Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

« Haro sur le seigneur ! »

Affrontements religieux et résistances anti-seigneuriales dans le sud-ouest de la France (vers 1560-1562)

Serge Brunet

Texte intégral

  • 1 « Jehan Calvin aux ministres des églises du conté de Neuf-Chastel », Genève, 1er juin 1544, préface (...)

Mon intention est seulement de remonstrer en brief à tous povres fideles, qui sont rudes et sans letres, quelle et combien dangereuse poison c’est que la doctrine des anabaptistes, et de les armer par la parolle de Dieu alencontre d’icelle, afin qu’ilz n’en soyent point surprins. (Jean Calvin)1

  • 2 G. Chaix, « Les anabaptistes de Münster (1534-1535) : bilan historiographique », Bulletin de la Soc (...)
  • 3 François Le Gay, dit Boisnormand. En 1562, il se cache à Nérac sous le nom de La Pierre.
  • 4 J.-L. Bourgeon, « Quand la foi était révolutionnaire : les sermons d’un curé parisien, Simon Vigor, (...)

1« Il n’y a pas d’autre autorité qui ne vienne de Dieu » (Romains, 13, 1) et, dans le royaume du roi Très Chrétien, il est vain de vouloir distinguer la foi et le respect de l’autorité. Dans l’ambiance eschatologique de ce premier xvie siècle, Thomas Münzer et les anabaptistes prônent pourtant une cité de Dieu qui recompose l’édifice social et politique2. Calvin, qui craint d’être assimilé à ces derniers, combat les prédicants qui s’écartent de la confession de Genève, comme Le Vau, contre lequel il envoie Bois-normand3. En effet, certains sermons n’hésitent pas à remettre en cause les fondements de la société, en dénonçant une noblesse impie et un roi qui compose avec l’hérétique4.

  • 5 A. de Ruble (éd.), Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, Paris, 1864-1872, t. 2, p. 346.

2Nous connaissons l’influence des lignages, des clientèles et des relations vassaliques sur le choix religieux de la noblesse, et Blaise de Monluc reconnaît bien que, à l’instar d’Antoine de Crussol, il n’est « pas grand théologien5 ». Les canaux de l’adhésion des élites urbaines ont également été éclairés. Par contre, celle des rustres, par nature illettrés, reste mystérieuse. Ces derniers disposent-ils, d’ailleurs, d’un sens politique quelconque ? Sont-ils capables de se révolter pour autre chose que pour les subsistances et contre des impôts ? Peut-on être paysan et protestant ?

  • 6 R. Poujol, Vébron, histoire d’un village cévenol, Alès-Aix-en-Provence, 1981.
  • 7 M. Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996.

3Théodore de Bèze admet que les Cévennes sont un « pays aspre et dur, s’il y en a un en France, et qui pourrait sembler des moins capables à recevoir l’Évangile par la rudesse de l’esprit des habitants » (1560). Comment alors expliquer l’adhésion rapide et en bloc de ses communautés paysannes ? Les vertus de la parole sur des populations largement analphabètes, même si elles comprenaient des artisans, ne suffisent pas. Nous devons aussi considérer l’organisation de ces communautés. Comme Vébron, des villages cévenols en lutte contre leur seigneur ne disposaient pas d’une structure consulaire6. Le consistoire calviniste propose une autorité et un cadre pour ces fidèles. C’est à ce niveau que se situe une des raisons majeures du succès de la Réforme aux champs, et de sa pérennité. Le Limousin voisin présente un exemple a contrario : là, l’attachement au « municipalisme » permet d’en écarter la discorde religieuse alors que les campagnes, aux solides associations de prêtres communalistes, chevillées à des logiques familiales et communautaires, se révèlent insensibles au message réformé7. Les mêmes logiques doivent présider au refus de la Réforme en Auvergne, Gévaudan et Comminges.

4Dans certains cas, une contestation sociale a pu nourrir l’adhésion – momentanée – de ruraux à la Réforme, d’abord par une participation à la furie iconoclaste des années 1560-1562. Si les historiens s’accordent sur les manifestations d’une guerre des Paysans entre Suisse, Allemagne et Pays-Bas, cette confluence entre attitude millénariste, destructrice d’un monde ecclésial et seigneurial, et Réforme est très souvent déniée, près de quarante ans plus tard, aux paysans de Guyenne.

  • 8 Quintin Thierry et Antoine Pocquet, « libertins spirituels », bénéficient un temps de la protection (...)
  • 9 Pour plus de précision : S. Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! Les catholiques du Sud-Ouest (...)

5Dans la lettre dédicatoire que Jean Calvin adresse à son roi, François Ier, et qui introduit l’Institution de la religion chrétienne (23 août 1535), il a soin de se désolidariser des anabaptistes. Il précise sa pensée dans la Brieve instruction et, l’année suivante, il s’en prend aux « libertins spirituels », dont la doctrine s’apparente encore à celle des anabaptistes8. Le danger de l’extension d’une Réforme radicale est donc toujours présent, malgré l’écrasement de la guerre des Paysans (1525) et du « royaume des saints » de Münster (1534-1535). Lorsque les premières attaques de châteaux et d’églises de Guyenne émeuvent la cour, les chefs de l’Église genevoise, d’abord Théodore de Bèze, nient à leur tour tout caractère religieux à ces mouvements. Qu’en était-il9 ?

  • 10 Archives historiques de la Gironde, t. XIII, p. 143.
  • 11 Bèze confirme l’intensité du souvenir de 1548 (T. de Bèze, Histoire ecclésiastique des Églises réfo (...)
  • 12 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 2, p. 230.
  • 13 E. Gaullieur, Histoire de la Réformation à Bordeaux et dans le ressort du parlement de Guyenne, Par (...)

6La doctrine nouvelle, en Agenais et en Bazadais, conquiert « la plus grande partie du peuple, mesmes des rustiques et gens de labeur », écrit le président au parlement de Bordeaux, Fronton de Béraud, au cardinal de Lorraine (décembre 1560)10. En février de la même année, à Monségur (Bazadais), les paysans avaient proclamé la « commune », sûrement avec le souvenir de la révolte de 1548 contre la gabelle11. Durement réprimée par Anne de Montmorency, celle-ci avait eu pour conséquence le désarmement des communautés rurales, mais aussi l’interruption, jusqu’en 1550, de la répression des « mal sentants de la foi ». Bèze reconnaît que les révoltés de Monségur sont « quasi tous de la religion12 ». Catherine de Médicis leur pardonne, par l’édit du 11 mars, considérant qu’ils ne sont que gens « méchanique et de nulle littérature […] amenés à la nouvelle doctrine, les uns par simplicité et ignorance, les autres plutôt par curiosité que par malice13 ».

  • 14 J. Garrisson, Protestants du Midi (1559-1598), Toulouse, 1980, p. 54-56.
  • 15 E. Gaullier, Histoire de la Réformation…, t. 1, p. 193-194. Le gouverneur de Guyenne et Monluc dema (...)
  • 16 O. Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Par (...)
  • 17 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 434. Y.-M. Bercé, « Retour sur le drame de Fumel, no (...)

7Est-ce que ces ruraux échappent vraiment au rayonnement du protestantisme depuis les foyers urbains14 ? Antoine de Bourbon et Monluc suspectent le soutien actif de réformés agenais dans le soulèvement de Monségur15. Nous devons nous étonner de la précocité de la Guyenne, particulièrement de l’Agenais, du Condomois et du Lectourois, dans les premières flambées iconoclastes16. La révolte des protestants de Fumel contre leur seigneur, le 23 novembre 1561, a particulièrement été utilisée par la propagande catholique de l’époque. Cet épisode sanglant permettait de faire accroire que la Réforme masquait un projet politique et social subversif, prônant une société sans noblesse, voire sans roi. Bèze s’empresse d’affirmer que seule la tyrannie de ce seigneur avait causé ce soulèvement, qu’il y avait aussi des catholiques parmi les mutins et que la cruauté n’était que du côté des partisans de l’Église de Rome. Cette affirmation ne résiste pas à l’étude des actes du procès qui s’ensuit17.

Les attaques contre les églises et les châteaux

L’affreux supplice du baron de Fumel

  • 18 Il a épousé, en 1532, Gabrielle de Verdun, fille de Jean, seigneur de Cancon et Hautes-Vignes. Écuy (...)
  • 19 G. Séraphin, « Le château de Fumel et la Renaissance dans le Haut-Agenais et le Périgord méridional (...)
  • 20 J.-A. de Thou, Historiarum sui temporis ab anno 1543 usque ad annum 1607, 1re partie, 1604, 2e part (...)
  • 21 S. Brunet, « Penser le consistoire au début des troubles religieux (vers 1560-1562) », dans R. Ment (...)
  • 22 J. Andrieu, Histoire de l’Agenais, Paris-Agen, 1893, t. 1, p. 218.
  • 23 De Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 339.
  • 24 F. Eudes de Mézeray, Histoire… ; G. Marcel, Histoire de l’origine et des progrès de la monarchie fr (...)
  • 25 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 369.

8François de Séguenville, baron de Fumel18, qui reconstruisait son château, avait fait subir des vexations aux réformés19. Le massacre de protestants à Cahors et à Grenade-sur-Garonne ajoutait au ressentiment20. Lors de la réunion de leur consistoire, les protestants de Fumel décident alors de châtier le sire de Fumel avec le concours des « gens des autres proches eglises21 ». Dans la nuit, au son du tocsin, les religionnaires de Fumel et des environs, mais aussi de Tournon et de Penne, au nombre de 1500 à 2000, assiègent le château de Fumel22. La liste des 223 inculpés dans le procès qu’instruit Monluc nous renseigne sur la provenance et sur l’appartenance sociale des révoltés. Outre 45 artisans, nous trouvons un apothicaire, un notaire, un procureur, un greffier de Tournon, un receveur, trois anciens prêtres et un consul de Fumel. Mais la grande majorité, dont l’activité n’est pas précisée, ne pouvait être constituée que de paysans. Les émeutiers déclarent vouloir se saisir du baron afin qu’il soit jugé à Agen. La présence du juge ordinaire de l’Agenais et celle d’autres gens de justice parmi les insurgés contribuent à donner à cette action un cadre pseudo-judiciaire, qui correspond aux velléités des consistoires d’exercer une sorte de justice divine immanente. La porte du château est enfoncée, le seigneur est dévêtu et flagellé à coup de nerfs de bœuf. Appelés « johanots » (petits-Jean) en Gascogne, ils correspondent aux bâtons « de justice » des surveillants, que les Languedociens nomment « époussettes du consistoire », à Béziers comme à Montpellier23. Lardé de coups de dagues et criblé de coups de feu, le baron est égorgé. Mézeray écrit que ses bourreaux « le trouvant qui respirait encore, le hachèrent de coups, même lui arrachèrent le cœur et l’attachèrent contre une muraille pour y tirer au blanc24. » Un serviteur est tué, la baronne, qui veut recouvrir le corps de son mari, est traînée par les cheveux, battue et blessée, aux cris de « à la cloaque [du gascon : cloca, mère poule], et aux poulets, il faut tout tuer et que la race s’en perde ». Le château est pillé et les titres brûlés. « Et après ces bonnes gens crioient Vive l’Évangile25 ! »

D’autres châteaux assiégés par des paysans

  • 26 François II à Antoine de Bourbon, Chambord, 16 juin 1560 (BnF, ms. fr., nv. acq., 1234, f° 164-165) (...)

9Cette révolte avait été précédée d’autres attaques contre des seigneurs catholiques. Monluc a été parmi les premiers touchés. Au début du mois de juin 1560, il était assiégé dans son château d’Estillac par une bande de 500 à 600 hommes26. Les agressions se multiplient l’année suivante.

Bastion sud du château d’Estillac, fortifié par Monluc en 1563

  • 27 Lettre de rémission accordée à Bertrand de Lavardac par Charles IX, Toulouse, février 1565 (Ch. Sam (...)

Au mois de juillet les troubles pour le faict de la religion auroient esté commancez au pays de Guyenne, et mesmes en plusieurs lieulx et villes du comté d’Armaignac, ausquelz lieulx se faisoient assemblées de gens de la religion nouvelle en armes contre noz edictz, prohibitions et proclamacions sur ce faictes, rompant en brizant journellement les temples et ymaiges des esglises desquelles ils se pouvoient saisir, a cause de quoy les gentilzhommes des environs estant de la religion catholicque, ayans esté menassez par les gens de la religion nouvelle, se seroient tenuz a leurs gardes27.

L’ancien cimetière de Saint-Mézard, lieu de « l’exécution » du 20 février 1562

  • 28 Commune de Manciet.
  • 29 François de Montpezat, chevalier, est seigneur de Laugnac, Frégimont, Thouars (près de Villeneuve-s (...)
  • 30 Le 12 février 1565, un arrêt du conseil signifie au sénéchal d’Agenais d’informer sur ces excès com (...)
  • 31 Jean de Montferrand, écuyer, vicomte de Foncaude et seigneur de Cancon. Il est également inscrit au (...)
  • 32 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 434.
  • 33 Jean de Goth, seigneur de Saint-Aigan et d’Ansan, capitaine aux gardes.
  • 34 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 360-361.
  • 35 Monluc à Saint-Sulpice, octobre 1562 (E. Cabié, Guerres de Religion dans le Sud-Ouest de la France (...)

10Le 27 juillet, ce fut le cas de Bertrand de Lavardac, seigneur de Blancastel28, qui tentait de protéger sa chapelle castrale. Le 19 août 1561, c’était le « sieur de Lévignac », vraisemblablement François de Montpezat, seigneur de Laugnac, qui était attaqué dans son château de Frégimont, non loin de Fumel, par deux mille hommes armés. Le 25, c’était le tour du château de Lestelle29. Quelques jours après, il s’agissait du château de Thouars, proche de Nérac, alors que, près de Villeneuve-sur-Lot, des gentilshommes étaient retenus prisonniers par certains de leurs tenanciers. Le 28 août, le sieur de Cordeloups était exécuté dans une hôtellerie de Cadillac. Le 23 novembre 1561, c’est donc le baron de Fumel qui est massacré, et sa veuve continue ensuite à subir « des excès et volleries30 ». François de Raffin, sénéchal d’Agenais, se trouve impuissant. Le roi est averti de ces troubles « par plusieurs y adjoustans que le sieur de Cancon31 estoit aussi assiégé, & que ceux de la religion avoient résolu d’exterminer la noblesse avec tous les prestres & magistrats32. » En février suivant, le seigneur de Rouillac est assailli par « les huguenots de sa terre […] pource qu’il vouloit empescher de rompre l’église [de Saint-Mézard, près de Lectoure] et prendre les calices », après que les seigneurs de Cucq et de La Montjoie aient été attaqués par les réformés d’Astaffort. Assiégé pendant vingt-quatre heures, Rouillac est sauvé par son frère33 et des gentilshommes du voisinage, avant qu’ils ne « luy eussent coupé la gorge […] et desjà commençoit la guerre descouverte contre la noblesse34.» En avril suivant, Lectoure tombe entre les mains des réformés et une garnison de Béarnais, sous le commandement de Bégolles, « pilloict toutes les maisons des gentilzhommes aux environs35 ».

  • 36 Burie à Charles IX, 10 juin 1561 et Burie à Antoine de Bourbon (Archives historiques de la Gironde,(...)
  • 37 Il devient ministre réformé au synode de Sainte-Foy (J. Andrieu, Histoire de l’Agenais…, p. 213).
  • 38 Prosper de Sainte-Croix au cardinal Borromée, Paris, 16 octobre 1561 (L. Cimber et F. Danjou, Archi (...)

11Certains de ces gentilshommes catholiques avaient, parfois rudement, manifesté leur opposition aux démonstrations du calvinisme dans leurs terres. Après quelques expressions isolées d’iconoclasme, ces attaques en règle semblent viser autant l’Église que le pouvoir seigneurial. Charles de Coucy, sieur de Burie, lieutenant général en Guyenne, écrit au roi : « Ils se vantent de ne paier plus les dixmes et droits de l’Esglise, et se vantent publiquement qu’ils ne vous paieront plus de tailles ne les debvoirs aux seigneurs36.» Même un ministre réformé, Jean Barrelles, dans une lettre qu’il adresse à Burie, exprime une vive crainte devant ces débordements37. Alerté, le nouveau nonce va inspecter la Gascogne avant de joindre la cour de France38. En Agenais, un autre ministre qui tente de s’interposer manque d’être lynché par la foule. Chantonay, ambassadeur d’Espagne, adresse une lettre inquiète à Philippe II.

  • 39 Il faut lire ici la prononciation castillane de la forme gasconne « Agenès » – « Aginès ».
  • 40 Il doit s’agir de « la surprise d’Agen » par les huguenots, dans la nuit du 1er décembre 1561 (Proc (...)
  • 41 Peut-être François de la Gaucherie, comme le pensait A. de Ruble (Antoine de Bourbon et Jeanne d’Al (...)
  • 42 Marguerite de Lustrac avait épousé (1544) Jacques d’Albon de Saint-André, maréchal de France, gouve (...)
  • 43 Chantonay à Philippe II, Poissy, 5 janvier 1562 (Archivo General de Simancas, Estado, K 1497, no 3)

La cour a été très troublée des nouvelles qu’elle a reçues […] à savoir que toute la province d’Arinues [Agenais]39 s’était révoltée ; que ses habitants, refusant de payer les impôts au roi, allaient pillant et volant tout ce qu’ils pouvaient, surtout les maisons des catholiques dans les villes et dans les faubourgs, mais aussi plusieurs appartenant à des hérétiques. Mécontent de leur attitude qu’il déclarait ne pas être conforme à l’esprit de la religion, un prédicateur hérétique voulut les reprendre et leur montrer quel mal ils se faisaient à eux-mêmes ; mais à peine a-t-il commencé qu’ils se précipitent sur lui, et le jetant à bas de la chaire, l’accablent de tant de coups qu’ils le laissent presque mort. Ils ont pillé une ville entière40 et une maison appartenant au précepteur du prince de Béarn41 ; ils ont fait subir de tels traitements à sa femme et à toute sa famille que Madame la Maréchale de Saint-André42 alors en route pour aller à sa maison de Gascogne jugea prudent de s’arrêter en une ville pour ne pas être leur victime. Et quant au précepteur ce n’est pas mal fait, car il est des plus hérétiques.43

  • 44 Relation de l’arrivée de la reine d’Espagne à Bayonne, juin 1565 (BnF, ms. fr. vol. 20647, f° 9).
  • 45 Sainte-Croix au cardinal Borromée, Poissy, 15 janvier 1562 (L. Cimber et F. Danjou, Archives curieu (...)
  • 46 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 346. J.-A. de Thou, Historiarum..., t. XXXII, p. 28 (...)

12Le massacre du baron de Fumel a ému considérablement la cour, et Monluc fait protéger la maréchale de Saint-André44. Le connétable de Montmorency exige une intervention contre ces « entreprises dont on soupçonnoit certains huguenots armés qui s’assembloient en Gascogne ». Coligny, qui jure que les réformés n’y sont pour rien, est contraint de se taire lorsque l’annonce de la prise et du pillage de Mont-de-Marsan, dans les terres du roi de Navarre, parvient à la cour45. L’embrasement de l’Agenais, du Condomois et du Marsan incite à l’envoi de Monluc, avec Nicolas Compain, conseiller au grand conseil, et Pierre Girard, lieutenant du prévôt de l’Hôtel46.

  • 47 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 4, p. 114-114. Document daté de 1561 mais attribué à l’an (...)
  • 48 « Ils commençaient donc, là où ils étaient les plus forts, à faire ouvertement la guerre à la noble (...)

13Monluc, qui recueille en mars 1562 les doléances des gentilshommes de Guyenne et Gascogne, pressant les ligues nobiliaires dans leur mobilisation « à cause des insollences, scandalles et contemnements que les paisans dudit païs leur ont faict depuis ung an en çà ; qui leur sont si odieux, que plus tot ils voudroient mourir que de plus longuement endu rer telles injures47. » Après Bèze, Henri Patry, Lucien Romier et Janine Garrisson ont interprété ces troubles comme des jacqueries auxquelles pouvaient se joindre des protestants ; la religion n’en aurait pas été le motif principal. Ce n’était pas le sentiment de Mézeray, puis du Toulousain Guillaume Marcel, d’Alphonse de Ruble, de Paul Courteault et plus récemment de Denis Crouzet48. Il y a bien, dans ce surgissement iconoclaste très subversif, une négation de l’autorité du Magistrat, galvanisée par certains prédicateurs. L’inquiétude de Calvin était justifiée.

Une effervescence réformée

Des prédications subversives

  • 49 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, 1866, t. 2, p. 366-367.
  • 50 Idem, p. 362.

Les ministres preschoient publicquement que s’ilz se mections en leur religion, ilz ne paieroient aucuns devoir aux gentilhommes, ny au roy aucune tailles que ce qui luy seroit ordonné par eulx ; aultres preschoient que les roys ne pouvoient avoir aulcune puissance que celle qui plairoit au pœuple ; aultres preschoient que la noblesse n’estoient rien plus que eulx ; et, de faict, quant les procureurs des gentilhommes demandoient les fieufz à leurs tenantiers, leur respondoient qu’il leur monstrassent en la Bible s’ilz les devoient paier ou non, et que si leurs prédécesseurs avoient esté sotz et bestes, ilz n’en voulloient poinct estre.
La noblesse se commensoyt laisser aller, de telle sorte qu’ilz commensoient de composer avecques eulx, leur priant de les laisser vivre seurement en leurs maisons, avecque leur labouraiges ; et quant aux oblies et aux fieufz, ilz ne leur en demandoit rien. D’aller à la chasse, il n’y avoit si hardy qui y ausast aller, car ilz veniont tuer les levriers et les chiens au milieu de la campaigne, et n’ausoit-on dire mot à poyne de la vye ; et si vous en touchiés ung, toutes leurs eglises incontinent estoient mandées, et dans quatre ou cinq heures estiés mort ou bien failloit fouyr ou cacher dans quelque maison de ceulx-là qu’avoient pactisés avecques eux, ou dans Tholose ; car en aultre lieu ne pouvyés estre asseurés »
49. À ceux qui rappelaient à ces paysans leurs devoirs envers le roi, il était répondu, à Saint-Mézard « comme c’estoit partout », nous dit Monluc : « Quel roy ? Nous sommes tous les roys. Celui-là que vous dites est un petit reyot de merde, nous lui donnerons des verges et métier pour lui faire apprendre à gagner sa vie comme les autres50 ».

  • 51 Pierre d’Albret à Philippe II, Nérac, 16 septembre 1560 (AGS, Estado, K 886, no 170).

14À Nérac depuis juin 1560, Monluc assiste aux prêches de Boisnormand puis de Bèze. Il est aussi bien informé que Pierre d’Albret, oncle de Jeanne et espion de Philippe II. Dès le mois de septembre 1560, ce clerc écrit au roi catholique : « On promet aux gens du peuple que bientôt ils seront délivrés des impôts et des redevances qu’ils paient aux seigneurs51.» Des prédications, qui ne pouvaient pas être contrôlées, étaient bien subversives.

  • 52 F. de Raemond, Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle, Paris, 160 (...)
  • 53 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1.

15Florimond de Raemond, conseiller au parlement de Bordeaux, originaire d’Agen, est d’ailleurs atterré par l’institution des consistoires où « un ministre, un avocat, un marchand, un solliciteur, un tailleur, un chaudronnier, un jardinier peuvent donner des arrêts […], excommunient leurs frères, les chassent et bannissent de leurs assemblées, les privent de sacremens52 ». Les catholiques d’Agen se plaignent à Burie de ce qu’« on avoit fait un consistoire auquel on évoquoit tous procès, tellement qu’il n’estoit plus question d’aller aux magistrats ni de leur obéir53 ».

  • 54 De haereticis a civili magistratu puniendis, 1554, trad. fr. : Traité de l’authorité du Magistrat e (...)
  • 55 La justification de la résistance des magistrats inférieurs va devenir l’idée centrale du Droit des (...)

16Bèze, dans son Traité de l’autorité du magistrat, avait d’abord suggéré que les « magistrats inférieurs » avaient le droit et le devoir de résister aux autorités supérieures, si cela leur semblait nécessaire pour protéger « la pureté de la religion » contre un souverain qui combat « le règne de Christ54 ». Il avait ensuite recommandé une résistance seulement passive dans sa Confession de la foy chestienne. Mais les événements le conduisent à récrire complètement les articles concernant le droit à la résistance dans l’édition latine de 1560, en reprenant et en étendant l’obligation du magistrat à punir l’hérésie55.

  • 56 « Quelques-uns même disoient, que le peuple ne tendoit qu’à s’affranchir, alors que s’étant procuré (...)
  • 57 Remonstrance au peuple de Paris de demeurer en la Foy de leurs Ancestres, Paris, 1568.
  • 58 P. Debofle, « L’engagement politico-religieux de François de Belleforest à l’époque des guerres de (...)

17Au moment de l’assassinat du baron de Fumel, il est prononcé le nom, affreux aux oreilles de la noblesse, de « république », sur le modèle des Suisses56. Dans un texte polémique publié en 1569, le cosmographe François de Belleforest, originaire de Samatan, défend l’idée que les protestants révoltés de Toulouse, en 1562, agissaient à l’instar de Thomas Münzer et des paysans allemands contre les princes, en 1525 : ils entendaient massacrer les magistrats57. Il fait ensuite chorus dans la campagne d’exaltation et de justification du massacre de la Saint-Barthélemy58. Ce désir de retour à la primitive Église déstabilise l’autorité des prêtres, des seigneurs justiciers comme des magistrats. Où s’arrête pour les rustres la destruction de l’ordre ancien ?

18Ces interprétations nous engagent, au delà des sensibilités religieuses des populations, à rechercher les traces d’une contestation du prélèvement ecclésial et seigneurial. Les visites pastorales ordonnées par Henri II (1551) n’incitent pas à la dénonciation de protestants et, dans le diocèse d’Auch, l’enquête du juge royal Bernard de Cossi (1562-1563) livre peu de résistances au prélèvement décimal. Ce sont alors les archives des sénéchaussées, présidiaux et parlements qui révèlent de nombreux litiges, qui corroborent les témoignages précédents.

Une opération de « protestantisation » de la Gascogne par Jeanne d’Albret

  • 59 M. Cassan, Le temps des guerres…, p. 101 et 111-113.

19Alors que Jeanne d’Albret entreprend de se convertir officiellement (Noël 1560), nous constatons que le culte calviniste s’organise dans ses terres gasconnes. Il s’agit d’une politique de « protestantisation », non seulement dans ses terres de souveraineté, où elle peut arguer du cujus regio ejus religio (1566-1571), mais aussi dans celles pour lesquelles elle est vassale du roi de France et où elle se devait, pourtant, de respecter les édits royaux. Elle joue pour cela sur les officiers, comme ceux de la sénéchaussée d’Armagnac, ainsi que sur ses vassaux et sur les consulats. Antoine de Noailles, amiral de France et gouverneur de Bordeaux, la dénonce au roi. En 1561, un ministre du culte est installé à Mauvezin et le calvinisme se propage en Lomagne et en Armagnac qui, avec la vallée de la Garonne, fournissent le plus d’adeptes gascons à la Réforme. Les Landes ne livrent que quelques cas et le Béarn et la Soule demeurent isolés. Plus à l’est, les diocèses de Comminges et de Couserans ne manifestent pas d’intérêt pour la nouvelle religion. Vicomtesse de Limoges, Jeanne d’Albret ne parvient pas à y ancrer la Réforme59. Vicomtesse de Nébouzan, elle s’efforce, sans plus d’effet, à amener son oncle, l’évêque de Comminges Pierre d’Albret, à la Réforme. À la mort de ce dernier, elle tente, sans plus de réussite, de le remplacer par le bâtard de son défunt mari, Charles de Bourbon. Ce dernier se consolera cependant avec l’évêché de Lectoure, cité dont Jeanne est, avec l’évêque, co-seigneuresse, en même temps que vicomtesse de Lomagne.

20Toujours sous la menace d’une condamnation romaine qui entraînerait la privation de ses terres, comme cela était advenu à son grand-père, Jeanne d’Albret sait utiliser la protection de Catherine de Médicis, tout en réclamant à Calvin des ministres tels que le Dauphinois Jean-Raymond Merlin, ou le Suisse Pierre Viret, qui a eu tant d’influence en Bas-Languedoc.

21L’édit de Romorantin (mai 1560), qui confie les crimes d’hérésie en dernier ressort aux présidiaux, alors que les évêques recouvrent leur compétence, montre combien les officiers « moyens » sont gagnés à la Réforme. Le présidial d’Agen reste indécis, d’autres officiers subalternes, comme à Sainte-Foy, malgré les injonctions du parlement de Bordeaux, se refusent à poursuivre les hérétiques. Des dossiers se perdent lors de leur transfert entre cours de justice… La politique modérée de Charles de Coucy, seigneur de Burie, lieutenant du gouverneur de Guyenne (depuis 1555), répond à celle de conciliation de la reine mère, et facilite l’ancrage du calvinisme. En Agenais, mais aussi dans les Landes ou en Périgord, les églises se multiplient en 1560, au moment où Bèze est reçu triomphalement à Nérac. L’année suivante, c’est en Gascogne, Guyenne, Quercy, Albigeois, Haut-Languedoc, Rouergue, Saintonge. Les nouvelles églises dressées se groupent en colloques et tiennent des synodes.

22Le 28 juin 1559, Henri II avait ordonné la mise en place des Grands Jours de Saintes qui, outre la Saintonge, devaient instruire des procès en Périgord, Limousin, Agenais et Condomois. Le parlement de Bordeaux en avait enregistré les lettres patentes dès le 10 juillet, mais la mort du roi interrompt la procédure. Les réformés de ces provinces échappent miraculeusement à une procédure inquisitoriale qui s’annonçait implacable.

23À Toulouse, les protestants n’hésitent plus désormais à célébrer leur culte en plein jour, malgré les interdictions, et les incidents se multiplient. Le Carême 1561 voit catholiques et protestants se défier. Raymond Dufaur, capitoul protestant, obtient un arrêt d’emprisonnement de prédicateurs catholiques toulousains trop zélés et l’été suivant se passe en affrontements quotidiens dans les rues de Toulouse. Par l’édit de juillet, Catherine de Médicis interdit à la fois la célébration du culte protestant et les attaques mutuelles pour fait de religion. Mais Antoine de Lomagne, baron de Terride, qu’elle envoie à Toulouse pour le faire appliquer, a bien du mal à rétablir la paix. Les réformés qui s’organisent et tiennent Castres, Revel, Lavaur, Gaillac, Rabastens et Montauban, caressent l’idée de maîtriser Toulouse, où ils demeurent minoritaires. L’édit de Saint-Germain-en-Laye, le 17 janvier 1562, se veut de pacification en accordant au protestantisme le rang de religion et en autorisant le culte sous certaines conditions. Enregistré par le parlement de Toulouse le 6 février suivant, il engage les protestants à organiser leurs lieux de culte. La situation est en fait explosive.

Une réaction seigneuriale en guyenne et gascogne

24Le Commingeois Belleforest opère un rapprochement entre la guerre des Paysans et la première guerre de Religion dans le Sud-Ouest. Nous pouvons identifier ces seigneurs attaqués par leurs tenanciers briseurs d’images grâce aux registres de la sénéchaussée d’Armagnac et du parlement de Toulouse qui recèlent, outre des refus de dîmes, de nombreuses contestations de droits seigneuriaux. Celles-ci sont en relation avec la progression de la contestation huguenote.

Des consulats et des paysans pressurés mais réactifs

  • 60 G. Tholin, Ville libre et barons. Essai sur les limites de la juridiction d’Agen, Paris-Agen, 1886.

25Georges Tholin a révélé les conflits qui opposèrent la jurade d’Agen à la noblesse terrienne60. Le milieu du xvie siècle marque une aggravation de la pression seigneuriale. En Agenais, le franc-alleu, et donc l’exemption de franc-fief, incitent les nobles à transformer les paysans en tenanciers. Ils leur imposent leur justice, de nouvelles taxes, et des reconnaissances féodales en établissant la seigneurie directe.

  • 61 Idem, p. 110.
  • 62 Idem, p. 123.

26La seigneurie la plus agressive autour d’Agen est celle de Madaillan. Grâce à son mariage avec Jeanne de Foix-Candale, elle échoit à Honorat de Savoie, comte puis marquis de Villars, lieutenant général de Languedoc, puis de Guyenne après Monluc, dont la fille et héritière, Marguerite, épouse en secondes noces le duc de Mayenne, futur chef de la Ligue. Les enfants du premier lit, Montpezat et Villars ancrent la Ligue à Agen. Le 16 mai 1558, Villars contraint les paysans de Madaillan « par crainte et par menaces » à accepter un alourdissement outrancier des taxes et pas moins de 1400 habitants passent ainsi des reconnaissances féodales sur douze gros registres61. Mais ce cas n’est pas isolé. Montpezat, Laroque, Bajamont, Cancon, Montastruc ou Montaud se trouvent dans la même situation. Les députés du tiers état de l’Agenais, dans leurs cahiers dressés pour les états généraux de 1588, dénoncent les procédés employés par les seigneurs pour augmenter leurs rentes62.

  • 63 J. Gardère, Histoire de la seigneurie de Condom et de l’organisation de la seigneurie dans la ville(...)
  • 64 Arrêt du 8 avril 1517 (Arch. munic. Condom, FF 29).
  • 65 M. Seguin, Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, J. Glénisson (dir.), t. 3, Le début des temps mo (...)

27Nous trouvons un comportement similaire en Condomois, de la part de nobles catholiques qui nous sont connus comme futur ligueurs63. Les Lomagne, qui obtiennent l’érection de leur seigneurie de Fimarcon en marquisat (1503), prétendent à des droits de juridiction et de justice sur une partie du bailliage de Condom64. La Saintonge, qui révèle une réaction féodale identique de la part d’une noblesse terrienne ancienne en difficulté, connaît un même vent de folie qui tient autant de l’iconoclasme que de la jacquerie en juillet 156265.

L’appel à Monluc par la noblesse : rétablir l’ordre seigneurial

  • 66 P. Tierny, « Monluc à Estillac. Ses démêlés avec les seigneurs du Buscon », Revue de l’Agenais, t.  (...)
  • 67 Sénéchaussée d’Armagnac, juin 1559 (Arch. départ. Gers, B 9, f° 3 v°) et 5 janvier 1560 (Arch. dépa (...)
  • 68 Arch. munic. Condom, Inventaire (1740) et Délibérations, 9 septembre 1561.
  • 69 Idem, 3 octobre 1586, 7 novembre 1602 et 6 mars 1609.
  • 70 F. Moulencq, Documents historiques sur le Tarn-et-Garonne, Montauban, 1885, p. 430-431.

28Les gentilshommes victimes des attaques de février 1562 et les protagonistes de leur répression sont tous seigneurs en Brulhois, Condomois et Lectourois, comme Monluc66. Le puissant Jean de Goth, seigneur de Rouillac, malmené par ses paysans, était en procès avec ses tenanciers auxquels il réclamait des droits seigneuriaux iniques67. Notons que Monluc était redevable à cette famille, grâce à laquelle il avait commencé sa carrière. Les autres seigneurs sont d’anciens compagnons d’armes du capitaine ou des membres de leurs familles, comme Bertrand de Lavardac ou le seigneur de Cucq, Bernard de Bajordan. Le seigneur de La Monjoie, Jean de Montlezun, est également seigneur de Caussens. Il est en procès avec la jurade de Condom, car il en revendique la justice et la juridiction68. Ce « capitaine Caussens » participe ensuite à l’assassinat de Coligny. À sa mort (1573), la seigneurie de Caussens échoit à François de Cassagnet-Tilladet, seigneur de Saint-Orens, qui réclame avec autant de violence les mêmes droits69. Le seigneur de La Chapelle a, quant à lui, été condamné pour ses crimes et excès au bannissement du royaume par le parlement de Toulouse, en 154170. Les guerres civiles lui permettent d’échapper à l’exécution de cet arrêt.

29Afin de pallier le noyautage des tribunaux royaux subalternes par les réformés, Charles IX avait accordé à Burie le pouvoir d’exercer une justice expéditive et sans appel. Mais, plutôt que par une indulgence coupable, c’est bien la peur d’être lynché qui le confine à l’inaction et la désignation du vieux capitaine Monluc. Celui-ci agit alors « sans sentence ny escripture », seulement accompagnés de deux bourreaux.

  • 71 Tilladet a acheté le château de Caussens dès 1555 (Arch. munic. Lectoure, Fonds de Fimarcon, liasse (...)
  • 72 Ysabeau de Beauville à Robert de Gontaut, Agen, 30 avril 1563 (BnF, ms. fr. 20462, f° 91).
  • 73 Arch. munic. Condom, FF 30.
  • 74 Idem, 1er octobre 1565.
  • 75 Idem, 22 juillet 1564.

30Pour l’exécution de Saint-Mézard (20 février 1562), Monluc sollicite le concours de Fontenilles et de Tilladet. Le premier est seigneur du village voisin de Castéra-Lectourois. Tilladet est communément appelé « le capitaine Saint-Orens » du nom du village dont il réclame la seigneurie directe, avant d’obtenir celle de Caussens71. Alors que Monluc ajoute de remarquables perfectionnements militaires à son château d’Estillac, directement inspirés des œuvres des ingénieurs italiens, Tilladet agrémente son logis d’un pont-levis et de canonnières, place un agenouilloir dans l’église et réclame des droits sur les vendanges72. Il essaie alors de distraire Saint-Orens de la juridiction des baillis de Condom. Le 24 septembre 1560, le parlement de Bordeaux donne cependant raison à la jurade de Condom en matière de justice73. Quatre ou cinq ans plus tard, quand Tilladet entend ajouter une tourelle à son château, les consuls de Condom acceptent de transiger, car le capitaine a « bon crédit envers Monseigneur de Monluc gouverneur74 ». Ce dernier rappelle aux jurats que Tilladet était « bon voisyn et amy de la ville et [qui] leur avoyt faict playsir au temps des guerres et leur en pourroyt encores faire à l’advenir75 ».

  • 76 C. Chaux, « Une affaire judiciaire au xvie siècle : Maistre Jehan de Bagetz », Revue de l’Agenais, (...)

31Tilladet n’en reste pas là. Il fait construire un four qu’il déclare banal et veut imposer aux habitants de Saint-Orens un droit de vinade et une corvée de vendange ! Lorsque, en 1569, les troupes de Montgomery traversent la région, elles pillent et brûlent l’église… et le château de Saint-Orens. Le seigneur dénonce la collusion de ses tenanciers avec les huguenots, à cause de ces fameux droits de fournage et de vinage. Les poursuites ont d’abord lieu devant les juges de Condom, dont Tilladet se méfie. Il parvient alors à faire instruire le procès de ses paysans par le lieutenant du vice-sénéchal d’Agenais, Jean de Bagetz, créature de Monluc aux méthodes expéditives76. Tilladet était lui-même sénéchal de Bazadais et il avait appris à se défier des juristes en général. Par un arrêt du parlement de Bordeaux, de décembre 1570, trois prévenus sont « pendus et etranglés », dans le village même de Saint-Orens. Les habitants du lieu, terrorisés, acceptent de transiger au sujet du four banal et du droit de vinade.

  • 77 Arch. départ. Haute-Garonne, B 9, f° 122, B 7, f° 218, B 8, f° 189 v ° et B 13, f° 219.

32Les Esparbès, originaires du Lectourois, réclament ainsi des droits immémoriaux à leurs tenancier de Lussan, à défaut de titres qu’ils déclarent « bruslé et perdus » par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans77. Nègrepelisse et Terride sont également en procès, comme Pardaillan-Gondrin, dans différents lieux, le baron d’Ambres ou Lévis-Mirepoix.

  • 78 Catalogue des Actes de François Ier, Paris, 1896, t. 7, no 23467.
  • 79 R. Molis, « Usurpation de la justice seigneuriale à Lalanne-Arqué (1535-1538) », Bulletin de la Soc (...)
  • 80 Arch. départ. Haute-Garonne, B. 53, f° 965, B 54, f° 316, B 56, f° 595. P.-E. Ousset, « Les seigneu (...)
  • 81 M. J. E. Cénac-Moncaut, Voyage archéologique et historique dans les comtés d’Astarac et de Pardiac,(...)

33La question des droits seigneuriaux est encore plus aiguë pour Frédéric de Foix-Candale, captal de Buch, le grand promoteur de la ligue de 1563 en Bordelais. Sa mère, la puissante Marthe, comtesse d’Astarac, épouse de Gaston III de Foix-Grailly, n’avait eu de cesse de réclamer avec outrance des droits seigneuriaux78. Elle revendiquait des biens sur lesquels la maison de Navarre avait aussi des vues. Elle n’avait pas hésité à bombarder les bourgeois de Mirande. En 1526, le roi avait saisi son comté et l’avait condamnée à l’exil alors que le parlement de Toulouse faisait détruire les fortifications d’Astarac. Les usurpations et sévices des officiers de justice du comté d’Astarac ne s’interrompent pas pour autant79. Frédéric, qui obtient enfin la restitution du comté, reconnaît en 1562 les libertés et usages des Mirandais, mais il s’évertue à reconquérir tous les droits de son illustre famille. Il s’empare de la baronnie d’Aspet, au détriment de Jeanne d’Albret, usurpation tolérée par le parlement de Toulouse (2 décembre 1563)80. Son fils, Henry, bien en cour grâce à son mariage avec la fille du connétable de Montmorency, se verra confirmer la détention du comté d’Astarac81.

  • 82 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 287.
  • 83 L. Massip, « La ville et les seigneurs de Cancon en Agenais », Revue de l’Agenais, t. XVII, 1890, p (...)
  • 84 J.-A. de Thou, Historiarum…, liv. XXXII, p. 286. T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 432
  • 85 Au sujet des alliances de la noblesse qui peuvent maintenir des relations de solidarité souvent à u (...)

34Le mois suivant l’exécution de Saint-Mézard, la punition du meurtre du baron de Fumel s’apparente également plutôt à une vendetta qu’à un acte de justice. Monluc est rejoint par Jean et François de Montferrand, neveux de la victime. Jean, seigneur de Cancon, avait vu son château assiégé par les huguenots. Si aucun signe ne trahit la complicité de ses tenanciers, ceux-ci avaient subi une augmentation considérable des censives, par une convention arrachée en 1500. Les droits de ce seigneur haut justicier étaient particulièrement étendus. Il était aussi seigneur en Bazadais. En avril suivant, quand Monluc reçoit du roi l’ordre de le rejoindre, « les seigneurs de Cancon, de Montferrand, toute la noblesse d’Agenois catholiques s’estoient rendeuz auprès de moy. Et en la salle commensarent à murmurer les ungz et les autres que si je les abandonnois ilz estoient perdus, et leurs femmes, leurs enfans, et leurs maisons en ruyne et perdition82 ». Comme Saint-Orens, le château du seigneur de Cancon est à nouveau menacé en 157083. Jacques-Auguste de Thou écrit bien qu’il s’agit de « la Noblesse animée par les Seigneurs de Lomagne, de Terrides, et d’Ossun, [qui] regarda le meurtre de Fumel comme une déclaration de guerre qui lui etoit faite, et elle se disposa à en tirer vengeance84 ». Viennent également Louis de Lur, vicomte d’Uza, auquel Monluc chargera d’étendre la ligue de 1563 au Bazadais, François de Cours, François de Montpezat, François de Pellegrue, baron de Casseneuil, le capitaine Jehan d’Agen et d’autres « gentilshommes parents et amis85 ». Avec des hommes d’armes et des habitants de leurs terres, ils marchent sur Fumel, battant la campagne pour s’emparer des meurtriers et de leurs complices, qui sont rapidement jugés et exécutés.

  • 86 J. Garrisson, Protestants…, p. 22-28.
  • 87 Pour certains, la revendication de la haute justice peut être motivée par le désir d’un culte de fi (...)
  • 88 L. Romier, « Les protestants français à la veille des guerres civiles », Revue Historique, t. CXXIV (...)
  • 89 Monluc à Catherine de Médicis, Montech, 20 septembre 1562, A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t (...)

35Qu’en était-il alors des nobles protestants ? Un chiffrage reste difficile, mais leur proportion en Guyenne et en Gascogne nous apparaît avoir été surestimée à partir de quelques grandes familles et de la clientèle des Bourbon-Albret86. Leur comportement à l’égard de leurs tenanciers pouvait-il différer de celui de leurs homologues, parents et parfois frères87 ? Lucien Romier voit dans les nobles protestants « les héritiers déchus de la féodalité […]. Il leur attribue la militarisation de leurs églises et une bonne part de l’excessive violence88. Cette position, caricaturale, est guidée par notre ignorance. Dès septembre 1562, Monluc clame bien haut que lui et ses hommes ne brûlent aucun château, alors qu’en face, il y a « de bien près de deux cens maisons de gentilshommes que le camp de Duras [Symphorien de Durfort, seigneur de Duras] et autres de la religion ont saccaigées, bruslées, prins les gentilz femmes, mises en chemises, et leur ayant faict d’autres choses indignes vous estre escriptes89 »!

  • 90 G. Tholin, « La ville d’Agen pendant les guerres de Religion du xvie siècle », Revue de l’Agenais, (...)
  • 91 M. Seguin, Histoire de l’Aunis…, p. 222-229 et 260-261.

36Les hobereaux catholiques dénoncent la connivence de certains hommes de loi. Pour Monluc, Jean Du Verdier, avocat général de la reine de Navarre à la sénéchaussée d’Armagnac, à Lectoure, le juge-mage Herman de Sevin à Agen, ou encore le président du parlement Jacques Benoist de Lagebaston, à Bordeaux constituent les têtes de la contestation90. Il reproche à la pauvre noblesse de Guyenne de dédaigner des charges qu’ils laissent ainsi à ceux qui veulent les étrangler. Encouragés par la cour d’Albret, ces officiers ont pu jouer, un temps, ce rôle de médiateur culturel que les artisans auraient exercé à l’égard des paysans cévenols voire normands. À La Rochelle et en Saintonge, la magistrature et la marchandise, favorisées d’ailleurs par la répression qui suit la révolte de 1548, se substituent rapidement à l’ancienne aristocratie terrienne91.

***

  • 92 Henri II de Navarre, dans son désir de rationaliser l’administration de ses domaines, avait déjà do (...)

37Il semble évident que l’on assiste à une forte tension dans ces campagnes provoquées par les exigences seigneuriales, à l’image de ce que l’on a pu observer en Bourgogne ou en Normandie92. Ces capitaines ont besoin de ressources, pour tenir leur rang et aller à la guerre, mais les droits seigneuriaux sont relativement faibles et des consulats comme Agen, Condom ou Lectoure défendent jalousement leurs prérogatives. Il ne faut pas assimiler ces tensions à celles qui naîtront plus tard de l’état permanent de guerre. Elles s’expriment avant le retournement de la conjoncture qui met fin au « beau » xvie siècle. Alors, les chertés, la disette, la peste, qui accompagnent les premiers troubles de religion, rendront la pression seigneuriale encore plus insupportable. Dans ces années 1550-1560, cette contestation de l’ordre seigneurial et royal a bien accompagné dans ces pays de moyenne Garonne l’iconoclasme religieux. La diffusion du message évangélique concourait à la lutte contre l’oppression des seigneurs, la relayait peut-être pour certains. Mais elle n’aura pas la destinée de la guerre des Paysans. Sa rapide répression contribue à l’éclosion des premières ligues nobiliaires, sous l’égide de Monluc, des cardinaux Strozzi et d’Armagnac et de Foix-Candalle au moment où Bèze et Bois-normand organisent les églises (synodes de Clairac, novembre 1560 et de Sainte-Foy, novembre 1561). Là, les rustres demeureront papistes et la plupart des nobles, ligueurs.

Notes

1 « Jehan Calvin aux ministres des églises du conté de Neuf-Chastel », Genève, 1er juin 1544, préface à la Brieve instruction pour armer tous bons fideles contre les erreurs de la secte commune des anabaptistes, M. Van Veen (éd.), Genève, 2007, p. 36.

2 G. Chaix, « Les anabaptistes de Münster (1534-1535) : bilan historiographique », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, no 148/2, 2002, p. 293-307.

3 François Le Gay, dit Boisnormand. En 1562, il se cache à Nérac sous le nom de La Pierre.

4 J.-L. Bourgeon, « Quand la foi était révolutionnaire : les sermons d’un curé parisien, Simon Vigor, en 1570-1572 », dans J.-P. Bardet, M. Foisil (éd.), La vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, 1993, p. 471-484. P.-A. Mellet, Les traités monarchomaques. Confusion des temps, résistance armée et monarchie parfaite (1560-1600), Genève, 2007.

5 A. de Ruble (éd.), Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, Paris, 1864-1872, t. 2, p. 346.

6 R. Poujol, Vébron, histoire d’un village cévenol, Alès-Aix-en-Provence, 1981.

7 M. Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996.

8 Quintin Thierry et Antoine Pocquet, « libertins spirituels », bénéficient un temps de la protection de Marguerite de Navarre (M. Lienhard, Les dissidents du xvie siècle, entre l’humanisme et le catholicisme, Baden-Baden, 1983. D. Crouzet, La Genèse de la Réforme française, Paris, 1996).

9 Pour plus de précision : S. Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, 2007.

10 Archives historiques de la Gironde, t. XIII, p. 143.

11 Bèze confirme l’intensité du souvenir de 1548 (T. de Bèze, Histoire ecclésiastique des Églises réformées du royaume de France, Toulouse, 1882, t. 2, p. 221). S. Cl. Gison, Contribution à l’histoire de l’impôt sous l’Ancien Régime : La révolte de la gabelle en Guyenne, Paris, 1906. J. Bouchet et G. Paradin, La révolte de la gabelle en Guyenne et à Bordeaux en 1548, Bordeaux, 1981.

12 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 2, p. 230.

13 E. Gaullieur, Histoire de la Réformation à Bordeaux et dans le ressort du parlement de Guyenne, Paris, 1884, t. 1, p. 193-194.

14 J. Garrisson, Protestants du Midi (1559-1598), Toulouse, 1980, p. 54-56.

15 E. Gaullier, Histoire de la Réformation…, t. 1, p. 193-194. Le gouverneur de Guyenne et Monluc demandent aux jurats de rechercher ces « intelligence[s] ». Lettres du 14 février 1560 (Arch. munic. Agen, BB 30, f° 54) et des 18 et 19 février 1560 (Idem, f° 54 et 55).

16 O. Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, 1991.

17 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 434. Y.-M. Bercé, « Retour sur le drame de Fumel, novembre 1561-avril 1562 », Revue de l’Agenais, t. CXXXIII, 2006, no 3, p. 543-558.

18 Il a épousé, en 1532, Gabrielle de Verdun, fille de Jean, seigneur de Cancon et Hautes-Vignes. Écuyer d’écurie du roi (1544), en 1547, il est ambassadeur à Constantinople auprès de Soliman II, puis gouverneur de Marienbourg, de 1548 à 1555. Il commande les Enfants Perdus à la bataille de Saint-Quentin (1557).

19 G. Séraphin, « Le château de Fumel et la Renaissance dans le Haut-Agenais et le Périgord méridional au temps de Catherine de Médicis », Mémoire de la Société archéologique du Midi de la France, t. LVI, 1996, p. 183-211.

20 J.-A. de Thou, Historiarum sui temporis ab anno 1543 usque ad annum 1607, 1re partie, 1604, 2e partie, 1604-1608, 3e partie, 1607 ; trad. française : Histoire universelle depuis 1543 jusqu’à 1607, La Haye, 1740, t. XXXII, p. 285. F. Eudes de Mézeray, Histoire de France, 1643, Paris, 1830, t. 10, p. 73-74.

21 S. Brunet, « Penser le consistoire au début des troubles religieux (vers 1560-1562) », dans R. Mentzer et F. Moreil (éd.), L’Europe réformée (xvie -xviie -xviiie siècles). Dire l’interdit : le vocabulaire de la censure et de l’exclusion, Leiden, (à paraître).

22 J. Andrieu, Histoire de l’Agenais, Paris-Agen, 1893, t. 1, p. 218.

23 De Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 339.

24 F. Eudes de Mézeray, Histoire… ; G. Marcel, Histoire de l’origine et des progrès de la monarchie française suivant l’ordre des temps, 1686, t. 4, p. 405.

25 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 369.

26 François II à Antoine de Bourbon, Chambord, 16 juin 1560 (BnF, ms. fr., nv. acq., 1234, f° 164-165). Cette attaque pouvait être justifiée par l’aide que Monluc apportait alors aux conseillers du présidial et aux consuls d’Agen dans leur lutte contre les protestants. Une vague iconoclaste se répand alors (Délibération de la jurade d’Agen, 4 juin 1560, Arch. munic. Agen, BB 30).

27 Lettre de rémission accordée à Bertrand de Lavardac par Charles IX, Toulouse, février 1565 (Ch. Samaran, « En Armagnac au temps des « troubles » (1561 et 1567) », Bulletin de la Société Archéologique du Gers, t. LXV, 1964, p. 7-24).

28 Commune de Manciet.

29 François de Montpezat, chevalier, est seigneur de Laugnac, Frégimont, Thouars (près de Villeneuve-sur-Lot) et Le Fréchou (Arch. départ. Lot-et-Garonne, E suppl., 2888). La seigneurie de Lestelle, près de Tournon, appartenait aux Brunet.

30 Le 12 février 1565, un arrêt du conseil signifie au sénéchal d’Agenais d’informer sur ces excès commis depuis l’édit de pacification (BnF, ms. fr., coll. St-Germain, vol. 689, 11, f° 44).

31 Jean de Montferrand, écuyer, vicomte de Foncaude et seigneur de Cancon. Il est également inscrit au rôle des seigneurs du Bazadais. (B. Labénazie, Histoire de la ville d’Agen et pays d’Agenais, 1721, Montauban, 1888, t. 1, p. 251 et 265. L. Massip, « La ville et les seigneurs de Cancon en Agenais », Revue de l’Agenais, t. XVII, 1890, p. 372-376).

32 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 434.

33 Jean de Goth, seigneur de Saint-Aigan et d’Ansan, capitaine aux gardes.

34 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 360-361.

35 Monluc à Saint-Sulpice, octobre 1562 (E. Cabié, Guerres de Religion dans le Sud-Ouest de la France et principalement dans le Quercy d’après les papiers des seigneurs de Saint-Sulpice, de 1561 à 1590, Paris-Toulouse-Cahors-Albi, 1906, p. 19).

36 Burie à Charles IX, 10 juin 1561 et Burie à Antoine de Bourbon (Archives historiques de la Gironde, t. X, p. 60 et t. XIII, p. 163).

37 Il devient ministre réformé au synode de Sainte-Foy (J. Andrieu, Histoire de l’Agenais…, p. 213).

38 Prosper de Sainte-Croix au cardinal Borromée, Paris, 16 octobre 1561 (L. Cimber et F. Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France, Paris, 1re série, t. 6, 1835, p. 3-4).

39 Il faut lire ici la prononciation castillane de la forme gasconne « Agenès » – « Aginès ».

40 Il doit s’agir de « la surprise d’Agen » par les huguenots, dans la nuit du 1er décembre 1561 (Procès-verbal du pillage et incendie des Églises cathédrale et collégiale Sainct-Estienne et Sainct-Caprais et autres de la ville d’Agen, le 2 décembre 1561, s.l.n.d.).

41 Peut-être François de la Gaucherie, comme le pensait A. de Ruble (Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, 1881-1886, t. 4, p. 90), ou aussi bien Florent Chrestien, selon H. Patry (« François de la Gaucherie a-t-il été persécuté par ses coreligionnaires ? », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. L, 1901, p. 67-69).

42 Marguerite de Lustrac avait épousé (1544) Jacques d’Albon de Saint-André, maréchal de France, gouverneur du Lyonnais, favori d’Henri II et diplomate. Avec Guise et Montmorency, il a formé le « triumvirat » au mois d’avril 1561. Il meurt à la bataille de Dreux, le 19 décembre 1562. Marguerite était abondamment possessionnée en Agenais (Ph. Tamizey de Larroque, « Marguerite de Lustrac et Anne de Caumont », Revue de l’Agenais, t. XXIII, 1896, p. 101-114).

43 Chantonay à Philippe II, Poissy, 5 janvier 1562 (Archivo General de Simancas, Estado, K 1497, no 3).

44 Relation de l’arrivée de la reine d’Espagne à Bayonne, juin 1565 (BnF, ms. fr. vol. 20647, f° 9).

45 Sainte-Croix au cardinal Borromée, Poissy, 15 janvier 1562 (L. Cimber et F. Danjou, Archives curieuses…, p. 24-28).

46 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 346. J.-A. de Thou, Historiarum..., t. XXXII, p. 286. L’iconoclasme s’est répandu dans l’ensemble du diocèse d’Aire à partir de septembre 1561 (Christophe de Foix-Candale, évêque d’Aire, à Catherine de Médicis, Cadillac, 6 janvier (1562) et Cassanalis à l’évêque de Dax, Dax, 1er janvier 1562 (BnF, ms. fr., 3186, p. 14 et ms. lat., 17021, f° 79). Des prêches publics ont lieu à Montréal, Condom et Mézin, puis l’iconoclasme s’abat sur ces deux cités (les magistrats et consuls de Condom à Burie, 1561) ; Ph. Tamizey de Larroque, « Quelques pièces relatives à l’histoire de la ville de Condom et du Condomois », Revue de Gascogne, t. XVIII, 1877, p. 26).

47 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 4, p. 114-114. Document daté de 1561 mais attribué à l’année 1562 (nv. style).

48 « Ils commençaient donc, là où ils étaient les plus forts, à faire ouvertement la guerre à la noblesse, dont quelques-uns [des nobles] se laissaient aller, entrant en composition avec eux qu’ils ne demanderaient rien de leurs rentes et fiefs ; et s’ils touchaient quelqu’un, incontinent toutes les Églises étaient mandées et les allaient assiéger. » (F. Eudes de Mézeray, Histoire…). P. Courteault, Blaise de Monluc historien, Paris, 1908, p. 408-409. D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, 1990, t. 1, p. 520.

49 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, 1866, t. 2, p. 366-367.

50 Idem, p. 362.

51 Pierre d’Albret à Philippe II, Nérac, 16 septembre 1560 (AGS, Estado, K 886, no 170).

52 F. de Raemond, Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle, Paris, 1605, t. 1, p. 994.

53 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1.

54 De haereticis a civili magistratu puniendis, 1554, trad. fr. : Traité de l’authorité du Magistrat en la punition des hérétiques, s. l., 1560. La Confession a été rédigée en 1558 et publiée en français l’année suivante.

55 La justification de la résistance des magistrats inférieurs va devenir l’idée centrale du Droit des magistrats (1574). Bèze accordait également un pouvoir de résistance aux états généraux.

56 « Quelques-uns même disoient, que le peuple ne tendoit qu’à s’affranchir, alors que s’étant procuré, ou ayant obtenu du Roi la liberté, il prît, sous pretexte de Religion, faire périr toute la Noblesse, secouer le joug de ses Seigneurs, se soustraire à l’obéissance due aux Magistrats, changer la forme du Gouvernement, et abolir jusqu’au nom de Roi. On fit à ce sujet courir le bruit, qu’on avoit fait battre à Montauban une Médaille avec cette inscription : Nouvelle monnoye de la République de Montauban. » (J.-A. de Thou, Historiarum..., t. XXXII, p. 286).

57 Remonstrance au peuple de Paris de demeurer en la Foy de leurs Ancestres, Paris, 1568.

58 P. Debofle, « L’engagement politico-religieux de François de Belleforest à l’époque des guerres de Religion », Bulletin de la Société Archéologique du Gers, t. XCVI, 1995, p. 407-439.

59 M. Cassan, Le temps des guerres…, p. 101 et 111-113.

60 G. Tholin, Ville libre et barons. Essai sur les limites de la juridiction d’Agen, Paris-Agen, 1886.

61 Idem, p. 110.

62 Idem, p. 123.

63 J. Gardère, Histoire de la seigneurie de Condom et de l’organisation de la seigneurie dans la ville, Condom, 1902, p. 105-113.

64 Arrêt du 8 avril 1517 (Arch. munic. Condom, FF 29).

65 M. Seguin, Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, J. Glénisson (dir.), t. 3, Le début des temps modernes, 1480-1610, La Crèche, 2005, p. 146-149 et 286-287.

66 P. Tierny, « Monluc à Estillac. Ses démêlés avec les seigneurs du Buscon », Revue de l’Agenais, t. XXII, 1895, p. 308-325.

67 Sénéchaussée d’Armagnac, juin 1559 (Arch. départ. Gers, B 9, f° 3 v°) et 5 janvier 1560 (Arch. départ. Haute-Garonne, B 53, f° 114).

68 Arch. munic. Condom, Inventaire (1740) et Délibérations, 9 septembre 1561.

69 Idem, 3 octobre 1586, 7 novembre 1602 et 6 mars 1609.

70 F. Moulencq, Documents historiques sur le Tarn-et-Garonne, Montauban, 1885, p. 430-431.

71 Tilladet a acheté le château de Caussens dès 1555 (Arch. munic. Lectoure, Fonds de Fimarcon, liasse 26, no 20).

72 Ysabeau de Beauville à Robert de Gontaut, Agen, 30 avril 1563 (BnF, ms. fr. 20462, f° 91).

73 Arch. munic. Condom, FF 30.

74 Idem, 1er octobre 1565.

75 Idem, 22 juillet 1564.

76 C. Chaux, « Une affaire judiciaire au xvie siècle : Maistre Jehan de Bagetz », Revue de l’Agenais, t. XXIX, 1902, p. 130-153.

77 Arch. départ. Haute-Garonne, B 9, f° 122, B 7, f° 218, B 8, f° 189 v ° et B 13, f° 219.

78 Catalogue des Actes de François Ier, Paris, 1896, t. 7, no 23467.

79 R. Molis, « Usurpation de la justice seigneuriale à Lalanne-Arqué (1535-1538) », Bulletin de la Société Archéologique du Gers, t. CIV, 2003, p. 51-55.

80 Arch. départ. Haute-Garonne, B. 53, f° 965, B 54, f° 316, B 56, f° 595. P.-E. Ousset, « Les seigneurs d’Aspet », Revue de Comminges, t. LXXXV, 1972, p. 107-113.

81 M. J. E. Cénac-Moncaut, Voyage archéologique et historique dans les comtés d’Astarac et de Pardiac, 1856, p. 40-41.

82 A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 2, p. 287.

83 L. Massip, « La ville et les seigneurs de Cancon en Agenais », Revue de l’Agenais, t. XVII, 1890, p. 227-228, 233-236, 373-374 et 423-424). Arch. départ. Gers, E Suppl., 3179.

84 J.-A. de Thou, Historiarum…, liv. XXXII, p. 286. T. de Bèze, Histoire ecclésiastique…, t. 1, p. 432.

85 Au sujet des alliances de la noblesse qui peuvent maintenir des relations de solidarité souvent à une grande distance généalogique : M. Nassiet, « Réseaux de parenté et types d’alliance dans la noblesse (xve-xviie siècle) », Annales de démographie historique, 1995, p. 105-123.

86 J. Garrisson, Protestants…, p. 22-28.

87 Pour certains, la revendication de la haute justice peut être motivée par le désir d’un culte de fief, soumis à cette condition (A.-M. Cocula, « Châteaux et seigneuries : des îles et îlots de réforme en terre aquitaine (xvie-xviie s.) », R. Sauzet (éd.), Les frontières religieuses en Europe du xve au xviie siècle, Paris, 1992, p. 185-193).

88 L. Romier, « Les protestants français à la veille des guerres civiles », Revue Historique, t. CXXIV, 1917, p. 257.

89 Monluc à Catherine de Médicis, Montech, 20 septembre 1562, A. de Ruble, Commentaires et lettres…, t. 4, p. 157-162. Voir aussi, du même : « Mémoire et instruction à Martineau », Agen, 19 juin 1563 (idem, p. 255-262).

90 G. Tholin, « La ville d’Agen pendant les guerres de Religion du xvie siècle », Revue de l’Agenais, t. XIV, 1887, p. 214-216.

91 M. Seguin, Histoire de l’Aunis…, p. 222-229 et 260-261.

92 Henri II de Navarre, dans son désir de rationaliser l’administration de ses domaines, avait déjà donné l’exemple en multipliant les reconnaissances féodales et en renforçant les droits seigneuriaux (S. A. Eurich, The Economics of Power. The Private Finances of the House of Foix-Navarre-Albret during the Religious Wars, Kirksville, 1994, p. 5-19). Jacques Bottin a mis en relation les mouvements anti-seigneuriaux qui apparaissent en Normandie avec la contestation protestante, sans pour autant parvenir à une causalité claire. Sur le cas développé par Guy Bois (Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive siècle au milieu du xvie siècle, thèse, Paris, 1976), il suggère une diffusion des idées favorables à la réforme des bourgs vers les campagnes par le développement d’un artisanat rural du textile et du cuir, lié à la baisse relative des salaires ruraux (J. Bottin, Seigneurs et paysans dans l’ouest du pays de Caux, 1540-1650, Paris, 1983, p. 184).

Table des illustrations

Légende Bastion sud du château d’Estillac, fortifié par Monluc en 1563
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende L’ancien cimetière de Saint-Mézard, lieu de « l’exécution » du 20 février 1562
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search