Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Prés et prairies en Italie du Nord et vallée du Pô à l’époque moderne

Danilo Gasparini

Texte intégral

1Pour une bonne partie de la période moderne et contemporaine, le problème de concilier élevage et céréales, pain et viande, fut, pour les campagnes de la Vénétie et de la vallée du Pô, une « obsession » souvent non résolue. D’une part influait le poids démographique, la nécessité de produire des céréales, de nourrir les villes, et d’un autre côté le besoin de garantir ici des cycles culturaux modernes qui devaient redonner de la fertilité aux terres, produire du fumier, produire de la viande, du lait.

2Je voudrais tenter de faire le point sur un thème, celui des prés et des prairies, qui n’est pas seulement une question de botanique ou d’agronomie, mais qui renvoie d’une manière caractéristique à des choix de politique agricole, à des modèles d’entreprises, économiques aussi. Nous le savons : les prés signifient des animaux, et les animaux veulent dire viande et énergie, consommation et travail, mais aussi, engrais, et l’engrais rend les terres fertiles. Donc tout cela renvoie à la productivité.

La recherche de nouvelles rotations

  • 1 Simone Filiberto La Salle De l’Etang, Le praterie artifiziali o sia metodo di perfezionare l’agrico (...)

3Nous partons d’un succès éditorial : en 1765 la traduction d’un traité de l’agronome français Simon-Philibert de La Salle de l’Étang, Prairies artificielles, eut en Vénétie un succès extraordinaire, après qu’en France trois éditions se soient succédées1. La traduction italienne plie les thèses de La Salle à la réalité vénitienne et aux besoins de l’agriculture de la Vénétie.

  • 2 Sur les débats entre les « illuministes » de la Vénétie : M. Simonetto, I lumi nelle campagne. Acca (...)
  • 3 C. Tarello, Ricordo d’agricoltura, par Marino Berengo (éd.), Torino, 1975.
  • 4 L. Zuppani, Dissertazione sopra la coltura de prati in Raccolta di Memoria delle Pubbliche Accademi (...)

4L’agronomie vénitienne, dans les années soixante du xviiie siècle, avant l’explosion des académies agraires, était particulièrement intéressée par toutes les publications portant sur les systèmes qui pouvaient accroître les disponibilités en fourrage : on invoquait avec insistance un moyen moderne de rotation dit Tarelliano, pour refaire la qualité des sols. En effet, Camillo Tarello avait proposé au cours du xvie siècle, pour les rotations des cultures, l’introduction du trèfle dans les alternances2. Mais pour suivre la proposition de Tarello, écrit M. Berengo « il faudrait investir des capitaux dans les fourrages et dans le bétail, au moins pour un an, mais certainement pour plus longtemps, résister à la faim de grain que l’application du nouveau cycle aurait impliqué3 ». Le clergé se faisait lui aussi l’interprète de cette nécessité. Ainsi, l’évêque de Belluno, Luigi Zuppani écrivit une Dissertazione sopra la coltura de prati4. Lorenzo Crico, prêtre agronome de Fossalunga à côté de Montebelluna, dédia l’un de ses dialogues « rustiques » aux prés : nous sommes en 1817-1819.

5Et dans un autre dialogue dédié au facteur de campagne, il écrit :

  • 5 L. Crico, Egloghe rusticali, Treviso, 1795 ; L. Crico, Prati, dans Il contadino istruito dal suo pa (...)

« E’ stata a ssomigliata l’agricoltura ad una catena : poiché in quella guisa che un anello da mano all’altro, così un lavoro all’altro succede, e n’è legato in modo, che la lro continuità costituyisce un tutto. Il primo anello della catena agraria è la coltivazione del prato. Se avrete fieno in buon dato, voi avrete della boaria ; se avrete questa avrete insieme buon letamajo, ben intesi lavori, quindi bella campagna e prosperità d’ubertosi raccolti5

6De même, dans un journal combatif dirigé par F. Griselini et l’abbé G.B. Scottoni, franciscain agronome conseiller des exploitations des comtes Collalto (Treviso), journal appelé Il Giornale d’Italia et édité à Venise, sont publiés en douze années, entre 1765 et 1776, 991 mémoires ou essais, ayant pour thème l’agriculture. Dans cette masse, 62 des écrits, ce qui représente environ 6,3 %, traitent des prés et fourrages, se situant juste après l’agriculture en général, le froment, les mûriers et les vers à soie.

  • 6 G. Gullino, « Le dottrine degli agronomi e i loro influssi sulla politica agricola », dans G. Arnal (...)

7En outre, de 1670 à 1798, soit en un peu plus d’un siècle, sont présentés aux Provveditori sopra Beni Inculti (« provéditeurs » chargés des biens non cultivés dans toute la Terre ferme), c’est-à-dire à la magistrature du gouvernement vénitien, près de 4 000 demandes pour l’utilisation de l’eau au profit d’installations comme les moulins ou les rizières. Sur ces quatre mille, 1 056 sont des demandes d’irrigation des prés. Une augmentation des demandes se produit entre 1740-1749 (+ 41 %) et entre 1780-89 (+40 %)6. Pourquoi ? Que s’est-il passé ? Nous allons y revenir.

8Il y a l’émergence d’un intérêt, qui tourne quasiment à l’obsession, pour les fourrages, les prés, en fait pour un modèle d’exploitation dans lequel les prés et les prairies artificielles doivent occuper une place de premier plan dans la rotation. Ce modèle semble celui qui remédiera aux maux de l’agriculture vénitienne, en particulier à la carence historique en bovins, portant surtout sur ceux destinés à la boucherie et qui sont indispensables à la consommation urbaine.

  • 7 J. Burger, Reise durch Ober-Italien, mit vorzüglicher Rücksicht auf den gegenwärtigen Zustand der L (...)

9Déplaçons-nous de quelques décennies : en 1828 l’agronome de Carinthie, Johann Burger, effectue un voyage en Italie du Nord et publie en 1831-32, ses observations. L’ouvrage Reise durch Ober–Italien (« Voyage dans l’Italie du nord ») qui a obtenu un net succès, constitue une photographie sans concession sur l’état de l’agriculture de l’Italie du Nord. Concernant les plantes fourragères, il écrit : « Si la quantité des fourrages est importante dans les provinces irriguées, les provinces sèches, sur ce point, sont en pénurie. Partout, mais surtout dans les provinces vénitiennes, prévaut cette inconsciente manie qui conduit les cultivateurs à augmenter la culture des grains », notamment le maïs et cela, d’après Burger, à cause des contrats de location des terres. Il mentionne ensuite le succès du trèfle rouge cultivé sur les terres irriguées de Lombardie et de la luzerne dans les terres sèches de la Vénétie. Aux prés, il réserve un chapitre entier, aussi bien aux irrigués qu’aux marcite, au système lombard7.

Un contexte de crise

10Il faut s’arrêter maintenant sur une question fondamentale : pourquoi au milieu du xviiie siècle la question des prairies, et en particulier celles qui sont artificielles, occupe-t-elle une place centrale dans les débats agronomiques et dans les discussions sur les politiques agricoles ?

  • 8 Sur les problèmes de l’épizootie du début du xviiie siecle, cf. D. Gasparini, « Mortalità de’bovini (...)
  • 9 Sur les maïs voir D. Gasparini, Polenta e formenton. Il mais nelle campagne venete tra xvi e xx sec (...)
  • 10 M. Berengo, L’agricoltura veneta dalla caduta della Repubblica all’Unità, Milano, 1963.

11Un premier élément de réponse se présente. Au début du xviiie siècle, une grande partie de l’Italie du nord est touchée par une épizootie et des dizaines de milliers d’animaux sont morts8. Reconstituer les effectifs de bovins, surtout de vaches pour leur reproduction, est le premier objectif. Or avec le choix de mises en culture orientées vers la céréaliculture (surtout vers le maïs qui avait colonisé les campagnes), choix nécessaire en raison du poids démographique, les superficies destinées aux prés étaient insuffisantes9. De plus, des communautés entières en vinrent à être privées des prairies naturelles de propriété collective qui garantissaient les pâtures automnale et printanière. Enfin, la présence de troupeaux d’ovins transhumants lors des mois hivernaux se conciliait difficilement avec les prairies artificielles : les passages des bêtes auraient détruit la surface herbeuse. Sur ce problème, tous les auteurs du xviiie siècle sont d’accord pour indiquer la vaine pâture, les Pensionatico, comme l’une des causes fondamentales du mauvais état des prés10.

  • 11 M. Ambrosoli, Scienziati, contadini e proprietari. Botanica e agricoltura nell’Europa occidentale, (...)

12Mais on peut se poser la question de savoir quel modèle prévalait durant toute l’époque moderne. Mauro Ambrosoli, dans son étude fondamentale Scienziati, contadini, proprietari, dédiée au problème des fourrages en Europe moderne (un chapitre entier porte sur la France), révèle limpidement quel était ce modèle11 :

  • le binôme agriculture-élevage renvoie à une évolution de l’exploitation agraire padane du xixe siècle, le high farming. Ses antécédents ne sont pas à rechercher auparavant, pour en constater l’absence et pour donner ensuite une appréciation négative de l’exploitation agricole à l’époque moderne ;

  • pour toute la période moderne dans toute l’aire padane, du Saluzzese à la Lombardie, du Bolognais à la Vénétie, et dans l’agronomie professée par Tarello et Gallo en particulier, le binôme céréaliculture-élevage ou culture du chanvre-élevage n’est pas perçu comme une nécessité, mais il est réalisé seulement sur des aires régionales spécifiques aux caractéristiques naturelles, pédologiques, hydrologiques mais aussi marchandes favorables à la culture du pré et donc à l’élevage ;

  • il est impropre, avec la vision que l’on a de la suite des événements, de juger le système productif de l’agriculture des temps anciens, qui ne disposait que du fumier pour fertiliser les sols. D’autres systèmes pouvaient restaurer la fertilité des sols, et l’intensification du travail des paysans, par exemple, en faisait partie ;

  • l’élevage en semi-liberté et transhumant, lié à la présence de prairies à usage collectif étendues, ne pousse pas à améliorer le rapport entre le nombre des animaux et les aires destinées aux prés ;

  • enfin, l’exploitation est destinée avant tout à produire pour la consommation des hommes et à limiter la concurrence de la présence animale sur le même terrain : le cheptel élevé est surtout destiné au travail ;

  • il est plus profitable d’élever des vaches à lait : elles sont aptes au travail et elles engendrent des veaux, destinés à être vendus sur les étals des boucheries urbaines, et dont l’élevage ne requiert pas de fourrage. De plus elles fournissent le lait pour la production de fromages et de crème.

13Voici quelques résultats obtenus par les dernières enquêtes et les contemporains les connaissaient. Un événement illustre parfaitement cela. Le voici brièvement exposé. En 1529, Venise, en raison d’une guerre, ne peut plus fournir ses boucheries avec les milliers de têtes de bovins qui provenaient chaque année des régions slaves et de la Hongrie. Elle exige de toute la Terre Ferme, l’espace étendu sous sa domination, la fourniture de 15 000 bœufs, répartis entre toutes les villes : l’opposition est forte et décidée. Les réponses apportées mettent en évidence toute la pensée d’alors.

14Le territoire dispose de trop peu de prés et de pâtures :

  • il faudrait un système d’irrigation efficace ;

  • le cheptel élevé l’est pour des besoins agricoles et l’on utilise de tout pour le nourrir ; il y a peu de foin et il est donc cher ;

  • il faudrait « envoyer aux prés » des milliers d’hectares pour faire du foin, pour nourrir les bovins pendant 36 mois, la durée nécessaire pour élever un bœuf de boucherie.

  • 12 La question est abordée dans D. Gasparini, « Mortalità de’ bovini seguita nel territorio trevigiano (...)

15Conclusion : un territoire ne peut avoir dans le même temps une population nombreuse et un cheptel nombreux. Le poids démographique nécessite la présence de nombreuses terres cultivées et non des pâtures, situation contraire à celle de la Hongrie. Ensuite il est préférable de disposer de plus d’hommes que d’animaux (… non puol quel paese isteso haver purasai persone et purasai animali perché dove sono assai persone bisogna che siano assai tere arative et pocche persone per arsunar el viver et dove sono assai animali come è in Ongaria bisogna che siano como sono purasai pradi et poche terre arative… et quanto sia meglio che siano più homini et mancho bestie è tanto chiaro che non accade metterlo in controversie !). Les calculs rentrent dans les détails : pour chaque bovin adulte, un hectare de pré est nécessaire, qui peut produire environ 15 quintaux de foin12.

  • 13 R. Vergani, Brentella. Problemi d’acque nell’alta pianura trevigiana dei secoli xv-xvi, Edizioni Fo (...)

16Pendant la première moitié du xvie siècle, dans de nombreux contrats de location, il est permis aux colons de « détruire les prés » (romper prati) c’est-à-dire de transformer les vieux prés en terres cultivées ou de déboiser et de mettre en prés de vastes aires de palus. Aussi le problème de l’irrigation est au centre des questions : il ne peut y avoir de prairies artificielles en l’absence d’un système d’irrigation répandue, et tous les auteurs en sont conscients. En Lombardie et dans quelques zones de Vénétie, le Vicentino et le Trevigiano, le problème est résolu en portant l’eau des fleuves Brenta et Piave dans les campagnes par la construction de grands canaux d’irrigation, avec des résultats cependant modestes, par rapport à la surface intéressée13.

Variations régionales

17Faisons une brève synthèse des différentes aires régionales. En premier lieu, distinguons les régions naturelles :

  • Alpes et système préalpin : pâturages alpins, estivage mais aussi prés de fauche ;

  • Haute plaine aride : prés en infime quantité, difficulté d’irrigation, présence de vastes prés pâturages à usage collectif ;

  • Plaine irriguée : des systèmes d’irrigation précoces et innovants, qui permettent la culture spécialisée de fourrages ;

  • Aires des eaux de source : dans les zones humides, sur les rives au long des fleuves, vastes zones destinées au pâturage en liberté.

Les plaines irriguées de Lombardie, Émilie Romane et Vénétie

  • 14 Libro de li Prati del Monastero di Chiaravalle, par L. Chiappa Mauri, G. Fantoni (éd.), Milano, 200 (...)

18Bonvesin Dalla Riva énumère, au xiiie siècle, parmi les merveilles de Milan (De Magnalibus Mediolani), le meraviglie, c’est-à-dire « les prés, bien irrigués par des fleuves fertiles et par les eaux d’infinies sources (lesquels) fournissent en grande quantité un excellent foin. Dans le territoire milanais, les prés sont tellement nombreux qu’ils fournissent chaque année 200 000 charrettes de foin ». Et parmi les producteurs, il rappelle le rôle « du monastère de Chiaravalle qui à lui seul récolte chaque année plus de trois mille charrettes de foin… ». Ce monastère en 1578 rédigea spécifiquement un « livre des prés », Libro de li prati récemment édité par Luisa Chiappa Mauri. L’orientation du monastère de Chiaravalle vers les cultures fourragères est très précoce : déjà, depuis le xiie siècle, s’était agrandi de manière considérable le réseau irrigable pour soutenir les nouvelles cultures dites « commerciales14 ». Il s’agit ici du foin, culture à vocation spéculative destinée à satisfaire d’une part une forte demande urbaine (chevaux de trait, mules, ânes pour le transport), d’autre part la demande hivernale des bergamini, bergers venus avec leurs troupeaux des alpages. Ils achetaient le foin des plaines pour leur cheptel, afin de produire du lait et des fromages, en premier lieu dans le territoire de Lodi, le piasentin et le grana padano.

19Les imposants investissements de l’époque médiévale et jusqu’au début du xvie siècle, en canaux, voies navigables, trouvaient leur justification dans cette demande, pour ce marché. Pour une bonne part de l’époque moderne, la partie irriguée constitua pour Chiaravalle un secteur à part, à côté des vignes et des terres mises en culture, mais bien délimité. Les prés étaient donnés lors de contrats de courte durée, qui prévoyaient des redevances au comptant et des normes spécifiques (l’habitude était prise de payer au comptant les prés, en Vénétie également). On effectuait les trois coupes annuelles en mai, quand on récolte le meilleur foin, en août et en octobre. De la Saint Ambroise au Carnaval, l’irrigation était suspendue et le cheptel pâturait librement.

  • 15 A. Pugliese, Fieni dei prati stabili italiani, Milano, 1916.

20La technique de la marcita est expérimentée précocement : on passe ainsi à sept coupes au lieu de trois et jusqu’à neuf. La première a lieu à la fin de février, la deuxième à la mi-avril, la troisième à la fin du mois de mai (maggengo soit 25 % de la production), la quatrième à la fin juillet (agostano), la cinquième fin août (terzuolo), la sixième fin septembre ou début du mois d’octobre et la dernière à la fin du mois de novembre ou mi-décembre, le foin selon une pratique antique étant laissé à pourrir15.

21Giorgio Chittolini a reconstitué les étapes de l’expansion des terres irriguées dans la zone de Pavie et de Lodi : au milieu du xvie siècle leur diffusion est de 57 % dans le territoire de Lodi (Lodi accueille, encore aujourd’hui, l’un des plus importants centres de recherche sur les plantes fourragères). Le recensement des terres de la seconde moitié du xviiie siècle fait un nouvel état des lieux : sur la totalité des superficies recensées, le pré sous toutes ses formes passe de 12 % à 22 % dans la basse plaine rizicole et dans la basse plaine irriguée.

22À Plaisance (Piacenza), terre de production du parmesan, à la fin du xviiie siècle, la proportion de pré atteint 30 % des terres irriguées. Dans la basse région de Mantoue, une politique précoce d’irrigation avait favorisé le développement des cultures fourragères qui permettent ici quatre fenaisons et un élevage sélectif de vaches à lait destinées à la production des produits laitiers. La culture du riz se développe et, comme dans les autres aires irriguées, elle concurrence celle du foin.

Les plaines arides

  • 16 A. Galllo, Le vinti giornate dell’agricoltura, et de’ piaceri della villa di m. Agostino Gallo nuou (...)

23Mais Agostino Gallo et avant lui, Camillo Tarello, nous font le tableau de la situation de la culture des prés dans les exploitations de la plaine padane aride. Ici le pré servait uniquement à maintenir en vie le cheptel qui travaillait, et rien d’autre. Le problème du manque de fumure était résolu par l’introduction de nombreux araires, d’autres outils et par la recherche frénétique de substituts au fumier : nettoyage des fosses, ramassage des poussières de la route, commerce du fumier sur les marchés, vidange des puits des villes… Le choix du pré et le souci constant qu’il suscite ne visaient pas l’élevage comme une production principale, mais plutôt comme une production de second rang. La production essentielle demeurait la céréaliculture et le maintien du cheptel de travail. Ce n’est pas un hasard si, au cours de la « onzième journée », texte des Venti giornate, arrive pour parler des vaches, veaux et bœufs, Scaltrito, bouvier bergamasque, bovaro-bergamino, qui achète ses vaches dans la Valcamonica ou dans les Grisons : il les fait paître l’été sur les pâturages alpins et les mène en plaine de septembre à mai pour consommer le produit des prés. La commercialisation des produits laitiers permettait de payer le loyer des prés et le coût du foin consommé16.

24Est particulièrement intéressante la tentative, qui fut une réussite incomplète, de réintroduire et de diffuser la culture du trèfle et de la luzerne, qui assurent des foins de qualité, sans compter les caractéristiques de ces plantes qui améliorent la fertilité des terrains. Agostino Gallo dédie à la luzerne la deuxième journée des Venti giornate, tandis que Tarello bâtit sa complexe rotation sur le trèfle. L’introduction de la luzerne est extrêmement étonnante. Connue depuis l’Antiquité, elle disparaît au cours du Moyen âge, reléguée dans les simples jardins. Elle revient en Italie, peut-être en provenance d’Espagne où les conditions climatiques et l’eau l’ont conservée, et se diffuse dans la Terre Ferme vénitienne à partir de la seconde moitié du xve siècle. Mais sa présence n’est qu’expérimentale, destinée à la spécialisation, réservée à quelques grands propriétaires et elle est un sujet de discussions au xviiie siècle, dont j’ai déjà parlé.

  • 17 R. Finzi, Monsignore al suo fattore. La « Istruzione di agricoltura » di Innocenzo Malvasia (1609),(...)

25Si dans la région de Brescia l’exploitation modèle décrite par Gallo est destinée à la céréaliculture, sur le territoire bolonais, c’est le chanvre qui rythme les temps et les modalités de rotation. Innocenzo Malvasia, Bolonais, dans ses Istruzioni dettate al fattore (1609), est clair : dans les campagnes où les productions comme le chanvre sont spéculatives, il n’y pas de place possible pour les prés, sinon pour une infime production de fumier produit par les animaux de travail17.

26Au cheptel, à l’élevage, étaient destinés les territoires situés le long du Pô, dans le delta du Pô ou vers les embouchures, dans la région de Ravenne : dans ces territoires s’étendaient des pâtures naturelles, des étendues de pinèdes, des aires de palus favorables au libre pâturage des troupeaux de vaches de différentes races.

  • 18 Pour l’Émilie–Romagne voir aussi : R. Finzi, Civiltà mezzadrie. La piccola coltura in Emilia Romagn (...)

27Pendant des décennies au cours du xixe siècle, du Piémont à la Lombardie, de la Vénétie à la Toscane, aux Marches, on a débattu, avec des dizaines de mémoires et d’essais, sur le problème de l’introduction des fourrages dans les rotations. Mais il était difficile de rompre un système qui se trouvait en équilibre. Changer un système de rotation où le poids du blé est encore élevé, était ardu, pour des raisons sociales également. Mais, il n’y avait pas que cela : on a aussi montré que les conditions climatiques et physiques des terres padanes ne permettaient pas, par leur cumul, l’importation toute simple du modèle anglais du Norfolk18.

28En Vénétie c’est la nature qui dicte les conditions pour un développement des cultures fourragères ; d’importantes opérations d’assainissement d’une part et des dérivations du cours des fleuves de l’autre améliorent en partie les conditions naturelles.

29À proximité de la ligne de partage entre la basse et la haute plaine, l’abondance d’eau favorise le développement de prairies vastes et productives.

30Sur toute la zone de collines et les Pré-Alpes, le pré pérenne et les prés de montagne favorisent un développement intensif de l’élevage : dans les « quartiers » du Piave, c’est-à-dire dans l’une des divisions administratives du Trévisan, la superficie des prés représente 35 % du territoire.

  • 19 Sur les prairies de montagne sont très intéressants les témoignages de : G.B. Barpo, Le delitie et (...)

APV = labouré complanté de vigne
Quartiers de colline et montagne
La diffusion des prairies dans le Trevisan selon le cadastre de 154219

31Une infime partie de la propriété du patriciat vénitien, très importante en Terre Ferme, ne met pas en place une culture céréalière purement spéculative liée au marché urbain, mais expérimente des formes de cultures fourragères nouvelles : luzerne et trèfle. Il n’y a pas que cela : les jardins des villas patriciennes (plus de 4 000) prévoient la culture des prés. Mais, ce ne sont que des îles au milieu d’un océan de céréales ! À la fin du xvie siècle, d’après l’enquête effectué par Pietro Badoer, les propriétés des patriciens (près de 160 000 hectares) dans le Vicentin, le Padouan et le Trévisan étaient destinées, pour 86 %, aux terres labourables et à l’arbre et seulement pour 7 % au pré, avec une pointe à 13,2 % pour le Vicentin. Au début du xviiie siècle, le pré ne couvrait que 10 % des terres.

  • 20 Les monographies de recherche sur « Le campagne trevigiane in età moderna. Secoli xv-xvi » que j’ai (...)

32La vente, survenue au xviie siècle, des biens communaux (des milliers d’hectares, et 45 000 dans le seul Frioul) a privé de nombreuses communautés de plaine des nécessaires stocks de foin pour maintenir les animaux de trait20.

33Mais en Vénétie, l’introduction précoce du maïs à la place des fourrages avait en partie résolu le problème de la rentabilité du système et de son équilibre. L’introduction des fourrages n’est donc pas le seul paramètre pour évaluer la modernité ou non du système agricole.

34Au cours du xviiie siècle, comme on l’a vu, le débat fut intense, notamment en raison des graves conséquences des épizooties du début du siècle : la reconstitution rapide des stocks de bovins, surtout les vaches, demanda un effort, des investissements, pour étendre les prairies artificielles. Mais ici aussi, comme en Lombardie et dans le Piémont, on préféra investir dans les rizières, plus profitables que les prés. Dans le Frioul, seules les vastes campagnes « collectives » garantissaient des pâtures et du foin et, comme pour la Vénétie, il fallait se diriger vers les montagnes, la Carnie, pour trouver un élevage important lié aux prés et pâturages préalpins.

***

La Montagna di Valdobbiadene, 1635 (Trévise)
(Archivio di Stadoti Venezia, Proveditori sopra benu comunali, 194, fiera 12)

35Pour toute l’époque moderne, dans la plaine padane, ont prévalu des choix liés à la céréaliculture ou des cultures spéculatives : riz et chanvre. Mais ce sont bien les demandes urbaines qui dictent les choix agricoles.

36Le modèle de la culture mixte s’imposa, la piantata exaltée par les voyageurs, associant la vigne et les céréales (le froment et, à partir du xvie siècle, le maïs). À l’intérieur de ce modèle, les quelques prés pérennes sont défendus et maintenus jusqu’à la fin du xviie siècle pour l’élevage des animaux destinés au travail et pour la production de fumier, en complément des prés de plaine de propriété collective.

37Il existe quelques zones de plaines irriguées où la culture de prairies artificielles fut développée (Milan, Lodi, Plaisance, Mantoue, Vicence et dans certains territoires du bas Trévisan), culture qui favorisa le développement d’une industrie fromagère.

38Ce sont les zones des collines et les zones alpines qui « ont porté » les bovins, et avant tout des vaches, indispensables pour sauvegarder les équilibres de la production céréalière dans la plaine. Pour la viande, on eut recours à l’importation, en provenance de l’Est, de milliers de têtes de bétail.

39Puis, entre la fin du xviiie et les débuts du xixe siècle, les armées françaises présentes en Italie du Nord incitèrent à la production de fourrages pour les troupes et la production véritable de foin naquit alors. Quelques-uns en profitèrent, et y gagnèrent même beaucoup. Telle est la loi de la guerre !

40En raison des poids sociaux et démographiques, des difficiles équilibres climatiques et techniques, l’introduction des fourrages a dû attendre mais, au final, malgré ces contraintes, comme le rappelle R. Finzi, elle « a vaincu l’efficience de la nécessité ».

Notes

1 Simone Filiberto La Salle De l’Etang, Le praterie artifiziali o sia metodo di perfezionare l’agricoltura in tutte le provincie de la Francia sopra tutto nella campagna col mantenimento e rinnovamento delle grascie e c he potrebbe usarsi in alcuni luoghi delle Provincie del Veneto Stato, Venezia, Bartolomeo Occhi, 1765. (Trad. S. P. La Salle De L’Etang, Prairies artificielles, ou Sur les Moyens de fertiliser les Terreins secs et stériles dans la Champagne et dans les autres Provinces du Royaume, Paris, 1756.)

2 Sur les débats entre les « illuministes » de la Vénétie : M. Simonetto, I lumi nelle campagne. Accademie e agricoltura nella Repubblica di Venezia, 1768-1797, Treviso, 2001. D. Zambenedetti, Dissertazione sopra i mezzi per moltiplicare i bovini, Venezia, 1779 ; G.A. Giacomelli, Modi di aumentare i bestiami coll’uso del gesso nell’agricoltura, Venezia, 1780.

3 C. Tarello, Ricordo d’agricoltura, par Marino Berengo (éd.), Torino, 1975.

4 L. Zuppani, Dissertazione sopra la coltura de prati in Raccolta di Memoria delle Pubbliche Accademie di Agricoltutra, Arti e Scienze dello Stato veneto, Giovan Antonio Perlini, Venezia 1789-1797, vol. V, p. 34-61.

5 L. Crico, Egloghe rusticali, Treviso, 1795 ; L. Crico, Prati, dans Il contadino istruito dal suo parroco (Le paysan instruit par son curé) Dialoghi, vol. 2, Venezia 1817-1819, maintenant E. Dematté (éd.), I dialoghi rusticali di Lorenzo Crico, Roma 1990, p. 357-364.

6 G. Gullino, « Le dottrine degli agronomi e i loro influssi sulla politica agricola », dans G. Arnaldi-M. Pastore Stocchi (éd.), Storia della cultura veneta, vol. 5, Il Settecento, Vicenza, 1985, t. II, p. 545-622.

7 J. Burger, Reise durch Ober-Italien, mit vorzüglicher Rücksicht auf den gegenwärtigen Zustand der Landwirtschaft, die Grösse der Bevölkerung…, Wien, 1831-32. (Trad. italienne. G. Burger, Agricoltura del Regno Lombardo Veneto, versione italina del dott. V.P con note del prof. Giuseppe Moretti, Milano, 1843, p. 59.)

8 Sur les problèmes de l’épizootie du début du xviiie siecle, cf. D. Gasparini, « Mortalità de’bovini seguita nel territorio trevigiano nell’anno MDCCXI », dans Daniela Perco (éd.), Malgari e pascoli. L’alpeggio nella Provincia di Belluno, Feltre, 1991, p. 171-204.

9 Sur les maïs voir D. Gasparini, Polenta e formenton. Il mais nelle campagne venete tra xvi e xx secolo, Verona, 2002.

10 M. Berengo, L’agricoltura veneta dalla caduta della Repubblica all’Unità, Milano, 1963.

11 M. Ambrosoli, Scienziati, contadini e proprietari. Botanica e agricoltura nell’Europa occidentale, 1350-1850, Torino, 1992.

12 La question est abordée dans D. Gasparini, « Mortalità de’ bovini seguita nel territorio trevigiano… ».

13 R. Vergani, Brentella. Problemi d’acque nell’alta pianura trevigiana dei secoli xv-xvi, Edizioni Fondazione Benetton Studi Ricerche-Canova, Treviso, 2001 ; S. Ciriacono, Acque e agricoltura. Venezia, l’Olanda e la bonifica europea in età moderna, Milano, 1994 ; D. Gasparini, « Le campagne « adacquate » del Brenta in età moderna », dans A. Bondesan, G. Caniato, D. Gasparini, F. Vallerani, M. Zanetti (éd.), Il Brenta, Verona, 2003, p. 301-319.

14 Libro de li Prati del Monastero di Chiaravalle, par L. Chiappa Mauri, G. Fantoni (éd.), Milano, 2001 ; L. Chiappa Mauri, « Attorno a Chiaravalle : la formazione della « terra monasterii » e i primi esperimenti di coltura irrigua », dans Paesaggi rurali di Lombardia, Roma-Bari, 1990, p. 63-102 ; L. Chiappa Mauri, « Tra consuetudine e rinnovamento : la gestione della grande proprietà fondiaria nella Lombardia centrale (x-xii secolo) », dans R. Comba, F. Panero (éd.), Aziende agrarie nel medioevo. Forme della conduzione fondiaria nell’Italia nord-occidentale (secoli ix-xv), Cuneo, 2000, p. 59-91. Sur les marcite cf., D. Berra, Dei prati del Basso Milanesi detti a marcita, Milano, 1822.

15 A. Pugliese, Fieni dei prati stabili italiani, Milano, 1916.

16 A. Galllo, Le vinti giornate dell’agricoltura, et de’ piaceri della villa di m. Agostino Gallo nuouamente ristampate. Con le figure de gl’istrumenti pertinenti, con due tauole… Venetia : appresso Camillo, Rutilio Borgomineri fratelli, al segno di San Giorgio, 1572.

17 R. Finzi, Monsignore al suo fattore. La « Istruzione di agricoltura » di Innocenzo Malvasia (1609), Bologna, 1979.

18 Pour l’Émilie–Romagne voir aussi : R. Finzi, Civiltà mezzadrie. La piccola coltura in Emilia Romagna, Bari, 1998 ; M. Martini, Fedeli alla terra. Scelte economiche e attività pubbliche di una famiglia nobile bolognese nell’Ottocento, Bologna, 1999 ; F. Cazzola, « L’acqua nei sistemi agrari. Qualche considerazione sui casi italiano e iberico », dans Parolechiave, n. 27, luglio 2002, p. 99-121 ; F. Landi, La pianura dei mezzadri. Studi di storia dell’agricoltura padana in età moderna e contemporanea, Milano, 2002 ; D. Bolognesi, Uomini e terre di Romagna. Saggi di storia rurale (Secoli xvi-xix), Cesena, 2003.

19 Sur les prairies de montagne sont très intéressants les témoignages de : G.B. Barpo, Le delitie et i frutti della agricoltura e della villa, Venezia, 1634 pour le xviie siècle et de A. Maresio Bazzolle, dans D. Perco (éd.), Il possidente bellunese, Feltre, 1987, p. 89-12 pour le xixe.

20 Les monographies de recherche sur « Le campagne trevigiane in età moderna. Secoli xv-xvi » que j’ai animées, ont apporté des résultats intéressants : A. Bellavitis, Noale. Struttura sociale e regime fondiario di una podesteria della prima metà del scolo xvi ; Treviso, 1994 ; M. Pitteri, Mestrina. Proprietà, conduzione, colture nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1994 ; M. Teresa Todesco, Oderzo e Motta. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di due podesterie nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1995 ; A. Pozzan, Zosagna. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di un territorio tra Piave e Sile nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1997 ; G. Nicoletti, Le Campagne. Un’area rurale tra Sile e Montello nei secoli xv e xvi, Treviso, 1999 ; M. Grazia Biscaro, Mestre. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di una podesteria nella prima metà del secolo xvi, Treviso, 1999 ; L. Bulian, Asolo. Paesaggio, proprietà e credito nel territorio asolano del secolo xvi, Treviso, 2000 ; M. Vigato, Castelfranco. Società, ambiente, economia dalle fonti fiscali di una podesteria trevigiana tra xv e xvi secolo, Treviso, 2001 ; C. Pasqual, Quartiere del Piave. Paesaggio, proprietà e produzione di una campagna pedemontana veneta nei secoli xv e xvi, Treviso, 2006. Pour les prairies et les pâturages de la montagne : G.B. Barpo, Le delitie et i frutti della agricoltura e della villa, Venezia, 1634.

Table des illustrations

Légende APV = labouré complanté de vigneQuartiers de colline et montagneLa diffusion des prairies dans le Trevisan selon le cadastre de 154219
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende La Montagna di Valdobbiadene, 1635 (Trévise)(Archivio di Stadoti Venezia, Proveditori sopra benu comunali, 194, fiera 12)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search