Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites rurales

 | 
François Menant
, 
Jean-Pierre Jessenne

Les élites rurales bretonnes du xvie au xviiie siècle : des spécificités ?

Yann Lagadec

Texte intégral

  • 1 Philippe Jarnoux, « Des paysans riches dans la France de l’Ouest sous l’Ancien Régime ? Bilan et p (...)

1Étudier les élites rurales bretonnes peut, de prime abord, sembler paradoxal. En effet, l’on s’accorde pour décrire les sociétés des pays bocagers de l’ouest de la France comme étant avant tout marquées par l’importance de la paysannerie moyenne : point de grands fermiers ici, de ces « coqs de village » identifiés ailleurs, mais une masse a priori mal différenciée de propriétaires-laboureurs. C’est elle que l’on retrouve d’ailleurs au cœur des préoccupations de l’historiographie des 40 ou 50 dernières années, aux côtés des réflexions sur les liens entre structures paysagères – le bocage essentiellement – et structures sociales d’une part, des questionnements sur la seigneurie d’autre part1.

2Existe-t-il, dans ces conditions, des élites rurales en Bretagne ? Quelle place tiennent-elles dans la société des campagnes bretonnes ? Peut-on parler, en la matière, d’une spécificité ? Telles sont les questions auxquelles je souhaiterais ici répondre.

3Il m’a semblé pour cela important de chercher, dans un premier temps, à circonscrire ces élites avant d’étudier, successivement, la frange assez large de paysans aisés plus que riches qui en constitue la plus grande partie – et il s’agit là, sans doute, de l’une des principales spécificités de l’Ouest – et d’en venir, pour finir, aux multiples sous-modèles régionaux de la Bretagne rurale.

Définir les élites rurales bretonnes : quels critères ?

  • 2 Sur ce point, Gérard Beaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’ana (...)

4Poser la question de la définition des « élites » renvoie, bien évidemment, à celle des critères de différenciation sociale dans les sociétés rurales. Si la position fiscale relative est l’un des premiers sans doute, on ne saurait pourtant s’en contenter2.

Le critère de la richesse

5L’étude des rôles fiscaux offre une première vision de la stratigraphie des sociétés rurales bretonnes, plus particulièrement de leurs élites. Cette étude se heurte cependant ici à de nombreux problèmes, liés notamment aux limites intrinsèques des rôles des fouages pour les xvie et xviie siècles, à ceux de la capitation pour le xviiie siècle.

  • 3 Je reprends ici l’analyse d’Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenn (...)
  • 4 Dominique Guillemet, Insularité et archaïsmes. Paysans et seigneurs à Belle-Île-en-Mer (vers 1660- (...)

6Reste qu’il est cependant possible d’en déduire un certain nombre d’éléments, dont le principal est la moindre concentration des richesses qu’en de nombreuses autres provinces3. Rares sont en effet ici les communautés où moins de 20 % des contribuables paient plus de 50 % de l’impôt : ils sont autour de 22 % dans une demi-douzaine de paroisses du Vitréais, de 20 % dans le Vannetais, 17 % près de Laval, zone de transition entre les plaines céréalières et les bocages bretons. Certes, cette situation souffre des exceptions, telle celle, hors norme sans doute, de Belle-Isle, où les particularités de la mise en valeur du territoire au Moyen Âge central sous forme de finages homogènes aboutissent au maintien, jusqu’à la « révolution » de 1766, d’une faible différenciation sociale parmi les exploitants4. Certes, il est aussi possible de discerner des nuances régionales, sur lesquelles nous reviendrons.

  • 5 Fanch Roudaut et al., 1774 : les recteurs léonards parlent de la misère, Quimper, 1988, p. 152.

7Il reste que cette réalité est assez largement celle qui est perçue par les contemporains. Ainsi, les recteurs léonards qui, en 1774, répondent à un long questionnaire dans le cadre d’une enquête sur la misère lancée par Turgot, décrivent-ils une société rurale s’organisant autour de 30 % de ménages « aisés », 15 à 20 % de pauvres mendiants, le reste constituant la masse des « médiocres » d’une part, des « journailliers et gens de mettiers » d’autre part5.

8Cette approche essentiellement fiscale des hiérarchies sociales rurales souffre pourtant de la prise en compte du seul critère de la richesse.

L’accès aux responsabilités locales

9Charge et honneur à la fois, l’accès à des fonctions communautaires vaut reconnaissance du statut particulier d’un individu au sein du groupe villageois.

10Parmi ces fonctions, les principales en Bretagne, les plus anciennes aussi, sont celles liées à la gestion des biens de la fabrique. Les marguilliers ou trésoriers ont en effet vu leurs tâches s’étendre dès le xve siècle à de multiples questions relevant des affaires de la communauté plus que de celles de la paroisse – perception du fouage, équipement des francs-archers –, avant, au cours du xviiie siècle, de devenir les incontournables relais locaux de l’intendant. Malgré les efforts de la hiérarchie catholique pour séparer argent sacré et argent profane de la communauté, malgré les évolutions institutionnelles aussi, une série d’arrêts du parlement entérine cet état de fait à la fin du xviie en définissant un corps politique du général de la paroisse. Celui-ci n’est plus composé que du recteur ou du curé, du seigneur ou de ses représentants, enfin de 14 paroissiens : 12 délibérants, anciens trésoriers de la fabrique, et les deux trésoriers en charge. Se met ainsi en place une sorte de cursus honorum paroissial mêlant gestion des deniers de l’Église et gestion des deniers du roi ; en tout, selon les paroisses, de 10 à 60 fonctions chaque année, assurant la lente promotion d’une modeste élite paroissiale.

  • 6 Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais ( xvie- (...)

11Certes, cette élite est assez largement confondue avec celle de la richesse définie plus haut. Mais, si le principe Qui paie décide domine, dans une société qui est cependant aussi – avant tout ? – une société de l’estime, d’autres critères interviennent, permettant de comprendre l’accès aux différentes fonctions de certains, la pérennité de leur exercice ou la rapidité de leur cursus. L’analyse fine du cas de la paroisse de Louvigné-de-Bais laisse ainsi apparaître le rôle joué par les divers réseaux dans lesquels chacun s’insère6 : réseaux familiaux facilitant la transmission des positions acquises, de père en fils, de frère à frère, de beau-père à gendre ; réseaux professionnels aussi, recoupant pour une part les premiers, favorisant ici l’affirmation des notaires et des chirurgiens, pourtant moins imposés que la moyenne des délibérants, ou encore des fermiers des métairies nobles, malgré de fréquentes origines extra-paroissiales. Enfin, la question du savoir ne saurait être négligée : en une province où moins de 30 % des hommes savent signer, de 70 à 100 % des trésoriers des fabriques étudiées apposent leur signature au bas des délibérations au xviiie siècle. À cette maîtrise minimale de l’écrit s’ajoute, en Basse-Bretagne, celle de la langue française, plus difficile à quantifier cependant.

12La principale conclusion de ces analyses tient au fait que, trop grande médiocrité mise à part, n’existe aucun critère discriminant quant à l’accès à cette élite détenant des fonctions paroissiales. C’est en fait une subtile combinaison de ces différents facteurs – et d’autres – qui permet – ou non – d’y accéder.

13Que sont alors les élites rurales bretonnes ? Un groupe, large et ouvert, représentant 20 à 30 % de la population, composé d’une part de paysans aisés plus que riches, d’autre part de marchands, d’hommes de lois ou de chirurgiens formant une bourgeoisie rurale sans grande envergure. Ces modestes élites sont séparées d’une base large de paysans aux frontières de la pauvreté, d’artisans, de journaliers et de domestiques par le groupe intermédiaire, majoritaire, de la médiocrité paysanne et artisanale. Se dégage ainsi un modèle général dont il reste à examiner plus en détail les principales caractéristiques.

Une large frange de paysans aisés

14Partout en Bretagne, l’élite rurale s’appuie sur les bataillons, plus ou moins importants, de la frange supérieure de la « paysannerie ». Ce modèle général connaît cependant un certain nombre de variantes.

Une constante : la place des fermiers des biens nobles

  • 7 . La thèse en cours de François-Xavier Berthier sur Les meuniers dans la société rurale de Haute-Br (...)
  • 8 . Claude Nières et Yvon Garlan, Les révoltes bretonnes. Rébellions urbaines et rurales au xviie siè (...)
  • 9 . F. Roudaut et al., 1774 : les recteurs léonards…, p. 183.
  • 10 Fanch Roudaut, « Moulins et meuniers dans les cahiers de doléances », dans La Bretagne : une provi (...)

15Les meuniers sont sans doute les moins connus, les moins étudiés, les moins nombreux aussi de ces fermiers de biens nobles7. D’une aisance confortable, ils apparaissent avant tout comme les hommes du seigneur, en cela peut-être extérieurs à la communauté : petit groupe marqué par une mobilité importante, par une forte homogamie aussi, ils semblent sous-représentés dans les institutions paroissiales. Il est vrai qu’ils sont souvent décriés : ainsi en 1675, notamment dans l’article 12 du fameux Code paysan8, en 1774, sous la plume de certains recteurs léonards qui voient en quelque « munier coquin » l’une des causes de la misère de leurs paroissiens9, ou encore en 1789, dans les cahiers de doléances qui associent à la dénonciation des banalités celle du meunier voleur, voleur impuni surtout10. À leur décharge, il faut noter qu’ils sont, dans la seconde moitié du xviiie siècle, confrontés à une forte augmentation du montant de leurs baux, à l’instar des fermiers des métairies nobles.

  • 11 Sur ce point, Jean Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, p. 679-683.

16Souvent placés à la tête des plus importantes exploitations de leur paroisse, souvent supérieures à 20 ha, dépassant parfois 50 ha, ces « métayers » sont, en général, de simples fermiers11. Ils occupent en cela une place à part au sein de la communauté. En effet, leurs exploitations, composées de vastes parcelles d’un seul tenant, au contraire des simples « lieux » ou « convenants » aux terres dispersées, nécessitent un capital important et des moyens adaptés : s’ils ne sont pas exclusivement présents sur ces métairies, les bœufs y semblent ainsi surreprésentés. Dans le même temps, malgré un mode de faire-valoir indirect, les propriétaires souvent éclairés de ces métairies en font parfois le lieu de l’expérimentation de nouvelles cultures et rotations, notamment au xviiie siècle.

  • 12 En cela, la thèse défendue par Donald Sutherland, Les Chouans : les origines sociales de la Contre (...)

17Ainsi, assise foncière et rapport particulier à l’innovation participent à l’affirmation de la position des métayers au sein de la paroisse, en un mot, de leur notabilité12. La question de l’existence, en certaines paroisses de Haute-Bretagne au moins, d’une sorte de « métairocratie » – si l’on me permet ce néologisme directement inspiré de la fermocratie de J.-P. Jessenne – mérite ainsi sans doute d’être posée. En cela cependant, cette partie de la province se distingue nettement de la Basse-Bretagne.

Une spécificité bas-bretonne : le domaine congéable

18Fermage et métayage ne sont, bien évidemment, pas les seuls modes de faire-valoir que connaît la Bretagne. La quévaise, en Trégor et en Cornouaille, ou le complant, limité à la région nantaise, contribuent eux aussi, pour une part, à la définition de structures sociales particulières et des élites qui leur sont associées. Il en va de même avec le domaine congéable, bien plus répandu puisque couvrant l’essentiel de la Basse-Bretagne.

  • 13 Se reporter à l’excellente synthèse de Philippe Jarnoux, « Aux confins de la Basse-Bretagne : l’év (...)
  • 14 Philippe Jarnoux, « Des paysans riches… », p. 388. Le cas de Corentin Le Floch, député de la sénéc (...)

19Inutile de décrire ici par le menu les particularités de ce système distinguant la propriété du fonds, revenant au foncier, de celle des édifices et superfices, au domanier ou convenancier qui peut être congédié contre versement de droits réparatoires13. Plus intéressante pour nous est l’existence, malgré les désagréments de ce mode de location, d’une élite rurale de domaniers. À la tête d’exploitations dépassant souvent 50 journaux, parfois 120 – 60 ha environ –, soumis à des charges qui, bien qu’augmentant dans les dernières décennies du xviiie siècle, restent moindres que celles des fermiers ou métayers, ces paysans se révèlent en moyenne plus aisés que leurs homologues de Haute-Bretagne : ainsi, en 1760, l’on dénombre 3 029 imposés à plus de 24 L. dans les campagnes de Basse-Bretagne contre seulement 1 251 dans celles de Haute-Bretagne, partie pourtant la plus peuplée de la province14.

  • 15 Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie s (...)

20Métayers et convenanciers illustrent ainsi la place finalement assez secondaire de la propriété foncière dans la différenciation des élites paysannes bretonnes. Il est vrai que la part des paysans propriétaires est forte, de l’ordre des deux tiers dans le diocèse de Rennes par exemple, même si près de 60 % d’entre eux ne possèdent qu’une superficie inférieure à 1 ha vers 175015. Si l’exploitation prime donc sur la propriété pour ces travailleurs de la terre, il semble qu’il en aille largement de même pour les autres élites rurales, celles qui, au-delà du modèle global ici étudié, contribuent à la définition de modèles intra-régionaux.

D’innombrables nuances intra-régionales

21Saisir les éventuels sous-modèles au schéma global pose problème, en raison principalement des nombreuses lacunes de l’historiographie passée. Trois éléments me semblent cependant pouvoir être retenus.

Les ambivalences de la coexistence avec les deux premiers ordres

  • 16 Ces densités sont cependant variables à l’intérieur même de la province ; Michel Nassiet, Noblesse (...)
  • 17 Philippe Jarnoux, « Le personnel des justices seigneuriales en Basse-Bretagne au xviiie siècle », (...)

22La réalité bretonne des xvie-xviiie siècles implique qu’on n’ignore pas totalement le second ordre, tout d’abord en raison de la forte densité nobiliaire de la province, mais, plus encore, du fait de la place tenue ici par la noblesse petite voire pauvre : ce sont plus de 40 % des familles en 1710, sans tenir compte de celles sorties de la noblesse dans les décennies précédentes ou ayant opté pour la noblesse dormante16. Ils sont alors laboureurs, exploitant leurs maigres terres ou simples fermiers, exercent de petits offices17, se font taverniers ou marchands de détail à l’instar de ce Geoffroy Anne, filotier des environs de Tinténiac en 1575, petit-fils de Jehan, noble tavernier.

  • 18 C’est cependant ce que suggère Michel Nassiet, « Noblesse et paysannerie en Bretagne aux xvie et x (...)

23Cette situation pose cependant la question de la place de ces hommes dans la société rurale, parmi des roturiers aux revenus, aux activités et aux modes de vie très comparables, notamment en ce qui concerne les élites rurales. Tout en mettant en avant les liens matrimoniaux et une sorte de fusion – partielle – des élites rurales, M. Nassiet a surtout insisté sur les conflits opposant cette noblesse pauvre arc-boutée sur ses derniers privilèges et l’élite paysanne. Il est vrai que la documentation – tout particulièrement les archives judiciaires – rend ces tensions plus visibles que les maigres traces d’une coexistence pacifique au quotidien, faisant de tel ou tel petit noble marchand ou laboureur un membre influent du général de sa paroisse18.

  • 19 Sur ce point, Fanch Roudaut, « Les recteurs des campagnes bretonnes au xviiie siècle : des notable (...)

24Cette ambivalence se retrouve dans les relations entre le clergé paroissial et ses ouailles. Tout concourt à faire des milliers de prêtres bretons – 5 500 pour quelque 1 400 paroisses rurales à la veille de la Révolution, sans doute beaucoup plus au xvie siècle – des membres des élites dont il est question ici : aisance financière relative, au moins pour les recteurs et leurs curés, mode de vie, maîtrise de l’écrit, participation de droit aux délibérations du général sans même parler de leur évident pouvoir spirituel19. Il convient cependant d’insister sur les disparités intra-régionales en matière de densité cléricale, favorisant les diocèses bas-bretons, mais aussi sur les mouvements contradictoires caractérisant la position du clergé au cours de la période étudiée.

  • 20 Bruno Restif, La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bret (...)
  • 21 Y. Lagadec, Pouvoir et politique…, p. 187-199.

25Plus présent qu’au siècle précédent mais plus lointain, moins nombreux aussi, tel est sans doute le clergé du xvii20. L’intégration – au moins partielle – des préceptes de la Réforme catholique contribue ensuite à rapprocher prêtres et fidèles, et ce d’autant plus facilement que croît la part des clercs issus de ce monde des élites rurales, 70 % à la veille de la Révolution. Les années 1700-1760/1770 sont d’ailleurs sans doute celles du plus fort investissement local du clergé paroissial : si les données varient d’une paroisse à l’autre, il semble que ce soit alors que les recteurs bretons sont les plus assidus aux délibérations des généraux, bien plus que les représentants du seigneur21. En revanche, les tensions se feraient plus nombreuses ensuite, le taux de présence reculant, quand bien même les années 1788-1789 offriraient l’occasion d’un rapprochement de circonstance. Aussi, si l’on a pu parler de « clérocratie » bretonne, sans doute est-ce trop largement au regard de ce qui se passe à compter de 1791 et, plus encore, 1793.

  • 22 Roger Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie. Paysans en Bretagne (1788-1794), Paris, 1989, p. 1 (...)

26Ainsi, les tensions qui, à compter de 1790, vont opposer, de plus en plus violemment, différents types d’élites rurales dans les campagnes bretonnes pourraient-elles trouver leur source 20 ou 40 ans plus tôt, notamment dans l’affirmation plus nette, aux côtés du clergé, d’une autre élite cultivée22.

Le rôle inégal de la « bourgeoisie » rurale des talents

27Si les études sur ce point manquent encore, il semble possible d’opposer d’une part Haute-et Basse-Bretagne, d’autre part Armor et Argoat.

  • 23 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles : la vie, la mort, la foi, Paris, 1981, p. 765- (...)
  • 24 Jean-Pierre Goubert, Malades et médecins en Bretagne (1770-1790), Paris, 1974, p. 90-91. Ce déséqu (...)
  • 25 Yann Lagadec, « Mourir autrefois : la mort à Loudéac et dans les environs (1600-1790) », Mémoires (...)

28La chose est nette en ce qui concerne le petit monde des chirurgiens. A. Croix a pu montrer la constitution, à partir des années 1580, d’un « réseau » de chirurgiens de bourgs – parfois très modestes –, réseau à peu près achevé vers 166023. Le déséquilibre entre les parties orientales et occidentales de la province, au profit de la première, est déjà net et tend à s’accroître au cours du siècle suivant : la Haute-Bretagne compte 80 % des 120 à 130 chirurgiens ruraux que J.-P. Goubert a pu recenser pour les années 178024. Ainsi, alors que l’on n’en compte que trois vers 1750 à Loudéac, gros bourg de 5 000 habitants en Bretagne centrale, pourtant sous-préfecture en l’an VIII, ils sont jusqu’à quatre à Louvigné-de-Bais, simple paroisse rurale de 1 500 habitants au sud de Vitré25.

29Ces mêmes distorsions spatiales pourraient exister dans le monde de la basoche rurale, au profit, une fois encore, de la Haute-Bretagne. Or ces juristes en tous genres jouent un rôle important au sein des élites rurales : en général plus aisés que la moyenne des paroissiens sans pour autant être forcément parmi les plus imposés, ils figurent de manière presque systématique parmi les membres du général de la paroisse. Simples greffiers ou prête-signatures pour quelques-uns, notamment au début du xviie siècle, avant la fermeture des institutions paroissiales, délibérants au siècle suivant, on les retrouve aussi sénéchaux et/ou procureurs fiscaux représentant un seigneur en général absent aux délibérations. Surtout, c’est fréquemment à eux que les paroissiens font appel afin de régler, au nom de la communauté, les affaires les plus importantes : achat d’ornements, marché pour la reconstruction d’une partie de l’église, procès, etc.

  • 26 Francis Le Lay, Le paysan et sa terre sous la seigneurie de Coëtanfao, paroisse de Séglien au XVII (...)

30Cette situation d’intermédiaires joue à plusieurs niveaux. Socialement d’une part : ce passage par la bourgeoisie rurale des talents marque en effet une étape importante dans les processus de mobilité ascendante. Les exemples n’en manquent pas : mobilité interne au monde rural d’abord, comme pour Antoine Modille, sénéchal de la seigneurie de Coëtanfao, fils du fermier d’une métairie noble26 ; mobilité en direction de la ville ensuite, Rennes par exemple pour Jean-François Bricet de La Bourgonnière, notaire louvignéen. Cette médiation est aussi culturelle, entre l’en-groupe et l’hors-groupe, entre un monde de l’écrit et celui dominé par l’oral. Cette position de l’entre-deux se révèle parfois ambiguë : hommes du seigneur ou – localement – du roi comme de la communauté, ces notables sont, selon les circonstances, dénoncés en raison de leur collusion avec l’extérieur ou promu au rang de leaders du fait même de ces liens. Ainsi du notaire Sébastien Le Balp, fils de meunier, principal meneur de la révolte des Bonnets rouges. Cette position particulière apparaît nettement au printemps 1789, lorsqu’il s’agit de désigner les députés chargés de porter les doléances des paroisses rurales ou début 1790, pour l’élection des premières municipalités.

31Cette domination des élites rurales par la bourgeoisie des talents, nette dans toute une partie de la Haute-Bretagne, peut ailleurs se trouver contestée. La présence, aux côtés de la polyculture « traditionnelle », d’autres formes d’activités l’explique pour une part.

La concurrence d’autres formes d’activités

  • 27 Dans les 26 paroisses étudiées, il y a 14 laboureurs – en général dans les paroisses et trèves les (...)

32La chose est nette, par exemple, en Bretagne centrale, dans la zone de production des toiles bretagnes. Ici, si quelques laboureurs sont bien désignés en 1789 pour représenter leur paroisse lors de l’assemblée de sénéchaussée, ils sont largement minoritaires face aux notaires et autres petits officiers, face aux marchands de toile surtout27.

  • 28 Jean Martin, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac (1670-1830), Rennes, 1 (...)
  • 29 Yann Lagadec, « Trévé et la Vera-Cruz : les horizons d’un marchand de toiles de Bretagne centrale (...)
  • 30 Louis Elegoet, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, (...)

33Certes, une part non négligeable des marchands de la manufacture sont urbains28. Mais nombre d’entre eux résident dans les paroisses rurales des environs : vers 1780, 72 % de ceux qui fréquentent le marché de Loudéac sont dans ce cas. Ces marchands ruraux d’envergures très diverses, marchands-laboureurs aux affaires locales pour la plupart, véritables négociants en lien direct avec leurs homologues de Cadix pour les autres, dominent très largement les campagnes des environs, tant par leur puissance économique que par leur mode de vie29. Il en va très largement de même dans le Léon, où les juloded ont, par ailleurs, conservé une attache plus spécifiquement agricole30. Il semble cependant que de telles élites de gros marchands ruraux aient manqué autour de Locronan ou dans les campagnes entre Rennes et Vitré.

  • 31 Annie Antoine, « La sélection des bovins de l’Ouest au début du xviiie siècle », Annales de Bretag (...)
  • 32 Martine Cocaud, « Une approche de la modernisation agricole de l’Ouest au xixe siècle », Ruralia, (...)

34De manière plus générale, l’on peut distinguer deux grands types d’activités rurales annexes : celles, d’une part, qui, comme dans le Léon ou autour de Quintin, contribuent à forger des types de structures sociales particulières et les nouvelles élites rurales qui leur sont associées ; d’autre part celles qui, bien plus nombreuses, confortent simplement les élites en place. Sans doute en va-t-il largement ainsi de l’élevage bovin à caractère spéculatif, encore mal connu en Bretagne31 ; métayers et gros fermiers y trouvent simplement un moyen de compléter leurs revenus32. Si persistent de nombreuses zones d’ombre sur l’élevage des chevaux dans le Léon, il semble cependant que cette activité, pour lucrative qu’elle soit, ne crée pas non plus d’élites particulières aptes à concurrencer la toute-puissance des juloded. Et l’on pourrait sans difficulté rallonger la liste de ces activités rurales annexes : commerce du cidre ici, du vin très marginalement ailleurs, etc.

  • 33 Gildas Buron, Hommes du sel, Morlaix, 2000.
  • 34 Il faut cependant noter l’engagement sur la mer, et pas seulement au bord de la mer, de la part de (...)
  • 35 C. Guénot a pu mettre en évidence la place importante tenue par les gens de mer au sein du général (...)

35Il reste pourtant des incertitudes, faute d’études précises, sur quelques-unes de ces activités ; ainsi pour les zones littorales, où la pluriactivité est la règle. Ici, trois modèles au moins semblent coexister. Passons sur celui, très limité, des zones de salines, presqu’île guérandaise surtout : les maîtres-paludiers y constituent une petite élite qui a su, pour une part, imposer sa domination33. Le modèle dominant semble être celui des paroisses littorales à vocation essentiellement agricole. Le bourg est alors implanté à l’intérieur des terres et, le plus souvent, il n’y a guère de havre digne de ce nom. Aussi les élites – rurales – sont-elles les mêmes qu’à l’intérieur des terres, éventuellement confortées dans leur position par des activités complémentaires liées à la présence de la mer. Pour eux, l’estran ne constitue qu’une sorte d’excroissance du terroir villageois, livré à la pêche à pied ou à l’exploitation de divers produits qu’on peut y trouver34. Plus marginal finalement est le modèle des villages à dominante maritime, dont le bourg est en général érigé sur la côte et abrite un petit port. Là, la proportion de marins peut dépasser celui des cultivateurs, les capitaines et autres maîtres de barque concurrençant les plus riches des laboureurs35.

***

36Que conclure de cette rapide synthèse sur les élites rurales bretonnes pendant l’Ancien Régime ? Au-delà des multiples nuances qu’il conviendrait d’apporter, au-delà des manques aussi – par exemple ceux concernant les artisans ruraux, finalement peu visibles –, je retiendrai deux points.

37Le premier est celui de la spécificité des élites bretonnes et, sans doute au-delà, de l’Ouest bocager. Elle repose notamment sur la proximité relative de ces élites, bien plus modestes qu’en bien d’autres provinces, avec la masse qu’elles « dominent ». Ce modèle global recouvre cependant des réalités distinctes, faite d’une part de l’opposition entre Haute-et Basse-Bretagne, d’autre part de l’existence de sous-modèles régionaux, trouvant leur origine dans des activités rurales spécifiques.

  • 36 Signalons l’article d’Alain Le Bloas, « La question du domaine congéable dans l’actuel Finistère d (...)
  • 37 Christian Kermoal, Les notables du Trégor. Eveil à la culture politique et évolution dans les paro (...)
  • 38 Jean-Luc Mayaud, « Pour une communalisation de l’histoire rurale », dans La politisation des campa (...)

38Il n’en reste pas moins – et ce sera mon second point –, que cette vision souffre sans doute des lacunes de l’historiographie bretonne. Les perspectives de recherche n’en sont que plus nombreuses, au moins aussi nombreuses que les catégories sociales encore mal connues : ainsi de la bourgeoisie rurale ou des métayers qui n’ont pas bénéficié, au contraire des convenanciers, de recherches récentes36. Parmi ces perspectives, les plus prometteuses me semblent être d’une part celles qui tendent à s’affranchir des limites académiques distinguant histoires moderne et contemporaine pour réfléchir à la redéfinition – ou non – de ces élites du fait de la Révolution37 ; d’autre part, celles qui, délaissant les vastes espaces pour des niveaux plus réduits – de la paroisse notamment –, offrent une autre vision de phénomènes par ailleurs désormais mieux cernés. La « communalisation de l’histoire rurale » appelée de ses vœux par J.-L. Mayaud gagnerait ainsi sans doute à s’étendre aux périodes antérieures, dans le cadre d’une fructueuse « paroissialisation » de longue durée38.

Notes

1 Philippe Jarnoux, « Des paysans riches dans la France de l’Ouest sous l’Ancien Régime ? Bilan et perspectives », dans Annie Antoine (dir.), Campagnes de l’Ouest. Stratigraphies et relations sociales dans l’histoire, Rennes, 2000, p. 377-391.

2 Sur ce point, Gérard Beaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1999-1, p. 159-176.

3 Je reprends ici l’analyse d’Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, 1994, p. 64-72.

4 Dominique Guillemet, Insularité et archaïsmes. Paysans et seigneurs à Belle-Île-en-Mer (vers 1660-1760), thèse, université de Poitiers, 1987, dactyl.

5 Fanch Roudaut et al., 1774 : les recteurs léonards parlent de la misère, Quimper, 1988, p. 152.

6 Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais ( xvie- xixe siècles), thèse, université de Rennes 2, 2003, dactyl.

7 . La thèse en cours de François-Xavier Berthier sur Les meuniers dans la société rurale de Haute-Bretagne (1680-1830) devrait permettre d’affiner nos connaissances sur ce groupe.

8 . Claude Nières et Yvon Garlan, Les révoltes bretonnes. Rébellions urbaines et rurales au xviie siècle, Toulouse, 2004, p. 75.

9 . F. Roudaut et al., 1774 : les recteurs léonards…, p. 183.

10 Fanch Roudaut, « Moulins et meuniers dans les cahiers de doléances », dans La Bretagne : une province à l’aube de la Révolution, Brest, 1989, p. 367-378.

11 Sur ce point, Jean Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, p. 679-683.

12 En cela, la thèse défendue par Donald Sutherland, Les Chouans : les origines sociales de la Contre-Révolution populaire en Bretagne (1770-1796), Rennes, 1990, p. 87, selon lequel « on peut raisonnablement supposer que la chouannerie est directement liée à ce problème de propriété » – comprendre ici les relations entre propriétaires et métayers –, me semble par trop mécaniste et demanderait à être largement nuancée.

13 Se reporter à l’excellente synthèse de Philippe Jarnoux, « Aux confins de la Basse-Bretagne : l’évolution du domaine congéable au xviiie siècle », Kreiz, no 5, 1996, p. 109-139.

14 Philippe Jarnoux, « Des paysans riches… », p. 388. Le cas de Corentin Le Floch, député de la sénéchaussée d’Hennebont aux États généraux, est très révélateur ; Éric Miniou, « Corentin Le Floch, laboureur et député de la sénéchaussée d’Hennebont aux États généraux de 1789 », dans Christian Bougeard, Philippe Jarnoux (dir.), Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, Brest, 1999, p. 41-56.

15 Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, Rennes, 1996. L’étude de la place prise par l’élite paysanne et, de manière plus large, rurale dans les afféagements et défrichements du xviiie siècle reste à mener.

16 Ces densités sont cependant variables à l’intérieur même de la province ; Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne ( xve- xviiie siècles), Rennes, 1993, p. 239-241.

17 Philippe Jarnoux, « Le personnel des justices seigneuriales en Basse-Bretagne au xviiie siècle », dans Antoine Follain et al. (dir.), Les justices de village. Administration et justices locales du XVe siècle à la Révolution, Rennes, 2002, p. 297-310, a montré cependant le recul du nombre de nobles parmi les juges de l’ouest de la péninsule au cours du xviiie siècle.

18 C’est cependant ce que suggère Michel Nassiet, « Noblesse et paysannerie en Bretagne aux xvie et xviiie siècles », dans C. Bougeard, P. Jarnoux (dir.), Élites et notables…, p. 69-82.

19 Sur ce point, Fanch Roudaut, « Les recteurs des campagnes bretonnes au xviiie siècle : des notables ? », dans C. Bougeard, P. Jarnoux (dir.), Élites et notables…, p. 83-95.

20 Bruno Restif, La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux xvie et xviie siècles, Rennes, 2006.

21 Y. Lagadec, Pouvoir et politique…, p. 187-199.

22 Roger Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie. Paysans en Bretagne (1788-1794), Paris, 1989, p. 126-129.

23 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles : la vie, la mort, la foi, Paris, 1981, p. 765-771.

24 Jean-Pierre Goubert, Malades et médecins en Bretagne (1770-1790), Paris, 1974, p. 90-91. Ce déséquilibre concerne aussi le monde, presque exclusivement urbain, des médecins : un seul des six ruraux recensés dans les campagnes bretonnes des années 1760-1790 réside en Basse-Bretagne.

25 Yann Lagadec, « Mourir autrefois : la mort à Loudéac et dans les environs (1600-1790) », Mémoires du pays de Loudéac, 1996, no 9, p. 1-11 et Y. Lagadec, Pouvoir et politique…, p. 521-531.

26 Francis Le Lay, Le paysan et sa terre sous la seigneurie de Coëtanfao, paroisse de Séglien au XVIIIe siècle, Vannes, s.n., 1911.

27 Dans les 26 paroisses étudiées, il y a 14 laboureurs – en général dans les paroisses et trèves les plus petites ou en position périphérique par rapport au cœur de la zone toilière – pour 16 notaires, avocats ou officiers seigneuriaux et 17 marchands dont les deux futurs députés aux États généraux, Le Deist de Botidoux et Robin-Morhéry ; Kader Benferhat, Alain Le Noac’h, De l’Ancien Régime à 1789 dans le pays de Loudéac, Loudéac, 1989, p. 111-112.

28 Jean Martin, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac (1670-1830), Rennes, 1998, p. 163-173.

29 Yann Lagadec, « Trévé et la Vera-Cruz : les horizons d’un marchand de toiles de Bretagne centrale au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2005-2, p. 127-142 ou Nicolas Verdier, Un député obstiné : Alexandre Glais-Bizoin (1800-1877), Paris, p. 17-26.

30 Louis Elegoet, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1996.

31 Annie Antoine, « La sélection des bovins de l’Ouest au début du xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1999-1, p. 63-85 ou encore Fanch Roudaut, « Les vaches bretonnes au xviiie siècle », Charpiana, Rennes, 1991, p. 319-327.

32 Martine Cocaud, « Une approche de la modernisation agricole de l’Ouest au xixe siècle », Ruralia, no 5, 1999, p. 7-31.

33 Gildas Buron, Hommes du sel, Morlaix, 2000.

34 Il faut cependant noter l’engagement sur la mer, et pas seulement au bord de la mer, de la part des ruraux du littoral. Sur ces points, Olivier Levasseur, « La pluriactivité sur le littoral septentrional de la Bretagne d’après les rapports de Le Masson du Parc (1726) : premiers résultats », dans Gérard Le Bouëdec (dir.), Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités ( xve- xxe siècle), Rennes, 2004, p. 127 et D. Guillemet, Insularité et archaïsmes…, p. 379.

35 C. Guénot a pu mettre en évidence la place importante tenue par les gens de mer au sein du général de la paroisse léonarde de Porspoder, notamment en ce qui concerne les maîtres de barque, élite au sein de la communauté des gens de mer comme au sein de la paroisse (« Pluriactivité et identité sociale dans les paroisses littorales de Basse-Bretagne au xviiie siècle », dans G. Le Bouëdec (dir.), Entre terre et mer…, p. 207-208).

36 Signalons l’article d’Alain Le Bloas, « La question du domaine congéable dans l’actuel Finistère d’après les cahiers de doléances », Annales Historiques de la Révolution Française, no 331, 2003, p. 1-27.

37 Christian Kermoal, Les notables du Trégor. Eveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, 2002, et Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges. Communautés rurales et révolution (1750-1830), Rennes, 2004.

38 Jean-Luc Mayaud, « Pour une communalisation de l’histoire rurale », dans La politisation des campagnes au xixe siècle, Rome, 2000, p. 153-167.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540