Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Archéologie de l’irrigation des prés : les écluses de l’Arriou, à Viella (Gers)

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Pour la zone qui nous intéresse ici, voir Francis Brumont, « Viella aux xviie et xviiie siècles. Év (...)
  • 2 Francis Brumont, « Prés et prairies en Gascogne à l’époque moderne », Bulletin de la Société archéo (...)
  • 3 Arch. départ. Gers, 3 E 9987, no 483 (Saint-Martin, 16-VIII-1744).
  • 4 Arch. départ. Gers, 3 E 9984, no 238 (Lanne-Soubiran, 27-III-1733).
  • 5 Arch. départ. Gers, 3 E 9981, no 13 (Saint-Griède, 28-I-1731).

1Parmi les différentes espèces de prés, les prairies de fauche étaient les plus prisées et bien souvent, aux époques anciennes, elles étaient aux mains de notables qui les louaient à prix d’argent ou de paysans aisés qui pratiquaient l’élevage1. Elles faisaient l’objet de soins attentifs et étaient labourées de temps en temps pour en renouveler l’herbe. Celles qui se trouvaient au bord de ruisseaux étaient également irriguées, dans le but d’en retirer plusieurs récoltes de foin ou, à tout le moins, de disposer d’une herbe plus abondante2. Il est rare que les documents (affermages de prés, contrats de métayage) fournissent des précisions ; ils se contentent de mentions sommaires. Le fermier « devra conduire les eaux qu’il pourra dans lesdits preds pendant la première saison propre et tout autant de temps que lesdites eaux y seront nécessaires » lit-on dans un contrat concernant un prairie de fauche de Saint-Martin d’Armagnac3. Ou encore à propos d’une servitude lors de la vente d’une terre : « Ledit Dubiau [vendeur] pourra prendre l’eau qui descend du village […] pour arroser le pré audit Dubiau qui est au fons du champ de Lahontaignère et, ce, pendant tout le temps qu’on a accoustumé d’arrouser les preds4.» Dans ces textes, il n’est aucunement question de technique : les méthodes d’irrigation étant bien connues de tous, il n’est nul besoin de les préciser. Et si, en une occasion, on parle d’écluse, c’est seulement pour éviter les inondations, le sablage des foins avant la récolte étant un risque redouté : « Lesdits fermiers feront une écluse au bout du fossé qu’ils doivent reverser le long de l’Isaute afin que l’eau de l’Isaute ne regorge dans ledit fossé » spécifie le contrat passé par le seigneur de Saint-Griède et les fermiers de son pré justement appelé « le prat du seignou5 ».

  • 6 Figure 1, d’après la carte IGN au 1/25 000, no 1643 est (Riscle). ; de son appellation traditionnel (...)

2Force nous est donc de nous retourner vers l’archéologie pour retrouver les traces de ces écluses. En guise d’exemple, je me suis penché sur celles qui barraient un petit ruisseau de la commune de Viella, à l’extrême ouest du département du Gers (et de l’Armagnac sous l’Ancien Régime), simplement nommé l’Arriou (le ruisseau), même si le cadastre « napoléonien », datant de 1836, le nomme Baradat ou Bégué et c’est ce dernier nom qu’ont adopté les topographes de l’État-Major, et après eux les cartographes de l’ign6.

Figure 1. Le cours de l’Arriou et l’emplacement des écluses (Viella, Gers)

3Son cours, orienté grossièrement ouest-est, ne dépasse guère 5 km : né dans le vallon de Bégour, au pied de la croupe où est assis le village, il se jette dans le Saget, un affluent de l’Adour, ou plus précisément dans le canal du moulin appelé du Saget, qui appartint aux seigneurs de Viella. Comme en ce qui concerne la plupart des rivières gasconnes, sa vallée est fortement dissymétrique : elle s’étend sur moins d’une centaine de mètres sur la rive droite et jusqu’à 500 m sur la rive gauche. On peut voir encore de nos jours sur ces espaces plats de nombreux fossés qui servent aussi bien au drainage qu’à l’irrigation ; ils forment un quadrillage assez dense qui apparaît clairement sur la carte ign (Figure 1).

4L’Arriou est un cours d’eau étroit (1,20 m environ) où généralement ne court qu’un modeste filet d’eau, mais la relative profondeur de son lit (1,20 m à 2,50 m) permet d’emmagasiner de grandes quantités d’eau, pour peu qu’on en barre le cours. C’était le rôle des écluses qui permettaient de constituer une réserve suffisante, à un niveau assez élevé, pour en remplir les fossés et inonder ensuite les prairies. Ce sont ces écluses que nous nous proposons d’étudier ici : elles sont au nombre de 5, regroupées sur un demi kilomètre, sur le cours inférieur du ruisseau, en aval du pont qui enjambe la route reliant le quartier de Delà L’Arriou au village.

5Même si certaines ne sont pas dans un excellent état de conservation, il apparaît assez clairement que ces écluses n’ont pas été bâties sur le même modèle ; seul le matériau, une belle pierre, est commun à toutes. C’est cette variété que nous allons examiner maintenant, en présentant ces ouvrages l’un après l’autre.

Écluse 1

  • 7 Figure 2. Les parties en pointillé ont été reconstituées.

6Cette écluse a été en partie détruite sur la rive gauche, sans doute quand on a construit la belle arche en plein cintre du pont qui franchit notre ruisseau. Sur cette rive, il ne reste que des fondations, sauf sur la partie qui touche au pont où le mur s’élève à plus d’un mètre, comme sur la rive droite où, en revanche, les constructions sont intactes, du moins en aval du pont, une partie seulement étant plus qu’à moitié enfouie sous la terre et les broussailles, mais on peut la reconstituer facilement7. Le ruisseau pouvait être barré en plaçant des planches dans la rainure, large et profonde de quelques centimètres, située sur le pilier de droite, un peu en aval de la chaussée, bâtie elle aussi, pilier qui devait avoir son pendant en face. L’eau pouvait alors s’écouler par le fossé de rive droite, même si sur cette rive et à cet endroit, la superficie à irriguer n’est pas bien grande. Comme l’entrée de ce fossé peut être, elle aussi, fermée par le même système, ainsi qu’en témoignent les rainures pratiquées sur les deux murs qui le canalisent sur environ deux mètres, on doit supposer qu’un autre fossé partait sur la rive gauche, où les prés irrigables étaient bien plus vastes. Mais la construction du pont et de la route a complètement modifié la topographie des lieux, si bien que l’on ne peut savoir d’où partait ce fossé. Soit en face de l’autre, mais à un niveau plus élevé (comme nous en verrons un exemple dans l’écluse 4), ce qui expliquerait que les fondations de ce côté soient continues, soit un peu plus en amont, à l’emplacement du pont.

Figure 2. Écluse 1 (plan)

Écluse 2

7Quelque 150 m en aval, se trouvent les restes de l’écluse no 2, restes dont une partie est enfouie dans le sol, rive gauche. Sur la rive opposée et largement en saillie par rapport aux berges, se trouve seulement un trapèze régulier, portant la rainure pour les planches que l’on retrouve sur le mur d’en face, beaucoup moins saillant. Un peu en retrait, deux constructions en arc de cercle (60 cm de haut pour 90 de longueur) sont en saillie au-dessus du sol, comme si on avait enterré là deux meules de moulin. Il n’en est rien : il s’agit là des bords d’un fossé qui pouvait être barré lui aussi. Il est probable que ces murs sont encore en place ainsi qu’en témoigne leur parfait parallélisme, entre eux et avec le mur d’aval, mais les berges ne doivent pas avoir leur configuration d’origine, le mur d’amont étant à bonne distance du ruisseau, dont il est séparé par un gros aulne. On peut se demander si elle n’était pas destinée à irriguer seulement la rive gauche, aucun fossé ne figurant rive opposée sur le cadastre de 1836, l’écluse 1 suffisant peut-être à l’arrosage de cette rive.

Figure 3. Écluse 2 (plan)

Écluse 3

8Située à environ 100 m en aval de la précédente, elle semble n’être constituée que de deux murs canalisant la chaussée ; mais, contrairement aux autres, elle ne pouvait être fermée avec des planches car, au lieu d’une simple rainure, c’est une large saignée, de forme semi-circulaire (25 cm sur 20) qui est pratiquée dans les deux piliers ; il est probable qu’on devait utiliser des rondins de bois pour barrer le cours d’eau (Figure 4).

Figure 4. Écluse 3 (plan et profil)

Écluse 4

9Cent cinquante mètres en aval, voilà l’écluse 4, en parfait état de conservation, contrairement à la première, à laquelle elle ressemble. C’est donc un ensemble complexe, mais c’est parce que les superficies à irriguer sont très vastes. Rive droite, si l’on se fie aux fossés encore existants, c’est un pré de 200 m sur 40 et rive gauche, la largeur de la zone irrigable peut atteindre 200 m. L’essentiel de l’écluse est composé sur la rive droite d’une longue muraille de plus de 5 m de long sur 1,20 m de hauteur, percée en son centre d’une vaste ouverture, semblable à un créneau (1,20 m de large sur 0,60 m de hauteur) située à 60 cm au-dessus du niveau du sol. En face, rive gauche, la muraille n’est pas d’un seul tenant, mais ses parties amont et aval sont séparées par une ouverture d’1,20 m de large ; à la base de cette ouverture, se trouve un seuil empierré, permettant d’appuyer les planches qui servaient à l’obturer (Figure 5). En amont, sur chaque rive on peut déceler des départs de fossés, bâtis en partie (a, b). Grâce à ce système, si l’on barrait le ruisseau, l’eau pouvait s’élever jusqu’à 1,20 m (si l’on fermait l’ouverture rive droite) et pouvait donc s’écouler rive gauche dans les fossés sur une bonne distance. Pour irriguer rive droite, il suffisait de fermer la sortie de la rive gauche en plaçant des planches dans les rainures prévues à cet effet. Comme le dénivelé est moindre sur cette rive, il n’était pas nécessaire que les fossés fussent si profonds que rive gauche.

Figure 5. Écluse 4 (plan et profils)

Écluse 5

10Située à 125 m en aval de la précédente, elle n’est pas en très bon état de conservation ; il ne reste, rive droite, qu’un bloc de maçonnerie relativement massif (1,25 m sur 1,25) entaillé de la rainure habituelle. En face, ne subsiste qu’un long mur (2,50 m) qui devait encadrer le départ d’un fossé, mais la façade est incomplète puisque la rainure n’existe plus. On ne peut guère en dire plus sur cet ouvrage.

Figure 6. Écluse 5 (plan)

  • 8 Voir figure 1, page 262.

11D’autres écluses ? Les témoignages oraux comme l’examen du terrain signalent l’existence d’une écluse détruite à 300 m en amont du pont ; elle se situait sans doute en A, où de vastes dalles de pierre obstruent en partie le ruisseau8. Elle aurait été détruite lors de l’aménagement d’un petit étang (a) et servait à irriguer le pré situé rive droite (b) lequel est entièrement entouré de fossés et une zone plus vaste rive gauche, le fossé de retour (c) étant encore très visible. Il se jette dans le ruisseau exactement en face du fossé de retour de rive droite, lesquels coupent donc le ruisseau à angle droit (c).

  • 9 Idem.

12Pour conduire l’eau dans les champs à irriguer un réseau de fossés était nécessaire ; ce réseau est encore très nettement visible sur la carte IGN, notamment sur la rive gauche : ils y sont orientés pour la plupart nord-ouest sud-ouest, suivant le sens de la pente. Sur la rive droite, un fossé continu suit le bas de la colline, relié au ruisseau par d’autres fossés qui suivent les limites des propriétés9. Il est possible d’ailleurs que le cadastre de 1836 omette quelques-uns de ces fossés, ceux qui justement ne servaient pas de limites, et que le système ait été plus complexe qu’il n’apparaît sur le plan. Il fallait, en effet, des fossés situés en amont de l’écluse, qui se remplissaient d’eau à la fermeture de celle-ci et des fossés qui débouchaient en aval, parfois très près d’ailleurs, et qui ramenaient le surplus de l’eau dans le ruisseau. Si l’on en juge par ce qu’il en reste, certains d’entre eux débouchaient à mi-hauteur tandis que d’autres se jetaient à niveau dans le lit.

Figure 7. Le réseau des fossés d’après le cadastre de 1836

***

  • 10 Arch. départ. Gers, E Supplément 69, p. 95.
  • 11 Arch. départ. Gers, B 927-B 958 (1764-1791).

13L’existence d’un tel nombre d’ouvrages, en pierre, certains assez complexes, sur une si petite distance et sur un si petit ruisseau, est remarquable et ne peut qu’inciter à la réflexion. En premier lieu, il faudrait pouvoir dater ces écluses ; il est probable qu’elles ont été érigées en même temps, ou du moins dans un espace de temps assez court, étant donné leur similitude de construction et de matériau. Elles sont, par ailleurs, antérieures à la construction de la route puisque le pont est venu se superposer à l’écluse 1. Ce pont et cette route sont signalés dans le cadastre « napoléonien » de 1836 et le chemin est également mentionné dans une délibération de la communauté de 179110. Les écluses sont donc antérieures à cette date ; ont-elles été édifiées au xviiie siècle ? C’est probable, mais nous n’en avons aucune preuve documentaire. Je dois reconnaître cependant que je n’ai pas dépouillé les actes notariés de cette époque et seulement une partie des registres d’audience de la justice seigneuriale qui couvrent la deuxième moitié du siècle et où auraient pu apparaître des conflits au sujet de ces ouvrages11.

  • 12 Arch. départ. Gers, Q 70, Q 180, no 131, Q 109, Q 181.
  • 13 Arch. départ. Gers, E Supp. 72, fo 208-233 ; le lieu-dit « la goze » ne figure pas dans ce cadastre

14Qui a été à l’origine de leur construction ? Il ne peut s’agir que des propriétaires riverains. Vu l’importance des travaux, on pourrait penser que les comtes, puis le marquis de Viella, puissants seigneurs, en aient pris l’initiative. Or, il n’en est rien : les nombreux inventaires de leurs propriétés effectués suite à l’émigration de Charles de Labaigt, le dernier marquis, montrent qu’ils ne possédaient aucun pré le long de l’Arriou12. Ce sont donc des paysans, sans doute de bons laboureurs, qui ont fait ériger ces écluses. C’est ce que montre la matrice cadastrale de 1836 : les propriétaires des prés et pâtures arrosés par l’Arriou sont de bons paysans du voisinage, possédant entre 10 et 15 ha de terres (maisons « régent », « garruchat », « larrère » de Viella et « francou » de Maumusson). Nous pouvons retrouver quelques-uns de ces prés dans le cadastre de 1661 (aux lieux-dits « goutail » « bartouil » et « caouet ») avec le même type de tenanciers, propriétaires des maisons « bidétat », « lugran », « larrère », « galiffe » ou « peyron13 ». Comme les propriétaires sont différents sur les deux rives, il fallait bien qu’ils se soient entendus pour les édifier comme pour se partager l’eau ; il est bien probable que des conflits ont dû se produire dont nous retrouverons peut-être la trace.

15D’autres écluses ont existé sur des ruisseaux semblables au nôtre ; dans ce même quartier de Viella, sur le ruisseau de Lagrange, parallèle à l’Arriou ; d’autres m’ont été signalées à Maumusson sur de petits ruisseaux affluents du Bergons, un affluent de l’Adour, parallèle au Saget. Ce petit patrimoine a souffert des remembrements, mais le souvenir en subsiste ; il est encore temps d’en faire l’inventaire et de sauver ces ouvrages. Si ce modeste travail a pu attirer l’attention sur eux, il aura atteint son but.

Notes

1 Pour la zone qui nous intéresse ici, voir Francis Brumont, « Viella aux xviie et xviiie siècles. Évolution des structures agraires », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1993, p. 65 et « Saint-Mont aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1994, p. 49-50.

2 Francis Brumont, « Prés et prairies en Gascogne à l’époque moderne », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 2007, p. 297-309.

3 Arch. départ. Gers, 3 E 9987, no 483 (Saint-Martin, 16-VIII-1744).

4 Arch. départ. Gers, 3 E 9984, no 238 (Lanne-Soubiran, 27-III-1733).

5 Arch. départ. Gers, 3 E 9981, no 13 (Saint-Griède, 28-I-1731).

6 Figure 1, d’après la carte IGN au 1/25 000, no 1643 est (Riscle). ; de son appellation traditionnelle, l’Arriou, témoigne le fait que notre ruisseau sert de limite à un des quatre quartiers de Viella nommé justement Delà l’Arriou (F. Brumont, « Viella… », carte p. 66).

7 Figure 2. Les parties en pointillé ont été reconstituées.

8 Voir figure 1, page 262.

9 Idem.

10 Arch. départ. Gers, E Supplément 69, p. 95.

11 Arch. départ. Gers, B 927-B 958 (1764-1791).

12 Arch. départ. Gers, Q 70, Q 180, no 131, Q 109, Q 181.

13 Arch. départ. Gers, E Supp. 72, fo 208-233 ; le lieu-dit « la goze » ne figure pas dans ce cadastre.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le cours de l’Arriou et l’emplacement des écluses (Viella, Gers)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 2. Écluse 1 (plan)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 3. Écluse 2 (plan)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 4. Écluse 3 (plan et profil)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 5. Écluse 4 (plan et profils)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 6. Écluse 5 (plan)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 7. Le réseau des fossés d’après le cadastre de 1836
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9042/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search