sud-Ouest de la France 1300-1800 : Périgord, Agenais, (...)

14Les papeteries, elles aussi, mériteraient une synthèse approfondie. La plupart, en effet, se situent dans des villages, telles celles du Béarn (Bizanos, Gurmençon, Maslacq…), au nombre de 11, qui exportent en Espagne, par Bayonne, de grandes quantités de papiers90. Tel est du moins l’avis de nos sources car, par ailleurs, en dehors de celle d’Escot qui produit au début des années 1780 un peu plus de 7 500 rames de papier91, et de celle de Maslac, qui se situe entre 4 300 et 5 000 rames, il s’agit de petites unités de fabrication dont la production totale, en leur ajoutant deux papeteries bigourdanes, arrive néanmoins à une valeur non négligeable : 148 111 livres tournois en 178292. Nous retrouvons une importante activité papetière en Périgord où elle regroupe 44 moulins, avec pour principaux centres Nanthiat (4), et surtout Couze (13)93. Seuls les moulins et fabrications de l’Angoumois leur sont supérieurs. Il s’agit néanmoins de petits moulins à papier, rares étant ceux qui disposent de deux roues. Les deux plus importants sont ceux de Martiloque, à Monsempron-Libos en Agenais, propriété d’un important négociant, Trenty94, et du moulin de La Roque, à Couze, avec deux roues et douze piles dans le premier cas, neuf piles dans le second95.

  • 96 F. Jaupart, « Activités commerciales du port de Bayonne… », p. 427-428.
  • 97 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p 291-293.
  • 98 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque Moderne…, p. 308-310. Dans ce domaine, la grande nouve (...)

15On n’a pas non plus d’études approfondies sur les tanneries, pourtant nombreuses, à commencer par celles du Labourd, principalement à Hasparren, qui travaillent avec des peaux importées96. Il y en avait aussi beaucoup en Moyenne Garonne, notamment à Puylaroque, en Bas-Quercy, et dans la vallée du Dropt97. Quant aux verreries rurales, aucune étude d’ensemble n’a été réalisée, même si l’on sait, par exemple, qu’il en existait plusieurs en Quercy, dont la plus importante était celle de La Galdonie, près de Lacapelle-Marival98.

  • 99 F. Auricoste, Histoire des artisans quercynois…, p. 105-131.
  • 100 A.D. Hautes-Pyrénées, série L, recensement de 1793. Ces listes concernent essentiellement les Baron (...)

16Il y a enfin ces spécialisations villageoises qui méritent d’être considérées comme au-dessus d’un simple artisanat. Aux exemples déjà cités plus haut, on peut en ajouter d’autres, dans des domaines variés. Ainsi, en Quercy, à Saint-Circq-Lapopie, on a de nombreux tourneurs en bois et faiseurs de moules à boutons en bois, les molès ; et l’activité s’est étendue aux villages voisins99. Dans l’arrondissement de Lannemezan, il y a 32 tisserands à Montgaillard, 39 et 13 peigneurs de laine à Pouzac, 28 tisserands et 27 peigneurs de laine à Gerde, 34 fabricants de cuillers de bois, 5 de pelles et 5 cercliers à Asque, 11 fabricants de cuillers à Bulan, 16 à Escots100.

***

  • 101 P.F. de Dietrich, Description des gîtes de minerais, des forges, des salines des Pyrénées… et des b (...)
  • 102 Je l’ai en projet actuellement, tout comme un essai de recensement des carrières.
  • 103 Par exemple, celles qui ont servi à la construction du nouveau Bordeaux après 1730-1740.
  • 104 La garluche, qui servit aussi beaucoup pour les constructions, est un grès ferrugineux, ayant de 14 (...)

17La présente contribution s’est voulue aussi complète que possible en l’état actuel non seulement de la documentation mais aussi des travaux déjà réalisés, l’une des difficultés majeures de la recherche étant la grande dissémination et le caractère très local aussi bien des sources que des publications. Tout n’est pas actuellement exploitable : on l’a bien vu à propos de plusieurs de ces industries rurales. Et même lorsque nous disposons d’une enquête comme celle du baron de Dietrich sur les « gîtes de minerais101 », qu’accompagnent de nombreux travaux sur les forges, une synthèse souhaitable demande encore actuellement une étude particulière. Je n’ai pu la présenter ici par suite du caractère superficiel des gisements, de leur épuisement souvent rapide, qui rend difficile la réalisation de cartes ou de tableaux à une date donnée ; il faudrait mener une analyse cas par cas, avec l’aide certes de l’enquête du baron de Dietrich, mais aussi avec un regard critique sur celle-ci102, tout comme d’ailleurs pour les carrières qui ont pourtant été très importantes103. S’agissant des minières, un bon exemple des difficultés du sujet est représenté par l’utilisation, dans les forges landaises, de la garluche qui se présente « en bancs discontinus de quelques mètres carrés et de 20 à 30 cm d’épaisseur », se situant « en moyenne à 40 cm en dessous de la surface du sol104 ». Un autre de mes regrets concerne l’exploitation des salines sur lesquelles il y a toujours à chercher mais, pour aller plus loin, il fallait bien à un moment donné tenter une synthèse, qui devra être perfectionnée et complétée, synthèse dont la carte ci-jointe est un élément essentiel.

  • 105 A.D. Gers, C 29.
  • 106 Voir mon article : J.-P. Poussou, « Une croissance exceptionnelle : le vignoble français au XVIIIe  (...)
  • 107 P. Hourmat, « L’exploitation des mines de cuivre de la vallée de Baïgorry au XVIIIe siècle », Mines (...)
  • 108 M. Figeac, L’automne des gentilshommes : noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lum (...)

18Plusieurs conclusions me paraissent acquises ; une grande partie pouvait être attendue a priori, en particulier le fait que ces industries que nous venons d’analyser restaient très liées à la vie agricole, qu’elles relèvent de la proto-industrialisation ou qu’elles soient de simples industries rurales, ce qui impliquait, en dehors même des contraintes qu’imposait le fonctionnement irrégulier de la force hydraulique, des périodes où seul existait le travail agricole. Ainsi, parti le 5 juillet 1784 pour inspecter les textiles commingeois, l’inspecteur des manufactures Lauvergnas renonce vite à sa tournée : « La plupart des ouvriers étant occupés à ramasser la récolte et trouvant si peu de métiers chargés, j’ai cru devoir suspendre ma tournée et je me suis retiré à Saint-Gaudens où j’ai resté jusqu’au mois de septembre105. » Lorsque d’ailleurs le travail agricole était trop prenant, trop intensif, c’est-à-dire là où dominaient les vignes – et elles n’ont cessé de se multiplier au XVIIIe siècle106 –, il n’y avait pas d’activités pouvant être qualifiées d’industries rurales, la tonnellerie mise à part. Comme je l’ai souligné au début de cet article, il était souvent difficile de les séparer des différentes formes d’artisanat. Par ailleurs, les ouvriers paysans étaient extrêmement nombreux, par exemple dans les forges landaises. Et pourtant nombre de ces entreprises ont bien été le fruit d’entrepreneurs capitalistes : ainsi, les mines et la fonderie de cuivre de Banca ont été rénovées, à partir de 1730, par un entrepreneur suisse, natif de Saint-Gall, Laurent Beugnière de La Tour, qui avait constitué une société dont les membres ont tous été des Suisses, à leur détriment d’ailleurs car ils ont perdu leur mise de fonds107. Nous avons vu que nombre de propriétaires de forges ou de moulins étaient des nobles, et que certains d’entre eux n’ont pas hésité à créer des établissements : les forges d’Uza en sont un exemple frappant, tout comme la faïencerie de Samadet. On se gardera donc d’opposer un monde industriel fait d’hommes neufs et une société du Sud-Ouest restée dominée par la noblesse. Les relations ont été beaucoup plus complexes comme l’a notamment souligné Michel Figeac, qui a parfaitement mis en valeur l’intérêt de la noblesse aquitaine pour les entreprises industrielles, et ses investissements dans ce domaine108.

  • 109 Rapport de l’inspecteur Lauvergnas, A.D. Gers, C 29, 1784.
  • 110 M.-P. Foursans-Bourdette, Économie et finances en Béarn au XVIIIe siècle…, p. 83.
  • 111 Dans leur cahier de doléances de 1789, les habitants le soulignent encore : « Le commerce de Négrep (...)

19Je voudrais enfin souligner que je n’ai pas pu suffisamment prendre en compte la chronologie ; elle est pourtant très importante. Il paraît clair, en effet, que les périodes de guerre ont entraîné une activité accrue des industries rurales du Sud-Ouest, tout au moins pour la métallurgie et le textile, la guerre de l’Indépendance américaine ayant constitué à cet égard une période d’activité maxima, avec cependant dans certains secteurs des effets négatifs qu’il faudrait analyser ; cela a été le cas du textile commingeois qui aurait eu « beaucoup de marchandises invendues pendant la guerre », avec pour conséquence qu’il a fallu « diminuer [la] fabrique » et que « les ouvriers, faute de travail, se sont expatriés et ont passé en Espagne109 ». Par ailleurs, plusieurs indices montrent que le nouveau cours pris par la réglementation économique espagnole à partir de la fin des années 1770 a été très dommageable pour nombre de nos industries rurales. C’est à coup sûr le cas du textile pré-pyrénéen, les toiles béarnaises ayant perdu les deux cinquièmes de leurs métiers entre 1782 et 1790110, mais il faudrait disposer d’analyses plus systématiques et plus approfondies ; on peut en dire autant pour les reculs de Négrepelisse à la suite de la perte de la Nouvelle-France111.

  • 112 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières : vers 1670-1789, Paris, 1974 (...)
  • 113 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?…
  • 114 Je l’avais souligné dans C. Higounet (dir.), Histoire de l’Aquitaine, Toulouse, 1971, p. 329-334.
  • 115 Les minutes notariales parisiennes fourmillent d’achats d’actions de grandes sociétés ou grandes en (...)
  • 116 Voir les analyses que j’ai présentées dans ma thèse ou dans l’Histoire de l’Aquitaine, citées plus (...)
  • 117 Voir mon article : J.-P. Poussou, « Le Sud-Ouest de la France est-il au XIXe siècle une région sous (...)

20Comme je l’avais souligné dans ma thèse, on peut se demander si l’on ne retrouve pas ici, sous un autre angle, l’analyse présentée par Georges Frêche pour l’économie de la région Midi-Pyrénées112 : nous avons très largement affaire à des industries dépendantes qui n’ont ni créé leurs marchés ni implanté leurs débouchés, mais qui se sont développées pour profiter d’ouvertures ou répondre à des demandes extérieures précises, ce qui les soumettait étroitement à la conjoncture, d’autant plus que, par suite de ce qui vient d’être exposé, elles n’avaient pas de solutions de remplacement. Là est peut-être la clé de cette « impossible croissance » analysée par Jean-Michel Minovez pour le Midi toulousain113. Dans cet ensemble du Sud-Ouest de la France, les croissances « industrielles » du XVIIIe siècle ont été inégales, souvent peu durables114, non pas parce que les élites foncières ne s’intéressaient qu’à la terre : les investissements nobiliaires qui viennent d’être cités s’inscrivent en sens contraire, mais parce que leurs conditions et leurs bases mêmes étaient fragiles, peu solides, voire inadaptées aux évolutions à venir, comme le montre la métallurgie périgourdine qui survécut certes dans la première moitié du XIXe siècle, mais qui ne pouvait aller au-delà. Dans le cas des manufactures textiles agenaises ou pré-pyrénéennes, la dépendance au marché ne donnait pas de marge de manœuvre ; la période de prospérité fut donc brève. La carte que j’ai élaborée montre que les industries qui comptèrent se situèrent majoritairement à la périphérie ; c’était également un signe de fragilité. On pourrait objecter qu’il y eut aussi celles des pays de la Moyenne Garonne et leur activité textile ou minotière, mais elles avaient besoin pour tourner que les marchés qui s’étaient ouverts à leur production le restent, or c’était un enjeu pour lequel elles n’avaient aucun moyen d’intervention. Contrairement à Jean-Michel Minovez et à Denis Woronoff, je pense que c’est cela qui a compté avant tout, et c’est pour cette raison que les investissements se tournèrent, à nouveau ou davantage, vers les biens fonciers, car eux seuls offraient des possibilités, ce à quoi il faut ajouter les investissements effectués, à partir de la Monarchie de Juillet et pendant le Second Empire, sur Paris ou à l’échelon national115. On peut aussi ajouter que, sur le plan régional, les reculs des années 1792 à 1815 ne permettaient pas de choisir des investissements industriels régionaux, parce que le dynamisme économique du XVIIIe siècle avait été perdu116, et qu’on ne le retrouva qu’à la fin du XIXe siècle117, avant que la région ne traverse à nouveau, à partir des années 1970, une phase de grand recul de ses activités industrielles situées hors des grands centres.

Notes

1 Trois articles de F. Mendels doivent être retenus ici : F. Mendels, « Proto-industrialization. The first phase of the industrialization process », Journal of Economic History, 1972, p. 241-261 ; Id., « Aux origines de la proto-industrialisation », Bull. du Centre d’histoire économique et sociale de la Région lyonnaise, 1978, p. 1-27 ; Id., « Des industries rurales à la proto-industrialisation, histoire d’un changement de perspective », Annales ESC, 1984, p. 977-1008.

2 Après notamment Henri Sée, Émile Coornaert en a souligné l’importance voici un demi-siècle : « La séparation plus nette entre l’agriculture et la fabrication de produits manufacturés est un fait moderne. Beaucoup de paysans s’adonnaient jadis alternativement à des occupations variées que les nécessités techniques ont amené aujourd’hui à séparer dans l’espace, pour lesquelles est exigée une spécialisation plus étroite des hommes… Il ne fait aucun doute que nous sommes là en présence d’un état autrefois plus répandu que nous ne le pensons généralement : nos campagnes, sous l’Ancien Régime, étaient saturées d’industrie » ; voir sa préface à J. Vidalenc, La petite métallurgie rurale en Haute-Normandie sous l’Ancien Régime, Paris, 1946, p. 7-9 (cité par F. Mendels, « Des industries rurale à la proto-industrialisation… »).

3 Le problème est d’autant plus crucial que, dans l’ouvrage qui est, à mon sens, la meilleure étude sur l’artisanat rural, Alain Belmont définit fort justement comme des artisans ruraux « tous ceux qui, à la campagne, vendaient ou redonnaient, après l’avoir transformée, une matière première qu’ils avaient acquise, produite, ou qui leur avait été confiée » ; voir A. Belmont, Des ateliers au village : les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Grenoble, 1998, t. 1, p. 14.

4 Par exemple, l’inspecteur des manufactures de la généralité d’Auch, Lauvergnas, dénombre, en 1784, 4 « sergeurs » et 122 tisserands dans la subdélégation d’Auvillar, 256 ouvriers en laine et 30 en lin dans celle de Lombez, mais on ne saurait parler d’industrie rurale : en effet, « il n’en est pas un seul qui travaille pour son compte, mais bien à tant la canne, pour les particuliers qui veulent les employer ». A.D. Gers, C 29.

5 Ce qui ne constitue pas une expression très heureuse, la notion d’exportation méritant d’être située à un autre niveau.

6 A. Belmont, Des ateliers au village…, t. I, p. 128.

7 Néanmoins, je n’ai pas eu la possibilité d’aller consulter les mémoires de maîtrise toulousains et palois. Par ailleurs, j’ai dû renoncer à m’occuper des carrières et de la construction : actuellement, c’est une tâche impossible au niveau régional où se situe la présente approche. On verra enfin que dans de nombreux cas, il manque des études suffisamment nombreuses et approfondies pour que l’on puisse aller au-delà d’une simple mention, mais il est vrai que le présent essai ne peut constituer qu’une synthèse provisoire, même si je l’ai voulu aussi complet qu’il est actuellement possible.

8 Cette carte qui est une réelle nouveauté et qui me paraît permettre un regard d’ensemble très fécond, a été réalisée, à partir des données que j’ai rassemblées, par Caroline Le Mao, maître de conférences d’histoire moderne à l’université Bordeaux III. Je ne saurais trop lui témoigner ma reconnaissance.

9 Dans le rapport qu’ils remirent en 1741 à M. de Serilly, intendant de la généralité d’Auch, les receveurs des tailles de l’élection d’Armagnac, MM. de Labanne-Bascous et Vidaillan, le soulignèrent avec force : « Il n’y a aucune espèce de manufacture dans l’élection ». A.D. Gers, C 76.

10 On y trouvait, certes, un grand nombre de tonneliers mais il paraît difficile d’employer globalement, en ce qui les concerne, l’expression d’industrie rurale ; par ailleurs, la grande majorité des moulins de ces régions – notamment les moulins à vent, nombreux en Médoc, par exemple – étaient vraiment de petites dimensions.

11 Voir dans le présent ouvrage les excellentes mises au point de Pat Hudson et de Jacques Bottin.

12 « Mémoire statistique du département du Gers », 1806. A.N., F20-192.

13 Il pouvait cependant exister des fourneaux sur les plateaux, tout près des minières : voir J. Cubelier de Beynac, « Essai de cartographie des établissements sidérurgiques des plateaux de la Lémance », Revue de l’Agenais, 2006, p. 651-656.

14 L. Bourrachot, « Les anciennes forges de l’Agenais », Villeneuve-sur-Lot et l’Agenais, Agen, 1962, p. 255-281. Si le minerai et le charbon pouvaient être trouvés sur place, ces forges n’avaient cependant qu’une activité saisonnière : au maximum sept à huit mois par an. Il s’agit en effet de cours d’eau de faible débit avec des périodes de « maigres » qui peuvent être très longues. Il n’y avait donc que quelques ouvriers spécialisés, très bien payés, les autres étant des agriculteurs qui venaient participer à ce travail. La production était surtout faite d’instruments aratoires et de « poterie de fer » (chaudrons, marmites) auxquels s’ajoutaient des chaudières pour les plantations de sucre des Antilles, des clous et des ferrures diverses.

15 J. Cubelier de Beynac, « Énergie et industrie dans la vallée de Manaurie », Périgueux et le Périgord : Les anciennes industries de l’Aquitaine, Périgueux, 1981, p. 253-265.

16 V. Joineau, Étude technique et économique d’une activité industrielle rurale : les moulins de l’Entre-deux-Mers bordelais, de la fin du XIe siècle à la Révolution française, thèse, Bordeaux III, 2011. Voir aussi P. Mane, « Images médiévales des moulins à eau », S. Caucanas, R. Cazals (dir.), Du moulin à l’usine : implantations industrielles du Xe au XXe siècle, Toulouse, 2005, p. 27-39.

17 M. Figeac-Monthus, Les Lur-Saluces d’Yquem, de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle, Bordeaux, 2000, p. 182-184.

18 Je ne les ai bien sûr pas fait entrer dans mon exposé. On n’oubliera pas pour autant leur très grande importance, Montauban étant le centre de minoterie le plus considérable, un peu devant Moissac et très au-dessus de Nérac, puisque l’on y trouvait 1800 à 2000 ouvriers dans les minoteries situées surtout dans le quartier de Sapiac : voir P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne Garonne, Lille, 1932, p. 289 ; D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, Paris, 1958, p. 112-113 ; H. Delpont, La minoterie néracaise 1685-1900, maîtrise, Bordeaux III, 1982.

19 B. Gille, Les forges françaises en 1772, Paris, 1960.

20 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, Paris, 1920. Les résultats sont donnés par département.

21 Sur Uza, voir M. Figeac-Monthus, « Les Forges d’Uza au XVIIIe siècle, dans le Sud-Ouest : un exemple d’investissement industriel nobiliaire », Bull. de la Société de Borda, 1989, p. 303-326 ; Id., « L’aventure industrielle d’Uza », Les Lur-Saluces d’Yquem…, p. 197-228.

22 Il faut leur ajouter la forge d’Abbesse, près de Dax : elle exploitait un minerai tiré de la garluche locale, à proximité de la ferrière, et donnait un « fer d’une qualité supérieure pour les outils de labourage ». Prospère de 1626 date de sa création – ou recréation – à 1745, remise en route par Monsieur de Borda en 1760, elle fonctionna jusqu’en 1786 ; l’enquête de 1788-1789 nous apprend qu’elle produisait trop peu de fer pour s’avérer d’un réel profit. Voir L. Puyoo, I. Zubillaga, « Les forges d’Abesse », Bull. de la Société de Borda, 1997, p. 365-376 ; 1999, p. 75-90 et 295-320.

23 Le texte fondamental reste celui de R. Pijassou, « L’ancienne industrie du fer dans le Périgord septentrional », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1956, p. 243-268.

24 Mais, une fois créées, elles bougèrent rarement, ce qui fit assez souvent des difficultés de transport une donnée constante, aussi bien pour le minerai que pour le combustible.

25 Tel est le cas de mines de fer du Faureau, près d’Excideuil : voir F.A. Boddart, « Les mines de fer du Faureau (Saint-Martial-d’Albarède) du XVIIe au XIXe siècle, Bull. de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1998, p. 263-284. Bien entendu, en dehors du Périgord, c’est la mine de cuivre de Banca, dans la vallée de Baïgorry qui doit retenir l’attention : voir P. Machot (dir.), Mines et établissements métallurgiques de Banca, Biarritz, 1995.

26 Voir l’excellent ouvrage d’Y. Lamy, Hommes du fer en Périgord au XIXe siècle, Lyon, 1987, p. 10-28 et 183-248. Les données présentées sur le minerai peuvent sans problème être utilisées pour le XVIIIe siècle. On verra aussi R. Pijassou, « L’ancienne industrie du fer… », p. 249-250.

27 Voir le petit livre passionnant de L. Queyroi, La route des canons en Périgord aux XVIIe et XVIIIe siècles, Art et Histoire en Périgord, hors-série, no 1, Sarlat, 2003.

28 Ainsi, au Bandiat, Blanchard de Sainte-Catherine n’emploie que 40 à 60 ouvriers spécialisés, mais il donne du travail à quatre fois plus de bouviers, voituriers, laveurs… sans compter ceux qui travaillent à fournir le minerai et le bois ; voir R. Pijassou, « L’ancienne industrie du fer dans le Périgord septentrional… », p. 254.

29 Au début du règne personnel de Louis XIV, Jean Bertin, homme d’affaires de François d’Hautefort, s’occupe tout spécialement des forges appartenant à celui-ci et de ses forges propres ; son petit-fils, Henri Bertin, devient ministre en 1763 ; voir M.-L. Lamy, Y. Lamy, M. Secondat, Forges en Périgord, 1. La vallée de la Dronne et ses affluents, Le Bugue, 1992, p. 53-54.

30 Ibid., p. 54-55.

31 E. Peyronnet, Les anciennes forges du Périgord, Bordeaux, 1958, p. 59-62.

32 D. Bougrat, Les Laulanié, maîtres de forges en Périgord, 1756-1793, maîtrise, Bordeaux III, 2001.

33 L. Bourrachot, « Les anciennes forges de l’Agenais », Villeneuve-sur-Lot et l’Agenais, Agen, 1962, p. 255-282.

34 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 219.

35 B. Gille, Les forges françaises en 1772…, p. 80.

36 Ibid., p. 181-182.

37 On partira des pages très synthétiques et de l’excellente bibliographie de C. Desplat, « Mines et métallurgie au XVIIIe siècle », P. Machot (dir.), Mines et établissements métallurgiques de Banca…, p. 2-38.

38 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle », Bull. de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 1966, p. 408-409. Il s’agit d’une activité parfois très durable : « vers 1900, il y avait à Labastide-Clairence – ancien fief des Gramont –, environ 80 cloutiers travaillant dans le même quartier du Pessarou », écrit J. Robert, « Une forge de l’ancien duché de Gramont », Bulletin du Musée Basque, 1970, p. 17-26.

39 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne… », p. 433-434.

40 J. Francez, « À propos de quelques fonderies de la vallée de la Neste et d’Esparros », Gens et Choses de Bigorre, Saverdun, 1967, p. 157-162.

41 J. Tambon, Du fer, des mines, des forges et des hommes en Comminges et en Couserans, Estadens, 2005 ; voir la carte p. 14.

42 F. Auricoste, Histoire des artisans quercynois aux XVIIe et XVIIIe siècles, Cahors, 2000, p. 93-105. Dans l’ensemble du Sud-Ouest, on a, sans aucun doute, d’autres villages spécialisés de ce type mais leur recensement reste à faire.

43 L. Bourrachot, « Les anciennes forges et les martinets à cuivre dans la région de Casteljaloux », Casteljaloux et la forêt aquitaine, p. 39-64.

44 Toutes les strates de la noblesse sont représentées, même si les plus gros établissements sont pour la plupart la propriété de familles de grande noblesse.

45 C’est le cas pour le sidérolithique du bois de Belvès qui a permis la naissance des forges des vallées de la Lémance et de la Lède, et qui fut encore utilisé entre 1940 et 1960 pour l’usine métallurgique de Fumel.

46 Sur les conditions de travail des forges, voir D. Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, 1984.

47 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 234.

48 J. Robert, « Une forge de l’ancien duché de Gramont… ».

49 D. Bougrat, Les Laulanié, maîtres de forges…, p. 68.

50 H. Bourgin, L’industrie sidérurgique…, p. 352.

51 Ibid., p. 121.

52 Citons notamment : celle intitulée « Le foyer métallurgique du Nontronnais », dans R. Pijassou « L’ancienne industrie du fer… », p. 244 ; la carte industrielle de la vallée de Baïgorry, dans P. Machot (dir.), Mines et établissements métallurgiques de Banca…, p. 25 ; les cartes « Forges du Périgord XVIe-XXe siècles » et « Affineries du Périgord XVIe-XXe siècles », dans Y. Lamy, Hommes du fer en Périgord au XIXe siècle…, p. 36-37.

53 G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, 1961, p. 18.

54 J. Dumonteil, « La crise du commerce et de l’artisanat textile à Oloron, vue par ses négociants (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle) », Revue de Pau et du Béarn, 1973, p. 137-193 (p. 155).

55 Ce sont des étoffes de bure assez grossière, servant à confectionner les manteaux à col. On utilisait pour les confectionner « les laines rustiques provenant des troupeaux des trois vallées d’Ossau, Aspe et Barétous » (ibid., p. 150).

56 Ibid.

57 G. Anthony, L’industrie de la toile…

58 Il écrit que « dans le petit bourg de Nay, on tisse de la bonneterie et différents lainages. On y fait les bonnets façon de Tunis, et les coiffures rectangulaires qu’on appelle “bérets”. On voit ces derniers sur la tête de la plupart des habitants de la région qui rendent ainsi hommage à leur inoubliable Henri IV ». O. Viennet (éd.), Une enquête économique dans la France impériale : le voyage du Hambourgeois Philippe-André Nemnich (1809), Paris, 1947, p. 110.

59 Mémoire de tournée de l’inspecteur des manufactures Bertrand Carget, sans doute d’avril 1783, A. D. Gers, C 29.

60 Ibid., p. 1-145.

61 O. Viennet (éd.), Une enquête économique dans la France impériale…, p. 111.

62 J.F. Le Nail, J.F. Soulet, Bigorre et Quatre Vallées, Pau, 1981, t. I, p. 265-267. On y trouvait aussi des mines de fer, notamment en vallée d’Aure, avec en particulier de nombreux cloutiers : Ibid., t. II, p. 513.

63 Par exemple, à Montsaunès où, aux dires du subdélégué, en 1788 (sans doute), il n’y a que « quelques fileuses et cardeurs de laine travaillant pour des fabricants de Saint-Martory et de Salies ». A.D. Hérault, C 47.

64 Pour tout ce développement, voir J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? Origines d’un moindre développement 1661-1914, Rennes, 1997. Il existe une enquête très détaillée pour les diocèses de Rieux et de Comminges : voir le mémoire, déjà cité, du subdélégué Vigier, A.D. Hérault, C 47.

65 C. Anglade, Villeneuve-de-Rivière : la population et les ressources d’un village du Comminges, de la Révolution à 1900, DES, Toulouse, 1953.

66 Ibid., p. 128.

67 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?…, p. 54.

68 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 275-282. En 1788, la plus grande entreprise, la draperie Rachou, emploie « 2500 ouvriers, sans compter plusieurs milliers de personnes travaillant à domicile dans les campagnes » : D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1958, p. 101-105.

69 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque moderne : Le mouvement économique, Paris, 1948, p. 305-307.

70 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 278. En 1784, le curé de Laplume (à 15 km à l’ouest d’Agen, en Lot-et-Garonne) propose d’y établir une manufacture parce que, écrit-il, dans « cette juridiction… nous avons un grand nombre de sergers… [qui] seraient la moitié du temps sans occupation si les facturiers d’Agen ne les faisaient travailler », A. D. Gers, C 29. L’intérêt de ce document est qu’il est l’un des rares à montrer le nombre important de travailleurs textiles dans les campagnes environnant Agen.

71 Gounon aurait employé, pour ses 200 métiers, 500 ouvriers et 7 000 fileuses campagnardes, et durant la guerre de l’Indépendance américaine, il aurait ajouté 150 métiers urbaines et 150 campagnards ; P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 285.

72 Ibid., p. 276-287.

73 F. Jaupart, « Activités commerciales de Bayonne… », p. 432-433.

74 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque Moderne…, p. 306-307.

75 Dans ce sens, qui n’est plus le nôtre depuis le XIXe siècle, « c’est l’ensemble des activités économiques qui produisent des biens matériels par la transformation et la mise en œuvre de matières premières ». Voir ma mise au point : J.-P. Poussou, « Définir l’industrie au XVIIIe siècle », M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, 1996, p. 23-24.

76 Vice-amiral J.-M. Dambier, « Les tuiliers de Laressore de 1740 à 1910 : une aventure socioprofessionnelle inédite », Revue d’Histoire de Bayonne, du Pays Basque et du Bas-Adour, 2001, p. 165-190.

77 F. Loirette, « Faiblesse de l’industrie », S. Lerat (dir.), Landes et Chalosse, t. I, Pau, 1983, p. 553-556 (p. 554).

78 F. Boisseau, Les activités industrielles de la région toulousaine, TER, Toulouse II, 1973.

79 R. Souriac, Le comté de Comminges au milieu du XVIe siècle, Paris, 1978, p. 208.

80 L. Bourrachot, « La construction à Agen dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Revue de l’Agenais, 1977, p. 51-71, 127-146.

81 J.-F. Le Nail, J.-F. Soulet (dir.), Bigorre et Quatre Vallées, Pau, 1981, p. 266 ; A. Sarramon, Les Quatre Vallées (Aure, Barousse, Neste, Magnoac) : essai Historique, Albi, 1954.

82 Voir F. Loirette, « Aux origines d’une vieille industrie landaise : la manufacture du goudron à l’époque de Colbert », Bull. de la Société de Borda, 1960, p. 363 381 ; J. Sargos, « De méchants goudrons », Histoire de la forêt landaise : du désert à l’âge d’or, Bordeaux, 1997, p. 159-161 ; Id., « Les Suédois de Colbert », p. 237-242.

83 C. Le Mao, « La guerre : un stimulant commercial ? Bordeaux et la guerre de la Ligue d’Augsbourg 1688-1697 », Histoire, économie et société, 2013, 1, p. 3-17.

84 F. Jaupart, « L’activité commerciale et maritime de Bayonne au XVIIIe siècle », Bull. de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 1966, p. 72 et 277-287 ; J.J. Taillentou, « Bayonne, port des Landes (XVIIe-XVIIIe siècle) », Bull. de la Société de Borda, 2010, p. 321-336.

85 F. Loirette, « Faiblesse de l’industrie landaise… », p. 555-556. Notons au passage qu’elle est créée à l’initiative du baron de Samadet : à nouveau, on retrouve ici le rôle de la noblesse. Si ces trois localisations sont les plus notables, je pense qu’il y avait d’autres centres de potiers mais je n’ai pas trouvé une documentation suffisante. Pour le Quercy, il en existait à Floressas et à Uzech-les-Oules, où il y aurait eu en 1669 « une soixantaine de familles de potiers », selon les informations du chanoine Sol dans La vie en Quercy à l’Époque Moderne…, p. 313-314. Pour sa part, P. Deffontaines indique que « toute la région » autour d’Auvillar se mit à la poterie, mais il faudrait une étude précise que nous n’avons pas.

86 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p. 290-291.

87 P. Régaldo-Saint Blancard, « Évolution et mutations des structures de production céramique des époques médiévale et moderne dans la région bordelaise », Actes du Second Colloque de l’Entre-Deux-Mers. L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, t. II, Créon, 1990, p. 47-56.

88 J. Pémartin, « La poterie de Castandet », Bull. de la Société de Borda, 1987, p. 209-222.

89 Telle est du moins la donnée qui ressort des recherches de Maurice Bordes, lequel cite en plus de Samadet, pour la généralité d’Auch : Marignac-Laspeyres, Auch, Sarramon, Dax, Bétous, Sémézies-Cachan, Maslacq, Bayonne et Ciboure. M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch, 1761-1767, Auch, 1958.

90 F. Jaupart, « L’activité commerciale et maritime de Bayonne… », p. 73.

91 Il s’agit du moulin de Sarrance, lequel, aux dires de l’inspecteur des manufactures, Bertrand Carget, est, en 1783, « le plus beau et le mieux entretenu que j’aye connu ; les papiers y sont fabriqués supérieurement à tous les autres moulins de mon département ». A.D. Gers, C 29.

92 A.D. Gers, C 29, Manufactures de papier du département de Bayonne en 1782.

93 Il y a quelques indications, mais qui n’apportent guère plus que l’excellente somme d’Alexandre Nicolaï, dans : J.-J. Chassaigne, Couze-et-Saint-Front, Périgueux, 1999, p. 90-95.

94 On retrouve la famille Trenty partout en Fumélois, aussi bien dans le commerce du blé ou des pruneaux, que dans la minoterie ou la métallurgie ; voir L. Bourrachot, « Les anciennes forges de l’Agenais… ».

95 A. Nicolaï, Histoire des moulins à papier du Sud-Ouest de la France 1300-1800 : Périgord, Agenais, Angoumois, Soule, Béarn, t. I, Bordeaux, 1935.

96 F. Jaupart, « Activités commerciales du port de Bayonne… », p. 427-428.

97 P. Deffontaines, Les hommes et leurs travaux…, p 291-293.

98 Chanoine E. Sol, La vie en Quercy à l’Époque Moderne…, p. 308-310. Dans ce domaine, la grande nouveauté du XVIIIe siècle c’est le développement d’importantes verreries bordelaises.

99 F. Auricoste, Histoire des artisans quercynois…, p. 105-131.

100 A.D. Hautes-Pyrénées, série L, recensement de 1793. Ces listes concernent essentiellement les Baronnies ; on aura profit à consulter les brefs articles qu’a publiés, à partir notamment de ces documents, sur les différentes communes de cette petite région, Marcel Dubois, dans la revue Pyrénées, entre 1969 et 1976.

101 P.F. de Dietrich, Description des gîtes de minerais, des forges, des salines des Pyrénées… et des bouches à feu de la Lorraine méridionale, 1786 et an VIII.

102 Je l’ai en projet actuellement, tout comme un essai de recensement des carrières.

103 Par exemple, celles qui ont servi à la construction du nouveau Bordeaux après 1730-1740.

104 La garluche, qui servit aussi beaucoup pour les constructions, est un grès ferrugineux, ayant de 14 à 18 % de teneur en fer, qu’on extrait au moyen de « lourds pics ». L’irrégularité des gisements, leur fréquente discontinuité ont pour conséquence que sa production est « très irrégulière, ce qui entraîne des interruptions de fonctionnement des fourneaux et une forte rivalité des maîtres de forges dans le contrôle des sites ». Landes : Encyclopédie Bonneton, Paris, 2001, p. 128.

105 A.D. Gers, C 29.

106 Voir mon article : J.-P. Poussou, « Une croissance exceptionnelle : le vignoble français au XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire de la vigne et du vin, no 11, 2011, p. 49-67.

107 P. Hourmat, « L’exploitation des mines de cuivre de la vallée de Baïgorry au XVIIIe siècle », Mines et établissements métallurgiques de Banca…, p. 59-100.

108 M. Figeac, L’automne des gentilshommes : noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, 2002, p. 172-182 et 203-210. On y trouve une brillante synthèse de cette question.

109 Rapport de l’inspecteur Lauvergnas, A.D. Gers, C 29, 1784.

110 M.-P. Foursans-Bourdette, Économie et finances en Béarn au XVIIIe siècle…, p. 83.

111 Dans leur cahier de doléances de 1789, les habitants le soulignent encore : « Le commerce de Négrepelisse, qui en faisait l’unique ressource, consistait en une fabrique de cadis ; il fut éteint lorsque la France céda le Canada. »

112 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières : vers 1670-1789, Paris, 1974, notamment la « Conclusion générale », p. 833-837.

113 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?…

114 Je l’avais souligné dans C. Higounet (dir.), Histoire de l’Aquitaine, Toulouse, 1971, p. 329-334.

115 Les minutes notariales parisiennes fourmillent d’achats d’actions de grandes sociétés ou grandes entreprises parisiennes et autres par des habitants de la région, mais aussi bien sûr de toute la France.

116 Voir les analyses que j’ai présentées dans ma thèse ou dans l’Histoire de l’Aquitaine, citées plus haut. Sur le dynamisme économique qui précède la Révolution française et les reculs qui s’ensuivirent, voir mes articles : J.-P. Poussou, « Le dynamisme de l’économie française sous Louis XVI », Revue économique, 1989, 6, p. 965-984 ; Id., « Les activités commerciales des villes françaises de 1789 à 1815 », Histoire, économie et société, 1993, 1, p. 101-118.

117 Voir mon article : J.-P. Poussou, « Le Sud-Ouest de la France est-il au XIXe siècle une région sous-industrialisée et sous-développée ? », J.-P. Poussou (dir.), L’économie française du XVIIIe au XXe siècle : perspectives nationales et internationales. Mélanges offerts à François Crouzet, Paris, 2000, p. 643-670.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540