Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Régulation des conflits

Les conflits de l’eau dans le champ des sciences sociales : cheminements thématiques et méthodologiques

Patrick Fournier et Sandrine Lavaud

Texte intégral

  • 1 http://196.36.166.88/IWRA. L’IWRA est une Organisation Non Gouvernementale fondée aux États-Unis m (...)
  • 2 R. Petrella, Le manifeste de l’eau. Pour un contrat mondial, Bruxelles, 1998.
  • 3 R. Petrella, « Reconnaître l’eau comme bien commun de l’humanité : une nécessité pour la planète » (...)

1Au miroir des sciences sociales, le traitement de notre sujet impose un premier constat : l’histoire est encore insuffisamment prise en compte dans les études nombreuses qui portent sur la gestion actuelle de l’eau et sur les aménagements qui devraient permettre un partage équitable et durable de la ressource afin de prévenir et de résoudre tensions et conflits. L’ONU et des associations indépendantes organisent des travaux qui permettent une approche comparée et la confrontation entre des visions différentes, voire opposées : aux conflits sur le terrain, dont certains peuvent entraîner de véritables guerres de l’eau, s’ajoutent des débats d’idées à travers lesquels le partage de l’eau est l’occasion de développer une vision plus globale des rapports sociaux et des pratiques de l’environnement à l’échelle planétaire. La plus importante de ces organisations est The International Water Resources Association fondée en 1972 qui a tenu ses XIIIe et XIVe congrès à Montpellier en 2008 et à Porto de Galinhas au Brésil en 20111. L’économiste italien Riccardo Petrella, fondateur du Comité international pour un contrat mondial de l’eau, s’est fait l’analyste des « guerres de l’eau », notamment à travers des exemples asiatiques2. Il présente l’eau comme le plus important des biens communs dont l’accès devrait être garanti contre la tendance croissante au profit réalisé par des entreprises privées qui travaillent, selon lui, pour les sociétés les plus riches3. Son analyse pour le temps présent est un combat qui doit permettre de souligner l’importance dans la longue durée de la question du prix accordé à l’eau et des règles fixant les modalités de l’accès à cette ressource, enjeu majeur des conflits révélés par la documentation.

  • 4 T. Ruf, « Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne : approche théorique et exemple dans (...)
  • 5 T. Ruf, « À propos de l’Avenir de l’eau d’Érik Orsenna. La caricature des eaux », Lettre ouverte ( (...)

2En France, ces questions ont été mises en relief par Thierry Ruf, directeur de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement, qui s’est engagé dans une ambitieuse entreprise de compréhension des systèmes d’irrigation sur les deux rives de la Méditerranée. Il intègre constamment la réflexion historique à sa démarche globale, préconisant notamment une sauvegarde et un développement de la petite hydraulique4. Sa récente et virulente critique du livre d’Érik Orsenna, L’avenir de l’eau, a fait débat5. Elle lui a permis de médiatiser certains choix dans l’approche épistémologique de la question de la ressource en eau : aux solutions globales qui oublient de tenir compte des spécificités de l’organisation sociale et préconisent des techniques jugées meilleures que d’autres, il substitue une approche adaptée aux traditions locales et tenant compte des constructions historiques des savoirs et des rapports sociaux. Cette démarche ne débouche pas sur du passéisme, les transformations des deux derniers siècles étant souvent irréversibles, mais entend mettre à jour les conditions économiques et sociales de ces mutations (exogènes, endogènes…) et leurs conséquences sur le mode et le niveau de vie des populations. La question du marché de l’eau, avec l’opposition entre exploitation collective de la ressource et détournements massifs et individuels de l’eau pour des usages industriels et agricoles, est mise en perspective ; les systèmes de transfert d’eau sont analysés ; le rapport entre privé, public et « bien commun » est évalué, ce qui pousse à déterminer l’origine de la pression sur la ressource, la hausse démographique n’étant pas le seul facteur et les formes de concurrence économique retrouvant toute leur place, en lien avec les conditions du milieu et les conditions sociales. Sur tous ces sujets, la fonction de l’histoire est à la fois d’éclairer le présent par la généalogie des systèmes et la filiation qui s’établit dans le temps long, sans faire fi des ruptures, et de révéler une gamme très étendue de configurations possibles dans les rapports entre les sociétés et le milieu.

  • 6 La Maison des Sciences de l’Eau de l’université Montpellier II accueille notamment le laboratoire (...)
  • 7 A. Ingold, « Les sociétés d’irrigation : bien commun et action collective », Entreprises et Histoi (...)
  • 8 O. Aubriot, « Société et concept de droits d’eau en irrigation : appropriation ou partage de l’eau (...)
  • 9 E. Schlager, E. Ostrom, « Property-Rights Regimes and Natural Resources : A conceptual Analysis »,(...)
  • 10 P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain, P. Fournier. (dir.), Les espaces collectifs dans les cam (...)

3Les travaux de sociologues et de géographes comme ceux menés à Montpellier et à Aix-en-Provence doivent inciter les historiens à mieux investir ce domaine de recherche6. C’est ce qu’ont voulu initier ces journées de Flaran. En effet, l’eau a toujours eu une valeur : les questions de l’accès à l’eau et du partage de l’eau, celle des ayants droit et, par opposition, celle des exclusions donnent lieu à des stratifications complexes qui peuvent déboucher sur des conflits et des mutations plus radicales. Alice Ingold pour le XIXe siècle7 et Olivia Aubriot pour le temps présent8, reprenant les principes définis par Edella Schlager et Elinor Ostrom9, insistent sur la distinction entre droits d’accès, droits d’usages et gestion : la complexité des acteurs oblige à clarifier ces différents niveaux d’intervention. La nécessité de maintenir ou au contraire de redéfinir les droits sur la ressource en eau est constante et c’est bien là un enseignement non seulement du droit ou de l’histoire du droit, mais de l’histoire sociale des usages de l’eau10. Dès lors, la valeur de l’eau n’est plus seulement sa valeur marchande, toujours difficile à mesurer (on mesure surtout la valeur de ce qui est produit grâce à elle), mais la valeur sociale qu’elle acquiert en participant à la création de rapports sociaux, parmi lesquels les conflits constituent moins le reflet d’échecs que de déséquilibres et de désaccords traduisant des dynamiques en cours.

Une complexe typologie des conflits

  • 11 Voir notamment S. Ciriacono (dir.), Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, 2004.
  • 12 Sur les aspects techniques, voir L. Hilaire-Pérez, D. Massounie, Vi. Serna, Archives, objets et im (...)

4Plusieurs démarches étant possibles pour traiter les conflits de l’eau, nous avons adopté délibérément l’angle de la dimension sociale et politique des usages de la ressource11. Mais, parce que traiter de l’eau induit une perspective d’histoire totale, nous avons choisi d’englober également d’autres aspects : économiques, culturels, techniques, environnementaux… et bien sûr juridiques car le contentieux naît souvent du non-respect du droit, en appelle à la loi ou à la coutume pour son règlement et conduit à produire ou à réviser les normes. Au prisme des litiges, l’eau met en concurrence, parfois jusqu’au conflit ouvert, des acteurs distincts par leurs droits et leur mode d’intervention, du pouvoir central aux communautés rurales, en passant par les seigneurs locaux, les « entrepreneurs » urbains, les « techniciens » : arpenteurs, fontainiers, ingénieurs, voire simples jardiniers ou travailleurs de terre, qui agissent à la fois comme spécialistes de la gestion de l’eau et bénéficiaires de ses usages12.

  • 13 M. S. R. Jenner, « L’eau changée en argent ? La vente de l’eau dans les villes anglaises au temps (...)
  • 14 J.-M. Douétil (éd.), Des rivières, des hommes, une longue histoire, Actes du colloque du SIARCE, P (...)
  • 15 Pour une approche qui tient compte des problèmes posés par la qualité de l’eau sur la longue durée (...)
  • 16 Un exemple de conflit entre une ville de taille modeste et un bourg rural est fourni par V. Theis, (...)
  • 17 M.-C. Pingaud, « L’eau rassembleuse du Perche », Ethnologie française, 1987, vol. 17, no 4, p. 381 (...)

5Lister leurs griefs et leurs oppositions s’est révélé bien difficile, même s’il nous fallait suggérer l’éventail des possibles, tant les raisons des discordes ont été aussi multiples que les pratiques et les usages de la ressource, empêchant par là-même d’aboutir à des lois des conflits, voire à une typologie suffisamment exhaustive et pertinente. Ainsi, l’accès à l’eau comme ressource fondamentale, pour la boisson et la vie quotidienne, a été relativement négligé, même s’il apparaît dans les exemples breton et rouergat (D. Groussard, G. Ferrand) alors que cela peut être un enjeu de conflits économiques et de décisions politiques quand la pression sur la ressource et l’exigence de qualité se renforcent13. Néanmoins, certains problèmes sont demeurés récurrents et pérennes sur la longue durée. C’est d’abord la question des droits, tant banaux, fonciers que d’usage, publics ou privés, individuels ou collectifs, avec comme enjeu et conflit potentiel la question de la jouissance, du partage et de la gestion de l’eau et des zones humides. Ce sont aussi les tensions nées de pratiques différenciées, parfois complémentaires mais souvent opposées, autour d’une même ressource : ainsi des conflits entre l’amont et l’aval pour toutes les activités sur les rivières ou les canaux ou plus globalement entre les usagers des rivières. Intérêts et nuisances différent et peuvent être objet de querelles selon qu’on fait fonctionner des moulins ou d’autres activités artisanales, qu’on irrigue, qu’on pratique la pêche, qu’on navigue14… Mais les conflits les plus virulents sont sans doute ceux qui portent sur un dommage ou une spoliation, ponctuelle ou irrémédiable, de la ressource, tels les pollutions15 ou, plus encore, les détournements, non seulement de l’eau de surface, celle des rivières, des lacs ou des mares, mais aussi celle des sources et des nappes souterraines, qui cristallisent les antagonismes et suscitent de vives réactions des ayants droit16. De fait, si l’eau est rassembleuse17, autour de la rivière, des puits, des sources, des fontaines, voire des mares et des marais, elle est aussi la cause de frictions et de divisions révélatrices des relations sociales, de leurs dynamiques et de leurs tensions.

6Ces rencontres de Flaran ont mis en exergue cette complexité, mais aussi la richesse intrinsèque des conflits liés à l’eau. Le sujet ne se laisse pas facilement saisir, son historiographie limitée en témoigne : il est à la fois présent dans nombre d’études et bien rarement envisagé pour lui-même ; de fait, point ou peu de méthodologie assurée, pas de grande œuvre de référence qui fasse socle. En le plaçant au cœur de sa réflexion, ce colloque a tenté de poser les premiers jalons et d’établir dans l’approche quelques priorités. Il fallait s’interroger d’abord sur les sources à disposition et sur la signification de leurs silences : quelles sont-elles, des plus évidentes telles les procédures judiciaires, aux plus indirectes comme les éclairages apportés par les rapports techniques ? Que nous montrent-elles du conflit, de ses origines, de ses enjeux ? Que ne nous disent-elles pas ? Quelle part et quelles catégories de conflits concernent-elles ? Quelle périodisation font-elles émerger ? Il fallait s’intéresser ensuite à ce qui se joue dans le conflit, à son effet miroir : quels acteurs donne-t-il à voir ? Quelles pratiques et représentations concurrentes, sans oublier la question des droits et des pouvoirs ? Peut-on faire des conflits un indicateur des tensions sur la ressource nées des activités humaines et des équipements hydrauliques réalisés ? Enfin, nous devions observer la régulation du conflit et les modalités pour parvenir à la paix : par négociations, par jugements ? Avec le recours de juges, d’arbitres privés, publics ? La régulation peut être productrice de nouvelles normes et participer de la dynamique des rapports sociaux car, enfin codifiés et maîtrisés, le conflit et sa résolution produisent un nouvel équilibre, jusqu’à sanctionner des formes neuves d’appropriation et de territorialisation ; ils peuvent aussi révéler un affrontement, comme des accommodements, entre une norme dominante et des usages minoritaires mais essentiels à la survie ou à l’identité de groupes de population.

  • 18 Approche récente dans P. Cressier (dir.), La maîtrise de l’eau en Al-Andalus. Paysages, pratiques (...)
  • 19 J. Burnouf, Ph. Leveau (dir.), Fleuves et marais. Une histoire au croisement de la nature et de la (...)

7Les trois thématiques choisies pour articuler cette rencontre et décliner le thème du conflit – gestion et usages au cœur des conflits, pouvoirs et conflits, régulation des conflits –, recouvrent peu ou prou ces grandes interrogations qui ne sont pas sans s’interpénétrer et, de fait, sont difficilement sécables : les quatorze articles présentés n’échappent pas à cette indifférenciation nécessaire à la compréhension du phénomène ; ils offrent un plateau riche de conflits, bruissant de tensions, de discordes, de menaces, d’affrontements, qui font passer l’eau pour un vaste champ de bataille ; en amont et en aval de ces oppositions ouvertes, c’est tout le jeu des acteurs et les structures conflictuelles lourdes pour la maîtrise de l’eau que l’on peut entrevoir. On doit néanmoins regretter que ce recueil laisse de côté tant certains secteurs géographiques aussi porteurs et exemplaires qu’Al Andalus dont on sait la spécificité et l’abondance de l’historiographie18, que certains pans particulièrement novateurs de la recherche : ni l’histoire environnementale, ni l’archéologie de l’eau n’ont été directement abordées, bien qu’elles soient à l’arrière-plan de certaines communications – à travers les interrogations sur le rôle des crises environnementales et les aspects techniques – et qu’elles puissent éclairer les hydrosystèmes et les réalités matérielles à l’origine des structures conflictuelles, ainsi que les dommages subis par les aménagements ou dont ils sont responsables19.

À la source : archives et mémoires affrontées

8Abordant la question des sources historiques relatives aux marais du littoral atlantique, Jean-Luc Sarrazin a mis en exergue l’articulation complexe de l’archive et de la mémoire ; les aménagements hydrauliques du Moyen Âge central ont stimulé le recours à l’écrit et à l’archive, dont la typologie s’est complexifiée. Une mémoire vivante des assèchements et des conflits s’est alors déployée en s’appuyant sur la consultation de ces écrits mais aussi sur la tradition orale. C’est cette stratification mémorielle qui est sollicitée et fait autorité lors des procédures de régulation du conflit. Les exemples développés lors de ces journées ont été nombreux, qu’il s’agisse des droits immémoriaux revendiqués au IXe siècle par les paysans des Abbruzes face aux prétentions de l’abbaye San Vincento à lever un impôt sur l’eau (Paolo Squatriti), ou de la sentence arbitrale relative aux eaux de l’Isuela dans la région de Huesca en 1563 qui intègre le respect de sentences plus anciennes, datant de 1356, 1428 et 1435 (Martine Charageat), ou encore des « documents de synthèse » des droits anciens rédigés dans le Valais à partir des actes de procédures antérieurs (D. Reynard) ; tous activent la mémoire stratigraphique des solutions anciennes et fabriquent une sorte de jurisprudence. Néanmoins, comme le révèlent le cas des archives soumises aux destructions parfois massives et la mutation documentaire introduite par les sociétés de drainage du XVIIe siècle, ne demeurent aujourd’hui de cette mémoire que des « épaves », dont l’historien peut au mieux repérer et analyser les aléas et pour lesquelles il peine à appliquer une démarche sérielle.

9De fait, quel crédit peut-il porter à ces témoignages ? Car de la masse des conflits, quelle part lui est-il laissé ? Les écrits et, parmi eux, principalement des documents judiciaires, ne donnent à voir que certains aspects des conflits : au premier chef, les processus de régulation, bien plus que les raisons et les déroulements des antagonismes. Surtout, ces actes ne concernent qu’une catégorie particulière de conflits, que le recours, tant à l’écrit, pour en conserver la mémoire, qu’à une procédure judiciaire ou d’arbitrage, apparente aux plus importants des litiges par leurs enjeux ou par leurs protagonistes. Quid des autres ? À n’en pas douter les plus nombreux, réglés à l’amiable ou s’étiolant d’eux-mêmes, demeurés souvent latents puis se cristallisant soudainement sur un objet qui ravive la querelle.

10De toutes ces tensions et de leurs pulsations qui animent régulièrement les rapports entre les différents acteurs de l’eau, seules les plus grosses vagues ont atteint les rivages de l’historien, d’où le décryptage prudent qu’il doit en faire. Il doit aussi tenir compte de la difficulté à établir une temporalité propre à chaque conflit : quand commence, quand finit le litige ? L’acte écrit ne laisse entrevoir que quelques phases, et les plus aigües, des structures conflictuelles lourdes qui nous échappent en grande partie, tant en amont, dans la lente montée des dissensions, qu’en aval dans l’apaisement et la réalité effective de la résolution ou dans les rebondissements vers de nouveaux affrontements. Le conflit peut aussi dépasser le seul enjeu de l’eau, comme dans le litige opposant les habitants de Prades-d’Aubrac au monastère d’Aubrac où le droit de pêcher semble n’avoir servi que de détonateur à un conflit politique lourd (Guilhem Ferrand). Dans ce regard biaisé et incertain, Martine Charageat rappelle un point d’ancrage à partir du cas de l’Aragon : quels qu’en soient les facteurs déclencheurs, la conflictualité de l’eau est caractérisée par la durée. Son historicité est élaborée au coup par coup par les justiciables eux-mêmes ou par les juges ou les arbitres auxquels ils font appel pour réguler le litige, en mobilisant la mémoire des solutions passées et en se plaçant dans le cadre d’un système de droits et de privilèges.

11Cet effet de source perturbe profondément la fiabilité de la périodisation des conflits que l’on peut établir, qu’ils soient pris dans leur globalité ou centrés sur l’eau. Si l’on s’en tient au seul volume des sources écrites, le regard ne peut en être que faussé. Ainsi de la période médiévale : après un haut Moyen Âge caractérisé par un déficit de sources écrites et qui risque d’apparaître en conséquence comme un havre de paix et de concorde, le recours croissant à l’écrit à partir du XIe siècle, amplifié de siècle en siècle, donnerait l’illusion d’un essor conjoint des conflits. Tout aussi biaisée est l’entrée par la périodisation des institutions judiciaires et de leur capacité au contrôle social, faisant se succéder un haut Moyen Âge régulé par le tribunal carolingien, suivi d’un temps de dérégulation féodale où les institutions publiques se transforment en cours d’arbitrage, avant que ne ressurgissent de nouveau, à partir du XIIe siècle, le tribunal comtal et royal garant de la paix, puis que ne se renforcent les structures étatiques avec l’application des grandes ordonnances à la période moderne (ordonnance de Moulins en 1566, ordonnance des Eaux et Forêts en 1669…). On a dit combien les nouvelles approches avaient souhaité se détacher de cette lecture traditionnelle des historiens du droit pour rattacher davantage le conflit à l’évolution des structures sociales et culturelles et montrer qu’en dehors des institutions judiciaires, la société possédait dès la période médiévale de nombreux moyens de résoudre le contentieux hors du cadre juridique. La périodisation des conflits est donc bien délicate à établir et plus encore à l’échelle globale qu’à l’échelle locale ou régionale où elle conserve sa pertinence, comme l’ont montré nombre de communications. Elle n’en demeure pas moins un thermomètre de l’équilibre social et de ses points de rupture.

Pour une grammaire des conflits

12Malgré les difficultés de sa mise en œuvre, la taxinomie des litiges a constitué un des objectifs de ces rencontres de Flaran car l’historiographie révèle à la fois des constantes et des écarts dans le fonctionnement des conflits pour l’accès à l’eau et pour sa maîtrise : s’il n’existe pas de loi des conflits, nous y insistons, une grammaire permettant de comprendre leurs enjeux peut se dégager des comparaisons qui ont été menées. La place centrale de l’eau dans toute société fait que l’analyse de son rôle et des conflits générés pour ses usages introduit à une compréhension des espaces et des territoires et de la façon dont s’y construisent les rapports sociaux. Fenêtre privilégiée sur les structures économiques et sociales, le conflit apparaît bien comme un élément dynamique des rapports sociaux et de leur recomposition : à travers lui se joue la question de la légitimité et de la légitimation des usages en fonction de normes et de savoirs qui évoluent, ainsi que des mémoires affrontées. Les études rassemblées ont permis de varier les échelles d’analyse et de montrer qu’à travers l’eau, les conflits ont pour enjeu la maîtrise globale d’un territoire, de ses équipements et des droits qui s’y exercent ; ils bousculent ainsi les rapports de pouvoir, même lorsque la ressource est abondante, comme le révèle Guilhem Ferrand à travers l’exemple du Rouergue. Révélateur des rapports des sociétés à l’eau, le conflit donne aussi la mesure de la pression sur la ressource. Marc Suttor le rappelle : la fréquence des conflits traduit l’importance et l’intensité du recours à l’eau, surtout sur les petits cours d’eau. À l’inverse, leur réduction témoigne d’une baisse des usages. L’Angleterre de la fin du Moyen Âge en fournit un bel exemple : si les conflits y sont moins abondants sur les rivières, c’est parce qu’en raison de leur envasement, les pratiques, particulièrement la navigation, s’y sont amenuisées (Mark Gardiner). En corollaire, l’absence de conflits peut se prêter à des interprétations diverses : la raison peut en être une abondance de l’eau qui, comme en Rouergue, restreint la potentialité de conflit (Guilhem Ferrand) ; on peut y voir aussi le marqueur d’une société régulée par la prévention ou la résolution négociée des antagonismes conduisant à une gestion harmonieuse et équilibrée de la ressource.

  • 20 Sur ce thème, voir aussi F. Graber, Paris a besoin d’eau : Projet, dispute et délibération techniq (...)

13Les perspectives d’étude choisies rejoignent ainsi les problématiques des sciences sociales mais avec des approches résolument dynamiques qui ne se limitent pas à l’analyse de structures figées et concurrentes : c’est souvent du conflit que naissent de nouveaux projets, des négociations et des compromis qui contribuent à faire intervenir la puissance publique et à construire une modernité politique toujours incertaine car devant concilier intérêts privés et intérêt public. Guilhem Ferrand a bien montré pour le Rouergue comment les institutions, qu’elles soient communales ou seigneuriales, se sont placées sur la ligne de partage des sphères publiques et privées pour réguler les conflits et garantir le cours libre de l’eau. Le rôle des jugements, des arbitrages et des expertises n’est pas de trouver une solution définitive mais d’adapter le droit et la technique aux besoins des acteurs sociaux dans un contexte donné. Telle est notamment la leçon des affrontements pour la maîtrise des espaces drainés (Jean-Luc Sarrazin, Raphael Morera, Tim Soens), des eaux de source dérivées d’espace ruraux vers les villes (David Groussard) ou de la gestion des activités le long des cours d’eau (Emmanuel Grélois, Marc Suttor, Anne Conchon) : l’opération d’aménagement, réelle ou projetée, résulte fréquemment d’une tentative plus ou moins réussie pour mettre à distance et dépasser les conflits20 ; elle contribue à faire émerger de nouveaux besoins qui peuvent à leur tour créer des tensions sur la ressource.

  • 21 K. A. Wittfogel, Oriental Despotism. A Comparative Study of Total Power, New Haven, 1957 ; id., «  (...)
  • 22 T. F. Glick, Irrigation and Hydraulic Technology. Medieval Spain and its Legacy, Great Yarmouth, 1 (...)
  • 23 P. Briant (coord.), « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien », Annales HSS, 2 (...)

14Ces approches dynamiques apportent donc quelques réponses aux débats nés de l’interprétation des travaux du sociologue Karl Wittfogel sur le Moyen-Orient antique dans un contexte politique et diplomatique de guerre froide et d’opposition entre modèle libéral et étatique21. L’auteur, qui se fondait sur les concepts du marxisme, y prônait le concept de « société hydraulique », selon lequel la mise en œuvre d’un système hydraulique complexe ne peut se concevoir sans un État autoritaire dont la naissance a été elle-même favorisée par la nécessité de la gestion et du contrôle de la ressource et de ses équipements. Cette théorie a beaucoup séduit en un temps de planification étatique et d’aménagement forcené du territoire dans le monde communiste et au-delà, dans tous les États qui prônaient un modèle de planification, notamment la France. Les travaux sur les zones humides en Europe occidentale, dont Raphaël Morera et Tim Soens présentent ici une synthèse prenant en compte leurs propres recherches, renversent totalement le schéma de Karl Wittfogel : le rôle des pouvoirs centraux devient certes important à partir de la fin du XVIe siècle, mais en récupérant les acquis des aménagements réalisés par les sociétés locales. Historiquement, au cours de la période moderne, les pouvoirs étatiques ont plutôt eu pour rôle de redistribuer les droits sur les eaux et les terres drainées en avantageant certains acteurs économiques qui pouvaient servir leurs intérêts au détriment de la paysannerie la plus modeste qui avait peu de moyens de s’exprimer et de résister, malgré le rôle essentiel qu’elle avait joué au cours de la période médiévale. Les historiens et les archéologues s’étaient déjà appliqués à saper les fondements de la théorie de Karl Wittfogel, particulièrement ceux d’un Moyen Âge passablement en dehors du modèle : les travaux sur l’Espagne de Thomas F. Glick ont joué un rôle pionnier22 et Paolo Squatriti montre ici, à travers l’exemple du plaid de Risana de 804-805, comment la privatisation des ressources en eau n’a pas empêché le recours à une rhétorique du bien public. Les historiens de l’Antiquité ont aussi mené une analyse de la complexité des rapports entre discours et réalités, par exemple dans un récent dossier des Annales coordonné par Pierre Briant, judicieusement appliqué à un espace au cœur de l’analyse de Karl Wittfogel23. N’oublions pas cependant que ce dernier partait de l’analyse du « despotisme oriental » et ne prétendait pas appliquer son schéma à l’Europe qui illustrait dans la doxa marxiste le modèle concurrent, celui du passage du système féodal au système capitaliste. Or à travers les exemples de l’Europe moderne présentés ici, de l’Espagne à la Hollande et à l’Angleterre, les transformations nées de la volonté de développer une économie centrée sur la grande culture, le commerce des produits agricoles et l’accumulation des profits apparaissent comme un facteur déterminant de l’apparition de conflits et de négociations dans lesquelles les parties en présence ne disposent pas des mêmes armes ni des mêmes appuis.

De la dialectique du présent et du passé

15Ainsi, les cas étudiés dans ce volume répondent à des préoccupations très contemporaines sur la gestion de l’eau qui opposent les partisans d’une petite hydraulique contrôlée par les sociétés locales et ceux d’une grande hydraulique gérée par les États et/ou par des compagnies puissantes générant des profits élevés. L’analyse des conflits pour disposer des eaux d’irrigation dans l’Aragon du XVe siècle (Martine Charageat), la Catalogne du XVIIIe siècle (Rosa Congost et Montserrat Pellicer) et dans le Valais du XVe au XIXe siècle (Denis Reynard) montre l’imbrication des échelles de pouvoir dans un cadre local, faisant intervenir les structures étatiques et leurs juridictions : ce qui importe et conditionne l’accès à l’eau d’irrigation, c’est moins le conflit direct lié à des détournements de la ressource ou, à l’inverse, l’intervention d’une structure supérieure, que la façon dont des particuliers et des communautés savent utiliser les normes et les droits à leur disposition pour imposer un nouveau rapport de force. Les différences entre la Catalogne et le Valais tiennent à la fois aux conditions environnementales – qui incluent l’organisation sociale – et à la nature des rapports de pouvoir, un peu moins inégalitaires en Valais malgré le poids croissant de la ville de Sion.

  • 24 A. Ingold, « Gouverner les eaux courantes en France au XIXe siècle. Administration, droits et savo (...)

16La privatisation de l’eau peut sembler s’opposer à une gestion autoritaire et centralisée mais les exemples historiques, tout comme l’analyse des rapports actuels entre États et sociétés de gestion des eaux, montrent que les véritables enjeux se situent à un autre niveau : la recherche de la rentabilité amène quelques individus ou sociétés à entrer en conflit avec des usagers souhaitant rester maîtres de leur destin. Le contrôle de l’eau est indispensable à la maîtrise du sol et des productions et c’est donc à la question agraire que renvoient de nombreux conflits passés et actuels. L’exemple vénitien, aussi unique et atypique soit-il, constitue un cas complexe qui met en jeu à la fois la concurrence et la complémentarité entre terre et eau (Danilo Gasparini). Assigner un régime juridique universel à l’eau est une tentation qui se heurte à la diversité des usages et des besoins, à la stratification des pratiques et des droits et à la fragmentation des espaces, le fonctionnement des rivières et des activités qu’elles permettent illustrant parfaitement cette complexité (Emmanuel Grélois, Marc Suttor, Anne Conchon) : même si le droit de l’eau a été davantage formalisé depuis le XIXe siècle, avec le développement de la notion de propriété et avec des approches technicistes et naturalistes de plus en plus prégnantes qui entendaient mieux maîtriser la ressource au nom d’un intérêt collectif supérieur24, les phénomènes de résilience sont nombreux.

***

17Ainsi, l’approche historique met en perspective les conflits actuels, non pour idéaliser le passé mais pour mieux interroger le rôle de la mémoire dans les conflits présents et pour éclairer la façon dont les conflits anciens ont participé à la construction des catégories actuelles d’appréhension de la « nature » et de l’intérêt commun. En préconisant l’élaboration d’une grammaire des conflits, nous ne proposons pas un contre-modèle qui s’opposerait à un ou plusieurs modèles antérieurs et créerait de nouveaux obstacles épistémologiques en empêchant de poser les bonnes questions. Au(x) modèle(s), il s’agit de substituer des concepts permettant de mieux décrire la façon dont les conflits hydrauliques structurent les rapports sociaux et l’organisation des territoires. L’importance accordée à la dimension temporelle oblige à ne pas étudier ces configurations sociales et territoriales autour de l’eau comme des invariants mais au contraire comme le résultat de processus dont la nature et le rythme constituent un élément majeur de compréhension des réalités étudiées.

Notes

1 http://196.36.166.88/IWRA. L’IWRA est une Organisation Non Gouvernementale fondée aux États-Unis mais regroupant des chercheurs de 45 pays. Son bureau exécutif a été installé à Montpellier en 2008, ce qui témoigne du rôle important de la France dans le domaine de la gestion de l’eau et de la recherche dans ce domaine. L’IWRA a participé à la création du Conseil mondial de l’eau en 1996 et assiste aux forums de cette organisation.

2 R. Petrella, Le manifeste de l’eau. Pour un contrat mondial, Bruxelles, 1998.

3 R. Petrella, « Reconnaître l’eau comme bien commun de l’humanité : une nécessité pour la planète », J.-P. Gélard, L’eau, source de vie, source de conflits, Rennes, 2006, p. 39-42.

4 T. Ruf, « Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne : approche théorique et exemple dans les Pyrénées orientales et dans les Andes équatoriennes », Travaux et recherche, 2002, no 22, L’eau dans tous ses états, Institut de géographie de l’Université de Lausanne, p. 47-60.

5 T. Ruf, « À propos de l’Avenir de l’eau d’Érik Orsenna. La caricature des eaux », Lettre ouverte (janvier 2009) consultable sur : http://www.agter.asso.fr/article321_fr.html

6 La Maison des Sciences de l’Eau de l’université Montpellier II accueille notamment le laboratoire HydroSciences Montpellier (HSM), une des composantes de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). Parmi les travaux de sociologie et d’ethnologie menés à Aix-en-Provence sur l’eau, citons notamment : O. Aubriot, L’eau miroir d’une société. Irrigation paysanne au Népal central, Paris, 2004 ; G. Jolly, « La maîtrise lignagère de l’irrigation dans la vallée de l’Azzaden (Haut-Atlas, Maroc) : vision historique et spatiale », C. Bromberger (éd.), Jacques Berque. La Méditerranée, le Haut-Atlas, Aix-en-Provence, 1997, p. 59-90.

7 A. Ingold, « Les sociétés d’irrigation : bien commun et action collective », Entreprises et Histoire, 2008/1, no 50, p. 19-35 ; « Gouverner les eaux courantes en France au XIXe siècle. Administration, droit et savoirs », Annales HSS, 66e année, no 1, janvier-mars 2011, p. 69-104.

8 O. Aubriot, « Société et concept de droits d’eau en irrigation : appropriation ou partage de l’eau ? », O. Aubriot, G. Jolly (dir.), Histoire d’une eau partagée. Irrigation et droits d’eau du Moyen Âge à nos jours. Provence, Alpes, Pyrénées, Aix-en-Provence, 2002, p. 35-60.

9 E. Schlager, E. Ostrom, « Property-Rights Regimes and Natural Resources : A conceptual Analysis », Land Economics, 1992, vol. 68, no 3, p. 249-262.

10 P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain, P. Fournier. (dir.), Les espaces collectifs dans les campagnes, XIe-XXIe siècle, Clermont-Ferrand, 2007 (voir notamment les contributions de C. Puig, d’E. Grélois, de Y. Suire, de J. M. Derex et de V. Beaulieu).

11 Voir notamment S. Ciriacono (dir.), Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, 2004.

12 Sur les aspects techniques, voir L. Hilaire-Pérez, D. Massounie, Vi. Serna, Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Âge à l’ère industrielle, Lyon, 2002 ; sur le rôle de la petite paysannerie, P. Fournier, « L’application de la norme champêtre en Roussillon : la juridiction des surposés de l’horte », Annales du Midi, juillet-septembre 2003, p. 381-396.

13 M. S. R. Jenner, « L’eau changée en argent ? La vente de l’eau dans les villes anglaises au temps de l’eau rare », XVIIe siècle, no 221, 55e année, 4-2003, p. 637-651.

14 J.-M. Douétil (éd.), Des rivières, des hommes, une longue histoire, Actes du colloque du SIARCE, Paris, AEDEH, 2007 ; C. Beck, F. Guizard-Duchamp, J. Heude (éd.), « Lit mineur, lit majeur, lit voyageur. Mémoire et cours d’eau », Revue du Nord, hors-série, no 14, 2009.

15 Pour une approche qui tient compte des problèmes posés par la qualité de l’eau sur la longue durée dans un cadre urbain, voir A. Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Seyssel, 1990 ; sur le Moyen Âge, on pourra se reporter à J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, 2002.

16 Un exemple de conflit entre une ville de taille modeste et un bourg rural est fourni par V. Theis, « Histoire d’eau. Les conflits sur l’approvisionnement en eau de Carpentras, XIVe-XVe siècles », Médiévales, automne 2007, no 53, p. 23-38.

17 M.-C. Pingaud, « L’eau rassembleuse du Perche », Ethnologie française, 1987, vol. 17, no 4, p. 381-400.

18 Approche récente dans P. Cressier (dir.), La maîtrise de l’eau en Al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, 2006.

19 J. Burnouf, Ph. Leveau (dir.), Fleuves et marais. Une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés pré-industrielles et milieux fluviaux, lacustre et palustres : pratiques sociales et écosystèmes, Paris, 2004.

20 Sur ce thème, voir aussi F. Graber, Paris a besoin d’eau : Projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne, Paris, 2009.

21 K. A. Wittfogel, Oriental Despotism. A Comparative Study of Total Power, New Haven, 1957 ; id., « The Hydraulic Approach to Pre-Spanish Mesoamerica », Fr. Johnson (éd.), Chronology and Irrigation, Austin and London, 1972, p. 59-80.

22 T. F. Glick, Irrigation and Hydraulic Technology. Medieval Spain and its Legacy, Great Yarmouth, 1996.

23 P. Briant (coord.), « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien », Annales HSS, 2002, no 3, p. 515-663.

24 A. Ingold, « Gouverner les eaux courantes en France au XIXe siècle. Administration, droits et savoirs », Annales HSS, janvier-mars 2011, no 1, p. 69-104.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540