Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Les prairies dans les systèmes agraires de l’Ibérie humide1

Pegerto Saavedra

Texte intégral

  • 1 Traduction assurée par Francis Brumont, professeur, Université de Toulouse Le Mirail.
    Travail réalis (...)

1Prairies, prés, pâturages et espaces boisés caractérisent aujourd’hui le paysage de l’Espagne cantabrique et nord-atlantique, de la Bidassoa au Minho, contrastant avec l’Espagne intérieure dominée par les plateaux céréaliers. Mais le paysage est un produit de l’histoire, et donc changeant, et c’est ainsi que dans presque toute la Galice, une bonne partie des Asturies et certaines zones de Cantabrie, les vastes étendues de prés et pâturages sont, pour leur plus grande part, un produit de l’époque contemporaine et résultent du passage d’une économie céréalière à une économie basée sur l’élevage, spécialisée dans la viande ou le lait.

Prés et céréales dans l’Espagne humide

  • 1 Antonio Matilla Tascón, La Única Contribución y el Catastro de Ensenada, Madrid, 1947 ; El Catastro (...)

2Au milieu du xviiie siècle, les prés et pâturages naturels avaient peu d’importance en Galice et étaient limités dans les Asturies et les municipalités côtières de Cantabrie. Pour le Pays Basque, nous ne disposons pas de données, les privilèges fiscaux dont il jouissait lui ayant évité de subir les enquêtes lancées par le Secrétariat aux Finances, dont la plus célèbre est le Cadastre du marquis de la Ensenada, réalisé entre 1749 et 1753, dans le but d’introduire de profondes réformes qui, par la suite, furent abandonnées1.

3En Galice concrètement, en 1750, la distribution de la superficie cultivée en continu était la suivante :

Tableau 1. Destination de la terre cultivée dans les sept provinces galiciennes au milieu du xviiie siècle (pourcentage)

Tableau 1. Destination de la terre cultivée dans les sept provinces galiciennes au milieu du xviiie siècle (pourcentage)

Source : Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1a Remesa, leg. 1.977 (résumé par province de toutes les opérations du Cadastre effectuées au niveau local).

  • 2 Antonio Eiras Roel, La población de Galicia, 1700-1860, Saint-Jacques de Compostelle, 1996.

4D’après le même Cadastre, la Galice aurait disposé en 1750 de 30 000 ha de prés, secs et irrigués – plus de 400 000 aujourd’hui – et de 300 000 ha de labours, ce qui montre clairement l’orientation céréalière de l’économie paysanne. Il existait quelques différences entre les provinces, les prés étant un peu plus abondants à l’intérieur (Lugo, Orense), surtout dans les villages montagnards où les eaux abondaient, tandis que dans les zones littorales, ils pouvaient n’occuper qu’une place réduite, comme dans la province de Tuy, où la densité de la population dépassait les 100 h/km2.

  • 3 José Manuel Pérez García, « Fuentes de control de los catastros fiscales : las escrituras de protoc (...)
  • 4 Abel Bouhier, La Galice. Essai géographique et d’analyse d’un vieux complexe agraire, La Roche-sur- (...)

5Les chiffres fournis par le Cadastre sont très sous-évalués, mais ils gardent leur importance relative et José Manuel Pérez García a proposé de les augmenter d’un tiers3 ; la superficie en pré n’atteindrait pas alors les 0,2 ha par exploitation. Mais il faut rappeler que la surface occupée par la culture continue représentait environ 15 % de l’extension totale du royaume de Galice, le reste étant des landes communes ouvertes pour la plupart, sans lesquelles le fonctionnement du système agraire galicien ne peut être compris, comme l’a rappelé magistralement, il y a longtemps, le géographe de Poitiers Abel Bouhier4.

  • 5 Rafael Domínguez Martín, El campesino adaptativo. Campesinos y mercado en el norte de España, 1750- (...)
  • 6 Fermín Rodríguez Gutiérrez, La organización agraria en la montaña central asturiana, Oviedo, 1989, (...)

6Dans les Asturies et en Cantabrie, à la différence de la Galice, la présence des prés est plus importante : dans les Asturies, ils occupaient en moyenne 31 % des terres cultivées en continu et en Cantabrie, 48,5 %5. En Cantabrie, comme dans une bonne partie des Asturies, règnent des conditions naturelles différentes de celles de Galice, dont l’absence d’aridité estivale, un relief très montagneux avec 40 % de la superficie au-dessus de 700 m d’altitude, et des pentes très marquées qui rendent difficile le travail de la terre. De même y dominent les sols bruns, considérés comme favorables aux herbages, face à ceux de type ranker présents en Galice et dans les Asturies occidentales. La proportion de terre cultivée de manière continue dans les Asturies était semblable à celle de la Galice et même inférieure en Cantabrie (autour de 10 %). Mais, alors qu’en Galice les landes communales fournissaient peu de pâturage, les pâtures étaient de qualité dans les vallées et les montagnes des Asturies et de Cantabrie, si bien que certains géographes les incluent dans les espaces pastoraux qui atteignent 80 à 90 % de la superficie totale. L’étude de Fermín Rodríguez Gutiérrez sur la montagne asturienne en est un bon exemple : si l’on ne tient compte que de la superficie cultivée en continu, les prés en occupent 55 % à Quirós et les labours 40 %, à Lena 64 % et 25 % respectivement, à Caso 55 % et 36 % et à Aller 60 % et 31 %. Mais si nous ajoutons les communaux aux prés, dans les quatre communautés, la superficie enherbée atteint 88 %, de sorte que les labours occupent une place très secondaire6.

  • 7 María Ángeles Fernández Ochoa, Luarca y la tierra de Valdés en la Edad Moderna, Valdés, 1995, et R. (...)

7Dans les Asturies comme en Cantabrie, l’importance des prés augmentait au fur et à mesure qu’on s’éloignait de la côte vers les vallées et les montagnes. À Luarca et à Valdés, dans l’ouest asturien, les superficies en herbe représentaient 26 % des espaces cultivés sur la côte et de 39 % à 43 % dans l’intérieur. En Cantabrie, toujours au milieu du xviiie siècle, la part des prés variait de 21 % à 46 % sur la côte, mais atteignait de 80 % à 95 % dans les vallées du pays de Pas, spécialisées depuis longtemps dans l’élevage7. Il faut remarquer, en outre, que dans les Asturies et en Cantabrie, et sans doute aussi au Pays Basque, même dans les zones littorales, les prés jouaient un rôle plus important que sur les côtes galiciennes.

  • 8 Abel Bouhier, La Galice…, p. 643-650.

8En Cantabrie et dans les Asturies, les prés non seulement occupaient plus de place qu’en Galice, mais ils étaient plus diversifiés. Pour cette dernière, le Cadastre de la Ensenada ne parle que de prairies irriguées ou de prés de première, seconde et troisième catégorie, et à l’occasion de pâturages. Il s’agit toujours d’espaces privés, irrigués régulièrement dans le premier cas et sans autre arrosage que la pluie dans le second, qui produisent du foin au moins une fois dans l’année, et que l’on utilise ensuite pour la pâture, sans aucune servitude collective. Comme l’a indiqué Abel Bouhier, la différence entre les prairies irriguées et les prés secs réside dans l’existence ou non de ressources hydriques régulières, à partir surtout du mois de mai. Elle est beaucoup moins évidente entre prés secs et pâturages, car si les premiers sont fauchés habituellement une fois par an et les seconds non, les années pluvieuses, ces derniers pouvaient produire du foin et les prés n’en pas produire les années sèches8.

9Les prés irrigués produisaient logiquement un rendement supérieur, surtout dans les zones au climat doux, où l’on pouvait les faucher plusieurs fois ; c’est surtout le cas des lameiros, proches des villages, qui bénéficiaient de l’apport d’engrais. Mais, en général, si on calcule le revenu en argent, un hectare de pré rapportait moins qu’un hectare de labour, sauf dans les zones d’assolement biennal, où l’on semait du seigle une année sur deux.

Tableau 2. Valeur comparée, en réaux, de la production d’1 ha de labour et d’1 ha de pré en Galice (1750)

Province

Ha labour

Ha pré*

Différence labour/pré ( %)

Saint-Jacques

259

181

43

Orense

197

255

– 23

Lugo

119

207

– 43

Betanzos

342

214

60

Mondoñedo

299

254

18

Tuy

418

366

14

La Corogne

398

235

69

Source : voir tableau précédent :
* Prés secs et irrigués.

  • 9 Pour une vue générale de la diversité des systèmes agro-pastoraux de la Galice, Pegerto Saavedra, « (...)

10Ce n’est que dans les provinces d’Orense et surtout de Lugo, où l’agriculture était extensive (sauf dans les zones viticoles non prises en compte ici) et basée sur la culture du seigle avec jachère biennale, que les prés rapportaient plus que les labours : c’est pourquoi ces provinces étaient celles où les prés occupaient la superficie la plus importante. Dans les autres, où les assolements atteignaient une certaine complexité, avec des céréales d’hiver et de printemps et des plantes fourragères, les revenus tirés des prés étaient inférieurs. On remarque également que les revenus des prés oscillent d’une province à l’autre, mais moins que ceux des labours, à cause de rotations très différentes, allant de l’exploitation extensive de Lugo à celle, proche du jardinage, de Tuy9.

  • 10 José Ortega Valcárcel, La Cantabria rural : sobre la Montaña, Santander, 1987, p. 68.

11Dans les zones littorales, des Asturies au Pays Basque, l’économie paysanne du xviiie siècle était d’abord céréalière et les prés étaient, comme en Galice, de propriété privée. Mais dans les villages à vocation pastorale plus affirmée ou d’économie montagnarde, coexistaient divers types de pâturages : ceux, enclos, de propriété et d’usage privés, proches des noyaux de peuplement, qui pouvaient être irrigués ou non (les plus nombreux) ; les prés et pâtures de mortera ou eréa, parfois mêlés avec les labours, parfois formant de vastes parcelles, voués à l’herbe et dont la propriété et l’usage revêtaient diverses formes car ils pouvaient être la propriété de particuliers, à qui appartenait le foin, mais ils devenaient ensuite d’usage commun. D’autres étaient communaux, dont le foin était tiré au sort et l’herbe appartenait à tous. Et, finalement, on trouvait les prés utilisés collectivement et seulement pour le pâturage. Ces espaces sont caractérisés par leur soumission à la vaine pâture, même s’il en existait d’usage seulement communal. Ceux qui étaient au milieu des labours, malgré leur nature différente, étaient affectés par les assolements, comme le signale José Ortega Valcárcel au sujet de la Cantabrie : voilà pourquoi on déclare, au xviiie siècle, « des prés qui produisent avec repos », c’est-à-dire avec jachère biennale. Cette incongruité apparente a son explication : il y a des prés au milieu des erías ou mieres, ce qui les convertit en biennaux, le propriétaire en jouissant l’année de culture et la communauté la suivante, quand les terres labourables se reposent. Il en allait de même dans les montagnes asturiennes10.

  • 11 Joaquín Ocampo Suárez-Valdés, Campesinos y artesanos en la Asturias preindustrial, Oviedo, 1990, p. (...)
  • 12 María-José Pérez Álvarez, La montaña noroccidental leonesa en la Edad Moderna, León, 1996, p. 64-65

12Souvent, pour découvrir les modalités d’utilisation, il est nécessaire de recourir aux ordonnances locales, puisque le Cadastre de la Ensenada ne fait que différencier des types et des qualités de prairies et de pâturages. Le conseil asturien de Taramundi énumère par exemple : les « prés irrigués donnant du foin et deux pâtures, une au printemps, l’autre en automne » ; les « prés irrigués donnant du foin et une pâture en automne » ; les « prés secs qui donnent seulement deux pâtures, printemps et automne, sans donner du foin » ; les « prés secs qui donnent seulement une pâture d’automne » et les « prés secs qui servent seulement de pâture à la dent des animaux au printemps11 ». Dans les montagnes de León, il y avait des « prés irrigués de deux poils », « des prés irrigués d’un poil », « des prés secs d’un poil » et des prés qui produisaient « avec un repos ». En même temps, ils pouvaient être ouverts ou clos ; dans le premier cas, ils étaient vagues, le propriétaire coupant la première herbe ou premier poil, le pré étant voué ensuite à la vaine pâture12.

  • 13 Les ouvrages de F. Rodríguez Gutiérrez, de J. González Pardo et de Ma J. Pérez Álvarez, cités dans (...)

13La proportion des différents types de prés variait sans doute d’un village à l’autre. Dans la montagne des Asturies centrales, les prairies privées formaient 80 % du total, les morteras 14 % et les bascones 5 %. L’espace se trouvait hiérarchisé en fonction de son degré de « privauté » : les jardins, les aires et les prés privés entouraient les noyaux de peuplement, formant le premier cercle ; les morteras dont les modes d’utilisation étaient réglés par les ordonnances locales (époques de fauche, de pâture, de défens) occupaient le deuxième cercle et finalement s’étendaient les puertos ou brañas de type communal, utilisés par le bétail en été, en pâturage individuel ou collectif. Ces espaces constituaient la « limite d’en haut ». Les ordonnances locales sont souvent très précises quand elles légifèrent sur le type de bétail et sur l’époque à laquelle chaque espace pouvait être utilisé13.

  • 14 Manuel de Terán, « Vaqueros y cabañas en los Montes de Pas », Estudios Geográficos, 28 (1947), p. 4 (...)
  • 15 M. de Terán, « Vaqueros y cabañas… », p. 508-510. Cette situation semble partiellement consolidée à (...)

14Il y avait des situations singulières, où les utilisations communales disparurent très tôt. La plus notable est celle des Montes de Pas, un espace partagé entre la Cantabrie et la province de Burgos. Si, au Moyen Âge, les pâturages étaient collectifs, au cours du xviie siècle, les bergers et les paysans généralisèrent les clôtures et se spécialisèrent dans l’élevage bovin pour la viande et les produits laitiers. Le résultat de ce processus, étudié par M. de Terán et J. Ortega Valcárcel, fut l’apparition d’un habitat dispersé et d’un paysage de champs clos destinés à produire de l’herbe14. Les familles d’éleveurs (vaqueiros) se déplaçaient de bas en haut et de haut en bas (la muda), suivant les saisons, occupant les habitations, cabanes et paillers qui leur appartenaient et utilisant les prés clos de leur propriété. Ils pratiquaient un type d’économie spécialisée dans l’exploitation des ressources de l’élevage, ce qui exigeait l’achat de céréales et d’autres denrées. Les cabanes des pasiegos étaient à la fois maisons d’habitation, étables et paillers. Le Cadastre de la Ensenada permet de constater que souvent le nombre de cabanes était trois fois plus élevé que celui des feux, car chaque famille en utilisait plusieurs qu’elle occupait tour à tour. Á San Pedro de Romeral, par exemple, on recense, en 1753, 375 feux pour 1141 cabanes « qui à divers moments de l’année servent de demeure à leurs habitants et d’abri au bétail ». Et à Nuestra Señora de la Vega, les témoins affirment ne pas connaître le nombre de cabanes « parce qu’elles sont situées très loin les unes des autres et se trouvent dans les montagnes au milieu des rochers et des ravins ». Il n’existait pas de distinction entre habitat temporaire et habitat permanent. « Le pasiego vit en perpétuel déplacement, dans un nomadisme continu à court rayon, où chaque famille, avec ses troupeaux, va de cabane en cabane dans toutes les saisons de l’année15

  • 16 J. Ortega Valcárcel, « Organización del espacio… », p. 875-878.

15Quelques ethnographes ont considéré le groupe des vaqueiros comme archaïque, alors qu’en réalité c’est un prototype d’individualisme moderne. Leur caractère partiellement ambulant et le fait qu’ils se livraient au trafic des animaux et autres marchandises provoquèrent leur ségrégation de la part des communautés paysannes stables, dont la méfiance vis-à-vis des « hommes d’affaires » est bien connue. On inventa des légendes à leur sujet, acceptées sans esprit critique par des chercheurs peu doués de sens de l’histoire, qui mettaient en relation ces éleveurs avec des races mal vues, comme celle des juifs. Mais, en fait, ce groupe est le résultat de l’évolution historique de bergers et de paysans intégrés très tôt dans une économie marchande basée sur la spécialisation pastorale et qui surent s’adapter aux conditions changeantes du marché. Comme l’a montré José Ortega Valcárcel, dans les Montes de Pas au cours du xvie siècle, on abandonna l’élevage extensif et l’utilisation communautaire des pâturages pour adopter la stabulation des animaux et la privatisation des prairies. « C’est le passage d’un élevage hétérogène à une spécialisation dans les bovins. Ce dernier acquiert une prééminence qu’il partageait auparavant avec les porcins […] ; on peut même penser que la race pasiega est le résultat de cette spécialisation à partir d’un tronc pyrénéen commun ». L’organisation de l’espace fut modifiée ; les pâturages ouverts furent remplacés par des enclos qui entouraient un habitat dispersé. Ces changements ont tous les caractères d’une révolution16.

  • 17 Pour une vision générale, L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Âge (...)

16Rappelons que, globalement, les surfaces en prés étaient faibles, de propriété privée, et se distinguaient clairement du monte, dont l’utilisation était en général plus agraire que pastorale. Dans les vallées et les montagnes des Asturies, il y avait non seulement une plus grande proportion de prairies privées et communales, mais aussi beaucoup de parties du monte – surtout les brañas ou puertos – pouvant leur être comparées en ce qui concerne la productivité, puisque certaines parcelles produisaient même des coupes de foin destinées à la nourriture des bovins qui transhumaient durant l’été. La différence entre prairies et pâturages n’était guère plus claire, du moins pour ce qui est des revenus qu’ils procuraient, dans une économie où les troupeaux de vaches utilisaient pendant l’hiver les prés proches des villages et, à mesure que le printemps s’avançait, montaient par étapes – selon ce que stipulaient les ordonnances locales – pour se nourrir dans les pâturages d’altitude, jusqu’à arriver au sommet (parfois de véritables « alpages »). En septembre, ils faisaient la route dans le sens inverse, tout comme dans les Pyrénées ou les Alpes17.

L’Espagne humide, réserve de bovins

17Par ailleurs, l’Espagne cantabrique et nord-atlantique fut, à l’époque moderne et jusqu’à aujourd’hui une véritable réserve bovine. Cependant, notons que l’alimentation et même la composition du troupeau variaient en fonction des bases de l’économie paysanne. Les Asturies, la Cantabrie et la Galice représentaient 12 % du territoire de la Couronne de Castille, mais concentraient, au milieu du xviiie siècle, 46 % du troupeau bovin, forme d’élevage qui procurait le plus de revenus aux paysans (et à ceux qui s’adonnaient au négoce des baux à cheptel).

Tableau 3. Distribution des animaux d’élevage dans l’Espagne cantabrique et nord-Atlantique au milieu du xviiie siècle

Tableau 3. Distribution des animaux d’élevage dans l’Espagne cantabrique et nord-Atlantique au milieu du xviiie siècle

* Pourcentage des « utilités » ou revenus annuels exprimés en réaux, qui correspond à chaque type d’animaux dans chacun des territoires par rapport à l’ensemble du troupeau. Pour les raisons signalées plus haut il n’y a pas de données pour le Pays Basque.
Source : Archivo Histórico Nacional, Hacienda, Mapas generales del Catastro de Ensenada ; A. Matilla Tascón (1947) ; R. Domínguez (1996) et R. Lanza (2001).

18Les animaux d’élevage présentent une diversification considérable, surtout en Galice et aux Asturies, où, à côté des bovins, les ovins et les porcins atteignent une certaine importance (même si, dans le cas des ovins, il s’agit d’animaux de race commune, petits et de mauvaise qualité). En Cantabrie, on note une plus grande spécialisation dans les bovins, ce que l’on pouvait déjà déduire de l’extension des superficies en herbe. Le faible nombre des chevaux et des mules (quasiment pas d’ânes) est à mettre en relation avec l’importance des bovins qui fournissent la force de travail nécessaire pour les travaux agricoles et pour l’essentiel des transports sur les routes cantabres et à proximité des villes.

19Les données du recensement des bovins ne sont pas représentatives, à elles seules, des densités qui étaient atteintes dans ces régions. Le calcul du nombre d’animaux par km2 ou par ha de superficie cultivée et de prés, apporte quelque clarté sur les modes d’alimentation du bétail.

Tableau 4. Densités bovines au milieu du xviiie siècle

Bovins/km2

Bovins/ha de labours et prés

Bovins/ha de labour

Bovins/ha de prés

Asturies

33,4

2,84

04,56

07,6

Cantabrie

27,2

5,49

11,50

10,8

Galice

31,2

2,75

03,07

24,4

Sources : celles du tableau précédent.

20Les différences les plus accusées entre les provinces se trouvent aux colonnes 2, 3 et 4, puisque, en ce qui concerne les densités par rapport à la superficie totale, les variations sont faibles. La Galice occupe une place intermédiaire bien que la proportion des prés y soit, à cette époque, très basse, avec des chiffres très élevés d’animaux par ha de prés alors que par rapport aux hectares cultivés, ils sont les plus faibles. À côté de déficiences possibles des calculs, provenant de l’hétérogénéité des chiffres du Cadastre et d’autres difficultés trop longues à exposer ici, l’alimentation du bétail galicien provenait manifestement plus des fourrages produits sur les terres labourables que des herbes (sauf si l’on admet des prés d’une qualité extraordinaire, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on compare les revenus des labours et des prés). En Cantabrie, à l’autre extrême, une part substantielle des ressources alimentaires du bétail était obtenue dans les pâturages communaux, avec des chiffres élevés du nombre de têtes par ha de labours et de prés (alors que moins de 10 % de la superficie était cultivée en continu). Les Asturies se situent dans une position intermédiaire, avec des zones où dominait un système agropastoral essentiellement céréalier semblable à celui de la Galice et d’autres de montagne, semblable aux Cantabres, et qui dépendaient des pâturages de haute et moyenne montagne.

21Ces différences entre grandes régions apparaissent mieux à l’intérieur de la Galice elle-même, dont les provinces présentaient des systèmes très divers.

Tableau 5. Densités bovines dans les provinces galiciennes au milieu du xviiie siècle

Province

Têtes/Exploitation

Têtes/km2

Têtes/ha de labour

Têtes/ha de pré

Saint-Jacques

2,94

40,7

3,47

21,80

Orense

2,67

27,5

2,59

14,14

Lugo

5,44

28,6

3,21

27,06

Betanzos

4,84

42,9

4,80

52,79

Mondoñedo

4,23

37,4

4,04

52,08

Tuy

1,71

41,8

4,23

221,58

La Corogne

4,39

39,6

3,41

44,65

Source : Archivo Histórico Nacional, Hacienda, liasse 7 440 et Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1a Remesa, liasse 1 977.

  • 18 J. M. Pérez García, « En los límites del virtuosismo agrario tradicional : la fertilidad en la coma (...)
  • 19 Comme l’avaient signalé en leur temps A. Bouhier, La Galice…., p. 1200 et suiv., et dans une étude (...)
  • 20 À la fin du xvie siècle, la rotation ternaire, soit trois récoltes en deux ans, avec une céréale d’ (...)

22Si l’on met à part le cas de Saint-Jacques, une province très hétérogène, les circonscriptions qui présentent les densités les plus fortes par rapport à la superficie totale, à celle des labours et à celle des prés, sont celles qui sont situées sur le littoral, Betanzos, Mondoñedo, Tuy et La Corogne, où l’extension des prés était très faible. Il faut s’attarder sur l’exemple extraordinaire de Tuy, véritable fourmilière humaine, avec une agriculture « virtuose » (selon l’expression de José Manuel Pérez Garcia18) où l’on dépasse les 4 bêtes par ha de labours et les 220 par ha de prés. Il est clair que l’abondant troupeau de cette province s’alimentait à peine sur les prés, mais devait recourir aux fourrages produits sur les labours : navets, seigle fauché en vert, herbe poussant spontanément entre les rangées de maïs et paille essentiellement19. Il en allait de même, dans une moindre mesure, dans les provinces de Betanzos, Mondoñedo, La Corogne et sur le littoral occidental de celle de Saint-Jacques, où les navets entraient habituellement dans une rotation de type ternaire, entre la récolte de la céréale d’hiver et les semailles de celles de printemps, soit trois récoltes en deux ans, un système existant dans la Galice cantabrique au xvie siècle, avant le maïs, mais avec le millet comme culture de printemps20.

  • 21 Sur l’utilisation agraire du monte, durant l’étape finale de l’Ancien Régime et à l’époque contempo (...)
  • 22 J.-M. Pérez García, « Niveles y transformaciones de la ganadería de Galicia en el siglo xvii », Cua (...)
  • 23 Voir Luis María Bilbao, Emiliano Fernández de Pinedo, « La producción agrícola en el País Vasco pen (...)

23En définitive, dans les provinces littorales à l’agriculture intensive où le maïs était, au xviiie siècle, la céréale de base, les bovins obtenaient la plus grande partie de leur alimentation des fourrages produits sur les labours, puisque les prés formaient une part très faible des exploitations. Le monte pouvait fournir aussi un peu de pâturage, mais, dans la phase finale de l’Ancien Régime, on préférait utiliser les espaces communaux pour l’agriculture en récoltant les ajoncs, les genêts et d’autres plantes pour produire le fumier dont avaient besoin les terres soumises à une culture continue21. Jusqu’au début du xviie siècle, les choses avaient été différentes : dans un pays peu peuplé, l’économie paysanne avait une dominante sylvo-pastorale et les exploitations disposaient d’un troupeau abondant et varié (bœufs, vaches, veaux, moutons et chèvres, porcs), nourri en grande partie sur le monte22. Les transformations de l’ensemble du complexe agropastoral, survenues au cours du xviie siècle et liées à l’expansion du maïs, entraînèrent l’orientation céréalière de l’économie, la réduction, domestication et sélection du troupeau (en faveur des vaches et des porcs) et l’utilisation du monte à des fins agraires plutôt que pastorales et forestières. La situation du milieu du xviiie siècle reflète bien ces changements qui se produisirent aussi dans le reste du littoral cantabrique23.

  • 24 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas Maine au xviiie siècle. Étude de la seigneurie et de la vie (...)
  • 25 A. Bouhier, La Galice…, p. 944-962, et A. Eiras Roel, « Hautes terres et basses terres… », p. 133-1 (...)

24Dans la Galice intérieure, et surtout dans la province de Lugo, l’alimentation des bovins dépendait des prés irrigués et secs, des chaumes, des navets qui s’étendirent à partir du xvie siècle et des montes. Avec une agriculture de type extensif et peu d’espace cultivé (10/12 % face aux 30 % que l’on pouvait atteindre sur le littoral) le besoin d’engrais était moindre, les montes couvraient d’énormes superficies et leur utilisation était à la fois agraire (défrichements temporaires, coupes d’ajoncs) et pastorale (pâturage pour le gros et menu bétail). Les villages où le nombre de bêtes par exploitation était le plus élevé se trouvaient dans les montagnes septentrionales, avec presque 20 têtes par feu, dotés d’une organisation semblable à celle que l’on trouvait dans l’Ouest français (bien connue grâce aux travaux d’Annie Antoine24). Mais, même dans ces cas, il n’existait pas de prairies étendues : il s’agissait d’un bétail qui se nourrissait presque exclusivement sur le monte. La pratique a perduré jusqu’à nos jours ponctuellement en Galice et diffère de la petite transhumance (« mise à l’estive ») qui exista dans les villages des montagnes méridionales et orientales de cette province, bien qu’il s’agisse de déplacements qui n’atteignent pas la longueur de ceux des Asturies, de Cantabrie ou des montagnes du León. En Galice, les brañas ou puertos étaient pratiquement inconnus25.

25À l’intérieur de l’Espagne humide, durant la phase finale de l’Ancien Régime, les différences fondamentales existaient entre les zones d’économie essentiellement céréalière (en général la Galice et la zone côtière des Asturies, de Cantabrie et du Pays Basque) et les mieux dotées pour la production d’herbe, à cause de l’humidité, de l’altitude et des pentes qui rendaient la culture difficile. Toutes avaient des densités élevées de bovins, mais alimentés diversement, à base de fourrage dans le premier cas, avec l’herbe des prés et des pâturages dans le second. Dans les zones céréalières, l’élevage était étroitement relié à l’agriculture, par le type d’alimentation, par le fumier qu’il fournissait, parce qu’il était une force de travail et procurait aliment et ressources monétaires. Le paysan, incapable de subvenir aux besoins de plusieurs bêtes, choisissait les plus polyvalentes et pour cela aucune ne pouvait rivaliser avec les vaches laitières. Le pré y constituait vraiment un luxe et c’est pourquoi son importance relative augmente en même temps que la taille des exploitations, fait bien connu de tous les ruralistes. Élever du bétail et s’en occuper dans ce contexte était pénible et coûteux, mais nécessaire.

  • 26 Voir l’étude comparative de Xan Carmona Badía et Leonor de la Puente, « Crisis agraria y vías de ev (...)

26Dans les vallées et les montagnes dotées d’abondantes ressources en pâturages, l’agriculture occupait une position secondaire, l’élevage des animaux était meilleur marché et les paysans pouvaient maintenir, s’ils disposaient de foin pour l’hiver, un troupeau plus diversifié, faisant attention au type d’animaux demandé par le marché (bœufs, vaches laitières, veaux et génisses). La possibilité pour ces régions d’entamer et de consolider des processus de spécialisation pour le lait ou la viande était bien supérieure à celles où dominaient les céréales et où l’on ne pouvait se défaire d’animaux adultes polyvalents26.

Croissance des herbages et spécialisation pastorale depuis le milieu du xviiie siècle

27La conversion généralisée du paysage de l’Espagne humide en un paysage de prés est un processus qui démarre dans la seconde moitié du xviiie siècle. Le Cadastre de la Ensenada permet de prouver que, vers 1750, dans les montagnes et les vallées intérieures des Asturies et de la Cantabrie les superficies des prairies permanentes, irriguées ou sèches, avaient une importance significative, pouvant dépasser dans quelques zones les superficies consacrées aux labours. Mais, même dans ces cas, les prés jouèrent un rôle encore plus important à mesure que l’économie paysanne se spécialisait dans l’élevage, ce qui obligeait les éleveurs à acheter des céréales sur le marché. La hausse de la superficie des prés est encore plus évidente, sans doute parce qu’elle fut plus polémique, en Galice et sur le littoral astur-cantabre, là où les paysans cultivaient surtout des céréales.

28Les causes de cette avancée des prés sont variées et dans l’espace et dans le temps : elles n’eurent pas toutes le même poids, ni les mêmes effets. Au cours du xviiie siècle, l’économie paysanne développa ses contacts avec le marché, avec celui de la main-d’œuvre, et aussi avec celui des produits, à cause des besoins pressants de liquidités pour payer rentes et impôts (bien des rentes stipulées en nature étaient payées en réalité en espèces), ce qui obligea les paysans à prêter une plus grande attention aux bovins en tant qu’objets de commercialisation. Comme l’écrivait le chanoine de Compostelle Pedro Antonio Sánchez en 1802, critiquant les entraves qui perturbaient la commercialisation du troupeau galicien, si, dans certaines régions les paysans pouvaient vendre des toiles et autres produits artisanaux,

  • 27 Cité par P. Saavedra, Agricultura e Ilustración. Cónsul Jove, Vicente do Seixo, Pedro A. Sánchez, F (...)

« le bétail, partout, est élevé pour être exporté et si on n’en exporte pas plus, c’est parce qu’il rencontre des obstacles. C’est ainsi que l’on peut dire qu’à la place des usines, ce royaume dispose de l’industrie du bétail. C’est le grand trésor du laboureur et la principale ressource pour ses besoins. De leur vente, il retire presque tout ce dont il a besoin pour sa subsistance. Il n’a pas de grains suffisants pour payer les rentes dont ses terres sont chargées, il a recours au bétail. Il doit payer les divers impôts, il recourt au bétail. Il doit acheter une charrette, une faucille, les instruments de labour, le sel, le savon, les habits, le tabac, il doit marier son fils ou sa fille, il doit payer les droits à la paroisse… etc. sa bourse, et presque la seule, ce sont les bénéfices du bétail27

  • 28 E. Fernández de Pinedo, Crecimiento económico y transformaciones sociales del País Vasco, 1100-1850 (...)
  • 29 Amit Bhaduri, La estructura económica de la agricultura atrasada, México, 1987. De 1730 / 40 à 1817 (...)

29La multiplication des foires et des marchés qui se produit dans toute l’Espagne cantabrique (dans le Midi toulousain et dans l’Ouest de la France, selon les études de Jack Thomas et celles des numéros 78-80 d’Études Rurales) au cours des xviiie et xixe siècles est, dans une bonne mesure, la conséquence de l’importance croissante qu’acquiert la commercialisation des bovins. Les foires étaient, en effet, un phénomène rural ; elles naissaient des nécessités économiques et culturelles des paysans qui furent à l’origine de la création de beaucoup d’entre elles dans l’Ibérie humide28. Bien entendu, jusqu’à 1815-1820, le contexte dans lequel se produisaient les ventes de bovins était souvent celui du « commerce forcé », pour reprendre l’expression de A. Badhuri, puisque le prix élevé des céréales obligeait les paysans à essayer de compenser la perte du pouvoir d’achat des bêtes en en mettant sur le marché un nombre toujours plus important29.

  • 30 Quelques témoignages de tous ces faits dans P. Saavedra, Economía, Política y Sociedad en Galicia…,(...)

30En outre, un autre fait eut une influence plus positive : l’expansion de la culture de la pomme de terre qui, dans les régions intérieures et montagneuses, permit aux paysans de se libérer de la « tyrannie » du pain, jusque-là « mal nécessaire », si bien qu’on put consacrer au pré des parcelles de labour ou des zones défrichées sur le monte. La relation entre le développement de la culture de la pomme de terre et la croissance de la superficie en prés est bien documentée en Galice, aux Asturies et en Cantabrie. À partir des années 1760, contraints par plusieurs crises céréalières, les paysans commencèrent à cultiver de façon habituelle le tubercule américain pour leur propre consommation, ce qui permit une forte expansion démographique de 1780 à 1830 / 40. Durant cette période, les défrichements du monte pour y installer des prés et même la conversion de labours en prés sont fréquents, tout comme les procès au sujet de la dîme des herbes, que certains curés réclamaient30.

  • 31 R. Lanza García, « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la época moderna », dans José Igna (...)
  • 32 Sur cette question, décisive pour le développement de Santander et la création de minoteries sur la (...)

31Finalement, plus ponctuellement, d’autres facteurs contribuèrent à l’augmentation de la demande de bovins, pour la viande comme pour le trait. Le développement de centres urbains dans un territoire auparavant très rural, avec la croissance de Ferrol, La Corogne, Gijon, Santander, Bilbao ou Saint Sébastien, entraîna une plus grande consommation de viande d’abord, et ensuite aussi de lait, ce qui était une nouveauté si l’on se souvient qu’en 1750, la ville la plus peuplée entre la Bidassoa et le Minho était Saint-Jacques de Compostelle avec 16 500 habitants31. L’ouverture au milieu du xviiie siècle du chemin de Reinosa, qui reliait la Tierra de Campos à Santander via Palencia, favorisa un intense commerce de céréales que les paysans purent acquérir beaucoup plus facilement qu’auparavant, tout en se consacrant au transport par charrettes. Elle entraîna l’augmentation de la demande de bœufs à Santander et dans les villages proches de cette nouvelle et importante route, jusqu’à ce que le chemin de fer dans les années 1860 ne provoque la crise du transport traditionnel32.

32Ce nouveau contexte économique explique l’augmentation des superficies en pré, attestée par de nombreux documents. Bien qu’un grand nombre de statistiques agraires ne soit pas suffisamment fiable, la quasi totalité de celles du xixe siècle sont d’accord pour attribuer aux espaces en pré une proportion très supérieure au sein des exploitations à celle de 1750. Voyons les données pour plusieurs communautés de Cantabrie.

Tableau 6. Évolution des superficies en pré en Cantabrie ( %)

Communauté

1750

1860185

Ribamontàn

21,7

48,8

Suesa

25,3

44,6

Santillana

52,7

71,9

Cayón

39,4

64,9

Soba

36,7

62,9

San Roque y Vega de Pas

87,5

95

Source : R. Domínguez, El campesino adaptativo, p. 236

  • 33 R. Lanza García, Camargo en el siglo xviii p. 30-37.
  • 34 Voir X. Balboa, O monte en Galicia… ; J. Ortega Valcárcel, « La consolidación de la pequeña explota (...)

33Même si cette évolution s’est accélérée dans la seconde moitié du xixe siècle, les premiers résultats étaient déjà visibles vers 1820/1840 : dans les vallées intérieures cantabres, les prés passèrent d’une moyenne de 52,5 % du territoire cultivé en 1750 à 62,5 en 1818/1822, et dans la communauté de Camargo, sur le littoral, de 25 à 43 %33. Dans les Asturies, vers 1750, 31 % de la superficie cultivée en continu était consacré aux prés et 42,5 % en 1828. De nombreux prés nouveaux se firent en clôturant et en défrichant les montes, le processus de clôtures spontanées étant très intense depuis le début du xixe siècle, favorisé par la situation politique elle-même et par le contrôle que les villages (et non les municipes) exerçaient sur les espaces communaux, exclus en général de la nationalisation. En effet, dans l’Espagne cantabrique et nord-atlantique, où dominait l’habitat dispersé en petits noyaux et où le régime municipal était beaucoup moins structuré que dans le centre et le sud du pays, les montes appartenaient d’ordinaire aux villages et aux paroisses et, même si la législation libérale en attribua la propriété aux nouveaux municipes, ceux-ci choisirent en général de laisser les choses en l’état, ce qui favorisait les défrichements spontanés34.

  • 35 Les Estadísticas Históricas de España des xixe et xxe siècles (éditées par C. Barciela et alii, Mad (...)

34En Galice, la superficie des prés est multipliée par trois entre l’époque du cadastre de la Ensenada et les années 1830, mais comme l’on partait de niveaux très bas, à cette date, le pourcentage pour l’ensemble de ce royaume s’établissait autour de 25 %. Une statistique de 1886-1887 lui attribue 61 % de prés et pâturages, chiffre comparable à celui qui est fourni pour les Asturies, la Cantabrie et le Pays Basque, mais il est probable qu’elle inclut des montes assimilés aux pâturages puisque même en 1960 on n’atteindra pas ce niveau35. Quoi qu’il en soit, les paysans galiciens réalisèrent un effort notable pour augmenter les ressources en herbe, comme le manifeste clairement l’augmentation du nombre des procès concernant l’irrigation.

Tableau 7. Procès concernant l’irrigation devant l’Audience Royale de Galice

Décennie

Nombre

Indice

1700-09

84

100

1710-19

103

123

1720-29

121

144

1730-39

100

119

1740-49

127

151

1750-59

157

187

1760-69

125

149

1770-79

143

170

1780-89

194

231

1790-99

280

333

Source : X. M. Candal González « Pleitos por aguas en la Real Audiencia coruñesa durante el siglo xviii », Obradoiro de Historia Moderna, no 2, 1993, p. 89.

35L’accélération la plus importante se produisit dans les dernières décennies du xviiie siècle (l’auteur ne poursuit pas au-delà) et la majorité des litiges sont situés dans la Galice intérieure, là où se développe la culture de la pomme de terre. Les paysans se battent contre les changements dans l’utilisation des sources, provoqués par les tentatives d’irriguer les parcelles gagnées sur le monte ou celles qui étaient des labours et furent converties en prés. Des sources abandonnées jusqu’alors acquirent une grande valeur et d’autres qui n’étaient utilisées que par quelques-uns suscitèrent la convoitise de beaucoup. Les esprits éclairés de l’époque, comme Pedro Antonio Sánchez ou José Lucas Labrada, mirent en lumière la relation qui existait entre le grand nombre des procès au sujet de l’eau et l’extension des superficies destinées à produire de l’herbe.

  • 36 A. Bouhier le montre pour la première moitié du xixe siècle (La Galice…, p. 693), mais J. M. Pérez (...)

36L’augmentation de la superficie en herbe ne fut pas la seule action entreprise par les paysans pour alimenter un troupeau de bovins qui pesait de plus en plus lourdement dans l’exploitation. Ils accordèrent aussi une plus grande attention à la production de fourrages, surtout les navets, et utilisèrent les pommes de terre et même le maïs comme aliments pour le bétail : déjà en 1783, Felipe Argenti, bon connaisseur de la province d’Orense, écrivait : « Il y a des herbes comme à toutes les époques et plus maintenant que jamais à cause du grand usage que l’on fait, depuis quelques années, du fourrage. » Bien que les prairies artificielles ne se développèrent qu’à la fin du xixe et au début du xxe siècle, dans la région bordant le Minho, on signale à la fin du xviiie siècle qu’on semait au milieu du maïs et sous les treilles, pour l’obtention de fourrage, de l’herbe connue sous le nom de serradela ou « herbe de Vigo », une légumineuse semblable au trèfle (Ornithopus Sativus Brot)36.

  • 37 L. de la Puente analyse bien le processus de spécialisation laitière de l’élevage cantabre. Les Mon (...)
  • 38 Voir, pour une idée générale, les travaux publiés par R. Domínguez Martín, La vocación ganadera del (...)

37Au xixe siècle, la construction du réseau ferré, le processus d’urbanisation, l’amélioration du niveau de vie qui entraîna une meilleure consommation de lait et de viande, l’avantage des prix relatifs en faveur des bovins face aux céréales, à partir de 1817 / 1820, accentuèrent encore plus l’orientation pastorale de l’économie paysanne de l’Espagne humide et, en conséquence, l’augmentation des superficies en herbe. Mais, dans ce contexte, les régions qui bénéficiaient d’abondantes ressources naturelles et qui pratiquaient déjà une certaine spécialisation pastorale se trouvaient avantagées puisqu’elles pouvaient élever les animaux les plus demandés par le marché. Et c’est ainsi qu’en Cantabrie, après un essai d’implantation de races pour la viande (en important des animaux d’Angleterre et de l’ouest de la France), on opta résolument pour la production de lait à partir des années 1880, en renouvelant le troupeau avec des bêtes suisses et hollandaises croisées avec les races locales37. Dans les Asturies, certaines zones tendirent à se spécialiser dans la viande et d’autres dans le lait, avec un début de développement de l’industrie du beurre et du fromage. Au Pays Basque, on s’orienta vers la viande38, tandis qu’en Galice, avec des exploitations en polyculture très chargées de rentes, la spécialisation fut impossible alors, car, comme disait en 1865 un agronome de Pontevedra, « dans notre pays, nous demandons à un même être de tirer la charrue et la charrette, de produire un lait abondant et riche et de fournir avec sa viande un aliment agréable et nutritif ».

  • 39 Censo de la Ganadería de España : según el recuento verificado en 24 de septiembre de 1865, por la (...)

38Les résultats de cette augmentation considérable des superficies en herbe et de l’emploi massif de fourrages, des navets aux ajoncs, devraient se refléter dans l’évolution du troupeau bovin. Pour analyser cet aspect on compare d’habitude les chiffres du Cadastre de la Ensenada de 1750 et ceux du recensement du troupeau de 1865, cette dernière source ayant été amplement mise à contribution par les chercheurs. Elle présente, en effet, une série d’avantages qui facilitent son utilisation : le recensement couvre l’ensemble du royaume ; il spécifie l’espèce, l’âge, la mobilité (sédentaire, transhumant), la destination (consommation, travail, reproduction) des bêtes et le nombre de propriétaires ; en outre, il a été publié en 1868, ce qui rend sa consultation encore plus aisée39.

39À mon avis, cependant, la comparaison des données de 1750 et de 1865 aboutit à des résultats peu cohérents, puisqu’on en déduit que dans les Asturies, en Cantabrie et surtout en Galice, le nombre de têtes aurait diminué.

Tableau 8. Évolution du nombre des bovins entre 1750 et 1865

Tableau 8. Évolution du nombre des bovins entre 1750 et 1865

Sources : celles du Tableau 4 et Censo de la ganadería de España (1865)

  • 40 Dans certaines régions, l’évolution des diverses espèces semble cohérente comme l’a signalé A. Garc (...)

40Comme les différentes variables d’un complexe technique agropastoral de type organique doivent présenter une certaine cohérence entre elles, il ne paraît pas logique ici que l’extension des superficies des prés, la croissance de la production de fourrages, l’expansion des espaces cultivés et l’intensification des rotations dans beaucoup de régions grâce à plus d’engrais, l’augmentation du nombre des exploitations et la plus forte demande de viande de la part des centres urbains, n’aient pas été accompagnées par une croissance du troupeau. Mais les chiffres de 1865 sont moins fiables que ceux de 1750 et sous-évaluent le troupeau, quoique de manière inégale selon les territoires et les espèces, ce qui n’a rien d’extraordinaire dans les statistiques de l’époque40.

41Si les chiffres globaux de la statistique de 1865 semblent discutables, en revanche les données qu’elle fournit sur les différentes utilisations des animaux dans les territoires de l’Espagne humide ne sont pas sans intérêt.

Tableau 9. Utilisation des bovins dans l’Espagne humide en 1865

Tableau 9. Utilisation des bovins dans l’Espagne humide en 1865

* Transport ou mise en mouvement de machines.
Source : Censo de la ganadería de España (1865).

  • 41 Voir L. de la Puente, Transformaciones agraria…, et R. Domínguez Martín, L. de la Puente, « Condici (...)
  • 42 Le Censo de la ganadería permet de réaliser des analyses par municipes pour observer la diversité r (...)

42Comme l’ont déjà signalé d’autres études41, le nombre élevé de bêtes qui, en Cantabrie et dans une moindre mesure dans les Asturies, sont destinées à la reproduction et à l’élevage constitue une preuve de l’orientation pastorale de l’économie paysanne vers une spécialisation marquée. Dans les provinces basques, en cours d’industrialisation et avec un niveau de vie plus élevé, l’élevage d’animaux pour la consommation atteint des niveaux significatifs tandis qu’en Galice le bétail se consacre surtout aux travaux des champs, les bêtes de réforme y étant vendues42.

  • 43 X. Carmona, dans « Sobre as orixes da orientación exportadora » réalise une étude des exportations (...)

43À mesure qu’avançait la spécialisation pastorale, dans les Asturies et en Cantabrie, se produisit un intense débat pour savoir s’il convenait d’abandonner le maïs au profit des prairies, ce qui signifiait que les paysans devraient acheter toutes les céréales avec les revenus des ventes d’animaux, de lait et de fromage. En Galice, ce débat ne pouvait presque plus être engagé. On exportait beaucoup de bétail, parce que le troupeau était très important, et avec de l’herbe, du fourrage, des pommes de terre et des céréales, les paysans qui le pouvaient engraissaient les bêtes avant de les vendre. Le meilleur exemple en est constitué par la période d’exportation de bœufs gras vers l’Angleterre, qui commença en 1842 quand s’ouvrit le marché anglais, et atteignit son apogée entre 1869 et 1883, avec quelque 25 000 bêtes expédiées chaque année. Ces animaux, quand ils commençaient à perdre des forces, étaient engraissés avec de l’herbe et surtout du fourrage, et même avec des ajoncs cultivés et moulus. L’engraissement constituait une activité réservée aux paysans jouissant d’une certaine aisance. Le marché anglais une fois perdu avec l’arrivée de viande américaine, les exportations galiciennes s’orientèrent vers les villes espagnoles et vers le Portugal, toujours avec des races non sélectionnées, destinées à l’abattoir. Le chemin de fer ne faisait pas que faciliter le transport ; il permettait d’exporter des bêtes jeunes qui auparavant n’auraient pas supporté de longs voyages à pied43.

44Faute de prairies artificielles, l’alimentation du bétail dépendait dans la Galice des années 1880 de ressources variées, auxquelles le paysan recourait suivant les saisons, comme l’indique un texte se référant à la province d’Orense :

  • 44 X. Carmona, id, p. 344.

« la stabulation et l’utilisation au pâturage des herbes d’automne constituent la base de l’alimentation du bétail. En hiver, on ajoute quelques pommes de terre et des navets à l’herbe des prés naturels pour le bétail à l’engrais, le bétail de trait se contentant d’une faible ration d’herbe, avec plus de paille de seigle, d’orge, de blé et de maïs. Au printemps, les fourrages verts de seigle et d’orge poussés sur les terres qui doivent porter des semences de saison, uniques prairies artificielles que l’on connaît dans le pays, fournissent une abondante nourriture aux animaux […]. En été, le produit des sarclages et les cimes des maïs, les prés irrigués permanents, les herbes spontanées des lieux marécageux, les feuilles de la treille, tout cela selon les occasions, le temps, les possibilités de l’éleveur et les conditions topographiques du terrain qu’il utilise44

  • 45 Voir, à ce sujet, les travaux dans L. Fernández Prieto, (éd.) Terra e progreso…

45En Galice, la spécialisation pastorale n’est pas consolidée avant le premier tiers du xxe siècle, avec l’accession des paysans à la pleine propriété de la terre, moyennant la suppression des rentes emphytéotiques, la privatisation de nombreux communaux, la diffusion des prairies artificielles (trèfle, luzerne) et l’amélioration des races, et elle devra attendre les années 1960/80 pour obtenir un triomphe complet45. C’est un changement radical récent, grâce auquel le monde rural galicien a cessé d’être un pays de petits paysans pour devenir un pays de fermiers, ou de villages en voie d’abandon.

Notes

1 Antonio Matilla Tascón, La Única Contribución y el Catastro de Ensenada, Madrid, 1947 ; El Catastro de Ensenada. Magna averiguación para alivio de los vasallos y mejor conocimiento de los reinos, ouvrage collectif, Madrid, 2002.

2 Antonio Eiras Roel, La población de Galicia, 1700-1860, Saint-Jacques de Compostelle, 1996.

3 José Manuel Pérez García, « Fuentes de control de los catastros fiscales : las escrituras de protocolos », dans Actas de las I Jornadas de Metodología Histórica Aplicada a las Ciencias Sociales, Saint-Jacques de Compostelle, 1975, vol. III, p. 203-212, et Un modelo de sociedad rural de la Galicia costera en el Antiguo Régimen, Saint-Jacques de Compostelle, 1979.

4 Abel Bouhier, La Galice. Essai géographique et d’analyse d’un vieux complexe agraire, La Roche-sur-Yon, 1979.

5 Rafael Domínguez Martín, El campesino adaptativo. Campesinos y mercado en el norte de España, 1750-1880, Santander, 1996, p. 53.

6 Fermín Rodríguez Gutiérrez, La organización agraria en la montaña central asturiana, Oviedo, 1989, p. 203 et suiv. Dans la montagne du centre-ouest asturien, la situation était semblable : les labours représentaient 8 % de la superficie cadastrée, les prés 7,5 % et les pâturages communaux 57 %, c’est-à-dire que les deux tiers du total étaient des prés et des pâtures. (Julio González Pardo, Economía y sociedad. Un estudio sobre la montaña centro-occidental asturiana durante la crisis del Antiguo Régimen, Oviedo, 1999, p. 42-43.)

7 María Ángeles Fernández Ochoa, Luarca y la tierra de Valdés en la Edad Moderna, Valdés, 1995, et R. Domínguez Martín, El campesino adaptativo…. Dans certaines communautés proches de la côte cantabrique, par exemple, les labours représentaient 59,5 % du terroir et les prés 25 % (Ramón Lanza García, Camargo en el siglo xviii. La economía rural de un valle de Cantabria en el Antiguo Régimen, Santander, 1992, p. 30.)

8 Abel Bouhier, La Galice…, p. 643-650.

9 Pour une vue générale de la diversité des systèmes agro-pastoraux de la Galice, Pegerto Saavedra, « Petite exploitation et changement agricole à l’intérieur d’un « vieux complexe agraire ». Les campagnes de la Galice entre 1550 et 1850 », Histoire et Sociétés Rurales, 12 (1999), p. 63-108.

10 José Ortega Valcárcel, La Cantabria rural : sobre la Montaña, Santander, 1987, p. 68.

11 Joaquín Ocampo Suárez-Valdés, Campesinos y artesanos en la Asturias preindustrial, Oviedo, 1990, p. 30-32.

12 María-José Pérez Álvarez, La montaña noroccidental leonesa en la Edad Moderna, León, 1996, p. 64-65.

13 Les ouvrages de F. Rodríguez Gutiérrez, de J. González Pardo et de Ma J. Pérez Álvarez, cités dans les notes précédentes détaillent le contenu des ordonnances. Pour l’ensemble de la province de León, voir le travail de Laureano Rubio Pérez, El sistema político-concejil en la provincia de León, Léon, 1993.

14 Manuel de Terán, « Vaqueros y cabañas en los Montes de Pas », Estudios Geográficos, 28 (1947), p. 493-536 ; J. Ortega Valcárcel, « Organización del espacio y evolución técnica en los Montes de Pas », Estudios Geográficos, 140/141 (1975), p. 836-899.

15 M. de Terán, « Vaqueros y cabañas… », p. 508-510. Cette situation semble partiellement consolidée à la fin du xvie siècle et au début du xviie, comme le montre l’information des Expedientes de Hacienda de l’Archivo General de Simancas : « Les troupeaux s’abritent dans lesdites cabanes avec la nourriture […] et quand elle est épuisée ils mènent le troupeau à une autre cabane et les suivent ». Et également : « Il y a un très grand nombre de prés enclos de pierres et tous avec leur cabane pour la surveillance du bétail et de l’herbe », documents cités par J. Ortega Valcárcel, « Organización del espacio… », p. 880-881.

16 J. Ortega Valcárcel, « Organización del espacio… », p. 875-878.

17 Pour une vision générale, L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Âge et à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, 1984.

18 J. M. Pérez García, « En los límites del virtuosismo agrario tradicional : la fertilidad en la comarca del Bajo Miño (1730-1860) », Ler História, 36 (1999), p. 221-245.

19 Comme l’avaient signalé en leur temps A. Bouhier, La Galice…., p. 1200 et suiv., et dans une étude minutieuse des densités bovines au niveau local, A. Eiras Roel ; « Hautes terres et basses terres en Galice : la concentration régionale du bétail », dans L’élevage et la vie pastorale…., p. 120-150.

20 À la fin du xvie siècle, la rotation ternaire, soit trois récoltes en deux ans, avec une céréale d’hiver (blé ou seigle), des navets et une céréale de printemps (le millet), était généralisée dans les vallées de la Galice cantabrique (P. Saavedra, Economía, Política y Sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Madrid, 1985, p. 169 et suiv.).

21 Sur l’utilisation agraire du monte, durant l’étape finale de l’Ancien Régime et à l’époque contemporaine, Xesús Balboa, O monte en Galicia, Vigo, 1990, et aussi A. Bouhier, La Galice…, p. 878 et suiv..

22 J.-M. Pérez García, « Niveles y transformaciones de la ganadería de Galicia en el siglo xvii », Cuadernos de Estudios Gallegos, xxxiii (1982), p. 87-177 ; Juan Eloy Gelabert González, Santiago y la tierra de Santiago de 1500 a 1640, A Coruña-Sada, 1982, p. 82-89 ; et P. Saavedra, Economía, Política y Sociedad en Galicia…, p. 330-333.

23 Voir Luis María Bilbao, Emiliano Fernández de Pinedo, « La producción agrícola en el País Vasco peninsular, 1537-1850. Tendencias generales y contrastes comarcales. Una aproximación », Eusko-Ikaskuntza. Sociedad de Estudios Vascos, 1984, p. 87-196 ; Baudilio Barreiro, « La introducción de nuevos cultivos y la evolución de la ganadería de Asturias durante la Edad Moderna », Congreso de Historia Rural, Madrid, 1984, p. 287-318 ; P. Saavedra, « Petite exploitation et changement agricole… », p. 80-89.

24 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas Maine au xviiie siècle. Étude de la seigneurie et de la vie rurale, Mayenne, 1994, et Le Paysage de l’historien : archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, 2000.

25 A. Bouhier, La Galice…, p. 944-962, et A. Eiras Roel, « Hautes terres et basses terres… », p. 133-138.

26 Voir l’étude comparative de Xan Carmona Badía et Leonor de la Puente, « Crisis agraria y vías de evolución ganadera en Galicia y Cantabria », dans Ramón Garrabou (éd.), La crisis agraria de fines del siglo xix, Barcelona, 1988, p. 181-211 ; L. de la Puente, Transformaciones agrarias en Cantabria, 1860-1930, Santander, 1992.

27 Cité par P. Saavedra, Agricultura e Ilustración. Cónsul Jove, Vicente do Seixo, Pedro A. Sánchez, Felipe Argenti, L. Marcelino Pereira, Saint-Jacques de Compostelle, 1999, p. 243.

28 E. Fernández de Pinedo, Crecimiento económico y transformaciones sociales del País Vasco, 1100-1850, Madrid, 1974, p. 321-324 ; R. Domínguez Martín, Actividades comerciales y transformaciones agrarias en Cantabria, 1750-1850, Santander, 1988, p. 103-116 ; P. Saavedra, « La consolidación de las ferias como fiestas profanas en Galicia en los siglos xviii y xix », dans Manuel Núñez Rodríguez (éd.), El rostro y el discurso de la fiesta, Saint-Jacques de Compostelle, 1994, p. 279-307.

29 Amit Bhaduri, La estructura económica de la agricultura atrasada, México, 1987. De 1730 / 40 à 1817 la hausse des prix des céréales fut très supérieure à celle des prix de la viande et si les paysans vendaient des bovins pour payer en argent des rentes stipulées en nature, les termes de l’échange leur étaient clairement défavorables. La situation s’inversa à partir de 1817, avec la baisse brutale des prix céréaliers. (Voir R. Domínguez Martín, El campesino adaptativo…, p. 57-68.)

30 Quelques témoignages de tous ces faits dans P. Saavedra, Economía, Política y Sociedad en Galicia…, p. 181-190, et dans R. Domínguez Martín, Actividades comerciales y transformaciones…, p. 73-101.

31 R. Lanza García, « Ciudades y villas de la cornisa cantábrica en la época moderna », dans José Ignacio Fortea (éd.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la corona de Castilla (ss. xvi-xviii), Santander, 1997, p. 165-200.

32 Sur cette question, décisive pour le développement de Santander et la création de minoteries sur la route qui partait de Tierra de Campos, Vicente Palacio Atard, El comercio de Castilla y el puerto de Santander en el siglo xviii. Notas para su estudio, Madrid, 1960 ; Andrés Hoyo Aparicio, Todo mudó de repente : el horizonte económico de la burguesía mercantil en Santander, 1820-1874, Santander, 1993 ; R. Domínguez Martín, L. de la Puente, « Condicionantes e itinerarios del cambio técnico en la ganadería cántabra, 1750-1930 », Noticiario de Historia (aujourd’hui Revista de Historia Agraria), 9 (1995), p. 69-86, et, dernièrement, José Luis Gómez Urdáñez, Santander, ciudad privilegiada : centro y periferia en el despotismo ilustrado, Madrid, 2005.

33 R. Lanza García, Camargo en el siglo xviii p. 30-37.

34 Voir X. Balboa, O monte en Galicia… ; J. Ortega Valcárcel, « La consolidación de la pequeña explotación agraria en Cantabria : de campesinos renteros a propietarios en precario », dans P. Saavedra, R. Villares (éd.), Señores y campesinos en la Península Ibérica, siglos xviii-xx. 2. Campesinado y pequeña explotación, Barcelona, 1990, p. 156-172 ; R. Domínguez Martín, R. Lanza García, « Propiedad y pequeña explotación campesina en Cantabria a fines del Antiguo Régimen », ibid, p. 173-214, et B. Barreiro, « Montes comunales y vida campesina en las regiones cantábricas », Studia Historica. Historia Moderna, 16 (1997), p. 17-56.

35 Les Estadísticas Históricas de España des xixe et xxe siècles (éditées par C. Barciela et alii, Madrid), sont de peu d’utilité pour la Galice, à cause de l’incohérence des informations qu’elles contiennent. Les recherches régionales qui ont été réalisées en utilisant les cadastres et les inventaires permettent de prouver une augmentation significative de la superficie des prés entre 1750 et la deuxième moitié du xixe siècle. C’est ainsi que dans les régions de Chantada et Narla (province de Lugo), les prés représentaient en 1750 de 6 à 8 % de la superficie cultivée et en 1850/70, de 20 à 30 % (Ramón Villares, La propiedad de la tierra en Galicia, 1500-1930, Madrid, 1982, p. 193, et Olga Pedrouzo Vizcaíno, « El arciprestazgo de Narla en el Antiguo Régimen. Un estudio de historia rural », mémoire de Licence, Université de Saint-Jacques, 1980, manuscrit, p. 125-127).

36 A. Bouhier le montre pour la première moitié du xixe siècle (La Galice…, p. 693), mais J. M. Pérez García a démontré qu’on le cultivait dans les années 1790 (« En los límites del virtuosismo… », p. 225).

37 L. de la Puente analyse bien le processus de spécialisation laitière de l’élevage cantabre. Les Montes de Pas furent dans ce cas aussi la région pionnière, associant à la vente de fromages et de beurre le commerce des vaches jeunes spécialisées dans la production lactée, destinées aux élevages des faubourgs des grandes villes, comme Madrid. (Transformaciones agrarias…).

38 Voir, pour une idée générale, les travaux publiés par R. Domínguez Martín, La vocación ganadera del norte de España. Del modelo tradicional a los desafíos del mercado mundial, Madrid, 1996.

39 Censo de la Ganadería de España : según el recuento verificado en 24 de septiembre de 1865, por la Junta General de Estadística, Madrid, 1868. Les auteurs qui l’ont utilisé sont nombreux ; citons Angel García Sanz, « La ganadería española entre 1750 y 1865 : los efectos de la reforma agraria liberal », Agricultura y sociedad, 72 (1994), p. 81-119 ; et pour la Galice, María Luisa Pérez Iglesias, La reserva ganadera de Galicia : pasado y presente, Saint-Jacques de Compostelle, 1979.

40 Dans certaines régions, l’évolution des diverses espèces semble cohérente comme l’a signalé A. García Sanz (« La ganadería española… », p. 95-102).

41 Voir L. de la Puente, Transformaciones agraria…, et R. Domínguez Martín, L. de la Puente, « Condicionantes e itinerarios… », p. 80.

42 Le Censo de la ganadería permet de réaliser des analyses par municipes pour observer la diversité régionale. Dans les Asturies, les communautés montagnardes présentent une orientation pastorale marquée, tandis que celles du littoral ressemblent plus à la Galice (à Belmonte, par exemple, 63,3 % des animaux sont destinés à la reproduction et à l’élevage et seulement 33,7 % à Avilés). En Galice, la proportion des animaux de travail est toujours très supérieure à celle des animaux d’élevage (dans la région la plus montagneuse, celle de Becerreá, les chiffres s’élèvent 65 et 34 % respectivement).

43 X. Carmona, dans « Sobre as orixes da orientación exportadora » réalise une étude des exportations vers l’Angleterre et du contexte économique, galicien et international, dans lequel elles se déroulent.

44 X. Carmona, id, p. 344.

45 Voir, à ce sujet, les travaux dans L. Fernández Prieto, (éd.) Terra e progreso…

Notes de fin

1 Traduction assurée par Francis Brumont, professeur, Université de Toulouse Le Mirail.
Travail réalisé dans le cadre du Projet de Recherche hum 2005-06645/hist, financé par la Direction Générale de la Recherche du Ministerio de Educación y Ciencia.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 1. Destination de la terre cultivée dans les sept provinces galiciennes au milieu du xviiie siècle (pourcentage)
Légende Source : Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1a Remesa, leg. 1.977 (résumé par province de toutes les opérations du Cadastre effectuées au niveau local).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3. Distribution des animaux d’élevage dans l’Espagne cantabrique et nord-Atlantique au milieu du xviiie siècle
Légende * Pourcentage des « utilités » ou revenus annuels exprimés en réaux, qui correspond à chaque type d’animaux dans chacun des territoires par rapport à l’ensemble du troupeau. Pour les raisons signalées plus haut il n’y a pas de données pour le Pays Basque.Source : Archivo Histórico Nacional, Hacienda, Mapas generales del Catastro de Ensenada ; A. Matilla Tascón (1947) ; R. Domínguez (1996) et R. Lanza (2001).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 8. Évolution du nombre des bovins entre 1750 et 1865
Légende Sources : celles du Tableau 4 et Censo de la ganadería de España (1865)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 9. Utilisation des bovins dans l’Espagne humide en 1865
Légende * Transport ou mise en mouvement de machines.Source : Censo de la ganadería de España (1865).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/9009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search