Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Maîtrise, non-maîtrise de l’herbage : approche ethnologique des savoirs et des usages de l’herbe dans les Pyrénées Centrales

Sébastien Lay

Texte intégral

« Ça arrivait que les brebis mangent trop goulûment, et le berger il fallait qu’il ait l’œil… qu’il vérifie qu’elles ne se gonflent pas… Quand les bêtes mangent trop, elles gonflent. Là il fallait les percer et il fallait savoir où…. Ou alors leur masser le flanc… Moi j’avais vu un vieux berger, il était toujours occupé à frictionner les brebis comme ça. Et mon père disait “c’est que cet hiver il les a trop serrées”… pour ainsi dire qu’il ne les avait pas trop bien soignées l’hiver, et alors elles n’avaient pas la résistance, l’été quand le vert les touchait, la nouvelle herbe les touchait, elles en souffraient. Oh ! C’est très délicat la brebis… très délicat… à l’élevage que nous faisions. Maintenant je ne sais pas comment ils font… De l’herbe comme il se fait maintenant, les brebis que nous avons tenues n’en mangeraient pas eh ! »

1Ces propos tenus par un éleveur des Pyrénées centrales sont représentatifs des discours sur les savoirs et les usages relatifs aux herbages. « Soigner » et « tenir » sont les termes fréquemment employés pour témoigner de la relation homme/animal. Le premier laisse entendre qu’il faut apporter une attention toute particulière au bétail. Le second place cette relation sur le plan de la conquête et de la domination, et l’inscrit dans une volonté plus large de maîtriser toutes les étapes de l’élevage. Cette vision d’une domination complète de la nature ne signifie pas que l’on se croit totalement indépendant de l’environnement naturel. Il existe une certaine insécurité écologique qui place le paysan, l’éleveur ou son bétail en situation délicate, « à la merci » de l’environnement, comme le remarque Giulio Angioni :

  • 1 Giulio Angioni, « L’attitude des bergers sardes face au hasard », Ethnologie française « hasard et (...)

« Un paysan médiéval ou moderne n’est que très rarement désigné en adresse ou en référence par un appellatif tel que le français maître, même quand il s’agit d’un “spécialiste” à l’instar des “maîtres” qui pratiquent d’autres métiers plus prestigieux. La difficulté primordiale de maîtriser les conditions naturelles dans ce type de travail doit y être pour quelque chose. Et, en effet, l’idée de maîtrise des conditions écologiques par la paysannerie traditionnelle nous apparaît, à nous aussi, plus qu’absurde, un peu comique. […] Loin d’être maître, le paysan est plutôt quelqu’un qui “est à la merci”, tout riche et capable qu’il soit dans son activité1

2Facteurs climatiques ou biologiques, prédateurs, etc., occasionnent cette insécurité écologique. Le propos cité en exergue, illustre la difficulté de maîtriser le milieu naturel en tant que facteur de production. Ainsi, la « nouvelle herbe » ou « le vert » font-ils « souffrir » voire mourir les brebis.

  • 2 Notons que l’élevage est ici essentiellement orienté vers la production de viande.

3Quelle est cette herbe ? De quelle nature est la connaissance des bergers sur les herbages ? Comment utilisent-ils les pâturages pour assurer la réussite de l’élevage ? Comment pensent-ils l’insécurité écologique ? Je propose de développer les modes d’appropriation du milieu naturel en m’attachant plus particulièrement à la manière dont les éleveurs distinguent le bon pâturage du mauvais. J’ai enquêté auprès de bergers et d’éleveurs en activité ou retraités dans les Pyrénées centrales (départements des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège) sur les savoirs et les usages relatifs à l’herbage. L’élevage repose sur l’estivage : le bétail reste en stabulation prolongée pendant l’hiver et séjourne pendant les mois d’été sur les pâturages d’altitude. Cette pratique dissocie deux espaces : celui de la « montagne », espace collectif qui dans le parler des bergers désigne l’estive, et celui des prés sur lesquels l’éleveur récolte le fourrage nécessaire pour l’hiver2.

Un usage de la flore non pragmatique

  • 3 Les termes génériques ne sont pas de véritables termes englobants ; ils marquent une « ignorance t (...)

4Rechercher un savoir sur l’herbe consiste, pense-t-on, à dresser le tableau des espèces botaniques identifiées par les bergers et à en donner les caractéristiques principales et les propriétés. Or, d’une manière générale, les catégories botaniques populaires dressent un tableau assez flou de la connaissance des pâturages. Pour distinguer parmi les herbages le bon du mauvais, et catégoriser ainsi l’espace, les éleveurs n’ont pas recours automatiquement à un savoir précis et détaillé sur des espèces botaniques. Et ce, même si le savoir sur les plantes illustre le rapprochement fréquent – pour ne pas dire constant – qui existe entre espèce et espace. La connaissance des plantes est avant tout une connaissance des lieux. En effet, beaucoup d’informateurs ne connaissent ou reconnaissent une espèce que parce qu’ils savent qu’elle pousse en un endroit bien précis. Sa détermination ne peut alors se faire qu’in situ, sur le lieu où la plante est connue, et non pas à partir des critères morphologiques, identifiables et visibles, de la plante elle-même. Bien évidemment, on reconnaît des « mauvaises herbes » pour le fourrage tel le chérìngòt (Rhinanthus minor L. ou Rhinanthus angustifolius C.C. Gmelin) dont on cherchera à éviter la propagation. Néanmoins, les enquêtes de terrain révèlent que le terme « herbe » est une dénomination générique qui n’est que rarement spécifiée : on dira « c’est de l’herbe », « de l’herbe d’ici »… Si l’identification d’espèce sert à ordonner et à spécifier des entités biologiques, la réputation du pâturage n’est pas déterminée par les espèces qui le composent. Le terme herbe est employé ici non pas pour englober l’ensemble des espèces connues mais bien pour les ignorer momentanément3 et désigner un type de végétation dont il n’est pas utile de connaître la composition précise.

5Lorsque j’aborde la question des bons pâturages, la réponse ordinaire des éleveurs est : « La haute montagne c’est meilleur… », « certaines montagnes étaient plus renommées que d’autres oui, d’abord, la montagne, plus elle était haute et mieux c’était, aussi bien pour la vache que pour le mouton. » Pour entrer dans le domaine de la classification des plantes, il faut clairement demander aux éleveurs s’ils connaissent des espèces, question à laquelle ils répondent en dressant toujours la même liste de deux ou trois plantes.

« – Connaissez-vous des espèces…
– d’herbes ?
– oui
– pff… hé… la réglisse surtout… Au-dessus de dix-huit cents mètres il y a ce que l’on appelle la schistra, c’est une plante qui ressemble à du fenouil. C’était bon… C’est-à-dire on sait pas si ça c’est bon, mais c’est les pâturages où il y a ça qui sont bons… alors c’est peut être ça qui était bon… Les vieux vous auraient dit que les vaches quand elles rotaient, elles rotaient ça… elles sentaient ça. Les pâturages où il y avait ça, c’était renommé. »

6Les éleveurs n’affirment pas que la renommée de certains pâturages est liée à des espèces particulières ; ils observent simplement qu’il y a une corrélation entre les « bonnes montagnes » et certaines espèces. Je reviendrai sur ce qui est donné comme étant une « bonne montagne ». Ainsi en est-il de la schistra ou cistra, (Meum athamanticum Jacq.), plante appréciée par le bétail et poussant dans les prairies d’altitude sur sol siliceux. De même, la réglisse, encore appelée banhiù (Trifolium alpinum L.), est la plante la plus connue et la plus reconnue par les bergers, comme indicatrice d’une bonne estive et ipso facto d’une « bonne montagne ». Enfin, le gispet, jésp, équèla ou esquia (Festuca eskia Ramond), est une robuste graminée, caractéristique de la haute montagne pyrénéenne qui colonise les pentes sèches où ses touffes puissamment enracinées forment des tapis épais et glissants. Cette herbe coriace et piquante provoque chez les jeunes brebis des croûtes d’irritations qui se forment autour du museau lorsque celles-ci broutent les épis. Cette affection est appelée « potèra » ou « musarànha », ou encore « on disait que s’engisperatch quand les agneaux avaient un peu de mal autour des lèvres. Que son engisperatch, je ne sais pas si c’était la pousse du gispect qui leur faisait ou cette herbe forte, trop dure pour eux… ». Ces caractéristiques botaniques font aussi du Gispet une plante « peu nourrissante » :

« Le gispet, c’est pas tellement recommandé, et pourtant les moutons, ils ne mangent pratiquement que ça… je les avais moi au bout de la vallée d’Ars et ils ne mangeaient pratiquement que ça… seulement ça faisait des bêtes qui étaient très rudes. Nous, on pouvait pas acheter une bête de la plaine, une brebis, et l’amener là haut, elle y crevait. Mais les gens qui nous achetaient les bêtes à nous, en plaine… Elles avaient un estomac qui leur permettait de digérer une herbe très dure, maigre même, qui leur apportait pas beaucoup… Alors quand elles étaient dans la plaine et qu’elles mangeaient de la bonne herbe grasse et tout ça, les bêtes elles poussaient, elles profitaient. »

  • 4 Je remercie tous mes informateurs dont j’ai modifié ici les prénoms.

7Un ancien éleveur de vaches et de brebis du Haut-Couserans (Ariège), que je prénommerai Pierre4, nous explique ainsi que si la plante ne permet pas d’engraisser les bêtes, elle les rend plus rustiques, « ça faisait des bêtes qui étaient très rudes » : les bêtes peuvent alors s’adapter aux conditions climatiques, pédologiques… Et lorsque les brebis sont conduites « dans la plaine », elles mettent à profit cette rudesse pour s’engraisser davantage. L’acquisition de cette rusticité n’est pas le simple fait du Gispet, c’est avant tout « l’herbe dure qui rend rude », qu’elle soit ou non identifiée comme du Gispet.

8Ainsi, de l’avis général, les brebis gagnent la rudesse de la haute montagne par l’intermédiaire de l’herbe, renforcent leur santé et deviennent « résistantes ». L’herbe de certaines montagnes en altitude assure la reconstitution du bétail, permet de leur « redonner de la force ». C’est d’ailleurs, dit-on, l’intérêt de mener les bêtes en haute montagne, pour les « fortifier », pour qu’elles puissent bénéficier d’un regain d’énergie. Chose qui ne peut être pleinement réalisée sur des montagnes « douces ».

Le rude et le doux

  • 5 Ethnolinguiste qui a enquêté dans le Couserans, voir B. Besche-Commenge, Le savoir des bergers de (...)
  • 6 Bruno Besche-Commenge, « Le concept de race. Mythe rationaliste ou pratique socioéconomique », Eth (...)

9Bruno Besche-Commenge5 donne « le glap » et le « rèish [rèych] », comme les deux pôles « entre lesquels s’échelonnent tous les types de sol, d’herbe, de climat et de bétail ». Ces deux concepts se comprennent comme suit : le glap c’est le mou, le doux, l’humide, le frais, le gras, le fertile, le faible… le rèish, c’est le dur, le rude, le sec, le séché, le maigre, le résistant…6 dont le modèle d’application est le suivant :

  • 7 Ibid., p. 50.

« L’herbe glape elle est toujours glape, elle te fera du bétail glap, seulement il faut qu’elle soit employée comme il faut. L’herbe rèyche c’est de l’herbe rèyche, elle te fera du bétail rèyche, elle te fera du bétail plus rude, seulement elle te développera jamais du bétail comme le fait le terrain doux7

10Les deux notions lient climat, pâturages et bêtes dans une même typologie. Cela nous est confirmé par nos propres témoins du Couserans dont Pierre :

« Glap, ça veut dire mou, rèish, ça veut dire sec et solide… rude. Il y a des montagnes qui sont considérées comme ça… nous on avait passé les vaches au Pla d’Albies dans une vacherie… Les bêtes qui n’étaient pas habituées, qui n’étaient pas nées là, elles y pissaient le sang, elles y crevaient… c’était peut être une chose de piroplasmose, je sais pas… nous on les a amenées qu’une fois, mais il y a une vache qui a crevé là bas… d’ailleurs on nous l’avait dit, ça c’était une montagne qui était considérée rude, rèisha [rèyche] oui…

On vous aurait dit, quelqu’un qui achetait une vache à un maquignon, “Oh que rèisha elle a été à telle montagne”, et bé ça venait d’une haute montagne où le foin était rude, la bête n’était pas mal habituée, elle pouvait tenir dans n’importe quel truc. Même ça c’était bon pour l’hivernage, la bête qui avait passé l’été en haute montagne, l’hiver elle mangeait n’importe quel foin, elle avait plus d’appétit, elle était plus solide, elle résistait mieux, alors que la bête qui était en moyenne montagne, qui avait mangé de l’herbe plus douce, n’était pas pareille. Ici il y a une montagne Coumebière, ça c’est la basse montagne pour l’hiver, les anciens ils n’aimaient pas ces montagnes.

Ici il y avait beaucoup de gens qui allaient dans la vallée de l’Aston… mais les bêtes qui allaient là, parce que la cabane est déjà à près de 2000 mètres et les vaches elles allaient plus haut, les vaches qui allaient là pour l’hiver elles étaient renommées, elles résistaient mieux, parce qu’ici le foin pour l’hiver on leur donnait bien mesuré, juste ce qu’il fallait, et les vaches elles n’étaient pas difficiles, elles avaient l’estomac plus fort. »

  • 8 Michel Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 302, rapporte que (...)
  • 9 B. Besche-Commenge, Le concept de race..., p. 52.

11L’herbe rèisha c’est « l’herbe rude, l’herbe trop dure ». En raison de sa nature, cette herbe contribue à la résistance nécessaire ou appréciée du bétail à l’hivernage. D’autre part, sur un plan économique, cette résistance des bêtes concourt à leur bonne réputation auprès des négociants en bétail ou des autres éleveurs. Les échanges entre la montagne et la plaine spécialisée dans l’engraissement sont ainsi favorisés8. Enfin si l’herbe rèisha n’engraisse pas, elle permet l’engraissement. En cela le Gispet est une herbe rèisha, les brebis ont « l’estomac plus fort » et « alors quand elles étaient dans la plaine et qu’elles mangeaient de la bonne herbe grasse et tout ça [de l’herbe glape donc], les bêtes elles poussaient, elles profitaient ». Cependant le bétail doit être adapté : « les bêtes qui n’étaient pas habituées, qui n’étaient pas nées là, elles y pissaient le sang, elles y crevaient », « nous, on pouvait pas acheter une bête de la plaine, une brebis, et l’amener là haut, elle y crevait ». Bruno Besche-Commenge souligne ce dernier point « il faut donc du bétail adapté au rèish9 ».

  • 10 Soulignons ici que ces éléments sont décrits, à peu de choses près, dans Le bon berger ou le vray (...)

12Cette conception dualiste de la nature des pâturages oppose deux pôles qui sur un plan zootechnique sont complémentaires. Côté rèish la santé : les bêtes sont rudes et résistantes, et ces caractéristiques s’obtiennent sur des herbages rèishs, secs et en altitude ; côté glap : l’engraissement du bétail sur des terrains frais, fertiles situés dans la plaine. Santé et engraissement sont liés aux catégories du haut et du sec, du bas et de l’humide10.

La force de l’herbe

13Cette conception dualiste répond-elle à toutes les sollicitations de l’environnement ? Elle permet de définir des règles de production (santé / engraissement). Ces catégories sensibles sont confrontées à l’expérience des éleveurs et aux conditions du milieu naturel.

  • 11 Pour une analyse détaillée de ce phénomène voir Sébastien Lay, « La force de l’herbe. Représentati (...)

14Un phénomène rencontré dans les Hautes-Pyrénées et décrit par les bergers – qui fut par ailleurs le point de départ de mon enquête sur les savoirs relatifs aux pâturages – se produit lorsque les éleveurs sortent leurs brebis des granges où elles ont passé l’hiver. Les bêtes passent alors d’une alimentation sèche essentiellement composée de foin à l’herbe printanière nouvelle. Au mois de mai, elles partent pacager sur la montagne toute proche. Mais il arrive que les agnelles ou les jeunes brebis, qui broutent pour la première fois l’herbe de la montagne, « s’enièrbòlan » [s’énièrbolent] : on dit qu’elles sont « enièrbolades » [énièrbouladès]. Les bêtes présentent des symptômes particuliers : oreilles « qui tombent » ou qui « s’enflent », « poil dans la figure tout hérissé » ; elles deviennent minces, efflanquées et ne mangent plus. La nièrbòla [nièrbole], nom donné au phénomène, n’arrive que sur certaines estives et qu’au printemps. Les éleveurs l’expliquent par le fait que les brebis ne sont pas habituées à un « changement brusque de nourriture », parce qu’au printemps « l’herbe est trop forte ». C’est ce que dit Jeanne, une bergère de la vallée de Campan (Hautes-Pyrénées) : « c’est dû à une forte poussée d’herbe. […] La nièrbòla, c’est la nourriture de l’herbe trop riche et le mauvais temps ». Ainsi, les brebis deviennent malades et, si elles restent trop longtemps dans ces conditions, meurent. « La nièrbòla, elles en crèvent ! » Il est bien question d’une herbe qui tue. Bien qu’elle désigne une maladie, la nièrbòla doit aussi être considérée comme une catégorie qui réunit des situations météorologique (du mauvais temps) et saisonnière (uniquement au printemps), et une configuration particulière de l’espace (certains quartiers d’estive). Cette catégorie établit une continuité entre brebis / herbe / printemps / montagne / temps, éléments qui d’un point de vue naturaliste seraient considérés comme strictement distincts11.

  • 12 B. Besche-Commenge, Le concept de race…, p. 54.

15Ce phénomène est connu en Couserans sous le nom de « malèrbo » ou « mau èrba » et présente la même étiologie : « Les premiers jours de l’estivage, les bêtes ne se sont pas encore mises à la température de l’année, elles n’ont pas la résistance à la force de l’herbe que la montagne donne12. »

16Le fait que les brebis gagnent la rudesse de la haute montagne par l’intermédiaire de l’herbe est confirmé par l’ensemble des informateurs. En d’autres termes, la montagne régénère le troupeau, ou plus exactement la « force de l’herbe » permet cette régénération. Mais, en même temps, elle peut provoquer la mort de certaines bêtes. Car la « force de l’herbe » est difficilement maîtrisable. Cette régénération du troupeau peut être interprétée comme un jeu à quitte ou double. C’est ce que dit Jeanne :

« Les brebis même un peu fatiguées de l’hiver, elles se refaisaient de suite arrivées à Arizes… Arizes, c’est chaud, c’est une bonne montagne, où chaque brin d’herbe est une goutte de sang ! Elles se refaisaient, ou elles claquaient !… trop vite nourries… Et tout va ensemble, il y avait l’air, le climat qui faisait bon, et puis l’herbe… »

17Tout semble indiquer que la maîtrise du pâturage repose sur un équilibre entre le fort et le faible. Les propos cités en début d’article faisaient allusion au problème de météorisation (gonflement des bêtes) fréquemment rencontré par les éleveurs et donné par ces derniers comme étant un manque de résistance à la « verdeur » de l’herbe. Comment assurer alors cet équilibre nécessaire entre la plante et l’animal ?

  • 13 Propos recueillis d’un berger du Couserans en 1973 par B. Besche-Commenge, Le savoir des bergers d (...)
  • 14 Voir sur ce sujet la description de Bernadette Lizet sur le travail d’embouche dans « L’herbe viol (...)

18Actuellement, sur les estives les bergers ne gardent pas leurs troupeaux. Une visite régulière (hebdomadaire) suffit à maintenir la cohésion du troupeau. L’été, les bêtes ne sont pas déplacées d’un pâturage à un autre. Bien au contraire, il faut, dit-on, que les brebis soient « tranquilles », il ne faut pas contraindre le bétail ni le forcer à s’établir en des lieux qu’il n’aurait pas choisis sous peine d’engendrer des maladies : « Mais si tu les fais dormir là où ça ne leur plaît pas, alors on dit qu’elles sont “gébriados” [gebriadas, “gébriées”]… Il faut leur laisser choisir l’emplacement du lit pour dormir […] Elles ne feront rien de force les brebis13.» Pour la réussite de l’élevage, le forçage de l’animal est contre-indiqué, sinon il présente les signes de la maladie : forçage de la part de l’homme, les brebis sont gebriadas, ou forçage lié à l’herbe dans le cas de la nièrbòla. Le forçage, c’est-à-dire l’ensemble des opérations qui visent à accélérer le développement de l’animal, ne peut être envisagé que dans le cas d’une mise à mort prochaine : l’engraissement consiste bien à « forcer » l’animal14.

Le sort ou comment dire le malheur biologique

19La difficulté de maîtrise de l’herbage n’est pas que zootechnique, elle est aussi idéelle. Chaque informateur donne une étiologie différente de la nièrbòla.

20Dans le Couserans, c’est par le verbe èishorar que l’on désigne une affection printanière qui atteint les agneaux ou les veaux. On dit que c’est un sort, c’est plutôt le sort, eth sòrt comme le dit Pierre :

« Eth sòrt, ça, ils l’attrapaient n’importe où… On n’a pas très bien compris ce que c’était ça. Et les vieux en parlaient… on dit èishorar [èychourà]… Qu’est-ce qui se produit… c’était surtout les agneaux quand même. Vous voyiez une bête qui traîne la patte derrière, et puis ils sont amorphes là et souvent ils crevaient. Et c’était dû à quoi exactement, on ne l’a pas su et personne ne l’a jamais expliqué. Ils accusaient surtout le côté ubac, vous savez le côté à l’ombre là, c’était surtout ça. Que s’èishoratch [qué s’èychouratch]… oh qu’est-ce qu’il a cet agneau, il va moins bien ? oh que s’èishoratch… Je vous dis ça, je n’y ai jamais rien compris… »

  • 15 Le sort dont il est ici question ne met pas en jeu un agent humain (il n’y a ni sorcier, ni désorc (...)

21Pierre accuse « le côté ubac », mais aussi les changements de régime alimentaire passant trop rapidement « du sec au vert », et même une orchidée. Mais ces explications sont récusées au fur et à mesure qu’elles sont avancées, car elles ne répondent pas favorablement ou complètement au problème biologique posé. Quand il s’agit de l’incompréhensible – « je vous dis ça, je n’y ai jamais rien compris » – et que la confrontation du phénomène avec les concepts connus échoue, le fait tombe dans le domaine du sort : « au printemps, que s’èishoraban, elles traînaient les pattes, il leur arrivait quelque chose, une herbe, on croyait que c’était une herbe… on le disait qu’an attrapat aquèth sòrt [elles ont attrapé ce sort], qu’èishorada [qu’èychourado] ». Comment expliquer rationnellement cette affection ? Si on qualifie de sort cette maladie, c’est bien parce que l’on recherche une causalité. Le sort est à comprendre ici comme une demande de sens sur l’origine d’un malheur biologique plus ou moins hasardeux15.

22Les éleveurs réemploient les catégories du sec et de l’humide, du sauvage et du cultivé, ou impliquent certaines plantes sans succès. Pour tenter d’expliquer pourquoi le bétail est fatigué et chercher les raisons de cette perte d’énergie, certains disent que l’affection èishorar se produit sur les agneaux ou sur les jeunes brebis, au printemps, dans les endroits cultivés, « gras », du côté de l’ombre, dans les zones humides (les marécages), dans les terrains glaps. Marthe, une agricultrice retraitée du Couserans, emploie ces catégories en les liant à la notion de force :

« Quand les brebis ou les agneaux attrapaient la feuille de frêne fraîche, les pousses de frêne fraîches et puis peut être une certaine herbe, on disait qu’elles attrapaient eth sòrt, le sort… èishoradas [èychourados]… on disait qu’an attrapat aquèth sòrt, ça veut dire èishoradas, c’est ça, que s’èischoraban, que son èishoradas. Alors ça, ça les fatiguait beaucoup, elles traînaient, mais il était rare quand même qu’elles en meurent. Et de les soigner, un peu d’herbe sèche dedans, les tenir avec du foin sec, ça leur coupait le vert, parce que cette herbe fraîche verte ; et surtout moi je crois que ça venait, et on le disait, des pousses jeunes de frêne qui s’ouvraient, elles sont fortes à ce moment là les pousses… »

23Si les catégories du sec et de l’humide sont conventionnellement mises en opposition, les éleveurs savent malgré tout que ces éléments ne permettent pas de comprendre le phénomène. Les réalités naturelles ne pouvant être réduites à leurs aspects sensibles sont alors envisagées comme composées de force. « La feuille de frêne fraîche », « l’herbe fraîche verte » provoquent la maladie parce que « trop fortes ». On accuse « la vigueur des choses du renouveau, de l’herbe nouvelle » ou encore « la vigueur de la force de l’herbe » comme étant la cause d’affections du même type.

24Introduire la notion de sort, c’est introduire la notion de force, force en tant que potentiel bio économique, énergie vitale et agent de transfert entre l’animal et le végétal. Ainsi la notion de force permet de saisir les choses qui échappent à l’emprise des sens, qui ne relèvent pas de l’ordre du sensible et que l’on cherche à élucider sans faire appel aux catégories de la surnature. Vis-à-vis de la maladie, tous les indices qu’offre l’environnement sont bons à prendre. Il s’agit alors de chercher des éléments qui offrent une relation de cause à effet vérifiable.

25Devant l’insécurité écologique, l’éleveur doit faire face à une double difficulté : zootechnique et conceptuelle.

Faire du fort : la production du fourrage

26Les éleveurs ne pratiquant pas la transhumance doivent produire du fourrage pour nourrir le bétail l’hiver. Deux coupes sont réalisées : le foin récolté dès le mois de juin puis le regain à partir du mois d’août. La seule préoccupation pour la première coupe semble se réduire à une question de maturité ; trop mûr le foin n’est plus bon, « il pourrit sur place » lors des étés trop pluvieux par exemple, pas assez mûr, il est trop vert et il faut attendre qu’il mûrisse. Le regain lui n’est pas une herbe mature, on ne dit d’ailleurs jamais d’un regain qu’il est mûr et qu’il faut le faucher. La différence entre foin et regain tient au fait que le foin mûrit « naturellement » alors que la préparation du regain, arèdalh, est une cuisine dont l’objectif est de faire « bouillir » une herbe immature.

  • 16 Pour Simin Palay (Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Paris, 3e édition complétée de 1 (...)

27Pour faire sécher le foin, l’herbe coupée est étendue puis retournée dans la journée avant d’être ramassée en andains le soir venu. Le regain fait quant à lui l’objet d’un traitement particulier : une fois fauchée, l’herbe est rassemblée pour éviter qu’elle ne « se perde », parce qu’elle est plus courte et qu’elle ne doit pas, dit-on, « se cuire » totalement. Le regain « fait de plantes nouvelles, plus parfumées », est plus difficile à sécher sous le soleil moins chaud de la fin de l’été. Le soir venu, après avoir formé les andains, le regain est amassé en petites meules appelées loàtes [louates], salabànès ou corgòs [courgos] suivant les lieux. On précise bien qu’il faut faire les andains « avant que le soleil ne soit parti, pour enfermer la chaleur dedans ». Et une fois les loàtes réalisées, on dit que le regain bout : « qu’a bourìt, ça veut dire qu’il fermente et ça favorise le séchage ». Ainsi l’herbe rentre en ébullition16. Même si la technique permet de protéger l’herbe ainsi amassée de la rosée matinale, l’essentiel est ici de réaliser cette fermentation qui fait mûrir et fait sécher. Il faut que le regain soit parfaitement sec, que le procédé culinaire ait abouti. « On dit que le regain est sec, quand il sonne… on le prend, et il fait du bruit, on dit qu’il sonne. » Le bruit du regain signe en même temps sa parfaite maturation et la fin du fanage.

28Cette présentation rapide de la production du foin et du regain permet de distinguer la maturation naturelle du foin, foin qu’il ne reste plus qu’à faire sécher, de la maturation nécessaire que l’agriculteur doit faire subir au regain en plus du séchage. Pour le foin, le processus s’apparente à une « cuisson » naturelle, pour le regain à une « cuisson » humaine.

29D’autre part, l’utilisation de ces deux fourrages est différente. Le foin sert à nourrir, à « remplir » l’animal ; on souhaite en avoir en quantité sans en négliger la qualité. Le regain sert à « fortifier », c’est la première herbe pour les agneaux, et celle qui favorise la lactation : le regain est une herbe forte.

***

  • 17 Un parallèle peut être fait sur le plan social : les prés sont en propriété et usage privés, les e (...)

30Finalement, tout se passe comme s’il fallait recréer deux types d’herbes, reproduire le fort et le faible, inclure les deux types de fourrages dans les catégories qui servent à classer les types d’herbages. Maîtriser l’herbe, c’est « savoir utiliser » les propriétés de chaque pâturage (glap ou rèish), et reproduire pour un usage approprié et différé les catégories du rude et du doux. Par des procédés techniques, on maîtrise complètement cette force que procure le regain afin d’éviter tous les incidents qu’une « trop forte force de l’herbe » peut engendrer. Ainsi s’opposent deux espaces, celui des estives où la maîtrise à des fins zootechniques de l’herbage reste aléatoire, celui des prés où un traitement technique permet de contrôler les processus naturels17. Deux espaces, deux temps autour de l’herbe.

Notes

1 Giulio Angioni, « L’attitude des bergers sardes face au hasard », Ethnologie française « hasard et société », no 17, 1987, p. 324-329, p. 324.

2 Notons que l’élevage est ici essentiellement orienté vers la production de viande.

3 Les termes génériques ne sont pas de véritables termes englobants ; ils marquent une « ignorance temporaire » comme l’affirme Marc Lenaerts, « Ontologie animique, ethnosciences et universalisme cognitif. Le regard ashéninka », L’homme, no 179, 2006, p. 113-140.

4 Je remercie tous mes informateurs dont j’ai modifié ici les prénoms.

5 Ethnolinguiste qui a enquêté dans le Couserans, voir B. Besche-Commenge, Le savoir des bergers de Casabède. vol. 1 : Textes gascons pastoraux du Haut-Salat. vol. 2 : Lexique, nature, société : Les dénominations des ovins à Sentenac d’Oust (Ariège). Étude de sociologie linguistique, Toulouse, 1977.

6 Bruno Besche-Commenge, « Le concept de race. Mythe rationaliste ou pratique socioéconomique », Ethnozootechnie « Le concept de race en zootechnie » no 29, 1982, p. 43-59.

7 Ibid., p. 50.

8 Michel Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 302, rapporte que les métairies de la région de Saint-Girons se consacraient à l’engraissement des bœufs et des moutons, « au milieu du xixe siècle, les cultivateurs du Bas-Couserans achetaient à l’automne des petits troupeaux de moutons de quatre ans sur les foires de Seix et de Castillon [Haut-Couserans] ; on les engraissait en quelques semaines ».

9 B. Besche-Commenge, Le concept de race..., p. 52.

10 Soulignons ici que ces éléments sont décrits, à peu de choses près, dans Le bon berger ou le vray régime et gouvernement des bergers et bergères : composé par le rustique Jehan de Brie, écrit dès 1379 et imprimé en 1541 (Paul Lacroix, réimprimé sur l’édition de 1541, Paris, 1879). En dressant les règles générales de l’art de bergerie, Jean de Brie conseille de garder les brebis « qui de leur nature sont chauldes et sèches en complexion » de l’humidité. C’est aussi sur ces bases qu’Olivier de Serres (Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs ; dans lequel est présenté tout ce qui est requis et nécessaire pour bien dresser, gouverner, enrichir et embellir la maison rustique, 1620, édition de 2001, Arles) semble s’appuyer pour distinguer les herbages les plus appropriés aux brebis qui redoutent le froid et les situations basses et humides, tels les marécages « sources de la peste de ce bestail ».

11 Pour une analyse détaillée de ce phénomène voir Sébastien Lay, « La force de l’herbe. Représentation de l’action de l’herbe sur les troupeaux par les bergers des Pyrénées centrales », Les cahiers de Salagon, Actes du cinquième séminaire d’ethnobotanique du domaine européen, « la plante et l’animal » (année 2005), Musée départemental ethnologique de Haute-Provence, à paraître.

12 B. Besche-Commenge, Le concept de race…, p. 54.

13 Propos recueillis d’un berger du Couserans en 1973 par B. Besche-Commenge, Le savoir des bergers de Casabède…, vol. I, p. 123.

14 Voir sur ce sujet la description de Bernadette Lizet sur le travail d’embouche dans « L’herbe violente. Enquête ethnobotanique en pays Brionnais », Études rurales « Sauvage et domestique », no 129-130, 1993, p. 129-146.

15 Le sort dont il est ici question ne met pas en jeu un agent humain (il n’y a ni sorcier, ni désorceleur) comme dans l’ouvrage de Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

16 Pour Simin Palay (Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Paris, 3e édition complétée de 1991 (à partir de l’édition revue, corrigée et augmentée de 1932-1934), 1974), un « bourít (-de) » est un « bouillon, flot de liquide en ébullition ; bouillonnement ; fermentation tumultueuse », le terme est employé dans le registre culinaire, c’est aussi un adjectif qui signifie « bouilli, cuit totalement ».

17 Un parallèle peut être fait sur le plan social : les prés sont en propriété et usage privés, les estives en usage collectif. La maîtrise foncière des estives est plus aléatoire, les droits de propriété et d’usage y étant un sujet permanent de discorde entre communautés. Les références sur ce thème sont nombreuses, voir notamment Christian Desplat, La guerre oubliée. Guerres paysannes dans les Pyrénées ( xiie- xixe siècles), Pau, 1993 ou M. Chevalier, La vie humaine…, 1956.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search