Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Élevage, prés et pâturage dans le comté de Flandre au Moyen Âge et au début des Temps modernes

Les liens avec l’économie rurale régionale

Erik Thoen et Tim Soens

Texte intégral

  • 1 Les synthèses générales de l’histoire rurale en Flandre ne prêtent qu’une attention limitée à l’éle (...)
  • 2 E. Thoen, « The birth of Flemish husbandry », dans G. Astill, J. Langdon (éd.), Medieval farming an (...)

1L’histoire de l’élevage, des prés et du pâturage est très mal connue pour l’ancien comté de Flandre. Mis à part l’œuvre d’Adriaan Verhulst pour le Haut Moyen Âge et le Moyen Âge Classique, et de quelques études pour le xviiie siècle, bien des recherches restent à faire1. Cela s’explique par les difficultés que rencontre une investigation ayant directement pour but l’élevage ou le pâturage en Flandre – difficultés qui sont liées à la nature même et la spécificité de l’agriculture flamande pendant la période étudiée. Dans l’agriculture flamande de l’Ancien Régime, l’agriculture mixte a longtemps dominé le paysage rural. Il y avait très peu d’exploitations agricoles qui étaient destinées exclusivement à l’élevage, mis à part peutêtre l’élevage extensif de moutons sur les prés salés bordant la mer, et dont l’importance diminuait progressivement lors de l’endiguement définitif de la plaine maritime. Pour la plupart des producteurs flamands, l’élevage et la céréaliculture étaient en effet tous les deux indispensables. Mais comme les exploitations agricoles étaient en grande partie d’envergure très modeste, il leur était impossible de convertir une partie suffisante de leurs terres en prés permanents. Il en résultait un système spécifique de « prés arables » (dries) : sur une partie de la superficie agricole, céréaliculture et élevage alternaient sur les mêmes parcelles, permettant aux producteurs d’adapter leur production à la conjoncture économique et aux besoins du moment, et de plus de réduire ou même d’éliminer la jachère. Bien que le succès des prés arables en Flandre soit connu dans la littérature scientifique, il reste difficile d’expliquer sa nature exacte, sa chronologie et sa diffusion qui divergeaient considérablement dans les différentes parties de l’ancien comté de Flandre2.

2À notre avis, seule une étude intégrant l’élevage et l’usage du sol dans l’ensemble des structures et de l’évolution régionale de l’agriculture peut accroître notre connaissance des problèmes liés à la diffusion du pré arable et à l’importance variable du bétail dans l’agriculture. La façon dont l’homme a organisé son cheptel et le pâturage dans une certaine région dépendait largement des relations sociales des paysans entre eux, et entre les paysans d’une part et les seigneurs d’autre part – bref, de l’évolution de ce qu’on appelle « l’agro-système social ». Dans ce qui suit, nous discuterons d’abord les caractéristiques principales des deux grands agro-systèmes sociaux qui existent en Flandre à partir du Moyen Âge, notamment la Flandre maritime d’une part et la Flandre intérieure de l’autre. Ensuite nous présenterons les résultats de quelques enquêtes récentes et en partie inédites concernant l’élevage et le pâturage au Moyen Âge et au début des Temps Modernes, mettant en évidence les liens entre l’organisation du cheptel et du pâturage en Flandre et l’évolution de ces deux agro-systèmes sociaux.

Les « agro-systèmes sociaux » en Flandre

  • 3 E. Thoen, « “Social agrosystems” as an economic concept to explain regional differences. An essay t (...)

3Il n’existait pas une seule économie rurale en Flandre. Du moins à certaines périodes, diverses régions ont connu une évolution économique différente, voire même divergente. Il est alors logique que l’élevage et le pâturage aient connu eux aussi une évolution tout à fait différente selon les régions. Nous pensons et nous savons que l’économie rurale du Moyen Âge et de l’Ancien Régime était déterminée par des liens sociaux historiques qui divergeaient, de façon structurelle, selon la région. Dès les années 1980, des historiens et des agronomes ont utilisé le concept d’« agro-système » (en anglais, agro-system, en allemand, Betriefssysteme) pour déterminer les traits particuliers de l’agriculture dans les diverses régions. Néanmoins, ce concept renvoie surtout aux différences régionales techniques et agronomiques et n’a que peu à faire avec les différences dans l’organisation de la société. C’est pour cette raison que nous avons introduit le concept d’« agro-système social » (en anglais : social agro-systems3). Selon notre définition, un agro-système social est l’organisation rurale basée sur des relations sociales spécifiques qui déterminent les modes de production et de développement dans une région (plus ou moins bien) définie. Le concept renvoie donc surtout aux différences régionales des structures sociales. Autrement dit, un agro-système social essaie d’évaluer le mode d’organisation sociale de la production agraire sur le plan régional. Dans l’ensemble des éléments qui influencent cette organisation sociale, les conditions pédologiques et la technologie jouent certainement un rôle non négligeable, bien que d’autres éléments comme les structures de la propriété et du pouvoir, les rapports de travail et les stratégies économiques des paysans et des seigneurs, soient considérés comme plus importants.

I. Pédologie et environnement *
1 - pédologie et environnement physique
2 - environnement culturel
II. Relations sociales de propriété et structures du pouvoir **
1 - (division des) droits de propriété et du pouvoir politique entre seigneurs et paysans (y inclus l’accès aux terres communes)
2 - droits de propriété et du pouvoir politique dans les communautés paysannes
III. L’étendue des exploitations comme indicateur important de la division sociale de la prospérité*/**
IV. Rapports de travail et stratégies (paysannes) de revenus **
1 - organisation du travail
2 - revenus des paysans en relation avec la commercialisation et l’accès aux marchés
3 - investissements et prélèvements extra-économiques des seigneurs et de l’ État
4 - stratégies réduisant les risques versus stratégies augmentant les risques
5 - stratégies liées au cycle de vie des familles paysannes (et leurs conséquences démographiques)
V. Technologie agricole*
VI. Liens avec des agro-systèmes sociaux d’autres régions*/**

  • 4 Thoen, « Social agro-systems… », p. 48.

Figure 1. Éléments-clé caractérisant l’agro-système social d’une région4

4Pour notre étude de l’élevage et du pâturage, l’utilisation de l’agrosystème social en tant que cadre référentiel a des implications importantes, surtout en ce qui concerne les délimitations chronologiques et géographiques de cette contribution. Pour ce qui est de la chronologie, il est nécessaire d’adopter une approche sur la longue durée, remontant aux premiers siècles suivant le défrichement initial, quand les particularités originales de l’agro-système social se sont fixées. Bien qu’on doive tenir compte du dynamisme des agro-systèmes sociaux, la connaissance de cette situation initiale est indispensable pour expliquer les possibilités de développement économique durant les siècles qui suivent. D’autre part, les limites géographiques des agro-systèmes sociaux sont plus influencées par la diffusion d’une certaine organisation sociale que par des frontières administratives, pédologiques ou naturelles. Il s’en suit que seule une approche locale et en même temps comparative peut révéler des traits communs ou différents entre les régions au sein d’une seule principauté d’Ancien Régime, et en dépassant les frontières de celle-ci.

Élevage et pâturage en Flandre au haut Moyen Âge et au Moyen Âge classique

  • 5 P. Tombeur, Ph. Demonty, W. Prevenier e.a. Thesaurus Diplomaticus, Turnhout, 1997.
  • 6 E. Van de Walle, De nutrimentis animalium vestrorum. Kwantitatieve inschatting van het « relatieve (...)

5Par manque de documents, notre connaissance est évidemment limitée pour la période antérieure à la fin du xiie siècle. Pourtant la compilation récente d’une banque de données rassemblant tous les textes diplomatiques concernant les Pays-Bas Méridionaux antérieurs à 1200 – le Thesaurus Diplomaticus5 – permet d’obtenir pour la première fois une vue d’ensemble de l’importance du bétail dans le premier Moyen Âge. Bien que la qualité des sources soit extrêmement variable et leur tradition souvent lacunaire, une quantification prudente des textes faisant mention d’animaux domestiques, de bétail ou du pâturage, nous fournit une indication sur l’importance relative du porc, des bovins et des moutons en Flandre entre 850 et 12006. Remarquons déjà la divergence entre la plaine maritime et la région sablonneuse de la Flandre intérieure.

Figure 2. Importance relative des bovins, des moutons et des porcs en Flandre maritime dans des textes diplomatiques entre 850 et 1200 (d’après E. Van de Walle, De nutrimentis…, p. 150 et annexe 6)

Figure 3. Importance relative des bovins, des moutons et des porcs en Flandre intérieure dans des textes diplomatiques entre 850 et 1200 (d’après E. Van de Walle, De nutrimentis…, p. 150 et annexe 6)

  • 7 A. Verhulst, « Sheep-breeding and wool production in pre-thirteenth century Flanders and their cont (...)
  • 8 A. Ervynck, « The economy of food in medieval towns : getting rid of the simple explanations », dan (...)
  • 9 G. Tack, M. Henmy, « Historical ecology of woodlands in Flanders », dans K.J. Kirkby, Ch. Watkins ( (...)

6En Flandre maritime, l’élevage essentiellement des moutons semble avoir connu une hausse remarquable dès la deuxième moitié du xe siècle. Face à la grande importance de cet élevage jusqu’à la fin du xie siècle, les mentions de porcs et de bovins restent relativement limitées. Apparemment, la plaine maritime avant 1100, avec sa multitude de terres marécageuses – « lais » à la végétation saline et aussi tourbières – et sa crête de dunes, se montrait très utile au pâturage de moutons. Aux ixe et xe siècles, de nombreuses abbayes, même très éloignées de la plaine maritime, étaient dotées, dans cette région, des fameux marisici – pâturages avec une capacité moyenne de 80 à 130 moutons7. Dans la Flandre intérieure, dès la même période, l’élevage de porcs a connu un succès relatif, ce qui est d’ailleurs conforté par les recherches archéo-zoologiques8. Les porcs étaient élevés en assez grands troupeaux dans les bois, de manière commerciale, et ils étaient encore à cette époque nombreux dans la Flandre intérieure9. D’autre part, les vallées des rivières – l’Escaut, la Lys – et des ruisseaux donnaient sans doute naissance à des prairies de fauche naturelles, inondées pendant l’hiver, qui étaient utiles à l’élevage de veaux et de bœufs par un nourrissage à l’étable. Contrairement aux troupeaux de porcs dans les bois, les bovins ne semblaient pas avoir été commercialisés à grande échelle. Nous pensons plutôt que ces prairies de fauche étaient avant tout intégrées dans l’économie de survie de petites exploitations – une économie qui devenait de plus en plus importante en Flandre intérieure.

  • 10 Verhulst, « Sheep-breeding… », p. 34 et idem, « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre l (...)
  • 11 Le plus récemment : J.P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Eu (...)

7Du xe au xiie siècle, les moutons en Flandre maritime et – à un degré moindre – les porcs en Flandre intérieure faisaient partie de réseaux commerciaux importants. Ce succès commercial est évidemment lié à l’essor des villes pendant cette période. Pourtant cette commercialisation rurale ne se compare pas avec la transformation lente vers une économie capitaliste au bas Moyen Âge et aux Temps Modernes. La commercialisation des porcs et des moutons avant 1200 était surtout une initiative « élitaire », animée par des abbayes et des familles aristocratiques, avec un rôle important dévolu au comte de Flandre lui-même, et qui profitait de l’essor des villes tout en stimulant cette dynamique urbaine. La laine des moutons sur les marisici ecclésiastiques et nobles était d’abord et surtout traitée et tissée sur place, mais, à partir du xe siècle, la matière première a été de plus en plus transportée vers les cités et commercialisée là. Cette évolution se fit d’une part directement grâce aux grands propriétaires, de l’autre grâce à leurs tenanciers dont les charges financières étaient de plus en plus converties en argent, et qui de cette façon étaient incités à commercialiser au moins une partie de leur production10. Dans un certain sens, ce type de commercialisation prolonge les transports et les échanges sur de longues distances, entamés par les monastères carolingiens et qui assuraient la couverture des besoins de consommation des élites aristocratiques, monastiques et même « étatiques », dans un système domanial. Ces besoins donnaient naissance eux aussi à des marchés locaux ou régionaux, comme en témoignent brillamment les études récentes de Jean-Pierre Devroey11. L’agro-système social de cette époque se caractérise par une orientation partielle vers la commercialisation. Ce n’était pas les paysans eux-mêmes qui se dirigeaient vers les marchés et le commerce, mais les élites qui stimulaient – entre autres au moyen des redevances dues par les paysans – une spécialisation (limitée) vers des produits commercialisables. L’organisation du commerce restait en large partie aux mains des élites elles-mêmes.

  • 12 E. Thoen, « Le démarrage économique de la Flandre au Moyen Âge : le rôle de la campagne et des stru (...)

8Au début des années 1990, en étudiant le plus ancien compte des comtes de Flandre de 1187, Erik Thoen a lancé l’hypothèse qu’au cours des xe et xie siècles, la Flandre a pu devenir la région la plus urbanisée de l’Europe grâce à une sorte d’écosystème rural macro-économique, avec une spécialisation régionale précoce, produisant tous les produits nécessaires à l’urbanisation12. Cette spécialisation était provoquée par les élites sur leurs domaines, par le comte de Flandre lui-même comme acteur principal. Il est clair que l’élevage des moutons et la production de laine ainsi que celui des porcs a joué un rôle important dans ce processus.

Figure 4. Produits agraires probablement exportés vers les villes du comté de Flandre (xie-xiie siècles) (B = céréales panifiables ; T = tourbe ; E = produits de l’élevage de moutons et de veaux ; A = avoine/bière ; S = sel ; P = porc). (Source : E. Thoen, « Le démarrage économique… », p. 178)

9Faute de sources, les activités commerciales des exploitants eux-mêmes et surtout des petits et moyens exploitants restent mal connues. Probablement étaient-elles encore restreintes. Les paysans recherchaient essentiellement la survie de leur famille, en produisant eux-mêmes tout ce qui était nécessaire dans ce sens. À cette époque, ce type de stratégie économique non commerciale était encore réalisable, grâce à l’existence de terres communes et de structures de solidarité entre paysans, quoique ces terres communes ainsi que les solidarités rurales soient de plus en plus érodées à cause des défrichements progressifs des forêts et terrains « vagues ». Néanmoins, il est probable que ces deux agro-systèmes – une économie commerciale élitaire et une économie de survie paysanne, fonctionnaient plus ou moins parallèlement. Entre les différentes régions – la Flandre maritime et la Flandre intérieure – il y avait déjà des divergences de spécialisation agraire, les moutons en Flandre maritime et les porcs en Flandre intérieure, mais il n’y avait pas encore deux agro-systèmes sociaux séparés géographiquement.

Les XIIe et XIIIe siècles. L’essor de nouveaux agro-systèmes sociaux

  • 13 C’est le fameux « retrait » de l’agriculture des propriétaires ecclésiastiques et de la noblesse, e (...)
  • 14 D. Tys, « De heffing van het superaratum in Vrancx ambacht (gemeente Middelkerke) : de betekenis va (...)
  • 15 Verhulst, « Sheep-breeding… », p. 35-36 ; A. Verhulst, « The alleged poverty of the Flemish rural e (...)
  • 16 Thoen et Soens, « The origins… ».

10Aux xiie et xiiie siècles, les structures de l’économie rurale ont profondément changé, avec de lourdes conséquences pour l’élevage. L’agro-système qu’on a appelé « économie commerciale des élites » était en déclin dans la Flandre entière ainsi que dans beaucoup d’autres régions de l’Europe. Mis à part quelques ordres religieux comme les cisterciens, l’élite se retirait de plus en plus de la commercialisation directe de la production agricole de ses domaines – une tendance qui s’intensifia encore durant les siècles suivants13. Dans la région maritime, la production de la laine n’était plus concurrentielle avec celle de l’Angleterre et l’on se tournait de plus en plus vers la culture des céréales. Depuis la première moitié du xiie siècle sans doute, le comte de Flandre levait sur ses domaines maritimes une taxe appelée superaratum frappant des terres, probablement surtout des anciens pâturages, qui étaient convertis en terre arable14. Comme la céréaliculture était difficile sur des terres inondables ou des tourbières, cette réorientation agraire nécessitait une intensification des endiguements, limitant la présence de pâturages salés. Au xiie siècle, le nombre de troupeaux de moutons dans la plaine maritime fût clairement réduit : aux environs de Bruges la dernière mention assurée d’un troupeau de moutons date déjà de 1089, bien que dans l’estuaire de l’Yser situé dans la partie occidentale de la Flandre maritime (région de Furnes et Bergues-Saint-Winnoc) ainsi que dans la Flandre Zélandaise, ils sont encore attestés au xiie siècle15. La croissance démographique et la subdivision des exploitations qui en résultait, orientaient de plus en plus l’économie locale dans la plaine maritime vers une économie de survie16.

  • 17 D. Nicholas, Town and countryside : social, economic and political tensions in fourteenthcentury Fl (...)
  • 18 A. Verhulst, « La laine indigene… », p. 289-290 ; et idem, « De evolutie en de betekenis… », p. 468 (...)

11Une évolution identique, mais encore plus prononcée, se produisait en Flandre intérieure. Dans les deux régions, la survie des petites exploitations était soutenue par la complémentarité d’une majorité de petites exploitations avec une minorité de grandes exploitations, remontant aux anciennes « réserves » domaniales ou bien en possession d’une nouvelle élite urbaine. Avec un nombre croissant d’exploitations n’excédant plus les deux hectares, beaucoup de paysans devaient chercher un emploi supplémentaire. Aussi, les paysans profitaient de l’omniprésence des marchés ruraux et urbains et s’engageaient dans des activités proto-industrielles ou para-agraires ; l’industrie du textile en Flandre intérieure, la saliculture, l’extraction de la tourbe et la pêche en Flandre maritime17. Tenant compte de l’expansion de la céréaliculture et du déclin des terres communales, il est probable – bien que difficile à prouver – que l’importance de l’élevage dans cette période soit en baisse. Dans quelques micro-régions seulement, par exemple en Tournaisis, des conditions géographiques favorables et une forte demande urbaine – notamment des industries drapières de Lille, Valenciennes, Ath et Tournai – ont favorisé une expansion de l’élevage commercial au xiiie siècle et l’apparition d’innovations sur le plan institutionnel, comme l’introduction du bail à cheptel18.

Du bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime

  • 19 Thoen, « A medieval commercial survival economy… » et F. Mendels, « Agriculture and peasant industr (...)
  • 20 Thoen, « The birth of Flemish husbandry… ».

12Dès la fin du « long xiiie siècle » les différences entre la Flandre intérieure et la Flandre maritime se prononçaient : deux agro-systèmes sociaux clairement différents étaient en train de se développer dans les deux régions Il en résultait une évolution divergente de l’élevage et du pâturage. En Flandre intérieure, une économie rurale de survie se développait. Les structures du pouvoir et de la propriété stimulaient une division extrême des exploitations. Par une politique de défrichement intensif commencée dans la phase précédente, les terres communes y avaient presque totalement disparu. Les efforts de survie ont dirigé les paysans vers les marchés et ont encouragé des activités proto-industrielles (fabrication de draps de laine d’abord, surtout de lin après) dont l’importance ne fit qu’augmenter jusqu’au xviiie siècle19. L’agro-système social qui en résultait intégrait les marchés dans les mécanismes de survie, et peut donc être qualifié comme une « économie de survie commerciale ». La majorité des exploitations étant trop petite, il y avait dans cette région un surplus constant de travail, résultant d’une agriculture mixte qui se caractérisait par une productivité physique élevée mais en même temps par une productivité de travail réduite. Dans cette économie de survie commerciale, la céréaliculture était primordiale à cause de la disponibilité limitée en terres cultivables. Néanmoins, pour la plupart des paysans, le bétail était également indispensable pour une double raison : les bêtes élevées devaient satisfaire le besoin en alimentation (lait, beurre…), mais aussi en engrais pour les terres arables. Grâce à ces engrais et à ce système de culture intensive, ces terres arables produisaient des rendements très élevés – le fameux Flemish Husbandry20. Ce système était perfectionné par les micro-exploitations. Une enquête menée à partir des inventaires après décès pour la région d’Audenarde nous montre que dans la première moitié du xvie siècle c’étaient les exploitations les plus petites qui avaient la proportion de bétail la plus élevée.

Figure 5. Unités de Gros Bétail par hectare en Flandre intérieure (région d’Audenarde) (Source : Inventaires après décès, Thoen, Landbouwekonomie en bevolking… [voir note 34], II, p. 801)

13Néanmoins, même avec cette présence de bétail, et même en utilisant tout l’engrais disponible, d’origine humaine ou animale, les petits cultivateurs flamands des xve et xvie siècles restaient incapables de fumer leurs terres chaque année. Dans la même région d’Audenarde, on constate même une augmentation des parcelles non fumées au xvie siècle, probablement causée par une expansion progressive des terres arables au détriment des prairies. En Flandre intérieure comme ailleurs en Europe, le manque d’engrais se présentait donc toujours comme un obstacle majeur dans l’agriculture de l’Ancien Régime.

Nombre de parcelles fumées

Nombre de parcelles non fumées

1495-1519

71 %

29 %

1541-1550

59 %

41 %

Figure 6. Parcelles fumées et non-fumées en Flandre intérieure (région d’Audenarde) (Source : Inventaires après décès, Thoen, Landbouwekonomie en bevolking…, II, p. 801)

  • 21 E. Thoen, « Die Koppelwirtschaft im Flämischen Ackerbau vom Hochmittelalter bis zum 16. Jahrhundert (...)
  • 22 Thoen, « Die Koppelwirtschaft » et idem, « Dries versus Kouter », p. 78-86 : un texte de l’abbaye S (...)

14Ce manque d’engrais est également mis en relation avec un autre phénomène caractérisant l’économie rurale de la Flandre intérieure : les prés arables. Avec la pression démographique accrue et la disparition des terres communes, les petits paysans étaient forcés de cultiver aussi des terres moins fertiles et plus humides, précédemment utilisées pour laisser pâturer le bétail. C’est sur ces terres marginales que les paysans ont probablement introduit le pré arable (latin : Pratum arabile ; néerlandais : Dries ; anglais : up and down husbandry ou convertible husbandry), une sorte de culture temporaire que nous avons étudiée dans d’autres articles21. Les prés arables étaient des parcelles de terre qui étaient successivement pâturées et labourées pendant des périodes variables. Pendant quelques années, le bétail pâturait sur les mauvaises herbes – et de cette façon apportait de l’engrais. Puis les terres étaient labourées à la charrue, et ensemencées, normalement d’abord en avoine. Mis à part quelques mentions incertaines de culture temporaire, le pré arable s’est surtout répandu au xiiie siècle, au moment où les terres fertiles étaient devenues rares22.

 % des terres en pré arable

 % blé après jachère

1397-1409

4,9

41

1410-1419

1

33

1420-1429

3,1

25

1430-1443

44

1460-1472

11,3

54

1562-1567

13,2

59

Figure 7. Pré arable sur des petites exploitations en Flandre intérieure, région d’Audenarde (Source : Inventaires après décès, Thoen, Landbouwekonomie en bevolking…, II, p. 747, 759)

15Soutenu par une augmentation ou une réduction temporaire de la jachère (Figure 7), le pré arable facilitait une adaptation flexible du rapport entre terre arable et pré aux vicissitudes de la conjoncture économique : au début du xve siècle par exemple, lors du démarrage économique après les dévastations de la rébellion gantoise de 1379 à 1385, la superficie de terres en pré arable ou en jachère était réduite. Par contre, une fois la conjoncture agraire renversée vers les années 1470, le phénomène inverse se produisit. Au milieu du xvie siècle, la pression démographique incitait les paysans à agrandir la superficie de terre arable en dehors des terres de culture traditionnelles, en appliquant le système du pré arable sur des terres marginales auparavant utilisées comme pâturage extensif. Ces terres marginales exigeaient également plus de jachère quand elles avaient été mises en culture. C’est pour cette raison que la jachère s’étendit à nouveau quand plus de terres furent cultivées, comme ce fut le cas au milieu du xvie siècle. En particulier dans l’« économie de survie commerciale » de la Flandre intérieure, le système de pré arable ou dries possédait un double avantage. Tout d’abord, il rendait possible une alternance de céréaliculture et d’élevage pratiqués sur les mêmes parcelles. Étant donné la rareté des terres et le caractère indispensable des deux activités pour la survie des familles paysannes, la combinaison des deux activités sur les mêmes parcelles était la stratégie la plus pertinente pour satisfaire les besoins des paysans. D’autre part, le pré arable donnait aux paysans pauvres la possibilité d’intégrer les terres moins fertiles – souvent plus humides, et situées en dehors des anciennes culturae – dans ces mêmes stratégies de survie. Bien que des prairies temporaires aient existé aussi dans d’autres régions, le succès du pré arable fut donc surtout lié au développement de l’« économie de survie commerciale » en Flandre intérieure.

  • 23 En général, citons T. Soens, « Explaining Deficiencies of water management in the late medieval Fle (...)
  • 24 B. Augustyn, « De evolutie van het duinecosysteem in Vlaanderen in de Middeleeuwen : antropogene fa (...)
  • 25 T. Soens, « Les tourbières disparues de Flandre. Histoire d’un milieu humide d’une grande richesse  (...)
  • 26 Citons aussi : G.J. Borger, « Naturkatastrophen und Naturrisiken im Rhein-Maasdelta in vorindustrie (...)
  • 27 M.K.E. Gottschalk, Stormvloeden en rivieroverstromingen in Nederland, 1971-1977.
  • 28 E. Thoen, « Social agro-systems… », p. 52-62 ; E. Thoen et T. Soens, « The family or the farm : a S (...)

16En Flandre maritime, à partir du bas Moyen Âge, un agro-système social tout différent de celui de l’intérieur du pays se développa. On l’a appelé une « économie commerciale des fermiers » en opposition avec l’économie commerciale des élites qui caractérisait cette région au Moyen Âge classique. À partir du xiiie siècle, les problèmes écologiques et économiques se multiplièrent23. Tout d’abord, un pâturage trop intensif provoqua une dégradation progressive des dunes, ce qui affaiblissait la protection naturelle contre la mer24. Puis, le drainage et l’exploitation systématique des tourbières comprimèrent les couches tourbeuses, et causèrent un abaissement du niveau du sol25. Ceci rendait la région plus difficile à drainer et plus susceptible de connaître des inondations marines. Paradoxalement, l’endiguement progressif de la plaine maritime n’avait pas annihilé le risque d’inondation, mais au contraire : la disparition des lais, le barrage des chenaux naturels et la canalisation des eaux entre des digues toujours plus hautes, rendait les hautes marées et les périodes de crue plus dangereuses26. Dès la fin du xiiie siècle, mais surtout du xive au xvie siècle, le nombre de grandes marées et d’inondations se multiplia27. Les problèmes économiques et sociaux y étaient clairement liés. Les coûts de l’aménagement des eaux augmentaient et, en plus, étaient progressivement monétarisés, au détriment des petits paysans indépendants. Une restructuration fondamentale de la propriété de la terre eut lieu : les petits paysans perdaient leurs droits de propriété en faveur d’institutions religieuses, de bourgeois, de fonctionnaires d’état, et d’un nombre limité de notables locaux. Le bail à ferme devint le mode d’exploitation dominant, permettant à nombre de paysans de continuer leur existence agraire, bien que privés de leurs droits de propriété. Les paysans non solvables étaient graduellement évincés, ce qui entraîna un processus de concentration vers des fermes toujours plus grandes. La compétition pour les fermages dirigeait les fermiers vers les marchés et les incitait à adopter des innovations augmentant la productivité du travail. L’économie rurale de la Flandre maritime devint une « économie commerciale28 ».

  • 29 Récemment l’augmentation de la consommation en viande à Bruges au bas Moyen Âge a été mise en évide (...)

17Cette évolution vers un agro-système commercial avait manifestement des conséquences sur l’élevage. Une hausse remarquable de la production de veaux et de bovins devint de plus en plus claire, ce qui est prouvé par les comptabilités de certaines exploitations directes et par des données paléobotaniques. Cette hausse s’expliquait en partie par la demande accrue de viande, surtout dans les villes29 ; en partie également dans les grandes fermes, par l’adaptation aux conditions naturelles de leurs terres dont l’humidité augmentait en général au fur et à mesure que les problèmes de drainage s’accumulaient. De plus, l’élevage commercial exigeait moins de travailleurs que la céréaliculture. Sa productivité en travail était de loin supérieure, ce qui convenait aux grands fermiers commerciaux. Il en résultait une hausse de l’importance du bétail et aussi des prés permanents dans la Flandre maritime à partir du bas Moyen Âge.

  • 30 Édition J. De Smet, Het memoriaal van Simon De Rikelike, vrijlaat te Sint-Pieters-op-dendijk 1323-1 (...)

18La figure 8 nous donne un aperçu du bétail d’un « gentilhomme-fermier » dans la plaine maritime, de la première moitié du xive siècle. Simon de Rikelike vivait près de Bruges, et nous a laissé une partie de son administration privée30. De 1325 à 1334 on remarque déjà le début des changements : en 1334 son cheptel comptait déjà 38 vaches et veaux, presque le double des années précédentes. Le nombre de bœufs et de taureaux était aussi en hausse. D’autre part, l’importance des moutons était limitée. Dans cette grande exploitation de la plaine maritime flamande, on préférait l’élevage bovin.

Figure 8. Ensemencement et bétail sur le domaine de Simon de Rikelike (Flandre maritime, environs de Bruges)
(Source : De Smet, Het Memoriaal…)

  • 31 W.H. TeBrake, A plague of insurrection. Popular politics and peasant revolt in Flanders, 1323-1328,(...)
  • 32 Édité par H. Pirenne, Le soulèvement de la Flandre maritime de 1323-1328. Documents inédits publiés (...)
  • 33 Cette grande ferme, longtemps exploitée en régie directe par les frères de l’hospice Saint-Jean, a (...)
  • 34 Pour calculer les Unités Gros Bétail (UGB) ou « animal ratio » nous utilisons la méthode développée (...)

19Évidemment, la comptabilité privée de ce Simon de Rikelike est très partielle. De plus, elle se situe dans des années extrêmement tumultueuses avec la grande révolte paysanne de 1323 à 1328 qui a dévasté la plaine maritime31. Les graves problèmes économiques de nombreux paysans libres de la plaine maritime, qui ont suscité, à notre avis, ou au moins aggravé cette révolte et dont témoignent les dossiers de confiscations rédigés après la répression finale du soulèvement paysan32, ont accéléré le déclin relatif de la céréaliculture dans cette région et la réorientation vers un élevage commercial et plus extensif. Sur les grandes fermes, qui se multipliaient à partir du bas Moyen Âge au détriment des petites exploitations paysannes, l’élevage gagnait de l’importance. La figure 9 nous montre l’importance relative de l’élevage et de la céréaliculture d’une grande exploitation de 200 à 240 hectares située à Zuienkerke à l’ouest de Bruges33, et propriété de l’hospice Saint-Jean de cette même ville. Exprimée en Unités Gros Bétail34, l’importance accrue du bétail au bas Moyen Âge est clairement mise en évidence :

Figure 9 : Rapport entre terre arable et cheptel (exprimé en Unités Gros Bétail) dans une grande exploitation en Flandre maritime : la ferme Scueringhe de l’hospice Saint-Jean à Bruges (Zuinkerke, 1300-1454) (estimations des auteurs, à partir de Mertens, De laat-middeleeuwse landbouweconomie…, p. 137-144, p. 175-180)

20Une augmentation des Unités Gros Bétail par hectare s’aperçoit déjà au milieu du xive siècle. Néanmoins la grande révolte dite Gantoise de 1379 à 1385, a provoqué une chute temporaire du bétail : le nombre de chevaux par exemple était tombé de 31 en 1375 à 17 dix années plus tard. Le nombre de vaches diminua de 52 à 34. Puis, à partir du premier quart du xve siècle, la hausse fut indéniable. De plus, il y avait une divergence notable entre les différents types d’animaux. Le nombre de bovins (les veaux inclus) passait d’une centaine dans la première moitié du xive siècle à 153 en 1425. La production s’orientait aussi davantage vers la viande : le nombre de vaches laitières (environ 60 au milieu du xive siècle) restait, lui, assez stable. Cette demande accrue de viande explique peut-être aussi la hausse temporaire du nombre de cochons dans les années 1420. Pendant quelques années, 100 à 120 cochons étaient élevés à Scueringhe. Par contre, remarquons que le nombre de chevaux – indispensables surtout à la céréaliculture – était légèrement en déclin : dans la première moitié du xve siècle, il se situait entre 20 et 30 unités contre 30 à 50 au xive siècle Malgré des perturbations temporaires, la tendance générale était claire : l’importance du bétail augmentait, et cette évolution continuait au xvie siècle. À cette époque, on ne dispose plus de chiffres exacts pour le bétail. Par contre, une estimation du rapport entre terres arables et prairies (temporaires ou permanentes) nous montre une réduction importante des terres arables au milieu du xvie siècle.

  • 35 Lindemans, Geschiedenis van de landbouw…, II, p. 432-433.
  • 36 Archives de l’État à Bruges, Oud Kerkarchief, 418 (comptes des années 1528-29 ; 1529-30 ; 1538-39 ; (...)
  • 37 W.M. Gijsbers, Kapitale ossen : de internationale handel in slachtvee in Noordwest-Europa (1300-175 (...)
  • 38 Lindemans, Geschiedenis van de landbouw…, p. 386.

21Entre 1454 et 1547, une partie non négligeable des terres arables a été convertie en prairies. À partir du xvie siècle, l’engraissement des bœufs connut de plus en plus de succès, le long des rivières comme l’Escaut et la Lys, en Flandre intérieure35, mais aussi dans la plaine maritime. Par exemple à Moerkerke, à l’est de Bruges, une ferme d’environ 90 hectares, adjointe à un monastère de sœurs augustiniennes – Sarepta – comptait une quarantaine de bœufs dans la première moitié du xvie siècle. Une fois engraissés, la moitié des animaux était vendue, l’autre moitié étant destinée à la consommation des sœurs et du personnel. Ajoutée à la vente de bois et de tissus, la commercialisation du bétail – à côté des bœufs il y avait aussi des vaches, des moutons et des cochons – fournissait une partie importante des revenus du monastère. Par contre, la céréaliculture pratiquée sur la ferme se limitait à l’autoconsommation36. Il n’est pas impossible que l’élevage commercial de bœufs dans la plaine maritime flamande du xvie siècle fût lié au trafic international de jeunes animaux, importés de l’Europe du Nord, comme c’était le cas en Hollande37. En tout cas, l’agro-système commercial de la plaine maritime favorisait toujours plus l’élevage – un secteur agricole qui était gros consommateur de capital, mais beaucoup moins de main-d’œuvre. À l’époque moderne, il s’opérait même une certaine spécialisation au sein de la plaine maritime, avec la petite ville de Dixmude bordant l’Yser, comme marché important de produits laitiers et qui exportait le beurre jusqu’à Paris et Londres38. Seule la présence d’eau salée dans le sous-sol déterminait une limitation écologique dans certaines parties de la Flandre maritime : des couches de tourbes salées à faible profondeur gênaient l’élevage en limitant la profondeur des puits d’eau qu’on pouvait y creuser. Dans ces parties de la plaine maritime où les prairies permanentes ne suffisaient pas à l’élevage, il y avait aussi le dries ou pré arable. Dès le bas Moyen Âge, ce système de culture temporaire est devenu très populaire dans la plaine maritime aussi, non pas, comme en Flandre intérieure en tant qu’élément d’intensification des terres marginales, mais bien pour maximiser l’élevage et pour faire baisser les coûts de travail.

Superficie (hectare)

Arable (hectare)

Arable ( % du total)

1300

242,4

164,9

68,0

1333

244,2

163,4

66,9

1358

242,0

160,2

66,2

1365

242,0

160,2

66,2

1375

226,2

161,5

71,4

1385

226,2

157,0

69,4

1395

220,0

149,6

68,0

1405

220,0

148,3

67,4

1415

220,0

144,3

65,6

1425

220,0

148,3

67,4

1435

220,0

150,5

68,4

1445

220,0

155,3

70,6

1454

220,0

128,9

58,6

1543

199,8

84,1

42,1

1546

199,8

65,3

32,7

1547

199,8

68,5

34,3

Figure 10 : Usage du sol dans une grande exploitation en Flandre maritime : la ferme Scueringhe de l’hospice Saint-Jean à Bruges (Zuinkerke, 1300-1454) (estimations des auteurs, à partir de Mertens, De laat-middeleeuwse landbouweconomie…, p. 137-144 et Bruges, Archives du CPAS, Saint-Jean, LA C 7)

***

22Les agro-systèmes sociaux régionaux décrits dans cette contribution ont clairement eu une influence décisive sur les modes d’élevage et de pâturage. Du xe au xiie siècle, une économie commerciale stimulée par les élites monastiques et nobles a temporairement favorisé l’élevage, notamment des moutons en Flandre maritime et des porcs en Flandre intérieure. Dans le même temps, la présence de terres communes servant de pâtis pour le bétail des petits paysans, facilitait la persistance d’une économie de survie dans les deux régions. Aux xiie et xiiie siècles, lors d’une forte croissance démographique et d’une subdivision des exploitations, une réorientation vers la céréaliculture caractérisait une économie rurale dominée par la petite exploitation paysanne. À partir du « long xiiie siècle » les différences entre les deux régions se sont accentuées. En Flandre intérieure, une « économie de survie commerciale » se développait, entraînant la subdivision extrême des exploitations, et rendant nécessaire la combinaison de la céréaliculture et de l’élevage sur les mêmes parcelles. C’était le système de dries ou pré arable, permettant aux paysans d’intensifier la production, même sur des terres marginales. En Flandre maritime, par contre, les rapports de force sociaux en vigueur rendaient les petits paysans extrêmement vulnérables aux problèmes socio-économiques et écologiques du bas Moyen Âge : leur expropriation graduelle en faveur d’exploitations commerciales et agrandies favorisait un élevage plus extensif et commercial, remplaçant dans certaines parties de la plaine maritime la céréaliculture.

23La dualité de ces deux agro-systèmes sociaux persistait après le xvie siècle. Les différences s’accentuèrent même jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Elles marquaient de plus en plus aussi le paysage. La Flandre intérieure s’est orientée vers un paysage de bocage extrême, en partie à cause des besoins en bois des paysans, en partie aussi à cause de l’élevage, notamment sur des prés arables. Lors du pâturage, des haies étaient nécessaires en tant que clôtures pour le bétail. En Flandre maritime, au contraire, les paysages ouverts devenaient de plus en plus répandus. Sur les grandes fermes, il y avait relativement moins de besoins en bois de chauffage pour survivre et les nombreux canaux et fossés tenaient lieu de clôtures pour le bétail. La présence beaucoup plus accentuée de prairies permanentes dans la plaine maritime, se reflète encore clairement dans les statistiques officielles du xixe siècle. C’est seulement avec l’effondrement de l’économie de survie en Flandre intérieure et l’essor de l’économie moderne à la fin du xixe siècle que les différences entre les deux agro-systèmes régionaux se sont en partie effacées. Avec l’agrandissement et la commercialisation des fermes en Flandre intérieure, le bocage a disparu et le nombre de prés permanents a également augmenté dans cette partie de la Flandre.

Figure 11 : Usage du sol en Flandre en 1834 : le rapport entre prés (permanents) et terre arable ( %)
(source : Belgian Historical GIS. Geographical historical statistics in Belgium 1800 – 1963/2003 : www.flwi.ugent.be/hisgis)

24Les études préliminaires sur l’élevage dans l’ancien comté de Flandre étant restreintes, l’évolution décrite aura besoin de beaucoup de réajustements. Néanmoins, nous espérons que l’application du concept d’agrosystème social et l’intégration de l’histoire de l’élevage et du pâturage dans l’ensemble de l’analyse des structures économiques régionales et des rapports sociaux les caractérisant, se montreront également utiles pour d’autres régions européennes.

Notes

1 Les synthèses générales de l’histoire rurale en Flandre ne prêtent qu’une attention limitée à l’élevage et au pâturage. Voir néanmoins : A. Verhulst, Précis d’histoire rurale en Belgique, Bruxelles, 1990 ; idem, Landschap en landbouw in middeleeuws Vlaanderen, Brussel, 1995 ; P. Lindemans, Geschiedenis van de landbouw in België, Antwerpen, 1952. Parmi les études plus spécialisées, citons notamment : A. Verhulst, « De evolutie en de betekenis van de veeteelt in de landbouweconomie van de xiiie eeuw in de Zuidelijke Nederlanden », dans Album Charles Verlinden, Gent, 1975, p. 467-476 ; R. De Herdt, Bijdrage tot de geschiedenis van de veeteelt in Vlaanderen inzonderheid tot de geschiedenis van de rundveepest (1769-1785), Leuven, 1970. Pour la principauté voisine du Brabant : W. Blockmans, « De rendabiliteit van de schapenteelt in Brabant tijdens de 15de eeuw », Bijdragen tot de Geschiedenis, LXXXVIII, 1975, p. 501-538.

2 E. Thoen, « The birth of Flemish husbandry », dans G. Astill, J. Langdon (éd.), Medieval farming and technology, 1997, p. 77-78. Une interprétation fausse du mot dries et une explication fausse de la technique du pré arable en Flandre se trouve dans J. Boon, « Het probleem « Dries » in de middeleeuwse landbouw in Vlaanderen », Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, XIX, 1965, p. 31-46. On y retrouve quand même beaucoup de textes.

3 E. Thoen, « “Social agrosystems” as an economic concept to explain regional differences. An essay taking the former county of Flanders as an example (Middle Ages-19th century) », dans B.J.P. van Bavel, P. Hoppenbrouwers, Landholding and Land transfer in the North Sea Area (Late Middle Ages-19th Century), Turnhout, 2004, p. 47-66 ; pour la France, citons par exemple : J.-P. Jessenne, « Agrosystems and rural change in Northern France, c. 1750-c. 1850 », dans B.J.P. van Bavel, E. Thoen (éd.), Land productivity and agro-systems in the North Sea Area. Middle Ages-20th century. Elements for comparison, Turnhout, 1999, p. 251-270 ; A. Antoine, « Systèmes agraires de la France de l’Ouest : une rationalité méconnue », Histoire, économie et société, XVIII (1999), p. 107-131.

4 Thoen, « Social agro-systems… », p. 48.

5 P. Tombeur, Ph. Demonty, W. Prevenier e.a. Thesaurus Diplomaticus, Turnhout, 1997.

6 E. Van de Walle, De nutrimentis animalium vestrorum. Kwantitatieve inschatting van het « relatieve belang » der Vlaamse veeteelt (850-1200), en « kwalitatieve » studie van diverse bronnenattestaties, Gand, 2006, p. 149-180. Les mentions absolues ont été corrigées en tenant compte du nombre variable des sources. Remarquons que la Flandre maritime, bien qu’inférieure en surface, fournit près de 62 % des mentions d’élevage ou de pâturage en Flandre.

7 A. Verhulst, « Sheep-breeding and wool production in pre-thirteenth century Flanders and their contribution to the rise of Ypres, Ghent and Bruges as centers of the textile industry », dans M. Dewilde, A. Ervynck, A. Wielemans (éd.), Ypres and the medieval Cloth Industry in Flanders. Archaeological and historical contributions, Zellik, 1998, p. 33.

8 A. Ervynck, « The economy of food in medieval towns : getting rid of the simple explanations », dans Medieval Europe 1992. Pre-printed papers. Volume I, York, p. 133-138.

9 G. Tack, M. Henmy, « Historical ecology of woodlands in Flanders », dans K.J. Kirkby, Ch. Watkins (éd.), The ecological history of European forests, Oxon-New York, 1998, p. 283-292 ; G. Tack, Bossen van Vlaanderen. Een historische ecologie, Leuven, 1993.

10 Verhulst, « Sheep-breeding… », p. 34 et idem, « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise en œuvre industrielle, production et commerce », Revue Historique, 504, 1972, p. 281-322 et A. Ervynck, « Wool or mutton ? An archaezoological investigation of sheep husbandry around late medieval Ypres », dans ibidem, p. 77-86.

11 Le plus récemment : J.P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs (vie-ixe siècle), Bruxelles, 2006, notamment p. 551-583.

12 E. Thoen, « Le démarrage économique de la Flandre au Moyen Âge : le rôle de la campagne et des structures politiques (xie-xiiie siècles). Hypothèses et voies de recherches », dans A. Verhulst, Y. Morimoto (éd.), Economie rurale et économie urbaine au Moyen Âge, Gent-Fukuoka, 1994, p. 176-179.

13 C’est le fameux « retrait » de l’agriculture des propriétaires ecclésiastiques et de la noblesse, et l’introduction du bail à ferme : F. Irsigler, « Die Auflösung der Villikationsverfassung und der Übergang zum Zeitpachtensystem im Nachbereich niederrheinischer Städte während des 13./14. Jahrhunderts », dans H. Patze (éd.), Die Grundherrschaft im Späten Mittelalter, 1983, I, p. 295-311 ; G. Fourquin, « Les débuts du fermage. L’exemple de Saint-Denis », Études rurales, 22-23-24, 1965, p. 7-81 ; E. Thoen, T. Soens, « The Origins of Lease Holding in the Former County of Flanders », dans B. Van Bavel, Ph. Schofield (éd.), The Origins of Lease-Holding in North-Western Europe, Turnhout, à paraître.

14 D. Tys, « De heffing van het superaratum in Vrancx ambacht (gemeente Middelkerke) : de betekenis van enkele ruimtelijke gegevens op Testerep tussen de 9de en de 12de eeuw », Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis, 136 (1999), p. 103-119 ; A. Verhulst, « De hospites van de abdij Voormezele te Bredene en het superaratum of overhert. Bijdrage tot de ontginningsgeschiedenis van de Vlaamse kustvlakte », dans Hulde-album dr. Jos De Smet, Bruges, p. 331-339.

15 Verhulst, « Sheep-breeding… », p. 35-36 ; A. Verhulst, « The alleged poverty of the Flemish rural economy as reflected in the oldest account of the comital domain know as the « Gros Brief » (A.D. 1187) », dans E. Aerts et alii (éd.), Studia Historica Oeconomica. Liber Amicorum Herman Van der Wee, Louvain, 1993, p. 369-382.

16 Thoen et Soens, « The origins… ».

17 D. Nicholas, Town and countryside : social, economic and political tensions in fourteenthcentury Flanders, Bruges, 1971, p. 76-80 ; E. Thoen, « A medieval ‘commercial survival economy’in evolution. The Flemish countryside and the transition debate », dans P. Hoppenbrouwers, J.L. Van Zanden (éd.), Peasants into farmers ? The Netherlands and the Brennerdebate, Turnhout, 2001, p. 179-122.

18 A. Verhulst, « La laine indigene… », p. 289-290 ; et idem, « De evolutie en de betekenis… », p. 468-471.

19 Thoen, « A medieval commercial survival economy… » et F. Mendels, « Agriculture and peasant industry in eighteenth century Flanders », dans W.N. Parker, E.L. Jones (éd.), European peasants and their markets, Princeton, 1975, p. 179-204 ; H. van der Wee, P. D’Haeseleer, « Proto-industrialization in South-Eastern Flanders. The Medelshypothesis and the rural linen industry in the Land van Aalst during the 18th and 19th centuries », dans R. Leboutte (éd.), Proto-industrialization. Recent research and new perspectives, Genève, 1996, p. 243-262.

20 Thoen, « The birth of Flemish husbandry… ».

21 E. Thoen, « Die Koppelwirtschaft im Flämischen Ackerbau vom Hochmittelalter bis zum 16. Jahrhundert », dans A. Verhulst, Y. Morimoto (éd.), Économie rurale et économie urbaine…, p. 135-153 ; idem, « Dries versus kouter. De wisselbouw in de Vlaamse landbouw van de middeleeuwen tot de zestiende eeuw », Heemkring Scheldeveld, 22, 1993, p. 71-102 ; idem, « Technique agricole, cultures nouvelles et économie rurale en Flandre au bas Moyen Âge », dans Plantes et cultures nouvelles en Europe occidentale au Moyen Âge et à l’Époque Moderne, Flaran XII, Auch, 1990. Ces articles peuvent remplacer des explications antérieures et parfois erronées comme par exemple de J. Boon, « Het problem “Dries” in de Middeleeuwse landbouw in Vlaanderen », Handelingen van de Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, XIX (1965), p. 31-46.

22 Thoen, « Die Koppelwirtschaft » et idem, « Dries versus Kouter », p. 78-86 : un texte de l’abbaye Saint-Pierre à Gand du xe siècle mentionne déjà une parcelle de terre qui était ensemencée en avoine « in anno tercio » ; plus tard en 1165 un registre de l’évêque de Tournai décrit « III quartier prati… si coluntur milites non accipiunt ibi decimam ». Plus explicites sont les mentions de « pratum arabile » au xiiie siècle. Au milieu du xiiie siècle, l’abbaye Saint-Pierre par exemple fut en possession près de la Lys à Desselgem de « V quartir pascue que possunt aliquando coli cum frumento et avena ».

23 En général, citons T. Soens, « Explaining Deficiencies of water management in the late medieval Flemish coastal plain, 13th-16th centuries », Jaarboek voor Ecologische Geschiedenis, 2005-2006, p. 35-61 ; E. Thoen, « De twee gezichten van de Vlaamse landbouw en het probleem der “Wüstungen” Middeleeuwen-Moderne Tijden », dans Docendo discimus. Liber Amicorum Romain van Eenoo, Gent, 1999, p. 75-84 ; E. Thoen, T. Soens, « Van landschapsgeschiedenis naar ecologische geschiedenis. Waterbeheer in de Vlaamse kustvlakte in de Late Middeleeuwen en het Ancien Régime », Jaarboek voor Ecologische Geschiedenis, 2001, p. 1-24.

24 B. Augustyn, « De evolutie van het duinecosysteem in Vlaanderen in de Middeleeuwen : antropogene factoren versus zeespiegelrijzingstheorie », Historisch Geografisch Tijdschrift, 13/1, 1995, p. 9-19.

25 T. Soens, « Les tourbières disparues de Flandre. Histoire d’un milieu humide d’une grande richesse », dans Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2002, p. 32-38.

26 Citons aussi : G.J. Borger, « Naturkatastrophen und Naturrisiken im Rhein-Maasdelta in vorindustrieller Zeit », Siedlungsforschung. Archäologie, Geschichte, Geographie, 23, 2005, 47-71.

27 M.K.E. Gottschalk, Stormvloeden en rivieroverstromingen in Nederland, 1971-1977.

28 E. Thoen, « Social agro-systems… », p. 52-62 ; E. Thoen et T. Soens, « The family or the farm : a Sophie’s choice ? The late medieval crisis in the former county of Flanders », dans J. Drendel (ed.), Postan- Duby : le destin d’un paradigme. Peut-on comprendre les crises économiques de la fin du Moyen Âge sans le modèle malthusien ? (Brill, à paraître).

29 Récemment l’augmentation de la consommation en viande à Bruges au bas Moyen Âge a été mise en évidence par S. Dehaeck, « Voedselconsumptie in het Brugse Sint-Janshospitaal tijdens de Middeleeuwen (1280-1440) », Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis, « Société d’Emulation » te Brugge, 141, 3-4, p. 332-364 en se basant sur les comptes de l’hôpital urbain Saint-Jean. Ailleurs en Europe, la consommation accrue de viande par personne à été mise en relation avec la crise du bas Moyen Âge : C. Dyer, Standards of living in the later Middle Ages, social change in England, c. 1200-1520, Cambridge, 1989, p. 159. Rappelons qu’en Flandre, les conséquences de cette crise étaient beaucoup plus lourdes en Flandre maritime qu’en Flandre intérieure : Thoen, Soens, « The family or the farm… ».

30 Édition J. De Smet, Het memoriaal van Simon De Rikelike, vrijlaat te Sint-Pieters-op-dendijk 1323-1336, Bruxelles, 1933.

31 W.H. TeBrake, A plague of insurrection. Popular politics and peasant revolt in Flanders, 1323-1328, Philadelphia, 1993.

32 Édité par H. Pirenne, Le soulèvement de la Flandre maritime de 1323-1328. Documents inédits publiés avec une introduction (Bruxelles, 1900) et J. Mertens, « Les confiscations dans la châtellenie du Franc de Bruges après la bataille de Cassel », Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis, CXXIV, 1968, 3-4, p. 245-278.

33 Cette grande ferme, longtemps exploitée en régie directe par les frères de l’hospice Saint-Jean, a été étudiée par J. Mertens, De laatmiddeleeuwse landbouweconomie in enkele gemeenten van het Brugse Vrije, Gent-Leuven, 1970.

34 Pour calculer les Unités Gros Bétail (UGB) ou « animal ratio » nous utilisons la méthode développée par J. Titow, considérant chaque cheval, bœuf, vache ou taureau comme « 1 » et chaque animal jeune (veau etc.) tout comme les cochons et les moutons comme « 0,25 » : E. Thoen, Landbouwekonomie en bevolking in Vlaanderen gedurende de late Middeleeuwen en het begin van de Moderne Tijden. Testregio : de kasselrijen van Oudenaarde en Aalst, Gent, 1988, II, p. 793.

35 Lindemans, Geschiedenis van de landbouw…, II, p. 432-433.

36 Archives de l’État à Bruges, Oud Kerkarchief, 418 (comptes des années 1528-29 ; 1529-30 ; 1538-39 ; 1544-45 ; 1553-54 ; 1558-59 et 1577-78).

37 W.M. Gijsbers, Kapitale ossen : de internationale handel in slachtvee in Noordwest-Europa (1300-1750), Hilsversum, 1999

38 Lindemans, Geschiedenis van de landbouw…, p. 386.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Importance relative des bovins, des moutons et des porcs en Flandre maritime dans des textes diplomatiques entre 850 et 1200 (d’après E. Van de Walle, De nutrimentis…, p. 150 et annexe 6)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 3. Importance relative des bovins, des moutons et des porcs en Flandre intérieure dans des textes diplomatiques entre 850 et 1200 (d’après E. Van de Walle, De nutrimentis…, p. 150 et annexe 6)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 4. Produits agraires probablement exportés vers les villes du comté de Flandre (xie-xiie siècles) (B = céréales panifiables ; T = tourbe ; E = produits de l’élevage de moutons et de veaux ; A = avoine/bière ; S = sel ; P = porc). (Source : E. Thoen, « Le démarrage économique… », p. 178)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 5. Unités de Gros Bétail par hectare en Flandre intérieure (région d’Audenarde) (Source : Inventaires après décès, Thoen, Landbouwekonomie en bevolking… [voir note 34], II, p. 801)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 8. Ensemencement et bétail sur le domaine de Simon de Rikelike (Flandre maritime, environs de Bruges)(Source : De Smet, Het Memoriaal…)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 9 : Rapport entre terre arable et cheptel (exprimé en Unités Gros Bétail) dans une grande exploitation en Flandre maritime : la ferme Scueringhe de l’hospice Saint-Jean à Bruges (Zuinkerke, 1300-1454) (estimations des auteurs, à partir de Mertens, De laat-middeleeuwse landbouweconomie…, p. 137-144, p. 175-180)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 11 : Usage du sol en Flandre en 1834 : le rapport entre prés (permanents) et terre arable ( %)(source : Belgian Historical GIS. Geographical historical statistics in Belgium 1800 – 1963/2003 : www.flwi.ugent.be/hisgis)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8976/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search