Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

L’industrie rurale en Angleterre des années 1200 à 1550 : géographie, sociologie et organisation de la production et des marchés

Christopher Dyer

Texte intégral

1À la fin du Moyen Âge, de nombreuses activités non agricoles contribuaient à fournir de l’emploi à une grande partie de la population anglaise. Les pages qui suivent voudraient examiner les questions qui se posent à leur sujet. En premier lieu, où étaient situées les industries et qu’est-ce que la répartition de la production nous révèle sur la nature de l’industrie ? Par ailleurs, qui étaient les travailleurs de ces industries ? Troisièmement, comment ces industries étaient-elles organisées et quels rôles y jouaient intermédiaires et entrepreneurs ? Enfin, comment les produits industriels étaient-ils distribués ? Qui les achetait et les consommait ? Les réponses à ces questions nous permettront de mesurer l’importance de l’industrie rurale en matière économique et sociale.

  • 1 M.M. Postan, « The trade of medieval Europe : the North », et E.M. Carus-Wilson, « The woollen ind (...)

2L’industrie rurale de l’Angleterre médiévale, il est vrai, est principalement connue pour deux de ses productions en particulier, deux produits des campagnes qui constituaient une part importante du commerce d’exportation. L’étain, en effet, était depuis longtemps extrait et fondu dans les grandes landes de la Cornouailles et du Devon, et la plus grande partie du métal produit était exportée vers le continent. Au Moyen Âge, par ailleurs, la fabrication des tissus de laine fut délocalisée des villes vers les campagnes également, et se développa jusqu’à devenir, au XVe siècle, un pilier du grand commerce de l’Europe occidentale1.

  • 2 J. Backhouse, The Luttrell Psalter, London, 1989, p. 22-30 ; M. Camille, « Labouring for the lord  (...)
  • 3 C. Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages : Social Change in England, c. 1200-1520, Ca (...)
  • 4 C. Dyer, An age of transition ? Economy and Society in England in the later Middle Ages, Oxford, 2 (...)

3Dans l’ensemble, cependant, les produits manufacturés étaient largement destinés à la consommation anglaise, pour satisfaire aux besoins de tous les groupes sociaux, paysans et salariés y compris. De fait, il a beaucoup été dit que la majorité des tissus étaient fabriqués pour le marché local, et l’on a supposé également que les nombreux forgerons, charpentiers et cordonniers disséminés dans les villages vendaient leurs productions et leurs services aux environs immédiats de leur résidence. Il ne semble pas, toutefois, que l’on ait prêté une attention suffisante à ces métiers et ces commerces qui ont pourtant donné de l’emploi à des milliers d’hommes et de femmes, qui ont satisfait les besoins de consommation d’une large partie de la société et qui, dans leur ensemble, ont apporté une contribution considérable à l’économie rurale. L’industrie est ici entendue au sens large, et comprend, par exemple, les métiers liés à la production de nourriture et de boisson, car un brasseur transformait des produits agricoles pour en faire un produit vendable, de la même manière qu’un fabricant de tissu ou de chaussures. Il faut, au demeurant, écarter l’idée fausse et largement répandue selon laquelle l’autosuffisance des paysans supposait aussi la « fabrication maison » des vêtements, des chaussures, des outils, et la construction des bâtiments sans l’aide de professionnels. Il y a, en effet, très peu d’éléments pour étayer l’idée que les paysans se contentaient de vêtements filés de leurs propres mains et de maisons qu’ils construisaient eux-mêmes ; au contraire, les preuves sont plus nombreuses qui plaident en sens inverse. En ce qui concerne la fabrication des vêtements, par exemple, des illustrations contemporaines (qui n’étaient certes pas sans intentions, mais qui n’avaient aucune raison d’idéaliser cet aspect de leur sujet) montrent des paysans plutôt bien habillés et portant même des vêtements à la mode2. Des contrats de maintenance, par lesquels de jeunes ménages de paysans consentaient à entretenir des personnes âgées (en leur assurant un même train de vie), stipulent que ces personnes devaient recevoir chaque année un nouveau vêtement coûtant en général trois sous, ou que le tissu leur en serait fourni à un prix établi – autrement dit, le tissu ou les vêtements étaient achetés, et non fabriqués à la maison3. En outre, il faut bien supposer que les paysans portaient régulièrement des vêtements fabriqués par des artisans si l’on veut expliquer que toutes les petites villes comptaient au moins un tailleur, et qu’il en était encore beaucoup d’autres dispersés dans les campagnes. De fait, il y avait plus de tailleurs que de travailleurs dans tout autre secteur artisanal, en dehors des métiers de l’alimentation et de la boisson – ils étaient même plus nombreux que les forgerons et les charpentiers, pourtant omniprésents. On sait, par ailleurs, que les riches achetaient leurs vêtements à Londres ou dans les grandes villes du royaume, abandonnant donc les tailleurs ruraux à une clientèle de classe inférieure4.

Les zones de production

  • 5 J. Thirsk (dir.), The Agrarian History of England and Wales, t. 4, 1500-1640, Cambridge, 1967, p.  (...)
  • 6 R.H. Hilton (dir.), The Stoneleigh Leger Book, Dugdale Society, 1960, p. XLI ; T. John, « Populati (...)

4Beaucoup d’industries étaient situées dans les régions boisées et les hautes terres de l’ouest, du nord et du sud-est de l’Angleterre. Classiquement, on explique cette répartition en soulignant que l’agriculture de ces régions, quand elle n’était pas tout simplement impossible, ne pouvait fournir que de faibles rendements, et que l’élevage était donc privilégié5. La population de ces pays était composée de nombreux cottagers et de petits tenanciers disposant de faibles surfaces de terres cultivables, parfois issues de petits essartages. Ainsi, dans la grande forêt d’Arden, dans le comté de Warwick, 62 % des tenanciers du manoir de Stoneleigh disposaient, en 1280, de tenures inférieures à 7 acres (3 ha) ; en 1392, alors même que la population avait notablement décru depuis la Peste noire, 46 % des exploitations relevaient encore de cette catégorie de petites tenures. À titre de comparaison, en dehors des zones boisées, dans les villages céréaliers du sud du Warwickshire, moins d’un tiers des exploitations étaient d’une taille aussi réduite6. Or, les populations qui ne bénéficiaient que de faibles revenus agricoles avaient nécessairement besoin de revenus supplémentaires, et si elles possédaient des animaux, elles n’avaient pas besoin de travailler aussi intensivement que les cultivateurs et disposaient donc de temps à consacrer à une activité artisanale.

  • 7 B. Campbell, K. Bartley, England on the Eve of the Black Death. An Atlas of Lay Lordship, Land and (...)
  • 8 J.R. Birrell, « Peasant craftsmen in the medieval forest », Agricultural History Review, 1969, p.  (...)

5Dans ces régions boisées et vallonnées, les contraintes institutionnelles étaient peu nombreuses. Les seigneurs, qui ne pouvaient espérer de grands profits de l’exploitation directe ou de la location de ces sols pauvres, étaient soucieux de profiter autant qu’ils le pouvaient des activités industrielles ; ils s’appliquaient donc à édifier des moulins à foulon, à permettre le forage de l’argile ou la récolte de combustibles dès lors qu’ils encaissaient les redevances versées pour prix de leurs concessions7. Beaucoup de tenanciers n’étaient que légèrement taxés par leurs seigneurs, et les tenures libres étaient chose habituelle dans les régions boisées. Les essarts, par exemple, étaient tenus pour un cens plutôt modique. La législation forestière aurait pu être une contrainte, mais dans la pratique, les règlements étaient appliqués inégalement et de manière incohérente, et généralement, le versement d’une somme d’argent suffisait à obtenir l’autorisation d’extraire du charbon ou de forger le fer. Les seigneurs sont parfois crédités de l’organisation et de la promotion de la croissance industrielle, pourtant, leur rôle principal ne fut guère que de permettre à leurs subordonnés de prendre des initiatives. Celles-ci, en effet, avaient tendance à venir « d’en bas8 ». C’est à juste titre que les forêts royales sont perçues comme des centres d’activités artisanales, mais il conviendrait sans doute de les considérer comme des zones industrielles, comme des pépinières d’entreprises, plutôt que de les voir comme des lieux soumis à l’oppression d’une administration tatillonne. Dans les bois en particulier, les matières premières et les combustibles étaient abondants, et à proximité des collines, les cours d’eau importants pouvaient fournir de l’énergie aux moulins. Ces zones, du reste, n’étaient pas forcément d’un accès malaisé et les forêts pouvaient même être desservies par une voie d’eau opportune ; c’était le cas, par exemple, de la forêt de Dean, dans l’ouest du Gloucestershire, à partir de laquelle le fer, le charbon, le bois et d’autres produits forestiers pouvaient être transportés par bateau, en suivant le cours de la Severn, vers des villes comme Bristol, Gloucester et Worcester. On ajoutera, enfin, que les populations qui vivaient dans les terroirs marginaux d’une agriculture à dominante pastorale avaient forcément des liens étroits avec les marchés, car elles devaient écouler les surplus commercialisables de l’élevage (fromage, peaux, laine) et avaient régulièrement besoin d’acheter les céréales essentielles – elles ne pouvaient pas pratiquer l’idéal d’autosuffisance alimentaire des terroirs céréaliers ou d’agriculture mixte. Elles étaient, par conséquent, plus conscientes des bénéfices qui pouvaient être obtenus de l’extraction de minéraux ou de la fabrication d’articles à vendre, et avaient beaucoup d’expérience des techniques de commercialisation et de la mobilisation de capitaux.

  • 9 B. Campbell, K. Bartley, England on the Eve…, carte 18.10.
  • 10 H.E. Hallam (dir.), The Agrarian History of England and Wales, t. 2, 1042-1350, Cambridge, 1988, p (...)

6Même si une forte proportion de la population des hautes terres et des zones forestières était employée dans l’industrie, on pourrait faire remarquer que celles-ci étaient faiblement peuplées et qu’en définitive, cela ne concernait donc pas grand monde. Ce n’est pas tout à fait exact. Vers 1300, en effet, il y avait dans le nord et l’ouest du pays des zones où la densité de la population était moyenne plutôt que véritablement faible. Le North Devon, par exemple, était aussi peuplé que l’est du Yorkshire9. Plus important encore, l’activité industrielle était très développée dans l’est de l’Angleterre, où la population était élevée et les petits exploitants nombreux : dans les nombreux manoirs du Norfolk, du Suffolk et de l’Essex, la majorité des paysans possédaient 5 acres de terre (2 ha) ou moins10. Ces populations avaient besoin de revenus supplémentaires provenant de l’artisanat : ici, le travail industriel ne se limitait pas à combler les périodes creuses de l’année agricole. Vers 1300, les familles ne pouvaient se nourrir que si tous leurs membres contribuaient au revenu du ménage, que si les femmes et les enfants étaient employés au filage, à la préparation de la laine et des fibres de lin, aux travaux de manœuvres sur les chantiers. Pour les employeurs et les entrepreneurs, ces travailleurs acceptant des salaires très bas étaient fort bienvenus.

  • 11 G. Foard, « Medieval woodland, agriculture and industry in Rockingham Forest, Northamptonshire », (...)
  • 12 M. Kowaleski a présenté une communication sur la société maritime d’Essex dans une contribution in (...)

7Loin des landes et des bois, l’industrie a également prospéré dans des endroits bien particuliers, tels que les couloirs de peuplement dense des étroites vallées fluviales du Wiltshire, et notamment dans les villages de la vallée de la Wylye où la fabrication de tissus et d’autres artisanats étaient localisés. De grandes zones boisées y occupaient le terroir au milieu des gros villages qui s’entassaient à proximité : c’était le cas, par exemple, de la forêt de Rockingham, dans le comté de Northampton, où le charbonnage, le travail du fer et la poterie étaient des industries majeures11. Les districts côtiers, le bord méridional de l’Essex, par exemple, le long de l’estuaire de la Tamise, et le nord du Kent qui lui fait face, étaient habités par des sauniers, des pêcheurs et des marins qui construisaient leurs navires et produisaient leur propre matériel12.

  • 13 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », Jardins et vergers en Europe Occidenta (...)
  • 14 M.R. McCarthy, C. M. Brooks, Medieval Pottery in Britain AD 900-1600, Leicester, 1988, p. 48.
  • 15 W.R. Childs, « Timber for cloth : changing commodities in Anglo-Baltic trade in the fourteenth cen (...)
  • 16 J. Hatcher, The History of the British Coal Industry, t. 1, Cambridge, 1993, p. 72-77 ; D. Andrews (...)

8Dans le sud et l’est de l’Angleterre, ainsi que dans les Midlands, une grande partie de la terre était réservée à la culture des céréales, de sorte que ne s’y trouvaient pas de réserves de matières premières et de combustibles comparables à celles qui se rencontraient dans les régions boisées. Il y restait, cependant, un peu de place pour les cultures industrielles, et l’industrie linière d’East Anglia, par exemple, était approvisionnée par de nombreux hectares de lin et de chanvre. Dans les parcelles de jardin, on cultivait des plantes tinctoriales comme la garance utilisée dans la filière textile de la laine13. Et en lisière des marais, dans l’est de l’Angleterre, la tourbe était extraite pour servir de combustible à la fabrication de poteries14. Dans une société commercialement développée, toutes les matières premières n’ont pas à être achetées localement, et nous constatons effectivement que l’industrie du drap d’Essex et de Suffolk obtenait sa laine de la région des East Midlands. Le bois, les mâts des navires et les arcs étaient importés de la Baltique ; les fibres et les tissus de lin venaient des Pays-Bas15. Du XIIIe au XVIe siècle, des quantités croissantes de charbon furent transportées par bateau depuis les mines du nord-est, et par voies terrestres depuis l’ouest du Yorkshire et du Staffordshire. Elles étaient utilisées dans des procédés industriels tels que la forge, la production de chaux vive ou de sel16.

9L’industrie n’était donc pas limitée aux régions où la population était en sous-nombre et où les matières premières et le bois de chauffage se trouvaient en abondance. Une grande partie de la population de l’est et du centre de l’Angleterre était impliquée dans la production industrielle.

Les travailleurs

  • 17 C. Fenwick (dir.), The Poll Taxes of 1377, 1379 and 1381, Oxford, 1998-2005.

10Qui étaient les travailleurs du secteur industriel ? À partir des listes fiscales qui mentionnent certaines professions (en particulier les poll taxes de 1379 et 1381, et l’enquête militaire de 1522), il est possible de faire le compte des personnes enregistrées comme tisserands, forgerons, tanneurs ou maçons – d’autres indications pouvant être livrées par les noms des personnes ou par des dossiers juridiques. La nature des informations que l’on peut extraire des listes de la poll tax de 1381 est présentée ci-après dans les tableaux 1 et 2 qui analysent des échantillons de villages pris dans cinq districts administratifs (hundreds ou wapentakes) de différents comtés17. Ces rôles devaient enregistrer tous ceux qui, ayant quinze ans et plus, devaient en principe verser 12 deniers – les communautés étant, par ailleurs, encouragées à répartir les charges, de sorte que le riche paye 2 sous, et le pauvre serviteur, 6 deniers seulement. La fraude était fréquente, mais ce n’est pas le principal problème pour notre étude. La gêne provient plutôt de ce que ces listes de contribuables ne peuvent être considérées comme des recensements de métiers : le fait de décrire quelqu’un comme un tailleur, un paysan (cultor) ou un manœuvrier relevait, en effet, de l’appréciation subjective des collecteurs d’impôts. Ces registres ne peuvent dès lors fournir qu’une indication imprécise sur la distribution des métiers industriels, et une approximation de l’importance des différentes spécialités. Il faut veiller, cependant, à ne pas en déduire des pourcentages. Quatre-vingt-neuf artisans, par exemple, figurent parmi les 674 personnes imposées dans notre échantillon du Wiltshire, ce qui suggère un taux de 13 % de la population impliquée dans les métiers de l’industrie. Or, les mentions de professions n’étaient signalées que pour les chefs de ménage, alors que bon nombre des 674 contribuables étaient des épouses, des fils, des filles et des servantes qui n’ont jamais été identifiés par un métier, de sorte que le pourcentage de travailleurs de l’industrie était probablement deux ou trois fois plus élevé que le chiffre de 13 % ainsi obtenu.

Tableau 1 : Les artisans signalés dans quelques villages d’après les listes de la poll tax (1381)

Comté

Hundred ou wapentake

Nombre de contribuables

Nombre d’artisans mentionnés

Derbyshire

High Peak

2 427

131

Essex

Hinkford

1 651

98

Leicestershire

Gartree

1 554

38

Staffordshire

Cuttlestone

978

42

Wiltshire

Heytesbury

674

89

Note : échantillons constitués de 20 villages pour chaque hundred ou wapentake, sauf pour High Peak, Derbyshire, où n’ont été pris en compte que 11 villages.

Tableau 2 : Les métiers mentionnés dans quelques villages d’après les listes de la poll tax (1381)

Tableau 2 : Les métiers mentionnés dans quelques villages d’après les listes de la poll tax (1381)

Note : métiers du textile : foulon, fileuse, tisserand ; métiers du vêtement : tailleur, couturière ; métiers du cuir : cordonnier, fourreur, tanneur ; métiers de l’alimentation : brasseur, boucher ; métiers du métal : forgeron ; métiers du bâtiment : charpentier, maçon, couvreur ; métiers du bois : tonnelier, scieur, charron ; autres : potier.

11Il y avait relativement peu de professions non agricoles dans le district de Gartree (Leicestershire) où les gros villages agglomérés vivaient principalement de la culture des céréales dans les vastes terroirs d’openfield. Les spécialités y étaient variées, sans prédominance d’aucun secteur. À l’inverse, dans la centaine de Heytesbury (Wiltshire), qui incluait une partie de la vallée de la Wylie, la population était beaucoup plus impliquée dans le secteur industriel, avec de forts contingents de travailleurs dans le textile et l’habillement. Les autres échantillons se situent entre ces deux extrêmes et représentent différents paysages physiques et sociaux. L’Essex, avec ses nombreux petits agriculteurs et ses bois relativement abondants, comptait de nombreux tailleurs, forgerons et charpentiers. Dans la centaine de Cuttlestone (Staffordshire), à proximité de zones forestières, l’artisanat du bâtiment était encore prééminent, de même que sur les hautes terres de High Peak (Derbyshire). Ce dernier cas souligne, au demeurant, les bizarreries de l’administration de l’impôt qui a enregistré 83 des 131 professionnels mentionnés pour l’industrie sous le terme imprécis d’artisans (artificers). Nous ne pouvons deviner leur métier que par leur nom de famille : ils étaient appelés Weaver, Tailor, Smith, Mason, sans qu’aucun métier ne paraisse mieux représenté qu’un autre.

  • 18 C. Dyer, « The urbanizing of Staffordshire : the first phases », Staffordshire Studies, 2002, p. 1 (...)

12Les échantillons utilisés dans cette étude excluent les villes et cela fausse le tableau du fait que, parfois, les artisans installés dans les petites villes étaient impliqués dans les industries de la campagne environnante. Dans le district de Cuttlestone, par exemple, la ville de Rugeley comptait neuf couteliers, un fabriquant et vendeur d’arcs, quatre cordonniers, un tanneur, et d’autres travailleurs encore qui tiraient profit des ressources de la proche région de Cannock Chase, ainsi qu’un groupe de tanneurs et de travailleurs du cuir à Brewood et dans ses hameaux environnants18. En somme, si nous limitons notre attention aux villages, avec 4 % seulement des contribuables inscrits sous une spécialité professionnelle, cette partie du Staffordshire ne semblerait pas du tout industrielle ; au contraire, dès lors que les villes sont incluses, c’est une réalité bien différente qui se fait jour.

  • 19 C.J. Elton et al., Rentalia et Custumaria Abbatum Monasterii Beatae Mariae Glastoniae, Somerset Re (...)

13Les poll taxes montrent rarement des agglomérations comprenant suffisamment de travailleurs non agricoles pour être décrites comme des villages industriels. Il peut toutefois s’en trouver dans les comptes domaniaux : c’est le cas, par exemple, du hameau du Crockerton (près de la vallée de la Wylye dans le Wiltshire) dans les années 1230, où 13 des 25 tenanciers (tous de petits exploitants) payaient pour le droit d’extraire l’argile nécessaire à la fabrication de pots. Dans l’enquête militaire de 1522, le village de Groton, dans la région spécialisée dans le tissu du sud-ouest de Suffolk, avait parmi ses 42 laïques recensés, 3 drapiers, 8 tisserands, 2 tondeurs et un foulon. Nul doute que quelques-uns – la moitié peut-être – des 11 manœuvriers et des 3 veuves mentionnées gagnaient aussi de l’argent dans l’industrie, ce qui amènerait le niveau de participation dans l’industrie à 50 % des contribuables19.

14Si les archives fiscales nous permettent de situer les industries sur une carte et d’entrevoir ainsi les caractéristiques des différentes régions, elles ne rendent donc pas pleinement compte de la proportion de la population active employée dans des activités non agricoles. Dans la poll tax du Heytesbury, par exemple, les foulons sont enregistrés de manière plus complète que les autres spécialistes du textile, sans doute parce que leurs moulins étaient facilement visibles et qu’ils donnaient à voir leur profession à tout le monde. Chaque moulin à foulon, cependant, avait besoin d’un certain nombre de tisserands pour fonctionner ; or, les tisserands recensés ne sont pas aussi nombreux que nous pourrions l’attendre, sans doute en raison du fait qu’ils travaillaient souvent à temps partiel, œuvrant chez eux sans se faire remarquer. De même, chaque tisserand avait besoin du service d’une dizaine de fileuses, mais ces travailleuses à temps partiel échappaient souvent aux registres – leurs travaux de quenouille sans répit étaient une banalité de la vie quotidienne, une routine domestique qui n’a pas été enregistrée par nos documents.

  • 20 I.S.W. Blanchard, « The miner and the agricultural community in late medieval England », Agricultu (...)

15Bon nombre des travailleurs de l’industrie disposaient en outre d’un lopin de terre – ils n’étaient donc artisans qu’à temps partiel, et avaient deux (voire même trois) métiers. Le travail industriel, dans la fonte du fer ou la poterie par exemple, était souvent saisonnier : la coupe du bois occupait les mois d’hiver, l’extraction de minerai et d’argile se pratiquait en début d’été, et les procédés de fabrication finaux pouvaient être programmés après la récolte. L’industrie et l’agriculture n’étaient pas rivales, et elles se sont souvent complétées l’une l’autre. Ceux qui avaient de grandes exploitations pouvaient utiliser les bénéfices qu’ils tiraient de la terre comme un capital investi dans un bateau de pêche, un équipement pour le travail minier ou pour le travail du métal. Une étude de la mine de Derbyshire suggère que, dans les années 1430, près de la moitié de ceux qui participaient à l’industrie étaient des « mineurs agriculteurs » qui combinaient l’extraction de minerai et l’exploitation de fermes considérables, tel ce Thomas de Waterhouse qui cultivait environ 50 acres de terres arables, ou encore ce John Helpot qui en labourait 3520. Tous deux possédaient également un certain nombre d’animaux. Ces hommes, et beaucoup d’autres comme eux, ont pu engager des travailleurs, soit pour travailler dans les mines, soit pour les aider aux travaux agricoles : ils ressemblaient peut-être à des petits entrepreneurs plutôt qu’à des paysans ayant un métier complémentaire.

  • 21 J.C. Wedgwood, « Inquisitions post mortem… Staffordshire », Staffordshire Record Society, 1911, p. (...)
  • 22 J. Hatcher, « Myths, miners and agricultural communities », Agricultural History Review, 1974, p.  (...)

16L’implication des petits exploitants dans les emplois industriels est d’autant plus difficile à définir que, à la fin du XIVe et au XVe siècle, le mot laboureur (labourer) pouvait désigner tout type de travailleur. Avant 1350, les noms de famille peuvent nous aider à identifier ceux qui exercent des professions spécialisées : on trouve ainsi, parmi les tenanciers de petites parcelles de terres essartées dans les bois du sud du Staffordshire (à King’s Bromley) en 1300, John le Coliere (un charbonnier) et Thomas le Couper qui faisaient des tonneaux et d’autres objets en bois21. Ces travailleurs avaient sans doute une vie difficile, mais ils étaient aussi assez indépendants. De fait, il est difficile de trouver trace d’un prolétariat industriel dans les campagnes médiévales. Il a été soutenu, cependant, que la concentration du capital dans l’industrie de l’étain de Cornouailles a été développée à tel point que, à partir de la fin du XIIIe siècle, les travailleurs de ce secteur, loin de jouir d’un statut privilégié, se virent contraints, par les marchands d’étain et les entrepreneurs qui dominaient la production et la vente de ce métal, de travailler dur pour des gratifications réduites22.

  • 23 A. Gaydon (dir.), The Taxation of 1297, Publications of the Bedfordshire Historical Record Society (...)
  • 24 M. Kowaleski, Local Markets and Regional Trade in Medieval Exeter, Cambridge, 1995, p. 300-307.

17Les citadins contribuaient à la production rurale par le biais de relations complexes avec la campagne. Le flux de matières premières et de produits manufacturés qui transitaient entre ville et campagne est bien illustré par l’industrie du tannage. Le tannage rural était très répandu. À Sundon dans le Bedfordshire, par exemple, non loin des villes de Dunstable et de Luton, William Patric fut imposé en 1297 sur des peaux estimées à 6 sous et 8 deniers, mais qui en valaient sans doute beaucoup plus23. La campagne fournissait aux tanneurs l’espace dont ils avaient besoin pour leurs fosses, qui occupaient sinon des parcelles à l’extrémité des villes. Dans les campagnes, la pollution des cours d’eau et de l’air entraînaient moins de dégâts et de critiques que dans un environnement urbain très dense. Mais les peaux provenaient toujours des villes, car elles étaient en majorité fournies par les bouchers qui, naturellement, faisaient tourner leur commerce grâce aux consommateurs de viande urbains. Une fois les peaux traitées à la campagne, elles étaient pour la plupart renvoyées vers les villes pour être vendues aux cordonniers et aux selliers, ou pour être exportées24. Les tanneurs, il est vrai, étaient également en relation d’affaire avec les bouchers et les cordonniers ruraux, mais ceux-ci étaient trop peu nombreux pour leur fournir un approvisionnement et des débouchés suffisants.

  • 25 C. Fenwick (dir.), Poll Taxes, p. 111-112 et 664.
  • 26 J. Hatcher, Coal Industry, p. 384.
  • 27 J. Langdon, « Waged building employment in medieval England : subsistence safety net or demographi (...)

18Dans les documents officiels, les femmes étaient rarement inscrites avec un métier. Dans les poll taxes, elles étaient généralement définies par leurs relations familiales en tant qu’épouses, souvent sans avoir de nom de famille, ou en tant que filles, sœurs ou servantes des chefs de ménage, ou bien encore comme veuves. À Wormhill dans le Derbyshire, nous disposons d’une liste inhabituellement renseignée : en 1381, on y recensait quatre fileuses, toutes célibataires, dont deux payaient un impôt inférieur à la moyenne, cependant qu’une autre y contribuait pour un montant bien supérieur à la normale. Quatre autres étaient également enregistrées à Freeby, dans le Leicestershire, toutes payant 6 deniers, soit la moitié des 12 deniers dus par les gens de fortune moyenne. Les femmes apparaissent parfois dans les poll taxes quand elles pratiquaient un métier plus qualifié et mieux rémunéré, telle Agnes Webbe, une tisserande signalée à Halford, dans le Warwickshire, en 137925. Les femmes constituaient une partie importante de la main-d’œuvre, mais pouvaient aussi gérer leurs propres entreprises, comme c’était le cas des tenancières de brasserie qui brassaient et vendaient leur propre cervoise. Ensuite venaient les tiplers ou gannockers, des femmes toujours, qui allaient vendre la cervoise au porte à porte. Certaines femmes s’étaient spécialisées dans des étapes particulières du processus de fabrication, tel que le filage. D’autres ont travaillé aux côtés des hommes, pour former, par exemple, les paires de travailleurs nécessaires au fonctionnement des métiers à tisser le drap. Comme manœuvres, elles ont même apporté leur contribution dans des industries relativement lourdes telles que le travail du fer, les mines de charbon et le bâtiment. Nous les trouvons travaillant plutôt autour que dans les mines de charbon, mais dans le bâtiment, elles se voyaient attribuées des tâches répétitives, non qualifiées et fastidieuses, comme la préparation de la paille en vue du battage, le transport de l’eau pour la fabrication de mortier ou du mélange de terre et de fumier utilisé dans la construction des murs d’adobe26. Les enfants travaillaient aussi, et dans les dépenses pour la construction du château de Corfe, dans les années 1280, les travailleurs qui étaient identifiés comme garciones, ou comme le « fils de » ou la « fille d’ » un autre travailleur, étaient probablement de très jeunes renforts apportés à la main-d’œuvre non qualifiée27. Il est bien certain, par ailleurs, qu’étant donné l’organisation familiale du travail qui prévalait dans les métiers du textile ou de la poterie, il devait y avoir là de nombreux emplois occupés par les femmes et les enfants, qui bien évidemment ne sont pas documentés.

Les entrepreneurs

  • 28 S. Gerrard, The Early British Tin Industry, Stroud, 2000, p. 25-32 et 81-139.
  • 29 S.M. Wright, The Derbyshire Gentry in the Fifteenth Century, Derbyshire Record Society, 1983, p. 2 (...)

19Parmi les grandes industries, certaines étaient organisées, financées et dominées par des entrepreneurs riches et influents. L’exemple de l’étain a déjà été évoqué : cette industrie a attiré l’attention de riches étrangers et leurs investissements car il s’agissait d’un matériau relativement cher à partir duquel des objets de semi-luxe étaient fabriqués – les assiettes en alliage plomb-étain (pewter) étaient les plus importantes, même si l’étain était aussi utilisé dans les alliages servant à la fabrication des cloches, des tuyaux d’orgue et d’autres objets prestigieux. Quand les gens riches étaient attirés par un produit, des profits élevés pouvaient en être obtenus. Mais les gisements d’étain se limitaient aux deux comtés de la Cornouailles et du Devon, et ils auraient été plus efficacement exploités encore s’ils avaient été pris en charge par un port important et un centre de fabrication tel que Londres. Leur exploitation imposait en amont des prospections qui avaient besoin de financement et, à la fin du Moyen Âge, de plus en plus de capitaux étaient nécessaires pour développer les exploitations minières en profondeur et la construction de moulins de broyage du minerai et de moulins de fonte28. Au XVe siècle, la petite noblesse du Derbyshire a joué un rôle majeur dans le financement et la coordination de la production de plomb, pour à peu près les mêmes raisons29.

  • 30 A. Sutton, The Mercery of London : Trade, Goods and People, 1130-1578, Aldershot, 2005, p. 54-57 e (...)
  • 31 E. Power, The Paycockes of Coggeshall, London, 1920.
  • 32 J. Hatcher, Coal Industry, p. 166, 242 et 251-252.

20Dans l’industrie textile, le rôle d’entrepreneur s’est développé lentement et les marchands de tissu n’avaient pas un contrôle total sur les tisserands et autres artisans de la filière, même vers 1500. De riches marchands ont certainement été attirés par les produits des industries rurales – vers 1300, dans les environs d’Aylsham dans le Norfolk, les producteurs de tissus de laine et de lin étaient en relation avec des merciers de Londres. Il ne semble pas, cependant, que ceux-ci pratiquaient déjà le système consistant à préempter la production textile des ménages en leur fournissant matières premières et équipements30. Les tisserands ont conservé leur indépendance pendant longtemps, et ce n’est qu’à la fin du Moyen Âge que les drapiers (comme les Paycocks de Coggeshall dans l’Essex) ont pu parler de « leurs » tisserands et de « leurs » foulons, et que l’on commença à entendre parler de drapiers employant des ouvriers pour teindre et apprêter le tissu dans leurs locaux, ou pour surveiller des équipes de fileurs31. Les drapiers avaient la fonction importante de vendre le tissu fini au meilleur cours, et dans le cas du tissu exporté, cela impliquait d’acheter à Londres les draps qui étaient, ensuite, acheminés par les Merchant Adventurers pour être vendus dans les grandes foires des Pays-Bas. Pour ce qui est des mines de charbon, les propriétaires fonciers (tels que les moines de Durham, ou la famille Willoughby à Wollaton dans le Nottinghamshire) investissaient dans les mines à ciel ouvert, et dans le nord-est de l’Angleterre, les capitaux venaient également des marchands de Newcastle qui organisaient le transport du charbon32.

21Dans la plupart des petites entreprises qui, prises ensemble, rassemblaient la majorité des travailleurs de l’industrie rurale, les seigneurs n’avaient que peu d’intérêts et les intermédiaires jouaient un rôle limité. Dans le bâtiment, par exemple, les différents métiers agissaient séparément et les travailleurs étaient généralement indépendants. Sur les grands projets, toutefois, nous trouvons des équipes de travailleurs dirigées par une personne qui pouvait convenir de la rémunération avec le commanditaire. Un maître maçon en charge de la construction d’une église ou d’un manoir pouvait coordonner les diverses étapes de travail et conclure des accords avec les charpentiers, les couvreurs et autres spécialistes.

  • 33 A. Vince, « The medieval and post-medieval ceramic industry of the Malvern region : the study of a (...)
  • 34 C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe(...)

22Dans le cas de la poterie, l’influence des intermédiaires est apparente dans la distribution des objets eux-mêmes, qui peut être retracée jusqu’à leur lieu de fabrication par l’analyse scientifique de leur structure. Les poteries étaient, en effet, transportées sur des distances considérables. Celles réalisées dans les fours de l’ouest du Worcestershire, à Hanley Castle, ont ainsi été retrouvées dans toute la région des Midlands de l’ouest et dans le sud du Pays de Galles, à 80 km de leur lieu d’origine. Certaines ont été chargées dans des bateaux depuis un quai sur la rivière Severn, et emmenées jusqu’à Worcester ou d’autres ports fluviaux, tandis que le reste était transporté par charrettes vers le Herefordshire et l’ouest du Worcestershire33. Cet exemple n’est pas isolé. Une légende, renforcée par un poème du XVe siècle (« Robin des Bois et le potier »), racontait comment les potiers amenaient leurs propres produits sur les marchés et les vendaient directement au client. La diffusion des poteries montre ici que l’on utilisait des méthodes plus complexes et indirectes, et que des intermédiaires, peut-être en poste dans une grande ville comme Worcester, prenaient en charge les cargaisons de poteries arrivées par charrettes ou par bateaux et les expédiaient à la vente sur les étals d’une douzaine de villes marchandes. Ce marché était très concurrentiel. Dans de nombreux villages, on a pu retrouver des poteries provenant de six lieux de fabrication différents. Les potiers étaient en concurrence sur les prix, le design, la couleur et la solidité de leur production ; et les femmes qui achetaient les poteries prenaient en compte cela lors de leurs achats. Nous n’avons pas de documentation sur ces intermédiaires – il n’y a pas de potmongers (vendeur de pot) dans nos registres, mais peut-être que ceux qui faisaient affaire dans le bois de chauffage, le charbon de bois, le miel, les cordes et autres produits forestiers s’occupaient aussi de céramique, à titre secondaire. On reconnaît là un profil qui n’est pas sans évoquer les « petits notables locaux » qui organisaient le commerce dans les forges des Pyrénées34.

La distribution et la consommation

  • 35 Par exemple, E. M. Carus-Wilson, « The woollen industry before 1550 », Victoria County History of (...)
  • 36 H. Cobb, « Textile imports… ».

23Nous avons déjà évoqué la distribution de l’étain et des tissus de qualité supérieure, et avons vu que les marchandises étaient transportées par des voies bien connues vers Londres et le reste du continent. Mais la plupart des industries rurales fournissaient aussi les clients les moins fortunés. L’étain, certes, était principalement acheté par les riches sous la forme d’un alliage plomb-étain, pewter ; après 1350, cependant, un nombre croissant de paysans étaient en mesure de faire l’acquisition de quelques assiettes de cet alliage. De même, une grande partie du tissu anglais était vendu pour 3 à 4 sous par yard et était achetée par des nobles, des marchands et les plus riches membres du clergé, cependant que certains tissus de laine pouvaient être obtenus à moindre coût, de 1 à 2 sous le yard. Les tissus de Kendal et du Devon et les tissus en laine peignée pouvaient même être achetés pour 1 sou le yard35. C’étaient des prix qui étaient accessibles aux paysans et aux salariés, ce que nous savons de par les contrats de maintenance. De la même façon, l’ampleur du commerce du lin suggère qu’il y avait un grand nombre de consommateurs ordinaires : un million d’aunes auraient été vendues en 1480-1481, en comptant les toiles importées des Pays-Bas et d’Allemagne, et celles tissées en Angleterre qui utilisaient à la fois du lin anglais et du lin importé36.

  • 37 J. Davis, « Men as march with fote packes : pedlars and freedom of movement in late medieval Engla (...)

24Les produits à bas prix n’attiraient pas les drapiers et les marchands qui étaient à la recherche de profits élevés, et nous trouvons, au contraire, un grand nombre de personnes relativement pauvres qui vendaient de petites quantités de marchandises pour de maigres profits. Elles sont surtout connues pour leur rôle dans le commerce des denrées alimentaires et des boissons : ainsi des regraters de pain, des gannockers de cervoise et des huxters qui vendaient du fromage, des œufs, des fruits et des légumes. Les colporteurs faisaient affaire dans certains types de produits manufacturés, de petites marchandises, des petits articles textiles tels que les mouchoirs, les bourses en cuir, les épingles et les aiguilles37. Les négociants de ces marchandises du quotidien étaient désignés de plusieurs noms, tels que chapmen, mongers, colporteurs, courtiers ou « petits marchands ».

  • 38 C. Dyer, « Small places with large consequences : the importance of small towns in England, 1000-1 (...)
  • 39 J. Davis, Medieval Market Morality. Life, Law and Ethics in the Medieval Marketplace, 1200-1500, C (...)
  • 40 C. Dyer, « Market towns and the countryside in late medieval England », Annales Canadiennes d’Hist (...)
  • 41 C. Dyer, « Luxury goods in medieval England », B. Dodds et C.D. Liddy (dir.), Commercial Activity, (...)

25Les villes ont joué un rôle dans la distribution des produits industriels. Elles étaient des centres de consommation, mais les commerçants urbains pouvaient également y vendre les marchandises ou les distribuer dans l’arrière-pays. Les produits arrivaient jusqu’au consommateur via le réseau de distribution de près de 500 villes marchandes qui permettait que, dans chaque partie du pays, les gens aux moyens modestes puissent acheter des produits manufacturés. Chaque ville avait des artisans et des négociants qui vendaient des tissus, des vêtements, de la maroquinerie et les objets résultant du travail du fer. Il y avait peu d’artisans dans les métiers du luxe. On ne trouvait en effet qu’un seul orfèvre dans de nombreuses petites villes. Les marchés hebdomadaires des villes, les foires annuelles et les boutiques de tous les jours ont offert des débouchés pour les industries rurales et ont fourni les matières premières aux artisans du pays38. Les étals sur le marché de Newmarket, à la frontière du Cambridgeshire et du Suffolk, vendaient des tissus en laine, du lin, des cordes et du cuir, autant de produits issus de l’industrie rurale39. Les forgerons locaux pouvaient obtenir du fer grâce aux étals des quincailliers, tout comme les tisserands dans les environs de Shipston sur Stour, dans le Warwickshire, pouvaient obtenir du colorant auprès d’un commerçant de Coventry qui louait un étal dans cette petite ville40. Les ménages de la classe supérieure qui se trouvaient dans l’arrière-pays des petites villes achetaient des produits de consommation quotidienne, des tranches de viande par exemple, sur leur marché local, mais ils achetaient aussi des produits manufacturés tels que des pièces de tissu et des ustensiles de ménage, et en particulier toutes les spécialités luxueuses comme les bijoux ou les armes en provenance de Londres et des grandes villes du pays. Les petites villes marchandes étaient plus étroitement liées aux paysans et aux artisans de la campagne environnante qui s’y rendaient régulièrement pour vendre et acheter41.

  • 42 M. Threlfall-Holmes, « Late medieval iron production and trade in the north-east », Archaeologia A (...)

26La plupart des industries rurales produisaient pour tous les secteurs du marché anglais. Une quantité relativement faible de produits manufacturés était destinée à l’exportation, et nous en savons très peu sur la destination précise des produits de l’artisanat commun. Ceux-ci pouvaient rivaliser avec des produits de meilleure qualité parce qu’ils offraient aux consommateurs un prix plus faible. Ainsi, dans le nord-est de l’Angleterre à la fin du XVe siècle, le fer espagnol était importé et vendu à 7 deniers la barre, et à 9 deniers ensuite ; au même moment, les travailleurs du fer de Weardale qui parvenaient à domestiquer la puissance hydraulique des cours d’eau pouvaient vendre leur métal pour 4 à 5 deniers la barre. Ce prix bas a conduit les riches moines du prieuré de Durham à préférer le fer local et a forcément attiré les forgerons qui fournirent alors les paysans de la région en outils et ustensiles42.

  • 43 M. Mellor, « A synthesis of middle and late Saxon, medieval and early post-medieval pottery in the (...)
  • 44 G. Beresford, The Medieval Clay-Land Village : Excavations at Goltho and Barton Blount, Society fo (...)

27Les découvertes archéologiques dans les villages et les hameaux ajoutent une nouvelle dimension à notre connaissance de la consommation paysanne. Les villageois achetaient de grandes quantités de poteries qui, comme nous l’avons vu, pouvaient venir de fort loin. Les potiers fournissaient non seulement des marmites banales et fonctionnelles, mais aussi des ustensiles de table, et notamment des cruches qui étaient peintes, vernies et décorées pour la table. Au cours du XVe siècle, des tasses en céramique, souvent colorées et élégantes dans leurs formes, provoquaient un certain amusement parce que le potier modelait un visage humain sur le récipient43. Les objets en fer offraient par ailleurs une large gamme d’outils et d’ustensiles. Certains étaient faits dans les villes (les couteaux et les serrures par exemple), mais les socs de charrue et les fers à chevaux étaient des produits standards des forgerons ruraux. Les objets de pierre et d’os que l’on a retrouvés font apparaître des artisanats que les documents mentionnent à peine – et au premier rang desquels figurent les nombreux moulins à main qui, fabriqués dans les carrières du district de Derbyshire Peak ou dans la forêt de Dean, étaient ensuite transportés sur de nombreux kilomètres pour être distribués sur les marchés et les foires44.

  • 45 N.W. Alcock et D. Miles, The Medieval Peasant House in the Midlands, Oxford, 2012.

28À partir du XIIIe siècle, les bâtiments étudiés en fouille, les maisons encore en élévation et, à l’occasion, les documents écrits démontrent que les paysans employaient des artisans spécialisés dans le bâtiment. Des milliers de maisons du XVe siècle sont encore habitées, une preuve frappante de l’habileté des charpentiers qui étaient, pour la plupart d’entre eux, des artisans ruraux45. Les charpentiers répartis dans l’ensemble du pays devaient, au total, se compter par milliers, plus nombreux que les maçons qui n’étaient généralement embauchés que pour des projets de construction plus importants. Les charpentiers étaient employés par toutes les classes sociales, et le grand nombre de maisons paysannes qui nécessitaient des réparations et des rénovations, plus de 300 000 en 1500, en y ajoutant les granges et de nombreux autres bâtiments agricoles, a certainement donné plus d’emplois que ne l’ont fait les projets de constructions aristocratiques. Les matériaux n’étaient pas toujours obtenus près du village et devaient parfois être achetés sur un marché urbain. La demande générait alors encore plus d’emploi en milieu rural, surtout parmi ceux qui abattaient et préparaient le bois de construction. La fabrication des tuiles et des ardoises étaient aussi des métiers ruraux majeurs, même si les maisons paysannes étaient généralement recouvertes de chaume et que les matériaux de toiture manufacturés n’étaient le plus souvent utilisés que par les clients riches et les citadins – vers la fin du Moyen Âge, cependant, une minorité croissante de maisons paysannes commençaient à être couvertes de tuiles. D’autres industries rurales dédiées à la fabrique de matériaux de construction étaient exclusivement réservées aux riches : les vitriers ne faisaient pratiquement de fenêtres de verre que pour les églises et les maisons de riches, et les services de plombiers n’étaient requis que pour les bâtiments importants.

***

29L’analyse de l’industrie rurale suggère qu’une partie de la paysannerie travaillait à temps partiel en tant qu’artisans et s’efforçait de vendre ses produits aux paysans qui vivaient principalement de l’agriculture. Ceci était rendu possible par l’existence d’intermédiaires qui distribuaient et vendaient les produits artisanaux et pouvaient, eux-mêmes, avoir été paysans à l’origine. Si l’on essaie de faire le compte de tous ces travailleurs à temps partiel et de ces commerçants, la proportion des personnes impliquées dans l’industrie était grande, bien supérieure au cinquième de la population.

Notes

1 M.M. Postan, « The trade of medieval Europe : the North », et E.M. Carus-Wilson, « The woollen industry », M.M. Postan, E. Miller (dir.), The Cambridge Economic History of Europe, t. 2, Trade and Industry in the Middle Ages, Cambridge, 1987, p. 178, 674-690.

2 J. Backhouse, The Luttrell Psalter, London, 1989, p. 22-30 ; M. Camille, « Labouring for the lord : the ploughman and the social order in the Luttrell Psalter », Art History, 1987, p. 423-454.

3 C. Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages : Social Change in England, c. 1200-1520, Cambridge, 1998, p. 175-177 ; J. Mullan, R. Britnell, Land and Family, Hatfield, 2010, p. 114.

4 C. Dyer, An age of transition ? Economy and Society in England in the later Middle Ages, Oxford, 2005, p. 149-151.

5 J. Thirsk (dir.), The Agrarian History of England and Wales, t. 4, 1500-1640, Cambridge, 1967, p. 12-14 et 425-429.

6 R.H. Hilton (dir.), The Stoneleigh Leger Book, Dugdale Society, 1960, p. XLI ; T. John, « Population change in medieval Warwickshire : Domesday Book and the Hundred Rolls of 1279-80 », Local Population Studies, 1977, p. 41-53.

7 B. Campbell, K. Bartley, England on the Eve of the Black Death. An Atlas of Lay Lordship, Land and Wealth, 1300-49, Manchester, 2006, p. 287 ; J. le Patourel, « Documentary evidence and the medieval pottery industry », Medieval Archaeology, 1968, p. 101-126.

8 J.R. Birrell, « Peasant craftsmen in the medieval forest », Agricultural History Review, 1969, p. 91-107. Voir aussi M. Arnoux, Mineurs, ferons et maîtres de forges. Études sur la production du fer dans le Normandie du Moyen Âge, XIe-XVe siècles, Paris, 1993, p. 393-396.

9 B. Campbell, K. Bartley, England on the Eve…, carte 18.10.

10 H.E. Hallam (dir.), The Agrarian History of England and Wales, t. 2, 1042-1350, Cambridge, 1988, p. 598-614.

11 G. Foard, « Medieval woodland, agriculture and industry in Rockingham Forest, Northamptonshire », Medieval Archaeology, 2001, p. 41-95.

12 M. Kowaleski a présenté une communication sur la société maritime d’Essex dans une contribution inédite au colloque de Londres sur les Pre-modern towns, en janvier 2002 ; G.M. Draper, « Timber and iron : natural resources for the late medieval shipbuilding industry in Kent », S. Sweetinburgh (dir.), Late Medieval Kent, 1220-1540, Woodbridge, 2010, p. 55-77.

13 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », Jardins et vergers en Europe Occidentale (VIIIe-XVIIIe siècles), Flaran IX, 1989, p. 145-164.

14 M.R. McCarthy, C. M. Brooks, Medieval Pottery in Britain AD 900-1600, Leicester, 1988, p. 48.

15 W.R. Childs, « Timber for cloth : changing commodities in Anglo-Baltic trade in the fourteenth century », L. Berggren, Cogs, Cargoes and Commerce : Maritime Bulk Trade in Northern Europe, 1150-1400, Toronto, 2002, p. 181-211 ; H. S. Cobb, « Textile imports in the fifteenth century : the evidence of customs’ accounts », Costume, 1995, p. 1-11.

16 J. Hatcher, The History of the British Coal Industry, t. 1, Cambridge, 1993, p. 72-77 ; D. Andrews, G. Milne (dir.), Wharram. A Study of Settlement on the Yorkshire Wolds, Society for Medieval Archaeology monograph, 8, 1979, p. 133-134 ; C. Dyer, « Saltmaking at Droitwich, Worcestershire, in the fourteenth century », Transactions of the Worcestershire Archaeological Society, 2004, p. 133-139 ; J. Galloway, D. Keene, M.Murphy, « Fuelling the city : production and distribution of firewood and fuel in London’s region, 1290-1400 », Economic History Review, 1996, p. 447-472.

17 C. Fenwick (dir.), The Poll Taxes of 1377, 1379 and 1381, Oxford, 1998-2005.

18 C. Dyer, « The urbanizing of Staffordshire : the first phases », Staffordshire Studies, 2002, p. 1-31 ; M. Ciaraldi et al., « Medieval tanning and retting at Brewood, Staffordshire ; archaeological excavations 1999-2000 », Staffordshire Archaeological and Historical Society Transactions, 2004, p. 1-57.

19 C.J. Elton et al., Rentalia et Custumaria Abbatum Monasterii Beatae Mariae Glastoniae, Somerset Record Society, 5, 1891, p. 141-143 et 147 ; J. Pound (dir.), The Military Survey of 1522 for Babergh Hundred, Suffolk Records Society, 28, 1986, p. 52-54.

20 I.S.W. Blanchard, « The miner and the agricultural community in late medieval England », Agricultural History Review, 1972, p. 96-98.

21 J.C. Wedgwood, « Inquisitions post mortem… Staffordshire », Staffordshire Record Society, 1911, p. 96-98.

22 J. Hatcher, « Myths, miners and agricultural communities », Agricultural History Review, 1974, p. 54-61.

23 A. Gaydon (dir.), The Taxation of 1297, Publications of the Bedfordshire Historical Record Society, 39, 1959, p. 72.

24 M. Kowaleski, Local Markets and Regional Trade in Medieval Exeter, Cambridge, 1995, p. 300-307.

25 C. Fenwick (dir.), Poll Taxes, p. 111-112 et 664.

26 J. Hatcher, Coal Industry, p. 384.

27 J. Langdon, « Waged building employment in medieval England : subsistence safety net or demographic trampoline ? », R. Goddard et al., Survival and Discord in Medieval Society, Turnhout, 2010, p. 109-126.

28 S. Gerrard, The Early British Tin Industry, Stroud, 2000, p. 25-32 et 81-139.

29 S.M. Wright, The Derbyshire Gentry in the Fifteenth Century, Derbyshire Record Society, 1983, p. 21-23.

30 A. Sutton, The Mercery of London : Trade, Goods and People, 1130-1578, Aldershot, 2005, p. 54-57 et 146-150.

31 E. Power, The Paycockes of Coggeshall, London, 1920.

32 J. Hatcher, Coal Industry, p. 166, 242 et 251-252.

33 A. Vince, « The medieval and post-medieval ceramic industry of the Malvern region : the study of a ware and its distribution », D.S. Peacock (dir.), Pottery and Early Commerce, London, 1977, p. 257-305 ; J.D. Hurst, « A medieval ceramic production site and other medieval sites in the parish of Hanley Castle : results of fieldwork in 1987-1992 », Transactions of the Worcestershire Archaeological Society, 1994, p. 115-128.

34 C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe siècles), Paris, 2001, p. 231-244.

35 Par exemple, E. M. Carus-Wilson, « The woollen industry before 1550 », Victoria County History of Wiltshire, t. 4, p. 128-147.

36 H. Cobb, « Textile imports… ».

37 J. Davis, « Men as march with fote packes : pedlars and freedom of movement in late medieval England », P. Hordern (dir.), Freedom of Movement in the Middle Ages, Donington, 2007, p. 137-156.

38 C. Dyer, « Small places with large consequences : the importance of small towns in England, 1000-1540 », Historical Research, 2002, p. 1-24.

39 J. Davis, Medieval Market Morality. Life, Law and Ethics in the Medieval Marketplace, 1200-1500, Cambridge, 2012, p. 279-284.

40 C. Dyer, « Market towns and the countryside in late medieval England », Annales Canadiennes d’Histoire, 1996, p. 18-35 (p. 30).

41 C. Dyer, « Luxury goods in medieval England », B. Dodds et C.D. Liddy (dir.), Commercial Activity, Markets and Entrepreneurs in the Middle Ages. Essays in Honour of Richard Britnell, Woodbridge, 2011, p. 217-238.

42 M. Threlfall-Holmes, « Late medieval iron production and trade in the north-east », Archaeologia Aeliana, 1999, p. 109-122.

43 M. Mellor, « A synthesis of middle and late Saxon, medieval and early post-medieval pottery in the Oxford region », Oxoniensia, 1994, p. 93-150.

44 G. Beresford, The Medieval Clay-Land Village : Excavations at Goltho and Barton Blount, Society for Medieval Archaeology Monograph Series, 6, 1975, p. 77-90 ; R.H. Hilton et P.A. Rahtz, « Upton, Gloucestershire, 1959-1964 », Transactions of the Bristol and Gloucestershire Archaeological Society, 85, 1966, p. 113-125.

45 N.W. Alcock et D. Miles, The Medieval Peasant House in the Midlands, Oxford, 2012.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Les métiers mentionnés dans quelques villages d’après les listes de la poll tax (1381)
Légende Note : métiers du textile : foulon, fileuse, tisserand ; métiers du vêtement : tailleur, couturière ; métiers du cuir : cordonnier, fourreur, tanneur ; métiers de l’alimentation : brasseur, boucher ; métiers du métal : forgeron ; métiers du bâtiment : charpentier, maçon, couvreur ; métiers du bois : tonnelier, scieur, charron ; autres : potier.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540