Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Réalité et limites d’une « révolution verte » dans les pays de tradition germanique à l’époque moderne

Jean-Michel Boehler

Texte intégral

  • 1 Arch. départ. Bas-Rhin 63 J 23 : rapport à la Société des Sciences, Agriculture et Arts du Bas-Rhi (...)

1Une triple ambiguïté entoure l’expression de « révolution verte », utilisée par un certain nombre d’historiens allemands et qui renvoie à ce « tapis vert » dont le pasteur agronome Schroeder qualifie, dans son mémoire de 1805, la sole de jachère dans les pays à grains de l’Alsace du Nord de la deuxième moitié du xviiie siècle1.

2Il n’y a pas, bien entendu, de « révolution » à l’époque moderne, car tout ce qui touche à l’économie agro-pastorale est du domaine des « évolutions », lentes par définition, progressives, souvent multiséculaires, et de processus cumulatifs qui s’échelonnent dans le temps entre le xiiie et le xixe siècle et dont la somme finit par faire « boule de neige ».

3Il n’y a pas non plus de tradition « germanique », car l’Allemagne n’existe pas, pas davantage que la France dont Lucien Febvre disait qu’elle était « diversité ». Se détachent en réalité trois Allemagnes dans le domaine qui nous intéresse : une Allemagne alpine, autour de la Souabe et de la Bavière, très proche du Tyrol et du Vorarlberg autrichiens comme de la Suisse, qui fait la part belle à l’élevage en tant que richesse en soi et qui affiche une nette prédilection pour les herbages sous forme de pâturages de montagne ; une Allemagne orientale (Prusse, Mecklembourg, Saxe, Hesse, Thuringe), en voie de colonisation au xviiie siècle encore, qui compense sa pénurie en hommes par la présence de grands espaces que se partagent de vastes domaines céréaliers aux mains d’une aristocratie foncière reposant encore, à l’est de l’Elbe, sur le servage et pratiquant un important élevage grâce à l’extension des prairies et des pâturages ; enfin une Allemagne occidentale, en grande partie rhénane, modèle des « mondes pleins » à l’image de la Flandre, qui arrive à nourrir de fortes densités de population grâce à une agriculture fort diversifiée et particulièrement intensive, proche du jardinage, des plateaux ou Kornländer du Mittelland suisse aux Pays-Bas en passant par l’Alsace (rattachée au royaume de France entre 1648 et 1681 seulement) et le pays de Bade. Dans cet espace surpeuplé et surexploité, la question est de savoir si prairies et pâturages trouvent leur place et quel contenu il convient de donner à la « révolution verte » : s’agit-il de l’introduction de nuances vertes, grâce aux plantes fourragères, à l’intérieur du tapis, faussement uniforme d’ailleurs, des « bleds » dorés ?

4Il y aurait en réalité plusieurs modèles de « révolution verte » : l’expression peut en effet signifier aussi bien la progression des pâturages en zone de montagne que le développement de prairies artificielles et de plantes fourragères à l’intérieur même de l’espace cultivé, cette intrusion posant le problème de l’articulation entre labours et herbages, de la concurrence entre alimentation humaine et alimentation animale et de l’apparente aberration (qui est pourtant le fondement même de la « révolution agricole ») selon laquelle l’extension des espaces non céréaliers pourrait être à l’origine des progrès agraires.

5Le but de cette présentation est de montrer que tout se tient, dans un système politico-économique cohérent qu’on aurait tort de vouloir fractionner en isolant prairies et pâturages analysés de façon autonome. Il est donc nécessaire d’accorder, dans un premier temps, une large place aux conditions qui sont à la base d’une « révolution verte ».

Les conditions d’une « révolution verte2 »

L’aiguillon démographique

6Les moyennes qui portent sur l’ensemble de l’espace germanique sont trompeuses. Même si l’Allemagne se situe, par sa population, au deuxième rang de l’Europe occidentale, puisque 15 millions d’Européens sont allemands à l’époque moderne, on assiste à un timide doublement de la population entre 1650 et 1800 selon Günter Franz, avec des taux de croissance annuels de l’ordre de 0,6 à 0,8 % au xviiie siècle. La faiblesse des densités brutes, c’est-à-dire non rapportées à l’espace réellement utilisable (de l’ordre de 20 à 30 habitants au km2), laisse la même impression. Pourtant, dès qu’on analyse la situation dans le détail, on découvre une forte opposition sud-ouest/nord-est avec des progressions de 150 à 200 %, entre 1650 et 1800, dans la partie sud-ouest, essentiellement rhénane (Flandre, Alsace, Palatinat, Wurtemberg, pays de Bade), compte tenu d’ailleurs du rattrapage lié à l’hécatombe de la guerre de Trente Ans, et des densités brutes souvent supérieures à 50 habitants au km2 qui situent ces régions sur la dorsale des fortes densités (30 à 50 habitants au km2) qui passe par l’Italie du Nord, la Rhénanie et les Pays-Bas, enfin des taux de croissance annuels de l’ordre de 1 %.

7Les conséquences sur l’environnement, à la fois naturel et humain, sont tangibles :

  • densification de l’espace bâti, mais également surexploitation et parcellisation des terroirs, situation qui inspire des mesures coercitives au milieu du xviiie siècle : dans le Brisgau badois, interdiction d’immigrer, flambée des droits de réception à la bourgeoisie et consentement obligatoire du seigneur pour tout mariage, lequel est systématiquement retardé au-delà de 25 ans, encore faut-il que les capacités économiques du couple le permettent ;
  • facteur important pour l’intensification culturale : l’agriculture peut compter à l’ouest de l’Elbe sur quelque 5 millions de paires de bras qui, sans relâche, bêchent, sarclent, moissonnent, cet engorgement devenant facteur de production, voire de productivité. Avec un double problème : celui des pénuries relatives et celui de la concurrence entre les terres à blé et les espaces disponibles pour le bétail ;
  • enfin un extraordinaire morcellement de la propriété « réelle » ou « d’usage » (du fait de la formule emphytéotique qui fait du tenancier le véritable propriétaire du sol) : dans le comté de Nassau-Sarrebrücken, la superficie moyenne des propriétés est de 1,3 ha3 à la fin du xviiie siècle (dix fois plus pour les exploitations) et, dans le Brisgau, elle se situe entre 0,5 et 1,2 ha4. Il s’en suit une poussée d’individualisme qui ne manque pas de heurter les réflexes communautaires, dans une région où les communautés rurales sont très vigoureuses, ce qui n’est pas sans incidence sur les revendications de partage des communaux.

8Rien de tout cela au nord-est de l’Allemagne qui se caractérise par des densités plus faibles (30 habitants au km2 dans le Schleswig-Holstein au xviiie siècle) ce qui encourage les mesures en faveur de l’immigration : puisqu’il faut « peupler l’enclos », selon Frédéric de Prusse, on passe de 1,5 millions en 1680 à 2 millions en 1740 et 4 en 1786. De la même façon, la Hesse, la Thuringe, la Saxe, le Mecklembourg jouent le rôle soit de foyer d’accueil en vue d’une authentique colonisation, soit de relais sur la route de la Prusse orientale, de la Poméranie ou de la Silésie, soit d’exutoire de l’émigration des pays rhénans (cf. les Donauschwaben alsaciens et lorrains accueillis dans le Banat par Marie-Thérèse et Joseph II). Apparemment pas de problème : il y a de la place pour tout le monde et l’espace accordé au bétail ne gêne guère celui qui est réservé à l’homme.

9Le deuxième facteur qui intervient est le stimulant de la demande grâce au commerce lointain et à la demande urbaine qui mettent les produits de l’agriculture et de l’élevage à la disposition de nombreux consommateurs non producteurs. Après la guerre de Trente Ans, qui constitue un temps d’arrêt par rapport à l’expansion du xvie siècle, la prospérité semble retrouvée au xviiie siècle, même si elle n’est pas partagée par tous, grâce, en partie, à la hausse des prix et des profits dont bénéficient rentiers et vendeurs : en Allemagne du Nord, un cinquième de la production est ainsi destinée à la vente. En vertu d’un important commerce est-ouest, Frédéric II devient « le plus grand marchand de blé de son époque » et les domaines de l’Allemagne orientale disposent d’importants excédents commercialisables de productions végétales ou animales. À l’offre céréalière, stimulée par le commerce de la Baltique, s’ajoute le trafic des bœufs en Allemagne (principauté de Hohenlohe, Basse Saxe, région de Magdebourg). Dans l’Allemagne rhénane, c’est plutôt le commerce nord-sud qui l’emporte suite à un trafic rhénan fort diversifié, soutenu par les fortes densités de population urbaine (30 % en Alsace par exemple, qui dispute les records avec la Flandre ; 20 à 25 % en Westphalie)…

  • 5 Friedrich Lütge, Geschichte der deutschen Agrarverfassung vom frühen Mittelalter bis zum 19. Jahrh (...)
  • 6 De Friedrich Lütge, on rappellera la Mitteldeutsche Grundherrschaft (Stuttgart, 1955), la Bayerisc (...)

10Intervient enfin la gestion politico-économique de l’espace, très éloignée de la centralisation à la française par intendant interposé, qui confère à des princes territoriaux, petits ou grands, de réelles initiatives en matière économique. À la tête du Staat, État absolu à petite échelle, un Landesherr, qui est souvent le Obergrundherr, c’est-à-dire le seigneur foncier éminent, protecteur de la paysannerie dont il est plus proche que notre intendant. L’Empire se trouve ainsi soumis à l’éclatement entre plus de 300 principautés, dont de minuscules républiques urbaines, des archevêchés et des margraviats, où les dirigeants sont en mesure de donner une impulsion économique décisive, grâce à une importante marge de manœuvre, qui les dispense de se référer, comme en France, aux directives d’un État souverain, enfin d’imposer une rationalisation des choix et une politique prévisionniste. Le principe de territorialité, à la fois de nature politique et économique, dont les pays rhénans fournissent le modèle le plus achevé, rend compte des divers régimes agraires (Agrarverfassungen)5 qui sont loin d’être une abstraction puisqu’ils fondent la seigneurie foncière à l’ouest (Grundherrschaft) et la seigneurie domaniale à l’est (Gutsherrschaft), de part et d’autre de la ligne Elbe-Saale6. À la propriété paysanne répandue et éclatée à l’ouest, s’oppose à l’est une structure en grands domaines exploités en faire-valoir direct, solidement tenus par l’aristocratie terrienne qui exerce son pouvoir économique et politique sur les « âmes » attachées à la glèbe et qui, pour réaliser des bénéfices, se fait, avec la complicité de l’État, exploiteuse d’hommes. Nul doute que les physiocrates pouvaient s’y tromper : vu sous l’angle de la seule superficie, le modèle de la Gutsherrschaft aurait dû les séduire, s’il ne lui manquait l’essentiel, susceptible d’entraver toute velléité d’innovation technique, à savoir cette plage de liberté, incompatible avec toute forme de servage, qui caractérise le passage du féodalisme au capitalisme.

11C’est cette territorialité politique qui nourrit en partie la doctrine économique du caméralisme, forme d’absolutisme princier, qui se substitue au libéralisme économique et constitue l’une des branches du despotisme éclairé. L’économie doit avant tout être source de profit pour la camera ou Kammer du Landesherr qui s’engage, en contrepartie, à faire le bonheur de son peuple à partir du profit réalisé : c’est une forme de capitalisme transféré à l’État, appliqué par raison d’État par le margrave de Bade Charles Frédéric, le comte palatin Charles Théodore ou Frédéric II de Prusse, tous nourris des théories de la Staatswirtschaft de Johann Gottlieb von Justi. Mais les théoriciens de cette espèce cèdent au xviiie siècle la place aux praticiens que sont les Experimentaloekonomen qui, en véritables fermiers modèles (Musterbauern), ironisent sur les premiers qui, disent-ils, n’ont jamais poussé la charrue et se réfèrent à une « sagesse en papier ». Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs propriétaires fonciers (Beneckendorf en Prusse, Hohberg en Autriche, von Münchhausen en Hanovre), et c’est au domaine royal, affirme von Justi, qu’il appartient de donner le signal des réformes applicables aux domaines nobiliaires. Ce sont en effet les souverains qui donnent l’exemple, comme le montre le geste symbolique de Joseph II pratiquant, entre Brünn et Raunitz, le « labour impérial » et ouvrant le « sillon sacré », geste qu’il associe à la fertilité, bien avant que Marie-Antoinette ne se pare de fleurs de pomme de terre et n’élève des moutons à Rambouillet… Agissent plus concrètement des princes comme Charles Eugène de Wurtemberg, qui fait de son château de Hohenstein, près de Stuttgart, une ferme modèle flanquée de plusieurs bergeries de mérinos. Le margrave Charles Alexandre d’Amsbach-Bayreuth, outre la culture du lin qu’il affectionne, s’intéresse, dans sa résidence d’été de Triesdorf, à la fumure, à l’élevage et à l’alimentation des chevaux. Pour tous, l’élevage apparaît comme la clé du progrès agricole et nous voilà au cœur du problème qui nous préoccupe.

Aspects et limites d’une « révolution verte »

  • 7 Friedrich Saalfeld, « Die Produktion und Intensivität der Landwirtschaft in Deutschland und angren (...)

12Nourrir des hommes de plus en plus nombreux, telle est la préoccupation première et le but même de l’indispensable extension de terroirs qui accordent l’essentiel de leurs surfaces aux grains. Voici la situation en 1800, telle que nous la livre Friedrich Saalfeld7. Les régions où les labours représentent plus de 30, voire entre 40 et 50 % de la superficie totale, sont la Saxe et la Thuringe, le Mecklembourg et le Brandebourg, enfin les pays rhénans, moyennant des valeurs décroissantes de l’ouest (plus de 40 à 50 %) à l’est de l’Elbe (moins de 50 %) et du sud (Palatinat rhénan et Wurtemberg) au nord, avec une place particulièrement restreinte en montagne (Alpes bavaroises et tyroliennes), ce qui est normal, mais qui, néanmoins, moyennant 30 % de leurs surfaces consacrés aux herbages, dépassent la moyenne allemande qui est de 23 %. Par contre, les prés à eux seuls ne couvrent en Allemagne que 11 % en moyenne de la superficie totale, le rapport labours/prés étant nettement en faveur des premiers : 10 à 13 pour 1 en Allemagne du Nord par exemple ; 2,5 pour 1 en Alsace.

13Le problème réside donc dans la limitation des espaces verts consacrés au bétail au profit des surfaces céréalières majoritairement mises à la disposition de l’homme à une époque où l’extension des terroirs par défrichements ou assèchements s’avère de plus en plus difficile. Mais, si les gains spectaculaires obtenus sur les marais de l’Oder, de la Warthe, de la Netze, en Poméranie et en Prusse orientale, de l’Emsland hanovrien et des polders du Schleswig-Holstein, grâce aux compétences des ingénieurs hollandais, ont permis de gagner des centaines de milliers d’hectares à la culture, l’élevage laitier y trouve son compte : on aurait donc tort d’opposer, dans une dichotomie factice, les intérêts culturaux et pastoraux dans le cadre d’une « agriculture convertible ». La « révolution verte » revêt ainsi deux formes différentes. La première réside dans l’extension des pâturages de haute montagne ou, dans le cadre de la Koppelwirtschaft de plaine, dans un système de terres encloses et privatisées laissant aux propriétaires une certaine liberté d’action. Un pas de plus est franchi par la constitution des Hollendereien, grandes fermes spécialisées dans l’élevage qui, à l’exemple hollandais comme leur nom l’indique, se développent entre Memel et Lübeck et dans lesquelles l’élevage pour l’élevage tend à remplacer l’élevage pour la culture par une authentique spécialisation : déplacement multiséculaire du centre de gravité des économies céréalières aux économies herbagères. En effet, plus forte que celle des céréales, l’augmentation, au xviiie siècle, du prix de la viande et des produits laitiers – qui s’inscrit dans une économie de marché – encourage les spéculations herbagères du Holstein. Nous voici donc au seuil d’une économie herbagère spécialisée, la Graswirtschaft, telle qu’elle apparaît en Brandebourg-Prusse dont les effectifs bovins font plus que doubler dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Une unité de gros bétail y dispose, comme en Frise et en Flandre, entre 1 et 1,3 hectare de prairies et le cheptel y est moins chétif qu’ailleurs : on considère qu’en Allemagne un bœuf pèse entre 375 et 700 kilos, une vache entre 250 et 300 – avec des performances allant jusqu’à 500, voire 800 kilos comme dans le Holstein – et cette dernière produit entre 750 et 1 000 litres de lait par an, soit 50 kilos d’équivalent beurre ou fromage, le cinquième de son poids, avec des records de 2 800 à 3 400 litres de lait à l’intérieur d’une période de lactation de 280 jours. À la suite de l’assainissement, entre 1718 et 1725, du Havelländischer Bruch, les 15 000 ha de pâturages médiocres récupérés entre Havel et Rhin cèdent la place à autant de bonnes prairies consacrées à « l’art du beurre et du fromage » appuyé sur l’expérience d’une académie (Lehranstalt für die Kunst des Butter-und Käsemachens). Le Königshorter Butter ou Horsbutter, obtenu grâce à l’aide des spécialistes hollandais, passait pour être l’un des meilleurs beurres d’Allemagne et Frédéric Guillaume aura pu installer, au passage, 60 000 familles dans cette contrée autrefois déshéritée…

  • 8 Voir les travaux de Jean Vogt, en particulier sa synthèse posthume sur le sujet : « À propos d’une (...)

14C’est d’ailleurs des pays riverains de la Mer du Nord (Mecklembourg et Poméranie) que partent les longs cortèges de bovins qui se mêlent à ceux de Pologne et de Hongrie et traversent l’Alsace pour gagner la Suisse ou ravitailler le marché parisien8. En concurrence avec le bétail frison et hessois, ce ne sont pas moins de 20 000 à 30 000 bovins polonais, 100 à 200 000 bovins hongrois qui traversent annuellement l’Europe du nord-est au sud-ouest sur des distances de milliers de km, le long des traditionnels Ochsenwege, négociés au passage aux foires de Breslau, Francfort-sur-Oder et Mayence, Weimar et Nuremberg. On s’expose certes à des pertes et des frais en cours de route, mais ce trafic génère, en contrepartie, des profits substantiels grâce à l’engraissement du bétail : un des plus gros éleveurs, le comte d’Oldenburg, engraisse au xviiie siècle, sur 3 500 ha de pâture, entre 3 000 et 4 000 bêtes. Et ce sont, bien entendu, les régions alpines qui sont capables d’offrir leurs pâturages aux troupeaux étrangers en transhumance, tout en nourrissant du bétail de boucherie destinée à la Suisse, à l’Italie du Nord ou à la Souabe et en fabriquant un fromage fort apprécié. Contrastant avec la plaine et les plateaux céréaliers, les montagnes pastorales optent pour une progressive spécialisation : en contrepoint d’un labourage aléatoire, du fait des conditions naturelles – climats rudes et pentes excessives –, on pratique l’élevage pour l’élevage en exploitant la forte humidité atmosphérique propice à l’herbe, mais également l’atout que représentent les routes et les villes, dans le cadre d’une véritable spéculation, moyennant des profits plus substantiels que ceux que procure l’agriculture. C’est là une autre forme de « révolution verte ».

  • 9 Arch. départ. Haut-Rhin, 2 E 70 : Mémoire des habitants d’Alsace, s.d., vers 1786.
  • 10 Jean-Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie alsacienne (1648-1789), (...)
  • 11 Willi A. Boelcke, Wirtschaftsgeschichte Baden-Württembergs…, Stuttgart, 1987.
  • 12 Franz Irsigler, « Intensiv Wirtschaft, Sonderkulturen und Gartenbau als Element der Kulturlandscha (...)

15Car il existe une « révolution verte » dans les régions intensivement occupées, dans la mesure où l’on assiste le plus souvent à une véritable crise du pâturage au sein de laquelle l’utilisation des communaux jouera le rôle de révélateur : « Pas assez de pâturages, de moins en moins de forêts susceptibles d’être pâturées », constate le bailli Hell vers 1786 en Alsace méridionale9. Si les Harts et Rieds consacrent plus de 30 % de leur superficie aux communaux, ils commencent néanmoins de manquer de pâture malgré l’appoint des îles du Rhin et la situation est catastrophique dans les terroirs loessiques largement défrichés : car partout, face à l’anarchie pastorale, on réglemente la pâture dans l’espace et le temps, ce qui a des implications sociales ; on cherche à protéger la forêt ; on limite le nombre de têtes de bétail par habitant et on s’expose à de virulents conflits d’usage, parfois moyennant de subtils accords intercommunaux10. En Allemagne, qui compte vers 1800 2,7 millions de chevaux et plus de 5 millions de vaches laitières, il n’est pas facile de réaliser un équilibre entre cultures et pâtures : dans le Rhein-Main Gebiet, des densités de 35 à 40 unités de gros bétail par km2, conduisent les habitants à s’engager dans un inévitable processus de dépécoration. Ce difficile équilibre, réalisé dans le Wurtemberg par exemple (33 % des surfaces en terres labourables et 25 bovins seulement par km2 au xviiie siècle)11 pose le problème de la concurrence de l’homme et de l’animal, qui dépasse de loin celui de la pénurie de pâturages. En effet, à la concurrence traditionnelle, spatiale, entre espace cultivé et espace pâturé, s’ajoute une concurrence interne, qualitative, qui se dessine à l’intérieur même de l’espace cultivé. Dans la région de Hanovre par exemple, le pâturage de nuit des chevaux (Nachtweide), quand ils sont au repos, ne suffit plus en 1774 à les nourrir au prix de 70 Thaler par an (rappelons que l’entretien d’un domestique ne revient qu’à 50 Thaler et qu’à ce prix-là, on peut entretenir trois vaches ou trente moutons au prix de deux chevaux !). Il faut donc de plus en plus compter sur la stabulation de ces Stallpferde, nourris à partir de foin, mais aussi de paille et de céréales, la rallonge alimentaire s’élevant à 70 kilos d’avoine par cheval et par an. En effet, ce bétail est partiellement granivore, donc potentiellement concurrent alimentaire de l’homme qui – pourra-t-il s’y résoudre ? – devra abandonner une partie de sa nourriture à ses bêtes. Un cheval exclusivement nourri d’orge et d’avoine consommerait entre 150 et 400 kilos de grains par an. S’il était exclusivement nourri de grains, ce qui n’est heureusement pas le cas, un porc de 70 à 80 kilos, réclamerait 60 kilos d’avoine et 80 d’orge, soit l’équivalent de deux fois son poids, et reviendrait deux fois plus cher qu’il ne vaut : il faudrait investir 5 kilos de grains pour obtenir 1 kilo de viande ! Ce qui permet de limiter un tel empiètement sur l’alimentation humaine, c’est l’utilisation de la paille d’une part (hachée, elle permet de rallonger le fourrage céréalier) et l’utilisation des fourrages verts. Dans le cadre d’une Feldgraswirtschaft bien conçue, associant harmonieusement le champ et le pré, reposant sur l’alternance périodique et réglée des céréales et des fourrages, la « révolution verte » devient, de bonne heure dans la vallée rhénane, synonyme d’intensification12.

  • 13 Arch. départ. Haut-Rhin 63 J 15 : Mémoire de la Société d’agriculture, 1799 ss.
  • 14 Arch. départ. Haut-Rhin E dépôt 30, Guémar, 1762.
  • 15 Arch. départ. Haut-Rhin 2 E 70 : correspondance avec l’intendant, 1785.
  • 16 Arch. départ. Haut-Rhin C 1119/4, 1765.
  • 17 Arch. départ. Bas-Rhin 63 J 23. Voir note 1.

16On pourrait certes imaginer qu’il est possible de nourrir les bovins presque exclusivement à partir d’herbe. Encore faudrait-il que les prés (qui ne fournissent que 19 à 26 quintaux de foin et regain à l’hectare) ne soient pas, comme c’est souvent le cas, mal soignés, mal irrigués, transformés en marais et finalement proches par leur aspect des pâturages improductifs s’ils ne sont pas, de surcroît, monopolisés par les seigneurs ou cantonnés dans le fond des vallons pour éviter de prendre la place des terres céréalières. Dans ces conditions, si l’on en croit à Leipzig le pasteur Mayer de Kupferzell, un théoricien doublé d’un agronome, un pré rapporte, à surface égale quatre fois plus qu’un pâturage – c’est ce que confirme, pour l’Alsace, un mémoire de l’an IX13 –, mais le foin obtenu reste trois fois plus cher que la paille. En Haute Alsace, on va plus loin en affirmant en 1762 que le rapport d’une année commune est, à surface égale, 17 fois plus élevé pour un pré que pour un pâturage14 ! En tout cas, la préoccupation essentielle réside dans la bonification des prés qu’il convient non seulement d’irriguer ou de drainer, selon le cas, de fumer ou encore de protéger de la pâture après les regains, mais de « cultiver ». Deux exemples choisis en Alsace : dans la région de Hirsingue, le bailli Hell ne se contente pas de débarrasser les prés de la colchique que seuls les moutons apprécient15, mais on le voit, après avoir consulté la « Gazette d’agriculture » et son dictionnaire botanique, installe sa vache dans un parterre de fourrages pour qu’elle fasse elle-même le choix entre « l’herbe de Thimotey », la « fléole des prés », la « carotte sauvage », « l’herbe aquatique » ou « l’alchémille », en faisant la part entre ce qui est bon et ce qui est mauvais16. Le cas n’est pas unique puisque, quelques décennies, plus tard, dans le nord de l’Alsace, le pasteur agronome Schroeder se met à laisser venir sur les prés, ou du moins à les protéger, à la stupeur des paysans, quelques « bonnes graminées » qu’il énumère dans son mémoire : le lotus corniculé, la prêle, l’ivraie vivace, la flouve odorante, la fétuque des prés, l’houlque laineux, le pied de lièvre, la spergule, le trèfle champêtre ou rampant17.

17Quelle idée que de semer de la mauvaise herbe ! Pour économiser les grains fourragers, n’est-il pas plus simple de recourir aux légumineuses, en particulier à la trilogie pois-vesces-lentilles, afin de composer, à l’intention du bétail, la « boige » ou le Mues de Haute Alsace, ou encore de faire tremper les fèves et les mélanger aux navets, ce qui, dans la campagne strasbourgeoise, fait les délices des chevaux ? En dehors du lupin, très prisé pour ses qualités nutritives, du chou haché, réputé favoriser la lactation, du chou-colza dont la feuille nourrit bien tandis que la tige peut servir de combustible, les racines fourragères se révèlent être d’une variété infinie : carottes, raves et navets (Mohrrüben ou navets des marais, Mangoldrüben, proches parents des turnips anglais, Stickelrüben qui pourraient provenir d’Angleterre et, après avoir transité par les Pays-Bas, s’être fait adopter par la Prusse, etc.).

  • 18 Gertrud Schröder-Lemke, « Die Einführung des Kleebaues in Deutschland… », dans Deutsche Akademie d (...)
  • 19 Jean-Népomucène Schwerz, Assolements et culture des plantes en Alsace, Paris, 1839, trad. Victor R (...)

18Mais ces racines dérobent de l’espace cultivable aux blés et légumes au même titre que les prairies artificielles, pourtant considérées par les agronomes comme étant la clé de la « révolution agricole18 ». Un pré rapporte, d’après Mayer de Kupferzell, six fois moins qu’un champ de trèfle de même superficie. Ce dernier revêt en fait de nombreuses variétés : le Weissklee ou trèfle blanc, que Schroeder père rapporte en 1759 du Palatinat en Alsace, mais dont le berceau semble être la Hollande, et dans lequel les voyageurs anglais reconnaissent l’indice d’une agriculture évoluée, « bâtie, disent-ils, sur le trèfle et les navets » ; le Rotklee, trèfle rouge ou trèfle espagnol, présent en Haute Italie et aux Pays-Bas dès le xvie siècle, mais qui, au xviiie siècle, gagne l’Autriche, la Bohême, la Moravie, la Silésie, le Mecklembourg vers l’Alsace ; le sainfoin et l’esparcette (qui passe de la Suisse à l’Alsace) ; la luzerne ou welscher Klee, parfois confondue avec le sainfoin (Heresbach la célèbre en Rhénanie), la spergule, le ray grass, etc. L’agronome allemand Jean Népomucène Schwerz19 indique qu’à la fin du xviiie siècle, le trèfle occupe en Rhénanie entre 12 et 15 % des surfaces cultivables, ce qui est énorme puisque, dans le reste de l’Allemagne, du Brunswick au Hanovre et à la Silésie, il ne dépasse pas les 3 à 6 %. Coupé en vert ou séché, il donne lieu à trois, quatre, cinq, six coupes par an. Le comte palatin Charles Théodore ne s’y est pas trompé : s’il maintient corvées et dîmes et prête ainsi le flanc aux critiques des économistes libéraux, il décrète néanmoins en 1774 l’exemption de la dîme du trèfle si cette dernière est perçue depuis moins de dix ans, indiquant par là même qu’il est à la base du progrès. L’apôtre du trèfle est sans conteste Johann Christian von Schubart (1734-1787), conseiller du prince de Hesse-Darmstadt avant de devenir celui du duc de Saxe-Saalfeld, anobli par Joseph II en 1783 avec le titre de « der Edle von Kleefeld » et la particule, promu par l’agronome Albrecht Thaer « bienfaiteur de l’humanité ». Son domaine de Würchwitz (un peu moins d’une centaine d’ha), situé à proximité de Zeitz, sa ville natale, deviendra un laboratoire d’essais : il s’érige contre toute forme de servitude communautaire empêchant la liberté de culture, lutte pour la transformation des assolements, met en culture la jachère grâce, en particulier, à la stabulation des bêtes nourries à partir des racines et du trèfle. D’éminentes personnalités, russes, allemandes et tchèques (Catherine II en personne, le comte de Saxe-Cobourg et le prince François Egon de Furstenberg, le Sieur de Schwarzenberg et le comte Woracziczky) lui rendent visite. Devenu membre de la Société économique de Leipzig, il rédige un mémoire sur la culture du trèfle qui lui vaut, en 1782, le prix de l’Académie de Berlin et publie en 1786, les Oekonomische Schriften, en partie pour répondre à ses détracteurs.

  • 20 Arch. départ. Haut-Rhin 2 E 70 : réponse du bailli Hell au contrôleur général Desmarets, 23 janvie (...)

19L’adoption du trèfle passe par une complexification croissante des assolements. Von Germershausen, dans un ouvrage intitulé, en 1780, « Der Hausvater » (lien évident entre les Hausväter du xvie siècle et les Experimentalökonomen du xviiie s.) présente 21 rotations différentes qui marquent la promotion de la Mehrfelderwirtschaft. En effet si le trèfle, « rose de l’agriculture » pour les uns, « bénédiction divine » pour les autres, peut être considéré à lui seul comme l’initiateur d’une « révolution verte », c’est au prix, sinon d’un bouleversement, du moins d’un enrichissement (le « triennal amélioré ») des rotations traditionnelles. Car on ne se contente pas de semer dans la sole de jachère, ce qui gêne la divagation des troupeaux en quête de pâture et explique la multiplication des enclos, tant aux Pays-Bas qu’en Allemagne septentrionale, mais dans les grains des soles cultivées (avoine, orge et vesces). Corollaire : les grands fermiers du Schleswig-Holstein et du Mecklembourg affichent de plus en plus d’indépendance par rapport aux usages communautaires et, en milieu rhénan, le duc de Deux Ponts est amené à prendre la défense des paysans. Et c’est la stabulation, « à la manière silésienne », écrit Frédéric II en 1770, autre expression de l’individualisme agraire, qui consacre en fait la victoire définitive du trèfle. C’est à une double « révolution » que l’on assiste : développement des clôtures d’une part dans les pays d’openfield ; tendance à « semer de l’herbe » au sein même du terroir cultivé, à une époque où les terres céréalières sont à peine suffisantes à la subsistance de la population. « La céréaliculture n’est pas envisageable sans élevage », déclare le gouvernement badois dès 1769. « Sans bestiaux, point d’engrais, point de culture », affirme le bailli Hell en Alsace en 177320, faisant écho au « qui veut du pré fait du blé » de Mirabeau. Un « mal nécessaire » que cet élevage ? N’est-ce pas une aberration que de laisser empiéter le bétail sur le domaine cultural et alimentaire de l’homme ? N’est-ce pas une ineptie que de focaliser sur l’élevage, qui n’est pas d’un rapport immédiat alors que les cultures industrielles, telles que la garance et le tabac, procurent de la monnaie sonnante et trébuchante ? N’est-il pas inconcevable de cultiver la jachère et, a fortiori, d’y semer de l’herbe ? En privilégiant la composante pastorale de l’agriculture, peut-on renoncer à la priorité traditionnellement accordée aux grains ? On saisit l’importance d’une évolution qui permet à l’élevage, dont viendrait le salut, de se mettre au service de la culture.

***

  • 21 Arch. départ. Haut-Rhin 1 E 44/21 (André Kolb de Habsheim) : réponse de l’intendant de Lucé au bai (...)
  • 22 Göcking’s Journal von und für Deutschland. Bemerkungen auf verschiedenen Reisen durch Elsass, Wasg (...)
  • 23 Alfred Reuter, Der Merkantilismus im Herzogtum Pfalz-Zweibrücken. Die wirtschafliche Entwicklung e (...)
  • 24 Generallandesarchiv Karlsruhe 74 / 4949 et Arch. de l’État de Bâle, Privatarchiv 9382, Korresponde (...)

20Ces politiques éclatées, au gré du bon vouloir des princes territoriaux et des propriétaires fonciers d’envergure, ne relèvent-elles pas d’un nationalisme économique ? En fait les novateurs évoluent dans une ambiance intellectuelle propice, au confluent des influences françaises et rhénanes, qui participe d’une véritable « internationale agronomique », réservée aux seules élites : d’un côté, les théories physiocratiques françaises, fondées sur l’ordre naturel, la liberté et le profit ; de l’autre, le sens pratique et expérimental du caméralisme allemand dont la finalité est également le profit, principal dénominateur commun. Sans évoquer les relations fort anciennes avec la Hollande, laboratoire des innovations, l’activité de la Oekonomische Gesellschaft de Berne et les Ephémérides d’Isaac Iselin, l’actif secrétaire d’État de la république de Bâle, pourraient bien refléter la contagion des idées venues d’Angleterre par la Hollande et la vallée rhénane. Des modèles de transformation agricole se diffusent de part et d’autre du Rhin avec – ex Oriente lux ? – une impulsion allemande assez sensible. Si l’esparcette pourrait bien avoir été importée en Alsace depuis la Suisse21, c’est sensiblement à la même époque, que, depuis le Hundsrück est adoptée la semence de trèfle avant qu’en 1772, Michel North, un laboureur du Kochersberg, n’introduise à partir du Palatinat une nouvelle variété de colza22. Mais c’est de la Hollande que le comte palatin Christian IV importe ses semences de trèfle23. Inversement, c’est un huguenot d’origine française, de Maistre, qui est à la tête d’une ferme modèle du Palatinat, en même temps qu’il entretient des relations étroites avec Charles Théodore. Et la fonction quasi-officielle qu’occupe Charles de Butré, sur la recommandation de Mirabeau lui-même, auprès du margrave de Bade ne l’empêche nullement d’entretenir des relations suivies avec Quesnay, Mirabeau, Dupont de Nemours et Raynal. Grand voyageur, il évolue entre Karlsruhe et Strasbourg, Francfort et Mayence, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Bayonne24. Mais ne nous y trompons pas : c’est sur le plan des idées que se constitue d’abord cette internationale agronomique, sous-tendue par les sociétés d’agriculture, des publications comme les Éphémérides du citoyen ou le Churpfälzischer Landkalender qui proposent des idées nouvelles et orchestrent la propagande. La contagion par l’exemple viendra après et, dans les pays de tradition germanique, elle ne connaît pas de frontières à l’époque moderne, induisant une « révolution verte » là où, parfois, on l’attend le moins.

Notes

1 Arch. départ. Bas-Rhin 63 J 23 : rapport à la Société des Sciences, Agriculture et Arts du Bas-Rhin (1805).

2 Pour la problématique générale, voir Wilhelm Abel, Geschichte der deutschen Landwirtschaft, t. II de la Deutsche Agrargeschichte (dir. Günter Franz), Stuttgart, 1978 ; Walter Achilles, Die Landwirtschaft in der frühen Neuzeit, t. X de la Enzyklopädie der deutschen Geschichte, Munich, 1991 ; Werner Rösener, Einführung in die Agrargeschichte, Darmstadt, Wirtschafliche Buchgesellschaft, t. VI, 1997 ; Jean-Michel Boehler, « Tradition et innovation dans un pays de petite culture au xviiie siècle : du cas alsacien au modèle rhénan », Histoire et sociétés rurales, 4, 1995, 2, p. 69-103, « L’agriculture dans l’Europe médiane du xvie au xviiie siècle », dans Annie Antoine, Jean-Michel Boehler, Francis Brumont, L’agriculture en Europe occidentale à l’époque moderne, Paris, 2000, p. 257-409 et « Routine ou innovation agraires ? Les pays de petite culture au xviiie siècle », dans Gérard Béaur, Christophe Duhamelle, Reiner Preiss, Jürgen Schlumbohm, Les sociétés rurales en Allemagne et en France ( xviiie- xixe siècles), Rennes, 2004, p. 83-101.

3 Jürgen Karbach, Die Bauernwirtschaften des Fürstentums Nassau-Saarbrücken, Saarbrücken, 1977.

4 Albrecht Strobel, Agrarverfassung im Übergang. Studien zur Agrargeschichte des badischen Breisgaus vom Beginn des 16. bIs zum Ausgang des 18. Jahrhunderts, Frankfurt-München, 1972.

5 Friedrich Lütge, Geschichte der deutschen Agrarverfassung vom frühen Mittelalter bis zum 19. Jahrhundert, Stuttgart, 2e éd., 1967.

6 De Friedrich Lütge, on rappellera la Mitteldeutsche Grundherrschaft (Stuttgart, 1955), la Bayerische Grundherrschaft (Stuttgart, 1969) et une synthèse intitulée « Die deutsche Grundherrschaft. Ein Forschungsbericht », Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 1955, p. 129-137. En ce qui concerne la Gutsherrschaft, voir Harmut Harnisch, « Die Gutsherrschaft. Forschungsgeschichte… », Jahrbuch für Geschichte des Feudalismus, 9, 1985, p. 189-240.

7 Friedrich Saalfeld, « Die Produktion und Intensivität der Landwirtschaft in Deutschland und angrenzenden Gebieten », Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 1967, p. 142, 150.

8 Voir les travaux de Jean Vogt, en particulier sa synthèse posthume sur le sujet : « À propos d’une activité lucrative et contestée : l’Alsace sur le chemin de l’approvisionnement européen de Paris en bétail de boucherie (xviie-xixe siècle) », dans Les fruits de la récolte. Études offertes à Jean-Michel Boehler, Strasbourg, 2007, p. 249-258.

9 Arch. départ. Haut-Rhin, 2 E 70 : Mémoire des habitants d’Alsace, s.d., vers 1786.

10 Jean-Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie alsacienne (1648-1789), Strasbourg, 1994, t. I, p. 812-816 et 834.

11 Willi A. Boelcke, Wirtschaftsgeschichte Baden-Württembergs…, Stuttgart, 1987.

12 Franz Irsigler, « Intensiv Wirtschaft, Sonderkulturen und Gartenbau als Element der Kulturlandschaft-Gestaltung in den Rheinlanden, 13.-16. Jahrhundert », Agricoltura e transformazione dell’ambiente, secoli xiii-xviii , Prato, 1984, p. 719-747. Voir également : Jean-Michel Boehler, « Entre survie et profit : les types de productions agricoles dans les pays de petite culture dans la France des xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 1999, 1-2, p. 51-66.

13 Arch. départ. Haut-Rhin 63 J 15 : Mémoire de la Société d’agriculture, 1799 ss.

14 Arch. départ. Haut-Rhin E dépôt 30, Guémar, 1762.

15 Arch. départ. Haut-Rhin 2 E 70 : correspondance avec l’intendant, 1785.

16 Arch. départ. Haut-Rhin C 1119/4, 1765.

17 Arch. départ. Bas-Rhin 63 J 23. Voir note 1.

18 Gertrud Schröder-Lemke, « Die Einführung des Kleebaues in Deutschland… », dans Deutsche Akademie der Landwissenschaften, t. X, Berlin, 1954, carte p. 42.

19 Jean-Népomucène Schwerz, Assolements et culture des plantes en Alsace, Paris, 1839, trad. Victor Rendu de l’ouvrage allemand paru en 1816.

20 Arch. départ. Haut-Rhin 2 E 70 : réponse du bailli Hell au contrôleur général Desmarets, 23 janvier 1773.

21 Arch. départ. Haut-Rhin 1 E 44/21 (André Kolb de Habsheim) : réponse de l’intendant de Lucé au bailli Hell, le 7 juillet 1758.

22 Göcking’s Journal von und für Deutschland. Bemerkungen auf verschiedenen Reisen durch Elsass, Wasgau, nach Lothringen und dem Rhein entlang, 1784.

23 Alfred Reuter, Der Merkantilismus im Herzogtum Pfalz-Zweibrücken. Die wirtschafliche Entwicklung eines deutschen Kleinstaates in der zweite Hälfte des 18. Jahrhunderts, Frankfurt/Main, 1931.

24 Generallandesarchiv Karlsruhe 74 / 4949 et Arch. de l’État de Bâle, Privatarchiv 9382, Korrespondenz Iselins 11. Voir les articles, anciens, mais irremplaçables, de Rodolphe Reuss, « Un physiocrate tourangeau en Alsace et dans le pays de Bade : Charles de Butré (1724-1805) », Revue d’Alsace, 1885, p. 289-310, 433-446 ; 1886, p. 169-215.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search