Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Gestion et usages au cœur des conflits

Les usages concurrents de la rivière : l’Allier en Basse-Auvergne (xiiie-xviiie siècle)1

Emmanuel Grélois

À la mémoire de Max Derruau

Texte intégral

  • 1 Sauf mention contraire, les cotes indiquées renvoient aux Archives départementales du Puy-de-Dôme.
  • 2 H. Onde, « Les crues de l’Allier », Revue de géographie alpine, 1923, p. 301-372.
  • 3 P. Mantellier, Histoire de la communauté des Marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves d (...)

1Au droit de Clermont, en Grande Limagne, le style fluvial de l’Allier est marqué par des méandres libres dans un lit majeur que délimitent de petits reliefs gréseux ou volcaniques et des pépérites. Les précipitations (neige en hiver, pluies en automne) dans le bassin amont, aux confins des Cévennes vivaroises et du Gévaudan, provoquent d’importantes crues au printemps et surtout à l’automne2. Climat et topographie expliquent en partie la limite amont de la navigabilité à Pont-du-Château (en aval, depuis 1433, le moindre ouvrage qui entraverait le passage des marchandises est interdit)3, mais aussi, par ses divagations et ses atterrissements, les nombreux conflits d’usage que suscite la rivière auprès de ses riverains, usagers ou ayants droit. La documentation propre aux derniers siècles du Moyen Âge est considérablement enrichie par le travail des feudistes, les plans géométraux du XVIIIe siècle, jusqu’aux procédures d’époque révolutionnaire. Sans prétendre à la moindre exhaustivité, le dossier réuni permet d’observer sur une longue durée la diversité des conflits locaux, mais aussi les blocages qui souvent empêchent une sortie de crise durable, à l’échelle de quatre communautés voisines riveraines, établies sur les deux rives de l’Allier : Cournon, Mezel, Dallet et Pont-du-Château.

2Trois thèmes se dessinent à travers la documentation : d’abord, la volonté d’aménager (ou non) le cours de la rivière pour en tirer (garder) profit, revenus seigneuriaux (valorisation de la seigneurie grâce aux redevances, aux péages et aux banalités) ou usages pour les habitants et les communautés. Par ailleurs, de nombreux conflits éclatent entre riverains : entre seigneurs eux-mêmes, mais aussi entre seigneurs et communautés villageoises, le détournement des eaux occasionnant de graves dommages à l’une ou l’autre des parties. Enfin, les populations riveraines façonnent le cours d’eau : à preuve, la densité des aménagements qui l’entravent, incompatibles avec la navigation. Aussi les déplacements latéraux du lit mineur révèlent-ils les multiples aménagements qui profitent des crues autant qu’ils les favorisent.

Franchir ou longer l’allier : routes, ponts et bacs

3Les contraintes topographiques entravent la circulation dans la vallée de l’Allier, par eau ou par terre. Reliant pourtant la Grande Limagne avec les Limagnes du Sud, la section considérée est rétive à l’établissement d’une route. De fait, les grands axes nord-sud empruntent les plateaux de la rive gauche au prix de fortes déclivités. Seules la route royale du XVIIIe siècle puis la voie ferrée de Clermont-Ferrand à Brassac (1855) s’établissent partiellement en bordure de rivière, entre Coudes et Issoire.

  • 4 P. Mondanel, L’ancienne batellerie de l’Allier et de la Dore (de Langeac à Nevers), Clermont-Ferran (...)
  • 5 1 G 155, fol. 5v et 8 (1316) : recettes « a Johanne et Petro Salvestre, nautis Cornonii » et « a di (...)

4Le trafic fluvial existe néanmoins, sous forme de batellerie et de radellerie. La navigation, en aval de Pont-du-Château, est organisée par une corporation bien connue à partir du XVe siècle, la guilde des « Marchands fréquentant la Loire et rivières descendant en icelle », qui remontent la Loire jusqu’à Saint-Rambert (Loire) et l’Allier jusqu’à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme) ; en amont, seuls les radeaux peuvent emprunter de façon saisonnière la rivière, depuis le port de Langeac4. L’existence de mariniers (naute), en amont de Pont-du-Château, est attestée anciennement par les textes5.

5Les courants est-ouest, à longue distance (vers le Forez et Lyon) ou locaux, doivent pourtant franchir l’Allier. Ainsi, la seigneurie épiscopale est établie de part et d’autre de l’Allier : Clermont, Cournon-Lempdes sur la rive gauche, châtellenies de Vertaizon, Billom, Lezoux, Montmorin et Mauzun, ainsi que la résidence épiscopale de Beauregard sur la rive droite. En outre, d’importants échanges lient une Limagne céréalière et viticole, dont la partie la plus riche est implantée majoritairement en rive gauche, à la moyenne montagne (monts Dôme et Dore) vouée à l’élevage extensif. Chaque espace délimité entre deux affluents constitue une microrégion qui regarde de l’autre côté de la rivière.

  • 6 P. Mondanel, L’ancienne batellerie…, p. 54.
  • 7 A. Poitrineau (éd.), Mémoire sur l’état de la généralité de Riom en 1697, dressé pour l’instruction (...)
  • 8 La comtesse d’Auvergne, à la toute fin du XIIe siècle, donne « aliis hospitalibus et domibus lepros (...)
  • 9 Legs en 1318 « edifficio pontis de Vichiaco et Sancti Germani et Billiaci » (3 G, arm. 6, sac B, c. (...)
  • 10 Les ponts sont désignés tantôt nommément, tantôt le plus souvent globalement : par exemple en 1253 (...)

6Jusqu’à la construction des ponts de Moulins et de Pont-du-Château, au XVIIIe siècle, aucun pont de pierre n’est établi durablement entre Vieille-Brioude et la confluence avec la Loire6. Les intendants de l’époque classique (de Lefèvre d’Ormesson en 16977 à Trudaine en 1731) voient dans les mauvaises communications l’une des causes de l’atonie économique de l’Auvergne. La construction d’un pont maçonné rencontre des difficultés financières, que révèlent les legs edificio pontis aux XIII e et XIVe siècles : les testaments8 mentionnent souvent, en plus des donations pieuses, des legs destinés à la construction de ponts sur l’Allier, au nombre de sept d’aval en amont : Moulins, Billy, Saint-Germain-des-Fossés9, Vichy, Ris, Pontdu-Château et Cournon10.

  • 11 Le compte de Berthon Saunadre (1399-1406), receveur du duc de Berry, mentionne 50 francs en 1399 «  (...)

7De tous les ponts, malgré les tentatives dispendieuses à Pont-du-Château11, celui de Cournon est de loin le plus favorisé, car il est capital pour les relations économiques de l’Auvergne – il est situé au droit de Clermont et Montferrand – avec la rive droite de l’Allier, notamment en direction de Lyon et de la vallée du Rhône. Les mentions de piles en pierre à Pont-du-Château et Cournon semblent n’être que le souvenir de chantiers avortés, au XV e comme au XVIIIe siècle. De fait, franchir l’Allier exige la multiplication de bacs, faute de pont. « Pont » peut d’ailleurs revêtir différents sens : piles et tablier en pierre, piles en pierre avec tablier amovible en bois, ou encore tout ersatz, bac ou nef.

  • 12 A.N., J 832, no 21 ; analyse et copie partielle par J.-A. Dulaure (XVIIIe siècle) : Clermont Commun (...)
  • 13 P. Mondanel, L’ancienne batellerie…, p. 60.

8Entre Issoire et Pont-du-Château, 7 bacs sont signalés en 1518 : Ibois, Saint-Yvoine, Brolac, Trugne, Cournon, Dallet, Pont-du-Château12. D’autres bacs sont attestés, notamment à Longues, où Jeanne, épouse de Jean le Bon, en 1350, puis Catherine de Médicis entre 1582 et 1585 ont tenté, à grands frais, d’établir un pont de pierre, plusieurs fois emporté par les eaux (encore en 1586)13. Les sites ne fonctionnent pas tous continument (Dallet et Longues) et un même bac a pu se déplacer longitudinalement ou latéralement avec les divagations de la rivière.

  • 14 L’évêque de Clermont, seigneur de Vertaizon (sur la rive droite de l’Allier), y dispose de « castru (...)
  • 15 A.N., R2 33, no 2, fol. 11v (document transmis par Lucien Drouot).
  • 16 B.N., ms. lat. 17077, no 8.

9Projets et chantiers sont contrariés. Un pont de pierre paraît attesté à Cournon au début du XIVe siècle : des archives au XVe siècle indiquent que la nef de l’évêque remplace un pont. À la même époque, à Pont-du-Château, le provisoire s’éternise, à en croire deux sources convergentes. En 1414, « une femme mis en prison nommee Blanchete de Poulet qu’estoit sourciere », jugée par l’officialité de Clermont, est transférée de Clermont à Vertaizon pour y purger sa peine14, mais transportée avec d’autres condamnés, « le char sur lequel estoient versa sur le pont du Chastel, ou Alier passe, tout se noya15 » : le lien fixe entre les deux rives, s’il a existé, n’a pas survécu longtemps aux caprices de la rivière. Pour preuve, et sans doute par précaution, un arbitrage de la chancellerie du duc de Bourbon (1460), entre les habitants de Seychalles et leur seigneur16 Catherine d’Apcher, stipule en matière de corvées de transport que « au cas que, au temps qu’ilz feront lesditz charroirs et maneuvres, le pont du Chastel seroit rompu ou en estat qu’on ne y pense passer chariot, et qu’il fauldroit passer a la nef ou autre batel ladicte riviere, en ce cas ladicte dame ou sesditz successeurs seront tenus de paier ce que coustera ledit batel ».

  • 17 Hommage pour « quasdam vortices que sunt juxta navem de Cornonio ; item plus triginta solidos quos (...)

10Il faut donc prévoir à longue échéance l’absence de pont, qui favorise les revenus tirés des bacs, justifiant en retour le renoncement à la construction d’une structure fixe. En 1339, Gilles de Chalancon, chanoine de Clermont, fait ainsi hommage à l’évêque pour des « vorts » (prairies humides) qu’il tient près de la nef de Cournon ; or cette nef est établie sur une terre appartenant au chanoine, qui perçoit donc de l’évêque 30 sous par an au titre du droit de passage17. Cet acte confirme aussi qu’il n’y a alors pas de pont à Cournon. Plus généralement, ce sont les « cas de nouveauté », dus à des facteurs naturels ou à de réelles intentions de nuire, qui viennent perturber un fragile équilibre où les parties doivent sans cesse renégocier leurs accords.

Bacs et pélières

11La seigneurie épiscopale de Clermont est organisée en châtellenies dont les plus riches couvrent les buttes qui encadrent le cours de l’Allier. Principal seigneur des rives de l’Allier, l’évêque y dispose aussi de feudataires (à Mezel, à Dallet, à Cournon et à Pérignat-sur-Allier). En aval, la seigneurie de Pont-du-Château change de mains à plusieurs reprises aux XIIIe et XIVe siècles : terre comtale confisquée par Philippe Auguste vers 1211-1213, partie de la Terra Alvernie concédée en apanage à Alphonse de Poitiers († 1271), cédée en 1319 au dauphin de Viennois, puis en 1343 à Guillaume Rogier, frère du pape Clément VI, elle échoit à la fin du XIVe siècle aux Montboissier, jusqu’à la Révolution. Toutes ces localités ont reçu des chartes de franchises : Cournon avant 1244, Mezel et Vertaizon en 1259, Pont-du-Château en 1270. Dotées d’une personnalité juridique représentée par un consulat, les communautés d’habitants peuvent donc nommer des procureurs en cas de procédure.

  • 18 Pariage sur Pérignat en 1274 : partage de justice entre Robert, comte d’Auvergne et de Boulogne, et (...)
  • 19 1 G 92/6, Plans 1163.

12Plusieurs bacs d’importance inégale s’égrènent sur l’Allier. Celui de Cournon, le mieux connu par les textes et les plans modernes, a changé à plusieurs reprises de site, comme en témoignent les différents chemins qui, sur chaque rive, conduisent de Cournon et Mezel ou Pérignat jusqu’à l’Allier. D’après la procédure de 1464 (voir plus bas) deux bacs concurrents coexistent entre Cournon et Pérignat : celui de l’évêque (accensé annuellement pour 60 livres tournois) en aval du « pont vieux » ruiné, débouché naturel des châtellenies de Billom, de Mauzun, de Montmorin et de Vertaizon, et celui, plus en amont et très rémunérateur, dont les revenus sont partagés entre le seigneur de Pérignat (Pierre de Montmorin) et le coseigneur laïque de Cournon (Antoine de Pierregourde)18. Le bateau épiscopal est alors conduit par une chaîne (« la corde par laquelle se conduisoit ladite nef ») encore représentée sur un plan de 178219, tendue entre les deux rives, signe de forts courants.

  • 20 F. Imberdis, « Bacs et ponts sur le cours auvergnat de l’Allier au XVIIIe siècle », Revue de géogra (...)
  • 21 3 G, arm. 12, sac O, c. 4 a : la source suggère que l’emplacement de la « nef » se situe alors en l (...)
  • 22 3 E 133 DEP 1, Plans 667.

13Moins documenté, le bac de Dallet paraît ne jouer qu’un rôle local20. Un accord entre l’évêque et les consuls de Chauriat stipule en 1452 que les cens en grain transportés jusqu’à Clermont doivent transiter comme suit : l’avoine due par les habitants de Chauriat et Mezel par la nef de Cournon (bac épiscopal), l’avoine du grenier de Vertaizon par Pont-du-Château (bac appartenant aux Montboissier), ces deux sites se trouvant respectivement en amont et en aval de Dallet, soigneusement contourné. Le bac apparaît pourtant en 144821 et en 1518, appartenant alors aux habitants de Dallet, dont le territoire, pacages humides comme plateau céréalier, s’étend sur les deux rives (anomalie dans le val d’Allier) qu’il faut joindre. Deux sites attestés à Dallet en 1758 et 181022, sans doute distincts du site de 1448, montrent que l’emplacement du bac varie au gré des crues.

  • 23 1 G 13/13. Voir M. Boudet, Le domaine des dauphins de Viennois et des comtes de Forez en Auvergne ( (...)

14Enfin, plus en aval, à Pont-du-Château, des bacs concurrents enrichissent plusieurs seigneurs, comme en témoigne la violente rixe qui éclate à Chignat, champ de foires établi sur la rive droite (autre cas particulier de justice établie sur les deux rives de la rivière), entre gens de l’évêque et gens du dauphin de Viennois en 134123. C’est que le « pont » assure le transit des personnes et des marchandises de l’Auvergne vers le Forez et Lyon au même titre que, dans une moindre mesure, la nef de Cournon.

  • 24 Moulin de la Varenne sur l’Allier en amont de Coudes (1284) : « aliquod molendinum battifol seu lau (...)
  • 25 Testament de Jean Azam de Cournon (1288) : « Omnes ortos, ripperias, molendinum, viridarium et guar (...)

15Aux bacs s’ajoutent divers aménagements. La « pélière » désigne toute construction faite de pieux plantés en travers de la rivière, sur tout ou partie du cours, ou en long : pêcherie (retenue ou vivier isolé du cours principal), chaussée séparant le bief d’un moulin (« béal »). Proche par le sens, le « laux » ou « laus » (du latin lapsus, chute [d’eau], demeuré en toponymie sous la forme Lot) semble polysémique : canal d’amenée pour alimenter un moulin et/ou une pêcherie24, voire droit de pêche associé au dispositif installé sur la rivière25. Les moulins au fil de l’eau, étroitement associés aux laux et pélières, aménagés sur un bief latéral, sont assez nombreux sur l’Allier, cependant moins que sur les affluents de la rive gauche (Veyre, Auzon, Tiretaine). Ils servent tantôt à moudre le grain, tantôt à la métallurgie. Leur installation sur l’Allier, en aval de Dallet et en amont de la confluence avec la Couze Chambon, s’explique par une plus forte pente et une vitesse plus élevée des eaux dans les défilés ; à l’inverse, la faiblesse de la pente explique l’absence d’équipement en moulins dans la section intermédiaire.

Seigneurs et communautés : usages et conflits autour du lit majeur

  • 26 E. Grélois, « Les logiques concurrentes des populations riveraines des zones humides : rivières, la (...)
  • 27 A. Chassaing (éd.), Spicilegium brivatense, Paris, 1886, no 30, § 163, p. 52.
  • 28 P.-F. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers. Arrêts de son Parlemen (...)

16Les prairies humides du lit majeur, « vaures » ou « vorts » (vortices), loin de constituer les aires désolées et inutiles qu’y voient les physiocrates, procurent matériaux et revenus : roseaux pour la vannerie et les toitures, chènevières pour la fibre ou l’huile de chanvre, bois de construction et de chauffage, alimentation du bétail26. D’après le dénombrement des vassaux d’Alphonse de Poitiers en Auvergne, à Pont-du-Château ces « vaures » sont tenues en fief par des coseigneurs en indivision27 puis accensées28, preuve de la convoitise qu’elles suscitent et de leur valeur spéculative.

  • 29 G.-M. Chabrol, Coutumes générales et locales de la province d’Auvergne, t. III, Riom, 1784, chap. X (...)

17Les habitants font paître leurs troupeaux dans les pacages, au titre des communaux (pasturale commune). La Coutume d’Auvergne, rédigée au début du XVe siècle par le juriste Masuer, stipule que l’organisation des pacages se fait en Limagne par justice et non par manse29. Les zones humides en constituent le lieu privilégié. Les conflits entre seigneurs et communautés d’habitants à ce sujet sont très fréquents, liés parfois au droit d’épave exercé par les seigneurs, plus souvent à la contestation de leur jouissance immémoriale par les habitants.

  • 30 Procédure de 1409 (1 G 88/1 ; analyse dans F 0 156, no I). Le terme riparia, ici, n’a pas à proprem (...)
  • 31 Simple mention dans un inventaire des archives de la seigneurie épiscopale : « Sentencia magistri J (...)
  • 32 «Personaliter constitutus Guillermus Arvei, domicellus de Mezeyt […] recognovit se tenere […] omnes (...)

18Enfin, en vertu du droit romain, la délimitation des droits de justice, quand elle est fixée par un cours d’eau, passe par le milieu des eaux (ad medium riparie Aligeris30) qui varie avec les divagations des rivières : qu’advient-il de limites intangibles lorsqu’elles se déplacent ? C’est là que le conflit éclate. Il n’est pas étonnant de voir en 1435 le même juriste Jean Masuer intervenir dans un conflit relatif à la « rive de l’Allier » qui délimite la justice de Vertaizon du côté de Pont-du-Château. Si la teneur de la sentence ne nous est pas connue31, peut-être en a-t-on un indice indirect un siècle plus tôt (1330) dans l’hommage de Guillaume Arvey, damoiseau de Mezel (membre de la châtellenie de Vertaizon), à l’évêque de Clermont : en effet, le fief concerné est composé de « vorts de part et d’autre de l’Allier […] dans la châtellenie, mandement et haute justice […] de Vertaizon32 ». Le problème implicite est que le milieu des eaux ne peut, en raison des divagations, servir de limite immuable aux juridictions, sans quoi telle ou telle justice serait tantôt favorisée tantôt défavorisée par les déplacements latéraux du lit mineur. Peut-être la sentence de Jean Masuer, à l’instar de l’hommage de 1330, stipule-t-elle que, moyennant le recours au bornage, l’extension des propriétés et des justices ne peut être sujette aux variations du cours fluvial. Les ports, simples grèves sans quais, obéissent au même cas de figure.

  • 33 Ce « port de l’eau » est attesté en 1463 par une information faite au sujet du droit de « boutage » (...)

19Les sources de conflit ne manquent donc pas. À travers les limites de justices, ce sont les prérogatives seigneuriales qui sont menacées. Un arrêt du Parlement révèle en 1409 un litige intervenu entre l’évêque de Clermont et le seigneur de Pérignat, Rolland de Lavieu (seigneur par indivision avec le duc de Berry, au titre du comté d’Auvergne), dont les justices situées respectivement en aval et en amont du « pont rompu » sont séparées par le grand chemin menant de Billom au port de l’Allier33 et matérialisées par des bornes plantées (« boules »). Le conflit porte non pas sur la terre ferme, mais sur la limite dans le lit de la rivière. Car aux juridictions sont attachés des droits d’usage, pour l’évêque un droit de pêche, pour le seigneur de Pérignat un bac qui traverse l’Allier (avec droit de passage dans la justice de l’évêque jusqu’à la terre ferme).

  • 34 1 G 92/1 (1408) : copie de la main de Roger Benoiton, chanoine de Clermont, secrétaire de l’évêque (...)
  • 35 1 G 92/2 (1448). Voir E. Grélois, « Les logiques… », p. 297.
  • 36 Analyse du XVIIIe siècle dans F 0 156, no II.

20D’autres conflits surviennent en cas de changement de lit mineur, par suite d’inondations (involontaires) ou de détournement des eaux par la main de l’homme. Des pacages changent de rive, au détriment de leurs usagers. C’est ainsi qu’en 1408, les consuls et les habitants de Cournon protestent car, à cause du changement de cours (perinundationes aquarum)34, ils ont perdu l’usage du pacage où paissent leurs porcs. Pour éviter de nouveaux atterrissements erratiques et préjudiciables aux communautés voisines et afin de fixer la rive, l’évêque aménage dans le lit majeur des épis en bois ou en pierre35. Les litiges se poursuivent puisque d’après un arrêt provisoire du Parlement, en 146436, l’évêque tente de ravir aux habitants de Cournon la propriété des pâturages, au bénéfice des habitants de Mezel, sur l’autre rive de l’Allier, qui lui ont promis une redevance lucrative s’ils en avaient l’usage, les habitants de Cournon jouissant jusque-là librement et de façon immémoriale, de la « gravière » convoitée. Pour satisfaire Mezel, l’évêque supprime une « pélière » établie pour mieux dériver le cours de l’Allier, et réunir la prairie à la rive droite (Mezel) : son dessein se réalise si bien qu’un habitant de Cournon, voulant emprunter le gué usité, se noie. Raison est donnée aux habitants de Cournon et l’évêque est sommé de remettre en état les lieux. Pourtant, une nouvelle affaire surgit bientôt : en 1484, l’évêque refuse aux habitants de Cournon, pour leurs troupeaux, l’usage d’une « île, vort et gravier » dont ils jouissent à titre de communal. Le rapport de force – puisqu’au fond il n’est pas question de trancher la question de la possession ou du droit d’usage – consacre le statu quo mais engage les consuls et les habitants à payer dorénavant à l’évêque un cens annuel de 20 livres, en plus des dommages versés pour le préjudice.

Le procès-verbal de visite de l’allier en 1518 : l’impossible navigation37

  • 37 Voir n. 12 et carte.

21Une dernière catégorie de conflit tient à l’incompatibilité des infrastructures qui entravent le cours de la rivière avec la navigation. Intérêts divergents et obstacles techniques et financiers empêchent une sortie par le haut. Menée en 1518 par Jean Pradal, lieutenant général pour le roi au bailliage de Montferrand, la visite de la rivière fournit des informations précieuses sur l’Allier et les conditions nécessaires à sa mise en état de navigabilité entre Issoire et Pont-du-Château. Motivé par « le bien, prouffict et utilité de la chose publicque », le projet prévoit l’indemnisation des seigneurs et des particuliers qui seraient lésés par sa réalisation, notamment les détenteurs de moulins (le comte d’Auvergne et duc d’Albanie pour Pérignat-sur-Allier, l’abbé clunisien de Sauxillanges, le seigneur d’Authezat, l’abbé cistercien du Bouchet et l’abbé d’Issoire).

22Une commission d’enquête visite (7-12 juin) la rivière en compagnie de « notables personnaiges », de représentants des villes (Issoire, Pont-du-Château) et des seigneurs concernés (le roi pour Issoire, le seigneur de Beaufort-Canillac pour Pont-du-Château, le bailli de Montgâcon pour Dallet, Cournon et Gondole). Des marchands et mariniers de localités situées entre Issoire et Moulins comparaissent comme experts avec ceux de Pont-du-Château. Malgré l’opposition initiale du seigneur de Pont-du-Château à la circulation sur ses eaux du bateau qui transporte la commission et les experts, le périple se poursuit en amont pour évaluer le montant des travaux nécessaires et les obstacles à détruire. L’expertise s’attache particulièrement à un moulin avec pélière à Saint-Yvoine et au canal d’irrigation aménagé par le comte d’Auvergne dans le méandre sous Mirefleurs, près du château de Dieu-Y-Soit, qui pourrait être transformé en canal de navigation. Elle conclut que la bonne ville d’Issoire, au débouché de la route du Languedoc, assumerait la plus forte contribution au projet ; que les riverains paieraient (ainsi le comte d’Auvergne pour adapter son canal) ; qu’il faudrait encore lever une gabelle sur les mariniers et leurs marchandises. Bref, l’État royal est peu disposé à investir et craint que le report du trafic sur Issoire ne cause un grand préjudice aux foires de Montferrand : le projet, estimé à 11 234 livres tournois, sort mort-né de l’enquête. Le 23 juin 1518, l’assemblée des treize bonnes villes de Basse-Auvergne, après délibération, condamne l’enquête, parce qu’elle n’en a pas été préalablement informée, et l’attitude des consuls d’Issoire qui ont agi individuellement ; pire, pour elle, la destruction des moulins sur l’Allier « seroit mectre une famyne à la Lymaigne d’Auvergne » !

23L’argument des bonnes villes ne convainc pas : la suppression de trois moulins, même importants (Saint-Yvoine, la Varenne, Pont-du-Château) ne suffirait pas à affamer la Limagne ! L’étude systématique des affluents de rive gauche de l’Allier y montrerait un très dense équipement en moulins, y compris fariniers, bien plus important, grâce à la pente et à l’énergie produite. Quant au vice de procédure – l’initiative séparée d’Issoire – mis à profit par les bonnes villes, il traduit la méfiance des Auvergnats envers un projet qui profiterait surtout au trafic à longue distance et à la ville d’Issoire. Du côté royal, le premier argument : le préjudice porté à Montferrand au profit d’Issoire, paraît d’autant plus sérieux que Montferrand, ville royale depuis 1292, alors chef-lieu d’un bailliage (1426-1556), bénéficie, à la différence de Clermont, d’une rente de situation avec le passage de la grande route de Paris au Languedoc via Le Puy et Nîmes, dont elle serait privée en cas de report de la rupture de charge au nouveau port d’Issoire. Enfin, l’argument du coût pharaonique arrange la plupart des parties.

***

24L’Allier est source de conflits d’intérêts : entre les productions propres aux zones humides (herbe, bois, pêche) et les revenus liés au trafic (navigation vers l’aval à longue distance, traversée) ; entre droits seigneuriaux et usages villageois. Les usages locaux (pacages, force motrice des eaux, pêcheries) entrent en conflit avec le transport à longue distance des mariniers. L’issue de l’enquête de 1518 et l’échec des projets ultérieurs traduisent peut-être moins les difficultés techniques que la réticence des populations riveraines à un changement que finalement seules les routes des intendants puis la voie ferrée ont apporté. L’équilibre est toujours précaire, qu’il soit social (entre seigneuries voisines, habitants de villages voisins, entre seigneurs et population agropastorale), économique (entre financement d’une infrastructure lourde et revenus d’une infrastructure légère, entre navigation et pélières à moulins ou viviers) ou physique (entre terre ferme et zones inondables). C’est lorsque cet équilibre est rompu que les conflits éclatent et laissent des témoignages.

Notes

1 Sauf mention contraire, les cotes indiquées renvoient aux Archives départementales du Puy-de-Dôme.

2 H. Onde, « Les crues de l’Allier », Revue de géographie alpine, 1923, p. 301-372.

3 P. Mantellier, Histoire de la communauté des Marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant en icelle, t. II, Orléans, 1864, no 287, p. 415-416 et no 297, p. 424-426 (destruction d’une écluse à Luzillat, 1490).

4 P. Mondanel, L’ancienne batellerie de l’Allier et de la Dore (de Langeac à Nevers), Clermont-Ferrand, 1975, p. 53, 90, 196, 541.

5 1 G 155, fol. 5v et 8 (1316) : recettes « a Johanne et Petro Salvestre, nautis Cornonii » et « a dicto Chastel, nauta Cornonii », sans doute des cens dus à l’évêque par les mariniers comme droit de navigation et d’accoster sur la rive.

6 P. Mondanel, L’ancienne batellerie…, p. 54.

7 A. Poitrineau (éd.), Mémoire sur l’état de la généralité de Riom en 1697, dressé pour l’instruction du duc de Bourgogne par l’intendant Lefèvre d’Ormesson, Clermont-Ferrand, 1970, p. 174.

8 La comtesse d’Auvergne, à la toute fin du XIIe siècle, donne « aliis hospitalibus et domibus leprosorum et pontibus Arverniæ L solidos » : É. Baluze (éd.), Histoire généalogique de la Maison d’Auvergne, t. 2, Paris, 1708, p. 257.

9 Legs en 1318 « edifficio pontis de Vichiaco et Sancti Germani et Billiaci » (3 G, arm. 6, sac B, c. 19).

10 Les ponts sont désignés tantôt nommément, tantôt le plus souvent globalement : par exemple en 1253 « singulis pontibus qui sunt super Aligerim a ponte Cornonii usque ad pontem Billiaci » (1 H PS 39, layette MM, no 3162).

11 Le compte de Berthon Saunadre (1399-1406), receveur du duc de Berry, mentionne 50 francs en 1399 « pour faire appareiller et bastir le pont du Pont du Chastel, lequel est […] deruiz », 20 francs en 1402 « aux consolz et habitans du Pont du Chastel, pour convertir a l’edifice d’icellui pont estant sur Alier » (5 C 184, fol. 3, 23 et 42).

12 A.N., J 832, no 21 ; analyse et copie partielle par J.-A. Dulaure (XVIIIe siècle) : Clermont Communauté, Bibliothèque du patrimoine, ms. 597, fol. 78-94.

13 P. Mondanel, L’ancienne batellerie…, p. 60.

14 L’évêque de Clermont, seigneur de Vertaizon (sur la rive droite de l’Allier), y dispose de « castrum suum Vertasionis, ubi condempnati per eum seu ejus officialem ad panem et aquam perpetuo solent carceri mancipati » (1339 : 3 G, arm. 3, sac B, c. 3 g)

15 A.N., R2 33, no 2, fol. 11v (document transmis par Lucien Drouot).

16 B.N., ms. lat. 17077, no 8.

17 Hommage pour « quasdam vortices que sunt juxta navem de Cornonio ; item plus triginta solidos quos percepit […] dominus Egidius a […] episcopo ratione navis de Cornonio quia tranxit per terram dicti domini Egidii » (1 G 26/34).

18 Pariage sur Pérignat en 1274 : partage de justice entre Robert, comte d’Auvergne et de Boulogne, et Raoul de Cournon, chevalier (A.N., J 1055, no 1 ; vidimus de 1352 : B.N., coll. Chappée, Auvergne, IX/4).

19 1 G 92/6, Plans 1163.

20 F. Imberdis, « Bacs et ponts sur le cours auvergnat de l’Allier au XVIIIe siècle », Revue de géographie alpine, 1929, p. 622-624 : les ponts de Dallet en amont et de Saint-Aventin en aval seraient « supplétifs de celui de Pont-du-Château ».

21 3 G, arm. 12, sac O, c. 4 a : la source suggère que l’emplacement de la « nef » se situe alors en limite de Pont-du-Château.

22 3 E 133 DEP 1, Plans 667.

23 1 G 13/13. Voir M. Boudet, Le domaine des dauphins de Viennois et des comtes de Forez en Auvergne (1303-1349), Clermont-Ferrand, 1905, p. 34 ; P. Mondanel, Pont-du-Château à travers les âges, Pont-du-Château, 1967, p. 173.

24 Moulin de la Varenne sur l’Allier en amont de Coudes (1284) : « aliquod molendinum battifol seu laus seu malleos […] reservato tamen nobis et nostris piscari cum sagena » (éd. É. Baluze, Histoire généalogique…, p. 133-134).

25 Testament de Jean Azam de Cournon (1288) : « Omnes ortos, ripperias, molendinum, viridarium et guarenam dicte domus Alte Rippe et molendinum et malleos que facio edifficare et lo laus quod habeo super aquam Aligeri et piscariam quam habeo super dictam aquam » (1 G 18/2 aux sceaux).

26 E. Grélois, « Les logiques concurrentes des populations riveraines des zones humides : rivières, lacs et marais de Basse-Auvergne d’après les sources écrites (XIIIe-XVIe siècles) », J. Burnouf et P. Leveau (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, 2004, p. 296 ; Id., « Le sort des vacants, des communaux et des zones humides en Basse-Auvergne à la fin du Moyen Âge », P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain et P. Fournier (dir.), Les espaces collectifs dans les campagnes. XIe-XXIe siècle, Clermont-Ferrand, 2007, p. 60-71.

27 A. Chassaing (éd.), Spicilegium brivatense, Paris, 1886, no 30, § 163, p. 52.

28 P.-F. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers. Arrêts de son Parlement tenu à Toulouse et textes annexes. 1249-1271, Paris, 1959, p. 171, no 12.

29 G.-M. Chabrol, Coutumes générales et locales de la province d’Auvergne, t. III, Riom, 1784, chap. XXVIII, art. 1er (art. 480 de la Coutume), p. 529-530.

30 Procédure de 1409 (1 G 88/1 ; analyse dans F 0 156, no I). Le terme riparia, ici, n’a pas à proprement parler le sens de rivière, mais désigne plutôt le droit exercé sur les eaux et sur les rives dans toute leur largeur, du moins jusqu’au milieu des eaux.

31 Simple mention dans un inventaire des archives de la seigneurie épiscopale : « Sentencia magistri Johannis Masuer super controversia habita inter dominum Claromontensem et dominum de Ca[nilhac] vicecomitem super facto jurisdictionis Vertasionis que se extendit usque ad ripperiam Aligerii, de anno M CCCC XXXVo» (1 G 13/3, fol. 8 v ).

32 «Personaliter constitutus Guillermus Arvei, domicellus de Mezeyt […] recognovit se tenere […] omnes et singulas vortices suas ab utraque parte Aligeris et sunt, ut asseruit, in castellania, mandamento et alta justicia castri et castellanie Vertazionis cum suis proprietatibus, emendis et emolumentis; item cursus et rippatgia aque Aligeris prout sue proprietates se extendunt ex una vel ab alia parte» (1 G 26/290).

33 Ce « port de l’eau » est attesté en 1463 par une information faite au sujet du droit de « boutage » (péage perçu sur les charrois entre Billom et l’Allier) dont les habitants de Billom se disent exempts. D’après deux témoins (no 2 et no 12) les marchands de Billom exportent du vin vers Paris (« la France ») via Orléans, point de rupture de charge après le flottage sur l’Allier puis la Loire (1 G 16/2 a-b).

34 1 G 92/1 (1408) : copie de la main de Roger Benoiton, chanoine de Clermont, secrétaire de l’évêque Jacques de Comborn († v. 1481), sans doute produite à l’occasion de la procédure de 1464.

35 1 G 92/2 (1448). Voir E. Grélois, « Les logiques… », p. 297.

36 Analyse du XVIIIe siècle dans F 0 156, no II.

37 Voir n. 12 et carte.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540