Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Prés, prairies, pâtures : éclairages archéobotaniques

Marie-Pierre Ruas

Texte intégral

J’adresse mes plus chaleureux et amicaux remerciements à Laurent Bouby, Christine Rendu et Jean-Denis Vigne, qui, par leurs réflexions et leur collaboration, ont donné corps à cet article.

  • 1 Karl-Ernst Behre, Stefanie Jacomet, « The ecological interpretation of archaeobotanical data », dan (...)

1Les prairies des paysages européens actuels doivent leur origine aux activités humaines. Leur flore, introduite avec les pratiques agro-pastorales des premières communautés du Néolithique, s’est modelée sous les contraintes écologiques locales mais davantage sous l’effet du travail des sols et des différentes interventions techniques sur la végétation1 selon les cheptels et les modalités de leur élevage. L’histoire de la formation et de la gestion des prairies rejoint ainsi celle des techniques d’amélioration de l’élevage, dont l’alimentation du bétail.

  • 2 Collectif, « Archéologie des paysages ruraux fossiles en Limousin : exemple d’une méthode de recher (...)
  • 3 Hervé Richard, « Analyse pollinique des niveaux archéologiques et des coprolithes », dans Pierre Pé (...)
  • 4 Jacques-Élie Brochier, « Combustion et pacage des herbivores domestiques. Le point de vue du sédime (...)
  • 5 Christine Rendu, La Montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003.
  • 6 Michael Charles, Paul Halstead, Glynis Jones (eds.), « Fodder : Archaeological, historical and ethn (...)
  • 7 James Greig, « The palaeoecology of some British hay meadows types », dans W. Van Zeist, W.A. Caspa (...)
  • 8 Karen Lundström-Baudais, Essai d’interprétation paléoethnobotanique d’un village du Néolithique fin (...)
  • 9 Marie-Pierre Ruas, « Semences archéologiques, miroir des productions agraires en France méridionale (...)
  • 10 T. Amorosi, P. Buckland, K.J. Edwards, I. Mainland, T.H. McGovern, J.P. Sadler, P. Skidmore, « They (...)

2Différents outils archéologiques pour l’étude des paysages, des sols anthropisés, des pratiques de cultures et d’élevage, des systèmes techniques de production végétale et animale, etc. se sont déployés en France depuis les décennies 1970-19902. Utilisés dans les champs de recherche de la géo-et pédoarchéologie, la bioarchéologie (archéobotanique et archéozoologie), l’archéologie agraire, l’archéologie environnementale, et, récemment, l’archéogéographie – ces trois derniers termes recouvrant des thématiques et objets souvent communs –, ils ont peu à peu investi de façon indirecte les traces matérielles des prairies : fossés de drainage / irrigation, indicateurs palynologiques d’activité pastorale3, témoins archéozoologiques et micromorphologiques de parcages ou de stabulation4, de mobilité pastorale5, vestiges carpologiques de fourrages, de litières et de pâtures6, par exemple (fig. 1). En révélant la présence de plantes formant aujourd’hui les cortèges de différents types de prairies7, les assemblages archéologiques de graines ont invité à discuter de l’histoire de l’exploitation de ces formations et à émettre des hypothèses sur leur place dans les cycles agraires du Néolithique8 ou du Moyen Âge9. Des analyses isotopiques (analyse séquentielle du {18 O) de l’émail dentaire des moutons ont, par ailleurs, révélé que la prairie d’herbe n’a pas toujours été le seul espace de pacage : à certaines saisons en Irlande et en Écosse dans les îles Orcades, les algues du littoral étaient aussi pâturées10.

Fig. 1. Outils et domaines de l’archéologie dans l’étude des prairies

3Clé de voûte des élevages, les prairies, les prés ou les pâtures restent à étudier par l’archéologie en articulation avec les systèmes culturaux, leur place dans les cycles d’utilisation des parcelles et dans le finage, les pratiques et les choix dans les modalités de leur exploitation, leurs espèces, cultivées ou non, mises en jeu selon leur utilité fourragère.

4Quels types de prairie et quelle forme d’exploitation l’archéobotanique est-elle susceptible de mettre en évidence ? Quelles sont les espèces végétales qui témoignent de ces formations ? Les données reflètent-elles une évolution technique des formes de prairies que l’on pourrait inscrire dans une évolution des pratiques agro-pastorales et hiérarchiser selon l’axe du temps ? Où se situeraient, sur cet axe, les premières prairies cultivées, donc artificielles, selon la définition agronomique moderne ?

5Ce propos tente tout d’abord de faire état des formations végétales que recouvrent les définitions et classifications vernaculaires, agronomiques et naturalistes. Il porte ensuite un regard sur la mise en place des cycles agricoles médiévaux, sur le rôle et le statut technique des temps d’herbages dans ces derniers tels qu’ils sont proposés par divers auteurs. Pour illustrer et nourrir une discussion critique sur cette « histoire prairiale », il s’achève par la présentation d’exemples européens diachroniques de quelques résultats archéobotaniques sur des traces pastorales, des fourrages, des litières ou des fumiers. Ils donnent appui aux questions méthodologiques relatives à l’identification et aux attestations de prairies et à l’interprétation de leurs modes d’exploitation.

p ré et prairie : définitions et pratiques

  • 11 Charles Parain, Outils, ethnies et développement historique, Paris, 1979, p. 57.
  • 12 Ces fourrages se composaient de légumineuses dont la vesce, la gesse et le fenugrec ainsi que d’un (...)
  • 13 Julie Massendari, L’élevage à l’époque romaine (Gaule du Sud, Italie), DEA, Université de Toulouse (...)
  • 14 Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Genève, 1991 (fac simile de 1605 (...)
  • 15 J. Massendari, L’élevage à l’époque romaine…, p. 98.
  • 16 Antoine Da Lage, Georges Métailié (coord.), Dictionnaire de Biogéographie végétale, Paris, 2000, p. (...)
  • 17 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 112.

6L’Italie romaine de Caton (iie s. av. J.-C.) où l’on conduisait un élevage tant sur des « prairies spécialisées11 » que sur des pacages « naturels » distinguait ces différents lieux par les termes de pratum et saltus. Des fourrages artificiels étaient aussi cultivés12. Les prata désignaient des prairies « aménagées et entretenues situées à proximité immédiate de l’unité d’exploitation13 ». O. de Serres, acteur et témoin de l’agriculture des temps modernes, ajoute à la définition que ces prés sont des cultures soignées, situées sur les meilleures terres d’un terroir et encloses14. Le saltus romain recouvrait, à l’opposé, « des terrains non aménagés, inaptes à tout autre mode de mise en valeur (notamment les cultures), souvent plus ou moins boisés, et éloignés de l’unité d’exploitation15 ». Dans le sens actuel admis par les géographes, cette portion du finage renvoie aux espaces pâturés et parcours herbeux ou arbustifs à l’état de friches ou de broussailles16 (fig. 2)17.

Fig. 2. Formations végétales et aliments du bétail (d’après Bouby et Ruas 2005)

  • 18 Louis Hédin, « Recherches sur l’écologie des prairies françaises : un essai de classification », Bu (...)

7Les définitions du pré et de la prairie de la seule Europe tempérée semblent opposer ces deux types de formation ; l’une serait plutôt « naturelle », l’autre artificielle. Or, cette opposition cache une diversité de formes, de composants végétaux pas seulement herbacés, de pratiques qui les façonnent, de fonctions dans les systèmes pastoraux et de façons de les nommer et les décrire. C’est entre le milieu du xixe siècle et le début du xxe siècle qu’ont débuté les premières recherches des agronomes sur l’inventaire des prairies de France18 (tab. 1).

Tableau 1. Définitions ruraliste, biogéographique et phytosociologique des types de prairies et de prés

Tableau 1. Définitions ruraliste, biogéographique et phytosociologique des types de prairies et de prés
  • 19 A. Da Lage, G. Métailié (coord.), Dictionnaire…, Paris, 2000, p. 429.

8Par convention, selon les critères de l’écologie actuelle, la prairie des milieux tempérés est avant tout « une formation herbeuse dense et continue19 ». La composition floristique et la structure herbacée ou arbustive du peuplement végétal représentent un état physique et écologique qui évolue naturellement ou sous l’influence sélective des actions humaines selon un rythme variable. Ainsi, les modalités d’exploitation pour créer et entretenir la prairie par le fauchage ou le pacage, les rythmes d’interventions, la mise en œuvre de travaux aratoires, de fumures, de semis, etc. et la composition floristique, diversifiée ou réduite, distinguent les catégories temporaires ou permanentes, naturelles (spontanées) ou artificielles. Selon la nature et la structure du peuplement végétal qui la compose, la formation et les caractéristiques topographiques de la parcelle, la prairie est qualifiée de prairie marécageuse, de pré-bois, de pré salé, de pré-verger, etc. Le pré apparaît ainsi comme une parcelle toujours en herbe, de surface restreinte et destinée au pacage. La flore des prairies artificielles est, en général, sélectionnée et constituée d’une base de légumineuses (luzerne Medicago sativa, sainfoin Onobrychis viciifolia, trèfle Trifolium spp.). Les prairies à graminées peuvent être artificielles ou spontanées selon que leur flore a été semée ou non. La prairie à végétation arbustive, voire arborée, représente un des stades d’évolution vers une forêt ou un état déboisé ; stades que l’on peut décider de maintenir en exploitant à la fois la strate herbacée (par pâture) et les ligneux (feuillage et fruits pour le fourrage, rameaux comme combustible, tuteur, etc.).

  • 20 M. Lachiver, Dictionnaire…, p. 1367.
  • 21 M. Lachiver, Dictionnaire…, p. 1368.

9Deux définitions ruralistes sont consignées par Lachiver. La première rejoint celle des sciences naturelles. La seconde considère la prairie à travers les paramètres de durée et de modes de gestion : « Un terrain couvert de plantes herbacées, de composition floristique et de durée d’établissement variables, pâturé sur place, mais qui peut être régulièrement coupé en vert ou en fourrage d’hiver20.» Dans sa compilation des savoirs vernaculaires, l’auteur précise que les prairies temporaires sont ensemencées en luzerne ou en sainfoin et peuvent être laissées en place plus longtemps que les prairies dites artificielles semées plutôt de trèfle ou de lupin. Le pré s’en distingue lorsqu’il s’agit d’une terre enclose, située au bord des rivières, permanente et dévolue au foin ou au pâturage21.

  • 22 Marcel Bournérias, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Paris, 1984, p. 243.
  • 23 A. Da Lage, G. Métailié (coord.), Dictionnaire…, p. 397.

10La nomenclature phytosociologique, pour sa part, classe la flore prairiale selon des critères agronomiques ou écologiques étroitement liés22. Elle distingue les prairies « dites naturelles ou permanentes » en considérant que s’y imbriquent les communautés végétales des plantes cultivées et des plantes spontanées. Est qualifiée de pelouse le type de formation qui, à l’inverse de la prairie, a une couverture strictement herbeuse continue, mais rase. Dense en montagne ou claire sur les plateaux calcaires secs ou les littoraux, cette formation est permanente, naturelle ou créée23. Pour autant, les prairies et les prés de l’Europe tempérée, procédant d’une histoire plurimillénaire des formes d’usage de la terre qui ont modelé et transformé les paysages, il est ambigu de considérer qu’une formation prairiale non cultivée ou non exploitée à un moment donné de la gestion de la parcelle est une prairie « naturelle » par opposition à une prairie artificielle. Nous nous heurtons à la contradiction et à l’inadéquation des termes utilisés, dès lors qu’ils sont employés hors du contexte de savoirs scientifiques ou vernaculaires qui les ont créés et généralisés, pour cerner des entités à la fois écologiques et culturelles.

  • 24 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 115.

11Pour récapituler cette diversité et les actions anthropo-zoogènes qui façonnent ces végétations, la figure 324 modélise la succession des formations végétales telles qu’elles peuvent être maintenues ou transformées selon la nature et l’intensité de leur exploitation. D’après la théorie phytosociologique des séries évolutives, la co-évolution des végétations synanthropiques avec les pratiques agro-pastorales et les variations climatiques a modelé des cortèges floristiques devenus ainsi caractéristiques de ces activités (faciès), depuis le littoral jusqu’aux versants des hautes altitudes. Les espaces pastoraux, selon la situation des parcelles exploitées et le stade (para) climacique de végétation (état d’équilibre stable naturel) qui les couvre – forêt, végétation de rives de cours d’eau ou de hautes altitudes – et les formes d’exploitation – coupe, fauchage, culture –, offrent une diversité de compositions floristiques, de structures (herbacée, arborée), d’emplacements topographiques (plateaux, rives inondables), intimement dépendantes des modes et rythmes de gestion des strates végétales (actions de fauchage, pâture, élagage, irrigation, drainage, fumage).

12L’observation commune relevée par les biogéographes, botanistes et agronomes est la réduction de la biodiversité végétale d’autant plus accusée que les interventions humaines sont sélectives : prairie artificielle cultivée avec une ou deux espèces par rapport à la prairie de fauche non semée.

Fig. 3. Schéma de la dynamique écologique dans l’évolution des formations de prairies pâturées et/ou fauchées (d’après Ellenberg, 1988, repris par Bouby et Ruas, 2005)

Fig. 3. Schéma de la dynamique écologique dans l’évolution des formations de prairies pâturées et/ou fauchées (d’après Ellenberg, 1988, repris par Bouby et Ruas, 2005)
  • 25 K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological… », p. 85.

13Dans l’histoire européenne des cortèges floristiques, il est admis que quelques habitats naturels couvrant de petites surfaces devaient accueillir certaines des espèces de prairies enregistrées dans les déchets agricoles des populations néolithiques. Broutage et déforestation leur ont peu à peu offert des parcelles qu’elles ont pu coloniser selon leurs affinités écologiques à partir de leur biotope originel. C’est la transition initiale qui passe de la simple pâture à la fauche de pré à foin et l’apparition de tel ou tel faciès prairial que les sources archéobotaniques peuvent tenter de repérer et de dater sur la longue durée historique, comme témoignage de pratiques d’élevage ou de gestion des terres25.

14Le classement des formations herbeuses en types de prés ou de prairies (sans considérer les friches et les pâtures) s’appuie, en définitive, sur trois catégories de paramètres interdépendants : la localisation topographique et la nature du sol : zones humides, sol sec ou inondable, versant, altitude, plaine, etc. ; la durée d’occupation du terrain dans le cycle d’exploitation des parcelles : prairie temporaire/prairie permanente ; et la forme de gestion et le degré ou l’absence d’intervention humaine : prairie artificielle/prairie naturelle.

15Non cultivée ou, à l’inverse, sélectionnée, la flore de ces parcelles n’en est pas moins gérée, contrôlée par la forme d’exploitation qui les maintient ou les laisse évoluer vers une fermeture progressive par embroussaillement : maquis, garrigue, landes.

16Les descripteurs des divers faciès de prairies varient selon les nomenclatures adoptées : naturalistes, agronomiques ou vernaculaires. Mais, les classifications de ces parcelles par les communautés rurales qui les exploitent varient aussi d’une époque, d’une région, d’un éleveur à l’autre. Les témoins archéobotaniques doivent être analysés et interprétés en fréquentant ces différents domaines des savoirs.

Une « généalogie » des systèmes agraires européens ?

  • 26 Sébastien Lepetz, Patrice Méniel et Jean-Hervé Yvinec, « Archéozoologie des installations rurales d (...)

17L’agriculture de l’Italie romaine apparaît performante avec foins abondants, fourrages, prés cultivés, fumés et irrigués, et dote la Gaule d’animaux plus grands destinés à l’embouche entre le iie et le vie siècle, comme l’ont révélé les études archéozoologiques26.

  • 27 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1988 (1re éd. 1931), p. (...)
  • 28 Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, t. 1, Paris, 1977 (...)
  • 29 G. Duby, L’économie rurale…, t. 2, p. 247.

18En contraste, celle des premiers siècles médiévaux apparaît, dans les travaux historiens, mal outillée et déficiente en fumure. L’agriculture médiévale dépeinte par Bloch dans les années 1930, même s’il signale la culture de rares plantes fourragères comme la vesce, entretient difficilement un élevage nourri surtout avec des foins d’herbages ou des pâtures situées « dans les bas-fonds humides27 ». Trente ans après, Duby livre une image aussi misérabiliste des espaces du cheptel, aux ixe-xe siècles, subsistant bon an, mal an avec très peu de fourrage, « ce qu’il fallait pour maintenir en vie, […] les quelques bêtes qui n’avaient pas été tuées en automne […] ». Le reste de l’année, le bétail « se nourrissait seul » dans « les champs en repos », « l’espace que ne lui fermaient pas les haies28 ». Il repère la pratique de « la prairie close [installée pendant trois à six années] sur les champs moissonnés » en Flandre du xive siècle dans le contexte d’essor des boucheries urbaines29.

  • 30 J.-H. Yvinec, « L’élevage au haut Moyen Âge en France du Nord et de l’Est. Témoignages archéozoolog (...)
  • 31 Jean-Pierre Devroey, Économie rurale et société dans l’Europe franque (vie-ixe siècles), t. 1, Pari (...)
  • 32 J.-P. Devroey, Économie rurale…, p. 313.
  • 33 M. Bloch, Les caractères originaux…, p. 71-78, 238, 241 ; C. Parain, Outil, ethnies…, p. 461-471.

19Or, une diminution du gabarit des animaux à partir des vie-viie siècles est enregistrée par les ossements archéologiques. Mais ces « petits » animaux ont une constitution robuste et ne montrent pas la gracilité des cheptels gaulois d’avant la conquête30. Si une première interprétation défendait l’hypothèse d’une régression par perte ou modification des savoir-faire zootechniques et agro-pastoraux, a émergé celle qui considère cette modification comme une recherche de nouveaux gabarits en réponse à de nouvelles gestions des productions et de leurs espaces et de nouvelles organisations sociales (élevage familial notamment)31. Prenant en compte les avancées de l’archéologie médiévale sur l’habitat, le parcellaire, l’élevage et l’agriculture, la vision historienne de l’économie agraire du haut Moyen Âge occidental valorise aujourd’hui l’inculte et les pâtures qui s’y conduisent comme moyen de gestion dans le cadre d’une agriculture extensive32. Si l’on suit l’interprétation des sources sur les cycles agraires médiévaux, les herbages des parcelles en friche de façon temporaire, y apparaissent toujours comme principaux pourvoyeurs d’affouragement et de pâtures tandis que la prairie de fauche, à flore sélectionnée semée, et les cultures fourragères se manifestent dans les systèmes agraires à une date plus tardive ; les Temps modernes constituant l’apogée de ces techniques pastorales (fig. 4)33.

Fig. 4. Les temps des prairies et des pâtures dans les systèmes de culture médiévaux et modernes d’après M. Bloch (1931, réédité 1988, p. 71-78, 238, 241) et C. Parain (1979, p. 461-471)

  • 34 Marcel Mazoyer, Laurence Roudart, Histoire des agricultures du monde, du Néolithique à la crise con (...)

20Dans le schéma synthétique de l’évolution des agricultures de l’Europe tempérée de Mazoyer et Roudart, agronomes à l’INA, à chaque période clé depuis le Néolithique jusqu’à l’époque contemporaine se décline une forme d’agriculture avec des techniques et des outils caractéristiques. Dans cette chronologie, le déboisement, telle une ouverture irréversible du paysage, est le facteur principal invoqué et définit les systèmes forestiers du Néolithique et les systèmes post-forestiers des agricultures des sociétés, notamment historiques. Le schéma proposé de la « généalogie agraire » insiste sur la durée variable du temps des déboisements à mesure de l’avancée du front pionnier depuis les foyers de domestication et dessine la chronologie suivante34 :

21* système forestier :

  • culture itinérante du Néolithique / âge du Fer : agriculture avec cultures temporaires manuelles sur abattis-brûlis (pâtures) ;

22* systèmes post-forestiers :

  • labour attelé de l’Antiquité : système céréalier pluvial à jachère, pâturage et élevage associés (houe, bêche, araire : pâtures, fauches) ;

  • charrue, révolution agricole du Moyen Âge central en Europe du Nord : système céréalier à jachère et culture attelée lourde (charrue et chariot : pâture, fauche) ;

  • fourrages artificiels, 1re révolution agricole des Temps modernes : polyculture, élevage sans jachère (prés à fourrages cultivés).

  • 35 Idem, p. 16, 17, 45…

23La transformation et la succession au cours du temps des formes et genres d’agricultures pratiqués dans une région, assimilés à des « objets écologiques et économiques », sont comparées à la dynamique phytosociologique de séries évolutives selon une théorie de l’évolution et de la différenciation des système agraires35.

  • 36 Idem, p. 125.
  • 37 Igor Besson, « Développement agricole et systèmes agraires. À propos de l’ouvrage de Marcel Mazoyer (...)
  • 38 Terme pris ici dans le sens moderne de terre laissée en friche sans culture, pendant au moins un an

24Avec le défaut de rendre linéaire dans l’espace temporel l’enchaînement des étapes techniques héritées les unes des autres, sans moduler cette « généalogie agraire »36 avec les facteurs socio-culturels dont les mouvements sont moins prévisibles, cette conception systémique aide toutefois à réfléchir sur le fonctionnement technique des façons mises en œuvre à une époque donnée, leur diversité et leur évolution ; l’échelle de lecture pouvant s’appliquer aussi bien à un système agraire régional en diachronie longue qu’à l’unité d’exploitation d’un système de production familial37. Dans cette généalogie technique progressive, l’exploitation de prairies pour le foin est datée de l’Antiquité, et possède une fonction technique dans un système où céréales et élevage sont désormais associés. Les fourrages artificiels des prés cultivés marquent l’étape de la révolution agricole moderne et sont intégrés dans un système polycultural avec élevage et affranchi de la jachère38. Leur histoire serait donc récente et détermine deux des étapes des systèmes agro-pastoraux européens.

  • 39 Par exemple, le plus vieux joug pour bovins d’Arbon-Bleiche 3 (Arbon, Suisse, daté de 3384 av. J.-C (...)
  • 40 S. Jacomet, J. Schibler, « Traction animale,… », p. 141-155.

25Les découvertes archéologiques de jougs en Europe de l’ouest, datés de la fin du 4e millénaire et du 3e millénaire avant J.-C. (Néolithique récent – âge du Bronze)39 et les données archéobotaniques nouvelles ont désormais nuancé cette chronologie. La traction animale et l’araire semblent avoir trouvé dès la fin du Néolithique, dans le nord des Alpes, les conditions de leur utilisation grâce à une ouverture affirmée des paysages sur de grandes surfaces40. Ces conclusions remettent en cause, en tant que descripteurs des agricultures, le modèle de systèmes forestiers caractérisant les seules agricultures néolithiques et post-forestiers ceux des agricultures postérieures.

Éléments d’histoire des prairies : les éclairages archéobotaniques

  • 41 Glynis Jones, « Distinguishing food from fodder in the archaeobotanical record », Environmental Arc (...)

26Parmi les vestiges de plantes qui permettent d’identifier des prairies, des foins ou des pâtures, les semences directement contenues dans les déjections d’animaux domestiques, les litières animales et les résidus de fourrages représentent un matériel exemplaire. Pour l’Europe occidentale, les résultats obtenus à partir de sites du Néolithique, des périodes romaines et médiévales ont permis d’envisager les différents types de prairies enregistrés dans les dépôts carpologiques. Les résultats ont concerné plutôt les paysages anthropisés de l’Europe du nord et de l’arc alpin, en Suisse, où les travaux se sont davantage développés en raison de la fréquence des contextes humides (villages immergés, tourbières), dans lesquels carottes palynologiques et amas végétaux des activités agro-pastorales sont les plus pourvus en information. Nous disposons, dans l’ensemble, de peu de données sur les fourrages en raison de la difficulté de distinguer leurs vestiges de ceux d’autres produits qui laissent des résidus semblables41.

Classification et indicateurs archéobotaniques

  • 42 Ulrich Willerding, « Methodische Probleme bei der Untersuchung und Auswertung von Plflanzenfunde in (...)

27À partir des restes végétaux issus des activités pratiquées, l’archéobotaniste établit d’abord une liste taxinomique des plantes qu’il identifie, dans l’idéal, au rang des espèces. Un classement étayé par les données du contexte de découvertes (grenier, foyer, dépotoir), biogéographiques, ethnobotaniques, archéobotaniques antérieures, et parfois textuelles, lui permet d’attribuer à ces plantes un statut socio-économique et une signification paléoécologique ouvrant la discussion sur les pratiques et l’environnement des habitants au moment de l’occupation du site. Dans cette démarche, la distinction de cortèges de plantes issues de prairies ou de prés exploités, à partir, par exemple, de restes carpologiques d’opérations agricoles, de litières ou de fourrages, s’appuiera sur la nomenclature des groupements phytosociologiques et les caractères autécologiques des végétations actuelles42.

  • 43 U. Willerding, « Präsenz, Erhaltung… », p. 25-51 ; K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological interp (...)
  • 44 Didier Galop, La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6000 ans d’histoire de l’environn (...)

28Quand un certain nombre d’espèces à exigences écologiques similaires (nature et texture du sol, saison de germination, températures) sont réunies de façon répétée dans les dépôts carpologiques, il est possible d’en déduire des conditions environnementales et culturales qui ont prévalu dans la parcelle où elles se développaient. En ce sens, l’autécologie, qui prend en compte les valences écologiques des espèces individuellement, est moins sujette à des biais dus aux variations climatiques et anthropiques, car ces valences sont d’abord déterminées génétiquement (espèce de sol nitraté, de sol humide). La phytosociologie, à l’inverse, s’appuie sur des groupes d’espèces dont les relations entre elles et affinités avec leur biotope sont susceptibles de varier selon les régions et ont changé au cours du temps avec les modifications dans les façons, les régimes et techniques d’exploitations des terres. Ces changements, tout autant que les changements environnementaux, sont l’objet des études de l’archéobotanique. Les limites de la transposition fixiste de référents actuels à des formations passées interprétées s’ajoutent à celles inhérentes à la constitution des dépôts végétaux qui se fossilisent dans les contextes anthropiques. L’assemblage enfoui de graines ou de pollens ne reflète pas a priori un groupement floristique ayant existé en tant que tel dans l’environnement passé (paléobiocénose). Les vestiges sont plus souvent réunis par suite de mélanges d’activités diverses en une accumulation (thanatocénose) de graines et d’organes végétatifs (feuilles, rameaux) de plantes issues de formations végétales variées mais fréquentées par les habitants ou leurs bétails43. Pour les pollens, leur valeur informative diffère selon qu’ils sont extraits de contextes archéologiques (déjections animales, puits, fumiers anthropiques lacustres d’habitats, etc.) ou de dépôts naturels (tourbière, sédiments de lac). Leur étude dans les habitats complète l’information paléoécologique et palethnobotanique des graines et des bois. Extraits des dépôts naturels, ils offrent un regard diachronique de la dynamique des végétations d’un paysage (d’un versant, d’une vallée, etc.) en repérant des impacts pastoraux, par exemple à partir des variations entre les taux de pollens de plusieurs espèces indicatrices de formations de prairies ou de pâtures (rapport entre pollens des arbres et des herbacées, taux de pollens des graminées, renoncules, plantain, etc.)44.

29Ainsi, l’archéobotanique emprunte dans ses méthodes d’analyse au départ, des outils à l’écologie végétale et utilise les descripteurs de cette discipline pour nommer les formations de prairies qu’elle identifie à travers les assemblages fossiles d’espèces. Dans l’étape suivante, elle quitte le champ naturaliste et, en discipline historique, examine d’autres grilles de lecture. Avec d’autres indices et d’autres sources, elle interroge alors les formations prairiales identifiées en tant qu’élément de systèmes agro-pastoraux, de territoires, de systèmes techno-économiques et culturels.

La trame historique d’après l’archéobotanique

  • 45 Wilhem van Zeist, « Economic aspect », dans W. van Zeist, K. Wasylikowa, K.-E. Behre (éd.), Progres (...)

30Publiée en 1991, une première revue diachronique des acquis archéobotaniques sur les économies agraires européennes a permis de jalonner les principales étapes de l’exploitation des prairies et pâtures depuis le Néolithique45. Égrenant les exemples, l’auteur brosse ainsi un tableau des formations végétales exprimées à travers les cortèges phytosociologiques enregistrés dans les dépôts carpologiques des habitats. Nous livrons le résumé des principales étapes qu’il commente.

31Pour le Néolithique, les divers travaux consultés témoignent de pâtures des cheptels dans les milieux ouverts des sols humides ou secs, mais les milieux forestiers anthropisés sont les espaces privilégiés des affouragements hivernaux. Les chutes des taux polliniques d’aulne et de saule suggèrent un développement des prairies riveraines marécageuses que pâturent les troupeaux des communautés néolithiques du nord-ouest européen. À l’âge du Bronze (2000-800 av. J.-C.), plusieurs sites d’habitats ennoyés dans les lacs en Suisse (Hauterive-Champréveyres, Twann, Auvernier Brise-Lame) ont mis en évidence deux cortèges de plantes identiques attribuables aux classes phytosociologiques de la Molinio-Arrhenatheretea sur sols humides (formation de flore fauchée) et de la Festuco-Brometea (formation de pelouses sèches) sur sols secs. Elles annoncent l’apparition de végétations caractéristiques d’actions anthropo-zoogènes de nature agro-pastorale. En Rhénanie, l’âge du Fer est marqué par le doublement du nombre d’espèces de prairies dans les assemblages carpologiques, par rapport aux occupations néolithiques de la région, alors que le nombre de sites est inférieur, suggérant des récoltes de foins. Les sites romains enregistrent une diversité croissante dans les types de prairies. Mais les faciès de la prairie de fauchage, riche en graminées et petites légumineuses (fléole, fétuques, ivraies, fromental, trèfles, luzernes, coronille etc.), et des prairies pâturées avec trèfle rampant, renoncules, plantain etc., semblent encore peu différenciés. Des indices montrent que ces prairies, pâturées ou fauchées, étaient toutefois fertilisées. Sur l’ensemble des sites germains des territoires occupés, l’augmentation du nombre de restes de plantes de prairies au détriment de ceux des céréales a été interprétée comme une extension de ces parcelles pour répondre aux besoins militaires en monture et au marché d’embouche romains.

32Les assemblages carpologiques des sites médiévaux mettent en évidence le développement du cortège à molinie (graminée des rives) signalant l’extension des prairies riveraines boisées d’aulne. Des spécialisations prairiales s’affirment avec la diversification des systèmes agro-pastoraux. Ainsi, sur les sols pauvres, la lande dominée par la callune s’est aussi développée avec les premiers élevages européens. Mais les données palynologiques, notamment, montrent que l’expansion de cette végétation pâturée d’origine anthropique a vraiment marqué le paysage seulement au Moyen Âge. À partir de cette période, ces pâtures ont joué un rôle clé dans l’alimentation du bétail.

33À l’exemple de van Zeist, nous proposons ci-dessous différents résultats archéobotaniques éclairant quelques moments de l’apparition des formations de prairies et de leurs modes d’exploitation déduits des flores enregistrées. En écho avec les modèles établis sur l’évolution de l’agriculture de la période historique, nous détaillons surtout des exemples de sites médiévaux et modernes.

Pâtures et pré-bois

Pâtures sous forêt et estives au Néolithique

  • 46 Karen Lundström-Baudais, « Étude paléobotanique de la station III de Clairvaux », dans P. Pétrequin (...)

34L’étude carpologique des déchets du village immergé correspondant à la station III de Clairvaux-les-Lacs (Jura) daté du Néolithique final, a détecté la présence de cinq espèces indicatrices de sols fertilisés sur les trente-cinq adventices des cultures de céréales46. L’auteur conclut que les cultures étaient conduites sur les sols riches, mais le nombre de plantes pluriannuelles dans les assemblages suggère que les labours pratiqués étaient superficiels. Si un ensemble de dix-huit espèces typiques des prairies et pâturages actuels, dont des plantes de prairie mouillère, a été reconnu, l’auteur considère qu’il diffère de la flore prairiale actuelle en raison de la rareté des graminées. Cette rareté indique que les sols étaient mis en culture après une première année de défriche et de brûlis suivie par une succession de cultures permanentes avec maintien de la fertilité soit en rotation avec une friche herbeuse soit avec la culture de légumineuse (pois). Il s’agirait d’un jardinage semi-intensif avec pâture sur chaume ou sur friche herbacée post-culturale, les prairies naturelles mouillères et la forêt constituant les compléments alimentaires du cheptel.

  • 47 Stefanie Jacomet, Urs Leuzinger, Jörg Schibler, Die jungsteinzeitliche Seeufersiedlung Arbon Bleich (...)

35Le village néolithique d’Arbon-Bleiche 3 était situé au sud de la ville d’Arbon (Suisse)47. Les nombreux fumiers animaux de l’occupation, datée par dendrochronologie entre les années 3384 et 3370 av. J.-C. (Néolithique récent), ont montré que les aliments donnés aux moutons et aux bovins au cours de la saison froide semblent avoir été identiques. D’après la composition de bouses de fin d’hiver, les bœufs bénéficiaient cependant d’un apport supplémentaire en éléments céréaliers. Des fourrages de feuillées de sapin blanc (Abies alba), de gui (Viscum album) et de lierre (Hedera helix) étaient récoltés dans une forêt proche du village, exploitée en taillis, et étaient préalablement stockés pour la période de stabulation. Des restes d’insectes de fumier animal ont, par ailleurs, indiqué que durant la belle saison, les animaux paissaient à proximité du village. D’autres, d’après les restes de plantes d’altitude présentes dans les déjections, étaient envoyés en pâturage dans les montagnes. Le taillis sous forêt constituait donc un espace de pâture, entretenu par les élagages et les émondages pour l’obtention des bois d’œuvre, de chauffe et des fourrages de feuilles.

Pré-bois ou prairie sous forêt au Haut Moyen Âge, en Italie et en Suède

  • 48 Chiara Davite, Diego Moreno, « Des « Saltus » aux « Alpes » dans les Apennins du nord (Italie). Une (...)

36Une série de sites du bassin de la haute vallée de l’Enza au lieu-dit Prato Spilla (Apennins Nord, Italie) a fait l’objet d’une étude pollinique et sédimentaire48. Trois phases signant des modifications de l’environnement ont été mises en évidence. Dès l’âge du Bronze (2000 av. J.-C.) des indices végétaux de l’utilisation pastorale sont perceptibles sur le versant (entre 1300 et 1700 m d’altitude). La phase récente des diagrammes, datée de l’époque lombarde (560-680 ap. J.-C.), se manifeste par des modifications à la fois dans la nature des dépôts sédimentaires et les variations des taux polliniques de certains taxons. Celles-ci témoignent de changements dans les pratiques d’utilisation des ressources végétales, notamment du versant. À Prato Spilla, le diagramme pollinique enregistre au début du Moyen Âge une nouvelle augmentation des taux de pollens du hêtre (Fagus sylvatica), mais aussi des plantes herbacées des milieux ouverts, graminées et plantains (Plantago), et des cypéracées (famille des scirpes) de milieux humides. Cette composition pollinique rend compte du déploiement d’une formation boisée à base de hêtre associée, dans le paysage, à des pâtures et des prairies humides ; ces dernières communautés n’étant pas représentées dans les phases antérieures. Sur les trois hypothèses qui expliqueraient une ouverture du milieu – surpâturage, déforestation intensive et/ou mise en place d’une agriculture permanente –, les auteurs excluent les deux premières puisque le taux de pollens de hêtre apparaît incohérent avec une élimination radicale de la végétation forestière. Ils suggèrent que pendant les vie-viie siècles, la concomitance de couverts boisés et de surfaces herbeuses a résulté d’un système d’exploitation fondé sur une production intensive de foin de fauche, de pâture et de fourrages de feuillée provenant de l’élagage plus ou moins régulier des hêtres. L’époque d’occupation de cette région par les Lombards aurait ainsi été marquée par la mise en place d’un nouveau système d’utilisation estivale des versants, du type prés-pâturages-bois, reconnu notamment en Scandinavie dans les sites du début de l’âge du Fer local (« wooded meadow system »).

37Ce système de prairie sous forêt s’est étendu en Europe continentale pendant le Moyen Âge ; la limite sud de cette pratique est fixée au Jura et aux versants méridionaux de l’arc alpin.

  • 49 Matts Lindbladh, Richard Bradshaw, « The development and demise of Medieval forest-meadow system at (...)

38L’exemple médiéval suédois de Råshult (état du Såmland) a, en effet, montré grâce à des analyses polliniques et entomologiques, la création en 1050 à partir d’une formation fermée de feuillus de chêne, tilleul et noisetier, d’une prairie sous forêt dont le système d’exploitation a prévalu jusqu’en 1750. L’ouverture, semble-t-il rapide, du paysage, est marquée par l’augmentation brusque des taux d’herbacées dont les graminées, la disparition des fougères, l’apparition de marqueurs de pression pastorale comme la callune et de la culture du seigle49. Comme dans les Apennins, ces changements agro-pastoraux coïncident avec la colonisation des terres boisées et marginales du sud de la Suède au début du Moyen Âge avec un élevage comme principale activité économique. L’abondance des fragments de charbons de bois dans les échantillons indique que la déforestation s’est opérée par brûlage des souches (essartage) plutôt que par abattage vif. Un couvert forestier dominant a été ménagé mais avec une composition différente où prévalent le charme et le hêtre. Pourtant, il est probable que malgré sa discrétion dans les diagrammes polliniques de cette période, le tilleul ait toujours participé au peuplement de ces prés boisés, comme le suggère la présence d’individus pluricentenaires dans des prairies actuelles de Råshult.

39Dans le cas italien, la pâture extensive en sous-bois a dû aboutir à des formations discontinues de pré-prairies et de petits groupements de hêtres. Traités en futaie, élagués ou taillés en têtards, les hêtres fournissaient alors un fourrage estival et une réserve hivernale importante. Les petites parcelles de pré-bois (« ronco » associé à un cycle de culture avec jachère avec orge, avoine, seigle ou méteil) furent probablement mises en place dans le cadre d’une nouvelle transhumance estivale sur courte distance dans le bassin de l’Enza.

Prairies fauchées, prairies semées

  • 50 Olivier Nisselle, « L’outillage », L’archéologue, Archéologie nouvelle, 2, 2002, p. 17-19.
  • 51 Véronique Matterne, Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque gallo-roma (...)

40La pratique de la fauche serait attestée en Gaule au iie siècle av. J.-C. (fin de l’âge du Fer) par la découverte d’une lame de faux sur le site d’Acy-Romance (Ardennes)50. Rien ne permet d’exclure, cependant, qu’elle ait servi à récolter de la céréale. En Europe de l’Ouest, les témoins archéobotaniques de foin et de fourrages d’herbes se multiplient à cette période et plus encore à l’époque romaine. Comme dans le premier bilan de van Zeist, en Gaule septentrionale romanisée, les résidus mettent en évidence une exploitation de plusieurs types de prairie à foin et de pâtures51. L’élevage d’animaux de grande taille au nord de l’Empire a aussi consisté à mobiliser des espaces pour des cultures fourragères et à réorganiser les conditions de productions agricoles antérieures.

Un semis fourrager aux xie-xiie siècles en bas Limousin

  • 52 Marie-Pierre Ruas, « Un témoignage de pratiques agro-pastorales au xie-xiie siècle en Bas-Limousin  (...)

41À Chadalais (Maisonnais-sur-Tardoire, Haute-Vienne), un fond de silo contenant plusieurs centaines de milliers de grains, brûlés au cours du stockage, a été daté entre la fin du xie et le milieu du xiie siècle52. L’amas recèle les grains de quatre-vingt-deux plantes : plusieurs céréales et une diversité d’espèces sauvages dont les semences occupent curieusement plus de 50 % du volume du stock. Les céréales dont les restes sont relativement nombreux, apparaissent au second plan. Inattendu, ce mélange est dominé par une ivraie (Lolium cf. remotum) dont le taux de grains s’élève à 34 % du volume des restes, suivi par 19,7 % de deux avoines (Avena sativa et A. strigosa), 18,5 % de seigle, 10,5 % de froment et quelques grains d’orge et de millet. Quatre groupements écologiques liés aux milieux ouverts de cultures et de prairies y sont enregistrés : les adventices des céréales d’hiver et des cultures d’été ou sarclées, les plantes de prairies sur sol engorgé et sol humide et les plantes de prairies sur sol acide modérément sec. Des espèces indicatrices de pacage intense côtoient, dans le mélange, celles de prairies fauchées parfois pâturées.

42Nous avons interprété la surabondance de l’ivraie par rapport aux autres espèces de son cortège prairial, plus conforme au résultat floristique d’un ensemencement dirigé qu’au développement spontané d’une prairie même temporaire, comme le résultat d’une récolte dans une parcelle où cette graminée devait y être semée. L’étude de la nature des constituants céréaliers conservés, leur état décortiqué ou non, la taille des grains et l’écologie des espèces sauvages ont permis d’identifier les éléments d’un très probable fourrage grainier composite réalisé à partir de récoltes de parcelles semées en avoines, de parcelles de prairie temporaire à ivraie dominante, de friches post-culturales et de criblures de récoltes nettoyées de seigle et de froment. Il semble qu’à l’objectif d’apporter un aliment fourrager énergétique sous forme d’une mixture de grains plutôt que d’herbe, s’ajoutait celui de chercher à contrôler la flore prairiale en y semant des espèces choisies.

  • 53 Daniel Pichot, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Re (...)

43Au xiie siècle, dans les pays de l’Ouest, notamment en Anjou, les prés deviennent « des zones prioritairement closes », mais l’élevage, bien qu’en essor, n’en constitue pas le facteur déterminant53. Le bas Limousin suivait-il ce schéma ? Les éléments paléo-agronomiques extraits du silo éclairent, de façon ponctuelle, une partie d’un système intégrant une céréaliculture diversifiée et des herbages temporaires, exploités pour la production de fourrage grainier mais aussi pour le pacage. L’absence de tout élément d’habitat rural contemporain de ce silo ne permet pas d’en comprendre le mode d’utilisation (fourrage d’hiver ou de pénurie) ni de savoir à quels animaux étaient destinées ces denrées.

Un système herbager-céréalier de moyenne montagne : les prairies de Durfort (Tarn), fin xiiie – début xive siècle

  • 54 Marie-Pierre Ruas, Productions agricoles, stockage…

44La découverte de stocks de récoltes brûlées à la fin du xiiie siècle lors d’un incendie de grenier qui signa l’abandon définitif du bâtiment, a offert l’opportunité d’analyser les productions agricoles d’une communauté villageoise d’un castrum de moyenne montagne languedocienne (alt. 400 m). Les associations maintenues, dans les récoltes fossilisées, entre les espèces sauvages et les céréales qu’elles accompagnaient dans la parcelle ont permis de proposer des schémas de cycles agraires où une céréale, seigle ou froment, alternait avec une prairie pluriannuelle selon un rythme long (fig. 5). Cette gestion en système herbager-céréalier sur un terroir étagé de moyenne montagne s’articulait probablement avec un élevage ovin lainier, vital pour l’économie locale, puisqu’il assurait une production drapière vendue en bas Languedoc et exportée jusqu’en Italie. Bovins et équidés identifiés par l’archéozoologie faisaient aussi partie des cheptels entretenus54.

La part croissante des légumineuses

  • 55 Véronique Matterne, Agriculture…, 2001.
  • 56 Marie-Pierre Ruas, « Les plantes exploitées en France au Moyen Âge d’après les semences archéologiq (...)
  • 57 G. Jones, « Distinguishing Food… », p. 95-98.

45Les cultures de légumineuses, pois (Pisum sativum), lentille (Lens culinaris), ers (Vicia ervilia), féverole (Vicia faba), gesse chiche et cultivée (Lathyrus cicera et L. sativus) et vesce commune (Vicia sativa) sont attestées depuis les périodes néolithiques en Europe par leurs graines ; de détermination taxinomique délicate à l’état de pollens, ces espèces ne sont pas toujours distinguées aussi précisément dans les diagrammes palynologiques. En France, l’augmentation sensible des occurrences de l’ers à l’âge du Fer suggère qu’elle était utilisée comme fourrage55. Entre le ier et le ve siècle, la part des lentilles et des féveroles s’accroît nettement56. Mais, ces différentes espèces n’étaient pas produites exclusivement comme fourrages ou comme légumes. Le rôle de chacune dans les économies locales, souvent variable selon les populations, n’est pas toujours éclairci, ni leur mode de culture, en jardin ou en alternance dans les parcelles céréalières57.

Vesce et pois dans l’agriculture médiévale du nord de la Loire

  • 58 Marie-Pierre Ruas, travaux inédits.
  • 59 V. Matterne, Agriculture… 2001.
  • 60 Sébastien Lepetz, Véronique Matterne, Marie-Pierre Ruas, Jean-Hervé Yvinec, « L’agriculture et l’él (...)
  • 61 Marie-Pierre Ruas, « Aspects of early medieval farming from sites in Mediterranean France », Vegeta (...)
  • 62 Charlotte Hallavant, Marie-Pierre Ruas, « Alimentation médiévale en montagne pyrénéenne d’après les (...)

46Sur quarante-trois dépôts carpologiques ruraux du nord de la France datés entre le ve et le xie siècle, on observe que, si depuis le ve siècle le seigle et l’avoine s’affirment comme céréales d’une nouvelle agriculture à côté du froment et de l’orge vêtue, les assemblages carpologiques enregistrent aux ixe-xe siècles une augmentation des occurrences et des abondances des graines de pois et de vesce. Elles en sont les composantes principales dans quatre dépôts du ixe siècle sur vingt-deux et cinq sur sept dans ceux de l’an mil, à des périodes où le seigle et le froment prévalent dans la plupart des déchets58. On constate par ailleurs que dans des dépôts où la vesce et l’avoine sont réunies, ils renferment aussi une proportion de rachis de seigle (paille) dominante par rapport aux déchets céréaliers présents, de graines d’adventices des champs et de plantes du cortège de l’arrhénathéraie, prairie de graminées de fauche (fig. 6). De tels mélanges ne sont pas repérés dans les contextes antérieurs romains de cette aire géographique, l’avoine et le seigle n’y étant pas encore des cultures affirmées59. Même si le corpus médiéval demeure encore faible, par comparaison avec les dépôts où prédominent les grains de seigle, de blé ou d’orge, ces assemblages pourraient représenter des résidus fourragers de vesce et d’avoine cultivées à ces fins60. Dans les sites ruraux contemporains du Midi la France, alors qu’est enregistré aussi un essor manifeste du seigle et de l’avoine, la vesce n’apparaît quasiment pas61. Elle est repérée ponctuellement dans des sites plus tardifs en montagne comme à Montaillou62. En plaine, la féverole et le pois chiche apparaissent comme denrées de l’alimentation humaine.

Fig. 5. Systèmes herbagers-céréaliers de moyenne montagne : Durfort (Tarn) à la fin du xiiie siècle (d’après Ruas, 2002)

Fig. 5. Systèmes herbagers-céréaliers de moyenne montagne : Durfort (Tarn) à la fin du xiiie siècle (d’après Ruas, 2002)

Fig. 6. Probables résidus fourragers dans un comblement secondaire de silo à Villiers-le-Sec (Val d’Oise) daté du ixe siècle

Une culture de trèfle au xiiie siècle en Suisse ?

  • 63 Graines, gousses et calices floraux.
  • 64 Michaela Ernst, Stefanie Jacomet, « The value of the archaeobotanical analysis of desiccated plant (...)

47Le trèfle connu comme une culture de la révolution agricole moderne est apparu de façon inattendue dans un contexte particulier d’un site médiéval à Fribourg (Suisse). Des restes desséchés de résidus de moisson et d’herbacées sauvages piégés dans les matériaux de reconstruction d’une maison, datés du xiiie siècle, ont fourni des indices d’exploitation de prairies. En effet, les ensembles contenaient de façon dominante des semences d’espèces de prairies à côté de résidus de décorticage de céréales. Un des échantillons a notamment livré 74 % de ces graines de prairies et pâtures sur un total de 334 restes de plantes sauvages et 22 espèces sur 38 de celles enregistrées. Les plus abondantes sont la fléole des prés (Phleum pratense), le trèfle des prés (Trifolium pratense), la crételle des prés (Cynosurus cristatus), le lin purgatif (Linum carthaticum) et la grande marguerite (Leucanthemum vulgare). Néanmoins, les auteurs considèrent que dans le cas de cette étude, la présence de ces semences au sein de résidus de traitement de récoltes céréalières peut être interprétée comme des éléments en relation avec un système cultural de rotation triennale. En effet, l’existence d’une année de friche (« jachère ») avant les nouvelles cultures d’hiver favorise l’installation de plantes des milieux de prairies. Dans de tels systèmes où le travail du sol est extensif, les espèces de prairies peuvent se maintenir dans le semis céréalier succédant à cette friche (chevauchement des communautés végétales). Toutefois, dans l’échantillon le plus riche en plantes prairiales, le nombre de restes63 de trèfle des prés apparaît plus élevé que dans les autres dépôts (4 % du total des plantes sauvages). Ce taux élevé pourrait être un indice d’une culture du trèfle que la datation radiocarbone de l’échantillon situerait à la fin du xiiie siècle. Si la culture de cette petite légumineuse est mentionnée au xiiie siècle par Albert le Grand, elle ne semblait être manifeste en Allemagne qu’à partir du xvie siècle, après son introduction par des fermiers wallons immigrés du Palatinat. Les auteurs ne concluent pas à une culture affirmée de ce fourrage mais suggèrent que ce semis aurait pu être réalisé après la céréale d’hiver en lieu et place de la céréale de printemps, en limitant ces cultures à de petites surfaces64.

Culture de luzernes dans l’Hérault à l’âge du Fer et au xvie siècle ?

  • 65 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 110-145.
  • 66 Mauro Ambrosoli, « Erbe selvatiche e leguminose nel lungo periodo : il caso della Medicago prima de (...)
  • 67 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, (1966) 1985.
  • 68 Fouilles André Nickels.
  • 69 Ramon Buxo, Lucie Chabal, Jean-Claude Roux, « Toiture et restes carbonisés d’une maison incendiée d (...)
  • 70 M. Ambrosoli, « Erbe selvatiche… », p. 59-70.

48Le cas des restes de luzerne découverts dans des assemblages carpologiques d’habitats distants d’un millénaire dans l’Hérault, illustre la question des présupposés historiques que les sources écrites modernes entretiennent65. En effet, dans une maison du castrum de La Cisterne à Cabrières, réoccupée par des bergers à la fin du xvie siècle, les cendres d’un foyer contenaient les semences brûlées d’un mélange composé d’une abondance de graines et fragments de gousse de luzerne hérissée (Medicago polymorpha) et de graines d’espèces de prairies, mais aussi de mauvaises des cultures de céréales et des déchets de leur décorticage. Nous avions d’emblée supposé que ce cortège riche en luzerne pouvait correspondre au foin d’une luzernière puisqu’il évoquait la prairie artificielle valorisée par l’agronomie de l’époque, illustrée chez O. de Serres, comme élément clé de l’élevage intensif66 et dont la plus ancienne mention écrite languedocienne remontait à 161767. Or, un fossé du site de Monjoui à Florensac68 daté du vie siècle avant J.-C. (fin du 1er âge du Fer), a livré un assemblage de semences dont 74 % sont des petites légumineuses et des graminées, avec une surreprésentation des graines et fragments de gousse de la luzerne hérissée. Les deux assemblages, protohistorique et moderne, tout en affichant une claire ressemblance entre eux, n’évoquent ni des exemples carpologiques antérieurs ni un cortège adventice ou prairial actuel. L’abondance tant en petites légumineuses des genres Trifolium et Medicago qu’en graminées des genres Bromus, Festuca et Poa, dans les deux assemblages formés à des périodes éloignées, tranche avec ceux des autres contextes de ces sites mais aussi avec les cortèges d’adventices, de prairiales ou de friches des sites méridionaux étudiés. Leurs traits communs résultent donc très probablement d’influences environnementales et de pratiques humaines convergentes qui ne possèdent pas ou plus d’équivalent dans la végétation languedocienne. Pour ces deux sites, la luzerne identifiée, Medicago polymorpha de biologie annuelle, n’est pas la luzerne pérenne (M. sativa). Mais des graines de luzerne attribuée à Medicago sativa dans une maison incendiée au ive siècle av. J.-C. à Lattes (Hérault)69 ajoutent au questionnement et pourraient étayer l’hypothèse de la pratique de prairies semées en Gaule avant la période romaine, hypothèse que les recherches de M. Ambrosoli70 suggéraient pour la Méditerranée. Constatant que des glissements sémantiques se sont produits entre les termes qui désignent, dans les textes gréco-romains, médiévaux, voire du xviiie siècle, la luzerne (M. sativa), le sainfoin (Onobrychis viciifolia) ou des trèfles locaux (Trifolium spp.), les références à la culture et la diffusion des espèces fourragères en Europe méridionale lui ont permis de conclure que la luzerne (M. sativa) dont la culture s’est développée en Orient, a atteint la Méditerranée au ve siècle av. J.-C. et ne fut introduite en Italie qu’au ier siècle ap. J.-C. Les enregistrements des deux luzernes et de leurs compagnes dans les trois sites héraultais pourraient indiquer qu’elles auraient été exploitées au moins depuis l’âge du Fer selon un système agraire encore à comprendre.

***

49La trame historique, vue sous l’angle des données archéobotaniques européennes, nuance dans la chronologie des pratiques le modèle de la succession généalogique et celui sur lequel se fonde l’histoire agraire des sociétés médiévales et modernes occidentales.

50Selon l’échelle de lecture, on ne peut pas repérer, dans le schéma de la théorie généalogique de Mazoyer et Roudart, la filiation linéaire des systèmes néolithiques forestiers vers des systèmes post-forestiers médiévaux évoluant pour des espaces d’affourragements artificiels produits par une technicité agronomique toujours en progrès. Sur l’axe du temps plurimillénaire et séculaire, l’histoire semble s’écrire selon cet ordre. Mais à l’échelle d’un village ou d’une région à une période donnée, le classement systémique évolutif « forestier » versus « post-forestier » devient simpliste tant l’histoire des cortèges floristiques s’interpénètre avec celle des sociétés d’agriculteurs-éleveurs et leurs pratiques, toutes aussi inféodées aux contraintes écologiques que mues par les choix et les héritages culturels et techniques.

51L’archéobotanique des prairies n’enlève pas aux déboisements néolithiques leur rôle premier dans l’apparition des formations prairiales. Mais, la forêt n’est pas irréversiblement éliminée des terroirs ; elle est désormais anthropisée et s’intègre dans les exploitations des terres en étant pâturée, émondée, élaguée en taillis (fig. 7). La différenciation des cortèges de prairies en flore fauchée / flore pâturée est patente au moins depuis l’époque romaine en Europe occidentale ; la récolte de foin et la production de fourrages artificiels de légumineuses et de céréales sont mentionnées par les auteurs décrivant l’agriculture romaine. Le rôle fourrager des légumineuses, en tant que culture, semble pouvoir être attesté au moins depuis l’âge du Fer en Gaule (culture de l’ers ? des luzernes ?) ; les données laissent soupçonner des semis alternés avec celui des céréales. La palette de légumineuses et l’essor de la vesce et de l’avoine depuis le ve siècle, dans le nord de la France, suggèrent la pratique de rotations triennales.

52La diversification des végétations prairiales qui se manifeste dans les dépôts médiévaux rend compte d’une spécialisation en systèmes qui allient agriculture extensive et gestions pastorales (prairie sous forêt par exemple créée après essartage). Des cycles longs intégrant une prairie pluriannuelle en rotation avec des semis céréaliers, comme dans l’exemple bas-médiéval de Durfort, ne sont pas nécessairement le reflet d’une économie à peine suffisante de terres ingrates.

53Dans le système agraire, les prairies, pâtures et friches post-culturales, boisées ou non, représentent autant d’éléments des solutions techniques qui permettent d’exploiter les « incultes » temporaires en assurant une alimentation au bétail, de qualité et de quantité variables, et le renouvellement de la fertilité des terres cultivées.

54Le statut de la formation prairiale, fauchée ou pâturée, n’est pas toujours marginal par rapport au cycle agraire céréalier, ni plus ni moins au Néolithique qu’au Moyen Âge. L’archéologie, l’archéozoologie et l’archéobotanique ne pourront jamais restituer et décrire par le détail tous les composants du système agraire en place dans telle unité d’exploitation. Tendre vers cet idéal permettra un classement de ces systèmes anciens et aidera à repérer les transmissions des connaissances et des pratiques.

Notes

1 Karl-Ernst Behre, Stefanie Jacomet, « The ecological interpretation of archaeobotanical data », dans W. van Zeist, K. Wasylikowa et K.-E. Behre (eds.), Progress in Old World Palaeoethnobotany, Balkema, Rotterdam, 1991, p. 81-108.

2 Collectif, « Archéologie des paysages ruraux fossiles en Limousin : exemple d’une méthode de recherche », Revue archéologique du centre 67/68, 1978, p. 193-199 ; Jean Guilaine (dir.), Pour une archéologie agraire, Paris, 1991 ; Philippe Boissinot, Jacques-Élie Brochier, « Pour une archéologie du champ », dans Gérard Chouquer (éd.), Les Formes du paysage, Paris, 3, 1997, p. 35-56.

3 Hervé Richard, « Analyse pollinique des niveaux archéologiques et des coprolithes », dans Pierre Pétrequin (dir.), Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-Les-Lacs (Jura). Problématique générale. L’exemple de la station III, Paris, 1986, p. 149-154.

4 Jacques-Élie Brochier, « Combustion et pacage des herbivores domestiques. Le point de vue du sédimentologue », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 80, no 5, 1983, p. 143-145 ; Daniel Helmer, « Le parcage des moutons et des chèvres au Néolithique ancien et moyen dans le Sud de la France », dans J. Clutton-Brock, C. Grigson C. (eds.), Animal and Archaeology : early herders and their flocks, B.A.R. International Series 202, 1984, p. 39-45.

5 Christine Rendu, La Montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003.

6 Michael Charles, Paul Halstead, Glynis Jones (eds.), « Fodder : Archaeological, historical and ethnographic studies », Environmental Archaeology, vol. 1, 1998 ; Hervé Richard, « Analyse pollinique… », Paris, 1986, p. 149-154.

7 James Greig, « The palaeoecology of some British hay meadows types », dans W. Van Zeist, W.A. Casparie (eds.), Plants and ancient Man. Studies in Palaeoethnobotany, Groningen-Balkema, 1984, p. 213-226 ; K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological… », p. 81-108.

8 Karen Lundström-Baudais, Essai d’interprétation paléoethnobotanique d’un village du Néolithique final : la station III de Clairvaux (Jura). Thèse de 3e cycle, université de Besançon, 1982 ; K. Lundström-Baudais, « Étude paléoethnobotanique de la station III de Clairvaux », dans P. Pétrequin (dir.), Les sites littoraux néolithiques… 1986, p. 311-391.

9 Marie-Pierre Ruas, « Semences archéologiques, miroir des productions agraires en France méridionale du vie au xvie siècle », dans André Bazzana (éd.), Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge. Castrum 5, Madrid, Rome, Murcie, 1999, p. 301-316 ; M.-P. Ruas, Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire : les récoltes du grenier castral de Durfort (Tarn) incendié au xive siècle, Documents d’Archéologie française, no 93, Paris, 2002 ; Laurent Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages : réflexions autour de deux exemples carpologiques de l’âge du Fer et des Temps Modernes en Languedoc », Anthropozoologica, vol. 40, no 1, 2005, p. 110-145.

10 T. Amorosi, P. Buckland, K.J. Edwards, I. Mainland, T.H. McGovern, J.P. Sadler, P. Skidmore, « They did not Live by Grass Alone : the politics and Palaeoecology of Animal Fodder in the North Atlantic Region », Environmental Archaeology, t. 1, 1998, p. 41-54 ; Marie Balasse, Anne Tresset, Stanley H. Ambrose, « First evidence for seaweed winter foddering in the Neolithic of Scotland », Journal of Zoology, 270, 2006, p. 170-176.

11 Charles Parain, Outils, ethnies et développement historique, Paris, 1979, p. 57.

12 Ces fourrages se composaient de légumineuses dont la vesce, la gesse et le fenugrec ainsi que d’un mélange appelé farrago, constitué de déchets d’amidonnier ou d’orge, de vesce et d’autres légumineuses (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, livre 18, 41, traduit par Henri Le Bonniec, Paris, 1972, p. 105).

13 Julie Massendari, L’élevage à l’époque romaine (Gaule du Sud, Italie), DEA, Université de Toulouse Le Mirail, 2001, vol. 1 dactyl., p. 98.

14 Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Genève, 1991 (fac simile de 1605), p. 262-270.

15 J. Massendari, L’élevage à l’époque romaine…, p. 98.

16 Antoine Da Lage, Georges Métailié (coord.), Dictionnaire de Biogéographie végétale, Paris, 2000, p. 472.

17 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 112.

18 Louis Hédin, « Recherches sur l’écologie des prairies françaises : un essai de classification », Bulletin de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, 357-358, 1952, p. 363-376.

19 A. Da Lage, G. Métailié (coord.), Dictionnaire…, Paris, 2000, p. 429.

20 M. Lachiver, Dictionnaire…, p. 1367.

21 M. Lachiver, Dictionnaire…, p. 1368.

22 Marcel Bournérias, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Paris, 1984, p. 243.

23 A. Da Lage, G. Métailié (coord.), Dictionnaire…, p. 397.

24 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 115.

25 K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological… », p. 85.

26 Sébastien Lepetz, Patrice Méniel et Jean-Hervé Yvinec, « Archéozoologie des installations rurales de la fin de l’âge du Fer au début du Moyen Âge », Histoire et sociétés rurales, 3, 1995, p. 169-182 ; Vianney Forest, Isabelle Rodet-Belarbi, « À propos de la corpulence des Bovins en France durant les périodes historiques », Paris, Gallia, 59, 2002, p. 273-306.

27 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1988 (1re éd. 1931), p. 74.

28 Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, t. 1, Paris, 1977 (1re éd. 1962), p. 90.

29 G. Duby, L’économie rurale…, t. 2, p. 247.

30 J.-H. Yvinec, « L’élevage au haut Moyen Âge en France du Nord et de l’Est. Témoignages archéozoologiques. », Ethnozootechnie, 59, 1997, p. 79-86 ; V. Forest, I. Rodet-Belarbi, « À propos de la corpulence… », p. 273-306.

31 Jean-Pierre Devroey, Économie rurale et société dans l’Europe franque (vie-ixe siècles), t. 1, Paris, 2003, p. 95.

32 J.-P. Devroey, Économie rurale…, p. 313.

33 M. Bloch, Les caractères originaux…, p. 71-78, 238, 241 ; C. Parain, Outil, ethnies…, p. 461-471.

34 Marcel Mazoyer, Laurence Roudart, Histoire des agricultures du monde, du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, 1997, p. 124, 125.

35 Idem, p. 16, 17, 45…

36 Idem, p. 125.

37 Igor Besson, « Développement agricole et systèmes agraires. À propos de l’ouvrage de Marcel Mazoyer et Laurence Roudart, Histoire des agricultures du monde, Techniques et culture, 40, 2002, en ligne URL : http://tc.revues.org/document1558.html.

38 Terme pris ici dans le sens moderne de terre laissée en friche sans culture, pendant au moins un an.

39 Par exemple, le plus vieux joug pour bovins d’Arbon-Bleiche 3 (Arbon, Suisse, daté de 3384 av. J.-C., Néolithique récent), des jougs de corne du 3e millénaire av. J.-C., découverts en Ardèche et les araires et jougs des sites italiens de Lavagnone (Lombardie) et de Fiavé (Trentin), datés de l’âge du Bronze. Stéfanie Jacomet, Jörg Schibler, « Traction animale et données paléoenvironnementales au Néolithique dans le nord des Alpes », dans Pierre Pétrequin, Rose-Marie Arbogast, Anne-Marie Pétrequin, Samuel Van Willigen, Maxence Bailly, Premiers chariots, premiers araires. La diffusion de la traction animale en Europe pendant les ive et iiie millénaires avant notre ère, Paris, 2003, p. 141-155 ; Stéphanie Bréhard, Émilie Blaise, Isabelle Carrère, T. Favrie, Lionel Gourichon, Daniel Helmer, Julie Rivière, Anne Tresset, Jean-Denis Vigne, « L’élevage du Néolithique moyen 2 au Néolithique final dans le midi méditerranéen de la France : état des données archéozoologiques. », dans O. Lemercier, R. Furestier, M. Bailly, Actes de la table ronde « Quatrième millénaire, du Néolithique moyen au Néolithique final dans le sud-est de la France et les régions voisines », Aix-en-Provence 2005, sous presse ; Franco Marzatico, « L’araire et le joug de Lavagnone et de Fiavé (Italie) », dans P. Pétrequin et al., Premiers chariots,…, p. 63-71.

40 S. Jacomet, J. Schibler, « Traction animale,… », p. 141-155.

41 Glynis Jones, « Distinguishing food from fodder in the archaeobotanical record », Environmental Archaeology 1, 1998, p. 95-98.

42 Ulrich Willerding, « Methodische Probleme bei der Untersuchung und Auswertung von Plflanzenfunde in vor-und frühgeschichtlichen Siedlungen », Nachrichten aus Niedersachsens Urgeschichte, 40, 1971, p. 181-198 ; U. Willerding, « Präsenz, Erhaltung und Repräsentanz von Pflanzenresten in archäologischem Fundgut », dans W. Van Zeist, K. Wasylikowa, K.-E. Behre (eds.), Progress in Old World Palaeoethnobotany, Balkema, Rotterdam, 1991, p. 25-51 ; J. Greig, « The palaeoecology… », p. 213-226 ; K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological interpretation… », p. 81-108 ; Marijke Van der Veen, « Crop husbandry regimes. An archaological botanical study of farming in northern England : 1000 BC - AD 500 », Sheffield Archaeological Monographs, 3, 1992 ; Glynis Jones, « Weed phytosociology and crop husbandry : identifying a contrast between ancient and modern practice », Review of Palaeobotany and Palynology, 73, 1992, p. 133-143.

43 U. Willerding, « Präsenz, Erhaltung… », p. 25-51 ; K.-E. Behre, S. Jacomet, « The ecological interpretation… », p. 81-108.

44 Didier Galop, La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée, Toulouse, 1998.

45 Wilhem van Zeist, « Economic aspect », dans W. van Zeist, K. Wasylikowa, K.-E. Behre (éd.), Progress in Old World Palaeoethnobotany, Balkema, 1991, p. 109-130.

46 Karen Lundström-Baudais, « Étude paléobotanique de la station III de Clairvaux », dans P. Pétrequin, Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I Problématique générale : l’exemple de la station III, Paris, 1986, p. 331-391.

47 Stefanie Jacomet, Urs Leuzinger, Jörg Schibler, Die jungsteinzeitliche Seeufersiedlung Arbon Bleiche 3. Umwelt und Wirtschaft, Archäologie im Thurgau, vol. 2, Canton de Thurgau (Suisse), 2004.

48 Chiara Davite, Diego Moreno, « Des « Saltus » aux « Alpes » dans les Apennins du nord (Italie). Une hypothèse sur la phase du haut Moyen Âge (560-680 ap. J.-C.) dans le diagramme pollinique du site de Prato Spilla », dans Michel Colardelle (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge, Paris, 1996, p. 138-142.

49 Matts Lindbladh, Richard Bradshaw, « The development and demise of Medieval forest-meadow system at Linnaeus’ birthplace in southern Sweden : implications for conservation and forest history », Vegetation History and Archaeobotany, 4, 1995, p. 143-160.

50 Olivier Nisselle, « L’outillage », L’archéologue, Archéologie nouvelle, 2, 2002, p. 17-19.

51 Véronique Matterne, Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque gallo-romaine en France septentrionale, Montagnac, 2001.

52 Marie-Pierre Ruas, « Un témoignage de pratiques agro-pastorales au xie-xiie siècle en Bas-Limousin : les grains brûlés dans un silo à Chadalais (Haute-Vienne) », dans J. Wiethold, V. Matterne., B. Pradat (éd.), actes de la table ronde archéobotanique, Hommages à Karen Lundström-Baudais, Bibracte juin 2005, Publications du Centre de Bibracte, Glux-en-Glenne, sous presse.

53 Daniel Pichot, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, 2002, p. 256.

54 Marie-Pierre Ruas, Productions agricoles, stockage…

55 Véronique Matterne, Agriculture…, 2001.

56 Marie-Pierre Ruas, « Les plantes exploitées en France au Moyen Âge d’après les semences archéologiques », dans Plantes et cultures nouvelles en Europe occidentale au Moyen Âge et à l’époque moderne, Flaran 12, Auch, 1992, p. 9-35.

57 G. Jones, « Distinguishing Food… », p. 95-98.

58 Marie-Pierre Ruas, travaux inédits.

59 V. Matterne, Agriculture… 2001.

60 Sébastien Lepetz, Véronique Matterne, Marie-Pierre Ruas, Jean-Hervé Yvinec, « L’agriculture et l’élevage en France septentrionale de l’âge du fer à l’an mil. Approches carpologique et archéozoologique. », dans Alain Belmont (éd.), Autour d’Olivier de Serres. Pratiques agricoles et pensée agronomique du Néolithique aux enjeux actuels, Association d’histoire des sociétés rurales, PUR, 2002, p. 103 ; M.-P. Ruas, travaux inédits.

61 Marie-Pierre Ruas, « Aspects of early medieval farming from sites in Mediterranean France », Vegetation History and Archaeobotany, 14(4), 2005, p. 400-415.

62 Charlotte Hallavant, Marie-Pierre Ruas, « Alimentation médiévale en montagne pyrénéenne d’après les graines et les fruits archéologiques », dans G. Boetsch, A. Hubert (éd.), Montagne et alimentation, Gap, 2007, p. 35-52.

63 Graines, gousses et calices floraux.

64 Michaela Ernst, Stefanie Jacomet, « The value of the archaeobotanical analysis of desiccated plant remains from old buildings : methodological aspects and interpretation of crop weed assemblages », Vegetation History and Archaeobotany, 15, 2005, p. 45-56.

65 L. Bouby, M.-P. Ruas, « Prairies et fourrages… », p. 110-145.

66 Mauro Ambrosoli, « Erbe selvatiche e leguminose nel lungo periodo : il caso della Medicago prima del 1600 », dans A.J. Grieco, O. Redon, L. Tongiorgi Tomasi (éd.), Le monde végétal (xiie-xviie siècles). Savoirs et usages sociaux. Saint-Denis, 1993, p. 59-70 ; Jean-Marc Moriceau, Histoire et géographie de l’élevage français. Du Moyen Âge à la Révolution. Paris, 2005.

67 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, (1966) 1985.

68 Fouilles André Nickels.

69 Ramon Buxo, Lucie Chabal, Jean-Claude Roux, « Toiture et restes carbonisés d’une maison incendiée dans l’habitat de Lattes au ive siècle av. n. è. », Lattara 9, 1996, p. 373-398.

70 M. Ambrosoli, « Erbe selvatiche… », p. 59-70.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Outils et domaines de l’archéologie dans l’étude des prairies
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Formations végétales et aliments du bétail (d’après Bouby et Ruas 2005)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 1. Définitions ruraliste, biogéographique et phytosociologique des types de prairies et de prés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3. Schéma de la dynamique écologique dans l’évolution des formations de prairies pâturées et/ou fauchées (d’après Ellenberg, 1988, repris par Bouby et Ruas, 2005)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4. Les temps des prairies et des pâtures dans les systèmes de culture médiévaux et modernes d’après M. Bloch (1931, réédité 1988, p. 71-78, 238, 241) et C. Parain (1979, p. 461-471)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 5. Systèmes herbagers-céréaliers de moyenne montagne : Durfort (Tarn) à la fin du xiiie siècle (d’après Ruas, 2002)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Probables résidus fourragers dans un comblement secondaire de silo à Villiers-le-Sec (Val d’Oise) daté du ixe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8958/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search