Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Pouvoirs et conflits

Conflits et procès autour de l’utilisation de l’eau de la Sionne (Valais, Suisse), du xve au xxe siècle

Denis Reynard

Texte intégral

  • 1 Une synthèse efficace de ces aspects est présentée dans E. Reynard, « Les bisses du Valais, un exem (...)

1L’objectif de la présente contribution est de livrer les résultats d’une première exploration des sources sur les conflits liés à l’utilisation de l’eau de la Sionne. Cette étude encore partielle permet de découvrir une multitude de sources et d’en proposer une typologie, d’établir les faits et de dresser un catalogue des conflits liés à l’usage de la Sionne sur la longue durée, de tracer le portrait des principaux protagonistes, d’en découvrir les intérêts et, finalement, d’esquisser une évolution ou, au contraire, de déceler des constantes dans les conflits et dans la manière de les régler. Ces différents points structurent cet article, avec en préambule une présentation du système des bisses dans ses contextes géographique et historique1.

Le valais et ses bisses

  • 2 Le colloque international sur les bisses organisé en 1994 par la Société d’histoire du Valais roman (...)

2Tout d’abord, une définition s’impose : on appelle « bisses » les canaux d’irrigation des montagnes valaisannes, qui amènent l’eau des cours d’eau, souvent d’origine glaciaire, en direction des terres agricoles. Particuliers par leur technique de construction, leurs modes de gestion et parfois par leur envergure, les bisses du Valais suscitent depuis quelques années un regain d’intérêt de la part des chercheurs de tous horizons : historiens, géographes, hydrologues, ethnologues ou encore sociologues2.

Fig. 1 : Carte du Valais avec mention des zones à forte densité de bisses et des régions particulièrement arides (E. Reynard).

Fig. 1 : Carte du Valais avec mention des zones à forte densité de bisses et des régions particulièrement arides (E. Reynard).

3Le territoire du Valais, canton alpin situé dans la partie méridionale de la Suisse, correspond à la haute vallée du Rhône, qui s’étend du glacier du même nom jusqu’au lac Léman. C’est une des régions les plus sèches de Suisse, ce qui explique en partie le recours à des systèmes d’irrigation de grande ampleur. Toute la partie centrale du Valais, de Martigny à Brigue, reçoit moins de 800 mm d’eau annuellement et jouit de températures estivales particulièrement élevées. On constate sur la carte précédente que c’est également la région où la concentration de bisses est la plus forte.

Fig. 2 : Le bisse de Savièse ou Torrent-Neuf, à la veille de son abandon dans les années 1930. (Photographie Charles Paris, Médiathèque Valais Martigny, 020phEA073b).

Fig. 2 : Le bisse de Savièse ou Torrent-Neuf, à la veille de son abandon dans les années 1930. (Photographie Charles Paris, Médiathèque Valais Martigny, 020phEA073b).

4Certains bisses ont été construits de manière très audacieuse, et sont parfois littéralement accrochés aux parois rocheuses, ce qui en a souvent fait des objets de curiosité. Le relief très varié et parfois chaotique du Valais justifie différents types de construction : canal creusé directement dans le versant, parfois soutenu par des murs, canal de bois fiché dans la paroi à l’aide de systèmes d’ancrage. Le fait que l’eau, si avidement convoitée coule au fond de vallées très encaissées explique la longueur de certains bisses, coulant parfois sur plus de 10 km et même jusqu’à 32 km pour le plus long d’entre eux (Bisse de Saxon, construit à la fin du XIXe siècle).

  • 3 Pour un développement de ces hypothèses, voir P. Dubuis, « Bisse et conjoncture économique. Le cas (...)

5On ne connaît pas précisément l’origine historique des bisses. Dans les documents écrits, les premières traces datent du XIIIe siècle, mais il semble alors que le système ne soit pas nouveau. C’est pourtant à partir du XIVe siècle et surtout du XVe que les bisses se rencontrent plus fréquemment dans la documentation. C’est aussi au XVe siècle que des bisses de plus grande envergure sont construits et que toute une réglementation autour de leur gestion se fait jour. Cela s’explique notamment par les nouveaux besoins en herbe provoqués par le développement accéléré de l’élevage bovin, dans un contexte de reprise économique à la suite des vagues de calamités du XIVe siècle3.

6Gardons encore à l’esprit que les bisses ne sont pas seulement une infrastructure (le canal), mais tout un système qui englobe le captage, le transport de l’eau, sa distribution et son utilisation à travers l’arrosage des terres, essentiellement des prés et des vignes. Ce système complexe est géré en commun, soit au niveau de la communauté rurale, soit à celui, inférieur, du groupe d’usagers, au sein d’associations que l’on nomme « consortages ». C’est au niveau de ces structures que sont répartis et gérés les droits d’eau.

Les lieux et les acteurs

  • 4 Elle-même divisée en trois « tiers » ou quartiers : Arbaz-Blignoud, Luc et Botyre.

7Le cours d’eau qui est au centre de cette recherche est la Sionne. Cette rivière de type torrentiel et à régime nival prend sa source à près de 2000 m d’altitude dans la région du Chamossaire et coule du nord au sud dans le vallon de la Sionne. Aucun glacier n’assure son alimentation. Rejointe par le Drahin, son principal affluent, vers 1000 m d’altitude, elle poursuit son cours en direction de Sion, ville qu’elle traverse actuellement dans un lit presque entièrement couvert, pour se jeter finalement dans le Rhône à 490 m d’altitude. La Sionne présente un débit faible et surtout inégal selon les saisons. Les bisses dont il sera question ici prennent tous leur eau dans la Sionne à une altitude relativement élevée, à savoir entre 1 000 et 1 500 m. La rivière borde ou traverse le territoire des actuelles communes d’Arbaz, de Grimisuat, de Savièse et de Sion. Au Moyen Âge et durant tout l’Ancien Régime, Arbaz fait partie de la communauté d’Ayent4.

  • 5 Sur les différentes fonctions de la Sionne, voir l’article de référence : A. Lugon, « La Sionne du (...)

8Les acteurs qui ont un intérêt dans la Sionne et son eau sont donc la communauté d’Ayent et principalement le « tiers » d’Arbaz, la communauté de Grimisuat, celle de Savièse, ainsi que Sion, la ville épiscopale, regroupant la cour de l’évêque, seigneur temporel du pays, le chapitre cathédral et la communauté des citoyens. Chacun de ces usagers potentiels de l’eau de la Sionne a des besoins spécifiques, mais ce sont clairement les besoins en eau d’irrigation qui sont les plus présents. Dans le cas de la ville de Sion, la rivière joue également un rôle important pour l’évacuation des égouts et pour la salubrité publique. Des moulins et des foulons sont établis dans la basse vallée de la Sionne à quelques centaines de mètres en amont de la ville. Ces « artifices », comme on les appelle communément, sont en général exploités par des privés qui paient des redevances à l’une ou l’autre des autorités5. L’irrigation est essentielle, pour les habitants de la ville comme pour les autres acteurs. Les prés et les pâturages en profitent en premier lieu. On arrose également les jardins et les vignes, dès le Moyen Âge, mais à des altitudes plus basses.

  • 6 Le cas de la Raspille, rivière qui coule à l’est de la Sionne, a été étudié par H.-R. Ammann, « Aut (...)

9Il n’est pas étonnant de voir des conflits éclater autour d’une rivière qui sert de frontière entre plusieurs communautés, et cette configuration se retrouve ailleurs6. Par contre, on observe que, dans le cas de la Sionne, les causes habituelles de conflit sont encore aggravées par trois facteurs : le nombre élevé d’usagers, la diversité des besoins et leur augmentation dès la fin du Moyen Âge, enfin les particularités de la Sionne, notamment son débit, qui peut être très faible en été.

Les sources

10Dans le cadre de cette recherche, nous avons essentiellement dépouillé les archives communales et bourgeoisiales de Savièse, d’Ayent, d’Arbaz, de Grimisuat et de Sion. Toutes sont riches en documents relatifs à l’eau et à sa gestion. Tentons une typologie sommaire.

  • 7 L’évêque de Sion est, jusqu’au XVIIe siècle, seigneur temporel et chef spirituel sur le territoire (...)

11Les sentences sont les décisions prises par un juge, un tribunal, une autorité, un arbitre ou un collège d’arbitres. Dans le cas qui nous occupe, les sentences émanent d’arbitres nommés pour l’occasion par l’évêque de Sion et, surtout dès le XVIe siècle, par le grand bailli et la Diète du Valais7. Les mémoriaux rédigés à divers moments d’un procès résument ses principales étapes, les arguments de chacune des parties et les décisions prises. Les auditions de témoins regroupent les dépositions recueillies tout au long du procès. En général, les témoins répondent tous aux mêmes questions, fournies dans un ordre préétabli, ce qui permet de comparer aisément les réponses. On trouve par exemple ce type de document pour les procès des années 1572-1575.

12On rencontre encore, dans tous les fonds d’archives consultés, des catalogues d’actes ou des résumés des procédures engagées par les communautés, des listes d’actes officiels relatifs à l’eau et des rappels de sentences. Ces documents de synthèse devaient permettre de se référer aisément aux droits anciens et d’obtenir rapidement une vision d’ensemble des problèmes. Ils étaient probablement rédigés lorsque les foyers de discorde qu’on croyait éteints se rallumaient soudainement en de nouveaux procès. Ce type de documents reflète l’importance de la mémoire des conflits et de leur règlement, tout au long de la période étudiée.

13Pour cette recherche, nous nous sommes surtout fondé sur l’analyse des sentences et des autres documents qui règlent les situations litigieuses, ainsi que sur quelques dépositions de témoins.

Les événements

14Il s’agit ici d’établir une chronologie détaillée et critique des événements, des conflits et de leur règlement.

1424-1427 : Ayent contre Grimisuat

  • 8 Sentence arbitrale portée par André de Gualdo, administrateur de l’évêché de Sion, dans un litige e (...)
  • 9 Argument repris dans l’accord de 1427 (voir note suivante), point 2, p. 157 de l’édition.
  • 10 A.C. Arbaz, SPg 1 ; A.C. Grimisuat, E 3, 8 novembre 1427. Cet acte important est édité dans D. Reyn (...)
  • 11 A.C. Arbaz, SPg 1 ; A.C. Grimisuat, E 3, point 9, dans D. Reynard, Histoires d’eau…, p. 159.
  • 12 Ibid., points 10-11, p. 160.
  • 13 Ibid., point 12, p. 160.

15Un premier litige éclate dans les années 1420 entre les communautés d’Ayent et de Grimisuat. À l’occasion du règlement d’un conflit entre elles à propos d’un droit de garde (1424)8, Grimisuat se plaint du fait qu’Ayent aurait construit un nouveau bisse dont la source se trouve dans la Sionne, au-dessus de celle de leur propre bisse, qui s’en trouve prétérité. Grimisuat accuse encore le tiers d’Arbaz-Blignoud de perturber son ancien bisse. Les hommes d’Ayent admettent avoir construit un canal, mais ils sont dans leur droit, puisque ce bisse coule sur leur territoire9. Le conflit s’éternise et, loin de l’apaiser, les protagonistes accumulent les accusations. Le 8 novembre 1427, un accord survient enfin, grâce à l’intervention d’arbitres10. La communauté d’Ayent doit détruire son nouveau bisse et s’abstenir d’en construire d’autres11. Concernant le bisse de Grimisuat déjà existant (bisse de Sillion), le tiers d’Arbaz-Blignoud et la communauté de Grimisuat doivent prendre ensemble la moitié de l’eau de ce bisse et se la répartir équitablement12. Le tiers d’Arbaz-Blignoud peut également utiliser le bisse de Grimisuat pour l’irrigation de ses possessions, pour autant que cela ne pose pas de problème à Grimisuat13.

  • 14 A.C. Grimisuat, E 1 ; A.C. Ayent, Ay 19, 22 avril 1464, édité dans D. Reynard, Histoires d’eau…, p. (...)

16Fait intéressant, cet arbitrage suggère que des accords et une certaine pratique étaient déjà en place auparavant. On fait référence à la situation précédente en mentionnant, par exemple, le partage de l’eau entre Arbaz-Blignoud et Grimisuat, déjà établi au moment du conflit. Cette pratique était peut-être elle-même le fruit d’un précédent litige. On notera aussi que cet arbitrage ne règle pas les problèmes chroniques que Grimisuat connaît dans son approvisionnement en eau. Cette communauté doit, en 1464, acheter une part d’eau dans le nouveau bisse d’Ayent, au prix fort de 200 livres, avec la promesse d’entretenir une bonne partie du canal14.

1475-1485 : Sion contre Ayent

  • 15 Sulpice Crettaz mentionne ce conflit (S. Crettaz, La Contrée d’Ayent, Saint-Maurice, 1933, p. 131 s (...)
  • 16 Cet argument n’est pas vraiment compréhensible ; il est pourtant récurrent.

17Un conflit éclate entre Ayent et Sion dans les années 1475-148515. Selon les Sédunois, Ayent perturbe le cours de la Sionne en y captant de l’eau pour son bisse (le Bitailla), et provoque ainsi des inondations en ville en cas d’orage et de crue16. Les Ayentôts sont encore accusés d’avoir vendu aux Saviésans une partie de l’eau de la Sionne, au détriment de son débit. Ce conflit ne débouche sur aucun règlement clair, et finalement Sion abandonne – pour un temps – ses prétentions.

18On remarquera que Sion revendique déjà à la fin du XVe siècle des droits sur la Sionne et tente surtout de limiter l’exploitation de cette rivière en amont de son territoire. Derniers utilisateurs possibles de la Sionne, les Sédunois ont à cœur, tout au long de la période étudiée, de s’assurer une part d’eau assez importante.

1527 : Savièse contre Ayent et Grimisuat

  • 17 A.C. Grimisuat, E 9 et E 10 ; A.C. Savièse, Pg 90 et L 4, no 7, 25 mai 1527, sentence épiscopale de (...)
  • 18 A.C. Savièse, L 4, no 7, fol. 81v.

19En 1527, les Saviésans provoquent des remous dans le cours de la Sionne en déplaçant la prise d’eau et le tracé d’un de leurs bisses, le Sillon, dont l’origine se situe sur le territoire d’Ayent17. Ils justifient ces modifications par le fait que les avalanches et l’amas de neige qu’elles forment retardent l’ouverture du bisse, ce qui nuit aux cultures. Pour l’année précédant leur demande, les Saviésans estiment la perte à environ 100 toises de foin18. Ayent rétorque que l’avalanche ne fait aucun tort à Savièse et à la prise d’eau de son bisse, car elle ne provoque pas d’amas de pierres ou de troncs, pas même de neige ! Pour eux, le problème vient plutôt du fait que Savièse entretient mal son bisse, remarque qui est loin de plaire aux Saviésans.

  • 19 Les arbitres sont Georges Supersaxo, chevalier, Anthilius Albi, ancien bailli, Barthélemy Lupi et N (...)
  • 20 A.C. Savièse, L 4, no 7, spécialement fol. 83-84 pour ce qui est des conditions de la sentence.
  • 21 Le « mayen » (terme régional) est un ensemble de bâtiments et de pâturages de moyenne altitude où l (...)

20Faute de trouver un accord, on recourt à des arbitres19, lesquels effectuent une visite sur les lieux afin de se rendre compte des problèmes évoqués par les Saviésans. Ces derniers ont cette fois-ci gain de cause et le conflit est réglé par une sentence délivrée le 25 mai 1527 par l’évêque Philippe de Platea20. L’énoncé stipule que les Saviésans peuvent construire un nouveau bisse en déplaçant sa prise d’eau pour éviter les dégâts de l’avalanche, avec la même quantité d’eau que précédemment ; ceux d’Ayent et de Grimisuat qui ont des possessions, notamment des prés et des mayens21 dans la région de l’ancien bisse et qui pouvaient jusqu’ici les arroser avec son eau, peuvent agir de même avec l’eau du nouveau bisse un jour toutes les trois semaines, du matin du lundi à celui du mardi ; ils ne peuvent cependant utiliser cette eau que pour arroser les terres mentionnées. Une fois le nouveau bisse établi, l’ancien tracé sera abandonné par les Saviésans. Ceux-ci doivent dédommager, par le biais d’une taxation faite par des prud’hommes, ceux d’Ayent et de Grimisuat pour le tracé du nouveau bisse sur leur territoire ; ils ne sont pas autorisés à capter d’autres sources sur le territoire d’Ayent pour alimenter le nouveau bisse.

21Tout en donnant un avantage à la communauté de Savièse, cette sentence règle aussi d’autres objets de litige récurrents comme l’usage des sources.

1569 : Sion contre Ayent

  • 22 A.C. Grimisuat, E 12 ; A.B.S., 14/8, 9, 9bis, 10.
  • 23 A.C. Grimisuat, E 12, p. 5-6. Le terme « innovation » (innovatio) est récurrent dans les documents. (...)
  • 24 Voir plus haut, le conflit « 1475-1485 : Sion contre Ayent », p. 193-194.

22Dans les années 1560, un nouveau conflit éclate entre Sion et Ayent au sujet du bisse Tailla ou Bitailla22. Les griefs, cette fois-ci, viennent de Sion qui fait appel au grand bailli, Antoine Kalbermatter, et à la Diète. Les Sédunois avancent qu’Ayent a récemment construit un nouveau bisse, sans en référer aux autres usagers de la Sionne, et que ce nouveau bisse capte toute l’eau de la rivière. Sion se plaint également d’autres « innovations », dont la nature n’est pas précisée, mais qui vont à l’encontre d’un droit d’eau en vigueur depuis des temps immémoriaux23. Sion relève aussi le fait que les crues sont augmentées à cause de l’attitude d’Ayent. Bien qu’il soit difficile de saisir le sens de cette plainte, on se souvient que Sion l’avait déjà formulée à la fin du XVe siècle24. On signale encore que les moulins situés sur le cours de la Sionne, juste à l’amont de la ville, souffrent aussi des innovations d’Ayent et du déficit aqueux.

  • 25 A.C. Grimisuat, E 12, p. 10-11.

23Ayent conteste les dires de Sion et se défend d’aller à l’encontre du bon droit. À l’instance des Sédunois, le bailli effectue une inspection locale. Il constate effectivement des innovations récentes de la part d’Ayent, notamment des amas de pierres et de bois volontairement disposés dans le lit de la Sionne pour la détourner et en capter l’eau pour le Bitailla25. Au terme de la procédure, le grand bailli et la Diète du Valais délivrent leur sentence le 20 mai 1569. Celle-ci rappelle que les eaux font partie des droits régaliens du comte-évêque de Sion qui en concède l’usage de manière générale ; cela signifie que l’eau doit rester publique. En ce sens, les innovations opérées par Ayent ne respectent pas le droit régalien ni le caractère public de l’eau.

24Selon les décisions de la sentence, l’évêque, le chapitre et la ville de Sion obtiennent le quart de l’eau de la Sionne qui est prise par le Bitailla du côté d’Ayent ; tous les nouveaux bisses au-dessous du Bitailla du côté d’Ayent doivent être démolis. Toutes les sources au-dessous du Bitailla, qui se déversent dans la Sionne du côté d’Ayent, appartiennent aux Sédunois ; ceux-ci peuvent donc jouir de toute l’eau de la Sionne en dessous du Bitailla. Deux personnes doivent être désignées chaque année, une pour Sion, l’autre pour Ayent, afin de s’assurer que le partage de l’eau se fait toujours correctement. Les voleurs d’eau, à savoir les personnes qui ne se soumettraient pas à ces décisions, sont punis de 10 livres mauriçoises d’amende.

25Cette sentence de 1569, à laquelle on se réfèrera souvent par la suite, règle donc en partie les questions soulevées par les Sédunois et, surtout, leur garantit une certaine quantité d’eau, ce qui n’était pas le cas auparavant. Cependant, elle ne règle pas définitivement le différend entre Sédunois et Ayentôts au sujet du Bitailla.

1570-1576 : Sion contre Ayent et Sion contre Savièse

  • 26 A.B.S., Tir. 14/15 ; A.C. Ayent, Ayb 12bis et 13, mars 1572, auditions de témoins.

26Un an plus tard, en 1570, deux conflits éclatent autour des eaux de la Sionne. La ville de Sion y est à chaque fois impliquée, une fois contre Ayent – toujours sur la question de l’eau captée pour le Bitailla26 – une autre fois contre Savièse. Le conflit avec Ayent n’est, cette fois encore, pas définitivement réglé, et on le voit se rallumer au siècle suivant.

  • 27 A.C. Grimisuat, E 14 ; A.B.S., Tir. 14/12, 14/13 et 14/14 ; A.C. Savièse, SP 178 et 179, P 20, Pg 1 (...)
  • 28 Il s’agit du bisse du Champil, dont la modification du tracé avait été acceptée par la sentence de  (...)
  • 29 A.C. Savièse, SP 178, 27 juillet 1574.

27Le conflit entre Sion et Savièse27 concerne principalement les eaux captées par deux petits bisses saviésans, le Sillon et le Champil (Tsampé actuel). Les Sédunois accusent les Saviésans d’avoir construit, les années précédentes, de leur propre initiative, plusieurs canaux le long de la Sionne et d’avoir capté d’autres sources. De nouveau, Sion se plaint que de nombreux dégâts surviennent en cas de fortes pluies. Les Saviésans rejettent ces accusations, affirmant avoir moins innové que le prétend la ville. L’un des bisses a, par exemple, simplement été déplacé vers l’aval à cause de l’avalanche28. La procédure s’étale sur plusieurs années et débouche sur une première sentence de Georges Supersaxo, lieutenant du grand bailli Antoine Mayenchet, et de ses 14 assesseurs de Sierre et du val d’Hérens (1574)29. Cette sentence ne satisfait personne, les assesseurs ne parvenant d’ailleurs pas à se mettre tous d’accord.

  • 30 A.C. Grimisuat, E 14 ; A.C. Savièse, Pg 164 et L 4, no 20, 15 août 1576.
  • 31 Cela n’était pas encore acquis pour Sion dans la sentence de 1574 (A.C. Savièse, SP 178, p. 20).

28On fait donc appel à la Diète et au grand bailli, Jean In Albon, qui prononce en 1576 une seconde sentence qui met un terme provisoire au conflit30. Elle stipule que la sentence de Philippe de Platea, en 1527, est confirmée : les Saviésans peuvent ainsi jouir librement et de plein droit du « nouveau » bisse de Sillon. La grande source au-dessous du bisse de Sillon est finalement adjugée à l’évêque, au chapitre et à la ville de Sion31. L’eau des autres sources au-dessous du bisse de Sillon doit être partagée entre les deux parties en un lieu donné ; ceux de Sion doivent être assurés de pouvoir jouir de l’eau du début d’avril à la Saint-Michel (29 septembre). Enfin, les Saviésans ne peuvent plus tracer de nouveaux bisses sur le territoire d’Ayent, au-dessous du bisse de Champil ; s’il en existe, ils doivent être détruits.

29Cette sentence règle pour un temps le conflit. Fait intéressant, Sion parvient une fois encore à obtenir des garanties sur l’usage de l’eau en s’assurant la jouissance d’une partie des sources. Cela complète avantageusement les ressources hydriques de la ville épiscopale.

1638-1640 : Sion contre Ayent

  • 32 A.B.S., 14/30.
  • 33 Sentence du 2 juin 1638 : A.B.S., 14/30 ; A. C. Grimisuat, E 17 ; résumé dans A.B.S., 14/24. Senten (...)

30Il faut attendre la fin des années 1630 pour voir se rallumer le conflit entre Sion et Ayent au sujet du Bitailla et des eaux de la Sionne. La teneur du litige est toujours la même : Sion se plaint que le bisse d’Ayent prend trop d’eau et que la ville s’en trouve lésée, alors qu’elle a « depuis des temps immémoriaux », le droit d’utiliser cette eau pour irriguer ses terres et pour tout autre besoin civil ou domestique32. À l’appui de leurs revendications, les Sédunois invoquent de très anciens documents, dont une sentence de l’évêque Jost de Silenen (1483), et prétendent que les évêques Philippe de Platea et Walther Supersaxo l’auraient confirmée. Si la confirmation de l’évêque de Platea semble tout à fait probable, celle de Supersaxo est invraisemblable car son épiscopat précède celui de Jost de Silenen. Manifestement, les Sédunois font preuve de mauvaise foi. Ce conflit débouche sur une première (1638), puis une seconde sentence (1639) du grand bailli, Jean Roten, et de la Diète du Valais qui se « contentent » de confirmer les sentences de 1527 et 156933.

  • 34 Mandat du 23 mars 1640 : A.B.S., 14/25.

31En 1640, c’est au tour du tiers d’Arbaz d’allumer la mèche de la discorde avec les Sédunois. Ceux d’Arbaz ont construit un nouveau bisse (le bisse Plan) au-dessous du lieu-dit Sillon, au détriment des autres usagers de la Sionne, principalement la ville de Sion, allant ainsi contre la sentence qui interdisait toute nouvelle construction en dessous du Bitailla. Un mandat du grand bailli34 enjoint Arbaz de détruire le bisse incriminé et de se soumettre aux sentences précédentes.

1714-1715 : Sion contre Grimisuat et Arbaz

32Un nouveau conflit éclate en 1714 à l’initiative de Sion, qui revendique le droit exclusif d’utiliser l’eau de la Sionne en aval de la prise d’eau du Bitailla, ce que prévoyait d’ailleurs une des précédentes sentences. Les Sédunois se plaignent du fait qu’Arbaz et Grimisuat se permettent de prendre de l’eau, à l’aide d’un nouveau bisse construit en aval du Bitailla et de l’ancien bisse Plan. Ce dernier avait été détruit à la suite de la sentence de 1640.

  • 35 A.B.S., 49/40 ; A. C. Grimisuat, E 48.
  • 36 Ce dernier détail est précisé dans les protocoles de la Diète du 29 mai 1714, reprenant l’essentiel (...)
  • 37 A.C. Grimisuat, E 23, s.d., texte allemand ; analyse et traduction partielle de Georges Reichenbach (...)
  • 38 Voir note 10.

33Le 25 mai 1714, le grand bailli, Johann Jodok Burgener, délivre sa sentence35. Le nouveau bisse doit être détruit et on s’en tiendra à la sentence de 1639 : toute l’eau à l’aval du Bitailla est attribuée à Sion, à l’exception de celle que Savièse capte pour le bisse de Sillon36. Les hommes de Grimisuat, principalement, et ceux d’Arbaz ne semblent pas s’être soumis à ce verdict. En effet, après mai 1714, ils adressent à la Diète une pétition pour être confirmés dans leurs anciens droits37. Ils protestent en disant que la sentence de 1569 ne concerne que les nouveaux bisses (dont le bisse Plan, effectivement détruit par Grimisuat) et que les bisses anciens sont autorisés au-dessous du Bitailla. La sentence de 1569 ne concernerait donc pas Grimisuat, car son bisse est dit « le vieux torrent » (alter torrens, ein uralter aquaeductus). Pour prouver l’ancienneté du bisse de Grimisuat, on fait référence à l’acte du 8 novembre 142738, qui mentionne en effet le bisse de Grimisuat. Ce dernier est, déjà dans cet acte, qualifié d’ancien (antiquus torrens).

  • 39 A.C. Savièse, P 92, 29 mai 1714, et P 93, 29 mai 1715.

34Parallèlement à cette querelle entre Sion et Grimisuat-Arbaz, la communauté de Savièse, craignant de payer le prix fort d’un conflit qui ne la concerne pas directement, demande à plusieurs reprises, entre 1714 et 1715, que la Diète la confirme dans ses droits concernant la prise d’eau du bisse de Sillon39.

Fig. 3 : Vue de la région des litiges, vers 1714, mentionnant notamment les sources de la Sionne, le Bitailla, les différents bisses du côté de Savièse ainsi que le bisse qui pose problème au moment de la réalisation du plan (aquaeductus contentiosus). (ABS, Tir. 14/19, photo. D. Reynard).

Fig. 3 : Vue de la région des litiges, vers 1714, mentionnant notamment les sources de la Sionne, le Bitailla, les différents bisses du côté de Savièse ainsi que le bisse qui pose problème au moment de la réalisation du plan (aquaeductus contentiosus). (ABS, Tir. 14/19, photo. D. Reynard).

1835-1841 : Arbaz contre Grimisuat

35Dans la seconde partie du XVIIIe siècle et durant tout le XIXe siècle, de nombreuses luttes, petites et grandes, apparaissent dans la documentation. On ne retiendra qu’un échantillon représentatif de l’ensemble.

  • 40 Voir le dossier dans A.C. Grimisuat, E 34, 1827-1841, 19 pièces.
  • 41 A.C. Grimisuat, E 34/11, 4 août 1835, p. 2.

36Entre 1835 et 1841, un conflit éclate entre Grimisuat et Arbaz40. Depuis peu, les gens d’Arbaz qui possèdent des terres sur le territoire de Grimisuat ne peuvent plus utiliser l’eau du bisse de Grimisuat comme c’était le cas auparavant. Grimisuat se justifie en prétendant que la jouissance de l’eau de son bisse est liée à la qualité de communier et non pas à l’emplacement des terres. Arbaz s’en plaint et soutient au contraire que « l’eau a été partagée en trois tiers dont deux destinés à l’irrigation des prairies situées sur la commune de Grimisuat, sur tous les prés à raison de leurs étendues sans distinction des propriétaires41 ». Arbaz fait intervenir plusieurs témoins, dont un mérite d’être cité : il s’agit d’un ancien président de la commune de Grimisuat, Pierre Antoine Mabillard, interrogé sur son lit de mort. Les Arbaziens considèrent de ce fait son témoignage comme particulièrement important et fiable :

  • 42 A.C. Grimisuat, E 34/19, 19 juin 1837, p. 33-35.

« “J’ai vu des ratements dans lesquels toutes les prairies, tant de ceux de Grimisuat, que de Savièse, d’Arbaz des deux tiers, de Sion et de Salins étaient inscrites sans distinction.” Interrogé comment l’on partage l’eau de la Sionne à Grimisuat, il répond : “On la partage en proportion du terrain d’après la note qui en est donnée aux gardes.” Cet homme qui était sur le point de rendre compte à l’Etre Suprême de ses bonnes et mauvaises actions, cet homme qui était à la porte de l’éternité et craignait l’éternité des supplices nous dit que la commune de Grimisuat faisait le ratement de tous les prairies situées rière son territoire et que l’eau du bis de Zillon était répartie en raison de leur contenance sans distinction des propriétaires communiers ou non communiers42. »

  • 43 Un autre litige du même type s’élève en 1862-1863 entre des propriétaires saviésans de terres situé (...)

37Deux visions s’opposent clairement. Pour Grimisuat, l’eau est un bien communal et le droit d’en user appartient aux communiers. Les propriétaires extérieurs à la commune sont exclus de l’usage de l’eau. À l’opposé, Arbaz soutient que, l’eau faisant partie de l’ancien droit régalien, elle est publique au sens large du terme. Son utilisation doit donc être indépendante des droits communaux. On ignore malheureusement comment ce conflit fut réglé43.

1860 : Grimisuat contre Ayent

  • 44 A.C. Grimisuat, H 44, 1859-1860, 13 pièces.

38Dans les années 1860, c’est entre Grimisuat et Ayent que la tension monte44. Ces deux communes partagent depuis 1464 les eaux du Bisse neuf d’Ayent. Grimisuat avait à l’époque acheté, au prix fort et moyennant l’entretien du tiers du bisse, l’usage de l’eau du samedi soir au lundi soir. Dès le milieu du XIXe siècle, Grimisuat demande à plusieurs reprises à Ayent d’augmenter la capacité du bisse en agrandissant son lit, d’adapter la part d’eau dévolue à Grimisuat et de revoir le mode de partage des frais. Si elle accepte l’idée d’agrandir le bisse, la commune d’Ayent refuse d’envisager une modification de la répartition de l’eau et des conditions d’accès au bénéfice de Grimisuat. La commune se réfère immuablement à l’acte de 1464.

  • 45 A.C. Grimisuat, H 44/2, 22 juin 1860. Le Conseil d’État est le pouvoir exécutif du canton.

39En 1860, lasse de ne pas se faire entendre par sa voisine, la commune de Grimisuat en appelle au Conseil d’État valaisan45. Elle rappelle dans sa supplique que, « de toutes les communes du centre, celle de Grimisuat est sans contredit l’une des plus pauvres en eau ». Les conséquences du manque d’eau sont catastrophiques pour la commune : « Dans cette situation elle a dû laisser ces dernières années brûler ses prairies qui présentaient l’aspect le plus désolant. » Grimisuat souligne encore le fait qu’en cas d’incendie, le manque d’eau empêcherait la commune d’intervenir efficacement. Sensible à ces arguments, le Conseil d’État écrit à la commune d’Ayent l’enjoignant d’accepter les propositions de Grimisuat, d’augmenter la capacité du bisse et de revoir la répartition des frais d’entretien et de gestion du canal. La « commission des consorts d’Ayent » » répond avec un certain aplomb au Conseil d’État. Elle prétend être tout à fait d’accord pour agrandir le bisse d’Ayent et dit avoir répondu à Grimisuat en ce sens.

  • 46 A.C. Grimisuat, H 44/11, 20 août 1860.

« Mais il est un point sur lequel la commune d’Ayent a constamment déclaré comme elle déclare encore ici ne vouloir faire aucune concession, c’est celui qui concerne le mode et la durée de la jouissance des eaux du bis, déterminés par l’acte de 146446. »

40Il faut attendre l’année 1862 pour que la situation se débloque. N’ayant pu résoudre leur différend, les deux communes font alors appel conjointement au Conseil d’État afin que celui-ci les aide à le régler. Le Conseil d’État décide donc :

  • 47 La Lienne, rivière située à l’est de la région étudiée.
  • 48 A.C. Grimisuat, E 37 ; A.C. Ayent, Ay b 122/1.

« Il sera donné au bis neuf d’Ayent une augmentation de capacité d’un tiers au moins, c’est-à-dire, que le volume des eaux actuelles étant de deux, il sera porté à trois au moins. Les consorts du bis neuf d’Ayent, en dérogation à l’acte du 22 avril 1464, sont chargés des frais d’agrandissement et de l’entretien futur de la partie de cet aqueduc depuis la Rieille47 où est la prise d’eau, jusqu’à la partie orientale du Grand Dévaloir dit “Zina de Ravoires” (celui-ci non compris). L’augmentation de l’aqueduc et son entretien sur tout autre point de son parcours se fera, comme par le passé, à teneur de l’acte de 1464, lequel continue aussi à faire règle pour tout ce qui a trait à la jouissance des eaux. Les travaux devront commencer à l’instance de la partie la plus diligente48. »

  • 49 A.C. Grimisuat, E 39 ; A.C. Ayent, Ay b 122/3, 11 octobre 1862, convention entre Grimisuat et Ayent

41La commune d’Ayent a donc accepté de participer plus activement aux travaux d’agrandissement et d’entretien de la première partie du canal. En revanche, elle n’a pas transigé sur la répartition de l’eau. Dans les mois et les années qui suivent cette décision du Conseil d’État, les deux communes semblent avoir trouvé un mode de fonctionnement acceptable. Une convention est en effet signée en octobre 1862, qui précise le déroulement des travaux49. Ces derniers débutent donc en 1863. Ils font encore, le 1er août 1863, l’objet d’une convention intercommunale qui modifie quelque peu les objectifs des travaux et leur calendrier :

  • 50 A.C. Grimisuat, E 44 ; A.C Ayent, Ay b 122/4-5, 1er août 1863, convention entre Grimisuat et Ayent.

« [Considérant] que les développements de l’agriculture soit par la création de nouveaux vignobles, soit tant des nouvelles prairies exigent impérieusement une augmentation […] d’irrigation sans lesquelles toute culture est frappée [de]stérilité.
[Les parties arrêtent] que l’augmentation du bis neuf ne sera pas limitée au tiers prévu au jugement rendu par le Conseil d’État le 22 août 1862, mais qu’il sera donné à ce canal toutes les proportions de capacité qu’il comportera sans mettre ces constructions en danger.
[…] Il n’est toutefois fixé aucun terme dans lequel [les travaux] devront être achevés
50. »

42Le litige se règle donc de manière satisfaisante, sans toutefois qu’Ayent ait renoncé à son droit de jouissance de l’eau fixé à la fin du Moyen Âge.

1901-1903 : construction du bisse de Sion

  • 51 A.B.S., Tir. 14/70, 30 juillet 1903.

43Pour terminer cette chronologie, nous mentionnerons enfin la construction par la ville de Sion du bisse de Sion (ou bisse de la Lienne), qui prend sa source à la Lienne et traverse le territoire d’Ayent pour se jeter dans la Sionne et ainsi combler en grande partie le déficit hydrique de cette dernière. La construction de cet important ouvrage n’a pas donné lieu à des tensions mais a été réglée de manière pragmatique et amicale. Selon une convention de 190351, Sion paie une indemnité à la commune d’Ayent et engage sa responsabilité en cas de dommages causés par le nouveau bisse. Les droits d’eau des autres bisses sont préservés.

44L’importance de ce nouvel apport d’eau permet de subvenir en bonne partie aux besoins en eau de la ville, pour l’arrosage de ses vignes et pour d’autres usages.

***

45Au terme de cet examen des conflits liés à l’eau de la Sionne durant près de cinq siècles, on peut mettre en relief quelques points récurrents et signaler aussi des changements dans la manière de gérer les conflits. Le premier constat concerne la durée de ces conflits. Ils s’étalent sur plusieurs siècles, un règlement définitif n’intervenant qu’au début du XXe siècle. Les objets des litiges ne changent guère d’un épisode à l’autre. Il s’agit essentiellement de l’usage de l’eau de la Sionne et de sa répartition entre les protagonistes. Le débit faible et inégal de la rivière joue un rôle indéniable dans cette particularité.

46Ce constat amène à une question sur la nature même des conflits. Ne serait-il pas pertinent de lire cette longue succession de litiges et de règlements partiels comme des séquences d’un seul et même conflit autour de l’eau de la Sionne, avec ses phases d’intense développement, ses moments de tension, mais aussi de longues périodes de calme relatif ?

47Tout au long de la période étudiée, les conflits se développent en général bilatéralement, c’est-à-dire qu’ils opposent une communauté contre une autre et non pas plusieurs en même temps. Il n’y a donc pas vraiment de conflit généralisé… ni non plus de règlement global ! De plus, on peut souligner le rôle central de la mémoire des conflits. Dans les argumentations des protagonistes, la référence au passé est omniprésente, soit de manière plutôt vague (avec des expressions comme « anciennement », « de temps immémoriaux », « de tout temps », etc.), soit en invoquant d’anciens documents, vieux parfois de plusieurs siècles. L’acte de 1464, cité comme référence par les gens d’Ayent en 1860, en est un bon exemple. Autre remarque liée à l’étude de ces conflits : leur fréquence et l’acharnement des protagonistes démontrent l’importance des enjeux liés au bisse. Celui-ci, garant d’une prospérité locale indéniable, mérite attention, investissement et engagement de la part des communautés.

48Notre dernier constat concerne le rôle prépondérant joué par la ville de Sion ; celle-ci était initialement dans une position de faiblesse, étant la dernière à pouvoir se servir de l’eau de la rivière. Ses besoins ont pourtant toujours été similaires à ceux de ses voisins, voire plus importants. Par sa politique active, pour ne pas dire agressive, elle obtient petit à petit de nombreuses garanties quant à l’utilisation de l’eau de la Sionne.

49Mentionnons encore que cette rivière n’est pas la seule ressource hydrique que Sion vise. En effet, dès le Moyen Âge et jusqu’au XXe siècle, la capitale n’hésite pas à se tourner vers la Lienne, pourtant bien plus à l’est, pour capter son eau (bisse de Clavau en 1453 et bisse de Sion en 1903).

50Tout au long de la période étudiée, les relations de voisinage autour de la Sionne sont entremêlées d’arrangements, de conflits frontaux, de tentatives de contournement du droit, d’entreprises parfois hasardeuses. Les sources présentées nous laissent entrevoir ces relations complexes, parfois difficiles, toujours liées à des enjeux économiques centraux, que les communautés rurales et urbaines de la région de Sion ont pu entretenir sur la longue durée, du Moyen Âge jusqu’à l’orée du XXe siècle.

Notes

1 Une synthèse efficace de ces aspects est présentée dans E. Reynard, « Les bisses du Valais, un exemple de gestion durable de l’eau ? », Lémaniques. Revue de l’Association pour la sauvegarde du Léman, 69, septembre 2008, p. 1-6.

2 Le colloque international sur les bisses organisé en 1994 par la Société d’histoire du Valais romand fut révélateur de cet intérêt et a été le point de départ de nombreuses recherches (voir les Actes dans Annales valaisannes, 1995). Ce premier colloque a trouvé son écho dans une toute récente rencontre sur le même thème (Les bisses. Économie, société, patrimoine), tenue à Sion en septembre 2010. Les actes de ce colloque sont publiés dans les Annales valaisannes, 2010-2011.

3 Pour un développement de ces hypothèses, voir P. Dubuis, « Bisse et conjoncture économique. Le cas du Valais aux XIVe et XVe siècles », Annales valaisannes, 1995, p. 39-46 ; Id., Une économie alpine à la fin du Moyen Âge. Orsières, l’Entremont et les régions voisines, Sion, 1990, p. 217-218, et D. Reynard, Histoires d’eau. Bisses et irrigation en Valais au XVe siècle, Lausanne, 2002, p. 25-29 et 33.

4 Elle-même divisée en trois « tiers » ou quartiers : Arbaz-Blignoud, Luc et Botyre.

5 Sur les différentes fonctions de la Sionne, voir l’article de référence : A. Lugon, « La Sionne du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. Un souci permanent des édiles », Annales valaisannes, 1996, p. 145-159.

6 Le cas de la Raspille, rivière qui coule à l’est de la Sionne, a été étudié par H.-R. Ammann, « Autour de l’eau de la Raspille (XVe-XXe siècle) », Annales valaisannes 2010-2011, p. 253-269.

7 L’évêque de Sion est, jusqu’au XVIIe siècle, seigneur temporel et chef spirituel sur le territoire du Valais ; cependant, dès le XVIe siècle surtout, le pouvoir des dizains, dont les représentants se rassemblent à la Diète (ou Conseil du Pays), et surtout celui de leur chef, le grand bailli, prennent de l’importance.

8 Sentence arbitrale portée par André de Gualdo, administrateur de l’évêché de Sion, dans un litige entre Grimisuat et Ayent (A.C. [A.C. : archives communales] Grimisuat, C 1, 6 juin 1424).

9 Argument repris dans l’accord de 1427 (voir note suivante), point 2, p. 157 de l’édition.

10 A.C. Arbaz, SPg 1 ; A.C. Grimisuat, E 3, 8 novembre 1427. Cet acte important est édité dans D. Reynard, Histoires d’eau…, p. 154-167.

11 A.C. Arbaz, SPg 1 ; A.C. Grimisuat, E 3, point 9, dans D. Reynard, Histoires d’eau…, p. 159.

12 Ibid., points 10-11, p. 160.

13 Ibid., point 12, p. 160.

14 A.C. Grimisuat, E 1 ; A.C. Ayent, Ay 19, 22 avril 1464, édité dans D. Reynard, Histoires d’eau…, p. 193-198.

15 Sulpice Crettaz mentionne ce conflit (S. Crettaz, La Contrée d’Ayent, Saint-Maurice, 1933, p. 131 ss.).

16 Cet argument n’est pas vraiment compréhensible ; il est pourtant récurrent.

17 A.C. Grimisuat, E 9 et E 10 ; A.C. Savièse, Pg 90 et L 4, no 7, 25 mai 1527, sentence épiscopale de Philippe de Platea, qui met fin au conflit ; voir aussi A.B.S. [Archives de la bourgeoisie de Sion, déposées aux Archives de l’État du Valais], Tir. 14/4-5 et d’autres copies, traductions ou extraits de cette sentence.

18 A.C. Savièse, L 4, no 7, fol. 81v.

19 Les arbitres sont Georges Supersaxo, chevalier, Anthilius Albi, ancien bailli, Barthélemy Lupi et Nicolas Fidquiner, anciens châtelains de Sion.

20 A.C. Savièse, L 4, no 7, spécialement fol. 83-84 pour ce qui est des conditions de la sentence.

21 Le « mayen » (terme régional) est un ensemble de bâtiments et de pâturages de moyenne altitude où les hommes et le bétail séjournent au printemps et en automne.

22 A.C. Grimisuat, E 12 ; A.B.S., 14/8, 9, 9bis, 10.

23 A.C. Grimisuat, E 12, p. 5-6. Le terme « innovation » (innovatio) est récurrent dans les documents. Ces innovations sont de nouvelles initiatives, considérées comme autant d’infractions au bon droit, c’est-à-dire au respect de la situation existante.

24 Voir plus haut, le conflit « 1475-1485 : Sion contre Ayent », p. 193-194.

25 A.C. Grimisuat, E 12, p. 10-11.

26 A.B.S., Tir. 14/15 ; A.C. Ayent, Ayb 12bis et 13, mars 1572, auditions de témoins.

27 A.C. Grimisuat, E 14 ; A.B.S., Tir. 14/12, 14/13 et 14/14 ; A.C. Savièse, SP 178 et 179, P 20, Pg 164 et L 4, no 20 ; A.C. Ayent, Ay 109 et Ayb 14.

28 Il s’agit du bisse du Champil, dont la modification du tracé avait été acceptée par la sentence de 1527.

29 A.C. Savièse, SP 178, 27 juillet 1574.

30 A.C. Grimisuat, E 14 ; A.C. Savièse, Pg 164 et L 4, no 20, 15 août 1576.

31 Cela n’était pas encore acquis pour Sion dans la sentence de 1574 (A.C. Savièse, SP 178, p. 20).

32 A.B.S., 14/30.

33 Sentence du 2 juin 1638 : A.B.S., 14/30 ; A. C. Grimisuat, E 17 ; résumé dans A.B.S., 14/24. Sentence du 17 juin 1639 : A.B.S., 14/31 ; A. C. Grimisuat, E 18 ; résumé dans A.B.S., 14/24 ; voir aussi A.C. Ayent, Ay 141 et Ay 142.

34 Mandat du 23 mars 1640 : A.B.S., 14/25.

35 A.B.S., 49/40 ; A. C. Grimisuat, E 48.

36 Ce dernier détail est précisé dans les protocoles de la Diète du 29 mai 1714, reprenant l’essentiel de la sentence du 25 mai : excepto Savisiensium jure aquarum per aquaeductum de Cillion defluentium (A.C. Savièse, P 90).

37 A.C. Grimisuat, E 23, s.d., texte allemand ; analyse et traduction partielle de Georges Reichenbach dans A.C. Grimisuat, H 76.

38 Voir note 10.

39 A.C. Savièse, P 92, 29 mai 1714, et P 93, 29 mai 1715.

40 Voir le dossier dans A.C. Grimisuat, E 34, 1827-1841, 19 pièces.

41 A.C. Grimisuat, E 34/11, 4 août 1835, p. 2.

42 A.C. Grimisuat, E 34/19, 19 juin 1837, p. 33-35.

43 Un autre litige du même type s’élève en 1862-1863 entre des propriétaires saviésans de terres situées sur le territoire de Grimisuat et cette dernière commune, concernant l’irrigation de ces terres avec l’eau du bisse de Grimisuat (voir notamment A.C. Grimisuat, H 46).

44 A.C. Grimisuat, H 44, 1859-1860, 13 pièces.

45 A.C. Grimisuat, H 44/2, 22 juin 1860. Le Conseil d’État est le pouvoir exécutif du canton.

46 A.C. Grimisuat, H 44/11, 20 août 1860.

47 La Lienne, rivière située à l’est de la région étudiée.

48 A.C. Grimisuat, E 37 ; A.C. Ayent, Ay b 122/1.

49 A.C. Grimisuat, E 39 ; A.C. Ayent, Ay b 122/3, 11 octobre 1862, convention entre Grimisuat et Ayent.

50 A.C. Grimisuat, E 44 ; A.C Ayent, Ay b 122/4-5, 1er août 1863, convention entre Grimisuat et Ayent.

51 A.B.S., Tir. 14/70, 30 juillet 1903.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte du Valais avec mention des zones à forte densité de bisses et des régions particulièrement arides (E. Reynard).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 2 : Le bisse de Savièse ou Torrent-Neuf, à la veille de son abandon dans les années 1930. (Photographie Charles Paris, Médiathèque Valais Martigny, 020phEA073b).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 3 : Vue de la région des litiges, vers 1714, mentionnant notamment les sources de la Sionne, le Bitailla, les différents bisses du côté de Savièse ainsi que le bisse qui pose problème au moment de la réalisation du plan (aquaeductus contentiosus). (ABS, Tir. 14/19, photo. D. Reynard).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Archiviste, Archives de l’État du Valais (Sion, Suisse).

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540