Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

L’importance du filage comme activité rurale en Angleterre, 1550-1770

Craig Muldrew

Texte intégral

  • 1 S. Ogilvie et M. Cerman (dir.), European proto-industrialisation, Cambridge, 1996, p. 6 et 129-131
  • 2 D.C. Coleman, « Proto-industrialisation : a concept too many ? », Economic History Review, 1983, p (...)

1L’un des aspects originaux de la théorie de la proto-industrialisation fut de montrer qu’une grande partie des tissus était fabriquée à la campagne, et que les petites exploitations agricoles offraient aux producteurs une forme d’assurance face à une demande qui, s’agissant de ces premiers produits de l’industrie moderne, se révélait très élastique1. Il suffit d’observer les différences extrêmes de valeur des tissus anglais exportés au XVIIIe siècle pour prendre la mesure de ces variations. Elles signifient que l’emploi était précaire et que les revenus d’une petite ferme pouvaient se révéler fort précieux quand l’ouvrage industriel se faisait rare. Cependant, comme l’ont montré de nombreux critiques de la protoindustrialisation, une grande partie du travail textile moderne se faisait à temps plein, souvent en ville, et dans de nombreux cas, l’expansion rurale était limitée par la réglementation des guildes2. Bon nombre d’études ont tenté de localiser la main-d’œuvre industrielle qui produisait le tissu pour les marchands-fabricants ou les négociants, en se concentrant plutôt sur le tissage, parce que cette activité était la plupart du temps une activité masculine et qu’elle a laissé des sources. L’idée que je souhaiterais avancer ici, c’est qu’en Angleterre, du moins à la fin du XVIIe siècle, la production se situait en grande partie à la campagne, notamment à cause de la répartition et du caractère sexué du filage.

2Avant leur organisation sous la forme d’une industrie de marché, la teinture et le filage étaient faits à domicile, produisant un fil qui était tissé localement, pour des vêtements fabriqués à demeure. Mais, à mesure qu’une production industrielle plus sophistiquée se déployait dans des régions comme le West Country et l’East Anglia, un processus de filage plus élaboré se développa à domicile ; même au XVIIIe siècle, alors que l’industrie produisait des tissus vendus dans le monde entier, la très grande majorité du filage anglais semblait encore faire fonction d’emploi annexe dans les ménages d’ouvriers agricoles, confié aux femmes et aux enfants pour accroître le revenu familial. Ces sources de revenu multiples étaient utilisées pour optimiser les gains du ménage plutôt que pour compléter un salaire masculin tenu pour principal gagne-pain. À cette époque, comme nous le verrons, le filage était si répandu que de nombreux ménages d’ouvriers agricoles dépendaient de cette source de revenu régulière et continue. Au XVIIIe siècle, cette industrie avait pris une telle ampleur qu’elle nécessitait de grands réseaux dans des zones rurales, gérés par des agents locaux qui contribuaient aussi à l’organisation du tissage.

  • 3 F. Eden, The State of the Poor, Londres, 1797, II, p. 477-478 et 644 ; III, p. 802 et 847-848.

3Cet état de fait changea considérablement lorsque le filage subit un déclin rapide, après 1780. Dans son étude sur le niveau de vie des pauvres résultant du coût élevé de la nourriture dans les années 1780 et 1790, Frederick Eden relève plusieurs circonstances où l’utilisation des différentes formes de machines à filer introduites à la fin des années 1770 avait largement réduit la demande d’ouvriers pour la laine, le lin et le coton. Frederick Eden citait une brochure de 1788 selon laquelle, même à cette date, il existait plus de 20 000 machines de 80 broches ou plus, uniquement pour le filage du coton ; alors que 25 ans plus tôt, tout aurait été filé sur de simples rouets ou quenouilles3. En décrivant l’économie de la paroisse de Seend dans le Wiltshire, Eden notait l’effet de ces évolutions sur les ménages :

  • 4 Ibid., III, p. 796.

« Avec l’introduction des machines qui s’est produite depuis peu, le filage à la main est tombé en désuétude, et pour ces deux raisons : le fabricant ne dépend plus des Pauvres pour le fil qu’ils filaient auparavant pour lui à leur domicile, car il voit que 50 personnes (pour parler avec modération), avec l’aide de ces machines, produiront autant d’ouvrage que 500 sans elles ; et les pauvres… n’ont guère le cœur de gagner le peu qu’ils en tirent. Ce pour quoi ils recevaient autrefois 1 shilling ou 1 shilling et 2 pence par livre filée avant l’utilisation des machines, ils n’en reçoivent désormais que 5 pence4. »

  • 5 Michael Zell, par exemple, dans son excellent ouvrage sur l’industrie du Wealden au XVIe siècle, p (...)
  • 6 J. James, History of the Worsted Manufacture in England, Londres, 1857. Ce fait apparaît également (...)

4Avant cette période, il est possible d’estimer que l’emploi lié au seul filage de la laine a pu concerner jusqu’à un million de personnes au milieu du XVIIIe siècle. Seul le travail agricole aurait pu employer plus de gens. La plupart des travaux sur les débuts de l’industrie moderne du tissu ont décrit le filage comme un travail sous-qualifié et mal payé mais, en fait, la qualité du fil allait du chanvre très grossier, ou du fil pour couvertures, jusqu’au fil extra fin pour la laine peignée de luxe5. Celle-ci constitua le produit d’exportation essentiel de l’Angleterre jusqu’au début du XIXe siècle, lorsque le coton prit une place prédominante6.

  • 7 Keith Snell a trouvé 14 cas de célibataires indigentes en apprentissage. Ce chiffre est faible à c (...)
  • 8 A. Clark, Working Life of Women in the Seventeenth Century, Londres, 1992, p. 93. À ma connaissanc (...)
  • 9 J. Spicksley, « A dynamic model of social relations : celibacy, credit and the identity of the “sp (...)

5Le filage était une activité simple mais hautement qualifiée pour laquelle il existait une forte demande de produits d’excellente qualité. Cependant, le fait que le filage incombait aux femmes, dont la plupart travaillaient à temps partiel (pour utiliser une expression moderne), combinant le filage et les soins aux enfants, d’autres tâches ménagères et des travaux agricoles, limite les sources. Il n’existait pas de guildes ou de compagnies définissant le filage comme un métier7. Les femmes et les enfants pauvres étaient très majoritaires dans ce secteur d’activité. Le tissage était dominé par les hommes, mais seules quelques sources font allusion à des fileurs adultes de sexe masculin. Presque toutes les sources contemporaines estiment que le filage était fait par les femmes et les enfants des familles pauvres8. Tout le monde sait que les femmes filaient, mais nous ne savons guère ce qu’elles faisaient, combien elles gagnaient, et quelle était leur contribution à l’économie anglaise9.

6En raison de l’importance de l’industrie lainière pour la balance commerciale anglaise, de nombreux auteurs écrivaient des brochures ou des recommandations au Conseil privé de la Couronne, afin d’estimer la main-d’œuvre nécessaire aux différentes étapes de la production de tissu. Ces estimations peuvent être utilisées pour déterminer la quantité de filage nécessaire aux différents types de tissu, et la quantité de filage produite en une journée ou une semaine – ainsi que les tarifs pour différentes qualités de tissu, et leurs évolutions au cours du temps. Il faut rappeler ici que le filage n’était pas seulement l’occupation des femmes, mais aussi des enfants. En outre, même si les femmes célibataires filaient certainement, et probablement encore plus au début du XVIIIe siècle, le filage était surtout une activité familiale. Les historiens du travail féminin soulignent depuis longtemps qu’il est insuffisant de considérer les revenus d’un ménage simplement en terme du salaire de l’époux. L’estimation du revenu potentiel lié au filage montre statistiquement toute la justesse de cette approche.

  • 10 M. Zell, Industry in the Countryside…, p. 153-155 ; J. de Lacy Man, The Cloth Industry…, p. 89-91. (...)
  • 11 M. Zell, Industry in the Countryside…, p. 164-165.
  • 12 Les différences de tarif pour le cardage étaient rares. Cependant, selon l’exemple du livre de C. (...)

7Il est bien connu que l’organisation de la préparation de la laine et de la production du tissu tomba finalement sous le contrôle des drapiers qui apportaient les toisons, organisaient la préparation et expédiaient la laine préparée au filage, avant de la recueillir pour le tissage et enfin le foulage. Comme Michael Zell l’a montré, l’industrie du tissu dans le Weald du Kent était déjà organisée par les drapiers dans les années 1520 ; au début du XVIIe siècle, il existe des sources indiquant qu’ils dirigeaient également l’industrie du West Country10. Les drapiers du Kent s’occupaient du lavage et du triage dans leurs bâtiments ; nous ignorons, en revanche, s’ils cardaient également la laine ou s’ils l’envoyaient aux femmes et aux enfants fileurs11. Certaines estimations contemporaines des prix du filage tiennent compte du cardage : il était donc sans doute encore courant, dans l’ancienne production drapière, de confier le cardage aux fileuses et à leurs enfants12.

  • 13 P. Bowden, The Wool Trade in Tudor and Stuart England, Londres, 1962, p. 42-43.
  • 14 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 250.
  • 15 J. Fiske (éd.), The Oakes Diaries : Business, Politics and the Family in Bury St. Edmunds 1778-182 (...)
  • 16 Ibid., t. 1, p. 26-27.

8En revanche, en ce qui concerne la production de nouvelles draperies, la chaîne et la trame devaient être assez résistantes pour être durables. En outre, comme les nouvelles draperies étaient bien plus légères, le fil devait également être plus fin13, ce qui nécessitait un filage plus habile et plus long, ainsi qu’un peignage de la laine brute. Ce dernier procédé exigeait une grande force musculaire de la partie supérieure du corps et était principalement une tâche masculine. Il fallait utiliser deux grands peignes métalliques pour étirer la longue fibre de laine en une tresse droite. Ces peignes étaient chauffés pour rigidifier la laine huilée, l’un étant tenu entre les genoux du peigneur ou attaché à un point fixe, l’autre passant par le premier peigne. Les fibres courtes enlevées, étaient utilisées pour des couvertures ou des habits bon marché14. Au milieu du XVIIIe siècle, un confectionneur de Bury St. Edmunds nommé James Oakes estimait qu’un bon ouvrier pouvait peigner 15 kg de laine en une semaine15. Le peignage exigeait aussi encore plus de soin dans le tri et la préparation. Par exemple, Oakes employait de 5 à 7 trieurs de laine ainsi que des apprentis dans de grands entrepôts (l’un d’entre eux mesurait 25 mètres sur 7) qui devaient être bien éclairés, car ce procédé délicat affectait la qualité du fil16.

  • 17 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 301-302.
  • 18 Ibid., p. 312.

9Les qualités principales du fil étaient sa régularité et sa résistance. Il fallait naturellement éviter les fils peu résistants qui se cassaient au tissage ; par ailleurs, une laine d’aspect inégal pouvait également nuire à la qualité et à l’aspect du produit fini, particulièrement pour les nouvelles draperies. À mesure que la laine s’affinait, ces deux qualités devenaient plus difficiles à obtenir. L’aspect uni était le plus délicat et ce savoir-faire ne s’acquérait que par la pratique, car il fallait conserver un geste de torsion constant. Selon une brochure de 1782, la demande de laine britannique était principalement due à son excellence artisanale, dans laquelle le filage jouait un rôle essentiel17. Les drapiers avaient toujours des problèmes pour trouver de bons fileurs, d’autant plus que la demande de tissu crut au XVIIIe siècle. Comme de nombreux drapiers employaient des centaines de femmes et d’enfants, il était toujours difficile de contrôler la qualité du filage, et un tissu d’aspect inégal ou mal filé ne pouvait pas être utilisé pour les bons vêtements. Ainsi, les fileurs fiables et compétents étaient très recherchés18.

  • 19 J. Styles, « Clothing in the north : the supply of non-élite clothing in the eighteenth-century no (...)
  • 20 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 252-254 ; I. Pinchbeck, Women Workers and the In (...)

10En règle générale, la qualité du tissu se mesurait à sa finesse, mais certains drapiers se préoccupaient aussi de la tenue du fil. Celle-ci s’obtenait en spécifiant la longueur de fil à obtenir d’une livre de laine, mesurée en nombre de fois où elle était enroulée autour de la bobine renvoyée par la fileuse. Chaque tour comptait pour un fil et le nombre de tours constituait un écheveau, de fil ou de laine. Selon les branches de l’industrie, une bobine pouvait avoir différentes circonférences. Dans le Yorkshire, ainsi que dans l’industrie de la laine peignée du Norfolk, une bobine faisait 90 cm de circonférence et 500 mètres constituaient un écheveau (l’échevette, ou mesure intermédiaire, était de 110 mètres environ). Le nombre d’écheveaux filés à partir d’une livre de laine constituait le « compte », mesure essentielle de la finesse du fil19. Les différences de compte étaient parfois notables. Un nombre très faible se situait autour de 10-20 comptes, et un élevé autour de 30 en général, mais des comptes supérieurs à 50 n’étaient pas rares, et le plus élevé signalé se trouvait aux alentours de 150, par exemple chez une femme d’East Dereham en 1754. Si son écheveau était de 500 mètres, elle aurait obtenu quelque 75 km de laine ne pesant qu’une livre ! Selon un contemporain, 140 fils de laine obtenus à Crediton pour certaines laines du Devon pouvaient passer par le chas d’une aiguille20.

  • 21 Un tel système permettait d’obtenir un compte allant jusqu’à 50. J. James, History of the Worsted (...)

11L’imagerie traditionnelle nous montre une femme assise à son rouet, mais il existait différentes méthodes de filage. La plus ancienne, et d’ailleurs la plus précise pendant toute cette période, restait la quenouille, avec un fuseau souvent lesté d’une pierre. La quenouille consistait simplement en un long bâton doté d’une fourche à une extrémité pour tenir la laine peignée ou cardée non encore filée, passée autour de la taille de la fileuse. La laine était donc attachée à un fuseau lesté qui filait la laine en descendant vers le sol. Une fois qu’il était à terre, la fileuse tordait et enroulait le fil terminé autour de la partie la plus effilée de son fuseau. Cette méthode était lente mais précise, car l’ouvrière contrôlait mieux la résistance du fil21.

12Au XVIe siècle, les draps fins, parfois simplement désignés comme lainages, constituaient l’essentiel de la production anglaise. Le drap fin était un tissu très lourd, épais et résistant. Un produit du Kent, par exemple, faisait 1,50 m de large et 25 m de long, pour un poids de 40 kg. D’autres, plus légers, devaient peser au moins 35 kg. Le drap fin était également foulé, procédé par lequel le tissu était immergé dans l’eau pour rétrécir et compacter la chaîne et la trame. Il était ensuite aplati par un fort marteau hydraulique et de la terre à foulons pour écraser les fils, formant ce qui nous évoquerait aujourd’hui du feutre ou de la feutrine. Il fallait donc encore une chaîne résistante ou très tordue (le fil s’étendait dans le sens de la longueur quand il était tissé sur un métier), mais la trame (le fil inséré latéralement pendant le tissage) pouvait être filée approximativement, car elle était aplatie lors du foulage.

  • 22 P. Bowden, The Wool Trade…, p. 42-43.
  • 23 D.C. Coleman, « An innovation and its diffusion », p. 417-429. Référence incomplète
  • 24 J.D. Gould, « Cloth exports 1600-1640 », Economic History Review, 1971, p. 249-252 (p. 251).

13Pourtant, vers les années 1620, les drapiers néerlandais et flamands avaient apporté des innovations, produisant un tissu plus léger utilisant un fil beaucoup plus fin et résistant, tant pour la chaîne que pour la trame. Ce tissu n’était pas foulé, mais solidifié lors du tissage, et adouci par les finitions. Il fallait un grand savoir-faire pour produire un tissu fin et moins chaud, mais toujours aussi résistant ; ces nouveautés furent appelées « nouvelles draperies ». Pour leur production, la chaîne et la trame devaient être d’une résistance suffisante pour assurer leur durabilité. En outre, comme ces modèles étaient bien plus légers, le fil devait également être plus fin22, nécessitant donc un filage plus qualifié et plus long. La nomenclature des tissus est complexe et parfois embrouillée, mais pour plus de clarté, nous appellerons « anciennes draperies » les lainages et draps lourds, et « nouvelles draperies » les laines peignées23. En 1614, 23 % des exportations de tissu anglais étaient de nouvelles draperies, 42 % en 1640 et 58 % en 170024.

  • 25 Ibid., p. 204. Cette brochure était rédigée pour promouvoir l’expansion des draperies nouvelles ; (...)

14Une comparaison des anciennes et des nouvelles draperies, établie en 1615, soulignait que ces dernières employaient bien plus de gens. Selon cette source, il fallait quelque 40 kg de laine pour produire un lainage, employant 13 fileurs et tisseurs gagnant 1 livre 13 shillings 6 pence, tandis que la même quantité de laine emploierait 40 à 50 personnes pour le peignage, le filage et le tissage de nouvelles draperies, pour un revenu de 7 livres, dont 3 livres 4 shillings iraient aux fileurs (dont le nombre n’est pas estimé). Pour les anciennes draperies, les revenus des fileurs étaient estimés à seulement 3 pence par livre, soit trois fois moins que pour les nouvelles draperies à la même époque. Ce triplement peut sembler impressionnant, mais comme le tissu plus fin des nouvelles draperies n’était pas filé aussi vite, le revenu réel des fileurs n’avait sans doute pas autant augmenté25. Cependant, même à un taux moindre, le filage d’une ancienne draperie comptait pour 63 % de la valeur totale d’un tissu avant finition.

15Le négociant en laine John Haynes établit une nouvelle comparaison bien plus tard, dans une brochure de 1715 intitulée Britain’s Glory, où il affirmait que :

« Le nombre de pauvres employés dans la transformation d’un paquet (110 kg) de laine courte en drap [anciennes draperies] en une semaine était de : 3 hommes pour trier, sécher et mélanger, 5 pour pré-carder, 35 femmes et filles pour carder et filer, 8 hommes pour tisser, 4 hommes et garçons pour bobiner et enrouler, 8 hommes et garçons pour laver, épinceter, tondre, étendre et presser. » pas de réf.

16On aboutissait à quatre pièces de 21 m, chacune valant 5 à 11 shillings le mètre ou 18 à 46 livres au total. Haynes ne donnait pas les revenus des fileurs, mais notait qu’ils étaient « fort bien entretenus ». Ils devaient carder ou filer presque 3,5 kg de laine brute par semaine, soit environ 2,5 kg après les pertes du tri et du cardage. Par opposition, « le nombre de gens employés à fabriquer un paquet, ou 110 kg de laine en étoffes [nouvelles draperies] pour l’Espagne était bien plus élevé. Ces étoffes sont d’une laine plus longue et plus large que celle dont nous faisons le drap, et elles se trouvent couramment dans le Lincolnshire, le Leicestershire, le Northamptonshire et le Kent ». Pour transformer un paquet de cette longue laine à peigner en effets fins, serges, sayettes, calmandes, etc., il fallait, selon une estimation modérée, employer pendant une semaine 302 personnes qui gagnaient 43 livres 10 shillings, ainsi répartis :

  • peigneurs (3 %) 3 £ et 10 shillings
  • Teinture 5 £
  • 250 fileuses (83 %) 18 £
  • 20, navette et doubleurs de fils (7 %) 5 £
  • 25, tissage et contrôle (7 %) 12 £
  • 26 K.H. Burley, « An Essex clothier of the eighteenth century », Economic History Review, 1958, p. 28 (...)
  • 27 Ibid., p. 293-294. Burley cite un article de journal du début du XIXe siècle, avançant que, si le (...)
  • 28 K.H. Burley, « An Essex clothier… », p. 296-297. The NA, C104/Box 19, Book 22.

17Les livres de comptes du drapier Thomas Griggs de Ballingdon, datant des années 1740 et 1750, fournissent les chiffres réels sur l’emploi des fileurs dans l’Essex du XVIIIe siècle. Griggs produisait deux types de draps, l’un résistant mais grossier pour les drapeaux, l’autre, un say (un type d’ancienne draperie), beaucoup plus fin pour le marché domestique. Griggs jouait le rôle de filatier, achetant la laine pour la trier, laver et peigner, avant de la livrer aux fileurs, puis récupérant le fil et le confiant aux tisserands puis aux teinturiers. Griggs employait environ 500 personnes pour les différentes étapes de la production, les fileurs étant de loin les plus nombreux (400). Les trieurs et peigneurs travaillaient dans les locaux de Griggs, mais tous les fileurs et leurs tisserands œuvraient à domicile. Pour satisfaire ses besoins en main-d’œuvre, Griggs devait employer des femmes de 22 paroisses différentes dans un rayon de 20 km autour de Sudbury26. K. H. Burley, auteur de deux articles sur Griggs, affirmait comme d’autres que le filage était « un procédé peu qualifié généralement confié aux femmes et aux enfants », par comparaison avec « le tissage d’une grande importance », mais il notait que Griggs payait de 7 pence à 3 shillings la livre de fil selon sa qualité, même si le prix réel pouvait varier en fonction de la demande27. Ces fluctuations montrent à quel point le coût pouvait dépendre du savoir-faire. Griggs produisit aussi plusieurs estimations relatives au coût du travail selon les différentes sortes de tissu. Trente-huit mètres de say nécessitaient 11 kg de laine coûtant 36 shillings, dont 1 shilling 6 pence de lavage et peignage, 30 shillings 1 pence de filage, et 23 shillings de tissage. Pour les tissus à drapeaux moins coûteux, l’essentiel de sa production, le filage de 5,5 kg de laine coûtait 11 shillings 1 pence et 6 shillings 4 pence de tissage. Ainsi, Griggs payait en moyenne 15 pence par livre de laine tissée pour le say et 11 pence pour les tissus à drapeaux28.

  • 29 L’estimation d’Eden était en fait d’une livre par jour pour une célibataire ; j’ai supposé qu’elle (...)
  • 30 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 324-325.
  • 31 Comme l’indiquent certaines estimations d’Arthur Young, dans le tableau I ci-dessous.
  • 32 A. Young, A six Months Tour through the north of England, Londres, 1771, III, p. 133-136, 163-164 (...)

18Ces estimations permettent de voir que le coût du filage faisait l’objet d’estimations variables, et même si le filage des anciennes draperies était moins bien payé, il était aussi plus rapide ; pour les nouvelles draperies, le filage de laine à tricoter était bien plus profitable à la semaine. Cependant, on estime que la production de nouvelles draperies pouvait être assez faible, de 200 à 700 grammes par semaine. Frederick Eden estimait quant à lui qu’une femme célibataire pouvait filer environ 2,5 kg de laine par semaine, et une femme mariée 1,1 kg, si elle devait aussi s’occuper de son ménage et de ses enfants. En revanche, Eden ne précisait pas quelle qualité de fil était produite, établissant seulement que le revenu moyen était de 1 shilling à 1 shilling 2 pence la livre29. Ces données correspondent également au compte rendu d’un drapier de Bradford à la fin du XVIIIe siècle, selon lequel ses ouvriers pouvaient filer 1,2 kg d’un fil de compte 20, à 1 shilling la livre par semaine. Un autre drapier du Yorkshire indiquait que des jeunes filles de 14 ou 15 ans pouvaient filer 9 à 10 écheveaux par jour à ½ penny, soit 2 shillings 6 pence par semaine et, à un compte de 20, environ 1,3 kg par semaine30. Ces données sont bien supérieures aux estimations de Haynes, et laissent à penser que des adultes qualifiés pouvaient filer le même poids de fil fin, gagnant davantage d’argent31. Cependant, des enfants de 6 à 14 ans auraient filé plus lentement et moins souvent, et auraient donc été moins payés. Spécialiste de l’agriculture, Arthur Young s’est intéressé à l’emploi relatif au filage en recueillant divers exemples de salaires lors de plusieurs voyages dans le pays. Selon ses sources, les enfants gagnaient généralement 1 à 2 shillings par semaine, contre 2 shillings 6 pence à 6 shillings pour les femmes adultes, ce qui implique qu’elles tissaient moitié plus vite32.

  • 33 Voir également, R. Soderlund, « Intended as a terror to the idle and profligate : Embezzlement and (...)
  • 34 C. Rey, Weaver’s True Case…

19Il existe de nombreux autres exemples de ces tarifs, mais ils ne sont malheureusement presque jamais liés à la finesse du fil obtenu. Cependant, nous disposons de données suffisantes pour voir clairement que le revenu du filage s’était accru de manière très significative et, qu’au XVIIIe siècle ainsi qu’auparavant, les femmes et les enfants pouvaient avoir gagné bien davantage. En étudiant la valeur représentée par les revenus du filage, il faut garder à l’esprit que l’essentiel de ce travail incombait aux femmes et aux enfants pauvres et que ces gains contribuaient aux revenus de leurs ménages. Les études citées précédemment affirment souvent que les salaires du filage étaient bas par rapport à ceux des hommes33. Cependant, si nous considérons la valeur du travail consacré à chaque livre de laine, le filage en représentait de loin la plus grande part. C’était aussi le processus le plus long dans la production. Dans un exemple tiré de Weavers’ True Case, nous voyons que les tisserands auraient gagné 12 shillings par semaine, les peigneurs de laine 10 shillings et les trieurs 6 shillings 7 pence, tandis qu’un procédé de finition comme le pressage à chaud rapportait 25 shillings. Dans cet exemple, les fileuses n’auraient gagné que 2 shillings 8 pence, mais la plupart étaient mariées. Si nous reprenons l’estimation d’Eden, et en supposant qu’une célibataire travaillant à plein temps pouvait filer 2,5 kg de laine par semaine, elle aurait alors gagné 12 shillings, soit autant qu’un tisserand34.

20L’estimation de la demande de fil peut être utilisée pour voir quelle était la quantité d’ouvrage à différents lieux et époques. Il est possible d’obtenir ces données grâce aux statistiques des registres de douane, réglementant l’exportation de tissu à différentes dates, et à diverses estimations de consommation domestique. Il devient alors possible de calculer la quantité de fil nécessaire à partir des différents types de laines produites. De là, nous pouvons estimer le nombre de femmes et d’enfants nécessaires au filage, au moyen des rythmes de production déjà calculés.

  • 35 C. Muldrew, « “Th’ancient distaff” and “Whirling spindle” : measuring the contribution of spinning (...)
  • 36 Voir ci-dessus. J’ai continué à utiliser le chiffre de 2 kg par semaine pour le filage d’anciennes (...)
  • 37 Voir, par exemple, le nombre de jeunes filles mentionnées comme célibataires sur les registres de (...)
  • 38 E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History of England, Cambridge, 1989, p. 528-529.
  • 39 Voir ci-dessous.
  • 40 En utilisant la répartition par âge établie par Wrigley et Schofield, en supposant un ratio homme/ (...)
  • 41 Le chiffre pour les années 1580 est mentionné, celui de 1615 est une estimation basée sur le pourc (...)

21Les sources et la méthodologie utilisées pour ce calcul sont décrites par ailleurs, mais les résultats sont présentés dans le tableau I, ci-dessous35. Pour ce tableau, j’ai considéré qu’une femme mariée pouvait filer en moyenne 2 kg de laine par semaine de draperies anciennes et 1,2 kg de draperies nouvelles36. Comme nous l’avons déjà noté, de nombreux jeunes garçons et filles filaient également, ainsi que des femmes célibataires37. Selon la répartition de la population par tranche d’âge, établie par Edward A. Wrigley et Roger S. Schofield, environ 10 % de celle-ci, soit 359 767, aurait eu entre 9 et 14 ans en 158038. La plupart des garçons de cet âge étaient envoyés travailler dans le secteur agricole, et de nombreuses filles devaient préparer et carder plutôt que filer la laine. Ceux qui filaient avaient sans doute un rythme de production inférieur de moitié aux adultes, et la plupart ne disposaient sans doute pas du savoir-faire nécessaire aux fils les plus fins. La plupart filaient probablement pour un usage domestique ou la production locale, hormis dans les zones de production de tissu comme Norwich, où la demande était forte39. Par opposition, les femmes célibataires tissaient sans doute bien plus vite que les femmes mariées, réduisant ainsi le nombre total d’emplois, et comme le pourcentage de célibataires crut à la fin du XVIIe siècle, ce phénomène aurait été encore plus prononcé. Il est malheureusement impossible à quantifier ; j’ai donc simplement utilisé l’emploi total des femmes mariées comme base de comparaison entre différentes époques40. Ces estimations correspondent au nombre de femmes mariées filant 35 semaines de cinq jours, qui auraient dû être employées pour filer les quantités de laine déjà estimées, là où elles étaient nécessaires à la production de tissu fini, consommé et exporté. J’ai estimé que le revenu moyen hebdomadaire d’une femme mariée était de 13,5 pence en 1580, de 1 shillings 4 pence en 1615, de 3 shillings en 1700, et peut-être de 4 shillings au milieu du XVIIIe siècle. Ensuite, j’ai multiplié ces gains pour parvenir à une année de 35 semaines, et à une estimation du nombre de femmes mariées employées à filer41 :

Tableau 1 : Estimation du total des gains du filage, à différentes périodes

Date

Emplois

Total des revenus

1580

225,083

744 462 £ (£443,132 + 68 % d’inflation*)

1615

338,427

877 647 £ (£765,503 + 14 % d’inflation)

1700

481,564

2 604 057 £

1741

651,038

4 560 754 £

1770

785,627

5 499 389 £

* C.G.A. Clay, Economic Expansion and Social Change : England 1500-1700, Cambridge, 1984, I, p. 49.

  • 42 Il se peut également que des enfants aient gagné environ 4 % de ce tarif en recueillant et triant (...)
  • 43 E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History…, p. 529.
  • 44 J. Webb (éd.), Poor Relief in Elizabethan Ipswich, Suffolk Records Society 9, 1966, p. 119-140 ; J (...)
  • 45 A. Clark, Working Life…, p. 108.

22Nous voyons ici que les gains potentiels ont été multipliés par plus de sept42. Cependant, l’histoire de l’emploi des fileuses ne s’arrête pas ici, car outre la laine, des quantités croissantes de lin et de chanvre étaient filées et tissées en Angleterre au XVIIIe siècle. En ajoutant la laine, le lin et le chanvre, l’emploi potentiel en 1770 aurait été de l’ordre de 1 500 000 femmes mariées. Si nous ajoutons à cela les 100 000 tricoteuses de bas, ce secteur aurait fourni des emplois à quelque 75 % de toutes les femmes du pays de plus de 14 ans43 ! Bien sûr, une partie de ce travail revenait sans doute à des enfants plus jeunes et l’emploi total était inférieur. Pourtant, presque toutes les sources s’accordent sur le fait que le filage était principalement une occupation des femmes et enfants des familles pauvres, pas de la population dans son ensemble. John Haynes, par exemple, décrivait la production de la laine comme la source d’emploi principale chez les pauvres, et, selon le recensement des pauvres mené à Ipswich à partir de 1597, 68 % des femmes pauvres indiquaient qu’elles travaillaient comme fileuses ou tricoteuses44. Au début du XVIIe siècle, il était indiqué que « le fil est chaque semaine apporté au marché par un grand nombre de pauvres […] [qui] achètent chaque semaine leur laine au marché par très petits paquets selon leur usage, et le retournent en fil et tirent un bon profit tant de leur labeur que de leur marchandise et vivent excessivement bien45 ».

  • 46 M. Zell, Industry in the Countryside, p. 166-167 ; K. Wrightson, Earthly Necessities ; Economic Li (...)
  • 47 A. Young, Tour through the North of England, III, p. 133, 163-164, 192 ; Id., Tour through the Eas (...)
  • 48 J. James, History of the worsted manufacture…, p. 285.
  • 49 P. Bowden, The Wool Trade …, p. 67 ; K.H. Burley, « An Essex clothier… », p. 290-292 ; J. James, H (...)

23La plus forte demande de filage était sans doute concentrée dans les zones productrices de l’East Anglia, du Weald du Kent, du Wiltshire, du Gloucestershire et du Devon et, de plus en plus au XVIIIe siècle, du Lancashire et du Yorkshire. Michael Zell a montré que le Kent du XVIe siècle avait déjà besoin de plus de 3 000 fileuses pour la seule production locale, soit 35 % de toutes les femmes âgées de plus de 12 ans46. De nombreuses sources attestent aussi une demande régionale de filage autour de centres comme Norwich. Selon les estimations d’Arthur Young, il s’y trouvait 12 000 métiers en fonctionnement, nécessitant jusqu’à 120 000 fileuses, étant donné la finesse des productions de Norwich. La ville de Kendal et ses environs comptait également 600 fileuses et 3 000 tricoteuses. À Warrington, il y avait 6 000 fileuses pour 300 tisserands dans la fabrication des sacs, tandis que Manchester abritait 30 000 fileuses et 50 000 dans la campagne environnante47. Le West Riding devait compter quelque 56 000 fileuses48. Cette demande obligeait les drapiers à couvrir de vastes distances, et le fil était produit dans tout le pays49. Un tel besoin de main-d’œuvre explique pourquoi une grande partie de l’industrie s’étendait en zone rurale.

Notes

1 S. Ogilvie et M. Cerman (dir.), European proto-industrialisation, Cambridge, 1996, p. 6 et 129-131.

2 D.C. Coleman, « Proto-industrialisation : a concept too many ? », Economic History Review, 1983, p. 435-448 ; E. Van Nederveen Meerkerk, « Market wage or discrimination ? The remuneration of male and female wool spinners in the seventeenth-century Dutch Republic », The Economic History Review, 2010, p. 165-186.

3 F. Eden, The State of the Poor, Londres, 1797, II, p. 477-478 et 644 ; III, p. 802 et 847-848.

4 Ibid., III, p. 796.

5 Michael Zell, par exemple, dans son excellent ouvrage sur l’industrie du Wealden au XVIe siècle, parle du filage comme d’un « travail relativement peu qualifié (ou du moins d’une qualification assez courante) et à temps partiel » et se préoccupe principalement des tisserands, qu’il considère comme « les ouvriers qualifiés employés à plein temps les plus nombreux » dans l’industrie textile, bien qu’il y ait eu sans doute 10 à 12 fileurs par métier à tisser (M. Zell, Industry in the Countryside, Wealden Society in the Sixteenth Century, Cambridge, 1994, p. 169 et 179). De même, dans son article sur le déclin des prix du textile au XVIIIe siècle, Carole Shammas décrit ces activités comme « un travail d’indigent » (C. Shammas, « The decline of textile prices in England and British America prior to industrialization », Economic History Review, 1994, p. 483-507). Eric Kerridge mentionne souvent le filage, mais sans se pencher sur la question du travail féminin (E. Kerridge, Textile Manufactures in Early Modern England, Manchester, 1985, p. 5, 8, 25, 48, 60, 158-62, 169-70, 183-190, 202 et 210).

6 J. James, History of the Worsted Manufacture in England, Londres, 1857. Ce fait apparaît également dans les chiffres fournis aux appendices III et IV sur la production et les salaires dans J. de Lacy Man, The Cloth Industry in the West of England from 1640-1880, Gloucester, 1971 ; B. Mitchell et Ph. Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, 1971, p. 295.

7 Keith Snell a trouvé 14 cas de célibataires indigentes en apprentissage. Ce chiffre est faible à côté des modistes (174) ou des tailleurs et des couturières (98) ; K. Snell, Annals of the Labouring Poor : Social Change and Agrarian England 1660-1900, Cambridge, 1987, p. 292-293.

8 A. Clark, Working Life of Women in the Seventeenth Century, Londres, 1992, p. 93. À ma connaissance, la seule référence au filage masculin est celle de John Styles, qui mentionne des hommes accusés de faux bobinage dans des zones pauvres et enclavées du Nord. J. Style, « Policing a female workforce : The origins of the worsted acts » (article non publié), p. 2-3.

9 J. Spicksley, « A dynamic model of social relations : celibacy, credit and the identity of the “spinster” in seventeenth-century England », H. French et J. Barry (éd.), Identity and Agency in England, 1500-1800, Londres, 2004, p. 106-146 (p. 108-110).

10 M. Zell, Industry in the Countryside…, p. 153-155 ; J. de Lacy Man, The Cloth Industry…, p. 89-91. Les travailleurs indépendants ne disparurent pas. Une brochure de 1741 notait que dans le Hampshire, Wiltshire et Dorsetshire, des familles pauvres achetaient 20 à 25 kg de laine pour les carder et les filer, qu’elles vendaient ensuite au marché, plutôt que de travailler pour un salaire. En outre, Pat Hudson et Steve King ont établi que dans la ville de Calverley, dans le Yorkshire, spécialisée en draps fins, l’essentiel de la production revenait à de petits artisans travaillant à domicile (A. Clark, Working life of women…, p. 108-109 ; P. Hudson et S. King, « Two textile townships, c. 1660-1820 : a comparative demographic analysis », Economic History Review, 2000, p. 706-741, ici p. 711-712).

11 M. Zell, Industry in the Countryside…, p. 164-165.

12 Les différences de tarif pour le cardage étaient rares. Cependant, selon l’exemple du livre de C. Rey évoqué ci-après, la collecte et le tri de la laine n’étaient payées que 11 pence pour 5,5 kg de laine, soit 3,8 % du filage de la même quantité (C. Rey, The Weavers True Case ; or, the Wearing of Printed Callicoes and Linnen Destructive to the Woollen and Silk Manufacturies, Londres, 1719).

13 P. Bowden, The Wool Trade in Tudor and Stuart England, Londres, 1962, p. 42-43.

14 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 250.

15 J. Fiske (éd.), The Oakes Diaries : Business, Politics and the Family in Bury St. Edmunds 1778-1827, Woodbridge, 1990-1991, t. 1, p. 28.

16 Ibid., t. 1, p. 26-27.

17 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 301-302.

18 Ibid., p. 312.

19 J. Styles, « Clothing in the north : the supply of non-élite clothing in the eighteenth-century north of England », Textile History, lieu d’éd. ?, 1994, p. 139-166 (p. 3-4) ; N. Biggs, « A Tale Untangled : measuring the fineness of yarn », Textile History, lieu d’éd. ?, 2004, p. 120-129.

20 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 252-254 ; I. Pinchbeck, Women Workers and the Industrial Revolution 1750-1850, Londres, 1930, p. 230 ; E. Kerridge, Textile Manufactures…, p. 158.

21 Un tel système permettait d’obtenir un compte allant jusqu’à 50. J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 335 ; E. Kerridge, Textile Manufacture…, p. 159-160 ; N. Evans, East Anglian Linen Industry : Rural Industry and Local Economy, 1500-1850, Aldershot, 1985, p. 111.

22 P. Bowden, The Wool Trade…, p. 42-43.

23 D.C. Coleman, « An innovation and its diffusion », p. 417-429. Référence incomplète

24 J.D. Gould, « Cloth exports 1600-1640 », Economic History Review, 1971, p. 249-252 (p. 251).

25 Ibid., p. 204. Cette brochure était rédigée pour promouvoir l’expansion des draperies nouvelles ; il est possible que son propos soit exagéré, mais les tarifs et le rythme du filage sont semblables à ceux mentionnés dans des sources ultérieures (J. Thirsk, et J.P. Cooper (éd.), Seventeenth-Century Economic Documents, Oxford, 1972, p. 204).

26 K.H. Burley, « An Essex clothier of the eighteenth century », Economic History Review, 1958, p. 289-301 (p. 290-292). Le tissage, bien sûr, était également un métier hautement qualifié, mais la formation par apprentissage impliquait un contrôle différent de la qualité. Les tisserands étaient payés en fonction du nombre d’écheveaux de fil tissé, à des prix variables selon chaque sorte de tissu, et ils devaient s’acquitter d’amendes si la qualité était inférieure à celle déterminée par divers statuts (Ibid., p. 294).

27 Ibid., p. 293-294. Burley cite un article de journal du début du XIXe siècle, avançant que, si le prix du filage était fixé à la livre (au poids), le paiement réel variait en fonction de la demande. Selon John Kirby, c’était également le cas dans le Suffolk en 1787, mais pas dans le nord de l’Angleterre. Cependant, les textes concernant la chute de la demande de laine vers 1715 laissent tous à penser que le prix payé à la livre filée avait baissé, tout comme le prix réellement payé. C. Rey, Weaver’s true case…, p. 4-8 ; J. Kirby, A letter to a member of Parliament, stating the necessity of an amendment in the laws relating to the woollen manufactory, Ipswich, 1787, p. 10 et 16.

28 K.H. Burley, « An Essex clothier… », p. 296-297. The NA, C104/Box 19, Book 22.

29 L’estimation d’Eden était en fait d’une livre par jour pour une célibataire ; j’ai supposé qu’elle travaillait six jours par semaine. F. Eden, The State of the Poor…, III, p. 796.

30 J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 324-325.

31 Comme l’indiquent certaines estimations d’Arthur Young, dans le tableau I ci-dessous.

32 A. Young, A six Months Tour through the north of England, Londres, 1771, III, p. 133-136, 163-164 et 192 ; Id., The Farmer’s Tour through the East of England, Londres, 1771, II, p. 78-81. Voir tableau I ci-dessous.

33 Voir également, R. Soderlund, « Intended as a terror to the idle and profligate : Embezzlement and the origins of policing the Yorkshire worsted industry, c. 1750-1770 », Journal of Social History, 1998, p. 647-669 (p. 657-658).

34 C. Rey, Weaver’s True Case…

35 C. Muldrew, « “Th’ancient distaff” and “Whirling spindle” : measuring the contribution of spinning to household earnings and the national economy in England, 1550-1770 », Economic History Review, 2011.

36 Voir ci-dessus. J’ai continué à utiliser le chiffre de 2 kg par semaine pour le filage d’anciennes draperies, même si l’estimation de Haynes en 1715 indique une vitesse plus élevée, et certaines sources indiqueraient que le savoir-faire s’était amélioré au cours de ce siècle ; pourtant, le filage de la famille Latham du Lancashire, au début du XVIIIe siècle, était à peine de 2 kg par semaine, et le filage des lainages par des enfants restait sans doute lent. L. Weatherill, The Account Book of Richard Latham 1724-1767, Oxford, 1990, p. 11.

37 Voir, par exemple, le nombre de jeunes filles mentionnées comme célibataires sur les registres de la paroisse de Brampton : L. Ashcroft (éd.), Vital Statistics : the Westmoreland « Census » of 1787, Curwen Archive texts, 1992, p. 71-76.

38 E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History of England, Cambridge, 1989, p. 528-529.

39 Voir ci-dessous.

40 En utilisant la répartition par âge établie par Wrigley et Schofield, en supposant un ratio homme/femme de 50/50 ; E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History…, p. 529.

41 Le chiffre pour les années 1580 est mentionné, celui de 1615 est une estimation basée sur le pourcentage de draperies nouvelles produites à cette période. La moyenne de 3 s 6 d, à partir du milieu du XVIIIe siècle, provient des chiffres d’Arthur Young donnés au tableau 1.

42 Il se peut également que des enfants aient gagné environ 4 % de ce tarif en recueillant et triant la laine pour les nouvelles draperies, mais je n’ai pas pu l’étudier ici. Voir note 35 ci-dessus.

43 E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History…, p. 529.

44 J. Webb (éd.), Poor Relief in Elizabethan Ipswich, Suffolk Records Society 9, 1966, p. 119-140 ; J. Haynes, Great Britain’s Glory : or an Account of the Great Numbers of Poor Employed in the Woollen and silk manufacturies, Londres, 1715, p. 1-5 ; J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 311-312 ; E. Kerridge, Textile manufacture…, p. 207 ; A. Clark, Working Life…, p. 100-104.

45 A. Clark, Working Life…, p. 108.

46 M. Zell, Industry in the Countryside, p. 166-167 ; K. Wrightson, Earthly Necessities ; Economic Lives in Early Modern Britain, New Haven et Londres, 2000, p. 41.

47 A. Young, Tour through the North of England, III, p. 133, 163-164, 192 ; Id., Tour through the East of England, II, p. 78-80.

48 J. James, History of the worsted manufacture…, p. 285.

49 P. Bowden, The Wool Trade …, p. 67 ; K.H. Burley, « An Essex clothier… », p. 290-292 ; J. James, History of the Worsted Manufacture…, p. 325.

Auteur

Professeur, université de Cambridge.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540