Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transhumance et estivage en Occident

 | 
Pierre-Yves Laffont

Transhumance ovine et porcine en Ardenne-Eifel (xve-xviie siècles)

Jean-Marie Yante

Texte intégral

  • 1 Claire Billen, « De la forêt domestique à la forêt commerciale : les bois du Luxembourg avant l’ord (...)
  • 2 Edmond Tellier, « Notes sur la glandée des porcs », dans xlve Congrès de la Fédération des cercles (...)

1Partagé aujourd’hui entre la France (département des Ardennes), la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne (Rhénanie-Palatinat), le massif d’Ardenne-Eifel, y inclus l’Oesling luxembourgeois, offre de larges possibilités de transhumance dans ses forêts et ses landes pour les éleveurs des régions périphériques, notamment le pays mosan à l’ouest et les terres lorraines au sud-est. Des souverains et leurs fonctionnaires, principalement luxembourgeois, favorisent le mouvement à l’aube des Temps modernes. Les enquêtes administratives du xvie siècle, menées par les autorités habsbourgeoises de Bruxelles, traduisent le souci d’accroître les revenus princiers par une gestion optimale des espaces de pacage. Dans le Luxembourg, au bas Moyen Âge et encore dans la première moitié du xvie siècle, la glandée et la paisson constituent, les années de bonne fructification, une grande partie, sinon la majeure partie du revenu forestier1. Si la composante pastorale de l’Ardenne-Eifel et, plus largement, du massif schisteux rhénan est connue de longue date, les mouvements et itinéraires de transhumance, l’ampleur du phénomène et les acteurs en présence n’ont guère retenu à ce jour l’attention des historiens, exception faite de notes publiées il y a quelque vingt-cinq ans par Edmond Tellier2.

2Le présent propos est la mise en œuvre, provisoire à certains égards, de quatre dossiers relatifs respectivement au péage lorrain de Sierck sur la Moselle, à la forêt domaniale de Chiny (aux confins de l’Ardenne méridionale et de la Gaume), à Huy (passage de la Meuse pour les porcs de Hesbaye en transhumance vers l’Ardenne) et au péage de Bastogne (au cœur du massif).

  • 3 À propos de la transhumance automnale des porcs : Jean-Marc Moriceau, Les fondements agraires de la (...)
  • 4 Aujourd’hui Carignan (France, départ. Ardennes).
  • 5 Jules Vannérus, « Charte et statuts d’Yvois-Carignan (1213-1539) », Bulletin de la Commission royal (...)

3Dans l’état actuel des recherches, une transhumance au long cours, ovine et porcine3, vers les hauts plateaux d’Ardenne-Eifel n’est explicitement attestée qu’aux xve-xvie siècles. Vraisemblablement le phénomène est-il bien antérieur. Le tarif du tonlieu d’Yvois4, alors terre luxembourgeoise, datant des années 1354-1383, fixe le montant exigé pour « ung pourceau et toute bregines passantes parmy Ivoix ou entre Tetaigne et Margus [deux localités voisines] en quelconque lieu et passage que ce soit5 ». Nettement distinct du droit grevant les transactions, cette imposition frapperait les animaux acheminés vers d’autres marchés ou, plus vraisemblablement, des bêtes à l’aller ou au retour de pâturages.

Taxations de porcs au péage lorrain de Sierck (1424-1549)

  • 6 Cf. Jean-Marie Yante, Le péage lorrain de Sierck-sur-Moselle. Analyse et édition des comptes. 1424- (...)

4À mi-chemin environ de Metz et de Trèves, virtuellement enchâssée dans les terres luxembourgeoises, la forteresse de Sierck est, au xve siècle, une position avancée des dynastes lorrains sur la Moselle. Les ducs ne possèdent la souveraineté que sur un court tronçon de la rivière mais y détiennent, depuis le xiie siècle, un important péage frappant le trafic fluvial et terrestre. Des officiers princiers y sont commis à la perception du droit et ont laissé, pour 21 exercices entre 1424 et 1549, les comptes des droits acquittés pour quelque 3 500 passages. Cette documentation est fort inégalement répartie dans le temps : un registre contenant 4 comptes couvre la période du 20 octobre 1424 au 19 février 1428 ; 6 exercices sont conservés pour le dernier quart du xve siècle ; 9 comptes et 2 fragments pour les années 1520 à 1549. Ces aléas de la conservation archivistique dictent le présent découpage chronologique6.

  • 7 On ignore quasi tout des exemptions en vigueur à ce poste (ibid., p. 30-31).

5Entre le 20 octobre 1424 et le 19 février 1428, soit en l’espace de 40 mois, 18 331 porcs sont imposés à Sierck, sans compter cinq passages d’effectifs non précisés ni calculables7. L’automne et l’hiver amènent les contingents les plus importants. En 1425, 79,9 % des animaux sont taxés entre début septembre et fin décembre. Si on y ajoute les passages de janvier à mars de l’année suivante, on atteint 7 833 têtes. Les mois de novembre et décembre 1427 fournissent 64,9 % du total annuel. À l’époque de la glandée, une transhumance vers les massifs de l’Eifel et du Hunsrück (sur la rive droite de la Moselle), faisant fi des frontières, explique les taxations automnales. Celles de fin décembre et du début de l’année porteraient sur des bêtes engraissées prêtes à l’abattage.

  • 8 Franz Lerner, « Die Bedeutung des internationalen Ochsenhandels für die Fleischversorgung deutscher (...)
  • 9 Voir la description donnée par Giovanni Hoyois, L’Ardenne et l’Ardennais. L’évolution économique et (...)

6Le mode de déplacement mérite d’être examiné. Le cas de 25 porcs chargés sur un bateau en 1424-1425 s’avère-t-il ou non l’exception ? Pareil transport est attesté sur le Main aux xive et xve8, et évite que de longues marches ne fassent perdre une partie de leur poids à des bêtes destinées à une consommation immédiate. La question d’une « transhumance fluviale » est donc posée et pour l’heure non résolue, même en plaidant le cas exceptionnel. Osseux et nerveux, hauts sur pattes et couverts de longues soies, les porcs du début des Temps modernes sont fort différents des actuels et résistent mieux à de longs cheminements9.

  • 10 Jean Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, p. 173-174, 217, 400-401 e (...)
  • 11 Odile Kammerer, « Le carrefour alsacien-lorrain dans le grand commerce des xve et xvie siècles », d (...)
  • 12 O. Kammerer, Le carrefour…, p. 88, note 23 ; Georges Livet, Francis Rapp (dir.), Histoire de Strasb (...)
  • 13 Lucien Sittler, « L’élevage à Colmar au moyen âge et au début des temps modernes », Bulletin philol (...)
  • 14 Franz Irsigler, « Zum Kölner Viehhandel und Viehmarkt im Spätmittelalter », dans E. Westermann, Int (...)
  • 15 André-Marcel Burg, « Le droit de glandée et l’élevage du porc en forêt de Haguenau au début du xvie(...)

7Faute de connaître la provenance et la destination des troupeaux, on a cartographié l’origine géographique des imposés (planche 1). La majorité des localités ne sont mentionnées qu’à une ou deux reprises, respectivement 36 et 10 d’entre elles. Quelques-unes émergent toutefois du lot. Metz vient très largement en tête avec 30 taxations. Dès le xiie siècle, le négoce des bestiaux constitue une des principales activités économiques de la ville. Pour l’alimenter, ses habitants pratiquent l’élevage sur une grande échelle. Aux alentours de 1400, lors de la crise du commerce local, seul celui du bétail demeure rémunérateur. Le recensement des domaines ruraux du patriciat en 1404 révèle encore un élevage porcin dépassant souvent les besoins de la maisonnée, orienté dès lors vers l’approvisionnement urbain en salaisons ou vers l’exportation10. Des porcs se vendent également à la foire de Thionville : des marchands ou convoyeurs de Boppard, Bernkastel et Trèves en déclarent 500 au retour de celle-ci en septembre 1426. Les habitants d’une dizaine de villages au sud et à l’ouest de Sierck acheminent des produits de l’élevage local. Des Trévirois interviennent à 8 reprises, mais jamais, pour autant qu’on en puisse juger, avec de nombreuses bêtes. Des Rhénans de Sankt Goar, Boppard, Coblence (5 taxations) et Andernach, des habitants d’Ahrweiler (11 impositions) et quelques individus des confins méridionaux de l’Eifel mènent probablement des porcs lorrains. Cette provenance pourrait expliquer la présence de transporteurs d’Épinal (4 mentions), Nancy et Saint-Nicolas-de-Port. Face à une demande urbaine en pleine expansion, la Lorraine pratique aux xve et xvie siècles un élevage commercial11. Celui-ci alimente d’importantes exportations porcines vers Strasbourg12, Colmar13, Cologne14, Francfort, Heidelberg et Ulm15.

1. Valmestroff
2. Budding
3. Monneren
4. Filstroff
5. Stuckange
6. Distroff
7. Volstroff
8. Metzervisse
9. Metzeresche
10. Imeldange
Source : J.-M. Yante, Le péage…, p. 53, carte III.
Planche 1. Taxations de porcs au péage lorrain de Sierck (1424-1428). Origine géographique des imposés.

8Dans le dernier quart du xve siècle, le nombre de porcs imposés à Sierck demeure important, si ce n’est en 1474-1475 et 1483, années de basse conjoncture commerciale et de troubles politiques : 5 058 porcs en 1481, 4 169 en 1484, 8 310 en 1486 et 3 155 en 1494. L’essentiel du trafic, environ 60 à 70 %, se concentre en janvier et février. Les mois de décembre 1484 et 1486 réalisent également d’honorables scores. Il y a concordance avec la période d’abattage des porcs. Le nombre important de têtes de juin à août 1494 (1 152, soit 36,5 % du total annuel) pourrait correspondre à des passages de jeunes bêtes destinées à l’engraissement. Avec respectivement 6 317 et 3 431 têtes, Metz et Trèves dominent incontestablement ce commerce. Une vingtaine de localités de l’axe mosellan, entre Metz et Coblence, ou de ses abords plus ou moins immédiats, quelques autres de la vallée rhénane et de régions à l’ouest de Metz sont également parties prenantes à ce trafic.

  • 16 Non comptés cinq passages d’un nombre non indiqué ni calculable de porcs.

9Au cours des 10 exercices connus du xve siècle, 316 troupeaux de porcs16 transitent par Sierck. 126 d’entre eux, soit 40 %, totalisent au maximum 50 têtes et 201 (ou 63 %) au maximum 100. À 63 reprises sont taxés de 101 à 200 porcs, 47 fois entre 201 et 500, 5 fois plus d’un demi-millier. En 1481, Sluche de Trèves déclare 650 bêtes. Cinq ans plus tard, Lauppach et Peter Waille, dont on ignore hélas le lieu de résidence, acquittent conjointement le droit pour 750 porcs et Herman Menta, au domicile pareillement inconnu, pour 925. Force donc est de constater des profils fort différents parmi les imposés. De grands marchands ou leurs préposés voisinent avec des individus à la sphère d’action nettement plus limitée, voire avec de simples éleveurs ou porchers.

Source : J.-M. Yante, Le péage lorrain…, p. 150-151, tableau XXXII.
Tableau 1.
Porcs imposés à Sierck (1424-1549). Importance des troupeaux

10Dans la première moitié du xvie siècle, les passages de porcs ont perdu toute ampleur. Seul l’exercice 1537 accuse un certain relief (1 180 têtes). La moitié des troupeaux ne dépassent pas les 25 bêtes. Les 6 plus importants en comptent entre 109 et 160. Les Trévirois conservent la première place dans ce trafic (64 passages), devançant nettement les Messins (22 taxations). Pour l’heure, les raisons de cet effondrement demeurent inconnues.

La paisson dans la forêt de Chiny (xvie siècle)

  • 17 Victor Wauthoz, « Si la forêt de Chiny m’était contée… », Arlon, s. d., p. 31 et 219, et carte en a (...)
  • 18 René Noël, « Orval et l’économie cistercienne aux xiie et xiiie siècles. Élevage et pâturages entre (...)
  • 19 Même constat en Bourgogne : M.-Th. Santiard, La glandée…, p. 232-233.
  • 20 Jean-Luc Lefèvre, Forêts gaumaises à l’aube des Temps modernes. Aspects économiques et sociaux (xiv(...)

11Dans le comté de Chiny, intégré dans le patrimoine luxembourgeois au milieu du xive siècle, il est difficile d’apprécier la superficie forestière à l’aube des Temps modernes. Les arpentages du xvie siècle sont imprécis, ne livrent guère que des estimations. Le règlement de 1623 pour la « grande forêt de Chiny », proche de la capitale historique, renseigne 17 930 arpents, soit un peu moins de 9 000 hectares17. Dès le xiiie siècle, le comte de Chiny autorise les cisterciens d’Orval à envoyer leurs porcs dans ses forêts, un maximum de 400 animaux en 1259, jusqu’à 500 douze ans plus tard18. Au xvie siècle, la paisson est mise aux enchères à la chandelle éteinte. Les extrêmes variations du nombre annuel de bêtes susceptibles d’être accueillies dans le massif19 se répercutent forcément sur le montant des adjudications. Les détenteurs de celles-ci sont bien connus tout au long du xvie siècle20. Des voisins plus ou moins immédiats, originaires d’une quinzaine de localités, sont évincés certaines années par des soumissionnaires plus lointains. Les uns viennent du sud – entre 30 et 70 kilomètres – : marchands emboucheurs de Verdun sur la Meuse, d’Étain, Aumont et Marville. D’autres sont originaires d’Arlon à l’est, ainsi que de Saint-Vith et de la terre de Stavelot à quelque 80 kilomètres au nord-est (planche 2). On le verra dans un instant, des porcs de Hesbaye, transitant par Huy, sont pareillement acheminés vers les forêts du comté de Chiny.

  • 21 Archives nationales à Luxembourg, section A, XV : Domaines, no 3, fo 50r ; Jean-Marie Yante, Le Lux (...)
  • 22 Claire Billen, Lucia Gaiardo et Marie-Françoise Godart, Étude historique de la forêt d’Anlier, Univ (...)

12Celles-ci ne sont pas les seules, dans l’espace luxembourgeois, à attirer des entrepreneurs d’embouche. En 1546, un conseiller à la Chambre des Comptes de Bruxelles, en mission dans la principauté, estime que la forêt d’Anlier, au nord-ouest d’Arlon, peut accueillir bon an mal an 2 000 pourceaux en plus de ceux qui y trouvent déjà leur pitance21. Une étude récente a établi que, au xvie siècle, à la périphérie de ce massif, l’élevage porcin a « largement dépassé le format d’une modeste activité domestique », concerne autant les populations rurales que les marchands extérieurs. Les riverains prennent les troupeaux de tiers à pennage, louant leur gardiennage durant la période de la paisson22. Nulle trace toutefois, comme à Chiny, d’adjudicataires de la glandée se recrutant à 30, 70 ou 80 km.

Planche 2. Origine géographique des fermiers de la paisson de la forêt de Chiny (xvie siècle).

Contrats hutois pour la glandée des porcs (xvie-xviie siècles)

  • 23 E. Tellier, Notes…, passim.

13En 1980, Edmond Tellier révélait le rôle de Huy comme ville étape pour les porcs de Hesbaye, notamment des régions de Waremme et de Saint-Trond, en transhumance vers l’Ardenne. Point de passage obligé, avec son pont sur la Meuse, la ville est, aux xvie-xviie siècles tout au moins, le lieu où se concluent des transactions et se règlent des contestations23.

  • 24 Ibid., p. 156.
  • 25 Ibid., p. 157.

14Des actes consignés dans les registres scabinaux mentionnent des sonres de 200 à plus de 800 bêtes, évoquent la région de Saint-Hubert et le comté de Chiny, plus particulièrement la forêt d’Orval, et même la Lorraine comme destinations, font connaître des conflits suscités par des pertes dans les troupeaux. Ainsi, en 1547, un procès est intenté devant le magistrat de Huy par un propriétaire des environs de Waremme qui prétend que 35 ou 36 bêtes manquent sur les 200 qu’il avait envoyées à la glandée. Il accuse l’entrepreneur de les avoir conduites où il n’y avait vraiment rien à manger, prétend que les animaux sont revenus dans un état d’extrême faiblesse, au point que d’aucuns sont morts d’épuisement sur le chemin du retour. La partie incriminée rétorque avoir été victime des circonstances et clame l’impossibilité, comme l’exige son adversaire, de ramener des ensengnes, ces morceaux des pourceaux morts. Semblable pratique n’est valable que dans le cadre d’une ville ou d’un village, lorsque les porcs rentrent chaque soir chez leur maître. Le tribunal lui donne raison24. Des erreurs se produisent aussi au retour, lors des relivrements. L’application de marques sur le bétail, pratique attestée aux portes de Liège en 1670-1671, aurait évité pareil problème25.

  • 26 Ibid., p. 157.
  • 27 Ibid., p. 159-160.

15Quelques bribes d’information seulement sont disponibles quant au prix de la glandée et à son profit. Un contrat de 1531 stipule que si les porcs ne sont pas gras comme leur propriétaire peut légitimement l’espérer, le montant exigé (12 patars par tête) sera réduit d’après l’avis d’experts, et rien ne sera dû pour les porcs décédés26. La glandée entraîne en fait des dépenses considérables pour un gain relativement aléatoire. Avec une objectivité qu’on ne peut guère mettre en doute, le curé de Ferrières note dans sa chronique, à la fin du xvie siècle, que dans la sonre où se trouvaient deux porcs lui appartenant, certains revinrent gras et d’autres maigres. Une appréciation des gains, en 1685, pour des porcs hesbignons menés à la glandée dans des bois du comté de Namur révèle un profit infime voire nul27. Se pose bien sûr la question de la représentativité de l’année et du massif.

Taxations d’ovins à Bastogne (1599-1600)

  • 28 Mention peu après 1200 de l’usufruit, au bénéfice d’un boucher de Huy, d’un troupeau de 140 moutons (...)
  • 29 Jean-Marie Yante, « Élevage, artisanat et commerce du cuir dans le pays de Luxembourg-Chiny (xiiie- (...)
  • 30 Michael Matheus, Trier am Ende des Mittelalters. Studien zur Sozial-, Wirtschafts-und Verfassungsge (...)
  • 31 Roger Petit, « Foires et marchés à Saint-Hubert du ixe au xviie siècle », Annales de l’Institut arc (...)
  • 32 Hippolyte Goffinet, « Documents sur la châtellenie de Villance tirés des archives du château de Mir (...)

16Aux xiiie-xive siècles, des sources diverses attestent l’importance de l’élevage ovin dans les régions entre Meuse et Moselle28. Des octrois princiers autorisent des communautés religieuses à entretenir des troupeaux de 200 à 300 têtes, notamment dans les vallées de la Moselle et de son affluent la Sûre. Des dîmes des ovins sont mentionnées tant au voisinage d’Arlon que dans les terres communes au Luxembourg et au Barrois, au sud de la principauté29. Au xve siècle, des Trévirois entretiennent des troupeaux ovins, notamment aux portes de l’Eifel30. Plusieurs foires et marchés régionaux jouent un rôle actif dans les transactions, principalement ceux de Saint-Hubert31, Bastogne et Neufchâteau32.

  • 33 Jean-Marie Yante, Trafic routier en Ardenne, Gaume et Famenne. 1599-1600, Louvain-la-Neuve, 1986, s (...)

17On a la bonne fortune de conserver la comptabilité partielle (4 postes sur 12) d’une imposition spéciale instaurée dans le Luxembourg en mars 1599 et abolie vingt mois plus tard sur le passage de marchandises et de bestiaux33. À l’un des bureaux, Bastogne au cœur de l’Ardenne, 52 taxations portent sur un total de 7 703 ovins. L’exploitation de la source requiert une extrême prudence. Les facteurs de biaisage sont multiples : du fait de la nature de l’imposition d’abord, d’une circonstance particulière ensuite. La taxe frappe le transit et les exportations, à moins que le bétail et les marchandises ne gagnent d’autres provinces des Pays-Bas (comme le comté de Namur, celui de Hainaut et le duché de Brabant). Les importations luxembourgeoises sont donc exemptes, ainsi qu’une transhumance de proximité à l’intérieur des frontières de la principauté et une transhumance impliquant diverses composantes du patrimoine habsbourgeois. Par ailleurs, circonstance exceptionnelle, une épidémie de gale sévit dans le pays de mi-mai à fin septembre 1599, spécialement jusque fin juillet, et provoque l’émigration de 2 455 bêtes déjà atteintes et que le climat ardennais, trop froid, ne permet pas de sauver, et peut-être d’autres fuyant la contagion. Avec près de 1 600 têtes, le mois de juillet 1599 enregistre les passages records. En dépit de ces limites, le registre comptable ne manque pas d’intérêt pour le présent propos. 68 % des ovins, soit 5 234, sont qualifiés de maigres ou de jeunes. 360 seulement, soit moins de 5 %, acquittent le droit tarifé pour les bêtes grasses destinées à l’abattage. Pour l’essentiel, les troupeaux transitant par Bastogne viendraient en Ardenne acquérir un supplément de poids.

  • 34 Ibid., p. 80 (no 25), 83 (no 101), 87 (no 233), 91 (no 342) et 92 (no 364).
  • 35 Ibid., p. 95 (no 455-457).

18La provenance et la destination des troupeaux sont généralement tues. Tout au plus sait-on que 305 moutons arrivent de Saint-Vith, au nord du duché, et sont acheminés vers les environs de Mouzon, sur la haute Meuse ; que 537 bêtes, atteintes de la gale et déclarées par un marchand de Sedan (même région), viennent d’Aldenwick par dela le Rhyn (localité non identifiée) ; et qu’un habitant de Saint-Vith mène 211 brebis en France. Ces trois mentions accréditeraient un mouvement nord-sud. Deux autres évoquent respectivement des moutons maigres dirigés vers Liège et des bêtes grasses gagnant Paliseul34. Il est dès lors difficile de se prononcer. À trois reprises, fin avril 1600, il est précisé que les ovins ont été acquis à la foire régionale de Saint-Hubert35.

  • 36 Taxation à Montmédy d’un habitant de Mouzon pour 24 ovins (ibid., p. 135, no 91) et, à Virton, de J (...)

19L’origine géographique des imposés (planche 3) confirme le rôle actif d’habitants de Saint-Vith acquittant 11 taxations pour un total de 2 156 têtes, un peu moins de 30 % de l’effectif total, et celui de marchands emboucheurs de la haute Meuse (Sedan avec 11 impositions et 1 841 ovins, mais aussi Mouzon et Donchery), d’Yvois (aujourd’hui Carignan) et de localités plus ou moins proches de Bouillon, terre liégeoise. Le second groupe totalise 3 393 ovins, soit un peu plus de 40 % du total. Le dynamisme des régions de la haute Meuse et cantons voisins en matière d’embouche du bétail a déjà été observé à propos des adjudications de la paisson dans la forêt domaniale de Chiny et est pareillement attesté par les comptes des bureaux de Virton et de Montmédy pour la même imposition en 1599-160036.

Planche 3. Taxations d’ovins au péage de Bastogne (1599-1600). Origine géographique des imposés.

  • 37 Ibid., p. 83 (no 101), 86 (no 202), 93 (no 389) et 94 (no 420 et 427).
  • 38 Ibid., p. 80 (no 25).
  • 39 Ibid., p. 90 (no 304) et 102 (note 27).

20Enfin, le registre de Bastogne permet de calculer la taille des troupeaux transitant par ce ressort : si 25 sur 52 totalisent au maximum 100 têtes – dont 13 au maximum 50 –, on dénombre 21 troupeaux (soit 40 %) réunissant 101 à 300 animaux, et 6 (soit 11 %) groupant de 301 à 537 ovins. Le receveur, peu loquace en ce qui concerne la personnalité des imposés, note à cinq reprises le passage d’un marchand de Sedan37, une fois celui d’un marchand de Mouzon38, une fois une transaction pour le compte d’un marchand de Durbuy39. Pour l’essentiel, les passages s’inscriraient à l’actif de professionnels du commerce et de l’embouche.

Nombre d’ovins

Nombre de troupeaux

50 et moins

13

51-100

12

101-200

14

201-300

7

301-400

3

401-500

2

501-600

1

TOTAL

52

Tableau 2
Ovins imposés à Bastogne en 1599-1600. Importance des troupeaux

***

21La mise en œuvre de quatre dossiers, trois relatifs à une transhumance porcine, un autre concernant une transhumance ovine dans et à la périphérie du massif d’Ardenne-Eifel, n’a pu que révéler certains aspects, parfois furtifs, de ces déplacements d’animaux dans des régions relativement septentrionales.

22Si l’exploitation de comptes de péages permet une intrusion dans le quantitatif, indispensable pour conférer une épaisseur au phénomène, les chausse-trappes ne manquent pas, des composantes échappent, les mesures demeurent approximatives et les chiffres, trompeurs. Ces derniers, à Sierck par exemple, n’autorisent pas le départ entre transhumance stricto sensu vers les hautes terres de l’Eifel ou du Hunsrück et passage de porcs destinés à une consommation immédiate. À Bastogne, en 1599-1600, seule une facette de la transhumance ovine est livrée par une source occasionnelle : les passages d’animaux transitant par le Luxembourg et ne gagnant pas d’autres provinces des Pays-Bas. Enfin, à côté de contrats conclus devant le magistrat de Huy, au franchissement de la Meuse, combien d’autres demeurés oraux sont aujourd’hui irrémédiablement perdus ou encore noyés dans les œuvres de loi et minutes notariales de contrées d’outre Meuse. Éternels problèmes de repérage documentaire, de critique et de méthode. Leçons de prudence et de modestie.

Notes

1 Claire Billen, « De la forêt domestique à la forêt commerciale : les bois du Luxembourg avant l’ordonnance des archiducs (1617) », dans Le Luxembourg en Lotharingie. Luxemburg im Lotharingischen Raum. Mélanges/Festschrift Paul Margue, Luxembourg, 1993, p. 45-48. Même constat en Bourgogne pour une époque antérieure : Marie-Thérèse Santiard, « La glandée dans les forêts ducales au xive siècle d’après les comptes de la gruerie », Annales de Bourgogne, t. 46, 1974, p. 195 et 197.

2 Edmond Tellier, « Notes sur la glandée des porcs », dans xlve Congrès de la Fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique. Ier Congrès de l’Association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique. Congrès de Comines. 28-31. VIII. 1980. Actes, t. 3, Comines, 1982, p. 153-160.

3 À propos de la transhumance automnale des porcs : Jean-Marc Moriceau, Les fondements agraires de la France moderne. xvie-xviiie siècles. L’élevage sous l’Ancien Régime, Paris, 1999, p. 184-189 (Regards sur l’histoire. Histoire moderne). Pour une région géographiquement proche de celles présentement étudiées : Alain Girardot, Le droit et la terre. Le Verdunois à la fin du Moyen Âge, Nancy, 1992, t. 1, p. 253, et t. 2, p. 535-548 (Collection « Archéologie et histoire médiévales »). Concernant l’« embouchure des porceaux » dans les forêts du val de Saône dans la première moitié du xviie siècle : Jean Richard, « Éleveurs du Morvan et bouchers de Troyes devant la justice consulaire d’Auxonne », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1967, t. 1, 1969, p. 137-149.

4 Aujourd’hui Carignan (France, départ. Ardennes).

5 Jules Vannérus, « Charte et statuts d’Yvois-Carignan (1213-1539) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 100, 1936, p. 244.

6 Cf. Jean-Marie Yante, Le péage lorrain de Sierck-sur-Moselle. Analyse et édition des comptes. 1424-1549, Sarrebruck, 1996 (Veröffentlichungen der Kommission für saarländische Landesgeschichte und Volksforschung, t. 30). Concernant les taxations de porcs, voir spécialement les p. 46, 49, 52-54, 68-69, 86, 88-89, 144-145, 150-151, 170 et 176.

7 On ignore quasi tout des exemptions en vigueur à ce poste (ibid., p. 30-31).

8 Franz Lerner, « Die Bedeutung des internationalen Ochsenhandels für die Fleischversorgung deutscher Städte im Spätmittelalter und der Frühen Neuzeit », dans Ekkehard Westermann (édit.), Internationaler Ochsenhandel (1350-1750). Akten des 7th International Economic History Congress Edinburgh 1978, 1979, p. 212 (Beiträge zur Wirtschaftsgeschichte, t. 9).

9 Voir la description donnée par Giovanni Hoyois, L’Ardenne et l’Ardennais. L’évolution économique et sociale d’une région, t. 1, Gembloux, 1949, p. 297, ainsi que la représentation des porcs aux foires de Hamipré, près de Neufchâteau, au début du xviie siècle (Pierre Hannick, Jean-Marie Duvosquel, La Carte d’Arenberg de la Terre et prévôté de Neufchâteau en 1609 (avec le ban de Mellier et la seigneurie de Bertrix). Édition commentée et enrichie d’un dossier cartographique (xviiie-xxe siècle), Bruxelles, 1996, p. 57).

10 Jean Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, p. 173-174, 217, 400-401 et 406 ; Id., Recherches sur la vie économique de Metz au xve siècle. Le livre de comptes des merciers messins Jean Le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre (1460-1461), Nancy, 1951, p. 20.

11 Odile Kammerer, « Le carrefour alsacien-lorrain dans le grand commerce des xve et xvie siècles », dans Rencontres de Douai, 25-28. IX. 1986. Aspects de la vie économique des pays bourguignons (1384-1559) : dépression ou prospérité ?, Bâle, 1987, p. 88 (Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), t. 27). Importance de l’élevage et du commerce des porcs dans le Verdunois au xve siècle : A. Girardot, Le droit…, t. 1, p. 253, et t. 2, p. 535-548.

12 O. Kammerer, Le carrefour…, p. 88, note 23 ; Georges Livet, Francis Rapp (dir.), Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, 1980-82, t. 2, p. 301.

13 Lucien Sittler, « L’élevage à Colmar au moyen âge et au début des temps modernes », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1967, t. 1, 1969, p. 53.

14 Franz Irsigler, « Zum Kölner Viehhandel und Viehmarkt im Spätmittelalter », dans E. Westermann, Internationaler Ochsenhandel…, p. 226.

15 André-Marcel Burg, « Le droit de glandée et l’élevage du porc en forêt de Haguenau au début du xvie siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1967, t. 1, 1969, p. 133-134.

16 Non comptés cinq passages d’un nombre non indiqué ni calculable de porcs.

17 Victor Wauthoz, « Si la forêt de Chiny m’était contée… », Arlon, s. d., p. 31 et 219, et carte en annexe. L’arpent vaut 0,5019 hectare (ibidem, p. 31, note 9). Certains auteurs avancent le chiffre de 7 000 hectares. Cf. Michel Dorban, « Trois siècles de consommation forestière dans le duché de Luxembourg 1500-1830 : un bilan sous le régime français (Département des Forêts) », dans Denis Woronoff (édit.), Révolution et espaces forestiers. Colloque des 3 et 4 juin 1987, Paris, 1989, p. 110.

18 René Noël, « Orval et l’économie cistercienne aux xiie et xiiie siècles. Élevage et pâturages entre la Semois et la Chiers », dans Aureavallis. Mélanges historiques réunis à l’occasion du neuvième centenaire de l’abbaye d’Orval, Liège, 1975, p. 286-287 et 296.

19 Même constat en Bourgogne : M.-Th. Santiard, La glandée…, p. 232-233.

20 Jean-Luc Lefèvre, Forêts gaumaises à l’aube des Temps modernes. Aspects économiques et sociaux (xive -xvie siècles), Université catholique de Louvain, mémoire de licence inédit, 1970, p. 105-107 (relevé incomplet) et surtout 133-143 (index nominum). Relevé complété par le dépouillement des comptabilités pour les années 1585 à 1600 (Archives générales du Royaume, à Bruxelles, Chambres des comptes, reg. 6123-6125).

21 Archives nationales à Luxembourg, section A, XV : Domaines, no 3, fo 50r ; Jean-Marie Yante, Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, Bruxelles, 1996, p. 87 (Académie royale de Belgique. Mémoire de la Classe des Lettres, coll. in-8°, 3e sér., t. 13).

22 Claire Billen, Lucia Gaiardo et Marie-Françoise Godart, Étude historique de la forêt d’Anlier, Université Libre de Bruxelles/Geveru, p. 41-42 (inédit).

23 E. Tellier, Notes…, passim.

24 Ibid., p. 156.

25 Ibid., p. 157.

26 Ibid., p. 157.

27 Ibid., p. 159-160.

28 Mention peu après 1200 de l’usufruit, au bénéfice d’un boucher de Huy, d’un troupeau de 140 moutons en Ardenne. Cf. André Joris, La ville de Huy au Moyen Âge. Des origines à la fin du xive siècle, Paris, 1959, p. 287.

29 Jean-Marie Yante, « Élevage, artisanat et commerce du cuir dans le pays de Luxembourg-Chiny (xiiie-xvie siècles) », Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. 126-127, 1995-96, p. 134 ; Id., Le Luxembourg mosellan…, p. 84-86. – À propos de l’élevage ovin dans le comté de Chiny et la Lorraine septentrionale : André Joris, « Une création hutoise : la draperie d’Yvois (1304) », dans Mélanges Félix Rousseau. Études sur l’histoire du pays mosan au Moyen Âge, Bruxelles, 1958, p. 397 ; Adriaan Verhulst, « La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise en œuvre industrielle, production et commerce », Revue historique, t. 247, no 504, 1972, p. 305, note 2 (= Studia historica gandensia, no 180).

30 Michael Matheus, Trier am Ende des Mittelalters. Studien zur Sozial-, Wirtschafts-und Verfassungsgeschichte der Stadt Trier vom 14. bis 16. Jahrhundert, Trèves, 1984, p. 37-39 (Trierer Historische Forschungen, t. 5). Voir aussi Christian Reinicke, « L’élevage des moutons dans les régions montagneuses de l’Allemagne occidentale au Moyen Âge et à l’époque moderne, particulièrement dans les régions de l’Eifel et du Hunsrück », dans Actes du colloque international. L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au moyen âge et à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, 1984, p. 37-54.

31 Roger Petit, « Foires et marchés à Saint-Hubert du ixe au xviie siècle », Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. 95, 1964, p. 318, note 203.

32 Hippolyte Goffinet, « Documents sur la châtellenie de Villance tirés des archives du château de Mirwart », Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. 6, 1870, p. 69-72.

33 Jean-Marie Yante, Trafic routier en Ardenne, Gaume et Famenne. 1599-1600, Louvain-la-Neuve, 1986, spécialement p. 48-49 et 51.

34 Ibid., p. 80 (no 25), 83 (no 101), 87 (no 233), 91 (no 342) et 92 (no 364).

35 Ibid., p. 95 (no 455-457).

36 Taxation à Montmédy d’un habitant de Mouzon pour 24 ovins (ibid., p. 135, no 91) et, à Virton, de Jehan Herman de Stenay avec 40 bêtes et d’un individu de la même localité avec 39 (p. 145, no 191 et 195).

37 Ibid., p. 83 (no 101), 86 (no 202), 93 (no 389) et 94 (no 420 et 427).

38 Ibid., p. 80 (no 25).

39 Ibid., p. 90 (no 304) et 102 (note 27).

Table des illustrations

Légende 1. Valmestroff2. Budding3. Monneren4. Filstroff5. Stuckange6. Distroff7. Volstroff8. Metzervisse9. Metzeresche10. ImeldangeSource : J.-M. Yante, Le péage…, p. 53, carte III.Planche 1. Taxations de porcs au péage lorrain de Sierck (1424-1428). Origine géographique des imposés.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Source : J.-M. Yante, Le péage lorrain…, p. 150-151, tableau XXXII.Tableau 1.Porcs imposés à Sierck (1424-1549). Importance des troupeaux
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Planche 2. Origine géographique des fermiers de la paisson de la forêt de Chiny (xvie siècle).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Planche 3. Taxations d’ovins au péage de Bastogne (1599-1600). Origine géographique des imposés.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8700/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540