Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Usages et transformations d’un paysage pastoral (xviiie-xxe s.) : le cas de Viodos-Abense (Pays Basque)1

Florent Hautefeuille et Pascal Palu

Texte intégral

  • 1 Cet article est le fruit d’un travail collectif. Il convient donc d’associer à ce travail Marie Pau (...)
  • 1 Projet d’anthropologie et d’écologie historique en collaboration avec l’Université de Géorgie, Athe (...)

1L’étude des prairies dans la Soule et plus précisément dans la commune de Viodos-Abense s’inscrit dans un vaste programme de recherche sur les structures paysagères de cette vallée pyrénéenne1. Notre objectif est d’essayer de montrer comment nous avons abordé le problème d’un paysage agraire moderne et contemporain à travers le regard croisé de plusieurs disciplines. Le secteur d’étude privilégié est une petite commune située dans la basse vallée du Saison, en Soule. Nous sommes à la limite orientale du pays basque, dans une zone de relief finalement assez peu marqué, où la place du pastoralisme est restée importante jusqu’à l’époque contemporaine. La commune offre l’avantage d’être très représentative de cette zone géographique. Elle s’étire depuis le lit majeur du Saison à une altitude de 100 m jusqu’à plus de 400 m pour son extrémité occidentale. L’habitat contemporain y est vaguement groupé autour d’une église et de la mairie, selon un modèle très classique dans la région.

2Les objectifs de cette recherche sont multiples. En premier lieu, nous décrirons le système agraire à l’époque Moderne, en insistant évidemment sur les zones de prairie. Nous nous permettrons une incursion dans le bas Moyen Âge pour relier l’organisation spatiale du terroir à l’organisation sociale qui prévalait au xive s. Ensuite nous tenterons de comprendre l’évolution de cet espace jusqu’à l’époque contemporaine. En jouant sur les effets d’échelle, nous insisterons tout particulièrement sur l’exemple très précis d’une exploitation agricole qui nous a servi de modèle et de fil directeur, celle de la famille Hastaran qui réside à Abense depuis au moins la fin du xive s.

Les origines du système agraire : une organisation stricte de l’espace

  • 2 Ce compoix a été re-découvert par l’équipe dans le grenier de l’école de Viodos. Il a depuis été ve (...)

3En raison de la disponibilité des sources, nous avons exploité les données portant sur la seule communauté d’Abense de bas, aujourd’hui intégré à la commune de Viodos. En effet, notre source essentielle a été un compoix de 17642, compoix malheureusement perdu pour Viodos et pour l’immense majorité des communes de la Soule.

  • 3 Cierbide Ricardo, Le censier gothique de Soule, Saint-Etienne de Baïgorri, 1994.

4Ce compoix nous a permis de proposer une sorte d’état des lieux du paysage cultural au milieu du xviiie s., et d’établir des ponts avec un second document, un état des feux de 1377 qui fournit la liste des ostau pour toutes les communautés de Soule3.

5D’un point de vue méthodologique, nous avons dû passer par une longue et fastidieuse phase de reconstitution du compoix. Cela nous a permis d’obtenir un plan cadastral presque complet de la communauté en 1764.

Figure 1. L’organisation des terroirs d’Abense en 1764

  • 4 Travail effectué par Marie Paule Lavergne et Dominique Cunchinabe.

6Les données ont été basculées sur un système d’information géographique4.

7Il ressort de ce plan, somme toute assez peu éloigné du plan cadastral napoléonien, que la juridiction répond à une organisation spatiale stricte. L’essentiel des maisons est groupé en deux noyaux, situés dans la partie basse de la juridiction. L’espace agraire répond quant à lui à une organisation bipartite. La partie basse de la commune, constituée du fond de vallée, est systématiquement appelée campagne supérieure ou inférieure selon que l’on se situe en amont ou en aval. Même si on y trouve ici et là quelques prairies, l’essentiel de cet espace est consacré aux terres labourables. Il s’agit avant tout d’une zone de céréaliculture. En revanche, la partie occidentale de la juridiction, et ce n’est pas seulement l’étage collinaire, est caractérisé par l’omniprésence des parcelles en prairie ou en lande. Le vocabulaire utilisé par le compoix est d’ailleurs assez varié et décrit une multitude de situations avec des nuances souvent difficiles à repérer. Au-delà des différences de couverture végétale, on rencontre des parcelles ouvertes, fermées ou partiellement fermées. Nous reviendrons plus loin sur les problèmes de vocabulaire. Nous pouvons seulement constater, et cela n’a rien d’exceptionnel, que le champ lexical du compoix est beaucoup plus vaste que celui du cadastre napoléonien.

8Mais le compoix fournit également de précieux renseignements sur l’organisation de la propriété dans ce secteur. Il n’existe pas ici de vastes communaux destinés à la transhumance, comme on peut les observer dans la moyenne et la haute vallée du Saison. Aucune parcelle n’est détenue par le syndicat de Soule. Il existe en revanche quelques communaux contrôlés par la communauté.

Figure 2. Les communaux (partilles) à l’ouest de la communauté d’Abense en 1764

9Mais ils ne couvrent qu’une petite surface. Quelques lotissements, sans doute encore récents en 1764, sont cependant repérables. Plusieurs parcelles, pourtant privées, sont appelées « partilles des bois communs ». C’est d’ailleurs ce nom de partilles qui est donné aux parcelles en lanières caractéristiques de ces partages. Un de ces secteurs est en voie de lotissement en 1764, l’achèvement du processus s’est fait durant la Révolution. De ce fait, des blocs de parcelles en lanière parfaitement cohérents et qu’une étude morphologique classique aurait groupés en un fait historique unique, résultent en réalité de plusieurs étapes non contemporaines. Ainsi se côtoient des parcelles alloties et des zones encore en indivision, sans que ces nuances soient perceptibles sur le cadastre napoléonien.

  • 5 Arch. comm. Viodos, Compoix d’Abense 1764, fol 12 et page 4 des parcelles nobles.

10L’essentiel de la propriété de ces terres de pâturage est donc de nature privée au xviiie siècle, même si cette situation pouvait résulter d’un processus de privatisation assez récent à cette date. Un autre élément intéressant est la confusion faite dans le compoix entre communaux et biens nobles. La reconstitution du puzzle a montré que des parcelles sont décrites comme étant des communaux dans les confronts, alors qu’elles appartiennent en fait à la famille noble d’Abense5.

11En outre, le compoix nous fournit précisément la répartition entre bien noble et bien roturier. On s’aperçoit que les biens nobles sont relativement dispersés. En revanche ces parcelles sont en moyenne plus vastes que les autres, tout particulièrement dans la zone des pâturages. En fait ce secteur peut être scindé en trois catégories, en fonction de la taille, du statut et du propriétaire des parcelles :

  • les parcelles en lanière ; on a vu qu’elles résultent de lotissements de communaux sans doute assez tardifs. Elles sont globalement qualifiées du terme de partilles ;

  • à l’opposé, il existe une série de très vastes parcelles, parfois groupées. Elles sont l’apanage d’un petit groupe de propriétaires. La majorité sont des nobles ou des héritiers de maisons nobles. Seules une ou deux familles (Cotchinabe) ne rentrent pas dans cette catégorie sociale. Beaucoup de ces parcelles sont liées à une borde ou un bordau dont certains deviendront des maisons autonomes au siècle suivant ;

    • 6 Le compoix a été utilisé durant la Révolution comme registre de délibération communal. Le processus (...)

    enfin une troisième catégorie de parcelles de pâtures est caractérisée par des dimensions intermédiaires, relativement homogènes. On devine en plusieurs endroits le résultat d’un processus de lotissement, mais un lotissement beaucoup moins régulier que celui des partilles. Parmi elles, on trouve quelques parcelles nobles, mais la plupart se répartissent en un nombre plus important de propriétaires roturiers. Pourtant toutes les familles de la communauté ne sont pas représentées de la même manière. Il apparaît clairement que la majorité de ces parcelles appartient à des maisons du noyau inférieur du village. Les habitants du noyau supérieur sont très peu représentés. Ils détiennent quelques parcelles ici et là, mais qui semblent être le résultat plus d’initiatives individuelles que d’un processus d’appropriation général. Ils n’accèderont à la propriété de ces pâturages qu’à l’occasion du partage des derniers communaux, durant et après la Révolution6. Pourtant par ailleurs, rien ne permet de distinguer ces familles des autres au xviiie s.

12On voit donc que l’accès au pâturage est très inégal au sein de la communauté et que le découpage parcellaire reflète ces inégalités. Ceci s’observe à partir de l’état de la propriété. Il est évident qu’au-delà de la propriété foncière devaient exister des systèmes de locations et d’échanges de ces terres qui nous échappent presque complètement pour cette époque.

13Pour comprendre cette organisation spatiale des zones de pâturage et cette inégalité très forte de l’accès à la pâture, il faut tenter d’établir un lien avec l’état des feux de 1377 évoqué ci-dessus

Fig. 3. Les maisons d’Abense d’après de censier de 1377

14Il s’agit là d’un bond de presque 400 ans dans le temps. Mais ce retour en arrière est rendu possible par l’extraordinaire stabilité des noms de maison de cette communauté. La totalité des 21 ostau de la liste a pu être identifiée et surtout localisée avec précision.

Figure 4. Répartition spatiale des ostau de 1377

15Il ressort de ces identifications plusieurs constats.

16À deux exceptions près, toutes les maisons décrites en 1377 sont situées dans la partie basse du village. Les maisons de la partie haute soit n’existent pas, soit ne répondent pas aux critères de recensement.

  • 7 Benoît Cursente, Des maisons et des hommes : la Gascogne médiévale, xie-xve siècle, PUM, 1998.

17Par ailleurs, il existe une très forte hiérarchie au sein de cette minuscule société. Bien qu’Abense soit au Pays Basque, le système bien connu des maisons dominantes et maisons dominées7 est parfaitement efficace. La communauté est constituée de maisons de caber, de maisons libres dominantes, de maisons de fivatiers, et de maisons de botoys. Or, quand on croise les données de nos deux documents fiscaux on s’aperçoit qu’au-delà du statut, noble ou ignoble, c’est la position de la maison dans ce système qui a servi à définir les modalités d’accès aux pâtures. Les maisons dominantes de 1377 sont celles qui, en 1764, sont détentrices des vastes parcelles blocs ou des exploitations d’un seul tenant comme celle de Donismendy et de Cutchinave.

18On peut même penser que ces maisons ont eu un accès exclusif aux zones de pâturage au xive s. Les autres maisons citées dans le document de 1377 n’en sont pourtant pas complètement exclues au xviiie s. Ce sont elles que l’on retrouve sur les parcelles intercalaires et de dimensions médianes. Mais il est probable que cette seconde catégorie de maisons n’ait eu accès à ces espaces qu’à une époque postérieure.

19Enfin, la troisième catégorie de maisons sont celles qui ne sont pas citées en 1377. Ces maisons doivent se partager les miettes des zones de pâturage. Elles ne pénètreront dans cet espace qu’à travers les partages des derniers communaux durant la Révolution, ou à travers des politiques d’achat de parcelles liées à des initiatives individuelles. L’impact de la hiérarchie des maisons telle qu’elle apparaît en 1377 est donc encore très fort pour l’accès aux zones de pâture, non seulement au xviiie s., mais même jusqu’à l’époque contemporaine. Il était, de ce fait, intéressant de voir comment la société rurale avait profité des effets de la Révolution et du code civil, tout en maintenant le système des maisons.

Les mutations du système agraire à partir de la Révolution

20Lorsqu’on cartographie les propriétés au début du xixe siècle grâce à l’état des sections du cadastre napoléonien, on constate que la hiérarchisation sociale de l’espace villageois n’a pas changé depuis le compoix de 1764. En effet, les grandes propriétés des maisons dominantes en tenures blocs continuent à se partager l’essentiel du domaine foncier de la communauté. Les maisons « dominées », pour leur part, disposent d’un parcellaire de quelques hectares en surface mais surtout totalement disséminé dans le reste du terroir laissé par les familles dominantes. C’est en particulier le cas de la maison Hastarran, recensée comme fivatière dans le Censier de 1377, qui reste toujours morcelée et de taille réduite (moins de 8 ha au total) lors de l’établissement du cadastre napoléonien.

21Grâce au « chef de maison », âgé de plus de 80 ans aujourd’hui, qui a conservé et classé ses nombreuses archives familiales depuis son arrière-grand-père, nous avons pu suivre sur près de deux siècles l’évolution de cette exploitation, mais aussi, à travers elle, la transformation des milieux pastoraux, en particulier des surfaces de pâturages et de prairies. Nous avons confronté son témoignage et sa documentation familiale à un corpus d’archives écrites et cartographiques nous permettant de replacer l’évolution de cette maison dans son contexte communautaire.

22Par exemple, le recensement agricole de 1892, qui établissait pour la première fois des données détaillées et complètes des exploitations pastorales à l’échelle communale, nous a permis de contextualiser toute l’importance des étendues en pâtures, landes et prairies : leur cumul représente alors près de 60 % de la superficie agricole du pays. La conjugaison des effets physiques et anthropiques a d’ailleurs abouti à concentrer les pâtures de parcours sur les versants exposés à l’est, et les prairies naturelles sur les versants exposés, plus ensoleillés et plus arrosés par les précipitations à caractère orographique.

23En complément d’une représentation cartographique du compoix de 1764, nous avons établi trois cartes nous permettant de visualiser les contours de la structuration des usages, de la nature du paysage pastoral – en particulier de l’importance des surfaces de prairies et pâtures – et de leur évolution sur 180 ans dans la commune de Viodos-Abense-de-Bas : la plus ancienne a été réalisée en cartographiant l’état des sections du cadastre napoléonien et les deux suivantes sur la base des couvertures aériennes de l’Institut Géographique National pour les années 1948 et 1998.

  • 8 Territoire qui recouvre à la fois les espaces qualifiés de « saltus » en référence à l’histoire, de (...)

24Sous le premier Empire, l’espace communal présente la subdivision classique du terroir en secteur céréalier de plaine alluviale et secteur collinaire voué à l’élevage extensif. Toutefois on remarque que prés et prairies sont essentiellement localisés dans les parties topographiquement basses et près de l’habitat, tandis que le territoire des collines8, contrôlé par les granges est voué à des prairies aux qualificatifs plus complexes, aux pâtures et landes ouvertes associées à des parcelles de vignes et de bois. Cette cartographie montre aussi que le système pastoral souletin et sa Coutume structurent encore profondément les paysages, puisque toutes les maisons présentes en 1377 continuent à y gérer l’espace comme par le passé.

25La situation en 1948 fait apparaître quelques mutations : disparition de la vigne décimée par le phylloxéra, régression des secteurs boisés, les uns au profit de gain en pâtures, les autres en prairies. Ces évolutions sont les témoins paysagers des premières mutations de l’économie agricole qu’a connues la vallée entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, en particulier l’accroissement de la charge pastorale sur le secteur des collines qui a nécessité plus de surfaces de pâturage d’autant que les progrès de la céréaliculture ont contribué à chasser de la plaine une part conséquente des prés. Cette pression pastorale va de pair avec une première phase de redistribution partielle des terres entre les maisons qui restent et continuent à se partager le territoire en récupérant les propriétés disparues.

26Enfin, la situation de 1998 met en exergue le changement radical qu’a connu l’économie locale et les paysages pastoraux à partir des années 1960-1970. Elle traduit en particulier la rupture matérialisée par le remembrement important du foncier rendu nécessaire par la diminution importante de maisons exploitantes et le besoin, face aux pressions foncières extérieures, de se redistribuer les bonnes terres entre les exploitations pastorales restantes. L’objectif est d’une part de faciliter les mutations des parcelles agricoles autour des noyaux villageois pour les urbaniser, d’autre part d’adapter ailleurs le parcellaire aux exigences conjointes de la mécanisation et de la culture intensive du maïs qui désormais grimpe sur les surfaces les plus planes du secteur de collines. La disparition de maisons exploitantes s’accompagne d’un recul drastique des surfaces de pâtures et landes ouvertes, donc du mode d’usage extensif, dans les secteurs les moins favorables par l’abandon de l’entretien des parcelles et par leur fermeture en boisements spontanés. Ce recul est compensé par une progression des surfaces dans les secteurs les plus favorables en y supprimant les anciennes haies vives afin de constituer des parcelles labourables pour y semer désormais des prairies artificielles monospécifiques, voire du maïs pour l’ensilage, en privilégiant désormais un usage intensif de l’espace pastoral.

  • 9 Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale. La fin de la France paysanne, tom (...)

27Cette série de cartes permet de mieux visualiser cette période d’après la Seconde Guerre mondiale où tout bascule pour l’agriculture9 y compris pour ce qui est des « surfaces en herbe » dont l’importance quantitative change bien moins que son contenu qualitatif et ses modes d’exploitation et d’usage.

Figure 5. Les parcelles ayant changé de nature entre 1815 et 1948

28Le nombre de parcelles changeant d’affectation entre 1815 et 1948 est d’autant plus faible qu’une bonne partie d’entre elles correspond à la seule disparition des vignobles à la fin du xixe siècle et au tout début du xxe siècle. En fait s’il y a, ici comme ailleurs, exode rural et disparition d’exploitations durant ce laps de temps, ce ne sont la plupart du temps que les toutes petites exploitations des anciens botoys ou des métayers qui ne fournissent au marché foncier que peu de parcelles à se partager. Un fait est significatif de cette permanence du système autarcique essentiellement liée aux débouchés de l’élevage vers des marchés locaux et toujours dominée par le système des « maisons » : le cadastre napoléonien constitue toujours en 1948 la base de référence, seules quelques parties des sections cadastrales ont été l’objet de révision en 1936.

Figure 6. Les parcelles ayant changé de nature entre 1948 et 1998

29Sur cette seconde carte, les changements sont massifs : hormis d’un côté les champs de plaine alluviale et de l’autre des pâtures et landes restantes continuant de subsister au sommet de l’étage collinaire, l’essentiel des parcelles au cœur du terroir communal change, lui, d’affectation. Il traduit ce passage en une génération à un mode d’élevage désormais fondé sur l’intensif et le productivisme, et centré désormais sur deux types de production : le maïs et les bovins dans un nombre désormais réduit d’exploitations. Le premier a fini par accaparer toutes les surfaces en herbe de la plaine, voire gagne en surface dans les collines ; les seconds pâturent dans des enclos où les prairies artificielles prennent de plus en plus le pas sur les prairies naturelles et les anciennes pâtures en landes.

  • 10 Droit d’aînesse : la réalité est en fait plus compliquée et moins conforme au principe.

30L’histoire de la maison Hastarran, fivatière au xive siècle, procède bien de la logique du système coutumier puisque jusqu’à nos jours la transmission s’est faite sur la base de l’héritier unique10 mais qui a permis à cette modeste maison (8 ha en propriété en 1815) de passer de main en main sans risquer de partage. Ainsi, au fil des générations, elle a su préserver non seulement son patrimoine mais profiter de la désagrégation progressive du système et de l’incapacité d’autres maisons à assurer la continuité intergénérationnelle pour leur reprendre des parcelles. Grâce à l’examen des archives familiales et le témoignage de M. Hastarran, nous savons que la maison acquiert peu de parcelles entre 1811 et 1885, parce que la maison a une assiette financière réduite et parce que rares sont les maisons qui disparaissent durant cette période. Par contre, entre 1894 et 1928, l’effet démographique et social de la première guerre mondiale et la mise en vente de quelques propriétés, liée à l’absence de successeur ou à l’exode rural, permettent à ceux qui restent de faire un premier bond quantitatif sans pour autant réduire l’émiettement de la propriété. On continue à pratiquer un élevage extensif transhumant et l’important est de disposer de terroirs complémentaires en pré, prairies et landes de parcours : la maison Hastarran est largement bénéficiaire d’une telle évolution.

Figure 7. Évolution de la propriété Hastarran de 1811 à 2004

31Avec le passage du grand-père au père de l’actuel exploitant, les conditions évoluent. Le premier a récupéré la propriété d’une maison, le second (qui est notre témoin) a profité de la rupture que connaît dans les années 1960 l’économie pastorale locale pour acquérir un lot de parcelles contiguës – en nature de pâtures et de landes pour la plupart – et qui vont lui permettre de se recentrer sur l’élevage bovin, ne conservant de la phase polyculture que quelques lopins. Sa logique est d’adapter l’exploitation à une productivité différente et de faciliter sa mécanisation. Il est donc important d’avoir des terres en continuité spatiale. Ne choisissant pas, à la différence d’autres maisons, de spéculer sur l’urbanisation des parcelles de plaine, il préfère les vendre ou les échanger pour constituer une exploitation centrée sur l’élevage dans le secteur des collines.

  • 11 Le cadastre napoléonien va en fait affiner le parcellaire préexistant en le scindant en unités homo (...)

32L’évolution des nomenclatures de nature des parcelles du compoix de 1764 à celles du cadastre napoléonien et à plus forte raison du cadastre contemporain témoigne de la transformation radicale de la représentation publique des paysages, de leurs modes d’exploitation et des usages et codes sociaux. En premier lieu, on dénombre, en 1764, 36 « qualités » de milieu contre 15 seulement en 1815. Cet écart tient au fait que le compoix a le souci de traduire la variété de composition floristique des parcelles11 et en même temps de rendre compte des différents modes d’usage et des pratiques.

Typologie du compoix de 1764

Typologie du cadastre de 1815

Bois

Bois taillis

Bois à haute futée broussaille fougère tuya ronces en épines

Bois à haute futée chataignerée broussaille

Bois futaies

Bois fermé

Bois fermé bois ouvert tuya ouvert

Bois fougère

Bois fougère ouverte

Bois fougère ouverte tuya

Bois ouvert

Total de type de bois

9

2

Broussaille chataignerée fougère branar fermé

Broussaille tuya

Total de type de broussaille

2

Chataignerée

Chataigneraie

Chataignerée fougère

Chataignerée tuya

Total de type de chataignerée

3

1

Fougère

Fougère bois

Fougère ouverte

Fougère tausiaas

Total de type de fougère

4

Hautin

Hautin tuya fermé

Total de type d’hautin

2

1

Vigne

Jardin

1

1

Jardin

Labourable

Labour

Labourable fermé

Total de type labourable

2

1

Prairie

Prairie fermée

Prairie tuya

Prairie verger à pomme ruiné

Total de type de prairie

4

Pré

Pré

Pré ouvert

Total de type de pré

2

1

Tausiaas ouvert

Tausiaas tuya fougère

Total de type de tausiaas

2

Tuya ouvert

Tuya bois

Tuya fermé

Tuya fougère ouvert

Total de type de tuya

4

Verger à pomme hautin

1

1

Verger

1

Pâture

1

Noyer

1

Pépinière

1

Taillis

1

Haut taillis

1

Gravier

1

Étang

1

Terrain vague

Figure 8. Comparaison des typologies cadastrales entre 1764 et 1815

  • 12 L’exploitation d’autres compoix souligne ainsi les variations d’appréhension des milieux selon les (...)

33Là où le cadastre napoléonien désigne des espaces sous la seule appellation de « pâture », le compoix y distingue les différents « tuyas, tausias, et fougères » ; si le premier prend lui aussi en compte les prés, il ne recense pas, par contre, de prairie que le compoix décompose lui en quatre types. Enfin, la répétition de la terminologie « ouvert/fermé » dans le compoix témoigne du souci de rendre compte des pratiques et de traduire des formes d’exploitation extensive du milieu. La plus grande variété de la nomenclature de la fin du xviiie siècle tient au fait qu’elle a été établie sur la base des dénominations et conceptions locales12, par opposition à la seconde conçue « d’en haut » par une administration impériale ayant le souci d’uniformiser et de gommer les singularités locales.

34Ces typologies nous font aussi mesurer les transformations radicales qui se sont opérées après la seconde guerre mondiale dans la composition des surfaces de pâturage, qu’il s’agisse des prés, prairies ou landes.

35C’est pourquoi, grâce à notre interlocuteur, nous avons tenté de traduire l’évolution de la nature d’une parcelle aujourd’hui en prairie artificielle sur plusieurs dizaines d’années, en partant de ses souvenirs d’enfance, lorsqu’il accompagnait son père, jusqu’aux transformations qu’il a lui-même effectuées au cours de sa vie sur cette même parcelle.

36Partant d’un descriptif de sa part, parfois guidé par lui, nous avons recherché dans le pays basque des faciès paysagers correspondants à ses descriptions, réalisé un panel de clichés que nous lui avons présenté afin qu’il sélectionne le plus près de la réalité vécue. Ses choix nous permettent de reconstituer les différents stades et paysages qui se sont succédés sur cette prairie depuis qu’elle n’était, entre les deux guerres, qu’une lande plantée de chêne tauzin qui servait alors aussi au glandage des troupeaux de porcs aujourd’hui disparus.

37La succession des séquences paysagères qui en résulte montre combien le passage d’un élevage extensif à un mode intensif et productiviste a eu pour résultat une transformation non seulement de la surface des parcelles en herbe (par suppression des haies en particulier) mais aussi de leur perte en diversité végétale.

***

38Cette étude a pu mettre en évidence d’un côté une déliquescence tardive du système des maisons, de l’autre le maintien et l’expansion de la maîtrise foncière des rares maisons qui ont su perdurer jusqu’à nos jours. L’organisation des zones de pâture est directement liée à ce système des maisons qu’il est possible de percevoir dès le xive s. Même si la Révolution a entraîné des modifications dans l’organisation foncière, le poids de la coutume s’est maintenu bien au-delà. En effet, il faut attendre la crise démographique et les phénomènes d’exodes ruraux de la fin du xixe et du début du xxe s. pour que la marque des hiérarchies de maison sur le domaine herbager s’atténue. Seules quelques familles anciennes se sont maintenues jusqu’à nos jours. Ce sont celles qui ont su en même temps profiter du maintien du système ancien des maisons, et s’intégrer à partir du xxe s. aux nouvelles formes d’organisations sociales du monde agricole.

Arch. départ. Hautes-Pyrénées, E dépôt Sadournin, fol. 78, 1772.
Faucheur, en-tête du chapitre de Jean Danton Bonzom.
Cadastre de Sadournin,
copyright : Archives départementales des Hautes-Pyrénées.

Notes

1 Projet d’anthropologie et d’écologie historique en collaboration avec l’Université de Géorgie, Athens, USA.

2 Ce compoix a été re-découvert par l’équipe dans le grenier de l’école de Viodos. Il a depuis été versé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

3 Cierbide Ricardo, Le censier gothique de Soule, Saint-Etienne de Baïgorri, 1994.

4 Travail effectué par Marie Paule Lavergne et Dominique Cunchinabe.

5 Arch. comm. Viodos, Compoix d’Abense 1764, fol 12 et page 4 des parcelles nobles.

6 Le compoix a été utilisé durant la Révolution comme registre de délibération communal. Le processus de privatisation des derniers communaux y est très précisément décrit. L’attribution des parcelles se fait au prorata du poids démographique de chaque maison. Ainsi les maisons les plus récentes accèdent enfin aux communaux, mais les jeux sont déjà très largement faits.

7 Benoît Cursente, Des maisons et des hommes : la Gascogne médiévale, xie-xve siècle, PUM, 1998.

8 Territoire qui recouvre à la fois les espaces qualifiés de « saltus » en référence à l’histoire, de « bordalte » selon la terminologie basque, de « zone intermédiaire » du point de vue des agronomes.

9 Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale. La fin de la France paysanne, tome 4, Paris, Ed. Seuil, 1977.

10 Droit d’aînesse : la réalité est en fait plus compliquée et moins conforme au principe.

11 Le cadastre napoléonien va en fait affiner le parcellaire préexistant en le scindant en unités homogènes du point de vue de l’occupation du sol afin de calculer l’assiette d’imposition à l’échelle de chaque parcelle et non plus seulement à l’échelle de l’appropriation globale.

12 L’exploitation d’autres compoix souligne ainsi les variations d’appréhension des milieux selon les communautés.

Notes de fin

1 Cet article est le fruit d’un travail collectif. Il convient donc d’associer à ce travail Marie Paule Lavergne, Dolorès de Bortoli, Dominique Cunchinabe et Patricia Heinigger-Casteret de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’organisation des terroirs d’Abense en 1764
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 2. Les communaux (partilles) à l’ouest de la communauté d’Abense en 1764
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. Les maisons d’Abense d’après de censier de 1377
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 4. Répartition spatiale des ostau de 1377
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 5. Les parcelles ayant changé de nature entre 1815 et 1948
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 6. Les parcelles ayant changé de nature entre 1948 et 1998
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 7. Évolution de la propriété Hastarran de 1811 à 2004
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Arch. départ. Hautes-Pyrénées, E dépôt Sadournin, fol. 78, 1772.Faucheur, en-tête du chapitre de Jean Danton Bonzom.Cadastre de Sadournin,copyright : Archives départementales des Hautes-Pyrénées.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9045/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search