Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Pouvoirs et conflits

Riverains et rivaux dans l’Italie du Haut Moyen Âge

Paolo Squatriti

Texte intégral

  • 1 Le fait que le mot aqua soit un nom féminin rend encore plus suggestif le parallélisme entre ces d (...)

1En latin classique et dans son acception la plus répandue, le mot rivalis désignait l’homme qui disputait à un autre homme l’amour d’une femme. Pourtant, le sens ancien et l’étymologie du vocable s’inscrivaient dans un cadre strictement hydrologique : le mot « rival » provenait de rivus (ruisseau) et, à l’origine, les rivaux étaient les riverains, les gens dont les propriétés se trouvaient au bord du même cours d’eau, un peu comme si les Romains avaient considéré que le partage de l’eau entraînait nécessairement la concurrence et l’hostilité, comme si utiliser la même eau et désirer la même femme devaient pareillement susciter la compétition et la jalousie, une convoitise quasiment naturelle et physiologique1.

  • 2 E. Pielou, Fresh Water, Chicago, 1998, p. 2.

2De fait, l’antique sagesse qui sous-tend cette étymologie semble souligner que l’eau est un élément singulier, un besoin vital dont les caractéristiques prédisposent au conflit. Car si la terre est une planète bleue et couverte d’eau, il ne faut pas oublier que moins de 3 % de cette eau est de l’eau douce, et que seule une petite partie de celle-ci est accessible aux hommes – un tiers seulement, les deux autres tiers étant gelés sous la glace polaire ou enterrés dans les aquifères2. Dans les lieux que peuplent les hommes, la rareté de l’eau accessible et utilisable est donc une donnée primordiale des conflits relatifs à son usage.

  • 3 Ibid., p. 1.

3En outre, l’eau est caractérisée par une inconstance qui ne peut qu’aviver les discordes. Contrairement à l’air qui est omniprésent et à la terre dont les ressources sont relativement stables, l’eau, de par sa nature, ne cesse de bouger : elle s’agite dans un cycle incessant de transformations, elle s’écoule d’un endroit à l’autre et son exceptionnelle tendance à changer d’état complique chaque jour la tâche des hommes3. Les étangs s’évaporent, les stalactites fondent, la pluie tombe, les ruisseaux s’écoulent vers la mer. Or, ce mouvement perpétuel et cette haute mutabilité de l’eau s’accordaient mal avec les aspirations des sociétés de paysans sédentaires qui ont prédominé en Europe pendant plus de 5 000 ans. Les hommes, par conséquent, ont dû s’occuper de l’eau plus qu’ils ne l’auraient souhaité, que ce soit pour augmenter leurs capacités d’approvisionnement, pour contrôler toute l’eau d’un bassin hydrologique ou pour la conduire à proximité des habitats. Ce faisant, ils ne pouvaient manquer d’entrer en concurrence et en conflit avec leurs voisins désireux de réaliser les mêmes opérations à leur propre profit. L’étymologie du mot rivalité souligne à quel point la rareté et la grande mutabilité de l’eau étaient sources d’affrontements.

4Il semble, néanmoins, que les disputes autour de l’eau furent relativement rares dans l’Italie du haut Moyen Âge. C’est du moins l’impression que laissent les documents. La pauvreté des traces écrites est cependant une caractéristique globale de ces siècles (qui leur vaut d’être appelés Dark Ages en anglais), de sorte que l’on ne saurait attendre, pour le haut Moyen Âge italien, la richesse et la précision des informations que peuvent livrer les exemples de la Bretagne du XVIIIe siècle, de la Venise de la Renaissance ou de l’Angleterre du Moyen Âge tardif, abordés dans ce volume. Autrement dit, si l’on connaît peu de conflits ce n’est pas nécessairement parce que les Italiens du haut Moyen Âge étaient moins chicaneurs ou moins préoccupés par leur approvisionnement en eau, c’est tout simplement que les sources sont globalement rares.

  • 4 Cf. P. Squatriti, « The Floods of 589 and Climate Change at the Beginning of the Middle Ages », Sp (...)

5Ce pourrait être aussi parce que l’eau fut alors plus abondante qu’à d’autres époques. Certains chercheurs pensent, en effet, que la chute de l’Empire romain correspond à un fort changement du climat européen : ils estiment que la période qui va du VIe au IXe siècle fut en moyenne plus froide et plus humide que l’époque romaine antérieure et que le Medieval Warm Period (le temps de « l’optimum climatique du Moyen Âge ») qui les suivit. Cela aurait impliqué, pour la péninsule Italienne, des précipitations supérieures et une évaporation inférieure à celles d’aujourd’hui ; il y aurait eu alors plus d’eau dans les ruisseaux, les fleuves, les lacs, les étangs et les nappes phréatiques qu’il n’y en avait au temps de l’hégémonie romaine. C’est une thèse qu’il faut toutefois rejeter pour plusieurs raisons4 : parce qu’elle se fonde sur une interprétation erronée de sources narratives très tendancieuses, et parce que les données paléoclimatiques actuellement disponibles ne permettent pas de conclure fermement à un changement climatique significatif en Italie après le Ve siècle. Par conséquent, et en l’attente de plus amples données dendrochronologiques et palynologiques, mieux vaut éviter de supposer que c’est l’abondance hydrique qui aurait conduit les Italiens du haut Moyen Âge à se disputer moins fréquemment à propos de l’usage des eaux.

  • 5 J. Montalvo, « El approvechamiento hidraulico en el reino de Valencia durante la Edad Media », Cua (...)
  • 6 I. Barbiera, G. Dalla Zuanna, « Le dinamiche della popolazione nell’Italia medievale », Archeologi (...)
  • 7 M. Montanari a bien montré à quel point les hommes du haut Moyen Âge dépendaient des ressources fo (...)

6On pourrait imaginer, en revanche, que cette faible conflictualité découlait d’une moindre pression démographique. On sait, en effet, que l’extension des cultures – seule réponse possible à l’augmentation des populations – était devenue dans l’Europe méditerranéenne, à la fin du Moyen Âge, une grande source de conflits en matière d’attribution d’eau5. On peut donc supposer a contrario qu’une population en décroissance réduisait naturellement sa consommation d’eau et, ainsi, se trouvait moins tentée d’entrer en conflit avec ses voisins. De fait, même si l’histoire démographique du premier millénaire est très incertaine, la plupart des spécialistes s’accordent à penser que le sud des Alpes était moins peuplé après l’an 500 qu’il ne le fut à l’apogée de Rome, et que les épidémies et les guerres du VIe siècle ont réduit fortement le nombre d’habitants en Italie6. En outre, la population exploitait davantage les ressources sauvages et comptait moins qu’auparavant sur l’agriculture : cela pouvait contribuer aussi à limiter les motifs de querelle7.

  • 8 Cassiodore, Variae 5.17, T. Mommsen (éd.), Berlin, 1894, p. 154. Cassiodore fulminait aussi contre (...)
  • 9 Codex Diplomaticus Cavensis 2, M. Morcaldi et al. (éd.), Naples, 1875, p. 117 ; P. Squatriti, Wate (...)

7Pour autant, il ne faudrait pas laisser croire que de tels litiges n’ont jamais eu lieu ou que les sources disponibles n’en offrent aucune preuve. Au contraire, on trouve des disputes au sujet de l’eau dans différents contextes : elles apparaissent dès le VIe siècle et perdurent durant tout le haut Moyen Âge, jusqu’au XIe siècle. Ainsi, vers 525, Cassiodore, le conseiller lettré du roi ostrogoth Théodoric, décrivait dans une lettre les problèmes posés par les pêcheurs dont les installations entravaient la navigation sur les fleuves et les ruisseaux de l’Italie du nord et du centre. C’est un exemple classique des rivalités provoquées par la multiplication des usages d’une même ressource, un conflit que le sénateur régla en interdisant aux pêcheurs l’installation de structures permanentes dans les eaux navigables8. De la même façon, en 978, les chartes de l’abbaye de Cava dei Tirreni, entre Naples et Salerne, montrent des meuniers contestant le droit de détourner l’eau des ruisseaux pour de nouveaux moulins, parce que cela altérait l’écoulement des eaux et rendait leur travail plus difficile et imprévisible9. Mais dans ce cas, il est vrai, les conflits n’étaient pas provoqués par une diversification des usages mais plutôt par l’intensification d’un même type d’utilisation de l’eau, encore que l’on puisse se demander si le motif réel du conflit était la répartition de l’eau ou le partage de la clientèle des moulins.

8Il existe donc bien un précieux panel de documents qui attestent de luttes relatives à l’eau dans la péninsule Italienne du haut Moyen Âge. Et comme dans les deux exemples qui viennent d’être évoqués, les disputes portaient souvent sur les droits d’usages coutumiers et sur leur ancienneté. Au VIe comme au Xe siècle, à Ravenne comme à Salerne, les prétentions des rivaux étaient effectivement dépeintes comme des utilisations nouvelles et inhabituelles qui menaçaient des équilibres traditionnels prétendument millénaires. Ce topique d’une situation stable et juste, brutalement perturbée par des usurpations, était forcément tendancieux : les mutations incessantes des conditions hydrologiques obligeaient les gens à s’adapter et à trouver des solutions nouvelles. Il n’en est que plus frappant de constater combien souvent les litigants en appelaient à un status quo ante.

  • 10 W. Brown, P. Górecki (éd.), Conflict in Medieval Europe, Aldershot, 2003, p. 282-283 ; les auteurs (...)

9Ces conflits, par ailleurs, étaient différents des querelles « naturelles » qu’envisageaient les étymologistes et les juristes romains, des querelles qui étaient essentiellement des désaccords sur le partage de l’eau entre rivaux de statuts sociaux à peu près équivalents. Les sources du haut Moyen Âge, en effet, montrent au contraire des conflits verticaux et asymétriques dans lesquels le pouvoir était distribué de façon inégale entre les litigants, et dans lesquels c’était souvent la possibilité même d’utiliser l’eau qui était en jeu10.

  • 11 S. Enders soutient que des négociations complexes entre Fortunatus et Charlemagne ont précédé le r (...)

10Le plus célèbre des conflits de cette période, celui évoqué par le « placitum de Riçana », n’éclaire qu’une phase d’un long conflit sur l’eau et les droits de pêche, en se référant à une tradition forte et ancienne11. Mais ce document exceptionnel montre le début d’un tournant majeur dans l’histoire de l’utilisation de l’eau en Italie. Au cours du IXe siècle, en effet, le régime romain des eaux publiques a cédé la place à un système de type « féodal », dans lequel l’utilisation de l’eau, devenue propriété privée et souvent seigneuriale, entraînait un certain nombre d’obligations envers le propriétaire.

  • 12 Le seul manuscrit est une rédaction du XVe siècle probablement composée par un érudit intéressé pa (...)
  • 13 I placiti 17, p. 50-56. À la page 50, on lit « in primis de rebus sanctarum Dei ecclesiarum, deind (...)

11Le document qui fournit aujourd’hui une version de cette dispute est difficile à dater avec précision, mais les spécialistes situent sa rédaction vers 80412. Fortunat fut ordonné Patriarche de Grado en 803, et c’est avant 805, préalablement à sa fuite vers la Francie où il devait consulter Charlemagne, qu’il avait rencontré à Riçana, près de Capodistria, cinq de ses suffragants, trois missi dominici envoyés par l’empereur et 172 notables « des cités et des châteaux » d’Istrie. Cette grande assemblée avait pour but de régler les désaccords qui étaient apparus sur les droits et les propriétés de l’Église en territoire d’Istrie, et à propos de « la justice de nos seigneurs, de la violence et des coutumes du peuple de cette terre, des veuves et des orphelins13… ».

  • 14 Enders, « Regionale Selbstbehauptung… » p. 91-92. J. Nelson pense que la tenue de cette assemblée (...)
  • 15 S. Enders, « Regionale Selbstbehauptung… », p. 50-52. Sur les « voix » des placita : C. Wickham, L (...)

12Comme il était d’usage dans ces assemblées, serments et témoignages permirent d’établir les faits et de dire à qui en revenait la faute14. En revanche, l’opposition radicale des discours sur l’utilisation des eaux était nettement plus originale et, dans la notice du plaid, les passages rédigés en style direct dramatisaient l’argument juridique (quand bien même les mots rapportés ne seraient pas exactement ceux qui furent prononcés)15. Les 172 notables d’Istrie, « tous ensemble », décrivaient ainsi leur désarroi face aux nombreuses innovations (forcément mauvaises) introduites par le duc Jean et les évêques : « Depuis qu’ils nous donnent des coups de bâton et coupent nos filets, nous n’osons presque plus pêcher dans les eaux publiques où tout le monde se rendait auparavant pour pêcher en commun. » Les Istriens soutenaient que les évêques, qui par le passé exigeaient des taxes et des corvées plus douces et admettaient l’accès commun aux bois, pâturages et eaux, envoyaient désormais leurs agents déshonorer les hommes libres (par la bastonnade) et monopolisaient les ressources communales avec la complicité du duc carolingien.

  • 16 F. Bougard, « Public Power and Authority », C. La Rocca (éd.), Italy in the Early Middle Ages, Cam (...)

13Confondu dans ce procès qui fut sans doute organisé pour montrer toute la sollicitude de l’empereur envers la catégorie des « faibles » et toute l’autorité dont il était capable face à l’arrogance des aristocrates aux périphéries de l’Empire, le duc Jean dut reconnaître qu’il avait commis une erreur16. Il expliqua qu’il pensait que les ressources sauvages, et les eaux par conséquent, « appartenaient au seigneur empereur dans le domaine public » et que c’était donc à lui de les exploiter comme il l’entendait puisqu’il était le représentant de l’empereur. Le duc Jean reconnaissait donc son erreur et comprenait enfin la situation : selon la tradition locale qu’avait soutenue la loi byzantine, ces ressources naturelles devaient être laissées à la disposition des habitants.

  • 17 Pour le contexte, voir : G. Ravegnani, Bizantini in Italia, Bologna, 2004, p. 139-41 ; Enders, « R (...)
  • 18 Sur la hiérarchie de la violence : J.-P. Devroey, Puissants et misérables : système social et mond (...)

14De fait, Jean fut le premier administrateur carolingien de cette région qui, après avoir été contrôlée par Byzance pendant des siècles, fut conquise par les Carolingiens en 788, c’est-à-dire quelque 16 ans seulement avant le plaid de Riçana17. Peut-être ne mentait-il pas lorsqu’il affirmait son ignorance des systèmes de gestion de l’eau des Istriens ; il n’en reste pas moins que le duc avait amené dans ce recoin isolé du monde carolingien, où la loi et la coutume romaines restaient vigoureuses au VIIIe siècle, une conception seigneuriale des droits sur les ressources naturelles. Pour Jean, le « domaine public » appartenait personnellement au gouverneur. C’est pourquoi ses fidèles et ceux des évêques tentaient de se réserver un usage exclusif des ressources naturelles du fisc. Détruire les filets, battre les pêcheurs et briser la résistance de ceux qui persistaient à tenir ces ressources pour communales et ouvertes à tous étaient également logiques à leurs yeux18.

  • 19 I placiti 17 : « tempore Grecorum », p. 52 ; « ab antiquo tempore dum fuimus sub potestate Grecoru (...)
  • 20 Les mentions d’une « antiqua consuetudo » (I placiti 17, p. 51) et de la « consuetudine populi ist (...)

15Se heurtaient donc, à Riçana, deux idées différentes du domaine aquatique et de sa gestion. Au début du IXe siècle, les péripéties politiques exigeaient que l’interprétation « féodale » (ou privée) du duc Jean et du clergé cède devant les revendications des Istriens qui considéraient la mer et les autres ressources naturelles comme des choses en commun. En 804, Charlemagne ne pouvait se permettre de froisser les habitants d’une zone de frontière stratégique : il n’aurait pas été judicieux d’alimenter la nostalgie pour « le temps des Grecs » au moment précis où les flottes byzantines, stationnées dans le tout proche port de Venise, venaient soutenir dans le nord de l’Adriatique les droits de l’autre empereur, celui de Constantinople19. À Riçana, les deux parties en présence utilisaient la rhétorique de « la chose publique » pour renforcer leurs positions, mais le duc Jean et les autorités carolingiennes pensaient manifestement que l’usage privé du fisc était normal et que « les anciennes coutumes » qui prévoyaient l’usage en commun par les résidents étaient étranges. Les Istriens, au contraire, fondaient sur l’antiquité des dispositions traditionnelles leur revendication d’un accès public aux ressources naturelles, et ils savaient peut-être que l’État carolingien était, à ce moment-là, vulnérable20. Reste qu’une série d’heureuses circonstances ont fait pencher la balance à leur profit, et que la distribution inégale du pouvoir en Istrie n’a pas conduit immédiatement à une nouvelle organisation de l’accès aux ressources de l’eau.

  • 21 Vers 815, l’empereur Louis confirmait les droits des Istriens, peut être aussi ceux sur les eaux : (...)

16Le plaid de Riçana dévoile une partie d’une dispute qui fut sûrement plus longue, et nous ne savons pas si son verdict fut appliqué après que Jean eut cédé aux Istriens en 80421. Mais le temps travaillait pour lui et pour les évêques. Après 804, les archives italiennes livrent peu d’éléments montrant des communautés convaincues que leurs eaux étaient un bien public et une ressource commune ; elles montrent peu de communautés disposées à se battre pour défendre ce point de vue contre les seigneurs rivaux. Au contraire, beaucoup de documents des IXe et Xe siècles attestent que l’eau était tombée, ou en train de tomber, entre des mains privées. La controverse istrienne est donc une fenêtre importante sur un moment décisif de l’histoire de l’eau dans l’Italie du haut Moyen Âge.

  • 22 Wickham relève les distorsions créées par les archives ecclésiastiques (Land and Power, p. 229).

17Les abus des potentes qui, comme le duc Jean ou les évêques d’Istrie, s’appropriaient les rivières et les étendues d’eau pour accroître leur puissance et exiger de nouvelles taxes ont sans aucun doute provoqué souvent la résistance de ceux qui se trouvaient ainsi privés d’un libre accès aux ressources de l’eau. Mais les archives du haut Moyen Âge conservent essentiellement le point de vue des puissants et les actes rédigés au moment où ceux-ci triomphaient : aussi évoquent-elles rarement des cas où, comme en Istrie, c’est la vieille conception des eaux « publiques » qui l’a emporté22. De l’an 800 à l’an 1000, les chartes traitant de conflits sur l’eau finissent presque toujours par montrer des communautés et des paysans vaincus, contraints d’accepter de nouvelles charges (en nature ou en travail) pour utiliser l’eau. Il n’en est que plus important de relever les actes qui montrent des populations soutenant le droit de tous les habitants d’une localité à utiliser l’eau de leur terroir, des actes qui témoignent d’une tradition bien enracinée, importante pour l’affirmation des identités locales comme pour le fonctionnement des économies. C’est la pierre angulaire des bonnes et anciennes coutumes, se référant à des traditions forcément fondées, pour partie, sur une reconstruction du passé.

  • 23 Le document essentiel est I placiti 4, p. 8-10 (779). Voir aussi : Ibid., 58, p. 205-208 (854) et (...)
  • 24 F. Ganshof, Frankish Institutions Under Charlemagne, Providence, RI., 1968, p. 45. Pour C. Wickham (...)
  • 25 Des paiements pour la mouture pourraient être à la base de la contestation sur l’« aquaricum » : a (...)

18Les procès de Carapelle en sont un bon exemple. Dans ce village des Abruzzes, en effet, les paysans libres ont combattu l’abbaye de San Vincenzo al Volturno de 779 à 872, allant au moins cinq fois au tribunal pour défendre leur position23. Ils se battaient (entre autres choses) contre un impôt appelé aquaricum, un terme ambigu et peu employé par les chartes du haut Moyen Âge. Il s’agit probablement d’une erreur du notaire qui aura confondu avec aquaticum, un terme également rare mais plus clairement apparenté à toute la série des noms de taxes construits à l’aide du même suffixe (-aticum)24. Il semble, en somme, que la situation était la suivante : l’abbaye de San Vincenzo essayait de contraindre les hommes du village de Carapelle et les autres habitants de la vallée du Tirino, au pied du Gran Sasso, à payer pour leur usage agricole de l’eau, alors que les paysans considéraient que l’eau coulait sur le domaine du roi et n’était donc pas la propriété des moines25.

  • 26 L. Feller, « Les patrimoines monastiques dans les Abruzzes (VIIe-Xe s.) », M. Fixot, É. Zadora-Rio (...)
  • 27 W. Brown, P. Górecki (éd.), Conflict…, p. 5-8 ; M. Costambeys, « Disputes and Courts in Lombard an (...)
  • 28 E. Migliario soutient que la notion de fisc public a survécu dans les Abruzzes jusqu’au VIIIe sièc (...)

19En se cramponnant pendant 95 ans au moins à leur version de l’histoire locale et de la possession des eaux, les villageois, comme l’a souligné Laurent Feller, ont fait preuve d’une étonnante capacité de mémoire des situations et des formes du passé26. Les médiévistes d’aujourd’hui admettent que, pendant le haut Moyen Âge, un procès n’était que la pointe de l’iceberg des négociations formelles et informelles qui étaient nécessaires pour régler les conflits, dans une société où les structures de l’État étaient faibles mais pouvaient néanmoins se montrer utiles en cas de litige. Ce long procès abruzzais en est un exemple, conduisant les parties de tribunaux en tribunaux et multipliant les entractes hors des structures formelles de la loi27. Car chez les habitants de Carapelle, je pense, le souvenir d’un temps où les ressources naturelles étaient librement accessibles se fondait sur des siècles de tradition, des siècles pendant lesquels l’eau courante ne fut jamais le patrimoine exclusif d’un individu mais restait à disposition de tous28. La ténacité avec laquelle les paysans de la vallée du Tirino défendaient au tribunal leur droit de ne pas payer un « aquaticum » implique que les compositions extra-juridiques avaient échoué. Et c’est dire, en somme, que l’eau apparaissait comme une question non négociable. Autant que les terres et les bois communs, elle était une ressource collective indispensable à la survie des habitants de Carapelle, soit individuellement, soit comme communauté. En outre, accéder librement à ces trois types de biens était l’indice d’un statut d’homme libre : payer San Vincenzo pour accéder à l’eau aurait porté préjudice au statut des habitants de Carapelle tout autant qu’à l’économie du village.

  • 29 C. Wickham, Studi, p. 25-6, 60-3 ; Id., The Inheritance of Rome, New York, 2009, p. 530-543. Comme (...)
  • 30 M. Gérolymatou a montré la continuité des solutions antiques dans les territoires de l’Empire byza (...)

20Tout indique qu’après 872, lorsque se tint la dernière audience attestée par la documentation, les paysans de la vallée du Tirino furent submergés par une extension de la servitude29. Les droits des hommes de Carapelle sur la terre et sur l’eau finirent par dépendre d’une série de paiements qui prouvaient leur position subalterne et démontraient que San Vincenzo possédait le terroir, toutes ressources incluses. Alors que les habitants de Carapelle pouvaient défendre victorieusement leur cause en 779, leurs descendants ont donc perdu, à la fin du IXe siècle, beaucoup plus que l’usage des eaux. Devenu asymétrique et vertical, le conflit ne se livrait plus dans les circonstances qui, un siècle auparavant, permettaient aux Istriens de faire prévaloir leur conception du domaine public. Faute de documents, nous ne savons pas si, dans ce cas également, les descendants des hommes qui, en 804, résistaient contre le duc Jean et les évêques vécurent eux aussi dans un monde ou les eaux, douces et salées, appartenaient à des individus puissants, capables d’en taxer l’usage de diverses manières30.

***

  • 31 B. Rosenwein, « The family politics of Berengar I (888-924) », Speculum, 1996, p. 247-89.
  • 32 Dans un placitum tenu à Parme en 830 (I placiti 40, p. 126-8) le monastère gagnant justifiait son (...)
  • 33 MGH Diplomata Regum et Imperatorum Germaniae 1, T. Sickel (éd.), Hannover, 1879, n. 267, p. 378 «  (...)
  • 34 G. Tabacco, I liberi del re nell’Italia carolingia e postcarolingia, Spoleto, 1966 ; P. Bonacini, (...)

21Les exemples de Riçana et Carapelle montrent qu’une profonde transformation du régime juridique des eaux semble s’être produite au cours des VIIIe et IXe siècles, une grande mutation provoquée par de nouvelles attitudes envers l’autorité publique et une appréhension nouvelle de la fonction royale. Les rois du haut Moyen Âge exerçaient leur pouvoir à travers une toile de relations personnelles et distribuaient dons et faveurs pour obtenir la bienveillance des propriétaires dont l’acquiescement était essentiel à la survie de l’État. Les derniers rois lombards et les rois carolingiens du IXe siècle concédèrent ainsi aux potentes du regnum italien privilèges, titres et immunités dans une stratégie, somme toute assez réussie, de promotion de la dépendance31. C’était un système qui encourageait la dispersion des droits publics sur les eaux. Dans les dernières années du IXe siècle, plusieurs torrents, portions de fleuve et étendues d’eau furent ainsi intégrés aux patrimoines privés des élites italiennes, en majorité par l’intermédiaire de concessions royales. Cette privatisation a gommé l’ancien statut des ressources que l’État romain considérait comme fiscales et publiques, des ressources dont les premiers rois lombards s’étaient ensuite désintéressés32. Certes, il y eut encore des souverains qui s’en préoccupaient, comme Otton le Grand qui, en 964, concédait à un diocèse le droit de conduire « les eaux publiques » jusqu’à des moulins. Mais ils œuvraient avec une conception de ce qui était « public » plus proche de celle du duc carolingien Jean que du sens qu’un empereur romain aurait donné à ce vocable33. Aux VIIIe et IXe siècles, les conflits documentés par les sources écrites montrent qu’il était encore juridiquement pertinent de mobiliser les anciennes conventions. Au Xe siècle, en revanche, l’eau n’apparaît plus dans les chartes que sous deux formes : soit comme la propriété d’aristocrates ou d’institutions ecclésiastiques puissantes, soit comme un bien que le souverain concédait à ce genre d’agents. À partir du VIIIe siècle, le déclassement social des paysans libres a donc accompagné, en Italie, le transfert des eaux dans le patrimoine des seigneurs34. Il a aussi coïncidé avec la fin (temporaire) des conflits relatifs à l’eau, lesquels dépendaient d’une mémoire active de la tradition des eaux publiques.

  • 35 Cf. par exemple Digesta, 39.2.24 (Ulpien), p. 389 : « fluminum publicorum communis est usus… ». Po (...)
  • 36 Ibid., p. 579. Pour le retour de cette conception au Moyen Âge tardif, cf. R. Hoffman, « Elemental (...)

22Cette métamorphose de l’eau en propriété privée s’opposait à l’idée du droit romain classique selon laquelle toute masse d’eau importante – qu’elle soit courante ou stagnante – était publique, c’est-à-dire disponible pour les personnes s’activant à proximité35. Durant l’Antiquité tardive, il semble même que prévalut une interprétation maximaliste de la tutelle que l’État devait exercer sur les eaux36. Le législateur romain, cependant, laissa toujours aux gens du voisinage la tâche de déterminer dans la pratique les usages de l’eau qui étaient raisonnables et ceux qui étaient susceptibles de nuire aux riverains, puisqu’en théorie tous étaient sur un pied d’égalité et avaient le même droit d’accéder à l’eau. En autorisant les collectivités d’utilisateurs à décider de la distribution de l’eau (sous le contrôle de l’État romain), la loi a encouragé la création d’un humus culturel qui est resté fécond jusqu’à la fin du premier millénaire. Bien qu’ils aient été différents des rivalités antiques, les conflits de l’eau, dans l’Italie du très haut Moyen Âge, dérivaient de ces dispositions romaines, de la conviction des gens persuadés de leur justesse et du bien-fondé de leurs revendications, ainsi que du désintérêt des souverains pour un contrôle en profondeur des territoires. Mais ces controverses dérivaient aussi des caractéristiques propres à l’eau : son inconstance et sa haute mutabilité. Un élément aussi dynamique ne pouvait guère se laisser enfermer dans les rets d’une mémoire historique qui immobilisait des équilibres anciens.

Notes

1 Le fait que le mot aqua soit un nom féminin rend encore plus suggestif le parallélisme entre ces deux sortes de rivalité. Cf. A Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue Latine 2, Paris, 1960, p. 574 ; M. de Vaan, Etymological Dictionary of Latin, Leiden, 2008, p. 24. À la fin de l’Antiquité encore, Sidoine Apollinaire, dans son panégyrique pour l’empereur Anthème, utilise le double sens du mot rival : Carmina 2.499, C. Luetjohann (éd.), Berlin, 1887, p. 185.

2 E. Pielou, Fresh Water, Chicago, 1998, p. 2.

3 Ibid., p. 1.

4 Cf. P. Squatriti, « The Floods of 589 and Climate Change at the Beginning of the Middle Ages », Speculum, 2010, p. 799-826.

5 J. Montalvo, « El approvechamiento hidraulico en el reino de Valencia durante la Edad Media », Cuadernos de historia de España, 2006, p. 49-50.

6 I. Barbiera, G. Dalla Zuanna, « Le dinamiche della popolazione nell’Italia medievale », Archeologia medievale, 2007, p. 19-33 ; G. Pinto, E. Sonnino, « L’Italie » J. Bardet, J. Dupâquier (éd.), Histoire des populations de l’Europe, Paris, 1997, p. 495-498.

7 M. Montanari a bien montré à quel point les hommes du haut Moyen Âge dépendaient des ressources fournies par les espaces incultes (L’alimentazione contadina nell’alto medioevo, Naples, 1979).

8 Cassiodore, Variae 5.17, T. Mommsen (éd.), Berlin, 1894, p. 154. Cassiodore fulminait aussi contre les déversoirs qui bloquaient ces fleuves (Mincio, Ollio, Serchio, Tibre, et Arno), de telle sorte que le bois ne pouvait plus profiter de leurs courants pour flotter jusqu’aux villes (5.20, p. 155).

9 Codex Diplomaticus Cavensis 2, M. Morcaldi et al. (éd.), Naples, 1875, p. 117 ; P. Squatriti, Water and Society in Early Medieval Italy, Cambridge, 1998, p. 141-142.

10 W. Brown, P. Górecki (éd.), Conflict in Medieval Europe, Aldershot, 2003, p. 282-283 ; les auteurs reconnaissent que dans ces conditions les conflits ne pouvaient pas être les « négociations » qu’ils auraient été entre membres des élites.

11 S. Enders soutient que des négociations complexes entre Fortunatus et Charlemagne ont précédé le rassemblement (« Regionale Selbstbehaptung zwischen Byzanz und dem Frankenreich », S. Enders, T. Scharff (éd.), Eid und Wahrheitssuche, Frankfurt, 1999, p. 72, 94-95).

12 Le seul manuscrit est une rédaction du XVe siècle probablement composée par un érudit intéressé par l’histoire de la juridiction du patriarchat : C. Manaresi (éd.), I placiti del Regnum Italiae 1, Rome, 1955, p. 48. Excellentes discussions dans A. Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’empire Byzantin au VIIe siècle, Rome, 1969, p. 176, 186-187, 192-195, 294-299 ; T. Brown, Gentlemen and Officers, Londres, 1984, p. 56-58, 209-211. S. Enders confirme la date (« Regionale Selbstbehaptung… », p. 49).

13 I placiti 17, p. 50-56. À la page 50, on lit « in primis de rebus sanctarum Dei ecclesiarum, deinde de iustitia dominorum nostrorum, seu et de violentia vel consuetudine populi terre istius, orfanorum, et viduarum… ».

14 Enders, « Regionale Selbstbehauptung… » p. 91-92. J. Nelson pense que la tenue de cette assemblée faisait partie d’une stratégie d’incorporation des élites locales dans l’Empire : J. Nelson « Charlemagne and Empire », The Long Morning of Medieval Europe, J. Davis, M. McCormick (éd.), Aldershot, 2008, p. 228-229.

15 S. Enders, « Regionale Selbstbehauptung… », p. 50-52. Sur les « voix » des placita : C. Wickham, Land and Power, Londres, 1994, p. 231-232.

16 F. Bougard, « Public Power and Authority », C. La Rocca (éd.), Italy in the Early Middle Ages, Cambridge, 2002, p. 52. Veuves et orphelins méritaient des attentions spéciales dans la rhétorique des bons rois.

17 Pour le contexte, voir : G. Ravegnani, Bizantini in Italia, Bologna, 2004, p. 139-41 ; Enders, « Regionale Selbstbehauptung… », p. 93.

18 Sur la hiérarchie de la violence : J.-P. Devroey, Puissants et misérables : système social et monde paysan dans l’Europe des francs, VIe-IXe siècles, Bruxelles, 2006, p. 267-315. Je propose ici une interprétation culturelle de l’attitude du comte face aux droits « publics », mais on pourrait aussi en faire une interprétation économique : peut-être qu’à la fin du VIIIe siècle, le surplus produit par les biens communs, maritimes en l’occurrence, était devenu suffisant pour soutenir des régimes de propriété privée et les investissements qu’ils impliquaient. Cf. M. de Moor et al. (éd.), The Management of Common Land in North West Europe, c. 1500-1850, Turnhout, 2002, p. 20-21.

19 I placiti 17 : « tempore Grecorum », p. 52 ; « ab antiquo tempore dum fuimus sub potestate Grecorum », p. 53 ; « Grecorum tempore », p. 54. Sur la situation géopolitique : H. Krahwinkler, Friaul im Frühmittelalter, Vienna, 1992, p. 215-217.

20 Les mentions d’une « antiqua consuetudo » (I placiti 17, p. 51) et de la « consuetudine populi istius terre » (p. 50) conjuguaient temps et lieu, tous deux vénérables et anciens, dans une revendication puissante. Le passé (qui dans ce cas était byzantin) restait encore une fois au centre de la discussion. Pour une affirmation byzantine, claire et légale, de la nature publique de la plage et de la mer : Iustiniani Institutiones 2.1.5, P. Krueger (éd.), Berlin, 1872, p. 10.

21 Vers 815, l’empereur Louis confirmait les droits des Istriens, peut être aussi ceux sur les eaux : S. Enders, « Regionale Selbstbehauptung… », p. 110-112.

22 Wickham relève les distorsions créées par les archives ecclésiastiques (Land and Power, p. 229).

23 Le document essentiel est I placiti 4, p. 8-10 (779). Voir aussi : Ibid., 58, p. 205-208 (854) et 72, p. 261-5 (871), et Chronicon Vulturnense 1, V. Federici (éd.), Rome, 1925, p. 55 et 289-290. Un commentaire incisif dans L. Feller, Les Abruzzes médiévales, Rome, 1998, p. 163-164, 191-195 ; C. Wickham compte un total de neuf comparutions au tribunal (Studi sulla società degli Appennini nell’alto medioevo Bologna, 1982, p. 16-28).

24 F. Ganshof, Frankish Institutions Under Charlemagne, Providence, RI., 1968, p. 45. Pour C. Wickham, l’« aquaricum » est un point obscur (Studi…, p. 21).

25 Des paiements pour la mouture pourraient être à la base de la contestation sur l’« aquaricum » : après tout Carapelle se trouvait à 1000 m d’altitude environ et l’élevage aurait dû éclipser l’agriculture et l’irrigation : L. Feller, Les Abruzzes…, p. 192 ; O. Baldacci, « I possessi maggiori del monastero di S. Vincenzo al Volturno nel secolo VIII », Abruzzo, 1976, p. 15-18. C. Wickham note que cette zone, à cause de son aridité, est connue encore aujourd’hui comme le « four d’Abruzzo » et qu’on y est obligé d’irriguer les céréales (Studi…, p. 18-19).

26 L. Feller, « Les patrimoines monastiques dans les Abruzzes (VIIe-Xe s.) », M. Fixot, É. Zadora-Rio (éd.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Paris, 1994, p. 152. C. Wickham voit le régime de propriété communale comme une survivance d’un monde pré-romain qui produisait, encore au haut Moyen Âge, un « tradizionale senso del territorio » (Studi…, p. 101-103).

27 W. Brown, P. Górecki (éd.), Conflict…, p. 5-8 ; M. Costambeys, « Disputes and Courts in Lombard and Carolingian Italy », Early Medieval Europe, 2007, p. 267-269 ; P. Bonacini, « Giustizia pubblica e società nell’Italia carolingia », Quaderni medievali, 1991, p. 18.

28 E. Migliario soutient que la notion de fisc public a survécu dans les Abruzzes jusqu’au VIIIe siècle : « A proposito di Codex Theodosianus IX, 30, 1-5 », Archeologia medievale, 1995, p. 484.

29 C. Wickham, Studi, p. 25-6, 60-3 ; Id., The Inheritance of Rome, New York, 2009, p. 530-543. Comme il arrive dans les sociétés sans État, ce conflit a « produit » de l’ordre social : W. Brown, P. Górecki (éd.), Conflict…, p. 9. L. Feller pense que l’incastellamento incomplet de la région reflète la domination totale du seigneur monastique (qui n’a pas besoin de châteaux), et pas la faiblesse du seigneur ou la force de la résistance paysanne (L. Feller, Les Abruzzes…, p. 282-5). Il faut noter aussi qu’en Istrie la bataille pour l’eau était un conflit autour du statut social des usagers : S. Enders, « Regionale Selbstbehauptung… », p. 86-89 ; Brown, Gentlemen…, p. 130, 209.

30 M. Gérolymatou a montré la continuité des solutions antiques dans les territoires de l’Empire byzantin tardif : « La gestion des eaux dans les campagnes byzantines », Revue des études Byzantines, 2005, p. 195-205.

31 B. Rosenwein, « The family politics of Berengar I (888-924) », Speculum, 1996, p. 247-89.

32 Dans un placitum tenu à Parme en 830 (I placiti 40, p. 126-8) le monastère gagnant justifiait son droit exclusif à utiliser un étang en introduisant un document du roi Hildeprand (†744). En matière de droits sur l’eau, c’est l’aliénation la plus précoce que je connaisse, mais il faut reconnaître qu’il y a peu de chartes royales datant d’avant 760.

33 MGH Diplomata Regum et Imperatorum Germaniae 1, T. Sickel (éd.), Hannover, 1879, n. 267, p. 378 « concedimus… ubicumque sibi melium visum fuerit… publicas aquas ad utilitatem ipsius ecclesiae [Padova] trahere… ». De fait, « public » signifiait ici propriété privée du roi : cf. L. Bussi, « Terre comuni e usi civici », G. Galasso (éd.), Storia del Mezzogiorno 3, Naples, 1990, p. 223-224.

34 G. Tabacco, I liberi del re nell’Italia carolingia e postcarolingia, Spoleto, 1966 ; P. Bonacini, « Giustizia pubblica… », p. 20, 30-31.

35 Cf. par exemple Digesta, 39.2.24 (Ulpien), p. 389 : « fluminum publicorum communis est usus… ». Pour un commentaire utile : G. Longo, « Il regime delle concessioni e delle derivazioni di acque pubbliche nel diritto romano classico e giustinianeo », Studi in memoria di G. Zanobini 5, Milan, 1965, p. 361-384. Pour une synthèse : C. Brun, « The Roman World », Ö. Wikander (éd.), Handbook of Ancient Water Technology, Leiden, 2000, p. 576-579.

36 Ibid., p. 579. Pour le retour de cette conception au Moyen Âge tardif, cf. R. Hoffman, « Elemental Resources and Aquatic Ecosystems », T. Tvedt, R. Coopey (éd.), A History of Water 2, Londres, 2010, p. 167-8, 185-6, selon lequel les conflits ont offert le prétexte pour la re-étatisation des eaux.

Auteur

Associate Professor of History and Romance Languages and Literatures, University of Michigan.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540