Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Pouvoirs et conflits

Capitalisme, institutions et conflits hydrauliques autour de la mer du Nord (xiiie-xviiie siècle)1

Tim Soens

Texte intégral

  • 1 Cet article a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche intitulé « Environment and Power » (...)
  • 2 F. Mauelshagen, « Flood disasters and political culture at the German North Sea Coast : a long term (...)
  • 3 P.J.E.M. van Dam, De amfibische cultuur. Een visie op watersnoodrampen, Amsterdam, 2010.
  • 4 K.A. Wittfogel, Oriental Despotism : A Comparative Study of Total Power, New Haven, 1957.
  • 5 Cité par C. De Wilt, « Maaslandse Kampen in Delfland. De sociaal-economische factor in de conflicte (...)
  • 6 M.L. Allemeyer, Kein land ohne Deich. Lebenswelten einer Küstengesellschaft in der Frühen Neuzeit, (...)
  • 7 P. Van Peteghem, « Histoire d’eaux : séparation de pays, mesurages des limites et frontières : le g (...)

1Maintes fois déjà, les populations des polders et des marais autour de la mer du Nord ont été qualifiées de sociétés hydrographiques ou hydrauliques, dans la mesure où la maîtrise de l’eau y a joué un rôle prédominant dans tous les aspects de la vie quotidienne2. Récemment, l’historienne néerlandaise Petra van Dam y a ajouté l’épithète « amphibie » pour souligner la capacité extraordinaire des habitants des plaines maritimes à vivre avec le risque permanent d’inondation3. Pourtant, contrairement aux sociétés hydrauliques de l’ancien Orient, devenues célèbres par la fameuse thèse de Karl Wittfogel4, la maîtrise de l’eau autour de la mer du Nord n’a pas donné lieu au développement de grands empires centralisés, mais plutôt à une gestion locale et décentralisée ; l’histoire de l’eau y est marquée par d’innombrables conflits entre localités, dégénérant souvent en véritable guerre, combinant la violence aux procédures juridiques et se continuant parfois durant des siècles. Comment évaluer cette masse continuelle de conflits hydrauliques, de procès et de débats ? D’une part, des spécialistes en histoire du droit comme le Hollandais Fockema Andreae ont parlé de « joutes juridiques », d’événements presque ludiques dont on ne doit pas surestimer l’intérêt5. Selon d’autres auteurs, la digue et la lutte des digues – « die Streit um Deich », comme l’a appelée Marie Luisa Allemeyer dans sa thèse récente à propos de l’Allemagne du Nord – occupe une place de premier rang dans la vie et l’identité des sociétés maritimes6 ; dès le haut Moyen Âge, cela se traduit, par exemple, dans les droits coutumiers qui infligent des peines sévères (jusqu’au bûcher) à ceux qui endommagent ou rompent une digue7.

  • 8 B.M.S. Campbell, « Nature as historical protagonist : environment and society in preindustrial Engl (...)
  • 9 Voir surtout l’ouvrage de synthèse de S. Ciriacono, Building on water. Venice, Holland and the Cons (...)
  • 10 Pour la France, je renvoie le lecteur à la contribution de Raphaël Morera dans ce volume.

2D’autre part, en mettant trop l’accent sur le conflit comme partie intégrante de la vie maritime, on risque d’évoquer une histoire immobile, voire essentialiste de la maîtrise de l’eau et de la société. A contrario, on voudrait démontrer dans cette contribution qu’en dépit de cette permanence du conflit hydraulique dans l’histoire de la société maritime, la masse des tensions et des litiges résulte de défis et de frictions économiques, politiques ou environnementaux qui ont varié considérablement dans l’espace comme dans le temps et qui ne s’expliquent qu’en tenant compte des grands processus historiques sous-jacents. L’hypothèse serait donc que l’image immobile de la société hydrographique cache des réalités historiques fort variables. Pour la période bas-médiévale et moderne étudiée dans cette contribution – c’est-à-dire du XIIIe au XVIIIe siècle –, trois grandes évolutions séculaires se distinguent dont il nous faudra étudier l’impact sur les conflits hydrauliques. La première d’entre elles correspond à la crise environnementale réelle ou perçue de la fin du Moyen Âge et du début l’Époque moderne qui, dans la région de la mer du Nord, se traduit non seulement par une succession d’épidémies, d’épizooties et de mauvaises récoltes peut-être liées à des disruptions climatiques globales8, mais surtout par un « âge de tempêtes » ravageant les bords de la mer du Nord, de l’Angleterre jusqu’en Allemagne du Nord. En second lieu, il nous faudra considérer l’impact de la genèse de l’État moderne, renforçant le pouvoir du prince en dépit de l’autonomie locale des communautés villageoises comme des villes et des seigneurs, et introduisant la fiscalité d’État, l’administration et les tribunaux centraux dans les plaines maritimes. Dès le haut Moyen Âge, ces dernières s’étaient caractérisées par une grande liberté personnelle et une réelle autonomie administrative, loin des contraintes féodales ou du servage personnel. Il faut se demander dans quelle mesure la gestion traditionnelle de l’eau, qui était étroitement liée à cette autonomie communale, s’est heurtée à cette emprise progressive des pouvoirs centraux. Enfin, on soulignera la transition progressive d’une économie paysanne dite de subsistance vers une forme de capitalisme agraire dont l’introduction dans nombre de régions côtières comme la Flandre Maritime est assez précoce et qui, elle-aussi, est susceptible d’avoir provoqué de graves conflits hydrauliques. De plus, les grands marchands et financiers capitalistes de l’Époque moderne se sont activement engagés dans la gestion de l’eau dans les marais maritimes, notamment lors des grands projets de drainage et d’endiguement9. À base d’exemples puisés tant dans mes propres recherches sur la Flandre que dans des études récentes pour la Hollande, la Zélande, l’Angleterre du Sud et de l’Est et l’Allemagne du Nord10, on tentera d’établir une chronologie et une typologie des conflits hydrauliques en Europe du Nord-Ouest, en tenant compte de ces trois grands processus historiques.

Fig. 1 : Villes et régions mentionnées dans le texte : 1. Romney Marsh (Angleterre du Sud) ; 2. Fenlands (Angleterre de l’Est) ; 3. Flandre Maritime (France, Belgique & Pays-Bas) ; 4. Îles Zélandaises (Pays-Bas) ; 5 : Hollande Centrale (Pays-Bas) ; 6 : Frise du Nord (Allemagne du Nord).

Fig. 1 : Villes et régions mentionnées dans le texte : 1. Romney Marsh (Angleterre du Sud) ; 2. Fenlands (Angleterre de l’Est) ; 3. Flandre Maritime (France, Belgique & Pays-Bas) ; 4. Îles Zélandaises (Pays-Bas) ; 5 : Hollande Centrale (Pays-Bas) ; 6 : Frise du Nord (Allemagne du Nord).

Les crises environnementales et les conflits hydrauliques

  • 11 M.K.E. Gottschalk, Storm surges and river floods in the Netherlands, Assen 1971-1977 ; A.M.J. de Kr (...)
  • 12 F.D. Zeiler, P. Vos, « Overstromingsgeschiedenis van Zuidwest-Nederland. Interactie tussen natuurli (...)

3On peut s’interroger, en premier lieu, sur l’existence d’un lien entre intensification des conflits hydrauliques et crises environnementales réelles ou perçues. Pour la région de la mer du Nord, plusieurs tentatives de quantification des tempêtes catastrophiques ont été réalisées ou sont en train de l’être11. Compte tenu des lacunes documentaires importantes avant 1200, ces études confirment toujours l’idée d’une période « orageuse » à partir du bas Moyen Âge. Dans le sud-ouest des Pays-Bas, par exemple, Peter Vos et Fritz David Zeiler ont repéré 8 tempêtes catastrophiques tout au long du XIIIe siècle : 10 au XIVe, 25 au XVe, 20 au XVIe et autant au XVIIe siècle. Les accidents climatiques semblent diminuer progressivement au XVIIIe (17 inondations catastrophiques) et surtout au XIXe (8) et XXe siècles (3) – une tendance qu’on a liée ailleurs à un entretien dorénavant plus fiable et plus permanent des digues12.

  • 13 M. Bailey, « Per impetum maris : natural disaster and economic decline in eastern England, 1275-135 (...)
  • 14 T. Soens, « Threatened by the sea, condemned by men ? Flood risk and environmental inequalities alo (...)

4Bien naturellement, les tempêtes catastrophiques et les inondations qui en résultent donnent lieu à de graves conflits. Un exemple, concernant les dégâts causés par la marée catastrophique de 1288, l’illustre parfaitement. Cette année-là, une terrible tempête ravage les côtes de la Flandre comme de l’Angleterre13. Près d’Ossenisse en Flandre, la digue de l’Escaut occidentale est rompue et la population locale ne trouve pas les moyens de la réparer. L’abbaye cistercienne Notre-Dame des Dunes, située à Coxyde (Belgique) obtient alors du comte de Flandre la permission d’organiser elle-même l’endiguement. Afin de financer les travaux, l’abbaye peut lever un impôt foncier sur tous les autres propriétaires. Ceux qui ne sont pas en mesure de payer doivent abandonner leurs terres en faveur de l’abbaye. Malheureusement, les premières tentatives de cette dernière échouent elles aussi et c’est seulement en 1292 qu’elle réussit à combler la rupture dans la digue. Elle entre alors en possession de 499,1 ha provenant de 135 anciens propriétaires. Ces derniers sont en majorité de petits exploitants, avec des fermes de moins de trois hectares, qui, par cette expropriation, sont privés de leurs moyens de vivre. De fait, rien d’étonnant à les voir, quelques années plus tard, au moment où la guerre entre le comte de Flandre, Guy de Dampierre, et le roi de France, Philippe le Bel, divise le comté de Flandre, attaquer la ferme de l’abbaye à Ossenisse, y enlever des chevaux et du bétail, démolir des bâtiments et détruire la récolte. Chose curieuse, le comte de Flandre prend parti contre l’abbaye cistercienne qui, à ses yeux, a collaboré avec Philippe le Bel. Il l’accuse d’avoir malmené et retardé volontairement l’endiguement des années 1290 et la condamne à une amende considérable14. L’analyse de cet exemple nous montre deux choses : tout d’abord, ce n’est pas l’inondation elle-même qui provoque le conflit, mais les tentatives de récupération, leur organisation et leur financement En second lieu, le conflit dépasse de loin la simple réparation des digues ; l’inondation et le ré-endiguement y sont accompagnés, d’une part, de l’entrée en scène de deux nouveaux acteurs : le comte de Flandre et l’abbaye cistercienne, et d’autre part, d’une opposition entre deux modèles différents d’organisation rurale, notamment entre un agro-système plus ou moins communal s’appuyant sur la petite exploitation paysanne et un agro-système plus commercial dominé par les grandes fermes de propriétaires absents. On verra plus loin que ce clash structurel se rencontre aussi ailleurs.

  • 15 Voir, par exemple, les nombreuses contributions dans G. Brunel, S. Brunet (dir.), Haro sur le seign (...)
  • 16 K.J. Lorenzen-Schmidt, « Gutsherrschaft über reiche Bauern. Übersicht über Bauerliche Widerständigk (...)

5À Ossenisse à la fin du XIIIe siècle, ce sont les habitants des terres inondées qui prennent l’initiative dans le conflit hydraulique qui les oppose à l’abbaye des Dunes. Le rôle actif des communautés paysannes dans ce type de litige est très frappant et doit être analysé à l’aune de la récente réappréciation de l’implication des paysans d’Ancien Régime dans la gestion des affaires communales : ils ne sont plus considérés comme seules victimes des stratégies économiques et politiques des classes dirigeantes, mais comme acteurs de la politique du village, y compris de l’aménagement de l’eau15. Ils se montrent souvent très capables de défendre leurs intérêts à l’encontre d’autres protagonistes tels les seigneurs, l’État ou les villes, soit par voie juridique soit par voie de fait. Surtout, à partir du XVIe siècle, on observe une nette tendance des communautés paysannes à accaparer les instruments et les discours juridiques nécessaires, afin de se manifester sur le champ politique. Une analyse récente de conflits autour de l’eau au Schleswig-Holstein (Allemagne du Nord) et en Jütland danois par Klaus Lorenzen-Schmidt a révélé, pour l’Époque moderne, une tendance accrue des communautés paysannes à adresser directement leurs plaintes au prince. Ainsi, après la grande marée de 1663, des délégués paysans vont à la cour du roi de Danemark à Copenhague, afin de négocier une indemnisation ou, à défaut, une réduction de taxe. La réponse du roi étant négative, voire même hostile – il jette certains des délégués en prison –, une délégation plus large de 60 paysans part vers la capitale afin de relancer les négociations16.

  • 17 C. Dekker, R. Baetens, Geld in het water. Antwerps en Mechels kapitaal in Zuid-Beveland na de storm (...)
  • 18 Ibid., p. 116.

6Pourtant, il existe aussi des exemples où les communautés paysannes semblent quasiment absentes des conflits hydrauliques lors d’inondation. Ainsi de l’île zélandaise de Zuid-Beveland ; en 1530 et 1532, deux tempêtes catastrophiques – les tempêtes dites « de Saint-Félix » et « de Toussaint » – ont inondé la plus grande partie de l’île. En 1533, l’empereur espagnol Charles V accorde un octroi d’endiguement, pour les polders inondés de Agger, de Bath et de Hinkelenoord dans la partie sud-est de Zuid-Beveland, à Adolf de Bourgogne, seigneur de Vere, et à une « compagnie » d’investisseurs recrutés principalement parmi les marchands anversois. Dans les années suivantes, le nouvel endiguement est réalisé, mais il donne immédiatement lieu à une cascade de disputes et de plaintes. Pour la période de 1534 à 1566, Cornelis Dekker et Roland Baetens ont recensé au moins 18 affaires majeures devant les tribunaux principaux des Pays-Bas, c’est-à-dire les conseils régionaux de Hollande et de Brabant, le Grand Conseil de Malines – cour suprême de tous les Pays-Bas – et le Conseil Privé à Bruxelles17. Les disputes concernent les dîmes à payer et les malversations du dijkgraaf (l’officier responsable du polder), mais surtout le financement de l’endiguement. Comme à Ossenisse en 1288, les investisseurs sont récompensés par les terres de ceux qui n’ont pas les moyens de participer à l’endiguement. En résulte souvent la spéculation foncière et, avec elle, des problèmes quand les frais de l’endiguement surpassent les expectations des investisseurs. Ainsi, le compte du receveur de l’endiguement, établi en 1537, présente un déficit énorme de 17 466 livres 16 sous 5 deniers flamands18. Un grand nombre d’investisseurs et de propriétaires traditionnels refusent d’acquitter leur part des frais et se voient alors poursuivis par la compagnie et par d’autres créanciers. Entre temps, ils échangent, achètent et revendent activement des terrains dans le nouveau polder, afin de récupérer au moins une partie de leur mise. La voix de la population locale, la première victime des inondations, est totalement absente de tous ces conflits juridiques. Pourtant, les survivants ou leurs héritiers sont intéressés directement par les tentatives de récupération. Ce silence des sources est donc très révélateur, surtout si l’on tient compte du rôle, que l’on a vu actif, des populations maritimes lors des inondations.

  • 19 P. van Dam, « Sinking peat bogs : environmental change in Holland, 1350-1550 », Environmental Histo (...)
  • 20 P. van Dam, Vissen in veenmeren. De sluisvisserij op aal tussen Haarlem en Amsterdam en de ecologis (...)
  • 21 Ibid., et M. van Tielhof, P. van Dam, Waterstaat in Stedenland. Het Hoogheemraadschap van Rijnland (...)

7Avant d’y revenir, il nous faut encore ajouter que les crises environnementales donnant lieu à des conflits ne se limitent pas à des inondations maritimes. Dans les zones intérieures des plaines maritimes, les problèmes proviennent surtout de l’entassement de la tourbe que l’on retrouve partout, soit dans le sous-sol soit en surface. Lors du drainage de la tourbe en vue de son extraction ou d’un usage agricole, les sols tourbeux s’entassent et s’oxydent générant un abaissement progressif du niveau du sol. À son tour, cet abaissement rend le drainage des eaux de plus en plus difficile. La complexité de cette situation et les conflits qui en ont résulté sont bien connus pour la Hollande centrale où les problèmes se sont accumulés à partir du XIVe siècle19. En témoigne le conflit majeur concernant les écluses de Spaarndam à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, étudié de façon détaillée par Petra Van Dam20. Par Spaarndam est évacuée une grande partie des eaux de la Hollande centrale, entre Den Haag, Gouda, Haarlem et Amsterdam. Ce système de drainage assez avancé est géré par une wateringue régionale – le Hoogheemraadschap de Rijnland –, mais sa gestion intéresse aussi la ville de Haarlem située tout près de Spaarndam. Chaque année, et surtout entre la fin du mois d’août et le début de novembre, des milliers d’anguilles passent par ces écluses pour migrer vers les eaux caribéennes. Dans le dernier quart du XVe siècle, le produit de la pêche est énorme, dépassant par an les 150 000 anguilles ou 10 000 à 20 000 kg. Le comte de Hollande possède les droits de pêche, mais il les a baillés à la ville de Haarlem et ce sont les marchands d’Haarlem qui monopolisent la pêche. Au cours du XVe siècle, les problèmes de drainage s’aggravent, mais la ville de Haarlem interdit toujours aux autres localités la construction de nouvelles écluses, en vue de conserver sa maîtrise de la navigation, des cours d’eau et de la pêche autour de Spaarndam. Or, en 1492, à la fin de la guerre civile contre l’archiduc Maximilien de Habsbourg, Haarlem perd ses privilèges et de nouvelles écluses sont construites à Halfweg. Parallèlement, le prince reprend les droits à son compte et les met aux enchères. Les grands marchands d’Amsterdam emportent le marché. À partir de ce moment-là, les accusations de dégâts causés aux écluses par la pêche s’accroissent ; les voisins et les administrateurs du Hoogheemraadschap de Rijnland accusent les pêcheurs d’empêcher le fonctionnement du drainage et de causer l’intrusion d’eau salée, ce qui nuit aux agriculteurs mais aussi aux brassiers d’Haarlem. À plusieurs reprises, des pêcheurs sont arrêtés et leurs nasses détruites. Une série de procédures légales en a découlé, troublant, pendant des années, les relations entre les villes concernées, les marchands, l’administration princière, les administrateurs des wateringues, les agriculteurs, les pêcheurs et les bateliers21.

  • 22 La même conclusion se retrouve bien sûr dans de très nombreuses études des catastrophes naturelles (...)

8À Spaarndam à la fin du XVe siècle, comme à Ossenisse au XIIIe siècle ou à Zuid-Beveland au XVIe siècle, on perçoit clairement que ce ne sont pas les crises environnementales elles-mêmes qui ont déclenché les conflits hydrauliques. Lors d’une inondation ou d’une autre crise naturelle, des tensions déjà existantes, qu’elles soient économiques ou politiques, remontent à la surface22. Des individus ou des communautés se heurtent alors, surtout sur la façon de remédier aux problèmes et de résoudre la crise en faveur de certaines parties intéressées.

La genèse de l’état moderne et les conflits hydrauliques

  • 23 A. Verhulst, « Un exemple de la politique économique de Philippe d’Alsace : la fondation de Graveli (...)
  • 24 Grâce aux taxes sur le trafic commercial, les revenus domaniaux conservent néanmoins leur importanc (...)

9L’intensification des interventions des princes et des tribunaux princiers, qu’on constate en Allemagne et en Zélande à partir du XVIe siècle, nous oblige à questionner l’impact de la genèse de l’État moderne sur la gestion de l’eau et sur les conflits hydrauliques. Tout d’abord un premier constat : au fond, les princes et les rois du bas Moyen Âge ne s’intéressent pas aux problèmes hydrauliques. Durant l’époque médiévale, dans un contexte de défrichement et de stimulation économique, il existe quelques exemples de princes dynamiques qui interviennent directement dans l’aménagement de l’eau. C’est le cas, par exemple, du comte de Flandre, Philippe d’Alsace, au XIIe siècle, qui non seulement a fondé toute une série de villes portuaires, comme Calais, Dunkerque, Gravelines, Nieuport, Damme, Biervliet…, mais a réorganisé en même temps l’hydrographie de la rivière et des marais de l’Aa23. Au bas Moyen Âge, les intérêts des princes territoriaux se trouvent ailleurs, principalement parce qu’il leur manque un stimulus financier pour intervenir. Presque partout, l’exploitation directe du domaine princier a pris fin au XIIIe siècle : la plupart des domaines sont baillés à cens héréditaire. Les comtes de Flandre ne voient plus l’intérêt de développer un foncier important dans la région maritime24. Quand, en 1285, le comte Guy de Dampierre permet à son fils de vendre un certain nombre de jets de mer – schorren – situés près de l’estuaire du Zwin, il est d’avis que :

  • 25 Donation de Guy de Dampierre à Jean de Namur, avril 1285, éditée d’après L. Gilliodts-Van Severen, (...)

« Les ges de mer, utdics et toutes teles terres ne sont mies terres que grant seigneur en puissent tenir plenté en leurs mains a leur profit, kar plustost porroient les terres reprendre a eaux ke a gens ki manroient pres et meteroient leur entente a warder25… »

  • 26 T. Soens, « Dijkenbouwers of rustverstoorders ? De Vlaamse graven en de strijd tegen het water in d (...)
  • 27 J.A. Galloway, « Storm flooding, coastal defence and land use around the Thames estuary and tidal r (...)
  • 28 Sur la notion de « bien public » dans la politique du bas Moyen Âge : E. Lecuppre-Desjardin, A.L. V (...)
  • 29 Par exemple J.M. Derex, La gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime-fi (...)

10La fiscalité d’État qui se développe dans les siècles suivants a pour but le financement des guerres incessantes, de l’appareil d’État et de la vie de cour, et en aucun cas, l’amélioration des conditions de vie de la population maritime. L’idée de verser des indemnités, par exemple, pour réparer des digues après une tempête paraît sans nul doute incongrue à un prince du bas Moyen Âge. En Flandre, il faut attendre l’année 1497 pour voir le prince territorial – à cette date, l’archiduc Philippe le Beau, futur souverain de Castille et d’Aragon – accorder un subside direct de 100 livres gros flamands pour la construction d’une nouvelle digue à Kadzand (soit 6,25 % du coût estimé)26. Sur le plan administratif, l’intervention des rois et des princes de l’Occident se limite longtemps à déléguer des commissaires temporaires, tels que les fameux commissioners of the sewers en Angleterre, dont le but est la coordination de travaux et la résolution de conflits entre les différents acteurs locaux. Une étude récente de Jim Galloway pour l’estuaire de la Tamise a révélé qu’au moment des grandes tempêtes du XIIIe et du XIVe siècle, l’activité de ces commissioners s’est d’abord intensifiée, puis a décliné, bien que les problèmes hydrauliques n’aient pas diminué27. Le rythme des interventions royales ne s’explique donc pas par l’intensité des problèmes hydrauliques, mais plutôt par l’évolution des intérêts financiers et économiques de la royauté et des élites locales qui font appel à cette royauté. De la part des institutions représentatives – les États –, l’ingérence dans la gestion des digues et de l’eau est également restreinte. Avant tout, on considère la gestion de l’eau comme une affaire ne touchant que les intérêts particuliers, non pas la chose commune ou le bien public28. Cette discussion continue d’ailleurs jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et encore aux XIXe et XXe siècles29.

  • 30 Traduction par l’auteur d’après G. Ter Haar, P. L. Polhuis, De loop van het Friese water. Geschiede (...)

11Néanmoins, au cours du XVIe siècle, les États et les princes autour de la mer du Nord se voient de plus en plus mêlés à la gestion et aux conflits de l’eau. D’une part, l’intervention du prince est de plus en plus sollicitée par des acteurs qui sont incapables de dépasser le particularisme local. Le prince est le seul à pouvoir forcer des communautés à prêter leur aide à leurs voisins menacés par l’inondation ; il est également le seul à imposer des solutions financières plus tangibles pour l’entretien des digues de mer. À cet égard, il existe plusieurs exemples célèbres dans l’histoire des plaines maritimes européennes ; ainsi de l’action du gouverneur de Frise, Caspar de Robles, après la grande marée de 1570, qui force – probablement manu militari – les habitants des polders intérieurs à aider leurs voisins à qui incombait traditionnellement l’entretien de la digue. Érigée sur cette dernière, une statue commémore toujours la fermeté du gouverneur qui, à cette occasion, aurait proclamé : « Prenez vos privilèges et entassez-les sur la digue quand l’orage s’annonce. Si vos privilèges détournent les vagues de la mer, vous pouvez les garder. Sinon, vous devrez contribuer à l’entretien de la digue30… »

  • 31 J.P. Ward, « Participative government in the early 16th century. Claude Carondelet’s report on dyki (...)
  • 32 M.L. Allemeyer, « The world according to harro. Mentalities, politics and social relations in an ea (...)
  • 33 P. Van Peteghem, « Histoire d’eaux »…, p. 263.
  • 34 B. Augustyn, « Surintendant des digues de Brabant et de Flandre (1586-1765) », E. Aerts (dir.), Les (...)
  • 35 F. Mauelshagen, « Flood disasters… », p. 140.

12De telles initiatives ne montrent pas nécessairement une rupture entre un État centralisateur et un particularisme local tenace : dans la plupart des affaires, le gouvernement central essaie de négocier avec les partenaires locaux. C’est que la gestion de l’eau ne mérite pas de conflits ouverts avec les élites locales31. De façon institutionnelle, l’emprise du gouvernement central sur les organisations locales (les wateringues et consors) semble augmenter au cours du XVIe siècle : en Angleterre par exemple, les commissioners of the sewers deviennent permanents et prennent la responsabilité de l’aménagement local des eaux. Dans les Pays-Bas septentrionaux et en Allemagne du Nord, la nomination du dijkgraaf/Deichgraf – officier inspectant et contrôlant la qualité des digues – est de plus en plus contrôlée par les princes32. Au niveau des gouvernements centraux, certains officiers se spécialisent dans la problématique de l’aménagement de l’eau. Tel est le cas de Nicolas Claissone qui dans les années 1550 devient à peu près le « ministre des eaux » du gouvernement central habsbourgeois à Bruxelles33. La fonction est institutionnalisée pour la première fois en 1586 quand Gregorio del Plano est nommé dijkgraaf-generaal de Flandre et de Brabant, coordonnant les travaux d’endiguement et de réparation après les inondations militaires opérées lors de la reconquête des Pays-Bas par Alexandre Farnèse en 1582-158534. En 1609, le duc de Gottorf crée une fonction similaire en nommant l’ingénieur hollandais, Johan Claussen Rollwagen, « Generaldeichgraf » des polders de l’Allemagne du Nord35.

  • 36 M.L. Allemeyer, « World according to Harro… », p. 57.
  • 37 S. Ciriacono, Building on Water…, p. 197.

13N’idéalisons pourtant pas les motivations des États modernes. Le roi de Danemark et les ducs de Schleswig-Holstein ne commencent à s’intéresser aux problèmes hydrauliques qu’au XVIIe siècle, qu’au moment où les caisses de l’État sont vides après les guerres de Religion : ils espèrent, avant tout, augmenter leurs revenus fiscaux dans la région maritime36. En Pologne, en Prusse et en Russie, de grands projets de drainage des marais maritimes sont organisés par la royauté au XVIIe siècle. Ils envisagent surtout la consolidation du pouvoir royal dans ces régions frontalières, ce qu’ils combinent avec une politique mercantiliste : le drainage des marais rend possible la culture de produits agricoles destinés à l’exportation en vrac (le seigle mais aussi le bétail), amenant l’argent liquide tant souhaité par les États37.

  • 38 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 137-154 ; P.J. van Cruyningen, « Profits and risks in dra (...)

14Pour réaliser leurs aspirations, les États modernes ont massivement recours à une pratique institutionnelle développée au cours du bas Moyen Âge : l’octroi d’endiguement ou de drainage. L’octroi induit la permission donnée par le prince à un tiers d’endiguer ou de dessécher un marais avec, en récompense, un transfert à l’investisseur de la possession de tous les terrains délaissés par les propriétaires anciens ou des terrains « vagues », par exemple les terres alluviales formées en dehors des digues. L’octroi, en se développant, devient un instrument légal tout à fait puissant, mais aussi très contesté. Juridiquement, il combine le droit coutumier « d’abandon » permettant au propriétaire de renoncer à sa terre et le droit régalien sur les terrains vagues (bona vacantia), qui transfère au prince la propriété de toutes ces terres38. Généralement, le prince préfère ne pas exercer ces droits personnellement, mais les accorde à un tiers – souvent un « étranger », c’est-à-dire quelqu’un qui n’habite pas le territoire concerné – qui investit dans le drainage ou l’endiguement. Du petit village d’Ossenisse en Flandre au XIIIe siècle, jusqu’aux Fenlands anglais du XVIIe siècle, c’est toujours sur ce principe que s’appuient les prérogatives princières lors de ce type de projet.

  • 39 V. Wikaart et al. (dir), « Nijet dan water ende wolcken » ; De onderzoekscommissie naar de aanwasse (...)

15Dans la pratique, les terrains inondés, alluviaux ou marécageux ne sont jamais vacants : même si les digues sont rompues ou qu’un polder est transformé en nouveaux marais salants, l’usager local reste présent, bien qu’il n’y soit pas toléré par le souverain. Dans une magnifique enquête de 1524, récemment publiée, les habitants de la région du Grote Waard près de Dordrecht en Hollande, sont interrogés sur l’utilisation des terres qui avaient été inondées un siècle auparavant, lors de la Marée Sainte-Élizabeth de 1424. Bien que sinistrée, la région n’est pas déserte du tout : on l’utilise pour pêcher, mais aussi pour la plantation de roseraies. Sur les parties les plus hautes, il demeure même des fermes complètes, parfois avec un cheptel très nombreux. Beaucoup de gens montrent aux commissaires de l’empereur, qui traversent la région en bateau, l’endroit où la terre de leurs ancêtres était située et dont ils revendiquent toujours la propriété et l’usufruit. Il semblerait même qu’en achetant l’appui du bailli local, on puisse se procurer des lettres officielles garantissant cette propriété39. Déjà au XVIe siècle, on se rend bien compte du caractère injuste de l’usurpation princière des terrains inondés fondée sur l’idée de bona vacantia. Dans les années 1527-1534, maître Jacques de Blazere, premier président du Conseil de Flandre à Gand, écrit le commentaire suivant :

  • 40 Édité d’après A. van Lokeren, Chartes et documents de l’abbaye Saint-Pierre à Gand, Gand, 1871, no  (...)

«Costume van waze te bedykene est talis, quod quorum sunt agri a mare occupati, si fuerint qui velint eos aggerare, obtinent octroy sive consensum principis, et tunc monent alios qui habent agros inundatos ut infra certum tempus veniant contribuentes secum, alias perdent suas terras. Hoc videtur contra rationem, maxime contra illos qui non habent pecuniam ad manum; sed tamen de jure potest sustineri per legem40…»

  • 41 M.E. Kennedy, « Charles I and local government : the draining of the east and west fens », Albion. (...)
  • 42 Ibid., p. 27.
  • 43 « Dans la pratique, les anciens habitants [se voyaient]… exclus des nouveaux projets de drainage ». (...)
  • 44 Ibid., p. 235.
  • 45 Ibid., p. 232.
  • 46 J. Lameere (éd.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas. Deuxième Série, 1506-1700. Tome Troisième, (...)

16Comme le remarque De Blazere, la pratique des octrois peut être catastrophique pour les petits propriétaires. Souvent, les « entrepreneurs » ou « la compagnie » qui a obtenu l’octroi s’assurent de l’insolvabilité d’un grand nombre des propriétaires anciens par le prélèvement d’une taxe foncière très élevée en guise de contribution pour le financement des travaux41. Et même lorsque ces propriétaires réussissent à trouver les moyens d’y participer, il y a toujours l’allocation des terres drainées ou endiguées qui est souvent fort injuste. Après le drainage de l’East et West Fen en Lincolnshire anglais, réalisé de 1630 à 1634, l’entrepreneur Sir Anthony Thomas est accusé de s’être réservé pour lui-même toutes les meilleures parties du marais « leaving the body of the fen, being generally all waters, pits and holes, to the country for their part42 ». « Alteingesessenen [waren]… faktisch von einer Beteiligung an den neuen Bedeichungen ausgeschlossen » conclut Marie-Luise Allemeyer, qui a étudié l’application du système d’octroi en Schleswig-Holstein43. Dans les fens anglais comme dans les polders flamands ou allemands, les anciens propriétaires et cultivateurs s’y sont opposés, les plus aisés entre eux par voie juridique, les autres souvent par voie de fait. Au début du XVIIe siècle, les habitants d’Eiderstedt en Allemagne du Nord essaient d’éviter l’endiguement d’un nouveau polder – le Dreilandenkoog – sur les terres alluviales en dehors de leurs digues. Ils tentent de convaincre leur duc des risques très élevés, de la nécessité de conserver la terre alluviale pour y extraire les mottes de terre nécessaires à la réparation des digues et, bien sûr, de la validité de leurs droits de pacage sur les terres alluviales44. Après la grande marée de 1634, les propriétaires de Nordstrand en Schleswig-Holstein supplient leur duc de ne pas accorder un octroi d’endiguement à un « entrepreneur » étranger45. Souvent, les intérêts financiers du prince et des bénéficiaires des octrois sont trop grands et les habitants perdent leur cause. En 1532 par exemple, l’empereur Charles V ordonne à son bailli de Saeftinghe en Flandre de chasser les anciens propriétaires et utilisateurs qui étaient retournés de façon illégale sur leurs terres dont les digues avaient été réparées après une inondation. La position de l’empereur est claire : les anciens propriétaires n’ont pas contribué à la réparation des digues et, par conséquent, ils ont perdu leurs droits46.

Le capitalisme agraire, les projets de drainage et les conflits hydrauliques

  • 47 Pour la Flandre : T. Soens, E. Thoen, « The origins of leasehold in the former county of Flanders » (...)

17Il nous reste maintenant à questionner l’impact de l’évolution capitaliste de l’économie maritime sur les conflits hydrauliques. Aux XIIe et XIIIe siècles, les plaines maritimes autour de la mer du Nord se distinguent par une grande liberté personnelle et une importance limitée du servage et du pouvoir seigneurial. Les paysans, pour la plupart propriétaires de leurs terres, sont souvent capables d’atteindre un certain niveau d’aisance. La prédominance de la petite exploitation paysanne dans les plaines maritimes se prête à une gestion communale de l’eau. À cette époque, la grande majorité des conflits hydrauliques résulte d’une demande de soutien financier ou matériel de la part d’une localité et du refus des voisins de fournir ce soutien, en s’appuyant sur les dispositions coutumières. « Chacun maintient ses propres digues », voilà la devise de nombreuses communautés autour de la mer du Nord. À partir du bas Moyen Âge, nombre de régions maritimes ont connu une transition rapide et parfois brusquée vers une économie (proto) capitaliste, c’est-à-dire une économie où non seulement la vente de la production agricole mais aussi l’accès au capital, à la main-d’œuvre et à la terre passent largement par le marché47. Pendant cette période de transition économique, les conflits concernant le financement de la gestion hydraulique et les contributions financières d’une communauté à l’autre se multiplient. Pour l’un des petits wateringues flamands, Moerkerke Zuid-over-de-Lieve situé au nord-est de Bruges, on a essayé de calculer toutes les disputes qui ont occupé les administrateurs du wateringue entre 1370 et 1550 et qui ont laissé une trace dans les comptes du wateringue ou dans des documents administratifs ou juridiques :

  • 48 D’après T. Soens, Waterbeheer in een veranderende samenleving. Een ecologische, sociaaleconomische (...)

Tableau no 1 : Adversaires du wateringue flamand de Moerkerke Zuid-over-de-Lieve dans des disputes hydrauliques de 1370 à 155048.

Adversaires

Nombre de disputes

Autre wateringue

24

Ville

19

Seigneur ou propriétaire laïc

12

Abbaye ou institution ecclésiastique

6

Autorités locales

6

Entrepreneur de travaux

5

Autre ou inconnu

7

Total

79

  • 49 Pour des conflits semblables à propos de l’Ieperlee, le canal qui liait Ypres au port de Bruges : M (...)

18Le plus souvent, le wateringue de Moerkerke Zuid-over-de-Lieve se dispute avec d’autres wateringues ou avec des villes environnantes. On recense surtout des conflits de compétences : des disputes concernant l’exécution et le financement de travaux sur les fossés, les écluses et les digues de la wateringue et des affaires issues de dégâts causés à l’infrastructure. La plus grande partie des litiges se termine par un procès devant le tribunal local – le cas échéant, les échevins du Franc de Bruges – ou la juridiction centrale du comte de Flandre. Plusieurs conflits perdurent pendant des années et se rallument de temps en temps. Ainsi, le wateringue et la ville de Gand se querellent régulièrement à propos de l’entretien du canal du Lieve qui a été creusé au XIIIe siècle afin de relier la ville à l’estuaire du Zwin et au port maritime de Damme. Selon le wateringue, la ville de Gand néglige continuellement l’entretien des digues du canal. De plus, la ville empêche la réparation des conduits d’eau passant au-dessous du canal. Malgré toutes les négociations et tous les procès, ce conflit n’est jamais résolu de façon définitive et perdure au moins du XIVe au XVIe siècle49.

  • 50 N. Vanslembrouck, A. Lehouck, E. Thoen, « Past landscapes and present-day techniques. Reconstructin (...)

19Les projets de drainage jouent souvent un rôle catalyseur dans cette transition vers une économie commerciale. Quand les bourgeois d’Anvers ou d’Amsterdam investissent dans le drainage d’un marais anglais ou dans l’endiguement d’un polder zélandais ou allemand, ils n’ont pas pour but de redonner les terres « améliorées » aux petits exploitants d’antan. Dans beaucoup de cas, ils espèrent y introduire une sorte de « grande exploitation », orientée vers la céréaliculture intensive ou bien vers l’élevage commercial, avec des exploitations dorénavant plus vastes, baillées à ferme de façon compétitive. Le paysage des polders en témoigne toujours : au-dessous d’un parcellaire et d’une infrastructure moderne et rationnelle, des fouilles archéologiques et la photographie aérienne ont révélé de nombreuses traces de fermes médiévales disparues et d’un parcellaire éparpillé témoignant de la petite exploitation paysanne50.

  • 51 S. Ciriacono, Building on Water…, et la contribution de R. Morera dans ce volume.
  • 52 S. Ciriacono, Building on Water…, p. 217.
  • 53 Ibid., p. 203 ; C. Holmes, « Drainage projects in Elizabethan England : the European dimension », S (...)

20Plus encore, à partir de la fin du XVIe siècle, les montants investis dans de nouveaux projets de drainage et d’endiguement sont énormes, impliquant un mouvement de capital de plus en plus international, comme l’ont démontré Salvatore Ciriacono et, pour la France, Raphael Morera51. Bien sûr, le rôle des ingénieurs et des investisseurs hollandais, comme Cornelius Vermuyden en Angleterre ou Jan van Ens, est prédominant. Dans les années 1640, ce dernier mène un projet de drainage près d’Arles dont le coût total s’élève à 1,4 million de livres tournois52. Mais dans la même période, on voit aussi des investisseurs français investir respectivement 78 000, 12 000 et 40 389 florins dans l’endiguement de trois polders allemands (le Maria Elisabeth Koog, le Friedrich Koog et le Trindermarsch Koog) ; de même qu’en Angleterre, on rencontre des investisseurs et des ingénieurs italiens et allemands53. Le coût total de ces projets varie considérablement d’un projet à l’autre. Piet van Cruyningen nous en donne un aperçu pour l’endiguement de polders en Flandre zélandaise :

  • 54 D’après P.J. van Cruyningen, « Profits and risks in drainage projects in Staats-Vlaanderen, c. 1590 (...)

Tableau no 2 : Coût d’endiguement (par hectare) de quelques projets d’endiguement en Flandre zélandaise54.

Polder

année

superficie (ha)

coût par hectare (florins)

Nijs et Hooglandpolder

1610

774

160

Albertpolder

1612

963

107

Groede

1613

2015

121

Henricuspolder

1615

430

258

Oranjepolder

1618

413

130

Ameliapolder

1639

372

151

Elisabethpolder

1639

340

170

Zaamslagpolder

1650

1769

245

Bewestereede

1650

1963

112

Generale Prins Willempolder

1650-54

3275

204

Beoostenblij-Benoorden

1653-55

977

301

  • 55 A. Gritt, « Making good land from bad : the drainage of West Lancashire, c. 1650-1850 », Rural Hist (...)
  • 56 Respectivement Soens, Spade in de dijk, chap. III et S. Hipkin, « Tenant farming and short-term lea (...)

21Les investisseurs espèrent des rapports considérables et, en effet, il y a bien des cas où les terrains vendus immédiatement après le drainage ou l’endiguement rapportent deux, trois ou quatre fois l’investissement initial. Mais bien sûr, le risque s’avère souvent très élevé : si le drainage échoue ou si la qualité de la terre endiguée est trop pauvre, les pertes sont alors énormes. En terme de productivité agricole, l’apport des investissements capitalistes n’est pas très clair. En général, les travaux de drainage ont amélioré la valeur foncière des terrains concernés, surtout les parties les plus humides55. En revanche, dans une économie commercialisée, les investissements d’entretien de l’infrastructure hydraulique sont soumis aux fluctuations sur les marchés internationaux des produits agricoles. Dans la plaine maritime flamande, on a remarqué une corrélation étroite entre les prix céréaliers et les investissements dans le système hydraulique déjà à partir du XVe siècle. De même, en Romney Marsh au XVIIe siècle, le niveau d’investissements est déterminé par le prix de la laine56. Tant que la conjoncture agricole est bonne, l’entretien des digues est assuré. Par contre, les crises ou les récessions économiques forcent les propriétaires et les fermiers à limiter les investissements.

  • 57 K. Lindlay, Fenland riots and the English Revolution, Cambridge, 1982 ; C. Holmes, « Drainers and f (...)

22Dans une très grande mesure, la réussite des projets de drainage et d’endiguement dépend du soutien ou, à l’inverse, de l’opposition de la population locale. En Angleterre, en Allemagne du Nord, en France et aux Pays-Bas, la résistance ardue contre les investisseurs étrangers et les grands projets de drainage et d’endiguement de l’Époque Moderne est bien connue, mais elle est très pluriforme et le conflit hydraulique y est souvent troublé par d’autres conflits économiques ou politiques, comme par exemple dans les Fens anglais, où beaucoup de conflits de drainage coïncident avec la guerre civile entre les partisans des Stuart et la République de Cromwell. Dans l’historiographie, l’interprétation sociale de ces conflits a été fortement débattue : les uns y voient une lutte de classe active, opposant les entrepreneurs capitalistes aux petits paysans menacés par l’expropriation ; les autres nient le caractère idéologique des conflits et mettent l’accent sur les objectifs spécifiques et pragmatiques des opposants57. En analysant les conflits survenus lors des grands projets de drainage, quelques grandes lignes se dégagent.

  • 58 M.A. Knittl, « The design for the initial drainage of the Great Level of the Fens : an historical w (...)
  • 59 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 287.
  • 60 M.A. Knittl, « The desing of the great level »…, p. 47.
  • 61 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 171.
  • 62 M.L. Allemeyer, « The world according to Harro »…

23Tout d’abord, dans la plupart des cas, l’opposition de la population locale ne concerne pas le principe du drainage ou de l’endiguement lui-même : de nombreux plans d’amélioration hydraulique sont conçus par les responsables locaux eux-mêmes, comme les commissioners of the sewers anglais ou les administrateurs des wateringues flamands58. C’est plutôt la façon de réaliser ces travaux qui est contestée : les frais sont trop élevés, les ingénieurs étrangers ne tiennent pas compte des conditions hydrauliques locales et le résultat est décevant. Dès lors, il n’y a rien de surprenant à voir l’ingénieur hollandais Jan Adriaen Leeghwater poursuivi en bateau par une foule furieuse de paysans et de magistrats locaux après que la tempête du 11 octobre 1634 ait rompu sa coûteuse digue appelée le Bottschlosser-werk en Schleswig-Holstein59. Par contre, l’allocation injuste des terres drainées ou endiguées, fondée sur le principe des bona vacantia, est souvent débattue. Parfois, cette allocation implique l’enclosure (ou privatisation) d’anciens terrains communaux. Au Great Level des Fens anglais par exemple, l’allocation de 95 000 acres au duc de Bedford et à ses compagnons prive les communautés des deux-tiers de leurs pacages communaux, et notamment des parties les plus sèches. Des actes de sabotage en résultent à partir de 1636. Dans le marais, le comblement des fossés de drainage divisant les terrains lotis et privatisés est l’expression privilégiée du mécontentement populaire60. Parfois la violence est plus symbolique, telles les parties de football dans les terrains communaux privatisés ou la présence du bétail sur ces terres61. En outre, l’expropriation des petits propriétaires et l’expansion de la grande exploitation agricole impliquent un fort déclin de la population, ce qui est tout aussi contesté. Dans la presqu’île d’Eiderstedt en Schleswig-Holstein, les habitants des Holkoog et Heverkoog dénoncent les conséquences néfastes de cette dépopulation pour l’entretien du système hydraulique. En citant une phrase des Eclogiae de Virgile, « veteres migrate coloni » (anciens colons, quittez ce lieu), ils protestent, en 1737, contre la vente publique de leurs terres à cause de l’endiguement, et attirent l’attention du prince sur le fait qu’avec l’émigration de la population autochtone, l’expertise locale en matière d’endiguement et de drainage disparaît, elle aussi, de la région62.

  • 63 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 169-170.

24En dépit du soutien explicite de l’État aux investisseurs, les opposants locaux trouvent les moyens de s’exprimer sur le plan politique comme juridique. Clive Holmes a montré comment les habitants des Fens anglais ont subtilement adapté leurs discours à l’encontre des entrepreneurs de drainage au climat politique du moment : avant 1642, sous le règne de Charles I Stuart, ils insistaient humblement sur leurs propres pauvreté et inexpérience, sur les machinations des investisseurs et sur la désinformation du roi à propos des bénéfices et de la légalité du projet. Après la révolution parlementaire, ils changent habilement leurs discours, incorporant et citant des déclarations parlementaires et mettant l’accent sur leurs droits fondamentaux inaliénables, tels qu’ils ont été proclamés par le Parlement. Puis, au moment de la restauration de la monarchie, l’extrême obédience à l’autorité royale devient prédominante dans leurs propos63.

  • 64 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 179-180.
  • 65 Par exemple en Hollande au XVIe siècle : C. de Wilt, « Maaslandse Kampen »…, p. 100.
  • 66 W.H. Tebrake, A Plague of Insurrection. Popular Politics and Peasant Revolt in Flanders, 1323-1328,(...)
  • 67 M.A. Knittl, « The design »…, p. 45.
  • 68 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 185.

25En dernier lieu, le degré de résistance, le nombre et la longévité des procédures juridiques qui ont résulté des grands projets hydrauliques, dépendent surtout de la présence et de l’engagement d’une élite locale bien enracinée qui se voit menacée par les projets de drainage et d’endiguement. Du XIVe au XVIe siècle, la différenciation sociale dans les polders maritimes s’est souvent accrue et une élite ou plutôt une « classe moyenne » de paysans-propriétaires aisés – yeomen – s’est formée, généralement très enviée par les habitants des régions sablonneuses64. Ce sont ces parvenus qui peuplent l’administration locale et les organisations traditionnelles en matière hydraulique et ce sont eux aussi qui disposent du capital et des réseaux nécessaires pour engager des procédures contre des investisseurs forains ou pour contester des mesures de réorganisation prononcées par l’État central65. Déjà au XIVe siècle, l’élite des paysans-propriétaires maritimes était capable de se mobiliser de façon juridique et militaire quand elle se sentait menacée dans ses intérêts économiques, par exemple lors de la fameuse révolte de la Flandre Maritime de 1323-132866. Cette élite indigène des marais maritimes, qui se trouve fragilisée par l’intrusion progressive du capital urbain ou étranger, est à l’origine de beaucoup d’affaires juridiques séculaires. Ses membres se disputent aussi les uns contre les autres : Margaret Knittl parle de « coteries » locales au sein de l’administration hydraulique67. Les entrepreneurs de drainage se rendent bien compte du pouvoir de ce groupe : ils tentent même de monter les petits cultivateurs et les ouvriers contre ces exploitants aisés, en offrant aux premiers des salaires plus élevés, ou en dénonçant l’abus de l’utilisation des terrains communaux par les troupeaux des derniers68. Dans d’autres cas, les entrepreneurs de drainage ou d’endiguement s’allient avec ce groupe de dirigeants locaux, et c’est cette alliance qui est souvent décisive pour le succès du projet.

***

26L’eau et la digue se trouvent au centre de la société maritime. Au regard de cette centralité, il n’est pas surprenant que les conflits autour des infrastructures hydrauliques se rencontrent dans toutes les régions maritimes à toutes les époques. Ni l’âge des tempêtes du bas Moyen Âge, ni la naissance de l’État moderne, ni la transition vers le capitalisme agraire n’ont introduit le conflit dans le monde hydraulique. Néanmoins, ils ont bien changé le nombre, les participants et les enjeux des conflits. Derrière une façade d’histoire immobile ou essentialiste, d’une lutte éternelle pour les digues, les conflits hydrauliques montrent effectivement des rapports changeants entre environnement, économie et politique dans les différentes régions maritimes. Afin de compléter ce bilan des conflits hydrauliques autour de la mer du Nord du XIIe au XVIIIe siècle, voici donc une tentative de typologie et de chronologie relative de ces conflits.

  • 69 Voir aussi S. Ciriacono, Building on Water…, p. 201.
  • 70 C. Mukerji, « Stewardship Politics and the Control of Wild Weather : Levees, Seawalls, and State Bu (...)

27Dans une première phase, la société maritime du Moyen Âge classique – le « long » XIIe siècle – est caractérisée par une intensification du peuplement et de l’usage des marais maritimes, introduisant un système de drainage plus complexe et une protection permanente contre les inondations au moyen de digues d’hiver. La mise en place d’une gestion communale hydraulique est parfaitement adaptée à une société caractérisée par la quasi-absence de contraintes féodales, par la propriété paysanne et par la petite exploitation. Tant que la société paysanne prospère, cette organisation coutumière demeure assez flexible, bien que des communautés voisines se disputent fréquemment à propos des frais d’entretien ou des adaptations à apporter au système hydraulique. Puis, à partir du bas Moyen Âge, on perçoit une certaine sclérose de l’organisation coutumière de l’entretien qui, confrontée à des problèmes environnementaux et économiques incessants, entraîne de nombreux conflits dans lesquels la coutume est utilisée afin de bloquer une demande d’assistance par une communauté voisine. Dans ce cas, l’intervention d’une autorité suprême – les cours de justice princières – est souvent indispensable. Enfin, pendant une troisième période, généralement au cours des XVIe et XVIIe siècles, les interventions des officiers princiers s’intensifient et ne se limitent plus à la simple résolution de conflits locaux. L’entourage princier a retrouvé un intérêt financier dans les projets d’endiguement et de drainage. Il se rallie au capital marchand accumulé dans le commerce international. Cette alliance entre un « féodalisme d’État », souvent très corrompu, une forme très spéculative de capitalisme et une confiance aveugle dans la technologie69 donne lieu aux grands projets d’endiguement et de drainage de l’Époque Moderne, mais aussi au bouleversement total des sociétés maritimes et poldériennes. Il en résulte souvent « une culture d’ingénierie » qui ne se soucie pas des préoccupations locales70. Ces projets de drainage provoquent une résistance au fur et à mesure qu’ils lèsent les intérêts d’une « classe moyenne » relativement aisée de paysans-propriétaires capables de mobiliser le capital et les hommes nécessaires pour se manifester au tribunal ou à la cour. Dans certaines régions comme les Fenlands anglais ou les marais côtiers du Schleswig-Holstein, de tels groupes jouent un rôle de premier plan lors des grandes disputes relatives au drainage et à l’endiguement du XVIIe siècle. Dans d’autres régions, comme la Flandre maritime ou la Zélande, une résistance similaire se rencontre aux XIIIe et XIVe siècles, lors de grands conflits hydrauliques comme celui d’Ossenisse autour de 1300. Par contre, aux siècles suivants, les rapports de force en Flandre maritime et en Zélande changent en faveur d’un groupe de propriétaires capitalistes et de gros fermiers. Le groupe « moyen » de paysans-propriétaires disparaît lentement. Parmi les nombreuses disputes recensées lors de l’endiguement de l’île zélandaise de Zuid-Beveland en 1532, on ne retrouve plus de plainte d’habitants de la région. La plupart des disputes ne concerne que les intérêts financiers des investisseurs et des entrepreneurs qui se sont querellés les uns avec les autres. La population locale n’y figure plus. Il en résulte un plaidoyer final pour reconsidérer d’en bas les « conflits hydrauliques », du point de vue de ceux dont les moyens de s’exprimer en justice ou d’influencer les décisions politiques restent restreints tout au long du Moyen Âge et de l’Ancien Régime.

Notes

1 Cet article a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche intitulé « Environment and Power » (UA BOF 24083), financé par l’université d’Anvers. Je remercie Jean-Michel Derex, Maika De Keyzer et Iason Jongepier pour leurs commentaires et leurs appréciations.

2 F. Mauelshagen, « Flood disasters and political culture at the German North Sea Coast : a long term historical perspective », Historical Social Research, 2007, p. 136.

3 P.J.E.M. van Dam, De amfibische cultuur. Een visie op watersnoodrampen, Amsterdam, 2010.

4 K.A. Wittfogel, Oriental Despotism : A Comparative Study of Total Power, New Haven, 1957.

5 Cité par C. De Wilt, « Maaslandse Kampen in Delfland. De sociaal-economische factor in de conflicten over gecentraliseerd waterbeheer in de 16de eeuw », Holland. Regionaal-Historisch Tijdschrift, 2005, p. 80.

6 M.L. Allemeyer, Kein land ohne Deich. Lebenswelten einer Küstengesellschaft in der Frühen Neuzeit, Göttingen, 2006.

7 P. Van Peteghem, « Histoire d’eaux : séparation de pays, mesurages des limites et frontières : le gouvernement à Bruxelles et les digues de Hollande pendant le règne de Charles Quint », La frontière des origines à nos jours, Paris, 1998, p. 254-255.

8 B.M.S. Campbell, « Nature as historical protagonist : environment and society in preindustrial England », Economic History Review, 2010, p. 281-314.

9 Voir surtout l’ouvrage de synthèse de S. Ciriacono, Building on water. Venice, Holland and the Construction of the European landscape in Early Modern Times, New York, 2006.

10 Pour la France, je renvoie le lecteur à la contribution de Raphaël Morera dans ce volume.

11 M.K.E. Gottschalk, Storm surges and river floods in the Netherlands, Assen 1971-1977 ; A.M.J. de Kraker, « Flood events in the southwestern Netherlands and coastal Belgium, 1400-1953 », Hydrological Sciences, 2006, p. 913-929 ; J. Buisman, Duizend jaar weer, wind en water in de Lage Landen, Franeker, 1995-2006. Voir aussi M. Morineau, « Cataclysmes et calamités naturelles aux Pays-Bas septentrionaux XIe-XVIIIe siècle. Le travail de la planète et la rétorsion des hommes », B. Bennassar (dir.), Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran 10, Toulouse, 1996, p. 46-48 ; la contribution s’appuie principalement sur l’étude de Gottschalk.

12 F.D. Zeiler, P. Vos, « Overstromingsgeschiedenis van Zuidwest-Nederland. Interactie tussen natuurlijke en antropogene processen », Grondboor en Hamer, 2008, p. 86-95. Pour le rôle des investissements dans l’entretien des digues, voir T. Soens, « Floods and Money. Funding drainage in coastal Flanders, 13th-16th centuries », Continuity and Change, XXVI, 2011, 3, p. 333-365.

13 M. Bailey, « Per impetum maris : natural disaster and economic decline in eastern England, 1275-1350 », B.M.S. Campbell (dir.), Before the Black Death, Manchester, 1991, p. 184-208.

14 T. Soens, « Threatened by the sea, condemned by men ? Flood risk and environmental inequalities along the North Sea Coast, 1200-1800 », G. Massard-Guilbaud, R. Rodger (dir.), Environmental and social inequalities in the city. Historical perspectives, Cambridge, 2011, p. 91-111.

15 Voir, par exemple, les nombreuses contributions dans G. Brunel, S. Brunet (dir.), Haro sur le seigneur ! Les luttes anti-seigneuriales dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran 29, Toulouse, 2009.

16 K.J. Lorenzen-Schmidt, « Gutsherrschaft über reiche Bauern. Übersicht über Bauerliche Widerständigkeit in den Marschgütern an der Westküste Schleswig-Holsteins und Jütlands », J. Peters (dir.), Gutsherrschaft als soziales Modell : Vergleichende Betrachtungen zur Funktionsweise frühneuzeitlicher Agrargesellschaften, München, 1995, p. 261-78.

17 C. Dekker, R. Baetens, Geld in het water. Antwerps en Mechels kapitaal in Zuid-Beveland na de stormvloeden in de 16e eeuw, Hilversum 2010, p. 106-125.

18 Ibid., p. 116.

19 P. van Dam, « Sinking peat bogs : environmental change in Holland, 1350-1550 », Environmental History, 2001, p. 32-45.

20 P. van Dam, Vissen in veenmeren. De sluisvisserij op aal tussen Haarlem en Amsterdam en de ecologische transformatie in Rijnland 1440-1530, Hilversum, 1998.

21 Ibid., et M. van Tielhof, P. van Dam, Waterstaat in Stedenland. Het Hoogheemraadschap van Rijnland voor 1857, Utrecht, 2006, p. 113-117.

22 La même conclusion se retrouve bien sûr dans de très nombreuses études des catastrophes naturelles dans le passé, y compris G. Massard-Guilbaut, D. Schott, H. Platt (dir.), Villes et catastrophes. Réactions face à l’urgence dans l’histoire européenne, Frankfortsur-Main, 2002.

23 A. Verhulst, « Un exemple de la politique économique de Philippe d’Alsace : la fondation de Gravelines », Cahiers de Civilisation médiévale, 1967, p. 15-28 ; S. Curveiller, « Philippe d’Alsace, un prince hors du commun », Mélanges Georges Jehel, XIII, 2002, p. 407-415.

24 Grâce aux taxes sur le trafic commercial, les revenus domaniaux conservent néanmoins leur importance tout au long des XIVe et XVe siècles : T. Soens, « Évolution et gestion du domaine comtal en Flandre sous Louis de Male et Philippe le Hardi (1346-1404) », Revue du Nord, 2001, p. 25-63.

25 Donation de Guy de Dampierre à Jean de Namur, avril 1285, éditée d’après L. Gilliodts-Van Severen, Coutumes des Pays et Comté de Flandre. Quartier de Bruges. Coutumes des petites villes et seigneuries enclavées, t. VI, 1893, p. 324-326.

26 T. Soens, « Dijkenbouwers of rustverstoorders ? De Vlaamse graven en de strijd tegen het water in de laatmiddeleeuwse Vlaamse kustvlakte (veertiende-zestiende eeuw) », Bijdragen en Mededelingen voor de Geschiedenis der Nederlanden, 2007, p. 321-356.

27 J.A. Galloway, « Storm flooding, coastal defence and land use around the Thames estuary and tidal river c. 1250-1450 », Journal of Medieval History, 2009, p. 171-88.

28 Sur la notion de « bien public » dans la politique du bas Moyen Âge : E. Lecuppre-Desjardin, A.L. Van Bruaene (dir.), De Bono communi : discours et pratique du bien commun dans les villes d’Europe (XIIIe au XVIe siècle), Turnhout, 2010.

29 Par exemple J.M. Derex, La gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime-fin du XIXe siècle), Paris, 2001.

30 Traduction par l’auteur d’après G. Ter Haar, P. L. Polhuis, De loop van het Friese water. Geschiedenis van het waterbeheer en de waterschappen in Friesland, 2004, p. 61.

31 J.P. Ward, « Participative government in the early 16th century. Claude Carondelet’s report on dyking the Zijpe estuary (1509) », LIAS. Sources and Documents Regarding to the Early Modern History of Ideas, 2004, p. 23-54.

32 M.L. Allemeyer, « The world according to harro. Mentalities, politics and social relations in an early modern coastal society », GHI Bulletin Supplement, 2006, p. 53-55.

33 P. Van Peteghem, « Histoire d’eaux »…, p. 263.

34 B. Augustyn, « Surintendant des digues de Brabant et de Flandre (1586-1765) », E. Aerts (dir.), Les institutions du gouvernement central des Pays-Bas habsbourgeois, Bruxelles, 1995, II p. 775-779.

35 F. Mauelshagen, « Flood disasters… », p. 140.

36 M.L. Allemeyer, « World according to Harro… », p. 57.

37 S. Ciriacono, Building on Water…, p. 197.

38 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 137-154 ; P.J. van Cruyningen, « Profits and risks in drainage projects in Staats-Vlaanderen, c. 1590-1665 », Jaarboek voor Ecologische Geschiedenis, 2005-2006, p. 123-142 ; D. Tys, « Landscape, settlement and dike building in coastal Flanders in relation to the political strategy of the counts of Flanders, 900-1200 », M. Fansa (dir.), Kulturlandschaft Marsch – Natur, Geschichte, Gegenwart, Oldenburg, 2005, p. 106-126.

39 V. Wikaart et al. (dir), « Nijet dan water ende wolcken » ; De onderzoekscommissie naar de aanwassen in de Verdronken Waard (1521-1523), Oosterhout, 2009.

40 Édité d’après A. van Lokeren, Chartes et documents de l’abbaye Saint-Pierre à Gand, Gand, 1871, no 2100. Traduction libre : « En matière d’endiguement, le droit coutumier dit : quand des terres ont été inondées, s’il y en a qui veulent les endiguer, ils doivent obtenir un octroi ou licence du prince. Alors ils doivent avertir les autres propriétaires de terres inondées afin qu’ils contribuent avec eux dans un certain délai, sinon ils perdront leurs terres. Cette règle semble aller contre la raison et parait particulièrement défavorable pour tous ceux qui ne disposent pas d’argent liquide. Néanmoins, elle est justifiée par la loi… ».

41 M.E. Kennedy, « Charles I and local government : the draining of the east and west fens », Albion. A Quarterly Journal Concerned with British Studies, 1983, p. 23.

42 Ibid., p. 27.

43 « Dans la pratique, les anciens habitants [se voyaient]… exclus des nouveaux projets de drainage ». M. L. Allemeyer, Kein land ohne Diech…, p. 228.

44 Ibid., p. 235.

45 Ibid., p. 232.

46 J. Lameere (éd.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas. Deuxième Série, 1506-1700. Tome Troisième, contenant les ordonnances du 8 janvier 1529 (1530, N. St.) au 11 décembre 1536, Bruxelles, 1902, p. 319-320.

47 Pour la Flandre : T. Soens, E. Thoen, « The origins of leasehold in the former county of Flanders », B. Van Bavel and Ph. Schofield (dir.), The Development of Leasehold in Northwestern Europe, c. 1200-1600, Turnhout, 2008, p. 31-56.

48 D’après T. Soens, Waterbeheer in een veranderende samenleving. Een ecologische, sociaaleconomische en politiek-institutionele studie van de wateringen in het Vlaamse kustgebied tijdens de overgang van de Middeleeuwen naar de moderne tijden. Testregio : het Brugse Vrije, Gand, 2006, annexe 3.

49 Pour des conflits semblables à propos de l’Ieperlee, le canal qui liait Ypres au port de Bruges : M. Sortor, « The Ieperleet Affair : The Struggle for Market Position in Late Medieval Flanders », Speculum, 1998, p. 1068-1100.

50 N. Vanslembrouck, A. Lehouck, E. Thoen, « Past landscapes and present-day techniques. Reconstructing submerged medieval landscapes in the western part of Sealand Flanders », Landscape History, 2005, p. 5-18.

51 S. Ciriacono, Building on Water…, et la contribution de R. Morera dans ce volume.

52 S. Ciriacono, Building on Water…, p. 217.

53 Ibid., p. 203 ; C. Holmes, « Drainage projects in Elizabethan England : the European dimension », S. Ciriacono (dir.), Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, 2004, p. 87-102.

54 D’après P.J. van Cruyningen, « Profits and risks in drainage projects in Staats-Vlaanderen, c. 1590-1665 », Jaarboek voor Ecologische Geschiedenis, 2005/2006, p. 123-142.

55 A. Gritt, « Making good land from bad : the drainage of West Lancashire, c. 1650-1850 », Rural History, 2008, p. 1-27.

56 Respectivement Soens, Spade in de dijk, chap. III et S. Hipkin, « Tenant farming and short-term leasing on Romney Marsh, 1587-1705 », Economic History Review, 2000, p. 670.

57 K. Lindlay, Fenland riots and the English Revolution, Cambridge, 1982 ; C. Holmes, « Drainers and fenmen : the problem of popular political consciousness in the Seventeenth Century », A. Fletcher et J. Stevenson (dir.), Order and Disorder in Early Modern England, Cambridge, 1987, p. 174-189.

58 M.A. Knittl, « The design for the initial drainage of the Great Level of the Fens : an historical whodunit in three parts », Agricultural History Review, 2007, p. 23-50.

59 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 287.

60 M.A. Knittl, « The desing of the great level »…, p. 47.

61 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 171.

62 M.L. Allemeyer, « The world according to Harro »…

63 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 169-170.

64 M.L. Allemeyer, Kein Land ohne Deich…, p. 179-180.

65 Par exemple en Hollande au XVIe siècle : C. de Wilt, « Maaslandse Kampen »…, p. 100.

66 W.H. Tebrake, A Plague of Insurrection. Popular Politics and Peasant Revolt in Flanders, 1323-1328, Philadelphia, 1993 ; B. Van Bavel, « Rural revolts and structural change in the Low Countries : thirteenth-early fourteenth centuries », R. Goddard, J. Langdon, M. Müller (dir.), Survival and Discord in Medieval Society. Essays in Honour of Christopher Dyer, Turnhout, 2010, p. 249-268.

67 M.A. Knittl, « The design »…, p. 45.

68 C. Holmes, « Drainers and fenmen »…, p. 185.

69 Voir aussi S. Ciriacono, Building on Water…, p. 201.

70 C. Mukerji, « Stewardship Politics and the Control of Wild Weather : Levees, Seawalls, and State Building in 17th Century France », Social Studies of Science, 2007, p. 127-133.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Villes et régions mentionnées dans le texte : 1. Romney Marsh (Angleterre du Sud) ; 2. Fenlands (Angleterre de l’Est) ; 3. Flandre Maritime (France, Belgique & Pays-Bas) ; 4. Îles Zélandaises (Pays-Bas) ; 5 : Hollande Centrale (Pays-Bas) ; 6 : Frise du Nord (Allemagne du Nord).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540