Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

Un mouvement anti-seigneurial ?

Seigneurs et paysans dans la révolte des Tuchins

Vincent Challet

Note de l’auteur

Cet article a été réalisé dans le cadre d’un projet intitulé « Espacio público, opinión y comunicación política a fines de la Edad Media » (HUM 2007-65750) et financé par le ministère espagnol de l’Éducation et des Sciences.

Texte intégral

  • 2 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, Louis-Franço (...)
  • 3 Voir le titre évocateur de l’ouvrage de Marcellin Boudet, La Jacquerie des Tuchins, Paris, 1895.

1« Comme poussés par le démon et agités d’une race forcenée, [les Tuchins] se déclarèrent les ennemis des gens d’église, des nobles et des marchands2. » Ce passage du Religieux de Saint-Denis consacré à la révolte des Tuchins semble avoir fixé de façon pérenne dans l’historiographie l’image du Tuchinat et l’avoir ancré dans la catégorie des révoltes anti-nobiliaires. Souvent rapproché à tort de la Jacquerie d’Île-de-France3, le Tuchinat fut-il pour autant une « commocion des non-nobles contre les nobles » et comporte-t-il une dimension anti-seigneuriale ? Les Tuchins auraient-ils pu reprendre à leur propre compte ce cri de « Haro sur le seigneur » ?

  • 4 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976.

2Il convient de prime abord de distinguer entre deux des composantes essentielles des mouvements paysans de l’époque médiévale, à savoir un sentiment anti-seigneurial bien ancré dans les mentalités paysannes mais dont ni l’acuité, ni l’actualité ne semblent pressantes à la fin du xive siècle et une dimension anti-nobiliaire qui paraît, au contraire, prendre de l’essor. Les années précédant le Tuchinat ne révèlent guère en Languedoc de nette remise en cause d’un ordre seigneurial dont l’emprise, dans un contexte marqué par l’irruption de la guerre de Cent Ans, a pu se relâcher. Sans vouloir gloser sur le thème de la crise ou de la défaillance de la seigneurie4 à la fin du Moyen Âge, il est cependant vraisemblable que l’irruption des grandes compagnies en Languedoc à partir des années 1360 et leur installation durable ont conduit à une certaine désorganisation de la seigneurie et à une crise de l’autorité seigneuriale. Néanmoins, cette dernière n’implique pas nécessairement un accroissement des tensions entre seigneurs et paysans, d’autant plus que le principal problème qui agite alors les milieux ruraux, en Languedoc comme ailleurs, demeure la hausse brutale de la fiscalité royale opérée sous le règne de Charles V. Il n’en reste pas moins que l’incapacité seigneuriale à protéger les paysans des exactions des pillards de tout bord et de tout poil et, en réponse, la multiplication des actes d’autodéfense perpétrés par les communautés villageoises à l’encontre des routiers n’ont pu que contribuer à propager l’idée que l’une des dimensions essentielles du contrat féodal – protection seigneuriale contre redevances paysannes – était, sinon rompue, du moins sérieusement entamée.

Les nobles et le paiement des tailles

  • 5 Arch. départ. Hérault, A 6, fol. 229.

3Cependant, si le cadre de la seigneurie ne fut pas remis en question à la veille du Tuchinat, il n’en fut pas de même du statut nobiliaire et de ce qui constituait, aux yeux des populations, son corollaire, l’exemption du paiement des tailles et autres subsides royaux. La hausse de la fiscalité royale et des dépenses communales liées à la guerre entraîne à partir des années 1350 une multiplication des contentieux entre communautés et individus qui se prévalent de leur statut nobiliaire pour refuser d’acquitter leur quote-part des impositions. En 1377, Louis d’Anjou, lieutenant du roi en Languedoc, délivra en faveur de Guillaume de Saint-Just et de Bertrand de Bagnols, coseigneurs de Saint-Michel-d’Euzet, des lettres les exemptant des tailles et autres subsides royaux qu’ils auraient dû payer pour les biens d’ancienne contribution acquis sur le territoire de Saint-Michel, et ceci en raison des services rendus dans les armées du roi5 ; faut-il ajouter que cette localité fournit ultérieurement un petit contingent de Tuchins ?

  • 6 Selon la chronique de Thomas Walsingham, John Ball aurait ainsi commencé son sermon : « Whan Adam d (...)
  • 7 Arch. munic. Lunel, II 5/2 : Si pater est Adam et cunctis sit mater Eva, cur non sumus nobilitate p (...)
  • 8 Il fut nommé visiteur général des gabelles du sel sans doute en 1380 ; Arch. nat., X 1 A 1471, fol. (...)
  • 9 Voir ses lettres d’anoblissement ; Arch. nat., JJ 110, no°138, fol. 85 v°.
  • 10 En mars 1377, il fit pour la première fois hommage au roi pour le château d’Aiguèze ; Arch. nat., P (...)

4Autre exemple, en contexte urbain, l’appel au Parlement formulé vers 1380 par les syndics de Lunel à l’encontre de Louis et Guiraude Marquis qui se prétendaient exempts de tailles en raison de l’origine noble de Guiraude. Le mémoire rédigé par les syndics pour soutenir leur appel permet de mieux cerner la perception par les populations locales du statut nobiliaire et d’en envisager une certaine remise en cause : à côté d’arguments classiques (une femme noble épousant un roturier est réputée roturière ; l’exemption de tailles ne se justifie que pour des nobles qui servent dans les armées du roi ; les nobles contribuent aux impositions dans les villes les plus notables du Languedoc) et du rappel des lettres données par Charles V en 1371 qui ordonnaient que tous, nobles et non-nobles, paieraient leur quote-part des subsides établis pour la défense du pays, les syndics de Lunel font en effet état de revendications nouvelles. Ils avancent qu’en temps de guerre les roturiers assurent tout autant que les nobles la protection des forteresses et participent comme eux à la défense du pays et posent une question qui résonne comme un écho du fameux sermon de John Ball aux révoltés anglais prononcé en 1381 à Blackheath6 : si Adam est notre père et Ève notre mère, pourquoi ne sommes-nous pas tous égaux en noblesse7 ? Il est vrai que la participation active des roturiers à la défense du pays, tant en milieu urbain par le biais du service de guet ou des milices communales qu’en milieu rural par la lutte contre les compagnies de routiers, a dû conduire les populations à remettre en cause des privilèges liés, dans leur esprit, au monopole quasi exclusif de l’usage des armes. Toutefois, si un sentiment anti-nobiliaire se fait jour en Languedoc, il paraît se focaliser sur quelques parvenus que des lettres royales ont élevé au statut de nobles : Pons Biordon, originaire de Pont-Saint-Esprit, enrichi grâce à la perception de la gabelle du sel8, anobli par le roi en février 13779 et devenu seigneur d’Aiguèze la même année10, en constitue l’un des archétypes et l’une des cibles privilégiées des Tuchins qui s’emparèrent de son château d’Aiguèze.

Les modalités du tuchinat

Un mouvement d’autodéfense : la solidarité des seigneurs vis-à-vis de leurs dépendants

  • 11 La bataille de Rabastens livrée le 22 juillet 1381 se solda par une éclatante victoire des troupes (...)
  • 12 Au nombre des capitaines retenus aux gages du duc de Berry, citons Perroton de Termes, Bertrand Boy (...)
  • 13 Alphonse Blanc, Le Livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du xive siècle, Paris, 18 (...)
  • 14 RSD, t. I, p. 308. Pierre de Bré apparaît dans cette chronique sous le nom de Pierre de Bruyères. S (...)
  • 15 Sur ce personnage, voir V. Challet, « Vol de mitre à Albi au xive siècle », Revue du Tarn, 3e série (...)
  • 16 Arch. nat., JJ 131, no°226, fol. 146 ; publiée dans Claude Devic, Joseph Vaissète, Histoire Général (...)
  • 17 Arch. nat., JJ 124, no°229 ; publiée dans hgl, t. X, preuves, col. 1688.
  • 18 Voir par exemple la lettre de rémission accordée à Jaquin de Chenevières, élu capitaine par les hab (...)
  • 19 Outre Pierre de Bré, ce fut aussi le sort de Bérenger de Montpezat ; Arch. nat., JJ 126, no°117, fo (...)

5Les modalités du Tuchinat ne démentent pas l’assertion selon laquelle les tensions entre seigneurs et dépendants furent reléguées au second plan par le problème de la lutte contre les compagnies. Déclenchée en 1381, la rébellion est avant tout une contestation d’ordre politique, les Languedociens s’opposant à la nomination du duc de Berry comme lieutenant du roi, et un mouvement d’autodéfense dirigé contre les exactions des routiers, dont beaucoup ont été engagés comme mercenaires par ce même duc. Sans même prendre en compte les compagnies licenciées par le duc peu avant le combat de Rabastens et écrasées par l’armée du comte de Foix11, les troupes de Jean de Berry comptaient en leur sein de nombreux mercenaires bretons et génois, particulièrement redoutés par les populations12. Il n’est donc guère surprenant de constater que le Tuchinat prit d’abord la forme de bandes de paysans engagées dans la lutte contre les routiers et ayant souvent placé à leur tête celui qui leur apparaissait naturellement comme le mieux à même de diriger une lutte armée, leur seigneur ou un autre noble du voisinage. La première attestation du terme de Tuchins dans les sources languedociennes en novembre 1381 est très exactement contemporaine des ravages opérés par les mercenaires bretons du duc de Berry et apparaît dans les comptes consulaires de Narbonne. À cette date, les Narbonnais, en lutte contre leur vicomte Aimery VII, font appel à des « homes d’armas que s’apelavan Tochis13 » placés sous le commandement d’un chevalier du nom de Pierre de Bré. Ce personnage, qualifié d’imperator par le Religieux de Saint-Denis14, seigneur d’Aigues-Vives et de Capendu par sa femme, appartenait à la famille Aubert, celle du pape Innocent VI, et devait finir décapité pour crime de lèse-majesté15. De nombreux nobles furent sollicités par leurs dépendants en raison de leur compétence militaire : Jean de Ferrières vit venir à lui plusieurs Tuchins suffisamment au courant de ses faits d’armes dans les armées du roi pour lui demander de se placer à leur tête ; ils l’élirent pour capitaine et lui prêtèrent serment, ce qui est caractéristique de cette rébellion16. Certes, dans les lettres de rémission qu’ils prirent soin de se faire délivrer après l’écrasement du Tuchinat, ceux des seigneurs qui avaient pris le parti des rebelles ne manquèrent jamais de souligner qu’ils n’avaient agi que sous la contrainte et qu’ils s’étaient par la suite ralliés aux troupes royales : Honoré Firmin, écuyer de Vézenobres, se justifie en avançant qu’il n’avait pu se dérober aux sollicitations des Tuchins de peur qu’ils ne mettent à mort sa mère, sa femme, ses enfants et lui-même17. Outre qu’il s’agit là d’un argument on ne peut plus classique et déjà utilisé dans le cadre de la Jacquerie18, cette dénégation des nobles masque mal la réalité des solidarités verticales unissant au sein d’une même communauté seigneurs et dépendants et occulte dans le même temps le caractère originel du Tuchinat. Mouvement d’autodéfense emportant l’adhésion d’une partie de la noblesse, le Tuchinat ne devient une rébellion qu’à partir du moment où il est défini comme tel par le pouvoir royal, ce qui entraîne le revirement des nobles qui y avaient participé. Certains, d’ailleurs, ne se détournèrent pas du Tuchinat et, faits prisonniers, furent décapités pour crime de lèsemajesté19.

Des violences contre les nobles ?

  • 20 Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 1752, t. I (...)
  • 21 Arch. nat., X 1 A 39, no 3, fol. 268 v °.

6Cette absence d’opposition frontale entre pouvoir seigneurial et Tuchins ne se lit pas seulement dans l’implication de certains nobles mais également dans les modalités de la révolte. À la différence de la Jacquerie, le Tuchinat ne se caractérise pas par la destruction systématique de châteaux, même si, ici ou là, des pillages et incendies de manoirs seigneuriaux sont bien attestés. Certes, Bertrand de Sauve, damoiseau, seigneur de Rouvière et d’Arpaillargues, vit sa demeure être incendiée par les Tuchins20, mais il s’était signalé par sa férocité, allant jusqu’à torturer l’un de ses sujets ralliés aux rebelles en lui versant de l’huile bouillante sur les pieds et les jambes avant de le laisser mourir de ses blessures au fond d’un puits. L’incendie de son manoir pourrait donc n’être qu’un signe de représailles et la conséquence de violences exercées par les nobles. Un autre exemple va d’ailleurs dans ce sens. Aux portes de Saint-Laurent-des-Arbres, des hommes de la compagnie de Verchière furent pris en chasse par les troupes de Gantonnet d’Apzac, lieutenant du vicomte de Turenne : l’un des Tuchins fut tué et plusieurs blessés. Une fois dans la place, les Tuchins, considérant que les nobles du pays étaient responsables de la mort de leur compagnon, décidèrent de détruire la maison de Jean Cabassole en l’incendiant et en récupérant les pierres pour établir de nouvelles fortifications21. Néanmoins, et malgré la prise et l’occupation par les Tuchins de nombreux châteaux tels ceux de Sabran, d’Aiguèze ou de Gicon, il n’y eut jamais de destruction systématique des demeures nobiliaires.

  • 22 Mémoire des consuls de Nîmes contre les nobles, publié par L. Ménard, Histoire… de Nismes, t. III, (...)
  • 23 Voir le procès mu par Pons Biordon contre la communauté de Bagnols-sur-Cèze (Arch. munic. Bagnols-s (...)
  • 24 HGL, t. IX, p. 912. Il fut nommé avant le 24 juin 1382.
  • 25 Voir son témoignage, Pons Biordon, p. 359.
  • 26 Il aurait dit : « Domine vobis fuit dictum quod ergo procuro dampnum vestrum, quod pro certo non fa (...)

7Ce qui est vrai des biens l’est aussi des personnes : à l’exception de la chronique du Religieux de Saint-Denis, aucune source ne confirme l’idée de violences exercées sur la personne des nobles, ni même le topos du viol des femmes nobles si abondamment utilisé à propos de la Jacquerie par Jean le Bel et Froissart. Les épouses de plusieurs seigneurs préfèrent certes se retirer à Nîmes pendant les troubles22 et plusieurs nobles, dont Pierre de Carsan, Guillaume d’Aigaliers et Alzias de Sabran se réfugient avec femme et enfants à Bagnols-sur-Cèze23. De même, Guillaume de Saint-Just, seigneur de Saint-Alexandre et bailli du Vivarais, commis par le duc de Berry à l’instruction des crimes perpétrés par les Tuchins24, peut bien se sentir menacé dans sa maison fortifiée de Saint-Alexandre. Il n’en demeure pas moins que l’on ne relève aucun viol de femme noble, aucun meurtre seigneurial et que Guillaume de Saint-Just peut vivre dans un village où les Tuchins sont présents sans être pris à partie. Mieux encore, l’un de ses dépendants, Tuchin par ailleurs, vient l’avertir que les rebelles ont l’intention d’attaquer son hôtel, menace restée lettre morte25. Mais l’épisode le plus révélateur réside dans la confrontation physique entre les Tuchins et le vicomte de Turenne : en effet, alors que Guillaume de Beaufort est présent dans Bagnols-sur-Cèze, les rebelles organisent une démonstration de force en défilant au son du tambour et des trompettes, toutes bannières déployées, dans la grande rue de la ville et contraignent le vicomte à venir à leur rencontre. Or, plusieurs témoins rapportent que l’entrevue qui se déroula entre les capitaines tuchins et Guillaume de Beaufort fut empreinte d’une certaine cordialité : le vicomte aurait demandé à l’un d’entre eux – en l’occurrence Verchière qui avait été un officier de son père – comment il allait et les aurait invités à boire du vin dans sa demeure. Verchière se serait en outre adressé à Guillaume de Beaufort en lui donnant du dominus pour l’assurer que, contrairement aux rumeurs, il n’avait jamais commis le moindre dégât sur les terres ou biens du vicomte26. Si la fausse cordialité dont fit preuve Guillaume de Beaufort peut paraître suspecte et si nous ne sommes pas obligés de croire aveuglément à ce témoignage, le fait qu’il émane d’un notaire de la ville, peu favorable aux rebelles, incite à lui accorder quelque crédit, d’autant plus que les Tuchins se trouvaient alors en position de force et auraient pu massacrer ou retenir prisonnier le vicomte qui n’était accompagné que d’une petite escorte. Or, confrontés à celui qui, en raison de l’étendue de ses droits et possessions, était le principal seigneur de la région, ils négligèrent de s’en prendre à sa personne : quelle meilleure preuve que le mouvement n’était pas, à l’origine, anti-seigneurial ?

Le contrôle des archives seigneuriales : enjeu réel ou moyen de pression ?

  • 27 Voir notamment Steven Justice, Writing and Rebellion. England in 1381, University of California Pre (...)
  • 28 Le chartrier d’Uzès conserve de nombreuses pièces relatives aux droits féodaux antérieures à la rév (...)
  • 29 Pons Biordon, p. 382.
  • 30 Ce que Steven Justice qualifie d’insurgent literacy ; voir S. Justice, Writing and Rebellion…, p. 3 (...)
  • 31 Pons Biordon, p. 212

8Si demeures et personnes nobles ne constituent pas des cibles privilégiées, le sort réservé aux chartriers seigneuriaux, victimes désignées de bien des révoltes paysannes, est un autre indice des orientations du mouvement. À la différence des paysans anglais qui, en 1381, livrèrent aux flammes registres seigneuriaux, rôles d’imposition et coutumiers, bref, toute documentation écrite sur laquelle reposait le système manorial27, les Tuchins ne se montrèrent pas soucieux d’éradiquer la mémoire seigneuriale. Ils se trouvèrent pourtant à plusieurs reprises en possession de tels registres et leur préservation, dont témoignent encore aujourd’hui les deux chartriers d’Alès et de Castries28, ne doit rien à l’ignorance ou à l’illettrisme des Tuchins. Après la prise de son château d’Aiguèze, Pons Biordon entre en relation avec les rebelles et leur fait délivrer vin, viande et autres victuailles afin d’obtenir la restitution des archives qui s’y trouvaient. Les Tuchins acceptent alors de rétrocéder l’ensemble des « instruments » qui se trouvaient en leur possession, à l’exception toutefois de ceux qui concernaient les communautés29 et qui sont très certainement des documents touchant la perception de la gabelle du sel. Que les rebelles soient capables par eux-mêmes de faire la différence entre ces deux types de documents et qu’ils fassent ici la démonstration d’une certaine familiarité avec la documentation écrite30 ou qu’ils aient bénéficié de conseils en la matière importe peu. En tout état de cause, les Tuchins étaient capables d’identifier les archives seigneuriales et choisirent délibérément de ne pas les détruire, décision qui serait incompréhensible si leur objectif premier avait été l’allègement de charges ou de redevances. Le même processus se mit en place en novembre 1382 à l’occasion de la prise par les Tuchins du château de Cornillon qui appartenait au vicomte de Valernes, demi-frère de Guillaume de Beaufort. Outre plusieurs prisonniers, les rebelles s’emparèrent de munimenta et instrumenta qui remontaient à l’époque de Guillaume Ier comte de Beaufort, c’est-à-dire au moment où les Beaufort mirent la main sur le comté d’Alès31. L’importance de ces archives contemporaines de la prise de possession de leurs terres méridionales par les Beaufort incita alors le vicomte de Turenne, pourtant capitaine général de la sénéchaussée de Beaucaire, à traiter avec les séditieux. Après bien des tractations, il obtint non pas la restitution de ces documents mais l’assurance que les Tuchins les conserveraient en lieu sûr et ne les détruiraient pas. À Cornillon comme à Aiguèze, chartriers seigneuriaux et titres de possession ne sont pas livrés aux flammes mais utilisés comme moyens de pression et de négociation, signe que leur valeur est moindre aux yeux des rebelles qu’à ceux de leurs détenteurs légitimes.

Les revendications : paix, sécurité et gabelle du sel

  • 32 Pons Biordon, p. 47.
  • 33 RSD, t. I, p. 307.

9Même sur le plan des revendications, la question seigneuriale ne fait pas figure de priorité. Grâce à des témoignages sur les négociations ouvertes en septembre 1382 entre le conseil du duc de Berry présidé par Simon Cramaud, évêque d’Agen, et les capitaines tuchins, nous sommes en mesure de discerner les principales doléances émises par les rebelles, en un moment où la conjoncture leur est plutôt favorable. Au cours des entrevues qui eurent lieu au couvent des Frères Mineurs de Bagnols-sur-Cèze avec les émissaires du conseil ducal, les Tuchins formulèrent trois exigences : l’octroi de lettres d’abolition pour tous les crimes commis, l’interdiction à tous les nobles et à toute juridiction seigneuriale de poursuivre les Tuchins et, enfin, la suppression de la gabelle du sel. Autrement dit, en un moment où la rébellion se trouve en position de force du fait de l’absence du duc de Berry, de la mobilisation des troupes royales en Flandre et du soutien des communautés languedociennes, les revendications ne portent que sur des exigences sécuritaires et sur l’abolition d’une taxe royale qui cristallise les mécontentements. L’impopularité de la gabelle du sel, d’introduction récente, révoquée par Charles VI en novembre 1380, puis rétablie en octobre 1381, explique aussi bien le fait que Pons Biordon ait été pris pour cible par les révoltés que l’occupation de Pont-Saint-Esprit où les Tuchins s’emparèrent du grenier à sel, brisèrent les mesures à sel et firent délivrer le sel sans gabelle. Les rebelles ne prétendaient d’ailleurs que faire appliquer les lettres de révocation délivrées par Charles VI et estimaient que le roi ne voulait pas que l’on lève la gabelle du sel, ni aucune autre imposition32. Outre la lutte contre les compagnies, la cible prioritaire des Tuchins demeure donc cette gabelle et, au-delà, la lutte contre une fiscalité royale jugée abusive, ce que confirme le Religieux de Saint-Denis en attribuant la cause de la rébellion à la volonté de « ne plus courber la tête sous le poids des subsides, mais à maintenir leurs anciennes franchises et à essayer de secouer par la force ce joug accablant33 ».

Des tendances anti-nobiliaires

La responsabilité des nobles

10Mais, si elle ne constitue en aucun cas un facteur déclenchant, la dimension anti-nobiliaire n’en doit pas pour autant être totalement négligée, ne serait-ce que parce ce que la prise d’armes opérée alors par les communautés rurales constituait un geste de défi intrinsèque à l’autorité seigneuriale.

  • 34 Mémoire des consuls de Nismes contre la noblesse de cette ville à l’occasion des troubles des Tuchi (...)
  • 35 Ils se trouvaient aux côtés du sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, lors de la prise de la to (...)

11La révolte des Tuchins pose en effet en filigrane le problème de l’appropriation de la force armée et de la prétention seigneuriale à assumer le monopole d’une violence perçue comme de moins en moins légitime. Là où les seigneurs ont privilégié le lien social les unissant à leurs dépendants et ont assumé leur fonction de protection à l’encontre des routiers, cette tension est restée latente ; là, au contraire, où les seigneurs se sont joints aux mercenaires du duc de Berry ou ont participé activement à la répression, l’affrontement entre nobles et paysans prit une nouvelle dimension. Le mémoire rédigé en mai 1384 par les consuls de Nîmes à l’encontre des nobles de la région attribue nommément à ces derniers la responsabilité de la révolte. Ce sont les nobles, écrivent les consuls, qui, contraints de contribuer aux subsides levés pour l’évacuation des compagnies et la défense du pays, auraient conçu dès lors une telle haine envers les communautés qu’ils se seraient fait complices des routiers venus ravager la province. À cette occasion, ils auraient prédit aux vilains et rustiques qu’ils feraient en sorte de les ruiner par la guerre et d’attirer routiers et gens de compagnie sur leurs terres34. Ce mémoire accuse notamment Astorg, bâtard du Cailar, et le Tuffard du Cailar qui participèrent activement à la lutte contre les Tuchins35 et revient longuement sur la complicité entre nobles et mercenaires au service du duc de Berry, décrivant par le menu les destructions et pillages opérés aux environs de Nîmes ainsi que les mises à rançon, meurtres et tortures diverses infligées aux Nîmois comme aux habitants du plat pays. Ce mémoire ayant pour principal objectif d’exonérer Nîmes de toute responsabilité dans le Tuchinat et donc de la décharger de sa part de l’amende infligée par le roi au Languedoc, les consuls vont jusqu’à prétendre que les nobles ont incité les Tuchins à prendre les armes, les ont soutenus, favorisés et conseillés, accusation que l’on ne saurait retenir sans précaution et que le pouvoir royal ne prit aucunement en compte. Mais cet argument, pour irrecevable qu’il ait été considéré, devait, pour être avancé, demeurer de l’ordre du vraisemblable et atteste que, aux yeux des consuls de Nîmes, le Tuchinat ne possédait pas un caractère anti-nobiliaire très marqué. Ce mémoire considère enfin que les tensions qui se firent jour en Languedoc dès la lieutenance du duc d’Anjou résultent en premier lieu d’une hausse de la fiscalité royale et d’un refus de la part des nobles de prendre part au paiement des subsides.

Une féroce répression

  • 36 Pons Biordon, p. 181, 216 et 229.
  • 37 Ibid., p. 237 et 270.
  • 38 Ibid., p. 189.

12Il n’empêche. En participant à la lutte armée contre le Tuchinat et en menant une répression féroce, les nobles ne firent qu’exacerber certaines tendances déjà présentes au sein de la rébellion. En décembre 1382, Guillaume de Beaufort envoya son lieutenant, Gantonnet d’Apzac, à Bagnols-sur-Cèze afin qu’il y soit reçu en son nom comme capitaine. Toutefois, avant de se présenter devant la ville, il prit soin de s’emparer du lieu et de l’église de Saint-Gervais dont il incendia plusieurs maisons ; ses hommes arrachèrent les oreilles d’un forgeron soupçonné de recel de blé pour le compte des Tuchins et tuèrent deux villageois dont les corps furent jetés dans la Cèze36. Enfin, devant le refus des procureurs de Bagnols de le laisser pénétrer dans leurs murs, il leur envoya des lettres de défi ad ignem et sanguinem et affirma son intention de ravager le territoire de la ville de telle manière que ses habitants en seraient réduits à manger des rats37. Un tel comportement qui ne pouvait qu’attiser la haine réciproque que se portaient nobles et Tuchins, contribua à prolonger la rébellion. Lors de négociations entre les émissaires du conseil ducal et les capitaines tuchins, ces derniers déclarèrent qu’ils ne s’étaient emparés du château d’Aiguèze que parce qu’ils étaient persécutés par le châtelain de Sommières et les autres nobles de la région et qu’ils ne pouvaient demeurer en sécurité dans leurs propres maisons ; mais que, si leur sécurité était garantie, ils abandonneraient bien volontiers ce château et s’en retourneraient vivre chez eux en toute tranquillité38.

Le Tuchinat : un modèle égalitaire

  • 39 Ipse et socii sui mundarent et auferrent malas erbas que erant inter bonas ; Pons Biordon, p. 358.

13Toutefois, l’organisation du Tuchinat portait en elle les germes d’une contestation de l’autorité seigneuriale : groupés en bandes autonomes d’une vingtaine de membres et liés entre eux par un serment prêté à leur capitaine, disposant de leurs propres bannières et respectant un strict partage du butin, les Tuchins mirent en place un modèle égalitaire qui heurtait de front les fondements mêmes de la seigneurie. La prise et l’occupation de châteaux seigneuriaux, les succès partiels rencontrés dans la lutte contre les compagnies ne pouvaient que les encourager à secouer une tutelle seigneuriale qui n’offrait plus sa protection en contrepartie des prélèvements qu’elle opérait et la répression orchestrée par les nobles entraîna en retour une radicalisation du mouvement. Ce phénomène s’explique d’autant mieux que les premières trêves avaient rendu possible la désertion d’une partie des rebelles et leur réinsertion au sein de leurs villages d’origine. Ne restait plus dès lors qu’un noyau dur de Tuchins qui refusèrent tout compromis et, plutôt que de se soumettre à une autorité royale ou seigneuriale, se convertirent en mercenaires et firent carrière en Rouergue ou en Provence. Il conviendrait enfin de tenter d’évaluer dans quelle mesure le Tuchinat a pu être pénétré de tendances millénaristes ou de prophéties pseudo-joachimites. Si une influence directe du Liber Ostensor de Jean de Roquetaillade semble peu vraisemblable, certains franciscains ont pu relayer et populariser quelques-unes de ses prédictions. Jean de Ferran, franciscain du couvent de Bagnols-sur-Cèze qui jeta son froc aux orties pour se faire Tuchin, aurait pu être l’un de ces relais. On s’expliquerait alors mieux pourquoi l’un des Tuchins, s’adressant à un moine clunisien, lui aurait dit que lui et ses compagnons allaient nettoyer le monde et arracher les mauvaises herbes39.

***

14Au final, les modalités du Tuchinat ne semblent pas en faire une révolte anti-seigneuriale et sa dimension anti-nobiliaire demeure subsidiaire, n’étant qu’une conséquence de l’attitude des nobles face à la prise d’armes de leurs dépendants. Le Tuchinat apparaît d’abord comme une réaction spontanée face à la situation chaotique que connaît le Languedoc et à l’incapacité du pouvoir tant royal que seigneurial d’assurer la deffensio patrie. Mouvement d’opposition à la hausse de la fiscalité royale, il se présente ainsi comme une crise de croissance de l’État moderne. La rébellion est donc essentiellement de nature politique et témoigne de la volonté des communautés paysannes de voir leurs desiderata être pris en compte au niveau du gouvernement du royaume. Néanmoins, la multiplication des subsides royaux et le refus global des seigneurs de contribuer à leur paiement entraînèrent dès les années 1350 des tensions croissantes entre nobles et « plébéiens » et une certaine rupture du lien social qui unissait seigneurs et dépendants. C’est donc aussi sur ce terrain qu’a pu se développer le Tuchinat qui, par le biais de la prise en charge par les communautés de leur propre défense, représente un défi à l’autorité seigneuriale. De ce point de vue, en s’appropriant un rôle politique et militaire qui ne leur était pas dévolu, les Tuchins sont rejetés dans le camp de la rébellion par des autorités qui peuvent voir en eux un modèle concurrent. Mais en mettant au grand jour les faiblesses et les défaillances du monde seigneurial, le Tuchinat participe incontestablement d’une certaine crise de la seigneurie.

Notes

2 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, Louis-François Bellaguet (éd.), Paris, Société de l’Histoire de France, 1842, t. I, p. 308 (désormais RSD).

3 Voir le titre évocateur de l’ouvrage de Marcellin Boudet, La Jacquerie des Tuchins, Paris, 1895.

4 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976.

5 Arch. départ. Hérault, A 6, fol. 229.

6 Selon la chronique de Thomas Walsingham, John Ball aurait ainsi commencé son sermon : « Whan Adam dalf, and Eve span/ Wo was thanne a gentilman ? » Cité par R. B. Dobson, The Peasants’Revolt of 1381, Londres, Macmillan, 1970, p. 374.

7 Arch. munic. Lunel, II 5/2 : Si pater est Adam et cunctis sit mater Eva, cur non sumus nobilitate pares ? Ce mémoire n’est pas daté ; il évoque cependant le duc d’Anjou « de bonne mémoire », signe qu’il fut rédigé après septembre 1384, date de la mort du duc à Bari, mais ne mentionne pas la lieutenance du duc de Berry, ce qui paraît indiquer qu’il fut rédigé peu de temps après 1384.

8 Il fut nommé visiteur général des gabelles du sel sans doute en 1380 ; Arch. nat., X 1 A 1471, fol. 507 v°.

9 Voir ses lettres d’anoblissement ; Arch. nat., JJ 110, no°138, fol. 85 v°.

10 En mars 1377, il fit pour la première fois hommage au roi pour le château d’Aiguèze ; Arch. nat., P 554/1, pièce 2.

11 La bataille de Rabastens livrée le 22 juillet 1381 se solda par une éclatante victoire des troupes du comte de Foix. Le bâtard de Landorre y fut tué et de nombreux capitaines, au premier rang desquels figuraient le Nègre de Valence et Benoît Chapparel qui avait longtemps servi sous les ordres du duc d’Anjou, furent faits prisonniers. Voir Edmond Cabié, Événements relatifs à l’Albigeois pendant la querelle du comte de Foix et du duc de Berry de 1380 à 1382, Albi, 1879, p. 19-25.

12 Au nombre des capitaines retenus aux gages du duc de Berry, citons Perroton de Termes, Bertrand Boytard, écuyer de Bretagne, Perrichon de la Nozière et les Génois Conrad et Louis Grimaldi et Castain Doria, attestés dans les comptes de Barthélémy des Noces, trésorier des guerres de Jean de Berry (BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247-248). Sur les carrières de Castain Doria, Conrad et Louis Grimaldi, voir Philippe Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Étude sur les armées des rois de France (1337-1494), Paris-La Haye, 1972, Annexes, p. 557-558 ; sur celle de Benoît Chapparel, écuyer d’origine lombarde ou florentine, voir Ibid., p. 152-156.

13 Alphonse Blanc, Le Livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du xive siècle, Paris, 1899, t. II, pièce justificative CXIII, p. 949.

14 RSD, t. I, p. 308. Pierre de Bré apparaît dans cette chronique sous le nom de Pierre de Bruyères. Sur l’argumentation qui m’a permis d’identifier Pierre de Bré et Pierre de Bruyères, voir Vincent Challet, Mundare et auferre malas erbas : la révolte des Tuchins en Languedoc (1381-1384), thèse de doctorat, Université Paris-I, dactyl., 2002, vol. 1, p. 212-216.

15 Sur ce personnage, voir V. Challet, « Vol de mitre à Albi au xive siècle », Revue du Tarn, 3e série, no°164 (hiver 1997), p. 585-591 ; sur la généalogie de la famille Aubert, voir Bernard Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376) : étude d’une société, Paris, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fascicule 201, 1962, p. 161.

16 Arch. nat., JJ 131, no°226, fol. 146 ; publiée dans Claude Devic, Joseph Vaissète, Histoire Générale de Languedoc avec des notes et les pièces justificatives, Toulouse, 1885-1887, t. X, preuves, col. 1735 [désormais HGL]. Son statut nobiliaire peut être déduit du fait qu’il combattit ultérieurement cum nobilibus patrie.

17 Arch. nat., JJ 124, no°229 ; publiée dans hgl, t. X, preuves, col. 1688.

18 Voir par exemple la lettre de rémission accordée à Jaquin de Chenevières, élu capitaine par les habitants de la châtellenie de Montmorency et contraint d’accepter cette fonction « ou autrement il l’eussent mis à mort » ; Arch. nat., JJ 86, no°207, publiée par Siméon Luce, Histoire de la Jacquerie, Paris, 1895.

19 Outre Pierre de Bré, ce fut aussi le sort de Bérenger de Montpezat ; Arch. nat., JJ 126, no°117, fol. 73.

20 Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 1752, t. III, preuves, p. 89, col. 2.

21 Arch. nat., X 1 A 39, no 3, fol. 268 v °.

22 Mémoire des consuls de Nîmes contre les nobles, publié par L. Ménard, Histoire… de Nismes, t. III, preuves, p. 62.

23 Voir le procès mu par Pons Biordon contre la communauté de Bagnols-sur-Cèze (Arch. munic. Bagnols-sur-Cèze, FF 11 et FF 11 bis, désormais abrégé Pons Biordon). Ce procès a fait l’objet d’une édition dans le cadre de ma thèse : V. Challet, Mundare et auferre…, Annexes, vol. I, p. 175 et 254. Mais Pierre de Carsan avait été fermier de l’aide de six deniers par livre accordée à Charles V en 1380 et l’opinion publique le soupçonnait d’enrichissement illicite.

24 HGL, t. IX, p. 912. Il fut nommé avant le 24 juin 1382.

25 Voir son témoignage, Pons Biordon, p. 359.

26 Il aurait dit : « Domine vobis fuit dictum quod ergo procuro dampnum vestrum, quod pro certo non facio, quare non credatis » ; Pons Biordon, p. 102.

27 Voir notamment Steven Justice, Writing and Rebellion. England in 1381, University of California Press, 1994.

28 Le chartrier d’Uzès conserve de nombreuses pièces relatives aux droits féodaux antérieures à la révolte des Tuchins, y compris pour des villages ayant pris leur parti comme Arpaillargues ou Saint-Quentin-la-Poterie. Le chartrier de Castries regroupe tous les documents concernant le comté d’Alès et on y trouve encore des registres de reconnaissances en faveur du comte d’Alès datant de 1360 (Arch. nat., 306 AP 361).

29 Pons Biordon, p. 382.

30 Ce que Steven Justice qualifie d’insurgent literacy ; voir S. Justice, Writing and Rebellion…, p. 34-35.

31 Pons Biordon, p. 212

32 Pons Biordon, p. 47.

33 RSD, t. I, p. 307.

34 Mémoire des consuls de Nismes contre la noblesse de cette ville à l’occasion des troubles des Tuchins, publié par L. Ménard, Histoire de… Nismes, t. III, preuves, p. 59-77.

35 Ils se trouvaient aux côtés du sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, lors de la prise de la tour de Boquet en juin 1383 ; Le Petit Thalamus de Montpellier, Montpellier, Société Archéologique de Montpellier, 1840, p. 407.

36 Pons Biordon, p. 181, 216 et 229.

37 Ibid., p. 237 et 270.

38 Ibid., p. 189.

39 Ipse et socii sui mundarent et auferrent malas erbas que erant inter bonas ; Pons Biordon, p. 358.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search