Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Prés et pâturages en Rouergue au milieu du xve siècle : en avoir ou pas

Juliette Dumasy

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de faire réviser l’impôt du fouage. Cette opération s’apparente à l’enquête ordonnée par (...)
  • 2 Cf. Florent Garnier, Un consulat et ses finances : Millau (1187-1461), Paris, 2006 ; Florent Hautef (...)
  • 3 Arch. départ. Aveyron, 20 J 9, cahier papier non folioté de 37 folios. Les premiers folios sont man (...)
  • 4 En Rouergue, les mas sont des hameaux qui comptent jusqu’à une vingtaine de feux. Le compoix recens (...)

1Dans les années 1448-1451 les États du Rouergue lancent une opération d’estime générale dans le pays, afin d’obtenir des réductions d’impôts auprès du roi1. C’est ainsi que de nouveaux compoix sont réalisés dans les villes et les campagnes2, comme, par exemple, à Sévérac-le-Château, bourg castral situé dans la haute vallée de l’Aveyron, à une vingtaine de kilomètres au nord de Millau, et capitale de la baronnie du même nom3. Dans ce document, qui peut être considéré comme l’un des rares compoix ruraux conservés du xve siècle, les estimateurs ont recensé non seulement les patrimoines des habitants du bourg mais aussi ceux des pagès (paysans) résidant dans les nombreux mas dispersés de la baylie, et qui paient l’impôt avec les bourgeois4. Les déclarants, regroupés par localité, y décrivent leurs biens immobiliers (maison d’habitation et annexes, jardins, champs, prés, prairies et terres infertiles) avec force détails (surface, localisation succincte, redevance seigneuriale), ainsi que leurs bestiaux. La valeur de ces lots (ou allivrement) est ensuite indiquée par les estimateurs, sauf pour le bétail qui n’est pas allivré pour une raison inconnue. La qualité de ces informations est exceptionnelle car elle permet de mettre en regard le patrimoine foncier et le bétail, ce qui est rare dans les sources médiévales ; et ceci dans une région de moyenne montagne réputée dès cette époque pour ses foires au bétail et pour l’importance de ses troupeaux d’ovins locaux et transhumants. Mon propos dans cet article sera de saisir la logique économique des pratiques agraires et pastorales, en étudiant le rapport entre patrimoine foncier et élevage, autrement dit entre la surface mise en culture, laissée en herbe ou en friches et le nombre et le type de bestiaux ; ceci tant à l’échelle des mas, cellule de base de l’organisation du terroir, qu’à l’échelle individuelle.

  • 5 F. Hautefeuille note que les superficies des parcelles sont systématiquement sous-estimées à Mouret (...)
  • 6 Monique Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve(...)

2Il faut mettre toutefois un bémol à cette analyse : il est bien entendu qu’il sera ici question uniquement de la propriété, toute l’activité de location ou de bail de la terre et du bétail nous échappant. Signalons aussi les problèmes, réels, de la sincérité des déclarants (le bétail pouvant être facilement dissimulé ou les superficies minorées5) et des biais introduits par la démarche fiscale dont on ne connaît pas toujours les attendus (les exemptions, les modalités du comptage etc.) ni la partialité. Ces limites dues à la nature de la source sont-elles une raison valable pour ne pas traiter ces données de façon approfondie ? Ce serait se priver d’un éclairage rare, dont les travaux de Monique Zerner ou d’autres ont montré la grande fécondité6. Il me semble que l’on peut éviter l’écueil si l’on retient que les résultats obtenus sont une estimation a minima, et si l’on adopte une démarche comparative et relative, qui ne s’intéresse pas aux chiffres en eux-mêmes mais à leur comparaison interne et à leur confrontation externe, pour saisir les tensions et les interactions qui les lient, déterminer des profils et des typologies, appréhender des phénomènes ou des situations invisibles par ailleurs ; finalement pour tenter de comprendre un tant soit peu quelques aspects d’une économie agraire médiévale que l’on connaît mal.

Les différents types d’élevage

  • 7 Définition établie d’après un tarif du commun de paix contemporain, Archives de la Société des Lett (...)
  • 8 Ces chiffres sont un minimum à cause des lacunes du document, comme il est expliqué en note 3.

3Le bétail est classé dans le compoix en huit rubriques : araics (bœufs de labour), braus ou brauas (jeunes taureaux ou vaches ayant au moins un an7), cavalinas (chevaux, mâles ou femelles), menudas (menus soit les ovins), bornhons (ruches), et, de façon marginale, quelques roussins, ânes, ânesses (ase, sauma), mules (mula) et bêtes de somme (bestia de bast). L’élevage ovin est nettement dominant puisqu’on compte au moins 3 715 menus, pour 178 araics, 78 braus, 138 cavalinas, 34 ruches, 28 bêtes de somme8. Ces bestiaux sont ceux que nourrit le chef de feu en hiver, qu’ils soient les siens ou qu’ils soient pris en bail ; les ovins du Quercy et du Languedoc qui viennent en été dans les pâturages rouergats ne sont pas décomptés.

  • 9 La sétérée vaut 25,68 ares d’après les tableaux de conversion révolutionnaires.

4Dans l’ordre d’énumération, les araics sont les premiers bestiaux déclarés, et de fait, dans le troupeau du paysan, ils tiennent la première place, non par leur nombre mais par leur importance pour la survie de la famille. Dans la majorité des cas, le contribuable possède une paire de bœufs, avec lesquels il cultive 20 sétérées de terre soit un peu plus de 5 hectares9. Un certain nombre de propriétés s’écartent de ce modèle, certaines ayant plus de terres que leurs bœufs n’en peuvent labourer, et d’autres l’inverse. Cela pourrait signifier l’existence d’un marché de location de terres et de bœufs de labour. Par ailleurs, on élève aussi des braus, dont un petit nombre deviendront des taureaux reproducteurs ou sont destinés à l’embouche ; mais la plupart seront châtrés et mis au labour. Les brauas sont élevées pour assurer la reproduction du troupeau. L’élevage de chevaux est généralisé : la plupart des contribuables en possèdent un ou deux, surtout dans les campagnes. Ils ne servent pas au labour, mais au port de marchandises (les ânes et autres bêtes de somme étant rares) et aux déplacements divers. Enfin l’élevage ovin, principalement de brebis, représente la plus grande masse ; c’est un élevage de subsistance (car il permet de fumer la terre) mais qui est aussi tourné vers les profits issus de la laine et dans une moindre mesure de la viande (agneaux) et du fromage. En été la population de brebis est multipliée par deux par l’arrivée du bétail d’estive en provenance du Languedoc et du Quercy, mais ce bétail n’apparaît pas dans le compoix.

5L’élevage bovin et équin est donc avant tout utilitaire, tandis que l’élevage ovin vise une certaine rentabilité. La question est de comprendre comment on nourrit toutes ces bêtes. Le gros bétail, pendant la majeure partie de l’année, est envoyé, selon un roulement traditionnel, dans les « pasturals » (prairies naturelles non fauchées), les devèzes des bœufs de labour, les champs au repos où pousse l’herbe entre deux ensemencements en céréales (pâtis), les prés après fauchaison, les champs après moisson, et sans doute encore quelques pâtures diverses. En hiver, lorsque les bêtes sont rentrées à l’étable, elles sont nourries de foin et de paille : c’est là que la possession de prés de fauche devient cruciale.

Les prés, en avoir ou pas

6Dans le compoix, les prés sont mesurés et brièvement situés par l’expression « en las pertenensas » des mas ou de Sévérac, il est donc possible de connaître leur répartition localité par localité. Il faut noter à cet égard que les tenanciers ont presque tous leurs biens, prés compris, dans les dépendances de leur mas ; seuls quelques habitants de Sévérac ont des prés hors des appartenances de Sévérac, sans qu’ils soient bien situés. Par souci de précision, les chiffres suivants ont été calculés sur la base des prés déclarés dans telle ou telle localité, mais on peut considérer qu’ils sont tout aussi révélateurs de la surface en pré de chaque localité, l’écart entre les deux données étant faible, sauf peut-être pour Sévérac (ici le chiffre doit être avant tout interprété comme révélateur de la propriété et moins de la localisation).

  • 10 Si l’on compte les infertiles le pourcentage baisse à 7,6 % pour l’ensemble, 5,6 % pour les habitan (...)
  • 11 Cf. Juliette Dumasy, « Des hauts et des mas. Conflits autour de l’estivage à Sévérac-le-Château (Ro (...)
  • 12 Attesté en 1301, archives de la Société des Lettres de l’Aveyron, fonds Sévérac liasse 2 no 3.

7Les prés représentent 9,8 % de l’ensemble des terres cultivées déclarées, infertiles exclus ; leur part varie selon qu’on habite la campagne (7,7 %) ou le bourg (17 %), les mas de la vallée (10,8 % avec un maximum à 19 % pour le mas de Villeplaine), de la montagne (6,8 %) ou du causse (4,8 %)10. Ces trois derniers groupes de mas correspondent à trois microrégions ou micro-pays distincts, selon une typologie déjà établie dans les sources médiévales et encore d’usage aujourd’hui11 : la « vallée », qui dessine le bassin de Sévérac (altitude moyenne 700 m.) ; le « causse », plateau calcaire qui couvre le quart sud-est du mandement (800-900 m.) ; et la « montagne », plus pentue et vallonnée, qui correspond au contrefort du massif du Lévezou, au sud-ouest de Sévérac (900-1000 m.). Ces trois pays ont à peu près le même nombre de mas (une dizaine), des dimensions analogues bien que plus réduites pour la montagne, enfin une population identique dans la vallée et le causse mais deux fois moindre dans la montagne. Pour en revenir à nos prés, sans surprise ils sont plus étendus dans la vallée (où l’on trouve les appartenances de Sévérac) aux terres planes et humides mises en valeur par un réseau de drainage et d’irrigation12, tandis que leur part est plus restreinte dans la montagne aux sols acides et surtout sur le causse aux sols calcaires.

Part des prés dans le mandement de Séverac-le-Château d’après le compoix de 1450

  • 13 Christian Foriel-Destezet, « État économique et social de sept paroisses rurales du haut-Vivarais d (...)
  • 14 M. Zerner, Le cadastre…, p. 632.
  • 15 F. Hautefeuille, « Cultivateurs, vignerons et autres. Les habitants de la juridiction de Mouret en  (...)

8Dans l’ensemble, cette surface en prés est plutôt faible par rapport à d’autres zones du Massif Central, que ce soit le Haut Vivarais de la même époque (où les prés occupent 17 % de la surface cultivée) ou la Basse Auvergne du début du xixe siècle (12 % de la surface totale, infertiles compris, d’après le cadastre napoléonien)13. La région de Sévérac paraît davantage tournée vers la céréaliculture, les prés occupant une place indispensable (pour l’entretien du gros bétail) mais limitée par le relief, l’aptitude des sols, sur le causse notamment, et sans doute aussi une priorité donnée aux champs. Les prés ne sont qu’un maillon dans la chaîne de production des céréales et même dans les mas de la vallée, on ne peut parler de spécialisation dans le pré, quand on sait que dans le Comtat Venaissin au début du xve certains villages ont jusqu’à 30 à 50 % de leur finage cultivé en prés14. Toutefois Sévérac se distingue fortement de la région voisine de Mouret, qui se trouve dans le vallon de Marcillac, à quelques dizaines de kilomètres au nord-ouest, où la part des prés dans les mas varie de 0 à 3,3 %, au profit de la vigne15.

  • 16 Le journal vaut 38,52 ares.
  • 17 Les petits mas de Villeplaine, Auberoque, la Calsade dans la vallée, Bautou, le Bosquet, Druilhes d (...)
  • 18 M. Zerner, Le cadastre... ; F. Hautefeuille, « Cultivateurs… ».

9À l’échelle de la propriété individuelle, les choses se présentent sous un jour un peu différent. La surface moyenne est de 2,5 journaux de pré par contribuable, soit environ trois quarts d’un hectare16 ; dans la vallée, elle est de 2,6, dans la montagne de 2,4, sur le causse de 2. Les écarts entre groupes de mas sont donc plus subtils qu’il n’y paraît. Certes les mas de la vallée ont plus de prés en superficie et en proportion du terroir qu’ailleurs, mais comme ils sont davantage peuplés, les propriétaires ne sont pas mieux lotis que ceux de la montagne, qui habitent majoritairement de petits mas (entre un et trois habitants). Ceux-ci enregistrent les plus forts taux de prés, qu’ils soient en vallée ou en montagne17. Cette corrélation inverse entre la part des prés et le nombre d’exploitants a été aussi observée à Mouret et dans le Comtat Venaissin18.

10La répartition de la propriété donne un autre éclairage. Elle est largement répandue, dans les mas (où 92 % des déclarants ont un pré) comme à Sévérac (59 %). Les plus gros propriétaires (de 6 à 15 journaux), qui représentent 10 % des déclarants ayant des prés, possèdent 36,5 % de la surface totale des prés ; les très petits et petits propriétaires (de 0,5 à 3,5 journaux), très nombreux (autour de 70 % des déclarants de pré), se partagent 43,5 % de celle-ci. Il y a donc une concentration réelle de la propriété des prés ; mais elle n’empêche pas l’existence d’un marais de petits propriétaires très majoritaires, d’où émergent quelques moyens et gros propriétaires, à Sévérac comme dans les mas :

Tableau no 1. Répartition de la propriété des prés dans les mas et à Sévérac

  • 19 Le seuil de 2 journaux correspond à 0,77 ha, celui de 4 à 1,54 ha, celui de 6 à 2,3 ha ; le maximum (...)

surface de pré déclarée par chaque contribuable (journal)19

contribuables des mas de la vallée

contribuables des mas de la montagne

contribuables des mas du causse

contribuables de Sévérac

[0,5-2 [

55 %

52,5 %

41 %

45,5 %

[2-4 [

21 %

24 %

41 %

31,5 %

[4-6 [

16 %

14 %

12 %

6 %

[6-15]

8 %

9,5 %

6 %

17 %

total

100 %

100 %

100 %

100 %

  • 20 Lorcin évalue la propriété des Lyonnais dans les paroisses limitrophes de la ville à 10 à 20 % du s (...)

11À nouveau, vallée et montagne présentent à peu près le même profil (76 % de petits propriétaires, 24 % de moyens et de gros) alors que le causse est désavantagé. À Sévérac les petits sont tout aussi majoritaires, mais les gros proportionnellement plus nombreux qu’ailleurs. Car les bourgeois, tous métiers et tous niveaux de fortune confondus, investissent massivement dans les prés : à eux tous, ils ne possèdent pas moins de 31 % de la surface totale des prés déclarés dans le compoix. Le phénomène est connu pour des villes plus importantes, mais il est rarement mesuré faute de données précises, a fortiori pour des bourgs de la taille de Sévérac20. Ces chiffres révèlent une forte intégration des bourgeois dans l’économie herbagère, mais il reste à en déterminer la nature : s’agit-il simplement d’un investissement dans la terre ou bien aussi dans l’élevage ?

  • 21 C’est-à-dire les bovins et les équins.
  • 22 P. Charbonnier, Une autre France…, p. 212 (le journal y est proche de celui de Sévérac) ; Marc Cone (...)

12Un premier indice est fourni par la comparaison entre gros bétail et prés possédés. En moyenne, il y a dans le mandement 3,3 têtes de gros bétail21 /hectare de pré (4,6 dans les mas, 1,2 à Sévérac). Mais la moyenne est sans doute moins significative que les cas individuels. En effet, le rapport le plus fréquent dans les mas est d’exactement 2 ou 3 têtes/journal (30 cas sur 74, soit 40 %), soit 5,2 à 7,8 têtes/ha de pré. Ce rapport fréquent pourrait indiquer la valeur pivot qui établit un équilibre précaire sans doute peu confortable mais supportable entre « trop de foin » et « pas assez ». Le rapport de 2 têtes/journal de pré, corroboré par l’exemple de la basse Auvergne au xviiie siècle où un journal de pré permettait d’hiverner deux bovins, ou de la Cerdagne en 1730 où le rapport moyen est analogue (5,5 à 6,7 têtes/ha de pré)22, permet sans doute un équilibre, tandis qu’au-delà le déficit en foin est de plus en plus marqué. Voici cette valeur calculée pour chaque déclarant.

  • 23 La cession de l’usufruit d’un pré pour quelques années a été repérée dans les registres de notaires (...)

13Si l’on adopte cette méthode d’analyse, on constate des profils très différents entre les mas et Sévérac. Parmi les campagnards, un bon tiers (37 %) semble avoir suffisamment de prés, 40 % sont dans la valeur pivot (dont 13 % en équilibre favorable mais 27 % en équilibre précaire), un quart est en manque certain de prés. En revanche à Sévérac, presque tous les déclarants ont bien plus de foin que ne justifie l’entretien de leurs bestiaux. Tout cela ressemble fort à une demande et une offre en foin, la première étant le fait des petits propriétaires des mas, la seconde des propriétaires aisés des mas et surtout des bourgeois. Ceux-ci considèrent les prés comme un investissement foncier lucratif. Ils font fructifier leur propriété sans doute par bail ou sous-acensement auprès des paysans des mas en manque de pré. Mais ces accords, probablement oraux, n’ont guère laissé de traces23. Par ce biais, les citadins disposent d’un instrument de domination économique sur les campagnards, qui ne peuvent se passer de cet appoint en herbe.

Tableau no 2. Rapport entre le nombre de têtes de gros bétail et la surface en pré possédés pour chaque contribuable, dans les mas et à Sévérac (exemple de lecture : 84 % des contribuables de Sévérac ont moins de 1 tête de gros bétail par journal de pré)

Tableau no 2. Rapport entre le nombre de têtes de gros bétail et la surface en pré possédés pour chaque contribuable, dans les mas et à Sévérac (exemple de lecture : 84 % des contribuables de Sévérac ont moins de 1 tête de gros bétail par journal de pré)

14Ce rapport de dépendance entre mas et bourg ne doit cependant pas cacher de fortes disparités dans les campagnes. Les surplus en foin se trouvent surtout dans les petits mas, les déficits dans les gros. D’autre part des divergences apparaissent entre pays. Le causse, où les mas sont plus gros qu’ailleurs, présente la situation la plus déséquilibrée. Les caussenards louent probablement des prés auprès des citadins et des habitants des mas voisins.

  • 24 Nicole Lemaître, Le Scribe et le mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux xvie et xviie(...)

15En revanche, dans la vallée et surtout la montagne, la proportion de paysans en déficit de foin est exactement la même que ceux qui ont des surplus (44,5 % dans la vallée, 40 % dans la montagne), comme si les deux s’équilibraient, entraînant une dépendance envers les citadins sans doute moins prégnante que sur le causse. Notons finalement la faiblesse d’exploitations en équilibre juste (2 bêtes grosses/journal) : seulement 11 % sur le causse et la vallée, 20 % plus sur la montagne. C’est très peu et cela montre la force de la tension sur les prés. Ceci explique pourquoi ils sont si chèrement allivrés par rapport aux autres terres. Leur possession apparaît comme une clé essentielle de la stratégie économique des acteurs, de leur richesse ou, à défaut, de leur dépendance. Dans le Limousin, Nicole Lemaître a montré, grâce au livre de raison de Pierre Terrade, riche notaire d’un hameau du plateau de Millevaches à la fin du xvie siècle, à quel point l’acquisition de prés et la mise sous tutelle de paysans en manque de terre ont fait la fortune de cet homme patient et rusé24.

16Si la propriété des prés à Sévérac est largement répandue, elle est tout sauf équitable, et ce tant sur le plan individuel que spatial. Une plèbe de petits propriétaires déficitaires et une élite de dignitaires de l’herbe animent ce « marché » du pré, devenu un maillon essentiel de la distribution des richesses. De ce jeu, le bourg sort très gagnant, ainsi que les gros propriétaires des petits mas de la vallée et de la montagne ; les gros mas et le causse en sont les perdants. Autant l’élevage de gros bétail est utilitaire, autant le marché du pré est lucratif et générateur d’inégalités.

Les pâturages de brebis, se les approprier ou non

17Si les prés peuvent être mis en rapport avec le gros bétail, les terres infertiles, déclarées dans le compoix, sont à mettre en rapport avec les menus.

Tableau no 3. Rapport entre le nombre de têtes de menu bétail et la surface des terres infertiles déclarés, calculé au niveau des localités

Localité

Nombre d’ovins déclarés dans ces localités

Terres infertiles déclarées dans ces localités (ha)

Têtes d’ovins/hectare de terres infertiles (ha)

Séverac

405

34,7

11,6

Mas

2 309

289,9

8

dont

mas de la vallée

1 485

88,6

16,7

mas de la montagne

504

167,1

3

mas du causse

1 311

34,2

38,3

Total

2 714

324,6

8,4

18Le résultat n’est pas convaincant : il y aurait jusqu’à 38 ovins par hectare de terre infertile sur le causse, alors qu’aujourd’hui en sud Aveyron, on ne met pas plus de trois brebis à l’hectare. Même en imaginant que les brebis médiévales étaient moins bien traitées et qu’on en mettait peut-être le double dans les pâturages, ce rapport ne semble pas significatif, sauf pour la montagne (3 ovins/ha).

  • 25 Jean-Marc Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime. Les fondements agraires de la France moderne (x (...)

19En réalité, cette surcharge apparente n’est qu’un effet d’optique dû à un biais de la source : dans le compoix, les terres infertiles déclarées sont celles qui sont appropriées ; les vastes terrains de parcours communaux, accessibles aux bestiaux de tous les habitants d’un mas ou d’un groupe de mas, n’apparaissent pas dans le compoix. Or ils sont sans doute bien plus étendus que les infertiles appropriés. En particulier sur le causse, on ne peut imaginer que les hermes soient moins nombreux que dans la vallée ! On ne connaît malheureusement pas l’étendue de ces vacants communs, mais, si on pouvait les intégrer au calcul, le rapport menus/infertiles diminuerait considérablement. D’autre part, les hermes ne sont pas les seules terres d’accueil des brebis : il y a aussi, de façon temporaire, les terres labourables non emblavées ou après moisson, que les menus sont chargés de fertiliser lors des nuits de fumature25. Même si les bêtes n’y restent pas longtemps et tournent d’un champ à l’autre en un laps de temps assez court, afin que leurs dents arracheuses n’épuisent pas la terre, ce sont des espaces de dépaissance.

  • 26 D’après un procès de 1466, Arch. départ. Aveyron, 2 E 275-19.

20Le tableau ne perd cependant pas tout intérêt. Il montre à quel point les propriétaires de brebis, dans la vallée et sur le causse, sont dépendants des vacants non appropriés. Ce sont les communs qui permettent cet élevage massif de brebis dans la vallée et sur le causse, bien plus développé que dans la montagne. D’après le nombre de brebis, on peut supposer que ces communs sont immenses, en particulier sur le causse. Ils sont accessibles selon la règle des pailles et foins (selon laquelle seuls les bestiaux qui sont nourris à l’étable l’hiver sont autorisés à aller dans les communs lors de la belle saison), favorable aux propriétaires de bétail26.

  • 27 J. Dumasy, « Des hauts et des mas… » ; Jacques Bousquet, « Les origines de la transhumance en Aubra (...)

21En montagne, les choses se passent tout autrement. Là, les brebis sont peu nombreuses, les terres infertiles appropriées plus vastes, et si l’on ajoute à celles-ci les communs, qui existent en montagne comme ailleurs, les pâturages semblent vides. Il est vrai qu’à cette altitude, l’hivernage est beaucoup plus long et donc plus difficile à soutenir. Aussi les habitants ont-ils l’habitude, l’été, d’accueillir sur leurs vacants de vastes troupeaux de brebis venus du Quercy et du Languedoc, pour fumer les terres et faire quelque profit. Cette pratique est attestée, dans une moindre mesure, dans quelques mas du causse et même de la vallée27. Or cet estivage est incompatible avec la règle des pailles et foins. Le critère d’accès aux vacants est caduc : si on le respecte, on interdit l’estivage, les vacants sont sous-exploités, ce qui est absurde d’un point de vue économique. Si on ne le respecte pas, les communs sont menacés par une surcharge en bétail d’estive porteuse de graves conflits, et les menus hivernés eux-mêmes peuvent en souffrir.

  • 28 Benoît Cursente, Des Maisons et des hommes, Toulouse, 1998 ; Roland Viader, « Maisons et communauté (...)

22Quelle est alors la règle qui soustend l’élevage de brebis ? L’hypothèse est la suivante : dans la montagne, l’exploitation des hermes repose sur l’appropriation, et non la mise en commun des pâturages. Cela n’exclut pas l’existence de vacants collectifs, mais ils ne sont pas au centre du système d’élevage des brebis ; ce sont les hermes appropriés qui le sont. Ceux-ci en effet permettent d’accueillir du bétail d’estive sans la contrainte de la communauté et surtout en dehors de la règle des pailles et foins : le tenancier fera venir autant de brebis foraines que ses propres hermes peuvent en supporter. Le bétail hiverné, pour sa part, est nourri sur les pâturages communs, selon la règle des pailles et foins ; et s’il y reste de la place, des ovins d’estive peuvent sans doute y être accueillis, selon une règle que l’on ignore mais qui résulte peut-être d’une négociation orale entre les chefs de feu du mas. Si cette hypothèse est juste, cela signifie que le système, qui permet de combiner estivage et communs, est favorable avant tout aux gros propriétaires d’infertiles, les petits devant se contenter d’un estivage plus limité. Il rappelle la mainmise des maisons pyrénéennes sur les vacants, bien étudiée par ailleurs28. Il sera source de conflit entre les montagnards et les autres parties du mandement dans la seconde moitié du xve siècle.

*

23Dans le mandement de Sévérac, la propriété et la gestion des herbages se trouvent au cœur d’enjeux économiques cruciaux. Les prés constituent un objet de convoitise et un instrument de domination économique majeur, en particulier du bourg sur la campagne. Les pâturages, en revanche, échappent à ce schéma ville-campagne, et révèlent plutôt une opposition entre les reliefs. Dans la vallée et sur le causse, l’élevage de menus repose sur une non-appropriation des pâturages, favorable aux propriétaires de brebis. Dans la montagne au contraire, c’est l’appropriation des hermes qui permet l’estivage des ovins et tourne à l’avantage de ceux qui ont des vacants. C’est ainsi que l’élevage et les modes d’exploitation des herbages entraînent des stratégies économiques subtiles qui participent de la distribution des richesses entre les hommes.

Notes

1 Il s’agit de faire réviser l’impôt du fouage. Cette opération s’apparente à l’enquête ordonnée par les États du Languedoc et qui est bien connue pour le Vivarais, cf. Pierre-Yves Laffont, « Les estimes vivaroises de 1464 : formes et conditions d’une grande enquête fiscale en Languedoc à la fin du Moyen Âge », dans Albert Rigaudière (dir.), De l’estime au cadastre en Europe : le Moyen Âge (colloque de Bercy, 11-13 juin 2003), Paris, 2006.

2 Cf. Florent Garnier, Un consulat et ses finances : Millau (1187-1461), Paris, 2006 ; Florent Hautefeuille, « Un exemple de compoix rural précoce (1451) : Mouret (Aveyron) », dans Rigaudière (dir.), De l’estime au cadastre en Europe…

3 Arch. départ. Aveyron, 20 J 9, cahier papier non folioté de 37 folios. Les premiers folios sont manquants et les derniers très abîmés, d’où des lacunes. J’ai pu établir par recoupement que le compoix a été fait en 1450.

4 En Rouergue, les mas sont des hameaux qui comptent jusqu’à une vingtaine de feux. Le compoix recense 111 déclarants pour les 26 mas rouergats de la baylie (les mas gaballitains sont absents pour des raisons d’assiette fiscale), et 60 pour Sévérac ; il manque à l’appel une vingtaine de contribuables de Sévérac (d’après les rôles de taille contemporains), consignés dans les premiers folios disparus.

5 F. Hautefeuille note que les superficies des parcelles sont systématiquement sous-estimées à Mouret, cf. « Un exemple de compoix… ».

6 Monique Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve siècle, Rome, 1993.

7 Définition établie d’après un tarif du commun de paix contemporain, Archives de la Société des Lettres de l’Aveyron, fonds Sévérac liasse 5 no 5.

8 Ces chiffres sont un minimum à cause des lacunes du document, comme il est expliqué en note 3.

9 La sétérée vaut 25,68 ares d’après les tableaux de conversion révolutionnaires.

10 Si l’on compte les infertiles le pourcentage baisse à 7,6 % pour l’ensemble, 5,6 % pour les habitants des mas, 14,6 % pour les habitants de Sévérac.

11 Cf. Juliette Dumasy, « Des hauts et des mas. Conflits autour de l’estivage à Sévérac-le-Château (Rouergue) à la fin du xve siècle », Hypothèses 2005, Revue de l’École doctorale d’histoire de Paris I, 2006, p. 60-68.

12 Attesté en 1301, archives de la Société des Lettres de l’Aveyron, fonds Sévérac liasse 2 no 3.

13 Christian Foriel-Destezet, « État économique et social de sept paroisses rurales du haut-Vivarais d’après un registre d’estime de 1464 », Vivarais et Languedoc, xlive congrès de la Fédération historique du Languedoc et du Roussillon, (Privat, 22-23 mai 1971), Montpellier, 1972, p. 175-182 ; Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse Auvergne du xive au xvie siècle, Clermont-Ferrand, 1980.

14 M. Zerner, Le cadastre…, p. 632.

15 F. Hautefeuille, « Cultivateurs, vignerons et autres. Les habitants de la juridiction de Mouret en 1451 », dans Sylvie Campech et alii, Le castrum de Mouret, Document final de synthèse d’études et fouilles programmées triennales 1999-2001, sra Midi-Pyrénées, Hadès, 2003, 3 vol., t. 1 p. 33-46.

16 Le journal vaut 38,52 ares.

17 Les petits mas de Villeplaine, Auberoque, la Calsade dans la vallée, Bautou, le Bosquet, Druilhes dans la montagne, sont les seuls mas à avoir plus de 10 % de prés sur leur surface cultivée (terres infertiles exclues).

18 M. Zerner, Le cadastre... ; F. Hautefeuille, « Cultivateurs… ».

19 Le seuil de 2 journaux correspond à 0,77 ha, celui de 4 à 1,54 ha, celui de 6 à 2,3 ha ; le maximum est de 15 journaux soit 5,8 ha.

20 Lorcin évalue la propriété des Lyonnais dans les paroisses limitrophes de la ville à 10 à 20 % du sol ; à Toulouse, à Millau, les estimes révèlent que les prés occupent une part importante dans les biens-fonds ruraux des citadins. Marie-Thérèse Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, 1974, p. 390 ; Philippe Wolff, Les Estimes toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, 1956 ; F. Garnier, Le consulat de Millau….

21 C’est-à-dire les bovins et les équins.

22 P. Charbonnier, Une autre France…, p. 212 (le journal y est proche de celui de Sévérac) ; Marc Conesa, « L’herbe et la terre. Communautés rurales de Cerdagne française au xviiie siècle et accès aux estives : un lien structurant », dans Aymat Catafau (éd.), Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l’époque moderne : exploitation, gestion, appropriation, Perpignan, 2005, p. 205-219.

23 La cession de l’usufruit d’un pré pour quelques années a été repérée dans les registres de notaires, mais il s’agit le plus souvent de crédit déguisé. Par exemple : Arch. départ. Aveyron, 3 E 7474 fo 67, 75, 103, 110 v° (1476), 3 E 7629 fo 52 v° (1461) etc.

24 Nicole Lemaître, Le Scribe et le mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux xvie et xviie siècles, Paris, 2000, p. 59-64.

25 Jean-Marc Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime. Les fondements agraires de la France moderne (xvie-xviiie s.), Paris, 1999.

26 D’après un procès de 1466, Arch. départ. Aveyron, 2 E 275-19.

27 J. Dumasy, « Des hauts et des mas… » ; Jacques Bousquet, « Les origines de la transhumance en Aubrac », L’Aubrac. Étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain, Paris, 1971, t. II, p. 221-255.

28 Benoît Cursente, Des Maisons et des hommes, Toulouse, 1998 ; Roland Viader, « Maisons et communautés dans les sociétés montagnardes. Le temps juridique (xiiie-xve siècles) », dans Montagnes médiévales, Paris, 2004, p. 263-291.

Table des illustrations

Légende Part des prés dans le mandement de Séverac-le-Château d’après le compoix de 1450
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau no 2. Rapport entre le nombre de têtes de gros bétail et la surface en pré possédés pour chaque contribuable, dans les mas et à Sévérac (exemple de lecture : 84 % des contribuables de Sévérac ont moins de 1 tête de gros bétail par journal de pré)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search