Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Pour une approche biographique de l’entreprise rurale au Moyen Âge

Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 C. Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises au Moyen Âge ? », S. Cavacciochi (éd.), Dove (...)

1Les entreprises médiévales, en particulier les plus petites d’entre elles, demeurent méconnues des médiévistes. Je ne m’attarderai pas sur ce constat qu’il convient néanmoins de tempérer en rappelant combien l’historiographie récente a enregistré la diversité des cellules de production en milieu rural et s’est ouverte à l’entreprise dans le domaine de l’industrie1. Dans ce contexte renouvelé, je souhaite proposer une voie d’accès à l’entreprise rurale par la reconstitution de biographies d’entrepreneurs. Cet exercice n’est pas une fin en soi mais un moyen, une démarche pour accéder à une meilleure connaissance de l’entreprise et de l’entrepreneur des campagnes, la biographie s’inscrivant dans la reconstitution de réseaux qui dépassent d’ailleurs le clivage ville-campagne. Autrement dit, je conçois la biographie comme un outil, parfois le seul dont l’historien dispose lorsqu’il s’agit d’approcher une forme spécifique de l’entreprise, celle qui me retiendra ici : l’entreprise des bourgs médiévaux. Pour mieux en saisir l’originalité, il convient de rappeler les différents types d’entreprises que les campagnes médiévales ont abritées dans les secteurs de l’industrie et de l’artisanat, pour aboutir, dans un second temps, à la biographie comme méthode d’investigation. Celle-ci sera illustrée par deux études de cas, c’est-à-dire par deux vies d’entrepreneurs qui donneront de la chair à cette enquête.

De la diversité des entreprises rurales dans le domaine de l’industrie

  • 2 Pour la bibliographie correspondant à chacun des cas cités infra se reporter à C. Verna, « Quelles (...)

2La notion d’entreprise est encore abordée avec méfiance par les médiévistes et son usage est traditionnellement réduit aux grandes entreprises internationales, commerciales et d’implantation urbaine. Il convient donc de poser comme condition préalable à notre enquête que l’entreprise peut également être rurale, industrielle et d’envergure plus réduite tant du point de vue de sa main-d’œuvre, de son financement que de ses marchés. Il apparaît à présent que les entreprises des campagnes médiévales étaient ouvertes aux échanges quelle que soit l’échelle considérée et pouvaient avoir clairement pour objectif la recherche du profit. Ce cadre une fois défini, il devient possible d’examiner la palette d’entreprises rurales enregistrée par l’historiographie récente. Un rapide bilan permet de distinguer les cas les plus couramment traités. J’en rappellerai rapidement les catégories principales en m’attachant uniquement à celle correspondant à ma démonstration2.

  • 3 À propos de la distinction entre industrie et artisanat des campagnes et de l’imbrication des cell (...)

3À une extrémité du spectre, la situation la plus étudiée est celle correspondant au Verlagssystem. Dans ce cas, l’entreprise rurale, quelles que soient sa production, sa spécificité technique et son envergure économique et financière, répond à un commandement urbain auquel elle offre un service de production. Elle est en position de sous-traitance, n’ayant la maîtrise ni du marché, ni même de ses approvisionnements. Elle est, en outre, soumise à une obligation de production et au contrôle de cette production par les commanditaires urbains. Je ne m’attarderai pas sur ce cas pour lequel on dispose d’exemples nombreux et bien identifiés, en particulier dans les secteurs textile et métallurgique. À l’autre extrémité du spectre, il convient de garder bien présent l’atelier artisanal même s’il demeure à la périphérie de notre étude, puisque sa définition même le place en dehors de l’industrie dont il se distingue par la spécificité du marché local auquel il répond. Il est cependant une des formes très présentes de l’entreprise rurale et nous savons combien les catégories habilement définies par les historiens ne sont pas étanches3. Il faudrait ajouter à ces deux catégories, trois autres types d’entreprises rurales, toujours dans le domaine industriel.

  • 4 Par exemple, D. Stone, Decision-making in medieval agriculture, Oxford, 2005.

4Tout d’abord, les entreprises que, faute de mieux, je qualifierais de seigneuriales, c’est-à-dire inscrites dans les cadres économiques et juridiques de la seigneurie rurale, tant du point de vue de l’espace que du financement. Il apparaît que certains domaines gérés en faire-valoir direct, selon des objectifs de rentabilité, constituent une des formes de l’entreprise rurale. La démonstration en a été faite assez récemment dans le secteur de la production agricole4. Dans le domaine de l’industrie, le cas cistercien doit retenir notre attention. Dans la masse d’une documentation que les Cisterciens ont classée et conservée avec attention et pragmatisme, l’historien peut extraire les éléments de l’entreprise, en particulier à partir de l’examen de certaines granges. Rappelons que la production des granges est orientée vers la vente : qu’il s’agisse de fer, de houille, de verre, entre autres, les granges produisent pour le marché et selon un objectif qui vise à l’augmentation des profits, profits largement réinvestis dans les outils de production. Toutes ces caractéristiques font qu’au moins jusqu’au XIVe siècle, un temps où le mode de gestion cistercien rejoint le lot commun de la rente et du fermage, certaines abbayes cisterciennes offrent une des formes de l’entreprise médiévale. Il faudrait ajouter dans la catégorie des entreprises seigneuriales, un autre type d’entreprise qui relève de la ruralité du seul fait de la spécificité de sa production et de son ancrage spatial. Je pense, en particulier, aux entreprises minières qu’elles soient princières ou royales : mines de Pampailly, salines de Salins, pour ne retenir que deux exemples bien connus. Commandement, financement, marchés sont extérieurs à la campagne où l’entreprise est implantée ; seule une partie de la main-d’œuvre recrutée est locale.

  • 5 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1977, vol. 2, (...)
  • 6 Dans le cadre de ce court article, il m’est impossible de présenter en détail la relation organiqu (...)

5Un quatrième et dernier type d’entreprise occupe une place majeure dans l’économie rurale même s’il demeure en demi-teinte dans l’historiographie récente. Georges Duby en soulignait pourtant l’importance, dès 1962. À cette date, il insistait davantage sur sa dimension commerciale qu’industrielle5. C’est sur cette catégorie d’entreprises que j’insisterai dorénavant en commençant par énoncer ses caractéristiques. Ces entreprises sont gérées par des notables ruraux, le plus souvent dans le cadre du bourg, sur la spécificité duquel je ne peux m’attarder mais qui est un point d’ancrage adapté à l’industrie auquel il offre le marché mais aussi, nous allons le voir, le financement dont elle a besoin6. La spécificité de ce type d’entreprise tient à sa moyenne envergure, associée à sa capacité d’autonomie, tant du point de vue des financements que de l’accès au marché et même parfois à sa position originale dans le domaine des savoirs techniques, en prise avec le recrutement d’une main-d’œuvre immigrée.

  • 7 J.-P. Sosson, « L’entrepreneur médiéval », S. Cavaciocchi (éd.), Impresa, industria, commercio, ba (...)

6Dans une synthèse proposée au colloque de Prato en 1990, Jean-Pierre Sosson désignait cette forme d’entreprise du nom de « petite entreprise7 ». C’est ainsi que je l’intitulerai désormais, faute de mieux et par commodité. Il notait, à la suite d’autres historiens, que le « petit entrepreneur » pouvait être approché de plus près que la petite entreprise et encourageait la constitution de biographies. Plus de vingt ans après ce constat, il convient de souligner que la petite entreprise urbaine est à présent mieux cernée. On en dégage les spécificités par un croisement des sources qui a pris ses distances avec la référence trop exclusive aux règlements de métiers et aux entreprises d’exception que sont, par exemple, celles associées aux grands chantiers urbains. Dans les campagnes, l’enquête est moins avancée, non par désintérêt mais davantage par défaut de sources. Si cette forme d’entreprise est repérée pour sa position marquante dans des réseaux de production et d’échanges, en particulier dans des districts industriels, les modalités de l’organisation du travail et les modes de financement, sans parler de la dimension qualitative des produits, demeurent imprécis, sinon inconnus. Pourtant, dans certains cas, les sources notariées offrent à cette enquête un accès indirect. J’en ai fait l’expérience avec les sources catalanes et particulièrement avec celles du bourg d’Arles-sur-Tech (Vallespir) conservées pour les XIVe et XVe siècles, il est vrai d’une qualité exceptionnelle. Ces sources m’ont permis de dérouler le fil rouge de la biographie et d’accéder à l’entreprise, à partir d’une reconstitution partielle de la vie de l’entrepreneur.

Le fil rouge de la biographie

  • 8 Les historiens de la microstoria ont présenté leur démarche dans des ouvrages et des articles qui (...)

7Comment l’écriture d’une biographie peut-elle être un moyen de reconstituer le fonctionnement de l’entreprise ? J’avoue que mon intérêt pour la biographie n’est pas étranger à l’engouement que cette forme d’écriture de l’histoire a rencontré récemment chez les historiens. La démarche la mieux adaptée à mon enquête est incontestablement celle proposée par la micro histoire8. Rappelons que pour les micro historiens, écrire un récit de vie n’est pas un but en soi. Il est davantage un moyen d’approfondir la connaissance d’une société et, en particulier, d’en explorer les marges ou les objets inédits. Constatons, non sans une pointe d’humour que, pour les médiévistes, l’industrie et l’entreprise rurales demeurent souvent des objets inédits. En isolant des individus qu’ils qualifient de communs mais qui ne sont pas pour autant banaux, les micro historiens aiment à souligner les éléments contradictoires composant l’identité d’une personne et qui constituent le fil rouge de leur exploration de la société : des individus à la fois notables et à la marge. Or, si les sources notariées catalanes restituent la place particulière que l’entrepreneur occupe dans la société du bourg, elles permettent également d’approcher ses pratiques qui définissent les fondements de l’entreprise : le financement et les modalités de gestion, par exemple.

  • 9 Une mise au point historiographique sur l’industrie du drap à Perpignan et dans les campagnes envi (...)

8Rien de surprenant à ce que la très grande majorité des contrats enregistrés chez les notaires du Vallespir au XVe siècle relève de la reconnaissance de dettes. Or, le motif de l’endettement, la cause du prêt ne sont que très rarement spécifiés dans ce cadre normé. En particulier, le prêt pour entreprendre n’apparaît jamais comme tel. Il est pourtant possible de repérer les modalités du financement de l’entreprise en suivant les individus au fil de leurs engagements multiples quand ils les font enregistrer chez le notaire ce qui, de fait, est très courant dans les bourgs catalans. Il s’agit donc, dans un premier temps, de reconstituer des séquences de vie qui permettent d’atteindre le mode de fonctionnement de l’entreprise. Le cas de la teinturerie de la famille Dur, à Arles-sur-Tech, en offre une illustration9.

9Après la constitution de deux sociétés de parts (sociétés del Tint), qui sont l’objet de deux contrats enregistrés respectivement en 1405 et en 1407, les associés, parmi lesquels il convient de distinguer les investisseurs des entrepreneurs qui, à l’investissement dans l’entreprise, ajoutent la gestion de l’atelier et la coordination de la production – dans ce cas précis, il s’agit des deux teinturiers de la famille Dur ; les associés donc, sans pour autant préciser qu’ils viennent de former une nouvelle société de teinturerie, mais conjointement et immédiatement après la signature du contrat validant la création de cette société et pour le temps correspondant exactement à leur association initiale, empruntent, en 1405 et en 1407, des sommes variables mais toujours supérieures à 100 livres. Les conditions et les modalités précises de ces emprunts permettent de supposer que ce recours financier répond à la création de l’entreprise : il s’agit d’un prêt pour entreprendre.

  • 10 Au sujet des confréries et des hôpitaux comme organismes sociaux, consulter : M. Arnoux, « Travail (...)

10Qui sont les prêteurs ? Parfois un individu, le plus souvent un marchand ou un boucher dont l’activité est ancrée dans le bourg. Il accorde un mutuum et peut rejoindre, dans un second temps, la société en se substituant à l’un des associés initiaux. C’est le cas du boucher Guillem Torrent, en 1405. Il s’agit également de confréries et, en particulier à Arles-sur-Tech, de la confrérie qui rassemble les notables dont une partie des co-emprunteurs est membre : celle de saint Abdon et de saint Sennen. Ainsi, quand la société del Tint est renouvelée en 1407, elle obtient un soutien financier de la dite confrérie. Il apparaît ainsi que les confréries rurales ne sont pas uniquement des organismes sociaux d’aide aux démunis10. Elles sont également des organismes de prêt qui soutiennent l’activité économique de leurs membres. Dans le cas précis de la teinturerie dirigée par la famille Dur, il s’agit d’un soutien à l’industrie.

  • 11 Sur les caractéristiques de cet atelier, C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et sociét (...)
  • 12 A. Pinto et C. Verna, « Les Basques dans les forges de Catalogne : migration, culture technique et (...)

11Le repérage des individus puis, dans un second temps, le rassemblement et le traitement combiné de l’ensemble des traces de leur activité permet également d’approcher la main-d’œuvre et, en particulier, ses modalités de gestion par l’entrepreneur. Je le ferai en extrayant de la documentation un dossier qui rend compte d’une situation bien éclairée par les sources. Dans ce cas particulier, ce sont les forges qui fournissent les informations les plus originales. Dans le secteur de la sidérurgie, le Vallespir s’inscrit dans un territoire technique dominé par un type de forge hydraulique appelée « mouline11 ». Ces ateliers sont assez nombreux et l’un d’entre eux permet une étude précise de la main-d’œuvre. Il s’agit de la mouline de Léca, localisée à proximité du bourg d’Arles-sur-Tech. Cette forge de réduction ne bénéficie pas d’une main-d’œuvre locale mais d’une main-d’œuvre immigrée, provenant de deux grandes régions sidérurgiques : le comté de Foix (Ariège) et le Pays basque, plus particulièrement de Guipúzcoa12. La mouline de Léca n’est pas la seule dans ce cas : ce sont 173 Basques que nous pouvons ainsi dénombrer tout au long du XVe siècle à partir des contrats qu’ils font enregistrer chez les notaires catalans. La grande majorité d’entre eux travaille dans les forges localisées sur les versants du mont Canigou (dans le Vallespir et dans le Conflent).

  • 13 Je remercie Olivier Codina pour cette information.

12Parmi ces contrats figurent les baux d’amodiation des moulines. Ils sont fondés sur le partage des charges entre un ou deux amodiataires et le propriétaire, qui dispose de la majorité des parts selon un bail conclu généralement pour un an. À Léca, le détenteur de la forge assure l’approvisionnement en minerai et en bois, la réparation des machines les plus sophistiquées et coûteuses, souvent la soufflerie hydraulique, et opère également des avances aux preneurs dans le cadre de la bistractio, un prêt sans intérêt concédé pour relancer l’atelier en début de bail et dont la pratique perdure en Andorre jusqu’au XVIIIe siècle13. Le propriétaire n’est pas qu’un investisseur, il coordonne l’activité de la forge dont il est également l’entrepreneur. On le voit ainsi, au coude à coude avec les amodiataires, gérer les violents conflits de travail entre les membres basques et ariégeois de l’équipe, une dizaine d’hommes rassemblés autour du bas fourneau.

13La durée du bail (un an) s’adapte au rythme de la main-d’œuvre immigrée qui ne s’installe pas en Catalogne. Certains Basques réapparaissent néanmoins dans les dossiers des notaires, régulièrement, souvent sous la pression de leur endettement qui les pousse en dehors de leur région d’origine et les poursuit jusqu’en Vallespir. Les sources notariées permettent de repérer leurs allers-retours pendant une période d’une dizaine d’années à plus de 30 ans. L’installation se prépare. Ainsi, la mouline de Léca qui dispose d’un équipement technique innovant du fait de sa soufflerie hydraulique est retenue à l’avance. Les futurs amodiataires basques désignent des procurateurs, des Basques présents en Vallespir, pour établir le contrat avec le bailleur avant même l’arrivée de l’équipe qui réunit forgeurs, mineurs et muletiers. De véritables réseaux de travail peuvent être ainsi reconstitués. À l’équipe de travail sont souvent associés des sous-traitants de la même origine, en particulier dans le domaine du charbonnage. De petites entreprises, regroupant de trois à quatre individus, établissent un contrat avec les amodiataires de la mouline ou avec son propriétaire. Dans le cas de Léca, il s’agit d’Urbà Aygabella. Telles qu’elles ont pu être reconstituées à partir des registres notariés, la vie d’Urbà et celle de son ami et associé, Pere Comelles, donnent ainsi corps à la place de l’entrepreneur dans les campagnes médiévales.

Urbà Aygabella et Pere Comelles, deux entrepreneurs des campagnes catalanes

14Dans le cadre de ce court article, je ne souhaite pas dérouler les vies des deux hommes mais, à partir de la reconstitution de leurs biographies, restituer les éléments saillants propres à une connaissance de l’entrepreneur rural et de son entreprise. Comme il apparaît clairement à partir d’autre cas extraits de la documentation notariée, l’entrepreneur des bourgs du Vallespir n’est pas uniquement un investisseur ; du moins, s’il détient systématiquement des capitaux dans une ou des entreprises, son activité se caractérise par son travail dans un atelier qu’il gère au quotidien. Il convient donc d’explorer cet aspect, celui du travail de l’entrepreneur, et de le combiner à ses autres activités.

  • 14 C. Verna, « Être expert minier (Catalogne, Vallespir, XIVe et XVe siècles) », L. Feller et A. Rodr (...)

15Urbà Aygabella et Pere Comelles conjuguent leur action dans le secteur de la métallurgie. Urbà, très présent dans sa mouline de Léca, retrouve son compagnon Pere Comelles dans la mine d’argent de Montbolo (à proximité d’Arles-sur-Tech) qu’ils exploitent conjointement. C’est d’ailleurs leurs compétences éprouvées dans le domaine des minerais polymétalliques qui expliquent que les deux hommes soient désignés comme experts par la reine d’Aragon qui leur enjoint d’accompagner un de ses fidèles dans l’aventure minière qui caractérise le comté de Roussillon, au cours du XVe siècle14.

16Dans les actes notariés, l’entrepreneur ne profite pas d’une désignation particulière, et la profession qu’il déclare l’associe à une catégorie ou bien à des catégories qui relèvent de la traditionnelle nomenclature des métiers. Urbà Aygabelle est désigné comme apothicaire ; Pere Comelles comme pareur, boucher, puis marchand. Cette situation n’est pas originale en soit. Je la rappelle simplement pour souligner l’inadéquation entre une grille des professions énoncées et les activités enregistrées à partir des mêmes sources notariées, et la prudence dont il convient de faire preuve pour aborder l’identification des activités professionnelles. Le cas est probant pour Urbà Aygabella : aucun des actes qui le mentionnent n’est associé à son activité déclarée et officielle d’apothicaire. L’énoncé des catégories professionnelles n’est pas un calque de la réalité, il relève des constructions sociales qui ne restituent qu’un pan de la dimension économique de l’industrie et ignore l’entreprise. C’est du rassemblement des sources et de leur patient dépouillement qu’émerge parfois l’entrepreneur rural.

  • 15 Sur les différents cercles de la notabilité de bourg, à partir du cas d’Arles-sur-Tech, consulter (...)

17Sur Pere Comelles, je dispose de 154 actes échelonnés de 1405 à 1448, auxquels s’ajoutent tous ceux concernant les 310 individus qui composent son réseau et qui enrichissent la reconstitution de sa biographie. Pour Urbà Aygabella, les données chiffrées sont respectivement de 129 actes, rédigés entre 1402 à 1446, pour un réseau de 338 personnes. À la lecture de la documentation, il apparaît clairement que les deux hommes font partie de la notabilité, mais demeurent néanmoins à la périphérie du groupe dirigeant. Leur place dans la communauté et la qualité de leurs réseaux offrent, en effet, une tonalité particulière. Ils disposent des marqueurs de la notabilité, mais ils sont également différents des individus dont l’action, tant politique qu’économique, domine incontestablement le bourg. Cette remarque mérite un examen attentif15.

  • 16 C. Verna, « Être expert minier… ».

18Reprenons les marqueurs. J’ai décidé d’en isoler deux : d’abord, la participation aux charges communales et à la gestion de la communauté, parfois par délégation de l’autorité seigneuriale ; ensuite, l’adhésion à la confrérie de saint Abdon et de saint Sennen, dont j’ai déjà souligné l’importance dans le cadre du financement des entreprises. Pendant les 43 ans durant lesquels il est possible de le suivre, Pere Comelles n’est ni syndic, ni consul mais ses frères le sont. Lui-même dispose d’autres fonctions : il est bayle (de l’abbaye Sainte-Marie, seigneur d’Arles) et subvicaire du Vallespir, par délégation du pouvoir royal. Urbà est syndic, il l’est même plusieurs fois, tout comme d’autres membres de sa famille, en particulier son oncle. Si l’on se réfère à présent à leur adhésion à la confrérie, Pere en est membre ; Urbà ne semble pas l’être, du moins n’apparaît-il pas comme tel dans une documentation qui malgré sa richesse n’est pas exhaustive. Première remarque : leur place dans la gestion du bourg n’est pas à la mesure de celle d’autres individus, membres comme eux de la notabilité locale. L’exemple le plus probant est celui de Pere Noelli, marchand, syndic, clavaire, bayle, membre de la confrérie de saint Abdon et de saint Sennen et chef d’une nombreuse famille. Une de leur différence relève de la qualité de leur réseau. Il est à la fois aussi large que celui des plus notables parmi les notables et plus diversifié également. Il s’ouvre, en particulier, aux individus avec qui Urbà et Pere travaillent dans leurs entreprises et qui sont de catégories sociales plus modestes ou sont même étrangers. Il dépasse également les limites du bourg. Ainsi, les contacts de Pere Comelles atteignent le sud de la Catalogne, la plaine du Roussillon vers le nord et la ville de Perpignan, la capitale, c’est-à-dire la cour, du fait de l’extraction de l’argent qui l’associe à la Couronne16, mais aussi des placements financiers et de l’inscription de la famille dans la cité. Un fils de Pere est chanoine, un autre notaire royal, un autre encore a épousé la fille d’un marchand de Perpignan avec lequel Pere fait régulièrement des affaires. Il y aurait une enquête à poursuivre car les réseaux urbains peuvent ouvrir à une forme de financement de l’industrie qu’il conviendrait de reconstituer à présent à partir de la ville : des financements qui ne relèvent pas du contrôle de l’industrie rurale par le marchand urbain mais de la capacité d’entrepreneurs ruraux à diversifier leurs interlocuteurs et à obtenir, par leur réseau, des financements qui peuvent être d’origine urbaine mais n’induisent pas forcément le contrôle urbain.

***

  • 17 H. Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée, Paris, 1982.

19Au titre du dynamisme de ces entrepreneurs ruraux, il faudrait ajouter quelques mots sur le rapport qu’ils entretiennent avec l’innovation technique. Est-ce dû aux hasards de la documentation et aux prélèvements forcément réduits propres à la démarche biographique, mais les deux entreprises d’Urbà et de Pere sont caractérisées par leurs nouveautés techniques : d’une part, la soufflerie hydraulique installée dans la mouline de Léca au début des années 1400 et, d’autre part, l’implantation, à proximité de la mine d’argent de Montbolo, d’un atelier de traitement adapté à la polyvalence des minerais argentifères (plomb et cuivre) et qui procède des tâtonnements techniques dans le domaine de la métallurgie du cuivre caractéristiques du XVe siècle. Il n’est pas inutile de souligner la part de savoir que ces expériences supposent. Urbà Aygabella, au titre de ses intérêts pour l’industrie, investit son temps, son dynamisme et son argent exclusivement dans le domaine de la métallurgie. Sa formation et sa pratique d’apothicaire, en particulier sa connaissance des roches – sulfate de fer (couperose), sulfate de cuivre (vitriol) –, ont sans doute enrichi et consolidé son expérience dans le domaine de l’industrie. Apothicaire, expert minier et métallurgiste, il dispose, à l’échelle du bourg d’Arles, d’une capacité à combiner les activités et à transférer son savoir et ses compétences qui le place au rang des entrepreneurs de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance17.

Notes

1 C. Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises au Moyen Âge ? », S. Cavacciochi (éd.), Dove va la storia economica secc. XIII-XVIII, Florence, 2011, p. 6-37.

2 Pour la bibliographie correspondant à chacun des cas cités infra se reporter à C. Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises… ».

3 À propos de la distinction entre industrie et artisanat des campagnes et de l’imbrication des cellules de production et des marchés dans le cadre du verlagssystem, des exemples dans : C. Verna, « Forgerons de village : quelques témoignages béarnais des XIVe et XVe siècles », M. Mousnier (éd.), L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2000, p. 219-238. Artisanat et industrie correspondent bien à deux niveaux de production et à deux niveaux de marché ; cependant, les unités de production (les ateliers) et les hommes qui y travaillent participent souvent de l’activité conjointe ou/et combinée des deux secteurs. Ainsi, les forgerons béarnais répondent, tout à la fois, à une demande locale et à des commandes de marchands qui organisent le commerce régional de produits à forte valeur ajoutée : lames pour scieurs de long et faux.

4 Par exemple, D. Stone, Decision-making in medieval agriculture, Oxford, 2005.

5 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1977, vol. 2, p. 253-255.

6 Dans le cadre de ce court article, il m’est impossible de présenter en détail la relation organique établie entre bourg et industrie. Rappelons rapidement que l’industrie suppose l’exportation, proche ou lointaine, pour écouler ses produits et pour recevoir matières premières et main-d’œuvre. Elle est donc un des indispensables moteurs de la fonction d’échange et de redistribution attribuée communément aux bourgs ; consulter C. Verna, L’industrie au village (Arles-sur-Tech, XIVe et XVe siècles). Essai de micro-histoire, HDR, Paris I, 2008, p. 19-28 [Bourgs et industrie], en cours de publication aux PUF.

7 J.-P. Sosson, « L’entrepreneur médiéval », S. Cavaciocchi (éd.), Impresa, industria, commercio, banca secc. XIII-XVIII, Florence, 1991, p. 275-293.

8 Les historiens de la microstoria ont présenté leur démarche dans des ouvrages et des articles qui font désormais référence, en particulier G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989 ; C. Ginzburg, « Signes, traces, piste. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980, p. 3-44. Elle est également clairement établie dans J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996. Une précision méthodologique à propos de la distinction entre microstoria et d’autres formes de micro-histoire, P.-A. Rosental, « Qu’est-ce qu’une ressource locale ? Homéostasie et micro-analyse en histoire sociales », Revue de synthèse. Objets d’échelles, 2011, p. 71-91. Sur les rapports entre microstoria et biographie, G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 1989, p. 1325-1336.

9 Une mise au point historiographique sur l’industrie du drap à Perpignan et dans les campagnes environnantes dans : A. Pinto, « Perpignan, un grand centre drapant méditerranéen (XIIIe-XVe siècle) : état de l’historiographie », La fibre catalane. Industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Perpignan, 2005, p. 13-37.

10 Au sujet des confréries et des hôpitaux comme organismes sociaux, consulter : M. Arnoux, « Travail, redistribution et construction des espaces économiques (XIe-XVe siècle) », Revue de synthèse, 2006, p. 290-291. Pour la Catalogne, M. Aventin, « Le rôle du marché dans la structuration de l’habitat catalan au Bas Moyen Âge : l’exemple du Vallès oriental », M. Berthe et B. Cursente (éd.), Villages pyrénéens. Morphogénèse d’un habitat de montagne, Toulouse, 2001, p. 279-281.

11 Sur les caractéristiques de cet atelier, C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe siècle), Paris, 2001.

12 A. Pinto et C. Verna, « Les Basques dans les forges de Catalogne : migration, culture technique et industrie rurale (XVe-XVIe siècle) », C. Maitte et al. (dir.), Entreprises en mouvement. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversité culturelles dans le monde (XVe-XXe siècle), Valenciennes, 2009, p. 31-47.

13 Je remercie Olivier Codina pour cette information.

14 C. Verna, « Être expert minier (Catalogne, Vallespir, XIVe et XVe siècles) », L. Feller et A. Rodriguez (éd.), Expertise et valeur des choses, à paraître à la Casa de Velázquez.

15 Sur les différents cercles de la notabilité de bourg, à partir du cas d’Arles-sur-Tech, consulter C. Verna, « Élites rurales, industries et fortune », Élites rurales méditerranéennes, Mélanges de l’École française de Rome, à paraître.

16 C. Verna, « Être expert minier… ».

17 H. Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée, Paris, 1982.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540