Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

Les luttes anti-seigneuriales dans le royaume de Castille à la fin du Moyen Âge : nouvelles perspectives1

Hipólito Rafael Oliva Herrer

Texte intégral

  • 1 La traduction a été assurée par Francis Brumont, professeur, Université de Toulouse-Le Mirail.
  • 2 Cet article a été rédigé dans le cadre du projet de recherche Espace public, opinion et critique p (...)
  • 3 Julio Valdeón Baruque, Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Mad (...)

1Pour aborder l’étude des luttes antiseigneuriales dans la Couronne de Castille dans les derniers siècles du Moyen Âge, on se doit de commencer par les travaux de Julio Valdeón qui, pendant une longue période, constituèrent le modèle de référence2. En 1975, Julio Valdeón publia Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos xiv y xv3. Cette parution fut le point de départ des études sur les luttes antiseigneuriales de la fin du Moyen Âge.

  • 4 José Ignacio Gutiérrez Nieto, Las comunidades como movimiento antiseñorial. La formación del bando (...)

2Deux ans auparavant seulement, dans un travail consacré exclusivement à la révolution des Comunidades de Castille, J. I. Gutiérrez Nieto avait souligné un aspect que ceux qui avaient étudié le mouvement comunero avaient négligé jusque-là : l’existence d’une forte composante anti-seigneuriale dans le processus révolutionnaire, qui s’exprimait fondamentalement dans le monde rural, comme si, soudain, les paysans avaient décidé de s’approprier un mouvement auquel ils n’avaient pas été conviés et où les chercheurs ne s’attendaient pas à les rencontrer4.

3Il serait impossible de réduire le conflit des Comunidades à un affrontement aux caractéristiques strictement anti-seigneuriales. À la faveur du conflit, cependant, se produisit un soulèvement anti-seigneurial dans une partie significative du monde rural. Observé d’abord avec méfiance par le gouvernement révolutionnaire lui-même, la Junta comunera, la révolte rurale finit par jouer son rôle dans le conflit et conditionner les positions des diverses parties impliquées, entraînant en particulier la réaction de la haute noblesse contre les insurgés.

4L’explosion qui se produisit durant les Comunidades fut le soulèvement anti-seigneurial le plus long de ceux qu’a connus la Couronne de Castille, mais pas le seul, car les derniers siècles du Moyen Âge connurent toute une série d’affrontements de ce type, quoique généralement circonscrits à un seul lieu. Ce fut justement cette prolifération des conflits à petite échelle des deux derniers siècles du Moyen Âge qui conduisit Julio Valdeón à faire l’hypothèse de leur continuité avec le mouvement des Comunidades et à le définir comme la dernière révolte médiévale. C’est également le conflit des Comunidades qui marquera le point d’arrivée de notre révision historiographique.

5L’intention de Julio Valdeón était de démontrer que la Couronne de Castille ne fut pas une exception par rapport au reste de l’Europe occidentale. Proche des idées de Marc Bloch, pour qui les affrontements antiseigneuriaux étaient une composante structurelle de la société féodale elle-même, et influencé par Rodney Hilton, Julio Valdeón s’efforça de démontrer que, même s’il ne s’y produisit pas un mouvement comparable à la Jacquerie ou à la révolte anglaise de 1381, le dernier Moyen Âge connut en Castille une prolifération de conflits de cet ordre, souvent des révoltes circonscrites à des espaces locaux, voire à un espace régional, comme le mouvement irmandiño en Galice.

  • 5 Isabel Beceiro Pita, « Luchas políticas y nobiliarias y resistencia antiseñorial en el reinado de (...)
  • 6 Eliseo Serrano Martín, Esteban Sarasa Sánchez (éd.), Señorío y feudalismo en la Penín sula Ibérica (...)
  • 7 Voir le XIIe Congreso de Historia Agraria, Cordoue, 2008, organisé par la Sociedad Española de His (...)

6L’impact de l’œuvre de Valdeón fut profond, et les luttes antiseigneuriales devinrent l’un des axes centraux des progammes de recherche des médiévistes5. Le point culminant fut atteint avec la célébration du grand congrès Señorío y Feudalismo en 1989, où se tint une session spécialement consacrée à la conflictualité anti-seigneuriale6. Aujourd’hui, malgré une forte réduction de la production historiographique, les schémas d’interprétation du phénomène ont notablement changé7.

La controverse à propos des Hermandades

  • 8 J’ai réalisé récemment une révision de ce phénomène (« Révoltes et conflits sociaux dans la Couron (...)
  • 9 J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales…, p. 67-72.
  • 10 Par exemple, Luis Suárez Fernández, « Evolución histórica de las Hermandades castellanas », Cuader (...)

7Cela vaut la peine de s’arrêter un instant pour poser le problème des Hermandades. Même s’il n’a pas débouché sur un soulèvement généralisé, le phénomène hermandino constitue un mouvement politique de grande extension et profond, pouvant être comparé à d’autres mouvements européens contemporains8. En outre, les interprétations qui ont été données à ce mouvement réflètent clairement les différentes approches historiographiques du problème des révoltes anti-seigneuriales : depuis la position soutenue par Valdeón9, qui les voit comme des institutions qui servirent à canaliser la résistance populaire face à l’aristocratie du royaume, jusqu’à ceux qui essaient de réduire leur rôle à celui d’un instrument au service de la Couronne10.

  • 11 La bibliographie sur les Hermandades est très vaste. Les études générales les plus importantes son (...)

8Les Hermandades Generales furent des associations assermentées de communautés réunies en hermandades (fraternités). Surgies dans un moment d’instabilité politique, leurs objectifs déclarés étaient la défense du patrimoine royal, la restauration de la justice et la défense face à des pratiques violentes, expressément décrites comme formes de violence nobiliaire11.

9La première apparition d’Hermandades générales se produisit entre 1282 et 1325, dans un contexte de forte instabilité politique, d’affrontements continuels pour l’accession au trône et de développement de la violence nobiliaire, en réponse à la chute des revenus au commencement du xive siècle. Durant cette période, les Hermandades, à différents moments, se présentèrent comme un mouvement capable de définir un programme politique spécifique et se convertirent en un acteur principal de la scène politique particulièrement compliquée à cette époque.

  • 12 J. M. Mínguez, « Las Hermandades Generales de los concejos… », p. 537-567.

10Il y a peu de doutes sur le fait que les Hermandades supposèrent l’irruption des villes dans la société politique. Et non plus sur le rôle fondamental joué par les élites urbaines lors de leur naissance et de leur dissolution. Elles aspiraient, à travers des Hermandades, à consolider leur espace de pouvoir au sein des villes et à le développer, dans la mesure du possible, à l’intérieur du royaume12.

11Mais ce qui a causé le plus de discussions, c’est leur impact sur le monde rural et le caractère antinobiliaire que l’on aperçoit dans leur programme politique. En ce qui concerne leur éclosion dans les campagnes, nous connaissons pour le début du xive siècle, en parallèle avec la constitution des Hermandades générales, des soulèvements qui se produisirent « au nom du commun », mais c’est à peu près tout ce que nous pouvons dire à ce sujet.

12Il y a un autre aspect qui a été à peine évoqué qui est lié au fait que les Hermandades générales n’intégraient pas uniquement des villes, mais aussi des bourgs de type intermédiaire, villes marchés à forte composante rurale. Il faut se demander si le mouvement des Hermandades participa à la diffusion, dans le monde rural, d’une identité politique articulée autour de concepts fédérateurs, même s’ils ne se traduisirent pas, par la suite, en conflits ouverts.

13En ce qui concerne le caractère antinobiliaire des Hermandades, on a noté qu’ils ne prétendaient pas à une transformation de l’ordre social, mais voulaient seulement corriger ses dérives, qui se manifestaient sous la forme des abus et de la violence nobiliaire, bien que ce débat semble être plus le fruit d’une pratique historiographique que le reflet des préoccupations et des intérêts propres de ceux qui participaient au mouvement.

  • 13 J. I. Ruiz de la Peña, « Las ciudades de señorío eclesiástico y los conflictos por el control del (...)
  • 14 Par exemple, à Zamora (J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales…, p. 69).
  • 15 Pour une mise au point sur de ce phénomène, voir J. I. Ruiz de la Peña, « Las ciudades de señorío (...)
  • 16 J. I. Ruiz de la Peña, « La Hermandad leonesa de 1313 », dans León Medieval. Doce estudios, Léon, (...)
  • 17 J. I. Ruiz de la Peña, « Los “perxuraos” de Llanera. Una resistencia concejil al señorío episcopal (...)

14Ce qui est certain, c’est que les Hermandades étaient un amalgame complexe d’intérêts divers et souvent contradictoires. La composante antinobiliaire paraît avoir fonctionné comme élément de cohésion. Il ne faut pas oublier que, durant ces mêmes années, dans certains villages, se formèrent également des Hermandades de caractère strictement local et défensif, face aux agressions nobiliaires13. De même, les accords conclus par la confédération des communautés avec des membres de l’aristocratie furent l’objet de contestations violentes de la part des secteurs populaires dans certaines villes14. Ou encore, coïncidant avec l’éclosion des Hermandades, des soulèvements se produisirent dans quelques villes de seigneurie épiscopale, qui s’étendirent aux campagnes voisines15. Il y a donc une marge suffisante pour une révision du mouvement, et, en particulier, pour une étude de ses répercussions dans le monde rural, qui nous permettrait de mesurer son impact dans la cristallisation d’un imaginaire anti-seigneurial. Et, de fait, nous savons qu’un bon nombre d’années après la disparition des premières Hermandades générales, leur souvenir demeurait vif. Dans certaines villes, comme à Valencia de Don Juan, l’ancienne Hermandad fut évoquée pour faire face aux pressions seigneuriales16. De même, vers 1412, dans les Asturies au nord du pays, les communautés rurales constituèrent une nouvelle Hermandad pour canaliser le conflit qui les opposait à leur seigneur17.

  • 18 Pour les Hermandades de l’époque d’Henri IV, en plus des références citées aux notes précédentes, (...)
  • 19 Carlos Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera de los Irmandiños, siglo XV, Madrid, 1990.

15Le deuxième grand moment des Hermandades eut lieu en 1464. Elles se constituèrent durant la guerre civile, à l’époque d’Henri IV, en invoquant de nouveau la restauration de la justice et la défense du patrimoine royal. La controverse historiographique à leur sujet se reproduit dans des termes similaires18. Mais il y a, cette fois, une nouveauté : l’étroite relation qui existe entre l’autorisation de la Hermandad par le roi Henri IV et le plus grand soulèvement anti-seigneurial du xve siècle castillan, la révolte Irmandiña, qui affecta une bonne partie de la Galice. Durant plus de deux ans, les rebelles s’occupèrent à démanteler les châteaux et les forteresses seigneuriales ; ils disaient agir avec l’autorisation du roi et exercer la justice en son nom, légitimés par la charte de la Hermandad approuvée par Henri IV. Durant tout le temps que dura la révolte, les insurgés exaucèrent leur souhait de vivre sans seigneurs. L’explication fournie par Carlos Barros, auteur de la meilleure étude sur ce phénomène, est que l’accumulation des abus conduisit à la révolte19.

La naturalisation de la seigneurie

  • 20 Rosa María Montero Tejada, « Violencia y abusos en los señoríos del linaje Manrique a fines de la (...)

16Au fond des interprétations qui ont prévalu durant longtemps, se trouve une conception profondément méfiante vis-à-vis de la capacité du paysan à interpréter le monde qui l’entoure. Comme la plupart des problèmes qui opposent les communautés rurales à leur seigneur sont de type matériel, cela a été utilisé pour soutenir que la seigneurie était essentiellement perçue comme légitime. On peut en dire autant au sujet de l’absence d’un programme politique explicite ou sur le fait que les revendications paysannes se présentent souvent comme une restauration de l’ordre social en vigueur. De ce point de vue, la seigneurie est perçue comme un pouvoir naturalisé et les mouvements paysans en sont réduits à des actions conjoncturelles, étant la plupart du temps de caractère défensif, c’est-à-dire une réponse au changement de leurs conditions de vie et, fondamentalement, une réaction à l’augmentation des pressions seigneuriales, ce qui permet d’expliquer la réthorique de la restauration de l’ordre qui articule généralement leurs demandes20.

  • 21 J. I. Gutiérrez Nieto, Las comunidades…, p. 125 et A. Lacreu, « Conflictos sociales en Castilla du (...)
  • 22 Voir par exemple, Jaime Contreras, « Profetismo y apocalipsismo : conflicto ideológico y tensión s (...)

17Dans d’autres cas, l’action paysanne est directement considérée comme le résultat d’agents extérieures au monde rural. On déclare alors que les révoltes sont induites depuis la ville, une situation qui est parfois perceptible, mais difficilement généralisable ; ou que, la plupart du temps, elles répondent à une instrumentalisation de l’ensemble de la communauté rurale par les élites locales, que l’on a tendance à voir comme extérieures au monde paysan21. Finalement, quand ces explications ne suffisent pas pour rendre compte de la taille de certaines explosions anti-seigneuriales (je fais référence ici à l’épisode des Comunidades), on ressort l’expédient du millénarisme22. En somme, une conception anthropologique qui dépouille le paysan de sa rationalité et le situe comme un invité muet d’actions sociales dans lesquelles, malgré tout, il joue un rôle prépondérant.

  • 23 Pour une brillante mise au point sur la transformation des interprétations des luttes antiseigneur (...)
  • 24 Reyna Pastor, « Consenso y violencia en el campesinado feudal », En la España Medieval, no 5 (1986 (...)

18Jusqu’ici, le débat présente de nombreuses similitudes avec les idées véhiculées par l’historiographie européenne, il n’y a pas si longtemps23. L’historiographie de tendance marxiste insistait sur le fait que la stabilité et la reproduction à long terme du système féodal ne peuvent s’expliquer que par la naturalisation de la domination inhérente au système seigneurial, comme l’avait noté en son temps Reyna Pastor, en reprenant les postulats de Maurice Godelier sur la nécessité du consensus pour la reproduction d’un système de relations sociales24.

  • 25 C. Barros Guimaraens, « Vivir sin señores. La conciencia antiseñorial en la Baja Edad Media », dan (...)

19Une conception similaire s’exprime dans les études de Carlos Barros, auteur de travaux qui rénovèrent, en leur temps, les idées sur la révolte Irmandiña. Selon lui, la conscience anti-seigneuriale surgit dans la Galice irmandiña comme conséquence des affronts, d’une rupture généralisée du contrat que la seigneurie essaie de se présenter comme équilibré, en contrepartie de la protection et de l’administration de la justice. Et c’est l’abandon unilatéral de la part des nobles galiciens des prestations auxquelles les oblige le lien seigneurial qui permet de les identifier comme adversaires sociaux. La volonté de « vivre sans seigneurs » exprimée par les insurgés galiciens surgit comme une escalade à partir d’un ordre initial caractérisé par la communauté d’idées entre dominants et dominés, qui ne permet pas de concevoir la possibilité de s’interroger sur l’existence de la seigneurie25.

  • 26 Par exemple, dans la révision récente du phénomène de la part d’Emilio Cabrera, « Conflictos en el (...)

20Depuis d’autres positions historiographiques, on insiste aussi sur le fait que les révoltes anti-seigneuriales ne remettent pas en question l’ordre social. On les conçoit plutôt comme des réactions épisodiques qui essaient de limiter certains abus seigneuriaux, en particulier de nouvelles formes de rentes, plus que de contester un système considéré comme légitime26. Il s’agit d’une conception que l’on peut trouver dans des travaux récents et qui se situe assez loin de celle qu’adopta J. Valdeón quand il considérait que les luttes anti-seigneuriales étaient inscrites dans la configuration même de la société féodale.

Affirmation de l’autonomie de la conscience politique paysanne

Multiplicité des formes d’action collectives

21Si nous centrons notre attention sur les productions les plus récentes, l’image que nous obtenons est assez différente. Ce qui a changé de manière substantielle, c’est la façon dont on envisage la capacité des ruraux à poser une série de revendications inspirées par leur propres conceptions, en s’appuyant sur les différentes conjonctures et en utilisant stratégiquement les ressources disponibles. La contestation généralisée est vue seulement comme une des voies possibles de l’action politique paysanne, qui s’inscrit dans des processus plus complexes.

22On considère que les paysans ne sont pas forcément tributaires de modèles imposés, si bien que certains en viennent à s’interroger sur l’acceptation consensuelle à l’intérieur de la paysannerie des discours servant à légitimer la seigneurie. À l’absence de témoignages explicites, on oppose la profusion des pratiques qui manifestent un rejet de la seigneurie : formes de résistance passive, refus de payer les rentes et, en particulier, le recours de plus en plus fréquent aux tribunaux royaux comme façon de faire de la politique.

  • 27 Carlos Astarita, « ¿Tuvo conciencia de clase el campesinado medieval? », Edad Media. Revista de Hi (...)

23C’est ainsi que, par exemple, Carlos Astarita a récemment affirmé qu’il existe des témoignages évidents d’un rejet de la seigneurie, qui dénotent une certaine autonomie de la conscience paysanne. Depuis des positions proches du matérialisme historique, il note, cependant, que l’incapacité de la paysannerie à conceptualiser la société en termes abstraits, incapacité qui dérive de la fragmentation de l’univers agraire, empêche l’apparition d’une conscience de classe et avec elle l’existence d’une action collective régulière ou de mouvements franchement politiques27.

  • 28 Sur ces aspects, Hipólito Rafael Oliva Herrer, Vincent Challet, « La sociedad política y el mundo (...)

24Arrivé à ce point, j’ai l’impression que les conclusions de Carlos Astarita sont plus utiles pour constater la faible efficacité heuristique du concept de conscience de classe, comme lui l’applique, que pour nier la capacité du paysan médiéval à participer d’un imaginaire politique critique étendu. Les exemples d’intégration des ruraux dans des mouvements ouvertement politiques ne manquent pas et l’intégration du monde rural dans le système de communication politique du dernier Moyen Âge est plus forte que ce qu’il reconnaît28.

  • 29 Pour une époque légèrement antérieure, Isabel Alfonso Antón, « La contestation paysanne face aux e (...)

25L’autonomie de la conscience paysanne a été également soulignée par Isabel Alfonso29. Ses travaux, pour une époque légèrement antérieure, dévoilent la complexité des stratégies de lutte anti-seigneuriale, la capacité des ruraux à mobiliser les ressources culturelles disponibles et la continuité des formes de résistance passive en insistant, notamment, sur la contestation symbolique. Deux aspects méritent d’être soulignés : le recours aux tribunaux de la part des paysans et la forme utilisée pour contester certaines formes de rentes, en plusieurs occasions de faible valeur matérielle, mais de forte importance symbolique, car elles sont des marqueurs de dépendance. L’affrontement se transforme en une lutte pour la définition sociale des relations de dépendance, la forme volontaire de la remise, défendue par les paysans, s’opposant au caractère obligatoire du paiement, défendu par le discours dominant. Nous sommes donc loin d’une situation de naturalisation de la dépendance seigneuriale, nous nous trouvons plutôt devant un schéma d’opposition selon lequel les paysans essaient constamment de redéfinir à leur profit les limites et les obligations du système seigneurial.

  • 30 James C. Scott, Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, 1985 et, en (...)
  • 31 Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999.
  • 32 Chris Wickham, « Gossip and Resistance among the Medieval Peasantry », Past and Present, n ° 160 ( (...)

26Dans les énoncés d’Isabel Alfonso, sont nettement perceptibles les échos de James Scott. Ses travaux, comme ceux de Chris Wickham, Steven Justice et ceux de Paul Freedman, ont clairement influencé les productions de ces dernières années. Plusieurs idées clés en ressortent : en premier lieu, en accord avec les idées de James Scott, la conscience politique paysanne ne se manifeste généralement pas ouvertement, mais elle s’exprime à travers un ensemble de pratiques qui visent à renégocier les relations de pouvoir30. Ensuite, lors de ces renégociations, les paysans tâchent d’habitude d’utiliser, dans leur argumentation, les contradictions du discours dominant31. Enfin, toute tentative de changement est, en même temps, une lutte pour la définition du passé32. Les demandes de restauration de la part des paysans ne doivent pas être nécessairement interprétées comme une incapacité à concevoir un ordre alternatif. Elles doivent plutôt être analysées en termes stratégiques, en vertu de leur contenu et mises en relation avec le reste des pratiques politiques émanant du monde rural.

Une voie d’étude innovante : le recours aux tribunaux

  • 33 María José Sanz Fuentes, Soledad Beltrán Suárez, « Resistencias campesinas en los dominios cisterc (...)

27Les études les plus récentes incorporent tout ou partie de ces réflexions et essaient d’analyser les conflits à partir des attentes des communautés rurales elles-mêmes. Soledad Suárez Beltrán, par exemple, a étudié l’affrontement entre le monastère cistercien de Santa María de Valdedios, dans les Asturies, et ses dépendants, qui dure de 1272 à 1375 environ33. Des formes de résistance passive y côtoient des épisodes de rébellion ouverte, comme le refus de payer les droits et l’occupation de parcelles appartenant au monastère. Les communautés rurales cherchèrent les intermédiaires nécessaires pour se pourvoir devant les tribunaux royaux et utilisèrent de manière stratégique l’entrée du conflit dans la sphère judiciaire pour prolonger le plus lontemps possible leur attitude de révolte. Il est significatif que l’incendie fortuit des archives monastiques fut mis à profit pour présenter une demande en termes similaires à une autre qui avait été refusée quelques décennies auparavant.

  • 34 José Ramón Díaz de Durana, « Conflictos sociales en el mundo rural guipuzcoano a fines de la Edad (...)

28De même, J. R. Díaz de Durana analyse une série d’affrontements engagés par des communautés rurales du Pays Basque, entre 1375 et 1486. L’appel à la justice royale y apparaît comme une voie efficiente pour une redéfinition des droits seigneuriaux, sanctionnée légalement, qui impose une limite aux rentes arbitraires et à l’usurpation des biens communaux par le seigneur34. L’escalade des réclamations conduisit même, dans un cas unique, à remettre en question la légitimité de la seigneurie devant la justice royale, mais cette action demeura infructueuse.

  • 35 Alfonso Franco Silva, El condado de Fuensalida en la Baja Edad Media, Cadiz, 1997 ; « El linaje Sa (...)
  • 36 Carlos Manuel Reglero, « Conflictos señoriales al sur de la Merindad de Campos (1480-1504) », dans(...)
  • 37 Hilario Casado Alonso, « Solidaridades campesinas en Burgos a fines de la Edad Media », dans Relac (...)

29Ce n’est pas un hasard si une bonne partie des travaux sont centrés sur la période des Rois Catholiques, comme les différents conflits analysés par Alfonso Franco dans des lieux très divers35. On a commencé à rechercher la documentation judiciaire de manière plus systématique, ce qui permit une meilleure reconstruction des contextes et une étude des affrontements dans la longue durée. Traditionnellement, on a considéré que ce règne n’avait pas connu de conflits anti-seigneuriaux, mais des auteurs comme Carlos Reglero de la Fuente ou Stephen Haliczer ont signalé leur persistance, avec des stratégies complexes36. Il s’agit de réclamations qui présentent une structure similaire et qui, à une époque, furent interprétées comme une réponse à l’imposition de nouvelles rentes. Sans nier cette possibilité, Hilario Casado insista plus sur le protagonisme des communautés rurales elles-mêmes dans une escalade d’affrontements, qui est perceptible jusqu’à l’explosion des Comunidades et, plus particulièrement, sur le renforcement des institutions communautaires, les concejos37.

La représentation publique de la nouvelle monarchie

  • 38 Joseph Pérez, « Los Reyes católicos ante los movimientos antiseñoriales », dans Violencia y confli (...)
  • 39 Le lien entre la propagande d’Isabelle et les soulèvements anti-seigneuriaux durant la période de (...)
  • 40 Sur la révolte de Fuenteovejuna, nous disposons d’une excellente monographie : Enrique Cabrera et (...)

30C’est Joseph Pérez, en tout cas, qui attira l’attention sur l’existence d’un courant de contestation au régime seigneurial durant la guerre civile qui précéda l’arrivée des Rois Catholiques sur le trône et durant les premières années de leur règne. Il mit en relief la position ambigüe de celle qui n’était alors que la prétendante, la future reine Isabelle, vis-à-vis des mouvements anti-seigneuriaux38. Consciente d’avoir besoin du soutien populaire, Isabelle met en avant un discours sur la restauration du patrimoine royal et, parfois, elle en arrive même à encourager la révolte avec la promesse d’incorporer au domaine royal tous les villages seigneuriaux qui se soulèveraient en sa faveur39. C’est dans ce contexte, par exemple, que se produisit la révolte de la ville de Fuenteovejuna, devenue emblématique par la suite40. Ce n’est pas que la monarchie récemment instaurée ait eu une attitude contraire au régime seigneurial, mais plutôt que le discours par lequel elle essayait de se légitimer maniait des arguments faciles à interpréter dans ce sens. Elle qualifiait de tyrans les nobles qui avaient profité de la faiblesse du roi Henri IV pour se constituer de nouvelles seigneuries aux dépens du domaine royal et annonçait l’arrivée d’une nouvelle ère de paix et de justice.

  • 41 J. M. Monsalvo Antón, « Usurpaciones de comunales. Conflicto social y disputa legal en Ávila y su (...)

31Ce contexte permit que s’établisse un état de l’opinion favorable à l’émergence dans le monde rural d’une série de réclamations qui prennent précisément comme argument la nouvelle étape de paix et de justice annoncée par la monarchie. Les conversations et les informations qui circulent montrent le désir de réformer des abus perpétrés parfois depuis plusieurs générations41. La restauration de l’appareil judiciaire et le niveau de représentation publique de la nouvelle monarchie aident à expliquer la prolifération de procès au cours desquels les communautés paysannes s’affrontent à leurs seigneurs.

  • 42 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores…

32Dans mon propre travail, j’ai établi que la période fut propice à l’émergence d’une conscience anti-seigneuriale explicite, comme le démontre l’analyse d’une série de procès qui proviennent, quoique non exclusivement, de la Tierra de Campos, une région située dans la Castille du nord42. Certains se centrent sur des questions concrètes, sur la portée de la domination seigneuriale. D’autres, en revanche, procèdent à une attaque frontale contre l’existence de la seigneurie, moyennant une demande de retour au domaine royal.

33Le plus important est, qu’au-delà du contenu concret des demandes, les procès renvoient à une culture politique commune. Les réclamations devant les tribunaux royaux démontrent une conscience politique étendue s’appuyant sur une profonde mémoire sociale. Les paysans ont conservé la mémoire d’événements de dimension exclusivement régionale : violences seigneuriales, érection de la seigneurie… Mais le plus significatif est la connaissance des principaux faits politiques à l’échelle du royaume, interprétés selon un schéma particulier. La connaissance du proche et du lointain s’entremêle dans des narrations et des images, fortement enracinées dans l’expérience, qui, dans l’ensemble, aboutissent à une disqualification en bloc de la classe nobiliaire. L’aristocratie est accusée de tyranniser le royaume, grâce à l’usurpation par la violence du domaine royal, et plus précisément de gouverner la volonté des différents monarques, empêchant ainsi l’exercice de la justice et la correction des abus. Il s’agit là d’un discours coïncidant avec celui qui fut présenté par le secteur le plus radical des insurgés lors de la révolte des Comunidades de Castille, quelques années plus tard.

Existence d’une conscience critique

  • 43 Sur ces aspects, je renvoie à mes propres travaux : « La circulation des idées politiques parmi le (...)

34Les communautés rurales ne constituent pas un cadre morcelé. Elles participent à différents étages du système de communication politique du royaume et forment des scènes complexes où se déploient plusieurs niveaux de discours qui permettent, par exemple, la diffusion de certains contenus de la culture écrite et aussi de représentations politiques dotées d’une forte charge critique43. La propagande d’Isabelle avait qualifié la seigneurialisation du domaine royal d’action tyrannique et certaines communautés utilisèrent cet argument pour dénoncer le caractère tyrannique de la seigneurie elle-même, en la présentant comme le fruit d’une usurpation, perpétuée par l’absence de justice durant les règnes précédents et la faiblesse des rois successifs face aux grands du royaume.

35Parmi ces communautés, certaines bénéficiaient d’une tradition d’appartenance au patrimoine royal, mais d’autres se trouvaient en situation de dépendance depuis de nombreuses années et montraient des documents vieux de plus de trois cents ans pour prouver qu’elles avaient eu un certain type de relation avec la Couronne que la violence seule aurait brisé et l’absence de justice perpétué.

36Je défends la thèse, non exempte de polémique, selon laquelle la prolifération des procès similaires dans leur structure durant cette période est révélatrice d’une conscience critique enracinée qui précède le soulèvement anti-seigneurial des Comunidades. Même si dans beaucoup de procès l’attaque contre la seigneurie n’est pas formulée ouvertement : une chose est l’existence d’une conscience critique et articulée d’opposition au système seigneurial et une autre qu’elle doive se traduire forcément par une action collective ouverte.

  • 44 H. R. Oliva Herrer, Justicia…, p. 153-174.

37La formulation d’une demande explicite de réintégration au patrimoine royal par voie judiciaire est la forme juridique qu’adopte la réfutation pratique de la seigneurie, même si cela n’est possible que dans certains villages. L’analyse d’une séquence de procès dans la longue durée montre que les réclamations s’acheminent généralement vers la redéfinition des aspects concrets qu’implique la relation de dépendance seigneuriale, imposant des limites à l’arbitraire. Ce n’est qu’après une série de sentences favorables à leurs intérêts que les paysans posent ouvertement la question de l’existence même de la seigneurie44.

38En fait, toutes les communautés rurales ne disposaient pas de la possibilité de formuler cette demande devant les tribunaux, parce que leur condition de dépendance avait été ratifiée par les tribunaux de nombreuses années auparavant. Ce qui se produit alors, c’est une série de réclamations qui essaient de réduire au maximum les effets de cette dépendance : le contrôle seigneurial sur les communaux, la nomination aux charges de l’institution du gouvernement local ou les droits seigneuriaux se convertissent alors en nouveaux champs de bataille. L’affrontement se produit aussi sur le plan de la symbolique. Les communautés essaient d’affirmer le caractère volontaire des prestations dues à leur seigneur, de définir le contenu de la relation qui les unit de sorte que cela soit à leur bénéfice ou puisse l’être dans l’avenir. Il s’agit d’une série de réclamations qui essaient de réduire au minimum l’exercice du pouvoir seigneurial et qui, sans le contester formellement, nous informent sur une série de représentations qui posent la question de sa légitimité.

  • 45 A. L. Rol Benito, « “Querellas, disputas y debates”. La administración de justicia durante el rein (...)
  • 46 Pablo García Cañón, Concejos y señores. Historia de una lucha en la montaña occidental leonesa a f (...)

39Des études très récentes tendent à corroborer cette impression, en démontrant que le recours aux tribunaux royaux pour altérer l’équilibre des pouvoirs fut plus fréquent qu’on ne le croyait45. On peut citer l’exemple de Pablo García qui analyse une série de procés aux caractéristiques similaires à ceux que je viens de commenter, soutenus par les paysans de la montagne du León depuis la fin du XIVe et tout au long du XVe siècle46.

40Forcément, la variété des situations concrètes et même les différences de la géographie seigneuriale, conditionnent les réclamations des communautés devant les tribunaux et, ainsi, notre propre perception du conflit. Cela n’empêche pas que nous nous interrogions sur les références et les valeurs significatives qui articulent la conscience politique paysanne, pour savoir comment elle se construit et quels caractères communs elle présente dans les différents villages.

Valeurs de référence de la consciente politique paysanne

  • 47 H. R. Oliva Herrer, Justicia…, p. 119-121.

41Les difficultés pour répondre à ces interrogations sont grandes. Malgré tout, nous disposons de quelques signes révélateurs. Par exemple, la comparaison des séries de témoignages figurant dans les pièces des procès concernant des villages assez éloignés. Ce que révèlent ces témoignages, ce sont des coïncidences au niveau des descriptions, du langage et des formes réthoriques. La description du passé a recours à une série de topoi semblables, nombre d’entre eux incrustés dans des narrations et des images et fortement enracinés dans l’expérience personnelle : description de la violence seigneuriale, des usurpations du patrimoine royal, accusations d’absence de justice, définition de la situation vécue durant les règnes précédents et, en particulier, l’absence de liberté du roi47.

42Il s’agit, dans tous les cas, de références amplement mises sur la place publique durant les luttes politiques du complexe XVe siècle castillan par les différents acteurs. Elles sont clairement perceptibles, par exemple, dans les discours politiques des Hermandades nées durant la guerre civile, à l’époque d’Henri IV.

  • 48 Sur ces aspects, V. Challet, J.-P. Genet, H. R. Oliva, J. Valdeón (éd), La Société politique à la (...)

43La conscience politique paysanne se nourrit, en somme, d’interactions complexes. Dans la Couronne de Castille, comme dans d’autres lieux, le développement normatif de l’État rendit possible la diffusion sur un grand espace d’un imaginaire politique chargé de fortes connotations anti-seigneuriales48. La question de savoir quand et dans quelles conditions cet imaginaire se transforme en action politique ouverte renvoie, en revanche, à des problèmes de stratégie et de conjoncture.

44En tout cas, le déplacement de l’analyse vers le culturel, vers la conscience politique, vers la construction du discours et des valeurs de référence autour desquelles il s’articule, nous oblige à étudier des aspects aussi fuyants que les pratiques de la communication : réception de la parole publique, canaux de diffusion du discours critique ou portée de l’oralité et ses interactions avec l’écrit. En somme, un territoire complexe où il est difficile de pénétrer. Mon impression est que seules les analyses comparatives strictement formelles et les approches microhistoriques peuvent faire plus de lumière sur ces aspects.

  • 49 Sur cet aspect, les réflexions de Chris Wickham sont du plus grand intérêt (Community and Clientel (...)

45Je ne voudrais pas conclure cette réflexion sur la conscience et le discours politique paysan sans faire référence à l’espace social. Les procès auxquels j’ai fait amplement référence ont été déclenchés par les institutions gouvernant les communautés rurales. De façon générale, cela nous renvoie au rôle des élites locales, plus précisément en ce qui concerne l’acceptation ou la remise en question de la domination seigneuriale49.

  • 50 Pour une analyse du contexte, je renvoie à mes propres travaux, « El mundo rural en tiempos de Isa (...)

46Bien que, dans la pratique et localement, les situations et les conditions puissent être très variables, il est juste d’affirmer que l’évolution du xve siècle a créé les conditions pour la cristallisation et l’émergence de ce discours de contestation : la consolidation du pouvoir de référence de la monarchie, le renforcement d’une couche sociale de paysans riches, fruit de la croissance séculaire… En définitive, un schéma qui permettait de remettre en cause les relations qui, traditionnellement, avaient soutenu la seigneurie à l’échelon local50.

***

47Plus de trente ans après la publication de son œuvre la plus importante, la voie ouverte par Julio Valdeón continue à porter des fruits et les analyses sont devenues de plus en plus complexes. Ses conclusions, malgré tout, sont encore valables dans une bonne mesure. Il considérait que la révolution des Comunidades de Castille plongeait ses racines dans les multiples conflits anti-seigneuriaux du bas Moyen Âge. J’ajouterai seulement que la révolte anti-seigneuriale qui se produisit à la faveur de ce conflit ne fut que la manifestation la plus visible d’une conscience critique, qui avait pris racine de nombreuses années auparavant. Ce que les communautés rurales réclamèrent violemment en 1520 n’était rien de plus que ce qu’elles voulaient obtenir devant les tribunaux royaux au moins depuis l’époque des Rois Catholiques.

Notes

1 La traduction a été assurée par Francis Brumont, professeur, Université de Toulouse-Le Mirail.

2 Cet article a été rédigé dans le cadre du projet de recherche Espace public, opinion et critique politique à la fin du Moyen Âge (HUM 2007-65750), financé par le ministère espagnol de l’Éducation.

3 Julio Valdeón Baruque, Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Madrid, 1975 et des études postérieures du même auteur, « Resistencia popular y poder monárquico en Castilla (1252-1521) », dans Historia social, pensamiento historiográfico y Edad Media. Homenaje al Prof. Abilio Barbero de Aguilera, Madrid, 1997, p. 631-642 ; « Resistencia antiseñorial en la Castilla medieval », dans El chivo expiatorio. Judios, revueltas y vida cotidiana en la Edad Media, Valladolid, 2000, et « Los conflictos sociales en tiempos de Isabel la Católica », dans Sociedad y Economía en tiempos de Isabel la Católica, Valladolid, 2002, p. 229-240.

4 José Ignacio Gutiérrez Nieto, Las comunidades como movimiento antiseñorial. La formación del bando realista en la guerra civil castellana de 1520-1521, Barcelone, 1973.

5 Isabel Beceiro Pita, « Luchas políticas y nobiliarias y resistencia antiseñorial en el reinado de Enrique IV : Los conflictos de Castromocho y Carrión », dans El pasado Histórico de Castilla y León, Burgos, 1983, vol I, p. 151-161 ; José Mará Canal Sánchez-Pagín, « Otro caso de resistencia al régimen señorial : la Merindad leonesa de Valdeburón », Hispania, n ° 155 (1983), p. 641-642 ; Alfonso Franco Silva, « Señores y campesinos en tierras de Soria a fines del siglo XV », dans Homenaje al profesor Juan Torres Fontes, Murcie, 1987, vol. I, p. 526-531 ; Javier Pérez-Embid, « Violencias y luchas campesinas en el marco de los dominios castellanos y leoneses en la Edad Media », dans El pasado histórico de Castilla…, vol. I, p. 170-177. L’analyse des luttes seigneuriales occupe aussi des chapitres spécifiques dans des monographies régionales, comme l’illustre le travail de José Ramón Díaz de Durana, Alava en la Baja Edad Media. Crisis, recuperación y transformaciones socioeconómicas (c. 1250-1525), Vitoria, 1986.

6 Eliseo Serrano Martín, Esteban Sarasa Sánchez (éd.), Señorío y feudalismo en la Penín sula Ibérica (ss. XII-XIX), Saragosse, 1993, 4 vols.

7 Voir le XIIe Congreso de Historia Agraria, Cordoue, 2008, organisé par la Sociedad Española de Historia Agraria (SEHA).

8 J’ai réalisé récemment une révision de ce phénomène (« Révoltes et conflits sociaux dans la Couronne de Castille au xive siècle », dans Monique Bourin, Giuliano Pinto (éd.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento : un confronto, (sous presse).

9 J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales…, p. 67-72.

10 Par exemple, Luis Suárez Fernández, « Evolución histórica de las Hermandades castellanas », Cuadernos de Historia de España, no 16 (1951), p. 5-78.

11 La bibliographie sur les Hermandades est très vaste. Les études générales les plus importantes sont celles de Cesar González Mínguez, « Aproximación al estudio del movimiento Hermandino en Castilla y León », Medievalismo, no 1 et 2, p. 35-55 et 29-53 ; Contribución al estudio de las Hermandades durante el reinado de Fernando IV de Castilla, Vitoria, 1974 et « Poder y conflictos sociales. Una visión desde la Historia del movimiento hermandino castellano », dans Conflicto, violencia y criminalidad en Europa y América, Bilbao, 2004 ; José María Mínguez, « Las Hermandades Generales de los concejos de Castilla », dans Concejos y ciudades en la Edad Media Hispánica. II Congreso de Estudios Medievales, Madrid, 1990, p. 537-567 ; L. Suárez Fernández, « Evolución histórica de las Hermandades castellanas », Cuadernos de Historia de España, XVI (1951), p. 5-78 ; Antonio Álvarez de Morales, Las Hermandades, expresión del movimiento comunitario en España, Valladolid, 1974 ; María Asenjo González, « Ciudades y Hermandades en la Corona de Castilla. Aproximación sociopolítica », Anuario de Estudios Medievales, no 27 (1997), p. 103-146 et Juan Ignacio Ruiz de la Peña, « La Hermandad leonesa de 1313 », dans León Medieval, León, 1978, p. 141-164. Pour des références bibliographiques plus détaillées, se reporter aux travaux de C. González Mínguez.

12 J. M. Mínguez, « Las Hermandades Generales de los concejos… », p. 537-567.

13 J. I. Ruiz de la Peña, « Las ciudades de señorío eclesiástico y los conflictos por el control del gobierno local (1252-1350) », dans Conflictos sociales, políticos e intelectuales en la España de los siglos XIV y XV, Logroño, 2004, p. 142. Pour d’autres exemples, Salustiano Moreta Velayos, Malhechores feudales. Violencia, antagonismos y alianzas de clases en Castilla. Siglos XIII-XIV, Madrid, 1978.

14 Par exemple, à Zamora (J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales…, p. 69).

15 Pour une mise au point sur de ce phénomène, voir J. I. Ruiz de la Peña, « Las ciudades de señorío eclesiástico… », p. 113-146.

16 J. I. Ruiz de la Peña, « La Hermandad leonesa de 1313 », dans León Medieval. Doce estudios, Léon, 1978, p. 141-164.

17 J. I. Ruiz de la Peña, « Los “perxuraos” de Llanera. Una resistencia concejil al señorío episcopal ovetense (1408-1412) », Asturiensia Medievalia, no 1 (1972), p. 261-290.

18 Pour les Hermandades de l’époque d’Henri IV, en plus des références citées aux notes précédentes, voir José Luis Bermejo Cabrero, « Hermandades y Comunidades de Castilla », Anuario de Historia del Derecho Español, no 58 (1988), p. 277-412 et José María Sánchez Benito, « Observaciones sobre la Hermandad castellana en tiempos de Enrique IV y los Reyes Católicos », Espacio, Tiempo y Forma. Historia Medieval, no 15 (2002), p. 209-243.

19 Carlos Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera de los Irmandiños, siglo XV, Madrid, 1990.

20 Rosa María Montero Tejada, « Violencia y abusos en los señoríos del linaje Manrique a fines de la Edad Media », En la España Medieval, no 20 (1997), p. 339-377.

21 J. I. Gutiérrez Nieto, Las comunidades…, p. 125 et A. Lacreu, « Conflictos sociales en Castilla durante los siglos XIV, XV y principios del XVI. Revisión a una tesis historiográfica sobre la lucha de clases », Anales de Historia Antigua, Medieval y Moderna, no 31 (1998), p. 95-134.

22 Voir par exemple, Jaime Contreras, « Profetismo y apocalipsismo : conflicto ideológico y tensión social en las comunidades de Castilla », dans En torno a las comunidades de Castilla. Poder, revuelta y conflicto en la España de Carlos I, Tolède, 2002, p. 517-538.

23 Pour une brillante mise au point sur la transformation des interprétations des luttes antiseigneuriales durant les dernières années, voir Paul Freedman, « La resistencia campesina y la historiografía en la Europa medieval », Edad media. Revista de Historia, no 3 (2000), p. 17-38.

24 Reyna Pastor, « Consenso y violencia en el campesinado feudal », En la España Medieval, no 5 (1986), p. 731-742 et « La conflictividad rural en la España Medieval », Historia Agraria, no 12 (1996), p. 12-20.

25 C. Barros Guimaraens, « Vivir sin señores. La conciencia antiseñorial en la Baja Edad Media », dans E. Serrano Martín, E. Sarasa Sánchez (éd.), Señorío y feudalismo…, vol. IV, p. 11-50 et Mentalidad justiciera de los Irmandiños, siglo XV, Madrid, 1990.

26 Par exemple, dans la révision récente du phénomène de la part d’Emilio Cabrera, « Conflictos en el mundo rural : señores y vasallos », dans José Ignacio de la Iglesia Duarte (éd.), Conflictos sociales, políticos e intelectuales en la España de los siglos XIV y XV, Logroño, 2004, p. 49-80.

27 Carlos Astarita, « ¿Tuvo conciencia de clase el campesinado medieval? », Edad Media. Revista de Historia, no 3 (2000), p. 89-113.

28 Sur ces aspects, Hipólito Rafael Oliva Herrer, Vincent Challet, « La sociedad política y el mundo rural a fines de la Edad Media », Edad Media. Revista de Historia, no 7 (2005-2006), p. 75-98.

29 Pour une époque légèrement antérieure, Isabel Alfonso Antón, « La contestation paysanne face aux exigences de travail seigneuriales en Castille et León », dans Monique Bourin, Pascual Martínez Sopena, Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe- XIVe siècles), Paris, 2004, p. 291-320 ; et aussi « Campesinado y derecho : La vía legal de su lucha (Castilla y León, siglos X-XIII) », Noticiario de Historia Agraria, no 13 (1997), p. 15-31 et « Conflictos en las behetrías », dans Carlos Estepa, Cristina Jular (éd), Los señoríos de behetría, Madrid, 2002, p. 227-260.

30 James C. Scott, Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, 1985 et, en particulier, Domination and the Arts of Resistance : Hidden Transcripts, New Haven, 1990.

31 Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999.

32 Chris Wickham, « Gossip and Resistance among the Medieval Peasantry », Past and Present, n ° 160 (1988), p. 19-20 et surtout James Fentress et C. Wickham, Social memory, Londres, 1992.

33 María José Sanz Fuentes, Soledad Beltrán Suárez, « Resistencias campesinas en los dominios cistercienses : Los hombres de Casamori frente al monasterio de Santa María de Valdediós (1274-1375) », dans C.M. Reglero de la Fuente (éd.), Poder y sociedad en la Baja Edad Media hispánica. Estudios en Homenaje al profesor Luis Vicente Díaz Martín, Valladolid, 2002, vol. I, p. 441-456.

34 José Ramón Díaz de Durana, « Conflictos sociales en el mundo rural guipuzcoano a fines de la Edad Media : los campesinos protagonistas de la resistencia antiseñorial », Hispania, no 202 (1999), p. 442-443 et aussi J. R. Díaz de Durana, Jon Andoni Fernández de Larrea, « El discurso político de los protagonistas de las luchas sociales en el País Vasco al final de la Edad Media », dans I. Alfonso, Julio Escalona, Georges Martin (éd), Lucha política. Condena y legitimación en la España Medieval, Lyon, 2004, p. 313-336.

35 Alfonso Franco Silva, El condado de Fuensalida en la Baja Edad Media, Cadiz, 1997 ; « El linaje Sandoval y el señorío de Lerma en el siglo XV », dans Señores y señoríos, Jaen, 1997, p. 95-114 et « El condado de Chinchón. Los problemas internos de un señorío en Tierras de Segovia », dans En la Baja Edad Media, Jaen, 2000, p. 257-296.

36 Carlos Manuel Reglero, « Conflictos señoriales al sur de la Merindad de Campos (1480-1504) », dans Señorío y Feudalismo…, vol. IV, p. 163-174.

37 Hilario Casado Alonso, « Solidaridades campesinas en Burgos a fines de la Edad Media », dans Relaciones de poder, producción y parentesco en la Edad Media y Moderna, Madrid, 1990, p. 279-304.

38 Joseph Pérez, « Los Reyes católicos ante los movimientos antiseñoriales », dans Violencia y conflictividad en la sociedad de la España bajomedieval, Saragosse, 1995, p. 91-99.

39 Le lien entre la propagande d’Isabelle et les soulèvements anti-seigneuriaux durant la période de la guerre civile a été signalée en son temps par María Isabel del Val Valdivieso, « Resistencia al dominio señorial durante los últimos años del reinado de Enrique IV », Hispania, no 34 (1974), p. 53-104.

40 Sur la révolte de Fuenteovejuna, nous disposons d’une excellente monographie : Enrique Cabrera et Emilio Moros, Fuenteovejuna. La violencia antiseñorial en el siglo XV , Barcelone, 1991.

41 J. M. Monsalvo Antón, « Usurpaciones de comunales. Conflicto social y disputa legal en Ávila y su Tierra durante la Baja Edad Media », Historia Agraria, no 24 (2001), p. 89-121 et mon propre travail, Justicia contra señores. El mundo rural y la política en tiempos de los Reyes Católicos, Valladolid, 2004, p. 80-96.

42 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores…

43 Sur ces aspects, je renvoie à mes propres travaux : « La circulation des idées politiques parmi les élites paysannes », dans François Menant, Jean-Pierre, Jessenne (éd), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran XVII, Toulouse, 2007, p. 179-193 et « Espacios de comunicación en el mundo rural a fines del medievo : la escritura como contrapeso del poder », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, no 16 (2006), p. 96-112.

44 H. R. Oliva Herrer, Justicia…, p. 153-174.

45 A. L. Rol Benito, « “Querellas, disputas y debates”. La administración de justicia durante el reinado de Isabel la Católica », dans L. Ribot, J. Valdeón, E. Maza (éd.), Isabel la católica y su época, Valladolid, 2007, vol. I, p. 481-497.

46 Pablo García Cañón, Concejos y señores. Historia de una lucha en la montaña occidental leonesa a fines de la Edad Media, Léon, 2006.

47 H. R. Oliva Herrer, Justicia…, p. 119-121.

48 Sur ces aspects, V. Challet, J.-P. Genet, H. R. Oliva, J. Valdeón (éd), La Société politique à la fin du XVe siècle dans les royaumes ibériques et en Europe occidentale, Valladolid/Paris, 2007.

49 Sur cet aspect, les réflexions de Chris Wickham sont du plus grand intérêt (Community and Clientele in Twelfth-Century Tuscany. The Origins of the Rural Commune in the plain of Lucca, Oxford, 1998, p. 205-206).

50 Pour une analyse du contexte, je renvoie à mes propres travaux, « El mundo rural en tiempos de Isabel I », dans J. Valdeón Baruque (éd.), La Sociedad y la Economía en Tiempos de Isabel la Católica, Valladolid, 2002, p. 41-77 et « El mundo rural en la Corona de Castilla en la Baja Edad Media : dinámicas socioeconómicas y nuevas perspectivas de análisis », Edad media. Revista de Historia, no 8 (2007), p. 295-328.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search