Desktop versionMobile Version

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Districts industriels, régions de production, marchés (Europe, xiie-xve siècle)

Quelques pistes de réflexion

Mathieu Arnoux

Volltext

1Le titre indécis de cette intervention répond d’une certaine manière à l’intitulé sobre choisi par les organisateurs du colloque : « Industries des campagnes ». Il renâcle devant le terme plus précis mais plus risqué de proto-industrie, qui aurait éclairé son sujet en allant droit au problème : un terme choisi pour décrire un processus caractéristique de l’Europe de la fin de l’Ancien régime est-il pertinent pour décrire des situations antérieures de quatre ou cinq siècles ? À la place d’une question embarrassante par son aspect trop direct, j’ai choisi une périphrase sans syntaxe, associant deux notions analogues, mais peut-être concurrentes, celles de district et de région industrielle, et je propose d’user pour les tester d’une sorte de variable d’ajustement, les marchés. Le jeu apparaît ainsi marqué d’emblée par l’abstraction : ce n’est jamais un bon signe pour un texte d’historien. Les notions sont pourtant nécessaires et utiles en histoire économique, pour autant qu’on rappelle qu’elles évoquent des situations très concrètes. Une première approche, par l’historiographie, s’essaiera à esquisser certaines hypothèses. On essaiera ensuite de montrer comment les approches par la demande et par l’offre peuvent éclairer les faits mis en évidence par les sources médiévales, pour autant qu’on les replace dans la perspective des phénomènes essentiels, la hiérarchisation des réseaux urbains ou la construction des marchés.

Un peu d’historiographie

  • 1 H. Kellenbenz, « Industries rurales en Occident de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle », Annales (...)
  • 2 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, Industrialieserung vor des Industrialiserung. Gerwerbliche Wa (...)
  • 3 S.R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe (1300-1750), Londres-New (...)
  • 4 F. Braudel, Civilisation matérielle économie et capitalisme (XIVe et XVIIIe siècles), Paris, 1979, (...)

2Pour peu que l’on accepte de considérer Moyen Âge et Époque moderne comme un tout, il y a dans l’historiographie sur l’industrie rurale des pistes à explorer par les médiévistes. Les guides les plus avertis s’appellent Hermann Kellenbenz1, Peter Kriedte, Hans Meddick, Jurgen Schlumbohm2 et Stephen Epstein3. Le premier avait montré, dans un article pionnier et qui garde son utilité, la diffusion très large dès la période médiévale des activités de production non agricole dans les campagnes européennes. Le caractère énumératif, qui donne à ses pages un aspect daté, s’explique par la double nécessité pour lui d’établir le fait, par le recensement de la littérature antérieure et l’évocation d’exemples pertinents, et de rendre compte des diverses traditions historiographiques en la matière. Le thème fut repris par Fernand Braudel dans des pages importantes de Civilisation matérielle, économie et capitalisme où, partant d’Hubert Bourgin, il propose une typologie des lieux de production valable pour l’ensemble des régions qu’il étudie, et susceptible de fonder une analyse en termes de développement4. La notion de proto-industrie, dont Braudel avait fait l’économie, est au centre des approches des historiens de Göttingen et d’Epstein. Le rapprochement de ces ouvrages suffit à montrer la cohérence très problématique de la notion, que les uns inscrivent dans une démarche de sociologie économique d’inspiration marxiste, tandis que l’approche d’Epstein choisit une voie délibérément économique et institutionnaliste, en bonne partie gouvernée par les règles du marché.

  • 5 P. Jeannin, « La protoindustrialisation : développement ou impasse ? (note critique) », Annales ESC (...)
  • 6 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, « Proto-industrialisation revisited : demography, social stru (...)

3Fort éclairants et convaincants sur bien des points, ces ouvrages posent à l’historien du Moyen Âge un problème simple : dans les conditions « normales » de la recherche, ses sources ne lui permettent pas de vérifier les hypothèses des uns et des autres, le plus souvent parce qu’elles ne fournissent pas les séries de données quantifiées précises nécessaires (en particulier en matière démographique), ou parce qu’elles ne prennent en compte qu’une part de la réalité. De ce dernier point de vue, la place essentielle donnée aux textiles fait problème, puisque les observations conduites de ce secteur ne peuvent être extrapolées pour s’appliquer aux industries du fer et des métaux, de la céramique, du bois ou du cuir. S’inscrire dans la continuité de ces enquêtes pose un délicat problème de périodisation, puisque l’expression même de « proto-industrie » désigne par construction un stade préliminaire ou initial dans un processus orienté vers un stade industriel. Le caractère direct ou indirect du chemin choisi et la rapidité avec laquelle s’accomplit le processus sont dans ce cas les principales variables. Mais dans le long terme, ce processus n’a pas de pertinence générale. Les spécialistes du Néolithique, de la Protohistoire et de l’Antiquité ont mis en évidence l’existence de concentrations de producteurs livrant à des marchés parfois très éloignés des produits parfaitement identifiables, pour ne pas dire standardisés : les ateliers de taille des silex du Grand Pressigny, les fours à céramiques de la Graufesenque ou les forges de la Montagne noire en donnent l’illustration : toutes ces régions sont retombées par la suite dans l’indistinction des paysages ruraux. S’inscrivant dans une chronologie plus courte, Pierre Jeannin avait fait observer de son côté, même pour la période moderne, le caractère incertain du processus présupposé par le mot « proto-industrie » : l’Europe compte en grand nombre les anciens bassins industriels à caractère proto-industriel redevenus, passagèrement ou définitivement, des régions agricoles5. Les trois historiens de Göttingen sont d’ailleurs revenus par la suite sur le sujet, insistant sur le fait que les qualités heuristiques de ce qu’ils présentaient comme un modèle, ne lui confèrent pas une capacité prédictive : les processus décrits ne sont ni généraux, ni contraignants, et les exceptions aux règles sont légion6.

  • 7 A. Marshall, Elements of Economics of Industry, Londres, 1912, p. 151-161. La notion de district in (...)
  • 8 Ibid., p. 152.

4Dans ces conditions, le médiéviste n’a pas de nombreuses possibilités : il peut s’inscrire dans la direction indiquée par Kellenbenz et ajouter d’autres exemples de bassins ruraux industriels. Si son choix est pertinent, il pourra en préciser la typologie et prétendre qu’il progresse ainsi vers une vue générale du sujet, déclinée en termes de modèle ou d’idéal-type et de variantes. Il peut aussi prendre le risque de se poser des questions simples, auxquelles ses sources permettent de répondre. Dans ce cas, plus que les concepts liés au débat sur la proto-industrie, c’est la notion plus élémentaire et plus empirique de district industriel, telle que l’économiste anglais Alfred Marshall l’avait élaborée à la fin du XIXe siècle, qui peut aider à construire son raisonnement7. Ce texte bien connu part de la constatation qu’il existe en Europe des concentrations industrielles spécialisées en des lieux particuliers et s’interroge sur la très longue stabilité de tels regroupements. L’un des aspects énigmatiques du phénomène tient à sa temporalité, qui excède aussi bien celle de l’acteur économique individuel que de l’entreprise de production, et indique que dans certaines conditions, les choix initiaux de localisation ont une efficacité persistante et survivent à ceux qui les ont faits. Au-delà de la clarté particulière du texte de Marshall et de son ouverture à la temporalité historique, rare dans les œuvres de théorie économique, le texte frappe aussi parce qu’il renvoie à des constructions d’origine médiévale. La persistance de ces regroupements s’explique, selon Marshall, par une capacité constante d’adaptation aux évolutions de la demande et des marchés qu’il explique d’une façon curieusement métaphorique : « Une fois qu’une industrie a choisi un lieu pour elle-même, il est probable qu’elle y demeure longtemps, si grands sont les avantages que des gens s’appliquant à la même activité spécialisée retirent de leur commune proximité. Les mystères du commerce n’en sont plus : c’est comme s’ils étaient dans l’air et que les enfants en apprennent la plus grande partie sans en avoir conscience8. » Si la cohérence et la stabilité laissent entrevoir l’existence d’institutions spécifiques, elles ne s’expliquent pas par des motifs politiques : ces regroupements ne se confondent pas avec des centres palatiaux ni avec des manufactures privilégiées. Il est donc nécessaire, pour en comprendre l’évolution et le fonctionnement, de les replacer dans une configuration liant dans la longue durée demande, offre et marchés de distribution. Une première hypothèse est que l’organisation spatiale de la production résulta de la croissance de l’économie européenne, à laquelle elle contribua également.

Du côté de la demande

  • 9 Cf. en particulier : U. Dirlmeier, Untersuchungen zu einkommenverhältnissenund lebenshaltungskosten (...)
  • 10 J. Hatcher, M. Bailey, Modelling the Middle Ages. The History and Theory of England’s Economic Deve (...)
  • 11 G. Bois, La grande dépression médiévale (XIVe-XVe siècle). Le précédent d’une crise systémique, Par (...)
  • 12 M. Arnoux, Le temps des laboureurs. Travail, croissance et ordre social en Europe (XIe-XIVe siècle) (...)

5Partir de la demande s’impose. C’est en effet au niveau de la consommation, telle que nous pouvons l’observer dans les sources écrites, iconographiques et archéologiques, que l’offre se traduit de manière concrète. Des ouvrages importants ont permis, depuis trois décennies, d’approcher avec précision la question des niveaux de vie9. Ici encore, il n’est pas question d’ajouter de nouvelles études de cas, mais de réfléchir à partir des faits connus. Les phénomènes essentiels sont ceux de la croissance économique et de la hausse des niveaux de vie, observables à tous les niveaux et dans le long terme. D’un point de vue analytique, on distinguera trois dynamiques distinctes, chacune contribuant à renforcer les autres : la croissance rurale (en grande partie agraire), la croissance urbaine, et la croissance des échanges (que nos collègues anglais appellent commercialisation)10. L’ordre des facteurs importe, car il dicte aussi la hiérarchie des investissements : dans une société dont l’écrasante majorité vit en milieu rural et dans le cadre de la petite exploitation familiale, c’est la circulation des produits de la campagne qui conditionne à la fois la consommation dans l’immédiat et l’investissement à moyen terme11. C’est donc dans un système économique, social et technique caractérisé par la pratique générale d’une céréaliculture avec assolement, intégrant une forte composante d’élevage, qu’il faut chercher les traits essentiels du processus de croissance. Si le mouvement européen de défrichement et de mise en valeur des espaces ruraux est en large partie endogène, c’est-à-dire fondé sur le travail des paysans12, et recourt massivement à l’autoconsommation, il comporte aussi une part importante de demande non susceptible d’être partout satisfaite localement.

  • 13 J.-M. Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1999, p. 21-22.
  • 14 Cf. les estimations données par Fr. Sigault, « Le fer dans l’agriculture », L. Feller, P. Mane, Fr. (...)
  • 15 C. Maleczynsky (éd.), Codex diplomaticus nec non epistolaris Silesiae, t. 3 (1221-1227), Wroclau, 1 (...)
  • 16 La statistique générale de 1878 indique pour le territoire français (sans l’Alsace-Lorraine) un tot (...)

6Parmi les produits essentiels à l’agriculture, le sel et le fer sont très inégalement répartis dans l’espace européen et doivent être acquis sur les marchés. Il convient ici de souligner qu’il ne s’agit pas de produits marginaux. Indépendamment de l’alimentation humaine, le sel est un élément indispensable à l’élevage. Pour survivre aux carences en tous genres, chaque animal doit recevoir du sel dans son alimentation, problème difficile à résoudre dans le cas de l’élevage transhumant, qui mobilise des dizaines de milliers d’animaux et nécessite, selon des auteurs du XVIIIe siècle, une livre et demie pour un quintal de fourrage ou deux livres par tête pour la durée de l’estive. En outre, une quantité importante de sel est indispensable à la préparation du fromage13. Quant au fer, les spécialistes du développement chiffrent en kilos par hectare de culture sa consommation par abrasion lors des labours, en ferrure des chevaux et des bœufs de trait ou en pièces pour les attelages et charrettes14. Rien d’étonnant donc, comme le montre une bulle du pape Honorius III de 1221, à ce que la constitution en Prusse et dans les territoires slaves d’un réseau de villes-marchés, qui seront aussi des pôles de christianisation, parte du marché local du sel et du fer « dont les païens souffrent la pénurie15 ». La mise en culture de millions d’hectares et l’élevage de millions d’ovins et de bovins mobilisent donc des quantités extrêmement importantes de ces deux produits : à l’échelle des siècles médiévaux, c’est par centaines de milliers de tonnes qu’il faudrait mesurer ces consommations16. L’inégale répartition de l’un et de l’autre dans l’espace européen est facteur de processus de spécialisation productive autour des gisements de fer ou des ressources en sel (mines, sauneries ou salines). Dans ces conditions, le choix fait par l’Europe médiévale d’une croissance agraire par extension des espaces mis en culture et intensification des façons données aux sols renforce la demande et accroît encore les dynamiques de concentration locales ou régionales des installations de production.

  • 17 H. Helbig et L. Weinrich (éd.), Urkunden und Erzählende Quellen zur Deutschen Ostsiedlung im Mittel (...)

7L’un des effets induits de ces choix est de créer une demande de moyens de paiements, donc de renforcer les effets des dynamiques de spécialisations, qui seules permettent aux paysans de recevoir les espèces nécessaires pour acquérir les biens de première nécessité. D’une certaine manière, on peut ainsi considérer la formation des paysages d’openfields céréaliers des Midlands ou des campagnes du nord de la France et du Bassin parisien comme le résultat d’un processus de spécialisation céréalière approprié à l’approvisionnement des villes. Pour notre sujet, cependant, il est plus important de remarquer que les aires de productions spécialisées dans la céramique, la métallurgie ou d’autres secteurs se développent dès les XIIe-XIIIe siècles, c’est-à-dire durant la phase de croissance agraire. Pour les périodes hautes, les sources écrites en font rarement mention et les données archéologiques ne se laissent pas toujours analyser et dater avec précision. Signalons à titre d’exemple, parce qu’il met en évidence deux centres locaux de production sidérurgique liés par un courant migratoire, le cas des producteurs de fer (ferri fabri) venus en 1291 de l’Eisenwurzen, en Autriche, à Turda (Thorenburg) en Transylvanie pour y remettre en exploitation les mines de fer, et sans doute aussi les salines, abandonnées après les incursions de Tatares. Dans ce cas, la réoccupation de l’espace agraire passe par la recréation de districts spécialisés17. Bien d’autres exemples pourraient être donnés, qui montrent que la mise en valeur des terres européennes et la croissance démographique s’accompagnent de processus de spécialisations souvent liés à la valorisation des ressources locales.

8Décalées dans le temps, parce qu’elles sont tributaires du processus de croissance rurale, la montée de la demande urbaine et l’augmentation de la circulation des marchandises portent sur des produits spécifiques, différents de ceux que demandent les communautés rurales. Pour une part, elles résultent en dernière instance de productions urbaines de qualité. Notons cependant que ce qu’on appelle production urbaine consiste souvent dans la transformation ou la finition de semi-produits venus des campagnes. La demande des villes en laines et matières premières textiles de haute qualité, en fers, aciers et métaux non ferreux, ou en vins (qui doivent être considérés comme des produits industriels dans la perspective de cette enquête), induisent donc à leur tour des dynamiques de spécialisations régionales.

9Cette analyse faite à grands pas et en usant de notions grossières n’est abstraite qu’en apparence. En effet, même si elles sont souvent mal documentées dans nos sources, voire pas documentées du tout, il importe de considérer que les demandes évoquées dans les lignes qui précèdent sont effectivement satisfaites, car elles ne sont pas substituables. Par ailleurs, pour peu qu’on utilise des sources différenciées, fiscales en particulier, et qu’on fasse varier les échelles d’analyse, on voit apparaître les principaux éléments de la consommation, au niveau interrégional, voire continental. Dans une longue durée qui excède la période médiévale, la Méditerranée est ainsi demandeuse de toiles, de draps et de métaux. Les Îles britanniques et le nord de l’Europe, incapables de produire les sucres nécessaires à la bonne alimentation de leurs populations attirent des quantités considérables de vins et de vins doux, de fruits secs et de sucres, dont l’importance marque jusqu’à nos jours leurs traditions culinaires. Ici encore, ces produits très standardisés, répondant à des normes précises en matière de mesures et de conditionnement doivent être considérés comme résultant de productions de type industriel adressées à des marchés internationaux.

  • 18 Cf. par exemple l’évolution mise en évidence par la fouille de l’exploitation agricole du Neuilly-e (...)
  • 19 B.M.C. Campbell, English Seigniorial Agriculture 1250-1450, Cambridge, 2000.
  • 20 B. Haven Putnam, The Enforcement of the Statutes of Labourers during the First Decade after the Bla (...)

10Pour une bonne appréciation d’ensemble, il conviendrait enfin de faire intervenir la chronologie. Ici comme dans d’autres secteurs, la grande dépression économique et démographique ouverte par la peste de 1348 ne paraît pas affecter le mouvement, sinon pour le renforcer : rien ne semble, en effet, témoigner que la crise se soit accompagnée d’une baisse des niveaux de vie et d’un repli durable sur l’autoconsommation. Les sites des XIVe et XVe siècles offrent, au contraire, une variété et une abondance d’artefacts18 qui suggère que l’augmentation des activités de production non agricole se poursuit alors malgré la chute de la population. Il reste à prendre la mesure de ce mouvement, qui pourrait être lié à la hausse massive de la productivité du travail agraire mise en évidence, pour l’Angleterre, par Bruce Campbell19. Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge, en particulier les rôles anglais des justices de paix consacrés aux infractions aux Statutes of labourers, apportent d’innombrables témoignages d’une très grande instabilité des travailleurs. Plus que l’expression d’un mouvement brownien de fond, celle-ci pourrait bien être la marque d’un mouvement de reconversion des travailleurs de l’agriculture vers des secteurs artisanaux ou industriels dynamiques, conséquence d’une amplification des dynamiques de spécialisation20.

Du côté de l’offre

  • 21 A.-M. Flambard-Héricher, Poteries et potiers du Bessin (XIIe-XXe siècle), Caen, 2002.
  • 22 C. Lavier, « Dendrochronologie et retables brabançons : méthodologie, technologies, analyses et int (...)
  • 23 S. Desrosiers (dir.), Soieries médiévales, Techniques et culture, Paris, 1999 ; D. Cardon, La drape (...)

11Si l’observation de la demande met en lumière les conditions et certains effets des dynamiques de spécialisation régionales, il n’est pas facile de poursuivre l’analyse en passant du côté de l’offre. L’étude des marchandises est une piste extrêmement prometteuse : les travaux conduits par les archéologues au sujet des ateliers de productions céramiques ont montré tout le fruit qu’on peut retirer d’une identification précise des produits et d’une étude des conditions techniques de leur production21. On voudrait pouvoir étendre la recherche, mais la tâche est difficile : dans certaines conditions, les métaux non-ferreux ou les objets de bois portent en eux des marqueurs de leurs origines22, mais les restes textiles ne se prêtent pas, pour le moment, à ce genre d’analyse. Les travaux pionniers de Dominique Cardon sur la draperie de laine et de Sophie Desrosiers sur les soieries ont apporté de grands progrès dans notre connaissance des techniques et dans notre compréhension des sources. L’analyse des techniques de filages et des armures et façonnages permet de mettre en évidence les parentés entre des groupes de textiles conservés. On est cependant loin de pouvoir identifier l’origine d’un fragment de drap, de toile ou de futaine23.

  • 24 A. Timbert (dir.), L’homme et la matière. L’emploi du plomb et du fer dans l’architecture gothique,(...)
  • 25 R.-H. Bautier et M. Mollat, « Le trafic fluvial de la Seine au pont de Meulan au milieu du XVe sièc (...)
  • 26 R.-H. Bautier, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale du XIIIe au XVe siècle », Revue (...)
  • 27 Calendar of Inquisitions Miscellaneous Preserved in the Public Record Office. Chancery, 1399-1422, (...)

12Le cas du fer est exemplaire de ce point de vue : nous disposons d’informations abondantes sur les structures de production du métal, presque toujours rurales. Depuis deux décennies, l’archéologie a permis de caractériser de manière beaucoup plus précise les procédés et les produits24. Cependant, les méthodes des archéomètres ne permettent pas actuellement de relier un produit à un lieu de production. Sur les sources écrites, qui restent décisives, nous avons accompli des progrès considérables. Nous connaissons désormais assez bien les caractéristiques des demandes, rurales et urbaines. Mais le plus souvent, nous ne parvenons pas à identifier les produits. Deux brefs exemples suffiront à le montrer. Dans les marchandises de Seine qui passent en 1454 au péage du pont de Meulan, on trouve du fer à la fois sur les bateaux montant et avalant25. Ce sont des produits d’origines différentes répondant à des demandes différentes : de la basse vallée de la Seine, peuvent arriver les fers du pays d’Ouche, sur la rive gauche, ou du pays de Bray, sur la rive droite, ou des fers d’Espagne débarqués à Rouen. De Paris ou de la Marne ou de la haute vallée de la Seine, peuvent arriver des fers champenois ou bourguignons, ou d’autres fers d’Espagne, venus par la vallée du Rhône et de la Saône. Mais nous ne pouvons en dire plus. Quand elles ne sont pas imprécises, les sources peuvent être trompeuses. À la même période, dans les ports anglais, on trouve deux qualités de produits ferreux : d’un côté, les fers et aciers d’Espagne (que les sources, latines pour la plupart, appellent calibs), de l’autre côté, l’acier produit en Suède et venu par l’intermédiaire des marchands hanséatique. Les sources qui l’évoquent sont anglaises et l’appellent osemund. Les historiens de la métallurgie européenne, depuis Robert-Henri Bautier, se sont fondés sur cette distinction pour raconter la croissance progressive et l’affrontement des exportations espagnoles et scandinaves dans les places de la Manche et de la Mer du nord26. Mais comment penser que les deux appellations renvoient à des produits parfaitement différenciés quand une enquête de 1404, diligentée par la Chancellerie du roi Henri IV en raison de l’attaque et du pillage d’un navire parti de Leiqueitio en Biscaye chargé de calybs, révèle que la cargaison a été vendue à l’encan à Rye et Hastings, sous la dénomination d’osmund27 !

  • 28 M. Arnoux et J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (X (...)

13Les produits textiles suggèrent des remarques analogues. Leur histoire est encore souvent décrite à partir des cas des produits de haute qualité, aux marques d’origines bien précisées. Pour la Normandie, les produits de Saint-Lô, Rouen, Louviers, Montivilliers, les saies et damas de Caen sont bien connus. Mais les inventaires de draperies ou de toiles sont composés en très grande partie de produits dont l’origine n’est pas spécifiée. Par ailleurs, pour bien des centres de production textile que nous révèlent les sources, aucun produit n’apparaît dans les inventaires : que sont les draps de Saint-Georges d’Aunay, de Thorigny-sur-Vire, de Caudebec, ou les tiretaines de Pont-l’Évêque ? Quels sont les clients de ces centres28 ?

Villes ou marchés ?

  • 29 F. Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14 und 15 Jahrhundert. Strukturanalyse (...)

14En rassemblant ce que nous savons de la demande et de l’offre, nous pouvons donc faire apparaître les dynamiques qui mènent à la concentration de la production de certains biens dans des zones rurales. Aller plus loin, et passer de l’énumération proposée par Kellenbenz à une construction articulée des espaces productifs est beaucoup plus problématique. C’est là qu’il faut faire intervenir une troisième variable, susceptible d’inscrire offre et demande dans un territoire. Une lecture trop rapide du titre du colloque, « Industries des campagnes », pourrait suggérer que la ville doit être considérée comme critère typologique et élément d’explication. Une bonne partie de la littérature du domaine va dans cette direction et fait de la ville à la fois le pôle vers lequel s’orientent toutes les organisations productives environnantes et une sorte d’unité de mesure « qualitative » de la production, puisque le niveau d’une agglomération dans la hiérarchie urbaine mesure aussi la valeur et/ou la capacité de profit des produits qui s’y réalisent. Dans cette perspective, plus une ville est importante, plus elle pèse sur son arrière-pays et plus les marchandises qui y sont produites et vendues ont de valeur. Il n’est pas difficile d’énumérer divers exemples d’une telle polarisation de l’espace, qui montreraient la campagne productrice de subsistances et de matières premières et la métropole actrice de productions à la fois massives et prestigieuses. On ne peut cependant s’en tenir à une représentation aussi simpliste : bien des espaces ne se plient pas à la règle d’une polarisation unique ni à une loi de hiérarchisation simple. De plus, on ne saurait dans une analyse de ce type partir d’un espace préexistant à l’enquête : puisque c’est lui qui fait problème, il doit être construit par l’analyse, comme l’avaient montré, par exemple, Franz Irsigler pour Cologne ou Maryanne Kowaleski pour Exeter29.

  • 30 L’utilisation de séries quantitatives longues, fondées sur des sources fiscales ou, pour des périod (...)

15La construction de l’espace d’enquête passe par une analyse des circuits commerciaux qui éclaire à la fois la circulation des matières premières et l’élaboration des marchandises d’une part, et les divers niveaux de la consommation d’autre part. En effet, on ne peut comprendre le fonctionnement d’une région de production spécialisée sans prendre en considération sa dimension de marché de consommation. C’est un trait que les historiens de la proto-industrie ont voulu mettre en évidence en insistant, par-delà les processus de concentration des installations de production et de leurs travailleurs, sur les complémentarités démographiques ou économiques qui reliaient les zones de production aux régions agraires susceptibles de leur apporter les subsistances nécessaires. Il est rare que les sources médiévales permettent de produire des démonstrations de même nature, mais on ne peut, pour autant, faire l’économie de ces interrogations dans les démarches d’histoire des territoires, qui doivent unir étude de l’offre et des demandes induites. Dans ces conditions, on comprend qu’une représentation de l’histoire économique comme success-story de certains produits prestigieux ou de certaines régions dominantes, constitue une impasse. Si l’objet étudié est reçu et considéré comme « allant de soi », au vu de son destin ultérieur, il ne peut être critiqué, déconstruit et reconstruit sous une forme nouvelle. Héritant d’une tradition historiographique ancienne et politiquement chargée, l’histoire des draperies de laine s’est longtemps prêtée à ce travers. De fait, elle aboutit souvent à un discours circulaire, où le succès commercial rencontré par certains produits, flamands ou toscans, par exemple, constitue la preuve de la situation dominante de leurs régions de production et justifie la constitution de leur cas en modèle d’intégration industrielle30.

  • 31 J. Munro, « Medieval Woollens », D. Jenkins (dir.), The Cambridge History of Western Textiles, Camb (...)

16La synthèse récente, solidement documentée et construite, publiée par John Munro dans la Cambridge history of Western Textiles permet d’observer le fonctionnement du modèle31. Fort logiquement, la trame narrative de ce texte est donnée par les sources, fiscales, commerciales, judiciaires ou statutaires, qui assignent aux produits une identité claire : dénomination et lieu de production. Les conséquences de ce choix méthodologique sont de donner une place prééminente aux draps les plus prestigieux, au commerce à longue distance et aux marchés de produits de luxe, et de faire prévaloir les régulations politiques comme facteurs explicatifs des évolutions dans l’organisation de la production. Le traitement des draperies rurales, évoquées à plusieurs reprises, s’en ressent, puisque leur existence est rapportée au contrôle plus ou moins précis exercé par les grandes places sur leur environnement, et leur succès attribué à la faiblesse, voire à l’absence, d’un contrôle corporatif sur les zones rurales. L’un des inconvénients majeurs de ce type de raisonnement, fréquent dans les monographies urbaines relatives aux villes drapantes, est de sous-entendre que les produits les plus prestigieux sont l’armature même du marché, et de ne laisser aux produits de gamme basse ou moyenne qu’une place marginale dans le raisonnement, jusqu’à ce que leur succès commercial les dote d’une marque et d’une personnalité. Techniquement, le raisonnement présente une part importante d’arbitraire puisque, même dans le cas des meilleures laines et des grandes draperies, la toison d’un mouton fournit une certaine proportion de laine de basse qualité. C’est souvent celle-là qui sera utilisée dans la fabrication de tissus bon marché, tissés à la campagne et foulés au moulin. Il y a donc au niveau de la production une solidarité entre haut et bas de gamme, qui se retrouve au niveau des marchés, puisque le succès de l’un ou de l’autre contribue à l’équilibre financier de l’opération. D’une manière plus générale, une histoire institutionnelle et politique de la draperie passe presque sous silence les tissus de moindre qualité et les étoffes mixtes qui constituent une part dominante des marchés textiles : une lecture très rapide de listes de produits textiles ou d’inventaires de boutiques ou de cargaisons suffit à se persuader que la plus grande part des tissus présents sur les marchés ne sont pas désignés par leur lieu d’origine mais par leur type et leur couleur.

  • 32 M. Arnoux et J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris… », et « Les acteurs d’un processus industriel…  (...)
  • 33 Vidimus par Charles IV, Paris, mars 1322 : A.N., JJ 61, fol. 3v-4 ; éd. Ordonnances des rois de Fra (...)

17Si l’on veut échapper aux biais de cette approche par les produits de luxe et les places réputées, il convient de s’interroger sur la circulation locale ou régionale des marchandises, et sur la place des produits lainiers dans le paysage des marchés, des matières premières aux doublures, parements ou réemplois. La circulation sur de longues ou de très longues distances des toisons, filés et produits tinctoriaux et la ductilité des filières et organisations remettent alors en question les constructions simples. La hiérarchie des produits selon leur valeur, qui règle implicitement les schémas spatiaux évoqués précédemment, n’est plus qu’une des clés de lecture possibles, parmi d’autres. Une enquête sur les modes d’organisation de la grande région textile formée autour de Paris et de Rouen a ainsi permis de mettre en lumière des situations très variables, où la place dans la hiérarchie urbaine n’était pas l’unique critère d’évaluation d’une place de production32. L’une de ces études de cas s’intéressait au drap de Montivilliers, dans le pays de Caux, dont le succès sur les marchés européens ne se démentit pas entre les premières années du XIVe et la fin du XVe siècle. Cette étoffe de très bonne qualité, tissée d’excellentes laines locales était apparemment marquée en écru, et pouvait être parée et teinte sur place, y compris en écarlate, ou expédiée vers des places de parage et de teinture. Les statuts du métier, confirmés pour la première fois en 1322, suggèrent une production largement dispersée entre le bourg abbatial de Montivilliers, dominé par son abbaye de moniales bénédictines, et les paroisses environnantes, y compris l’important centre commercial d’Harfleur : les jurés désignés pour ratifier les statuts comprennent des bourgeois de la ville et des habitants des paroisses de la vicomté33. La définition assez indécise de la zone de production s’accompagne d’ailleurs dans les deux siècles qui suivent d’une évolution de la production, où l’on distingue des produits teints de haute qualité et des draps de vicomté, moins prisés. Le contrôle de la qualité est effectué pour les draps lors du scellement à la halle de Montivilliers, et pour les matières premières sur les marchés de la ville, où doivent être acquis matières premières et produits tinctoriaux. L’organisation de ce qui ressemble tout à fait à un district de type « marshallien » n’apparaît pas très clairement dans nos sources. La primauté de la ville de marque apparaît en effet contestée par les ambitions de l’autre pôle de la zone, Harfleur, principal port de l’embouchure de la Seine jusqu’au milieu du XVe siècle. Plus que la hiérarchie des villes et bourgs, c’est la proximité avec les courants du commerce international, par le biais des marchés et des foires, qui explique la formation et la stabilité de cette zone de production, dont la vocation textile subsiste bien après le Moyen Âge.

  • 34 Rotuli Parliamentorum, t. 2, p. 353 (1376) et t. 3 p. 322 (1393-1394).

18Une organisation comparable apparaît au XIVe siècle dans le Cotentin et l’Avranchin où, de la ville drapante de Saint-Lô, l’une des plus importantes de l’ouest du royaume, jusqu’aux villes de Pontorson et Fougères, aux confins du duché de Bretagne, s’étend une zone lainière et toilière extrêmement importante. L’un des centres organisationnels associe le petit port de Regnéville, à l’embouchure de la Sienne, et la paroisse voisine de Montmartin, où se tenait l’été une foire de rang interrégional, voire international. Les sources relatives au commerce du port de Regnéville, en particulier un tarif de la « traite » royale, font état d’importations de vins tout à fait considérables, mais aussi de produits industriels : fer (d’Espagne ?), étain (d’Angleterre), laine lavée (d’Angleterre), laine non lavée (d’Espagne ?). La lumière jetée sur les importations de cette zone peu urbanisée témoigne d’une activité industrielle importante, textile essentiellement (mais la présence d’étain pourrait être liée aux activités de dinanderie de Villedieu-les-Poêles). Elle est très bien connectée avec les grandes voies commerciales, tant terrestres (vers l’Aquitaine et la vallée du Rhône, où les draps de Saint-James s’écoulent en quantités notables), que maritimes (les toiles de chanvre, qui sont une spécialité de la zone, partent vers l’Angleterre, via Jersey et Guernesey). À la fin du XVe siècle, les comptes de la foire du Lendit, témoignent du succès parisien des produits drapiers des villages de la vallée de la Vire et du Cotentin. L’absence de ville véritablement dominante (le déclin de Saint-Lô, commencé avec l’expédition anglaise de 1346, aggravé par la Peste, se poursuivit par la suite) pourrait suggérer qu’il s’agit là des succès éphémères d’une zone de production destinée à une consommation locale. Cependant, une série d’enquêtes du milieu du XIVe siècle relatives à la draperie de Saint-James montre que la zone d’approvisionnement direct en laine de ce petit centre s’étendait à toute la Bretagne et jusqu’à l’Aquitaine. La présence de laines anglaises sur la foire de Montmartin est attestée par deux pétitions présentées par les comtés du sud-ouest de l’Angleterre à la Chambre des communes en 1376 et 1393 évoquant les exportations vers la Normandie des laines et des fils de qualité moyenne ou basse de ces régions34. L’importance et la stabilité de cette région de production posent le problème de l’articulation des réseaux d’approvisionnement, des structures de production et des marchés. Le rôle des marchés locaux et des foires régionales est probablement essentiel pour les uns et pour les autres et permet de comprendre comment un commerce massif peut s’organiser et perdurer sans mobiliser l’appui d’un centre urbain de premier rang. À Montmartin comme à Montivilliers, la présence de changeurs et de courtiers officiels atteste que les institutions de marchés, appuyées dans un cas comme dans l’autre sur des communautés régulières locales, permettent d’assurer l’accueil de marchands étrangers venus acquérir les productions locales. La connexion avec le commerce international et la capacité à servir les marchés de consommation locaux apparaissent donc comme des conditions essentielles au développement de telles concentrations.

***

  • 35 B.M.C. Campbell, « Benchmarking medieval economic development : England, Wales, Scotland, and Irela (...)
  • 36 S.R. Epstein, « The origin of protoindustry »…

19Deux exemples (mais on pourrait en donner d’autres) sont bien peu pour asseoir une démonstration. Ils n’en ouvrent pas moins une perspective pour l’interprétation des données. L’industrie des campagnes est un objet difficile à saisir en raison de l’indécision de la notion de campagne, qui ne prend de contenu que lorsqu’on offre une définition de la notion de ville. Dans le nord de l’Europe, c’est la présence d’institutions d’un certain niveau (évêché, forteresse publique, cour de justice) qui définit une agglomération comme cité, définissant par défaut un ou plusieurs niveaux d’agglomérations, dont la qualification urbaine dépend de l’échelle d’analyse et de la perspective. Un article récent de Bruce Campbell permet de poser le problème à partir d’une analyse globale de la situation anglaise et britannique examinée tant du point de vue des performances économiques que des ressources institutionnelles. Sa recherche met en évidence à la fois la difficulté de définir la ville par des indicateurs quantifiés et l’existence, en particulier en Écosse et en Irlande, de larges zones complètement dépourvues de réseau urbain, et pourtant bien intégrées dans les réseaux du commerce international, par leurs exportations de cuirs et de laines et par leurs importations de vins, par exemple35. L’enquête menée par Stephan Epstein sur les origines de la proto-industrie dans l’industrie textile italienne avait mis en lumière un problème similaire. Menée à partir des sources statutaires, sa recherche montrait bien l’importance d’une approche institutionnelle ; pourtant, malgré la prégnance dans l’historiographie italienne du couple antithétique città-contado comme facteur explicatif, la recherche ne conduisait pas directement à conférer aux villes le rôle moteur en matière industrielle. Prenant en compte plusieurs types de produits textiles, elle mettait en évidence la présence sur les marchés régionaux, interrégionaux voire internationaux, de communautés qui n’avaient pas toutes un caractère urbain, en particulier dans les Alpes lombardes, où les statuts peuvent renvoyer à des communautés de vallées ou de montagne36. Tout en mettant en évidence des situations très différentes, ces enquêtes doivent nous inciter à séparer dans l’analyse ce qui relève de l’organisation de la production et ce qui appartient à la hiérarchie des habitats et à la typologie des agglomérations.

20Indispensable à l’échelle régionale, cette précaution est également valable à l’échelle européenne, mais pose le problème de la méthodologie d’une enquête sur les formes rurales de la production. L’interrogation dans cette perspective doit porter sur les connections entre les divers niveaux des marchés et ne pas présupposer que l’organisation de l’approvisionnement, de la production et de la distribution passe nécessairement par la ville voisine. La question des sources est alors cruciale : il est toujours plus commode (et c’est souvent l’unique solution) de se reporter aux sources urbaines pour éclairer le contexte régional, alors que les produits peuvent voyager fort loin. C’est l’un des caractères paradoxaux de l’industrie en milieu rural que de s’inscrire dans des paysages étroitement localisés tout en se déployant dans des espaces de marchés qui excèdent largement le cadre régional. C’est dans l’identification de ces derniers que réside, en dernier lieu, l’explication des schémas productifs locaux.

Anmerkungen

1 H. Kellenbenz, « Industries rurales en Occident de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1963, p. 833-882.

2 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, Industrialieserung vor des Industrialiserung. Gerwerbliche Waren-produktion auf dem Land in der Formationsperiode des Kapitalismus, Göttingen, 1977 ; trad angl., Londres, 1980 ; trad. ital., Bologne, 1984.

3 S.R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe (1300-1750), Londres-NewYork, 2000.

4 F. Braudel, Civilisation matérielle économie et capitalisme (XIVe et XVIIIe siècles), Paris, 1979, t. 2, Les jeux de l’échange, p. 259 et s.

5 P. Jeannin, « La protoindustrialisation : développement ou impasse ? (note critique) », Annales ESC, 1980, p. 52-65, repris dans Id., Marchand d’Europe. Pratiques et savoirs à l’époque moderne, Paris, 2002, p. 181-195.

6 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, « Proto-industrialisation revisited : demography, social structure and modern domestic industry », Continuity and Change, 1993, p. 217-252.

7 A. Marshall, Elements of Economics of Industry, Londres, 1912, p. 151-161. La notion de district industriel a été remise à l’honneur par l’économiste italien G. Becattini dans son analyse du développement économique de l’Italie contemporaine (Il distretto industriale. Un nuovo modo di interpretare il cambiamento economico, Turin, 2000). Dans ce cas, la dimension géographique des districts prend une place essentielle et laisse de côté le problème de leur temporalité, sur laquelle Marshall insiste.

8 Ibid., p. 152.

9 Cf. en particulier : U. Dirlmeier, Untersuchungen zu einkommenverhältnissenund lebenshaltungskosten in oberdeutschen Städten des Spätmittelalters (Mitte 14 bis Anfang 16 Jahrhundert), Heidelberg, 1978 ; Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), Rome 1982 ; L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris-La Haye 1970 ; Ch. Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages. Social Change in England c. 1200-1520, Cambridge (2e éd.), 1998. Pour ce qui suit, cf. M. Arnoux, « Nascità di un’economia del consumo ? », Ph. Braunstein, L. Molà (éd.), Il rinascimento italiano e l’Europa, vol. 3, Produzione e tecniche, Trévise-Costabissara (Vicenza), 2007, p. 35-57.

10 J. Hatcher, M. Bailey, Modelling the Middle Ages. The History and Theory of England’s Economic Development, Cambridge, 2001 ; J. Masschaele, Peasants, Merchants and Markets. Inland Trade in Medieval England, 1150-1350, New York, 1997.

11 G. Bois, La grande dépression médiévale (XIVe-XVe siècle). Le précédent d’une crise systémique, Paris, 2000.

12 M. Arnoux, Le temps des laboureurs. Travail, croissance et ordre social en Europe (XIe-XIVe siècle), Paris, 2012.

13 J.-M. Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1999, p. 21-22.

14 Cf. les estimations données par Fr. Sigault, « Le fer dans l’agriculture », L. Feller, P. Mane, Fr. Piponnier (éd.), Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 412-426.

15 C. Maleczynsky (éd.), Codex diplomaticus nec non epistolaris Silesiae, t. 3 (1221-1227), Wroclau, 1964, p. 1820, no 260 (Latran, 17 avril 1221, à l’évêque de Wroclau).

16 La statistique générale de 1878 indique pour le territoire français (sans l’Alsace-Lorraine) un total de 15 millions d’hectares cultivés en céréales ; l’ordre de grandeur ne doit pas être très différent pour la fin du XIIIe siècle : leur mise en culture implique une consommation de 15 000 tonnes de fer par an, si l’on s’en tient à une hypothèse modérée.

17 H. Helbig et L. Weinrich (éd.), Urkunden und Erzählende Quellen zur Deutschen Ostsiedlung im Mittelalter, Darmstadt, 1970, t. 2, no 149, p. 552-554.

18 Cf. par exemple l’évolution mise en évidence par la fouille de l’exploitation agricole du Neuilly-en-Thelle : M. Derbois-Delattre, « Les fermes médiévales au hameau du “Bellé” à Neuilly-en-Thelle, “Rue de Paris” (Oise) » et V. Legros, « Étude du mobilier métallique des fermes médiévales du “Bellé” à Neuilly-en-Thelle (Oise). Approche technique et fonctionnelle », Revue archéologique de Picardie, 2001, p. 13-38 et 39-72.

19 B.M.C. Campbell, English Seigniorial Agriculture 1250-1450, Cambridge, 2000.

20 B. Haven Putnam, The Enforcement of the Statutes of Labourers during the First Decade after the Black Death. 1349-1359, New York, 1908, p. 402-411 ; N. Kenyon Ritchie, « Labour conditions in Essex in the reign of Richard II », Economic History Review, 1934, p. 429-451.

21 A.-M. Flambard-Héricher, Poteries et potiers du Bessin (XIIe-XXe siècle), Caen, 2002.

22 C. Lavier, « Dendrochronologie et retables brabançons : méthodologie, technologies, analyses et interprétations spécifiquement adaptées à l’étude des œuvres », S. Guillet de Suduiraut (dir.), Les retables brabançons des XVe-XVIe siècles, Paris, 2001, p. 403-435.

23 S. Desrosiers (dir.), Soieries médiévales, Techniques et culture, Paris, 1999 ; D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Naissance d’une grande industrie, Paris, 1999.

24 A. Timbert (dir.), L’homme et la matière. L’emploi du plomb et du fer dans l’architecture gothique, Paris, 2009.

25 R.-H. Bautier et M. Mollat, « Le trafic fluvial de la Seine au pont de Meulan au milieu du XVe siècle », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1959 (1960), p. 251-296.

26 R.-H. Bautier, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale du XIIIe au XVe siècle », Revue d’histoire de la sidérurgie, 1960, p. 7-36 et 1963, p. 35-62.

27 Calendar of Inquisitions Miscellaneous Preserved in the Public Record Office. Chancery, 1399-1422, Londres, 1968, p. 144-145, no 276 (affaire du Saint-Martin, de Lequeitio, mai-juin 1404).

28 M. Arnoux et J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (XIIIe-XVIe siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2001, p. 162-191 ; Id., « Les acteurs d’un processus industriel : drapiers et ouvriers de la draperie entre Rouen et Paris (XIVe-XVIe siècles) », M. Arnoux et P. Monnet (éd.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, 2004, p. 347-386.

29 F. Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14 und 15 Jahrhundert. Strukturanalyse einer spätmittelalterlichen Exportgewerbe-und Fernhandelsstadt, Wiesbaden, 1979 ; H. Eiden et F. Irsigler « Environs and hinterland : Cologne and Nuremberg in the later middle ages », J.A. Galloway (éd.), Trade, Urban Hinterlands and Market Integration c. 1300-1600, Londres, 2000, p. 43-57 ; M. Kowaleski, Local Markets and Regional Trade in Medieval Exeter, Cambridge, 1995.

30 L’utilisation de séries quantitatives longues, fondées sur des sources fiscales ou, pour des périodes plus récentes, sur des enquêtes publiques ou des recensements, conduit à privilégier les circonscriptions politiques comme terrains d’analyse, au risque du finalisme : cf. B. Van Bavel, « Early proto-industrialization in the low countries ? The importance and nature of market-oriented non-agricultural activities on the countryside in Flanders and Holland, c. 1250-1570 », Revue belge de philologie et d’histoire, 2003, p. 1109-1165.

31 J. Munro, « Medieval Woollens », D. Jenkins (dir.), The Cambridge History of Western Textiles, Cambridge, 2003, p. 181-324.

32 M. Arnoux et J. Bottin, « Autour de Rouen et Paris… », et « Les acteurs d’un processus industriel… » ; M. Arnoux, « An urban network in its landscape. The dynamics and functions of the norman towns, fourteenth to fifteenth centuries », Jahrbuch für Geschichte des ländlichen Raumes, 2009, p. 79-91.

33 Vidimus par Charles IV, Paris, mars 1322 : A.N., JJ 61, fol. 3v-4 ; éd. Ordonnances des rois de France, XII, p. 456-458.

34 Rotuli Parliamentorum, t. 2, p. 353 (1376) et t. 3 p. 322 (1393-1394).

35 B.M.C. Campbell, « Benchmarking medieval economic development : England, Wales, Scotland, and Ireland, c. 1290 », Economic History Review, 2008, p. 896-945.

36 S.R. Epstein, « The origin of protoindustry »…

© Presses universitaires du Midi, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search