Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

L’herbe et les hommes : prés et pâturages dans l’ouest de la France (xie-xive siècle)

Daniel Pichot

Texte intégral

  • 1 Léopold Delisle, Étude sur la condition de la classe rurale et l’état de l’agriculture en Normandie (...)
  • 2 Michel Le Méné, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, Nantes, 1982.

1L’Ouest terre de l’herbe, image d’aujourd’hui qui interroge l’historien. Pendant longtemps, les études médiévales ont réglé en quelques mots le sort des prairies. Le choix évident des bleds les réduisait à bien peu de chose et l’élevage était considéré comme un appoint. Pourtant, très tôt, les recherches avaient abordé la question. Dès 1851, L. Delisle consacra un chapitre aux prairies dans son livre sur l’agriculture normande, mais il fut peu suivi et le relais fut assuré surtout par les géographes de l’école vidalienne puis par A. Meynier qui orienta les recherches vers la constitution du bocage avant que les historiens n’abordent la question1. Des travaux de valeur soulignaient alors l’importance de l’élevage, mais prairies et pâturages ne suscitaient pas un intérêt majeur, le bocage focalisant en grande partie l’attention2.

2Des études récentes ont exploré la vie rurale de l’Ouest et mis en évidence un système agricole beaucoup plus complexe que ce qui était admis, où les pâturages jouent un rôle qui n’est pas seulement de figuration. En cela, la recherche a été aidée largement par le renouvellement des questionnements et des techniques. Une histoire rivée sur les textes s’est ouverte à l’archéologie agraire et aux sciences de la nature pour identifier un paysage où pâtis et prairies prennent une place inédite.

3Il en ressort une vision différente des prés et des pâturages mieux perçus dans la réalité médiévale, mais, bien plus, la diversité des approches autorise à appréhender leur inscription dans le jeu social. Il ne s’agit pas de faire de la prairie un facteur central de la société féodale mais de lui redonner toute sa place. Au-delà de la question lancinante du bocage dont la relation avec l’élevage est établie, c’est la question des communs, de la clôture, c’est-à-dire d’une certaine gestion de l’espace en fonction des pouvoirs et des groupes sociaux qui est posée. Une telle enquête exige, pour être efficace, un espace assez large mais homogène. Nous envisagerons ici un Ouest étendu à la Bretagne, au Maine, à l’Anjou et à la Normandie, terre de l’herbe par excellence.

L’espace de l’herbe

  • 3 Roger Grand, Raymond Delatouche, L’agriculture au Moyen Âge de la fin de l’Empire romain au xvie si (...)
  • 4 J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âg (...)
  • 5 Les travaux d’histoire agraire ont envisagé assez peu en général la question des espaces en herbe. (...)

4Les historiens, sans doute fixés sur les pratiques contemporaines, n’ont peut-être pas perçu dès le départ l’ensemble des territoires en herbe et considérés comme utiles par les médiévaux qui distinguaient fort bien le pratum du pascuum3. Une nouvelle génération de travaux, souvent attentifs au paysage a modifié notre vision et mieux distingué le pré du pacage4. Il faut donc tenter de dresser un inventaire dont il ne convient pas d’exagérer la précision en raison de la limite de nos sources mais aussi des pratiques médiévales5.

Prairies de fauche : prata

  • 6 Le pré est souvent associé à une terre ou un campum (vaste ensemble de terres labourées) et en port (...)
  • 7 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 348.
  • 8 A. de Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval (1020-1605) : étude historique accompagné du cart (...)

5L’espace de l’herbe par excellence est le pratum, que l’on peut traduire par pré ou prairie. Il s’agit des meilleurs herbages, réservés à la production de foin. Une enquête dans le Bas-Maine en recense environ 175 mentions entre le xie et le xiiie siècle. Elles cachent des situations variées. Les textes de la pratique signalent des prés en association avec des terres, des métairies souvent mais aussi des bordages6. Il faut faire une place à part au viridarium, petite prairie grasse proche de l’habitation où l’on peut garder quelques bêtes et qui se rattache à l’ouche7. Beaucoup de prés portent un nom et fréquemment en ière / erie, celui de l’exploitation dont ils font partie. En 1265, sont cités les pré et terre de la Guichardière en la Bazouge-de-Chémeré8. Tous ne sont cependant pas liés à une exploitation et peuvent constituer de grands ensembles.

  • 9 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 116.
  • 10 D. Pichot, « Le prélèvement seigneurial dans l’ouest de la France (xie-xiiie s.) », dans Monique Bo (...)
  • 11 M. Mauger et alii, En passant par la Vilaine, Rennes, 1997, pl. V, VI, VIII, XXV, XVII, XVIII, XXI.
  • 12 Ibidem, pl. XVII, XVIII.
  • 13 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 136 ; Jacques Boussard, « La vie en Anjou aux xie (...)

6Tous ces prés sont intimement liés à l’eau, l’herbe prospère en terrain humide. Les prata s’étendent dans les fonds de vallées comme celles de la Touques ou de la Dive en Normandie9. Ils sont fréquemment inondés par le débordement des étangs associés à des moulins comme celui de Jarzé dans le Maine10. Les images d’un manuscrit décrivant la Vilaine et ses rives corroborent ces faits, au début du xvie siècle. Les taches vertes, indices des prés, y ourlent les rives du fleuve sur toutes les planches11. Il faut souligner l’intérêt particulier de deux d’entre elles qui montrent des prairies en assez gros plan, au confluent avec le Meu. L’une présente une presqu’île uniquement en prés soigneusement clos de haies, l’autre met en évidence un paysage où figurent aussi des prés non clos et d’autres largement complantés12. Souvent, les vallées de l’Ouest peuvent alors présenter un paysage continu de prés comme l’indiquent les confronts et J. Boussard souligne l’importance des prairies humides en bord de Loire13.

  • 14 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 131.
  • 15 Ibidem, p. 136, 141.
  • 16 Ibidem, p. 137.
  • 17 Les dietates sont fréquentes dans le cartulaire de Notre-Dame d’Evron et les métairies du Maine voi (...)

7Les parcs appartenant aux grands sont aussi à prendre en considération. L’évêque de Lisieux garde des animaux dans le sien qui doit être largement en herbe car il y est récolté du foin14. Des prés apparaissent comme clos de fossés mais les mentions en sont tardives, pas avant le xiiie siècle15. Ils forment éventuellement de vastes ensembles dont les éléments ne sont pas clos mais bornés d’une façon ou d’une autre. C. Maneuvrier estime d’ailleurs que la fréquente mention de leur superficie est un indice d’absence de clôture16. L’évaluation des superficies se fait de façon fort diverse mais une préférence significative se dégage, en sus des arpents et autres mesures comme les virgatae, pour les dietates qui deviendront les hommées quand les textes emploieront le français, c’est-à-dire qu’elles sont estimées en journées de faucheur, précisant bien leur finalité17.

  • 18 Création d’un pré : J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 533 ; interdiction de supprimer un pré, (...)
  • 19 1115, « […] Quoniam autem aqua in pratis dormiens pratis nocebat[…] fieri precepit […] fossatum in (...)
  • 20 Trois arrosages en saison au début du xive siècle. L. Delisle., Etude sur la condition…, p. 273.
  • 21 Ernest Laurain, « Chartes de Fontaine-Daniel et Montguyon », Bulletin de la commission historique e (...)

8Sur les techniques agricoles, nous ne percevons pas grand-chose. Les prés peuvent être créés sur des terres humides drainées ou par défrichement comme le mentionnent les chanoines de la Roë, et la prairie peut aussi disparaître pour une mise en culture18. Les religieuses du Ronceray transforment de mauvais pâtis marécageux en prés par drainage en creusant des fossés19. Dans quelques cas sont prévus des arrosages comme le signale L. Delisle en Normandie20. Par contre, le pratum exclut la présence d’animaux pendant la croissance de l’herbe et jusqu’à la fenaison, leur présence est ensuite autorisée, sauf si l’on envisage un regain, ce qui est parfois précisé21.

  • 22 Perrine Mane, Calendriers et techniques agricoles. France-Italie : xiie-xiiie siècles, Paris, 1983  (...)

9Sur la fenaison, nous possédons le témoignage des calendriers qui, avec une grande unanimité, consacrent le mois de juin au faucheur. Certes, l’image n’est qu’en partie fiable, en particulier, la représentation d’un personnage unique, emblématique, contredit les équipes de faucheurs réquisitionnés suggérées par les textes. Seule l’action du faucheur est représentée22.

Fig. 1. Le faucheur, Calendrier de l’église de Pritz (Laval), mois de juin (xiiie siècle) (cliché inventaire des Pays de Loire)

  • 23 « De servicio pratum.[…] debet invenire falcatorem et dimidiam pratis falcandam […] tenetur expende (...)

10L’homme travaille à la faux dotée d’une large lame qu’il affûte régulièrement avec la pierre portée dans un étui de cuir à la ceinture. Un état des revenus du Mont-Saint-Michel à Breteville décrit brièvement le contenu de la corvée exigée. Après avoir fauché un demi acre, le paysan devra étendre le foin, le retourner, le regrouper à la fourche et le porter au fenil du manoir23.

  • 24 C’est aussi l’avis de J.C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 357.

11L’existence des prés de fauche est donc bien marquée dans tout l’Ouest. Ils colonisent les fonds de vallées et sans doute d’autres zones, s’insèrent tout naturellement dans les composantes des exploitations. Sans qu’elle soit dominante, leur présence s’affiche comme une réalité forte24. Ils ne peuvent cependant pas suffire à la nourriture des animaux d’autant plus qu’ils ne sont utilisés que très partiellement comme pâture.

Espaces de parcours

12Il faut donc largement compter avec d’autres espaces totalement intégrés au système agricole et qui offrent des possibilités étendues. La forêt se présente comme le domaine le mieux connu. Les fondations religieuses et les habitants des bourgs reçoivent obligatoirement des droits d’usage dans les forêts : le pasnage mais aussi la pastura ou l’herbagium c’est-à-dire le droit de faire pâturer leurs animaux. Si le pasnage des porcs exige seulement la présence de chênes et peut donc se faire dans un cadre vraiment forestier, il n’en va pas de même pour des animaux notoirement herbivores comme le bœuf ou le cheval.

  • 25 Dom Anger, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt, Rennes, 1911, no 4.
  • 26 « Si quando autem bobus eorum pabula deessent, non brusto sed inferioribus arborum foliis eos alere (...)
  • 27 « Poterunt autem monachi circa se facere ad aquatorium animalium, ita quod in alienis pratis damnum (...)

13Il n’est guère nécessaire de rappeler que foresta relève du domaine juridique ni de s’appesantir sur la dégradation de la forêt médiévale. Néanmoins, il n’est pas vain de préciser en quoi elle représente une possibilité majeure de pâturage et non une sorte de pis aller. Si la silva relativement dense se rencontre, elle s’éclaircit le plus souvent et peut apparaître comme une sorte de prairie arborée où la pâture est abondante. Les textes citent fréquemment des prata, c’est-à-dire des prés de fauche, en pleine forêt. Au xiie siècle, le duc Conan de Bretagne échange un pratum contre un autre, en forêt de Rennes, sans doute faut-il y voir de véritables clairières25. Les moines de Saint-Melaine de Rennes, en 1133, reçoivent le domaine de Carcraon, composé de terre, pré et bois. La forêt est expressément notée comme lieu de pâturage des bœufs avec cette mention que si l’herbe venait à manquer, ils pourraient être nourris avec les feuilles des basses branches26. Des aménagements sont éventuellement autorisés. Les bergers peuvent construire des abris qui leur évitent de ramener leur troupeau tous les soirs ou édifier de petits barrages sur les ruisseaux pour obtenir des abreuvoirs. Le seigneur de Laval autorise ainsi l’abbaye cistercienne de Clermont à élever des chaussées de moins de huit pieds, soit deux mètres, afin de ne pas causer de dommages majeurs aux prairies27.

  • 28 A. Angot, Dictionnaire historique…, t. I p. 689.
  • 29 D. Pichot. « Les espaces collectifs et leurs usages dans l’ouest de la France (xie-xiiie siècle », (...)
  • 30 R. Musset, Le Bas-Maine…, p. 195-197.
  • 31 Annie Antoine, « La fabrication de l’inculte, landes et friches en Bretagne avant la modernisation (...)
  • 32 D. Pichot, « Les espaces collectifs… ». ; Delphine Barbier et alii, « Une source pollinique et son (...)

14Cependant, la dégradation des forêts entraîne souvent une assimilation à la lande. À la fin du Moyen Âge, beaucoup sont délabrées par les usages et le surpâturage, au point d’être au bord de la disparition. Il est d’ailleurs significatif que le terme technique landa ne se diffuse pas avant le xiiie siècle. En 1299, Guillaume de Sillé donne 72 sexterées de terre « es landes et brières où estoit auparavant la forest des Couevrons28 ». Cet espace est original et fondamental29. C’est d’abord une élaboration humaine car il résulte des défrichements opérés mais aussi d’une gestion volontaire qui favorise le développement de certaines espèces comme genêts ou ajoncs30. A. Antoine l’a bien montré pour l’époque moderne et il y a tout lieu de croire que le Moyen Âge a largement établi les usages31. La lande est présente partout, sous forme de parcelles incluses dans les exploitations mais de façon plus massive sur le pourtour des forêts, aux marges des terroirs paroissiaux ou sur des espaces peu favorables aux cultures. Les cartes du xviiie siècle pour la Bretagne et le Maine ainsi que les feuilles de la carte de Cassini mettent le fait en évidence et les profils polliniques confirment le développement de landes à bruyères qui témoignent de la disparition des forêts, volontaire ou non32.

  • 33 J. R. Trochet, Aux origines de la France rurale. Outils, pays et paysages, Mémoires et documents de (...)
  • 34 « […] in foresta de landis de Pertro totam terram quae est juxta brolium Benedicti a chemino quercu (...)

15À vrai dire, ces landes ne se distinguent pas toujours des friches et jachères. L’usage de laisser au repos les sols froids de très longues années favorise cette confusion et J.R. Trochet rappelle opportunément que, dans la haute Bretagne, la terre laissée au repos prend le nom de pâtis33. Aussi, quand un texte du xiiie siècle signale des prés situés dans les landes de la forêt du Pertre, notre typologie vacille34. La charte décrit en fait un paysage complexe où coexistent bois, landes, prés et champs et souligne que le saltus et l’ager, non seulement sont fortement imbriqués, mais que, surtout, les mêmes espaces s’y inscrivent alternativement au gré d’un système agraire dont il faut souligner l’adaptation aux conditions posées par l’environnement.

  • 35 Yves Chauvin, Cartulaires de Saint-Serge et Saint Bach d’Angers (xie-xiie s.), t. 2 p. 336 (1062-10 (...)
  • 36 Marcel Planiol, La très ancienne coutume de Bretagne avec les assises, constitutions de Parlement e (...)

16Il n’est donc pas étonnant que l’on puisse parler de vaine pâture, situation un peu surprenante si l’on imagine un système dominé par un strict individualisme qui n’est guère pensable à l’époque. Les terres dépouillées de leur récolte accueillent les bestiaux dans une charte angevine du cartulaire de Saint-Serge d’Angers et, en Normandie, un système complexe s’est établi qui autorise aussi le pacage sur les chaumes35. Vraisemblablement, dans un espace assez peu clos encore, l’abandon au bétail des terres vaines ne tient sans doute guère compte des distinctions confuses entre ager et saltus et la très Ancienne Coutume de Bretagne du xive siècle autorise de façon générale le parcours des troupeaux en temps de guerb, c’est-à-dire en automne36.

  • 37 M. Mauger, En passant par la Vilaine…, pl. II mais aussi I, III, IV ; voir aussi, N.Y. Tonnerre, «  (...)

17Enfin, on ne soupçonne guère l’intérêt et l’importance des terres marécageuses. Des espaces considérables, ennoyés une partie de l’année, se dégagent à la belle saison pour offrir des pâturages abondants mais de qualité inégale. Parmi les mieux connus figurent les marais de la basse Vilaine et de l’Oust aux environs de Redon. Les terres les plus basses, plus longtemps inondées, ne portent que des plantes fortement hygrophiles peu nourricières, mais celles qui sont un peu plus élevées et plus longtemps hors de l’eau peuvent être qualifiées de prata. Le manuscrit peint de 1543 met en évidence de vastes pâturages chargés de troupeaux, un paysage complexe d’îles où la circulation est difficile mais qui détermine largement la vie des sociétés riveraines, la planche II montre même les entrelacs de branchages qui stabilisent les rives37.

Fig. 2. Prés enclos et terrains de parcours sur les bords de la Vilaine (1543) (Bnf. Rés. Ge.EE.146).
Ces miniatures ont été faites dans un but technique pour établir un bilan des travaux d’aménagement de la rivière et le procédé employé, la chorographie, a pour but de donner une certaine référence au réel. Sans être exactes, ces représentations sont donc assez fiables.

  • 38 André Dufief, Les Cisterciens en Bretagne (xiie-xiiie s.), Rennes, 1997, p. 112-113 ; Jean-Luc Sarr (...)
  • 39 Marie Casset, « Approche historique de l’action de l’homme dans un milieu fluviomarin au Moyen Âge  (...)
  • 40 Tiphaine Roland, L’appropriation de l’espace par les cisterciens d’après l’exemple du monastère de (...)

18Non loin, les cisterciens de l’abbaye de Buzay bâtissent un temporel sur les vallées marécageuses de la basse Loire et de son affluent le Tenu où ils élèvent moutons et chevaux38. Ils contrôlent tout le système d’éclusage et des étiers, qui leur permet de gérer l’ensemble au mieux de leurs intérêts. Dans le Cotentin, les vallées envahies par la transgression flandrienne forment de vastes zones amphibies qui offrent des pâturages saisonniers39. Le domaine de Réville, proche de Saint-Vaast la Hougue, appartenant à l’abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel, unit terres de labour et marais et incorpore une bergerie. Les moutons prospèrent sur les terres humides découvertes par la mer40.

19Les espaces de pâturage s’avèrent donc étendus et divers même si la typologie doit en être nuancée ; tous les degrés de transition sont envisageables. Plusieurs indices nous font cependant soupçonner une modification des équilibres entre ces catégories qui justifient une étude plus approfondie.

La place des pâturages : l’élevage réévalué

20L’inventaire esquissé laisse supposer une forte emprise des pâtures. Il faudrait donc tenter de dresser un bilan, même approximatif, qui permettrait de mieux comprendre le système d’occupation du sol et son évolution. Indubitablement, une tendance à l’accroissement des espaces de pâturage se précise. Les mentions de prés se font beaucoup plus denses au xiiie siècle sans que l’on puisse invoquer seulement un effet documentaire.

  • 41 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 533.
  • 42 « Praeterea dederunt iidem barones ipsis monachis prata de grangiae de brolio Benedicto sufficienti (...)
  • 43 M. Le Mené, « La forêt du Lattay au Moyen Âge. Défrichement de sa partie occidentale entre la Loire (...)

21Les défrichements de l’Ouest passent souvent par une première étape de prairie, on ne cherche pas seulement à obtenir des terres céréalières41. Des prés sont gagnés sur la forêt. Gui VI de Laval, associé à André II de Vitré, en 1207, autorise l’abbaye de Clermont à créer des prés pour sa grange du Breil Benoît42. Les gagneries installées dans la forêt du Lattay par les religieuses du Ronceray d’Angers à la fin du xie siècle incorporent de vastes étendues de pacages43.

  • 44 Jean Allenou, Histoire féodale des marais, territoire et Église de Dol, Rennes, 1917 ; A. Chedevill (...)
  • 45 « […] et totum Carcou quamdiu terra nigra durat et secte de Carcou, et prata, et pasture, et juncet (...)

22L’extension des pâturages est forte aussi aux dépens des terres marécageuses, d’autant plus, au moins pour les territoires maritimes, que les terres salées ne peuvent au début que porter de l’herbe. Il en va ainsi dans le marais de Dol. À partir du xiie siècle, une politique de poldérisation se développe, moins sous l’influence des maisons religieuses que, semble-t-il, sous l’impulsion de paysans indépendants plus ou moins regroupés. Digues et canaux assèchent des surfaces croissantes et apparaissent les verdières, aujourd’hui les herbus, en bordure d’estran. Une enquête par tourbe de 1181 sur le régaire de l’archevêque de Dol met en lumière cette progression des terres44. Verdières, prés, sectes (des prairies de fauche ?) occupent une grande place dans les témoignages45.

  • 46 Marie-Pierre Ruas, « La Cocherais, Tinténiac, résultats préliminaires, fév. 1991 », Centre d’anthro (...)
  • 47 D. Barbier, « Une source pollinique… », Lionel Visset, « La tourbière de Landemarais en Parigné (Il (...)

23Les analyses polliniques viennent nuancer et préciser les textes. En Mayenne, en forêt de Fougères ou à Nantes, les profils présentent un aspect similaire. Le couvert forestier s’éclaircit fortement pendant le haut Moyen Âge. C’est le cas à La Cocherais, à Tinténiac et surtout à Montours où les fouilles ont bien mis en lumière le phénomène. Autour d’un ruisseau, des prairies ont été ouvertes au ixe siècle, mais le xe se traduit par un retrait46. À Glatinié, près de Laval, poacées et rudérales prennent une place croissante qui s’épanouit à la période féodale. Plantain et composées se trouvent alors à leur niveau le plus élevé. Près de Nantes, aussi, un gros ensemble de graminées laisse entrevoir un élevage soutenu dès le xiie siècle. Le système saltus / ager se trahit particulièrement par le développement des landes à bruyères47. Si, à cette époque, les cultures céréalières manifestent une présence accrue, il en va de même pour les prairies.

  • 48 Loïc Gaudin, Transformations spatiotemporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis l (...)
  • 49 Ibidem, p. 245.
  • 50 Ibidem, p. 244.

24Toutes les études palynologiques indiquent un déboisement précoce et modifient la vision offerte par les textes qui ne le datent que du xie siècle ; tout s’accorde cependant pour voir le mouvement continuer et s’accentuer durant la période féodale. Reprenant l’ensemble des analyses polliniques et carpologiques, L. Gaudin a tenté une synthèse pour l’ensemble armoricain48. Au cours du Moyen Âge, les herbes, en particulier les poacées, gagnent du terrain (25 à 40 % des pollens) et les prairies hygrophiles ont tendance à diminuer à la période féodale alors que se développent des prairies mésophiles, de qualité meilleure. Le fait est interprété comme la résultante d’un travail de drainage et d’aménagement et non comme une conséquence climatique. La lande, très présente aussi dans 40 à 50 % des sites étudiés, tend à reculer au bénéfice des prairies ou des cultures49. Les groupements de taxons relatifs à la prairie sont présents dans 60 à 80 % des études, ainsi que ceux des forêts pâturées et des lisières forestières, traduisant une agriculture avec élevage à caractère extensif50.

25Au-delà de la diversité des pâturages, ce qui s’avère le plus significatif dans l’Ouest, c’est donc la progression et l’importance des surfaces en herbe susceptibles d’être pâturées. Ces espaces sont considérables et même très largement majoritaires par rapport à la terre labourée. La prairie de fauche, pas omniprésente mais bien implantée, est fortement appuyée par des terrains de parcours des plus divers qui offrent des possibilités certaines à un élevage moins faible que ce qui est souvent écrit.

Herbe et distinction sociale

26L’importance des pâturages et consécutivement de l’élevage se répercute dans les rapports sociaux. Sans forcer inutilement le trait, ils ont obligatoirement leur place dans les enjeux qui traversent la société, économiques bien sûr, mais aussi de pouvoir, si bien que l’herbe occupe une place non négligeable dans la complexité des structures qui régissent les hommes dans l’Ouest de la France.

Herbe et grands domaines

  • 51 René Musset, « Une institution peu connue de la Normandie ducale : les prés et le foin du Seigneur (...)
  • 52 « Ad Fossas super Ligerim, XXX arpennos pratorum », P. Marchegay, Cartularium monasterii…, no 1.
  • 53 « […] semel in anno corvata de terre Divitis ad prata sua falcanda, », cité dans D. Pichot, « Le pr (...)

27Prairies et pâturages, sans être l’exclusivité des puissants, sont quand même très largement placés dans leur dépendance et s’intègrent dans la seigneurie. Seigneurs laïcs ou religieux, possesseurs majeurs de la terre, sont dotés de domaines fonciers où les espaces en herbe sont importants, voire considérables. En Normandie, le duc-roi tient de grandes étendues de prairies, dont subsiste en grande partie la prairie de Caen mais il en possède aussi au Vaudreuil, à Rouen, Avranches. Elles sont gérées par un maréchal qui a sous ses ordres des prayers, soit une administration développée chargée du foin du duc51. Des traces d’un système analogue semblent se retrouver en Anjou. En 1028, le comte Foulque d’Anjou donne à l’abbaye du Ronceray trente arpents de pré, d’un bloc, situés en bord de Loire, au lieu dit Les Fosses52. Les descriptions mentionnent de grands prés dans les réserves seigneuriales ainsi que les parcs évoqués précédemment. Pour faucher les foins, il peut être fait appel aux hommes de la seigneurie et on découvre, aux xiie et xiiie siècles, quelques mentions de journée de faneurs53. Il s’agit d’un des rares cas de corvée dans l’Ouest.

  • 54 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 557-558 ; A de Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l’abba (...)
  • 55 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 343.

28Le monde religieux n’est pas en reste. Les chanoines de la Roë développent des prairies autour de leur abbaye et Saint-Aubin d’Angers possède dans ses villae de Chiriacus et Chemellier des prata dominica54. Les granges cisterciennes regroupent de vastes espaces de pâturages : celle de Breil Benoît appartenant à Clermont étend son influence sur de vastes portions des landes de la forêt du Pertre où prés et pâturages constituent l’essentiel de son temporel55.

  • 56 J. Allenou, Histoire féodale des marais…
  • 57 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 343, 348 ; C. Huet, La vie rurale dans le Maine au début du xve siècle (...)

29Souvent, la réserve seigneuriale est lotie sous formes de métairies, grosses exploitations pas obligatoirement tenues à mi-fruit. L’archevêque de Dol, par exemple, a installé de nombreuses métairies dans le marais56. Elles comprennent des superficies importantes en herbe. Au début du xve siècle, celles de la chartreuse du Parc, dans le diocèse du Mans, comptent entre 11 % et 20 % de prairies de fauche. La stabilité de ces exploitations nous permet de penser que les chiffres étaient comparables au xiiie siècle. La proportion est modeste mais la prairie est loin d’être le seul pâturage et, finalement, les labours ne sont sans doute guère supérieurs chaque année57. L’essentiel des prairies de fauche appartient donc aux grands qui peuvent distraire des surfaces étendues de la nécessaire culture des céréales.

  • 58 Prata dans un bordage, R. Charles, S. Menjot d’Elbennes, Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Ma (...)

30À côté, les tenures, sans être dépourvues, font assez piètre figure. La petite exploitation familiale ne comprend que peu de prés de fauche et peut aussi profiter de bouts de lande et des terres en jachère, ce qui représente assez peu de chose58. Par contre, elle bénéficie des concessions de nombreux droits d’usage qui obligent à envisager sous un autre jour le contrôle de l’herbe.

Herbe, pouvoirs et communautés

  • 59 R. Musset, « Une institution peu connue… »

31Le nombre de détenteurs du ban qui exercent un contrôle sur tous les espaces parcourus par les troupeaux est réduit, mais affirme de façon étroite le poids du pouvoir seigneurial. Beaucoup de terres, prés, landes ou bois sont, au xie siècle, en leurs mains. Dans certains cas, il s’agit de biens fonciers relevant du fisc comtal ; le cas le mieux connu est sans doute celui des prés du duc, en Normandie. Ces vastes prairies, héritées vraisemblablement du fisc carolingien, montrent bien l’association pouvoir, cavalerie, prairie mais s’insèrent aussi profondément dans les systèmes féodal et seigneurial. Une part a été visiblement usurpée par des vassaux mais beaucoup de grands personnages de la cour, évêques, abbés, grands barons, ont des concessions dans les prés de Rouen. On remarque surtout que bien des revenus de ce foin sont liés à la garde des châteaux ducaux59.

  • 60 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 222-224.
  • 61 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au xie siècle, Paris, 1972 ; C. Brühl, Fodrum, g (...)

32On n’est donc pas dans une simple conjoncture agricole mais bien au cœur du système social et le foin du duc est récolté par un système de corvées, qui réquisitionne les paysans libres sur un vaste district aux alentours de chaque domaine. Les villageois de Rots et Cheux, situés à 10 et 13 km de Caen, assurent le travail mais en contrepartie jouissent de droits d’usage sur des portions de prairie60. En Anjou, le feurre, fodrum ou foragium, transformé en versement en numéraire, était initialement un prélèvement en fourrage pour nourrir la cavalerie comtale et présente donc bien aussi un fort caractère militaire provenant de l’héritage carolingien61.

  • 62 D. Pichot, « Les espaces collectifs… ».
  • 63 Ibidem.
  • 64 M. Planiol, La très ancienne coutume…, p. 325-326.

33Le pouvoir seigneurial s’étend cependant bien plus largement. Les comtes et leurs principaux vassaux conservent ou acquièrent l’autorité sur les eaux et forêts, les terres vaines, c’est-à-dire que leur usage se trouve lié à une autorisation de leur part. Il peut s’agir d’un héritage du passé, mais aussi de captation éventuellement par la force62. Ces seigneurs concèdent des usages. Nous les connaissons principalement par les exemptions dont bénéficient les maisons religieuses. La fondation d’un prieuré entraîne obligatoirement un tel don63. La gratuité n’est donc pas la règle mais de notables allègements sont consentis quand un seigneur veut attirer des bourgeois. En 1225, Pierre Mauclerc, en fondant Saint-Aubin-du-Cormier, accorde de grandes facilités aux futurs bourgeois en matière de pâture64.

  • 65 H. Guillotel, Les actes inédits des ducs de Bretagne (944-1148), no 19, à paraître ; M. Le Méné, «  (...)
  • 66 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 494-495.

34En règle générale, surtout pour les forêts, un certain nombre de taxes sont perçues et leur démultiplication avec le temps révèle une pression accrue. Le terme général d’usagium désigne d’abord tout usage, pour la pâture ou pas. Très vite, des exigences spécifiques apparaissent. Dès le xie siècle, c’est le vaccagium aussi bien en Anjou qu’en Bretagne. Il s’agit d’un prélèvement sur le gros bétail, une obole par tête de bétail en Anjou en 1120. M. Le Mené se demande s’il ne s’agit pas d’une survivance du carnaticum carolingien65. Cependant, s’impose vite la pastura. Le terme s’applique au pâturage d’hiver (décembre à mars) pour l’ensemble des aumailles. Il s’étend aux porcs et se distingue du pasnage66. On ignore son montant, mais tout en constituant une source de revenu substantielle pour le seigneur, cette charge pèse modérément sur le paysan. En fait, les choses sont un peu plus compliquées car, si le droit de pâture peut faire l’objet d’un paiement, il peut aussi s’inscrire dans le statut général de la seigneurie et venir en contrepartie de devoirs divers.

35Les historiens écrivent en général que l’usage des landes est beaucoup plus libéral, voire gratuit. La chose est difficile à trancher, d’abord dans la mesure où ces espaces sont mal distingués. Par contre, l’usage des prés prend des formes particulières. En Normandie, les prés ducaux sont abandonnés après la fenaison aux usagers qui disposent du regain et peuvent y mettre leurs animaux : c’est la banon des prés définie par la coutume.

  • 67 A. Antoine, Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque m (...)

36Ces concessions ne sont pas de la simple bonne volonté des seigneurs, la coutume les y contraignant en partie et cela se retrouve dans la très Ancienne Coutume de Bretagne : les animaux peuvent pâturer librement sur toutes les terres ouvertes67. Les droits de pâturage comme les droits d’usage du bois font donc partie intégrante des exploitations agricoles que l’on ne peut apprécier sans tenir compte de cette réalité. En même temps, le contrôle des usages exige un personnel de surveillance qui enrichit le corps des ministériaux et l’encadrement seigneurial.

  • 68 Robert Triger, « La légende de la reine Berthe et la fondation des églises de Moitron, Ségrie, Sain (...)
  • 69 Arch. départ. Mayenne, ms 35, no 361 ; M. Mauger, En passant par la Vilaine…

37L’utilisation des pâturages est donc, en grande partie, un phénomène d’usage sur des biens communs à la disposition des paysans. Le plus souvent, ces droits sur landes et bois concernent des territoires proches, mais ce n’est pas toujours le cas et les usagers peuvent être éloignés des lieux qui leur sont concédés. Les landes des Bercons dans le haut Maine couvrent plusieurs milliers d’hectares, 2 400 hectares encore au xixe siècle, répartis sur cinq paroisses, et de nombreuses communautés souvent lointaines y ont accès68. Les bénéficiaires jouissent de la communia. Le contenu du mot n’est jamais explicité mais on peut y voir la définition d’un droit à caractère collectif sur ces espaces que l’on dénomme logiquement des communitates, des communs. C’est ainsi que sont désignées les landes de Oisseau dès 1220-29 et le mot apparaît plusieurs fois dans les images des marais de la Vilaine autour de Redon69. Quel degré de pratiques collectives est-il pratiqué ? Difficile de le savoir.

  • 70 L. Musset, « Une institution peu connue… », p. 86-87.
  • 71 Ibidem ; Redon, système du terjettage, Sklaerenn Scuiller, Les marais de la Vilaine au xviiie s., e (...)

38Une organisation particulière et complexe peut concerner l’exploitation de certaines prairies. Celles de Normandie portent parfois des noms qui renvoient à des chiffres : trigena, quatorzenaria : peut-être faut-il y voir une gestion collective où chacun bénéficie d’un lot pour faner mais dont la division fait l’objet d’une rotation70. On peut soupçonner un système analogue à celui que l’on peut observer jusqu’à une date tardive dans les marais de Redon pour l’exploitation du foin71. De telles pratiques soulèvent la question de l’accessibilité des terres.

Entre ouverture et clôture

  • 72 Par exemple, arch. départ Mayenne, ms 35, no 353, Cartulaire de N.D. d’Évron, no 93.

39Le profit tiré des pâturages est donc essentiel à la vie des paysans et explique la valeur qui s’y attache ainsi que les tensions que l’on peut relever. Les conflits sont nombreux et concernent toutes les couches de la société. Des seigneurs occupent des prés monastiques, des paysans veulent imposer leurs droits d’usage, d’autres cherchent à éliminer des usagers concurrents, violences et procès ne sont pas rares72.

  • 73 P. Marchegay, Cartularium monasterii…, no 400.
  • 74 Arch. départ. Mayenne, ms 33, no 102, ms 339 et 415.

40Les prés de fauche ont du prix aux yeux de leurs possesseurs. Des actes précisent que certains sont offerts sous la condition expresse qu’ils ne seront pas convertis en labours. D’autres sont concédés à cens, mais peuvent faire l’objet d’opérations fructueuses : les religieuses du Ronceray, vers 1170, doublent le cens d’un pré en le confiant à Geoffroy de La Perrière, il passe de 2 à 4 nummos, somme modeste, mais elles reçoivent en remerciement 40 sous73. Quelques prix de vente conservés se placent plutôt à des niveaux élevés. En 1190, l’abbaye de Savigny donne 7 £ 5 s pour le pré de Vaugarnier en Saint-Berthevin-La-Tannière ; en 1215, elle débourse 20 £ du Mans pour un pré à Sillé-le-Guillaume et 30 £ tournois, en 1247 pour un autre près de Mayenne74. Ces sommes soutiennent parfaitement la comparaison avec celles qui concernent des terres et la hausse vraisemblable contribue à aggraver les tensions. Il est cependant difficile d’aller plus loin en raison de notre ignorance des conditions des contrats et surtout des superficies.

  • 75 Le phénomène de protection des bois et le freinage des défrichements est bien connu et se place dan (...)
  • 76 « […] Qui Heudo […) immisit quadam vice, quasi propter consuetudinem, omnes equos suos et suorum, n (...)
  • 77 Ibidem, on trouve une traduction des principaux passages dans R. Grand, R. Delatouche, L’agricultur (...)

41La multiplication des défrichements et les conséquences d’usages intensifs font alors peser des menaces sur les espaces de parcours, ce qui suscite d’autant plus d’inquiétude, aussi bien chez les seigneurs que chez les usagers. Si l’on ajoute à cela une volonté seigneuriale de conserver au mieux droits et terres, la tendance va dans le sens de la restriction75. Les bois sont mis en défens et les droits de parcours sensiblement limités. Une notice de plaid, de 1056-1060, montre la complexité des enjeux. Eudes de Blaison envahit le terrain que les moines de Saint-Aubin viennent de transformer en pré et y met ses chevaux76. Le texte rend compte en termes très vivants du dialogue avec le comte. Celui-ci s’étonne qu’Eudes n’ait pas non plus transformé ses pacages, lequel répond avec un peu de mauvaise foi, que la Loire lui prend ses terres. Geoffroy Martel conclut, non sans humour, que le fleuve lui apporte plus de terre que le roi de France et que, de toute façon, les moines n’ont pas à payer pour ces agressions77. Outre les problèmes liés à l’érosion, le texte met en scène la bonification par les moines d’une terre marécageuse ou d’un noue, ce qui a pour conséquence d’interdire ce nouveau pré aux usages dont Eudes et ses hommes jouissaient. La question des terrains de parcours est au cœur du problème.

  • 78 E. Zadora-Rio, « De la haie au bocage, quelques remarques sur l’Anjou aux xie et xiie siècles », Le (...)
  • 79 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 577-581.
  • 80 De nombreux exemples sont cités dans Michel Brand’honneur, Manoirs et châteaux dans le comté de Ren (...)

42Cela explique que des espaces de plus en plus nombreux soient clos : des bois mais aussi des prés. À l’époque féodale, le paysage rural se caractérise par son ouverture ; quelques talus et haies ne constituent pas alors un bocage. La progression des fossata, c’est-à-dire d’un ensemble (fossé, talus, haie) se fait petit à petit. Sont d’abord fermés des ensembles et non des parcelles et très nettement les domaines des religieux et de l’aristocratie78. Le parcellaire elliptique de Ballots, dans le nord de l’Anjou, dû à un prieuré de Grandmont, remonte au xiie siècle. Il est connu par les textes mais aussi par le cadastre et il subsiste encore largement dans le paysage. Très vaste, 1 100 mètres sur 600, mais constituée en deux étapes successives, cette ellipse est ceinte d’un talus avec fossé. L’ensemble semble prioritairement destiné à l’élevage, des prairies de fauche étant installées dans le fond de la vallée de l’Usure, tandis que les versants offraient des possibilités de pâture renforcées par la forêt toute proche79. M. Bran-d’honneur souligne que les mottes s’entourent de vastes enclos d’une dizaine d’hectares en moyenne, et déduit, non sans arguments, que l’humidité des lieux, la forme du parcellaire supposent moins des labours que des prés dans lequel il voit paître plus spécialement les chevaux80.

  • 81 L. Chaumeil, « L’origine du bocage en Bretagne », Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, t. 1, p. 16 (...)
  • 82 A. Antoine, « La porosité du bocage », La fabrication du paysage, actes du colloques de Brest (mars (...)
  • 83 « Ad pratum de fossis sufficienter claudendum », A. Chédeville, Liber controversiarum Sancti Vincen (...)
  • 84 M. Mauger, En passant par la Vilaine…, pl. XIV, XVII, XVIII.
  • 85 D. Marguerie et alii, « Bocages armoricains… », p. 125.

43La clôture n’est sans doute pas totalement motivée par l’élevage, ou plus précisément par ses aspects techniques, comme le pensait L. Chaumeil81. La haie ne peut retenir le bétail : elle lui interdit d’entrer jusqu’à un certain point car le bocage est poreux82. Il faut cependant reconnaître que les vignes dont on protège la valeur connaissent une réelle précocité mais l’une des premières mentions de clôture complète concerne un pré en 121683. Certaines planches du manuscrit de la Vilaine montrent un bocage en voie de constitution et les prés sont déjà parfaitement clos84. Il est vrai que nous sommes au début du xvie siècle et que l’embocagement s’accélère, traduisant une évolution profonde dans la société85.

  • 86 J. R. Trochet, Aux origines de la France rurale…
  • 87 Gérard Sivery, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Âge, Lille, 1990.

44La clôture des prairies, en priorité par les puissants, tend certes à protéger ces biens, mais le souci économique vient sans doute après un souci de distinction sociale. Il s’agit de mettre à part les terres nobles que l’on peut clore sans difficulté selon la Coutume de Bretagne et l’un des buts est donc sans doute de soustraire ces espaces aux usages communs. Les terres seigneuriales ont tendance à se fermer, ce que constate J. R. Trochet dans son étude sur les pratiques agraires86. La progression du bocage se fait au détriment des usages collectifs, en particulier de pâturage, et les tensions s’expliquent. Naît alors un certain individualisme agraire initié sans doute par les puissants et relayé ensuite par les paysans les plus aisés disposant de terres importantes. Les pâturages se placent donc au cœur de certains clivages sociaux et ils constituent un élément fort, sinon plus, dans les distinctions sociales et l’évolution des sociétés de l’Ouest. On peut rapprocher ce constat des hypothèses de G. Sivery quand il considère les communautés d’éleveurs comme plus libres et plus fortes87.

***

45La place des espaces en herbe, quelle que soit leur nature, est sans aucun doute beaucoup plus importante qu’il n’a été écrit. Il n’est pas question de remettre en cause la vision générale que nous avons de la vie des champs médiévale mais il faut reconsidérer la place des pâturages et surtout mieux évaluer leur place et leur rôle dans un système global de l’Ouest français. En ce domaine, la conclusion dépasse peut-être le cadre spatial étudié.

46Il faut aussi considérer que la question suscite ses sources et, si les textes ne sont pas si rares, la progression de nos connaissances dans ce domaine est venue et ne pourra se poursuivre que par une vraie recherche interdisciplinaire comme souvent en histoire rurale, l’archéologie et les sciences de la nature sont indispensables.

47Malgré tout, si le bilan n’est pas si négatif, nos connaissances ont besoin de progresser. L’évaluation des terrains dédiés à l’herbe est à affiner et à préciser. Tous les pâturages ne se valent pas et leur utilisation est aussi sans doute fort inégale. À partir de là, il devient plus facile d’examiner la place que jouent ces espaces qui n’ont rien de marginal dans la vie des sociétés. Sans affirmer que tout tourne autour de l’herbe, prés et pâturages ne sont pas de mauvais observatoires pour comprendre la vie des hommes.

Notes

1 Léopold Delisle, Étude sur la condition de la classe rurale et l’état de l’agriculture en Normandie, 1851. Pour les thèses de géographie, on peut citer l’exemple majeur : René Musset, Le Bas-Maine, étude géographique, Paris, 1917.

2 Michel Le Méné, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, Nantes, 1982.

3 Roger Grand, Raymond Delatouche, L’agriculture au Moyen Âge de la fin de l’Empire romain au xvie siècle, Paris, 1940, p. 291-314.

4 J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âge), Laval, 1993 ; Daniel Pichot, Le Bas-Maine du xe au xiiie s. : étude d’une société, ? ; Christophe Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales au Moyen Âge : le Pays d’Auge jusqu’à la fin du xiiie s., thèse, Caen, 2000, dactyl.

5 Les travaux d’histoire agraire ont envisagé assez peu en général la question des espaces en herbe. On peut citer René Niderst, L’occupation du sol et la vie rurale en Anjou (des origines au Moyen Âge), thèse d’État, Université de Paris, 1949, dactyl. ; André Bouton, Le Maine, histoire économique et sociale, le Moyen Âge, Le Mans, 1976, 2e ed. ; Noël-Yves Tonnerre, André Chédeville, La Bretagne féodale, xie-xiiie s., Rennes, 1987 ; pour le vocabulaire, on se référera à Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, 2006.

6 Le pré est souvent associé à une terre ou un campum (vaste ensemble de terres labourées) et en porte le même nom.

7 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 348.

8 A. de Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval (1020-1605) : étude historique accompagné du cartulaire de Laval et Vitré, Paris, 1903, no 465.

9 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 116.

10 D. Pichot, « Le prélèvement seigneurial dans l’ouest de la France (xie-xiiie s.) », dans Monique Bourin, Pascual Martinez Sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive s). Réalités et représentations, Paris, 2004, p. 607-629.

11 M. Mauger et alii, En passant par la Vilaine, Rennes, 1997, pl. V, VI, VIII, XXV, XVII, XVIII, XXI.

12 Ibidem, pl. XVII, XVIII.

13 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 136 ; Jacques Boussard, « La vie en Anjou aux xie et xiie s. », Le Moyen Âge, 1950, p. 55.

14 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 131.

15 Ibidem, p. 136, 141.

16 Ibidem, p. 137.

17 Les dietates sont fréquentes dans le cartulaire de Notre-Dame d’Evron et les métairies du Maine voient leurs prés systématiquement estimés en hommées au xive siècle, Yannick Hillion, Le chartrier de l’abbaye Notre-Dame d’Evron, thèse de 3e cycle, Rennes, 1977, no 69 ; Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900-1909.

18 Création d’un pré : J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 533 ; interdiction de supprimer un pré, Cartulaire de Savigny pour le Maine, Arch. départ. Mayenne, ms 35, no 162.

19 1115, « […] Quoniam autem aqua in pratis dormiens pratis nocebat[…] fieri precepit […] fossatum in pratis », Paul Marchegay, Cartularium monasterii Beatae Mariae Caritatis andegavensis-Archives d’Anjou, t. 3, 1854, no 202.

20 Trois arrosages en saison au début du xive siècle. L. Delisle., Etude sur la condition…, p. 273.

21 Ernest Laurain, « Chartes de Fontaine-Daniel et Montguyon », Bulletin de la commission historique et archéologique de la Mayenne, t. 23, no 25 (xiiie s.).

22 Perrine Mane, Calendriers et techniques agricoles. France-Italie : xiie-xiiie siècles, Paris, 1983 ; pour les calendriers nombreux dans le Maine, D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 348-355.

23 « De servicio pratum.[…] debet invenire falcatorem et dimidiam pratis falcandam […] tenetur expendere fenum, tornare et coadunare, prout melius poterit, cum furcis sine rastro. Tenetur etiam admuslonare et adducere ad manerium », L. Delisle, Étude sur la condition…, p. 679 ;

24 C’est aussi l’avis de J.C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 357.

25 Dom Anger, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt, Rennes, 1911, no 4.

26 « Si quando autem bobus eorum pabula deessent, non brusto sed inferioribus arborum foliis eos alerent ; detracto enim brusto arboribus, arbores ipse aut solito minus valere aut omnino interire feruntur », Hubert Guillotel, J.C. Meuret, « Chartrel et Carcraon : les enjeux d’une mise en valeur dans la vallée de la Seiche entre Moutiers et Visseiche au xiie siècle », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. 97, 1995, p. 35-69.

27 « Poterunt autem monachi circa se facere ad aquatorium animalium, ita quod in alienis pratis damnum non faciant et plus quam octo pedes in altum habeant calciata », Maison de Laval, no 293 (1207), cité dans Dominique Marguerie, D. Pichot, « Approche pluridisciplinaire sur l’aménagement des petits cours d’eau par les sociétés médiévales dans l’Ouest de la France (viie-xiie siècles) », dans Joëlle Burnouf, Philippe Leveau, Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, 2004, p. 111-125 ; cabanes : Bnf, nvelles acq lat. 1254.

28 A. Angot, Dictionnaire historique…, t. I p. 689.

29 D. Pichot. « Les espaces collectifs et leurs usages dans l’ouest de la France (xie-xiiie siècle », dans P. Charbonnier et al., Les espaces collectifs dans les campagnes (xie-xxie siècle), Clermont-Ferrand, 2007, p. 91-109.

30 R. Musset, Le Bas-Maine…, p. 195-197.

31 Annie Antoine, « La fabrication de l’inculte, landes et friches en Bretagne avant la modernisation agricole du xixe siècle », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 79, 2001, p. 205-228.

32 D. Pichot, « Les espaces collectifs… ». ; Delphine Barbier et alii, « Une source pollinique et son exploitation, à propos de la tourbière de Glatinié (Mayenne) », Histoire et sociétés rurales, no 18, 2002, p. 138-158 ; L. Delisle, Étude sur la condition…, p. 217.

33 J. R. Trochet, Aux origines de la France rurale. Outils, pays et paysages, Mémoires et documents de géographie, CNRS, 1993, p. 64.

34 « […] in foresta de landis de Pertro totam terram quae est juxta brolium Benedicti a chemino quercus Baudran, versus fontem latum per oram pratorum, usque ad brolium Benedicti… et per oram ejusdem Chesneiae usque ad prata de Putei et per oram pratorum juxta campos quos homines de monte Lovelli colunt… » 1207, Maison de Laval, no 293.

35 Yves Chauvin, Cartulaires de Saint-Serge et Saint Bach d’Angers (xie-xiie s.), t. 2 p. 336 (1062-1093) ; C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 121.

36 Marcel Planiol, La très ancienne coutume de Bretagne avec les assises, constitutions de Parlement et ordonnances ducales, Rennes, 1896.

37 M. Mauger, En passant par la Vilaine…, pl. II mais aussi I, III, IV ; voir aussi, N.Y. Tonnerre, « Les pays de la Vilaine au haut Moyen Âge », mshab, t. 63, 1986, p. 49-72 ; Marina David, L’eau dans la région de Redon au Moyen Âge (ixe-xiie siècle), maîtrise, Rennes 2, 2002, dactyl.

38 André Dufief, Les Cisterciens en Bretagne (xiie-xiiie s.), Rennes, 1997, p. 112-113 ; Jean-Luc Sarrazin, « Les cisterciens de Buzay et l’aménagement des marais de l’estuaire de la Loire au Moyen Âge (xiie-xve siècles) », mshab, t. 65, 1984, p. 57-76.

39 Marie Casset, « Approche historique de l’action de l’homme dans un milieu fluviomarin au Moyen Âge : la présence de l’évêque de Bayeux dans l’estuaire de la Vire (xie-xve siècles) », dans J. Burnouf, Ph. Leveau, Fleuves et marais…, p. 17-26.

40 Tiphaine Roland, L’appropriation de l’espace par les cisterciens d’après l’exemple du monastère de Fontaine-Daniel, dans le Bas-Maine (vers 1187-1319), maîtrise, Rennes, 2002, dactyl, p. 81-83.

41 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 533.

42 « Praeterea dederunt iidem barones ipsis monachis prata de grangiae de brolio Benedicto sufficientia ubicumque ea in predicta foresta facere vel acquirere poterunt, salvis pratis quae ante presentem elemosinam ab ipsis baronibus vel antecessoribus suis data fuerunt… », Maison de Laval, no 293.

43 M. Le Mené, « La forêt du Lattay au Moyen Âge. Défrichement de sa partie occidentale entre la Loire, l’Èvre et l’Hydrome », Le Moyen Âge, t. 76, 1970, p. 27-60.

44 Jean Allenou, Histoire féodale des marais, territoire et Église de Dol, Rennes, 1917 ; A. Chedeville, « La mise en valeur des marais de Dol, le témoignage des textes », Cahiers du Centre régional d’archéologie d’Alet, 1995, p. 101-109 ; Catherine Bizien-Jaglin, « Occupation humaine et peuplement dans la partie occidentale de la baie du Mont-Saint-Michel du Néolithique au Moyen Âge », Association bretonne, t. 112, 2003, p. 89-105.

45 « […] et totum Carcou quamdiu terra nigra durat et secte de Carcou, et prata, et pasture, et junceta que sunt a Calenderia usque ad Maupol, et omnes verderie quas mare dimittit… », J. Allenou, Histoire féodale des marais…, p. 33-35.

46 Marie-Pierre Ruas, « La Cocherais, Tinténiac, résultats préliminaires, fév. 1991 », Centre d’anthropologie des sociétés rurales (Toulouse) ; D. Marguerie « Synthèse pollinique », dans I. Cattedu, (dir.), Les habitats carolingiens de Montours et de La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine), DAF, 2001, p. 113-119.

47 D. Barbier, « Une source pollinique… », Lionel Visset, « La tourbière de Landemarais en Parigné (Ille-et-Vilaine, France) étude pollinique », Lejeunia, nouvelle série, 1989, no 129, p. 16-26 ; L. Visset, Frédéric Guérin, Yann Le Jeune, « L’îlot de la Boucherie à Nantes, étude environnementale au xiiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 104, 1997, no 1, p. 7-15.

48 Loïc Gaudin, Transformations spatiotemporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis le fin de la dernière glaciation. Reconstitution paléopaysagère, thèse, Rennes 1, 2004, dactyl.

49 Ibidem, p. 245.

50 Ibidem, p. 244.

51 René Musset, « Une institution peu connue de la Normandie ducale : les prés et le foin du Seigneur Roi », Autour du pouvoir ducal normand, xe-xiie siècles, Cahiers des Annales de Normandie, no 17, p. 77-93.

52 « Ad Fossas super Ligerim, XXX arpennos pratorum », P. Marchegay, Cartularium monasterii…, no 1.

53 « […] semel in anno corvata de terre Divitis ad prata sua falcanda, », cité dans D. Pichot, « Le prélèvement seigneurial… », p. 616.

54 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 557-558 ; A de Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, Angers, 1903, no 178.

55 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 343.

56 J. Allenou, Histoire féodale des marais…

57 D. Pichot, Le Bas-Maine…, p. 343, 348 ; C. Huet, La vie rurale dans le Maine au début du xve siècle d’après les comptes de la chartreuse du Parc, Tours, 1972. dactyl.

58 Prata dans un bordage, R. Charles, S. Menjot d’Elbennes, Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Mamers-le Mans, 1886-1913, no 437, xie s., ouche plus pratellum, ibidem, no 470.

59 R. Musset, « Une institution peu connue… »

60 C. Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales…, p. 222-224.

61 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au xie siècle, Paris, 1972 ; C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, Studien zu der wirtschaftlichen Grundlagen des… Jahrunderts, Cologne, 1969.

62 D. Pichot, « Les espaces collectifs… ».

63 Ibidem.

64 M. Planiol, La très ancienne coutume…, p. 325-326.

65 H. Guillotel, Les actes inédits des ducs de Bretagne (944-1148), no 19, à paraître ; M. Le Méné, « La forêt du Lattay… »., p. 96-97.

66 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 494-495.

67 A. Antoine, Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, 2002, p. 203-205.

68 Robert Triger, « La légende de la reine Berthe et la fondation des églises de Moitron, Ségrie, Saint-Christophe-du-Jambet », Revue historique du Maine, t. XIII, 1883, p. 174-201.

69 Arch. départ. Mayenne, ms 35, no 361 ; M. Mauger, En passant par la Vilaine…

70 L. Musset, « Une institution peu connue… », p. 86-87.

71 Ibidem ; Redon, système du terjettage, Sklaerenn Scuiller, Les marais de la Vilaine au xviiie s., exploitation agricole et aménagements techniques, mémoire de Master 2, Rennes 2, 2006, dactyl, p. 102-106.

72 Par exemple, arch. départ Mayenne, ms 35, no 353, Cartulaire de N.D. d’Évron, no 93.

73 P. Marchegay, Cartularium monasterii…, no 400.

74 Arch. départ. Mayenne, ms 33, no 102, ms 339 et 415.

75 Le phénomène de protection des bois et le freinage des défrichements est bien connu et se place dans la première moitié du xiiie siècle, cf. toutes les études concernant l’Ouest.

76 « […] Qui Heudo […) immisit quadam vice, quasi propter consuetudinem, omnes equos suos et suorum, non solum equitum, sed et rusticanorum, in prata dominica monachorum sancti Albini », A. de Bertrand de Broussillon, Cartulaire de Saint-Aubin…, no 178 (1056-1060).

77 Ibidem, on trouve une traduction des principaux passages dans R. Grand, R. Delatouche, L’agriculture au Moyen Âge…, p. 293-294.

78 E. Zadora-Rio, « De la haie au bocage, quelques remarques sur l’Anjou aux xie et xiie siècles », Le village médiéval et son environnement, Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 671-682 ; D. Pichot, « Paysage et société féodale dans l’Ouest », dans A. Antoine, D. Marguerie, Bocages et sociétés, Rennes, 2007, p. 263-275.

79 J. C. Meuret, Peuplement, pouvoir…, p. 577-581.

80 De nombreux exemples sont cités dans Michel Brand’honneur, Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevaleresque (xie-xiie s.), Rennes, 2001, p. 201-203.

81 L. Chaumeil, « L’origine du bocage en Bretagne », Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, t. 1, p. 163-185.

82 A. Antoine, « La porosité du bocage », La fabrication du paysage, actes du colloques de Brest (mars 1998), Kreiz, 11, p. 175-190.

83 « Ad pratum de fossis sufficienter claudendum », A. Chédeville, Liber controversiarum Sancti Vincentii Cenomannensis, Paris, 1968, no 148.

84 M. Mauger, En passant par la Vilaine…, pl. XIV, XVII, XVIII.

85 D. Marguerie et alii, « Bocages armoricains… », p. 125.

86 J. R. Trochet, Aux origines de la France rurale…

87 Gérard Sivery, Terroirs et communautés rurales dans l’Europe occidentale au Moyen Âge, Lille, 1990.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le faucheur, Calendrier de l’église de Pritz (Laval), mois de juin (xiiie siècle) (cliché inventaire des Pays de Loire)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 2. Prés enclos et terrains de parcours sur les bords de la Vilaine (1543) (Bnf. Rés. Ge.EE.146).Ces miniatures ont été faites dans un but technique pour établir un bilan des travaux d’aménagement de la rivière et le procédé employé, la chorographie, a pour but de donner une certaine référence au réel. Sans être exactes, ces représentations sont donc assez fiables.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search