Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Recrutement entrepreneurial, financement industriel et pluriactivité entre Meuse et Moselle (xive-xvie siècle)

Jean-Marie Yante

Texte intégral

1Dans la vaste zone essentiellement rurale qui s’étend de la Meuse à la Moselle, de part et d’autre du massif ardennais, et réunit des terres namuroises, liégeoises et luxembourgeoises, le recrutement entrepreneurial (géographique et sociologique) et le financement des unités industrielles requièrent une analyse dans la longue durée, à savoir depuis le XIVe siècle, époque où la documentation devient moins lacunaire, jusqu’à la crise économique du dernier tiers du XVIe siècle. Le pistage des hommes, par une approche croisée des sources disponibles, amènera à positionner leurs activités dans la métallurgie (production de fer, d’acier, de cuivre et de plomb), la houillerie et les industries nouvelles du XVIe siècle (dont les usines à soufre et les aluneries), mais aussi dans des secteurs plus traditionnels comme le textile rural, le travail du cuir et l’« industrie » des transports. Le rôle des villes s’échelonnant le long de l’axe mosan et celui de plus modestes centres régionaux retiendront également l’attention, que ces localités interviennent comme pépinières d’entrepreneurs ou de bailleurs de fonds. Enfin la question d’une pluriactivité, saisonnière ou non, ne pourra être éludée.

Les métallurgies

Des traditions millénaires

  • 1 A. Gillard, L’industrie du fer dans les localités du comté de Namur et de l’Entre-Sambre-et-Meuse d (...)
  • 2 L. Genicot, « L’industrie dans le comté de Namur à la fin du Moyen Âge (1350-1430) », Namurcum, 194 (...)
  • 3 L. Genicot, « L’industrie… », p. 51 et 54-57. Relevé des minières et fonderies de plomb : Id., « Le (...)

2Déjà à l’époque gallo-romaine, les régions de l’Entre-Sambre-et-Meuse et du Condroz constituent un grand centre de production de fer1. Au Bas Moyen Âge, dès avant 1350, le comté de Namur est doté d’une importante industrie rurale, essentiellement extractive et métallurgique. La sidérurgie se localise surtout au voisinage de la Meuse, un peu en aval de la capitale, progresse notablement dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe, puis migre vers les terres liégeoises et namuroises de l’Entre-Sambre-et-Meuse2. Le comté de Namur développe également, dès la seconde moitié du XIIIe siècle, une production de plomb concentrée, un siècle plus tard, sur les bords de la Meuse au nord-est de la principauté. Cette métallurgie accuse des signes de déclin dans les années précédant le passage de celle-ci, en 1429, aux mains de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Elle connaît une relance sous son nouveau souverain3.

  • 4 H.L. Knau, D. Horstmann et M. Sönnecken, « La production de fonte dans la haute vallée de la Volme  (...)
  • 5 J.-F. Belhoste, « Une sidérurgie frontalière », La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe) (...)
  • 6 R. Évrard, Les artistes et les usines à fer. Œuvres d’art inspirées par les usines à fer, Liège, 19 (...)
  • 7 Aujourd’hui Marche-les-Dames, en aval de Namur.
  • 8 Renvoi aux éditions et aux travaux existants dans : J.-M. Yante, « Règlements miniers et métallurgi (...)
  • 9 J.-F. Belhoste, Y. Lecherbonnier, M. Arnoux et al., La métallurgie normande. XIIe-XVIIe siècles. La (...)
  • 10 J.-F. Belhoste, C. Claerr-Roussel, F. Lassus et al., La métallurgie comtoise. XVe-XIXe siècles. Étu (...)
  • 11 R. Leboutte, « La métallurgie dans la région liégeoise du XVe siècle à l’aube du XIXe siècle », H.- (...)
  • 12 L. Courtois, « L’émigration wallonne vers la Suède au XVIIe siècle : un premier bilan historiograph (...)

3La Wallonie a été pressentie comme foyer d’apparition du procédé indirect en sidérurgie, mais on sait aujourd’hui que, peu après 1200, de la fonte était produite par le procédé indirect dans des fours de coulée dans le Sauerland de la Mark (Westphalie occidentale)4. Quoi qu’il en soit, c’est en Wallonie, notamment dans le pays de Liège et le Namurois, que la nouvelle technique connaît sa première expansion industrielle au cours de la seconde moitié du XVe siècle et un véritable épanouissement au demi-siècle suivant5. Des œuvres picturales de Joachim Patenier (c. 1480-1524) et Henri Blès (c. 1490-c. 1550), tous deux originaires de Dinant ou de la région, ou encore de Jan Brueghel dit de Velours (1568-1635), ainsi que divers dessins livrent de précieuses représentations de hauts fourneaux et d’affineries6. Ces régions ont par ailleurs légué un intéressant corpus de règlements miniers et métallurgiques, dont la charte de Marche-sur-Meuse7 (1345), conférant des privilèges exceptionnels aux locataires des forges comtales, et celle de Morialmé (1384), régissant les rapports entre les seigneurs, les propriétaires du fond et les travailleurs des mines8. Et le savoir-faire s’exporte à plus ou moins longue distance : en Normandie dès le milieu du XVe siècle9, dans le val de Saône, en Champagne10 et, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, dans la vallée de la Lahn (Rhénanie) et en Espagne11. L’émigration de sidérurgistes wallons en Suède, Mathieu de Geer et consorts, y est à l’origine d’une expansion considérable de ce secteur industriel12.

  • 13 J.-M. Yante, « Provenance, acheminement et mise en œuvre du fer dans le bâtiment : le cas du Pays M (...)
  • 14 G. Hansotte, « La métallurgie wallonne au XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle. Essai de (...)

4Pour les quatre bassins proches de la Meuse (bassins de Namur, de Huy, de Liège et de Durbuy), quelque 270 établissements sidérurgiques ont été dénombrés dans la seconde moitié du XVIe siècle (carte 1)13. Mais l’expansion est compromise par les guerres de religion et la révolution dans les Pays-Bas. Les premiers signes de déclin se manifestent dès 1566. Le bassin de Liège opère alors une profonde reconversion industrielle : les fourneaux s’éteignent presque tous, le pays importe du fer luxembourgeois et se consacre désormais exclusivement aux fabrications métalliques : prolifération de platineries, forages à canons et fenderies. La fabrication artisanale de clous, commune dans la région mosane depuis l’Antiquité, perd à Liège le caractère d’une activité d’intérêt local14.

Carte 1 : Établissements sidérurgiques du Pays mosan dans la première moitié du XVIe siècle
Source : J.-M. Yante, « Provenance… », p. 295

  • 15 J. Lejeune, La formation du capitalisme moderne dans la principauté de Liège au XVIe siècle, Liège- (...)

5Il est difficile d’avancer des chiffres de production. En 1562, l’Italien Leonardo de Benevento évalue la production de la principauté de Liège à 1 800 000 livres de fer par an, soit 842,5 tonnes. À la même époque, Guichardin compare le pays de Liège à celui des « forges de Vulcain15 ». Et la production de l’industrie namuroise pourrait être sensiblement supérieure à celle de la principauté voisine.

  • 16 F. Pirotte, « L’industrie métallurgique de la Terre de Durbuy de 1480 à 1625. Ses rapports avec la (...)
  • 17 J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, Bruxelles, 199 (...)
  • 18 M. Bourguignon, « La sidérurgie, industrie commune des pays d’entre Meuse et Rhin », Anciens Pays e (...)
  • 19 Ibid., p. 97-100 ; M. Dorban, J.-M. Yante et J.-P. Lehners, « Quatre siècles de sidérurgie luxembou (...)

6Dans le secteur sidérurgique, le duché de Luxembourg occupe pareillement une place de choix. Aux alentours de 1380, de premiers établissements y apparaissent tant dans le nord (région de Durbuy16) qu’au sud (vallée de la Fensch proche de Thionville17). Vers 1400, l’industrialisation aurait également touché le pays gaumais (aux alentours de Virton). Cette dernière région est au XVIe siècle le siège de la grande métallurgie luxembourgeoise18. Lorsque s’ouvre le XVIIe siècle, des maîtres de forges originaires de Lorraine, de Champagne, du pays de Dinant et de l’Entre-Sambre-et-Meuse (Couvin, Chimay), incapables de soutenir chez eux la concurrence internationale, viennent tenter leur chance dans le Luxembourg et, amenant avec eux des capitaux, une main-d’œuvre expérimentée, des procédés de fabrication éprouvés et une solide clientèle, relèvent d’anciennes usines et créent de nouvelles unités de production. Les désastres de la guerre de Trente ans y feront végéter le secteur dans la seconde moitié du XVIIe siècle19.

Entrepreneurs et financements

7Quand des fourneaux ou des forges sont construits au XIVe ou au XVe siècle, il n’est pas toujours facile de déterminer à qui en revient l’initiative : seigneurs locaux, fonctionnaires du domaine princier ou simples particuliers plus ou moins au fait des techniques sidérurgiques. Certains propriétaires ne dirigent d’ailleurs pas eux-mêmes les usines mais les cèdent en location. Par ailleurs, les mutations immobilières sont fréquentes.

  • 20 Dans le comté de Namur, les « ferons », métallurgistes opérant exclusivement à la campagne, se dist (...)
  • 21 Ibid., p. 235-236.

8Au XIVe siècle, dans le pays de Namur et l’Entre-Sambre-et-Meuse, la majorité des forges sont exploitées par un groupe d’individus, presque exclusivement des métallurgistes. Certains documents précisent que l’association se compose d’un fondeur, d’un affineur et d’un mineur, c’est-à-dire d’une équipe de spécialistes se complétant naturellement. C’est alors le seul moyen pour la plupart des « ferons20 » d’ériger ou de louer un établissement. Aux XVe et XVIe siècles, l’association permet de disposer de plusieurs usines où se réalise la fabrication du fer, depuis la fusion du minerai jusqu’à l’élaboration du fer marchand. Le nombre de ces associations a sensiblement diminué à la fin du XVIe siècle. Du fait des bénéfices réalisés dans un commerce du fer en expansion, de nombreux « ferons » peuvent désormais gérer seuls leur(s) entreprise(s)21.

  • 22 Ibid., p. 236-237 ; G. Hansotte, « L’industrie métallurgique dans le bassin de la Hoègne aux temps (...)

9À côté d’associés au rôle bien défini dans la production existent, dès le XIVe siècle, des groupements de copropriétaires ou colocataires d’usine(s), détenteurs de la « moitié part », de la « quarte part »… d’un établissement. Les personnes intéressées à l’entreprise ne constituent pas une société de commanditaires confiant la gestion à l’un d’eux ou à un salarié, mais ont le droit de disposer des installations et d’y travailler pendant un nombre déterminé de jours ou de semaines. Ce système disparaîtra au XVIIe siècle dans l’exploitation des fourneaux mais, tout au moins dans la vallée de la Hoègne, sous-affluent de la Meuse, subsistera dans certaines platineries jusqu’aux dernières décennies du XVIIIe siècle22.

  • 23 Par exemple, installation de tréfileries, de fenderies et de machines d’estampage dans le pays de L (...)
  • 24 A. Joris, La ville de Huy au Moyen Âge. Des origines à la fin du XIVe siècle, Paris, 1959, p. 304 e (...)
  • 25 Pour Liège : G. Hansotte, « L’industrie métallurgique dans la vallée de la Vesdre aux Temps moderne (...)
  • 26 A. Gillard, L’industrie…, p. 104-108, 110, 140 et 151.
  • 27 G. Hansotte, « Contribution à l’histoire de la métallurgie dans le bassin du Hoyoux aux Temps moder (...)

10Le mode associatif ne permet pas toujours de faire face aux dépenses de construction, d’entretien, de fonctionnement ou de modernisation d’une entreprise métallurgique23. Appel est alors fait à des capitaux extérieurs. Dès le XIVe siècle, des liens unissent les usines du plat pays et des financeurs urbains. En 1356, le comte de Namur donne en accense à trois habitants de sa capitale, à deux de Huy, à un « feron » de Marche-sur-Meuse et à deux « mineurs » du Condroz le droit d’exploiter les mines de plomb dans les bans d’Andenne et de Sclayn. L’un des bénéficiaires, Jacquemin le Speelier de Huy, participe l’année suivante, pour un douzième, au groupe qui reçoit du prince-évêque de Liège la concession de toutes les mines de plomb, d’argent et d’autres métaux que renferment les collines entre Huy et Amay24. Les exemples de bourgeois de Liège, Namur, Huy ou Dinant, parties prenantes dans la métallurgie rurale, se multiplient aux XVe et XVIe siècles25. Les Namurois Floriet – père, fils et petit-fils – exploitent au XVIe siècle des établissements sidérurgiques dans trois localités, parfois plusieurs dans le même village26. Des Liégeois interviennent dans des forges et fourneaux du bassin de Durbuy et de la basse Ourthe. Parmi la vingtaine d’usines érigées sur le Hoyoux, à proximité plus ou moins immédiate de Huy, de la fin du XVe siècle au milieu du XVIe, d’aucunes entretiennent des liens étroits avec la bourgeoisie locale27.

  • 28 J. Lejeune, La formation…, p. 176-177 ; A. Gillard, L’industrie…, p. 238-239.

11Les investisseurs urbains interviennent soit comme propriétaires, soit comme marchands. Dans le premier cas, le capital tend à se fixer, le crédit est à long terme. Des établissements sont détenus par des comparchonniers qui ne sont pas toujours des métallurgistes. Dans le second cas, le marchand avance le capital de roulement – numéraire et matières premières – et est bénéficiaire de la production. C’est une forme de crédit à court terme. Seul le grand marchand peut d’ailleurs écouler les produits manufacturés non destinés à la clientèle régionale. Benevento, déjà cité, n’affirme-t-il pas en 1562 que tout le commerce liégeois des fers est entre les mains de quelque 25 marchands de la capitale et de leurs correspondants à Anvers, en Hollande et en Zélande28.

  • 29 À propos de ces contrats et des circonstances de l’échec du second : J. Lejeune, La formation…, p.  (...)

12Dans le secteur métallurgique, de nouveaux types de contrats conciliant le travail et le capital voient le jour en milieu liégeois au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. Ici, on répartit les attributions de deux associés : le premier s’occupe exclusivement de la production tandis que la commercialisation incombe au second. Là prévaut, en 1570, une conception plus hardie : le prince-évêque, agissant en véritable capitaliste, avance les fonds nécessaires à l’érection et à la mise en route d’un complexe d’industries complémentaires dans la forêt de Couvin et, à ce titre, s’adjuge 90 % des bénéfices à venir, contre 10 % seulement pour le technicien chargé de la bonne marche quotidienne de l’affaire29.

L’exploitation houillère

Évolution du secteur

  • 30 « Reineri annales », dans Monumenta Germaniae historica, Scriptores, vol. 16, Hanovre, 1859 (rééd. (...)
  • 31 L. Genicot, « L’industrie… », p. 51 et 55. Relevé des charbonnages au Bas Moyen Âge : Id., « Le Nam (...)
  • 32 D. Van Derveeghde, « Note sur l’exploitation de la houille dans le domaine de l’abbaye liégeoise du (...)
  • 33 Chronique de Jean de Stavelot, éd. A. Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 292 ; G. Kurth, La cité de Liège (...)

13La date de la découverte de la houille en Europe au Moyen Âge a fait l’objet de nombreux débats. Sur le témoignage du chroniqueur liégeois Renier de Saint-Jacques, les débuts de la houillerie régionale remonteraient à la fin du XIIe siècle30. Dès la fin du siècle suivant, le secteur est pareillement attesté dans le comté de Namur, quoique à une moindre échelle31. Les cisterciens du Val-Saint-Lambert, aux portes de Liège, pratiquent l’exploitation directe dans les premières années du XIVe siècle dans plusieurs localités proches de la ville, mais, après 1350, les religieux concluent avec des mineurs, souvent groupés en société, des contrats pour l’exploitation d’une veine ou partie de veine32. Aux dires d’un autre chroniqueur, Jean de Stavelot, quelque 1 600 à 2 000 ouvriers travaillent dans les charbonnages à la fin du siècle33.

  • 34 J. Lejeune, La formation…, p. 171-173.
  • 35 Ibid., p. 129-133.

14Alors que les Liégeois brûlent du « charbon de terre » dans leurs foyers, les brasseries, la métallurgie, et plus tard les soufreries, les aluneries et les chaudières à salpêtre assurent des débouchés complémentaires au combustible34. Au début du XVIe siècle, avec l’accession au trône épiscopal d’Érard de la Marck, qui restaure un climat de paix et de prospérité, des dizaines de fosses sont mises ou remises en exploitation autour de la cité. La multiplicité et le peu d’étendue des exploitations s’expliquent par les circonstances historiques de leur création et par une législation minière qui sauvegarde la liberté des propriétaires de terrains houillers et celle des exploitants, et enlève tout fondement à un régime de concessions princières. Dans la décennie 1560, à l’instar de la métallurgie, le secteur pâtit de la crise économique et politique dans les Pays-Bas et voit s’effondrer ses exportations35.

Besoins financiers des exploitants

  • 36 L’areine est primitivement une galerie légèrement inclinée qui creuse une veine à flanc de coteau. (...)
  • 37 Sur l’évacuation des eaux dans les charbonnages liégeois : H. Kranz, « Lütticher Steinkohlenbergbau (...)
  • 38 J. Lejeune, La formation…, p. 136-142.

15Pour peu que la mine de houille soit importante, le recours au capital s’avère indispensable. Les exploitants sont astreints au paiement de diverses redevances, notamment le « droit de terrage » aux propriétaires des fonds exploités et le « cens d’areine36 » lorsqu’ils utilisent un canal pour l’écoulement des eaux. S’y ajoutent les coûts d’achat et d’entretien du matériel, les salaires ouvriers et, quand les puits et galeries toujours plus profonds ne peuvent plus être asséchés par les areines en place, l’installation de machines d’exhaure37. Ainsi, en 1531, Antoine Gentil, un marchand lombard qui a des intérêts dans le secteur, promet-il à des maîtres liégeois d’installer « un engin […] au moyen duquel [on] feroit monter les eawes ». Au XVIIe siècle, les Liégeois cesseront d’être tributaires de constructeurs étrangers et feront montre d’une incontestable maîtrise dans ce domaine38.

  • 39 Ibid., p. 233-236 et 248-254 ; J.-M. Yante, « Crédit urbain, crédit rural, crédit industriel. Le ca (...)

16Des compagnies de « maîtres et comparchonniers » exploitent les gisements de la banlieue liégeoise. En l’absence de capital social, les frais n’incombent pas à la société en tant que telle, mais, au prorata des parts possédées, sont pris en charge par les associés au fur et à mesure des débours. En contrepartie, ceux-ci ont droit à un pourcentage de la production. Ils en assurent eux-mêmes la commercialisation ou la délèguent à un facteur. Alors que les ouvriers des charbonnages sont des salariés, les maîtres et comparchonniers n’exercent généralement pas le métier de leurs mains. Dans la houillerie, la maîtrise n’est pas un grade accessible à l’apprenti et au compagnon, comme dans les corporations traditionnelles, mais bien un titre de propriété. Une partie des bailleurs de fonds se recrutent au sein de la moyenne et même de la haute bourgeoisie liégeoise. Nombre d’entre eux détiennent des offices dans l’administration, s’adonnent au commerce ou pratiquent une autre activité artisanale ou industrielle (drapiers, brasseurs, boulangers…). Sauf convention contraire, les parts d’associations houillères sont cessibles, ce qui peut entraîner une dispersion de la propriété ou, au contraire, mener à une concentration de celle-ci39.

Les industries nouvelles du xvie siècle

  • 40 J. Lejeune, La formation…, p. 157-165, 237-241 et 255.

17Des industries nouvelles apparaissent dans le pays de Liège au cours des trois dernières décennies du XVIe siècle : usines à soufre, à couperose et aluneries. Du fait de la grande consommation de minerai et de combustible, des aléas d’une production encore au stade des essais et des droits à acquitter à l’« inventeur », elles requièrent la mise en œuvre de capitaux importants. Des « hommes nouveaux » interviennent massivement, ce qui n’empêche nullement la mobilisation de « capitalistes passifs40 », à la fortune ancienne et bien assise.

  • 41 Sur sa personnalité et son étonnante carrière : ibid., p. 279-304.

18Jean Curtius est assurément la figure marquante de ces « hommes nouveaux ». Son anoblissement en 1628, l’année de son décès, récompense les services rendus à la Maison de Habsbourg par le « maître pouldrier », mais on ne peut oublier ses investissements dans des charbonnages et des aluneries du pays de Liège, ni non plus son projet grandiose, préparé dès 1613 et qui occupera ses dernières années, de création d’une puissante industrie métallurgique en Espagne41.

Des secteurs à prospecter

  • 42 Parmi la littérature existante : A. Joris, « Une création hutoise : la draperie d’Yvois (1304) », M (...)
  • 43 J.-M. Yante, « Les métiers dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècles) », P. Lambrechts et (...)
  • 44 R. Petit, « Cartulaire de la ville de Marche-en-Famenne (1311-1484) », Bulletin de la Commission ro (...)
  • 45 J.-M. Yante, « La draperie… », p. 26-33.
  • 46 C. Dupont, « Du marché carolingien à la bonne ville du XIVe siècle : l’exemple de Bastogne », Cente (...)

19C’est un lieu commun d’affirmer que l’industrie textile – draperie et toilerie – a davantage sinon exclusivement retenu l’attention en milieu urbain. Les productions rurales, leur nature et leur volume, les structures d’encadrement de la main-d’œuvre issue des campagnes ou de modestes centres régionaux, les infrastructures à disposition de cet artisanat, les réseaux d’approvisionnement et de distribution… mériteraient à l’évidence l’ouverture ou la réouverture de nombreux dossiers. Quelques études ont déjà posé de premiers jalons42. Ainsi sait-on que, dans le pays de Luxembourg-Chiny, des métiers organisés existent dans cinq localités dès le XIVe siècle, dans dix au XVe et que le nombre grimpe à dix-sept au XVIe siècle (carte 2)43. Exception faite de textes tardifs, peu de statuts en sont conservés. La taille et le dynamisme de ces groupements échappent le plus souvent. Mais la présence d’un atelier princier de teinturerie à Marche-en-Famenne en 135344, localité dépourvue de métier du textile, celle de douze fouleries dans le domaine d’Arlon en 147045 et de semblables établissements autour de Bastogne au milieu du XVe siècle46 laissent deviner un secteur artisanal qu’il conviendrait d’étudier de manière systématique.

Carte 2 : Métiers du textile dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècle)
D’après J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 390-391.

Carte 3 : Métiers du cuir dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècle)
D’après J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 394-395.

  • 47 J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 393-396 ; Id., « Élevage, artisanat et commerce du cuir dans le p (...)

20Il en va de même pour les travailleurs du cuir qui, dans le même pays de Luxembourg-Chiny, seraient regroupés professionnellement dans quatre localités dès le XIVe siècle (carte 3). Dix corps organisés ont été dénombrés pour le siècle suivant (dans 8 villes et bourgades) et 21 au XVIe siècle (dans 18 localités). Les ressources de l’élevage régional, la spécialisation et la réputation de certaines foires et, ici aussi, l’existence d’infrastructures spécifiques (moulins à tan) mériteraient des investigations en profondeur47.

  • 48 M.-L. Fanchamps, « Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (XIIe-XVI(...)
  • 49 H. Goffinet, Cartulaire de l’abbaye d’Orval, depuis l’origine de ce monastère, jusqu’à l’année 1365 (...)
  • 50 J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan…, p. 114.
  • 51 G. Remacle, Vielsalm et ses environs, 2e éd., Liège, 1968, p. 177-178.
  • 52 Un premier relevé pour le Namurois : L. Genicot, « Le Namurois… », p. 202-211 ; Id., « Le Namurois… (...)

21Dans le secteur des industries extractives, les ardoisières devraient bénéficier de pareil traitement. Si les exploitations du val de Meuse en amont de Givet sont aujourd’hui bien connues tout comme la commercialisation de leurs « escailles48 », ce n’est nullement le cas pour les fosses ardennaises de la région de Bertrix (Orgeo), où les Cisterciens d’Orval interviennent dès 126949, ni pour celles de la Haute Sûre (région de Martelange)50 et des environs de Vielsalm51, dont les produits sont présents sur certains chantiers à la fin du XVe et au XVIe siècle. Encore l’enquête serait-elle à étendre aux carrières, aux fours à chaux et aux industries utilisant la terre plastique52. Les comptes de construction, ceux notamment d’édifices domaniaux, regorgent de données à glaner.

  • 53 J.-M. Yante, Trafic routier en Ardenne, Gaume et Famenne. 1599-1600, Louvain-la-Neuve, 1986, p. 33, (...)

22Quittant la sphère des activités industrielles ou artisanales, on devrait également scruter l’organisation du secteur des transports, forcément lié aux activités productrices régionales mais impliqué aussi dans le trafic à plus ou moins longue distance. Les registres comptables d’une fiscalité temporairement en vigueur dans le pays de Luxembourg-Chiny, en 1599-1600, révèlent l’habitude des « chartons » de voyager par bandes. Ainsi, au bureau de Marche-en-Famenne, la majorité des véhicules arrivent par groupes de deux à douze et maints passages y sont enregistrés au nom de plusieurs individus. S’agit-il d’entreprises familiales comme le laissent supposer certains patronymes, ou d’associations temporaires pour l’exécution d’un contrat, ou de véritables firmes réunissant plusieurs charretiers d’une ville, d’un village ou d’une région, ou encore de rouliers se déplaçant ensemble pour des raisons de sécurité ou de viabilité des itinéraires ? À moins que, plus prosaïquement, le receveur n’ait estimé plus commode de consigner de la sorte des passages distincts effectués le même jour ? Pour autant que les sources le permettent, la question mériterait assurément d’être approfondie. D’autant plus que certains centres régionaux se révèlent de véritables pépinières de voituriers, tels Bastogne et Marche-en-Famenne, dont sont originaires respectivement 13 et 41 « rouliers » acquittant des droits à ces bureaux en 1599-160053.

Quelles pluriactivités ?

23Limité aux secteurs industriels les plus dynamiques des régions d’entre Meuse et Moselle et, réalités économiques obligent, consacrant l’essentiel des développements à des industries plus ou moins proches de l’axe mosan ou implantées le long de ses affluents de la rive droite, cet essai a permis de mettre en exergue quelques spécificités et originalités de « montages » juridiques et financiers. Il a pareillement révélé, de la part de capitalistes, la coexistence de crédits à long terme (parts d’usines) et de crédits à court terme (capital de roulement). Spécialement pour la fin du XVIe siècle, il a par ailleurs esquissé la pluriactivité d’« hommes nouveaux », tel Jean Curtius, ainsi que l’intervention dans divers secteurs de « capitalistes passifs », individus non directement impliqués dans le travail en « usines », en quête toutefois de placements variés et rémunérateurs.

  • 54 J. Schneider, « Fer et sidérurgie dans l’économie européenne du XIe au XVIIe siècle », Actes du col (...)
  • 55 M. Bourguignon, « La sidérurgie… », p. 87.
  • 56 Sur les activités complémentaires en milieu rural : J.-M. Yante, « Le travail non agricole en milie (...)

24Mais le terme pluriactivité désigne spécifiquement l’exercice simultané ou successif en cours d’année de plusieurs métiers. Nombre de travailleurs de la métallurgie alternent des périodes d’occupation dans une unité ou un complexe industriel et de travail agricole pour compte propre. On sait que la sidérurgie crée peu d’emplois directs et permanents. Au début du XIVe siècle, un fourneau et la forge voisine occupent ordinairement quatre ou cinq ouvriers54. Et chaque année, des périodes de sécheresse ou de temps glacial interrompent les activités pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois. Par contre, à la morte-saison agricole, forges et fourneaux fournissent un précieux revenu complémentaire à des dizaines, voire des centaines de petits ou moyens exploitants se muant alors, au gré des opportunités du moment, en bûcherons, charbonniers, mineurs, laveurs de minerai ou charretiers55. Avec une fréquence et à une échelle échappant trop souvent aux investigations, le transport terrestre, à plus ou moins longue distance, s’inscrit aussi dans la gamme des activités exercées occasionnellement, entre autres dans des régions aux maigres terroirs56.

Notes

1 A. Gillard, L’industrie du fer dans les localités du comté de Namur et de l’Entre-Sambre-et-Meuse de 1345 à 1600, Bruxelles, 1971, p. 34-36.

2 L. Genicot, « L’industrie dans le comté de Namur à la fin du Moyen Âge (1350-1430) », Namurcum, 1946, p. 50-51 et 53-54 ; A. Gillard, L’industrie… Pour un relevé systématique des sites industriels aux derniers siècles du Moyen Âge : L. Genicot, « Le Namurois politique, économique et social au Bas Moyen Âge », Annales de la Société archéologique de Namur, 1964, p. 215-222 ; Id., « Le Namurois politique, économique et social au Bas Moyen Âge. Complément », ibid., 1994, p. 28-30.

3 L. Genicot, « L’industrie… », p. 51 et 54-57. Relevé des minières et fonderies de plomb : Id., « Le Namurois… », p. 211-215 ; Id., « Le Namurois… Complément », p. 26-28.

4 H.L. Knau, D. Horstmann et M. Sönnecken, « La production de fonte dans la haute vallée de la Volme : contribution à l’histoire de la sidérurgie en Westphalie occidentale », P. Beck (dir.), L’innovation technique au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 152-159.

5 J.-F. Belhoste, « Une sidérurgie frontalière », La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe), Châlons-sur-Marne, 1988, p. 13.

6 R. Évrard, Les artistes et les usines à fer. Œuvres d’art inspirées par les usines à fer, Liège, 1955, p. 23-62 ; M. Bruwier, « La technologie du travail du fer en Wallonie, du Moyen Âge au XIXe siècle », De fer et de feu. L’émigration wallonne vers la Suède. Histoire et mémoire (XVIIe-XXIe siècle). Hommage au Professeur Anders Floren, L. Courtois (éd), Louvain-la-Neuve, 2003, notamment p. 85, 87 et 89-90.

7 Aujourd’hui Marche-les-Dames, en aval de Namur.

8 Renvoi aux éditions et aux travaux existants dans : J.-M. Yante, « Règlements miniers et métallurgiques wallons et suédois du XIVe siècle. Essai d’approche comparative », De fer et de feu…, p. 71-72.

9 J.-F. Belhoste, Y. Lecherbonnier, M. Arnoux et al., La métallurgie normande. XIIe-XVIIe siècles. La révolution du haut fourneau, Caen, 1991, p. 41-42, 51, 62, 184 et 239-240.

10 J.-F. Belhoste, C. Claerr-Roussel, F. Lassus et al., La métallurgie comtoise. XVe-XIXe siècles. Étude du val de Saône, Besançon, 1994, p. 22, 27-28, 37, 49-50, 389 et 404 ; Ph. Braunstein, « Mines et métallurgie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », Id., Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, 2003, p. 283, 287 et 305-308.

11 R. Leboutte, « La métallurgie dans la région liégeoise du XVe siècle à l’aube du XIXe siècle », H.-W. Herrmann et P. Wynants (éd.), Wandlungen der Eisenindustrie vom 16. Jahrhundert bis 1960/Mutations de la sidérurgie du XVIe siècle à 1960, Namur, 1997, p. 61.

12 L. Courtois, « L’émigration wallonne vers la Suède au XVIIe siècle : un premier bilan historiographique et bibliographique », De fer et de feu…, p. 51-67.

13 J.-M. Yante, « Provenance, acheminement et mise en œuvre du fer dans le bâtiment : le cas du Pays Mosan. XIVe-XVIe siècles », O. Chapelot et P. Benoît (éd.), Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 296.

14 G. Hansotte, « La métallurgie wallonne au XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle. Essai de synthèse », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1972, p. 25-27 ; Id., La clouterie liégeoise et la question ouvrière au XVIIIe siècle, Bruxelles, 1972, p. 1-5 ; Id., « L’implantation géographique de l’industrie métallurgique des Pays-Bas et du Pays de Liège, et son évolution aux temps modernes », M. Dorban, R. Petit et J.-M. Yante (éd.), Implantations industrielles, mutations des sociétés et du paysage, Bruxelles, 1986, p. 44-47.

15 J. Lejeune, La formation du capitalisme moderne dans la principauté de Liège au XVIe siècle, Liège-Paris, 1939, p. 147-148.

16 F. Pirotte, « L’industrie métallurgique de la Terre de Durbuy de 1480 à 1625. Ses rapports avec la métallurgie liégeoise », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1966, p. 153-154.

17 J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, Bruxelles, 1996, p. 105.

18 M. Bourguignon, « La sidérurgie, industrie commune des pays d’entre Meuse et Rhin », Anciens Pays et Assemblées d’États, 28, 1963, p. 93-95 ; article reproduit dans Id., L’ère du fer en Luxembourg (XVe-XIXe siècles). Études relatives à l’ancienne sidérurgie et à d’autres industries au Luxembourg, Luxembourg-Arlon, 1999, p. 129-164.

19 Ibid., p. 97-100 ; M. Dorban, J.-M. Yante et J.-P. Lehners, « Quatre siècles de sidérurgie luxembourgeoise (1380-1815) », Wandlungen…, p. 118-119.

20 Dans le comté de Namur, les « ferons », métallurgistes opérant exclusivement à la campagne, se distinguent des « fèvres », artisans travaillant les métaux en milieu urbain (A. Gillard, L’industrie…, p. 27).

21 Ibid., p. 235-236.

22 Ibid., p. 236-237 ; G. Hansotte, « L’industrie métallurgique dans le bassin de la Hoègne aux temps modernes », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1963, p. 21-22.

23 Par exemple, installation de tréfileries, de fenderies et de machines d’estampage dans le pays de Liège à la fin du XVIe siècle (J. Lejeune, La formation…, p. 156).

24 A. Joris, La ville de Huy au Moyen Âge. Des origines à la fin du XIVe siècle, Paris, 1959, p. 304 et 373. Voir aussi F. Discry, L’ancien bassin sidérurgique du Hoyoux (du XVe au XVIIIe siècle), Heule, 1970, p. 49. À propos du rôle du Hutois Jean Chevalier, de Liégeois et de Limbourgeois dans la reprise de la métallurgie namuroise du plomb dans le deuxième quart du XVe siècle : L. Genicot, « L’industrie… », p. 56.

25 Pour Liège : G. Hansotte, « L’industrie métallurgique dans la vallée de la Vesdre aux Temps modernes », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1962, p. 174 ; Id., « La métallurgie dans les bassins de l’Amblève et de l’Ourthe stavelotaine et limbourgeoise 1393-1846 », Folklore Stavelot – Malmedy – Saint-Vith, 1968, p. 126 ; F. Pirotte, « L’industrie métallurgique… », p. 159, 175, 178-179, 183, 193, 195 et 199 ; A. Gillard, L’industrie…, p. 163, 176-177 et 184. Pour Namur : F. Pirotte, « L’industrie métallurgique… », p. 170, 173 et 202 ; A. Gillard, L’industrie…, p. 92, 104-108, 110, 138-140, 147, 151, 183-184 et 186-187.

26 A. Gillard, L’industrie…, p. 104-108, 110, 140 et 151.

27 G. Hansotte, « Contribution à l’histoire de la métallurgie dans le bassin du Hoyoux aux Temps modernes. L’évolution du paysage. Les usines », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1967, p. 59-90 ; F. Discry, L’ancien bassin… Présence également d’un Hutois aux forges de Lamsoul et de Mirwart sur la Lomme, sous-affluent de la Meuse, dans la seconde moitié du XVIe siècle : J.-P. Weber, « Documents du XVIe siècle relatifs à la forge de Mirwart », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 1992, p. 191. Dynamisme à bien plus modeste échelle de quelques bourgeois d’Arlon (dans le duché de Luxembourg) : J. -M. Yante, « Les entreprises industrielles de l’arlonais Henry de Vance : mines de Goesdorf (1527), fourneau et forge de La Soye (1538) », Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, 1981-1982, p. 19.

28 J. Lejeune, La formation…, p. 176-177 ; A. Gillard, L’industrie…, p. 238-239.

29 À propos de ces contrats et des circonstances de l’échec du second : J. Lejeune, La formation…, p. 243-246.

30 « Reineri annales », dans Monumenta Germaniae historica, Scriptores, vol. 16, Hanovre, 1859 (rééd. Leipzig, 1925), p. 652. Sur le secteur en général : Cl. Gaier, Huit siècles de houillerie liégeoise. Histoire des hommes et du charbon à Liège, Liège, 1988. Pour l’époque médiévale : H. Kranz, Lütticher Steinkohlenbergbau im Mittelater. Aufstieg – Bergrecht – Unternehmer – Umwelt – Technik, Aix-la-Chapelle, 2000 ; Id., Quellen zum Lütticher Steinkohlenbergbau im Mittelalter. Urkunden – Register-und Rechnungseinträge – Bergrecht, Aix-la-Chapelle, 2000.

31 L. Genicot, « L’industrie… », p. 51 et 55. Relevé des charbonnages au Bas Moyen Âge : Id., « Le Namurois… », p. 207-208 ; Id., « Le Namurois… Complément », p. 26.

32 D. Van Derveeghde, « Note sur l’exploitation de la houille dans le domaine de l’abbaye liégeoise du Val-Saint-Lambert au XIVe siècle », Le Moyen Âge, 1946, p. 73-83 ; Id., Le domaine du Val Saint-Lambert de 1202 à 1387. Contribution à l’histoire rurale et industrielle du Pays de Liège, Paris, 1955, p. 132-148, spécialement p. 136 et 138.

33 Chronique de Jean de Stavelot, éd. A. Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 292 ; G. Kurth, La cité de Liège au Moyen Âge, t. 2, Bruxelles-Liège, 1910, p. 215.

34 J. Lejeune, La formation…, p. 171-173.

35 Ibid., p. 129-133.

36 L’areine est primitivement une galerie légèrement inclinée qui creuse une veine à flanc de coteau. Avec les progrès de l’exploitation, elle devient un conduit puis une galerie destinée à assécher les travaux.

37 Sur l’évacuation des eaux dans les charbonnages liégeois : H. Kranz, « Lütticher Steinkohlenbergbau und Wasserversorgung unter dem Ancien Régime », H.-W. Herrmann et P. Wymans (éd.), Acht Jahrhunderte Steinkohlenbergbau/Huit siècles de charbonnage, Namur, 2002, p. 139-150.

38 J. Lejeune, La formation…, p. 136-142.

39 Ibid., p. 233-236 et 248-254 ; J.-M. Yante, « Crédit urbain, crédit rural, crédit industriel. Le cas du pays mosan (XIVe-XVIe siècles) », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe siècle), Neuchâtel, 1999, p. 148-149.

40 J. Lejeune, La formation…, p. 157-165, 237-241 et 255.

41 Sur sa personnalité et son étonnante carrière : ibid., p. 279-304.

42 Parmi la littérature existante : A. Joris, « Une création hutoise : la draperie d’Yvois (1304) », Mélanges Félix Rousseau. Études sur l’histoire du pays mosan au Moyen Âge, Bruxelles, 1958, p. 387-400 ; J.-M. Yante, « La draperie à Arlon et dans les campagnes de la prévôté du XIVe siècle au milieu du XVIe », Bulletin trimestriel de l’Institut archéologique du Luxembourg, 1980, p. 13-36 ; R. Holbach et M. Pauly, « Das ‘ Lutzelburger Duch’. Zur Geschichte von Wollgewerbe und Tuchhandel der Stadt Luxemburg und des umgebenden Raumes vom Mittelalter bis in die Frühe Neuzeit », M. Pauly (éd.), Schueberfouer 1340-1990. Untersuchungen zu Markt, Gewerbe und Stadt in Mittelalter und Neuzeit, Luxembourg, 1990, p. 71-111.

43 J.-M. Yante, « Les métiers dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècles) », P. Lambrechts et J.-P. Sosson (éd.), Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 7-9 octobre 1993, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 389-393.

44 R. Petit, « Cartulaire de la ville de Marche-en-Famenne (1311-1484) », Bulletin de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 1990-1991, p. 77-79.

45 J.-M. Yante, « La draperie… », p. 26-33.

46 C. Dupont, « Du marché carolingien à la bonne ville du XIVe siècle : l’exemple de Bastogne », Centenaire du Séminaire d’histoire médiévale de l’Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, 1977, p. 145, n. 101.

47 J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 393-396 ; Id., « Élevage, artisanat et commerce du cuir dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIIIe-XVIe siècles) », Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, 1995-1996, p. 127-153.

48 M.-L. Fanchamps, « Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (XIIe-XVIe siècle) », Le Moyen Âge, 1972, p. 229-266 ; Id., « Le commerce sur la Meuse moyenne dans la seconde moitié du XVe siècle et dans la première moitié du XVIe siècle d’après des comptes de tonlieux », Histoire économique de la Belgique. Traitement des sources et état des questions. Actes du Colloque de Bruxelles. 17-19 nov. 1971 (Ire-IVe sections), Bruxelles, 1972, p. 291-292 et tableaux en annexe.

49 H. Goffinet, Cartulaire de l’abbaye d’Orval, depuis l’origine de ce monastère, jusqu’à l’année 1365 inclusivement, époque de la réunion du comté de Chiny au duché de Luxembourg, Bruxelles, 1879, p. 445-446, n ° 432.

50 J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan…, p. 114.

51 G. Remacle, Vielsalm et ses environs, 2e éd., Liège, 1968, p. 177-178.

52 Un premier relevé pour le Namurois : L. Genicot, « Le Namurois… », p. 202-211 ; Id., « Le Namurois… Complément », p. 26. Voir aussi F. Courtoy, « Le travail et le commerce de la pierre à Namur avant 1500 », Namurcum, 1946, p. 17-29, spécialement p. 19. Pour le sud-est du Luxembourg : J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan…, p. 111-114.

53 J.-M. Yante, Trafic routier en Ardenne, Gaume et Famenne. 1599-1600, Louvain-la-Neuve, 1986, p. 33, 54, 59 et 62 ; Id., « Entrepreneurs et transport terrestre. À propos des rouliers lorrains et luxembourgeois (XVe-XVIe siècles) », Revue belge de philologie et d’histoire, 1998, p. 393-400 ; Id., « Les rouliers au long cours. Recrutement rural et organisation professionnelle (XIVe-XVIe siècles) », J.-M. Yante (éd.), À l’approche d’une autre ruralité. Campagnes et travail non agricole du Bas Moyen Âge à 1914, Bruxelles, 2004, p. 204-205.

54 J. Schneider, « Fer et sidérurgie dans l’économie européenne du XIe au XVIIe siècle », Actes du colloque international : Le fer à travers les âges. Hommes et techniques (Nancy, 3-6 octobre 1955), Nancy, 1956, p. 125.

55 M. Bourguignon, « La sidérurgie… », p. 87.

56 Sur les activités complémentaires en milieu rural : J.-M. Yante, « Le travail non agricole en milieu rural. Nécessités, opportunités, réalités », À l’approche d’une autre ruralité…, p. 9-22.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Établissements sidérurgiques du Pays mosan dans la première moitié du XVIe siècleSource : J.-M. Yante, « Provenance… », p. 295
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Carte 2 : Métiers du textile dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècle)D’après J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 390-391.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Carte 3 : Métiers du cuir dans le pays de Luxembourg-Chiny (XIVe-XVIe siècle)D’après J.-M. Yante, « Les métiers… », p. 394-395.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540