Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et conflits

 | 
Patrick Fournier
, 
Sandrine Lavaud

Eaux et conflits dans l’Europe médiévale et moderne

Rapport historiographique

Patrick Fournier et Sandrine Lavaud

Texte intégral

  • 1 Sur ce thème, voir H. Ayeb, L’eau au Proche-Orient. La guerre n’aura pas lieu, Paris, 1998. Pour un (...)
  • 2 P. Cornut, Histoires d’eaux. Les enjeux de l’eau potable au XXIe siècle en Europe occidentale, Namu (...)
  • 3 M. de Villiers, L’eau, Arles, 2000 ; É. Orsenna, L’avenir de l’eau, Paris, 2009.
  • 4 Y. Thomas, A. Chosson, Guide pratique pour bien gérer l’eau, Paris, 2000.
  • 5 Le conseil mondial de l’eau fondé en 1996 et regroupant des Organisations Non Gouvernementales tien (...)

1On n’a jamais autant parlé de guerre de l’eau qu’en ces temps contemporains qui ont vu naître le concept alors que s’allumaient les signaux d’alarme climatiques et que gonflaient les menaces et les tensions géopolitiques, sans qu’encore pour l’eau, elles ne se soient accompagnées du bruit des armes1. L’eau, ou plutôt les eaux dans leur pluralité, qu’elles soient courantes ou stagnantes, alimentaires ou productives, sont en effet passées au cœur des débats sociétaux, jusqu’à devenir une « question » dont se sont emparés non seulement les scientifiques menant, partout en Europe, des études tant sur ses usages et sa maîtrise que sur les aménagements hydrauliques2, mais aussi les politiques et les opinions publiques, ce dont témoignent de nombreux articles de presse et des ouvrages de vulgarisation3. Cet intérêt répond à une conjoncture d’autant plus tendue que l’accès à l’eau constitue de plus en plus un problème planétaire qui est l’un des défis majeurs de la globalisation. Un milliard de personnes ne bénéficie pas de l’eau courante et la pression sur la ressource et ses usages n’a jamais été si forte et croissante, quelle que soit l’échelle d’observation. D’où des tensions que favorisent l’attitude hégémonique de certains États et les carences en matière de gestion, révélées lors des sécheresses et des inondations nombreuses et désastreuses pour de larges fractions de la population mondiale. Ajoutons-y enfin, dans un rapport de cause comme de conséquence, une sensibilité montante aux questions environnementales pour lesquelles la quantité et la qualité des eaux sont essentielles. L’eau est-elle toujours une ressource durable ? Question angoissante qui réveille les peurs et nourrit les contentieux que tentent de réguler législations4 et forums nationaux et internationaux5. Déjà en germe dans la plus ancienne guerre de l’eau répertoriée, il y a 4500 ans pour la maîtrise du Tigre et de l’Euphrate, l’hydro-politique avec ses corolaires diplomatiques ou guerriers n’est pas un phénomène nouveau, surtout si l’on songe que la gestion de l’eau est indissociable de celle des territoires, qu’elle en détermine le développement et, par sa double nature de chose commune et de bien susceptible d’être approprié, en cristallise les rapports de force et les oppositions ; aussi, en tant qu’élément central indispensable à la vie des sociétés, confrontant affaires particulières et traits structurels de l’organisation territoriale, est-elle fréquemment génératrice de tensions et de conflits, mais aussi de leur pendant, coopérations et solidarités.

2À l’égal de leurs collègues géographes, politologues ou juristes, les historiens ont, depuis une trentaine d’années, renouvelé l’approche de la question de l’eau que les pionniers de l’histoire rurale avaient déjà explorée. L’historiographie de l’eau est aujourd’hui riche, voire foisonnante dans sa pluridisciplinarité. Celle du conflit est en revanche plus maigre, encore émergente mais assurée par la dynamique de l’histoire politique et de l’anthropologie historique ; souvent mal définie, peu approchée de manière taxinomique, la notion apparaît pourtant riche de promesses comme de contradictions. Appliquée à l’eau, elle n’a jusqu’alors donné lieu qu’à des études ponctuelles, sans qu’un bilan de synthèse en ait été dressé ; ces XXXIIe journées internationales d’histoire de Flaran en ont donné l’occasion.

  • 6 J.-L. Rosenthal, The Fruits of Revolution. Property Rights, Litigation and French Agriculture, 1700 (...)
  • 7 P. Leveau, J.-L. Paillet, L’alimentation en eau de Caesarea de Mauritanie et l’aqueduc de Cherchel,(...)
  • 8 K. Berthier, Étude historique et archéologique de la vallée de la Bièvre : rapport final, Créteil, (...)
  • 9 A. Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Seyssel, 1990.
  • 10 P. Pinon (dir.), Un canal… des canaux…, Paris, 1986. ; Id., Canaux. Rivières des hommes, Paris, 199 (...)
  • 11 A. Picon, L’invention de l’ingénieur moderne L’École des Ponts et Chaussées 1747-1851, Paris, 1992.

3Dresser un rapport historiographique du sujet, que ce soit pour la période médiévale ou moderne, conduit, en effet, à un double constat : d’une part, la rareté des études qui lui ont été spécifiquement consacrées, notamment en France, témoignant de l’intérêt secondaire des historiens à son égard ; d’autre part, le contraste avec la pléthore de travaux sur l’eau qui se sont servis du conflit comme source et moyen de connaissance des pratiques et des aménagements de la ressource. Le plus souvent, l’historien s’est donc saisi du conflit pour mieux le mettre à l’écart, jusqu’à parfois le déclarer d’un intérêt limité, autant dire secondaire, voire nul. Les approches économistes de la ressource en eau ont suivi la même tendance : non seulement le conflit y est présenté comme nuisible au développement économique, mais la clarification juridique permettant la limitation des conflits serait le fondement des progrès de l’aménagement, aussi bien à travers les opérations de drainage que d’irrigation. Ce processus serait particulièrement facile à observer en France grâce aux mutations brusques rendues possibles par le processus révolutionnaire et la révolution juridique ainsi entraînée6. N’y voyons pas un déni de la source, mais plutôt un effet du poids des représentations : autant l’eau, si vitale, concentre une charge symbolique éminemment positive et a suscité, notamment ces dernières décennies, un véritable tropisme de la recherche, autant le conflit est resté longtemps connoté négativement, comme le signe d’un mauvais fonctionnement du corps social et de sa gestion de la ressource, que seul un pouvoir centralisateur était à même de réguler ; de fait, il avait tendance à dénaturer le modèle du progrès incarné par les aménagements hydrauliques et exalté par nombre d’historiens, notamment en lien avec le poids très fort de l’histoire des techniques sur la connaissance des mutations hydrauliques et des travaux archéologiques sur les aqueducs et les formes de gestion de l’eau – de l’école de Philippe Leveau7 en histoire ancienne à celle de Paul Benoît8 en histoire médiévale, des travaux pionniers d’André Guillerme9 à ceux de Pierre Pinon10 et Antoine Picon11 en histoire moderne et contemporaine. Ne soyons cependant pas injustes avec ces recherches : construisant l’eau comme objet technique à la croisée des savoirs et des pratiques sociales en mutation, leur objet d’étude n’évacuait pas le conflit mais était centré logiquement sur les formes de rationalisation qui le dépassaient pour aboutir à une gestion efficace de la ressource hydraulique. Replacer le conflit au cœur de la démarche revient donc à accepter de s’intéresser aux modalités des échecs comme des succès ou plutôt à ne pas définir par avance ce qui serait le sens de l’histoire. C’est donc à une historiographie séparée des deux termes (eau et conflit) à laquelle il faut d’abord procéder avant de mettre en exergue les quelques études qui les ont unis.

L’historiographie de la gestion de l’eau : le conflit minimisé ?

  • 12 J.-M. Derex, La gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime – fin du XIXe(...)
  • 13 Pour une approche régionale croisant les méthodes de la géographie et de l’histoire, voir N. Jacob, (...)
  • 14 D. Cœur, La plaine de Grenoble face aux inondations. Genèse d’une politique publique du XVIIe au XX(...)
  • 15 F. Jaubert de Passa, Voyage en Espagne dans les années 1816, 1817, 1818, 1819 ou recherches sur les (...)

4L’intérêt des sciences pour l’eau, qu’il s’agisse des sciences sociales ou des sciences agronomiques au sens large (incluant la chimie et les technologies agricoles), s’accroît fortement au XIXe siècle dans un contexte de mutation et d’affirmation de l’État. En France, celui-ci se dote progressivement à partir de la fin du XVIIIe siècle de la législation et des institutions nécessaires à une meilleure maîtrise du territoire, d’abord à travers une volonté d’intensifier les cultures et d’accroître les surfaces disponibles, donc en cherchant à drainer systématiquement les zones humides12, mais aussi en élaborant les règles permettant de concilier des usages variés des rivières (navigation, utilisation de l’énergie hydraulique, irrigation13) et en prenant en compte les risques14. Si le Code civil de 1801, en consacrant la domanialité, marque une étape importante dans l’arsenal réglementaire, la législation élaborée au cours du XIXe siècle tente de retenir les leçons de l’histoire et se fonde sur des enquêtes à la fois géographiques et historiques dont les travaux de Jaubert de Passa, Mauny de Mornay et Nadault de Buffon sont les plus emblématiques15. L’objectif recherché est bien alors de mettre fin aux conflits attribués à la parcellisation des pouvoirs sur l’eau héritée des périodes médiévale et moderne, donc par une clarification juridique permettant un développement économique qui place l’intérêt public avant l’intérêt privé. N’accordons cependant pas au modèle de l’État-nation élaboré par la France révolutionnaire et impériale un rôle absolument décisif : l’observation des réalités européennes au cours de ces journées a permis, s’il en était besoin, de nuancer le poids de l’État dans les aménagements réalisés en les inscrivant dans une durée pluriséculaire et, par contrecoup, de mieux comprendre les continuités et les lentes transformations de la gestion de l’eau en France.

5La réflexion ne peut que tenir compte des échelles spatiales et « politiques » de cette gestion, qui donnent des clés pour comprendre la nature des conflits et de leur résolution : concessions, transactions, compagnies, associations offrent de multiples formes de mise en œuvre de politiques de l’eau dans lesquelles interviennent différents niveaux de pouvoirs publics et privés. Seigneurs, communautés d’habitants, groupes d’utilisateurs, investisseurs privés, instances provinciales et étatiques constituent des acteurs divers et complémentaires.

  • 16 J.-L. Gazzaniga, « Droit de l’eau et organisation sociale », J.-L. Harouel (dir.), Histoire du droi (...)

6L’évolution historique du Moyen Âge à la période contemporaine fait rejouer les fondements antiques du statut de l’eau et des rives des cours d’eau, mais avec de telles réinterprétations et adaptations prenant en compte des coutumes locales, que la distinction entre les eaux courantes relevant de la res communis et les eaux qualifiées de res publicae et affectées à l’usage public n’a qu’une efficacité limitée. Il est vrai que les traités du XIXe siècle doivent être utilisés avec beaucoup de prudence pour les périodes antérieures puisqu’ils opèrent une forme de rationalisation qui ne retient de la législation ancienne que les points qui semblent en accord avec les besoins et les aspirations des contemporains. Parce qu’il est un droit proche de ceux qui l’appliquent et qu’il porte la marque des survivances des usages locaux, le droit de l’eau a perturbé la vision étatiste des juristes et c’est le mérite de travaux récents, notamment ceux de J.-L. Gazzaniga16, que d’avoir proposé une analyse révisée qui en fait l’une des premières manifestations de l’ordre juridique au sein des communautés d’usagers. L’histoire du droit de l’eau, riche et complexe, reste un chantier ouvert dont l’objectif doit être de se débarrasser de toute vision téléologique et de révéler les liens entre les configurations sociales et les formes de régulation qui sont utilisées.

  • 17 É. de Dienne, Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, Paris, 1891.
  • 18 Y. Suire, Le marais poitevin. Une écohistoire du XVIe à l’aube du XXe siècle, La Roche-sur-Yon, 200 (...)

7Dans l’émergence de l’histoire agraire européenne, l’eau, en tant qu’élément vital et facteur d’organisation sociale, notamment de l’habitat, est bien devenue un objet d’histoire, mais sans donner lieu à la production d’œuvres majeures. Ainsi dans l’historiographie française, l’ouvrage du comte Édouard de Dienne publié en 189117, est resté la référence sur l’assèchement des marais jusqu’à de récentes thèses qui en ont sensiblement modifié les conclusions en montrant notamment, avec beaucoup plus de précision, la participation des sociétés locales aux entreprises menées au XVIIe siècle par des Hollandais avec l’appui de la monarchie18. Mais dans la promotion du rôle des communautés, les historiens du Moyen Âge, restés en marge du modèle étatique, ont été pionniers.

L’histoire médiévale au cœur des renouvellements historiographiques sur l’eau

  • 19 M. Bloch, « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales HÉS, 1935, p. 538-563.
  • 20 M. Bloch a consacré quelques pages à l’eau dans les Caractères originaux de l’histoire rurale franç (...)
  • 21 La vaste somme de l’Histoire de la France rurale, parue en 1975 sous la direction de G. Duby, est p (...)
  • 22 Robert Fossier est sans doute l’un de ceux qui ont été les plus attentifs à lier la mise en place d (...)
  • 23 M. Bloch, « Avènement… », p. 543.
  • 24 On citera notamment parmi les études les plus récentes : L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraul (...)
  • 25 Voir le bilan historiographique introductif réalisé par P. Benoît et K. Berthier, « L’innovation da (...)
  • 26 Voir le bilan réalisé sur les opérations d’assèchement et de drainage dans : J.-L. Abbé, À la conqu (...)

8C’est principalement par le moulin que l’eau est entrée dans le territoire des médiévistes. En 1935, Marc Bloch écrit son fameux article « Avènement et conquête du moulin à eau19 » conditionnant le progrès technique à la pression des forces sociales et réhabilitant un Moyen Âge devenu l’époque de la véritable expansion du moulin. Ces premiers jalons posés par Marc Bloch20 ont été amplifiés par les travaux de ses émules et ont fixé les paradigmes et modes de lecture principaux des études sur l’eau jusqu’aux années 1980. Listons-les sommairement : d’abord, en matière de périodisation, un haut Moyen Âge, obscur et régressif dans sa gestion de l’eau, en rupture avec la civilisation antique tant au niveau technique et économique que par le déclin des prérogatives publiques et la fin de l’esclavage ; une société féodale (Xe-XIIIe siècle) a contrario féconde et entreprenante, qui inverse la tendance et sert de cadre privilégié à une meilleure maîtrise de la ressource et à ses aménagements. Ces équipements incarnent à double titre les caractéristiques et les mutations sensibles de la période. Renouant avec le modèle du progrès, Marc Bloch et ses disciples en font les premiers des marqueurs de la croissance du Moyen Âge central21. Le moulin, expression par excellence du progrès technique, comme les gains de terres sur les marais ou les étangs sont autant de signes d’une nature désormais maîtrisée et s’inscrivent dans le vaste élan de conquête et de colonisation de nouveaux terroirs, thème cher, s’il en est, aux ruralistes d’alors qui en font l’objet quasi exclusif de leur approche de l’eau. Car ces équipements sont aussi l’expression de la seigneurialisation, avec l’accent porté sur la seigneurie banale et le problème tant débattu des banalités sur le moulin, devenues synonymes de l’exploitation seigneuriale22. Celle-ci est quelque peu nuancée par la figure du seigneur constructeur, dont l’autorité et les prérogatives, certes prises à un État défaillant mais y suppléant, donnent les moyens nécessaires pour mener à bien une entreprise d’ampleur. Et Marc Bloch d’en convenir en déclarant23 : « En fait, tous ceux des moulins dont nous suivons, tant bien que mal, l’histoire, s’avèrent d’origine seigneuriale » et d’évoquer à la suite le rôle des monastères, largement exploré par l’historiographie postérieure24. Cet âge féodal de l’expansion atteint son apogée au XIIIe siècle, salué comme le siècle d’or de la maîtrise de l’espace et de l’innovation technique : celui de l’achèvement du réseau des moulins jusqu’au suréquipement25, des assèchements massifs menés partout en Europe, des cultures intensives irriguées26 … Le « beau XIIIe siècle » est également auréolé du retour du roi et des princes réaffirmant, à l’encontre des seigneurs, leurs prérogatives sur l’eau et se faisant à leur tour entrepreneurs. Les deux derniers siècles du Moyen Âge ne font que confirmer la tendance à la consolidation de l’État monarchique, dans un contexte déprimé de crises, peu favorable aux grands travaux hydrauliques.

  • 27 On ne saurait citer ici l’intégralité des grandes thèses d’histoire rurale qui, jusqu’aux années 19 (...)
  • 28 R. Dion, Le Val de Loire, étude de géographie régionale, Tours, 1933 ; Id., Histoire des levées de (...)
  • 29 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques et inférences socio-politiques : études de cas au Moyen (...)

9Ces paradigmes ont largement dominé l’histoire rurale durant les Trente Glorieuses et certains sont encore pérennes. Point n’est besoin ici de citer l’ensemble des études de cette époque qui ont traité de l’eau dans les campagnes médiévales27, mais évoquons à la marge les travaux de Roger Dion, ce transfuge de la géographie passé à l’histoire, sur les levées de la Loire28. Les turcies médiévales y sont analysées comme la résultante du contexte de défrichement et de « l’œuvre colonisatrice » des abbayes relayées par l’intervention décisive du comte d’Anjou, Henri II, qui, en 1160, y installe des hôtes et les assigne à demeure, transformant ainsi l’occupation du sol et le peuplement. On retrouve là tous les modèles dominants, même si, en chantre du possibilisme vidalien, Dion fait également de ce cas un exemple archétypal de la capacité des sociétés à s’affranchir des contraintes naturelles. La révision de ces interprétations a montré que les turcies existaient avant le règne d’Henri II, le monarque n’intervenant que pour organiser l’entretien de ces levées placées sous la surveillance d’officiers royaux29 ; l’initiative semble plutôt être venue des seigneurs locaux, paysans aisés, seigneurs laïcs ou monastères, tels ces moines de Saint-Aubin d’Angers qui à l’occasion d’une crue ayant ouvert un nouveau bras, négocient la construction d’une digue auprès du seigneur du lieu.

  • 30 P. Wagret, Les polders, Paris, 1959 ; A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque (...)
  • 31 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval…, p. 235.
  • 32 P. Bonnassie, La Catalogne…, p. 459-460 ; S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du IXe (...)
  • 33 G. Sivéry, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Âge, Lille, 1990, p.  (...)
  • 34 D. Barthélémy, Les deux âges de la seigneurie banale : Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 24 (...)

10Grandes bénéficiaires de cette attention nouvelle portée aux acteurs locaux, les communautés rurales sont entrées progressivement en scène et, avec elles, la question de leurs droits sur l’eau et de leurs modes et degrés d’intervention dans les aménagements. Pour résumer rapidement l’évolution de leur statut et de leur perception dans l’historiographie, on peut dire qu’elles sont passées du stade d’usagers, le plus souvent victimes de la piraterie seigneuriale, à celui d’acteurs et donc de partenaires incontournables dans la gestion de l’eau. Timidement introduites par Marc Bloch dans leur résistance diffuse au moulin banal qu’elles contournaient par le maintien des meules à bras, déjà bien mises sur le devant de la scène dans l’historiographie des polders hollandais30, elles émergent progressivement des études rurales, longtemps encore en retrait de la figure omnipotente du seigneur auquel elles arrachent leurs libertés. Pratiques et usages de la ressource en eau sont peu abordés – les eaux sont associées à l’incultum relevant de la chose commune et des droits d’usage –, en revanche, les communautés rurales s’imposent comme des entrepreneurs et des gestionnaires des aménagements hydrauliques, tant dans le Latium de Pierre Toubert31 où elles sont à l’origine des systèmes de cultures irriguées, la Catalogne de Pierre Bonnassie et de Sylvie Caucanas32 où nombre de moulins sont des équipements paysans relevant d’association d’usagers, que dans la Flandre des polders de l’Aa dont la résistance des communautés d’hôtes au pouvoir seigneurial est exaltée par Gérard Sivéry33. Le changement de tendance est patent lorsque Dominique Barthélémy pousse encore cette « dévictimisation » des communautés sur la question des banalités ; à l’en croire, à Coucy, « le monopole de l’usage de tel moulin est pour les paysans un avantage, avant d’être une contrainte » et il faut y voir un apprentissage du contrôle seigneurial accompagné d’arrangements et de transactions34. Le changement de point de vue est alors stimulant et en phase avec les débats historiographiques autour de la mutation féodale, mais tout aussi codé dans sa réhabilitation du système seigneurial que la figure de l’oppresseur qu’il entendait combattre.

  • 35 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques… ».
  • 36 F. Sigaut, « L’évolution technique des agricultures européennes avant l’époque industrielle », Revu (...)
  • 37 La connaissance de l’hydraulique cistercienne a donné lieu, pour les régions de Bourgogne, Champagn (...)
  • 38 Voir notamment le bilan dressé dans : L. Pressouyre, P. Benoît, (dir.), L’hydraulique monastique…, (...)
  • 39 C. Beck, Les eaux et forêts en Bourgogne ducale (vers 1350-vers 1380), Paris, 2008.
  • 40 P. Gresser, Pêche et pisciculture dans les eaux princières en Franche-Comté aux XIVe et XVe siècles (...)
  • 41 Voir le bilan dressé par A. Bazzana et al., « L’hydraulique agraire dans l’Espagne médiévale », A. (...)
  • 42 R. Viader, L’Andorre du IXe au XIVe siècle. Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, 2003. Dan (...)
  • 43 Voir le bilan dressé pour l’Italie par D. Ballestracci, « Water control and management in pre-indus (...)
  • 44 L’ouvrage de S. Rippon propose une synthèse et une riche bibliographie sur l’Europe du Nord-Ouest, (...)
  • 45 Les études récentes ont montré que les bisses du Valais, ces canaux d’irrigation creusés dans la te (...)
  • 46 J.-L Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société en Marais poitevin (vers 1190-1283) », Annales de Bre (...)
  • 47 R. Benarrous, « La datation des étangs de la Grande Brenne : nouvelles perspectives archéologiques  (...)
  • 48 Sur le Roussillon, voir S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon… ; L. Verdon, La terre et (...)
  • 49 Voir M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc…, t. 2, p. 15-19 ; et également J.-L. A (...)
  • 50 Bien connu pour l’Italie ou les Flandres, il a été également relevé dans la Provence voisine : ains (...)
  • 51 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques… », p. 392.

11On sait combien les études de ces dernières décennies sur les communautés rurales ont confirmé leur rôle dans la maîtrise de la ressource en eau, atténuant ou nuançant d’autant l’implication des autres protagonistes, seigneurs et État, et mettant en lumière toute la complexité du jeu des rapports sociaux. Élisabeth Zadora-Rio a dressé le bilan de cette déconstruction, repositionnant le lien entre aménagements hydrauliques et inférences socio-politiques35. Elle y rappelle les spécificités d’un Moyen Âge où les équipements sont attestés partout en grand nombre – et de citer François Sigaut : « Avec partout un nouveau semis d’étangs et de moulins, le Moyen Âge témoigne d’une énergie à remuer la terre qui laisse derrière elle tout ce qu’on connaît de l’Antiquité36. » Ces aménagements demeurent néanmoins souvent modestes, répartis sur une durée pluriséculaire et limités à l’espace du finage ; d’où leur caractère très local avec des initiatives provenant des paysans aisés ou de petits seigneurs, suivies dans un second temps, par la mainmise d’établissements religieux (l’hydraulique cistercienne a été particulièrement bien étudiée par Paul Benoît et ses élèves37 mais elle ne doit pas masquer les travaux entrepris par d’autres ordres religieux38), puis dans un troisième temps, par une intervention des pouvoirs comtaux, ducaux ou royaux (dont rendent compte les travaux de Corinne Beck sur les eaux et forêts de Bourgogne39 ou ceux de Pierre Gresser sur la création, vers 1330, de l’office de gruerie en Franche-Comté40), les communautés paysannes, souvent rassemblées en association, conservant la gestion. À l’appui de cette analyse peuvent être convoquées les études les plus récentes menées dans tout l’espace européen, du nord de l’Espagne41 et de l’Andorre42 à la vallée du Pô43, à l’Angleterre et aux Pays-Bas44 en passant par le Valais45, le Marais poitevin46, la Brenne47, le Roussillon, le Languedoc48… Dans cette région, le cas bien connu et exemplaire de Montady a mis en exergue la complexité du montage qui a permis l’opération de drainage : non pas une autorité supérieure unique, mais une association hétéroclite de comparsonniers, comprenant des membres de l’aristocratie laïque et des bourgeois de Béziers, qui en 1248 se sont assurés le soutien de l’archevêque de Narbonne pour exproprier les détenteurs des terrains concernés49. Ce rôle déterminant des entrepreneurs citadins, révélé par bien d’autres études, ne fait que s’accroître au bas Moyen Âge et à l’Époque moderne50. La chose est donc désormais entendue : « L’émiettement de l’autorité ne semble pas nécessairement avoir constitué un obstacle51 » aux aménagements hydrauliques dont l’origine se trouve plus sûrement dans la multiplication des acteurs locaux et des pouvoirs englobants.

  • 52 En matière d’aménagement, les révisions actuelles ont nuancé les visions étatistes antérieures. P. (...)
  • 53 D. Lohrmann, « Le moulin à eau dans l’économie rurale de Neustrie (VIIe-IXe siècle) », H. Atsma (éd (...)
  • 54 É. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, 1996
  • 55 A. Durand, « Les moulins carolingiens du Languedoc (fin VIIIe-début XIe siècle) », M. Mousnier (éd. (...)
  • 56 Ibid.

12D’autres révisions issues du renouvellement historiographique ont modifié les vues et conceptions antérieures ; le haut Moyen Âge en a été le grand bénéficiaire, tant par les travaux sur les moulins carolingiens, que par les découvertes archéologiques de moulins antiques invalidant la stagnation technologique théorisée par Marc Bloch. Du substrat antique, on retient désormais une phase affirmée, voire volontariste, de maîtrise de la ressource, marquée non seulement par d’importants aménagements hydrauliques mais également, à l’encontre des vues de Marc Bloch, par la généralisation d’innovations techniques, tels que les moulins recensés par les découvertes archéologiques récentes, aussi bien en Angleterre qu’en France ou en Allemagne52. Ce capital antique de système hydraulique, le haut Moyen Âge en hérite et le fait perdurer. En matière de structures matérielles comme de techniques, point de rupture comme on l’a longtemps pensé ; en attestent tant les moulins de la Neustrie franque53, que ceux issus des polyptyques d’entre Loire et Rhin54, ou du Languedoc carolingien55, sans parler des 5 642 moulins recensés dans le Domesday Book. Ces révisions ont été également nourries par le renouvellement de l’histoire des techniques dont le colloque de Flaran sur les moulins, inscrivant ce bâtiment comme un « fait social total », avait donné la pleine mesure56.

  • 57 Dans l’avant-propos du numéro de Ruralia consacré aux usages de l’eau, André Bazzana et Jean-Michel (...)
  • 58 Ces trois ouvrages sont issus d’un programme de recherche mené à la suite d’un appel d’offres « His (...)

13Mais le principal tournant dans l’approche de l’eau et de sa gestion provient de la montée en puissance, depuis la décennie 1990, de l’histoire environnementale relayée par l’archéologie et les sciences paléo-environnementales57. En déplaçant la problématique sur les relations sociétés-milieux et sur les hydrosystèmes, les chercheurs ont définitivement démodé les poncifs sur un Moyen Âge-parenthèse dans l’évolution des savoirs et des savoir-faire, et ont surtout recentré le propos sur les pratiques sociales et leurs capacités d’adaptation aux milieux ; d’où la promotion de nouveaux protagonistes dans les champs de recherche et les nombreux colloques sur le fleuve, le marais, les étangs et plus généralement les zones humides, quelque peu débarrassées des représentations communes et négatives sur leur hostilité intrinsèque à l’occupation humaine. L’archéologie environnementale y a été largement sollicitée ; elle a aussi permis des avancées en matière d’histoire des techniques et de la culture matérielle (hydraulique agricole, techniques de pêche, de navigation fluviale, artisanat…) révisée à l’aune de la notion de système technique, envisageant l’utilisation des ressources hydrauliques dans leur cadre socio-économique et politico-spatial. Citons parmi d’autres contributions, les trois ouvrages collectifs : Les fleuves ont une histoire, Des milieux et des hommes et Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et la culture58, dont le programme formulé en termes « de compréhension des pratiques sociales et d’histoire des hydrosystèmes fluviaux, lacustres et palustres des sociétés préindustrielles », explicite bien les nouveaux enjeux. Ils placent désormais au cœur de la réflexion, moins la vitrine des aménagements, que l’exploitation de la ressource, associée à des pratiques communes, par des sociétés dont on tente de mesurer l’adaptabilité – leur résilience – aux fluctuations des milieux et aux risques encourus. Cette résilience dépasse les seuls écosystèmes pour s’étendre à la lecture, conjointement menée avec les historiens de l’espace et des territoires, de la dynamique des systèmes sociaux et de leur capacité à assurer le maintien de leur structure et de leur organisation en se transformant ; le conflit est un des agents majeurs de ces transformations, d’où sa sollicitation actuelle par les historiens.

Petite et grande hydrauliques dans l’historiographie de la période moderne

  • 59 P. Fournier (dir.), « Aménager les espaces ruraux dans la France méridionale (Époques moderne et co (...)

14Aux perspectives ouvertes par les médiévistes répondent les préoccupations des modernistes. Si le rôle des pouvoirs centraux a été logiquement davantage mis en exergue, compte tenu de leur poids croissant dans les transformations territoriales, il ne doit pas être surestimé car les États se dotent tardivement des instruments techniques et financiers nécessaires à une véritable politique d’aménagement et la résistance des pouvoirs locaux est souvent forte59. En outre, les pouvoirs centraux et même provinciaux prennent conscience, justement à travers les conflits suscités par leurs interventions, de la complexité de la gestion des systèmes hydrauliques et de la nécessité de s’appuyer sur les sociétés locales pour parvenir à des résultats efficaces et durables. Aussi l’articulation entre les différentes échelles de pouvoir introduit-elle à une étude des formes de régulation permettant d’étudier à la fois le conflit et sa résolution.

  • 60 S. Ciriacono, Building on Water. Venice, Holland and the Construction of the European Landscape in (...)

15L’histoire comparée européenne a été menée sur différents types d’aménagements. L’étude de la poldérisation a joué un rôle déterminant, que ce soit aux Pays-Bas, en Angleterre ou dans le nord de l’Italie, particulièrement à Venise. Ainsi, dans une synthèse parue en italien en 1994 puis en anglais en 200660, Salvatore Ciriacono rend compte principalement de la manière dont circulent deux modèles de civilisations de l’eau dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, avec des prolongements au XVIIIe siècle. Le premier, le modèle vénitien, a été forgé dans les derniers siècles du Moyen Âge et se fonde sur la notion d’équilibre entre les intérêts portuaires et ceux de la Terre Ferme. Le second, plus dynamique et davantage adaptable à des espaces variés, est celui créé par les Hollandais qui exportent de façon plus systématique leur savoir-faire et qui émigrent parfois, soit en petit nombre et en s’intégrant aux élites locales (ainsi en France), soit par des formes de colonisation qui peuvent entraîner des tensions sociales et religieuses (comme dans le nord du Saint Empire) : c’est l’occasion de créer des compagnies et de faire des profits avec les méthodes capitalistes de l’époque. Salvatore Ciriacono insiste beaucoup sur les conditions sociales et politiques qui ont contribué à cette différenciation entre les deux modèles. Un fondement « démocratique » (entendu surtout comme l’existence d’un relatif consensus populaire) était nécessaire pour effectuer les choix de bonification mais la maîtrise de l’eau est surtout appuyée sur l’existence d’institutions qui se perfectionnent et qui traduisent une organisation politique et sociale très structurée. L’analyse de la création de magistratures spécialisées à Venise entre 1501 et 1556 et du regroupement de corporations de plus en plus contrôlées par le pouvoir seigneurial en Hollande permet de poser la question du niveau de pouvoir le plus adapté pour mettre au point une politique hydraulique capable de favoriser le développement agricole.

  • 61 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon… ; P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans l (...)
  • 62 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge… ; M. Zacchigna, Sistemi d’acqua e mulini in Friuli fra (...)

16Un autre secteur de la recherche particulièrement dynamique concerne les irrigations et les conflits entre utilisateurs de moulins et irrigants, principalement en Europe méridionale. Si l’historiographie française a abordé le sujet61, c’est principalement en Espagne et en Italie que des recherches approfondies ont été menées sur ce thème mais, là encore, avec un intérêt marqué pour la période médiévale. Dans la plaine du Pô et ses périphéries, la confrontation entre seigneurs et villes – elles aussi acteurs majeurs des aménagements hydrauliques et des conflits – a été particulièrement bien mise en évidence62. L’investissement de capitaux urbains dans la construction de canaux aux usages multiples (navigation, irrigation, meunerie) et dans la densification des moulins à usages industriels modifie profondément les pratiques communautaires et les hydro-systèmes. Dès le Moyen Âge central, les conflits entre villes (par exemple Padoue et Venise pour le contrôle du cours du Brenta à partir du XIIe siècle) ont été violents car c’est l’organisation territoriale des cités qui était en jeu.

  • 63 G. Lemeunier, « Hidráulica agrícola en la España mediterránea, s. XVI-XVIII. La formación de los re (...)

17L’exemple espagnol, dont Guy Lemeunier a retracé les principaux aspects dans une vaste synthèse historiographique, permet de réaliser l’articulation la plus fine entre petite, moyenne et grande hydraulique63. On retrouve le conflit entre communautés de tailles variables, avec la nécessité de gérer les usages entre l’amont et l’aval en fonction de privilèges acquis de façon plus ou moins ancienne, mais aussi de contraintes hydriques dues aux variables climatiques et géomorphologiques. L’héritage médiéval perdure à la période moderne durant laquelle il est perfectionné, de la Murcie à la Catalogne, notamment à partir du milieu du XVIIe siècle, avec une extension des surfaces irriguées en lien avec la conjoncture démographique et économique (croissance de la population au XVIe puis au XVIIIe siècle, introduction de nouvelles plantes venues d’Amérique, développement de la riziculture dans les huertas de Valence) et avec la conquête de nouveaux espaces comme les piémonts grâce à l’usage de norias. Des villes puissantes comme Almería, Valence ou Saragosse imposent leurs règles aux municipalités plus modestes mais les accords restent nécessaires pour le bon fonctionnement des systèmes d’irrigation et font intervenir de nombreuses communautés locales et des seigneurs. Les contraintes hydriques génèrent deux types de gestion de l’eau : dans le premier, la propriété de l’eau est liée à celle de la terre et se cède ou disparaît avec elle (ce cas paraît normal là où les dotations hydriques sont abondantes) ; dans le second cas, la propriété de l’eau est séparée de celle de la terre et celui qui possède une terre irriguée, s’il veut l’arroser, doit obtenir un droit d’eau, ou l’acquérir, ou simplement acheter à son propriétaire un tour d’arrosage quand il en a besoin (c’est le cas de la majorité des réseaux d’irrigation déficitaires, notamment dans le sud-est, en Murcie, au sud de Valence et à l’est d’Almería). Dans les réseaux d’irrigation déficitaires grands ou moyens comme ceux d’Alicante, Elche, Mula ou Lorca, l’eau est vendue lors d’enchères quotidiennes et les archives locales conservent depuis des siècles non seulement les livres où figurent les droits hydrauliques de chacun (les « tours » d’Alicante et d’Elche), mais aussi d’autres qui permettent de suivre le prix de l’eau sur le marché quotidien (la Troneta d’Elche, l’Alporchón de Lorca). En réalité, les deux types de statut de l’eau coexistent dans beaucoup de systèmes d’irrigation ou se substituent l’un à l’autre au cours de l’année. Les autorités locales – qu’il s’agisse de communautés, de seigneurs et du clergé (chapitres cathédraux et collégiaux notamment) – sont chargées de l’administration de ces systèmes.

  • 64 P. Fournier, « Les paysans de la France du sud et la gestion des eaux d’irrigation au dernier siècl (...)
  • 65 P. Vilar, Cataluña en la España moderna, Barcelona, 1987.
  • 66 G. Colás Latorre, « Las transformaciones de la superficie agraria aragonesa en el siglo XVI : los r (...)
  • 67 M. Soma-Bonfillon, Le Canal de Craponne, un exemple de maîtrise de l’eau en Provence occidentale, 1 (...)
  • 68 A. Alberola Roma, El pantano de Tibi y el sistema de riegos en la huerta de Alicante, Alicante, 199 (...)

18La grande hydraulique ne fait pas disparaître la petite. Au contraire, il existe toute une gradation faisant passer de l’une à l’autre, ce dont témoignent les ouvrages classés dans la moyenne hydraulique comme les canaux avignonnais et comtadins réalisés par des particuliers (canal de Crillon dans le terroir d’Avignon) ou des associations (canal de Cabedan-Neuf à Cavaillon)64. L’histoire comparée européenne s’avère ici particulièrement nécessaire. La comparaison entre l’Espagne et la France méridionale permet une approche différente et complémentaire de celle menée par Salvatore Ciriacono. C’est à partir du XVIe siècle que se développe la grande hydraulique avec un double processus de drainage des zones humides et de construction de barrages pour l’irrigation rendant nécessaire le contrôle des principales rivières, aussi bien pour les cultures traditionnelles que pour les cultures commerciales, mais cette évolution n’est pas systématique puisque la Catalogne et le Comtat continuent à lui préférer la petite hydraulique pour des raisons à la fois économiques et climatiques65. Les travaux menés au XVIe siècle sont cependant impressionnants : plusieurs milliers d’hectares sont irrigués à partir de l’Èbre grâce au canal impérial ouvert en 1529 et au canal de Novillas ouvert en 156066, plusieurs centaines à partir de la Durance grâce au canal de Craponne67. Le processus est progressif et se poursuit jusqu’au XIXe siècle en fonction de la demande économique. Le canal de Craponne est principalement construit pour des moulins, ce qui permet de dépasser la contrainte de banalité à l’avantage à la fois des communautés et des entrepreneurs qui peuvent être des seigneurs choisissant d’investir dans ce secteur. La réalisation majeure de cette phase est l’établissement du réseau d’irrigation du cours inférieur du Júcar à la fin du XVIIe siècle. Le barrage de Tibi, destiné à améliorer l’irrigation d’Alicante avec une capacité de réserve de 3,7 millions de m3, est achevé en 164668. Le drainage prend de l’ampleur dans la lagune de Valence et le cours inférieur du Segura.

  • 69 G. Lemeunier, « Drenaje y crecimiento agrícola en la España mediterránea (1500-1800) », Áreas, 1997 (...)
  • 70 M. Ferrières, P. Fournier, « Un nouveau regard sur les marais languedociens ? La mutation de la pol (...)
  • 71 G. Pérez Sarrión, « Regadíos, política hidráulica y cambio social en Aragón, siglos XV-XVIII », P. (...)
  • 72 R. Caillet, Le canal de Carpentras. Contribution à l’histoire du Comtat Venaissin, 1561-1925, Carpe (...)

19Au XVIIIe siècle, l’intervention de l’État se renforce et devient plus directe. Si l’objectif prioritaire reste la mise en place d’un cadre juridique et fiscal favorable à l’initiative privée, les échecs dus au manque de rentabilité des investissements obligent l’État, voire des communautés, à financer les travaux. Ce phénomène concerne aussi bien la grande que la moyenne hydraulique. Le drainage des zones humides s’avère plus rapidement rentable que la construction de canaux. Sur le bas Segura et dans le complexe qui occupe une partie des limites d’Orihuela, Elche et Guardamar, un collectif d’institutions religieuses et de grandes familles réalise la bonification du secteur marécageux qui sépare les huertas de Murcie et d’Orichuela69. En France, les entreprises de bonification provençales et languedociennes du XVIIe siècle sont relayées par l’intervention des pouvoirs publics au XVIIIe siècle, notamment en Languedoc où les États s’occupent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle du drainage des marais de Bellegarde en lien avec le prolongement du canal des étangs70. C’est principalement dans le dernier tiers du XVIIIe siècle qu’est relancée la réalisation de canaux d’irrigation avec des formes d’intervention variées71 : appui de type administratif au duc de Híjar pour terminer le Canal royal du Júcar (1771-1815) ; formation d’une entreprise mixte pour la mine du Besòs (1780-1787) ; relais de l’initiative privée par l’État pour les ouvrages du Canal impérial d’Aragon (1776-1791) ; et après la décision d’abandonner les ouvrages du canal de Murcie, création de l’entreprise royale des barrages de Lorca, construits entre 1785 et 1790 ; appui de la communauté de Cavaillon à la création et au prolongement du canal de Cabedan-Neuf, mais échec du canal de Provence par manque de soutien des États de Provence72.

Le conflit à la loupe

20Sans occulter le conflit, l’historiographie de la gestion de l’eau l’a souvent réduit, nous l’avons souligné, à sa fonction de producteur de sources ou de révélateur de rapports de force et d’antagonismes sociaux. À l’égal de l’intérêt porté jusqu’aux années 1980 aux révoltes populaires et de ce qu’elles laissaient sourdre de la lutte des classes, les historiens, en matière de conflits de l’eau, ont surtout porté leur attention sur les contestations nées de l’appropriation seigneuriale et de la concurrence entre ayants droit, en exaltant l’autorité supérieure salvatrice capable de les réguler.

Un signe de dérégulation ou un facteur de régulation des systèmes hydrauliques ?

  • 73 N. Élias, The Civilizing Process, vol. I. The History of Manners, Oxford, Blackwell, 1969 (éd. fran (...)
  • 74 R. Mousnier, La Plume, la faucille et le marteau : institutions et société en France du Moyen Âge à (...)

21Dans la plupart des études, le conflit est à peine exposé dans ses tenants et aboutissants et vient seulement à l’appui d’une démonstration, volontiers déterministe, qui le place comme un point de rupture résultant des tensions sur la ressource. Dans cette conception, le conflit est signe de dérégulation de l’ordre social, de concurrence malsaine, d’échec de la gestion, d’usurpation de la chose publique et des droits immémoriaux. À n’en pas douter, l’effet de source a joué car les procédures judiciaires utilisées par les médiévistes confortent cette lecture : les sentences des tribunaux d’arbitrage ne donnent-elles pas à voir « l’anarchie féodale », alors que l’ancien tribunal comtal et la justice royale triomphante disent le droit pour le bien commun ? De fait, jusqu’à ces dernières décennies, l’angle d’attaque des médiévistes et des modernistes pour une histoire des conflits – et pas seulement ceux concernant la gestion de l’eau – a été celui d’une histoire des institutions qui faisait, au mieux, une place à la justice, entendons celle d’État, tout en concluant assez vite à son impuissance, avec pour corollaire l’idée que la violence exprimée par le conflit tenait de la nature de l’homme du Moyen Âge et des temps modernes avant que la civilisation des mœurs, selon l’expression de Norbert Elias73, ne vienne discipliner les comportements à partir de l’établissement d’une monarchie absolue et surtout avec le mouvement des Lumières74.

  • 75 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Louvain, 1968, p. 38 (...)
  • 76 Voir M. Gluckman, « The peace in the feud », Past and Present, 1955, p. 1-14. Un bilan plus récent (...)
  • 77 F. Cheyette, « Suum Cuique Tribuere », French Historical Studies, 1970, p. 287-299 ; S. White, « Pa (...)
  • 78 P. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des (...)
  • 79 R. Viader, L’Andorre…, p. 197.
  • 80 P. Fournier, « Les procès du Rhône et de la Durance, une expression des problèmes de frontière et d (...)

22À ce traitement partial et partiel du conflit, certains on fait exception, tel Robert Fossier qui, plaçant la maîtrise de l’eau dans le contexte de l’encellulement, a fait du conflit une mesure de la pression seigneuriale, en adoptant une démarche sérielle. Notant que l’essentiel des procès provient de la compétition entre moulins, il en a étudié l’évolution, témoignant de leur accroissement au XIIIe siècle alors que les prétentions seigneuriales se multipliaient75. C’est, néanmoins, à l’introduction de l’anthropologie juridique que l’on doit l’ouverture de perspectives inédites, particulièrement de la part des spécialistes des sociétés « sans État » qui ont mobilisé le concept de « régulation sociale ». Le modèle met l’accent sur le rôle des groupes de parenté et de voisinage, voire des pairs, dans les médiations, les négociations et les transactions, d’où l’esquive des formes judiciaires. Ces étapes ultimes interviennent quand le conflit n’a pu être résolu par les moyens transactionnels en amont76. Chez les médiévistes, on trouve trace de ce modèle dès les années 1970 dans les travaux de François Cheyette ou de Stephen White77, mettant en exergue dans l’arbitrage la part de réconciliation et de compromis propices à la recomposition des liens collectifs. L’article de Patrick Geary, dans les Annales ESC de 198678, consacre cette lecture anthropologique du conflit, un concept que l’auteur juge complexe à manipuler pour le Moyen Âge car plus lié aux structures sociales et culturelles qu’à une tradition juridique. Du conflit, est désormais mis en exergue le rôle constructif dans la dynamique des structures sociales dont il constitue une mise à l’épreuve : déstabilisant les hiérarchies et les liens sociaux, il recompose le tissu social et génère de nouveaux groupes. R. Viader a bien montré combien, pour l’Andorre79, il fallait mobiliser les segments sociaux pertinents dans une gamme large, dont les supports pouvaient être territoriaux (vallées, paroisses…) ou pas (alliance, filiation, voisinage…). Dans cette perspective, plus que les causes et les résolutions du conflit, ce sont les usages qui sont signifiants. S’ils éclatent en période de crise ou lors des mouvements de polarisation des pouvoirs, les conflits ouverts ne sont que des événements, « des oscillations de surface », aurait dit Fernand Braudel, s’échappant de structures conflictuelles lourdes et latentes, parfois sur plusieurs générations. Ce sont ces mouvements lents et longs de contractions et de relâchements, qu’il convient d’intégrer à la périodisation des conflits. Les procès du Rhône et de la Durance, nés au Moyen Âge et encore inachevés lorsqu’intervient la Révolution, constituent un cas particulièrement spectaculaire de gestion d’un conflit sur la longue durée80 : la maîtrise de ces cours d’eau majeurs est un enjeu à la fois diplomatique (il s’agit de limites territoriales), économique (avec la batellerie, les cultures réalisées dans le lit du fleuve, la politique d’endiguement qui permet de protéger davantage certains secteurs que d’autres et de mieux gérer les péages) et social (localement, le cours du fleuve détermine la politique fiscale, les droits seigneuriaux, des usages communautaires…).

  • 81 On citera notamment : F. Brizay, A. Follain, V. Sarrazin (dir.), Les justices de village. Administr (...)

23Pour la période moderne, le renouvellement concernant le monde rural vient principalement des colloques portant sur la justice seigneuriale et locale81. En centrant la réflexion sur l’échelon le plus modeste du fonctionnement de l’appareil judiciaire moderne, hérité de la période médiévale mais adapté aux mutations sociales, ces recherches ont contribué à montrer que les justices locales répondaient à des besoins réels, parmi lesquels l’application de la norme champêtre était essentielle. La gestion de la micro-hydraulique faisait partie de ces besoins. Toutefois, les justices locales apparaissent toujours davantage comme instruments pour réparer un désordre momentané que comme créatrices d’un ordre nouveau.

Résoudre le conflit

  • 82 Voir notamment N. Castan, Les criminels de Languedoc : les exigences d’ordre et les voies du ressen (...)
  • 83 Sur ce nouveau champ de recherche, voir B. Garnot (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque (...)
  • 84 C. Gauvard, « Avant-propos », Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, 2001, p. 7-9 (voir éga (...)
  • 85 Sur les règles et les normes comme ressources dans les stratégies des litigants, voir C. Wickham, L (...)

24Ce nouveau regard sur le conflit s’inscrit dans le renouveau de l’histoire politique et a notamment été décliné dans le cadre des recherches sur la violence sur laquelle modernistes et historiens du bas Moyen Âge ont réfléchi autour de la dialectique ordre-violence82. C’est aussi le processus de résolution qui a été interrogé, en contrepoint des avancées historiographiques sur la justice et son corollaire, l’infrajudiciaire83, que ses règlements soient publics ou privés. Désormais, et Claude Gauvard le rappelle dans son avant-propos au colloque de la SHMESP sur la régulation des conflits84, on raisonne moins en termes d’institutions judiciaires, opposées à une absence d’institutions, qu’en termes de codes ou de normes, englobant un large éventail de solutions pour parvenir à la paix85. Celle-ci n’est plus l’opposé du conflit, un état de grâce ou un paradis, mais un effort constant pour palabrer, négocier et se repositionner. À l’aune de cette nouvelle approche anthropologique, le Moyen Âge central conforte sa réputation de période de mutations. Si en matière de règlement des conflits, on peut parler de « révolution du XIIe siècle », c’est parce que l’époque connaît une profonde transformation du droit – diffusion du droit romain et du droit canonique – et des procédures – l’inquisitoire commençant à s’imposer aux dépens de l’accusatoire – en même temps que le développement étatique fait reculer les règlements individuels et la vengeance au profit de règles rationnelles ; ainsi de la condamnation des ordalies par Latran IV en 1215. L’État peut ainsi progressivement s’affirmer comme le seul détenteur de la violence légitime.

  • 86 Sur la nouvelle méthodologie appliquée au conflit, voir la synthèse de B. Lemesle, Conflits et just (...)

25L’historien des conflits privilégie aujourd’hui une vision sérielle dans le cadre d’une approche thématique, ou plus souvent encore à partir d’études de cas86. Celles-ci permettent, en effet, d’envisager les affaires dans toutes leurs facettes : conditions de production des documents et des narrations, objectifs des auteurs, stratégie des agents, régime des témoins, utilisation des normes et influence du conflit sur la coutume, relations de pouvoirs… La perspective lexicographique y est également appliquée, bien qu’elle soit amoindrie par le peu de qualifications du litige, notamment dans les actes normatifs – on y trouve principalement des mentions des droits, de la plainte (clamor, reclamare) qui ouvre l’action en justice, ainsi que des peines et des amendes.

  • 87 E. Grélois, « Les logiques concurrentes des populations riveraines des zones humides : rivières, la (...)
  • 88 H. Neveux, Les révoltes paysannes en Europe, XIVe-XVIIe siècle, Paris, 1997.
  • 89 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925.

26Le colloque Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et la culture, est l’un des premiers à avoir consacré l’une de ses thématiques aux conflits de l’eau. Parmi les trois contributions qu’elle réunit, celle d’E. Grélois87, sur les logiques concurrentes dans les zones humides de Basse-Auvergne, illustre bien tout l’intérêt que l’on peut tirer du sujet et de ses sources, car l’exposé de plusieurs dossiers sous forme de cas d’étude permet de montrer la richesse et les limites des transactions qui ont conservé la trace des conflits : il s’agit de documents seigneuriaux pour l’essentiel, dont beaucoup intégrés à des sacs à procès des XVIIe et XVIIIe siècles, signe que les zones humides sont des points de fixation durables des chicanes et que, pour garantir le fragile équilibre de leur gestion, on a recours à un contrat ou un accord. L’importance des archives générées par les conflits autour de l’eau est en fait révélatrice du rôle que joue la mémoire des conflits à la fois dans leurs développements et dans leurs règlements. Ce fait bien mis en évidence dans un cadre général par les travaux d’Hugues Neveux pour l’Europe des XIVe-XVIIe siècles88 a été développé par plusieurs exemples au cours de ces journées (voir notamment Jean-Luc Sarrazin). Les travaux du sociologue Maurice Halbwachs ont montré l’entrelacement des divers niveaux de mémoire et l’interaction entre mémoire individuelle et mémoire collective89. Parce qu’ils sont au cœur des rapports sociaux, les conflits pour la maîtrise de l’eau permettent d’analyser la dimension sociale et politique de la mémoire.

  • 90 R. B. Manning, Village Revolts : Social Protest and Popular Disturbances in England, 1509-1640, Oxf (...)
  • 91 Sur les conflits et la régulation sociale, voir par exemple J. M. Palop Ramos, Hambre y lucha antif (...)

27L’historiographie française affiche un retard certain sur celle d’autres pays comme l’Angleterre ou l’Espagne. Les affrontements ont bien été au cœur des analyses des historiens anglais sur le drainage des Fens et des autres zones humides anglaises, dans un cadre plus global qui renvoie à la question des enclosures et de la limitation des droits collectifs90. Plusieurs révoltes d’ayants droits dans les marais, parfois très organisées, ont émaillé les XVIe et XVIIe siècles, dans un contexte de pression de plus en plus forte sur la terre. Elles faisaient jouer des rapports de force essentiels, significatifs des changements sociaux de l’Angleterre : droits seigneuriaux, investissements de capitaux par les nouvelles élites et libertés politiques étaient au cœur de ces affrontements. En Espagne, les tensions sociales attisées dans le dernier tiers du XVIIIe siècle ont fortement contribué aux progrès comme aux limites des irrigations91 : si la monarchie intervient pour développer les surfaces irriguées dans un souci de donner du travail et des ressources aux plus déshérités – à la fois par la construction de canaux et par la hausse des rendements agricoles –, la prolongation du Canal royal entraîne en 1768 une émeute des irrigants d’Alzira et Algemesí. Les ouvrages de Lorca suscitent des controverses violentes dont témoigne l’abondance de la documentation conservée.

***

28Ainsi, ces actes voudraient à la fois combler une lacune, en proposant plusieurs exemples de conflits autour de l’eau, exposés sous forme de cas d’étude, et favoriser les approches comparatives à l’échelle européenne, indispensables à l’établissement de typologies des conflits et de leur résolution. Le conflit n’est certes pas inhérent à l’usage de l’eau – et l’absence de conflits doit être interrogée – mais lorsqu’il survient et laisse des traces exploitables par l’historien, il constitue un éclairage inestimable sur les formes d’appropriation sociale de la ressource dans un espace donné et dans un emboîtement d’espaces. Même les études nombreuses qui minimisaient la portée des conflits les utilisaient pour la richesse de l’information documentaire qu’ils ont suscitée. En centrant le propos sur les oppositions et leurs résolutions, donc aussi sur la négociation, les arbitrages et les rapports de force, c’est non seulement une réflexion sur les rapports sociaux mais également un approfondissement de la connaissance de la gestion de l’eau que nous visons. Parce que le conflit met en jeu à la fois des pratiques et des représentations, il permet de dépasser une approche fondée uniquement sur le progrès technique dans les opérations d’aménagement et ouvre des perspectives pour une histoire socio-environnementale attentive aux enjeux de la construction territoriale.

Notes

1 Sur ce thème, voir H. Ayeb, L’eau au Proche-Orient. La guerre n’aura pas lieu, Paris, 1998. Pour une approche plus globale : F. Lasserre, Les guerres de l’eau, Paris, 2009.

2 P. Cornut, Histoires d’eaux. Les enjeux de l’eau potable au XXIe siècle en Europe occidentale, Namur, 2003 ; F. Galland, L’eau, géopolitique, enjeux, stratégies, Paris, 2008.

3 M. de Villiers, L’eau, Arles, 2000 ; É. Orsenna, L’avenir de l’eau, Paris, 2009.

4 Y. Thomas, A. Chosson, Guide pratique pour bien gérer l’eau, Paris, 2000.

5 Le conseil mondial de l’eau fondé en 1996 et regroupant des Organisations Non Gouvernementales tient des forums internationaux tous les trois ans, dont les derniers ont eu lieu à Istanbul en 2009 et à Marseille en 2012. Site : http://www.worldwatercouncil.org/

6 J.-L. Rosenthal, The Fruits of Revolution. Property Rights, Litigation and French Agriculture, 1700-1860, Cambridge, 1992.

7 P. Leveau, J.-L. Paillet, L’alimentation en eau de Caesarea de Mauritanie et l’aqueduc de Cherchel, Paris, 1976 ; F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), Paris, 1999 ; C. Alline, Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial. Gestion des inondations dans les villes romaines. L’exemple de la basse vallée du Rhône, thèse, Aix-Marseille I, 2005.

8 K. Berthier, Étude historique et archéologique de la vallée de la Bièvre : rapport final, Créteil, 2005.

9 A. Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Seyssel, 1990.

10 P. Pinon (dir.), Un canal… des canaux…, Paris, 1986. ; Id., Canaux. Rivières des hommes, Paris, 1995.

11 A. Picon, L’invention de l’ingénieur moderne L’École des Ponts et Chaussées 1747-1851, Paris, 1992.

12 J.-M. Derex, La gestion de l’eau et des zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime – fin du XIXe siècle), Paris, 2001 ; R. Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, 2006.

13 Pour une approche régionale croisant les méthodes de la géographie et de l’histoire, voir N. Jacob, « Prélèvements hydriques de l’agriculture et de l’industrie en Cévenne vivaraise depuis le XIXe siècle : l’apport des archives à la gestion contemporaine », La Houille Blanche, Revue internationale de l’eau, 2005, no 3, p. 97-102.

14 D. Cœur, La plaine de Grenoble face aux inondations. Genèse d’une politique publique du XVIIe au XXe siècle, Versailles, 2008.

15 F. Jaubert de Passa, Voyage en Espagne dans les années 1816, 1817, 1818, 1819 ou recherches sur les arrosages, Paris, 1823 ; J. de Mauny de Mornay, Pratique et législation des irrigations dans l’Italie supérieure et dans quelques États d’Allemagne. Rapport adressé à M. le ministre de l’Agriculture et du Commerce. Deuxième partie – Législation, Paris, 1844 ; B. Nadault de Buffon, Traité théorique et pratique des irrigations envisagées sous les divers points de vue de la production agricole, de la science hydraulique et de la législation, Paris, 1843-1844.

16 J.-L. Gazzaniga, « Droit de l’eau et organisation sociale », J.-L. Harouel (dir.), Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, 1989, p. 268. Voir également, J.-L. Gazzaniga, J.-P. Ourliac, Le droit de l’eau, Paris, 1979.

17 É. de Dienne, Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, Paris, 1891.

18 Y. Suire, Le marais poitevin. Une écohistoire du XVIe à l’aube du XXe siècle, La Roche-sur-Yon, 2006 ; R. Morera, Les assèchements de marais en France au XVIIe siècle (1599-1661). Technique, économie, environnement, thèse, Paris I, 2008 ; É. Roucaute, Une histoire des zones palustres en milieu méditerranéen entre bas Rhône et basse Durance (XIVe siècle – début XIXe siècle), thèse, Aix-Marseille I, 2008.

19 M. Bloch, « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales HÉS, 1935, p. 538-563.

20 M. Bloch a consacré quelques pages à l’eau dans les Caractères originaux de l’histoire rurale française (1931) : peu sur la ressource en elle-même qu’il assimile aux terres incultes soumises aux droits d’usage, bien davantage sur les moulins. Il met en lien la mise en place du dominium seigneurial avec la concentration induite par le progrès technique introduit par le moulin ; le couple seigneurialisation-diffusion du moulin est appelé à un bel avenir dans les thèses postérieures d’histoire rurale. M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1931, [3e éd. 1999], p. 161-162.

21 La vaste somme de l’Histoire de la France rurale, parue en 1975 sous la direction de G. Duby, est particulièrement révélatrice de cette grille de lecture qui prévalait alors. À regarder l’index du tome 1, l’eau n’y est abordée que par cinq entrées : les marais, avec le constat qu’ils n’ont guère tenté les historiens à moins qu’ils ne soient transformés, notamment en polders, occurrence qui bénéficie du plus long propos ; les aménagements de la Loire, chers à R. Dion, sont également cités ; quant au moulin, il est présenté, sans surprise, à la fois comme agent du progrès technique et de la croissance et expression de la seigneurie banale ; seule la pêche semble échapper à l’emprise seigneuriale et demeurer un espace de liberté pour les communautés. G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, t. 1 Paris, 1975.

22 Robert Fossier est sans doute l’un de ceux qui ont été les plus attentifs à lier la mise en place de l’équipement meunier au phénomène d’encadrement des hommes dans la seigneurie banale. R. Fossier, « L’équipement en moulins et l’encadrement des hommes », L’histoire des sciences et des techniques peut-elle servir aux historiens ?, Paris, 1985. D. Pichot a notamment repris le dossier pour l’Ouest français : D. Pichot, « Le moulin et l’encellulement dans l’Ouest français (XIe-XIIIe siècle) », M. Mousnier (éd.), Moulins et meuniers dans les campanes européennes (IXe-XVIIIe siècle), Flaran 21, Toulouse, 2002, p. 111-129.

23 M. Bloch, « Avènement… », p. 543.

24 On citera notamment parmi les études les plus récentes : L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique. Milieux, réseaux, usages, Paris, 1996.

25 Voir le bilan historiographique introductif réalisé par P. Benoît et K. Berthier, « L’innovation dans l’exploitation de l’énergie d’après le cas des monastères cisterciens de Bourgogne, Champagne et Franche-Comté », P. Beck (dir.), L’innovation technique au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 58.

26 Voir le bilan réalisé sur les opérations d’assèchement et de drainage dans : J.-L. Abbé, À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2006, p. 40-46.

27 On ne saurait citer ici l’intégralité des grandes thèses d’histoire rurale qui, jusqu’aux années 1980, dans la lignée des travaux de M. Bloch dont elles reprennent les axes d’approche, ont abordé la thématique de l’eau. La plupart accordent une sollicitude particulière aux moulins, présentés comme expression de la croissance, en même temps que de la seigneurialisation ; ainsi, A. Chédeville, (Chartres et ses campagnes, Paris, 1973, p. 194-197) comme A. Debord (La société laïque dans les pays de la Charente, Xe-XIIe siècle, Paris, 1984, p. 322) ou P. Bonnassie (La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1975, t. 1, p. 459-469) ont souligné le passage des farinarii carolingiens aux molendina du Moyen Âge central, comme un des marqueurs majeurs tant de la mise en place de la société féodale que du renouveau général et des pulsations sociales et économiques. D’autres, moins nombreux, ont davantage centré leur propos sur les droits et l’utilisation des ressources en eau ; ainsi des études de G. Fournier (Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Âge, Paris, 1962, p. 106-109, 219, 246) et de P. Charbonnier (Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, 1980, p. 239-250) sur les étangs d’Auvergne. D’autres encore se sont intéressés à l’aménagement des eaux avec l’assèchement des zones humides ou l’irrigation : P. Bonnassie (ibid.) pour la Catalogne mais également P. Toubert (Les structures du Latium médiéval. Le Latium médiéval et la Sabine du IXe à la fin du XIe siècle, Rome, 1973, p. 235), puis plus tardivement F. Menant (Les campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Rome, 1993, p. 172-203) pour l’Italie médiévale ont montré combien ces œuvres de régulation des eaux étaient associées au développement des cultures intensives et à la mise en place de complexes intégrés (réseaux de canaux, moulins, pêcheries, viviers, zones irriguées…).

28 R. Dion, Le Val de Loire, étude de géographie régionale, Tours, 1933 ; Id., Histoire des levées de la Loire, Paris, 1961.

29 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques et inférences socio-politiques : études de cas au Moyen Âge », J. Burnouf et P. Leveau (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, 2004, p. 390-391.

30 P. Wagret, Les polders, Paris, 1959 ; A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque romaine au XVIIIe siècle, Bruxelles, 1966.

31 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval…, p. 235.

32 P. Bonnassie, La Catalogne…, p. 459-460 ; S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1985.

33 G. Sivéry, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Âge, Lille, 1990, p. 142.

34 D. Barthélémy, Les deux âges de la seigneurie banale : Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 246.

35 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques… ».

36 F. Sigaut, « L’évolution technique des agricultures européennes avant l’époque industrielle », Revue archéologique du Centre, 1988, p. 29.

37 La connaissance de l’hydraulique cistercienne a donné lieu, pour les régions de Bourgogne, Champagne et Franche-Comté, à un programme de recherche de la sous-direction de l’Archéologie (Hydraulique monastique en Bourgogne, Champagne et Franche-Comté). Elle a suscité de nombreux travaux universitaires et des bilans de synthèse. Voir par exemple : P. Benoît, J. Rouillard, « L’hydraulique cistercienne en bourgogne et en Champagne », Actas do simpósio internacional Hidráulica monástica medieval et moderna, Lisboa, 1996, p. 157-186 ; P. Benoît, K. Berthier, G. Rollier, L’hydraulique monastique en Bourgogne et Franche-Comté, Programme Collectif de Recherche, 1996.

38 Voir notamment le bilan dressé dans : L. Pressouyre, P. Benoît, (dir.), L’hydraulique monastique…, 1996 ; P. Racinet, « Les moines au village : pour une étude des installations monastiques dans le monde rural », Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 181-202.

39 C. Beck, Les eaux et forêts en Bourgogne ducale (vers 1350-vers 1380), Paris, 2008.

40 P. Gresser, Pêche et pisciculture dans les eaux princières en Franche-Comté aux XIVe et XVe siècles, Turnhout, 2008.

41 Voir le bilan dressé par A. Bazzana et al., « L’hydraulique agraire dans l’Espagne médiévale », A. de Réparaz (éd.), L’eau et les hommes en Méditerranée, Paris, 1988, p. 44-65. Les auteurs mettent particulièrement l’accent sur la petite hydraulique correspondant à des micro-sociétés rurales.

42 R. Viader, L’Andorre du IXe au XIVe siècle. Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, 2003. Dans une partie intitulée « Le moulin, un paradigme », l’auteur déconstruit le modèle du moulin seigneurial ; dans une région où la contrainte seigneuriale est demeurée moindre, l’initiative la plus déterminante en matière d’aménagement hydraulique est celle des petits propriétaires alleutiers. Leur moulin, qui relève du patrimoine familial, est en autogestion ou géré en association avec d’autres villageois, notamment dans le cas où il appartient à un « complexe intégré » avec irrigation.

43 Voir le bilan dressé pour l’Italie par D. Ballestracci, « Water control and management in pre-industrial Italy (XIIIth-XVIIth century) », E. Hermon (dir.), L’eau comme patrimoine de la Méditerranée à l’Amérique du Nord, Laval, 2008, p. 79-90.

44 L’ouvrage de S. Rippon propose une synthèse et une riche bibliographie sur l’Europe du Nord-Ouest, en centrant néanmoins son propos sur l’Angleterre : S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetland. Exploitation and Management of Marshland Landscapes in North-West Europe during the Roman and Medieval Periods, Oxford, 2000. L’approche a été largement renouvelée par les travaux archéologiques récents ; une synthèse en est dressée pour les Pays-Bas par W. H. TeBrake, « Hydraulic engeneering in the Netherlands during the Middle Ages », P. Squatriti (éd.), Working with water in medieval Europe. Technology and Resource-use, Leiden, 2000, p. 101-127.

45 Les études récentes ont montré que les bisses du Valais, ces canaux d’irrigation creusés dans la terre ou le roc ou construits en bois et accrochés aux parois, avaient été mis en place et administrés par des associations de villages appelées consortages ; voir G. Bratt, The Bisses of Valais. Man-Made Watercourses in Switzerland, Cross, 1995 ; D. Reynard, Histoire d’eau. Bisses et irrigation en Valais au XVe siècle, Lausanne, 2002.

46 J.-L Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société en Marais poitevin (vers 1190-1283) », Annales de Bretagne, 1985, p. 333-354. L’auteur a montré que ce marais avait été asséché d’abord par une élite paysanne évincée, à partir des années 1180-1190, par l’intervention massive de six abbayes cisterciennes.

47 R. Benarrous, « La datation des étangs de la Grande Brenne : nouvelles perspectives archéologiques », C. Beck et al. (éd.), Les zones humides européennes : espaces productifs d’hier et d’aujourd’hui, Cordemais, 2007, p. 163-179.

48 Sur le Roussillon, voir S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon… ; L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux XIIe et XIIIe siècles. Structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Aix-en-Provence, 2001, p. 106-112. Pour le Languedoc, voir la bibliographie et le bilan dans l’étude de J.-L. Abbé, À la conquête des étangs… L’auteur souligne néanmoins qu’en matière d’assèchement des étangs qui relèvent du domaine seigneurial, la part des communautés, peu éclairée par les sources, semble moindre. La gestion collective de l’eau apparaît peu dans la vie des communautés languedociennes du XIIIe siècle ; ainsi Montady ne se dote d’un syndicat qu’en 1318 (voir p. 138).

49 Voir M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc…, t. 2, p. 15-19 ; et également J.-L. Abbé, À la conquête des étangs… ; un PCR interdisciplinaire sur l’étang de Montady, sous la direction de J.-L. Abbé et C. Puig est également en cours de finalisation.

50 Bien connu pour l’Italie ou les Flandres, il a été également relevé dans la Provence voisine : ainsi de l’étude de la gestion du marais arlésien (É. Roucaute, « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge », J. Burnouf et Ph. Leveau (dir.), Fleuves et marais…, p. 245-252.

51 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques… », p. 392.

52 En matière d’aménagement, les révisions actuelles ont nuancé les visions étatistes antérieures. P. Leveau a montré que les opérations de drainage initiées par les structures étatiques n’avaient pas de caractère systématique et généraient une collaboration entre l’État, les autorités et communautés locales et les acteurs privés, à la fois financeurs et maîtres d’œuvre. Par ailleurs, les études d’archéologie environnementale, telles celles menées dans la Limagne d’Auvergne, ont montré l’existence d’entreprises d’assèchement initiées par les communautés dès la Protohistoire ; la romanisation n’a alors fait que confirmer un processus antérieur. Voir P. Leveau, « Sociétés antiques et écologie des milieux montagnards et palustres », P. Leveau, M. Provensal (dir.), Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles, Aix-en-Provence, 1993, p. 17-44 ; F. Trément et al., « Habitat et milieu humide en Grande Limagne de l’Âge du Fer au Moyen Âge… », J. Burnouf, Ph. Leveau, (dir.), Fleuves et marais…, p. 95-109.

53 D. Lohrmann, « Le moulin à eau dans l’économie rurale de Neustrie (VIIe-IXe siècle) », H. Atsma (éd.), La Neustrie. Les pays du nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, 1989, t. 1, p. 367-404.

54 É. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, 1996.

55 A. Durand, « Les moulins carolingiens du Languedoc (fin VIIIe-début XIe siècle) », M. Mousnier (éd.), Moulins et meuniers dans les campagnes européennes (IXe-XVIIIe siècle), Flaran 21, Toulouse, 2002, p. 31-52.

56 Ibid.

57 Dans l’avant-propos du numéro de Ruralia consacré aux usages de l’eau, André Bazzana et Jean-Michel Poisson soulignent combien, pendant longtemps, « la gestion de l’eau n’a guère intéressé que les spécialistes du monde romain d’une part et ceux du “temps des ingénieurs” d’autre part. […] Concernant le Moyen Âge, le développement des recherches est très récent […] Pourtant, les archéologues ont tardé à s’en apercevoir […]. Le panorama a changé depuis les années 80 et une copieuse moisson d’études a désormais été réunie… » ; A. Bazzana, J.-M. Poisson, « Usages de l’eau en milieu rural au Moyen Âge », Ruralia V, Prague, 2005, p. 1.

58 Ces trois ouvrages sont issus d’un programme de recherche mené à la suite d’un appel d’offres « Histoire des interactions des sociétés avec leurs milieux » lancé en 1999 par le comité Sciences, environnement et développement durable (SEDD), soutenu par le programme « Environnement, vie et sociétés » du CNRS ; les travaux ont donné lieu à deux colloques et à ces trois publications collectives : J.-P. Bravard, M. Magny (éd.), Les fleuves ont une histoire. Paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, 2002 ; J. Burnouf (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, 2003 ; J. Burnouf et P. Leveau (dir.), Fleuves et marais… 2004.

59 P. Fournier (dir.), « Aménager les espaces ruraux dans la France méridionale (Époques moderne et contemporaine) », Annales du Midi, 2010.

60 S. Ciriacono, Building on Water. Venice, Holland and the Construction of the European Landscape in Early Modern Times, New York-Oxford, 2006.

61 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon… ; P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin (XVIIe-XVIIIe siècles), Perpignan, 1999, p. 155-213. Si des études de cas sur le partage de l’eau existent, ce thème n’est pas traité spécifiquement dans l’historiographie française. Les études sur les moulins privilégient les aspects techniques et économiques : voir notamment S. Caucanas, R. Cazals (dir.), Du moulin à l’usine. Implantations industrielles du Xe au XXe siècle, Toulouse, 2005. Dans l’Europe septentrionale, les conflits opposent davantage les usages énergétiques et la navigation : voir par exemple V. Serna, La construction d’un paysage fluvial du Moyen Âge au siècle des Lumières. L’exemple de la boucle de Marne, Oxford, 2006.

62 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge… ; M. Zacchigna, Sistemi d’acqua e mulini in Friuli fra i secoli XIV-XV. Contributo alla storia dell’economia friulana nel bassomedioevo, Venise, 1996 ; R. Simonetti, Da Padova a Venezia nel medioevo. Terre mobili, confini, conflitti, Rome, 2009. Sur la période moderne, voir F. Petracco, L’acqua plurale. I progetti di canali navigabili e la gestione del territorio a Cremona nei secoli XV-XVIII, Crémone, 1998.

63 G. Lemeunier, « Hidráulica agrícola en la España mediterránea, s. XVI-XVIII. La formación de los regadíos clásicos », C. Barciela López, J. Melgarejo Moreno (éd.), El Agua en la Historia de España, Alicante, 2000, p. 47-110. Voir aussi Alberto Marcos Martin (éd.), Agua y sociedad en la época moderna, Valladolid, 2009.

64 P. Fournier, « Les paysans de la France du sud et la gestion des eaux d’irrigation au dernier siècle de l’Ancien Régime », A. Follain (éd.), Campagnes en mouvement en France du XVIe au XIXe siècle, Dijon, 2008, p. 193-207.

65 P. Vilar, Cataluña en la España moderna, Barcelona, 1987.

66 G. Colás Latorre, « Las transformaciones de la superficie agraria aragonesa en el siglo XVI : los regadíos, aproximación a su estudio », Congreso de Historia Rural, siglos XV al XIX, Madrid, 1984, p. 523-534.

67 M. Soma-Bonfillon, Le Canal de Craponne, un exemple de maîtrise de l’eau en Provence occidentale, 1554-1954, Aix-en-Provence, 2007.

68 A. Alberola Roma, El pantano de Tibi y el sistema de riegos en la huerta de Alicante, Alicante, 1994.

69 G. Lemeunier, « Drenaje y crecimiento agrícola en la España mediterránea (1500-1800) », Áreas, 1997, Murcia, p. 31-42.

70 M. Ferrières, P. Fournier, « Un nouveau regard sur les marais languedociens ? La mutation de la politique des États en bas Languedoc au milieu du XVIIIe siècle », Annales du Midi, 2007, p. 57-69.

71 G. Pérez Sarrión, « Regadíos, política hidráulica y cambio social en Aragón, siglos XV-XVIII », P. Picazo et G. Lemeunier (éd.), Agua y modo de producción, Barcelone, 1990, p. 212-270.

72 R. Caillet, Le canal de Carpentras. Contribution à l’histoire du Comtat Venaissin, 1561-1925, Carpentras, 1925.

73 N. Élias, The Civilizing Process, vol. I. The History of Manners, Oxford, Blackwell, 1969 (éd. française, La civilisation des mœurs, 1973) ; vol. II. State Formation and Civilization, Oxford, 1982.

74 R. Mousnier, La Plume, la faucille et le marteau : institutions et société en France du Moyen Âge à la Révolution, Paris, 1970. Pour une approche plus complexe et actualisée qui prend en compte les problèmes ruraux dans les conflits à la fin de l’Ancien Régime, voir J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, 2002.

75 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Louvain, 1968, p. 382.

76 Voir M. Gluckman, « The peace in the feud », Past and Present, 1955, p. 1-14. Un bilan plus récent de ces acquis figure dans W. C. Brown et P. Górecki (dir.), Conflicts in Medieval Europe. Changing Perspectives on Society and Culture, Aldershot, 2003, p. 1-35. Il faut aussi signaler l’influence de l’anthropologie africaniste, appréhendant le conflit dans les sociétés de face-à-face comme mode de rétablissement de la cohésion sociale.

77 F. Cheyette, « Suum Cuique Tribuere », French Historical Studies, 1970, p. 287-299 ; S. White, « Pactum… Legum Vincit et Amor Judicium : the settlement of disputes by compromises in eleventh-century western France », The American Journal of Legal History, 1978, p. 308.

78 P. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1120) », Annales ESC, 1986, p. 1107-1134.

79 R. Viader, L’Andorre…, p. 197.

80 P. Fournier, « Les procès du Rhône et de la Durance, une expression des problèmes de frontière et de souveraineté entre la France et les enclaves pontificales d’Avignon et du Comtat Venaissin (XVIe-XVIIIe siècles) », P. Delsalle, A. Ferrer (éd.), Les enclaves territoriales aux temps modernes, Besançon, 2000, p. 347-374 ; J. Rossiaud, Le Rhône au Moyen Âge. Histoire et représentation d’un fleuve européen, Paris, 2007, p. 93-115.

81 On citera notamment : F. Brizay, A. Follain, V. Sarrazin (dir.), Les justices de village. Administration et justice locales de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, 2002 ; A. Follain (dir.), Les justices locales dans les villes et villages du XVe au XIXe siècle, Rennes, 2006 ; B. Garnot (dir.), Normes juridiques et pratiques judiciaires du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, 2007.

82 Voir notamment N. Castan, Les criminels de Languedoc : les exigences d’ordre et les voies du ressentiment dans une société pré-révolutionnaire : 1750-1790, Toulouse, 1980 ; R. Muchembled, La violence au village : sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Paris, 1989 ; N. Gonthier, Cris de haine et rites d’unité : la violence dans les villes, XIIIe-XVe siècle, Turnhout, 1992 ; F. Foronda, Ch. Barralis, B. Sère (dir.), Violences souveraines au Moyen Âge : travaux d’une école historique, Paris, 2010.

83 Sur ce nouveau champ de recherche, voir B. Garnot (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, 1996.

84 C. Gauvard, « Avant-propos », Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, 2001, p. 7-9 (voir également la conclusion du même auteur, p. 369-391).

85 Sur les règles et les normes comme ressources dans les stratégies des litigants, voir C. Wickham, Legge, pratiche et conflitti. Tribunali e risoluzione delle dispute nella Toscana del XII secolo, Rome, 2000 ; A. Boureau, La loi du royaume. Les moines, le droit et la construction de la nation anglaise (XIe-XIIIe siècle), Paris, 2001 ; H. Couderc-Barraud, La violence, l’ordre et la paix. Résoudre les conflits en Gascogne du XIe au début du XIIIe siècle, Toulouse, 2008.

86 Sur la nouvelle méthodologie appliquée au conflit, voir la synthèse de B. Lemesle, Conflits et justice au Moyen Âge. Normes, loi et résolutions des conflits en Anjou aux XIe et XIIe siècles, Paris, 2008, p. 223-234.

87 E. Grélois, « Les logiques concurrentes des populations riveraines des zones humides : rivières, lacs et marais de Basse-Auvergne d’après les sources écrites (XIIIe-XVIe siècle) », Fleuves et marais…, p. 291-298.

88 H. Neveux, Les révoltes paysannes en Europe, XIVe-XVIIe siècle, Paris, 1997.

89 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925.

90 R. B. Manning, Village Revolts : Social Protest and Popular Disturbances in England, 1509-1640, Oxford, 1988 ; J. M. Neeson, Commoners : Common Right, Enclosure and Social change in England (1700-1820), Cambridge, 1993.

91 Sur les conflits et la régulation sociale, voir par exemple J. M. Palop Ramos, Hambre y lucha antifeudal. Las crisis de subsistencias en Valencia (Siglo XVIII), Madrid, 1977 ; G. Lemeunier « Luchas agrarias en la huerta de Murcia en torno a 1800. El gremio de labradores de la huerta de Murcia proyecto de ordenanzas (1796) », Áreas, 1989, p. 122-135 ; Id., « Les ordonnances locales, source d’histoire rurale dans la Couronne de Castille. Ordenanzas de la huerta de las Alguaças (1515) », Histoire et sociétés rurales, 1994, p. 181-191.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540