Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Techniques et modes d’exploitation des prés dans le Val de Saône aux xive et xve siècles

Corinne Beck

Texte intégral

1« En tout temps, l’herbe a commandé plus encore que la terre les destinées de l’exploitation agricole et de sa structure » rappelait P. de Saint-Jacob dans son étude parue en 1960 sur Les paysans de la Bourgogne du Nord sous l’Ancien Régime. Ses successeurs ruralistes ont tous souligné le rôle capital qu’ont joué les prairies naturelles dans l’économie médiévale du duché mais ils se sont peu attachés à analyser précisément les modes de gestion de cette ressource renouvelable qu’est l’herbe. Déficience des sources, certes ! Mais en dépit des imprécisions et des lacunes, la documentation bourguignonne permettant d’aborder la place et la répartition des prairies dans les finages que d’éclairer les modes d’exploitation juridiques et économiques mis en œuvre par les populations pour préserver le rendement des prairies.

Fig. 1. La Plaine et le Val de Saône

2La Plaine et le Val de Saône bourguignons sont des zones aux sols plutôt pauvres, traversées par des rivières venues de la Côte ayant laissé de larges traînées de riches alluvions. S’étendant de la Tille et de la forêt de Longchamp au nord à la Grosne au sud, de la côte nuitonne, beaunoise et chalonnaise à l’ouest à la Saône et au Doubs à l’est, ce pays, correspondant à une large partie des bailliages du Dijonnais et du Chalonnais, bénéficie d’une documentation abondante au moins pour les deux derniers siècles du Moyen Âge, constituée de terriers et de censiers. Les plus importants – car les plus complets – de ces registres fonciers émanent de l’administration ducale (entre 1416 et 1466) ou de l’abbaye de Cîteaux (entre 1445 et 1481). S’y ajoutent les comptabilités laissées par ces différentes seigneuries ainsi que les contrats notariés des tabellions installés dans la Plaine et le Val de Saône. D’autres seigneuries, notamment ecclésiastiques tels les chapitres de la Sainte-Chapelle de Dijon, de Saint-Étienne et de Saint-Bénigne de Dijon, de Saint-Lazare d’Autun, de Saint-Vincent de Chalon, sont également possessionnées, mais leur documentation, bien qu’abondante, est plus inégale et n’a été explorée qu’au travers de sondages.

3Au total, les données rassemblées à ce jour portent sur environ 2 000 ha de prés répartis sur environ 3 100 parcelles et sur une cinquantaine de finages.

Prés et prairies de la Plaine et du Val de Saône

Une géographie variée

4Consignant les dires des utilisateurs du sol, les rédacteurs des registres fonciers prennent soin, en général, de resituer spatialement les parcelles citées. L’analyse de la répartition des toponymes, actuellement localisables – entre 40 et 60 % selon les finages – sur les cadastres modernes, révèle des ensembles globalement homogènes consacrés soit aux cultures soit aux prés. Sans grande surprise, ces derniers s’installent le plus souvent dans les fonds humides, s’étirent le long des cours d’eau. Les prairies s’inscrivent en effet dans un paysage où l’eau est présente sous de multiples formes : des « mare », « mareau », « estan » « noue » et des nappes d’eau diffuse, en fait des marécages, appelées « moille » ; des bras de ruisseaux ou terreaux se gonflant au moment des pluies et s’étalant dans les prairies ; des lits de rivières, actifs ou morts. Tous ces éléments viennent s’intercaler et séparer les pièces de prés, servent de points de repère, sont cités comme confronts par les tenanciers.

  • 1 Mesure de superficie des prés en Bourgogne correspondant à 34,28 ares.

5Cela étant, à y regarder de plus près, la répartition peut être plus nuancée : des prés et des terres arables se côtoient, s’entremêlent autour des villages. Et dans les finages mêmes, des « soitures » ou des « faulx1 » de prés et des journaux de terre peuvent coexister dans de mêmes lieux-dits. Dans les finages, la transition n’est jamais bien tranchée avec les champs, sauf peut-être le long de la Saône où se déploient de grands ensembles herbeux. C’est effectivement à proximité immédiate des rivières et notamment de la Saône, que se rencontrent les ensembles de prairies les plus étendus et les plus compacts : ainsi à Tontenant au sud de Saint-Jean-de-Losne (109,6 ha), à Varranges le long de l’Ouche (233 ha), surtout à Labergement non loin de Seurre (358 ha).

Une répartition dynamique

6La répartition des prés est loin d’être figée comme le montre la confrontation des terriers successifs dans une même seigneurie. Les surfaces herbeuses s’agrandissent ici, se rétractent là.

7Dans les premières décennies du xve siècle, terriers et comptabilités mentionnent des pièces « tant en prey que en bois » ou encore « en toppe et buissons ». Et cet abandon de l’exploitation peut localement affecter des prés de notable superficie. Ce qui frappe surtout c’est la très grande variabilité du phénomène d’un terroir, d’une seigneurie ou d’un statut des prés à l’autre, selon encore l’éloignement de l’instance seigneuriale. Si ce sont surtout les parcelles de la réserve qui sont, dans le domaine ducal, les plus touchées par le mauvais entretien, ailleurs, dans le domaine de Cîteaux, ce sont essentiellement les prés des censives. Et si les prés de la Sainte-Chapelle ou de Saint-Étienne de Dijon sont peu affectés par le phénomène, ce serait moins le cas de ceux du chapitre Saint-Lazare d’Autun. Ainsi dans la première moitié du xve siècle, 11 des 112 parcelles relevant du chapitre dans les prairies bordant la Tille, à Champdôtre, Treclun, Tillenay et Les Maillys, représentant 13,6 % des soitures, sont « en buissons et bois ». En 1469, à Saulon-la-Chapelle, 5 des 31 parcelles de prés – 16 % de la superficie – que possède le chapitre sont en ruine. Dans les finages de la châtellenie ducale d’Argilly, trouant la grande forêt de Cîteaux (Antigny, La Chocelle, Longvay, Villebichot) ou bordant la Saône (Bagnot, Écuelles), la friche toucherait au milieu du xve siècle 10,3 % (98,2 ha) de la superficie des prés. Il reste qu’à plus de 80 % dans la région, les parcelles en prés sont déclarées « en bon et souffisant estat » et les nombreux contrats de bail mentionnent bien plus le maintien en état des pièces de prés que leur remise en exploitation.

  • 2 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3481, fol. 13 r°.

8Dans le même temps, la mise en herbe de certains finages saônois s’accentue, principalement aux dépens de la couverture boisée. Dans le Val de Saône proprement dit, la couverture boisée disparaît presque des bords du fleuve où des bois, isolés, souvent dégradés, sont convertis en prés : à Pontailler, Labergement, Écuelles et Verdun-sur-le-Doubs. Entre 1425 et 1430, ce sont 75 soitures soit 25,7 ha de prés qui viennent s’ajouter à la prairie existante à Labergement-les-Seurre, du fait du défrichement du bois du Deffois. En 1445 à Écuelles sont livrés aux défricheurs les bois d’Artelive et du Vernoy : plus de 58 ha de prés sont ainsi gagnés. Plus au sud à Buxy, entre 1412 et 1416, 50 arpents et demi aux bois de Rheune, soit 27 ha, sont baillés pour être convertis en prés. En 1468-69, à Beaumont, quelques cantons du bois de la Vèvre sont accensés pour en faire des prés. Les prairies s’agrandissent encore, mais dans une moindre mesure, aux dépens des champs, car ce ne sont là que des gains ponctuels comme à Brazey, entre 1420 et 1440, où apparaissent cinq soitures puis une demie soiture qui « naigueres estoit en terre gaignable2 ».

9Reprise et avancée des prés se conjuguent. Après 1450, non seulement les prairies ont regagné les espaces abandonnés, mais elles se sont aussi étendues aux dépens des bois appauvris.

Un parcellaire très morcelé

10Les successions et les partages, les achats et les échanges ont, immanquablement, densifié l’organisation parcellaire et les terriers successifs révèlent cette évolution caractérisée par un morcellement très affirmé.

Domaine ducal

moins de 1/2 soiture

de ½ à 1 soiture

entre 1 et 2 soitures

plus de 2 soitures

Brazey (en 1417)

15,10 %

52,30 %

15,10 %

17,50 %

Flammerans (en 1456)

52 %

34,30 %

11,10 %

2,70 %

Beire-le-Fort (en 1457)

61,90 %

30,90 %

7,15 %

Collonges (en 1457)

30,80 %

61,50 %

7,70 %

Pluvault (en 1457)

33,40 %

41,40 %

18,10 %

7,10 %

Pluvet (en 1457)

38,10 %

38,00 %

16,30 %

7,60 %

Labergement (en 1466)

23 %

58,00 %

8,17 %

11 %

abbaye de Cîteaux

moins de 1/2 soiture

de ½ à 1 soiture

entre 1 et 2 soitures

plus de 2 soitures

Aiserey (en 1445)

28,50 %

71,50 %

Aubigny (en 1445)

66,70 %

33,30 %

Broin (en 1445)

40 %

56,00 %

4,00 %

Corgengoux (en 1445)

75 %

25 %

Marigny (en 1445)

100 %

Moissey (en 1445)

66,70 %

33,30 %

Ruellée (en 1445)

80 %

20 %

Izeure (en 1462)

10,90 %

71,00 %

16,30 %

1,80 %

Corcelles-au-bois (en 1481)

42,50 %

36,40 %

12,10 %

9 %

Sainte-Chapelle de Dijon

moins de 1/2 soiture

de ½ à 1 soiture

entre 1 et 2 soitures

plus de 2 soitures

Mailly-le-Chât. (vers 1470)

9,10 %

45,50 %

9,10 %

36,30 %

Mailly-la-Ville (vers 1470)

5,20 %

5,20 %

15,90 %

73,70 %

Varranges (vers 1470)

6,70 %

13,30 %

53,30 %

26,70 %

Fig. 2. Dimensions des parcelles de pré accensées : exemples des domaines du duc, de l’abbaye de Cîteaux et du chapitre de la Sainte-Chapelle de Dijon.

  • 3 Arch. départ. Côte-d’Or, B 493, fol. 25 v°, 29 r°.
  • 4 Arch. départ. Côte-d’Or, 11 H 416, fol. 7 r°.
  • 5 Arch. départ. Côte-d’Or, 1 H 1677.

11Les deux tiers des parcelles de prés ont une superficie inférieure ou au mieux égale à une soiture, soit 34,28 ares. Le phénomène semble même s’accentuer dans la seconde moitié du xve siècle. Dans la prairie ducale de Flammerans, au nord d’Auxonne, en 1455-56, des tenanciers peuvent déclarer détenir « la moitie de la moitie dung quartier de prey », d’autres le 12e « dung quartier3 ». Dans le domaine de Cîteaux, en 1462, un habitant de Corcelles-au-bois déclare une soiture et demi de pré, répartie sur pas moins de 7 pièces différentes4. À l’extrême fin du xve siècle et dans les toutes premières années du siècle suivant, dans la prairie de Chivres, le terrier de Saint-Bénigne de Dijon enregistre une véritable pulvérisation des parcelles5. Un certain nombre d’entre elles sont présentées comme étant les fractions d’une seule pièce : le plus souvent il s’agit du quart, mais le fractionnement peut aller jusqu’au sixième voire le huitième. Ainsi voit-on des habitants du lieu déclarer « le vie dun arpent et demi quart de prey assis au lieu dit es Arpens de la Mange… » ou encore « en Bouterousse la moitie dung demi quart de soicture… ». L’exiguïté des surfaces en herbe est de règle dans les exploitations paysannes de la Plaine et du Val de Saône : la plupart d’entre elles disposent de moins de deux hectares de prés. Certaines même semblent en être totalement dépourvues.

12Certes, l’éventail peut être large, car des variations s’observent. Tout d’abord d’une seigneurie à l’autre : entre celles anciennement implantées dans la région comme le duc de Bourgogne et l’abbaye de Cîteaux et celles dont le domaine se constitue par donations ou qui développent une véritable politique d’achats au cours des xive et xve siècles, tels les chapitres de Saint-Etienne de Dijon ou de la Sainte-Chapelle. Les premières concentrent une proportion plus élevée de parcelles de petite dimension. Pour exemple, on dénombre dans les prairies ducales de Flammerans et de Labergement-les-Seurre, respectivement 33 % et 23,1 % de parcelles comprenant moins d’une demie soiture soit moins de 17,14 ares, 55 % et 58 % dont la superficie est comprise entre une demie et une soiture. Chez les secondes, au contraire, les parcelles sont plus vastes : ainsi 45,6 % des prés détenus par le chapitre de la Sainte-Chapelle à Varranges, à Mailly-la-Ville ou à Mailly-le-Château comportent plus de deux soitures (plus de 64 ares). Dans une même seigneurie encore, il faut compter avec le statut juridique des parcelles : entre les prés baillés à cens et ceux des réserves seigneuriales toujours plus étendus. D’un lieu-dit à l’autre, des différences existent également qui peuvent traduire le degré d’ancienneté de l’exploitation. Ainsi, dans le domaine ducal, les parcelles nouvellement mises en herbe sont en général plus étendues, comprenant de deux à trois soitures. Enfin, il faut compter avec l’existence de niveaux de fortune différents parmi les exploitants : les bourgeois de Dijon, les citadins des villes de la Saône et les petits seigneurs détiennent en général des parcelles plus étendues. À Flammerans, les parcelles les plus grandes comptant trois ou quatre soitures sont détenues par des bourgeois d’Auxonne.

  • 6 Voir en Lyonnais : M.-Th. Lorcin, Les campagnes de la région lyonnais aux xive et xve siècles, Lyon (...)

13Ce parcellaire contrasté, dont le morcellement s’accentue, n’est pas spécifique des prairies, les dimensions des pièces de terre arable sont comparables. Ce n’est pas non plus une particularité de la Plaine et du Val de Saône : on connaît des situations analogues en d’autres régions en cette fin du Moyen Âge6.

L’organisation et les techniques d’exploitation

14L’ensemble de la documentation ne s’étend guère sur les travaux liés à l’exploitation des prés car, durant la plus grande partie de l’année, les prairies naturelles requièrent finalement peu de soins : quelques travaux d’arrachage de mauvaises herbes, principalement au printemps au moment de la première pousse. L’essentiel se concentre sur le problème de l’eau (inondations ou, au contraire, sécheresse, drainage) qui est, en raison de ses implications économiques, l’aspect qui a le plus retenu l’attention des rédacteurs et qui, de ce fait, est le mieux connu.

Les travaux d’entretien

  • 7 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5618-2, fol. 13 v°.

15Sur la végétation – les plantes – composant les prairies saônoises, peu d’informations ou des indications laconiques : les prés doivent être maintenus « en bon et souffisant estat » ou « a plain faulx ». En fait, les exploitants sont tenus de maintenir une végétation herbacée qui permette à la faux, au moment de la fenaison, de courir sans difficulté. Les actes notariés et surtout les comptabilités seigneuriales l’évoquent ici et là en relatant les travaux effectués aux prés des réserves. Ainsi, des frais sont engagés pour « oster toutes les espines », en somme pour débarrasser les prés de toutes ronces ou herbes non comestibles par les animaux ou altérant la qualité des foins, et détruire les taupinières. Quelques rares fois, comme à Pontailler en 1374-75, il est fait mention de pâturage d’animaux pour « aplanir le prey7 ».

  • 8 En 1385 à Pontailler, l’herbe du pré ducal du Saulciz ne trouve aucun preneur « pour ce que cest lo (...)
  • 9 Ainsi à Saunières près de Verdun-sur-le-Doubs en 1402 : Arch. départ. Côte-d’Or, B 6420-1, fol. 19 (...)
  • 10 Exemple à Pontailler en 1387 : Arch. départ. Côte-d’Or, B 5625, fol. 11 r°.

16Dans les registres fonciers et dans les comptabilités, la toponymie faisant référence à la végétation évoque essentiellement les plantes par excellence des zones humides : jonc, saule, aulne et surtout laîche. La laîche ou « loiche » est la plus communément mentionnée : sa présence est redoutée car elle abaisse la qualité des foins et décourage les acheteurs lors des amodiations de prés8. Tout aussi dépréciés sont les « latissons » qu’il faut arracher9 et d’une manière générale, ce que les textes appelle « le gros foin », en fait les herbes gâtées par les eaux10.

L’eau et le drainage des terres humides

  • 11 Aujourd’hui, lorsque la Saône déborde, celle-ci peut s’étendre sur 2 500 m de largeur, les grandes (...)

17Le Val de Saône se situe à une altitude moyenne de 200 m, c’est-à-dire au même niveau que les rivières qui le traversent. Dans les finages de la région, la présence de l’eau devient vite un problème crucial durant les mois d’hiver et une partie du printemps. De bénéfique, elle devient une contrainte et bien souvent, semble-t-il, au cours des xive et xve siècles, un risque11.

  • 12 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5749, fol. 5 r°.
  • 13 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5621, fol. 44 v°.
  • 14 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3436-2, fol. 27 v°.

18Si les inondations sont trop importantes ou tardent à s’écouler, les récoltes de foin sont menacées, quand elles ne sont pas simplement détruites. On amasse alors « ce qui estoit demouré apres les grans eaux qui longuement » ont stagné sur les prés comme le répètent les comptes des châtelains ducaux. Et ce qui en reste est de si médiocre qualité que les « chevaulx nen veulent mangier » comme à Rouvres en 1366-6712. Aux crues, il faut ajouter les turbulences météorologiques qui malmènent les fenaisons comme à Pontailler en 1382 : en raison des « pluyes qui longement durerent en ce pais par le temps de fenaison, plusieurs personnes ont perduz leurs foins tant fauchiez comme a fauchier et ne les ont peu recueillir, amassey13 ». Le manque à gagner est certain : d’abord en terme financier car les fenaisons ne peuvent être amodiées, les foins pourris ne se vendent pas : le pré « estoit tout plain daigue par quoy lerbe a este toute pourroye et gastée » et « on na trouvé a qui vendre » comme le répètent les rédacteurs des comptabilités ducales. Ensuite c’est un manque en terme de rendements de fourrage à récolter pour les bêtes, rendant encore plus aigu le problème de l’alimentation des troupeaux. Les pertes sont quelquefois estimées : ainsi en 1370, le châtelain ducal de Brazey, comptabilisant les charretées de foin engrangées d’un des prés de la réserve – le pré Messire Henry d’une contenance de 40 soitures soit 13,7 ha – note que la récolte « fut bien domaigiez d’environ dix charretées de foin » soit 25 % en raison « des granz aigues qui survenerent en icelli (pré) quant il fut soiez14 ». Cette situation ne semble pas avoir été exceptionnelle aux xive et xve siècles, si l’on en juge par les comptes des châtelains ducaux. Plaintes fondées ou exagérées ? Il est vrai que les administrateurs seigneuriaux ont pu trouver là un justificatif facile à des défauts de gestion et d’exploitation.

  • 15 Exemple à Brazey en 1401-02 où des dépenses sont occasionnées pour la « reparacion de la rivière de (...)
  • 16 Arch. départ. Côte-d’Or, 1 H 1163, fol. 22 r.
  • 17 Arch. départ. Côte-d’Or, B 1649, fol. 105.

19Quoi qu’il en soit, face à cette contrainte, les réponses sont apportées au coup par coup. Le plus souvent, il s’agit de réparer les dégâts15 : consolider les berges. On ne voit guère de travaux d’envergure s’inscrivant dans une lutte raisonnée pour drainer et contrôler l’eau. Certes, certaines parcelles sont entourées de terreaux assez régulièrement curés16 et bénéficient ainsi de drainage. Une seule fois, en 1431, des travaux d’envergure sont entrepris, sur l’initiative du duc, depuis Fauverney jusqu’à Tard la ville (soit une dizaine de km), pour « dicquer, eslargir et profondir » l’Ouche afin de remédier aux inondations annuelles de ces communautés17. Il faudra attendre le milieu du xviiie siècle pour que, dans cette partie de la Plaine et du Val de Saône, le problème soit en partie résolu par l’assèchement des vastes marais que formait la Tille.

L’exploitation de l’herbe

20Le cycle annuel commence avec la mise en ban des prés : depuis le premier dimanche après la Saint-Georges dans le domaine ducal, avant Pâque charnel sur les terres de Cîteaux, partout dans la seconde quinzaine d’avril des clôtures temporaires sont installées et, dès que l’herbe commence à être coupée, les prairies sont gardées par les messiers. Les prés et leur production sont ainsi soigneusement préservés de tout dégât qui pourrait être causé, soit par le vagabondage des animaux, soit par des particuliers (vol de foin). En dépit des aléas météorologiques, la fenaison s’ouvre en général dans la seconde quinzaine de juin, autour de la Saint-Jean (24 juin) et dure jusqu’à la Saint-Michel (30 septembre) ou la Saint-Rémy (1er octobre). La fauchaison est longue : même si aucune indication explicite n’apparaît dans les documents, il est évident, au vu des dates de mise en défens que l’exploitation des foins inclut première herbe et regain.

  • 18 Arch. départ. Côte-d’Or, B 4983-2, fol. 4 v°.
  • 19 Arch. départ. Côte-d’Or, B 6407-1, fol. 4 v°.
  • 20 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3441, fol. 22 v°.
  • 21 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5624, fol. 7 v°.

21Sur le déroulement même de la fenaison, les textes sont peu diserts hormis lorsque l’opération concerne les prés des réserves seigneuriales pour lesquels il y a souvent recours au salariat. La documentation énumère alors les opérations sans toutefois les détailler : « soyer lerbe » (fauchage), « fener, rasteler et entassier tout le foing » (séchage et mise en tas), ou mis « en monceaux » comme à Beaumont en 138818, puis « chargier et charroier » (engrangement). Tout aussi rarement, la documentation laisse entrevoir l’importance du personnel mobilisé et le temps que requièrent ces travaux sur les réserves seigneuriales. En 1361 à Verdun-sur-le-Doubs19, pour faucher le pré des Ceuches contenant 35 soitures (11,9 ha), 28 « sotteurs » furent nécessaires pendant deux jours complets, (soit 5,95 ha par jour, soit encore 21 ares par jour par faucheur) sans compter les quatre sergents chargés de surveiller le pré, et une soixantaine de faneurs et de charretons. En 1377 à Brazey20, trois « soicteurs et leurs compaignons » sont embauchés pour faucher l’herbe de 90 soitures (30,8 ha) de pré : quinze jours leur sont nécessaires pour effectuer ce travail ; ce qui revient à couper 2 hectares d’herbe par journée de travail. En 1386, à Pontailler, une seule journée suffit à 23 faucheurs pour couper les 30 soitures (10,28 ha) du pré du Saulciz21.

22Les fenaisons passées, les prés entrent dans le domaine de la vaine-pâture : collective, avec troupeau commun, cette dernière durait six mois, d’octobre à mars/avril sur ces espaces ouverts.

Les rendements

  • 22 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5783, fol. 16 r° ; B 5794, fol. 21 r°.

23Faute de données suffisamment précises et explicites dans les documents de la fin du Moyen Âge, apprécier les rendements s’avère difficile, hormis peut-être dans les prés des réserves ducales. Enregistrant les récoltes des prés ducaux, les comptabilités des châtelains fournissent le nombre de « charretées » de foin produites par chaque parcelle et engrangées. Mais la « charretée » elle-même a une contenance évaluée en « botes » dont on ignore la valeur. Par ailleurs, cette contenance varie dans le temps. Si, en 1432-33, le châtelain de Rouvres précise qu’il faut compter « XLII botes pour charretée » ; en 1453-54, toujours à Rouvres on compte 61 « botes22 ». Aussi imparfaites que soient ces unités de mesure, elles permettent de suivre l’évolution des rendements et d’insister, si besoin est, sur la fragilité de cette production.

24Ainsi dans la seconde moitié du xive siècle, les rendements en charretée peuvent, d’une année à l’autre, diminuer ou s’accroître du simple au double voire au triple : ainsi à Brazey, si le châtelain a pu récolter, de 90 soitures de prés, 154 charretées de foin en 1379, l’année suivante, la production chute à 83 charretées. Dans les prés des réserves ducales, rares sont les années, comme en 1374, où l’on a pu obtenir un rendement de plus de 2 charretées à la soiture. Le plus généralement, le rendement obtenu se situe dans une fourchette comprise entre 1 et 1,5 charretée à la soiture. Et il faut compter avec les années – telles 1366-67 ou plus encore entre 1379 et 1384 – où les récoltes de la plus grande partie des prés de la région ont été médiocres – moins d’une charretée de foin à la soiture – voire inexistantes.

25Et ce que l’on observe pour les prés des réserves ducales peut sans aucun doute être étendu à l’ensemble des parcelles des prairies. Les exploitants ont dû compter avec une certaine instabilité météorologique que les comptabilités ducales mentionnent à maintes reprises. 74 % des mentions météorologiques que l’on peut relever dans ces documents ont trait à la pluviosité qui couche l’herbe, interrompt la fenaison, provoque les inondations. Au-delà des nombreuses situations préoccupantes locales, certaines années apparaissent particulièrement difficiles pour la production de foin dans la région : années très humides (1366, 1371, 1380-1384, 1403) mais aussi années de sécheresse (1393, 1394 et 1395).

Les modes juridiques d’exploitation

26Les modes d’exploitation constituent l’aspect le plus mal connu car le plus mal renseigné par les documents. Seuls les modes juridiques sont explicités.

27Trois variantes apparaissent. La plus simple est la plus courante aussi est l’individualisation : la parcelle exploitée par une seule unité (individu ou couple). Les paysans exploitent chacun leurs parcelles délimitées par des bornes ; ils en fauchent l’herbe et la rentrent.

  • 23 Arch. départ. Côte-d’Or, B 1292, fol. 285 v° et 382 r°.
  • 24 Arch. départ. Côte-d’Or, 11 H 417, fol. 34 r°.
  • 25 Arch. départ. Côte-d’Or, G 231, fol. 4 v°, 28 r°.
  • 26 Arch. départ. Côte-d’Or, B 493, fol. 15 r°.
  • 27 Arch. départ. Côte-d’Or, G 356, août 1459.

28Si l’individualisation est très répandue, ce n’est pas pour autant le seul mode juridique d’exploitation des prés : l’indivision est commune, concernant tout ou partie des prés. Pour ne pas disperser un héritage et remédier à l’excessif émiettement des prés, tous ou quelques-uns des membres d’une même famille s’associent « communs en biens » ou exploitent « par indivis ». Il n’est pas rare alors de rencontrer des déclarations comme celle faite en 1457 par un habitant de Pluvaut aux enquêteurs ducaux, mentionnant « la tierce partie par indivis de demi soicture de prey » ou celle faite par les deux frères Guillaume et Guillemot Gremeret exploitant une pièce de pré à Collonges, laquelle est en deux parcelles, l’une de trois andains, l’autre de trois quartiers, et à Tréclun « trois quartiers de prey en trois pieces23 ». Ce serait dans les finages où les prairies sont les plus réduites que le recours à l’indivision est le plus fort. Si, au milieu du xve siècle, 34,5 % des exploitants de la prairie de Flammerans y ont recours, 7,25 % seulement de ceux de Labergement-les-Seurre la pratiquent. Ce serait également dans les seigneuries multipliant les acquisitions de prés que la proportion des parcelles en indivision est la plus forte : 26,5 % des prés nouvellement acquis par le chapitre Saint-Lazare d’Autun à Champdôtre, Les Maillys ou à Pont, sont concernés par cette modalité. La communauté des biens n’est pas toujours aussi explicitement formulée. Les registres fonciers consignent ainsi des prés dont différents exploitants déclarent une part comme Guillaume Lambelot de Corcelles-au-bois en 1475 mentionnant « sa part dung quartier de prey24 ». Quelquefois, l’énoncé est plus compliqué encore : ainsi à Genlis dans les années 1450, des tenanciers de l’abbaye Saint-Étienne de Dijon, énumèrent « cinq quartiers de prey a prendre en une piece contenant deux soictures » et à Varranges « une piece de prey contenant la moitie de trois soictures25 ». Dans ces cas, le partage des surfaces est théorique. On peut penser que dans la pratique, la part de chacun n’est pas délimitée sur le terrain par un bornage ; seul, le foin produit est réparti entre les co-possesseurs ou exploitants. L’indivision peut être plus précisément régie, le partage du foin explicité : « à la fourche et au râteau », au « meulon » ou au « coucheron » à prendre « sur le tout en une pièce contenant… » comme l’indiquent certains déclarants au terrier ducal de Flammerans en 145626. Cependant, l’indivision ne va pas sans inconvénient comme en témoigne le différend entre Cluny et Saint-Étienne de Dijon en 1459 à propos d’une pièce de pré contenant six soitures tenue « par indivis » dans la prairie de Lamponne à Genlis : l’abbaye de Cluny prétendant que les frais de la fenaison ne devaient être assumés que par le chapitre Saint-Étienne de Dijon, mais que l’herbe devait être ensuite partagée par part égale27.

  • 28 Arch. départ. Côte-d’Or, G 1504.

29Il arrive aussi que la division ne se fasse pas dans l’espace mais dans le temps. Au lieu de se partager la récolte de foins, les co-tenanciers lèvent l’herbe à tour de rôle. En allant à « rechange » ou en « channoyant », les prés changent chaque année d’exploitant. Le cas le plus simple est celui de deux parcelles relevant tour à tour de deux exploitants : l’herbe de chaque parcelle est ainsi levée par l’un des possesseurs. Quelquefois, le cycle peut être plus long. Il peut y avoir une association à trois, voire même à quatre. Ainsi en 1460, à Varranges, quatre soitures de pré sont « a prendre en dix soictures, une année en ung lieu et l’aultre année en une aultre desdictes dix soictures, au finage de Varanges en Escorchevache28 ». Ce système de jouissance ou chalandage est spécifique des parcelles de prés, il s’applique rarement à des terres cultivées. C’est que, très vraisemblablement, ce dispositif est lié au régime hydrologique de la rivière, au risque prévisible de l’inondation. Dans la prairie de Labergement étudiée plus précisément, il est manifeste que le chalandage intéresse des parcelles diversement éloignées de la Saône.

  • 29 Arch. départ. Côte-d’Or, G 1021, fol. 9 r° et 35 r°.
  • 30 Pierre de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord, Paris, 1947, p. 177-180.

30On ignore l’origine de cette « jouissance alternative ». Les plus anciennes mentions dans les textes apparaissent dans les toutes premières années du xve siècle : en 1403 aux Maillys et en 1410 à Champdôtre au nord du Val de Saône29. La Plaine et le Val de Saône connaissent le système tout au long des siècles de l’Ancien Régime. Diversement pratiqué selon les communautés, ce système concerne le plus souvent des parcelles de petites surfaces mais parfois aussi de grandes pièces de prés. Cela étant, le chalandage ne porte pas nécessairement sur des parcelles de même superficie. Il est également indépendant de la qualité et du statut des possesseurs, comme de la condition de la terre : on voit ainsi chalander ensemble des prés seigneuriaux ou des prés paysans, une parcelle seigneuriale et une parcelle roturière. C’est assurément une manière d’équilibrer les inégalités dans la valeur des prés, d’égaliser les chances à travers les bonnes et les mauvaises années : en fait un partage des risques. Il resterait à en étudier, dans le détail, les aspects sociaux, à confronter le tableau des parcelles concernées à celui des réseaux familiaux et de voisinage. Le problème n’est pas simple car le chalandage ne fait pas l’objet d’une convention d’exploitation explicitée. Bien des parcelles qui chalandent peuvent provenir d’un héritage et l’indivision a pu favoriser ce système. Et, comme le notait P. de Saint-Jacob pour la période moderne, la seigneurie ne semble pas étrangère à la question, le chalandage et l’indivision limitant l’émiettement30.

***

31En définitive, l’exploitation des prés de la Plaine et du Val de Saône a rencontré un certain nombre de difficultés : des parcelles à la superficie de plus en plus réduite, à la limite de l’exploitable, une conjoncture météorologique guère favorable. Celle-ci a constitué une contrainte très forte qu’il est nécessaire de prendre en compte. Les sources écrites mises en œuvre ne peuvent, à elles seules, permettre de décider d’une évolution climatique en cette fin du Moyen Âge. Néanmoins elles témoignent assurément des incidences des phénomènes météorologiques, fragilisant l’exploitation des prés, la rendant surtout instable dans ses rendements. Dans quelle mesure alors, et cela reste un aspect à approfondir, l’apparition du chalandage n’est-elle pas une manière de répondre à la fragilité de la ressource ?

Notes

1 Mesure de superficie des prés en Bourgogne correspondant à 34,28 ares.

2 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3481, fol. 13 r°.

3 Arch. départ. Côte-d’Or, B 493, fol. 25 v°, 29 r°.

4 Arch. départ. Côte-d’Or, 11 H 416, fol. 7 r°.

5 Arch. départ. Côte-d’Or, 1 H 1677.

6 Voir en Lyonnais : M.-Th. Lorcin, Les campagnes de la région lyonnais aux xive et xve siècles, Lyon, 1974, p. 25.

7 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5618-2, fol. 13 v°.

8 En 1385 à Pontailler, l’herbe du pré ducal du Saulciz ne trouve aucun preneur « pour ce que cest loyche » : Arch. départ. Côte-d’Or, B 5623-1, fol. 10 r°.

9 Ainsi à Saunières près de Verdun-sur-le-Doubs en 1402 : Arch. départ. Côte-d’Or, B 6420-1, fol. 19 v°.

10 Exemple à Pontailler en 1387 : Arch. départ. Côte-d’Or, B 5625, fol. 11 r°.

11 Aujourd’hui, lorsque la Saône déborde, celle-ci peut s’étendre sur 2 500 m de largeur, les grandes crues pouvant atteindre aujourd’hui 7 à 8 m au-dessus de l’étiage et la submersion de 12 jours à un mois pour les plus importantes.

12 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5749, fol. 5 r°.

13 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5621, fol. 44 v°.

14 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3436-2, fol. 27 v°.

15 Exemple à Brazey en 1401-02 où des dépenses sont occasionnées pour la « reparacion de la rivière de Biectre » qui a débordé sur les prés Ménégaul et Messire Henry : Arch. départ. Côte-d’Or, B 3459, fol. 18 v°.

16 Arch. départ. Côte-d’Or, 1 H 1163, fol. 22 r.

17 Arch. départ. Côte-d’Or, B 1649, fol. 105.

18 Arch. départ. Côte-d’Or, B 4983-2, fol. 4 v°.

19 Arch. départ. Côte-d’Or, B 6407-1, fol. 4 v°.

20 Arch. départ. Côte-d’Or, B 3441, fol. 22 v°.

21 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5624, fol. 7 v°.

22 Arch. départ. Côte-d’Or, B 5783, fol. 16 r° ; B 5794, fol. 21 r°.

23 Arch. départ. Côte-d’Or, B 1292, fol. 285 v° et 382 r°.

24 Arch. départ. Côte-d’Or, 11 H 417, fol. 34 r°.

25 Arch. départ. Côte-d’Or, G 231, fol. 4 v°, 28 r°.

26 Arch. départ. Côte-d’Or, B 493, fol. 15 r°.

27 Arch. départ. Côte-d’Or, G 356, août 1459.

28 Arch. départ. Côte-d’Or, G 1504.

29 Arch. départ. Côte-d’Or, G 1021, fol. 9 r° et 35 r°.

30 Pierre de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord, Paris, 1947, p. 177-180.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La Plaine et le Val de Saône
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search