Version classiqueVersion mobile

Les luttes anti-seigneuriales

 | 
Ghislain Brunel
, 
Serge Brunet

Introduction

Ghislain Brunel et Serge Brunet

Texte intégral

  • 1 Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux temps modernes, Actes des IVe (...)
  • 2 Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXVIIe Journées internationales d (...)

1Les Journées de Flaran ont imposé leur marque en prenant à bras-le-corps des questions centrales de l’histoire des paysanneries européennes, explorées sur la longue durée. Choisie parmi les premiers thèmes d’étude, même si elle ouvrait « un champ démesuré », la question des communautés rurales occupa les meilleurs spécialistes en 19821. Lui fit écho, tout récemment, un riche bilan sur les élites qui fera date2. Ces 29e Journées poursuivent dans la même veine, en remettant le couple mythique seigneur/paysan au centre des débats. Il ne faut pas se le cacher, c’est un vrai défi ! De la Jacquerie à la guerre des Paysans, des Tuchins à la révolte des Bonnets rouges, les mouvements de contestation n’ont-ils pas été scrutés à la loupe ? Les archives remuées en tous sens ? Les interprétations multipliées ?

  • 3 Hugues Neveux, Les révoltes paysannes en Europe (xive-xviie siècle), Paris, Albin Michel, 1997.
  • 4 Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans l (...)

2Il n’en reste pas moins que les bilans font encore défaut et que les confrontations des interprétations s’avèrent toujours nécessaires. Voilà dix ans déjà que le regretté Hugues Neveux livrait sa réflexion personnelle sur les révoltes paysannes en Europe du xive au xviie siècle3 ; plus axée sur la période moderne que sur le Moyen Âge, sa démarche était méthodologique avant tout et elle a rencontré très peu d’audience. En France, ce sont les travaux pionniers d’Yves-Marie Bercé sur l’époque moderne qui font référence, et nous lui sommes vraiment reconnaissants d’avoir bien voulu tirer les leçons de ces Journées4. Notre Association aura donc eu le mérite, voire l’audace, de nous réunir autour d’un sujet captivant, au cœur de l’histoire des sociétés, celui des luttes et des contestations anti-seigneuriales.

  • 5 Robert Jacob, « Le meurtre du seigneur dans la société féodale. La mémoire, le rite, la fonction » (...)

3En la matière, point n’est besoin de mettre en exergue la version la plus extrême de la lutte, à savoir l’élimination physique du maître. Le meurtre du seigneur a beau relever de la « pathologie ordinaire » des seigneuries des xie-xiiie siècles, comme l’affirmait Robert Jacob, les clercs qui le rapportaient en faisaient plus un geste sacrificiel, manifestant la puissance de Dieu et de ses saints, et permettant la rénovation de l’ordre seigneurial, qu’une tentative réfléchie de transformer l’ordre établi5. C’est dans la même optique qu’Hélène Couderc-Barraud étudie ici les violences dirigées par les communautés pyrénéennes contre leurs maîtres. Dans la vallée de Barèges en Bigorre, les pedites du xiie siècle agressent leurs comtes plutôt pour manifester leur puissance et faire reconnaître leurs droits que pour les renverser. Cette population qui a le droit de porter les armes et de venger les meurtres qui l’atteignent fait respecter ses droits de justice coûte que coûte. Il faut ainsi reconnaître que les violences et les mouvements de contestation s’articulent de manière entêtée avec la structure seigneuriale ; ils en reflètent les insuffisances et les dérapages, ils en tempèrent les excès et les humiliations. Rappelons les mots fameux de Marc Bloch :

  • 6 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, rééd., Paris, Armand Co (...)

« Un système social ne se caractérise pas seulement par sa structure interne, mais aussi par les réactions qu’il provoque ; un système fondé sur le commandement peut, à certains moments, comporter des devoirs réciproques d’aide, sincèrement accomplis, à d’autres, des deux parts, de brutaux accès d’hostilité. Aux yeux de l’historien, qui n’a qu’à noter et à expliquer les liaisons des phénomènes, la révolte agraire apparaît aussi inséparable du régime seigneurial que, par exemple, de la grande entreprise capitaliste, la grève6. »

  • 7 Ghislain Brunel, « Les hommes de corps du chapitre cathédral de Laon (1200-1460) : continuité et c (...)

4Enlevant aux révoltes leur caractère exceptionnel, l’historien de la Société féodale en faisait des éléments révélateurs et structurants de la seigneurie. En suivant cette voie, on aboutit directement aux réflexions actuelles qui insistent sur la capacité politique des paysanneries et sur leur aptitude à choisir la négociation, la menace ou bien la révolte comme stratégie d’opposition. Sans aucun doute s’en aperçoit-on à travers l’exemple de la Castille du xve siècle, analysé par Rafael Oliva Herrer. Le renforcement de l’emprise seigneuriale y a nourri un discours politique d’opposition et de contestation qui mène jusqu’à la révolte, dans un contexte de genèse de l’État moderne qui permet aux paysans de légitimer leur action en se réappropriant la propagande monarchique. À coup sûr, les systèmes féodo-seigneuriaux de domination sociale sont élaborés et rénovés de manière tellement efficace qu’ils reconduisent la soumission de siècle en siècle, tout en provoquant des soulèvements répétés. Pour prendre un exemple français peu connu, la révolte généralisée des hommes de corps du chapitre cathédral de Laon, en 1338, a succédé à une tentative avortée qu’avait menée la génération précédente pour changer les pratiques judiciaires à l’intérieur de la seigneurie capitulaire7. La révolte de 1338 précéda de nouveaux troubles qui survinrent deux générations plus tard. Justices, impôts, mariages, circulation des hommes et des patrimoines, de nombreux sujets de discorde demandaient sans cesse des réactualisations que les seigneurs ne voulaient pas lâcher. Une nouvelle épreuve de force devint la seule issue en 1406, bien avant les défaites militaires à répétition et la déroute politique de l’élite et de la noblesse au pouvoir. Les crises générales, la peste, les guerriers en maraude dans les campagnes et la crise de confiance envers le souverain et les princes ne peuvent pas toujours tout expliquer et servir de paravent aux défaillances structurelles des seigneuries.

  • 8 Henri Pirenne, Le soulèvement de la Flandre maritime de 1323-1328. Documents inédits publiés avec (...)

5Depuis Marc Bloch, cependant, les historiens ont largement renouvelé l’histoire des conflits et de leurs modes de résolution. Ils ont fait de la justice, de l’arbitrage, voire de la « faide » des nœuds centraux des rapports sociaux. Cette justice régulatrice, nous la voyons s’exercer dans le delta du Rhône des xiie-xiiie siècles, secoué par les recompositions politiques, territoriales et seigneuriales qui mettent aux prises les comtes, les consulats et les ordres militaires. Laure Verdon montre que les pratiques juridiques des enquêtes et de la composition arbitrale permettent aux communautés et aux tenanciers de contester les droits seigneuriaux, pour en obtenir un allégement ou pour accéder à la puissance publique supérieure (celle des comtes de Provence par exemple) qui leur paraît seule susceptible de jouer un rôle modérateur. Quant à la justice rendue au quotidien dans les campagnes du Velay au Bas Moyen Âge, elle met en scène les nombreux acteurs de la contestation silencieuse ; l’analyse de Laetitia Cornu la montre qui se répand dans tout le corps social, mollement réprimée. Cette régulation douce des conflits qui n’épargne personne dans le Velay nous ramène à la question des origines sociales, familiales et professionnelles des contestataires et des meneurs des révoltes, autant qu’à celle de leur background politique. On se rappelle les théories sur la paysannerie libre et aisée qui a mené la Jacquerie de l’Ile-de-France et du Beauvaisis : notables et coupables ! Les débats de ces Journées ont prouvé que les études prosopographiques des contestataires faisaient très largement défaut. Un grand historien comme Henri Pirenne avait pourtant ouvert la voie à propos de la Flandre du début du xive siècle, en brossant un tableau détaillé des fortunes et des propriétés des rebelles, à l’aide de sources particulièrement disertes il est vrai8. Pour savoir dans quels cas les solidarités villageoises l’ont emporté sur les clivages traditionnels, ou se sont brisées sur les hiérarchies internes, l’analyse fine des acteurs des luttes sera indispensable.

6Derrière la justice, c’est aussi la question du rôle de l’État qui se profile en ombre chinoise. Un État qui se trouve à la racine des révoltes violentes, par son impuissance à s’établir en tiers arbitre et en recours ? Ou bien par son intrusion de plus en plus insistante dans la vie des seigneuries dont il rompt les équilibres anciens ? Par l’expansion de sa justice publique et de sa fiscalité monopolistique, le roi ou le prince modifie en profondeur l’ordre ancien des choses. La révolte paysanne de la région de Cassel, en 1427-1431, éclaire justement les liens entre la genèse de l’État (ici la principauté bourguignonne) et les contestations populaires. Selon le schéma explicatif de Jan Dumolyn, la politique centralisatrice de l’État bourguignon et sa tendance à renouveler les lois coutumières mettent le feu aux poudres. Mais il est intéressant de constater, d’une part, que le temps de l’action en justice (par le recours direct des sujets du duc au parlement de Paris) précède et accompagne les violences ; d’autre part, que les provocations et les excès des officiers ducaux jouent le rôle de déclencheur ou d’accélérateur des rébellions.

7Même si elle cristallise les mécontentements, la politique de l’État ne suffit pas seule à provoquer la révolte. Le recours au judiciaire, dont on constate l’utilisation fréquente avant les explosions sociales, témoigne d’une volonté de communication des sujets du seigneur ou du prince qui empruntent prioritairement les voies du droit. La capacité des hommes de pouvoir à calmer le jeu ou au contraire leur laisser-aller qui engendre la haine et la vengeance font toute la différence au final. À cet égard, le Tuchinat exploré par Vincent Challet présente des comportements très contrastés. Les Tuchins sont capables de s’allier avec des nobles en qui ils ont confiance pour défendre le pays contre les bandes armées, mais ils peuvent aussi manifester leur haine contre les nobles parvenus, enrichis par la perception de la gabelle qui est un nouvel impôt honni ; les châteaux sont parfois incendiés, par souci de venger des atrocités subies par des camarades, mais les archives seigneuriales sont relativement préservées pour servir d’élément de pression et de négociation. Les rebelles du Languedoc critiquent plus les insuffisances de quelques élites nobiliaires dans la défense du pays et le poids de la fiscalité royale que la structure seigneuriale elle-même et les rapports sociaux existants.

  • 9 Siméon Luce, Histoire de la Jacquerie d’après des documents inédits, Paris, Durand, 1859, et réédi (...)
  • 10 André Réville, Le soulèvement des travailleurs d’Angleterre en 1381. Études et documents publiés a (...)

8Nous rappellerons enfin qu’aux yeux de l’historiographie des révoltes médiévales, c’est le duo franco-anglais qui resta longtemps à la base des questionnements : la Jacquerie de 1358 et la révolte anglaise de 1381. Il est symptomatique que dans la continuité du travail de Siméon Luce († 1892) sur la Jacquerie9, un autre historien français, André Réville, publie en 1898 ses recherches sur la révolte anglaise10. Représentatif de son époque, Siméon Luce part d’une opinion préalable favorable aux Jacques, paysans opprimés et sans défense, mais c’est pour condamner chez eux « les plus inutiles et les plus criminels excès ». Pour lui cependant, la Jacquerie « trahit la maladie d’un état social ». L’historien du xive siècle y voit la révélation de l’incapacité des puissants, des nobles, des seigneurs : « la féodalité avait mérité de succomber : notre ouvrage est, à vrai dire, le dossier de sa condamnation à mort », écrit-il pour clore son livre. Déjà présente chez des chroniqueurs tels que Jean de Venette, cette idée de la rupture d’un « contrat social » est restée longtemps l’une des explications majeures des révoltes qui n’empêchait pas de les considérer comme l’expression d’une masse insensée et n’ayant pas d’objectif cohérent.

  • 11 Rodney Hilton, Les mouvements paysans du Moyen Âge et la révolte anglaise de 1381, 1973, trad. fr. (...)
  • 12 Le rapport du professeur Neithard Bulst traitait de l’historiographie des révoltes médiévales en F (...)

9Il fallut attendre les années 1950 pour que, dans le sillage du marxisme, la protestation sociale et le caractère politique de ces deux révoltes passent au-devant de la scène. Les points de vue développés par Rodney Hilton se rapprochent singulièrement de la position de Marc Bloch en concluant que les révoltes populaires sont endémiques au régime seigneurial11. Enfin, la notion de violence légitime a émergé, gagnant, depuis l’histoire du monde moderne, celui du Moyen Âge. L’idée que ces soulèvements aient été très directement liés à la conjoncture a, elle aussi, été avancée, avant d’être contestée, comme critère opérationnel. Ces luttes ne seraient donc ni des révoltes de la pauvreté, ni des révoltes de paysans : la société rurale est en effet une société mixte, où bourgeois, officiers, membres du clergé s’ajoutent aux paysans ou s’en retranchent au gré des situations. La participation au politique, les tentatives collectives pour se faire entendre et donc pour communiquer, même par la violence, voilà les pistes qui se font jour depuis quelques années et qui demandent à être balisées. La terminologie des luttes médiévales est un domaine où beaucoup reste à faire également ; le vocabulaire de l’époque (rebellion, effroi, esmouvement, esbattement, commotion, fureur, etc.) comme celui des historiens (révolte ou rébellion, soulèvement ou prise d’armes, contestation, résistance, lutte ouverte, lutte sourde) nécessitent des classifications et des interprétations rénovées12.

  • 13 Pour un bel exemple d’étude critique des sources narratives : Marie-Thérèse de Medeiros, Jacques e (...)
  • 14 Samuel K. Cohn, Popular Protest in Late Medieval Europe : Italy, France and Flanders, Manchester, (...)
  • 15 Samuel K. Cohn, Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200-1425, Cam (...)
  • 16 Michel Mollat, Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Euro (...)
  • 17 Après la direction de Cahiers consacrés aux recherches sur les pauvres et la pauvreté, depuis 1962 (...)

10Pour ce faire, le retour aux sources ne s’est imposé que très récemment après des décennies d’attention exclusive aux textes narratifs, issus des milieux nobiliaire et clérical, qui témoignent principalement de leur indifférence à l’Autre et de leur méconnaissance des sociétés paysannes13. Les sources judiciaires anglaises, puis les françaises, sont en train de donner toute leur mesure. En témoigne la tentative récente de répertorier révoltes et incidents en tous genres qui pourraient servir à l’histoire plus générale des contestations. Samuel Cohn donne ainsi la liste de plus de 200 conflits de ce type qui ont eu lieu en France, en Flandre et en Italie jusqu’en 142314. C’était le prélude à une interprétation plus problématique des violences populaires entre 1200 et 1425 qui constitue la synthèse la plus récente sur le sujet15. Historien de la Peste noire et de l’Italie urbaine de la fin du Moyen Âge, il s’était intéressé aux rapports entre culture et mortalité, et aux rébellions à Florence avant d’élargir son propos à l’échelle de l’Europe. Il fait du neuf, assurément, en s’attachant à caractériser les meneurs des révoltes, à analyser les symboles et les mots des révoltés, leurs modes de communication et leurs tentatives d’alliance extérieures. Au total, il décèle un mouvement de fond, un changement de mentalité accéléré par les pestes et la mortalité : les hommes et les femmes se battent pour obtenir plus de liberté et de dignité ; son texte conclusif s’intitule « un nouvel appétit pour la liberté » ! Sa vision s’éloigne fortement du travail fondateur de Michel Mollat et Philippe Wolff qui avaient considéré les révoltes sur la même aire géographique16. S’interrogeant sur l’étendue de la récession économique, sur l’importance de la « fracture sociale » après 1250, sur le rôle catalyseur des ratés du régime seigneurial (dans ses structures ou dans ses hommes), sur le poids de l’État conquérant qui met à bas les anciennes coutumes, ce duo d’historiens de l’économique et du social tentait une fresque classique qui ne manque pas de subtilité et qui est fille de son temps. Le fait que Michel Mollat ait été l’animateur de recherches novatrices sur la pauvreté donne une orientation implicite à ce bilan ; ceci explique sans doute son attention extrême aux hommes, au rôle des inégalités et de l’injustice17.

11En somme, les médiévistes disposent désormais d’une gamme élargie d’interprétations des révoltes et des escarmouches sociales, mais il manque certainement des études au long cours de seigneuries, qui traverseraient la frontière des années 1500 et en scruteraient les crispations par-delà le Bas Moyen Âge.

  • 18 Robert Boutruche, La crise d’une société : seigneurs et paysans en Bordelais pendant la guerre de (...)
  • 19 Jean Tricard, Les campagnes limousines du xive au xvie siècle. Originalité et limites d’une recons (...)
  • 20 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face (...)
  • 21 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du x (...)
  • 22 La vaste synthèse d’Emmanuel Le Roy Ladurie et de Michel Morineau ne lui accorde que deux lignes, (...)
  • 23 Michel Mollat, Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi…, p. 272-273 et 278-281.
  • 24 Jacques Bottin, Seigneurs et paysans…, p. 225-244. À poursuivre par : Guy Lemarchand, La fin du fé (...)

12Dans la tradition des Journées de Flaran, qui alimentent des échanges entre ruralistes médiévistes et modernistes, mais aussi dans un souci de cohérence et de limites matérielles objectives, nous avons choisi de ne pas aborder la fièvre revendicative qui sonne le glas de l’Ancien Régime. Seule la communication de Margarida Sobral Neto la présente, en montrant combien celle-ci a précipité la Révolution libérale du Portugal de 1820. C’est donc la première modernité qui a eu la part belle dans nos débats, celle qui, à la suite de la formidable récupération du « Beau » xvie siècle, s’écrase dans les guerres religieuses et civiles, jusqu’à la Fronde. Partout, comme en Bordelais, on constate d’abord un allégement du poids de la seigneurie, dans un souci de repeuplement et de mise en culture des terres18. Jean Tricard parle alors, pour le Limousin, d’une « authentique politique de modération des cens19 ». Pourtant, n’assiste-t-on pas, à l’issue de cette période de reconstruction, et avant les guerres de Religion, à une forme de réaction seigneuriale ? Nous la percevons dans les archives judiciaires de Guyenne, de Gascogne, d’Aunis et de Saintonge20 ? Guy Bois l’avait remarquée en Normandie, ainsi que Jacques Bottin, en pays de Caux21. Il faut bien reconnaître qu’elle n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique, alors qu’elle a pu engendrer des agressions contre la seigneurie22. Il semblerait qu’entre la grande Jacquerie de 1358, suivie de la tourmente révolutionnaire des années 1378-1382, et la Révolution française, il n’y ait plus de révoltes anti-seigneuriales proprement dites. S’il est difficile de trouver le témoignage d’un discours qui remette en cause les fondements même de la seigneurie et de la noblesse, il n’en reste pas moins que, tout en demeurant attachés à la protection qu’ils sont en droit d’attendre de leur seigneur, les tenanciers en dénoncent régulièrement, au gré de la conjoncture, les exactions contributives23. Ensuite, les revendications contre la seigneurie se trouvent mêlées à un discours religieux radical. Emportés par leur messianisme, les taborites – hussites intransigeants – annoncent, dans leur désir de fonder une nouvelle société, la fin de la seigneurie, comme le reprendront, au siècle suivant, les anabaptistes ou encore certains paysans réformés des pays de Moyenne Garonne. Quelle est la part de la jacquerie ? Quelle est la part du message religieux ? Est-ce que cette propension à distinguer, à classer en séparant, ne serait pas une impasse méthodologique ? Comme dans le pays de Caux, il faut attendre la fin des troubles religieux pour percevoir et donc étudier plus sereinement cette « restauration ou réaction féodale24 ».

  • 25 Boris Porchnev, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, 1948, éd. fr. : Paris, SEVPE (...)
  • 26 Emmanuel Le Roy Ladurie considère qu’alors « la seigneurie en tant que telle n’est pas au cœur du (...)
  • 27 Hugues Neveux, Les révoltes paysannes…
  • 28 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Par (...)

13Les révoltes du xviie siècle ont été l’occasion de puissantes joutes entre les tenants d’une historiographie marxiste et les autres, jusqu’à la remarquable approche, dépassionnée, que nous a livrée Yves-Marie Bercé25. C’est surtout le poids fiscal grandissant de l’État qui suscite les soulèvements. Une fois évacué le contresens historiographique d’un « ordre féodo-absolutiste », il faut bien reconnaître que la seigneurie en tant que telle n’était pas au centre des débats26. Depuis, mis à part les excellentes synthèses d’Hugues Neveux27 et de Jean Nicolas28, constatons que cette matière a peu attiré la recherche. Sommes-nous pour autant parvenus à un état définitif de la question ?

  • 29 Voir, notamment : Éric Hobsbawm, Primitive Rebels, 1959, trad. fr. : Les primitifs de la révolte d (...)

14Les communications de ces Journées démontrent bien que cela n’est nullement le cas et que le champ de recherche reste encore à cultiver. Laetitia Cornu manifeste à quel point nous avons été aveuglés par la recherche de prétendus antécédents des conflits sociaux et des révolutions du monde moderne29. L’étude fine des multiples conflits qui agitent la société du Velay du xve siècle, leurs subtils modes de résolution, apportent plus à notre compréhension des sociétés que la relation impeccable d’une « émotion ». Nous comprenons mieux alors la gageure présentée par Jean Gallet : saisir aussi – comme en négatif – les raisons probables de l’absence de conflictualité, afin de mieux comprendre, ailleurs, les flambées de violence. Il n’en reste pas moins que tout commence par une pesée globale du poids – relatif – de la seigneurie sur la paysannerie, opération bien délicate.

  • 30 Robert Mandrou, La France aux xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1971, rééd., 1993, p. 77.
  • 31 Georges Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au Siècle des Lumières (vers 1670-1789), Paris (...)
  • 32 Jean Bastier, La féodalité au Siècle des Lumières dans la région de Toulouse (1730-1790), Paris, B (...)
  • 33 Jean Loutchisky, L’état des classes agricoles en France à la veille de la Révolution, Paris, 1911, (...)

15On s’accorde généralement sur une ponction seigneuriale et ecclésiastique de la production paysanne qui serait de l’ordre de 30 à 40 %30. Le rapport est loin d’être négligeable. Pourtant, Georges Frêche estime le poids des droits seigneuriaux dans la totalité des impositions qui pèsent sur les communautés paysannes d’une vaste région autour de Toulouse à une fourchette qui va de 5 à 25 %31 ! Jean Bastier constate les mêmes énormes variations entre les communautés32. Dans quelle mesure ces écarts sont supportables ? Ces Journées révèlent donc, d’abord, que le poids exercé par la seigneurie – laïque comme ecclésiastique – sur le monde rural est insuffisamment connu. Doit-on suivre Jean Loutchisky, Pierre de Saint-Jacob et surtout Paul Bois dans leur position d’une quasi-impossibilité de mesurer la réalité objective du poids des redevances seigneuriales sur la paysannerie33 ? Évidemment non. Mais, au-delà du prélèvement seigneurial, la part des terres nobles dans un finage peut constituer un autre objet de friction.

  • 34 Georges Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées…, p. 133-141. Marie-Claude Marandet, Les campa (...)
  • 35 Nous ne trouvons guère que la thèse complémentaire de Robert Boutruche : Une société provinciale e (...)

16Au moment où l’imposition de la taille royale (1438) accuse la distinction entre terres nobles et terres roturières dans les pays de droit écrit, les tensions s’exacerbent. Que savons-nous de la part occupée par les premières ? Si Georges Frêche, à la fin de l’Ancien Régime, les estime entre 8 et 10 % de la superficie totale, soit trois fois moins que ne le pensait l’intendant de Languedoc Lamoignon de Basville un siècle auparavant, les travaux de Marie-Claude Marandet, pour le Lauragais, tendent à démontrer qu’elles occupent 15 à 20 % de la superficie à l’aube de la Modernité34 ! Les terres nobles connaissent des fluctuations séculaires, au gré des pouvoirs locaux et de la conjoncture. Quant à ce qui concerne l’alleu, qu’il soit noble ou roturier, nous ne pouvons que signaler notre ignorance35.

17Si la réaction seigneuriale du xviiie siècle a fait l’objet de travaux, il n’en est donc pas de même pour les siècles antérieurs. De la même façon, les historiens se sont plus attachés à l’étude des compoix des communautés, beau document fort bien représenté dans la France méridionale, qu’aux chartriers seigneuriaux, aveux et reconnaissances féodales. Margarida Sobral Neto montre, pour le Portugal, combien pourtant leur rénovation est un temps propice à la contestation de la part des tenanciers. Il est alors très difficile de déceler, dans les soulèvements paysans qui accompagnent le développement de la Réforme, ce qui relève du religieux et ce qui relève de l’économique.

  • 36 Friedrich Engels, La Guerre des paysans en Allemagne, 1850, Paris, Éditions sociales international (...)
  • 37 Peter Blicke, Die Revolution von 1525, Munich-Vienne, R. Oldenbourg, 1975 ; Der deutsche Bauernkri (...)

18La guerre des Paysans témoignait de cette articulation dans l’espace germanique et, pourtant, Georges Bischoff marque combien cette histoire – qui a tout de même conduit au massacre de dizaines de milliers de paysans et à une dure répression judiciaire – a été victime d’une véritable amnésie, dont les historiens ne se réveillent – là encore – qu’à l’occasion des révolutions de 184836. Il faut alors attendre les travaux de Peter Blicke pour une approche renouvelée, sans tabou37. Que dire alors de la prise en compte des mouvements paysans qui accompagnent les progrès de la réforme en France ? Les vives craintes de Jean Calvin puis de Théodore de Béze d’une assimilation de réformés indisciplinés aux anabaptistes, ont immédiatement engagé à désolidariser clairement la Réformation de toute remise en cause de l’autorité du « magistrat », et donc des jacqueries. Pourtant, si les destructeurs de châteaux ne crient plus « Vive l’Évangile ! », comme le rapportait Blaise de Monluc en 1561-1562, il n’en reste pas moins que, jusqu’à l’édit de Nantes (1598), les divers affrontements révèlent encore de vives oppositions à l’égard de la seigneurie, qui demandent à être éclairées.

  • 38 Alphonse de Ruble, Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, Paris, Renouard, 1864-1872. De Tho (...)
  • 39 Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1689), Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.

19En effet, plutôt qu’à des jacqueries, c’est à des formes diffuses – parfois violentes – d’oppositions au seigneur qui, sous le couvert des troubles religieux, peuvent passer du tribunal à l’agression du seigneur, que nous avons affaire à l’époque moderne. Il s’agit alors de « ce beau manteau de religion qui a servi aux uns et aux autres pour exécuter leur vengeance et nous faire entre-manger » selon Blaise de Monluc ou Jacques-Auguste de Thou38. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi l’expression « luttes anti-seigneuriales ». Il nous manque alors un bilan des procès intentés à leurs seigneurs par les communautés paysannes. C’est notamment le cas pour les duchés de Lorraine et de Bar où Jean Gallet, après ses études sur le Vannetais, ne perçoit pas de luttes anti-seigneuriales39. Là, la seigneurie est faible, notamment du fait du rachat des banalités et de l’absence de détention de justice. Il en va de même dans l’Ouest, étudié par Michel Nassiet, où, pourtant, l’emprise seigneuriale demeurait forte, tant sur la propriété que sur la justice et sur les rapports sociaux. Les contestations au sujet des terres communes ont plutôt engagé à des luttes judiciaires que physiques. La Cornouaille, notamment, se singularise par le retour séculaire de révoltes proprement anti-seigneuriales, en 1490, puis en 1590, avec les Gauthiers, et enfin en 1675, avec les Bonnets rouges, auxquels le Vannetais est associé.

  • 40 Le texte que Rafe Blaufarb a donné pour la publication ne correspond, qu’en partie, à celui qu’il (...)

20Outre les procès, une culture de la négociation peut tenter de désamorcer les tensions. Celles-ci participeraient alors d’une sorte de stratégie qui viserait à déstabiliser l’adversaire, à esquiver l’engagement frontal – judiciaire et/ou physique – pour parvenir à la négociation. Georges Bischoff le suspecte pour l’Alsace de l’après Bundschuh et guerre des Paysans. Dans la Provence, unie au royaume de France en 1481, Rafe Blaufarb, avec l’exemple de Cabannes, montre combien seigneurie et communauté sont amenées à un dialogue continuel pour renégocier leurs droits respectifs et leurs engagements, couchés, après arbitrages, sur un jugement converti en « transaction40 ».

  • 41 Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale : xvie-xixe siècles, Actes du coll (...)

21Enfin, les historiens – aiguillonnés par la « fin des paysans » – s’étaient attachés à percevoir à partir de quel moment les paysans, dans leurs revendications, démontraient leur capacité à produire un discours politique41. Hipólito Rafael Oliva Herrer démontre qu’il en était déjà ainsi dans la Castille de la fin du Moyen Âge. Georges Bischoff dit la même chose pour l’Alsace. À l’issue des guerres de Religion, il en allait vraisemblablement de même au cœur de la nébuleuse croquante, mais aussi ligueuse.

22C’est un vaste terrain d’études que nous offrent ces Journées, lesquelles, nous l’espérons, contribueront à renouveler les questions à poser au paysan révolté et à son seigneur, entre Moyen Âge et Modernité.

Notes

1 Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux temps modernes, Actes des IVe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran (8-10 septembre 1982), Auch, 1984.

2 Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXVIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran (9-11 septembre 2005), études réunies par F. Menant et J.-P. Jessenne, Toulouse, PUM, 2007.

3 Hugues Neveux, Les révoltes paysannes en Europe (xive-xviie siècle), Paris, Albin Michel, 1997.

4 Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le Sud-Ouest de la France, Paris-Genève, Droz, 1974, 2 vol. ; Croquants et Nu-pieds. Les soulèvements en France du xvie au xixe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1974.

5 Robert Jacob, « Le meurtre du seigneur dans la société féodale. La mémoire, le rite, la fonction », Annales ESC, t. XLVI, 1990, fasc. 2, p. 247-263.

6 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, rééd., Paris, Armand Colin, 1988, p. 200-201.

7 Ghislain Brunel, « Les hommes de corps du chapitre cathédral de Laon (1200-1460) : continuité et crises de la servitude dans une seigneurie ecclésiastique », dans Forms of Servitude in Northern and Central Europe. Decline, Resistance and Expansion, edited by Paul Freedman and Monique Bourin, Turnhout, Brepols, 2005, p. 131-177.

8 Henri Pirenne, Le soulèvement de la Flandre maritime de 1323-1328. Documents inédits publiés avec une introduction, Bruxelles, Kiessling, 1900.

9 Siméon Luce, Histoire de la Jacquerie d’après des documents inédits, Paris, Durand, 1859, et réédition augmentée (et posthume), Paris, Champion, 1894.

10 André Réville, Le soulèvement des travailleurs d’Angleterre en 1381. Études et documents publiés avec une introduction historique par Charles Petit-Dutaillis, Paris, Picard, 1898.

11 Rodney Hilton, Les mouvements paysans du Moyen Âge et la révolte anglaise de 1381, 1973, trad. fr., Paris, Flammarion, 1979.

12 Le rapport du professeur Neithard Bulst traitait de l’historiographie des révoltes médiévales en France et en Angleterre, mais il ne nous est malheureusement pas parvenu pour l’impression. Nous en avons repris ici quelques-uns des éléments.

13 Pour un bel exemple d’étude critique des sources narratives : Marie-Thérèse de Medeiros, Jacques et chroniqueurs. Une étude comparée des récits contemporains relatant la Jacquerie de 1358, Paris, Honoré Champion, 1979.

14 Samuel K. Cohn, Popular Protest in Late Medieval Europe : Italy, France and Flanders, Manchester, Manchester University Press, 2004.

15 Samuel K. Cohn, Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200-1425, Cambridge (Massachusetts)-Londres, Harvard University Press, 2006.

16 Michel Mollat, Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1970.

17 Après la direction de Cahiers consacrés aux recherches sur les pauvres et la pauvreté, depuis 1962-1963, Michel Mollat dirigea les deux volumes d’Études sur l’histoire de la pauvreté, Paris, Publications de la Sorbonne, 1974.

18 Robert Boutruche, La crise d’une société : seigneurs et paysans en Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Belles-Lettres, 1947.

19 Jean Tricard, Les campagnes limousines du xive au xvie siècle. Originalité et limites d’une reconstruction rurale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 69.

20 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1550-1589), Paris, Honoré Champion, 2007, p. 82-96. Marc Seguin, Histoire de l’Aunis et de la Saintonge. t. 3. Les débuts des Temps modernes, 1480-1610, La Crèche, Gestes éditions, 2005, p. 146-149.

21 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive siècle au milieu du xvie siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques et Éditions de l’EHESS, 1976, p. 204. Jacques Bottin, Seigneurs et paysans dans l’ouest du pays de Caux (1540-1650), Paris, Le Sycomore, 1983, p. 174.

22 La vaste synthèse d’Emmanuel Le Roy Ladurie et de Michel Morineau ne lui accorde que deux lignes, fort elliptiques : « Sans doute la seigneurie, qui de toute façon conserve de très beaux restes, se relèvera-t-elle assez vite, après 1450 et plus encore après 1500, de ses ruines » (Histoire économique et sociale de la France. t. 1 : de 1450 à 1660. Second volume. Paysannerie et croissance, Paris, PUF, 1977, p. 527).

23 Michel Mollat, Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi…, p. 272-273 et 278-281.

24 Jacques Bottin, Seigneurs et paysans…, p. 225-244. À poursuivre par : Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le pays de Caux : conjoncture économique et démographique et structures sociales dans une région de grande culture, de la crise du xviie siècle à la stabilisation de la Révolution, 1640-1795, Paris, Éditions du CTHS, 1989.

25 Boris Porchnev, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, 1948, éd. fr. : Paris, SEVPEN, 1963. Roland Mousnier, Fureurs paysannes. Les paysans dans les révoltes du xviie siècle (France, Russie, Chine), Paris, Calmann-Lévy, 1967. Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants…, et : Révoltes et révolutions dans l’Europe moderne, xvie-xviiie siècles, Paris, PUF, 1980.

26 Emmanuel Le Roy Ladurie considère qu’alors « la seigneurie en tant que telle n’est pas au cœur du débat » (Emmanuel Le Roy Ladurie, Michel Morineau, Histoire économique et sociale…, p. 832).

27 Hugues Neveux, Les révoltes paysannes…

28 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

29 Voir, notamment : Éric Hobsbawm, Primitive Rebels, 1959, trad. fr. : Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1963.

30 Robert Mandrou, La France aux xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1971, rééd., 1993, p. 77.

31 Georges Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au Siècle des Lumières (vers 1670-1789), Paris, Éditions Cujas, 1974, p. 508-512.

32 Jean Bastier, La féodalité au Siècle des Lumières dans la région de Toulouse (1730-1790), Paris, Bibliothèque Nationale, 1975, p. 164.

33 Jean Loutchisky, L’état des classes agricoles en France à la veille de la Révolution, Paris, 1911, p. 91. Pierre de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, Paris, Les Belles Lettres, 1960, p. 117. Paul Bois, Paysans de l’Ouest, Le Mans, 1960, p. 381.

34 Georges Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées…, p. 133-141. Marie-Claude Marandet, Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge (1380-début xvie siècle), Perpignan, PUP, 2006. Jean Ramière de Fortanier, Les droits seigneuriaux dans la sénéchaussée et comté de Lauragais, 1563-1789, thèse de droit, Toulouse, Marqueste, 1932.

35 Nous ne trouvons guère que la thèse complémentaire de Robert Boutruche : Une société provinciale en lutte contre le régime féodal : l’alleu en Bordelais et en Bazadais du xie au xviiie siècle, Rodez, Carrère, 1947.

36 Friedrich Engels, La Guerre des paysans en Allemagne, 1850, Paris, Éditions sociales internationales, 1929.

37 Peter Blicke, Die Revolution von 1525, Munich-Vienne, R. Oldenbourg, 1975 ; Der deutsche Bauernkrieg von 1525, Darmstadt, Wissenschaftliche Burgesellschaft, 1985 ; From the communal Reformation to the Revolution of the common Man, Leyde, Brill, 1998.

38 Alphonse de Ruble, Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, Paris, Renouard, 1864-1872. De Thou utilise la même métaphore : « Sous le voile de la religion on ne respiroit que la haine, la vengeance, le massacre et l’incendie » (Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle […] depuis 1543 jusqu’en 1607, Paris, 1733-1736).

39 Jean Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1689), Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.

40 Le texte que Rafe Blaufarb a donné pour la publication ne correspond, qu’en partie, à celui qu’il a présenté lors de ces Journées.

41 Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale : xvie-xixe siècles, Actes du colloque de Paris, 24-26 mai 1984, Paris, Maloine, 1985.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search