Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transhumance et estivage en Occident

 | 
Pierre-Yves Laffont

Transhumance et estivage : quelques conclusions

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

  • 1 Je remercie au passage Emmanuel Garnier qui m'a aidé pour l’organisation scientifique de ces renco (...)
  • 2 En témoigne aussi la sortie récente de nombreux ouvrages de langue française et la bibliographie q (...)

1Pour les 26e Journées internationales d’histoire de Flaran, l’Association des Journées internationales d’histoire de Flaran et l’Association d’histoire des sociétés rurales1 ont entrepris d’aborder une thématique des plus ambitieuses : l’histoire des déplacements de bétail, de ses origines les plus anciennes aux enjeux actuels, en Europe et dans le bassin méditerranéen. Ce choix s’inscrit bien sûr tout à fait dans un contexte d’évolution méthodologique et problématique de la question comme en témoigne la contextualisation de l’apparition du terme de transhumance par Christine Rendu et, pour l’Espagne par exemple, le bilan historiographique dressé ici par Emilio Pérez Romero2. Cet intérêt pour la transhumance, qui en fait un thème historiographique en vogue, est bien évidemment à interpréter au miroir des questions environnementales profondes qui interrogent nos sociétés occidentales, en raison notamment de l’évolution considérable des zones de montagne d’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. La désanthropisation massive de ces régions s’y est accompagnée du fait que l’élevage et la transhumance ont cessé d’être au cœur de leurs économies qui tirent désormais souvent la plus large part de leurs ressources des subventions européennes et du tourisme. Les conséquences de ce processus sont nombreuses, nous y reviendrons plus loin…

2On doit souligner tout d’abord l’immensité et la diversité de l’espace géographique parcouru par les auteurs. L’Europe méridionale est, bien sûr, au cœur des études rassemblées ici. Il s’agit surtout de la France et de ses trois principaux massifs montagneux (Alpes, Massif Central, Pyrénées) ainsi que de l’Espagne et de l’Italie. Ce sont les pays par excellence de la transhumance, mais ce sont aussi les pays où l’historiographie est la plus avancée sur cette question. La Grèce, abordée par deux auteurs, ainsi que le Portugal et le Maroc, qui bénéficient respectivement d’une étude, complètent le tableau du phénomène transhumant en Méditerranée occidentale. Mais dans ces régions du bassin méditerranéen l’atomisation de la bibliographie et les pesanteurs historiographiques font souvent de la transhumance un objet historique encore mineur. On regrettera l’absence de communication portant sur la Méditerranée orientale (Proche-Orient, Asie Mineure). De même, on regrettera peut-être aussi l’absence d’étude sur d’autres régions du monde (Asie, Afrique subsaharienne…) qui connaissent aussi des déplacements cycliques de bétail, mais nous sommes là dans des régions où il est sans doute difficile de faire le départ entre transhumance et nomadisme… En revanche, quelques travaux, particulièrement sur des transhumances autres qu’ovines ou bovines – transhumance des abeilles et des porcs – ont permis de montrer que la transhumance n’est pas qu’un phénomène méditerranéen et concerne aussi des régions plus septentrionales, ici le massif d’Ardenne-Eifel, aux confins des actuels France, Belgique, Luxembourg et Allemagne, ou le Gâtinais dans le centre de la France.

3Malgré les carences soulignées précédemment, l’espace étudié reste vaste et les regards sur celui-ci pertinemment multiscalaires : en effet, approches macrorégionales (Mireille Corbier pour le bassin méditerranéen, Fernando Collantes pour les montagnes d’Europe occidentale, Christophe Chandezon pour la Grèce, Guy Lemeunier pour la France et l’Espagne, Stéphane Boisselier pour le Portugal ou bien encore Yassir Benhima pour le Maroc…) et approches microrégionales (les Causses de Lozère de Laurent Rieutort, le Causse Méjan de Bruno Jaudon, Jacques Lepart, Pascal Marty et Elie Pélaquier, Barletta des Pouilles de Giacomo Polignano, le Gâtinais de Pierre-Olivier Fanica, la Cerdagne de Marc Conesa, la Sierra de Albarracín en Aragon méridional de José Luis Castán Esteban, le Trévisan de Danilo Gasparini…) se côtoient.

  • 3 Quelques données à ce propos : pour le Languedoc, dans Aline Durand, Les paysages médiévaux du Lan (...)
  • 4 Cette affirmation, communément admise, pourrait être à nuancer, J.-M. Moriceau, Histoire et géogra (...)

4Outre l’étendue de l’espace géographique considéré, les études rassemblées dans ce volume se caractérisent par une observation sur la très longue durée du phénomène transhumant. En effet, le sujet a été abordé depuis la fin de la préhistoire jusqu’à l’époque la plus contemporaine. De cette approche diachronique – inhabituelle pour le sujet – on peut surtout retenir quelques points. En premier lieu ce qui frappe sans doute c’est la mise en évidence récente, grâce à l’archéologie, d’indices de mobilité du bétail dès le Néolithique (Louis Chaix) ainsi que l’essor des études sur la transhumance antique, là aussi notamment grâce aux apports de l’archéologie (Philippe Leveau). Ceci bouscule un certain nombre d’a priori historiographiques et montre que, quelque soit leur forme et même s’ils restent difficiles à interpréter, les mouvements pendulaires du bétail sont un fait extrêmement ancien en Europe et dans le bassin méditerranéen. Le second intérêt d’une approche de la transhumance sur le temps long de l’histoire, c’est de pouvoir aborder la question de ses continuités et de ses ruptures et de mettre en évidence des périodes charnières. Le passage de l’Antiquité au haut Moyen Âge pourrait en être une, voyant les transhumances à long rayon d’action s’effacer pour l’essentiel au profit des transhumances à court rayon. Toutefois, il faut employer ici le conditionnel. En effet, si la transhumance antique commence à être bien connue (en Italie, en Provence, en Grèce ; qu’elle soit verticale ou horizontale), il n’en est pas de même pour le haut Moyen Âge où les études sont encore balbutiantes3. D’ailleurs, les travaux sur le haut Moyen Âge ont été absents de ces journées. Si la première partie du Moyen Âge reste donc méconnue du point de vue de l’histoire de la transhumance, il n’en est évidemment pas de même pour les trois derniers siècles, largement traités pour la France et la Péninsule ibérique notamment (Nicolas Carrier, José Manuel Abad Asensio, Xavier Soldevila i Temporal, Stéphane Boisselier…). Les crises – démographiques en particulier – de la seconde moitié du xive siècle et du xve siècle, ainsi que l’essor des marchés de la laine et de la viande durant cette même période, apparaissent même comme un élément moteur dans l’essor d’une transhumance qui s’épanouit ensuite durant l’époque moderne apparemment sans rupture dans ses pratiques. Dans son prolongement, le xixe siècle, avec la Révolution industrielle et l’essor considérable de la demande qu’elle engendre, marque à la fois l’apogée du phénomène transhumant4 mais aussi de profondes évolutions de celui-ci sous la pression des marchés urbains, avant la grande crise de la seconde moitié du xxe siècle (F. Collantes). Celle-ci, comme diverses contributions le soulignent (F. Collantes, L. Rieutort, Eric Bordessoule), représente sans doute le tournant majeur du second millénaire en matière d’élevage transhumant depuis l’essor de celui-ci à la fin du Moyen Âge. Les décennies qui suivent le deuxième conflit mondial voient, en effet, dans un contexte de profonde mutation de l’agriculture, la disparition de l’essentiel des grandes transhumances millénaires.

5Aux côtés d’une approche géographique large et d’une démarche diachronique, un autre apport indéniable des travaux rassemblés ici est de montrer la diversité des disciplines que l’on peut solliciter pour aborder la question des déplacements de troupeaux : philologie, archéologie, géographie, ethnographie, sociologie, économie, écologie, agronomie ou encore zootechnie sont ici conviées à présenter leurs méthodes et leurs résultats. Pour les historiens, l’éventail des sources mises en œuvre est très large et parfois surprenant. On trouve pêle-mêle (sans volonté d’exhaustivité…) : des sources littéraires et épigraphiques antiques (Ch. Chandezon, M. Corbier), les riches fonds des notaires catalans (X. Soldevila i Temporal), les contrats de « soccida » de Trévise (Mathieu Shermann), les rôles de péages de l’Ardenne-Eifel (Jean-Marie Yante), les archives de la Communauté des aldeas de Teruel (J. M. Abad Asensio) ou de la Casa de Ganaderos de Saragosse (Esther Pascua Echegaray), le livre des pasquiers des communautés d’habitants de Puigcerdá et de Carol (M. Conesa), le beau compte du rebaño de l’aldea de Terriente, au tournant des xviie-xviiie siècles (J. L. Castán Esteban), les géographes et les historiens de langue arabe du Moyen Âge, les travaux ethnographiques du Maroc colonial (Y. Benhima) ou bien encore, plus étonnant et véritable source épigraphique contemporaine, les inscriptions gravées par des bergers piémontais sur les murs des bergeries de la Crau aux xixe et xxe siècles (Guillaume Lebaudy). Les archéologues, qui ont repris depuis quelques temps à leur compte les problématiques liées à la transhumance, comme autrefois les historiens s’en étaient emparés des géographes, peuvent désormais, outre les méthodes éprouvées de la fouille ou de l’archéozoologie, utiliser les apports récents, mais très prometteurs, des analyses paléoenvironnementales (anthracologie, palynologie) ou biogéochimiques (analyse de la composition isotopique des tissus dentaires et osseux, analyse micromorphologique des coprolithes). Pour la Protohistoire et l’Antiquité, ces études peuvent pallier, comme nous le montrent les travaux de L. Chaix et de Ph. Leveau, l’absence ou la rareté des textes. Elles amènent ainsi à reconsidérer certains présupposés historiographiques sur la stabilité du climat, et donc sur les ressources herbagères, durant les temps historiques.

6La pluralité des approches disciplinaires mises en œuvre ici permet de montrer que, dans cet espace immense et durant ce long temps de l’histoire, les formes prises par la transhumance sont multiples et variables suivant les conditions naturelles, les races animales considérées, les systèmes familiaux, sociaux et politiques, les formes de gestion des espaces collectifs ou encore les modes culturaux.

7Il peut certes paraître aisé, au premier abord, de se mettre d’accord sur une définition de base de la transhumance, que l’on pourrait caractériser comme un mouvement périodique et pendulaire du bétail (ovins et bovins surtout, mais aussi, dans une moindre mesure, chèvres, porcs et abeilles) afin de fournir à celui-ci de meilleures conditions d’alimentation qui se traduiront (en tout cas les initiateurs de la transhumance l’espèrent…) par un accroissement des profits en viande, fromage et laine essentiellement, mais aussi parfois en miel et en cire. Pour simplifier (exception faite du cas un peu particulier des porcs et des abeilles), les bêtes montent en été (transhumance montante, estivage) pour bénéficier des pelouses naturelles d’altitude, alors qu’en bas les herbages sont séchés par le soleil. Elles descendent ensuite l’hiver (transhumance descendante ou inverse, hivernage) pour pâturer en plaine, quand le gel et la neige interdisent la dépaissance en altitude. Ces déplacements peuvent se faire sur la longue distance (transhumance horizontale ou à long rayon d’action), en reliant deux ensembles géographiques complémentaires mais très éloignés l’un de l’autre, ou sur une courte distance (transhumance verticale ou à court rayon d’action, estivage/hivernage de proximité), faisant circuler les troupeaux des plaines ou des vallées vers les massifs d’altitude qui les dominent immédiatement.

8À la lecture des contributions des uns et des autres, on se heurte vite à une difficulté témoignant de la complexité de la question : celle du vocabulaire utilisé pour évoquer les déplacements de bétail. Le lexique en usage est riche et varié : transhumance montante et descendante, transhumance normale et inverse, transhumance horizontale et verticale, transhumance à court et à long rayon d’action, transhumance double, estivage et hivernage, Alpwirtschaft… On constate d’ailleurs la polysémie de certains termes (estivage par exemple) ou l’aspect peu satisfaisant de certains qualificatifs comme « normale » et « inverse », induisant une chronologie bien loin d’être démontrée de façon absolue. À ce vocabulaire « savant » des géographes, des historiens, des zootechniciens…, il convient d’ajouter celui des acteurs mêmes de la transhumance, anciens et récents (les bergers surtout), qui usent ou usaient de termes vernaculaires (la montada ou la devalada des locuteurs occitans par exemple) ou bien encore celui des sources écrites médiévales ou modernes qui préfèrent souvent des périphrases aux substantifs.

  • 5 Cf. la contribution d'E. Pérez Romero à ce volume.
  • 6 Depuis l'ouvrage désormais classique de Julius Klein sorti en 1920 (The Mesta : a study in spanish (...)

9Bien sûr, de la pratique de la transhumance – surtout durant le second millénaire de notre ère – émergent des institutions emblématiques dont témoignent quelques-unes des études qui composent ce volume. Il s’agit de la célèbre Dogana della mena delle pecore du royaume de Naples illustrée ici par la contribution de G. Polignano sur les Pouilles. Mais il s’agit aussi des grandes transhumances ovines des montagnes françaises. Que ce soit la grande transhumance provençale, dont Ph. Leveau nous présente la réalité antique alors que G. Lebaudy nous en expose des aspects plus contemporains, ou que ce soit la grande transhumance conduisant les troupeaux du bas-Languedoc vers les hautes terres du Massif Central, E. Pélaquier et B. Jaudon nous en donnent un aperçu au travers de l’étude du Causse Méjan à l’époque moderne avant que L. Rieutort nous en explique le déclin puis la quasi disparition au xxe siècle. Il s’agit encore des transhumances ovines aragonaises, catalanes et cantabriques qui bénéficient d’un nouvel intérêt historiographique5 (J. L. Castán Esteban, J. M. Abad Asensio, X. Soldevila i Temporal, M. Conesa, Manuel Corbera Millán). Et au final, la transhumance dans l’Espagne médiévale et moderne apparaît protéiforme, bien loin de l’image traditionnelle d’une prédominance exclusive de l’Honrado Concejo de la Mesta, qui de fait n’a été présent qu’en arrière-plan de ces journées, mais il est vrai que son histoire est déjà bien écrite6

10À l’évidence, par l’ampleur des effectifs concernés, les ovins représentent, dans l’espace géographique qui nous intéressait ici, l’animal emblématique des déplacements de troupeaux. De l’extrême fin du Moyen Âge au xixe siècle, l’effectif total des troupeaux en mouvement devait être impressionnant, sans doute des millions de têtes. Certes, la taille de chaque troupeau transhumant variait beaucoup mais les plus imposants d’entre eux atteignaient facilement quelques milliers de bêtes. Les bovins transhument aussi. Ils peuvent ponctuellement accompagner les moutons mais, en troupeaux, ils sont caractéristiques avant de tout de l’estivage de proximité et des montagnes centro-européennes : ainsi les bovins dominent dans les massifs des Alpes du nord au Moyen Âge (N. Carrier), même si les moutons ne sont pas ici non plus totalement absents. Plus récemment, les bovins ont profité dans certaines régions de la disparition de la grande transhumance ovine. Ainsi, dans le Massif Central, les bovins estivants ont aujourd’hui pour l’essentiel remplacé les moutons transhumants (L. Rieutort).

  • 7 Sur cette transhumance, cf. J.-M. Moriceau, Histoire et géographie de l'élevage français…, p. 345- (...)

11Mais n’oublions pas que ces troupeaux, d’ovins ou de bovins, ne montent pas seuls en montagne, d’autres animaux les accompagnent, qui sont malheureusement un peu négligés ici. Ce sont, en premier lieu, les chèvres, animaux parfois oubliés de l’historiographie contemporaine malgré leur importance dans l’économie ancienne du bassin méditerranéen. Mais ce sont aussi les équidés (ânes, mulets) qui servent au portage et peuvent à l’occasion s’opposer au loup et, enfin, les chiens, auxiliaires indispensables du berger, qui rassemblent et protègent les troupeaux. Deux races animales, qui font ou ont fait l’objet d’un élevage transhumant, ont aussi été évoquées durant ces journées : les porcs (J.-M. Yante, L. Chaix) et les abeilles (G. Lemeunier, P.-O. Fanica). Ces transhumances montrent d’ailleurs que les phénomènes de déplacement de bétail ne concernent pas uniquement les zones de montagne et leurs avant-pays. La transhumance des porcs vers les forêts de chênes et de hêtres, aujourd’hui oubliée, a joué un rôle important, dans toute l’Europe au moins depuis le xiiie siècle et jusque fort avant dans l’époque moderne. Cette transhumance des porcs, originale par la race animale concernée, l’était aussi par son calendrier, puisqu’il s’agissait d’un mouvement automnal7. Pour les abeilles, l’intérêt de la transhumance des ruches pour suivre la floraison des plantes mellifères, afin d’accroître la production de miel et de cire et d’alimenter les essaims toute l’année, a été très tôt perçu. L’apiculture transhumante s’est développée surtout au xixe siècle, parallèlement au perfectionnement des techniques apicoles (ruches à hausse…), des évolutions culturales (sainfoin du Gâtinais…) ou encore de l’amélioration des routes. Aujourd’hui, la transhumance des ruches est devenue une pratique très importante dans l’apiculture, même si son objectif principal n’est plus l’augmentation des volumes mais la production de miels monofloraux qui ont actuellement la faveur du public.

12Assurément au centre de la transhumance, les animaux n’en sont néanmoins pas les seuls acteurs. Divers travaux insistent ici sur le rôle des souverains et de leurs fonctionnaires dans la pratique de la transhumance : ainsi les Habsbourg dans l’Ardenne-Eifel (J.-M. Yante), la couronne d’Aragon (J. M. Abad Asensio, E. Pascua Echegaray) ou les souverains du royaume de Naples qui, au travers de la Dogana, mènent une active politique de topographie des terroirs afin de gérer au mieux l’espace de la transhumance (G. Polignano). Le rôle du pouvoir souverain apparaît d’ailleurs – à la différence de la France notamment – particulièrement fort dans le domaine ibérique ou sous influence ibérique (comme le Royaume de Naples à partir des années 1440). Les seigneurs, laïcs et ecclésiastiques, qu’ils soient propriétaires de troupeaux transhumants ou détenteurs de droits éminents sur les pâturages et les routes de la transhumance – ou les deux en mêmes temps ! – sont aussi des acteurs majeurs de celle-ci au Moyen Âge et à l’époque moderne. On connaît leur rôle dans l’élevage ovin spéculatif en Languedoc aux époques médiévale et moderne, N. Carrier rappelle aussi leur importance dans l’estivage bovin pour les Alpes du nord à la fin du Moyen Âge.

13Les communautés d’habitants et les villes sont encore des acteurs fondamentaux de la transhumance, soit qu’elles organisent et encadrent celle-ci, soit qu’elles soient en conflit avec les transhumants, ou bien les deux à la fois ! Elles agissent au travers de leurs représentants traditionnels ou par l’intermédiaire d’adjudicataires. On voit ainsi, par exemple, le rôle moteur que joue Puigcerdá à l’époque moderne dans la transhumance puis son déclin au profit de certaines communautés rurales dont la maîtrise des territoires d’estivage est croissante à partir du xviie siècle (M. Conesa). L’aldea de Terriente, en Aragon, avec son rebaño collectif, et plus largement la communauté des Aldeas d’Albarracín, dont relève Terriente, jouent de même un rôle de premier plan dans la gestion de la transhumance et dans le règlement des conflits qui en résultent (J. L. Castán Esteban, J. M. Abad Asensio). En raison de l’importance du marché de la laine dans les profits des rebaños de sa communauté, Albarracín cherche même à réglementer voire à contrôler ce marché face aux marchands drapiers. Venise est aussi un acteur de premier plan dans les transhumances ovines qui traversent le Trévisan ; celles-ci sont largement sous-tendues par les besoins considérables de la ville (D. Gasparini). Quoiqu’il en soit, les souverains et leur administration, ainsi que les seigneurs et les communautés, ont tous un point commun : ils tirent de forts revenus des transhumances.

14Sont également acteurs de la transhumance les associations d’éleveurs qui réunissent des propriétaires au statut très variable. Ces structures corporatives encadrent la transhumance et défendent les droits des transhumants. S’imposent ici les exemples significatifs de l’Aragon avec, par exemple, le ligallo et la cerraja de Teruel (J. M. Abad Asensio). Ces associations d’éleveurs peuvent avoir un poids politique et social très important dans la vie de la cité, ainsi la Casa de Ganaderos de Saragosse (E. Pascua Echegaray). Et là encore, on constate une grande disparité entre l’Espagne et la France, où l’on ne connaît pas d’associations d’éleveurs aussi structurées et puissantes que dans la péninsule Ibérique.

15La bourgeoisie marchande des villes joue aussi parfois un rôle de premier plan dans la transhumance. Elle peut être propriétaire de troupeaux mais peut aussi susciter la transhumance pour répondre à ses besoins en matières premières. Francesco Sugana, drapier de Trévise au xve siècle, qui parmi ses nombreuses affaires investit notamment dans le secteur de l’élevage ovin, en est un très bon représentant (M. Shermann).

16Dans ce tour d’horizon des acteurs de la transhumance, on ne peut manquer de mentionner – aux côtés des entrepreneurs de transhumance, groupe aux contours souvent un peu difficiles à définir et à la composition hétérogène – les bergers, personnages un peu mystérieux, un peu sorciers, dont se méfient les sédentaires : pastores égalent latrones (M. Corbier) ! Ils sont pourtant souvent les premières victimes des tensions qui naissent du passage des troupeaux, même si parfois, comme en Catalogne par exemple, on leur reconnaît un rôle d’arbitre. Les bergers peuvent être salariés, intéressés à la transhumance, selon des modalités variables, ou être eux-mêmes éleveurs propriétaires, voire conjuguer ces statuts… Le niveau de hiérarchisation et de spécialisation dépend de l’ampleur du troupeau conduit : du chef berger – le mayoral ibérique – au plus modeste aide, avec la présence parfois de spécialistes comme les tondeurs. Les troupeaux bougent et les bergers avec…, que les frontières bien sûr n’arrêtent pas. Ainsi les bergers piémontais qui représentent une large part des bergers en activité en basse-Provence dans la seconde moitié du xixe et au début du xxe siècles (G. Lebaudy). Comme les déplacements de troupeaux, les déplacements des bergers sont bien organisés et témoignent d’une émigration professionnelle très structurée. La seconde moitié du xxe siècle a, certes, vu la disparition de la majeure partie des bergers en raison du très fort recul de la transhumance, mais la fin du xxe siècle et le début du xxie se traduisent inversement par un certain renouveau de la profession et la valorisation d’un savoir-faire longtemps méprisé par l’agriculture « moderniste ». Toutefois, en contrepartie, on ne demande plus aujourd’hui aux bergers une simple gestion du bétail mais la véritable prise en charge d’un patrimoine dans tous ses aspects (L. Rieutort).

  • 8 Il conviendrait d'ajouter à cette liste, mais dans un tout autre contexte social et culturel, ces (...)

17Enfin, il y a ceux que l’on peut appeler les nouveaux acteurs de la transhumance. Les articles de F. Collantes ou encore E. Bordessoule, nous font prendre conscience que les profonds changements que connaît l’agriculture de montagne en Europe occidentale depuis la seconde moitié du xxe siècle se traduisent aussi par l’apparition de nouveaux acteurs de la transhumance aux côtés des acteurs traditionnels (propriétaires de troupeaux, bergers, propriétaires des pâturages). Il s’agit des administrations de l’Agriculture et de l’Environnement, de la Communauté européenne et de sa PAC, des Parcs naturels (régionaux ou nationaux), des Groupements pastoraux, des associations d’usagers des espaces naturels ou de protecteurs de la nature, mais aussi de l’industrie agro-alimentaire ou des consommateurs, dont nous sommes tous… La multiplicité des acteurs intéressés aujourd’hui à la transhumance témoigne d’une nouvelle perception de celle-ci, beaucoup plus globale. La transhumance est certes toujours abordée sous un angle économique mais elle est aussi envisagée sous des angles environnementaux et patrimoniaux : elle permet à moindre frais de maintenir ouvert de vastes espaces, qui sinon retourneraient à la broussaille puis à la forêt, et répond à une demande actuelle du public pour les « produits du terroir » et les « savoir-faire anciens8 ».

18Il convient, enfin, pour clore ce tour d’horizon d’évoquer la question de l’impact des pratiques transhumantes mais aussi les conséquences de leur disparition. L’impact de la transhumance est tout d’abord économique, c’est sa raison d’être d’ailleurs… Celle-ci met (ou plutôt mettait…) en mouvement beaucoup de richesses. Que ce soit directement, par les profits des transhumants ou les taxes prélevées sur ceux-ci, ou indirectement, par les liens entretenus par l’élevage transhumant avec l’économie urbaine et les marchés potentiels qu’elle offre (viande, laine, rôle dans la naissance de foires ou de marchés…) ou avec l’économie agraire (location de pâturages, nuits de fumature…). Mais l’impact de la transhumance est aussi environnemental et paysager bien sûr. Celle-ci produit et entretient des paysages spécifiques : les vastes prairies d’altitudes ou le fameux « coussoul » de la Crau par exemple (Ph. Leveau). Inversement, l’arrêt de la transhumance se traduit par un recul progressif des herbages au profit des landes, puis de la forêt, amenant une progressive fermeture des paysages, bien perceptibles depuis les années 1950 dans les différents massifs français où des boisements de grande ampleur en résineux ont accentué le phénomène (L. Rieutort). À cet impact écologique, on serait tenté d’ajouter un impact zootechnique avec, par exemple, la création de race – ovine en l’occurrence – adaptée à la transhumance telle que la mérinos d’Arles créée au xixe siècle. L’élevage transhumant a aussi un impact sur le paysage bâti voire sur l’habitat. Le déplacement des troupeaux nécessite toute une infrastructure : routes et chemins, aires de relarguage, « dehesas » clôturées de pierres, points d’eau, cabanes et bergeries, granges et chalets d’alpage, « burons »… Ces aménagements millénaires, voire plurimillénaires, n’ont pas été sans laisser de nombreuses empreintes dans le parcellaire, le réseau viaire et plus largement ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui le petit patrimoine rural (cf. ici les exemples de la Crau, de l’Aragon ou du Maroc).

19Enfin, aux côtés de ces dimensions économiques et paysagères, la transhumance offre une dimension sociale et culturelle. Les travaux regroupés ici abondent en mentions de conflits opposant des éleveurs transhumants aux communautés rurales usagères mais aussi des transhumants entre eux. Ces conflits sont liés à la concurrence sur les pâturages et les forêts, les eaux, le tracé des routes, aux dégâts commis par les troupeaux en marche ou encore à des taxes jugées injustifiées. Ils prennent parfois l’aspect de véritables actes délictueux contre les transhumants : vols de bétail, agressions de berger… Mais ceux-ci appartiennent pour l’essentiel au passé désormais, les relations entre transhumants et sédentaires ont beaucoup évolué dans la seconde moitié du xxe siècle et se sont apaisées, dans la mesure où le transport des troupeaux est aujourd’hui très largement motorisé entre lieu d’hivernage et lieu d’estivage et surtout parce que la pratique est devenu marginale. N’oublions pas toutefois que les grandes transhumances n’ont pas été qu’une source de conflits entre les hommes qu’elles mettaient en relation, elles ont permis aussi des échanges culturels et humains, mais il appartiendra à d’autres rencontres comme celle-ci de les préciser et de les quantifier.

20Pour conclure définitivement, il n’était assurément pas raisonnable de demander à ces journées d’études une véritable synthèse d’ensemble sur les mouvements de bétail dans le temps et l’espace considérés. Néanmoins, les travaux réunis ici offrent déjà un large tour d’horizon sur le phénomène transhumant. Ils autorisent la mise en parallèle, sur le long terme et dans le cadre d’un vaste ensemble géographique, de la grande variété des pratiques transhumantes, dans le contexte d’une historiographie privilégiant généralement l’échelle régionale voire locale, et ils pourront susciter comparaisons et nouveaux questionnements. Surtout, il ressort – et ce n’est pas le moins important – que si la transhumance est un objet d’histoire, pour lequel la recherche se montre aujourd’hui active, elle est aussi un sujet éminemment d’actualité. Les considérables mutations de l’agriculture en Europe durant la seconde moitié du xxe siècle pouvaient laisser présager à terme une disparition définitive des pratiques agro-pastorales de montagne. Mais si des pans entiers de celles-ci ont certes disparu, néanmoins, à l’aube du xxie siècle, le tableau s’avère finalement plus contrasté qu’il n’y paraissait il y a quelques décennies encore. La transhumance, cette pratique plurimillénaire, est certes très affaiblie mais elle a quand même survécu. Elle connaît même aujourd’hui un regain d’intérêt (dont témoigne le réel succès des actuelles fêtes de la transhumance) qui s’appuie, d’une part sur la prise progressive de conscience depuis quelques années du rôle de l’agriculture de montagne dans le maintien de l’ouverture des espaces montagnards et dans leur entretien, alors que ces espaces font l’objet d’une très forte demande des populations urbaines en terme de loisirs verts, d’autre part, sur l’image très valorisée aujourd’hui des pâturages de montagne et des produits qui en résultent et, enfin, sur l’engouement du public pour les pratiques agricoles dites « traditionnelles ». Réfléchir aujourd’hui sur la transhumance, c’est assurément réfléchir sur l’avenir de l’agriculture de montagne, sur l’aménagement du territoire et sur l’environnement, mais c’est aussi plus largement réfléchir sur la société que nous voulons pour demain.

Notes

1 Je remercie au passage Emmanuel Garnier qui m'a aidé pour l’organisation scientifique de ces rencontres.

2 En témoigne aussi la sortie récente de nombreux ouvrages de langue française et la bibliographie qu'ils contiennent. Citons par exemple : Marie-Claude Gerbet, Un élevage original au Moyen Âge. La péninsule Ibérique, Biarritz, 2000 ; Jean-Marc Moriceau, Histoire et géographie de l'élevage français, du Moyen Âge à la Révolution, Paris, 2005, p. 325 sq ; Laurent Rieutort, L'élevage ovin en France. Espaces fragiles et dynamique des systèmes agricoles, Clermont-Ferrand, 1995 ; Christine Rendu, La montagne d'Enveig, une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003.

3 Quelques données à ce propos : pour le Languedoc, dans Aline Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc, Toulouse, 1998 ; pour l'Italie dans François Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L'économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du xe au xiiie siècle, Rome, 1993, ou encore dans Jean-Marie Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, 1993.

4 Cette affirmation, communément admise, pourrait être à nuancer, J.-M. Moriceau, Histoire et géographie de l'élevage français…, p. 353 sq.

5 Cf. la contribution d'E. Pérez Romero à ce volume.

6 Depuis l'ouvrage désormais classique de Julius Klein sorti en 1920 (The Mesta : a study in spanish economic history, 1273-1836), les travaux se sont multipliés sur la Mesta castillane. On en trouvera les principales références là encore dans la contribution d'E. Pérez Romero à ce volume ainsi que dans M.-C. Gerbet, Un élevage original au Moyen Âge…, p. 393 sq.

7 Sur cette transhumance, cf. J.-M. Moriceau, Histoire et géographie de l'élevage français…, p. 345-352.

8 Il conviendrait d'ajouter à cette liste, mais dans un tout autre contexte social et culturel, ces groupes tribaux, dont Y. Benhima nous montre qu'ils jouent dans le Maroc médiéval un rôle déterminant dans la gestion des espaces collectifs de pâturage ou bien dans le règlement des conflits que suscite leur usage.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540