Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

La révolte paysanne à Cassel (1427-1431) : lutte d’une communauté rurale contre la centralisation bourguignonne1

Jan Dumolyn et Kristof Papin

Texte intégral

  • 1 Cet article a été réalisé dans le cadre d’un projet intitulé « Espacio público, opinión y comunica (...)
  • 2 Jan Dumolyn, Jelle Haemers, « Patterns of urban rebellion in medieval Flanders », Journal of Medie (...)
  • 3 Jacques Sabbe, Vlaanderen in opstand 1323-1328. Nikolaas Zannekin, Zeger Janszone en Willem de Dek (...)
  • 4 John Desreumaux, Sociaal-economische achtergrond van de Kortrijkse rebellen uit het confiscatiereg (...)

1La révolte paysanne dans la région de Cassel en Flandre française (1427-1431) a été considérée, jusqu’à présent, comme une anomalie dans l’histoire urbaine du comté de Flandre. La littérature scientifique sur la Flandre du Moyen Âge a surtout prêté attention aux multiples révoltes des villes, en s’intéressant peu au rôle de la campagne dans ces conflits sociaux et politiques2. Une exception cependant, et il est difficile de l’ignorer : la révolte de la Flandre maritime de 1323-1328, où étaient surtout impliqués les paysans du Franc de Bruges et de la châtellenie de Furnes3, est depuis longtemps considérée comme une insurrection unique des « fureurs paysannes » en Flandre. Toutefois, la littérature nous fournit des preuves du rôle important des villes dans cette révolte paysanne. D’autre part, la participation des paysans dans les révoltes suivantes : celles de 1379-1385, de 1436-1437 ou de 1477-1492, sont encore sous-estimées, principalement à cause du manque de sources équivalentes à celles que nous avons pour les villes4. La révolte de Cassel, en 1427-1431, montre clairement que les communautés paysannes flamandes étaient aussi capables d’action politique sans le soutien des grandes villes.

  • 5 Alexandre Desplancque, « Troubles de châtellenie de Cassel sous Philippe-le-Bon (1427-1431) », Ann (...)
  • 6 Voir récemment Jan Dumolyn, Staatsvorming en vorstelijke ambtenaren in het graafschap Vlaanderen ( (...)

2Dans ce qui suit, nous prenons pour point de départ le récit existant de cette révolte, tel qu’il fut réalisé au xixe siècle par Alexandre Desplancque, soit l’unique compte rendu systématique des événements concernés, jusqu’à présent5. En nous appuyant sur de nouvelles sources, nous tenterons de compléter et de corriger ce rapport intelligent et bien documenté. D’abord, nous situerons la relation des faits dans le contexte géopolitique de la guerre de Cent Ans. Puis, en tenant compte de l’intérêt accru pour le processus de centralisation politique et juridique mis en œuvre par les ducs de Bourgogne dans leurs principautés6, nous démontrerons que la révolte de Cassel doit être située dans ce contexte historique et qu’au fond, il s’agit de la tentative d’une communauté locale de s’opposer à la genèse de l’État bourguignon.

La révolte des paysans de cassel

  • 7 Wim Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen in de overgang van de Middeleeuwen naar Ni (...)

3Nous l’avons dit, la révolte des paysans de Cassel n’existe dans la littérature que par le biais d’un seul article : celui, assez étendu, que l’historien franco-flamand Desplancque publia en 1865. Depuis, les historiens se sont uniquement basés sur ce texte et la révolte n’a plus fait l’objet de recherches7. Mais au moment où Desplancque écrivait, des parties importantes des archives de la Chambre des Comptes de Lille n’avaient pas encore été inventoriées. De plus, la recherche scientifique sur les révoltes paysannes au Moyen Âge en Europe Occidentale a depuis pris son envol.

Une région convoitée

  • 8 Stefaan Declerck, De heren van Belle (XIIe tot XVe eeuw), mémoire de licence, Université catholiqu (...)
  • 9 Pour un aperçu concis et la bibliographie sur ces châtellenies, il faut consulter Kristof Papin, « (...)

4Le domaine qui fut le théâtre de cette révolte n’est pas clairement défini dans les sources. Sous l’intitulé ceulx de la vallee de Cassel, pays de Cassel ou Casselambacht, plusieurs endroits sont mentionnés : Cassel, Hazebrouck, Morbecque, Renescure, Bailleul… Il est clair que la révolte a fait rage dans la région de la petite ville de Cassel. C’était la « châtellenie » ou le « métier » de Cassel, soit une subdivision juridique du comté de Flandre qui était originellement sous l’autorité d’un vicomte ou chastellain. Sur le plan géographique et historique, cette région avait un statut particulier depuis 1305, année où le comte de Flandre Guy de Dampierre avait donné en apanage ce domaine à son fils Robert. Cet apanage contenait les châtellenies de Cassel, de Bergues et de Bourbourg avec entre autres les villes de moyenne importance de Dunkerque et de Gravelines. Le comte Guy avait aussi donné en apanage, au début du xive siècle, la châtellenie de Bailleul à son fils Guyot de Namur. Bailleul était ainsi devenue la propriété de la maison des comtes de Namur, une descendance de la famille de Dampierre. Philippe le Bon acquit ensuite la ville, en même temps que le comté de Namur, lorsque le comte de Namur Jean III se trouva en difficulté financière8. À la mort du comte en 1429, le duc de Bourgogne entra définitivement en possession de tout le territoire. Lorsqu’on observe la succession des teneurs de l’apanage, il est clair que ce domaine, qui avait partiellement disparu de la zone d’influence directe des ducs de Bourgogne, était devenu pour Philippe le Bon une priorité. Celui-ci put achever ainsi une politique entamée par son grand-père. La région située à la frontière entre la Flandre et l’Artois était d’une grande importance géographique pour un État Bourguignon en voie de consolidation9.

La famille de Bar

  • 10 Michelle Bubenicek, Quand les femmes gouvernent. Droit et politique au xive siècle : Yolande de Fl (...)
  • 11 Philippe Joseph Emmanuel de Smyttère, Les ducs de Bar, ou seigneurs et dames de Kassel de la maiso (...)
  • 12 Arch. départ. Nord, B 1604 f° 80 v° ; B 1604 f° 7 v°-8 v°.

5Après la mort de Robert de Cassel, l’apanage de Cassel revint à sa fille Yolande de Flandre. La région entra ensuite dans la zone d’influence française par le mariage de Yolande avec le duc Henri IV de Bar. Ce fut donc le duc Philippe le Hardi qui, de 1388 à 1395, mena l’offensive contre Yolande, action qui aboutit à une quasi-récupération du territoire10. En 1395, l’apanage fut en effet confisqué par Philippe le Hardi, parce que Yolande avait refusé de lui porter hommage, contrairement à Robert de Bar – marié à la sœur du duc de Bourgogne. Ce fut donc ce dernier qui récupéra l’apanage mais Jean sans Peur avait une seconde fois confisqué la région. Finalement, Philippe le Bon réalisa définitivement l’annexion. Le 19 décembre 1419, il donna la châtellenie en apanage à sa première femme Michelle de France. Ce ne fut toutefois qu’en 1437 que le métier de Cassel disparut définitivement des possessions des Bar11. Il apparaît ici clairement que la révolte de Cassel ne peut être dissociée de la situation géopolitique complexe de la région et des liens de famille entre les teneurs d’apanage. Les ducs de Bourgogne avaient essayé pendant quelques décennies d’accroître leur influence dans les régions de Thiérache, de Bar, de Lorraine, de Champagne et du Cambrésis. Peu de temps après son mariage avec Isabelle de Portugal, en janvier 1430, Philippe le Bon lui donne, par acte du 4 février 1430, les seigneuries et domaines de Carency, de Bucquoy, d’Aubigny, d’Aix-en-Gohelle, de Duisans en Artésie ainsi que « les villes et seigneuries de Cassel et du bois de Nieppe12 ».

La chronologie de la révolte de cassel

Des privilèges atteints

  • 13 Jean-Jacques Lambin (éd.), Dits de cronike ende genealogie van den prinsen ende graven van den for (...)
  • 14 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 307-308.
  • 15 Philip Marie Blommaert, Constant Philippe Serrure, Kronyk van Vlaenderen van 580 tot 1467, Gand, 1 (...)
  • 16 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 308.
  • 17 Polydore-Charles Van der Meersch (éd.), Memorieboek der stad Ghent, Gand, 1852, vol. 1, p. 187-188 (...)

6Brosser le tableau du déroulement chronologique de la révolte des paysans de Cassel n’est pas une sinécure. Les chroniques nous informent surtout sur la phase initiale et sur la fin de cette révolte, qui s’est tout de même étalée sur quatre ans. La chronique du pseudo-Jean de Dixmude situe faussement le début des événements en 142913. Nous apprenons également que les gens du peuple se sont révoltés contre le bailli, les échevins et les seigneurs parce que le bailli Colaert van der Clite (connu également sous le nom de Colard de Commines) voulait augmenter les amendes relevées sur les bagarres, contrairement à ce qui était stipulé dans les privilèges et le droit coutumier14. La Kronyk van Vlaanderen, autre version de la tradition flamande des chroniques Flandria Generosa C, fait mention du même fait, en ajoutant à cela que le bailli s’était rendu coupable d’exactions (exactien)15. D’après cette chronique, c’est la raison pour laquelle les révoltés ont détruit le château de Renescure16. Le livre de mémoire de la ville de Gand situe quant à lui le début et la fin de la révolte qui se termine en 1429 (ancien style). Il dénonce Colaert van der Clite parce qu’il était trop sévère (te stranghe) et qu’il prenait plus que ce qui lui était dû (« ende meer nam dan hij sculdich was te nemene »). Pour cette raison, y lit-on, les paysans avaient démoli le château de Renescure (« wierpen ‘t omme »)17.

  • 18 Jean-Jacques Lambin (éd.), Olivier van Dixmude : Merkwaerdige Gebeurtenissen, vooral in Vlaenderen (...)
  • 19 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 123.
  • 20 Desplancque, « Troubles… », p. 263 (édition de Arch. départ. Nord, B 1306/15577).
  • 21 Arch. départ. Nord, B 1604, f° 45 r°-46 r °.
  • 22 Desplancque, « Troubles… », p. 259-261.
  • 23 Id. p. 222-223.

7Il est évident que les chroniqueurs cités étaient plutôt mal informés sur le déroulement précis de la révolte. Une seule source narrative nous donne un rapport plus détaillé des événements. Il s’agit de la chronique rédigée par l’échevin yprois Olivier de Dixmude18. Nous savons déjà que l’origine, ou du moins la cause directe de la révolte était juridique. Toutes les sources l’indiquent. Le duc, qui avait fini par avoir Cassel totalement en son pouvoir, voulait y imposer la politique bourguignonne de centralisation juridique (et en même temps politique). Olivier de Dixmude raconte que le duc Philippe le Bon ordonna, quelque part en 1427, de nouvelles lois que le commun considérait être grandement à leur préjudice (« twelke den ghemeenen volke grootelicx dochte jeighem hem gaen19 »). Nous ne disposons plus de données spécifiques concernant la date de cette ordonnance, s’il y eut jamais une date précise. Elle fut en tout cas décrétée par Colaerd de la Clite, mais en refusant de la lire ou de la transmettre aux citoyens de Cassel20. Il est possible que le duc fit allusion à cette ordonnance, plus tard, en précisant dans son jugement sur la révolte que les citoyens de Cassel s’étaient opposés « a noz officiers ayans commission de par nous21 ». Toujours est-il qu’un tel document n’est pas conservé dans les archives bourguignonnes. Desplancque a édité – comme pièce justificative – des passages d’une chronique qu’il appelle le Manuscrit de Florence, document que nous n’avons pas pu retrouver. Ce texte est plus explicite en ce qui concerne les coutumes en question22. Nous citons Desplancque : « Si un homme fort et audacieux avait assassiné quelqu’un, il suffisait de pendre une massue et un bouclier au barreau de Cassel, provoquant ainsi les proches parents de la victime. Si dans les quarante jours personne ne se présentait pour combattre l’assassin avec le bouclier et la massue, ce dernier était acquitté23. »

  • 24 Id. p. 262-263 (édition de Arch. départ. Nord, B 1306/15577).
  • 25 Id., p. 263.
  • 26 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 124.
  • 27 Desplancque, « Troubles… », p. 265.

8Les habitants de Cassel argumentaient en affirmant que leurs anciennes lois avaient été « bonnes, valables et souffians », « utiles et pourfitables pour mondit seigneur le duc » et « licites et porfitables pour la chose publicque de ladicte chastellenie » sans qu’elles devaient être « renouvellées, corrigées, réformées24 ». Le duc avait en plus promis, lors de son entrée dans la châtellenie, qu’ils pouvaient garder « leurs anchiennes loys, coustumes, saisines usages et possessions ». Mais Colard de la Clite (en suivant les ordres du duc ?) avait majoré certaines amendes de 62 sous jusqu’à 10 livres et de 10 livres jusqu’à 60 livres. Lui et ses lieutenants agissaient selon les habitants de Cassel « à leur voulenté singulier et pour leur proufit particulie25 », c’est-à-dire contre le bien public. Les nouvelles lois étaient selon les habitants de Cassel « contraire audit monseigneur le duc, à eulx et à tout le pais ». Cinq cents Casselois mécontents se rassemblèrent à Thérouanne, où une procuration fut faite pour déposer une plainte au Parlement de Paris, toujours sous contrôle des Anglais. Un certain Boudin de Bavikhove, un noble de la région, s’imposa comme dirigeant populaire26. Il était accompagné d’un certain Jacques Lottin, qui fonctionnait comme procureur des appelants27. Ils furent cependant arrêtés à Paris par des agents du duc de Bourgogne, et ramenés en Flandre.

  • 28 Marc Boone, Geld en macht. De Gentse stadsfinanciën en de Bourgondische staatsvorming (1384-1453), (...)

9À Gand, six ou sept Casselois se virent bannis de Flandre pour dix à cinquante ans parce qu’ils refusèrent de retirer leur appel, comme il avait été ordonné par le duc, par les Quatre Membres de Flandre, et surtout par Gand, qui faisait valoir son autorité comme premier Membre. À Gand même, l’attitude des échevins envers Cassel provoqua des tensions internes. Pour Marc Boone, l’attitude des échevins gantois relevait d’une politique consciente, en dépit du fait que cette ville fut la championne du particularisme et que cela pourrait paraître contradictoire. Toutefois, Gand avait affronté des problèmes et des révoltes comparables à celles de Cassel dans les villes avoisinantes (entre autres à Termonde), et elle cherchait elle-même à maintenir son autorité dans son arrière-pays28. Le duc consulta l’assemblée des Quatre Membres sur son appel – s’il était fondé (dueghdelic) à leurs yeux – et les représentants le trouvaient raisonnable (reidenlyc). Les Membres de Flandre se rendirent au Métier de Cassel pour l’en informer mais les Casselois voulurent maintenir leurs privilèges et lois. Ils continuèrent à protester opiniâtrement de sorte que le duc fut très fâché (zeere vergramt) et dit qu’il « voulait savoir s’il était seigneur dans son pays ». Il ordonna que le souverain-bailli et tous les baillis de Flandre prissent les armes et se rendissent au Pays de Cassel pour y faire valoir ses ordres, à la rigueur avec des exécutions ou des confiscations de biens.

Vers l’affrontement ?

  • 29 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 124.
  • 30 Id., p. 124-125.

10Le 4 décembre 1427, plus de 5 000 soldats – d’après Olivier de Dixmude – marchèrent sur Cassel. Les habitants de Cassel avaient mobilisé environ 8 000 hommes et s’étaient retranchés en quatre ou cinq endroits, tandis que les baillis étaient campés à Berquin Nord et à Merhem29. Tandis que beaucoup de soldats s’en allaient, le bailli et ses hommes se retrouvèrent à Cassel. Le bruit courait que les habitants de Cassel se préparaient à marcher en masse sur Bergues, Poperinge et d’autres localités pendant la nuit, et que les armées du duc y prenaient position. À Cassel, le seigneur de Hoorne et le bailli de Furnes poursuivirent les négociations afin de pouvoir joindre le duc à Bruges avec une dizaine ou une douzaine de personnes. Mais comme ils voulaient aussi que les prisonniers soient libérés et que les exilés soient rappelés, ces négociations n’aboutirent à rien30. Nous soulignons qu’Olivier de Dixmude est le seul à rapporter ces événements et que les autres sources n’en font pas mention.

  • 31 Vaughan, Philip the Good…, p. 47-48.
  • 32 Desplancque, « Troubles… », p. 221.
  • 33 Archives générales du royaume à Bruxelles (AGR), Trésor des chartes, seconde série no 703. Avec no (...)
  • 34 AGR, Acquits de Lille 42. Pour les baillis de Bruges, Ypres et het Houtse. Pour les autres comptes (...)
  • 35 Blockmans, Handelingen…, p. 451-454.
  • 36 Ainsi aussi pendant la révolte anglaise de 1381, où les paysans avaient très bonne compréhension d (...)
  • 37 Desplancque, « Troubles… », p. 233-234.

11Vers la fin 1427 et le début 1428, le duc fut manifestement obligé de retirer son armée. Il semble que la situation se trouva alors dans une impasse et que rien ne bougea plus, ni du côté du duc, ni du côté des rebelles. Le fait que Philippe était occupé à conquérir la Hollande en cette période pourrait y être pour quelque chose31. L’État bourguignon avait des préoccupations bien plus urgentes que de réprimer une révolte de paysans qui, au fond, ne s’était même pas encore complètement déchaînée. Les événements dans Cassel-Ambacht pendant la seconde moitié de 1428 ne sont pas vraiment connus par manque de sources à ce sujet. Le 29 septembre 1429 les habitants des villages de la châtellenie de Cassel se rendirent au Parlement de Paris32. Entre-temps, le duc avait envoyé une nouvelle expédition punitive dans la région révoltée. Elle fut dirigée par le souverain-bailli qui marcha neuf jours durant, avec 80 « hommes de cheval » et 8 000 « compaignons de pié33 ». Le mandement de paiement décrété par Philippe le Bon à Bruges, le 19 décembre 1429, mentionne que cette expédition était aussi composée de « plusieurs de noz bailliz de Flandre34 ». Plusieurs comptes de baillis confirment cette donnée. Début janvier 1430, les Membres demandèrent au duc de ne pas intervenir militairement contre les rebelles, pour que le conflit puisse être résolu sans les rigueurs de la guerre (« omme dat ofgheleid te zine zonder riguer van oorloghe »). Cette tentative échoua néanmoins35. Entre-temps, les rebelles comptaient toujours sur leur procès au Parlement de Paris, et il est remarquable de voir combien ils étaient soutenus par la Cour, dominée par les partisans de l’Angleterre contre les intérêts de leur allié de Bourgogne36. Le 13 janvier 1430, Jehan le Maistre, un sergent royal pour Amiens, se rendit à Thérouanne, où il lut à voix haute devant le peuple rassemblé les lettres du Parlement de Paris datées du 24 septembre 1429. Dans celles-ci, Colard de la Cité, bailli de Cassel, et ses trois lieutenants Pierre de Delft – chevalier –, Thierry de Hazebrouck et Philippe de Coornhuyse, étaient sommés de paraître devant la cour le 10 février suivant, sous peine de confiscation de leurs biens et de bannissement de la France, afin de justifier leurs atteintes aux privilèges des paroisses de Cassel37. Le sergent Le Maistre se rendit ensuite à Saint-Omer pour y prononcer le même discours, mais l’administration de la ville et le lieutenant du bailli refusèrent de lui accorder la permission de proclamer ladite citation en justice.

La situation traîne en longueur

  • 38 Vaughan, Philip the Good…, p. 21.
  • 39 Bertrand Schnerb, Bulgnéville (1431) : l’État bourguignon prend en Lorraine, Paris, 1993, p. XII.
  • 40 Vaughan, Philip the Good…, p. 63.
  • 41 Id., p. 24.
  • 42 Id., p. 61.

12La raison pour laquelle la rébellion de Cassel a tellement traîné en longueur doit être cherchée dans le fait que Philippe le Bon était impliqué dans plusieurs affaires à l’étranger. En premier lieu, il y avait évidemment la guerre de Cent Ans, avec le conflit entre les Armagnacs et les Bourguignons. Vers la fin des années 1420, l’alliance anglo-bourguignonne s’était déjà refroidie et Philippe n’engageait plus d’actions militaires contre les Français. En août 1429, Charles VII fit même une proposition de paix à Philippe le Bon, qui contenait déjà en grandes lignes ce qui serait accordé aux Bourguignons à Arras en 143538. Après consultation des Anglais, le duc refusa la proposition. Le 5 novembre 1429, une importante force militaire anglaise débarqua à Calais. Avec les Bourguignons, elle entama le siège de Compiègne le 20 mai 143039. Cette concentration militaire en Picardie et en Artois eut pour conséquence qu’ils rencontrèrent des difficultés aux frontières de la Champagne et de la Bourgogne. À partir de mai 1430, les Français lancèrent de nouvelles attaques40. Durant l’été 1430, Philippe le Bon assiégea Compiègne41. En même temps, une guerre éclata entre Namur, qu’il venait de conquérir, et la principauté de Liège42. Toutes ces complications expliquent pourquoi Philippe le Bon n’a pas trouvé l’occasion d’en finir avec la rébellion de Cassel avant la fin de 1430. Entre-temps, la situation à Cassel demeurait en effet invariable : les deux parties organisaient des attaques armées, et les rebelles essayaient de kidnapper des partisans locaux du pouvoir ducal. Ils intimidaient les administrations des villes voisines, qui n’étaient pas capables de s’opposer à leur suprématie. Mais enfin, la mesure fut comble pour Philippe le Bon. Il se mit à préparer activement une campagne militaire. Entretemps, les rebelles continuaient à persévérer dans leur mauvaise volonté (« in haerlieder quaden wille persevererende ») et s’en allèrent avec 500 à 600 hommes vers le château de Renescure qui appartenait à Colart. Ils montèrent à l’assaut de ce château durant le mois de décembre. Des deux côtés, l’artillerie faisait son travail mais la garnison du château finit par capituler, notamment parce qu’elle ne voulait pas se défendre contre des amis et des proches qui étaient venus les assiéger. À ce stade, la révolte arriva à un point critique. Partout on préparait la guerre.

La sujétion

  • 43 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 131.
  • 44 Desplancque, Troubles…, p. 242-243.
  • 45 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 309.
  • 46 Id., p. 310.
  • 47 Id., p. 133.

13Une véritable bataille armée ne s’est toutefois jamais produite. Dans la relation de la révolte de Cassel par Olivier de Dixmude, l’épisode qui suit (sans date) concerne la sujétion des rebelles. La menace militaire avait clairement eu son effet43. Le 11 janvier 1431, les premiers rebelles s’étaient déjà rendus au duc à Neuf-Fossé près de Saint-Omer, bien avant toute confrontation militaire44. Olivier de Dixmude nous raconte ensuite la campagne de Cassel (la « Kasselvaert »), qui eut lieu durant l’hiver de 1430-1431 et plus précisément à la Saint-Antoine (le 17 janvier). Les habitants de Cassel, ne voulant pas combattre le souverain, vinrent à sa rencontre, nue tête et à genoux, dans le froid rigoureux. Certaines chroniques prétendent qu’il faisait tellement froid, à l’époque, que plusieurs personnes de la suite du duc, parmi lesquelles son oncle Victor de Flandre, en seraient mortes45. Arrivé à Cassel, le duc ordonna la décapitation d’Arnoud Kieken et de cinq de ces partisans. Il confisqua toutes les armes des rebelles et les condamna à une amende de 6 000 nobles. Les rebelles perdirent tous leurs privilèges et les nouvelles lois furent finalement imposées46. Peu après, le duc ordonna qu’une commission d’enquête soit rassemblée, afin d’examiner les événements de Cassel. Les membres seraient nommés par le souverain et les représentants de chacun des Membres y auraient un siège47.

Une lecture complexe

14Après avoir élargi le cadre descriptif de la révolte de Cassel, en tenant compte notamment du jeu des pouvoirs politiques, il nous faut maintenant revenir à nos questions initiales : la valeur de cette révolte paysanne dans un contexte chronologique et géographique étendu, et sa signification contre la toile de fond de la politique de centralisation des ducs de Bourgogne dans le comté de Flandre.

Des motifs récurrents

  • 48 Entre autres : Rodney Hilton, Bond Men made Free : Medieval Peasant Movements and the English Risi (...)
  • 49 Eric Wolf, Peasant Wars of the Twentieth Century, New York, 1999.
  • 50 Leguai, « Les révoltes… », p. 74.

15La plupart des révoltes paysannes à la fin du Moyen Âge étaient dirigées contre la surcharge d’impôts du souverain ou du seigneur (gabelles, tailles), contre les attaques aux droits d’usage sur les pâtis communs, ou contre le droit de ramasser du bois mort (droits d’usage communautaire), ou encore contre les services seigneuriaux. D’autres étaient la conséquence d’une mauvaise récolte (révoltes du blé) ou de l’insécurité sur la campagne à cause des soldats pillards ou brigands48. En général, et ceci vaut même jusqu’au xxe siècle, toutes ces « fureurs paysannes » semblent avoir été provoquées par le fait que les classes supérieures levaient un lourd impôt sur les bénéfices49. Dans le cas de la Jacquerie et de quelques autres révoltes françaises à la fin du Moyen Âge, on peut même parler d’une véritable haine de la noblesse50.

  • 51 Christopher Dyer, « The social and economic background to the rural revolt of 1381 », dans Hilton, (...)
  • 52 Peter Bierbrauer, « Bäuerliche Revolten im Alten Reich. Ein Forschungsbericht », dans Peter Blickl (...)

16Parfois les révoltes étaient déclenchées par un mécontentement juridique51 ou à cause de l’introduction du droit romain52. Dans ces cas, nous avons clairement affaire, suivant le modèle de Gunther Franz, à une révolte de défense afin de protéger « l’ancien droit » d’une communauté contre les prétentions centralisatrices de l’État princier. Dans son essence, la révolte paysanne de Cassel doit être analysée dans le cadre de cette donnée.

  • 53 Voir encore récemment dans Walter Prevenier (dir.), Le prince et le peuple. Images de la société d (...)

17Jusqu’à nos jours, l’historiographie du comté de Flandre sous les ducs de Bourgogne s’est surtout intéressée à l’opposition entre, d’une part, la centralisation princière sur les plans juridique, administratif et fiscal et, de l’autre, le particularisme des grandes villes53.

18La révolte paysanne de Cassel montre que les communautés campagnardes étaient elles aussi capables de s’opposer de manière active aux prétentions juridiques des ducs. Ainsi, l’interprétation ancienne des faits par Desplancque était, dans l’essence, correcte même s’il a analysé la révolte comme un cas isolé. Tout comme la révolte du littoral flamand de 1323-1328, celle de Cassel illustre que les communautés paysannes flamandes avaient suffisamment de ressources politiques pour s’organiser de manière autonome et pour passer, s’il le fallait, à la lutte armée.

  • 54 Peter Blickle, « Peasant revolts in the German empire in the late Middle Ages », Social History, 4 (...)
  • 55 Peter Hoppenbrouwers, « Rebels with a cause : the peasant movements of northern Holland in the lat (...)
  • 56 Hoppenbrouwers, « Rebels… », p. 467

19Le comportement provocateur et les chantages du bailli Colard de Commines ont certainement amplifié la réaction particulariste des rebelles. Ceci n’est pas une exception. Les paysans slaves qui se sont révoltés en 1515 en Autriche ont aussi fondé leurs demandes sur « l’ancien droit54 ». Les paysans du Nord de la Hollande se sont opposés à la corruption et à l’attitude répressive des baillis qui venaient souvent d’autres régions55. Là aussi le fait que l’office de bailli était donné à ferme avait pour conséquence que les paysans étaient exploités56.

Des revendications au nom du droit ancien

  • 57 Perez Zagorin, Rebels and Rulers, 1500-1660, Cambridge, 1982, p. 182.
  • 58 Freedman, Images…, p. 259.
  • 59 Hoppenbrouwers, « Rebels… », p. 447-448.
  • 60 Id., p. 482.

20Les revendications d’une révolte paysanne reflètent les plaintes et les soupirs d’une communauté rurale. Dans la plupart des cas, ceux-ci se rapportent aux charges économiques ou aux manques de libertés personnelles, souvent aussi à l’autonomie de la communauté ou aux réformes politiques. Les gentilshommes campagnards et leurs biens pouvaient en être la cible, tout comme les représentants de l’État central57. Les révoltes étaient souvent fondées sur des revendications de liberté basées sur des privilèges58. La révolte de Cassel-Ambacht n’était donc nullement une exception sur le plan européen. Les sociétés médiévales avaient une forte tendance au particularisme et étaient attachées à leur propre droit commun et leurs institutions politiques59. Hoppenbrouwers attribue un rôle important aux « rude intrusions upon local autonomy » et à la corruption qui était liée au renforcement de l’autorité princière par l’intervention de fonctionnaires nommés60.

  • 61 Tom Scott, « Peasant revolts in early modern Germany », Historical Journal, 28/2, 1985, p. 457-460
  • 62 Günther Franz, « Ausserdeutsche Bauernkriege im Ausgehende Mittelalter », dans Tom Scott, Persönli (...)
  • 63 Blickle, « Peasant Revolts… », p. 224.
  • 64 Günther Franz, Der Deutsche Bauernkrieg, Darmstadt, 1977, p. 1-30 ; Paul Freedman, « The German an (...)
  • 65 Franz, Der Deutsche Bauernkrieg…, p. 1-3.
  • 66 Peter Burke, Popular Culture in Early Modern Europe, New York, 1978, p. 173-178.

21Les révoltes paysannes en Allemagne peuvent être divisées en deux catégories, celles qui ont eu lieu dans les régions plus restreintes et moins développées, et celles dans les principautés plus grandes avec une centralisation bureaucratique61. Dans ces dernières régions, un impôt public était levé à côté des rentes seigneuriales. De plus, l’autonomie des sociétés de paysans y était menacée par une autorité centralisatrice plus intensive62. Suivant la thèse de Gunther Franz, les révoltes paysannes étaient surtout des conflits entre les paysans d’une part, conscients de leurs libertés et leurs droits, et d’autre part le développement de l’État moderne avec ses nouvelles exigences. Les paysans visaient la noblesse parce qu’elle était entrée au service de l’État63 alors qu’ils voulaient, eux, garder leur indépendance vis-à-vis de l’intervention accrue du prince. Franz parle ici des révoltes du « droit ancien ». Elles avaient un caractère défensif et se tournaient vers le passé avec des demandes réformatrices. Contrairement aux révoltes du soi-disant « droit divin » (une impulsion religieuse au changement social), elles ne remirent pas en question la société64. Franz décèle dans beaucoup de révoltes paysannes un conflit entre des communautés locales, pour qui le droit accordé par Dieu était invariable (un droit nouveau ne pouvait que « se trouver »), et le Territorialstaat en croissance des souverains, qui voulaient traiter en égaux les systèmes de droit65. Peter Burke fait lui aussi la distinction entre les révoltes légitimées d’une part, et d’autre part les révoltes visant un changement radical de la société66. La révolte de Cassel avait, selon nous, pas du tout un caractère « égalitaire » ou « proto-communiste ». Elle visait au fond le maintien de l’ordre social existant, basée sur l’ancien droit coutumier, moyen de mobilisation vigoureux pour l’homme du Moyen Âge.

***

  • 67 Peter Blickle, Deutsche Untertanen. Ein Widerspruch, München, 1981, p. 95
  • 68 Scott, « Peasant revolts… », p. 466.
  • 69 Cité par Tom Scott, « The peasants war : a historiographical review. Part II », The Historical Jou (...)

22Il est remarquable que les paysans casselois n’aient pas choisi tout de suite le chemin de la résistance armée, mais qu’ils aient essayé de suivre d’abord un chemin juridique dans leur lutte pour le maintien du droit commun. Ce n’est que lorsque la première voie n’aboutit pas, que la confrontation s’imposa. Cela n’était pas non plus exceptionnel. Dans son Deutsche Untertanen, Blickle a proposé un modèle d’action en cinq étapes pour les révoltes des paysans. Dans un premier temps, les plaintes sont formulées, ce qui mène à une disparition de la loyauté et au refus de remplir les devoirs. L’étape suivante est celle de l’arbitrage, et ce n’est qu’en cas d’échec que les paysans passent à la violence67. Dans la première phase des révoltes paysannes en Allemagne, tout comme à Cassel, on s’est très souvent servi du droit d’appel auprès d’une autorité plus importante68. D’autres modèles théoriques proposent des évolutions semblables pour la révolte paysanne. Rublack distingue trois phases. Premièrement, la période d’incubation, ensuite une phase constitutionnelle modérée et finalement le triomphe du radicalisme69. On peut reconnaître ces schémas dans la manière dont les faits se sont déroulés à Cassel

Notes

1 Cet article a été réalisé dans le cadre d’un projet intitulé « Espacio público, opinión y comunicación política a fines de la Edad Media » (HUM 2007-65750) et financé par le ministère espagnol de l’Éducation et des Sciences.

2 Jan Dumolyn, Jelle Haemers, « Patterns of urban rebellion in medieval Flanders », Journal of Medieval History, 31, 2005, p. 369-393 ; Marc Boone, « Armes, coursses, assemblees et commocions. Les gens de métiers et l’usage de la violence dans la société urbaine flamande à la fin du Moyen Âge », Revue du Nord, 87, 2005, p. 7-33 ; Jan Dumolyn, « The legal repression of revolts in late medieval Flanders », The Legal History Review, 68/4, 2000, p. 479-521 ; Raf Verbruggen, Geweld in Vlaanderen. Macht en onderdrukking in de Vlaamse steden tijdens de veertiende eeuw, Bruges, 2005.

3 Jacques Sabbe, Vlaanderen in opstand 1323-1328. Nikolaas Zannekin, Zeger Janszone en Willem de Deken, Bruges, 1992 ; William Te Brake, A Plague of Insurrection : Popular Politics and Peasant Revolt in Flanders, 1323-1328, Philadelphia, 1993.

4 John Desreumaux, Sociaal-economische achtergrond van de Kortrijkse rebellen uit het confiscatieregister van 1383, Geluwe, 1999. J. Dumolyn, De Brugse opstand van 1436-1438, Courtrai-Heule, 1997.

5 Alexandre Desplancque, « Troubles de châtellenie de Cassel sous Philippe-le-Bon (1427-1431) », Annales du Comité Flamand de France, 8, 1864-1865, p. 218-281.

6 Voir récemment Jan Dumolyn, Staatsvorming en vorstelijke ambtenaren in het graafschap Vlaanderen (1419-1477), Anvers, 2003.

7 Wim Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen in de overgang van de Middeleeuwen naar Nieuwe Tijden (1384-1506), Bruxelles, 1978, p. 343-345 ; Richard Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 57-58 ; Jan Van Rompaey, Het grafelijke baljuwsambt in Vlaanderen tijdens de Boergondische periode, Bruxelles, 1967.

8 Stefaan Declerck, De heren van Belle (XIIe tot XVe eeuw), mémoire de licence, Université catholique de Leuven, Leuven, 1969.

9 Pour un aperçu concis et la bibliographie sur ces châtellenies, il faut consulter Kristof Papin, « De kasselrijen Belle en Kassel (11de eeuw-1678) », dans Walter Prevenier, Beatrijs Augustyn (dir.), De gewestelijke en lokale overheidsinstellingen in Vlaanderen tot 1795, Bruxelles, 1997, p. 479-485 ; Kristof Papin, « De kustkasselrijen Broekburg en Sint-Winoksbergen (9de eeuw-1668) », dans W. Prevenier, B. Augustyn (dir.), De gewestelijke…, p. 486-492.

10 Michelle Bubenicek, Quand les femmes gouvernent. Droit et politique au xive siècle : Yolande de Flandre, Paris, 2002.

11 Philippe Joseph Emmanuel de Smyttère, Les ducs de Bar, ou seigneurs et dames de Kassel de la maison ducale de Bar, Bar-le-Duc, 1884.

12 Arch. départ. Nord, B 1604 f° 80 v° ; B 1604 f° 7 v°-8 v°.

13 Jean-Jacques Lambin (éd.), Dits de cronike ende genealogie van den prinsen ende graven van den foreeste van Buc, dat heet Vlaenderlant, van 863 tot 1436, suivi sur le manuscrit original de Jan van Dixmude, Ypres, 1839, p. 307. Il parle d’un morlemaey (nom qui réfère à une révolte brugeoise en 1280-1281).

14 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 307-308.

15 Philip Marie Blommaert, Constant Philippe Serrure, Kronyk van Vlaenderen van 580 tot 1467, Gand, 1839, p. 30.

16 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 308.

17 Polydore-Charles Van der Meersch (éd.), Memorieboek der stad Ghent, Gand, 1852, vol. 1, p. 187-188. Sur cette source, voir Anne-Laure Van Bruane, De Gentse memorieboeken als spiegel van stedelijk historisch bewustzijn (14de tot 16de eeuw), Gand, 1998.

18 Jean-Jacques Lambin (éd.), Olivier van Dixmude : Merkwaerdige Gebeurtenissen, vooral in Vlaenderen en Brabant en ook in de aangrenzende landstreken, van 1377 tot 1443, Ypres, 1835.

19 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 123.

20 Desplancque, « Troubles… », p. 263 (édition de Arch. départ. Nord, B 1306/15577).

21 Arch. départ. Nord, B 1604, f° 45 r°-46 r °.

22 Desplancque, « Troubles… », p. 259-261.

23 Id. p. 222-223.

24 Id. p. 262-263 (édition de Arch. départ. Nord, B 1306/15577).

25 Id., p. 263.

26 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 124.

27 Desplancque, « Troubles… », p. 265.

28 Marc Boone, Geld en macht. De Gentse stadsfinanciën en de Bourgondische staatsvorming (1384-1453), Gand, 1990, p. 74.

29 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 124.

30 Id., p. 124-125.

31 Vaughan, Philip the Good…, p. 47-48.

32 Desplancque, « Troubles… », p. 221.

33 Archives générales du royaume à Bruxelles (AGR), Trésor des chartes, seconde série no 703. Avec nos remerciements à Jonas Braekevelt, qui nous a signalé ce document.

34 AGR, Acquits de Lille 42. Pour les baillis de Bruges, Ypres et het Houtse. Pour les autres comptes des baillis, voir : Jan van Rompaey, Het grafelijk baljuwsambt in Vlaanderen tijdens de Boergondische periode, Bruxelles, 1967, p. 50-51.

35 Blockmans, Handelingen…, p. 451-454.

36 Ainsi aussi pendant la révolte anglaise de 1381, où les paysans avaient très bonne compréhension de ce qui concerne le droit et la procédure (Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999, p. 266.)

37 Desplancque, « Troubles… », p. 233-234.

38 Vaughan, Philip the Good…, p. 21.

39 Bertrand Schnerb, Bulgnéville (1431) : l’État bourguignon prend en Lorraine, Paris, 1993, p. XII.

40 Vaughan, Philip the Good…, p. 63.

41 Id., p. 24.

42 Id., p. 61.

43 Lambin, Olivier van Dixmude…, p. 131.

44 Desplancque, Troubles…, p. 242-243.

45 Lambin, Jan van Dixmude…, p. 309.

46 Id., p. 310.

47 Id., p. 133.

48 Entre autres : Rodney Hilton, Bond Men made Free : Medieval Peasant Movements and the English Rising of 1381, Londres, 2003 ; Yves-Marie Bercé, Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du xvie au xixe siècle, Paris, 1974 ; Rodney Hilton, Trevor Henry Aston (dir.), The English Rising of 1381, Cambridge, 1984 ; Hugues Neveux, Les révoltes paysannes en Europe (XIVe- XVIIe siècle), Paris, 1997 ; Winfried Schulze (dir.), Europäische Bauernrevolten der frühen Neuzeit, Frankfurt am Main, 1982 ; André Leguai, « Les révoltes rurales dans le royaume de France, du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe », Le Moyen Âge, 88, 1982, p. 49-76 ; Roland Mousnier, Fureurs paysannes : les paysans dans les révoltes du XVIIe siècle : France, Russie, Chine, Paris, 1967 ; Michel Mollat, Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970 ; Boris Porchnev, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, 1963.

49 Eric Wolf, Peasant Wars of the Twentieth Century, New York, 1999.

50 Leguai, « Les révoltes… », p. 74.

51 Christopher Dyer, « The social and economic background to the rural revolt of 1381 », dans Hilton, Aston (dir.), The English Rising…, p. 42.

52 Peter Bierbrauer, « Bäuerliche Revolten im Alten Reich. Ein Forschungsbericht », dans Peter Blickle (dir.), Aufruhr und Empörung ?, München, 1980, p. 28.

53 Voir encore récemment dans Walter Prevenier (dir.), Le prince et le peuple. Images de la société du temps des ducs de Bourgogne, 1384-1530, Anvers, 1998.

54 Peter Blickle, « Peasant revolts in the German empire in the late Middle Ages », Social History, 4/2, 1979, p. 223.

55 Peter Hoppenbrouwers, « Rebels with a cause : the peasant movements of northern Holland in the later Middle Ages », dans Wim Blockmans, Antheun Janse (dir.), Showing Status. Representation of Social Positions in the Late Middle Ages, Turnhout, 1999, p. 465.

56 Hoppenbrouwers, « Rebels… », p. 467

57 Perez Zagorin, Rebels and Rulers, 1500-1660, Cambridge, 1982, p. 182.

58 Freedman, Images…, p. 259.

59 Hoppenbrouwers, « Rebels… », p. 447-448.

60 Id., p. 482.

61 Tom Scott, « Peasant revolts in early modern Germany », Historical Journal, 28/2, 1985, p. 457-460.

62 Günther Franz, « Ausserdeutsche Bauernkriege im Ausgehende Mittelalter », dans Tom Scott, Persönlichkeit und Geschichte. Aufsätze und Vorträge, Göttingen, 1977, p. 78-96.

63 Blickle, « Peasant Revolts… », p. 224.

64 Günther Franz, Der Deutsche Bauernkrieg, Darmstadt, 1977, p. 1-30 ; Paul Freedman, « The German and Catalan peasant revolts », American Historical Review, 98, 1993, p. 43.

65 Franz, Der Deutsche Bauernkrieg…, p. 1-3.

66 Peter Burke, Popular Culture in Early Modern Europe, New York, 1978, p. 173-178.

67 Peter Blickle, Deutsche Untertanen. Ein Widerspruch, München, 1981, p. 95

68 Scott, « Peasant revolts… », p. 466.

69 Cité par Tom Scott, « The peasants war : a historiographical review. Part II », The Historical Journal, 22, 4, 1979, p. 954 ; Hans-Christoph Rublack, « Die Stadt Würzburg im Bauernkrieg », Archiv fur Reformationsgeschichte, 67, 1976, p. 76-99.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search