Version classiqueVersion mobile

L’hérétique au village

 | 
Philippe Chareyre

Des villages « infectés par la nouvelle religion » en Flandre et au pays de Lalleu au temps des « troubles » (1555-1570)

Alain Lottin

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir A. Lottin, P. Guignet, Histoire des provinces françaises du Nord, t. 3, de Char (...)

1Pendant une brève période de l’histoire, d’avril 1566 au début de l’année 1567, les protestants ont pensé l’emporter dans les anciens Pays-Bas espagnols et sont même apparus comme les maîtres dans certaines villes et de nombreux villages de Flandre. Par la suite, une impitoyable répression, faisant de nombreuses victimes, a contraint la majorité d’entre eux, soit à « contrefaire le catholique » et rester, soit à émigrer vers des refuges étrangers en perdant leurs biens et en laissant parents et amis. De nombreux documents permettent de connaître l’identité de ces villageois hérétiques. En dehors des archives classiques en la matière (textes officiels, correspondances, procès, etc.), on dispose de sources exceptionnelles liées à des événements importants. Ce sont d’abord les enquêtes des commissaires – généralement, des membres du Conseil de Flandre à Gand – envoyés par la gouvernante générale des Pays-Bas, Marguerite de Parme, ou les rapports de l’inquisiteur Titelmans sur la diffusion du protestantisme dans le pays. La période 1560-1565 est jalonnée d’incidents « scandaleux » : prêches clandestins, farces ridiculisant la religion et l’Église catholique, exécutions publiques empêchées, attaques de prisons pour libérer des coreligionnaires arrêtés1. Les correspondances des autorités locales avec Bruxelles, notamment lors des grands prêches du printemps 1566, puis les « besognés » (enquêtes), ordonnés par le duc d’Albe en 1567, donnent des informations sur la situation sur le terrain. Suivent les procès et les sentences du Conseil des Troubles ou des juridictions ordinaires, puis les comptes de confiscations des biens meubles et immeubles des condamnés. Le tout fournit des renseignements qui permettent de connaître de nombreux hérétiques, de découvrir leur situation économique et sociale, leur place dans la communauté villageoise, leurs motivations, leurs actes, leurs destins.

  • 2 J. Depotter, Histoire, Mœurs et Institutions du pays de Lalleu et des communes du canton de Lavent (...)

2Pour cette étude de micro-histoire, nous avons retenu deux ensembles de villages. Le premier est situé dans la châtellenie de Bailleul, l’une des sept châtellenies du Westquartier en Flandre ; l’autre se trouve dans un petit secteur au statut complexe, le pays de Lalleu, situé entre Armentières et Béthune, marqué par la présence de la Lys. Depuis 1556, le comte d’Egmont, un des vainqueurs de Saint-Quentin (1557) et de Gravelines, est gouverneur des provinces d’Artois et de Flandre et il y jouit d’un prestige considérable. Caractérisons en quelques mots le paysage, l’activité et les institutions de ces deux secteurs. Dans le premier groupe de villages, Meteren et Merris près de Bailleul appartiennent à la plaine de Flandre et comprennent surtout des terres de labour. Non loin, Steenwerck par exemple, peuplé d’environ 2 500 âmes selon le baron de Rassenghien, gouverneur de la province de Lille-Douai-Orchies, est plus largement pénétré par l’activité textile rurale. La ville de Bailleul exerce une forte influence sur ces villages. Ils ont leur propre échevinage et dépendent pour la justice d’une cour féodale composée d’hommes de fief. Le Conseil de Flandre à Gand est l’autorité judiciaire supérieure. Le pays de Lalleu est plus complexe sur tous les plans. Il est marqué par la présence de l’eau partout, avec une alternance de champs, de prés et de bois. À l’activité paysanne, s’ajoute celle liée au commerce et au travail du textile. Les quatre villages qui le constituent stricto sensu, Laventie, Sailly-sur-la Lys, Fleurbaix et une partie de La Gorgue, ont pour seigneur l’abbé de Saint-Vaast d’Arras. Celui-ci entretient un prévôt à Sailly qui se borne à garder la prison et un bailli ecclésiastique. Le bailli du roi de 1557 à 1579, Charles de Bonnières, baron d’Auchy, est le plus actif. Mais le pouvoir local appartient essentiellement aux dix échevins du pays de Lalleu (trois pour Laventie, trois pour La Gorgue-Lalleu, deux pour Sailly et deux pour Fleurbaix), lesquels se cooptent les uns les autres et jouissent d’une grande autonomie. Ils disposent d’un greffier qu’ils choisissent et d’un procureur d’office2.

3Par extension, on joint traditionnellement au pays de Lalleu, proprement dit, l’autre moitié de la paroisse de La Gorgue qui dépend du comte de Flandre représenté par un bailli, le baron d’Auchy précité, et qui a également trois échevins. De même au sud, les villages de Lestrem, Richebourg et Vieille-Chapelle, qui sont des seigneuries artésiennes, vivent en symbiose avec les villages de Lalleu. Une partie de Richebourg dépend aussi de Saint-Vaast d’Arras.

Implantation et progression de la « nouvelle religion »

Des « sectaires » bien implantés

  • 3 E. de Coussemaker, Troubles religieux du XVIe siècle dans la Flandre maritime, 1500-1570, document (...)
  • 4 A. Henne (éd.), Mémoires de Pontus Payen, Bruxelles, t. 1, 1861, p. VIII et 123.

4Quand et comment des habitants de ces villages se sont-ils convertis à la « nouvelle religion » ? On ne peut le dire avec certitude. Des témoignages postérieurs laissent entendre qu’au pays de Lalleu quelques protagonistes des principaux événements ont adopté la réforme dès 1544, ce qui renvoie au passage dans la région de Pierre Brully. On sait aussi que des anabaptistes flamands parcourent ces secteurs. En 1555, l’official d’Arras, qui établit un rapport pour son évêque, Granvelle, mentionne que les paroisses du pays de Lalleu sont mal famées. À partir des années 1560, de nombreux incidents témoignent d’une bonne implantation calviniste qui ne cesse de progresser malgré la répression qui sévit. Des prêches, des « conventicules » sont signalés autour du Catsberg (Mont des Cats) ou près de Bailleul. En 1561, un tumulte intervient dans cette ville pour empêcher le transfert d’un prisonnier arrêté sur ordre de l’inquisiteur Titelmans. Marguerite de Parme envoie des membres du Conseil de Flandre enquêter sur place. Leur rapport est très pessimiste ; selon eux, si on veut appliquer les lois, il « faudrait user d’une terrible effusion de sang qui causerait l’entière dépopulation et destruction du pays ». Or il s’agit majoritairement « de pauvres gens ne scachant ni lire ni écrire ». Les enquêteurs préconisent donc de ne punir que les meneurs et de pardonner aux autres, un point de vue alors partagé par certains notables3. Le mémorialiste catholique Pontus Payen, bourgeois d’Arras, note que de nombreux jurisconsultes catholiques ne « voulaient assister aux procès criminels des hérétiques, leur semblant chose cruelle de condamner un homme à la mort pour une opinion, quoique réprouvée4 ». En 1562, finalement, dans la ville et châtellenie de Bailleul, 173 personnes sont bannies, dont une vingtaine à Meteren, 15 à Steenwerck et 6 à Merris ; en principe, leurs biens sont confisqués mais des émigrés reviennent et participent aux événements ultérieurs. Le conseiller Hesselé a également enquêté au pays de Lalleu mais s’est heurté à la loi du silence. Les principaux suspects n’ont d’ailleurs pas attendu son arrivée pour déguerpir. Ainsi, à Saillysur-la-Lys, il a voulu interroger le brasseur Baltazar Ernoult, réputé versé en Écriture sainte, mais sa femme ne savait pas où ce dernier se trouvait et la perquisition de son domicile n’a pas permis de trouver le moindre livre !

  • 5 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 272-273.

5Ces enquêtes et condamnations n’empêchent pas les progrès de la Réforme. En 1562, un prêche tenu en plein jour sur le cimetière de Boeschepe, entre Cassel et Poperingue, suscite une vive réaction du roi à Madrid. L’année précédente, à la Pentecôte 1561, une farce contre l’Église et le catholicisme est jouée à Laventie par les enfants du greffier Mathieu Wattepatte, Noël Creton, huissier et Jehan Duhem, tourneur. L’évêque d’Arras, François Richardot, prédicateur de Cour renommé, vient en personne prêcher dans l’église du bourg et remontre à Mathieu Wattepatte « qu’il ne debvoit permectre à ses enffans jouer semblables jeux5 ». La propagation de la religion réformée se fait aussi par la lecture des livres saints et l’instruction des jeunes. Philippe Wattepatte est accusé de lire « aucuns livres à son fils pour le séduire et le tirer de leur secte ». Quant à Jehan Cappel, parmentier, réfugié à Laventie, il réunit des habitants dans « l’aucquerie et jardin » des Wattepatte, où « il lisoit aucuns livres et preschoit ceulx qui se trouvoient à ladicte assemblée tant de nuict que de jour ». Les conflits de juridiction entravent parfois la répression. Ainsi, après la farce jouée à Laventie, le bailli du roi a arrêté les fils Wattepatte, Noël Creton et autres, mais ils ont été libérés sous caution « par Messieurs de Saint-Vaast, leur juge ordinaire ».

Un printemps agité

  • 6 A. Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, 2007.
  • 7 Sur ces nobles, voir A. Lottin, « Nobles, calvinistes et Gueux : trois figures de proue de la révo (...)
  • 8 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 338.

6Au printemps de 1566, alors que sévit une crise économique et sociale sévère, le mouvement s’accélère. L’opposition à la politique de Philippe II se cristallise autour du Compromis des nobles et de la pétition que ses tenants présentent à Marguerite de Parme le 5 avril 1566 à Bruxelles. Traités de « Gueux », ils revendiquent fièrement ce patronyme et « Vive les Gueux » devient le cri de ralliement des protestants et des confédérés6. Dans les secteurs étudiés, quelques nobles sont des meneurs avérés du mouvement et leurs châteaux, des refuges sûrs pour les prédicants. Parmi les plus engagés, citons Jean Le Sauvage, seigneur d’Escobecques et de Ligny, Jean d’Estourmel, seigneur de Vendeville, Charles de Houchin, seigneur de Longastre et son beau-frère, Adrien de Berghes, seigneur d’Olhain7. Selon les dires des curés, les réformés sont bien heureux d’avoir de tels chefs. Ajoutons qu’une bonne partie du peuple est aussi persuadée que le comte d’Egmont, leur gouverneur, ne voit pas d’un mauvais œil cette évolution et les ministres protestants accréditent cette thèse. Les grands prêches à la campagne (hagepreken) se multiplient ; entre Estaires et Merville, on en relève deux en mai, quatre en juin, trois en juillet, six en août. On commence à y célébrer des baptêmes et des mariages selon la religion réformée et les communautés calvinistes ont toutes des consistoires, avec anciens et diacres, ainsi que des maîtres d’école. Outre les grands prédicants itinérants qui se déplacent sous bonne escorte, quelques ministres s’établissent à demeure, tel Octavien Bécourt à Laventie qui épouse Claire Hacquelo. Toutefois, le dialogue avec les catholiques n’est pas rompu sur le terrain. Après un prêche tenu le jour de Saint-Jacques et Saint-Christophe (25 juillet 1566) au cours duquel Julien, ministre actif surtout à Armentières, avait critiqué le culte de la Vierge Marie, le curé de Laventie propose une discussion publique aux responsables de la communauté calviniste ; elle se tient le samedi suivant dans une taverne, les interlocuteurs protestants du curé étant l’huissier Noël Creton et Jean Rumault, un proche du seigneur d’Escobecques8.

Les « merveilles » d’août 1566 et leurs suites

  • 9 Les dépositions de nombreux témoins sont reproduites dans E. de Coussemaker, Troubles religieux…, (...)

7Des actes spectaculaires d’iconoclasme à Steenvoorde le 13 août 1566 et à Bailleul, le lendemain, annoncent le grand mouvement qui intervient le « jour Nostre-Dame my-aoust ». Le curé de Laventie était dans son église « au commenchement desdicts bris ». Il a vu entrer un important groupe de « casseurs », conduits par « Philippe et Jehan Wastepatte, ayans espées, pistoulletz et harcquebouses, lesquels commandoient comme maistres d’œuvre aux aultres ». Une quarantaine de paroissiens est présente, notamment Jehan Duhem, « quy commandoit rompre et enseignoit ce qu’il vouloit avoir rompu », en particulier les orgues. Averti de l’arrivée d’étrangers, c’est-à-dire de sectaires réformés des localités voisines, le curé part et « se mist en saufveté ». Il ne manque pas de souligner que « les sectaires se portoient et se vantoient du Sr d’Olhain, Longastre, Vendeville et Escaubecque et faisoient leurs publications par le Sr d’Escaubecque ». D’autres témoignages mentionnent que Mahieu Baiart coupait « d’une cugniette à quelque sainct sa barbe à la gueuse9 ». Dans les villes et les villages des environs et de Flandre, des scènes identiques se produisent le 15 août et les jours suivants. À Meteren, Jean de Bleuf a ouvert violemment les fonts baptismaux et jeté avec mépris l’eau bénite sur les assistants. Le cabaretier Henri Van de Walle a hébergé et nourri les casseurs et a lui-même rompu des images. Le tout se fait dans la liesse. On assiste ainsi à une rupture frontale avec les croyances les plus sacrées des catholiques. Des crucifix sont brisés, on joue « comme d’une boule » avec les ciboires, les tabernacles sont rompus. « Tenez, voilà de beaulx bébés » crie Adrien Dannezin à Merville en lançant des hosties à la foule.

  • 10 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 283, 291.
  • 11 A. Henne (éd.), Mémoires…, p. 160.

8On peut s’interroger sur l’absence apparente de réactions des catholiques devant ces événements, sauf rares exceptions. Au mieux, comme à Fleurbaix ou Lestrem, ils ont mis à l’abri les images et les objets du culte les plus précieux. Des échevins du pays de Lalleu déclarent que « les catholicques estans en petit nombre n’avoient auctorité ny puissance de résister ausdicts presches et assemblées ». Plus fréquemment, est avancé l’argument d’une organisation quasi-militaire des protestants et des excellentes liaisons qu’ils entretiennent entre eux. À Lalleu, on signale que les Flamands, c’est-à-dire ceux qui habitent de l’autre côté de la Lys et relèvent du comté de Flandre, se rangeaient sur le marché de Laventie « comme gens de guerre, tellement que ne leur estoit possible d’y résister ». Mais cette excuse peut n’être qu’un prétexte, soit pour justifier leur absence de réaction, soit pour dissimuler une adhésion à la Réforme. Ainsi, à Sailly-sur-la Lys, un laboureur du nom de Clenquemeulle déclare que dans ce village l’iconoclastie est le fait « d’aucuns Flamengs et gens estrangiers et n’y veit personne du villaige de Sailly ». Mais un autre laboureur, Michel Le Bleu, a, lui, reconnu Clenquemeulle parmi les casseurs10 ! En fait, une grande perplexité règne chez les catholiques. Les protestants répandent partout le bruit que ce bris des images se fait avec l’accord des seigneurs et notamment du comte d’Egmont dont on connaît les mauvaises relations avec le gouvernement espagnol. Quant aux seigneurs demeurant à proximité, certains sont des meneurs notoires des Gueux. Comme Pontus Payen l’écrit, « nul n’osait entreprendre sur eux (les sectaires), à cause des gentilshommes confédérés qui leur soutenait le menton11 ».

Des lendemains incertains

9Le mouvement ayant gagné de grandes villes et des villages de Flandre, de Brabant, de Hainaut et de Hollande, notamment Anvers, Gand, Tournai, et menaçant Bruxelles, Marguerite de Parme s’est résolue le 24 août à négocier avec les nobles signataires du Compromis. De cet accord, publié le 25, il ressort que les prêches sans armes sont autorisés à la campagne, là où ils se sont tenus avant cette date, que les églises occupées doivent être rendues aux catholiques, que les casseurs sont mis hors-la-loi et que les seigneurs vont aider à ramener le calme. À Valenciennes, où les calvinistes sont sûrs de leur force et attendent un signal des autorités, on s’empresse dès le 24 août d’iconoclaster les églises pour bénéficier de ces clauses. Le Cateau-Cambrésis, dépendant de l’archevêque de Cambrai, suit le mouvement.

10Sur le terrain, l’application de cet accord ne va pas de soi. Pour les protestants, la liberté de prêche inclut implicitement l’exercice de leur culte, ce que le comte d’Egmont semble leur avoir concédé mais ce que refuse la gouvernante générale. Ils ne veulent pas restituer les églises transformées en temples. À Sailly-sur-la Lys, des témoins ont entendu le laboureur Christophe Traisnel y dire les prières en français ; son fils a lu des textes bibliques et Christophe a conclu : « Messieurs, voici nostre créance et nostre foy et la Loy que nous voulons tenir. » À Laventie, une âpre discussion s’engage à la taverne « l’Aigle d’or » le 20 septembre 1566 et dure trois jours. Les protestants sont représentés par les seigneurs d’Escobecques et Du Hem, grand bailli d’Haubourdin, les catholiques par les seigneurs d’Auchy, grand bailli de Lalleu, et De Valhuon, bailli de Saint-Vaast d’Arras. Nicolas de Landas, homme de confiance du comte d’Egmont, s’efforce d’arbitrer le débat qui est vif. Comme des paroissiens font observer que, pendant qu’on discute, des sectaires sortent « du bois » de l’église, Du Hem réplique que « les badins ont fait plus d’outrages aux Gueux que les Gueux aux catholiques ». Finalement, les protestants n’obtiennent qu’un terrain à la sortie de Laventie pour élever un temple. Deux autres leur sont accordés, l’un à Estaires, l’autre dans la partie flamande de La Gorgue.

11Les fragiles accords des 24 et 25 août 1566 sont loin de régler le problème. Si le comte d’Egmont paraît accepter la coexistence pacifique et si le comte de Hornes à Tournai semble favoriser les protestants, il n’en est pas de même dans la gouvernance de Lille et en Hainaut où les gouverneurs, le baron de Rassenghien d’un côté et le seigneur de Noircarmes de l’autre, sont des catholiques convaincus, fidèles au roi. L’Artois aussi est globalement « sain ». C’est dans cette conjoncture que les protestants lancent une grande collecte officiellement destinée à rassembler 3 000 000 de florins afin d’acheter la liberté de conscience au roi. Certes Philippe II a des besoins d’argent, mais on sait aussi qu’il ne pactise pas avec l’hérésie. Cette collecte semble donc avoir un autre but, comme le déclare Henri Pingrel, tavernier à Laventie : « Disoient aucuns que ledict argent se levoit pour faire présent au Roy, afin d’avoir liberté de vivre en leur religion. Et les aultres disoient que c’estoit pour lever gens d’armes. » Les communautés protestantes se mobilisent pour cette levée d’argent et elles sont taxées selon leurs possibilités. Lestrem, par exemple, doit fournir 60 florins. Bientôt, le doute est levé sur la destination de cet argent. Les sectaires enrôlent des hommes à 30 patars par jour, auxquels se joignent des volontaires pour aller secourir Valenciennes. Cette ville où, selon Noircarmes, les habitants « n’ont point d’autre Dieu et roi que leurs ministres », est déclarée rebelle le 14 décembre et assiégée par les troupes royales. Des bandes de protestants armés accourent de Flandre et de Lalleu au secours des Valenciennois, saccagent des églises et des abbayes sur leur passage et finalement sont écrasées. Tournai se rend le 2 janvier 1567 et Valenciennes, inflexible, est prise d’assaut le 23 mars.

Répression et terrorisme en Flandre et au pays de Lalleu

  • 12 A. D. Nord, B 5691, 1565-1568 (n. s.), f° 15 (vers le 9 janvier 1567).

12Dès le début de l’année 1567, la « normalisation », c’est-à-dire le rétablissement du seul culte catholique, est l’objectif fixé. Le 12 janvier, la gouvernante générale demande au comte d’Egmont « de désarmer entièrement la populace de Lalleu, Cassel et Basse-Flandre ». Les habitants de Lalleu doivent porter leurs armes au château de Béthune où est arrivé le comte d’Egmont. Une enquête est lancée pour identifier « ceux qui ont porté les armes contre Sa Majesté » ; deux autres suivent en mai et en août. Mais le pays est loin d’être soumis. Le bailli du bailliage de Bailleul signale qu’il a conduit à Ypres un iconoclaste, Louis Schellewaert, pour être exécuté par la corde, « ce qu’on n’osoit faire en la ville de Bailleul, ny mesme le retenir un seul jour ès prison craindant que mal n’en fust advenu, ou que par forche des sectaires, eust esté empesché12 ». Au pays de Lalleu, où quelques exécutions de protestants s’étaient déjà produites, des attentats sont commis. En Flandre, les prêches semblent avoir continué jusqu’à la fin d’avril, jusqu’à ce que le comte d’Egmont ait menacé d’user de rigueur à l’égard des contrevenants.

13La répression devient beaucoup plus dure et systématique avec l’arrivée, à Bruxelles, du duc d’Albe et de ses tercios à la fin d’août 1567. Le duc fait arrêter les comtes d’Egmont et de Hornes le 9 septembre et met en place, le 20, le Conseil des Troubles chargé de superviser la répression. Il désigne également des commissaires chargés, dans les différents quartiers, de confisquer les biens des condamnés, des émigrés ou des « latitants », c’est-à-dire ceux qui se cachent, notamment dans les bois. Dès lors, « besognés » et enquêtes se succèdent et provoquent de nouvelles émigrations.

  • 13 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 1, p. 184, lettre du 1er février 1568, (n. s.), au baro (...)

14Quelques protestants déterminés tentent de résister en perpétrant des actes terroristes contre des curés ou des militaires. L’assassinat, près de Nieppe, au début de janvier 1568, du curé de Reninghelst puis du curé d’Hondschoote a un grand retentissement. Le duc d’Albe considère que « ces belistres et meschans [ont] grande intelligence au pays ». Il ordonne que « les premiers que l’on pourra au vray trouver, soyent hommes ou femmes, pendre et estrangler tout incontinent et faire ruiner et jecter par terre leurs maisons pour par ceste démonstration chaude leur imprimer tant plus de terreur et les rendre sages13 ». Au pays de Lalleu, la situation reste explosive au printemps et à l’été 1568. Ici, comme dans tous les Pays-Bas, le duc d’Albe ordonne, le 3 mars 1568, d’arrêter ceux qui sont convaincus d’avoir pris une part active aux troubles.

15À cette répression systématique, les Gueux des bois répliquent par des actes terroristes. Le 2 avril 1568, à Lestrem, ils frappent un grand coup. Conduits par les frères Delécluse dont le père, François, avait été exécuté, ils tuent le prévôt des maréchaux d’Artois, Dentelin Gondibleu et ses seize hommes qui passaient la nuit dans ce village et emmènent leurs chevaux. Dès lors, exécutions publiques et attentats se répondent. Le 5 juin, à Bruxelles, les comtes d’Egmont et de Hornes sont décapités. Des Gueux des bois assassinent le curé de Lestrem ainsi que Jehan Richebé, bailli de ce village, qui avait déposé contre eux. Ils tentent alors de tuer le curé de Richebourg qui se réfugie dans le clocher et échappe de justesse à l’asphyxie, ses agresseurs ayant mis le feu au mobilier de l’église. De nouvelles enquêtes entraînent de nouveaux bannissements. Mathieu Wattepatte, greffier du pays de Lalleu, dont deux fils ont été exécutés, l’est à son tour, le 29 décembre 1568 à Bruxelles. L’année suivante, deux meurtriers du prévôt des maréchaux sont rompus vifs, un troisième est brûlé. Le pays de Lalleu et ses environs sont soumis et brisés.

  • 14 A. D. Nord, B 5691, compte du bailliage de Bailleul du 15 février 1565 au 15 février 1568 (n. s.)

16Dans la châtellenie de Bailleul, enquêtes et exécutions se succèdent également. Le bailli, des échevins et des hommes de fief viennent interroger des témoins dans les villages. Mais le nombre de prisonniers est proportionnellement moindre car, lorsqu’Egmont était encore gouverneur, des suspects avaient pu s’enfuir. Il semble, par ailleurs, que les échevins ou les hommes de fief sont enclins à l’indulgence ; si François Devos, cabaretier à Meteren est exécuté en septembre 1568, le cabaretier Henry Van den Walle, qui a confessé avoir cassé une image dans l’église et hébergé des casseurs, est seulement condamné à faire amende honorable et à remplacer une image à ses frais14. Ces modestes sanctions provoquent une réaction du duc d’Albe qui rappelle aux juges ordinaires, le 31 mars 1568, « que ceux notamment qui étaient convaincus d’avoir porté les armes contre le roi, brisé les images, été consistoriaux, ministres ou les avaient hébergés » devaient subir des peines corporelles.

17Au total, pour l’ensemble de la châtellenie de Bailleul, ville comprise, on relève 370 condamnations, dont 28 à mort, et pour le pays de Lalleu, Estaires incluse, 208 condamnations dont 27 à mort. Les bannissements avec confiscation des biens constituent donc l’immense majorité des cas et concernent des émigrés ou des « latitants ».

Approche sociologique des villageois hérétiques

  • 15 Pour la correspondance entre anciennes et nouvelles mesures, se référer à l’arrêté préfectoral du (...)
  • 16 D. Rosselle, Le long cheminement des progrès agricoles : le Béthunois du milieu du XVe siècle au d (...)

18Enquêtes, procès, sentences et surtout comptes de confiscations des biens meubles et immeubles des condamnés fournissent des renseignements qui permettent de connaître assez bien le statut et la situation économique et sociale des hérétiques exécutés ou bannis. Les confiscations étant gérées par quartier géographique et administratif, des biens possédés dans d’autres quartiers plus lointains peuvent donc nous échapper. Mais ceci, sauf rare exception, ne concerne que les plus riches et leur fortune transparaît suffisamment dans les comptes du quartier où ils résident. Une autre difficulté naît du fait que les comptes ne sont pas tenus de manière homogène et varient d’un receveur à l’autre. Enfin les problèmes métrologiques ne sont pas simples et il a fallu partir du postulat qu’au niveau du village, les mêmes unités de mesure sont utilisées15. Pour cette étude, nous avons retenu quelques villages du pays de Lalleu, essentiellement Laventie et Sailly-sur-la Lys, et de la châtellenie de Bailleul, Meteren et Merris. Le contraste paysager et économique entre ces deux secteurs est sensible comme nous l’avons déjà signalé. Le pays de Lalleu, notamment, est aussi une zone d’échanges liés à la rivière et d’industrie textile rurale. La paysannerie s’apparente à celle du Bas Béthunois étudiée par D. Rosselle16.

Les hérétiques du pays de Lalleu

  • 17 A. D. Nord, B 7212, recettes particulières des confiscations, La Gorgue et Lalleu, 1567 ; B 7213, (...)
  • 18 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 396.
  • 19 Y. Junot, Troubles religieux au pays de Lalleu et ses environs, maîtrise dactyl., université de Li (...)

19Les comptes de confiscations du pays de Lalleu, qui commencent avant l’arrivée du duc d’Albe, sont malheureusement assez confus car ils mêlent biens meubles et immeubles. Le receveur nommé par le duc, Charles de la Bussière, mentionne d’ailleurs que, pour les premiers condamnés, l’essentiel des biens meubles avait été saisi par le baron d’Auchy et que beaucoup de fugitifs avaient vendu, donné ou caché leurs biens meubles. On doit donc se fier surtout au descriptif et à l’estimation des biens immobiliers17. Quant à la réalité de la confiscation, il faut tenir compte du droit coutumier qui laisse aux femmes, si elles sont restées catholiques, et beaucoup d’entre elles le prétendent, la moitié des biens meubles et une pension alimentaire, sans oublier leurs biens propres évidemment. La valeur locative peut aussi être sous-évaluée faute d’un nombre suffisant de repreneurs ou parce qu’au village, joue une certaine solidarité vis-à-vis des familles de condamnés, ou parfois la peur. Ainsi il est noté qu’à Lestrem, dans un secteur éloigné du centre, « n’ayant personne vollu ou osé emprendre de labourer les terres et les despouiller soubz la main du Roi18 ». À Lalleu, Yves Junot a calculé que sur 188 personnes répertoriées, 75, soit environ 40 %, n’ont aucun bien meuble et que la valeur de ceux qui sont vendus aux enchères n’excède pas 60 florins pour la moitié des possédants19. Il s’agit le plus souvent d’outils de travail, de seaux, de bancs, de coffres, de tables, de buffets, d’armoires, d’habits simples. On ne trouve pratiquement pas de livres ou d’armes, car ils ont été emportés ou donnés. Parmi les possédants les plus importants, on peut citer les laboureurs Henry Le Vaast et Philippe Gombert de La Gorgue, à cause de la vente de leur cheptel, ou le brasseur Baltazar Ernoult à Sailly (700 florins). Le cas de Mathieu Wattepatte de Laventie est singulier car on a saisi chez lui 88 florins en pièces de différentes monnaies qui appartiennent probablement à la communauté.

20Les renseignements sur les biens immobiliers qui, conformément à la coutume, intègrent les rentes de toute nature, sont plus fiables. Il faut souligner qu’il s’agit de propriétés et non d’exploitations, le receveur des confiscations ne s’intéressant par définition qu’aux premières. Sur 74 possédants répertoriés, 36 ont moins d’1,5 ha et le revenu annuel attaché à ces biens ne dépasse pas 40 florins. La petite propriété l’emporte donc nettement. À Laventie même, dix propriétaires entrent dans cette catégorie, deux ont des biens produisant un revenu compris entre 40 et 60 florins, deux autres entre 80 et 100 florins et un, dont les propriétés représentent 22,3 ha, entre 200 et 300 florins. La valeur est inconnue pour deux autres, mais probablement faible. À Sailly, sur sept propriétaires identifiés, deux ont un revenu annuel inférieur à 20 florins, un est compris entre 80 et 99 florins et un autre entre 100 et 200 florins. On ignore ce qu’il en est pour les trois autres.

21Les terres possédées dans ce paysage contrasté sont de nature différente : terres à labour majoritairement, mais aussi « aucqueries », c’est-à-dire terrains jouxtant la maison, clos par des haies et plantés d’arbres fruitiers, jardins, prés, « riez », c’est-à-dire terres humides. La valeur locative des terres varie selon la nature et la qualité du sol : la moyenne est de 12 florins le bonnier (1,4184 ha), mais les variations peuvent être importantes. Les prés proches de la Lys ou de la Leue sont les plus chers. Quant aux rentes, sauf quelques fiefs-rentes financièrement négligeables, il s’agit essentiellement de rentes héritières, donc transmissibles, avec une valeur de rachat, au denier 16 (6,5 %) ou au denier 12 (8,33 %). Parmi les titulaires de rentes importants, mentionnons Florent Roussel et Jehan Delespine de La Gorgue.

22Si l’on s’attache aux professions connues des condamnés, à Laventie on trouve 10 agriculteurs, qualifiés de laboureurs pour la majorité, 6 métiers relevant de l’artisanat, 3 de l’administration, 3 de services et un ministre réformé. À La Gorgue, parties flamande et de Lalleu réunies, sur 27 professions connues, 11 relèvent de l’agriculture, 9 de l’artisanat, 8 des services dont la moitié du transport, un de l’administration et un ministre. Si l’on s’intéresse aux responsables réformés, consistoriaux pour la plupart, on constate une certaine diversité mais aussi une proportion importante de notables, de paysans ou de cadres administratifs.

23À Laventie, on a vu le grand rôle tenu par les Wattepatte : le père Mathieu, greffier du pays de Lalleu, ses fils Philippe et Pierre, membres du consistoire, tous les trois exécutés. Leur niveau culturel est élevé mais leur situation sociale paraît modeste. Mathieu, en dehors de la somme en espèces saisie chez lui et qui très probablement ne lui appartient pas, semble ne posséder que sa maison avec 1,83 ha de jardins et de labours. Les biens de ses fils exécutés viendraient de leurs femmes. Marguerite Walle, épouse de Philippe, a hérité de deux maisons et de 2,10 ha et celle de Pierre, Jehenne Stelland, possède une maison avec une petite « aucquerie ». Quant à Jean, seul fils survivant car émigré, il est marié avec la fille de Philippe Caulier, un laboureur de La Gorgue possédant 7,06 ha, échevin, membre du consistoire de ce bourg, qui émigre en Angleterre. Jean Duhem que nous avons vu commander « comme maistre d’œuvre » lors de l’iconoclastie, est un tourneur ne possédant que sa maison. Il siège au consistoire avec des paysans aisés, tels le laboureur Pierre Chavatte ou le censier Henri Le Secq qui exploite 9 ha et a épousé Chrestienne Salengré, issue d’une famille notable de Laventie. On y trouve également Noël Creton, huissier de justice, possédant 3 maisons, 4 « aucqueries », un petit entrepôt, deux titres de rente, le tout produisant un revenu annuel estimé à 100 florins. Deux des condamnés sont de riches paysans et échevins de Laventie. Guy Dubois, laboureur, émigré et banni, participe aux réunions du consistoire. Il possède avec sa femme 22,33 ha. L’autre échevin, Nicolas Salengré, brûlé vif à Bruxelles après avoir refusé toute réconciliation avec l’Église catholique, détient avec son épouse 5,76 ha avec « maison, grange, étables séant sur une motte » et deux petits fiefs ; ils louent également 5,67 ha.

24On trouve des cas similaires dans les autres villages ou bourgs, qu’il s’agisse par exemple de Christophe Traisnel à Sailly-sur-la-Lys (plus de 15 ha), banni, ou de François Delescluse, laboureur à la Gorgue (17 ha) et influent à Lestrem grâce à sa femme, Antoinette Lemaistre ; il conserve les clefs de l’église de ce village et a voulu obliger le bailli, Jehan Richebé, à signer un appel pour la liberté de conscience. Il est exécuté en 1567 et ses fils, Israël et Antoine devenus Gueux des bois, sont directement mêlés à l’assassinat du prévôt des maréchaux d’Artois et de sa troupe, ainsi qu’à l’assassinat de Jehan Richebé et du curé de Lestrem. Bannis, car émigrés, leurs biens familiaux sont confisqués et leurs revenus attribués par décision du duc d’Albe à la veuve du prévôt, sa vie durant. On pourrait multiplier les exemples.

Les hérétiques condamnés à Merris et Meteren en Flandre

  • 20 A. D. Nord, B 7049 à 7051, 1567-1573. La localisation des terres est parfois donnée et lorsqu’elle (...)

25Les comptes de confiscation de la châtellenie de Bailleul ont l’avantage d’être tenus beaucoup plus clairement par le receveur Jacques Vléricq, puis par sa veuve, Jehenne Pillyzère. Les biens meubles, vendus aux enchères ou estimés, figurent dans un registre séparé de celui des immeubles, les rentes faisant aussi partie de ceux-ci. La monnaie est également la livre de 40 gros, c’est-à-dire le florin20. Les condamnations pour les villages de Merris et Meteren sont prononcées par la cour féodale de Bailleul, composée d’hommes de fief et l’on sait que le duc d’Albe s’impatiente de voir les procès différés. À Merris, modeste village, neuf condamnés, dont cinq exécutés, voient leurs biens confisqués. Cette forte proportion de sentences de mort s’explique par une participation active à l’iconoclastie et à la collecte de deniers qui a servi à armer des hommes. Deux des condamnés ne possèdent rien : Charles de Brune, exécuté par le glaive, et Sire Guillaume de Jaeghere, le curé du village, converti au calvinisme et émigré en Angleterre où il se marie. Deux autres, Josse Weecsteen et Nicolas Loonis, bannis, ne possèdent que quelques mesures de terre. Trois autres, exécutés, appartiennent à des strates moyennes de la société, le tavernier Marc Van der Waerde, crédité de 25 florins de biens meubles et d’un « lieu-manoir » de 12,5 mesures (5,50 ha), Jehan Schaekele avec 36 florins et environ 5 ha, et Gilles Vertreck, plus difficile à cerner. Celui-ci a deux maisons d’héritage, trois mesures et demi de terres à labour en trois pièces, occupées à raison de 13 florins par an, et la vente de ses biens meubles rapporte 40 florins. Il est aussi bailli de la seigneurie de Waerde à Merris dont le seigneur est Gilles Le Cocq, membre du Conseil de Flandre à Gand. Enfin, les deux derniers condamnés appartiennent à la paysannerie aisée : Jacques Prys, banni, dont les biens meubles saisis rapportent 70 florins, possède plus de 18 ha et Martin Cleenewerck, échevin, membre du consistoire, est propriétaire de plus de 20 ha avec des biens meubles valant 110 florins.

26Les 26 condamnés de Meteren s’échelonnent sur l’échelle sociale comme ceux de Merris. 15 possèdent des bien meubles et 18 des immeubles. Certains sont des laboureurs. Comme à Merris ou au pays de Lalleu, de nombreux liens familiaux les unissent.

***

  • 21 A. Lottin, « Une fracture décisive dans l’histoire européenne : la paix d’Arras (17 mai 1579) », M (...)

27Quelles conclusions se dégagent de cette étude ? Il est tout d’abord évident que dans ces quartiers la nouvelle religion est solidement implantée et les communautés calvinistes bien organisées. Le nombre des anabaptistes ne doit pas non plus être sous-estimé, comme l’observait l’inquisiteur Titelmans. Le protestantisme a pénétré toutes les strates de la société, du journalier au paysan riche, de l’ouvrier à l’artisan et au marchand. Ses tenants ont accédé aux fonctions de responsabilité dans de nombreux villages : ils sont échevins, hommes de loi, administrateurs des biens des pauvres. Sur le terrain, la dynamique est en leur faveur et « l’ancienne religion » semble ébranlée. Des seigneurs les soutiennent. Lorsque survient l’iconoclastie, les catholiques semblent rester passifs, les uns par indifférence, les autres parce qu’ils se sentent incapables de s’opposer à des minorités agissantes et bien organisées. Mais beaucoup sont choqués par ces actes violents et les plus motivés d’entre eux comptent sur les autorités pour rétablir l’ordre. Au printemps 1567, la gouvernante générale semble d’ailleurs avoir repris le contrôle de la situation dans les provinces du sud des Pays-Bas mais les communautés protestantes ne sont pas détruites, même si elles se font silencieuses. Or, Philippe II veut non seulement rétablir son autorité mais éradiquer définitivement le protestantisme. Le duc d’Albe et les soldats espagnols en sont chargés. Une répression méthodique frappe les cadres et les meneurs sont impitoyablement exécutés quand ils sont pris. Les adeptes de la nouvelle religion doivent massivement prendre le chemin de l’exil en abandonnant leurs biens confisqués et loués au profit du roi. Certains reviendront entre 1576 et 1579, avant d’être chassés définitivement après la paix d’Arras et la reconquête des provinces méridionales et centrales par le prince de Parme, Alexandre Farnèse21.

Notes

1 Sur ce sujet, voir A. Lottin, P. Guignet, Histoire des provinces françaises du Nord, t. 3, de Charles Quint à la Révolution française, 1500-1789, Arras, 2006, p. 64-80.

2 J. Depotter, Histoire, Mœurs et Institutions du pays de Lalleu et des communes du canton de Laventie, rééd. Dunkerque, 1983.

3 E. de Coussemaker, Troubles religieux du XVIe siècle dans la Flandre maritime, 1500-1570, documents originaux, t. 1, Bruges, 1876. Ce grand érudit flamand a rassemblé dans ces volumes de très nombreux documents conservés aux Archives générales de Belgique notamment dans le fonds du Conseil des Troubles, à Gand, aux Archives départementales du Nord, dans les archives communales, etc. Nous avons consulté dans ces archives de nombreux originaux mais, pour ne pas multiplier les notes et pour aider les chercheurs extérieurs à cette région, nous citerons en référence les documents publiés par E. de Coussemaker.

4 A. Henne (éd.), Mémoires de Pontus Payen, Bruxelles, t. 1, 1861, p. VIII et 123.

5 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 272-273.

6 A. Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, 2007.

7 Sur ces nobles, voir A. Lottin, « Nobles, calvinistes et Gueux : trois figures de proue de la révolte, 1561-1579 », A. Joblin (dir.), Les Protestants du Nord de La France et des anciens Pays-Bas, XVIe-XIXe siècles, Arras, à paraître.

8 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 338.

9 Les dépositions de nombreux témoins sont reproduites dans E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2. Pour celle du curé, Nicolas Du Pisre, voir p. 339. Sur l’iconoclasme, voir S. Deyon, A. Lottin, Les « casseurs » de l’été 1566, l’iconoclasme dans le Nord, Paris, 1979, rééd. Lille, 1986.

10 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 283, 291.

11 A. Henne (éd.), Mémoires…, p. 160.

12 A. D. Nord, B 5691, 1565-1568 (n. s.), f° 15 (vers le 9 janvier 1567).

13 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 1, p. 184, lettre du 1er février 1568, (n. s.), au baron de Rassenghien.

14 A. D. Nord, B 5691, compte du bailliage de Bailleul du 15 février 1565 au 15 février 1568 (n. s.)

15 Pour la correspondance entre anciennes et nouvelles mesures, se référer à l’arrêté préfectoral du 20 mars 1802 publié dans Annales du Nord et de L’Est, 1906, p. 542-544, et à C. Pétillon, A. Derville, B. Garnier, Atlas historique et statistique, t. 1, Nord-Pas-de-Calais, Caen, 1991.

16 D. Rosselle, Le long cheminement des progrès agricoles : le Béthunois du milieu du XVe siècle au début du XIXe siècle, thèse dactyl., université de Lille, 1984.

17 A. D. Nord, B 7212, recettes particulières des confiscations, La Gorgue et Lalleu, 1567 ; B 7213, inventaire des biens confisqués, La Gorgue et Lalleu, 1567-1568 ; B 7214 et 7215, comptes des confiscations, La Gorgue et Lalleu.

18 E. de Coussemaker, Troubles religieux…, t. 2, p. 396.

19 Y. Junot, Troubles religieux au pays de Lalleu et ses environs, maîtrise dactyl., université de Lille, 1992. L’auteur a étudié notamment ces comptes de confiscations.

20 A. D. Nord, B 7049 à 7051, 1567-1573. La localisation des terres est parfois donnée et lorsqu’elles sont louées, le nom de l’occupant et le rendement à la mesure indiqué. Ainsi, par exemple, 15 mesures et demi qui appartenaient à Charles Weecsteen de Meteren, banni, sont louées à Thomas Demer, au rendement annuel de 69 florins, 15 patars. La moyenne se situe entre 4 et 5 florins la mesure (43,76 ares). A. D. Nord, B 7050, f° 38. C. Plouvier, Les troubles religieux à Bailleul et dans sa châtellenie au XVIe siècle, maîtrise, université Lille III, dactyl.

21 A. Lottin, « Une fracture décisive dans l’histoire européenne : la paix d’Arras (17 mai 1579) », Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, 1991, p. 137-146.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search