Version classiqueVersion mobile

Prés et pâtures

 | 
Francis Brumont

Introduction

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600, éd. Actes Sud, 199 (...)
  • 2 Ibid., p. 387-390.
  • 3 Ibid., p. 389-401.
  • 4 Ibid., p. 401-410.

1« Parmi les bonnes gens de village, écrit Olivier de Serres, le pré clos est dict la pièce glorieuse du domaine1 », expression maintes fois reprise et parfois appliquée à l’ensemble des prairies, tant la nourriture du bétail est primordiale dans l’économie agraire des époques anciennes. Or, il ne s’agit là que de l’un des très nombreux types de pâturages que notre auteur se plaît à distinguer et à caractériser2 ; et si, comme tous les agronomes, il rappelle l’étymologie du mot pour signaler que le pré est « tous-jours prest à rendre service » et qu’il ne nécessite que peu d’entretien et de mise de fonds, il n’en décrit pas moins les nombreux travaux qu’il exige si on veut en tirer le plus grand profit, ce qui est le but du « bon ménager3 ». Il n’ignore pas non plus les prairies artificielles et s’étend largement sur la culture du sainfoin (ou luzerne) « exquise pasture » et de l’esparcet4, même s’il ne semble pas voir toutes les conséquences de la possible extension de ces cultures, une extension qui alimentera tant de débats sur la révolution agricole.

2Diversité est le mot qui semble le mieux désigner la grande variété qui règne au sein des espaces pâturés ; en Haute-Marche, au xve siècle, on dispose d’une quarantaine de vocables pour les désigner (D. Glomot) et cette diversité est très ancienne ainsi que le montrent l’archéologie et la paléobotanique qui permettent de distinguer, par exemple, prairies de fauche et simples pâtures ainsi que les différentes herbes qui les composent (M.-P. Ruas). À ces divers types correspondent des mises en valeur, des modes d’appropriation et d’exploitation différents. Dès que le relief ou le peuplement s’y prêtent, des espaces communs, plus ou moins vastes, sont réservés aux troupeaux de la communauté, selon des modalités bien précises, qui peuvent aller parfois jusqu’à leur aliénation temporaire, leur privatisation, voire leur usurpation (P. Palu, F. Hautefeuille). Ces espaces jouent un rôle primordial dans les économies de l’ouest de la France (D. Pichot, A. Antoine), de l’Espagne atlantique (P. Saavedra) ou des régions plus ou moins montagneuses (E. Bille, M. Conesa), des économies où l’élevage fournit une bonne part des revenus et de la subsistance. Les possibilités d’accès des troupeaux privés à ces espaces déterminent l’appartenance à la communauté, ces droits pouvant être dévolus à des maisons ou à des familles de résidents (E. Bille, M. Conesa).

3Même si quelques parcelles de communaux peuvent être privatisées temporairement pour les défricher (P. Saavedra), ces parcelles n’entrent pas dans la catégorie des prairies appropriées, parmi lesquelles il faut distinguer les simples pâtures des prairies de fauche, ces dernières bénéficiant de la clôture, mais pouvant être soumises à la vaine pâture, dès la récolte de foin passée. Ces prés, situés souvent le long des rivières, sont des biens précieux et appartiennent aux laboureurs les plus aisés et plus encore aux élites non paysannes, résidents ou forains (J. Demasy, C. Beck). C’est l’apanage des métairies, souvent tournées vers l’élevage des bovins, que ce soit en Haute-Marche (D. Glomot), dans l’Ouest (A. Antoine), ou ailleurs. La propriété des pâtures échappe aussi en grande partie aux paysans, sauf aux plus aisés, la possibilité de nourrir du gros bétail les distinguant de leurs voisins.

4Les prairies sont des espaces précieux, mais qui peuvent entrer en concurrence avec les espaces céréaliers, dès que la hausse de la demande se fait sentir, à cause de la pression démographique ou de l’urbanisation. La tentation est grande alors d’étendre les labours au détriment des céréales (D. Gasparini), mais on peut aussi trouver d’autres solutions dans l’intensification de la mise en valeur des prairies ou dans la culture de plantes fourragères.

  • 5 Ibid., p. 399.

5Même si le pré est destiné au simple pâturage, il doit faire l’objet de soins afin d’en préserver la qualité, la solution la plus couramment utilisée, quand la pente n’est pas trop forte ou le sol trop ingrat, est de labourer temporairement ces espaces afin d’en renouveler l’herbe après que l’on y aura récolté des céréales durant quelques années. C’est cette solution que préconise Olivier de Serres à l’égard des « vieilles prairies » : « Mais, voyant […] vostre pré ne rapporter à suffisance, ne soyés si malavisé de le souffrir avec si petit revenu : ains lui changeant d’usage, le convertirés en terre labourable ; en quoi profitera plus en un an, produisant de beaux blés et pailles, que de six en foin5.» Cette pratique des prés arables (E. Thoen, T. Soens) parfois expressément spécifiée dans les contrats agraires (D. Gasparini), était sans doute plus répandue en de nombreuses régions qu’il n’apparaît dans la documentation et n’avait donc pas ce caractère novateur, voire révolutionnaire, que lui ont attribué certains historiens anglais sous le nom de culture alternée, ou d’agriculture convertible. L’exemple flamand montre qu’ils n’apparaissent en quantité significative qu’en cas de nécessité, surtout sous l’effet de la pression démographique (E. Thoen, T. Soens). L’irrigation était elle aussi une pratique courante pour les prairies de fonds de vallée, parfois sous forme de simple inondation par la rivière (C. Beck), parfois grâce à des systèmes de fossés et d’écluses (F. Brumont).

  • 6 Ibid., p. 401.

6Destinées comme les prés irrigués à la production de foin, les prairies artificielles présentent la particularité d’être des espaces cultivés à cet usage, entrant donc directement en concurrence avec ceux qui sont destinés à la nourriture des hommes. Aussi sont-elles généralement de peu d’étendue (G. Larguier) et réservées aux groupes sociaux les plus aisés, à ceux qui pratiquent un élevage spéculatif. Et c’est sans surprise que nous voyons Olivier de Serres en faire un grand éloge, lui qui incite le père de famille à tirer « grand revenu de sa prairie6 ». On pourrait mentionner ici, même si ce ne sont pas à proprement parler des prairies, la culture des plantes fourragères qui a le même but, légumineuses engraissant le sol, une particularité connue de toute antiquité, racines, céréales récoltées en vert (P. Saavedra). Il faudrait cependant distinguer les zones où ces fourrages sont destinés à l’engraissement d’un bétail devant être vendu (J. Beauroy) de ceux où il s’agit simplement de nourrir les animaux de trait (P. Saavedra, D. Gasparini).

  • 7 Tom M. Devine, The Transformation of Rural Scotland. Social Change and the Agrarian Economy. 1660- (...)

7Avec prairies artificielles et plantes fourragère (les turnips !), nous entrons de plain-pied dans un monde de débats et de controverses autour de la « révolution agricole ». Certes, aujourd’hui les dissensions sont moins fortes qu’il n’y a guère, les querelles apaisées et l’on peut faire une lecture plus consensuelle de la place des prairies artificielles et des plantes fourragères dans les progrès de l’agriculture depuis le Moyen Âge, progrès que traditionnellement l’historiographie confine aux Flandres et à l’Angleterre, quelques espaces de petite culture, comme la Galice littorale (P. Saavedra) ou la plaine d’Alsace (J.-M. Boelher) ayant plus récemment revendiqué une place à côté de ces deux pôles anciennement reconnus. Il est possible d’ailleurs que ce soit le terme qui soit mal choisi, car, sauf à dénier toute signification temporelle à celui de « révolution », il semble que ce soit la rapidité du mouvement qui a été un des motifs (et des moteurs) de la querelle. Il paraissait peu vraisemblable, et à juste titre, que dans une activité comme l’agriculture des changements d’une telle rapidité qu’on puisse les qualifier de révolutionnaires aient pu se produire. Et ce n’est qu’en admettant que ce soit en une ou deux générations que l’on peut trouver ici ou là (dans les Lowlands écossais, par exemple) des métamorphoses dignes de ce qualificatif7.

8Par ailleurs, il apparaît clairement que ces progrès sont confinés dans des zones étroites, d’autant plus étroites qu’ils sont spectaculaires. Ce n’est pas par hasard que l’on a mis en avant le « Norfolk system of husbandry » (J. Beauroy), c’est parce que cette « révolution » à laquelle sont fort attachés encore beaucoup d’historiens ruralistes britanniques, s’est d’abord cantonnée dans ce comté et dans quelques autres du voisinage. De même, l’agriculture à la flamande, « Flemish husbandry », caractérise à partir du xiiie siècle la Flandre intérieure, la Flandre maritime étant peu touchée par les changements que suppose le nouveau système (E. Thoen, T. Soens). De même, en Galice, c’est dans les vallées littorales uniquement que s’installe une agriculture intensive marquée par la disparition de la jachère, la culture des plantes fourragères permettant même trois récoltes sur deux ans, et par l’obtention de très hauts rendements, qui peuvent concurrencer ceux qui sont obtenus par l’agriculture flamande à la même époque (P. Saavedra). Mais à quel prix ? Par une intensification du travail des hommes, le labour à bras venant concurrencer sur des exploitations minuscules, qu’elles soient flamandes, galiciennes ou alsaciennes, le labour tracté : partout, dans ces zones dites de petite culture, la hausse des rendements s’accompagne d’une baisse de la productivité. S’agit-il alors d’un véritable progrès ? C’est sans doute le mérite des agricultures anglaise et écossaise d’avoir pu produire plus avec moins de bras, pour répondre à une demande accrue par le développement urbain et l’essor industriel.

9Car il n’est pas possible d’isoler notre objet d’étude : tout se tient dans des systèmes économiques et sociaux où l’évolution de la prairie est subordonnée, d’une part à des facteurs économiques généraux tels que l’évolution de la demande qui peut se porter sur les produits végétaux au détriment des produits animaux ou au sein de ces derniers, privilégier la viande, le lait, ou les animaux de trait, et d’autre part aux structures de la propriété, de l’exploitation et la mise en valeur des prairies sur les lieux mêmes de la production qui peuvent faciliter ou bien freiner les changements (J.-M. Boehler). C’est donc au sein d’agro-systèmes sociaux qu’il faut replacer l’étude des prés et des prairies, cette expression, appliquée par Éric Thoen et Tim Soens à la Flandre, lieu de naissance de l’agriculture moderne basée sur les prairies artificielles, pouvant très bien convenir aux autres zones concernées par nos travaux.

10Si les contributions ici rassemblées couvrent essentiellement le Moyen Âge et les Temps modernes, elles ont eu le souci d’élargir le champ historique, depuis le Néolithique jusqu’au xixe siècle.

Notes

1 Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600, éd. Actes Sud, 1996, p. 393.

2 Ibid., p. 387-390.

3 Ibid., p. 389-401.

4 Ibid., p. 401-410.

5 Ibid., p. 399.

6 Ibid., p. 401.

7 Tom M. Devine, The Transformation of Rural Scotland. Social Change and the Agrarian Economy. 1660-1815, Édimbourg, 1994.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search