Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Catherine Verna
, 
Liliane Hilaire-Pérez

L’industrie des campagnes : retrouver la longue durée

Jean-Michel Minovez, Catherine Verna et Liliane Hilaire-Pérez

Texte intégral

1Des débats nombreux des dix dernières années, l’industrie rurale du Moyen Âge et des temps modernes est sortie renforcée, grâce à une clarification des concepts en œuvre. Les chercheurs ont mis en lumière le dynamisme d’une industrie médiévale, distincte de l’artisanat et dont l’entreprise pouvait être le cadre, à la ville comme à la campagne. Pour l’Époque moderne, la notion de proto-industrie, maintes fois revisitée, a contribué à la critique du récit téléologique centré sur la « Révolution industrielle ». Dans ces deux approches, l’intérêt porté spécifiquement aux industries dans les campagnes a permis de souligner la pluralité des modes de production, la diversité des modèles et des trajectoires en privilégiant l’imbrication des formes productives à l’échelle locale. Une meilleure compréhension spatiale et temporelle des modalités de diffusion de l’industrie a émergé.

2Pourtant, à ce jour, les tentatives accomplies pour intégrer la réflexion du Moyen Âge à l’Époque moderne – sur l’ensemble de l’Europe afin de mettre en lumière les différents choix historiographiques qui ont pu être faits d’une école historique à une autre – demeurent rares. Pour ces époques, il est encore trop souvent fait mention d’ères « préindustrielles » et, lorsque la proto-industrie moderne est étudiée, c’est en lien avec les révisions de la « Révolution industrielle ». La chronologie longue, qui est celle de ces XXXIIIe Journées de Flaran, souhaite s’affranchir de ce déterminisme et entend approfondir la dynamique propre à ces périodes correspondant à un même système technique dit « classique ». Elle permet également d’interroger le rôle de l’industrie rurale dans l’émergence de la notion d’entreprise avant le XIXe siècle. Dans cette perspective, la diversité des formes industrielles et celle des capacités d’organisation des entrepreneurs – soit l’intégration de processus productifs et marchands en vue de la réalisation du profit – sont étudiées en relation avec la structuration économique et politique des campagnes.

3Ces objectifs scientifiques posés, la réflexion conduite dans le présent volume est articulée selon quatre thèmes que chaque auteur a contribué à enrichir, sous la forme d’un bilan historiographique ou d’une étude de cas. Les territoires, la pluriactivité, les entrepreneurs et les entreprises, les produits, leur circulation et leur consommation sont ainsi examinés et traités conjointement ; les comparaisons sont nombreuses et les concepts discutés.

Territoires

4La fixation de courants d’échanges intra-européens au cours du Moyen Âge, suivie de la naissance d’économies-monde qui sont autant d’ébauches d’une mondialisation, favorisent la croissance et l’apparition de territoires industriels. Ces derniers seraient caractérisés par des dynamiques endogènes entre interdépendance, concurrence et coopération des acteurs, dépassant les seules contingences économiques et impliquant les dimensions sociale, culturelle et institutionnelle de leurs activités. Ces caractéristiques méritent d’être à nouveau examinées.

5Le modèle des districts industriels, développé à partir des concepts des géographes, des économistes et des sociologues, tend à idéaliser la cohérence du système réputé, par définition, endogène. Il convient de s’interroger sur la capacité des campagnes à être à l’origine de structures industrielles propres. Le modèle selon lequel la ville est le lieu d’origine privilégié des donneurs d’ouvrages, des capitaux, des techniques, etc. doit être nuancé, et cela dès le Moyen Âge. La ville peut être partie prenante de la croissance d’un district qu’elle ne domine pas. Nombre d’espaces ruraux de production se structurent avec des villes en leur sein, en particulier de petites villes, qui parfois forment réseau. Il reste à démontrer si cette disposition donne généralement naissance à des espaces singuliers où structures et flux se partagent entre campagne et espace urbain, faisant système. Quant à la cohérence des territoires, pour les périodes d’avant la « Révolution industrielle », l’intensité des flux qui en régissent les rapports internes reste à prouver. L’équipement structurel des districts est, en outre, rarement complet entraînant une déconnexion entre zones de fabrication de produits semi-finis – au demeurant mal connus – et ateliers de finition. Il faudrait ajouter à ces constatations que les espaces productifs sont fortement plastiques dans le temps. La responsabilité est à rechercher du côté de la conjoncture industrielle ; elle dépend aussi des attitudes propres aux acteurs de la production, très mobiles. Il n’en demeure pas moins qu’une cohésion renforcée peut émerger dans des espaces où le sens du lieu, définissant une relation d’identité à un espace, donne naissance à des systèmes territoriaux qui président à l’organisation de la production et du travail. Les approches proto-industrielles du concept de district, fondées sur la combinaison de variables économiques, sociales et démographiques, peuvent ainsi être enrichies de celles, tout aussi importantes, s’appuyant sur les institutions, les facteurs culturels et les techniques disponibles.

6Faut-il aller plus loin en intégrant d’autres disciplines sur le modèle d’Histoires connectées et de la world/global history au risque de favoriser des interprétations qui relativisent ou évacuent les approches socio-économiques ? Le pari mérite d’être tenté car il replace la demande au centre des préoccupations de la recherche comme facteur exogène essentiel du développement industriel. Cette approche macroscopique et résolument comparatiste ne s’oppose pas aux démarches méso et micro-historiques, elle les complète. En portant l’attention sur le lien entre commerce international et croissance de l’industrie, elle encourage à développer les recherches sur des marchés encore mal connus du fait des difficultés d’accès aux sources et à leurs interprétations. En soulignant le rôle de l’État et de l’économie politique, elle conduit à privilégier à nouveau l’étude des institutions en ce qu’elles favorisent la production (industrialisme), encouragent certains entrepreneurs et entreprises (privilèges), ouvrent ou protègent les marchés (politique douanière), répriment les abus (pouvoir de police et de justice). Cette dimension politique est aussi invoquée actuellement pour expliquer pourquoi l’industrie rurale a pu, dans certains cas, prospérer sans délocalisation vers des zones moins développées, sans que la mécanisation ait été déterminante. Si les campagnes du Lancashire n’ont pas été supplantées par celles de l’Irlande au XVIIIe siècle, c’est que l’État mercantiliste a favorisé les régions anglaises et non le reste des îles Britanniques, tout en assurant la fourniture de coton via l’empire et les débouchés par la consommation extra-européenne. En somme, la question des institutions conduit à replacer les industries des campagnes européennes dans la géopolitique d’une industrie globale.

Pluriactivité

7Il est aujourd’hui largement admis que les acteurs de la production industrielle des campagnes sont autant paysans qu’ouvriers d’industrie et que la pluriactivité est une caractéristique des campagnes médiévales et modernes. Tous les acteurs de l’industrie rurale sont concernés. Des entrepreneurs, capables de financer et de gérer leurs ateliers, peuvent également être identifiés dans les sources comme se livrant à une autre activité que l’industrie. Il faut, dans ce cas, être vigilant et savoir distinguer ce qui relève des catégories juxtaposées à l’activité réelle, comme celle des métiers puis des corporations. Au demeurant, il paraît évident que la notion de pluriactivité est devenue indispensable pour définir la nature des activités rurales, quelles qu’elles soient.

8Cependant, dans le détail, des questions persistent sur la part prise par chacune des activités pratiquées, sur les rythmes et les articulations des travaux relevant de la pluriactivité, sur la diversité des situations de travail en fonction de la nature des activités industrielles et du type d’agriculture pratiqué. Dans ce cadre, il conviendrait de déceler pour l’ensemble de la période étudiée, et comme cela a déjà été fait entre périodes moderne et contemporaine, l’acquisition d’une polyvalence et de savoirs techniques transversaux au sein des familles et au fil des générations, à la faveur du renouvellement des cycles de production.

9La pluriactivité s’ancre également dans des systèmes migratoires car il ne faut pas sous-estimer la forte mobilité des campagnes industrielles. Le Moyen Âge en fournit de nombreux témoignages, les temps modernes, davantage encore. En liaison avec des structures sociales et institutionnelles particulières, le chômage saisonnier est, en effet, à l’origine de remues d’hommes continues. Les aléas conjoncturels provoquent des migrations parfois plus durables et plus lointaines qui se juxtaposent ou se combinent aux précédentes. Cela n’est pas sans conséquences sur l’équilibre d’un système productif local, notamment en matière de maîtrise des effectifs et des savoir-faire. La question se pose aussi de manière diachronique : ainsi quel est l’impact des cycles productifs sur les savoirs territorialisés des communautés ?

10Il est tentant de faire de la pratique de la pluriactivité une des conditions primordiales à l’établissement d’un système local en équilibre. Cependant, ce modèle peut aboutir à négliger la concurrence entre les activités et, d’ailleurs, l’industrie finit parfois par l’emporter progressivement, dessinant une tendance à la prolétarisation continue jusqu’à l’industrialisation. Il faut cependant se méfier d’une interprétation téléologique d’un processus très variable dans le temps et dans l’espace. La prolétarisation dépend aussi de la nature des structures sociales et agraires favorables ou non au développement d’activités industrielles. Ainsi, par exemple, la prolétarisation peut être repérée au Moyen Âge, l’industrie représentant parfois la principale ressource pour des populations rurales sans propriété, en particulier dans les espaces de montagne. L’acteur rural de la production serait alors plus ouvrier de l’industrie que paysan. Mais se représente-t-il comme cela pour autant ? On sait pour les périodes les plus récentes que son objectif est souvent de devenir propriétaire foncier indépendant, l’implication dans l’industrie représentant un des moyens d’y parvenir.

Entrepreneurs et entreprises

11Le monde des entrepreneurs n’ignore pas la pluriactivité et l’encastrement des phénomènes économiques dans les structures sociales où la réciprocité joue un rôle majeur. On connaît toujours mal ces hommes et leur place, au sein de la hiérarchie des producteurs, en fonction des secteurs d’activité. Pour le Moyen Âge, un intérêt récent porté aux entrepreneurs ruraux a permis de dépasser le cas du seul entrepreneur urbain dominant l’industrie des campagnes, pour proposer des figures locales souvent inscrites dans les bourgs, celles de marchands, de notaires, d’apothicaires investis dans la production et ne se limitant pas à son seul financement. Manquant parfois d’envergure commerciale, les entrepreneurs, quel que soit leur ancrage géographique, peuvent occuper dès le Moyen Âge une place clef dans le financement, mais également dans la gestion, dans la maîtrise des techniques, des savoir-faire et donc des innovations incrémentales.

12À partir du rôle attribué au Kaufsystem (fabricants accédant directement au marché, lui-même dominé par les négociants) et au Verlagssystem (relevant du capitalisme productif), on connaît aujourd’hui les limites d’une vision qui privilégie la succession des modèles jusqu’au factory system, alors que c’est la coexistence des deux systèmes qui l’emporte, débouchant aussi bien sur l’industrie moderne que sur la désindustrialisation. Mais a-t-on suffisamment discuté la coupure abrupte entre sphère commerciale et sphère productive que ces deux modèles induisent ? Les négociants du Kaufsystem pèsent incontestablement sur la production dans la définition des normes (comme cela a pu être démontré en partie pour l’industrie toilière). Certains deviennent d’ailleurs des donneurs d’ouvrages en glissant vers le statut de marchand faisant fabriquer.

Produit, circulation, consommation

13Si les prémices d’une intégration des marchés européens émergent pour certains produits dès le Moyen Âge – on pense aux marchés du drap, à la nouvelle draperie, dont la production rurale est ouverte sur l’exportation et peut profiter d’investissements étrangers ; si les économies-monde favorisent l’émergence d’un négoce international d’un niveau jusqu’alors inconnu, le marché intérieur, avec ses déclinaisons locales, régionales, nationales, continue d’occuper une place essentielle jusqu’au XVIIIe siècle. Il est alors difficile de mesurer la répartition entre commerce intérieur et extérieur au sein d’un même espace de production. Cependant, la non-intégration aux horizons éloignés ne signifie pas forcément renoncement des acteurs et incapacité à intégrer les réseaux du négoce international. Elle peut révéler, au contraire, un partage des marchés, entre espaces de fabrication, entre types de produits au sein d’un même territoire. Comment les choix productifs s’opèrent-ils alors et pour quels marchés ? Les acteurs locaux de la production, les grands négociants, les intermédiaires jouent incontestablement un rôle dans ces choix. À courte et moyenne distances, les marchands détaillants, les colporteurs interviennent dans la détermination de l’offre par leur perception intime des goûts des consommateurs. Percevoir la consommation, c’est aussi connaître avec précision les objets et leurs usages et cette connaissance est du domaine de ces modestes intermédiaires.

14Il convient également de s’arrêter un moment sur la qualité des produits que délivre l’industrie rurale et sur leur hypothétique spécificité. Ceux que l’industrie des campagnes fournit ne sont pas forcément dévalorisés par rapport aux productions des villes, comme le laisseraient entendre certaines sources, souvent normatives et urbaines. Il y a de toute façon, et quelle que soit la période concernée, des spécificités rurales pour des productions de base : difficile de produire du fer, de le réduire, dans un espace urbain. La qualité du métal, si elle est diverse, ne dépend pas d’un clivage ville / campagne. On pourrait peut-être davantage s’interroger sur la qualité des textiles, dans ce cas pour un même type de production – le cas des futaines est sans doute exemplaire. Cependant, l’enquête se heurte souvent aux difficultés d’une expertise sur des produits dont on conserve peu de témoignages matériels. La portée archéologique de la recherche, même si elle est peu présente dans ce volume, ne doit pas être oubliée car, pour le Moyen Âge en particulier, elle a permis d’interroger la notion de qualité, autant celle des produits que celle des savoirs et des compétences dont ceux-ci témoignent, grâce à la reconstitution des techniques opérée à partir de leur analyse.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site