Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

Micro-résistances au pouvoir seigneurial en Velay au xve siècle

Laetitia Cornu

Texte intégral

1Des rapports entre seigneurs et paysans (entre « exploiteurs » et « exploités » comme on ne dit plus…), le Moyen Âge ne laisse souvent entrevoir que les spasmes : révoltes, « contestations paysannes », luttes physiques ou juridiques, largement éclairées par l’historiographie.

2Cette étude utilise les outils de la micro-histoire sociale pour s’intéresser non pas aux conflits ouverts et/ou violents, mais, en complémentarité de ces épisodes exceptionnels, aux crispations, luttes souterraines et revendications sourdes qui traversent l’histoire de quelques villages du Velay à la fin du xve siècle : Séneujols, Belvezet et Les Bineyres, sur le plateau du Devès, au sud du Puy.

  • 1 Arch. départ. Rhône, dossiers 48 H 1378 (1447-1452), 1379 (1475-1480) et 1380 (1491-1494). Il faut (...)

3Pourquoi le choix de ce terrain de recherche ? Pour les seigneurs d’abord, des Hospitaliers, qui nous ont laissé quantité de documents, tant terriers que documents de justice. Nous disposons en effet, pour cette seigneurie, des minutes extrêmement détaillées des assises de la cour de Chantoin, modeste seigneurie mais active sur le plan local. Le tribunal se déplace ici à raison d’une session par mois environ au milieu du xve siècle, et 17 par an entre 1476 et 1481. Soit, sur 17 années cumulées, un corpus de 335 procès1. Il s’agit là d’un tribunal de basse justice, d’une structure très légère donc, qui traite de petits délits tels que vols de bois, vagabondage, etc. Quelques insultes de-ci, de-là, mais pas de crimes de sang.

4De manière complémentaire, le statut économique et les réseaux familiaux et sociaux des principaux protagonistes – délinquants en série ou modestes contrevenants –, nous sont partiellement dévoilés par l’existence de plusieurs terriers, ainsi que par quelques documents spécifiques à la seigneurie : extraits de procès, hommages, reconnaissances.

5Sur ce plateau volcanique à quelque 1 000 mètres d’altitude, l’économie rurale est de type montagnard, faite de culture de seigle et d’une grosse part d’élevage. Dans cet espace, les Hospitaliers de Chantoin possèdent de grands domaines, en particulier des pacages et des forêts. Or, ces terrains de parcours et ces forêts sont cruciaux tant pour les seigneurs qui, tout au long du xve siècle, tentent de passer à une économie de la transhumance, accueillant des troupeaux « d’en bas », que pour les communautés paysannes et pastorales « d’en haut », qui ont des velléités de location des pâturages pour leur propre profit.

6Que les pacages et les bois seigneuriaux soient l’objet de concurrence et de convoitises n’est pas un fait particulièrement original – ni pour le Moyen Âge, ni même pour l’histoire rurale dans la longue durée. Mais connaître les acteurs, les formes et l’évolution de ces conflits du quotidien dans la phase de réorganisation du xve siècle est une question intéressante, que les documents disponibles et la reconstitution minutieuse des faits devraient permettre d’éclairer.

Brève présentation des lieux et des protagonistes

7Les Hospitaliers de Chantoin sont installés dans cette dépendance de la commanderie Saint Jean La Chevalerie du Puy depuis 1170, à la suite d’un don/vente (contre 50 marcs d’argent) réalisé par un seigneur de Polignac. Le domaine reste sous la domination des Hospitaliers jusqu’en 1615, date à laquelle il est affermé. Les Hospitaliers sont des seigneurs présents, qui apparaissent à de nombreuses reprises dans les textes, eux et leurs représentants directs.

8Les villages étudiés sont tous situés dans cet espace entre Velay et Margeride, entre Loire et Allier, qui se nomme le Devès. Ce sont de grands plateaux volcaniques, présentant relativement peu de relief, mais caractérisés par de grandes étendues découvertes propices à la culture, malgré l’altitude élevée et les rigueurs hivernales. Les forêts sont essentiellement situées sur les pentes, dans ces grandes entailles que creusent la Loire, et surtout l’Allier. La cité épiscopale, dans le bassin du Puy, n’est éloignée que de quelques dizaines de kilomètres.

Le tribunal de Chantoin

9Sauf pour la constance et la beauté de ses archives, le tribunal de Chantoin ne se distingue pas des tribunaux voisins. La région compte plusieurs tribunaux, tenus par des seigneurs laïcs (Bouzols) ou ecclésiastiques (Ramourouscle, propriété de l’Hôtel-Dieu du Puy) où tant la fréquence des réunions que la typologie des délits sont semblables.

10Le tribunal se réunit environ une fois tous les deux mois autour de 1450, à la porte des commanderies ou de leurs annexes : Chantoin, Pébélit, Le Puy. À la fin du siècle, il se réunit plus fréquemment, et dans des lieux plus variés : maisons des habitants les plus fortunés, chambre de la commanderie, four couvert du lieu, champ, pré ou jardin. Il se déplace parfois pour constater une usurpation de champ ou des réparations à effectuer. Un déplacement du tribunal n’occasionne pas de grands frais. Seuls un notaire, le sergent, le bayle et parfois un juge sont présents. Les accusés et les témoins ne sont jamais très nombreux : en tout, sept ou huit personnes sont présentes. C’est donc une structure légère, facile d’accès tant pour les seigneurs que pour les justiciables.

11La typologie des délits est assez variée, allant de l’insulte, la résistance à l’impôt, le vol de bois, au cambriolage. Seigneur, bayle, sergents sont chargés de maintenir l’ordre, et de veiller à ce que les intérêts de la seigneurie ne soient pas bafoués par les communautés rurales.

Rapports entre seigneurs et villageois : ce que disent les textes

  • 2 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 13 : hommage de Mathieu Garnaud, Etienne Garnaud et Catherine Garn (...)
  • 3 Une cérémonie d’hommage réunissant les hommes (et quelques femmes) de Séneujols, Belvezet et Les Bi (...)

12Les rapports directs entre tenanciers et seigneurs semblent fréquents, mais les actes les mentionnant sont laconiques. En Velay, les paysans rendent hommage à leur seigneur selon une cérémonie qui est maintes fois évoquée dans les textes, le tenancier s’agenouillant, joignant les mains et baisant les pouces de son seigneur. Elle est parfois mentionnée dans les assises même du tribunal2, et perdure au moins jusqu’au milieu du xvie siècle3.

  • 4 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 18 v° : procès contre Jehan Dabrier et Jehan Gerenne, 13 juin 1448
  • 5 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 12 v° : 1er mars 1448.
  • 6 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 bis f° 5 v° : 16 mars 1452, procès de Raimond Penchenat.
  • 7 Arch. départ. Rhône 48 H 78 f° 18 : 16 mai 1448, refus d’assignation à comparaître.

13Le précepteur de la commanderie, considéré par les tenanciers comme leur véritable seigneur, apparaît de temps à autre dans les textes, interrogeant un témoin dans une affaire de pâturage en 14484, revêtant un tenancier d’une terre5, ou rappelant à un meunier qu’il n’a pas le droit de tenir de mesure qui ne soit marquée du signe de la commanderie6. Sa personne est respectée, sauf en un cas, lors d’un procès ayant pour origine la contestation de corvées : les accusés ne se présentent pas à la première assignation, laissant leur seigneur comparaître seul. Ils réparent cette désinvolture à l’assignation suivante, en demandant officiellement un report, le temps pour eux de préparer leur dossier avec l’aide d’un notaire7. Le document n’est malheureusement pas plus prolixe sur ce point, la question des corvées relevant davantage de la négociation entre seigneur et paysans que de la Cour de justice, et les documents du notaire en question ne nous étant pas parvenus.

14Si la personne du seigneur semble être relativement épargnée par les conflits ou la contestation directe, son personnel ne l’est pas forcément. Et plus on descend dans la hiérarchie de la seigneurie, plus les témoignages sont nombreux et vivants.

  • 8 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 17 v° : demande des hommes des Bineyres et de Belvezet.
  • 9 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 20 : procès du 24 octobre 1476 contre Guiot Avit qui, mécontent po (...)

15Le bayle est le premier représentant du seigneur, en contact avec les justiciables. Il interroge les présumés coupables, témoigne éventuellement, mène l’enquête seul ou en collaboration avec le sergent, s’il y a lieu. C’est au bayle que s’adressent les contribuables qui veulent obtenir une réduction d’impôts8. Il est nommé « seigneur bayle », « discret homme », « noble » ou encore « vénérable homme ». Représentant direct de la seigneurie, il semble être en contact fréquent avec les habitants. Les bayles que nous avons rencontrés ne sont pas issus de la noblesse, mais de familles qui donnent aussi des notaires, une sorte de petite « noblesse de robe » rurale. Sauf un débordement de langage commis en 1476 par un tenancier particulièrement énervé, que l’on connaît par ailleurs pour avoir le sang chaud9, l’autorité du bayle ne semble pas être remise en cause, du moins dans les textes que nous connaissons.

16De fait, c’est le sergent qui tient le véritable rôle d’interface entre les communautés rurales et la seigneurie. Le sergent est celui qui constate que, par exemple, des arbres ont été coupés dans la forêt, et qui suit la piste jusqu’à la cour ou à la grange des contrevenants ; il saisit ou ramène les animaux trouvés dans les pâtures d’autrui ; il supervise le paiement des redevances à même les champs, et constate, de fait, les fraudes éventuelles, allant même jusqu’à moissonner lui-même les champs illégaux. Il connaît le terroir, et intervient quand un paysan s’approprie un casal en ruine sans demander d’investiture au seigneur. Il sert aussi de médiateur en cas de travaux non payés. Toutes ces tâches ne se mènent pas dans la tranquillité.

  • 10 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 7 v° : procès du 7 juin 1448.
  • 11 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 50 : procès du 12 janvier 1479.
  • 12 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 52 : procès du 13 janvier 1479.

17Généralement, le travail du sergent s’effectue sans grand trouble. Sauf quand il souhaite empêcher certains contrevenants de prendre du bois dans les forêts ou de conduire leurs bestiaux dans les espaces protégés. Alors fusent les insultes, et la rébellion menace. C’est Bartholomé Blacheyre, de Belvezet qui, se voyant empêcher l’accès aux pâturages de la commanderie, affirme au sergent Vidal Aoust qu’il passera contre lui, avec ses dix gros animaux10. C’est Jacme Mandin de Boussillon qui, mécontent que le sergent Jacme Abausit saisisse une de ses chèvres pour payer une dette, résiste en le menaçant : « Hieu te fretarey las aurelhas se non te ostas daysi11. » Ce sont Christophe et Vincent Aymar de Jabier, qui, pris en flagrant délit de transport d’un frêne volé, refusent d’être arrêtés par Vidal Chalm, et continuent leur chemin avec leur arbre et leurs bœufs, sous les yeux de nombreux témoins qui raconteront ensuite la scène devant la cour12.

  • 13 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 79 : procès d’André Garnaud, 21 décembre 1479.
  • 14 Malheureusement, le montant n’est pas mentionné, mais dans des cas semblables, le montant total est (...)

18La scène la plus grave que les procès rapportent se situe en 1478. Le contrevenant, un certain Garnaud, meunier de son état, vient de couper « 22 ou 23 grands arbres ». Alerté, le sergent Vidal Chalm entend bien saisir une telle quantité de troncs, à quoi le meunier s’oppose, jurant que nul ne mettra la main sur les arbres sans se damner. Le sergent menace alors le meunier d’une amende (considérable) de 25 sous, puis 50, puis 60, sans obtenir satisfaction. Les enchères montent alors, d’étape en étape, jusqu’à la somme de 25 livres, mais sans plus de succès. L’affaire ne passe en jugement qu’un an plus tard, et l’accusé accepte enfin une transaction en mai 1481, soit près de trois ans plus tard13. Toutefois, hormis l’amende14, ce meunier ne semble pas avoir subi de représailles de la part du pouvoir seigneurial. On le retrouve pendant au moins dix ans après les faits, poursuivant paisiblement son activité, non sans quelques autres accrochages avec des sergents il est vrai, mais ceci est une autre histoire.

19Les justiciables peuvent donc se frotter assez rudement aux représentants seigneuriaux sans courir de risques personnels. L’examen des délits montre d’ailleurs qu’ils ne s’en privent pas.

Les délits anti-seigneuriaux

20Le rôle des sergents, nous le savons depuis les travaux de Bernard Guénée, est d’abord de veiller aux biens de ceux qui les emploient, en l’occurrence les Hospitaliers de Saint Jean. Il n’est donc pas anormal de trouver dans les documents de justice une proportion élevée de procès à l’encontre de paysans qui s’en sont pris aux terres ou aux biens du seigneur. Les vols caractérisés, les atteintes directes aux biens de la commanderie n’occupent qu’une faible place dans les actes. Un certain Pierre Martin vole des bûches qui reposaient dans la cour de la commanderie de Chantoin. À sept reprises, des champs semés sont l’objet de dégradations. Du fumier épandu sur les terres de la commanderie est volé à deux reprises et des filets de pêche sont dérobés dans les bâtiments même de la commanderie.

21En dix-sept ans d’exercice, le bilan de la conflictualité est plutôt maigre. Quelques larcins, dont on trouve des équivalents où les plaignants ne sont pas des seigneurs, mais des villageois. Des bûches sèches sont volées dans le four de Belvezet, on compte treize dégradations de champs semés appartenant à des villageois, et un petit nombre de cambriolages.

22Tout autre est la question de certains biens, comme les pâtures et les bois. On compte en effet, dans le même laps de temps, 49 procès pour pâturage non autorisé et 70 pour vol de bois dans les terres seigneuriales. Pour contrer ce mouvement de fond (7 procès par an en moyenne), les Hospitaliers recourent à toutes sortes de procédés, dont le plus courant est la « saisine ». La « main de la Cour » est apposée sur une pâture, interdisant à quiconque d’y pénétrer. La saisine est souvent accompagnée d’un ou de plusieurs panneaux, dont nul n’a jamais nié comprendre la signification.

23Dans le même temps, les biens des paysans ne sont l’objet que de quelques dégradations, et presque exclusivement dans le cadre de vengeances croisées entre familles adverses, le reste relevant d’une garde approximative de bestiaux… Ce sont donc bien les pâtures et les bois seigneuriaux qui sont directement visés par ces actes.

24Pour quelle raison ? Le manque d’herbe ne saurait être invoqué comme un « pousse-au-crime » de la part des habitants. Le précepteur de Chantoin intente même, à plusieurs reprises, des procès contre les hommes de Séneujols et Belvezet, pour avoir affermé, sans son autorisation, une part des pâtures communes de la paroisse aux habitants des villages voisins. La pauvreté, voire la misère, ne sauraient expliquer non plus les atteintes réitérées aux bois et aux pâtures. La collecte de bois sec pour le feu n’est jamais poursuivie. Certes, il arrive qu’un procès soit intenté contre un paysan menant, de nuit, un veau affamé paître sur les vastes pâtures du précepteur. Mais cela reste très marginal.

  • 15 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 23v.
  • 16 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 42.
  • 17 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 61.

25Le manque de bois d’œuvre est sans doute un argument plus solide. Le descriptif des faits montre toutefois que celui-ci, non plus, ne saurait expliquer le nombre élevé de délits dont les forêts sont la cible. À Belvezet en 1476, les habitants ont illégalement défriché une grosse portion de la forêt de Montchalm, cible par ailleurs de nombreuses « attaques » de la part des villageois15. Cet essartage commis en « brûlant une grande quantité de bois » ne pouvait rester insoupçonné des religieux et de leurs sergents. Non plus que le vol d’une pleine charretée de bois coupé par un certain Jacme de Roure, qui l’a rapportée dans son village de Roure, tirée par ses bœufs. De même, le vol par les Garnaud André et Bartholomé, ainsi que Guilhem Fabre, de neuf arbres, au printemps 1478 : une véritable expédition16. Que dire alors de ces habitants des Bineyres qui, en février 1479, ont coupé 21 pins pour refaire la charpente de leurs maisons17 ?

26Il apparaît, au moins statistiquement, qu’un point de friction majeur existe, concernant le rapport à l’espace, et tout particulièrement aux espaces non cultivés. Voyons à présent si l’examen de la nature de ces actes corrobore ou infirme cette hypothèse.

Modus operandi et personnalité des délinquants

27L’examen des profils sociaux des coupables de ce genre particulier de délit montre des catégories habituellement peu représentées dans les documents de justice, sauf en qualité de témoins.

  • 18 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 41 v° : procès du 2 octobre 1449.

28En premier lieu, on rencontre parmi les accusés les bergers, bouviers et vachers appointés des communautés rurales. En 1449, par exemple, Pons Gras comparaît « au nom de tous les bergers de Séneujols » pour répondre à une enquête au sujet du pâturage18. Cette affaire, qui fait l’objet d’un traitement séparé (il est fait mention d’un livre noir où seraient consignés les détails de l’enquête), ne laisse qu’une trace dans le registre du tribunal de Chantoin. Oublions l’image du berger trop jeune et peu au fait des droits de ses troupeaux : les bergers sont les représentants de la communauté, et c’est au nom de celle-ci qu’ils conduisent leurs bêtes dans les bois ou dans les « clavarias » seigneuriaux.

  • 19 La richesse des paysans médiévaux est assez délicate à cerner. Nous pouvons toutefois considérer qu (...)
  • 20 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 49 : procès du 30 octobre 1450.
  • 21 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 2 : 7 mars 1447.

29La deuxième catégorie est celle des personnalités notables. Nous connaissons relativement bien l’élite de ces villages du Devès, ceux qui cumulent ancienneté dans l’installation, présence régulière comme témoins aussi bien dans les procès que dans les actes notariés, et (relative) richesse19. En octobre 1450, le sergent Monnier capture les troupeaux des hommes de Belvezet, Gourlong, Les Bineyres et Séneujols, pris à paître illégalement dans les prés de la commanderie20. Parmi les propriétaires des animaux, Guilhem Masial, que l’on peut considérer comme l’homme le plus influent de Séneujols (présent à tous les procès, généralement en qualité de témoin) ; Pierre Flandin, tout aussi possessionné en terres, même s’il est un peu moins influent ; le meunier Garnaud des Bineyres, des Blacheyre et des Chalcornac… l’élite, donc, de nos communautés rurales. En 1447, ce sont tous les hommes de Belvezet ou presque qui vont couper des arbres dans la forêt de Montchalm, arbres qu’ils transportent ensuite avec des bœufs21.

30Les personnalités notables ont ceci de particulier qu’elles agissent souvent en groupe. Beaucoup d’animaux, des propriétaires bien connus… Comment ne pas voir autre chose dans leur attitude qu’un simple délit ? Le notaire ne s’y trompe pas, lorsque, à la lecture des actes, on jurerait qu’il s’étrangle d’indignation. Il précise ainsi que les animaux étaient « nombreux », qu’ils étaient gardés « en plein jour », « sans honte », « par le berger du village » « agissant mal », etc. Le nombre d’animaux en cause est en effet toujours plus impressionnant lorsqu’il s’agit d’atteintes aux prés de la commanderie. Quatre bœufs, une dizaine de « gros animaux », dix porcs, un troupeau de vaches… tant d’animaux ont peu de chances de passer inaperçus.

  • 22 Arch. départ. Rhône 48 H 1369 : extraits de procès.

31Le lundi 5 décembre de l’année 1463 se tient le procès de Michael Conil, de Ramourouscle. Il lui est reproché d’avoir gardé les ovins du village de Séneujols, dont il est le pasteur, dans le bois de Chantoin dit de « Sous la voie » ou « Soubz la via » selon les sources22. Ce même bois, les habitants de Séneujols en ont réclamé l’usage, lors d’un procès contre leur seigneur. Le sergent note que le pasteur gardait ses ovins avec l’assistance de deux clochettes ou sonnailles (duas nolas sive sonalhas). On ne fait pas plus discret…

Du délit à la revendication

32Ces délits, par leur répétition, par la personnalité de ceux qui les commettent, par la façon dont ils sont commis, révèlent bien davantage une pression sur les terres seigneuriales qu’une délinquance ; pression qui peut à l’occasion se muer en véritable revendication, effectuée devant un autre tribunal, plus important celui-ci. Nous avons conservé la trace de plusieurs de ces procès intentés par les habitants des communautés rurales dans leur ensemble, pour obtenir l’ouverture ou la confirmation de droits collectifs sur les pâturages et les forêts, nominalement propriété des seigneuries.

  • 23 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 bis f° 5 : procès contre Jehan Martin de Belvezet.

33En 1452, les habitants de Belvezet sont ainsi en procès contre l’hôpital Sainte Marie du Puy au sujet de l’usage des pâturages appelés « La Chalm de Trespeux ». On ne connaît pas les tenants et aboutissants de ce procès, on sait simplement que la question des pâturages y est centrale, puisqu’un des habitants de la paroisse refuse de payer sa part des frais de justice, n’ayant pas de bétail à entretenir23. Un argument qui n’est d’ailleurs pas jugé recevable par la Cour.

  • 24 Arch. départ. Rhône 48 H 1369 : procès devant le bailli royal de Velay entre le commandeur de Chant (...)

34On en sait davantage sur le procès interminable que mènent les habitants de Séneujols contre les Hospitaliers, procès qui dure de 1463 à 150324 et occupe 216 feuillets de papier. Les bois sont soigneusement confrontés, et des témoignages requis pour mettre à plat chacun des droits et devoirs relatifs au passage ou au pâturage des animaux dans ces forêts. Il apparaît que les hommes de Séneujols ont le droit de faire transiter leurs troupeaux par le bois dit de « La Chanal » pour se rendre dans leurs terres de l’autre côté ; que le bois dit de Borlates leur est défendu ; que le bois de Sobz la Via, qui est l’objet d’un certain nombre de procès, est autorisé à la pâture ; que les villageois peuvent passer avec leurs bœufs chargés et chars sur les terres dites de Vialou ; que le bois de Chantoin est ouvert à la pâture depuis la Saint Jean jusqu’à Notre Dame en mars, etc.

35Chacun de ces droits est discuté, contesté, défendu. La mémoire des hommes de plus de 60 ans est tout spécialement rappelée, l’ancienneté d’un usage étant suffisante pour en assurer la légitimité. On comprend mieux, soudain, la multiplicité des délits et des procès. Le droit est fondé sur la coutume, et rien n’est plus mouvant. Ce que cherchent les paysans, ce n’est pas à se venger ou à contester l’ordre social, mais à faire évoluer la coutume, à la marge, dans un sens qui leur soit plus favorable.

  • 25 Arch. départ. Rhône 48 H 1369, f° 121 v° : procès collectif contre les habitants de Séneujols, 7 ju (...)

36Le bois sec ou vert, l’herbe, ne sont pas les seuls « biens » convoités par les paysans. On ne saurait réduire leur lutte permanente pour s’approprier des bois ou des pâtures à une stratégie d’accumulation de biens, ou à un « esprit de lucre » étroit. Les villageois s’organisent collectivement pour réclamer, en définitive, une sorte de « droit de gestion » sur les terres, que les seigneurs ne veulent évidemment pas leur céder. À plusieurs reprises, les villageois de Séneujols et Belvezet arrentent leurs propres pacages à des animaux dits « étrangers » (venant de la vallée de l’Emblavez, au nord du Puy, ou des villages voisins). Le nombre des animaux est précisé en juin 1466 : dix trentaines environ25 – ce qui n’est pas un petit troupeau. Le procès révèle des dissensions probables au sein du village : alors qu’une partie des villageois est accusée, l’autre témoigne à charge. Et c’est en ordre dispersé que les coupables viennent se soumettre, les mentions marginales de l’acte indiquant des compléments d’enquête ou des soumissions qui perdurent jusqu’en septembre 1469, soit plus de trois ans après la mise en accusation.

  • 26 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 55 v°.

37Ce procès, relativement long et occupant un espace particulier dans les documents de la Commanderie de Chantoin (six pages, alors qu’une seule suffit généralement), est suivi d’une autorisation partielle de mettre des animaux étrangers dans la juridiction… « causa fumandum et pascayrandum », c’est-à-dire pour fumer les terres et faire paître. Cette autorisation est énoncée en mai 1469, soit juste avant la soumission du dernier délinquant. Cela ressemble fort à une composition, ou un compromis, et nous aimerions certes connaître les discussions qui ont précédé l’acte ; mais le document se montre malheureusement avare de détails. Pourquoi les Hospitaliers mènent-ils un tel procès pour ensuite se rétracter sur quasiment tous les points ? S’agissait-il pour eux de limiter des abus, ou les paysans ont-ils obtenu gain de cause par des moyens que nous ne connaissons pas ? Le seul indice d’un intérêt particulier porté à cette affaire, est le nombre de témoins cités (quatre) suivi de la mention « et de nombreux autres ». Cette autorisation sera reprise en 1472, 1473 et 1474, sans que les termes en soient modifiés. Et en 1479, ce sont les habitants d’un village tout proche, Belvezet, qui sont mis en accusation pour avoir « de nombreuses fois », « contre la volonté du sergent », loué leurs prés aux habitants du village voisin de La Glutonie26.

  • 27 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 80 : procès de Jehan Joussouy de Ramourouscle.
  • 28 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 32 v° : procès contre plusieurs habitants de Gourlong, 1477.

38Notons que l’usage d’autres ressources naturelles, comme les eaux, ne cause pas les mêmes tensions. On ne compte que deux procès pour pêche dans les eaux de l’Allier, et un vol de filets de pêche dans les bâtiments mêmes de la commanderie27. Et bien que le sergent affirme avoir vu les villageois pêcher « de nombreuses fois », et se désole qu’ils n’aient pas renoncé à cette pratique malgré ses avertissements, l’affaire reste relativement isolée28.

***

39Le Velay de la fin du xve siècle n’est nullement en état de révolte, ni même de pré-révolte. Les frictions qui sont apparues dans cette étude ne participent pas d’une montée de la tension sociale, non plus d’ailleurs que d’un scénario inverse. Il s’agit bien davantage des tensions quotidiennes d’une relation dissymétrique entre seigneurs et communautés rurales, dans leur double rapport à la coutume et à la maîtrise matérielle de l’espace. Un espace montagnard complexe, dont le contrôle de chaque élément (ager et saltus) et de la complémentarité globale est vital pour les paysans – éleveurs du Velay ; un espace qui est tout aussi important, mais seulement pour une partie de ses composantes, pour une seigneurie qui, il semblerait, se tourne progressivement vers une utilisation plus extensive, avec le développement de la transhumance au xve siècle. Les transgressions à l’ordre paysager seigneurial apparaissent alors comme une véritable revendication, effectuée ouvertement, mais selon un code précis, par la communauté rurale dans son entier, représentée par ses employés (pasteurs) ou par des « élites » coalisées. La réponse seigneuriale est, à son tour, soigneusement pesée et différenciée selon que la cible de « l’attaque » est une pâture, une forêt, ou une rivière, à la fois dans le droit, et dans la matérialité la plus fine du paysage agraire.

40Ainsi se dessine, par des ajustements constants, des comparutions devant le tribunal, voire même des procès intentés devant les autorités supérieures, un modus vivendi entre seigneurs et communautés rurales, qui n’exclut pas d’un côté l’usage de la ruse ou de la provocation, de l’autre l’usage de la force, de la contrainte, de la coercition ; mais sans jamais exclure, pour les deux parties, le dialogue et la négociation patiente.

Notes

1 Arch. départ. Rhône, dossiers 48 H 1378 (1447-1452), 1379 (1475-1480) et 1380 (1491-1494). Il faut ajouter à ces minutes plusieurs dossiers, comme Arch. départ. Rhône 48 H 1368 recensant les actes relatifs aux forêts, d’autres extraits de procès et compositions consignés dans les registres Arch. départ. Rhône 48 H 1373, 1382 et 1369, ainsi qu’un bail de forêt passé par l’Hôtel Dieu à Séneujols, Arch. départ. Haute-Loire, Hôtel Dieu 1 B 492. Parmi les sources, il faut mentionner également le Cartulaire des Hospitaliers du Velay, publié par Augustin Chassaing en 1888 (Le Puy en Velay).

2 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 13 : hommage de Mathieu Garnaud, Etienne Garnaud et Catherine Garnaude.

3 Une cérémonie d’hommage réunissant les hommes (et quelques femmes) de Séneujols, Belvezet et Les Bineyres est encore mentionnée dans les registres de la commanderie en 1552. Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 13 ; 1373 p 21.

4 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 18 v° : procès contre Jehan Dabrier et Jehan Gerenne, 13 juin 1448.

5 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 12 v° : 1er mars 1448.

6 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 bis f° 5 v° : 16 mars 1452, procès de Raimond Penchenat.

7 Arch. départ. Rhône 48 H 78 f° 18 : 16 mai 1448, refus d’assignation à comparaître.

8 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 17 v° : demande des hommes des Bineyres et de Belvezet.

9 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 20 : procès du 24 octobre 1476 contre Guiot Avit qui, mécontent pour une histoire de pacage, affirme, en langue vernaculaire dans le texte « lo non hi aura bayle ne juge sinon me sio », ce qui peut se traduire par « je n’accepte d’autre bayle ou juge que moi-même », avant d’injurier tous ceux qui passent à sa portée.

10 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 7 v° : procès du 7 juin 1448.

11 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 50 : procès du 12 janvier 1479.

12 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 52 : procès du 13 janvier 1479.

13 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 79 : procès d’André Garnaud, 21 décembre 1479.

14 Malheureusement, le montant n’est pas mentionné, mais dans des cas semblables, le montant total est toujours nettement inférieur aux sommes dont les accusés sont menacés au moment des faits.

15 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 23v.

16 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 42.

17 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 61.

18 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 41 v° : procès du 2 octobre 1449.

19 La richesse des paysans médiévaux est assez délicate à cerner. Nous pouvons toutefois considérer que ceux qui déclarent entre 25 et 50 parcelles au terrier, pourvu que le terrier soit homogène, font partie des aisés, contrairement à ceux qui n’en déclarent que 7 ou 8. Pour l’étude de la notabilité dans les villages du Devès, voir : Laetitia Cornu, Les communautés rurales du Velay face aux crises de la fin du Moyen Âge, thèse, université de Lyon, 1998, dactyl.

20 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 49 : procès du 30 octobre 1450.

21 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 f° 2 : 7 mars 1447.

22 Arch. départ. Rhône 48 H 1369 : extraits de procès.

23 Arch. départ. Rhône 48 H 1378 bis f° 5 : procès contre Jehan Martin de Belvezet.

24 Arch. départ. Rhône 48 H 1369 : procès devant le bailli royal de Velay entre le commandeur de Chantoin et les hommes de Séneujols au sujet du droit de pâturage dans le bois de Chantoin.

25 Arch. départ. Rhône 48 H 1369, f° 121 v° : procès collectif contre les habitants de Séneujols, 7 juin 1466.

26 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 55 v°.

27 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 80 : procès de Jehan Joussouy de Ramourouscle.

28 Arch. départ. Rhône 48 H 1379 f° 32 v° : procès contre plusieurs habitants de Gourlong, 1477.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search