Versión clásicaVersión móvil

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Les facettes de la pluriactivité dans les industries rurales de l’Espagne moderne

Agustín González Enciso

Texto completo

  • 1 L’auteur remercie Anne-Marie Ledoux pour la traduction. F. Brumont, « Economía. Actividades indust (...)

1Parler de pluriactivité, et donc de travail, dans les industries rurales de l’Espagne moderne, n’est pas chose aisée du fait de la rareté de l’information dont nous disposons. Ce rapport, en plus de dresser un bilan des connaissances, s’appliquera néanmoins à préciser ce concept par l’examen de cas d’étude. On connaît assez bien les industries rurales espagnoles tant d’un point de vue descriptif que de celui de nombre de leurs mécanismes de production et de marché ; dans ces domaines, suffisamment de travaux permettent d’établir un tableau relativement étendu, notamment pour le XVIIIe siècle, les époques antérieures étant moins bien couvertes ainsi qu’en font état certaines études1. À l’inverse, la pluriactivité, dans sa dimension concrète, est un concept mentionné, mais peu étudié.

2Un rapide coup d’œil sur l’historiographie des industries rurales permet de proposer l’évolution suivante :

  1. Dans les années 1970-1980, quelques travaux sont réalisés sur les industries rurales à l’Époque moderne ; ce sont pratiquement les premiers à être centrés sur l’organisation industrielle et la production. Certains d’entre eux ont le souci d’étudier un concept alors émergent, celui de la proto-industrialisation. Dès lors, la question du travail n’y a pas été traitée en profondeur, mais seulement en termes généraux2 ;
  2. À la fin des années 1980 et dans les années 1990, la plupart des spécialistes de l’industrie ont choisi le monde contemporain. La majorité des études débutait vers 1750, comme date plus ou moins topique, pour aborder tout de suite le XIXe siècle. Il est vrai que la question du travail a été assez étudiée alors, mais d’ores et déjà dans le cadre d’une problématique contemporaine3 ;
  3. Ce n’est que dans les années 1999-2000 que commencent à apparaître quelques travaux qui s’intéressent aux industries rurales – les études sur les industries urbaines ne seront pas ici prises en compte – de l’Époque moderne, avec une considération plus approfondie du cadre du travail et de la pluriactivité4.

3Ainsi, il existe un décalage de presque vingt ans entre les premières recherches sur les industries rurales, observées sous l’angle de l’industrie dispersée et de la proto-industrialisation, et les nouveaux travaux qui utilisent le concept de proto-industrialisation d’une manière bien différente de celle que proposa Mendels. Désormais, la tendance principale est plutôt à rechercher toutes les formes d’insertion de l’industrie dans le tissu rural, sans s’arrêter aux compartimentages étanches auxquels se livrait l’historiographie antérieure. Il s’agit également d’appréhender l’industrie rurale en soi, sans qu’il soit nécessaire de la comparer avec une hypothétique transition industrielle qui, à présent, n’est pas requise pour reconnaître l’existence d’une réalité industrielle et son rôle dans l’économie paysanne.

L’Espagne moderne, un pays d’industries rurales

  • 5 J. Vicens Vives, Historia económica de España, Barcelona, 1969, chap. 35. Un panorama de la croiss (...)
  • 6 Sur les effets de la guerre d’Indépendance sur l’industrie, A. González Enciso, « L’industrie en E (...)
  • 7 J.R. Rosés, « La primera etapa de la industrialización », A. González Enciso, J.M. Matés Barco (co (...)
  • 8 Pour avoir une image ample et variée des industries rurales espagnoles au Moyen Âge, on peut consu (...)
  • 9 Voir, par exemple, J.I. Fortea Pérez, Córdoba en el siglo XVI. Las bases demográficas y económicas (...)
  • 10 V. Vázquez de Prada, « La industria siderúrgica en España, 1500-1650 », J.M. Usunáriz Garayoa (éd. (...)
  • 11 A. González Enciso, « La crisis del siglo XVII », A. González Enciso, J.M. Matés Barco, Historia e (...)
  • 12 H. Kamen, La España de Carlos II, Barcelone, 1981, p. 126 et s. ; A. González Enciso, « La crisis… (...)

4L’Espagne n’est pas connue comme un pays industriel. La raison peut en être le fait qu’elle n’a pas connu de transition vers l’industrialisation mécanisée moderne au moins avant le XXe siècle. Malgré l’essor industriel qui marque une bonne partie du XVIIIe siècle – la « rénovation industrielle5 » –, l’Espagne n’a pas pu suivre l’exemple de la Révolution industrielle britannique. La crise révolutionnaire a été un facteur décisif6 et bien que par la suite le processus ait repris, l’industrialisation n’a pas été effective avant un XXe siècle bien avancé7. L’Espagne apparaît donc comme un late-comer. Reste que si elle n’est pas un pays industriel au XIXe siècle, elle l’a été antérieurement compte tenu du niveau industriel général à ces époques. L’optique diachronique de ces XXXIIIe Journées internationales de Flaran permet de mettre en relief les processus industriels antérieurs à la mécanisation : le panorama proto-industriel est alors caractérisé par une industrie dans laquelle la machinerie mue par de nouvelles sources d’énergie n’a pas encore fait son entrée, non plus parfois que le capital mercantile, mais aussi par une industrie pleinement intégrée dans la vie économique locale. Dans l’Espagne moderne, les industries rurales ont connu un important développement d’activités qui avaient presque toujours une tradition médiévale8. Et celle-ci a enregistré un essor particulier grâce à la croissance démographique et économique. Dans nombre de cas, les industries rurales, tant l’industrie textile lainière9 que la sidérurgie10, ont été liées à un développement urbain vigoureux pendant une bonne partie du XVIe siècle. Mais au siècle suivant, la crise qui a touché très sévèrement l’Espagne – notamment les territoires de la Couronne de Castille – a eu une incidence particulière dans les villes, alors que les activités rurales, liées à des marchés plus restreints et qui travaillaient des articles de moindre qualité, ont parfois mieux résisté à la crise11. De fait, la reprise ultérieure (à partir de 1670-1680) s’est construite précisément sur la base de la résistance des zones rurales12.

  • 13 Une estimation récente de la question dans : A. Marcos Martín, España en los siglos XVI, XVII y XV (...)
  • 14 Ibid., p. 563 et s.
  • 15 G. Pérez Sarrión (éd.), Más Estado y más mercado. Absolutismo y economía en la España del siglo XV (...)
  • 16 Quelques exemples chez A. Muset i Pons, « Protoindustria e industria dispersa… », p. 61 ; L. Garcí (...)
  • 17 Un exemple caractéristique chez V.E. Martínez del Cerro, Una comunidad de comerciantes : navarros (...)

5Au XVIIIe siècle, comme on le sait13, s’est produit un essor des campagnes qui a eu également pour effet le développement des industries rurales en phase avec la croissance de la population – moins en Castille que dans le reste de l’Espagne14 –, et qui est allé de pair avec le développement du commerce intérieur qui a dynamisé les productions des différentes régions15. Évidemment, et comme auparavant, le commerce avec l’Amérique a représenté un débouché possible pour une bonne part de la production des industries rurales espagnoles16. La présence de commerçants espagnols à Cadix est une bonne preuve de l’exportation vers les colonies des produits régionaux, en raison des relations que les migrants entretenaient avec leurs lieux d’origine17. De fait, si l’on se situe avant la mécanisation du XIXe siècle, l’industrie espagnole apparaît assez étendue, en particulier les industries rurales.

6Mais qu’entend-on par « industrie rurale » ? Le concept fait évidemment référence directement à la situation géographique : l’industrie rurale est celle qui est en-dehors des noyaux de population que l’on peut appeler villes, bien que la définition de ces dernières soit délicate. Mais laissons de côté cette question épineuse et choisissons une caractérisation élémentaire du rural, c’est-à-dire la campagne éloignée des centres de population ou structurée par de petits noyaux d’habitat, hameaux, villages, bourgs, où règne la prédominance absolue du secteur primaire et où ces petits centres n’ont un caractère administratif que de portée réduite. La présence d’activités industrielles induit une fonction commerciale – au moins le nécessaire pour donner un débouché à leurs productions – de ces petits noyaux de population.

7À cette définition géographique, il faut adjoindre une approche typologique et tenir compte des objets produits. Ainsi, à qui appartiennent ces industries ? Quels en sont leurs travailleurs ? Quel capital ont-elles ? Que produisent-elles ? Ces questions, parmi d’autres, nous obligent à élaborer au moins une typologie générale pour nous aider à donner un cadre à notre objet d’étude.

8Il existe alors, en premier lieu, des industries employant des paysans, c’est-à-dire les habitants du lieu de production, aussi bien propriétaires que travailleurs. Ce type d’industrie rurale, directement liée à la population locale et à ses possibilités économiques, est la plus caractéristique, bien sûr, et concerne une grande variété de secteurs et de produits : le secteur textile, en particulier les industries de la laine de basse et moyenne qualité et les industries de lingerie, ou d’autres secteurs qui pour le cas espagnol sont moins connus mais très étendus, tels les secteurs du cuir, de la céramique, de la production de charbon végétal, ou de la métallurgie, tant pour les usages domestiques que pour les travaux agricole. Encore la liste n’est-elle pas close.

9Mais à côté de ces activités liées à la population locale et souvent conditionnées par les caractéristiques géographiques de l’endroit (climat, types de sol, mines, etc.), il existe d’autres industries situées également à la campagne mais qui sont plutôt le fait de riches propriétaires, très fréquemment forains, qui louent les unités de production ou les exploitent directement avec des ouvriers de la région. Il s’agit d’activités capitalistiques car l’investissement du capital est essentiel ici, sans compter qu’il s’établit une nette division entre capital et travail. Ce sont des industries rurales, certes, mais on voit déjà que leurs rapports avec les paysans sont très différents de ceux qui peuvent exister dans les activités mentionnées précédemment. Ce type d’industries se trouve, fondamentalement, dans les secteurs minier et sidérurgique, surtout quand il s’agit de minerais de qualité – fer, cuivre, plomb, par exemple, qui sont utilisés pour fabriquer des produits chers et qui exigent des connaissances technologiques plus amples. En règle générale, les paysans travaillent dans ces activités comme salariés, et ces entreprises dépendent toujours d’un investissement étranger.

  • 18 Par exemple à Ségovie. A. García Sanz, « Verlagssystem y concentración productiva en la industria (...)
  • 19 J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la empresa textil lanera en Sabadell y Tarrasa en el sigl (...)
  • 20 A. González Enciso, Estado e industria en el siglo XVIII : la fábrica de Guadalajara, Madrid, 1980 (...)

10Mais, il y a encore un autre type d’activités rurales, à savoir celles qui sont liées directement à des industries centralisées dans les villes, mais qui délocalisent en milieu rural certaines des étapes du processus de production. De toute évidence, ici encore le secteur le plus caractéristique est le secteur textile, où il est fréquent que les étapes initiales du processus de fabrication du drap, notamment le cardage et de filage, soient réalisées à la campagne, généralement à travers un verlagssystem particulier. En effet, le verleger n’est pas vraiment un commerçant urbain qui agit librement et contrôle les circuits de production industrielle dans les campagnes environnantes, mais plutôt un fabricant qui délocalise la partie du processus que ne contraignent pas les ordonnances des corporations18. La filature est parfois organisée dans ce que l’on appelle les écoles à filer, dont l’activité peut dépendre soit des fabricants d’un centre industriel, comme c’est le cas, par exemple, autour de Sabadell19, ou bien d’une fabrique d’État comme c’est le cas de la Real Fábrica de draps de Guadalajara, qui répartit le travail de filage dans plusieurs provinces autour de l’entreprise, en fournissant du travail à des centaines de personnes, des femmes dans leur majorité20.

11Il est évident que cette classification est trop simple et qu’il y aurait lieu de l’élargir, mais ce n’est pas là l’objectif de cette étude qui est plutôt de mettre en exergue un fait essentiel : celui de la variété. Les industries rurales, en effet, ne répondent pas à un type unique, mais font montre d’une grande variété ; de sorte que le travail qui s’y déroule est lui aussi varié, ainsi que le sont nécessairement les formes que la pluriactivité adopte dans chaque cas.

12Cela dit, la pluriactivité qui nous intéresse, est celle qui se produit dans ce que l’on appelle habituellement des régions industrielles, c’est-à-dire, des territoires dans lesquels s’est développé un type quelconque d’activité industrielle ne servant pas seulement à la consommation strictement locale, mais ayant des débouchés sur le marché, alliant ainsi les processus productifs agricole et industriel avec le processus commercial. Dans cette optique, le terme d’industrie domestique se révèle insuffisant. Celui-ci induit, en effet, que la famille paysanne travaille chez elle mais, en principe, le terme en lui-même n’indique rien d’autre. Or, ce travail relève parfois de la simple autoconsommation familiale et dans ce cas, même s’il y a pluriactivité au sens strict, cela signifie seulement que le paysan est à même de se procurer certains produits sans devoir les acheter sur le marché. Le paysan, par cette industrie domestique élémentaire, s’évite des dépenses, mais son activité ne produit aucun revenu. Plutôt que d’agir sur le marché, il l’évite. En revanche, quand l’activité industrielle, même domestique, produit des articles pour le marché, elle génère des ressources supplémentaires qui complètent le revenu familial, indépendamment de l’étendue que pourrait avoir le marché. C’est précisément ce type d’activité, qui se diffuse parmi les habitants d’une région, qui peut donner naissance à des villes et des villages industriels et, le cas échéant, à des régions industrielles.

13L’existence de ces régions industrielles étant normalement liée à un certain type d’industrie, il y aurait lieu, par conséquent, de parler de régions industrielles textiles – et au sein de celles-ci, des différents secteurs textiles – ou métallurgiques, par exemple, qui sont les plus caractéristiques et les mieux connues parce que leurs produits entrent pleinement dans les circuits commerciaux. Dans de nombreux cas, ces régions industrielles sont liées à des caractéristiques géographiques concrètes qui orientent l’activité des paysans. La sidérurgie, en particulier, est liée à la présence de mines et de cours d’eau qui facilitent l’installation de différents engins, ou à celle de bois nécessaire au combustible.

  • 21 Pour une description et une estimation récentes étendues à l’industrie castillane de la laine, voi (...)

14Rappelons ici l’extension des industries rurales dans quelques secteurs parmi les plus importants dans l’Espagne du XVIIIe siècle. L’industrie de la laine est présente dans de nombreuses régions. En Castille, des régions comme celle de Cameros (actuelle province de La Rioja), celle des sierras de la Demanda (province de Burgos) et de Béjar (Salamanque), ainsi que les zones montagneuses des provinces de Ségovie et d’Avila sont particulièrement importantes. Tous ces exemples sont des zones de montagne où on peut penser que l’exiguïté agricole a amené les paysans à se tourner vers d’autres sources de revenus, même s’il est vrai qu’il s’agissait aussi de zones riches en élevage ovin ; cependant, il existait également une industrie de la laine notoire dans certaines plaines de la Castille, à Tierra de Campos – terre de culture céréalière – et dans d’autres endroits des provinces de Zamora ou de Ségovie21.

  • 22 M. Weisser, The Peasants of the Montes, Chicago, 1976.
  • 23 A. Parejo Barranco, Industria dispersa e industrialización…
  • 24 J. Torras Elías, « Estructura de la industria precapitalista : la drapería », Recerques, 1981, p.  (...)
  • 25 A. Peiró Arroyo, Tiempos de industria. Las tierras altas turolenses, de la riqueza a la despoblaci (...)
  • 26 J.L. Hernández Marco, « La pañería como alternativa económica de las serranías del interior valenc (...)
  • 27 P. Saavedra, Economía, política y sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Madr (...)

15D’autres régions d’industrie textile lainière se situent alors dans les Montes de Toledo (province de Tolède)22, en Andalousie (Los Pedroches, Antequera, Yunquera) ou dans les provinces de Cordoue et de Malaga23. Les territoires de la Couronne d’Aragon sont également riches en industrie lainière et en élevage ovin, au XVIIIe siècle encore. En Catalogne il existe plusieurs zones lainières, notamment dans la montagne (Puigcerdá, Olot), le piémont, la zone pré-littorale (région del Vallés, Montserrat, Sabadell et Tarrasa)24, de même qu’en Aragon, à Saragosse (Tarazona, Épila) ou dans la province de Teruel25. La région valencienne possède aussi une industrie lainière importante à Castellón, ou à Alcoy26. Quant à l’industrie du lin, bien que le plus souvent d’assez basse qualité, elle s’est assurée une large présence rurale, tout comme l’industrie de la lingerie rurale. Celle-ci, implantée dans toute l’Espagne, s’est particulièrement développée en Galice27 et dans quelques autres régions montagneuses. En revanche, l’industrie de la soie est demeurée surtout urbaine.

  • 28 V. Vázquez de Prada, « Aportación al estudio de la siderurgia catalana (siglos XVI-XVII) », Aporta (...)
  • 29 L.M. Bilbao, E. Fernández de Pinedo, « Auge y crisis de la siderometalurgia tradicional en el País (...)
  • 30 C. Ceballos Cuerno, Arozas y ferrones. Las ferrerías de Cantabria en el Antiguo Régimen, Santander (...)
  • 31 C. González Pérez, A producción tradicional do ferro en Galicia. As grandes ferrarias de provincia (...)

16Pour sa part, l’industrie métallurgique est présente dans toutes les zones montagneuses où il y a du minerai de fer ; elle est courante dans beaucoup d’endroits en Espagne, avec des différences de quantité et de qualité du minerai, mais plus particulièrement dans toutes les montagnes du Nord, aussi bien dans les Pyrénées orientales28, que dans le Pays basque29 et dans le reste de la cordillère cantabrique30, jusqu’en Galice31. Outre ces activités industrielles majeures, existent beaucoup d’autres industries également réparties sur toute l’espace péninsulaire.

  • 32 J. Nadal, J. Catalan (éd.), La cara oculta de la industrialización española. La modernización de l (...)

17Ainsi, du point de vue des industries rurales, l’Espagne moderne a bien été un pays industriel et les possibles processus de désindustrialisation survenus au XIXe siècle ne doivent pas nous faire oublier cette réalité. Il faut rappeler, à cet égard, que le concept de désindustrialisation est très nuancé, compte tenu du fait qu’il ne faut pas seulement se fixer sur l’absence d’une transformation industrielle moderne et mécanisée, mais aussi sur l’apparition d’autres industries plus petites, légères, auxquelles on n’avait pas fait attention il y a peu de temps encore32.

Paysans ou industriels ? La pluriactivité, un concept à préciser

  • 33 P. Erdozain Azpilicueta et al., « Campesinado y pluriactividad en la Navarra cantábrica en la prim (...)
  • 34 On peut voir un exemple dans l’étude monographique de Studia Historica. Historia Moderna, 2007, où (...)

18La pluriactivité n’est pas un sujet qui a été étudié en tant que tel. Cette lacune a été encore récemment relevée33, et notre propre expérience montre que l’usage même du terme n’est pas fréquent dans les travaux d’histoire agraire concernant l’Époque moderne34. Malgré tout, l’historiographie de ces dernières années tend à souligner l’importance de la pluriactivité comme base des économies familiales paysannes traditionnelles. La connaissance de la pluriactivité en terme général reste cependant très sommaire. De fait, l’image commune de paysans qui consacrent un peu de temps aux travaux industriels ou à des tâches de charroi, de pacage, ou autres, est toujours présente, comme celle d’industriels qui complètent leurs revenus avec une activité agricole, l’élevage, le transport, ou un domaine de rapport. Mais nous n’en savons guère plus et il n’y a pas non plus de réflexions méthodologiques plus détaillées.

19Si les acteurs de la production industrielle dans les campagnes sont aussi bien des paysans que des ouvriers industriels, il faudrait ajouter, néanmoins, que cette caractérisation ne suffit pas, car ce qui relève du paysan et de l’industriel dépend de concepts assez génériques. Les paysans peuvent être des propriétaires, des fermiers ou des journaliers ; de même que les acteurs de l’industrie peuvent être entrepreneurs – travailler à leur compte –, financer le processus de production, travailler à la commande, ou être salariés. Toutes les combinaisons se rencontrent, selon les endroits et les circonstances. D’autre part, la pluriactivité touche aussi d’autres secteurs comme l’élevage, les activités commerciales, financières ou autres.

20Les « industriels » sont-ils donc des paysans qui consacrent une partie de leur temps à l’industrie, ou des artisans qui s’appuient sur des revenus agricoles ? La réponse pourrait reposer sur le volume d’heures consacré à l’une ou l’autre de ces activités, ou bien sur les revenus produits par chacune ; dans les deux cas, les situations peuvent être différentes. De même, le volume d’heures de travail et les revenus obtenus, dépend également de la place de chacun dans le schéma de travail (propriétaires, fermiers…).

  • 35 M. González de Molina, « Introducción », J.M. Naredo, La evolución de la agricultura en España. De (...)
  • 36 R. Domínguez Martín, El campesinado adaptativo. Campesinos y mercado en el norte de España, 1750-1 (...)

21Mieux vaut changer d’optique et considéré la pluriactivité non comme un complément, mais comme une réalité essentielle, connaturelle à une certaine forme de vie. Il s’agirait alors de distinguer entre une pluriactivité « naturelle », développée directement autour des agrosystèmes, et une pluriactivité « sociale », reposant sur la réalisation de différentes tâches rémunérées et alternatives35. Dans le premier cas, il s’agirait de paysans trouvant un complément à leurs ressources dans une activité industrielle, ou de travailleurs de l’industrie qui complètent leurs revenus avec des activités agraires. Dans ces cas hypothétiques, il faudrait décider quelle est l’activité principale. Mais il est peut-être plus réaliste de considérer l’hypothèse d’une pluriactivité essentielle à la vie paysanne. C’est en ce sens que Rafael Domínguez Martín36 a fait référence à la « paysannité » (la « campesinidad »), une forme de vie qui inclut la réalisation de tâches variées.

  • 37 J.R. Moreno Fernández, « Las áreas rurales de montaña en el siglo XVIII : el caso de las sierras d (...)

22Étant donné qu’une part importante des industries rurales est implantée dans des zones montagneuses, il faudrait également considérer que la vie dans la montagne a des caractéristiques spécifiques qui conduisent, en soi, à la pluriactivité ; dans ce cas, celle-ci est la manifestation d’une réalité économique qui cherche son équilibre naturel dans le complément des activités pour lesquelles elle est le plus apte. Il a été proposé, à cet égard, d’appeler les habitants de ces zones de montagne tout simplement « serranos », habitants d’une sierra qui, en tant que tels, réalisent des activités adaptées à leur environnement37. On pourrait se demander si cette caractéristique d’une vie « serrana » serait applicable également à la vie dans la plaine, avec une économie agraire et un système de propriété très différents, mais où la complémentarité d’activités est aussi effective.

  • 38 R. Hernández García, « Demografía e industria : algunas aplicaciones metodológicas del Catastro de (...)
  • 39 Ibid., p 203.

23Il existe également d’autres points de vue qui nous permettent d’avoir une optique encore plus variée du concept de pluriactivité, tel celui de savoir si le concept s’applique à chaque personne séparément ou à la famille ; ou encore, si par tâches pluriactives, on entend seulement des tâches salariées, ou également des revenus produits par la vente des produits fabriqués, ou des rentes de capital, ou d’autres revenus possibles découlant de propriétés diverses. En définitive, il serait bon de définir les catégories économiques qui peuvent faire partie d’une occupation pluriactive. Ainsi, dans le premier cas, Hernández García soulève le problème d’une documentation qui assigne deux métiers à un habitant, et il se demande si cela indique que les deux sont exercés par le chef de famille – « ce qui serait à proprement parler de la pluriactivité », signale-t-il38 – ou, au contraire, que l’un des métiers, le secondaire, est réalisé par la femme et les enfants. Ce même auteur aborde également le travail des femmes et des enfants comme recours habituel, quotidien et rémunéré, et comme élément basique et indispensable pour parvenir à un équilibre économique minimum. Dans ce cas, il faudrait faire une distinction, tout d’abord, entre le travail féminin et infantile complémentaire et la pluriactivité proprement dite, entendue, dit l’auteur, « d’une manière correcte, comme une activité complémentaire et marginale pour le cas des hommes », puisqu’ils ne l’exerceraient – et de manière partielle –, que pendant quelques mois de chômage agricole. Si l’on considère que cet énoncé est correct, « dans ce cas, la pluriactivité masculine serait davantage un changement de travail temporaire et non pas un travail supplémentaire mené de front avec le métier principal ». Toutefois, à la fin de son étude, l’auteur semble s’incliner devant la nécessité d’« assimiler le terme de pluriactivité à l’apport sous forme de travail – rémunéré, quoique de manière insuffisante –, que réalisent de manière continue des femmes et des enfants39 ».

  • 40 R. Moreno Fernández, « Serranos hacedores de paños : pluriactividad y protoindustria en la montaña (...)

24Ces deux approches possibles de la question de la pluriactivité du chef de famille ou de toute la famille, même si ce sont deux réalités distinctes en théorie, ne doivent pas occulter le fait qu’il est fort possible que, dans la vie, elles aient été mêlées. Quoi qu’il en soit, dans cette perspective, on peut voir que le chef de famille a, ou peut avoir, un métier principal, ce qui peut permettre, en dernier ressort, de le reconnaître en fonction de ce métier. Pour sa part, Moreno Fernández, en se référant à une zone textile rurale de montagne, semble se montrer plus précis et il entend la pluriactivité comme « la distribution de la force de travail familiale dans une large variété de tâches simultanées ou consécutives issues tant du marché du travail – agricole, élevage, industriel ou de services, que d’activités extra-commerciales sur des terres propres ou des ressources communales40 ». Il me semble que les contributions de ces auteurs établissent clairement, d’une part, une réalité de travail pluriactif qui est le fait de toute la famille et, d’autre part, qu’il existe des situations variées, pas toujours identiques. Se pose, en outre, la question de l’origine des revenus : déterminer si la pluriactivité se réfère à des travaux salariés seulement, ou bien à un autre type de revenus. Il semble ici aussi que tous les auteurs englobent comme relevant de la pluriactivité tout type de revenus, qu’il soit obtenu à travers le marché, ou grâce à des activités extra-commerciales.

25Ajoutons une considération en marge du cas des industries rurales : si le concept est pris au sens large, ne serait-il pas applicable à d’autres catégories de travail ou de profession ? La pluriactivité est-elle une caractéristique spécifique du monde rural ? Que dire d’un commerçant qui, en plus, de prêter de l’argent, dispose de rentes, participe à la perception des impôts royaux et a une propriété agricole ; relève-t-il de la pluriactivité ? En arrière-plan, se fait jour la comparaison entre l’Époque moderne, où le travail n’est pas spécialisé, et l’Époque contemporaine qui, en général, a tendu à la spécialisation, à condition qu’un seul métier soit suffisamment rentable.

Trois cas d’étude de pluriactivité dans l’industrie textile lainière

26Aussi bien du fait que les travaux explicites sur la pluriactivité sont rares, que parce qu’il n’est pas assuré que les réalités soient nécessairement les mêmes, trois études seront ici mises en exergue, probablement les seules qui nous donnent une image plus complète et plus concrète de la pluriactivité, chacune avec ses nuances.

  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., p. 20.

27La première, de Moreno Fernández41, se réfère à la pluriactivité des serranos dans la montagne de La Rioja, autour de l’industrie de la laine. Au XVIIIe siècle, pour une population de 35 000 habitants répartis dans 120 agglomérations de tailles différentes, l’industrie du drap donne ici de l’emploi, avec une intensité variable, à quelque 7 500 personnes dans les différentes phases du processus d’élaboration. Les fabricants sont au nombre d’environ 1 900, soit 21 % des foyers. Bien que l’on suppose qu’ils sont propriétaires de la matière première et de la finition du drap, ils ne prétendent pas contrôler tout le processus. Il s’agit de petits fabricants, puisque plus de 90 % fabriquent seulement moins de dix pièces par an. Néanmoins, « tous les fabricants, sans aucune exception, pratiquent l’industrie du drap en même temps que d’autres activités ou sources de revenus » même la minorité qui travaille un grand nombre de pièces (plus de 80)42. Les autres métiers des fabricants ont trait aux activités typiques de l’économie de la sierra comme l’agriculture, l’élevage, d’autres artisanats, des services et du commerce. Les métiers les plus représentés, et de loin, puisqu’ils constituent 77 % des activités, concernent l’agriculture, l’élevage et la fabrication de draps. Celle-ci est peu concentrée même chez les plus aisés.

28Quant au poids respectif de ces diverses occupations, les différences sont notoires entre villes et hameaux. Ainsi, dans la ville d’Ortigosa, habitent 64 des 78 artisans lainiers, soit 72 % des fabricants et de tous ceux qui se consacrent au commerce des textiles. Dans les hameaux, cette proportion est bien moindre. De fait, dans les sierras, une division très nette du travail s’est produite. Dans les hameaux et les petits centres, l’activité est plus rurale, avec plus d’agriculture, moins de bétail transhumant et une plus faible présence de l’industrie et du commerce. Pour leur part, les villes constituent les centres dynamiques qui fournissent le capital, l’emploi et une économie monétisée. Néanmoins, l’intensité de la pluriactivité est similaire, quoique plus intense dans les villes : 3,2 métiers par famille ici, 2,8 métiers par famille dans les hameaux, avec une structure identique dans les deux cas.

  • 43 Ibid., p. 22.

29Il faut souligner que « l’impressionnant volume productif » – quelque 900 pièces par an – est atteint en additionnant la participation de nombreux fabricants et même si le textile n’est pas suffisant pour garantir leur indépendance économique, cette activité n’est pas complémentaire car « dans l’optique de la pluriactivité, toutes les occupations paysannes étaient marginales et toutes étaient essentielles43 », c’est-à-dire qu’il n’est pas question d’indiquer laquelle est prioritaire, mais que toutes sont importantes. En réalité, l’occupation dans les unes et les autres peut osciller en fonction des circonstances. L’auteur conclut en disant qu’il n’y a pas de laboureurs, de bergers, d’éleveurs… faiseurs de draps, mais des « serranos » faiseurs de draps ; il ne s’agit donc pas d’indiquer une activité principale et une autre secondaire, mais de considérer l’unité et la complémentarité de toutes les activités.

  • 44 R. Hernández García, « Demografía e industria… », p. 207.

30Le deuxième exemple se réfère à Astudillo, une localité de la Tierra de Campos, dans la province de Palencia, plaine céréalière – produisant surtout du blé – située à 780 m d’altitude et soumise à un climat continental, froid en hiver, chaud en été, et sec toute l’année. Ici aussi, l’élevage ovin est important et fournit la matière première pour le tissu. Sur une population de près de 3 000 habitants, les deux-tiers se consacrent au secteur secondaire, dont la moitié environ au textile44.

  • 45 R. Hernández García, La industria textil de Astudillo…, p. 98.
  • 46 Ibid., p. 99.

31Du fait que la qualité des draps d’Astudillo est basse, la marge de bénéfice est réduite et les fabricants ne peuvent pas vivre exclusivement de ce métier. Aussi, 90 % d’entre eux sont propriétaires de terres. Leurs propriétés sont très au-dessus de la moyenne de celles du reste des habitants, ce qui fait que, pour les plus importantes, le textile passe pour une occupation secondaire pour ce qui est des revenus générés45. Mais la situation des fabricants demeure très variable. Certains ont des propriétés agricoles de moindre importance. D’autres encore louent des terres ou même travaillent comme journaliers sur les terres d’autrui. Quant à la nature des cultures, ce peut être aussi bien des céréales que des vignes, celles-ci étant généralement associées aux propriétés les plus petites mais néanmoins aptes à offrir des rendements acceptables46. Quoi qu’il en soit, la propriété agraire n’est pas la seule activité alternative des fabricants ; ceux-ci peuvent obtenir des revenus d’origine variée. Jusqu’à 20 % d’entre eux, par exemple, tirent des revenus de la location de terres et de la dîme. Il y a lieu d’assimiler à ces fabricants la situation des femmes veuves qui sont chefs de famille et ont également une activité de fabricant.

  • 47 Ibid., p. 116.

32Si les fabricants ont besoin de compléter leurs revenus, c’est encore plus une nécessité pour les journaliers qui, de fait, sont clairement pluriactifs, surtout pendant l’hiver, quand ils travaillent dans les ateliers des autres ou bien entretiennent une minuscule fabrique dans leur foyer47. Les artisans non fabricants ont également des propriétés agricoles et une maison.

  • 48 J.J. Martín García, Historia de la industria textile de Pradoluengo. II. La etapa preindustrial (1 (...)
  • 49 Ibid., p. 56
  • 50 Ibid., p. 58-59.
  • 51 Ibid., p. 82, 85.
  • 52 Ibid., p. 61-62.

33Le troisième exemple, étudié par Martín García48, concerne Pradoluengo dans la province de Burgos. Situé à 962 m d’altitude, dans la sierra de la Demanda, cette localité compte, vers 1750, 1 031 habitants et on y fabrique des draps ordinaires, surtout, des bayettes. Il faut signaler, en premier lieu, qu’à Pradoluengo la majorité de la population – près de 90 %, a alors un rapport direct avec l’industrie textile, soit comme fabricant, tisserand, ou tout autre métier49. À l’inverse du cas de la sierra de Cameros où la complémentarité d’activités variées est connaturelle à la vie rurale même, Martín García constate qu’à Pradoluengo il existe plutôt une occupation textile unique, avec une agriculture déficitaire pour couvrir les besoins alimentaires minimums de sa population50. Il est vrai également que dans cette occupation plusieurs métiers se complètent parfois, comme dans le cas de la plupart des tisserands qui sont en même temps fabricants, c’est-à-dire, cardeurs et travaillent pour leur compte51. Toutefois, cette appréciation sur leur activité exclusive peut également être, comme on l’a vu, un problème de sources : bien que 73 % de la population ne fasse pas état d’autres revenus que ceux qui découlent de l’industrie textile, ces revenus sont très réduits, et on peut donc raisonnablement penser qu’il y existe d’autres occupations occultées par les enquêtes. Néanmoins, les sources ne reflètent que des activités alternatives très secondaires, comme l’exploitation de coupes de bois ou la propriété de quelques têtes d’ovins ou de porcins. Cette situation fait qu’à Pradoluengo, il existe une complémentarité régionale avec la proche vallée de la rivière Tirón, en raison de la nécessité de se fournir en produits agraires, une complémentarité qui n’a pas lieu nécessairement dans le cas de Cameros, une sierra dont l’économie, aux dires de Moreno Fernández, vit en équilibre52.

  • 53 Ibid., p. 65, 96.

34Dans ce contexte, les fabricants qui produisent le plus disposent toujours d’une main-d’œuvre salariée ; de même que, qui se consacre au commerce dispose également, à la maison, de domestiques qui aident tant à la fabrication qu’à la commercialisation. En plus de cette majorité de fabricants qui vivent de l’industrie puisque l’agriculture est trop pauvre, il existe aussi à Pradoluengo des fabricants pluriactifs, selon l’appellation donnée par Martín García. Il s’agit de laboureurs, peu nombreux à cet endroit, davantage occupés à l’exploitation du bois et de l’élevage qu’à l’agriculture proprement dite, mais qui réalisent aussi des travaux textiles, comme le cardage et le filage et qui, par conséquent, peuvent aussi être considérés comme des fabricants, bien que produisant des quantités très petites et vouées généralement à l’autoconsommation53.

D’autres facteurs assortis à la pluriactivité : richesse, concentration, complémentarité agricole

35Ainsi émergent trois images différentes : la pluriactivité comme phénomène naturel ; la pluriactivité comme complément – et curieusement les plus riches semblent davantage pluriactifs ; et finalement, l’absence d’une nette pluriactivité. Dans ces différences, la géographie et les ressources naturelles jouent aussi un rôle, de même que le type d’article fabriqué. D’autres facteurs influent sur la pluriactivité. Il ne s’agit pas, cependant, de facteurs déterminants, puisque nous avons vu que des conditions semblables peuvent donner lieu à des configurations plutôt différentes. La richesse des personnes, par exemple, peut être l’un des paramètres. Les acteurs de la production industrielle ne sont pas des artisans strictement spécialisés, différents du reste de la population de ces villages et de ces villes. Tous ne se consacrent évidemment pas aux mêmes activités, ni n’ont le même niveau de richesse. Quoi qu’il en soit, ce qui ressort de la plupart des cas étudiés, c’est que l’occupation de ces personnes est, en général, flexible, étant donné qu’aucune ne semble suffisamment riche ou puissante pour prendre le contrôle de la production. Dans bien des aspects, toutes ces activités ressemblent à une activité commune dans laquelle le capital mercantile a peu d’incidence. Il est vrai qu’il existe des différences entre les fabricants et les tisserands, qui sont aussi bien financières que techniques, étant donné que le tissu exige des connaissances très spécifiques, mais l’impression est que, globalement, ces différences ne sont pas grandes.

  • 54 Ibid., p. 64.

36On pourrait dire, par exemple, qu’à Cameros l’industrie n’est pas suffisante pour vivre sans l’apport de l’agriculture. Pourtant, elle produit plus qu’à Pradoluengo, entre autres parce qu’on y fabrique des articles de meilleure qualité (des draps, quoique de basse qualité par rapport aux bayettes) qui se vendent sur des marchés plus éloignés. Dans ces circonstances, la coexistence industrie/agriculture est aussi nécessaire que naturelle. À Pradoluengo, en revanche, l’industrie est la seule occupation car il n’y a pas d’autre richesse, l’agriculture n’étant pas un complément suffisant. Par conséquent les habitants doivent vivre avec des revenus très modestes, ce qui se reflète également dans des familles moins nombreuses que celles de Cameros54. Peut-on dire que le manque de ressources limite la pluriactivité ? Celle-ci est-elle un facteur de ressources variées, bien qu’aucune d’elles ne soit abondante ?

  • 55 L’expression est en français dans le texte original : J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la (...)
  • 56 Ibid., p. 46-47.

37Il faudrait parler également d’un éventuel problème évolutif. La plupart des nouvelles études proviennent de l’analyse de l’information recueillie dans les différents niveaux d’information du Cadastre d’Ensenada, réalisé avant ou autour de 1750. Que s’est-il passé par la suite ? L’activité offre-t-elle toujours le même visage ? Il faut, à cet égard, tenir compte des processus de concentration de la production et, consécutivement, de l’évolution de l’organisation productive qui se développe dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. À Sabadell, comme le souligne B. Berenguer, bien que les cardeurs soient en principe les fabricants, ils sont assujettis aux limitations des corporations, tant celles des cardeurs que celles des tisserands. Après la première moitié du siècle, et probablement sous l’influence de l’exemple de l’industrie naissante du coton, les corporations finissent par être démantelées et une plus grande liberté permet aux cardeurs d’embaucher les tisserands qu’ils souhaitent ; de sorte que leur manière d’agir se met à ressembler alors à celle d’un entrepreneur « tout court55 ». De fait, bien que le tissu se trouve toujours dans la maison des tisserands, dans nombre de cas, l’activité est réalisée avec des métiers à tisser qui sont la propriété des fabricants. C’est-à-dire que les figures du fabricant qui, à présent, a davantage de pouvoir financier et d’organisation, et du tisserand, qui est de plus en plus salarié, se sont complètement modifiées. Ainsi, la mutation de l’organisation du travail s’accompagne d’un glissement de statut pour l’emploi de termes identiques, d’une période à l’autre ; le terme cardeur désigne dorénavant un journalier qui travaille seulement pour les fabricants, tandis que le terme de fabricant est celui qui s’impose pour l’ancienne dénomination de cardeur56. La survivance de tisserands rassemblés en corporation, défendant leurs intérêts, et leur coexistence avec des tisserands externes, engagés par les « nouveaux » fabricants, se font au détriment des premiers, désavantage qui se fait jour, entre autres, dans la quantité et la qualité plus réduite des propriétés agraires. Ainsi, les transformations de l’organisation du travail entraînent, nécessairement des nouveautés dans la structure de l’emploi et de l’occupation, c’est-à-dire sur le modèle de la pluriactivité, dans un double processus de prolétarisation des uns et d’une plus grande occupation entrepreneuriale des autres.

  • 57 A. González Enciso, « La industria lanera en la provincia de Soria en el siglo XVIII », Cuadernos (...)
  • 58 A. González Enciso, Estado e industria …, p. 156 ; R. Ros Masana, La industria textil lanera…, p.  (...)
  • 59 R. Ros Masana, La industria textil lanera…, p. 87.

38Nous ignorons jusqu’à quel point ces transformations ont eu lieu ailleurs, mais l’on peut supposer qu’elles ont été de nature analogue, quoique certainement plus tardives aussi. Dans la Rioja, les symptômes d’un processus de concentration de l’activité aux mains de quelques fabricants sont évidents, déjà dès les premières années du XIXe siècle ; une concentration qui tend à faire le saut vers un factory system naissant, peu d’années après57. À Béjar (Salamanque), la rupture avec les corporations a permis également la croissance de quelques fabricants58, ce qui est compatible, en l’espèce, avec le fait que des opportunités surgissent aussi pour d’autres personnes qui vont profiter d’une conjoncture changeante, ce qui conduit à la formation de nombreuses petites compagnies59.

  • 60 R. Hernández García, « Demografía e industria… », p. 203.

39Ces changements ont dû avoir une influence directe sur les modèles de pluriactivité, surtout du point de vue familial. Dans tous les cas connus, l’importance des composantes familiales dans l’activité industrielle est évidente, ainsi que le montrent l’analyse du groupe des fabricants et la mise en exergue de l’importance du travail féminin et infantile60. Ce fait est par ailleurs logique, étant donné que si l’activité économique est en plein essor, elle offre davantage de possibilités pour avoir une famille directe plus nombreuse, de même qu’elle permet d’engager des employés pour les tâches préparatoires de la laine. Ce fait montre, de nouveau, le rapport entre l’augmentation du groupe familial et le besoin d’une plus grande quantité de main-d’œuvre qui, dans nombre de ces cas, n’est plus fournie par les propres apports familiaux, mais est obtenue grâce à l’embauche de personnel. Cette aide externe a pu également changer la durée du travail de certains membres de la famille.

40De plus, dans la mesure où apparaissent des phénomènes comme l’embauche de travailleurs extérieurs, la diminution d’activité et la prolétarisation de certains groupes, ou encore l’augmentation du pouvoir financier pour d’autres et leur passage supposé à une occupation plus centrée sur un modèle capitaliste de production (davantage d’entrepreneurs modernes que de fabricants à la mode ancienne), il semble évident que les occupations familiales ont dû également être touchées, ainsi que les détails pratiques de la pluriactivité. Mais pour évaluer correctement ces changements il nous faudrait une comparaison détaillée des données antérieures à 1750, avec celles, par exemple, de la première décennie du XIXe siècle, avant que ne se produisent des changements plus profonds dus à la mécanisation.

***

  • 61 J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la empresa textil… », p. 52.
  • 62 R. Hernández García, La industria textil de Astudillo…, p. 99, 121.

41On peut s’interroger au final sur la complémentarité de l’industrie avec certaines activités agricoles, comme la vigne notamment. Selon la théorie de la proto-industrie, dans les zones proto-industrielles, il s’est produit une complémentarité régionale. Ce phénomène se serait manifesté, d’une manière particulière, dans le cas d’agricultures avec des cultures nécessitant une main-d’œuvre abondante, particulièrement dans les cultures de l’olive et, surtout, de la vigne. Étant donné que la complémentarité de l’activité paysanne est considérée alors uniquement dans une perspective saisonnière – paysans en été, artisans en hiver –, une culture exigeant un travail toute l’année exclut a priori la complémentarité. Il arrive, d’autre part, que ces cultures aient une limitation climatique qui se manifeste dans une limite d’altitude, généralement au-dessus de 700-800 m d’altitude où sont localisées la plupart des industries lainières de montagne. De fait, s’il n’y a donc pas de vignes dans les zones élevées, il existe en revanche, dans des zones moins élevées, voire dans des zones basses, une industrie textile lainière associée au travail viticole. C’est le cas dans des endroits comme Astudillo et Sabadell. Dans ce dernier lieu et à Tarrasa, parmi les activités complémentaires des fabricants, se détachent en effet l’élaboration et la commercialisation de vins et de leurs dérivés : 89 % des propriétés agricoles des cardeurs sont vouées à la viticulture61. D’un autre côté, à Astudillo également, une zone à prédominance céréalière très différente de la précédente, il existe aussi de nombreuses propriétés consacrées à la viticulture, dans lesquelles s’impliquent tout autant fabricants et artisans. Dans les deux cas, cette occupation sert à leurs propriétaires à compléter ou à augmenter leurs revenus62. Il semble donc évident que ces activités ont dû avoir une répercussion sur le schéma de la pluriactivité et elles nous montrent, une fois de plus, la variété de situations que le concept recouvre.

Notas

1 L’auteur remercie Anne-Marie Ledoux pour la traduction. F. Brumont, « Economía. Actividades industriales y artesanales, agricultura y ganadería », dans Historia de Burgos III (Edad Moderna, 2), Burgos, 1992, p. 93-145 ; J.J. Martín García, Historia de la industria textil de Pradoluengo. I. Los orígenes (1567-1720), Burgos, 2004.

2 À titre d’exemple, on pourrait signaler les titres suivants : T. Carnero et J. Palafox, « El funcionament del “putting-out system” al si d’una economia senyoral », Recerques, 1975, p. 97-110 ; A. García Sanz, Desarrollo y crisis del Antiguo Régimen en Castilla la Vieja. Economía y sociedad en tierras de Segovia de 1500 à 1814, Madrid, 1977 ; R. Aracil et M. García Bonafé, « La protoindustrialització i la indústria rural espanyola al segle XVIII », Recerques, 1983, p. 83-102 ; A. González Enciso, « La industria dispersa lanera en Castilla en el siglo XVIII », Cuadernos de Investigación Histórica, 1978, p. 268-289 ; Id., « La protoindustrialización en España », Revista de Historia Económica, 1984, II, 1, p. 11-44 ; A. Muset i Pons, « Protoindustria e industria dispersa en la Cataluña del siglo XVIII. La pañería de Esparreguera y Olesa de Montserrat », Revista de Historia Económica, 1989, p. 45-67 ; J. Torras Elías, « Especialización agrícola e industria rural en Cataluña en el siglo XVIII », Revista de Historia Económica, 1984, p. 113-127 ; B. Yun Casalilla, « Centros comerciales e industria rural en Tierra de Campos : transformaciones demográficas, propiedad agrícola e ingresos familiares en el siglo XVIII », communication présentée au II Congreso de Historia Económica, Alcalá de Henares, 1981.

3 À titre d’exemples : A. Pareja Barranco, Industria dispersa e industrialización en Andalucía. El textil antequerano, 1750-1900, Malaga, 1987 ; J. M. Benaul Berenguer, La industria textil llanera a Catalunya, 1750-1870. El procés d’industrialització al districte industrial de Sabadell-Terrasa, thèse, Barcelone, 1991 ; P. García Colmenares, Evolución y crisis de la industria textil castellana. Palencia, 1750-1990, Madrid, 1992 ; R. Ros Massana, La industria textil lanera de Béjar (1680-1850), Valladolid, 1999.

4 Par exemple : J.R. Moreno Fernández, La economía de montaña en La Rioja a mediados del siglo XVIII, thèse, Saragosse, 1999 ; R. Hernández García, La industria textil de Astudillo en el siglo XVIII, Palencia, 2002 ; J.J. Martín García, El desarrollo de la industria textil lanera en Pradoluengo (1720-1939), thèse, Burgos, 2005.

5 J. Vicens Vives, Historia económica de España, Barcelona, 1969, chap. 35. Un panorama de la croissance industrielle du XVIIIe siècle chez A. González Enciso, « La industria », L.M. Enciso Recio et al. (éd.), Los Borbones en el siglo XVIII (1700-1808). Historia de España Editorial Gredos, Madrid, 1991, p. 168-231.

6 Sur les effets de la guerre d’Indépendance sur l’industrie, A. González Enciso, « L’industrie en Espagne pendant la guerre d’Indépendance », Entreprises et Histoire, 2011, 62, p. 25-38.

7 J.R. Rosés, « La primera etapa de la industrialización », A. González Enciso, J.M. Matés Barco (coord.), Historia económica de España, Barcelone, 2006, p. 187.

8 Pour avoir une image ample et variée des industries rurales espagnoles au Moyen Âge, on peut consulter, par exemple, les travaux de I. Mugueta Moreno, ou G. Navarro, présentés dans ces mêmes journées de Flaran, mais également des ouvrages déjà classiques, comme P. Iradiel Murugarren, Evolución de la industria textil castellana en los siglos XIII-XVI. Factores de desarrollo, organización y costes de la producción manufacturera en Cuenca, Salamanque, 1974 ; ou récents comme H.R. Oliva Herrer, « La industria textil en Tierra de Campos a fines de la Edad Media », Studia Historica. Historia Medieval, 2000-2001, 18-19, p. 225-251.

9 Voir, par exemple, J.I. Fortea Pérez, Córdoba en el siglo XVI. Las bases demográficas y económicas de una expansión urbana, Cordoue, 1981. Une considération générale chez S. Solbes Ferri, « El siglo XVI : una etapa de crecimiento », A. González Enciso, J.M. Matés Barco (coord.), Historia económica…, p. 84-85.

10 V. Vázquez de Prada, « La industria siderúrgica en España, 1500-1650 », J.M. Usunáriz Garayoa (éd.), Aportaciones a la Historia Económica y Social : España y Europa, siglos XVI-XVIII, Pampelune, 2000, vol. II, p. 101-151.

11 A. González Enciso, « La crisis del siglo XVII », A. González Enciso, J.M. Matés Barco, Historia económica…, p. 114. Voir également une récente analyse des crises industrielles : J. Catalan, A. Sánchez, « Las grandes crisis industriales modernas y contemporáneas, 1500-2000 », Xe Congrès international de l’AEHE, 8-10 septembre 2011, Université Pablo de Olavide, Carmona (Séville).

12 H. Kamen, La España de Carlos II, Barcelone, 1981, p. 126 et s. ; A. González Enciso, « La crisis… », p. 120 et s. ; B. Yun Casalilla, « Del centro a la periferia : la economía española bajo Carlos II », Studia Historica. Historia Moderna, 1999, 20, p. 45-76.

13 Une estimation récente de la question dans : A. Marcos Martín, España en los siglos XVI, XVII y XVIII. Economía y sociedad, Barcelone, 2000, p. 584.

14 Ibid., p. 563 et s.

15 G. Pérez Sarrión (éd.), Más Estado y más mercado. Absolutismo y economía en la España del siglo XVIII, Madrid, 2011, p. 196. Sur le développement du commerce intérieur, A. González Enciso, « El comercio en la España interior durante la Época Moderna », Obradoiro de Historia Moderna (2008), 17, p. 15-42.

16 Quelques exemples chez A. Muset i Pons, « Protoindustria e industria dispersa… », p. 61 ; L. García Fuentes, Sevilla, los vascos y América :(las exportaciones de hierro y manufacturas metálicas en los siglos XVI, XVII y XVIII), Bilbao, 1991 ; R. Lanza García, Miseria, cambio y progreso en el Antiguo Régimen. Cantabria, siglos XVI-XVIII, Santander, 2010, p. 240 ; A. Aragón Ruano, « La actividad siderometalúrgica guipuzcoana durante el siglo XVII : transformaciones y productividad », Lurralde, 2011, 34, p. 132 et s.

17 Un exemple caractéristique chez V.E. Martínez del Cerro, Una comunidad de comerciantes : navarros y vascos en Cádiz (segunda mitad del siglo XVIII), Séville, 2006.

18 Par exemple à Ségovie. A. García Sanz, « Verlagssystem y concentración productiva en la industria pañera de Segovia durante el siglo XVIII », Revista de Historia Industrial, 1996, p. 18-19.

19 J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la empresa textil lanera en Sabadell y Tarrasa en el siglo XVIII », Revista de Historia Industrial, 1992, p. 46.

20 A. González Enciso, Estado e industria en el siglo XVIII : la fábrica de Guadalajara, Madrid, 1980, p. 471-494.

21 Pour une description et une estimation récentes étendues à l’industrie castillane de la laine, voir : R. Hernández García, La manufactura lanera castellana. Una herencia malbaratada : 1750-1850, Asturies, 2010.

22 M. Weisser, The Peasants of the Montes, Chicago, 1976.

23 A. Parejo Barranco, Industria dispersa e industrialización…

24 J. Torras Elías, « Estructura de la industria precapitalista : la drapería », Recerques, 1981, p. 7-28 ; J.M. Benaul Berenguer, La industria textil llanera…

25 A. Peiró Arroyo, Tiempos de industria. Las tierras altas turolenses, de la riqueza a la despoblación, Saragosse, 2000.

26 J.L. Hernández Marco, « La pañería como alternativa económica de las serranías del interior valenciano », Saitabi, 1987, 37, p. 209-224 ; R. Aracil et M. García Bonafé, Industrialització al pais valencià (el cas d’Alcoy), Valence, 1974.

27 P. Saavedra, Economía, política y sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Madrid, 1985 ; X. Carmona, El atraso industrial de Galicia. Auge y liquidación de las manufacturas textiles (1750-1900), Barcelone, 1990.

28 V. Vázquez de Prada, « Aportación al estudio de la siderurgia catalana (siglos XVI-XVII) », Aportaciones a la Historia Económica…, p. 167-78.

29 L.M. Bilbao, E. Fernández de Pinedo, « Auge y crisis de la siderometalurgia tradicional en el País Vasco (1700-1850) », La economía española al final del Antiguo Régimen. II, Manufacturas, Madrid, 1982, p. 138-228 ; R. Uriarte Ayo, Estructura, desarrollo y crisis de la siderurgia tradicional vizcaína, 1700-1840, Bilbao, 1988 ; I. Carrión Arregui, La siderurgia guipuzcoana en el siglo XVIII, Bilbao, 1991.

30 C. Ceballos Cuerno, Arozas y ferrones. Las ferrerías de Cantabria en el Antiguo Régimen, Santander, 2001.

31 C. González Pérez, A producción tradicional do ferro en Galicia. As grandes ferrarias de provincia de Lugo, Lugo, 1994.

32 J. Nadal, J. Catalan (éd.), La cara oculta de la industrialización española. La modernización de los sectores no líderes, Madrid, 1994.

33 P. Erdozain Azpilicueta et al., « Campesinado y pluriactividad en la Navarra cantábrica en la primera mitad del siglo XIX », Historia Agraria, 2003, p. 155.

34 On peut voir un exemple dans l’étude monographique de Studia Historica. Historia Moderna, 2007, où tant le terme, que son traitement, n’apparaissent pratiquement pas.

35 M. González de Molina, « Introducción », J.M. Naredo, La evolución de la agricultura en España. Desarrollo capitalista y crisis de las formas de producción tradicionales, Grenade, 1996, p. 27 et 29 ; P. Erdozain et al., « Campesinado y pluriactividad… », p. 156.

36 R. Domínguez Martín, El campesinado adaptativo. Campesinos y mercado en el norte de España, 1750-1880, Santander, 1996, p. 115.

37 J.R. Moreno Fernández, « Las áreas rurales de montaña en el siglo XVIII : el caso de las sierras del sur de la Rioja », Revista de Historia Económica, 2001, XIX ; Id., « La economía de montaña en el Antiguo Régimen : los equilibrios tradicionales en el Pirineo aragonés », Ager, 2002, 2.

38 R. Hernández García, « Demografía e industria : algunas aplicaciones metodológicas del Catastro de la Ensenada para el estudio de la industria textil castellana », Revista de Demografía Histórica, 2008, XXVII, II, p. 201.

39 Ibid., p 203.

40 R. Moreno Fernández, « Serranos hacedores de paños : pluriactividad y protoindustria en la montaña riojana (c. 1750) », Revista de Historia Industrial, 2004, 25, p. 15.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 20.

43 Ibid., p. 22.

44 R. Hernández García, « Demografía e industria… », p. 207.

45 R. Hernández García, La industria textil de Astudillo…, p. 98.

46 Ibid., p. 99.

47 Ibid., p. 116.

48 J.J. Martín García, Historia de la industria textile de Pradoluengo. II. La etapa preindustrial (1720-1820), Burgos, 2005.

49 Ibid., p. 56

50 Ibid., p. 58-59.

51 Ibid., p. 82, 85.

52 Ibid., p. 61-62.

53 Ibid., p. 65, 96.

54 Ibid., p. 64.

55 L’expression est en français dans le texte original : J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la industria textil… », p. 44.

56 Ibid., p. 46-47.

57 A. González Enciso, « La industria lanera en la provincia de Soria en el siglo XVIII », Cuadernos de Investigación Histórica, 1983, p. 155-157.

58 A. González Enciso, Estado e industria …, p. 156 ; R. Ros Masana, La industria textil lanera…, p. 86.

59 R. Ros Masana, La industria textil lanera…, p. 87.

60 R. Hernández García, « Demografía e industria… », p. 203.

61 J.M. Benaul Berenguer, « Los orígenes de la empresa textil… », p. 52.

62 R. Hernández García, La industria textil de Astudillo…, p. 99, 121.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search