Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

L’industrie de la laine dans le territoire florentin (xiie-xve siècle)

Andrea Barlucchi

Texte intégral

Je souhaite remercier mes amis Franco Franceschi, Paolo Pirillo et Maria Elena Cortese pour les précieux conseils qu’ils m’ont donnés pour la réalisation de cette étude. Je remercie également Catherine Verna pour la révision de la traduction.

  • 1 R. Piattoli, Lo Statuto dell’arte dei padroni dei mulini sulla destra del fiume Bisenzio (1296), Pr (...)

1Le territoire que nous avons choisi pour mener cette étude est celui de l’ancien contado florentin, auquel il a paru opportun d’ajouter la zone terminale du Pratomagno et une partie de la Valdambra en raison des intenses relations économiques qui les liaient. Il a semblé préférable, en revanche, d’exclure la plaine de Florence et la zone qui, de la ville, s’étend jusqu’à la confluence de la Sieve et de l’Arno, parce qu’il s’agit là des lieux d’implantation d’usines aux mains d’entrepreneurs citadins, des usines qui travaillaient donc pour le marché urbain1. Ce choix nous prive d’une partie consistante de la documentation et d’études importantes, mais il importait que notre regard soit résolument tourné vers le contado, conscient que nous sommes de la difficulté objective à séparer nettement les deux espaces.

  • 2 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento, Florence, 2005, p. 399. Il s’agit de (...)
  • 3 H. Hoshino, L’Arte della lana in Firenze nel basso Medioevo. Il commercio della lana e il mercato d (...)

2La période chronologique considérée débute au XIIe siècle, époque à laquelle « explose » le phénomène de la gualchiera (le moulin à foulon), et s’achève au XVe siècle. Au cœur de cette période, la crise du XIVe siècle est, pour le contado florentin et la Toscane en général, un moment de changements importants, défini efficacement par le terme de « ruralisation2 ». Mais le XIVe siècle marque aussi l’affirmation de la production lainière florentine sur les marchés internationaux3. D’un point de vue économique, l’histoire de l’industrialisation du contado doit donc être placée à l’intersection de ces deux processus opposés. D’un point de vue politico-institutionnel, par ailleurs, les corporations florentines réussissent dans les années 1280 à contrôler fermement le gouvernement citadin, inaugurant une rigoureuse politique économique qui, appliquée aux activités du contado, influence sa production.

  • 4 D. Herlihy, Ch. Klapish-Zuber, I Toscani e le loro famiglie. Uno studio sul catasto fiorentino del (...)
  • 5 Nombreux exemples dans Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…
  • 6 G. Pinto, « Bourgeoisie de village et différenciations sociales dans les campagnes de l’Italie comm (...)

3Pour cerner les dynamiques en jeu sur ce territoire et à cette époque, il faut tenir compte de deux éléments fondamentaux. Tout d’abord, il est question ici d’une des zones rurales les plus peuplées de l’Europe médiévale : on peut affirmer, avec toute la prudence nécessaire, qu’au début du XIVe siècle le contado florentin comptait environ 300 000 habitants, avec une densité moyenne de 52 habitants au km2 et de 100 à 200 dans la plaine à l’ouest de la ville4. En second lieu, il s’agit d’un contado riche et socialement diversifié où travaillent – au niveau local – des groupes d’artisans et de marchands semblables à ceux de la ville5. Cette situation n’est pas toujours considérée avec suffisamment d’attention par les historiens : ce n’est que récemment que l’important concept de « bourgeoisie de village » a été accepté et précisé, même s’il est encore difficile d’en tirer toutes les conséquences dans le domaine de la vie économique propre au contado6.

  • 7 C’est volontairement que je m’éloigne de la position adoptée dans le principal ouvrage sur le sujet (...)

4Ces caractéristiques font du contado florentin un marché intérieur important en tant que tel, quel que soit le type de produits manufacturés, en particulier la laine. Dans ce contexte, complexe et socialement stratifié, nous essaierons donc d’abord de rassembler les données disponibles dans l’historiographie la plus récente en les enrichissant d’apports personnels, pour indiquer ensuite les tendances du processus déclenché par la crise du XIVe siècle et caractérisé par de profondes transformations7.

La diffusion des gualchiere

  • 8 L’insuffisance de la documentation conservée pour la zone de Montevarchi avant le XVe siècle semble (...)

5Pour ce que nous en connaissons actuellement, la géographie de la diffusion de la gualchiera (moulin à foulon) dans le contado florentin est celle indiquée sur la figure 1. Bien évidemment, celle-ci n’est pas exhaustive et demeure fortement influencée par le hasard qui a pu présider au rassemblement de la documentation8.

Fig. 1 : Les gualchiere dans le contado florentin (XIIe-XVe siècles)
Légende : 1. 1201, gualchiera à Legri (J. Day, « Population growth and productivity : rural urban migration and the expansion of the manifacturing sector in thirteenth century Florence », B. Blondé, E. Vanhaute, M. Galand (éd.), Labour and labour markets between town and countryside (Middle Ages – 19th century), Turnhout, 2001, p. 82-110 : 98) ; 2. 1118, Vaglia (Carte della badia di Settimo e della Badia di Buonsollazzo nell’Archivio di Stato di Firenze, A. Ghignoli, A. R. Ferrucci (éd.), Firenze, 2004, p. 269) ; 3. 1333, Pulicciano (J. Muendel, « The “French” mill in medieval Tuscany », Journal of Medieval History, 1984, p. 215-247 : 246) ; 4. 1217, Montefiesole (R. Nelli, « Feudalità ecclesiastica e territorio. La proprietà del vescovo di Firenze », I. Moretti (éd.), Le antiche leghe di Diacceto, Monteloro e Rignano, Firenze, 1988, p. 243-260 : 246) ; 5. 1332, Londa (G. Cherubini, « La signoria del conte Ruggero di Dovadola nel 1332 », F. Canaccini (éd.), La lunga storia di una stirpe comitale. I conti Guidi tra Romagna e Toscana, Firenze, 2009, p. 407-444 : 418) ; 6. 1332, Pratovecchio (Ibid., p. 417) ; 7. XVe siècle, Pagliericcio (D. Baldassini, « Ad colandum et faciendum ferrum et acciaium : i Grifoni di Antica industriali del ferro nella Toscana medievale », Annali Aretini, 2011, sous presse) ; 8. XIVe siècle, Poppi (M. Bicchierai, Ai confini della repubblica di Firenze. Poppi dalla signoria dei conti Guidi al vicariato del Casentino, Firenze, 2005, p. 62) ; 9. XVe siècle, Partina (A. S. Firenze, Catasto 180, c. 244r) ; 10. 1163, à Capraia et à Faltona (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, t. X, p. II, Hannoverae, 1979, no 405) ; 11. 1144, Tosi (A. S. Firenze, Diplomatico, Vallombrosa, 1144 janvier) ; 12. XIVe siècle, Fontisterni (A. S. Firenze, Notarile Antecosimiano 3703, c. 47v) ; 13. 1131, Bruscheto sull’Arno (P. Termini, « Il ponte di Annibale a Bruscheto », Memorie Valdarnesi, 2007, p. 39-77) ; 14. 1299, Cappiano sull’Arno (P. Termini, « Mulini medievali andanti ad acqua. Le rive dell’Arno nella zona di Rignano », Annali Aretini, 2011, sous presse) ; 15. 1210 : Pitiana (A. S. Firenze, Diplomatico, Vallombrosa, 1210, août 4) ; 16. XVe siècle, trois gualchiere sur le Resco (G. Pasquali, V. Cimarri, Cascia nel Quattrocento. Lo Statuto della Lega del 1404, Poggibonsi, 2001, p. 85-86) ; 17. 1167, Figline (Ch. Wickham, Dispute ecclesiastiche e comunità laiche : il caso di Figline Valdarno, XII secolo, Firenze, 1998, p. 42-46) ; 18. XIIe siècle, Ponte agli Stolli (Figline) (Regesto di Coltibuono, G. Pagliai (éd.), Roma, 1909, no 543) ; 19. 1241, Bucine (J. Day, « Population growth and productivity… », p. 98) ; 20. XIVe siècle, deux gualchiere à Capannole (A. Barlucchi, « Note sul sistema economico della Valdambra fra Due e Trecento », L. Tanzini (éd.), La Valdambra nel Medioevo. Territorio, poteri, società, Firenze, 2011, p. 149-173 : 166) ; 21. 1181, Monteluco (Regesto di Coltibuono…, nn. 499, 500) ; 22. XVe siècle, Molino di San Cassiano (G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici in Val di Pesa : la Badia di Passignano e i suoi mulini (XII-XIV secolo), Tesi di dottorato, Firenze, 2005, fiche no 24) ; 23. 1124, Grignano (Ibid., p. 104) ; 24. XVe siècle, Molinaccio (Ibid., p. 95 et fiche no 20) ; 25. 1292, Molino dell’Abate (Ibid., p. 132-135 ; 222-233) ; 26. 1180, Petrara (Ibid, p. 116 e 208) ; 27. 1179, Ramagliano (Ibid., p. 110 et 208) ; 28. XVe siècle, Molino dei Tiratoi (Ibid., fiche no 11) ; 29. XVe siècle, Maiano (Ibid., p. 106 et fiche no 7) ; 30. 1279, Impruneta – Luiano (O. Muzzi, D. Nenci (éd.), Il contratto di mezzadria nella Toscana medievale, II, Contado di Firenze, secolo XIII, Firenze, 1988, no 109) ; 31. 1113, Impruneta – Ferrone (ASF, Diplomatico, Montescalari, 1113 avril 25) ; 32. 1332, Poggibonsi (S. Pucci (éd.), Una comunità della Valdelsa nel Medioevo : Poggibonsi e il suo statuto del 1332, Poggibonsi, 1995, p. 161).

  • 9 Dans le plus ancien document conservé, daté de 1113 (no 31), un certain Ranieri de Montebuoni cède (...)
  • 10 La gualchiera de Tosi attestée déjà en 1144 (no 11) est en pleine activité cent cinquante ans plus (...)
  • 11 G. Papaccio, « I mulini dell’abate. Il monastero e l’uso delle acque », P. Pirillo (éd.), Passignan (...)

6La date qui, dans la légende, accompagne les diverses localisations est la plus ancienne attestée par les sources. Les moulins à foulon, quand ils sont éclairés par la documentation, sont le plus souvent déjà en place ; il ne nous est presque jamais donné d’assister à leur fondation9. Leur construction peut donc remonter au jour précédent comme être vieille de plusieurs décennies et même de plusieurs siècles : mais quand il est possible de connaître leur histoire, il s’agit de structures qui, souvent remaniées à plusieurs reprises, sont très anciennes. Par exemple, le moulin à foulon de Bruscheto (no 13, fig. 1), disposant de deux piles et construit en 1131 sur l’Arno en aval d’Incisa, fut détruit par la grande inondation de 1333 ; rapidement reconstruit, il était encore en place au XVIIe siècle, bien que tombé en déshérence. Il s’agit d’un cas exceptionnel du fait de la documentation et de l’étude dont il a bénéficié. Pourtant, il semble qu’il ne soit pas isolé10. Il convient d’insister sur le fait que, dans la zone méditerranéenne où les cours d’eau ont pour la plupart un caractère torrentiel, il est nécessaire de choisir le site d’implantation avec attention et ensuite d’intervenir profondément sur l’environnement afin de dévier et de recueillir les eaux nécessaires pour actionner les roues ; l’extrême fragmentation de la propriété rendait, en outre, le processus de construction des moulins à eau particulièrement complexe et dispendieux, qu’il s’agisse de moulins à blé, de moulins à fer ou de moulins à foulon11. Une fois une telle structure réalisée, on n’y renonce pas à la légère.

  • 12 On peut dénombrer douze implantations au cours du XIIe siècle, sept au XIIIe, huit au XIVe et sept (...)
  • 13 P. Malanima, I piedi di legno. Una macchina alle origini dell’industria medievale, Milan, 1988, p.  (...)
  • 14 Pour le Valdarno superieur : Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 357-359. Pour le (...)
  • 15 Des mentions explicites de l’installation hydraulique, souvent accompagnées d’une description des a (...)

7Après avoir pris acte de ces difficultés et des limites inhérentes aux sources dont nous disposons, quelques observations générales peuvent être formulées. D’abord, il convient d’insister sur le fait que la majorité des attestations concerne les XIIe et XIIIe siècles, en dépit de la faible densité des sources de cette période par rapport à la suivante12 : cet élément paraît logique si nous prenons en compte le cadre socio-économique du contado florentin et son évolution dans le temps, tels qu’ils ont été rappelés précédemment13. On remarque, ensuite, la dispersion de ces structures sur le territoire, une dispersion plutôt homogène, surtout si l’on tient compte des limites de la documentation : aucune zone du contado n’en est privée, même parmi les plus isolées. Deux pôles de concentration émergent néanmoins : le Valdarno supérieur, autour de Figline, et les collines centrales, entre les cours du Greve et de la Pesa. Le premier correspond à une des zones les plus riches du territoire florentin, le second est une des plus densément peuplées14. La concentration des usines peut donc être attribuée aux possibilités de commercialisation de la laine, non aux qualités de l’environnement : en d’autres termes, la mise en œuvre de ces structures résulte d’une logique de nature économique. On doit abandonner les explications déterministes selon lesquelles l’origine de l’implantation des gualchiere sur les rives abruptes des torrents des Apennins dépendrait de l’accès à la force naturelle, alors que leur construction résulte des capitaux disponibles et de la demande d’un marché en expansion ; c’est ce qui a permis de supporter le coût des ateliers et celui du système complexe de dérivation et de réception des eaux, pour suppléer aux carences de la nature15.

  • 16 Le moulin appartenant à des propriétaires privés est une caractéristique qui différencie toute la p (...)
  • 17 Dans l’une des plus anciennes attestations conservées, datée de 1118, un certain « Guinildo condam (...)
  • 18 C’est le cas d’une société établie en 1179 entre le monastère de Passignano et la famille Da Poppie (...)
  • 19 Les moulins à foulons qui dépendent de la propriété ecclésiastique au moment de la rédaction des do (...)

8Ces dernières considérations introduisent la question de la propriété des gualchiere. Sur ce point, une anomalie apparente doit être enregistrée : contrairement à ce que l’on pense généralement des origines de la diffusion de ces usines, l’Église n’est pas la seule détentrice des savoirs techniques et des considérables capitaux nécessaires ; les laïcs, eux aussi, semblent en disposer16. Cette caractéristique est d’autant plus remarquable que presque toute la documentation du XIIe siècle provient de la sphère ecclésiastique et que la propriété laïque est éclairée de façon épisodique17. Parfois, la construction et la gestion des moulins à foulon résultent de l’association entre des institutions religieuses et des laïcs18. Cette particularité trouve également une explication cohérente dans le contexte propre au contado florentin. Bien évidemment, au cours des siècles suivants, la propension des laïcs – surtout citadins – à investir dans les usines de transformation, qu’il s’agisse de moulins à blé, à fer ou à foulon, augmente alors que la propriété ecclésiastique décroît et que de nouveaux acteurs se présentent dans ce domaine comme, par exemple, les communes rurales19. Mais il nous suffira pour l’instant de souligner, une fois encore, la cohérence entre la documentation ancienne et la situation d’un contado très peuplé, riche et socialement diversifié comme l’était alors le contado florentin.

9Au vu de la nature de la documentation, il est inutile de s’interroger sur les caractéristiques techniques comme sur le potentiel productif ; nous ignorons même si l’usage par les notaires du singulier ou du pluriel pour désigner l’atelier (gualkeria/gualkerie) répond à des motifs précis. En définitive, avant le XVe siècle, il est impossible d’estimer la capacité productive des gualchiere du contado de Florence. En effet, les documents ne précisent pas le nombre des piles en activité. On peut tout juste dire que, dans certains cas, les moulins pour fouler le drap sont associés à des moulins à blé et que ce phénomène connaît une évolution qu’il conviendra de présenter ultérieurement.

Circuits productifs et commerciaux du contado : le cas du Valdarno supérieur

  • 20 A.S. Florence, Diplomatico, Passignano, 24 février 1233. Le texte a été publié plusieurs fois, avec (...)
  • 21 P. Pirillo, Famiglia e mobilità sociale nella Toscana medievale. I Franzesi Della Foresta da Figlin (...)

10Au cours du XIIIe siècle, des circuits productifs et commerciaux à l’intérieur du contado émergent des sources. Parfois, il suffit d’un document significatif pour éclairer une série d’indices épars et composer ainsi un cadre crédible. C’est le cas du serment prêté en 1234 par les tailleurs du centre valdarnese de Figline pour former leur corporation, organiser la profession et réguler leurs rapports avec la partie adverse, celle de l’Art des marchands de drap locaux20. Pour en évaluer toute l’importance, il faut rappeler que Figline était considérée à cette époque comme la capitale du Valdarno supérieur, caractérisée par le dynamisme de sa croissance économique et démographique, ce qui faisait d’elle une cité en miniature, avec une classe d’artisans spécialisés (à partir du XIIe siècle, on note des pelletiers, des forgerons, un épicier et des cordonniers) et des institutions communales basées, à partir des premières années du XIIIe siècle, sur un « Constitutum » particulier21. Le « Breve dei sarti di Figline », c’est-à-dire le serment à l’origine de l’association de métier, s’adapte à ce contexte. La structure corporative que les tailleurs ont créée nous semble déjà très mature, qu’il s’agisse de la rapporter au contexte historique, à l’importance économique de la profession, ou aux dimensions mêmes de l’agglomération. À la tête de l’organisation, on trouve deux recteurs qui alternent chaque année et sont cooptés par les précédents. Ils contrôlent l’activité dans les ateliers et jugent les conflits entre les maîtres artisans ; tous ceux qui exercent la profession sont inscrits dans le métier, personne ne peut travailler à Figline sans en être membre, y compris les apprentis ; l’association est financée par les inscriptions et par les amendes et elle défend ses membres vis-à-vis de l’extérieur. Pour notre enquête, plus intéressantes sont les références aux rapports avec la corporation des marchands de drap du Valdarno (« mercatantorum pannaiolum qui vendunt et emunt in valle Arno et qui iurati sunt simul ad unum breve »). Cette corporation, qui dispose de ses propres « rectores », joue un rôle de guide et organise le travail en fournissant aux tailleurs la matière première, en fixant les rémunérations et en imposant les mesures à adopter. Les tailleurs doivent confectionner les vêtements avec les tissus reçus des marchands selon des tarifs précis, ceci préfigurant une sorte de production en série. Ils doivent, en outre, disposer chez eux de pièces de drap exposées aux clients potentiels et percevoir, au nom des marchands, les sommes d’argent remises selon des échéances en relation avec la pratique du paiement différé. On note un haut niveau de division du travail : chaque maître tailleur semble propriétaire de son propre atelier dans lequel œuvrent des apprentis ; chaque marchand dispose d’employés qui passent pour déposer les draps et recouvrer les sommes d’argent.

  • 22 P. Castagneto, L’arte della lana a Pisa nel Duecento e nei primi decenni del Trecento : commercio, (...)

11Un tel document doit être dûment contextualisé dans son environnement économique. Nous ne savons pas exactement à quelle activité correspondait, durant la première moitié du XIIIe siècle, le terme « pannaiolus » : selon toute probabilité, au marchand de drap, grossiste et détaillant22. Néanmoins, l’existence d’une corporation ainsi définie dans sa sphère d’activité, en relation avec l’implantation de plusieurs moulins à foulon, rapportée à ce que nous déduisons de la documentation postérieure, fait présumer l’existence d’un cycle productif et commercial de la laine, précis et en place dans le Valdarno supérieur, à partir du XIIIe siècle.

  • 23 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 180-181, 185-186, 293-297 et 303-308. J’utili (...)
  • 24 F. Salvestrini, Santa Maria di Vallombrosa. Patrimonio e vita economica di un grande monastero medi (...)
  • 25 La transhumance n’est pas une pratique ancestrale remontant aux premières civilisations sylvo-pasto (...)
  • 26 G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici…, p. 197.

12L’organisation des marchands de drap devait réunir les centres les plus dynamiques de la zone, Figline, Montevarchi et Pianalberti (de nos jours San Giovanni Valdarno), mais aussi des lieux plus modestes qui pouvaient cependant abriter des individus caractérisés par une remarquable capacité entrepreneuriale23. Les matières premières étaient fournies par les troupeaux de moutons élevés sur le Pratomagno et sur les crêtes des Apennins, principalement ceux du monastère de Vallombrosa et des comtes Guidi qui fournissaient une laine ordinaire24 ; déjà, au milieu du XIIIe siècle, la transhumance des grands troupeaux ovins est attestée en Maremme, indice de l’intérêt économique accordé à cette activité, orientée vers le marché25. Après une phase préparatoire, sur laquelle on ne peut que se limiter à des suppositions, les draps étaient portés dans les différentes usines hydrauliques de la zone pour y être foulés. Comme nous l’avons vu, celles-ci étaient au moins au nombre d’une douzaine. À certains moments de grande demande, elles pouvaient se révéler insuffisantes, comme en 1292 quand un individu de Figline prend en location la gualchiera de Grignano qui dépend du monastère de Passignano, dans le Chianti26.

  • 27 P. L. Della Bordella, L’Arte della lana in Casentino : storia dei lanifici, Cortone, 1984, p. 132.
  • 28 A. Barlucchi, « Note sul sistema economico… », p. 151-158. Les teinturiers qui travaillent dans le (...)
  • 29 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 194.
  • 30 Ch. M. de La Roncière, « La vita economica di Poggibonsi nel corso di due generazioni (1330-1380) » (...)
  • 31 Les importations concernaient aussi le coton pour la confection des futaines, comme il résulte du t (...)

13La facilité d’approvisionnement en matières premières nécessaires aux différentes étapes du cycle de la laine, en limitant ou même en annulant l’action des intermédiaires, permettait de réduire considérablement les coûts de production : on pouvait trouver la boue pour purger les tissus dans le Casentino27, l’huile pour le peignage et pour la « scamattatura » (le battage), ainsi que la guède pour la teinture en Valdambra28. Quant à la cendre nécessaire, produite à partir des déchets du traitement du fer dans la région environnante, elle était en vente sur le marché de Figline29. Le safran venait de plus loin, mais toujours de l’intérieur du contado florentin, dans la zone de Poggibonsi30. Pour le reste, on avait recours aux importations31.

  • 32 La production de draps « bigio », « albagio » et « romagnolo » est attestée dès le début du XIVe si (...)
  • 33 Les marchands citadins qui fréquentaient ces centres ne semblent pas vendre de tissus de qualité pa (...)
  • 34 F. Melis, Tracce di una storia economica di Firenze e della Toscana in generale dal 1252 al 1550, B (...)

14Les draps produits – nous le confirmons – étaient de qualité médiocre, comme dans tout le territoire florentin au cours du XIIIe siècle32. Mais il s’agissait d’un type de drap qui répondait à la demande d’un marché local, importante du fait d’une population nombreuse et en expansion, et non à cause de la qualité des produits33. On ne doit pourtant pas mépriser un marché de ce type, d’autant que les faibles coûts de production des draps de qualité inférieure aboutissaient à des résultats économiques proportionnellement beaucoup plus intéressants34.

  • 35 Ceci est un autre point sur lequel je m’éloigne des travaux de Stephan Epstein. Selon cet auteur, a (...)
  • 36 On a déjà vu, dans les « Breve », les tailleurs de Figline collaborer en ce sens avec les marchands (...)

15Après les opérations de finition, les tissus étaient mis en vente dans les nombreux petits marchés dispersés dans la vallée et situés à une faible distance les uns des autres, en moyenne entre sept et huit kilomètres. Du nord au sud, on peut établir la liste des centres concernés : Pelago, Volognano, Sant’Ellero, Leccio, Cascia, Figline, Pianalberti, Montevarchi, Montelungo, Pontenano, Torre, Bucine et Capannole35. Comme les jours de marché étaient différents d’un centre à l’autre, le marchand de drap pouvait, selon toute probabilité, les fréquenter successivement. Nous disposons, également, d’attestations relatives à des sociétés conclues entre des marchands de ces divers centres et à l’usage du stockage des marchandises auprès d’un tiers36. Une clientèle, autre que locale, devait provenir des zones environnantes du Chianti, du Casentino et du Val di Sieve, du fait des liens économiques et sociaux noués entre ces espaces, tels qu’ils transparaissent de la documentation.

16Naturellement, il ne s’agissait pas d’un système fermé. Les places commerciales du Valdarno étaient également fréquentées par les marchands des villes avec leurs produits, dans un contexte de concurrence encore pratiquement libre de réglementations spécifiques. Cette situation, idyllique en apparence, n’était pas destinée à durer.

Les changements des xive et xve siècles

  • 37 D. Herlihy, « Santa Maria Impruneta : A rural commune in the late Middle Ages », N. Rubinstein (ed. (...)
  • 38 A. Doren, Le arti fiorentine, trad. it., Florence, 1940, I, p. 51-52, 167-168. Il existe des except (...)
  • 39 F. Franceschi, « Istituzioni e attività economica a Firenze : considerazioni sul governo del settor (...)
  • 40 B. Dini, « L’industria tessile italiana nel tardo Medioevo », Id., Saggi su una economiamondo. Fire (...)

17Ce scénario change radicalement entre la fin du XIIIe et la première moitié du XIVe siècle : d’un côté, à Florence, les Arts s’emparent du pouvoir et inaugurent clairement les axes d’une politique économique inscrite dans le territoire que la ville domine ; de l’autre, la société du contado subit une forte paupérisation due aux migrations vers la ville d’une grande partie de sa classe supérieure, à laquelle s’ajoute un effondrement démographique qui ramène la population du contado aux niveaux atteints avant les vagues de peste37. En ce qui concerne le premier point, on peut relever que le principe général selon lequel tous les « artifices » font partie des corporations urbaines commence à être appliqué à cette époque. Ainsi, nous n’avons plus d’informations sur l’Art des « pannaioli » du Valdarno ; même s’il a pu survivre, son existence ne pouvait dorénavant être tolérée38. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, en outre, le gouvernement approuve une série de mesures protectionnistes en faveur de l’industrie urbaine dont le pilier fondamental est l’interdiction de produire, dans le contado, des tissus de qualité moyenne qui pourraient faire concurrence aux drapiers de la ville. Seule la laine médiocre du pays devait être utilisée pour la confection de tissus de qualité inférieure39. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, du point de vue de la consommation, la demande de tissus de qualité médiocre s’accroît à Florence et celle des étoffes précieuses poursuit sa progression, mais il s’agit d’observations valables pour le marché urbain, tandis que le peu que nous savons du contado évolue dans une tout autre direction40.

  • 41 J. Muendel, « The “French” mill in medieval Tuscany », Journal of Medieval History, 1984, p. 215-24 (...)
  • 42 J. Muendel, « The distribution of mills in the Florentine Countryside during the Late Middle Ages » (...)
  • 43 Le précieux registre (A.S. Florence, Capitani di Parte Numeri Rossi, 126), endommagé par une inonda (...)

18Cette évolution rurale est marquée par une grande nouveauté technique : la diffusion de piles pour fouler les draps dans les moulins à blé entraîne la progressive raréfaction des gualchiere comme édifices spécialisés. Dans le contado florentin du XIVe siècle, apparaissent en effet des structures hybrides de transformation dans lesquelles, à la roue horizontale traditionnelle utilisée pour la mouture du blé, se joint une roue verticale41 : cette opération ne peut qu’être motivée par la volonté d’adopter des piles pour le foulage, puisque la technique de la gualchiera exige nécessairement une roue verticale. Au cours des siècles précédents, il arrivait déjà que l’on trouve des moulins à blé avec une annexe « drapante », mais le phénomène en question est typique du XIVe siècle et il est en relation avec le choix d’équiper les moulins déjà existants de la possibilité de travailler dans le secteur textile. Ce processus de « reconversion industrielle » semble assez avancé durant les premières années du XVe siècle : d’un recensement fiscal de 1425, il résulte que dans le territoire dominé par Florence – dont l’extension a doublé – la figure du moulin hybride est généralisée. On peut en dénombrer 44 contre 15 moulins spécialisés dans le foulage42. Si l’on prend en considération le contado historique auquel nous nous sommes référé jusqu’ici, les gualchiere, en tant que tels, se réduisent à ceux des rives de l’Arno, proches de la ville, en amont de l’agglomération43. Il s’agit d’une réponse intelligente et souple à la situation de crise qui traverse alors le territoire : les usines hydrauliques restructurées de cette façon gagnent en flexibilité d’utilisation, en permettant, à ceux qui les gèrent, de travailler alternativement pour le secteur agricole ou pour celui de l’artisanat.

  • 44 F. Franceschi, « Criminalità e mondo del lavoro : il tribunale dell’Arte della Lana a Firenze nei s (...)

19Le recensement en date de 1425, le plus ancien conservé, énumère 38 piles de gualchiera autour de la ville contre 94 disséminées dans le contado. Ne disposant pas de données plus anciennes, mais également parce que le territoire florentin, comme il a déjà été précisé, s’est considérablement étendu, il nous est impossible de comparer ce nombre à une situation antérieure. Nous pouvons observer, cependant, que la dispersion spatiale des usines en rendait inopérante l’utilisation par les drapiers urbains. La preuve nous en est fournie par la grève des gualchierai (foulons), en 1424 : dans le débat qui traverse l’Art de la laine au sujet des mesures à adopter, l’hypothèse d’un déplacement du foulage dans les ateliers du contado ne fut même pas prise en considération44.

***

  • 45 F. Franceschi, « Lane permesse e lane proibite… », p. 887.

20Ainsi, la réduction de la population et l’appauvrissement de la « bourgeoisie de village », associés à l’interdiction de produire des tissus de qualité, ancraient les pareurs du contado dans un marché local, désormais limité et asphyxié, qui avait perdu le dynamisme des siècles précédents. En conséquence, la production dut être réduite pour s’adapter aux réalités nouvelles. Il ne semble pas, pourtant, à l’exception de quelques tentatives compréhensibles pour contourner les interdits portant sur la qualité des tissus45, que le pays ait connu des épisodes d’intolérance ou encore moins de rébellion ouverte contre une législation qui pénalisait les productions minoritaires du contado face à celles des villes.

Notes

1 R. Piattoli, Lo Statuto dell’arte dei padroni dei mulini sulla destra del fiume Bisenzio (1296), Prato, 1936 ; H. Hoshino, « Note sulle gualchiere degli Albizi nel basso Medioevo », F. Franceschi, S. Tognetti (éd.), Industria tessile e commercio internazionale nella Firenze del tardo Medioevo, Florence, 2001, p. 41-63 ; C. Cosi, « L’attività laniera nel contado fiorentino. Le strutture materiali », Rivista di storia dell’agricoltura, 1999, p. 57-86 ; L. Fabbri, « Opus novarum gualcheriarium. Gli Albizi e le origini delle gualchiere di Remole », Archivio storico italiano, 2004, p. 507-560 ; F. Franceschi, « Un “distretto industriale” fiorentino ? », P. Pirillo (éd.), Alle porte di Firenze. Il territorio di Bagno a Ripoli in età medievale, Rome, 2008, p. 213-228.

2 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento, Florence, 2005, p. 399. Il s’agit de la « proletarizzazione dei ceti rurali » (G. Pinto, La Toscana nel tardo Medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, 1982, p. 207), phénomène qui peut être consideré comme « il problema centrale delle campagne negli ultimi secoli del Medioevo » (G. Cherubini, Signori, contadini, borghesi. Ricerche sulla società italiana del basso Medioevo, Florence, 1974, p. 73).

3 H. Hoshino, L’Arte della lana in Firenze nel basso Medioevo. Il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli XIII-XV, Florence, 1980 ; F. Franceschi, Oltre il Tumulto : i lavoratori fiorentini dell’Arte della lana fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993.

4 D. Herlihy, Ch. Klapish-Zuber, I Toscani e le loro famiglie. Uno studio sul catasto fiorentino del 1427, Bologne, 1988, p. 233-234 ; G. Pinto, « Dalla tarda antichità alla metà del XVI secolo », L. Del Panta et al. (éd.), La popolazione italiana dal Medioevo a oggi, Rome-Bari, 1996, p. 17-71 (p. 41) ; P. Malanima, « Teoria economica regionale e storia : il caso della Toscana (XIII-XVI secolo) », Lo sviluppo economico regionale in prospettiva storica, Milan, 1996, p. 133-148 (p. 135).

5 Nombreux exemples dans Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…

6 G. Pinto, « Bourgeoisie de village et différenciations sociales dans les campagnes de l’Italie communale (XIIIe-XVe siècle) », F. Menant, J.-P. Jessenne (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran XXVII, Toulouse, 2007, p. 91-110 ; G. Pinto, « Produzioni e reti mercantili nelle campagne toscane dei secoli XIII e XIV », Rivista di storia dell’agricoltura, 2008, p. 101-119.

7 C’est volontairement que je m’éloigne de la position adoptée dans le principal ouvrage sur le sujet : S.R. Epstein, Freedom and Growth. The rise of states and markets in Europe, 1300-1750, Londres-New York, 2000, qui consacre de nombreuses pages à la réalité florentine, en particulier dans le chapitre VI. Les différences sont si importantes, à commencer par la période chronologique traitée, qu’elles paraîtront évidentes au lecteur sans qu’il me soit nécessaire de les présenter.

8 L’insuffisance de la documentation conservée pour la zone de Montevarchi avant le XVe siècle semble la cause du vide qui apparaît sur la carte. Au contraire, la grande concentration d’attestations dans la vallée de la Pesa correspond à l’implantation de l’importante abbaye de Passignano qui a conservé des archives imposantes.

9 Dans le plus ancien document conservé, daté de 1113 (no 31), un certain Ranieri de Montebuoni cède à l’abbé de Montescalari un terrain pour y construire un moulin à blé et un moulin foulon (R. Davidsohn, Storia di Firenze, éd. ital. 8 vol., Florence, 1960-73, I, p. 1166, qui fournit néanmoins une localisation erronée). Les autres cas qui attestent de la naissance de la gualchiera sont les numéros 3, 12 et 26 (fig. 1).

10 La gualchiera de Tosi attestée déjà en 1144 (no 11) est en pleine activité cent cinquante ans plus tard : A. S. Florence, Diplomatico, Vallombrosa, 12 mai 1296. À consulter, également, les nombreux exemples relatifs aux usines sur la Pesa cités par Gloria Papaccio dans sa thèse de doctorat (G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici in Val di Pesa : la Badia di Passignano e i suoi mulini (XII-XIV secolo), Tesi di dottorato, Firenze, 2005).

11 G. Papaccio, « I mulini dell’abate. Il monastero e l’uso delle acque », P. Pirillo (éd.), Passignano in Val di Pesa. Un monastero e la sua storia, Florence, 2009, p. 275-292 (p. 179-180).

12 On peut dénombrer douze implantations au cours du XIIe siècle, sept au XIIIe, huit au XIVe et sept au cours du XVe. Cependant, il convient de préciser que quatre moulins à foulon assignés aux XIVe et XVe siècles, celui de Poggibonsi et ceux sur les rives du torrent Resco (numéros 32 et 16, fig. 1), devraient être datés du XIIIe siècle comme il résulte de plusieurs indices, mais nous avons souhaité respecter strictement les informations extraites de l’édition de référence.

13 P. Malanima, I piedi di legno. Una macchina alle origini dell’industria medievale, Milan, 1988, p. 64. John Day avance une opinion différente selon laquelle les gualchiere du contado florentin auraient notablement diminué au cours du XIIIe siècle, au point de quasiment disparaître (J. Day, « Population growth and productivity… », p. 98), mais la base documentaire dont il dispose paraît assez limitée.

14 Pour le Valdarno superieur : Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 357-359. Pour les collines internes : E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna nel contado fiorentino, I, Le campagne nell’età precomunale, Rome, 1965, p. 61-63.

15 Des mentions explicites de l’installation hydraulique, souvent accompagnées d’une description des accords conclus entre les propriétaires voisins et des négociations qui leur sont liées, se trouvent dans presque toutes les anciennes attestations ; voir sur la figure 1, les numéros 1, 2, 9, 12, 16, 17, 20, 22, 23, 24, 25, 26.

16 Le moulin appartenant à des propriétaires privés est une caractéristique qui différencie toute la péninsule italienne du reste de l’Europe durant ces siècles : P. Malanima, « L’energia disponibile », R. Romano (éd.), Storia dell’economia italiana, Turin, 1990, I, p. 117-136 (p. 132).

17 Dans l’une des plus anciennes attestations conservées, datée de 1118, un certain « Guinildo condam Ubaldini », demeuré inconnu, cède au monastère de Buonsollazzo des moulins et des gualchiere sur le torrent Carza près de Vaglia (no 2, fig. 1). Autres exemples : en 1217, le « nobilis vir Iacobus Picchii » cède à l’évêque de Florence ses gualchiere sur la Sieve, à Montefiesole (no 4). En 1187, Enrico et Alamanno de Sambuco vendent au monastère de Passignano leur quatrième partie des gualchiere de Ramagliano : G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici,…, p. 208.

18 C’est le cas d’une société établie en 1179 entre le monastère de Passignano et la famille Da Poppiena pour la construction de moulins et de gualchiere près du pont de Ramagliano (no 27, fig. 1).

19 Les moulins à foulons qui dépendent de la propriété ecclésiastique au moment de la rédaction des documents correspondent sur la figure 1 aux numéros 1, 2, 9, 10, 12, 16, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26 (en association avec les laïcs), 30. Les autres dépendent de propriétaires laïques.

20 A.S. Florence, Diplomatico, Passignano, 24 février 1233. Le texte a été publié plusieurs fois, avec des erreurs de transcription, la dernière fois dans : Il ‘Breve’ dei sarti di Figline. Scritti di Giulio Prunai e Gino Masi, Figline (Florence), 2011.

21 P. Pirillo, Famiglia e mobilità sociale nella Toscana medievale. I Franzesi Della Foresta da Figline Valdarno (secoli XII-XV), Florence, 1992 ; Ch. Wickham, Dispute ecclesiastiche…

22 P. Castagneto, L’arte della lana a Pisa nel Duecento e nei primi decenni del Trecento : commercio, industria e istituzioni, Pise, 1996, p. 119-123.

23 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 180-181, 185-186, 293-297 et 303-308. J’utilise le terme « entrepreneur » dans le sens que Philippe Braunstein lui donne pour le Moyen Âge : « L’organizzazione del lavoro alla fine del Medioevo », Annali di storia dell’impresa, 2003, p. 191-201.

24 F. Salvestrini, Santa Maria di Vallombrosa. Patrimonio e vita economica di un grande monastero medievale, Florence, 1999, p. 197-206 et p. 233-250. L. Calzolai, « Pratomagno e Maremma. Allevamento e transumanza », Annali aretini, 2007-2008, p. 297-311. Jusqu’au début du XIVe siècle, la qualité de la laine florentine est médiocre : H. Hoshino, L’Arte della lana in Firenze…, p. 37-48.

25 La transhumance n’est pas une pratique ancestrale remontant aux premières civilisations sylvo-pastorales, comme il est communément admis, mais un réel investissement productif : M.C. Cleary, C. Delano Smith, « Transhumance reviewed : past and present practices in France and Italy », Rivista di Studi Liguri, 1990, p. 21-38.

26 G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici…, p. 197.

27 P. L. Della Bordella, L’Arte della lana in Casentino : storia dei lanifici, Cortone, 1984, p. 132.

28 A. Barlucchi, « Note sul sistema economico… », p. 151-158. Les teinturiers qui travaillent dans le contado florentin comme artisans qualifiés sont connus au moins depuis le milieu du XIIe siècle : R. Davidsohn, Storia di Firenze…, I, p. 1170.

29 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 194.

30 Ch. M. de La Roncière, « La vita economica di Poggibonsi nel corso di due generazioni (1330-1380) », S. Pucci (éd.), Una comunità della Valdelsa…, p. 39.

31 Les importations concernaient aussi le coton pour la confection des futaines, comme il résulte du texte du « Breve ». Le coton était importé d’Arezzo, un centre pour le commerce de ce produit dès le milieu du XIIIe siècle : R. Davidsohn, Storia di Firenze…, VI, p. 161. Consulter également, F. Franceschi, « Arezzo all’apogeo dello sviluppo medievale. Aspetti economici e sociali », Petrarca politico, Rome, 2006, p. 159-182. Plus généralement, M. F. Mazzaoui, The Italian Cotton Industry in the Later Middle Ages, 1100-1600, Cambridge, 1981.

32 La production de draps « bigio », « albagio » et « romagnolo » est attestée dès le début du XIVe siècle dans la vallée, Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 10.

33 Les marchands citadins qui fréquentaient ces centres ne semblent pas vendre de tissus de qualité particulière ; par exemple, en 1226 à Pianalberti, un florentin vend du tissu « birrettino » (A. S. Florence, Diplomatico, Passignano, 10 octobre 1226).

34 F. Melis, Tracce di una storia economica di Firenze e della Toscana in generale dal 1252 al 1550, B. Dini (éd.), Florence, 1967, p. 256.

35 Ceci est un autre point sur lequel je m’éloigne des travaux de Stephan Epstein. Selon cet auteur, après la peste noire, le nombre des centres d’échange aurait augmenté : S.R. Epstein, Freedom and Growth.…, p. 153. Consulter aussi, S.R. Epstein, « Strutture di mercato », A. Zorzi, W. J. Connell (éd.), Lo stato territoriale fiorentino (secoli XIV-XV), Pise, 2001, p. 93-134. À mon avis, la dynamique est différente et opposée, le nombre des marchés diminue au cours de la période, allant de pair avec le processus de « ruralisation » du contado : A. Barlucchi, « Mercati, mercatali e fiere intorno al Pratomagno : appunti per una ricerca », G. Vannini (éd.), Rocca Ricciarda dai Guidi ai Ricasoli. Storia e archeologia di un castrum medievale nel Pratomagno aretino, Florence, 2009, p. 89-96.

36 On a déjà vu, dans les « Breve », les tailleurs de Figline collaborer en ce sens avec les marchands de drap, Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne…, p. 185-188. Voir également, A. Barlucchi, « I mercatali della Valdambra (sec. XIII-XIV) », Uomini, paesaggi, storie. Studi di storia medievale per Giovanni Cherubini, Sienne, 2012, p. 339-357.

37 D. Herlihy, « Santa Maria Impruneta : A rural commune in the late Middle Ages », N. Rubinstein (ed.), Florentine Studies. Politics and Society in Renaissance Florence, Londres, 1968, p. 242-276.

38 A. Doren, Le arti fiorentine, trad. it., Florence, 1940, I, p. 51-52, 167-168. Il existe des exceptions concernant les artisans des centres assujettis tardivement à Florence : F. Franceschi, « Lane permesse e lane proibite nella Toscana fiorentina », A. Mattone, P.F. Simbula (éd.), La pastorizia mediterranea. Storia e diritto (secoli XI-XX), Rome, 2011, p. 878-889 (p. 881).

39 F. Franceschi, « Istituzioni e attività economica a Firenze : considerazioni sul governo del settore industriale (1350-1450) », Istituzioni e società in Toscana nell’età Moderna, Rome, 1994, I, p. 76-117 (p. 84-85).

40 B. Dini, « L’industria tessile italiana nel tardo Medioevo », Id., Saggi su una economiamondo. Firenze e l’Italia fra Mediterraneo ed Europa, secc. 13-16, Pise, 1995, p. 13-49 (p. 22).

41 J. Muendel, « The “French” mill in medieval Tuscany », Journal of Medieval History, 1984, p. 215-247.

42 J. Muendel, « The distribution of mills in the Florentine Countryside during the Late Middle Ages », J.A. Raftis (éd.), Pathways to Medieval Peasants, Toronto, 1981, p. 83-115 (p. 98).

43 Le précieux registre (A.S. Florence, Capitani di Parte Numeri Rossi, 126), endommagé par une inondation et récupéré grâce à l’intervention du Committee to Rescue Italian Art (CRIA 9772), n’est plus consultable actuellement ; je dois ces observations à l’amabilité de mon ami et collègue Paolo Pirillo qui m’a transmis les notes qu’il avait prises sur le registre, il y a quelques années.

44 F. Franceschi, « Criminalità e mondo del lavoro : il tribunale dell’Arte della Lana a Firenze nei secoli XIV e XV », Ricerche storiche, 1988, p. 551-590 (p. 579).

45 F. Franceschi, « Lane permesse e lane proibite… », p. 887.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Les gualchiere dans le contado florentin (XIIe-XVe siècles)Légende : 1. 1201, gualchiera à Legri (J. Day, « Population growth and productivity : rural urban migration and the expansion of the manifacturing sector in thirteenth century Florence », B. Blondé, E. Vanhaute, M. Galand (éd.), Labour and labour markets between town and countryside (Middle Ages – 19th century), Turnhout, 2001, p. 82-110 : 98) ; 2. 1118, Vaglia (Carte della badia di Settimo e della Badia di Buonsollazzo nell’Archivio di Stato di Firenze, A. Ghignoli, A. R. Ferrucci (éd.), Firenze, 2004, p. 269) ; 3. 1333, Pulicciano (J. Muendel, « The “French” mill in medieval Tuscany », Journal of Medieval History, 1984, p. 215-247 : 246) ; 4. 1217, Montefiesole (R. Nelli, « Feudalità ecclesiastica e territorio. La proprietà del vescovo di Firenze », I. Moretti (éd.), Le antiche leghe di Diacceto, Monteloro e Rignano, Firenze, 1988, p. 243-260 : 246) ; 5. 1332, Londa (G. Cherubini, « La signoria del conte Ruggero di Dovadola nel 1332 », F. Canaccini (éd.), La lunga storia di una stirpe comitale. I conti Guidi tra Romagna e Toscana, Firenze, 2009, p. 407-444 : 418) ; 6. 1332, Pratovecchio (Ibid., p. 417) ; 7. XVe siècle, Pagliericcio (D. Baldassini, « Ad colandum et faciendum ferrum et acciaium : i Grifoni di Antica industriali del ferro nella Toscana medievale », Annali Aretini, 2011, sous presse) ; 8. XIVe siècle, Poppi (M. Bicchierai, Ai confini della repubblica di Firenze. Poppi dalla signoria dei conti Guidi al vicariato del Casentino, Firenze, 2005, p. 62) ; 9. XVe siècle, Partina (A. S. Firenze, Catasto 180, c. 244r) ; 10. 1163, à Capraia et à Faltona (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, t. X, p. II, Hannoverae, 1979, no 405) ; 11. 1144, Tosi (A. S. Firenze, Diplomatico, Vallombrosa, 1144 janvier) ; 12. XIVe siècle, Fontisterni (A. S. Firenze, Notarile Antecosimiano 3703, c. 47v) ; 13. 1131, Bruscheto sull’Arno (P. Termini, « Il ponte di Annibale a Bruscheto », Memorie Valdarnesi, 2007, p. 39-77) ; 14. 1299, Cappiano sull’Arno (P. Termini, « Mulini medievali andanti ad acqua. Le rive dell’Arno nella zona di Rignano », Annali Aretini, 2011, sous presse) ; 15. 1210 : Pitiana (A. S. Firenze, Diplomatico, Vallombrosa, 1210, août 4) ; 16. XVe siècle, trois gualchiere sur le Resco (G. Pasquali, V. Cimarri, Cascia nel Quattrocento. Lo Statuto della Lega del 1404, Poggibonsi, 2001, p. 85-86) ; 17. 1167, Figline (Ch. Wickham, Dispute ecclesiastiche e comunità laiche : il caso di Figline Valdarno, XII secolo, Firenze, 1998, p. 42-46) ; 18. XIIe siècle, Ponte agli Stolli (Figline) (Regesto di Coltibuono, G. Pagliai (éd.), Roma, 1909, no 543) ; 19. 1241, Bucine (J. Day, « Population growth and productivity… », p. 98) ; 20. XIVe siècle, deux gualchiere à Capannole (A. Barlucchi, « Note sul sistema economico della Valdambra fra Due e Trecento », L. Tanzini (éd.), La Valdambra nel Medioevo. Territorio, poteri, società, Firenze, 2011, p. 149-173 : 166) ; 21. 1181, Monteluco (Regesto di Coltibuono…, nn. 499, 500) ; 22. XVe siècle, Molino di San Cassiano (G. Papaccio, Storia e archeologia degli opifici idraulici in Val di Pesa : la Badia di Passignano e i suoi mulini (XII-XIV secolo), Tesi di dottorato, Firenze, 2005, fiche no 24) ; 23. 1124, Grignano (Ibid., p. 104) ; 24. XVe siècle, Molinaccio (Ibid., p. 95 et fiche no 20) ; 25. 1292, Molino dell’Abate (Ibid., p. 132-135 ; 222-233) ; 26. 1180, Petrara (Ibid, p. 116 e 208) ; 27. 1179, Ramagliano (Ibid., p. 110 et 208) ; 28. XVe siècle, Molino dei Tiratoi (Ibid., fiche no 11) ; 29. XVe siècle, Maiano (Ibid., p. 106 et fiche no 7) ; 30. 1279, Impruneta – Luiano (O. Muzzi, D. Nenci (éd.), Il contratto di mezzadria nella Toscana medievale, II, Contado di Firenze, secolo XIII, Firenze, 1988, no 109) ; 31. 1113, Impruneta – Ferrone (ASF, Diplomatico, Montescalari, 1113 avril 25) ; 32. 1332, Poggibonsi (S. Pucci (éd.), Una comunità della Valdelsa nel Medioevo : Poggibonsi e il suo statuto del 1332, Poggibonsi, 1995, p. 161).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

Auteur

Chercheur, université de Sienne – Arezzo.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540