Version classiqueVersion mobile

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Ficarazzi : un centre industriel de production du sucre au xve siècle

Mohamed Ouerfelli

Texte intégral

  • 1 H. Bresc, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile, 1300-1450, Rome-Palerme, 1982, p.  (...)
  • 2 M. Ouerfelli, « Production et commerce du sucre en Sicile au XVe siècle : la participation étrangèr (...)

1La Sicile du XVe siècle est peu peuplée et inégalement mise en valeur. L’aristocratie féodale y possède le quasi-monopole de la force de travail et se charge du financement des entreprises agricoles1 par le biais de sociétés conclues avec des entrepreneurs à qui elle apporte la terre et le capital mobile. Car c’est un fait significatif de cette Sicile de la fin du Moyen Âge : l’aristocratie s’allie avec le monde des affaires, des marchands et des banquiers, pour développer et soutenir des activités agro-industrielles à grande échelle parmi lesquelles figure en bonne position la production du sucre. Cette nouvelle activité exige des investissements élevés, étalés sur plusieurs années2, et une implication accrue qui a permis à l’île de devenir, au XVe siècle, l’un des centres les plus importants de production et d’exportation du sucre du bassin occidental de la Méditerranée. En effet, plusieurs exemples d’entreprises industrielles établies en zones rurales montrent les liens étroits noués entre l’aristocratie et le capital marchand pour mener à bien des projets et partager les profits. C’est le cas, notamment, à Ficarazzi, une petite localité située à une dizaine de kilomètres à l’est de Palerme.

  • 3 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, Caltanissetta-Rome, 1982 ; O. Cancila, Baroni e popo (...)

2Bien que nous ayons de nombreux exemples d’entreprises installées dans les campagnes siciliennes, à Brucato, à Bonfornello ou à Roccella, le choix d’étudier Ficarazzi se justifie par plusieurs éléments : le premier est l’ampleur du site, qui a vu s’installer trois grandes entreprises industrielles ; ce centre de production a continué de fonctionner jusqu’au XVIIe siècle, malgré les difficultés financières et la concurrence des plantations des îles Atlantiques et des Caraïbes3. L’envergure du projet s’est concrétisée par la construction, en 1443, d’un ouvrage hydraulique remarquable qui a permis à ces entreprises industrielles de se développer pour augmenter la production globale de l’île et donc ses exportations vers les marchés extérieurs.

  • 4 Je ne reviendrai pas ici sur ce débat ; M. Ouerfelli, Le sucre : production, commercialisation et u (...)

3Un deuxième élément, et non des moindres, explique l’importance de Ficarazzi : ce site industriel est à l’origine d’un débat, toujours en cours, portant sur une nouveauté apportée par Pietro Speciale, un entrepreneur sicilien qui aurait, dit-on, introduit pour la première fois le moulin vertical en ces lieux. De cette innovation a été inférée l’idée d’une rupture, voire d’une supériorité technique de l’Occident sur l’Orient4.

4Enfin, le choix d’étudier cette région rurale, transformée en territoire industriel équipé et relié à la capitale, par tout un réseau de communications, permet d’apporter des réponses sur l’existence de connexions entre système de production et commercialisation. Les entreprises industrielles créées en Sicile ont fonctionné sur le principe d’une alliance entre l’aristocratie, qui possède la terre, et le capital marchand, qui dispose d’un savoir-faire et des réseaux nécessaires pour acheminer le produit fini vers les marchés lointains.

5Il sera donc question des conditions qui ont commandé les logiques d’implantation industrielle ; en d’autres termes, quelles sont les raisons qui ont amené l’industrie du sucre à émigrer des alentours de Palerme, où elle était solidement implantée, vers l’est de l’île ? Quelles sont les entreprises installées dans cette région et comment se sont-elles développées ? Je montrerai, enfin, quelles ont été les répercussions de cette concentration de l’industrie du sucre à Ficarazzi.

Les difficultés de l’industrie du sucre palermitaine et la migration vers l’est de l’île

  • 5 M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 149-150 ; Id., « Le rôle des communautés juives dans la production et l (...)
  • 6 Le faqīh sunnite de Kairouan Abū al-Fadl al-Mammāsī, refuse de manger des gâteaux confectionnés ave (...)
  • 7 J.L.A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, Paris, 1857, t. V/1, p. 571.
  • 8 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel XV secolo, Parte II, I banchieri e i lor (...)

6Il convient de rappeler brièvement l’évolution de l’industrie du sucre en Sicile ; cette activité a été introduite dans les faubourgs de Palerme, notamment dans la Conque d’Or, très probablement par des Coptes installés après la conquête de l’île par les Aglabides d’Afrique du Nord en 8275. Mais cette activité est restée longtemps sans envergure, limitée à la production de petites quantités pour les besoins du prince6. Les tentatives de Frédéric II pour restaurer l’art de raffiner le sucre, oublié par les Palermitains, en envoyant des émissaires en Syrie-Palestine pour recruter des experts en la matière7, ont échoué et l’industrie sucrière ne décolle véritablement qu’à la fin du XIVe siècle. C’est sans doute l’arrivée d’un grand nombre d’hommes d’affaires pisans, mécontents de voir leur ville occupée par les Florentins en 1406, qui a donné une réelle impulsion à cette activité : les capitaux qu’ils possèdent permettent alors de financer les producteurs, mais aussi de trouver des débouchés à ce nouveau produit sur les grandes places marchandes8.

  • 9 Trappeto : terme d’origine grecque, utilisé par les Siciliens, et qui désigne un moulin.
  • 10 H. Bresc, Un monde méditerranéen.., p. 232 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 160.
  • 11 M. Ouerfelli, Le sucre.., p. 237.

7Le développement de la production du sucre, notamment à partir du début du XVe siècle, se traduit par l’augmentation de la surface des plantations, qui passe de 16,2 ha en 1393, à 162 ha en 1416, par celle des revenus de la gabelle qui progressent de 853 onces 25 taris en 1408-1409 à 1 000 onces en 1416, ainsi que par celle du nombre de raffineries (trappeti)9 qui atteint la quarantaine pendant les années 1417-1420 ; toutes les composantes de la société sicilienne participent alors à cette activité10. Ces quelques chiffres montrent combien la production du sucre est devenue d’un grand intérêt et quel profit l’autorité royale peut en tirer, en accordant aux producteurs des privilèges pour faciliter l’expansion des plantations. La Couronne d’Aragon a également favorisé toute une législation dans le but d’abolir les droits d’usage sur l’eau et sa circulation à travers les autres cultures pour irriguer les plantations dispersées entre les vignes et les jardins11.

  • 12 S.R. Epstein, An island for itself. Economic development and social change in late medieval Sicily,(...)

8Pendant les années 1420, les premiers signes d’une crise de la production apparaissent. En effet, la multiplication des entrepreneurs, la concurrence entre producteurs pour occuper les meilleures terres, la taxation lourde imposée par le pouvoir, la pénurie de l’eau et l’épuisement des sols sont autant de signes d’une crise qui affecte profondément l’industrie du sucre palermitain. Les producteurs sont contraints de quitter les alentours de Palerme à la recherche de cours d’eau et de terres fertiles, mais également pour rapprocher le trappeto de sa source de combustible. Au XVe siècle, la vieille canalisation de terre battue n’est plus adaptée pour répondre aux besoins élevés en eau des plantations. Il faut construire des aqueducs en dur pour éviter de perdre l’eau. D’importants investissements sont donc effectués dans ce sens, afin de favoriser l’expansion de la canne à sucre grâce à l’intervention du capital marchand pour financer cette activité très coûteuse. Par ce redéploiement, on voit se dessiner les nouveaux points d’ancrage de cette industrie : à Carini où le nombre des trappeti augmente de un à trois, et surtout à l’est de la capitale sicilienne, à Ficarazzi, à Bonfornello, à Brucato, à Collesano, à Partinico, à Vicari ou encore plus loin, à Aci (fig. 1)12.

  • 13 Archivio di Stato di Palermo, Conservatoria del Registro, 843, fol. 212 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, (...)
  • 14 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 233.

9Cependant, les difficultés rencontrées par les producteurs apparaissent dès la deuxième décennie du XVe siècle ; elles s’aggravent avec les crises de la demande et la chute des exportations, notamment après l’interruption des relations avec Venise, grand importateur de sucre sicilien. Les conséquences de ces crises sur la région palermitaine sont prévisibles et immédiates ; elles se traduisent par un recul incontestable des plantations qui, de 162 ha en 1416, sont réduites à 70 ha en 1436-1437. Les revenus de la gabelle des cannamelle accusent une baisse importante, passant de 1 000 onces à 427 onces, ce qui représente un manque à gagner pour la Couronne d’Aragon13. Le nombre des trappeti suit cette tendance et chute environ de moitié : entre 1430 et 1434, on dénombre seize trappeti à Palerme, trois à Carini, un à Bonfornello, un à Brucato et un à Ficarazzi14.

Fig. 1 : Carte des principaux centres de production du sucre en Sicile au XVe siècle

Les principaux producteurs de Ficarazzi

10Ficarazzi, si l’on se réfère à la flore qui existe actuellement, possède une plaine fertile, où l’on cultive aujourd’hui des légumes et des fruits, notamment beaucoup d’agrumes. C’est donc un endroit idéal pour installer une entreprise agro-industrielle : à proximité, la forêt de Bagheria abonde en bois de chauffe indispensable pour la cuisson du sucre ; la mer et la situation géographique facilitent la communication avec la capitale sicilienne (fig. 2).

  • 15 Archivio di Stato di Palermo, Notai Defunti (désormais ASP. ND.) Giovanni Traversa 775, 7 avril 143 (...)
  • 16 ASP. ND. G. Traversa 775 : 27 mars et 9 avril 1434 ; à cette date, le trappeto tourne à plein régim (...)
  • 17 ASP. ND. N. Aprea 827 : le 7 novembre 1441, Tommaso Crispo achète 2 000 cantares de bois de chêne p (...)

11Avant la canne à sucre, cette plaine était consacrée aux céréales ; Ficarazzi était aussi une terre de pâturage où l’on pratiquait l’élevage bovin15. Avec le début de la crise de l’industrie palermitaine du sucre, Ficarazzi apparaît comme un lieu idéal pour planter des cannes et mettre en place les premières installations industrielles. Les frères Giovanni et Masio Crispo, qui appartiennent à la chevalerie palermitaine, en sont les pionniers. Ils installent la première unité de production à Ficarazzi peu avant 143416. Giovanni et Masio Crispo possèdent déjà des plantations et deux trappeti à Carini et à Torre di Brandino17. Ils poussent l’extension des cannamelle jusqu’à Ficarazzi où Masio installe un trappeto de six machines ; un choix dicté, sans doute, par des raisons fiscales, mais aussi par un problème d’approvisionnement en bois qui justifie, une fois encore, le déplacement des plantations et des trappeti en dehors de la zone d’influence de Palerme.

12Cette petite entreprise n’a pas eu un grand succès ; on perd rapidement sa trace dans la documentation, signe de sa fragilité et du manque d’investissements importants pour la mise en place d’un réseau d’irrigation, mais aussi en raison de l’absence d’implication d’un capital marchand puissant pour la soutenir. L’expérience a tout de même eu le mérite d’attirer l’attention des entrepreneurs sur le potentiel de cette région et les atouts dont elle dispose pour mettre en place de grandes unités de production.

Fig. 2 : Carte de Ficarazzi au XVe siècle.

  • 18 ASP. ND. Giovanni Randisio 1156, 14 septembre 1474 : il recrute Domenico de Messana, de Calabre, ha (...)
  • 19 E. Igor Mineo, « Gli Speciale. Nicola Viceré e l’affirmazione politica della famiglia », Archivio s (...)
  • 20 Ibid., p. 365.
  • 21 F. Meli, Matteo Carnilivari e l’architectura del Quattro e Cinquecento in Palermo, Rome, 1958, p. 6 (...)

13Dès le milieu du XVe siècle, Ficarazzi devient l’un des plus vastes espaces de plantations et, avec trois unités de production durablement installées, comporte le complexe industriel le plus important de la Sicile. On peut ajouter aux Speciale, aux Campo et aux Imperatore quelques acteurs, dont les interventions sont ponctuelles et de courtes durées. Les Homodey sont attestés à Ficarazzi en 1474 ; Cosimano Homodey se serait probablement associé avec l’un des autres entrepreneurs, mais il disparaît rapidement de la documentation18. Le véritable maître d’œuvre du développement de Ficarazzi est Pietro Speciale. Ce chevalier, seigneur d’Alcamo et de Calatafimi, est le fils de Niccolò Speciale, vice-roi de Sicile de 1423 à 1440. Issu d’une famille originaire de Pise et né à Noto dans un milieu marchand, Niccolò Speciale, par son immense fortune, a participé pleinement à la réalisation des projets politiques d’Alphonse le Magnanime, notamment à la conquête de Naples19. Son fils Pietro, qui s’affirme comme le véritable successeur du pouvoir paternel en assurant l’hérédité politique, a eu un fils de sa seconde femme Eleonora Montaperto, mais cet héritier, longtemps attendu, est mort alors qu’il était encore adolescent20. Les années 1450-1460 correspondent à une période de prospérité pour Pietro Speciale, tant pour sa carrière politique que pour son entreprise industrielle à Ficarazzi. En 1460, il décide de construire un palais dans le quartier du Cassaro. Pour ce faire, il procède à l’expropriation de plusieurs maisons et cours21.

  • 22 Deux grandes familles palermitaines dont la première est pisane.
  • 23 ASP. Protonotaro, fol. 118 : contrat daté du 10 janvier 1442 et modifié le 5 juin 1442 ; le prix of (...)
  • 24 ASP. ND. Niccolò Maniscalco 340, 1er octobre 1443.
  • 25 ASP. ND. Niccolò Maniscalco 340, 1er octobre 1443 : Antonio de Zorura est recruté en tant que capu (...)
  • 26 A. Morreale, Insula dulcis…, p. 51-52.

14Pietro est non seulement le seigneur des terres d’Alcami et de Calatafimi, ainsi que du château de Castelluccio, mais encore un haut fonctionnaire : il a occupé le poste de préteur, de maître rational, puis de président du royaume. De plus, il est entrepreneur puisqu’il participe à la mise en valeur d’un vaste territoire, celui de Ficarazzi. Il s’associe avec Aloysio de Campo et Ubertino Imperatore22, pour prendre en emphytéose les eaux du fleuve de Misilmeri et les terres de la plaine de Ficarazzi : emplacement idéal, à proximité des forêts de la frange côtière, pour installer une grande compagnie sucrière23. Pour cela, ils construisent, en 1443, un aqueduc, encore visible aujourd’hui et qui a nécessité de grands investissements24. Cet ouvrage remarquable sur le plan architectural demeure intact ; construit par le Barcelonais Antonio de Zorura25, il se compose de 17 arcades, sur une longueur d’environ 130 m, ses piliers centraux sont hauts de 12 m26 (fig. 3). Il est complété par un réseau d’irrigation complexe, structuré par des canaux en amont et en aval, en partie construits en pierre, en partie taillés dans la roche, en fonction des dénivelés du sol.

  • 27 Rosario Gregorio, « Degli zuccheri siciliani », Discorsi intorno alla Sicilia, Palerme, 1821, p. 12 (...)
  • 28 ASP. ND. Giacomo Randisi 1154, 27 mai 1468 ; A. Palazzolo, La torre di Pietro Speciale a Ficarazzi,(...)
  • 29 Le contrat de construction de la tour de Ficarazzi entre Pietro Speciale et Perusino Giordano, de l (...)
  • 30 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 240-241 ; Id., « Les sources historiques », J.-M. Pesez (dir. (...)

15L’aqueduc de Ficarazzi et le réseau d’irrigation et de conduites d’eau mis en place ont permis à Pietro Speciale et aux deux autres familles d’étendre les plantations de cannes à sucre et d’installer de grandes unités de production. Selon le témoignage de Pietro Ranzano, dominicain, humaniste et écrivain de la fin du XVe siècle, Pietro Speciale a planté des cannamelle et a installé un grand trappeto dans la campagne de Ficarazzi27. En 1468, Pietro décide de renforcer la protection de son édifice industriel en construisant une tour carrée d’environ 16 m de hauteur comportant trois niveaux28. Cette nouvelle construction permet de supposer qu’elle devait servir d’habitation pour la famille. Ce castello féodal, ancré dans les réalités économiques, devient progressivement le noyau d’un habitat autonome, avec sa taverne et « autres choses nécessaires » (pain, viandes) pour les ouvriers29. Nous possédons des exemples semblables pour les Salamone à Brucato, les Santa Columba à Bonfornello et les Vintimiglia à Roccella30.

Fig. 3 : Aqueduc de Ficarazzi (photo M. Ouerfelli).

  • 31 ASP. ND. Niccolò Grasso 1077 et 1078 : entre 1459 et 1460, il recrute 37 personnes (1 intendant pou (...)
  • 32 Les Septimo sont pisans, installés à Palerme dès le début du XVe siècle, comme beaucoup d’autres ma (...)
  • 33 ASP. ND. Niccolò Grasso 1077, 7 mars 1459 (année probable) : Bartolomeo de Bononia, embauché pour e (...)
  • 34 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano…, p. 210.
  • 35 ASP. ND. Niccolò Grasso 1078, 12 novembre 1459.
  • 36 ASP. ND. Niccolò Grasso 1078, 15 mars 1460 : il touche 6 taris par 100 formes.

16Les actes du notaire Niccolò Grasso des années 1450-1460, bien que fragmentaires et ne permettant pas d’apporter des données sérielles précises, restituent la dynamique de l’entreprise de Pietro Speciale ; celui-ci recrute à tour de bras des ouvriers aussi bien pour la plantation que pour le trappeto31. Cette dynamique résulte de son association avec les hommes d’affaires et banquiers d’origine pisane, Antonio et Giovanni Septimo32. Ces derniers apportent à l’entreprise, non seulement un fonds de roulement pour sa gestion quotidienne, mais aussi et surtout assurent l’exportation du sucre vers les grandes places marchandes. Antonio Septimo, banquier, avance les salaires du personnel recruté33. Son frère Giovanni est attesté en tant qu’associé de Pietro Speciale34 ; il participe également au recrutement du personnel de la raffinerie, signe de son implication directe dans la gestion de l’entreprise. En 1459, il recrute Antonio de Donato, maître sucrier, pour travailler à la fois dans le magasin de sucre à Palerme et dans le trappeto de Ficarazzi35. L’année suivante, Luca de Aurobello d’Agrigente, bordonarius, s’engage, avec ses cinq mules, à transporter les formes de sucre du trappeto de Ficarazzi au magasin de Giovanni Septimo, à Palerme36.

  • 37 ASP. ND. Giacomo Randisi 1156, 21 octobre 1474 : In trappeto di li Ficarazzi : certa instrumenta si (...)

17Grâce à son testament rédigé le 21 octobre 1474, on sait que le trappeto de Pietro Speciale se compose de 12 machines, actionnées par 26 chevaux37. Pour organiser sa succession, il désigne Giovanni Matteo, son neveu, comme héritier universel. Dans ses dernières volontés, il exige que ses biens, le trappeto, les terres et la tour qui sont à Ficarazzi, ainsi que le palais (magna domus) et le magasin de sucre qui se trouvent à Palerme, ne soient ni vendus, ni mis en emphytéose, sous peine de déchéance de l’héritage. Car cette partie du patrimoine constitue la fierté de Pietro Speciale, ce sont pour lui des instruments de prestige et de pouvoir qui ne doivent donc pas sortir de la famille.

  • 38 ASP. ND. G. Randisio 1156, 7 octobre 1454, Florio de Lubagliu est engagé pour le service du trappet (...)
  • 39 ASP. ND. Matteo Fallera 1750, 12 octobre 1489 ; C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 198.
  • 40 A. Palazzolo, La torre di Pietro Speciale…, p. 81 ; A. Morreale, La vita e il leone. Storia della B (...)

18Pietro Speciale incarne un épisode important du développement de l’industrie du sucre en Sicile mais aussi le début du déclin de cette activité. Il investit massivement dans cette entreprise, avec les Septimo qui s’associent avec lui et le soutiennent financièrement à la suite d’une conjoncture favorable marquée par une forte demande internationale. Après le retrait des Septimo, Pietro Speciale est confronté à des difficultés financières croissantes, malgré un patrimoine mobilier important. En 1474, il est encore présent dans la documentation ; il recrute même des ouvriers et un maître sucrier pour deux ans38. Un an après sa mort, le trappeto est à l’arrêt et les ouvriers l’ont abandonné, d’où la volonté de sa veuve de le louer avec les terres et les cours d’eau à Anfuso Bellachera. Mais la transaction n’aboutit pas, ce qui ouvre la voie à Antonio et Pietruccio, fils de Pietro de Campo, qui souhaitent intégrer cette entreprise à celle laissée par leur père à Ficarazzi. Cette concession en emphytéose du trappeto, le 12 octobre 1489, est assortie d’une condition : celle de restaurer le passage de l’eau39. Il est possible que ce soit à l’occasion des travaux de réparation de l’aqueduc que les Campo aient apposé les armes de la famille sur l’un des piliers de l’ouvrage40.

  • 41 G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese…, p. 156-158.
  • 42 ASP. ND. Niccolò Marotta 938 : deux contrats du 13 août 1444 pour recruter deux mundatores pour le (...)
  • 43 ASP. ND. Giacomo Comito 849, 13 février 1455.
  • 44 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 884.
  • 45 M. Ouerfelli, « Production et commerce du sucre en Sicile »…, p. 114.
  • 46 ASP. ND. N. Aprea 833, 27 juillet 1455.
  • 47 A. Morreale, Insula dulcis…, p. 40.
  • 48 ASP. ND. Matteo Fallera 1403, 19 octobre 1489.

19Les membres de cette famille, acteurs majeurs du développement du territoire de Ficarazzi, sont d’origine pisane et issus du monde marchand. Ils fréquentent la Sicile vers la fin du XIVe siècle pour faire des affaires, puis s’installent définitivement, notamment à Palerme où ils s’impliquent davantage dans les entreprises de production agricole41. Aloysio de Campo s’engage dès 1443 dans le projet de construction de l’aqueduc de Ficarazzi, mais il est aussi associé avec Giovanni Crispo dans le trappeto de Carini42. Pietro de Campo, quant à lui, exploite le trappeto de Roccella en société avec Antonino Aglata43. Protégée par une tour et possédant son propre caricatore, cette entreprise est en plein essor pendant les années 145044 ; plusieurs navires y mouillent pour charger du sucre à destination de Rome, d’Aigues-Mortes et de Majorque45. Pietro de Campo s’allie également avec la famille Bellachera, grande productrice de sucre depuis de nombreuses décennies. En 1455, il épouse Becta, fille de Giovanni Bellachera, avec une dot de 1 000 onces, et obtient en contrepartie le trappeto de Ficarazzi46. Au début des années 1470, Pietro de Campo envisage d’étendre ses plantations, mais il rencontre quelques difficultés, surtout dues à la résistance de ses voisins. En 1473, à sa demande, le roi Jean lui concède le droit de passage de l’eau à travers les terres des autres producteurs, per adaquari cannameli e altri planti oy jardini47. Un acte notarié du 19 octobre 1489 montre que son trappeto semble être de la même taille que celui de Pietro Speciale : 15 chevaux et 35 bœufs y sont utilisés pour actionner les moulins et effectuer les différents services dans l’arbitrium48.

  • 49 ASP. ND. Domenico de Leo 1403, 19 octobre 1489.

20Une semaine après s’être emparé de l’entreprise des Speciale qu’ils intègrent à celle de leur père, Antonio et Pietruccio de Campo établissent un contrat pour partager tous les biens dont ils ont hérité. Le premier obtient le trappeto et la tour qui appartenaient à Pietro Speciale et étaient concédés en emphytéose ; le second reprend la sucrerie paternelle. Ce document exceptionnel détaille le partage des terres, des jardins, des maisons, des vignes, de l’eau pour l’irrigation des plantations et du matériel destiné à la production (chaudières, formes de terre cuite, chevaux, bœufs et autres instruments). Il jette une pleine lumière sur l’un des grands pôles de la production du sucre en Sicile pendant la seconde moitié du XVe siècle et montre à quel point les entrepreneurs sont endettés. Car, les deux frères héritent aussi d’une lourde dette estimée à 1 510 onces, qu’ils doivent rembourser aux différents créanciers49.

  • 50 M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 178 et 467.

21Vers la fin du XVe, la conjoncture est de moins en moins favorable aux producteurs de sucre dans l’île, qui perdent beaucoup d’argent. Les Campo, seuls, ne peuvent plus assurer la gestion de leur entreprise ; ils cherchent à attirer des investisseurs potentiels. Finalement, ce sont des Vénitiens, Lorenzo et Sebastiano Emiliano, intéressés par ce produit pour assurer le chargement des galées vénitiennes, qui leur viennent en aide et financent l’entreprise entre 1489 et 1491, en accordant des crédits et des avances sur les prochaines récoltes, toujours inférieures aux attentes50.

  • 51 ASP. Niccolò Aprea 827, 25 août 1441 et 2 novembre 1441. Un miliare équivaut à 1 000 livres, la liv (...)
  • 52 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 241, n. 72.
  • 53 H. Bresc, « La casa rurale nella Sicilia medievale. Masseria, casale e “terra” », Archeologia medie (...)
  • 54 C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 201.

22La troisième grande famille impliquée dans la campagne de Ficarazzi est celle des Imperatore qui appartient à la bourgeoisie palermitaine. En 1441, Ubertino Imperatore possède un trappeto à Carini ; entre août et novembre, il passe deux contrats pour l’achat de 16 milliers (miliare) de bois pour la cuisson de sucre51. Bien que nous ne connaissions pas la date exacte de l’installation de son trappeto à Ficarazzi – forcément après 1443 –, des documents épars laissent penser qu’il devait être de grande taille. En 1448, Ubertino Imperatore achète 10 meules pour la mouture des cannes52. Pour protéger ses installations des attaques de pillards, il creuse, en 1456, un fossé tout autour du trappeto et le munit d’une barbacane et de créneaux53. Dix ans plus tard, la guerre civile en Catalogne et l’interruption des exportations de sucre mettent en difficulté les producteurs de l’île ; les Imperatore peinent à trouver de l’argent pour assurer le financement de leur entreprise. En 1465, ils vendent à Andrea Navarro leur hospicium magnum, avec ses cours et son jardin dans le quartier du Cassaro, ainsi que des maisons dans le quartier de la Canceria, pour la somme de 750 ducats vénitiens, le tout converti en un cens annuel de 20 onces54.

  • 55 ASP. ND. Matteo Fallera 1751, 24 mars 1491.
  • 56 C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 202-203.
  • 57 ASP. ND. Domenico de Leo 1403, 19 octobre 1489 : Item per tucta l’acqua volimu che si faza in lu mo (...)
  • 58 ASP. ND. Domenico de Leo 1404.

23Malgré une dette de 260 onces renégociée et échelonnée sur cinq ans55, les Imperatore réussissent tout de même à recouvrer leurs biens, mais leur situation reste fragile dans la mesure où ils vendent leurs récoltes par anticipation afin de disposer d’un fonds de roulement pour engager la prochaine campagne des cannes. En 1487, ils vendent à Antonio Aglata 6 000 formes de sucre pour les trois années à venir56. En revanche, un acte notarié de 1489 indique qu’Ubertino Imperatore partage le cours d’eau de Misilmeri à égalité avec les Speciale et les Campo, signe de l’importance de son entreprise57. Le trappeto et les plantations de son héritier, Pietro Antonio Imperatore, apparaissent en 1490 en plein rendement à travers les contrats de recrutement et le nombre d’ouvriers opérant dans l’entreprise. Pour cette seule année, les Imperatore passent un peu plus d’une soixantaine de contrats pour le recrutement d’ouvriers, à la fois pour les plantations et pour le trappeto58. Mais ils n’échappent pas, non plus, aux effets de la crise qui ébranle l’industrie du sucre en Sicile. Ils sont contraints de faire appel au capital commercial dans un premier temps et, in fine, d’abandonner leur entreprise pour honorer des dettes colossales.

Les répercussions du développement du centre de Ficarazzi

24Les sucreries de Ficarazzi créent une nouvelle dynamique économique dans la région. Malgré leur éloignement de la capitale, elles lui restent liées par un réseau de communications et de transports maritimes et terrestres, les magasins de stockage du sucre étant toujours situés à Palerme. C’est donc un moyen d’entretenir des rapports permanents entre la campagne et la ville. La première produit, la seconde consomme et exporte vers les marchés extérieurs. La raffinerie a aussi contribué au développement des systèmes d’irrigation et a amélioré l’équipement de la région, en la rendant plus accessible. Elle a également attiré dans son sillage de nombreux ouvriers cherchant du travail.

  • 59 ASP. ND. Domenico de Leo 1404, 18 décembre 1490.
  • 60 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano…, p. 238.

25En effet, avec l’installation de nouvelles sucreries et de leurs activités annexes – ateliers de poterie pour fabriquer des formes à sucre destinées au conditionnement et au transport de ce produit ; ateliers pour fabriquer des tuiles et des briques –, le peuplement se développe par la création de nouvelles habitations. Le centre industriel, qui offre des salaires plus élevés que d’autres activités, se transforme en noyau d’un habitat rural et renforce le peuplement autour du château. La concentration des installations industrielles à Ficarazzi a provoqué des migrations et des déplacements de techniciens, d’entrepreneurs et surtout un appel de main-d’œuvre venue de partout. Ce sont d’abord des déplacements intérieurs de saisonniers cherchant un complément de salaire. Mais le phénomène s’accentue dès les années 1430 avec l’expansion de l’industrie du sucre vers l’est de l’île. Des ouvriers de régions lointaines, telles que Marsala, Trapani, Nicosie, Castelbuono, rejoignent ce mouvement migratoire et offrent à l’industrie du sucre une main-d’œuvre nombreuse. Cette attractivité a également touché des ouvriers de pays étrangers. La majorité sont des hommes de peine ; les Calabrais, par exemple, sont spécialisés dans la taille du plantain et la fumure des cannes. D’autres encore sont originaires du Piémont, de Toscane et des pays de la Couronne d’Aragon, comme le capo maestru Antonio Zorura, chargé de construire l’aqueduc. Pendant la seconde moitié du XVe siècle, Ficarazzi, avec ses trois grandes raffineries, devient un centre d’attraction démographique ; les provenances des ouvriers qui y travaillent sont des plus diverses. En 1490, sur les huit machinatores recrutés par Pietro Antonio Imperatore, quatre viennent de Polizzi, deux de Petralia et deux de Palerme59. De même, Philippo Catanzaro, intendant du trappeto d’Antonio de Campo, engage en 1493, 50 ouvriers, parmi lesquels onze sont de Polizzi, sept de Petralia, quatre de Collesano, quatre de Cefalù, un de Geraci, un de Trapani, un de Calascibetta, un de Castronovo, un de Vizzini et un de Gênes60.

  • 61 Pour produire un kg de sucre de qualité moyenne, il faut brûler au moins 40 kg de bois.
  • 62 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 96-98 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 273-275.
  • 63 M. Ouerfelli, « L’impact de la production du sucre sur les campagnes méditerranéennes à la fin du M (...)
  • 64 Ibid., p. 56.

26Mais cette dynamique, créée autour des sucreries, ne doit pas occulter les conséquences néfastes du développement industriel du territoire de Ficarazzi sur le paysage de la région. Toutes les sources d’eau ont été détournées pour l’irrigation des plantations aux dépens d’autres cultures. L’industrie du sucre consomme de grandes quantités de bois de chauffe61. Ces exigences énormes des raffineries ont précipité la perte rapide de toute la couverture forestière des franges côtières62. Ce n’est pas un cas isolé, aussi bien en Sicile que dans le reste du monde méditerranéen63. Les besoins en bois pour la cuisson du sucre vont jusqu’à la destruction de cultures servant à l’alimentation du bétail, tel que le caroubier, et de cultures anciennes comme l’olivier64. Lorsque le cycle du sucre s’achève, il laisse la terre appauvrie, les campagnes en ruine et les forêts déboisées. Désormais, cette région n’est plus attractive ; sa population aggrave l’exode rural vers les grandes villes, à la recherche de travail.

***

27L’exemple de Ficarazzi montre, sans conteste, le degré d’implication du capital marchand dans le développement de l’industrie du sucre en milieu rural. Les quelques interventions effectuées par des entrepreneurs étrangers, surtout des Florentins, des Vénitiens et par la suite des Génois, donnent l’impression d’une activité toujours rentable, mais la période de la fin du XVe siècle est plutôt marquée par une crise profonde affectant l’économie de toute l’île. L’expulsion des Juifs en 1492 a mobilisé tous les capitaux disponibles pour acheter le patrimoine de cette communauté. S’y ajoute la crise financière qui aggrave la situation d’une industrie très fragile et qui repose en grande partie sur le capital commercial et la demande des grandes places marchandes. Les prix du sucre accusent des baisses importantes du fait de la concurrence ibérique et atlantique. Cette situation oblige des producteurs lourdement endettés à se retirer définitivement pour laisser la place aux capitaux génois et florentins qui investissent dans cette industrie au cours du XVIe siècle. Mais il est sans doute trop tard, dans la mesure où les grands pôles de production se situent désormais dans les îles Atlantiques et plus tard aux Amériques, où l’emploi de la main-d’œuvre servile devient la règle.

Notes

1 H. Bresc, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile, 1300-1450, Rome-Palerme, 1982, p. 880-887.

2 M. Ouerfelli, « Production et commerce du sucre en Sicile au XVe siècle : la participation étrangère », Food and History, no 1, 2003, p. 103-122.

3 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano, Caltanissetta-Rome, 1982 ; O. Cancila, Baroni e popolo nella Sicilia del grano, Palerme, 1984, p. 71-76 ; A. Giuffrida (éd.), Imprese industriali in Sicilia (secc. XV-XVI), Palerme, 1996 ; A. Morreale, Insula dulcis : l’industria della canne da zucchero in Sicilia (secc. XV-XVII), Naples, 2006.

4 Je ne reviendrai pas ici sur ce débat ; M. Ouerfelli, Le sucre : production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leyde-Boston, 2008, p. 257-259.

5 M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 149-150 ; Id., « Le rôle des communautés juives dans la production et le commerce du sucre en Méditerranée au Moyen Âge : les exemples de l’Égypte et de la Sicile », B. Grévin, A. Nef et É. Tixier (éd.), Chrétiens, Juifs et Musulmans dans la Méditerranée médiévale. Études en hommage à Henri Bresc, Paris, 2008, p. 63.

6 Le faqīh sunnite de Kairouan Abū al-Fadl al-Mammāsī, refuse de manger des gâteaux confectionnés avec du sucre, car il provient des propriétés du sultan fatimide en Sicile ; M. Amari, Storia dei musulmani di Sicilia, Catane, 1939, t. III, p. 808, n. 4 ; H.R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIe siècles, Paris, 1962, p. 630-631, n. 179 ; H. Bresc, « La canne à sucre dans la Sicile médiévale », La caña de azúcar en el Mediterraneo, Grenade, 1991, p. 44.

7 J.L.A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, Paris, 1857, t. V/1, p. 571.

8 C. Trasselli, Note per la storia dei banchi in Sicilia nel XV secolo, Parte II, I banchieri e i loro affari, Palerme, 1968, p. 158 ; Id., Siciliani fra Quattrocento e Cinquecento, Messine, 1981, p. 117.

9 Trappeto : terme d’origine grecque, utilisé par les Siciliens, et qui désigne un moulin.

10 H. Bresc, Un monde méditerranéen.., p. 232 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 160.

11 M. Ouerfelli, Le sucre.., p. 237.

12 S.R. Epstein, An island for itself. Economic development and social change in late medieval Sicily, Cambridge, 1992, p. 212 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 161.

13 Archivio di Stato di Palermo, Conservatoria del Registro, 843, fol. 212 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 167.

14 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 233.

15 Archivio di Stato di Palermo, Notai Defunti (désormais ASP. ND.) Giovanni Traversa 775, 7 avril 1434 : Masio Crispo achète le fumier du troupeau de vaches de Ficarazzi. Par ailleurs, contrairement aux affirmations de Giovanni Rebora la canne à sucre n’était pas cultivée à Ficarazzi à l’époque de la domination musulmane : G. Rebora, « Un’impresa zuccheriera del Cinquecento », Annali di storia economica e sociale, Naples, 1968 ; réimp. dans Imprese industriali in Sicila (secc. XV-XVI), Rome, 1996, p. 51.

16 ASP. ND. G. Traversa 775 : 27 mars et 9 avril 1434 ; à cette date, le trappeto tourne à plein régime.

17 ASP. ND. N. Aprea 827 : le 7 novembre 1441, Tommaso Crispo achète 2 000 cantares de bois de chêne pour la cuisson du sucre dans son trappeto de Carini. Le même recrute, le 6 février 1442, Paolo de Regina comme machinier pour le trappeto (de six machines) de Torre di Brandino (localité située à l’est de Palerme, dans la direction de Ficarazzi).

18 ASP. ND. Giovanni Randisio 1156, 14 septembre 1474 : il recrute Domenico de Messana, de Calabre, habitant Palerme, ut machinaturi pour la saison de la cuisson du sucre dans son trappeto de Palerme.

19 E. Igor Mineo, « Gli Speciale. Nicola Viceré e l’affirmazione politica della famiglia », Archivio storico per la Sicilia orientale, 1983, p. 287-371.

20 Ibid., p. 365.

21 F. Meli, Matteo Carnilivari e l’architectura del Quattro e Cinquecento in Palermo, Rome, 1958, p. 68-70 et doc. no 68, p. 260. Le palais est cité dans son testament de 1474 ; ASP. ND. Giacomo Randisi 1156, 21 octobre 1474.

22 Deux grandes familles palermitaines dont la première est pisane.

23 ASP. Protonotaro, fol. 118 : contrat daté du 10 janvier 1442 et modifié le 5 juin 1442 ; le prix offert au début était de 20 onces, mais après une expertise de Tommaso de Jacopinellu, de Jacopo de Cassiro, d’Antonio de Mule et de Salvatore de Francia, il a été fixé à 12 onces.

24 ASP. ND. Niccolò Maniscalco 340, 1er octobre 1443.

25 ASP. ND. Niccolò Maniscalco 340, 1er octobre 1443 : Antonio de Zorura est recruté en tant que capu mastru pour un salaire de 1 tari 15 grains par jour. Niccolò Nuchio, charpentier, est chargé de superviser les travaux et de recruter les ouvriers ; H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 235.

26 A. Morreale, Insula dulcis…, p. 51-52.

27 Rosario Gregorio, « Degli zuccheri siciliani », Discorsi intorno alla Sicilia, Palerme, 1821, p. 127.

28 ASP. ND. Giacomo Randisi 1154, 27 mai 1468 ; A. Palazzolo, La torre di Pietro Speciale a Ficarazzi, Palerme, 1987, p. 5-34 ; É. Lesnes, « Peut-on parler de maisons fortes en Sicile ? », L. Feller, P. Mane et F. Piponnier (éd.), Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 154-156.

29 Le contrat de construction de la tour de Ficarazzi entre Pietro Speciale et Perusino Giordano, de la cité de Cava (royaume de Naples), stipule que : Item lu dittu Perusinu si obliga teniri la ditta taberna fornita di vino, pani e carni e altri fornimenti necessari tantum per la sua famiglia quantum per li homini di lu trappitu quantum etiam per li altri chi in la ditta taberna volissiru veniri e manciari e di la carni chi per la ditti taberna si farrà non si digia portari ne mandari in Palermu ; ASP. ND. Giacomo Randisi 1154, 27 mai 1468.

30 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 240-241 ; Id., « Les sources historiques », J.-M. Pesez (dir.), Brucato. Histoire et archéologie d’un habitat en Sicile, Rome, 1984, t. I, p. 59-61.

31 ASP. ND. Niccolò Grasso 1077 et 1078 : entre 1459 et 1460, il recrute 37 personnes (1 intendant pour la sucrerie, 3 ouvriers pour transporter du fumier, 1 pour l’épandage, 1 pour planter les cannes, 5 pour l’irrigation, 6 machinatores, 2 taglatores, 4 paratores, 1 receptor, 2 focalori, 4 famuli, 3 ouvriers pour tous les services et 1 pour travailler dans le magasin de sucre à Palerme).

32 Les Septimo sont pisans, installés à Palerme dès le début du XVe siècle, comme beaucoup d’autres marchands émigrés en Sicile après l’occupation de Pise par Florence en 1406. Ils sont très actifs sur le marché des assurances et des changes ; cf. G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese, l’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989, p. 249-255 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 461 et 464.

33 ASP. ND. Niccolò Grasso 1077, 7 mars 1459 (année probable) : Bartolomeo de Bononia, embauché pour enrichir en fumier les cannes à Ficarazzi, reconnaît avoir reçu 2 onces 14 grains de la banque d’Antonio Septimo.

34 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano…, p. 210.

35 ASP. ND. Niccolò Grasso 1078, 12 novembre 1459.

36 ASP. ND. Niccolò Grasso 1078, 15 mars 1460 : il touche 6 taris par 100 formes.

37 ASP. ND. Giacomo Randisi 1156, 21 octobre 1474 : In trappeto di li Ficarazzi : certa instrumenta sive fulcimenta duodecim machinarum dicti trappeti que serviunt modo in trappeto predicto ut dicitur « a lu cochiri », et sunt descripta in libro nobilis Nicolai de Speciale administratoris dicti trappeti et arbitrii cannamellarum di li Ficarazzi […]. Item equi XXVI diversorum pilorum de machina qui serviunt in machinando in dicto trappeto.

38 ASP. ND. G. Randisio 1156, 7 octobre 1454, Florio de Lubagliu est engagé pour le service du trappeto et dans le magasin de sucre à Palerme pour un salaire de 12 onces pour cette année et de 18 onces pour l’année à venir.

39 ASP. ND. Matteo Fallera 1750, 12 octobre 1489 ; C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 198.

40 A. Palazzolo, La torre di Pietro Speciale…, p. 81 ; A. Morreale, La vita e il leone. Storia della Bagaria, secc. XII-XIX, Rome-Palerme, 1998, p. 63.

41 G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese…, p. 156-158.

42 ASP. ND. Niccolò Marotta 938 : deux contrats du 13 août 1444 pour recruter deux mundatores pour le trappeto.

43 ASP. ND. Giacomo Comito 849, 13 février 1455.

44 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 884.

45 M. Ouerfelli, « Production et commerce du sucre en Sicile »…, p. 114.

46 ASP. ND. N. Aprea 833, 27 juillet 1455.

47 A. Morreale, Insula dulcis…, p. 40.

48 ASP. ND. Matteo Fallera 1403, 19 octobre 1489.

49 ASP. ND. Domenico de Leo 1403, 19 octobre 1489.

50 M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 178 et 467.

51 ASP. Niccolò Aprea 827, 25 août 1441 et 2 novembre 1441. Un miliare équivaut à 1 000 livres, la livre valant 317 gr.

52 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 241, n. 72.

53 H. Bresc, « La casa rurale nella Sicilia medievale. Masseria, casale e “terra” », Archeologia medievale, 7, 1980, p. 381 ; É. Lesnes, « Peut-on parler de maisons fortes en Sicile ?… », p. 153.

54 C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 201.

55 ASP. ND. Matteo Fallera 1751, 24 mars 1491.

56 C. Trasselli, Storia dello zucchero…, p. 202-203.

57 ASP. ND. Domenico de Leo 1403, 19 octobre 1489 : Item per tucta l’acqua volimu che si faza in lu modo et forma secundu conteninu li contratti antichi videlicet unu terciu a lu trappitu che fu di lu condam magnificu nostru patri, l’autru terzu a lu trappitu che fu di lu condam magnificu misser Petro Speciali, l’autru terzu per lu trappitu di lu condam Bertinu Imperaturi videlicet la dicta aqua per un jorni la simana zoe lunidi et marti cum li//nocti a lu trappitu che fu di lu condam magnificu misser Petru Speciali et mercuri et jovi a lu trappictu che fu di lu condam magnificu misser Bertinu Imperaturi, la dominica cum la notti si parta per terzu.

58 ASP. ND. Domenico de Leo 1404.

59 ASP. ND. Domenico de Leo 1404, 18 décembre 1490.

60 C. Trasselli, Storia dello zucchero siciliano…, p. 238.

61 Pour produire un kg de sucre de qualité moyenne, il faut brûler au moins 40 kg de bois.

62 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, p. 96-98 ; M. Ouerfelli, Le sucre…, p. 273-275.

63 M. Ouerfelli, « L’impact de la production du sucre sur les campagnes méditerranéennes à la fin du Moyen Âge », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 126, 2009, p. 47-62.

64 Ibid., p. 56.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte des principaux centres de production du sucre en Sicile au XVe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 : Carte de Ficarazzi au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3 : Aqueduc de Ficarazzi (photo M. Ouerfelli).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search