Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

« Champs communs, sagnes, pasturaux et prés »

Prairies closes et prairies ouvertes en Haute-Marche au xve siècle

David Glomot

Texte intégral

  • 1 Marc Bloch, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, réed. 2006. Les précisions apportées en in (...)

1La distinction entre pays de bocage et pays de champs ouverts doit beaucoup aux travaux de Marc Bloch. Ce dernier a écrit une bonne part de son œuvre en Creuse, dans sa maison de campagne du Bourg d’Hem1 : il y a fort à parier que son approche des problèmes agraires et paysagers a été influencée par l’espace qui l’entourait. En effet, le contraste est saisissant entre les terres céréalières ouvertes du Berry et le pays d’enclos et de bois, nommé autrefois Haute-Marche. Pourtant, Marc Bloch l’ignorait peut-être, cette Haute-Marche médiévale n’est pas une terre purement bocagère et les similitudes avec l’openfield du Berry l’emportent certainement en quelques endroits, surtout lorsqu’on jauge la place prépondérante des emblavures.

  • 2 L’ordonnance de Montils-les-Tours (1454) pousse les provinces du nord, de droit coutumier, à rédige (...)
  • 3 La moyenne des précipitations annuelles est de 900 à 1000 mm, avec des variations en fonction de l’ (...)
  • 4 La noblesse de Haute-Marche a deux visages : d’abord des anciens lignages conservateurs, ensuite qu (...)

2Vers 1450, la Haute-Marche, au nord-est du diocèse de Limoges, se trouve politiquement et économiquement dans une situation ambiguë : langue occitane et application du droit coutumier2 comme au nord du royaume ; relations commerciales éparpillées avec l’Auvergne, le Bourbonnais, le Berry et le Limousin ; attirance des élites pour le Bassin Parisien. Parallèlement, dans cette terre vallonnée, humide et granitique3, la paysannerie échappe à l’essor constaté dans d’autres régions lors de la phase de reconstruction des campagnes. Ici plus qu’ailleurs, la réorganisation est tardive et s’effectue par la volonté des seigneurs. La bourgeoisie étant presque inexistante et les paysans cherchant surtout à émigrer, c’est par un durcissement de ses pratiques que la noblesse4 a cherché à garantir ses revenus et la pleine occupation du sol, entre le milieu du xve siècle et les premières décennies du xvie. En conséquence, vers 1500, quatre éléments sont à prendre en considération pour comprendre les transformations de l’agriculture et des paysages : le servage, le métayage, l’élevage et le bocage.

  • 5 Une centaine de registres est conservée aux Arch. départ. Creuse et Haute-Vienne. Ce sont des docum (...)
  • 6 A. Thomas (éd.), « Plumitif d’audience de la sénéchaussée de la Marche, 1462 », Mémoires de la Soci (...)

3Afin de cerner comment ces quatre notions engendrent et structurent les espaces de prés et pâtures, deux types de sources écrites nous renseignent. D’abord, sur le plan foncier, les archives contiennent de nombreux terriers5 révélateurs par leur nombre et leur qualité du mouvement de réorganisation agraire seigneuriale qui touche la région entre 1450 et 1530. Ensuite, des sources juridiques, comme la Coutume de 1521 ou des registres de procédure6, évoquent les conflits et les usages qui gravitent autour du problème des herbages, clos ou ouverts.

4Plus que la question de l’existence ou non d’un hypothétique bocage en Haute-Marche vers 1500, c’est le problème de la place, de la gestion et de la morphologie des espaces pâturés et fauchés qui se pose. Ainsi, après avoir décrit la variété bien réelle des herbages locaux, il sera possible de cerner les transformations et les usages agraires de la fin du Moyen Âge. Enfin, une ultime étape mènera à une évaluation globale du paysage et de la société afin de savoir si la présence de pacages conditionne l’existence d’un vrai système bocager.

La grande variété locale des espaces herbagers

5Les archives médiévales permettent de bien connaître la paysannerie et les paysages d’une quarantaine de paroisses de Haute-Marche, soit une sur six environ. Ces documents témoignent-ils d’une mutation achevée ou en préparation ? Il est certain que les seigneurs ont cherché à mettre fin aux situations litigieuses nées des troubles des xive et xve siècles, tout en fixant et en durcissant leurs prélèvements. Il est aussi certain que l’écrit est utilisé pour clarifier des pratiques et des usages en pleine transformation.

  • 7 Les redevances serviles en Haute-Marche sont la taille à trois termes, la quête aux quatre cas, le (...)
  • 8 Terre, pièce, labours, couture.

6La documentation insiste globalement sur une plus forte exigence des seigneurs au fil du temps. Des notaires parfois très méticuleux recensent les parcelles et les tenanciers, en profitant pour fixer de nouveaux droits par écrit, comme la mainmorte ou la quête aux quatre cas7. Or, la langue notariale ne connaît qu’un nombre restreint de termes pour désigner les parcelles, corollaire d’une vision normalisée de la propriété foncière : terre, pré, pâture, communal, jardin. En Haute-Marche, les rédacteurs de terriers sont dans l’obligation d’apporter des précisions au fil de leur travail : micro-toponymes, synonymes et formules redondantes pour mieux cerner l’utilisation de chaque parcelle. C’est dans le domaine des herbages que la variété du vocabulaire est la plus étendue, la recherche de précision la plus grande, alors que les terres arables ne sont désignées que sous quatre termes8.

7En tout, une quarantaine de mots est en usage pour désigner les espaces voués à l’herbe. La réalité est donc loin d’être binaire et ne se limite pas à l’opposition prés / labours ni à l’opposition clos / ouvert. Quatre facteurs se combinent pour différencier chaque type d’espace. L’humidité de la parcelle joue un rôle fondamental et le vocabulaire trahit les herbages de fonds de vallée, saturés d’eau, et ceux des hauts des versants. Puis, la superficie et la morphologie de la parcelle déterminent toute une série de nuances dans les appellations, selon que la pièce est petite ou grande, massive ou étirée. Ensuite, l’accessibilité et la présence de clôtures sèches ou vives diversifient le vocabulaire, révélant la mise en défens ou le libre accès. Enfin, la qualité du couvert herbeux et la durée de la mise en herbe différencient la prairie drue et la pelade caillouteuse, le pré de repousse de l’herbage ancien.

8Ainsi, ces quarante vocables peuvent être isolés, classés et définis. En tête par le nombre d’occurrences viennent les prés sous plusieurs formes : pré, pré clos, pré de fauche, prade, prat, pradel… Quasiment chaque tenancier avoue en détenir un ou deux, pas plus, rarement moins, et ils produisent du foin. Puis viennent les pasturaux, paschiers, pasquiers qui servent à parquer les bêtes. Là encore, presque chaque paysan en possède un, voire deux.

9Dans la suite de l’inventaire, on trouve des termes plus rares, avec une ou deux occurrences par village-hameau ou par grand domaine. C’est le cas des parcelles de prairies humides, les sagnes, vergnes, ribières, fonts, gânes, gouttes, ou plus rarement mouillères, queues d’étangs, jonchières. Ces pâtures inondées ne sont pas présentes partout. Par ailleurs, chaque hameau ou écart paroissial possède un ou deux espaces qualifiés de champs communs ou communaux. À première vue, il s’agit de landes plus ou moins herbeuses, mais la présence de cultures dérobées et de bosquets n’est pas à exclure.

10Enfin, bien plus rarement, dans quelques terriers et dans de rares baux, on a des mentions de pâtures sur les jachères. Si ces espaces sont mal connus car mal décrits, la variété des termes qui s’y rapportent montre leur diversité et les usages spécifiques qui y sont pratiqués. C’est ainsi que les bêtes paissent sur des champs froids, landes, pelades, fougères, genestes, hermes, absines, retadisses, brandes, bouiges, brugières, chaumes, aschamps, garets, gorses ou encore plus rarement sur des séchaux. À ce riche stock sémantique s’ajoutent des adjectifs éloquents, comme grand, petit, vieux, neuf…

11À l’image du vocabulaire, le paysage est très complexe. Les formes de cette mosaïque de parcelles sont variables, allant de la toute petite sagne ceinte de talus au vaste communal. Les localisations sont multiples, du parc proche de l’habitat à l’herbage périphérique selon le modèle infieldoutfield. De surcroît, les modes d’exploitation sont complexes : inondations volontaires, vaine pâture, alternance labours/herbe et rotation de très longue durée. Si les textes du Moyen Âge central n’évoquent que les terres et les prés, ces derniers étant très secondaires, la documentation du xve siècle regorge de précisions qui sont liées à une diversification des pratiques agraires.

Les changements de la fin du Moyen Âge, 1460-1530

12Vers 1460 les sources sont encore rares, avec des mentions convenues de terroirs dépeuplés et en friches, de redevances non versées… les habituels malheurs du temps. On s’apitoie mais impossible d’apprécier réellement l’étendue de la déprise. La convalescence à l’écart des dynamiques commerciales et urbaines est lente, pénible. La situation économique locale ne paraît claire qu’à partir de 1480, la stabilisation n’étant acquise que vers 1520-1530. Ces bornes correspondent à la vague de rédaction des terriers, elles se superposent aussi avec une augmentation des procédures liées à l’élevage.

Nouvelles appropriations du sol, nouveaux modes de faire-valoir

  • 9 Le rapport francs / serfs connaît de très fortes variations d’un village à l’autre. La moyenne s’ét (...)
  • 10 L’ordre de grandeur à retenir est de 3 hectares, auxquels s’ajoutent les communaux.

13La norme au milieu du xve siècle, c’est encore la petite tenure perpétuelle appelée « héritage », de libre ou serve condition, la distinction se fondant sur la mainmorte et les redevances9. Les exploitations sont très modestes10, morcelées et massivement orientées vers la survie, donc vers le seigle. Il fournit environ les deux tiers des redevances, le reste étant de l’avoine, parfois du froment. Les bêtes sont rares, tout comme les raves, la vigne, le chanvre, dont on trouve néanmoins des mentions. L’élevage ovin est pratiqué sur les communaux du village. En moyenne, pour des parcelles de superficies globalement équivalentes, chaque petit tenancier confesse posséder dix emblavures pour un pré ou une pâture, guère plus.

14Mais, dans la seconde moitié du xve siècle, des modifications apparaissent. Avec la crise, la place des céréales est peut-être moins hégémonique, surtout dans un terroir comme celui de la Marche où produire du grain nécessite un intense travail de fumure et d’écobuage. Or, des bras nombreux existent car la démographie locale est très dynamique, mais les travailleurs sont tentés par la migration vers des terres plus riches et plus sûres, où la pression seigneuriale est moindre. Les quelques zones plus ou moins à l’abandon sont de reconquête difficile, il est plus aisé de les convertir en espaces de parcours, en laissant faire les dents des bêtes. C’est d’autant plus pertinent que les rentes anciennes sont érodées et que le bétail est d’un bon rapport économique.

  • 11 À la même période les seigneurs utilisent aussi l’élevage du bovin d’étable et du mouton de lande p (...)

15Donc, vers 1500, face à la migration et à la difficulté de fixer les paysans sur des terres péjorées, les seigneurs rénovent et durcissent le servage réel11 : celui qui part perd son patrimoine. On ne partira donc que temporairement, comme maçon. Les plus fragiles se rassemblent en communautés familiales pour ne pas voir le seigneur utiliser le droit de suite au départ d’un des membres : les cadets s’en vont, pas l’aîné qui sauve le feu.

  • 12 Docteur Louis Merle, La Métairie et l’Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen  (...)
  • 13 Le Masgelier, château et seigneurie, comm. de Grand-Bourg, arr. de Guéret, Creuse. Arch. départ. Cr (...)
  • 14 La Bussière, château et seigneurie, comm. de Saint-Loup, cant. de Chambon-sur-Voueize, arr. d’Aubus (...)

16Dans la majorité des seigneuries, on confesse d’abord les métairies théoriquement céréalières mais bien dotées en herbages : ces concentrations de belles terres se font à la manière de la Gâtine poitevine étudiée par L. Merle12. On rencontre ainsi, en tête des terriers, de belles exploitations à part de fruit, bien dotées en emblavures et engrangeant quantité de blé et de foin, comme au Masgelier13 en 1489. Puis viennent les aveux des petits tenanciers où les nombreuses parcelles céréalières apparaissent en premier, les prés et pâtures en second. Mais, dans quelques seigneuries situées dans le nord du département de la Creuse, sur les routes ralliant le Berry et le Bourbonnais, ce sont les prés qui sont confessés en premier. Le terrier de la Bussière14, daté de 1504, témoigne de cette subtile inversion des priorités. Est-ce une coquetterie du notaire ou une réelle tendance à privilégier l’élevage ?

  • 15 Les communaux ne sont jamais mesurés et décrits avec soin, puisqu’ils échappent à l’aveu. Par recou (...)

17Il est certain qu’au début du xvie siècle, pour la majeure partie de la population, le rapport de dix emblavures pour un herbage reste la norme. Communaux15 et vaine pâture sont les seuls moyens d’avoir quelques moutons et un bovin, tout au plus. L’élevage est un luxe et nombreux sont les serfs devant la « vinade à deux bœufs pour aller quérir le vin en Bourbonnais » qui ne peuvent en payer qu’une moitié ou un quart, en fournissant une unique bête ou quelques deniers en compensation. Il faut parfois se mettre à plusieurs familles pour fournir, avec une mauvaise volonté évidente, une charrette et deux bêtes.

  • 16 Ainsi, dans le terrier de la Villeneuve, comm. de Vallière, cant. de Felletin, arr. d’Aubusson (Arc (...)

18En revanche, on constate dans les comparsonneries les premiers indices d’un glissement vers l’élevage. Dans ces tenures-blocs exploitées collectivement, les emblavures restent importantes, mais la part des herbages croît : huit emblavures pour une pâture ou un pré. L’assez grande taille des exploitations et le nombre de bras disponibles chez ces « parsonniers » permet de diversifier les pratiques agraires en ménageant une meilleure place aux herbages16. Il subsiste néanmoins dans les terroirs pauvres de la Montagne Limousine ou de la Combraille des communautés familiales pitoyables, petites, céréalières par la force des choses et le besoin des ventres.

  • 17 L’Âge-au-Seigneur et L’Âge-au-fils, comm. de Grand-Bourg, arr. de Guéret.
  • 18 Louis Guibert (ed.) Nouveau recueil de registres domestiques limousins et marchois, Limoges, 1895, (...)

19On perçoit d’autres prémices d’un développement de l’élevage dans le nord de la Haute-Marche. Sols meilleurs, altitude moindre : c’est là qu’apparaissent et se multiplient les belles métairies compactes, issues des réserves seigneuriales, parfois ceintes de haies et portant des toponymes évocateurs17. Vers 1500, le métayage est une forme de faire-valoir haut de gamme : le métayer apporte sa part de capital et a de quoi entretenir des bâtiments parfois imposants. Pierre de Sainte-Feyre18 se lamente à la mort du métayer de sa réserve, car retrouver un bon exploitant sera difficile. Si ces tenanciers à part de fruit sont avant tout des producteurs de céréales, la présence de beaux herbages dans leur patrimoine est une garantie à la fois de régénération des sols et de profit. Le rapport seigle / pâture est désormais proche de trois pour un, avec des prés plus massifs.

Nouvelles techniques, nouveaux usages

20Les pâtures ouvertes ou mal ceintes restent majoritaires car essentielles aux plus modestes : on parle de « mettre le brandon » à des pièces laissées longtemps en « retadisse », c’est-à-dire au repos pendant parfois plus de dix ans. Mettre le brandon, ce n’est pas mettre le feu, mais placer des brandons, des liens de paille, aux coins de ces parcelles pour signaler qu’elles vont être labourées et cultivées, donc qu’elles ne sont plus ouvertes au parcours collectif. Cette forme de vaine pâture confirme la persistance d’un paysage encore assez ouvert, où ce n’est pas l’enclos mais la marque discrète qui fait symboliquement la clôture.

  • 19 On dispose de deux exemples de bornages sans haie dans le terrier de Saint-Avit, cant. de Saint-Sul (...)

21Néanmoins, la présence de clôtures de plus en plus cohérentes est révélatrice. On avance ici en terrain difficile car les sources sont allusives. La variété des techniques pour ceindre les parcelles dépend de la position dans le finage et de la destination des parcelles. Près des habitats et autour des champs labourés on trouve des murs d’épierrement. Autour des pâtures et des prés, on signale sporadiquement des haies vives, « ages », « terrades », « talus », « gorses » et « fossés ». En périphérie des terroirs, les limites sont discontinues et revêtent généralement la forme de piquets, de bornes et de brandons. Ainsi, dans les terriers, les aveux des métairies ou des grosses frérèches sont parfois réduits à une simple description du périmètre du domaine19 : on suit le pourtour de la tenure, de ruisseaux en bornes, d’arbres en chemins. Rares sont les mentions de vraies clôtures.

  • 20 Plumitif d’audience…
  • 21 Abdon-René Couturier de Fournouë (éd.) Coutumier de la province de la Marche…
  • 22 Plumitif d’audience…, : Déclaration no 17 « […] sur ce que disoit ledit demandeur que lui estant en (...)
  • 23 Plumitif d’audience…, no 65 « […] menoient quatre charretées de foin près de Linars au grant chamy (...)
  • 24 Plumitif d’audience…, Déclarations no 25, 33, 41, 46. Le même document signale aussi des usurpation (...)

22L’enclos est donc loin d’être généralisé, pourtant il résoudrait bien des problèmes. En effet, dans les années 1460-1520, l’errance des bêtes devient un embarras récurrent. Deux sources, les assises20 de 1462 et la coutume21 de 1521, embrassent la période. Ces deux documents s’attardent sur la divagation du gros bétail, jugée destructrice alors que le mouton est absout de tout péché. Les litiges fonciers se répartissent à égalité entre les problèmes de terres labourées et les problèmes d’herbages, alors que les herbages sont bien moins importants en superficie que les emblavures. Autour de cette herbe, l’ambiance est délétère : on brise des barrières22, on se bat, on dérobe des fruits et du bois, jamais de grain. Surtout, on s’empare du foin23 : ce larcin semble le plus répréhensible et celui qui entraîne les violences les plus manifestes. C’est donc le fourrage d’hiver qui cristallise le plus les convoitises et le droit doit s’adapter à cette donne nouvelle. Parallèlement, et selon une problématique similaire, la faiblesse du réseau de clôture engendre de notables divagations, les bêtes errantes dégradant des cultures ou étant simplement capturées par les personnes chez qui elles échouent. Là encore, les assises de 1462 sont explicites24.

23La réponse à toutes ces tensions entre culture et élevage se trouve dans le coutumier rédigé une soixantaine d’années plus tard. Ce document révèle la juxtaposition de deux systèmes : d’une part l’espace ouvert et emblavé qui résiste et conserve l’usage de la vaine pâture ; d’autre part un début de bocage avec des prés officiellement clos de haies talutées. Très peu d’articles font allusion à ces problèmes, mais ils sont d’une grande clarté.

  • 25 Coutume de la Marche…
  • 26 Idem, XXIX art. 346 : « [pour les bêtes prises en vaine pâture dans les] garennes ou autres héritag (...)

24Le titre XXIV25 précise que les épaves de gros bétail sont à réclamer sous huit jours avant d’être vendues par la justice, les moutons sous trois jours. Le titre XXV intitulé « Des Bornes et Limites » ne contient que deux articles et spécifie que la haie accompagne le pré, qu’elle en dépend juridiquement : « Tertre & gorse étant entre un pré & une terre appartient au Seigneur du pré s’il n’appert du contraire ». Enfin, le titre XXIX fixe les règles de la vaine pâture : elle reste tolérée sur les terres laissées au repos depuis au moins trois ans, comme les retadisses, ou sur les terres dépourvues de clôture26, de bornes ou de brandons.

  • 27 Idem, p. 57, article 89.

25Au xviiie siècle, lorsque Couturier de Fournouë édite et commente le texte de la coutume, il s’étonne de certaines de ces précisions. À son époque, il n’y a plus lieu de tergiverser, le bocage est devenu hégémonique27 : « Les héritages de la campagne qui appartiennent aux particuliers & ne sont pas ordinairement fort étendus, sont clos et renfermés séparément par des hayes, buissons ou murailles. »

  • 28 Arch. départ. Creuse : terriers de Glénic E 636 (1512), Saint-Fiel 10 F 124 (1518), Anzême 2 E 16 ( (...)
  • 29 A Bonnat, Genouillat ou encore Guéret, les redevances font la part belle à l’avoine : est-ce le ref (...)

26Bêtes en vadrouille et vols de foin ne sont pas les seuls symptômes de la transformation des usages agraires. De nombreux éléments supplémentaires révèlent l’apparition de nouvelles techniques de production. Ainsi, les textes prouvent l’existence d’un élevage en stabulation : dans les terriers des années 1500-1600 il n’est plus rare de lire que chaque chef de feu possède une « maison estagiee » jouxtant une « estable a coucher bestialh » et une grange, voire un « grenier ou chambre a paille ». Ce genre d’aveux, typique du nord de la Creuse, montre une adaptation de l’habitat à la production bovine. Il n’est d’ailleurs pas rare, à l’époque moderne, de lire28 que ces paysans se disent « laboureurs » et possèdent des paires de bœufs, tout en étant parfois encore mortaillables. Dans le même temps, toujours au nord de la Haute-Marche, les redevances comme le charnage des brebis ou la dîme des laines disparaissent, le mouton de lande s’effaçant devant le bovin d’étable. C’est toujours dans cette zone, au début de l’époque moderne, que l’on constate la multiplication des foires au bétail, comme à Châtelus-Malvaleix, sur la route du Berry. Enfin, c’est encore dans le Nord que le rapport seigle/froment/avoine est le plus favorable à l’avoine29, ce qui pourrait laisser supposer l’existence d’un élevage équin.

  • 30 Toutes les parcelles sont mesurées grossièrement en sétérées. Seuls les prés sont évalués en charge (...)

27Évoquer cet essor des étables, c’est aussi poser la question de la production de foin de qualité sur des parcelles spécialisées. Certes les prés de fauche sont nombreux et forment un élément récurrent de chaque tenure digne de ce nom. Pourtant, nos sources sont peu bavardes : tout juste peut-on supposer, à la lecture de la Coutume, que ces prés sont ceints de haies et qu’ils sont fixes, non intégrés aux complexes rotations agraires. On les mesure en « journaux » ou « promesses de fauche » alors que les autres parcelles se mesurent en sétérées30. La question est désormais de savoir quelles sont les techniques d’optimisation de ces prés : situés généralement dans des points bas, les prés de Haute-Marche sont-ils mis en eau afin de protéger l’herbe du gel et de la rendre plus belle ? Les sources locales étant muettes, il faut aller quérir l’information ailleurs, dans le temps et dans l’espace.

  • 31 Nicolas Vatin, « Pratiques agricoles en Limousin à la fin du xve siècle, une source ottomane », His (...)
  • 32 Didier Delhoume, Le turc et le chevalier, Limoges, 2004.

28Un texte hors du commun nous éclaire31. En 1485 le prince ottoman Djem, fils de Mehmet II, est retenu en otage en Haute-Marche32. Dans son escorte, un scribe turc, témoin direct du périple, rédige un récit de cette captivité et nous livre un descriptif précis des pratiques agraires « exotiques ». Il est subjugué par les étangs artificiels et leur importante production piscicole – chose que nos sources n’évoquent jamais. Il est aussi très étonné de voir comment on laboure, ensemence et arrose les prairies, afin de produire de l’herbe de qualité pendant plusieurs années de suite : encore une chose que nos sources n’évoquent pas. Cette technique est à nouveau signalée en 1787 par Arthur Young lorsqu’il frôle la région. Bénie par les physiocrates, l’inondation des prairies fournit une herbe excellente, mais elle n’a rien de neuf au xviiie siècle. Le silence des notaires médiévaux est difficile à expliquer. On peut croire que la production de fourrage n’est considérée que comme une étape dans un processus plus abouti dont le but est d’encaisser de l’argent ou du grain. Sous la plume du rédacteur, on n’évoque donc que les emblavures directement rentables ou la monnaie retirée de la vente des bêtes.

Diversité des usages, diversité des paysages

29Les prés sont clos, mais ils restent minoritaires dans l’espace structuré essentiellement par la distinction infield-outfield. Dans ce paysage fait d’imbrications concentriques, la variété des formes et la rupture paysagère apparaissent autour des métairies et des frérèches. Par leur morphologie en tenure-bloc et leur vocation moins céréalière, ces domaines sont les points de départ de l’essor du bocage.

30Se forme une juxtaposition complexe de villages et de hameaux, de labours et de clos, de landes communes et de parcelles mises en défens. Les conflits d’usage sont nombreux, les sources juridiques l’attestent.

Vers un nouveau paysage

31Au moment de la réalisation du premier cadastre, les herbages représentent seulement 15 à 20 % des terroirs, à quoi il faut ajouter les bruyères et les communaux, dont l’emprise atteint plus de 50 % des terroirs dans la Montagne Limousine. Une chose est certaine : entre le bas Moyen Âge et le xixe siècle, le paysage a lentement glissé vers le bocage, conservant d’importants labours et voyant apparaître quelques châtaigneraies. S’il fallait établir une norme valable pour la période 1450-1850, on pourrait avancer : deux tiers du finage toujours ensemencés et qu’il semble impossible de compresser, sauf si des hommes partent comme maçons, et un tiers du finage voué à la production d’herbe, pâtures, landes, prés de fauche, communaux, mais aussi bois et taillis. Ce tiers aurait tendance à s’accroître, par éviction des plus mauvais labours, optimisation de la production de fourrage et développement du négoce du bétail.

32Est-il possible de décrire les différences d’aspect entre les petites tenures, les métairies et les frérèches ? Les modes de clôture, si fondamentaux lorsqu’on étudie le bocage, varient-ils selon les types de tenanciers ?

33Autour des petites tenures, l’économie reste vivrière et les emblavures hégémoniques. On a donc un paysage de petites parcelles enchevêtrées et ouvertes, ponctué de clos de prés, de jardins et de chènevières.

34Autour des frérèches franches on remarque une plus grande propension à l’élevage, plus de prés et de pâtures, donc plus de haies, de talus et de murets. Mais ces exploitations sont trop mal décrites pour qu’on en dresse un vrai portrait. Les nombreuses frérèches serves font preuve d’un certain conservatisme céréalier, peut-être lié à leur misère relative.

35Enfin, deux sortes de belles métairies retiennent notre attention : celles encore très céréalières qui ont de vastes « coutures » ouvertes ; celles tournées vers l’élevage et qui ont déjà un authentique aspect bocager, avec des gorses sur talus. Tout le périmètre de l’exploitation est d’abord ceint d’une haie, puis à l’intérieur de ce bloc un réseau de haies secondaires se dessine au fur et à mesure de la conversion des labours en herbages.

La double logique du clos et de l’ouvert

36La clôture des herbages est liée à la fois à l’identité du tenancier exploitant et au moment où l’on se situe dans le cycle agraire : à chacun son herbe, à chaque moment son herbe.

37D’abord, la logique du clos et de l’ouvert dépend avant tout du tenancier. Les herbages seigneuriaux sont beaux, ceints de haies comme les breuils et les bois. Les solides herbages des tenanciers aisés sont souvent bien clos, par des haies ou des murets, mais ils jouxtent les labours. Les maigres pâtures et les prés des petits tenanciers sont rares, sacrifiés au seigle, ouverts : pour eux c’est le communal et la vaine pâture qui permettent l’élevage.

38Ensuite, la logique du clos et de l’ouvert dépendrait aussi du cycle agraire, si tant est que ce concept soit vraiment pertinent. Les herbages fixes sont bien individualisés par de belles haies ou des murs. C’est le cas pour les parcs seigneuriaux, les enclos des métairies, les prairies inondées. Les herbages temporaires de courte durée (1 à 3 ans en herbe, autant en labours) sont imbriqués dans le tissu des cultures : clôture esquissée, barrières, fossés et talus, piquets. Enfin, les herbages temporaires de longue durée, retadisses et brandes de 10 à 15 ans, n’ont pas de réelle clôture ; on y rencontre seulement des bornes et brandons pour signaler une hypothétique mise en défens. Comme pour les communaux, les surfaces sont vastes et les localisations périphériques : ceindre serait long, coûteux, vain.

Prés et prairies, marqueurs sociaux

39La société, à l’image du paysage, est assez diversifiée : il n’y a pas une paysannerie uniformément pauvre mais de multiples groupes sociaux. La distinction entre francs et serfs n’est qu’un des multiples critères de différenciation sociale. Dès 1500, la possession de pâtures et de prés révèle l’aisance, surtout si les parcelles sont closes. C’est un marqueur de l’insertion dans un tissu commercial qui dépasse la simple province. À l’inverse, conserver une tenure exclusivement céréalière est révélateur d’une faible marge de manœuvre.

40Plusieurs situations sont caractéristiques. Pour les nombreuses veuves et femmes seules (8 à 10 % des aveux), leurs patrimoines sont essentiellement composés de jardins, de chènevières et d’herbages. Ne disposant pas de la force de travail nécessaire, elles n’ont que peu d’emblavures ; le bétail et le jardinage les font vivre. Ce bétail est souvent maintenu en étable car garder des moutons implique des jours d’errance sur les communaux, ce qu’une veuve ne peut se permettre. Près des agglomérations comme Guéret ou Felletin le phénomène est flagrant : les femmes isolées avouent des bovins et des prés. On imagine qu’elles délèguent les travaux de fenaison, se concentrant sur le négoce et les productions dérivées, comme les fromages.

41Il en va exactement de même avec les prêtres communalistes. Ces prêtres-filleuls vivent à pot et à feu chez leurs parents. Auxiliaires du curé, ils forment un clergé modeste et rural, parfois assez nombreux puisqu’on rencontre ces filleuls dans de très nombreux villages. L’administration des sacrements ne les occupe pas autant que le titulaire paroissial, ce qui leur laisse du temps pour l’agriculture. Comme les veuves, ils s’orientent vers des productions moins exigeantes en force et en jours de travail.

  • 33 Arch. départ. Creuse, 7 J 288, terrier de Saint-Avit, 1504, f° 142 (Chadiéras) et f° 143 (Sardent).

42Ce profil se retrouve aussi dans les familles dont un membre est réputé absent car parti maçonner. Ces migrants temporaires, que l’on croise en Touraine ou en région parisienne, sont des hommes jeunes dont la mission consiste à rapporter de l’argent. Les familles perdent donc pour quelques mois des bras utiles aux labours, mais gagnent un argent permettant d’acheter du grain ou des bêtes. Ces familles s’orientent donc vers l’élevage, comme c’est le cas dans le terrier de Saint-Avit33. Le paysage s’en trouve modifié, avec moins d’emblavures et plus de pâtures, même chez les serfs.

Un bocage déjà en place ?

43Ce paysage insaisissable, né de l’essor de l’élevage, est-il un vrai bocage ou un système intermédiaire, hors des catégories géographiques conventionnelles ?

44Le bocage, maillage systématique de prés clos et de cultures résiduelles, n’apparaît pas d’un coup, même si l’accélération est forte aux xixe et xxe siècles, avec le développement des débouchés. Le bocage stricto sensu n’est pas le paysage entrevu vers 1500 : le réseau des haies est encore trop lâche, trop incomplet, mais il est une couche supplémentaire s’ajoutant à l’acquis antique et médiéval. Un peu plus d’enclos, un peu plus d’herbe, mais rien de généralisé partout et chez tout le monde. La lande persiste, le seigle aussi.

45Les rédacteurs médiévaux se taisent au sujet de la haie, obnubilés qu’ils sont par les si fondamentales rentes en « seigle, froument et aveyne ». Leurs homologues du xvie siècle sont plus prolixes et évoquent les « tertres et gorses » qui séparent espaces herbagers, emblavures, terres vagues et communes. Enfin, les observateurs du xviiie siècle signalent systématiquement la haie vive comme élément du paysage, un paysage limousin où le bovin et le châtaignier se sont immiscés, aux côtés des moutons et du grain.

46C’est avant le xvie siècle, à la faveur du redémarrage économique, que le pauvre pays de Haute-Marche commence à s’orienter vers le bocage à bovins, même si l’histoire de ce paysage alternant enclos, bois, landes et cultures ouvertes s’écrit sur au moins cinq siècles. Aujourd’hui, le bocage que l’on croit immémorial est attaqué sur deux fronts : reboisement anarchique dû à la déprise rurale qui touche la Creuse, élargissement nécessaire de la trame parcellaire. Ultimes étapes d’une mutation presque perpétuelle, ces adaptations révèlent, une fois de plus, la fragilité des agricultures de moyenne montagne.

Notes

1 Marc Bloch, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, réed. 2006. Les précisions apportées en introduction, p. 32 sq, par son fils permettent de mieux comprendre la genèse de l’œuvre.

2 L’ordonnance de Montils-les-Tours (1454) pousse les provinces du nord, de droit coutumier, à rédiger leurs coutumes. C’est chose faite en Marche en 1521. Document édité par Couturier de Fournouë en 1744, disponible en ligne, http://www.ssnah23.org/enligne.php

3 La moyenne des précipitations annuelles est de 900 à 1000 mm, avec des variations en fonction de l’altitude, frôlant parfois les 800 m.

4 La noblesse de Haute-Marche a deux visages : d’abord des anciens lignages conservateurs, ensuite quelques cas de familles récentes dynamiques, liées à la famille de Bourbon : les Saint-Avit, Piédieu de Sainte-Feyre, Barton, Foucaud sont les plus actifs en terme de réorganisation des seigneuries.

5 Une centaine de registres est conservée aux Arch. départ. Creuse et Haute-Vienne. Ce sont des documents seigneuriaux biaisés et nécessitant une approche très critique, d’autant plus que la mesure des superficies agraires reste très imparfaite dans la région, tout comme le vocabulaire notarial transcrivant en français des aveux faits en langue limousine.

6 A. Thomas (éd.), « Plumitif d’audience de la sénéchaussée de la Marche, 1462 », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, t. VII, 1891, p. 219. Les multiples procédures des moines de Grand-Bourg-de-Salagnac contre la population du lieu sont un autre exemple de tensions typiques : Arch. départ. Haute-Vienne, G 111 (1496) et 3 G 299 (1489).

7 Les redevances serviles en Haute-Marche sont la taille à trois termes, la quête aux quatre cas, le cens, la vinade, les droits de souche ou de bois, les arbans et corvées.

8 Terre, pièce, labours, couture.

9 Le rapport francs / serfs connaît de très fortes variations d’un village à l’autre. La moyenne s’établit à deux tiers de tenanciers libres et un tiers de tenanciers mor

10 L’ordre de grandeur à retenir est de 3 hectares, auxquels s’ajoutent les communaux.

11 À la même période les seigneurs utilisent aussi l’élevage du bovin d’étable et du mouton de lande pour rentabiliser leurs patrimoines. Parallèlement, l’artisanat textile se développe dans la haute vallée de la Creuse, sur le piémont du plateau. C’est ainsi que se structurent les activités liées à la tapisserie à Felletin et Aubusson.

12 Docteur Louis Merle, La Métairie et l’Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, 1958.

13 Le Masgelier, château et seigneurie, comm. de Grand-Bourg, arr. de Guéret, Creuse. Arch. départ. Creuse E 364, 1489, Terrier du Masgelier.

14 La Bussière, château et seigneurie, comm. de Saint-Loup, cant. de Chambon-sur-Voueize, arr. d’Aubusson, Creuse. Arch. départ. Creuse 2 E 13, 1504, Terrier de la Bussière.

15 Les communaux ne sont jamais mesurés et décrits avec soin, puisqu’ils échappent à l’aveu. Par recoupement et comparaison avec la situation à la fin de l’époque moderne on peut avancer que ces pâtures représentent environ 25 % des finages, avec de fortes disparités, particulièrement dans les zones d’altitude : dans la montagne les landes communes occupent plus de 50 % des terroirs.

16 Ainsi, dans le terrier de la Villeneuve, comm. de Vallière, cant. de Felletin, arr. d’Aubusson (Arch. départ. Creuse E 23,) une frérèche de six hommes avoue détenir 20 sétérées de « terres ouvertes », 10 journaux de prés et 60 sétérées de « terres froides et paschiers » : le rapport labours/herbages est au bénéfice de l’herbe, alors que les emblavures sont spécifiquement ouvertes.

17 L’Âge-au-Seigneur et L’Âge-au-fils, comm. de Grand-Bourg, arr. de Guéret.

18 Louis Guibert (ed.) Nouveau recueil de registres domestiques limousins et marchois, Limoges, 1895, p. 155-197, 303-316.

19 On dispose de deux exemples de bornages sans haie dans le terrier de Saint-Avit, cant. de Saint-Sulpice-les-Champs, arr. d’Aubusson (Arch. départ. Creuse, 7 J 288, 1504, f° 142). Voici à Chadiéras, une exploitation franche, en frérèche avec deux membres absents : sont-ils partis maçonner ? Cette frérèche est décrite par son pourtour « à frapper à un bois nommé de la Côte Gaillard [de là jusqu’à] aller frapper au bois de Fontaneix [puis jusqu’au] pastural d’Anthoine Grand [et de là] le long des vergnes jusqu’à la pierre du Pouzadour et d’icelle pierre allant le long de la goutte sous la vergne ». Dans le même terrier on signale une autre frérèche avec des membres absents : f° 143 « Le bois de la Peyre […] bois du Pradeau […] las Brossas […] la peyre du Nallet et de là allant à une peyre… de Brugeau […] la peyre de las champs ».

20 Plumitif d’audience…

21 Abdon-René Couturier de Fournouë (éd.) Coutumier de la province de la Marche…

22 Plumitif d’audience…, : Déclaration no 17 « […] sur ce que disoit ledit demandeur que lui estant en possession de la moitié d’un pré lesdits deffendeurs estoient venus audit pré, passé par icelui en beufz et charrete, et alant de mal en pis, ledit Pierre lui avoit couru sus en ung pal et led Marçau lui avoit rompu sa clouson »

23 Plumitif d’audience…, no 65 « […] menoient quatre charretées de foin près de Linars au grant chamy alant de Feletin à la Courtine, aux demandes dudit Coulhon, à la chastellenie simplement, sur ce que enmenoient son foin, et ce il feist, presens Durand de Linars, Jehan Petit du Ponsvielh, Tardeyron du Mazel, Jacques de Linars. » NO 66 : « […] disoient lesdits demandeurs que lesdits deffendeurs et autres leurs alliés et complices s’en estoient venus en ung pré dudit Coulhon […] le foulchèrent, pristrent et emportarent le foin, environ quatre charretées et qu’en chargeant ledit foin avoient prins ledit Coulhon, l’avoient lié et l’avoient mené certain chamy et en avoient mené ledit foin au Theil. »

24 Plumitif d’audience…, Déclarations no 25, 33, 41, 46. Le même document signale aussi des usurpations de communaux (no 18) et du fumier d’étable qui envahit l’espace public (no 51)

25 Coutume de la Marche…

26 Idem, XXIX art. 346 : « [pour les bêtes prises en vaine pâture dans les] garennes ou autres héritages, n’y a point d’amende à la Justice, s’il n’y a main mise, brandons, précédens ou garde faite […] Tous prez clos sont défensables en tous temps tant & si longuement que l’on les tient clos : mais quand ils ne sont clos, ne sont défensables depuis la saint Martin d’hiver jusqu’à my mars en suivant. » L’article 355 ajoute : « Es lieux & champs non cultivés, jaçoit qu’ils soient propres à chacun, comme chaumes, bruyères, restoubles & autres semblables qui ne sont clos, sy eschet prises de bêtes entre ceux d’un même village & marchage ; mais sy fait bien ès plants & buissons vifs servans à clôture de pres & terres quand les chevres, bœufs ou vaches y sont trouvez pour en avoir la méfaite coutumière ou le dommage donné »

27 Idem, p. 57, article 89.

28 Arch. départ. Creuse : terriers de Glénic E 636 (1512), Saint-Fiel 10 F 124 (1518), Anzême 2 E 16 (1583).

29 A Bonnat, Genouillat ou encore Guéret, les redevances font la part belle à l’avoine : est-ce le reflet proportionnel de leur capacité de production ou simplement une adaptation aux exigences des seigneurs ?

30 Toutes les parcelles sont mesurées grossièrement en sétérées. Seuls les prés sont évalués en charge de travail : « journaux », « charges », « promesses de fauche », « juilhade » (joug). Ceci peut laisser supposer que les autres parcelles peuvent se substituer les unes aux autres, une sétérée de labours pouvant devenir une sétérée de pâture. Les prés semblent à part, fixés et mesurés selon un système lié à la production de fourrage.

31 Nicolas Vatin, « Pratiques agricoles en Limousin à la fin du xve siècle, une source ottomane », Histoire et Sociétés rurales, no 3, 1995, p. 261-270.

32 Didier Delhoume, Le turc et le chevalier, Limoges, 2004.

33 Arch. départ. Creuse, 7 J 288, terrier de Saint-Avit, 1504, f° 142 (Chadiéras) et f° 143 (Sardent).

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search