Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Pour reconsidérer les logiques spatiales de l’essaimage proto-industriel

La manufacture d’Aumale vers 1715

Corine Maitte and Didier Terrier

Full text

  • 1 Établir une liste serait fastidieux et inutile. Pour les pays germaniques, par exemple, on renverra (...)

1Il peut paraître surprenant de revenir sur l’essaimage des activités proto-industrielles, tant leur mode d’insertion dans les territoires de la manufacture a fait l’objet de l’attention minutieuse des chercheurs depuis les années 1970. Quantités d’ouvrages et d’articles en témoignent à l’échelle de l’Europe occidentale, que ce soit dans les pays germaniques, en Grande-Bretagne et en Irlande, en France et en Belgique ou dans les pays méditerranéens1. En fonction des sources dont ils disposaient, les chercheurs ont investi des espaces plus ou moins vastes. Il leur a fallu, au préalable, cerner, à l’échelle de régions comme la Flandre, la Saxe, la Picardie, le Yorkshire, la Vénétie etc., les aires à proprement parler proto-industrielles. Pour les circonscrire, ils ont tenu compte, dans le cas du textile par exemple, des fibres travaillées, des distinctions à opérer entre préparation des matières premières, filage, tissage et apprêts, ou bien encore des types de produits mis sur le marché. Encore fallait-il, au préalable, distinguer quand il y avait lieu les régions proto-industrielles et les régions purement agraires dans leurs rapports de concurrence et de complémentarité. Fort de cette première approche, le choix d’une échelle pertinente pour comprendre plus avant les caractéristiques et l’importance des proto-industries dans la croissance et le développement économique de l’Europe occidentale a pu prendre deux directions :

  • à l’échelle locale, le recours aux registres paroissiaux ou d’état civil, aux actes notariés, aux plans-terriers et autres cadastres, voire aux investigations archéologiques, ont permis, dans un cadre monographique, de localiser ici des ferblantiers ou des cloutiers, là des tisserands ruraux, ailleurs des vanniers, des épingliers, des sabotiers, des boisseliers, etc. Toutes ces activités relevaient à la fois de la pluriactivité paysanne en général et de la proto-industrie en particulier et procuraient des revenus principaux ou complémentaires à de nombreuses familles. Fréquemment, c’est à ce niveau d’échelle que l’on a caractérisé les comportements démographiques, les stratégies économiques et la morphologie sociale des familles proto-ouvrières, l’étude de cas permettant de mettre à profit (pas nécessairement de manière délibérée) les démarches initiées par la microstoria ou l’altagsgeschichte.

    • 2 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, 1998 ; D. Terrier, Les deux âges de la protoindustr (...)

    à une échelle intermédiaire, prenant en compte le semis villageois structuré par une ou plusieurs activités proto-industrielles perçues dans leur globalité spatiale, les dénombrements de proto-ouvriers, de métiers ou d’installations diverses propices à la diffusion des industries rurales à domicile ont permis de constituer une sorte « d’entre-deux » cartographique destiné à spécifier ce qui relevait de la ville d’un côté, de la campagne de l’autre. Il pouvait s’agir également de reconstituer le dégradé des contrastes allant des terres vides jusqu’à celles saturées d’industrie, ou bien encore d’étudier l’emboîtement des aires dévolues à tel ou tel stade d’un processus de production2.

2Stimulée par la fécondité heuristique du modèle élaboré par Franklin Mendels et par tous ceux qui, à Lille, à Göttingen et ailleurs, ont amendé, précisé, discuté ou parfois infirmé les propositions initiales, la confrontation des données élaborées à ces niveaux multiscalaires a ainsi montré combien le caractère plus ou moins extensif de la production était le fruit d’une stratégie visant, pour les marchands-fabricants, à ne pas gaspiller l’espace afin d’optimiser le profit. Ainsi, on a fréquemment constaté que plus les activités étaient qualifiées et exigeaient une surveillance étroite et plus elles se rapprochaient de la ville ; plus elles étaient peu qualifiées, ou plus le contrôle de la qualité du travail s’opérait en aval et déterminait le prix des façons, plus l’aire proto-industrielle était distendue. Cette approche a permis de mettre en outre l’accent sur le rôle de l’État, soucieux de lutter contre la pauvreté endémique en favorisant la diffusion des activités complémentaires à la campagne, ou bien encore de révéler les jeux de frontière qui contribuaient au déplacement du travail et au caractère mouvant des territoires manufacturiers. Enfin, sur la base d’une confrontation avec les données spatiales relatives au régime de la propriété et de l’exploitation foncière, la nature des spéculations agricoles et la diversité plus ou moins grande des offres d’emploi, le tout combiné avec les pratiques démographiques et anthropologiques, cette analyse à des échelles multiples a révélé combien les populations rurales ont continuellement fait la part entre l’acceptation contrainte et l’initiative mûrement réfléchie.

  • 3 Rappelons que l’ensemble de la zone, Amiens, Abbeville, Beauvais, Grandvilliers-Crèvecœur, Aumale, (...)

3Pourtant, un bilan cartographique à l’échelle de l’Europe occidentale de cette approche historiographique laisse le chercheur sur sa faim. D’abord, de nombreuses publications font état d’un appareil cartographique peu étoffé, voire inexistant. Ce n’est pas là le moindre des paradoxes dans un champ de la recherche où le rapport à l’espace est déterminant. De plus, quand elles existent, la majorité des cartes, situées le plus souvent après 1750, reposent sur des chiffres peu ou pas critiqués, comme si, bien rangés en colonnes, ces derniers avaient anesthésié la méfiance du chercheur. C’est pourquoi le retour aux sources est pertinent à condition de prendre en compte les travaux sur la construction et la culture du chiffre d’une part, ceux sur la représentation spatiale et les démarches cartographiques d’autre part. Pour ce faire, le terrain choisi, la manufacture d’Aumale, à cheval sur la Picardie et la Normandie, vers 1715, présente plusieurs avantages. D’une part, il s’agit de la production de petites serges, ces lainages légers, peu coûteux, destinés essentiellement à la doublure des habits, notamment des uniformes de soldats, ou de l’ameublement, écoulées vraisemblablement sur les marchés et foires d’un grand Bassin parisien à partir de centres commerciaux comme Amiens, Rouen, Beauvais et Paris. À cet égard, elles sont un bel exemple de produit commun, voire très commun, finalement bien moins étudié que les draps de haute qualité. D’autre part, il s’agit d’une manufacture qui, très dynamique à l’échelle du royaume de France dans la première moitié du XVIIIe siècle, s’inscrit dans le « triangle d’or » des activités drapières sous l’Ancien Régime3. Compte tenu de l’état de notre enquête, qui n’en est qu’à ses balbutiements, et de la lourdeur des dépouillements à opérer (car les sources complémentaires sont nombreuses), il ne s’agira ici pour nous que de dresser les grandes pistes d’une investigation qui devrait être poursuivie en englobant l’ensemble des petites manufactures rurales qui firent alors de la Picardie et de la Normandie l’épicentre trop mal connu de l’activité textile française.

L’armature du territoire

Le maillage institutionnel

  • 4 A.N., F12 1368.
  • 5 Preuve en est la difficulté où se trouve l’inspecteur à les consulter pour établir son évaluation d (...)

4Si elle n’est pas prestigieuse, une fabrication comme celle des serges d’Aumale met malgré tout bien en lumière la multiplicité des intervenants dans la fabrication et ses règlementations. C’est un jeu à multiples variables, loin d’une opposition simpliste entre le gouvernement d’un côté, et les fabricants de l’autre. Il faut d’abord préciser qu’au quotidien, ceux-ci sont les premiers acteurs d’une auto-surveillance maintes fois rappelée. Les gardes-jurés, chargés d’enregistrer les fabricants (y compris donc ceux des campagnes), de visiter les métiers et de marquer les pièces, sont élus par leurs pairs (ou choisis par ceux en poste) tous les ans : leurs marques doivent porter leurs initiales ainsi que l’année de leur exercice. Ils accomplissent leurs fonctions dans des bureaux de contrôle dont les ressorts ont, semble-t-il, été délimités ici en 1698 (Aumale, Molien, Ligneres)4. C’est la première cause de complicité, ou d’inimitié, entre des gens qui se connaissent et se côtoient tous les jours dans le cadre d’un espace productif dont ils constituent, en quelque sorte, l’armature. Leur action est redoublée par les bureaux de contrôle des marchands dans les villes où se vendent ces étoffes (en l’occurrence Amiens, Beauvais, Abbeville, Aumale, avant Paris). Les grandes villes délimitent l’espace de circulation, tandis qu’Aumale est certes le lieu éponyme, mais a perdu, s’il ne l’a jamais détenu, tout rôle central dans la commercialisation. Les jurés-auneurs ont, eux, acheté leur charge et mesurent les draps lors de leur passage au foulon. Ils tiennent pour cela des registres particuliers qu’ils sont censés fournir par trimestre à l’inspecteur des manufactures, mais la pratique semble bien loin de se conformer à cette injonction5. Où se trouvent ces jurés-auneurs ? Comment les inscrire dans la carte ?

  • 6 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998, p (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ainsi en 1734, l’intendant de Picardie promeut une ordonnance portant règlement ; A.N., F12 1368.
  • 9 A.D. Somme, C 171, 2 août 1732.
  • 10 A.N., F12 560, lettre du 7 septembre 1778 de l’inspecteur Pémartin à Tolozan demandant le rétabliss (...)

5Les inspecteurs, on le sait, sont chargés de surveiller cette organisation propre au monde de la fabrication et du commerce dont ils dénoncent souvent les abus. Le ressort de l’inspecteur des manufactures d’Aumale a été délimité très tôt. C’est le choix précoce du modèle territorial du contrôle de l’activité qui a été fait par le gouvernement central6. Cette zone de forte densité manufacturière a pour corollaire la multiplication, dans un rayon relativement restreint, du nombre de ces inspecteurs : en 1704, la première liste exhaustive montre qu’il y en a également un à Beauvais, un à Grandvilliers et un à Amiens7. L’ensemble de la production des serges d’Aumale, dont une partie est aussi fabriquée en fait dans la zone de Grandvilliers, voire de Beauvais, est donc du ressort d’au moins deux inspecteurs qui n’ont pas forcément les mêmes points de vue. Le tout rend compte d’une dissémination spatiale de la production bien au-delà du secteur d’Aumale ; première grande limite de la carte ici dressée… Tous deux doivent en référer aux intendants des généralités dont ils dépendent, lesquels ont pouvoir de réglementation des manufactures8. L’inspecteur d’Aumale doit par exemple s’adresser à la fois à l’intendant de Normandie et à celui de Picardie, parfois aussi à celui de Paris dont dépend une partie des villages de son département, au nord de Beauvais. Les avis cumulés des uns et des autres, parfois contradictoires, remontent au Conseil, ainsi que ceux formulés par les éventuelles assemblées de fabricants ou de négociants convoquées par les uns ou les autres, parfois par les maires et échevins qui ont également un devoir de regard dans les affaires de manufacture. Enfin, Aumale est un duché-pairie qui appartient au duc du Maine : celui-ci jouit à la fois de responsabilités (il est indiqué comme juge des manufactures : c’est lui qui va faire installer, sur la demande de l’inspecteur, un carcan devant la halle d’Aumale afin que les fabricants déméritant puissent y être punis9) et de privilèges importants : en l’occurrence, les lettres patentes du 23 août 1711 lui attribuent un droit de 2 sous et 6 deniers sur chaque pièce vendue à la Halle, lieu obligatoire de commercialisation. C’est également très certainement en vertu de son influence politique qu’il réussit à faire supprimer, en 1720, les deux bureaux de Ligneres et de Mollien, tous les fabricants devant désormais faire marquer leurs draps à Aumale, malgré le procès auquel cette décision donne lieu10. Au total, on se trouve devant une armature institutionnelle fort complexe qui définit un territoire où se superposent, en un feuilletage serré, des logiques spatiales qui sont parfois complémentaires car elles s’emboîtent, parfois simplement voisines car elles ne font que s’additionner. Ces intérêts parfois divergents trouvent des échos dans une politique réglementaire qu’il convient de réexaminer de près.

Un encadrement réglementaire négocié

  • 11 P. Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris (...)
  • 12 P. Minard, La fortune…, p. 18.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 24 : P. Minard, dont ce n’était pas directement le sujet, rappelle par exemple, que Guy P (...)

6Deux affirmations contradictoires parcourent l’historiographie des industries à la campagne. La première indique que les règlements de fabrication ne valent que pour les villes et ne s’appliquent pas à la campagne : c’était par exemple la position de Pierre Goubert11. Certains historiens en ont fait un temps l’une des raisons de l’exurbanisation des manufactures. Au contraire, une longue historiographie du colbertisme reprend les propos du ministre sur l’uniformisation nécessaire des manufactures dans le royaume et cite, à l’appui, les deux règlements généraux du 13 août 1669 pour les draperies et les teintures, « fondement de l’édifice colbertien du contrôle industriel12 ». Mais, comme le rappelle Philippe Minard, « Colbert ne fait bien souvent que réviser les règlements existants, enregistrant les normes en usage, après une longue concertation avec les praticiens13 ». Il est cependant dommage qu’aucune étude n’ait véritablement cherché à connaître les modes de négociation de cette réglementation : aussi surprenant soit-il, le sujet reste ouvert14. Quoi qu’il en soit, il faut rappeler deux choses, qui vont à l’encontre d’affirmations souvent répétées : d’une part, cette réglementation n’uniformise pas les productions, mais au contraire enregistre les différences d’appellation de produits relativement similaires fabriqués dans des lieux différents (c’est justement le cas des serges) ; d’autre part, elle reste, dans un certain nombre de cas au moins, relativement évasive sur la qualité des matières premières, le nombre de fils, les apprêts etc. Que lit-on dans ce règlement à propos des serges par exemple ? Savary le rappelle :

  • 15 J. Savary Des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le comme (...)

« Article XVII : les serges de Colles, ci devant appelées façon de Aumale, auront demi aune demi quart de large et 20 aunes de long.
Article XXV : les serges d’Aumale, Grandvilliers, Feuquières et de tous les lieux circonvoisins, tant blanches que grises, auront demi aune demi quart de large et 38 à 40 aunes de long.
XXVI : les serges de Crevecoeur et Blicourt, et de tous les lieux circonvoisins, tant blanches que grises, auront savoir les larges demi aune demi quart de large et 20 aunes et demie de long étant foulées et les étroites demi aune et pareille longueur étant foulées
15. »

  • 16 B.N., fol. FM-572, Mémoire au conseil de commerce pour les marchands et fabriquans de la ville d’Au (...)
  • 17 Dans A.N., F12 1368, on parle aussi de l’arrêt du conseil du 3 juillet 1677, mais nous n’en avons r (...)

7Des mesures sont donc fixées, mais les détails de fabrication pour les obtenir sont, en fait, laissés à l’appréciation des fabricants qui se rappellent encore, soixante-quatre ans plus tard, de la louable « prudence » du ministre en ce cas16. Ce n’est que par l’arrêt du 20 février 1687 (Colbert mort, donc) que le nombre de portées et de fils est précisé17, matérialisant ainsi, au moins dans l’intention, une uniformité des pratiques productives au sein de l’aire de fabrication :

  • 18 J. Savary, Dictionnaire…, op. cit., p. 1546.

« Les chaines des serges communes de Aumale, Grandvilliers, Feuquières et autres de pareille qualité, doivent être de 44 portées à raison de 38 fils chacune portée, & les étroites au moins de 42 portées de 34 fils chacune portée, pour être au sortir de l’étille, savoir les larges de trois quart de largueur & 22 aunes trois quart de longueur pour revenir étant foulées à une demi-aune demi-quart de largeur et vingt aune & demies de longueur et les étroites de pareille longeur & de demie aune un douze & un pouce de largeur au sortir de l’étille, pour revenir, étant foulées, à demi-aune de largeur et pareille longueur18. »

  • 19 P. Minard, L’inspection des manufactures en France, de Colbert à la Révolution, thèse, Paris, 1994, (...)
  • 20 B.N., fol. FM-572, Mémoire au conseil de commerce pour les marchands et fabriquans de la ville d’Au (...)
  • 21 Ibid.

8Comment et pourquoi cet arrêt a-t-il été rendu ? Doit-on le lier à la présence sur les lieux d’un inspecteur des manufactures ? Pierre-François Watier, en poste dans cette région jusqu’à la fin des années 1740, semble effectivement en faire, des années plus tard, l’un de ses chevaux de bataille19. C’est là un combat difficile contre les pratiques d’arrangement des fabricants et des marchands. En effet, à peine a-t-il été promu que « les marchands se sont pourvus à Mr Chamillard : qui a reconnu que SM avoit été surprise et a donné l’ordre aux inspecteurs du royaume de ne pas saisir les serges moyennes qui auraient 40 portées20 ». Entre le règlement et son interprétation se joue toute la souplesse d’une pratique orientée vers le bien des marchands. Ils obtiennent d’ailleurs une reconnaissance officielle de leurs pratiques en 1717 : « Le roy ayant voulu ensuite mettre l’Uniformité dans cette fabrique », le conseil promulgue en effet le 17 mars un arrêt qui prescrit que « les serges communes & moyennes auroient 40 portées21. » Une décision, soulignent les marchands, « rendu(e) en connoissance de cause », c’est-à-dire après consultation des parties.

  • 22 C’était par exemple la position de C. Cailly, Mutations d’un espace proto-industriel : le Perche au (...)

9Sans ici poursuivre plus avant cette histoire réglementaire, il faut donc sortir de la légende noire des règlements, comme y invite désormais une abondante historiographie. Ceux-ci sont, non pas le carcan d’une administration tatillonne et déphasée par rapport aux exigences des fabricants et du commerce22, mais, au contraire, le résultat d’un compromis toujours sensible à l’harmonisation des arguments parfois contradictoires des uns et des autres. Et contrairement à un mythe historiographique, ces règlements s’appliquent bien dans les campagnes.

Le territoire de l’inspecteur

  • 23 En dehors du livre de P. Minard, largement cité ici, on verra bien entendu : B. Gille, Les sources (...)
  • 24 D’une manière générale, trop d’historiens ont pêché par excès de confiance face à des chiffres pour (...)

10Les rapports des inspecteurs ont fourni et fournissent encore en France les sources principales de la connaissance des territoires manufacturiers. Trop souvent pourtant, ces sources ont été prises au pied de la lettre, sans interroger outre mesure les pratiques administratives et cognitives que supposait l’élaboration des tableaux statistiques largement utilisés par les historiens. L’histoire des statistiques s’est largement écrite à l’écart de celle des manufactures23. L’exemple le plus flagrant en est le livre de synthèse de Tihomir J. Markovitch, le seul à ce jour sur les industries lainières françaises de Colbert à la Révolution : les cadres administratifs y sont repris comme base de l’élaboration des données collectées sans critique, qui plus est, de la véracité des résultats des calculs réalisés par les inspecteurs24 ! Même si nous n’avons pas ici la place pour une analyse poussée, il vaut néanmoins la peine de revenir sur les informations fournies, leur utilisation par l’inspecteur et l’administration, et par les historiens enfin.

Des curiosités sélectives, l’empire des colonnes

  • 25 Ibid., p. 139 : entre 1710 et 1790, il y a 23 % d’héritiers. La famille Watier est cependant except (...)
  • 26 P. Minard, La fortune…, chap. VI et plus particulièrement p. 197 et s., pour la constitution des st (...)

11Comme la plupart des inspecteurs des manufactures, ceux qui furent en charge dans le département d’Aumale (et nous avons ici la chance, pas vraiment exceptionnelle, de voir persister en place une même famille sur deux générations25) avaient le devoir, d’une part, de décrire les lieux et les hommes et, d’autre part, de produire des états par quartiers et par semestre des manufactures lainières de leur département26. Ces états, organisés sous forme de tableaux en colonnes, sont identiques pendant toute la première moitié du XVIIIe siècle : ils contiennent la liste des villages où se trouvent des fabricants, le nombre de métiers battants et celui des métiers bas, enfin le nombre de pièces produites par village : autant d’informations que l’on devrait, en principe, retrouver à peu près partout. En revanche, ce n’est qu’à partir du changement d’inspecteur, en 1746 (pour nous à partir de 1748 à cause d’une lacune des sources) que le revenu produit est également fourni. Le précédent indiquait lui, de façon générale cependant, le prix courant des étoffes ainsi que le prix des laines. Comme l’a déjà largement indiqué Philippe Minard, ces chiffres sont le résultat « d’approximations combinées » que l’on a trop tendance à prendre au pied de la lettre.

  • 27 A.N., F12 1368 : lettre à l’inspecteur du 1er mars 1720 l’engageant à faire plus correctement son t (...)
  • 28 C’est bien ce qui fera l’objet des critiques dès la seconde moitié du XVIIIe siècle ; cf. P. Minard (...)

12Il est intéressant de voir sur quoi raisonne l’inspecteur : les seules colonnes où les sommes sont tirées et les chiffres dûment commentés sont celles du nombre des pièces produites. Les commentaires sont la plupart du temps fournis tous les six mois. Au fond, l’information synthétique qu’il transmet à ses supérieurs peut se résumer de la sorte : au cours de ce semestre, il s’est tissé X pièces (et gare à lui s’il se trompe dans ses totaux27 !). Mais ce qui intéresse le Conseil, au-delà de ce chiffre global, est le mouvement de hausse ou de baisse. Encore reconnaît-on qu’il faut comparer ce qui est comparable : l’inspecteur se fait admonester quand il met en regard le premier semestre de l’année en cours avec le second de l’année passée car, lui répond-on vertement, on sait bien que les deux semestres ne sont jamais égaux, compte tenu de la propension des ouvriers-paysans à faire la moisson. La leçon est retenue et, désormais, les premiers semestres sont comparés entre eux et les seconds de même. L’inspecteur se doit d’expliquer les causes de la hausse, considérée comme une sorte de réussite, ou de la baisse : sans relever ici toutes les explications, on sent bien que la magie du chiffre a déjà gagné les élites. Peu importe par ailleurs de quels types de draps il s’agit ; c’est l’ensemble de la production du département qui est alors en cause et l’on additionne donc les serges, quelles que soient leurs qualités – d’Aumale, fines, demi-fines, grossières ou façon de Londres, tiretaines. C’est d’ailleurs ce chiffre global qui a le plus souvent été retenu par les historiens. On voit donc l’inspecteur raisonner sur le rapport au travail des ouvriers (si le prix des cidres est bas, ils travaillent moins), la guerre ou la paix, le prix des laines, la répartition de l’eau, les crises de numéraire ou du commerce, les crises épidémiques, la corvée… pour rendre compte d’une conjoncture en dents de scie, qu’il ne semble pourtant percevoir que dans le court terme, sur l’espace comparé de deux semestres. Jamais ne se trouve une allusion à un mouvement de plus grande ampleur28.

  • 29 A.N., F12 674.
  • 30 P. Minard, La fortune…, p. 185.
  • 31 Ibid., p. 203-210. On sait les critiques croissantes par rapport à ces statistiques établies de faç (...)

13Il est en revanche des données fournies qui ne sont jamais commentées : le nom des villages, par exemple, même si à l’occasion, quelques précisions sont fournies sur les habitudes de fraude des uns ou des autres. Ces informations détaillées sont normalement l’affaire des rapports, dont l’un est par exemple fourni ici en 1733, lors d’une tournée générale29. Mais même alors, il reste très évasif sur l’agriculture, ne fournissant, en plus du nombre de feux, que le nombre de bêtes à laine, sans pour autant indiquer l’éventuelle intégration des deux activités30. Le nombre de fabricants, de métiers battants ou bas, n’est jamais commenté non plus. De son territoire, dont il connaît pourtant nominalement les acteurs, comme le montre l’état envoyé en 1708 qui comporte l’identification de chacun des fabricants, il commente un chiffre qui est sans doute le moins significatif de tous tant, pour commencer, l’aunage est différent d’une qualité à une autre. Il serait évidemment intéressant de reprendre les analyses que l’on faisait au niveau central de tous ces chiffres envoyés par les inspecteurs31. Mais tel n’est pas ici notre propos. Il est plutôt de dévoiler un regard et, éventuellement, d’en proposer un autre, même si celui-ci est nécessairement conditionné lui aussi par les sources fournies.

L’organisation spatiale : un territoire contrasté

14Restons en pour l’instant au regard de l’inspecteur, à ce territoire qu’il mentionne et qu’il parcourt. À ses yeux, l’aire productive est clairement délimitée : elle recouvre, en 1715, une centaine de villages disséminés sur 250 km2 environ. Il n’y a pas de village totalement éloigné des autres. En revanche, à l’intérieur de l’espace productif, il y a des paroisses qui ignorent totalement le tissage des draps, indépendamment de leur importance démographique ou de leur plus ou moins grande proximité des bureaux de marque. En d’autres termes, sur sa route, il arrive que l’inspecteur passe son chemin : pas un seul fabricant à Saint-Valéry, à Haudricourt ou Saint-Germain-sur-Bresles, pourtant paroisses d’importance situées à une dizaine de kilomètres d’Aumale dans trois directions différentes. Si Watier veut au contraire visiter d’une seule traite un grand nombre de fabricants, il doit se rendre à Ligneres-Châtelain, bureau de marque jusqu’en 1720. Là, il trouve 21 fabricants dans une paroisse qui ne compte que 186 feux deux années auparavant. Plus d’un feu sur deux possède un métier et 806 pièces sont produites, soit 8 % du total des serges fabriquées pendant le premier semestre 1715 sur l’ensemble du territoire manufacturier. S’il choisit de rester à Aumale, il a la possibilité d’aller visiter 29 fabricants. Ces derniers sont certes plus nombreux qu’à Ligneres, mais ils œuvrent dans un centre dont la population est deux fois et demi plus importante. Ils font battre 103 métiers, soit un chiffre grossièrement analogue à celui enregistré à Ligneres. Toutefois, il ne sort d’Aumale que 548 pièces au premier semestre : assurément, l’intensité du travail est plus soutenue dans le village que dans la « ville ». Ceci étant, lors de ses chevauchées, l’inspecteur n’a pas à s’éloigner outre mesure de ces deux épicentres de la production pour aller à l’essentiel. Beaucamp-le-Jeune, Bettambos, Offigny, Marlers comptent également en leur sein quantité de fabricants. Si, en revanche, il se rend à Frettemolle ou à Saint-Thibeault, deux autres gros centres de cette production, il lui faudra accomplir une heure ou deux de cheval en plus. À tout bien considérer, si l’on exclut ces deux dernières paroisses, on retrouve au sein de la manufacture d’Aumale une distinction qui a pu déjà être établie dans d’autres territoires manufacturiers : à une zone de diffusion intensive de la proto-industrie, s’ajoute une zone extensive où la fabrication des serges ne mobilise qu’une minorité de la population. Tout cela, l’inspecteur n’est pas sans le savoir. Quand il établit ses statistiques, c’est cette carte qu’il a grossièrement en tête.

15Il lui faut toutefois ne pas omettre tout au nord de cette zone le poids de Beaucamp-le-Vieux, de Le Quesne, de Neuville-Coppegueule et de Saint-Aubin où, dans une aire extrêmement ramassée, on se consacre à la fabrication des tiretaines, étoffes de très basse qualité en partie tissées avec les déchets de la manufacture des serges. Il sait enfin que les serges de meilleure qualité, « façon de Londres », en quantité infime par rapport à ces deux autres productions, sont, elles, fabriquées à Aumale et Campneuseville.

16Enfin, il n’ignore pas où se trouvent les foulons, même s’il ne les prend guère en compte dans ses statistiques. Quant aux apprêts et aux teintures, ils sont donnés par les marchands dans les grands centres urbains qui contrôlent de fait cette production (Amiens, Beauvais, Rouen… Paris).

17Pour interpréter les raisons d’être de cette organisation territoriale, il faut manifestement mobiliser des connaissances extérieures au discours de l’inspecteur, ce qui constituera une phase ultérieure de l’enquête. Néanmoins, nous pouvons utiliser les données fournies par ce commis de l’État pour élaborer une vision plus complexe du territoire que celle qu’il veut bien commenter.

Source : ANP, F 12 1368
Fond de carte : Articque

Le modelé du territoire

18Il est plusieurs façons de modeler le territoire que l’inspecteur donne à lire au fil de ses états. La première est d’en repérer les rythmes, les dilatations et les contractions spatio-temporelles. S’attarder sur le rythme hebdomadaire du marquage des serges à Aumale et à Poix permet de donner au territoire manufacturier une certaine épaisseur, au même titre que la restitution du mouvement de la conjoncture semestrielle. À ce titre, les oscillations conjoncturelles donnent à l’espace manufacturier une étendue mouvante, certes, mais encore un relief plus ou moins marqué là où les cartes de localisation permettent seulement de dresser une aire d’activité en définitive fort abstraite. Qui plus est, il faut ajouter à ces représentations en deux ou trois dimensions, celle qui, animée par des mouvements souterrains liés à la fraude, modifie fort souvent la donne. Entre ce qui est licite et enregistré comme tel, ce qui est illicite et réprimé… et ce qui contrevient aux règles mais reste invisible, tout est mouvant. Pour autant, en tenir compte, que ce soit en connaissance de cause ou à titre d’hypothèse, permet de relativiser la lecture des cartes et ajoute à la configuration d’un relief en trois dimensions l’éventail en partie déployé de tous les possibles.

La signification spatiale des rythmes productifs

19À bien considérer les rythmes de l’activité manufacturière au travers de ce qui est enregistré de manière hebdomadaire (exceptionnellement) ou de manière semestrielle à l’échelle du territoire dans sa globalité, ce relief est naturellement heurté. Semaine après semaine, à Aumale, le bureau de la marque enregistre des mouvements qui varient dans une proportion de 1 à 2,5 hormis quand la production s’effondre, soit quelques semaines en été et en hiver. À Poix, second bureau de marque installé au cœur de l’aire productive, ces mouvements sont plus marqués encore, comme si ce bureau enregistrait des activités plus irrégulières liées à quelque complémentarité avec celui d’Aumale. Bureau de marque second mais aussi secondaire, il est comme une caisse de résonance qui amplifie les vibrations du premier.

Marquage hebdomadaire des serges à Aumale et Poix, 1915-16

Marquage hebdomadaire des serges à Aumale et Poix, 1915-16

Source : A.N, F12 1368

20Toutefois, faire ce constat laisse en suspens la signification du caractère heurté du mouvement. L’été, il est clair pour l’inspecteur que les récoltes mobilisent tous les bras dans les villages : c’est pour lui un leitmotiv, alors même que l’examen des courbes laisse entendre des pratiques bien plus complexes. Lors de certaines semaines de juillet et d’août, il arrive, contre toute attente, que les bureaux de marque d’Aumale et de Poix enregistrent énormément de toiles. Par ailleurs, comment expliquer la chute de l’activité au plus profond de l’hiver ? L’inspecteur n’en dit mot alors que l’étiage se situe précisément pendant la période de l’Avent. Dans ces cas, n’est-ce pas plutôt la demande des marchands et les prix plus avantageux qui en découlent pour les fabricants, qui rythment l’activité des bureaux de marque, la demande de la clientèle et la circulation des marchandises conditionnant l’importance des pièces marquées hebdomadairement ? Si la conjonction des logiques de l’offre d’une part, de la demande d’autre part, est plus que probable, faire la part entre l’une et l’autre reste spécieux. Qui plus est, quelle pertinence accorder à ces courbes quand on sait que, malgré les dispositions réglementaires, une partie de la production est vendue en étant marquée seulement aux halles de vente d’Amiens, Rouen ou Paris ? Comment déceler, derrière les chiffres, la part de ceux pour qui le tissage est une activité occasionnelle et ceux pour qui la proto-industrie est dominante au sein d’une pluriactivité toujours multiforme ? Une première approche, nécessairement complétée par la recherche postérieure d’autres sources, est d’examiner de plus près le rapport entre le nombre de pièces tissées et celui du nombre des métiers.

Métiers et pièces : les temps du travail

  • 32 P. Goubert, Cent mille provinciaux…, p. 147.
  • 33 C’est d’ailleurs une remarque que l’intendant du commerce Brochet de Saint-Prest fait à l’inspecteu (...)

21Le nombre des métiers a souvent été considéré par les historiens comme plus pertinent que celui des pièces : c’est, dit Pierre Goubert, le « seul élément solide de la statistique industrielle ancienne32 ». On peut, en effet, y trouver un indice important de l’équipement productif d’une région. Mais dans ce cas, ne faut-il pas comprendre aussi le nombre de métiers bas qui ne le sont que pour des motifs conjoncturels, quelle que soit leur nature ? Avec près de 1 500 métiers battants pour les seules serges d’Aumale et plus de 1 700 pour l’ensemble de la draperie, l’importance et la consistance industrielles de ce territoire semblent en effet largement confirmées. Pourtant, à un niveau global, le rapport entre le nombre de pièces tissées et le nombre de métiers donne des résultats surprenants : avec une moyenne d’un peu plus de sept pièces tissées par métier pendant le premier semestre 1715, on en déduit que chaque métier n’a, en moyenne, tissé qu’un peu plus d’une pièce par mois, quand l’inspecteur affirme qu’il faut une quinzaine de jours pour faire une serge d’Aumale relativement fine et six à sept jours pour les pièces les plus communes. Il est vrai que les deux chiffres (nombre de pièces et nombre de métiers) sont sans doute le résultat d’approximations dont on voit peut-être ici les contradictions. Mais il est clair aussi que l’emploi du temps des ouvriers-paysans n’est pas entièrement consacré au tissage, ce qui ne surprendra personne. Dès lors, la mesure de l’équipement industriel devrait être pondérée par la mesure des temps de travail : une inconnue sur laquelle on s’est jusqu’à présent trop peu penché33.

  • 34 A.N., F12 1368, 1715.

22Quittant les moyennes générales pour une étude au plus près des villages, l’étude des répartitions du rapport entre pièces tissées (ou foulées) et métiers montre des différences considérables qui permettent d’avoir une toute autre image du territoire : elle fait apparaître des zones où les métiers ne battent que très faiblement et où l’industrie ne constitue qu’un appoint véritablement très ponctuel (c’est le cas des villages où un seul métier n’a tissé qu’une seule pièce au cours du semestre) et des espaces, au contraire, où le rythme est beaucoup plus soutenu – c’est le cas, en 1715, de Dameraucourt où plus de quatorze pièces ont été tissées en moyenne sur chacun des neuf métiers, soit une moyenne de treize jours par pièce34. Si l’on redessine le territoire sur la base de ces évaluations dont on sait par ailleurs la fiabilité relative, c’est une autre géographie qui apparaît ainsi, une géographie elle aussi mouvante, où l’on peut espérer dessiner pour chaque métier les variations de rythme de semestre en semestre. Ajoutons pour terminer qu’il serait aussi nécessaire de prendre en compte la qualité des pièces tissées puisque celle-ci conditionne le temps de fabrication.

Le territoire de la fraude ?

  • 35 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris-Montr (...)
  • 36 C. Cailly, Mutations…, p. 212.

23Bien entendu, la fraude conditionne elle aussi la lecture des cartes qui incluent une part d’erreur à déterminer et mesurer, afin de préciser les faiblesses de toute localisation spatiale de l’activité manufacturière. Ce qui échappe à l’inspecteur disparaît des cartes, comme des statistiques : Ernest Labrousse le soulignait déjà, mais on a trop souvent eu tendance à l’occulter, faute de pouvoir en prendre la mesure35. Or, les papiers des inspecteurs sont remplis, on le sait, de mentions des fraudes qu’ils sont chargés de réprimer. À les lire, la déchéance des manufactures est quasiment constante et les abus multiples. Trop souvent, ces pratiques ont été versés au dossier d’un refus général des règlements36. L’inspecteur Watier ne manque pas à l’appel, lui que la correspondance montre sans cesse aux aguets, dans une lutte qu’il veut de tous les instants contre les relâchements des différents acteurs de la production.

  • 37 Ibid., p. 120 : à partir du même type de relevés effectués par l’inspecteur Brunet en place de 1757 (...)
  • 38 A.N., F12 1368, 1715.

24Une mesure globale de la fraude est d’ailleurs fournie par l’inspecteur lui-même en 1715 de façon très précoce donc par rapport aux doutes croissants qui assaillent les administrateurs à partir du milieu du siècle. Suite aux remontrances faites au Conseil par un certain nombre de marchands de Paris, il est sans doute sommé de s’expliquer sur ce qui se passe dans son département. Il prend alors la peine de faire le parallèle entre le nombre de pièces marquées dans les bureaux et le nombre de pièces aunées dans les foulons. La comparaison est assez explicite : 35 villages sur les 94 alors recensés apparaissent touchés à des degrés très divers par la dissimulation aux bureaux de marque d’une partie de leur fabrication. La moyenne, qui ne veut pas dire grand-chose, est de plus de 18 % de fraude37. Certains villages, avec moins de 5 % d’écart, rentrent dans le giron des centres où la réglementation est globalement appliquée. Mais d’autres sont dénoncés par l’inspecteur et apparaissent comme de véritables bastions de la fraude. Ainsi Watier met-t-il l’accent sur le « village de la Frenoy dépendant du duché d’Aumalle [où les fabricants] ont vendu 327 pièces sans plomb de fabrique sur le nombre des 1 173 ci-dessus marquées » (soit près de 28 % à lui seul). L’inspecteur « se propose donc de faire assigner tous ces particuliers fraudeurs devant le juge de police d’Aumalle pour estre mis en amende au moins de 60 sols par chaque pièce ». Avant de prendre une telle mesure, il en demande cependant avis car, dit-il, « ils sont fort alarmés de leur sort tout en convenant de leurs fraudes ». Ce sont sans doute, poursuit l’inspecteur, « celles qui se portent aux foires de Paris et de St Denis par les marchands d’Amiens et de Beauvais desquelles votre grandeur en a entendu des plaintes38 ».

25À regarder le tableau qu’il dresse, on peut cependant relever que La Frenoy est loin d’être le seul village concerné. S’ils représentent chacun un pourcentage moindre de l’ensemble des fraudes, certains villages, comme Dameraucourt, Binaprez, Blergy, Nullememont, Quinquempoix, Vieu-Rouen, semblent vendre en fraude l’essentiel de leur production, certes parfois modeste. Il est clair que certains villages, éloignés des sentiers battus par l’inspecteur, situés au milieu des bois, constituent, comme il le souligne lui-même, des lieux idéaux pour la prolifération des infractions :

  • 39 A.N., F12 1368, rapport du dernier semestre 1729.

« Cependant, comme cette fabrique est grande et que les fabriquants qui la composent sont dispersés dans la campagne ou l’uniformité ne s’y met qu’avec beaucoup de peine, il se trouve des villages qui étant situés dans les bois, comme celuy de Laboisieres, dont les fabriquans se prévalent de cette situation continuent encore un travail prohibé sans qu’il soit possible à l’inspecteur de les mettre en règle [d’autant qu’ils] ont dans la ville d’Aumale des émissaires qui sont à leur solde et les avertissent des démarches du sus-signé [et ils] démontent les métiers avant son arrivée ou y mettent des serges qui sont en règle39. »

26Cette géographie vient donc compléter celle préalablement dressée. Si l’on restitue, pour 1715, la part aunée des productions de chacun, le tableau de la répartition géographique des équilibres manufacturiers est sensiblement différent.

  • 40 A.D. Somme, C. 171, rapport 1732.
  • 41 A.N., F12 1368, rapport de 1715.

27Mais pourquoi ces fraudes ? Peuvent-elles seulement s’expliquer par le rejet de tout règlement ? L’explication est trop facile. D’ailleurs, l’inspecteur lui-même indique parfois l’espèce de nécessité où les fabricants se trouvent de frauder, « parce que le prix de leur étoffe ne balance point celuy des laines, il leur est de toute impossibilité de se tirer d’affaire s’ils ne travaillent leurs étoffes avec une ou deux portées de moins et quelque fois trois40 ». Certes, c’est souvent aussi pour gagner quelques livres de plus sur chaque pièce qu’ils demandent au foulonnier de travailler celle-ci pour qu’elle devienne plus longue : « Les maitres sergiers sont très contents quand ils trouvent un bénéfice de 2 aunes d’augmentation car cela correspond un profit pour eux de 4 L à 4.10 par pièce41. »

  • 42 A.N., F12 1368, 20 février 1728

28Mais ces fraudes apparaissent le plus souvent largement « contrôlées » par les marchands des principales villes de négoce (Abbeville, Amiens, Beauvais) qui en sont ainsi successivement dénoncés par l’inspecteur comme les principaux agents de ces infractions qu’ils imposent aux fabricants. Ainsi, par exemple, « ce mal procède des marchands de la ville d’Amiens qui au lieu d’acheter à la halle les bonnes marchandises qui y sont reportées, achetoient dans leur auberge celles qui n’estoint point conformes ausdit règlement42 ». La position de l’inspecteur apparaît alors, selon ses dires, quelque peu délicate :

  • 43 Ibid.

« C’est pourquoi m’y étant transporté, ne voulant point interrompre les achats illicites d’autant que je m’apercevois, de la part de quelques ouvriers mutins, d’une espèce de tumulte qui ne paroissoit pronostiquer rien de bon pour les égards et pour moy, je me suis contenté de saisir et arrester deux de ces pieces revestues de faux plomb43. »

  • 44 A.N., F12 1368, 1723.
  • 45 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise, 1780-1 (...)

29Il faut donc, pour expliquer les fraudes, faire intervenir le besoin de réglementation et de liberté caractéristique des milieux négociants. D’une part, il est clair que la qualité réglée de la majorité de la production correspond à leurs intérêts. Mais d’autre part, et surtout en ce qui concerne les ouvrages de qualité relativement médiocre, il semble bien que les négociants trouvent aussi leur intérêt à disposer d’une partie de la production confectionnée, achetée et vendue au rabais. D’ailleurs, si le Conseil intervient parfois pour demander des comptes (surtout apparemment quand les marchands de Paris se plaignent), les autorités centrales savent aussi modérer les ardeurs de leurs subordonnés. Ainsi, Machault impose-t-il à l’inspecteur en 1723 de ne pas inquiéter les fabricants qui ne respectent pas les longueurs imposées par le règlement. En effet, explique lui-même Watier, « les marchands de Paris sont d’avis que l’on tollère cet excès qui convient aux usages que l’on fait des serges44 ». Le règlement ou la liberté : les deux rêves du commerce ont été compris par les représentants des autorités centrales bien avant la seconde moitié du XVIIIe siècle45

***

30La représentation spatiale de la manufacture d’Aumale vers 1715 est étroitement soumise à ce que l’inspecteur des manufactures, au travers des instructions reçues et de son regard propre, donne à voir. Elle permet néanmoins, autant que faire se peut, d’identifier l’espace manufacturier, de localiser les villages qui abritent des métiers ou des fabricants en nombre variable, de ramener le tout aux chiffres de population. Enfin, en sollicitant plus avant les chiffres fournis, autrement dit en mettant en relation le nombre des pièces produites et celui des métiers, il est possible d’approcher l’intensité de la production à l’échelle de chaque village, en tenant compte de la différence de qualité des produits fabriqués. Encore faut-il, dans cette perspective, ne pas oublier que toute représentation prend en compte une moyenne semestrielle qui n’est ni un instantané, ni une mesure exacte de l’activité réelle : le rythme hebdomadaire du tissage est manifestement très heurté tandis que les effets de la fraude et des contrefaçons sont passés sous silence.

  • 46 Entre 1715 et 1759, on dispose d’environ une trentaine de relevés semestriels analogues, voire plus (...)
  • 47 Pour le traitement statistique de l’information, voir la mise au point de C. Lemercier et C. Zalc, (...)

31Cependant, il manque à cette spatialité son « fond de carte », soit tout ce qui caractérise, pour l’ensemble du territoire, l’activité économique (l’organisation du terroir, les spéculations agricoles et autres, le régime de la propriété et de l’exploitation etc.), l’organisation sociale et démographique (sans se satisfaire exclusivement des densités de population) pour rendre compte des logiques de l’essaimage des activités rurales à domicile. Plus encore, il importe de restituer à cette spatialité son caractère dynamique en offrant autre chose qu’une vision photographique de l’activité textile à un moment donné. Au gré des fluctuations conjoncturelles et des stratégies des acteurs, ce territoire bouge. Or, pour la fabrication des serges d’Aumale, les chiffres fournis par l’inspecteur autorisent la construction d’une vision cinématique de la distribution du travail au sein de l’espace manufacturier46. Les matériaux existent, les techniques statistiques et cartographiques aussi47. Il est donc possible, à partir de cette manufacture, mais encore d’autres manufactures de Picardie et de Normandie, de renouveler les approches des populations rurales « occupées d’industrie ».

Notes

1 Établir une liste serait fastidieux et inutile. Pour les pays germaniques, par exemple, on renverra à la contribution de P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, « Protoindustrialisation : bilan et perspectives. Démographie, structure sociale et industrie à domicile moderne », R. Leboutte (dir.), Proto-industrialisation. Recherches récentes et nouvelles perspectives, Genève, 1996, p. 29-71. On trouvera d’ailleurs dans cet ouvrage l’essentiel de la bibliographie relative à cette question…, hormis pour la France totalement absente ou presque dans les contributions qui s’y trouvent réunies.

2 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, 1998 ; D. Terrier, Les deux âges de la protoindustrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, 1996.

3 Rappelons que l’ensemble de la zone, Amiens, Abbeville, Beauvais, Grandvilliers-Crèvecœur, Aumale, représente plus du quart de la production lainière française à la fin du XVIIe siècle, plus de 240 000 pièces de draperie très diverse, soit environ 7 à 7,7 millions de Livres tournois) ; cf. T.J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la révolution, Paris-Genève, 1976, p. 92-93. Pour les serges d’Aumale, ici prises en considération, c’est en gros 20 000 pièces par an qui sont régulièrement produites.

4 A.N., F12 1368.

5 Preuve en est la difficulté où se trouve l’inspecteur à les consulter pour établir son évaluation de la fraude dont nous parlerons ci-après ; A.N., F12 1368.

6 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998, p. 37 et s.

7 Ibid.

8 Ainsi en 1734, l’intendant de Picardie promeut une ordonnance portant règlement ; A.N., F12 1368.

9 A.D. Somme, C 171, 2 août 1732.

10 A.N., F12 560, lettre du 7 septembre 1778 de l’inspecteur Pémartin à Tolozan demandant le rétablissement des bureaux.

11 P. Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1968, p. 152 : il affirme que les productions des campagnes du Beauvaisis ne sont soumises ni aux réglementations échevinales, ni à celles du roi : « pas de contrôle ; pas de tracasserie sur les dimensions et la qualité des étoffes… ».

12 P. Minard, La fortune…, p. 18.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 24 : P. Minard, dont ce n’était pas directement le sujet, rappelle par exemple, que Guy Pocquelin, marchand de Paris fut chargé en 1666 de « négocier avec les manufacturiers et échevins de Beauvais un règlement pour la fabrique de serge ».

15 J. Savary Des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde… Ouvrage posthume du Sr Jacques Savary Des Bruslons…, 1726, p. 1546.

16 B.N., fol. FM-572, Mémoire au conseil de commerce pour les marchands et fabriquans de la ville d’Aumalle, 1729.

17 Dans A.N., F12 1368, on parle aussi de l’arrêt du conseil du 3 juillet 1677, mais nous n’en avons retrouvé trace.

18 J. Savary, Dictionnaire…, op. cit., p. 1546.

19 P. Minard, L’inspection des manufactures en France, de Colbert à la Révolution, thèse, Paris, 1994, annexes, t. 3 : Pierre François prend la charge de l’inspection d’Aumale en 1721, sans doute à la suite de son père, Pierre. Il quitte cette inspection en 1745 mais ne va pas très loin puisqu’il est à Beauvais entre 1746 et 1748, avant Reims (1748-1759) et finit sa carrière à Châlons.

20 B.N., fol. FM-572, Mémoire au conseil de commerce pour les marchands et fabriquans de la ville d’Aumalle, 1729.

21 Ibid.

22 C’était par exemple la position de C. Cailly, Mutations d’un espace proto-industriel : le Perche aux XVIIIe-XIXe siècles, Ceton, 1993, p. 212 et s.

23 En dehors du livre de P. Minard, largement cité ici, on verra bien entendu : B. Gille, Les sources statistiques de l’histoire de France, Genève, 1964 ; E. Brian, La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, 1994 ; M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France : la statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, 1989 ; D. Margairaz, François de Neufchâteau : biographie intellectuelle, Paris, 2005.

24 D’une manière générale, trop d’historiens ont pêché par excès de confiance face à des chiffres pourtant très approximatifs. Cf. P. Minard, La fortune…, p. 200.

25 Ibid., p. 139 : entre 1710 et 1790, il y a 23 % d’héritiers. La famille Watier est cependant exceptionnelle car ce sont quatre générations qui se succèdent.

26 P. Minard, La fortune…, chap. VI et plus particulièrement p. 197 et s., pour la constitution des statistiques.

27 A.N., F12 1368 : lettre à l’inspecteur du 1er mars 1720 l’engageant à faire plus correctement son travail car devant une baisse considérée comme importante dans le total de la production, on a vérifié à Paris la somme des états des quartiers qui a montré une erreur de la part de l’inspecteur.

28 C’est bien ce qui fera l’objet des critiques dès la seconde moitié du XVIIIe siècle ; cf. P. Minard, La fortune…, p. 205.

29 A.N., F12 674.

30 P. Minard, La fortune…, p. 185.

31 Ibid., p. 203-210. On sait les critiques croissantes par rapport à ces statistiques établies de façon très hétérogène à partir du milieu du siècle. Dès les années 1720-1730, des modèles imprimés sont distribués ; en 1740-1741, l’administration du commerce avait déjà envisagé d’uniformiser les états fournis par les inspecteurs avant que Louis-Paul Abeille ne propose une réforme générale.

32 P. Goubert, Cent mille provinciaux…, p. 147.

33 C’est d’ailleurs une remarque que l’intendant du commerce Brochet de Saint-Prest fait à l’inspecteur Delo en 1773 en remarquant l’absence de proportionnalité entre le nombre de pièces et celui des métiers. Delo lui explique alors que le nombre des métiers n’a aucun sens en lui-même car il faut voir le rythme avec lequel on y travaille ; cf. P. Minard, La fortune…, p. 199-200, A.D. Ardenne, HH 11, Delo Desaunois à Brochet de Saint-Prest, Sedan, mars 1773. Nous menons actuellement conjointement un projet sur le temps de travail dont on peut trouver une première approche dans le no°85 de la revue Genèses.

34 A.N., F12 1368, 1715.

35 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris-Montreux, 1984 (rééd.), t. II, p. 505, 545 ; P. Minard, La fortune…, p. 202-4.

36 C. Cailly, Mutations…, p. 212.

37 Ibid., p. 120 : à partir du même type de relevés effectués par l’inspecteur Brunet en place de 1757 à 1783, il arrive à des taux de 25 %, également très inégalement répartis (22 % à Alençon, mais 79 % à Mortagne).

38 A.N., F12 1368, 1715.

39 A.N., F12 1368, rapport du dernier semestre 1729.

40 A.D. Somme, C. 171, rapport 1732.

41 A.N., F12 1368, rapport de 1715.

42 A.N., F12 1368, 20 février 1728

43 Ibid.

44 A.N., F12 1368, 1723.

45 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise, 1780-1860, Paris, 1991.

46 Entre 1715 et 1759, on dispose d’environ une trentaine de relevés semestriels analogues, voire plus complets (avec les valeurs de la production) pour le territoire de la manufacture d’Aumale.

47 Pour le traitement statistique de l’information, voir la mise au point de C. Lemercier et C. Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, 2007. Pour la construction d’un langage cartographique nouveau, voir, entre autres, L. Cambrésy et R. de Maximy, La cartographie en débat. Représenter ou convaincre, Paris, 1995 ; Id., « Penser, figurer. L’espace comme langage dans les sciences sociales », Les Cahiers, no 62-63, numéro thématique Espace Temps, 1996.

List of illustrations

Caption Source : ANP, F 12 1368Fond de carte : Articque
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9631/img-1.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Marquage hebdomadaire des serges à Aumale et Poix, 1915-16
Caption Source : A.N, F12 1368
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9631/img-2.jpg
File image/jpeg, 107k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540