Version classiqueVersion mobile

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Entre ville et campagnes : réflexions sur les modes de développement de la production textile dans l’Europe du premier Âge moderne

Jacques Bottin

Texte intégral

  • 1 Les parties des citations qui figurent en italique sont soulignées par l’auteur. H. Kellenbenz, «  (...)
  • 2 Sur la rupture épistémologique représentée par l’approche protoindustrielle, voir notamment l’arti (...)
  • 3 Pour la France, voir E. Tarlé, L’industrie dans les campagnes en France à la fin de l’Ancien Régim (...)

1« Les industries des campagnes dans l’Europe médiévale et moderne », cet intitulé, qui semble reprendre le titre d’un article ancien d’Hermann Kellenbenz1, est-il une façon prudente de mettre à l’écart les débats qui se sont noués autour de la notion de proto-industrie2 ou plus récemment de district ? Ou s’agit-il plutôt d’une invitation à réexaminer, à nouveaux frais, une question depuis très longtemps présente dans l’historiographie3 ? Le choix de la longue durée, et dans une chronologie qui, rompant avec les scansions académiques habituelles, incite plutôt à orienter le regard vers l’amont, ne s’inscrit pas, en effet, dans la perspective des modélisations qui ont fait avancer la réflexion et la connaissance sur les processus d’industrialisation rurale. Il conduit, en revanche, à reconsidérer deux orientations largement présentes dans la plupart des études consacrées aux industries d’avant l’industrie moderne.

  • 4 S. Pollard (dir.), Region und Industrialisierung : Studien zur Rolle der Region in der Wirtschafts (...)
  • 5 Voir en particulier sa thèse inédite, F. Mendels, Industrialization and Population Pressure in XVI (...)
  • 6 A. Marshall, Elements of Economics, vol. 1, Economics of Industry, Londres, 1912, chap. X, p. 151 (...)

2La première concerne la chronologie du développement industriel en Europe à propos de laquelle deux moments particuliers ont été privilégiés. On a, en effet, établi un lien direct entre la dynamique industrielle et l’élément moteur qu’aurait été, pour ces activités, l’expansion européenne, amorcée à l’époque des « découvertes ». Mais, dans le même temps, la transition proto-industrie/industrie, c’est-à-dire l’enchaînement XVIIIe-XIXe siècle, a pris une place centrale dans la réflexion sur les activités rurales non agricoles. Le second élément d’interrogation touche un aspect majeur de l’analyse des processus d’industrialisation : celui de la spatialisation. Problème qui, depuis les approches innovantes de Sidney Pollard sur le caractère fondamentalement régional du développement industriel4, et l’importance cruciale que lui a accordée Franklin Mendels dans la formation des économies proto-industrielles5, n’a pas été au centre des débats jusqu’à la reprise de la notion de district, élaborée par Alfred Marshall6.

3Ce sont ces éléments que je propose de soumettre à quelques questionnements en déplaçant l’observation dans une chronologie moins fréquentée par l’historiographie, qui s’étend de la fin du XVe au milieu du XVIIe siècle, à propos du secteur textile. Ce choix n’est pas seulement motivé par l’omniprésence des textiles dans l’activité de production et d’échange ainsi que dans la consommation des sociétés anciennes. Il offre surtout, mieux que d’autres, l’opportunité d’observer comment se sont joués, dans l’espace européen, les modes de spatialisation de la production, à différentes échelles, et en particulier comment se sont nouées les relations villes-campagnes du point de vue de l’organisation productive.

  • 7 P. Deyon, « Premier bilan et perspective pour un congrès », Revue du Nord, 1981, p. 5-9. Vision pl (...)
  • 8 Parmi les plus importants, S.C. Ogilvie, State Corporatism and Proto-industry : the Württemberg Bl (...)
  • 9 H. Medick, J. Schlumbohm, P. Kriedte, Industrialisierung vor der Industrialisierung : Gewerbliche (...)
  • 10 Voir par exemple G. L. Gullickson, The Spinners and Weavers of Auffay : Rural Industry and the Sex (...)

4Revenant sur les questions de chronologie, rappelons combien, dans la tradition des années 1970-1980, la proto-industrie était presque toujours considérée comme « la première phase de l’industrialisation », au sens contemporain du terme. Même s’il évoquait quelques cas de désindustrialisation, dont la Bretagne reste l’un des exemples les plus frappants dans l’espace français des débuts de l’âge industriel, le rapport qu’avait préparé Pierre Deyon pour le congrès d’histoire économique de Budapest (1982) s’inscrivait clairement dans cette orientation7. Il est tout aussi remarquable que la critique avancée à maintes reprises du caractère téléologique de ce lien proto-industrie-industrialisation n’ait pas été suivie d’effet. On pouvait en attendre un déplacement vers l’amont des études empiriques qui ont été entreprises depuis lors. À quelques solides exceptions près8, ce changement de perspective ne s’est pas produit. Certes, le contexte documentaire y est pour quelque chose : moins riche en informations sur l’économie domestique et la démographie, il nécessite d’autres approches. En fait, la majorité des travaux parus depuis les années 1970 se sont développés en réaction à la modélisation proposée par Frankin Mendels, bien plus que par rapport aux propositions de Hans Medick, Jurgen Schlumbohm et Peter Kriedte9, tantôt pour la confirmer, tantôt pour la critiquer sur la base de micro-études dont on peut parfois discuter la validité10.

  • 11 P. Jeannin, « La proto-industrialisation : développement ou impasse ? », Annales ESC, 1980, p. 52- (...)
  • 12 W. Mager, « Proto-industrialization revisited : demography, social structure, and modern domestic (...)

5Toutes ou presque valorisent les relations entre structure économique, comportements démographiques, donc structure familiale, et force de travail. Un type de démarche qui, faute de sources suffisantes, interdit a priori toute intrusion dans les périodes antérieures à la mi-XVIIe siècle au mieux. La multiplication de ces études de cas a-t-elle réellement fait avancer la connaissance au-delà des territoires restreints qu’elles se sont données comme objets ? Si elles ont souvent conduit à caricaturer les propositions de Mendels, elles ont aussi mis en évidence la pluralité des modes de développement des industries rurales. C’est là l’un des points sur lesquels Pierre Jeannin avait attiré l’attention11 à propos de l’ouvrage des trois « Goettingener » et qu’ils ont repris dans leur réponse aux critiques acides de Wolfgang Mager, dans un article éclairant paru en 199312.

6Retenons surtout de ce rapide survol historiographique l’importance assez faible accordée, dans le débat, aux marchés, constat d’autant plus curieux que s’ils étaient abordés de manière assez concise dans les travaux de Mendels, ils tenaient une place déterminante dans son argumentaire sur le développement des activités rurales non agricoles.

Dynamique des marchés et développement des industries textiles rurales

  • 13 J. Strieder (éd.), Aus Antwerpener Notariastarchiven. Quellen zur deutschen Wirtschaftsgeschichte (...)

7L’ouverture des marchés de l’outre-mer, dans un premier temps surtout situés dans l’espace atlantique – côte occidentale de l’Afrique et monde ibéro-américain – a souvent été avancée comme l’origine d’un double processus de croissance dans le cas des textiles : à la fois, une multiplication des zones de production dans l’espace européen et une intensification alliée à une certaine normalisation de cette production. Cette corrélation ne fait pas de doute. On l’identifie à maintes reprises dans d’autres secteurs de la production industrielle : par exemple, en 1548, lorsque le facteur d’Anton Fugger à Anvers vend au facteur du roi de Portugal, des quantités massives de manilles de laiton provenant d’Allemagne du Sud, destinées aux marchés africains de l’Ouest13. Peut-on l’observer plus tôt ? S’il est difficile, en dehors de la draperie, de mener de telles observations bien au-delà du XIVe siècle, la deuxième moitié du XVe ne manque pas d’indices d’un développement, dans le secteur textile, de territoires productifs en relation avec le négoce et son intérêt pour des marchés spécifiques, avant que se développe une demande notable sur le versant atlantique.

  • 14 A. Schulte, Geschichte der Grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, 1380-1530, Stuttgart-Berlin, (...)
  • 15 Ibid., vol. 1, p. 383 et vol. 2, p. 92, tarif de l’année 1481.
  • 16 H.C. Peyer, Leinwandgewerbe und Fernhandel der Stadt St. Gallen von den Anfängen bis 1520, Saint-G (...)

8L’un des cas les mieux connus reste, en dehors de l’Italie, celui que révèlent les activités de la Magna Societas de Ravensburg14. Cas d’autant plus intéressant qu’il concerne la production d’une gamme de toiles de qualités variées, produites dans un contexte spatial européen. Des données exploitées par Aloys Schulte, il ressort trois types d’observations. Le premier, contradictoire avec l’idée reçue d’une offre limitée de produits avant la fin du XVIIe siècle, concerne la diversité des tissus que la firme et ses concurrentes commercialisaient sur la place de Barcelone, dans les années 148015 : environ une soixantaine de produits, y compris quelques draperies, venus de trente à quarante origines géographiques différentes, pour la seule collecte opérée dans un espace triangulaire délimité, pour l’essentiel, par les villes de Chalons, de Briançon et de Genève (voir la carte 1 ci-jointe), avec des extensions jusqu’à Montpellier. Les taxinomies relevées dans les tarifs douaniers de la place catalane et les nombreuses opérations menées par la société ne laissent aucun doute sur l’ampleur de ce trafic, ni sur sa continuité : 177 ballots de bourgs, de mâcons et de seizens achetés à Lyon en 1477, 105 autres expédiés de Marseille à Valence, deux ans plus tard, 365 balles de toiles et de scampolons bressans au mois d’octobre 1480. Des exemples que l’on pourrait multiplier à l’envi, et qui témoignent du drainage rural qu’organisaient les facteurs de la firme à Bourg, à Montluel, à Belleville et à Beaujeu. Si, dès le XVe siècle, l’exportation de quantités massives de toiles depuis l’Allemagne du Sud et la Suisse (Saint-Gall) est connue16 – Lyon aurait même reçu plus de toiles de Constance que de Bresse, vers 1500 – l’entrée précoce dans des trafics à longue distance de productions de la région lyonnaise, prise au sens large, l’est moins.

Carte 1 : Territoire de collecte des toiles de la Grossen Ravensburger Handelsgesellschaft dans le Sud-Est de la France autour de 1500 (d’après Aloys Schulte)

9La fin du XVe siècle ne connaissant pas, dans cette zone, de surcharge démographique particulière, ces exemples incitent à revenir sur la hiérarchisation des facteurs de la croissance. L’effet stimulant des marchés, autrement dit le Levant, la Barbarie et l’Espagne du Sud-Est, paraît bien avoir été déterminant. Il se maintient d’ailleurs au siècle suivant sur des bases identiques. Mais si les marchés sont à l’origine du développement de zones favorisées par des conditions écologiques particulières (par exemple la Bresse), comment s’est opérée la liaison entre cette demande et l’intensification observée d’une production dont la variété révèle très tôt des formes de spécialisation et de normalisation ? Quels étaient les relais, c’est-à-dire les marchés et les agents locaux qui opéraient la liaison entre, d’une part, les flux et les acteurs du grand commerce et, d’autre part, les producteurs ou les petits marchands collecteurs ?

  • 17 Voir à ce sujet, The Port and Trade of Early Elizabethan London : documents, Brian Dietz (éd.), Lo (...)
  • 18 Voir H.A. Nicolle, Anglo-French Trade, 1540-1640, PhD., université de Londres, 1976, p. 90-92.

10L’analyse d’autres échanges toiliers internes à l’espace européen peut aussi nourrir la réflexion sur le démarrage et la dynamique des productions textiles rurales plutôt qu’urbaines. Avant même l’existence d’un débouché ibérique et atlantique, Michel Mollat, pour les toiles normandes de chanvre (canevas) et Jean Tanguy, pour les toiles de chanvre (noyales, pouldavid) et de lin (crées du Léon) de Bretagne, ont en effet montré l’importance du marché anglais pour ces produits qui arrivaient en grandes quantités dans les ports de la côte sud de l’Angleterre et à Londres, dès la fin du XVe siècle. L’importance de ce marché particulier est confirmée à l’échelle européenne par les importations londoniennes comptabilisées dans le Port book de 1567-156817. Selon ce document, les importations de toiles normandes (canvas et coarse canvas en majorité) déchargées par des navires venus de Rouen, atteignaient alors environ 500 000 aunes, là où les toiles allemandes (principalement des osnabrücks, des munsters et des middlegoods) n’en représentaient que 400 000 (dont la moitié venue de Hambourg), chiffres à considérer comme des minima. L’absence des toiles bretonnes ne doit pas nous étonner, elles pénétraient par les ports du Sud18.

  • 19 J. Bottin, « Structures et mutations d’un espace proto-industriel à la fin du XVIe siècle », Annal (...)
  • 20 J. Tanguy, « La production et le commerce des toiles “Bretagnes” du XVIe au XVIIIe siècle. Premier (...)
  • 21 Ibid.

11Il ne s’agit, certes, que d’un instantané. Il n’est pourtant démenti ni par les sources rouennaises ultérieures19, ni par les données recueillies sur le versant breton20. Difficile, dans un contexte documentaire hétérogène, d’évaluer quelle fut la part respective des différents marchés dans l’intensification de la production toilière normande et bretonne et de leur commercialisation, comme de celle des Pays allemands de l’Ouest ou des Pays-Bas. Les sources portuaires incitent néanmoins à valoriser l’importance du marché anglais, dès avant 1500, et son rôle moteur dans le développement de certains produits (les crées du Léon, ou les canevas normands ou vitréens). Et même dans un contexte ultérieur de forte croissance de la production, en réponse aux besoins des marchés ibéro-américains, la demande de l’économie, notamment de la marine anglaise, constitua jusqu’à ce que les Îles britanniques commencent à acquérir une réelle capacité de production dans ce domaine – à la fin du XVIIe siècle – un débouché important pour les produits continentaux. Quelques chiffres permettent de s’en faire une idée. L’énorme marge d’erreur possible sur l’évaluation des exportations rouennaises de toiles (2 ou 3 millions d’aunes, ou plus ?), au moment où l’on connaît les importations londoniennes, ne permet guère que des approximations : 10 %, hypothèse basse, plus vraisemblablement 15 %, peut-être un peu plus, à un moment où Séville était devenue le principal débouché des toiles de lin normandes. Plus sûrs, sur le versant breton, les chiffres produits par Jean Tanguy à propos des exportations de crées par le port de Morlaix, dans une conjoncture presque contemporaine du démarrage toilier anglais et irlandais, soulignent la constance du débouché anglais : entre 1663 et l’embargo anglais de 1678 une moyenne de 20 à 25 000 pièces de 100 aunes par an ; soit un tiers au moins des 6 à 6,5 millions exportés chaque année. Ce poids important dans le cadre micro-régional du Léon doit être cependant modéré à l’échelle plus large de la Bretagne où la croissance du pôle malouin était bien plus liée au « commerce d’Espagne » avec les « bretagnes21 ».

  • 22 Voir ce que dit la lettre de Pedro Hortiz de Valderrama, de Rouen, à Simon Ruiz, dénonçant le haut (...)
  • 23 Stadsarchief Antwerpen, Insolvente boedelskamer (ensuite SAA, IB), 272, lettre à Chrisostome van I (...)

12Reste, en termes de commercialisation, la principale inconnue : la part de la demande intérieure. Comment l’évaluer ? Les témoignages dont on dispose, dans le contexte de la France du Nord-Ouest, sont assez concordants avec ce que l’on observe pour le pôle rouennais et les données que Pierre Goubert avait recueillies sur les Danse et les Motte, entrepreneurs beauvaisins spécialisés dans le blanchiment et le commerce des toiles. À Rouen, les informations qualitatives sur le grand marché des toiles, qui se tenait lors des foires franches, sont presque identiques à quelques décennies d’intervalle : les exportateurs devaient faire face à la concurrence des régnicoles pour les bonnes toiles. Tout en soulignant aussi l’intervention des marchands anglais, les commissionnaires de Simon Ruiz22 ne disent rien d’autre à ce sujet en 1576, pas plus que le Rouennais Jean Soupplis expliquant, au début des années 1620, à son commissionnaire anversois qu’il restait « fort peu de thoilles blanches a vendre […] spécialement de celles blancartz, pour avoir esté touttes enlevees, vendues et transportees tant pour Espagne que pour Lyon, Tholoze, Limoges, Paris et autres villes de ce païs de France, ou il s’en consomme une bonne quantité23 » ; destinations que l’on retrouve en partie dans la diffusion des toiles vendues par les entrepreneurs beauvaisins à la fin du XVIIe siècle. Sans doute, une partie des achats réalisés par des Lyonnais, des Toulousains ou des Parisiens était-elle réintroduite dans des circuits de commercialisation à longue distance.

Modèles productifs : spécialisation et spatialisation

  • 24 J. Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, 1994 (...)

13Diversité des produits, diversité des marchés, diversité aussi des systèmes de production ; déjà évoquée, la production des toiles bretonnes fournit à cet égard des éléments de réflexion à la fois sur la validité du « régional » comme cadre d’observation et d’analyse, et sur les formes variées que prenaient les rapports de production entre villes et campagnes. La comparaison avec la Normandie, dans un cas de figure approchant, avec les Pays-Bas ou avec le Mittelost allemand, dans des contextes productifs tous différents, est éclairante si l’on prend en considération la finition des toiles, et en particulier leur blanchiment. Dans le cas des crées du Léon, par exemple, le fil était blanchi, avant tissage, dans des unités de production nombreuses, mais de dimension souvent modeste24. Aucune concentration au stade de la finition, par conséquent, dans ce micro-territoire à forte intensité productive, dont la capacité exportatrice passa sous le contrôle des Malouins faute d’une accumulation capitalistique et d’une puissance commerciale suffisantes sur place ; un cas particulier qui incite à pousser plus loin la réflexion sur les constructions territoriales liées à la production et à la commercialisation des produits textiles.

  • 25 H. Kisch, « From monopoly to laissez-faire : the early growth of the wupper valley trades », Journ (...)
  • 26 Sur ce sujet étude ancienne mais fouillée de G. Aubin et A. Kuntze, Leinenerzeugung und Leinenabsa (...)

14De ce point de vue, l’étude d’Herbert Kisch sur le blanchiment du fil de lin dans la vallée de la Wupper25 fournit un bon contrepoint au cas des crées du Léon. Il s’agit en effet d’une activité orientée en priorité vers la production d’un semi-produit plus que d’un produit fini, et qui se développa de façon très localisée tout en s’inscrivant dans un contexte de commercialisation à la fois régional et supra régional ; un type peu abordé par l’historiographie. Le cas d’Elberfeld ne s’inscrit, à ses débuts, ni dans la vision classique d’une division entre tissage (et/ou filage) rural et finition urbaine ou, comme le Zunftkauf du Mittelost26, d’une spécialisation des centres urbains dans le tissage (le fil étant fourni sous contrôle négociant) ou le blanchissage. Si l’on fabriquait des toiles à Elberfeld et à Barmen, dès la fin du XVe siècle, c’est le blanchiment du fil qui s’imposait comme activité dominante dans ce qui n’était encore qu’un petit territoire rural, situé non loin de Cologne mais protégé de son influence politique et institutionnelle par les ducs de Berg. Sans reprendre en détail cette étude bien documentée, relevons quelques points qui expliquent le succès d’un site appelé à se développer et à s’urbaniser rapidement. Outre la qualité du produit et la présence d’une main-d’œuvre rurale que la parcellisation rendit disponible – schéma classique – cette croissance apparaît surtout liée à une activité de commercialisation précoce : dès 1486, on repère un marchand de fil de toile à Elberfeld. Ce petit centre était déjà un lieu de foire et un marché important à l’échelle régionale. Si le Garnnahrung, réglementation protectrice obtenue du pouvoir politique par les curandiers locaux et les marchands de fils en 1527, était censé contingenter la production et limiter la concurrence, tout montre la prévalence des marchands curandiers et des détenteurs de capitaux dans le système.

15L’étude illustre donc l’inadéquation du cadre régional à la spatialisation des processus. Car, si elle dit peu sur l’origine de la matière première, ou plutôt du semi-produit – le fil écru – il est clair que sa collecte s’opérait, de manière directe ou indirecte, parfois assez loin à l’Est (Saxe). Le fil blanchi n’étant pas lui-même un produit fini, il entrait ensuite dans une organisation productive qui ne se cantonnait pas à l’espace régional. Ses principaux débouchés étaient des centres urbains où il devait être travaillé ou donné à travailler dans le cadre du Verlag : en priorité Cologne, et Francfort, mais aussi Anvers, et Amsterdam dans une conjoncture plus tardive. La vente d’une quantité vraiment importante de fil par l’un des négociants d’Elberfeld à des marchands néerlandais de Rouen, dans les années 1630, témoigne même de l’élargissement de l’aire de commercialisation, confirmé par l’ampleur des ventes à Amsterdam (à fin de réexportation). Mais il ne s’agissait plus, alors, d’industrie rurale : Elberfeld (qui avait acquis le statut de ville en 1610) et Barmen représentaient dans les années 1640 un noyau de population de 3 500 à 4 000 habitants, dont la production s’était diversifiée avec la croissance d’un secteur toilier et l’apparition de celui du ruban.

  • 27 A.D. Seine-Maritime, 2E1/668, accord entre Vincent Séjourné et Martin Lejeune, 20 février 1602.
  • 28 Voir pour la région de Lille, R. Duplessis, Lille and the Dutch Revolt. Urban Stability in an Era (...)
  • 29 A.D. Seine-Maritime, tabellionage de Rouen, 2E1/935, 11 août 1588.
  • 30 Ibid. L’expression du texte le laisse entendre : Bothmer s’adressera aux « meilleurs ouvriers » qu (...)

16Cas unique ? Certainement pas. Des éclairages ponctuels dévoilent la circulation de tels produits dans des systèmes productifs où la césure ville/campagne perd beaucoup de sa pertinence. Isolée, l’information qui, en 1602, fait état de la vente par un marchand de Darnétal de 500 livres de « fil de layne à chesne », à un Orléanais27, illustre des systèmes productifs plus complexes, combinant la domination d’une ville sur son espace rural et des relations de dépendance entre centres drapiers assez éloignés. Acte unique ou témoignage d’une organisation nouvelle ? De tels fonctionnements sont repérables entre Lille et Anvers, à la fin du XVIe siècle pour la fourniture de fil de sayette. Ils suggèrent une large collecte dans les campagnes (Verlag ou Kaufsystem ?), où le filage et parfois le tissage étaient localisés dès le XVIe siècle28, et une redistribution du semi-produit au point d’arrivée sous la forme du Verlag, en ville et dans les campagnes environnantes ; des cas qui ne sont pas plus conformes aux modèles usuels que celui que l’on peut reconstituer à partir de l’accord conclu à Rouen entre l’Osterlin d’Anvers, Melchior Bothmer, et le marchand mercier grossier d’origine tourangelle, Guillaume Robin, pour la fabrication de burats. Ce contrat préconisait l’achat dans diverses villes des Pays-Bas de fil de soie et de sayette qu’il faudrait « mectre entre les mains de tisserens » pour produire des burats29. Fil produit dans les campagnes et collecté par des marchands urbains ? Tissage probablement urbain30 ? S’ils restent évasifs sur la spatialisation des phases de productions, les termes de l’accord suggèrent leur mixité rurale-urbaine et ne laissent aucun doute sur le Verlag. Quelle meilleure illustration, en tout cas, des effets moteurs de la demande sur l’organisation de la production, au point que l’investisseur marchand était conduit à opérer bien loin de ses bases ?

17De tels exemples permettent de réexaminer un certain nombre de thèmes récurrents sur le rapport ville/campagne dans l’analyse des processus industriels anciens. Ils rendent en effet visible la diversité des cas de figure que présentaient les implantations industrielles de l’Époque moderne. Si la division ville-campagne s’opérait souvent en fonction de critères techniques ou capitalistiques (la finition réclamant plus de moyens) dans un cadre régional, ce schéma ne peut s’appliquer à l’ensemble des systèmes productifs.

  • 31 Très net en 1567-1568, d’après le Port Book de Londres cité plus haut, ce déséquilibre quantitatif (...)
  • 32 J. Bottin, « Structures et mutations d’un espace proto-industriel… », carte p. 979.
  • 33 M. Zell, Industry in the Countryside. Wealden Society in the Sixteenth Century, Cambridge, 1994, p (...)

18Parce qu’il concerne un semi-produit, le cas d’Elberfeld permet en effet de rappeler que tous les produits ne relevaient pas des mêmes cycles de fabrication ; observation à mettre en rapport avec les usages, trop peu étudiés, et les qualités des produits. Pour reprendre l’exemple des toiles que l’Angleterre importa en masse au XVIe siècle et dans les deux premiers tiers du XVIIe, rappelons qu’une grande partie d’entre elles n’exigeait aucune finition31. C’est pourquoi les Anglais qui achetaient des toiles normandes se les procuraient en majorité auprès de marchands locaux, venus ou non sur la place de Rouen32. Certaines draperies grossières ne donnaient pas plus lieu à traitement. À l’inverse, le cas des draperies anglaises ou flamandes mérite qu’on s’arrête de manière plus précise sur la question des rapports entre phases dites de fabrication et de finition. Le schéma considéré comme le plus courant de ce point de vue, celui d’une complémentarité entre filage, tissage tantôt rural, tantôt urbain, et des phases de teinture et de finition réalisées en ville s’inscrivait, suivant les cas, dans des échelles spatiales extrêmement diverses. Pour ce qui est du drap lourd (broadcloth), l’étude de Michael Zell sur le Kent indique, sans s’y attarder beaucoup, que les draps, produits pour l’essentiel dans les campagnes à la fin du XVIe siècle, étaient expédiés en blanc, après collecte, à Londres, où ils étaient teints, avant d’être commercialisés sur des marchés extérieurs33 ; phase urbaine de traitement qui s’explique, outre un savoir-faire et des moyens supérieurs, par une meilleure connaissance de la demande.

  • 34 Calendar of the Manuscripts of the Right Honourable Lord Sackville…, vol. II, Letters relating to (...)
  • 35 Ibid., p. 163, lettre de Rawstorm à Cranfield du 26 mai 1606, évoquant clairement l’arrivée de mau (...)
  • 36 Parmi d’autres, deux exemples de ce type à quelques décennies d’intervalle, le 7 septembre 1547 et (...)

19Les informations relatives à l’expédition et à l’arrivée des draps anglais sur les places continentales montrent que la dissociation spatiale des phases de production pouvait prendre une dimension supérieure. En 1604, dans une lettre adressée de Middelbourg à un correspondant de Londres, Hendrick van Lemens faisait état d’un acheteur potentiel aux Pays-Bas de 6 500 pièces de draperies anglaises par an, dont plus du tiers étaient demandées blanches34. Ce qui souligne, à un moment où elle était déjà en recul, l’ampleur de la circulation de produits dont la phase ultime de fabrication pouvait être déconnectée de leur zone de production initiale, qu’ils fussent d’origine rurale ou non. Encore une fois, ce type de schéma n’était pas unique : on le retrouve à Hambourg35 et, depuis la fin de l’étape des draps anglais aux Pays-Bas, à Rouen. S’il est impossible de produire là une évaluation chiffrée, on sait que des draps non teints et des draperies légères (kerseys, frises, doublures diverses) y étaient couramment déchargés et traités sur place ou à Paris36, même si les draperies légères arrivaient plus souvent déjà teintes sur le continent, leur usage (doublure et marchés du Levant) ne nécessitant pas de finition particulièrement soignée. En revanche, l’expertise des meilleurs teinturiers – notamment ceux de Paris – pouvait conférer aux draps blancs de bonne qualité une valeur ajoutée plus élevée.

  • 37 Confirmation du lien entre prix de vente et liberté de teindre dans la déposition de drapiers d’Ar (...)

20Identifiés très tôt dans des zones de production plus réduites et de densité urbaine supérieure, comme les Pays-Bas du Sud37 puis du Nord, ces processus ne s’inscrivent pas non plus dans un cadre régional étroit. Ils témoignent à leur tour de la diversité des systèmes productifs en termes d’organisation spatiale, et de la difficulté qu’on éprouve à identifier des productions rurales ou urbaines « pures ». Ce qui revient à souligner l’intensité des circulations de matières premières et de produits « intermédiaires » autant que des produits finis ; processus qui relève largement de l’intervention directe ou indirecte des acteurs commerciaux.

Production toilière et marchés, deux cas d’école : Bretagne et Normandie

21La production des toiles représente à cet égard un cas tout à fait probant de plusieurs points de vue. Qualifiée comme industrie pauvre, elle était pourtant très hétérogène en termes de qualités, et elle fournit très tôt une part importante, sinon dominante, des exportations d’une large partie de l’Europe du Nord-Ouest et des pays allemands destinées aux marchés du Levant, de l’Afrique occidentale et de l’Outre Atlantique. On tient donc là un bon observatoire des jeux de relations qui pouvaient s’établir entre production rurale ou urbaine et intervention négociante.

22Reprenons, sous cet angle, et en dépit d’une forte asymétrie informative, la comparaison entre les deux régions, Bretagne et Normandie, qui furent dès les débuts de l’âge moderne les régions françaises les plus exportatrices vers les marchés ibériques et leurs prolongements coloniaux. La comparaison se justifie en termes d’importance – en valeur, toiles normandes et bretonnes s’équilibraient à peu près, dans le dernier tiers du XVIIe siècle, sur le marché de Cadix – ainsi que du point de vue des conditions naturelles et des dimensions spatiales des espaces considérés, certes pas identiques, mais proches.

  • 38 Pour cette période voir plutôt : J. Tanguy, « L’économie bretonne aux XVIe et XVIIe siècles » et « (...)
  • 39 H. Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la Franc (...)
  • 40 Ibid., p. 515 : illustration de cette concurrence avec les foires de Noyale et de La Houssaye où s (...)

23Plus que la question de la « régionalisation » déjà évoquée, c’est celle de la polarisation des activités économiques et de ses effets sur l’organisation de la production et de la circulation des produits qui fournit l’angle d’attaque le plus éclairant. Grâce aux travaux de Jean Tanguy – les seuls à traiter de l’activité avant le milieu du XVIIe siècle38 – il est aisé de constater la dispersion des zones de production toilière bretonnes (carte 2). On peut y voir, en effet, autant de bassins de production, localisés autour d’une ville de dimension modeste ou d’un port, dont l’existence fut plus ou moins durable ; d’où l’image d’un territoire morcelé plus que d’une région, avec des spécialisations liées aux aptitudes locales des sols, à laquelle répondait une atomisation des marchés. Non sans effets sur les stratégies négociantes : si, à Nantes, Julien Ruiz achetait certaines variétés de toiles, son frère André devait envoyer un facteur parcourir foires et marchés pour s’y fournir auprès de marchands locaux39, dans un contexte d’âpre concurrence40. La situation était donc peu favorable à l’intervention du négoce dans la production, non seulement là où les toiles étaient tissées de fil préalablement blanchi, mais dans une grande partie du territoire breton, du moins jusqu’à ce que Saint-Malo réussît à capter une partie importante du commerce breton.

Carte 2 : Zones de production des toiles en Bretagne à l’époque moderne (d’après Jean Tanguy, Quand la toile va…).

24Rien de comparable avec l’espace toilier qu’évoquent les sources rouennaises. On y évalue en effet aisément l’impact du processus de métropolisation qu’avait connu très tôt la capitale normande sur l’organisation spatiale de la production et de la commercialisation. Si les toiles étaient présentes un peu partout, la concentration des zones de production produit l’impression d’un territoire « plus intégré » que celui de la Bretagne, plus hiérarchisé aussi (carte 3). Même si les plus grands marchands n’hésitaient pas à prospecter les marchés locaux, encore dans les années 1600, ceux-ci fonctionnaient surtout comme relais vers la capitale commerciale, et les toiles de lin ou de chanvre y étaient toujours achetées écrues.

  • 41 Fait souligné par Francisco Ontaneda dans sa lettre à Simon Ruiz : « […] los lienços que V[uestra] (...)
  • 42 Sur la foi des informations communiquées par son correspondant rouennais, le marchand anversois Ba (...)

25En dépit d’écarts de qualité certains41, la taxinomie qu’utilisaient les acheteurs rouennais ou étrangers fait d’ailleurs ressortir le caractère beaucoup moins éclaté de la production normande, en termes d’organisation productive et commerciale, que celle des toiles bretonnes : un effet induit de la centralisation sur et par la métropole régionale. Les marchands castillans qui, à Rouen, correspondaient avec Simon Ruiz n’employaient guère, pour les toiles de lin, que des désignations liées à leur largeur (anchos, entreanchos), à leur usage (ménages), ou à leur finesse (coffres). Et même si les appellations tendirent à se multiplier à la charnière des XVIe et XVIIe siècles, elles étaient bien moins nombreuses que dans l’Ouest breton42. Ce qui ne veut pas dire uniformité de la production, mais souligne le processus de concentration des toiles à Rouen avant leur commercialisation et la signification générique prise par la désignation de rouens, couramment largement appliquée aux toiles des campagnes pour cette raison.

Carte 3 : Géographie de la production des toiles normandes : mi-XVIe – mi-XVIIe siècle (source : actes notariés rouennais)

  • 43 Témoignage plus tardif à ce sujet du marchand Christophe de Nouiller : « […] je vous advise que le (...)

26Dans le troisième tiers du XVIe siècle, les commissionnaires des Ruiz insistaient de manière récurrente sur cette fonction centrale du marché rouennais, comme lieu de fixation des prix des toiles écrues et blanches, quelle que fût leur origine ; un marché dont la temporalité était rythmée à la fois par les jours d’ouvertures de la halle43 et par les moments forts que représentaient l’arrivée plus massive des toiles écrues proposées par les producteurs ou par les marchands collecteurs – la période d’hiver – et la vente en franchise des mêmes toiles blanchies aux foires de Chandeleur et de Pentecôte. On a tout lieu de croire que cette organisation hiérarchisée donnait aux prix de la halle rouennaise valeur de référence pour les marchés secondaires.

  • 44 Voir l’information communiquée par Antonio de de Quintanadueñas à Francisco de la Presa Vitores et (...)
  • 45 Le négociant Jacques Hallé déclarait, en1594, disposer de 100 ballots « de son curage », soit envi (...)
  • 46 « […] En lo de los entrehanchos alla ymviados salen por 77 l. t. en primer costo, y la causa es qu (...)
  • 47 Voir, par exemple, le contrat par lequel Pierre Guillaudeu donnait à « blanchir à fleur » près de (...)

27Une même opposition entre Bretagne et espace normand peut être soulignée à propos du curage des toiles. On en retiendra ici trois aspects principaux. La concentration de l’activité, d’abord, fut bien plus précoce et plus intense sur le versant normand. On l’observe aussi bien au plan spatial, avec ses trois sites majeurs, en zone périurbaine (Rouen et Louviers) et rurale (la vallée de la Risle) que du point de vue des capacités entrepreneuriales : l’importance des lots de toiles mis sur le marché après blanchiment en témoigne, dès les années 156044, et plus encore juste avant 160045. Deuxième observation, l’idée d’une localisation stricte en zone urbaine fondée sur une supériorité technique ne tient pas dans le cas normand, au moins avant les années 1600. Les grands opérateurs castillans vantaient d’ailleurs la qualité du blanchiment effectué par les curandiers du Neubourg46. Dès ce moment, et sans qu’on puisse comparer la situation normande à celle des Pays-Bas, où les toiles de Tournai ou de Courtrai étaient couramment expédiées à Haarlem pour y être blanchies, l’espace toilier normand fonctionnait de manière intégrée. D’où son attractivité sur des opérateurs extérieurs, qui comme les Vitréens, et même des Malouins, achetaient des toiles en écru (à Rouen ?) et les donnaient à blanchir à Louviers, centre connu pour ses toiles fines47, ou à Rouen.

  • 48 En 1571, Jacques Le Seigneur, l’un des plus grands marchands rouennais du moment, affermait sa cur (...)
  • 49 Il s’agit d’un véritable changement d’état d’esprit chez certains acteurs qui optent pour la sécur (...)

28Quant à l’impression, mal étayée par une documentation peu propice à la quantification, d’une concentration progressive du blanchiment sur les zones périurbaines, à la charnière des XVIe et XVIIe siècles – troisième observation – elle est fondée sur un faisceau de facteurs convergents. D’abord, la précocité de l’intervention du négoce rouennais dans ce secteur ; point bien établi, puisqu’on la repère dès les années 157048 – elle était sans doute plus ancienne. Le gain réalisé à l’aunage, de 3 à 7 % suivant les cas, et la plus-value qu’engendrait le traitement des écrues expliquent la dynamique de l’investissement marchand dans ce secteur49, mais la nécessité de contrôler une phase décisive de la fabrication y avait aussi sa place, afin d’assurer la qualité. Ce contrôle négociant de la qualité s’inscrit dans un contexte général qui différencie une fois de plus Bretagne et Normandie jusqu’au milieu du XVIIe siècle.

  • 50 J. Tanguy, Quand la toile va…, p. 29-30.
  • 51 On pourrait ici énumérer des dizaines d’arrivages de chanvre venu de Hambourg ou de Moscovie, de l (...)
  • 52 Par exemple le 19 juin 1585, 96 paquets de lin étaient acheminés vers Orléans.
  • 53 Déclaration du marchand Henri de Beaulieu sur l’envoi réalisé en septembre 1600, d’autres ballots (...)
  • 54 Le 16 mars 1601, huit ballots (3 200 aunes) sont déclarés par Nicolas Kieff, « du blanchissage, ma (...)
  • 55 Voir J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 198 (...)

29Si Saint-Malo a fini, dans une chronologie plus tardive par s’assurer la maîtrise des « bretagnes » et par imposer, comme Rouen, le respect d’un standard aux fabricants, le contexte commercial dans lequel opéraient les deux places ne peut être comparé. Certes, les Bretons du Léon allaient chercher de la graine de lin à Riga au XVIe siècle ou la faisaient venir de Libau50 au XVIIIe, et des savons furent rapportés d’Andalousie assez tôt par les Malouins. Rien de comparable, toutefois, avec les quantités considérables de matières premières textiles et de produits de blanchiment qui arrivaient dans le port normand51. Bien que la destination précise de ces produits nous échappe la plupart du temps, on sait qu’une partie, sans doute mineure, était redistribuée vers l’intérieur du royaume52. L’essentiel restait donc à Rouen ou était écoulé dans la région. Des indices concordants témoignent d’une activité de tissage, et même de filage, localisée à l’intérieur même de la ville, au début du XVIIe siècle : le 14 février 1601, quatre ballots de rouens expédiés à Séville étaient ainsi qualifiés de « fillez, blanchis, curés et accomodés » à Rouen53. De nombreuses déclarations identiques54 ne laissent aucun doute sur l’existence, dans la ville même, d’une industrie toilière que confirme la présence de nombreux tisserands dans les premières décennies du XVIIe siècle. Y était-elle plus présente qu’auparavant ? Si l’on ne dispose pas d’éléments de réponse fiables, observons que cette croissance du secteur toilier en ville coïncide avec la reprise démographique urbaine qui suivit l’arrêt des guerres civiles55.

30Bien plus polarisée que le territoire toilier breton, l’évolution de l’espace productif normand démontre ainsi la plasticité des implantations industrielles avec ses effets de va-et-vient et de complémentarité entre ville et campagnes. Dans le cas rouennais, comme dans bien d’autres, la ville ne s’est pas cantonnée aux phases de finition, même si elle a continué à drainer un vaste territoire productif. En savoir plus sur les raisons de cette relocalisation industrielle supposerait une meilleure connaissance des productions elles-mêmes. Étaient-elles différentes en ville et dans les campagnes ? L’ampleur du contrôle marchand, bien plus complet dans le cas rouennais que pour Saint-Malo était-il gage d’une qualité supérieure ? Peut-être. Ce n’était pas pour autant la clef du succès commercial : on se plaignait beaucoup dès les années 1620 de la concurrence des produits à bas prix qui arrivaient des Pays allemands sur le marché de Séville par la voie de Hambourg. Dans une perspective de longue durée, même si bien d’autres facteurs entrent en ligne de compte, on peut raisonnablement penser que le modèle rouennais, avec l’investissement massif de ses hommes d’affaires dans la production et la constitution d’un volant de main-d’œuvre industrielle peut-être plus qualifiée en ville, était mieux préparé à la transition vers l’industrie moderne que son équivalent breton. On sait qu’il s’agit là d’un cas type de désindustrialisation.

***

  • 56 D.C. Coleman, « Proto-industrialisation : A concept too many », Economic History Review, 1983, p.  (...)

31Que reste-t-il des industries des campagnes après ce trop rapide tour d’horizon de quelques situations régionales européennes ? Plutôt que de reprendre à son compte les critiques d’un modèle à coup sûr « too many56 », il convient plutôt de souligner les pistes qu’il serait utile d’emprunter. La multiplication d’études précisément localisées et parfois d’une grande acuité, et la diversité de leurs approches ont indéniablement fait progresser notre connaissance des activités rurales non agricoles, tant du point de vue de l’économie domestique, des comportements démographiques, que de la dynamique des activités. Entre ces approches, souvent menées à une échelle très réduite, et les objectifs quantitatifs ambitieux que s’assignait l’historiographie dans les années 1960 – rien moins que proposer des évaluations nationales de la production – il existe d’autres voies, en particulier pour les périodes antérieures au milieu du XVIIe siècle. L’observation du fonctionnement concret des marchés en est une, et n’a curieusement pas été si souvent explorée. La connaissance de la pratique des acteurs, des produits et de leur circulation n’est pas si aisée pour ces périodes anciennes. Elle suppose l’exploitation de massifs documentaires imposants et d’accès souvent difficile (les minutes de notaires, les sources d’entreprise, les comptes douaniers). C’est pourtant par l’exploitation fine des données qui y sont recueillies que l’on peut renouveler la réflexion sur l’organisation de la production, remettre en cause quelques présupposés, comme celui d’une faible localisation des industries « pauvres » dans l’espace urbain, et discuter la pertinence, pour le premier Âge moderne, de la notion de région, « a usefull concept, but impossible to define » (Rainer Schulze).

Notes

1 Les parties des citations qui figurent en italique sont soulignées par l’auteur. H. Kellenbenz, « Industries rurales en Occident de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1963, p. 833-882.

2 Sur la rupture épistémologique représentée par l’approche protoindustrielle, voir notamment l’article de F. Mendels, « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de perspective », Annales ESC, 1984, p. 977-1008.

3 Pour la France, voir E. Tarlé, L’industrie dans les campagnes en France à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1910.

4 S. Pollard (dir.), Region und Industrialisierung : Studien zur Rolle der Region in der Wirtschaftsgeschichte der letzten zwei Jahrhunderte, Göttingen, 1980. À opposer à la démarche des historiens britanniques de l’économie, longtemps axée sur la division administrative de l’espace en comtés.

5 Voir en particulier sa thèse inédite, F. Mendels, Industrialization and Population Pressure in XVIIIth Century Flanders, PhD de l’université du Wisconsin, 1969.

6 A. Marshall, Elements of Economics, vol. 1, Economics of Industry, Londres, 1912, chap. X, p. 151 et s. Parmi les réexamens de la question, G. Becattini, « Riflessioni sul distretto industriale marshalliano come concetto socio-economico », Stato e mercato, 1989.

7 P. Deyon, « Premier bilan et perspective pour un congrès », Revue du Nord, 1981, p. 5-9. Vision plus nuancée de S. Chassagne dans le même volume, sous le titre « Industrialisation et désindustrialisation dans les campagnes françaises : quelques réflexions à partir du textile », p. 35-57.

8 Parmi les plus importants, S.C. Ogilvie, State Corporatism and Proto-industry : the Württemberg Black Forest, 1580-1797, Cambridge, 1997.

9 H. Medick, J. Schlumbohm, P. Kriedte, Industrialisierung vor der Industrialisierung : Gewerbliche Warenproduktion auf dem Land in der Formationsperiode des Kapitalismus, Göttingen, 1977.

10 Voir par exemple G. L. Gullickson, The Spinners and Weavers of Auffay : Rural Industry and the Sexual Division of Labor in a French Village, Cambridge, 1986, dont l’analyse ne prend pas assez en compte la spécificité du territoire étudié.

11 P. Jeannin, « La proto-industrialisation : développement ou impasse ? », Annales ESC, 1980, p. 52-64

12 W. Mager, « Proto-industrialization revisited : demography, social structure, and modern domestic industry », Continuity and Change, 1993, p. 217-252.

13 J. Strieder (éd.), Aus Antwerpener Notariastarchiven. Quellen zur deutschen Wirtschaftsgeschichte des 16. Jahrhunderts, Stuttgart : Deutsche verlags-anstalt, 1930, rééd Wiesbaden, 1962, p. 451-454.

14 A. Schulte, Geschichte der Grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, 1380-1530, Stuttgart-Berlin, 1923, 3 vol.

15 Ibid., vol. 1, p. 383 et vol. 2, p. 92, tarif de l’année 1481.

16 H.C. Peyer, Leinwandgewerbe und Fernhandel der Stadt St. Gallen von den Anfängen bis 1520, Saint-Gall, 1959. On y repère déjà le rôle d’acteurs suisses, les Zollicoffer, particulièrement actifs ensuite à Lyon et à Marseille (p. 54-55).

17 Voir à ce sujet, The Port and Trade of Early Elizabethan London : documents, Brian Dietz (éd.), Londres, 1972.

18 Voir H.A. Nicolle, Anglo-French Trade, 1540-1640, PhD., université de Londres, 1976, p. 90-92.

19 J. Bottin, « Structures et mutations d’un espace proto-industriel à la fin du XVIe siècle », Annales ESC, 1988, p. 983 et s.

20 J. Tanguy, « La production et le commerce des toiles “Bretagnes” du XVIe au XVIIIe siècle. Premiers résultats », Actes du 91e congrès des Sociétés savantes, Rennes, 1966, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1969, p. 105-143.

21 Ibid.

22 Voir ce que dit la lettre de Pedro Hortiz de Valderrama, de Rouen, à Simon Ruiz, dénonçant le haut prix des toiles car « como he dicho, los Yngleses y Bretones y Tolosanos y Leoneses han comprado lo que jamás se ha visto aquí y casi todo con el dinero en la mano… ». Archivo provincial de Valladolid (ensuite APV), Fonds Ruiz, Caja 33, 229, 12 septembre 1576.

23 Stadsarchief Antwerpen, Insolvente boedelskamer (ensuite SAA, IB), 272, lettre à Chrisostome van Immerseel, 20 octobre 1622.

24 J. Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, 1994, p. 37 et s.

25 H. Kisch, « From monopoly to laissez-faire : the early growth of the wupper valley trades », Journal of European Economic History, 1972, p. 298-407.

26 Sur ce sujet étude ancienne mais fouillée de G. Aubin et A. Kuntze, Leinenerzeugung und Leinenabsatz im öslichen Mitteldeutschland zur Zeit der Zunftkäufe : ein Beitrag zur industriellen Kolonisation des deutsches Ostens, Stuttgart, 1940.

27 A.D. Seine-Maritime, 2E1/668, accord entre Vincent Séjourné et Martin Lejeune, 20 février 1602.

28 Voir pour la région de Lille, R. Duplessis, Lille and the Dutch Revolt. Urban Stability in an Era of Revolution 1500-1582, Cambridge, 1991, p. 85 et s.

29 A.D. Seine-Maritime, tabellionage de Rouen, 2E1/935, 11 août 1588.

30 Ibid. L’expression du texte le laisse entendre : Bothmer s’adressera aux « meilleurs ouvriers » qu’il pourra choisir « pour travailler et fere lesd. buratz ».

31 Très net en 1567-1568, d’après le Port Book de Londres cité plus haut, ce déséquilibre quantitatif en faveur des toiles grossières (Normandy et Noyal canvas, buckrams (bougrans) reste vrai en 1635-1636 à Londres, voir A. Nicolle, The Anglo-French Trade…, p. 95.

32 J. Bottin, « Structures et mutations d’un espace proto-industriel… », carte p. 979.

33 M. Zell, Industry in the Countryside. Wealden Society in the Sixteenth Century, Cambridge, 1994, p. 219 et s.

34 Calendar of the Manuscripts of the Right Honourable Lord Sackville…, vol. II, Letters relating to Lionel Cranfield’s business overseas, 1597-1612, éd. F.J. Fisher, Londres, 1966 ; lettre du 15 avril 1604 : « Here is a person who will enter into bargain for 6,500 cloths yearly ; viz. 3,250 of all mingled colours, 1,000 white cloths, 1,000 white bays, 500 packcloths, 500 white kerseys, 250 mingled kersies of mingled colours… », p. 145.

35 Ibid., p. 163, lettre de Rawstorm à Cranfield du 26 mai 1606, évoquant clairement l’arrivée de mauvais draps écrus de Bath : « […] such as have any experience of these Bath cloths wil not buy them, for they say they fall out very bad in dyeing and dressing… ».

36 Parmi d’autres, deux exemples de ce type à quelques décennies d’intervalle, le 7 septembre 1547 et jours suivants, dans l’inventaire après décès de Guillemette Michel, veuve du marchand drapier Guillaume Chenart : 11 pièces de frise (d’Angleterre) de couleur blanc, rouge, vert et bleu, teint de Paris, A.N., Minutier central, étude CXXII, 1287, ainsi que le 10 décembre 1584, dans l’inventaire après décès de Jehan Charpentier : une pièce de carisé noir d’Angleterre, teint de Paris, AN, MC, étude LXXXVI, 158.

37 Confirmation du lien entre prix de vente et liberté de teindre dans la déposition de drapiers d’Armentières devant le magistrat de Lille : « […] Et par ci devant, quant l’on pooit taindre les dis draps (d’Armentières) où bon sembleroit, les marchans, tant demourans en ladicte ville de Lille comme ailleurs, achetoient journellement blancqs draps en la dicte ville d’Armentieres et les faisoient taindre où bon leur sembloient […] et se vendoient beaucoup plus chier que on ne a sceu faire depuis […] », H.E. De Sagher, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre, 2e partie, t. 1, Bruxelles, 1951, document 77, 15 avril 1533, p. 237.

38 Pour cette période voir plutôt : J. Tanguy, « L’économie bretonne aux XVIe et XVIIe siècles » et « L’essor de la Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles », Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, t. III, de 1532 à 1789, Morlaix, 1986, 3e éd., p. 25-27 et 50-51.

39 H. Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la France et l’Espagne au temps de Philippe II, Paris, 1955 p. 514.

40 Ibid., p. 515 : illustration de cette concurrence avec les foires de Noyale et de La Houssaye où s’affrontaient Nantais et Vitréens. Des facteurs de négociants rouennais de haut vol y faisaient aussi leur tournée, comme celui de Jérôme Andrea, au printemps 1586 (A.D. Seine-Maritime, 2E1/562, 5 mai 1586).

41 Fait souligné par Francisco Ontaneda dans sa lettre à Simon Ruiz : « […] los lienços que V[uestra] M[erced] pide, estan conprados a 25 s[ueldos] el alna, pero son buenos y los comunes costaron el ultimo mercado a 110 y 112 l. [el ciento]… », APV, Ruiz, C. 104, 108, 6 avril 1585.

42 Sur la foi des informations communiquées par son correspondant rouennais, le marchand anversois Baltazar Andrea énumère trois grandes catégories de toiles dans son « livre de mémories » : les toiles de Caux, les toiles de Pont-Audemer et les Louviers, qui se distinguent par leur tissage plus ou moins serré, SAA, IB 6, p. 6 et 10.

43 Témoignage plus tardif à ce sujet du marchand Christophe de Nouiller : « […] je vous advise que les thoilles crues qui viennent à la hasle de Rouen, une fois par semayne, jour de marché, y sont apportees les unes par les telliers mesmes, les aultres et le plus grand nombre par les marchandz villageois ordinaires… », SAA, IB 259, lettre à Jan van Immerseel, 9 mars 1603.

44 Voir l’information communiquée par Antonio de de Quintanadueñas à Francisco de la Presa Vitores et Simon Ruiz Embito à Medina del Campo : « […] Agora, de primeros y segundos curages rrestan aqui por vender 4 o 5 grandes lotes que el uno de ellos es de 40 a 50 000 alnas y mas los otros son de 25 a 30 000… », APV, Ruiz, C 2, 122, 9 octobre 1563. Rappelons que la valeur de l’aune de France utilisée ici est de 1,19 m.

45 Le négociant Jacques Hallé déclarait, en1594, disposer de 100 ballots « de son curage », soit environ 40 000 aunes représentant la moitié de sa production annuelle, SAA, IB 257, lettre à Jan van Immerseel du 28 septembre.

46 « […] En lo de los entrehanchos alla ymviados salen por 77 l. t. en primer costo, y la causa es quel curage d’el Neburc donde estos lienços se compran es mayor que la d’esta villa… », APV, Ruiz, C. 33, 229, lettre de Pedro Hortiz de Valderrama à Simon Ruiz.

47 Voir, par exemple, le contrat par lequel Pierre Guillaudeu donnait à « blanchir à fleur » près de 4 100 aunes de toiles de lin au « marchand et blanchisseur de toiles » Naudin Richer, de Louviers, A.D. Seine-Maritime, 2E1 /521, 18 avril 1578. Cette attitude des Vitréens n’a rien de ponctuel : Michel Guillaudeu et Jean Bernardays ont fait blanchir et charger 16 ballots de toiles, fin décembre 1601, A.D. Seine-Maritime, 2E1/982.

48 En 1571, Jacques Le Seigneur, l’un des plus grands marchands rouennais du moment, affermait sa curanderie, A.D. Seine-Maritime, 2E1/892, 23 juin 1571.

49 Il s’agit d’un véritable changement d’état d’esprit chez certains acteurs qui optent pour la sécurité d’un profit mesuré, comme le remarque Jean Soupplis, lui-même marchand et blanchisseur : « […] plusieurs particuliers […] ayant reconnu un si beau et honneste profit à ces conditions ont mieux aymé les vendre en ceste ville que de les charger pour Espagne et encourir les risques… », SAA, IB 272, 26 juin 1623.

50 J. Tanguy, Quand la toile va…, p. 29-30.

51 On pourrait ici énumérer des dizaines d’arrivages de chanvre venu de Hambourg ou de Moscovie, de lin « escouché » ou en botte, venu de Dantzig et surtout de Riga, dans des navires anglais ou hanséates, de cendres et de savon noir apporté par des marchands néerlandais.

52 Par exemple le 19 juin 1585, 96 paquets de lin étaient acheminés vers Orléans.

53 Déclaration du marchand Henri de Beaulieu sur l’envoi réalisé en septembre 1600, d’autres ballots sont dits « ouvrés à Rouen », A.D. Seine-Maritime, 2E1/660.

54 Le 16 mars 1601, huit ballots (3 200 aunes) sont déclarés par Nicolas Kieff, « du blanchissage, manufacture et fabrique de ceste ville de Rouen », A.D. Seine-Maritime, 2E1/660.

55 Voir J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 1983, vol. 2, Documents, tableau 10.

56 D.C. Coleman, « Proto-industrialisation : A concept too many », Economic History Review, 1983, p. 435-448.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Territoire de collecte des toiles de la Grossen Ravensburger Handelsgesellschaft dans le Sud-Est de la France autour de 1500 (d’après Aloys Schulte)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Carte 2 : Zones de production des toiles en Bretagne à l’époque moderne (d’après Jean Tanguy, Quand la toile va…).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Carte 3 : Géographie de la production des toiles normandes : mi-XVIe – mi-XVIIe siècle (source : actes notariés rouennais)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search