Version classiqueVersion mobile

Transhumance et estivage en Occident

 | 
Pierre-Yves Laffont

Les recherches sur les déplacements de bétail au Portugal au Moyen Âge, bilan des travaux et éléments de réflexion

Stéphane Boissellier

Texte intégral

  • 1 Ma spécialisation explique que le bilan soit légèrement déséquilibré en faveur des régions méridion (...)
  • 2 De nombreux problèmes techniques, comme les relations des bergers avec leurs employeurs, la fiscali (...)
  • 3 Ce travail de bilan bibliographique implique nécessairement une part de critique constructive ; les (...)

1Ce travail vise à faire le point, d’après la bibliographie existante et quelques recherches personnelles sur le tiers méridional du pays1, sur ce que l’on sait des formes de transhumance au Portugal. L’ensemble des données recueillies sur les déplacements de bétail dans le Portugal médiéval est de faible ampleur, même s’il constitue un tableau à première vue satisfaisant2. Cette probable minoration par l’historiographie de l’activité d’élevage, notamment pour les déplacements courts, tient à plusieurs causes : d’une part, il n’existe pas au Portugal une institution comme la Mesta castillane ou les casa de ganaderos aragonaises, plus modestes mais dotées de chartriers ; d’autre part, le latifundisme à vocation pastorale y semble moins développé qu’en Andalousie et en Estrémadure ; enfin, la colonisation et le « repeuplement » des zones prises à l’Islam ont pour vocation, de l’aveu même de leurs dirigeants, la mise en culture permanente des terres – une occupation majoritaire des surfaces par l’élevage étant considérée comme une « défaite ». Les chercheurs ont donc eu leur attention détournée vers l’agriculture. Mon propos sera de transformer ce tableau, dans ce qu’il a d’artificiel, en système, tout en indiquant les problèmes à aborder ou à creuser3.

Travaux existants, sources

Historiographie

  • 4 Maria José LagosTrindade, « A vida pastoril e o pastoreio em Portugal nos séculos xii a xvi. Subsíd (...)
  • 5 Malgré son titre prometteur et la thématique du volume dans lequel il s’insère, l’article plus réce (...)
  • 6 Outre celles qui seront particulièrement exploitées dans la suite de ce travail et celles, plus nom (...)
  • 7 Ainsi, il n’y a pratiquement rien sur d’éventuels déplacements du bétail dans le travail de Manuel (...)
  • 8 Du point de vue méthodologique, les travaux récents intègrent de plus en plus la dimension écologiq (...)

2Les études consacrées exclusivement à l’élevage sont rares, si l’on excepte les travaux maintenant anciens de Maria José Trindade4. Les derniers auteurs ayant tenté une synthèse sur l’élevage se réfèrent au précédent auteur et à la compilation de sources réalisée à la fin du xixe siècle dans le 9e volume de la grande « Histoire de l’administration publique » de H. da Gama Barros5. Pour apporter des perspectives nouvelles et récentes, il faut donc glaner les données dans des monographies locales6, mais l’élevage y est étudié sur la base d’une documentation locale, formée surtout d’actes de la pratique. Or, il faut travailler au niveau supra-local, et les données les plus intéressantes se trouvent dans les quelques ouvrages qui traitent de l’organisation de l’espace à l’échelle des provinces7 ; tandis que les nombreuses monographies urbaines envisagent les espaces agro-pastoraux en relation avec les centres agglomérés et non pas comme des entités en relation les unes avec les autres8. On notera que les développements des monographies locales sur les routes intègrent peu la notion de réseau et ne mentionnent jamais les itinéraires du bétail ; la recherche s’est concentrée, dans des études spécifiques, sur les chemins réservés au bétail, et le problème de l’utilisation du réseau viaire « ordinaire » par les troupeaux transhumants n’est jamais posé.

  • 9 Par exemple Maria de Fátima Botão, Poder e influência de uma igreja medieval. A colegiada de Santa (...)
  • 10 On retrouve cette perspective très organiciste (dans ce cas avec une focalisation institutionnelle) (...)

3Les nombreuses études consacrées à un domaine, presque toujours un temporel ecclésiastique9, présentent un autre défaut en adoptant le point de vue exclusif de l’institution étudiée, et leurs analyses utilisent une grille étroitement calquée sur les données les plus explicites de la documentation, essentiellement diplomatique, notamment celles relatives à la propriété et au faire-valoir10. Or, l’élevage ambulant utilise massivement des terres non appropriées, et les contrats qui mettent en œuvre l’activité proprement dite sont à trop court terme pour être rédigés ou conservés, si tant est que le grand élevage ne relève pas le plus souvent de l’exploitation directe (vu la faiblesse de la main d’œuvre nécessaire). Mais dans les travaux consacrés aux institutions publiques et à l’exercice de la juridiction, l’on aborde les interventions politiques des autorités centrales ou locales dans le déplacement des troupeaux.

Les sources

  • 11 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 56-57. Les cabanas font l’objet d’interprétations divergentes  (...)
  • 12 Outre le rôle de la monarchie, agent d’encadrement supra-local, la nécessité d’un syndicat d’éleveu (...)

4Cette bibliographie reflète l’état des sources primaires qui ne conservent aucun type de document destiné à compter les troupeaux ou à fixer les itinéraires. On pense aux traces que devrait laisser la location des pâtures aux transhumants, au bas Moyen Âge, quand les droits d’usage se sont suffisamment réduits pour que les propriétaires privés puissent monnayer les herbages de leurs défens et les autorités municipales ceux des communaux. Mais il s’agit de locations saisonnières dont les contrats n’ont probablement jamais été rédigés ou ne l’ont été que dans des registres notariaux (non conservés, au Portugal, avant la toute fin du xve s.). Les principaux acteurs de l’élevage eux-mêmes n’ont pas laissé de documentation médiévale propre. Pourtant, il a existé dès le xiiie s. des associations de bergers, les rafalas, dont on sait seulement, par les coutumiers de Riba Côa, qu’elles nommaient certains agents collaborant avec les autorités locales11 ; mais elles semblent supplantées dans ces fonctions, dès le xive s., par des agents de la monarchie. L’existence des associations de propriétaires est probable (comme le prouve le règlement d’une confrérie des ovelheiros dans le village alentejan de Viana), mais leur rôle juridictionnel n’est pas comparable à la Mesta castillane ou aux juntes aragonaises12.

  • 13 S’il n’est pas sûr que toutes les juridictions locales aient exercé un tel contrôle (comme tendraie (...)

5L’absence de documentation des acteurs économiques eux-mêmes oblige à se tourner vers les sources indirectes, émanant des autorités. Mais les juridictions municipales, chargées d’organiser sur le terrain le parcours local des troupeaux et le prélèvement fiscal sur le passage et la pâture, n’ont pas laissé la comptabilité issue de ce contrôle13. Or de nombreux déplacements de bétail ont dû se mettre en place, durant les temps troublés de la Reconquête, sous le contrôle des autorités locales, avant que l’allongement des parcours et la complexification des intérêts n’obligent une autorité suprême, la monarchie, à chapeauter le tout. Si on peut noter l’intérêt des chartes de franchises rénovées sous le règne de Manuel Ier, il s’agit de textes du début du xvie s., d’utilisation régressive difficile, notamment pour la période antérieure à la dynastie d’Avis. Au bas Moyen Âge, les instances locales de l’administration royale effectuent le travail de comptabilité de la transhumance (celui-ci parfaitement attesté par la législation administrative), particulièrement les « alcaides das sacas » sur la frontière luso-castillane à partir de la fin du xive s., mais la production administrative de la Couronne portugaise est très mal conservée avant le xvie s. Le poids croissant de la Monarchie dans la constitution de réseaux à l’échelle du royaume s’exprime donc par une documentation normative abondante mais peu concrète.

  • 14 Carlos Manuel Baeta Neves (dir.), História florestal, aquícola e cinegética. Colectanêa de document (...)

6Les actes relatifs aux déplacements du bétail sont en majorité issus de conflits judiciaires avec les agriculteurs, et des problèmes d’interprétation se posent sur la place de l’élevage mobile. On peut aussi se tourner vers les actes, bien plus nombreux, relatifs aux terres qui portent le bétail, notamment le gros dossier des « enclosures » (coutadas) tardo-médiévales, qui se trouve commodément rassemblé et édité14.

Résultats des recherches : l’ampleur des mouvements de bétail

  • 15 Marie-Claude Gerbet, Un élevage original au Moyen Âge : la péninsule Ibérique, Biarritz, 2000.

7Voici quelques résultats les plus solides, sans s’attarder longuement car la récente synthèse de Marie-Claude Gerbet a inclus quelques chapitres consacrés spécifiquement au Portugal, qui ont aussi le mérite d’introduire une dimension comparative15. J’insisterai surtout sur quelques problèmes bien posés par d’autres ouvrages, en partant toutefois du plus concret, les différents caractères techniques des déplacements de bétail, mais en étudiant leur valeur comme indicateur.

La nécessité écologique et la localisation de la transhumance16

  • 16 Pour tout ceci voir principalement la synthèse d’Orlando Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlâ (...)
  • 17 José Mattoso, Luis Krus, Amélia Andrade, O castelo e a feira. A terra de Santa Maria nos séculos xi(...)

8L’élevage peut constituer la meilleure solution dans le rapport entre l’homme et son milieu mais de façon moins volontariste que l’agriculture, même dans ses effets sur l’environnement : l’élevage obéit plus fortement aux contraintes naturelles. Dans les régions de climat nettement méditerranéen, le Trás-os-Montes, la Beira intérieure et la région au sud du Tage, les herbages sont trop médiocres durant l’été pour supporter de grands troupeaux, et il faut donc recourir à l’estivage. Mais, dans toute la moitié nord du pays, les reliefs marqués sont suffisamment denses pour que le déplacement entre herbages d’été et d’hiver s’opère à courte distance. En dehors même du principal massif à estivage, la serra da Estrela, une étude dirigée par José Mattoso à partir des enquêtes dionisiennes sur la région littorale au sud du Douro a révélé une véritable transhumance saisonnière intra-régionale17. Dans le Sud, tout l’Algarve bénéficie également d’un régime de déplacement court du bétail, avec complémentarité entre littoral et montagne proche au sein de chaque concelho ; la partie du bas Alentejo en contact avec les serras d’Algarve y va estiver. Ces mouvements à faible distance peuvent concerner les bovins. L’Alentejo occupe donc la place cruciale dans la transhumance, en particulier comme région d’accueil du bétail castillan, même si sa vocation bétaillère et latifundiste est un poncif à rejeter.

  • 18 Ana Maria Rodrigues, Torres Vedras. A vila e o termo nos finais da Idade Média, Lisboa, 1995, p. 27 (...)

9La nécessité d’envoyer les troupeaux en hivernage vers le sud à cause du froid est moins répandue car la majorité du territoire portugais bénéficie de températures hivernales clémentes, sauf en altitude excessive (moins de 10 % du territoire) ; ainsi, les éleveurs de l’Estremadura ne semblent avoir aucun besoin écologique d’envoyer leur bétail dans d’autres régions ou même hors de leur juridiction d’appartenance18 (et la région ne peut accueillir du bétail étranger). La transhumance à long rayon est donc liée à la complémentarité entre les massifs montagneux (le système central et les serras de Montemuro sur la rive sud du Douro et d’Algarve), et les régions précédemment citées. On peut estimer que les massifs ne sont pas assez élevés pour offrir de véritables prairies d’alpage. Leur principal atout est la faiblesse durable de leur anthropisation, qui en fait un complément des zones cultivées, sans concurrencer les troupeaux extérieurs par un important élevage local durant l’été.

  • 19 Les documents invoqués par Maria Ângela Rocha Beirante, Évora na Idade Média, Lisboa, 1995, p. 380 (...)
  • 20 Cf., pour la serra da Estrela, Isabel Castro Pina, A encosta ocidental da Serra da Estrela. Um espa (...)
  • 21 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 44.

10Il semble que le plus long courant de transhumance à l’intérieur du royaume portugais – le plus éclairé par les sources mais inférieur en volume aux déplacements plus courts – s’établisse, à une date mal connue mais assez tardive, entre la serra da Estrela et le Campo de Ourique. Leur complémentarité, fruit de deux excès écologiques, semble évidente, et la lenteur de l’intégration économique du Sud explique peut être que la connexion soit tardive, ou imposée conjoncturellement par un développement brutal du grand élevage au xve siècle. Mais il est probable que les grands troupeaux ont recouru auparavant à d’autres solutions19, ce qui montre que les données écologiques récentes que nous offrent les géographes ne sont peut-être pas applicables aux temps médiévaux20. La transhumance régulière entre la Castille et le Campo de Ourique, n’est pas attestée formellement avant le règne d’Afonso V21.

  • 22 Le vocable employé pour désigner les incultes, le monte, qui est une zone de pente mais pas forcéme (...)

11Les mouvements de bétail n’obéissent pas qu’aux contraintes écologiques mais aussi à l’ensemble de la structure socio-économique ; la notion essentielle de surcharge pastorale (à utiliser à l’échelle locale) est relative, liée aux facilités d’accès aux pâtures, à la nécessité de mise en culture (donc au mouvement démographique) et à la puissance socio-politique des éleveurs. En dehors de la région d’entre Douro et Minho, densément peuplée, et de quelques îlots de bonne terre, les incultes occupent de vastes superficies aux marges des terroirs dans le Portugal médiéval. Pour un bétail aussi peu exigeant que les ovins, chaque communauté d’habitants peut donc théoriquement accéder à suffisamment de pâtures pour entretenir des troupeaux importants, avec de faibles déplacements à l’intérieur de sa juridiction ou dans les juridictions limitrophes grâce aux nombreux accords de co-pâturage22.

  • 23 Pour les xiiie-xive s., j’ai repéré au sud du Tage des troupeaux ovins d’une centaine à 500 têtes ( (...)
  • 24 Respectivement I. Pina, A encosta…, p. 53-55 et M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 44. On peut re (...)

12La plus grande masse du bétail ovin est possédée en petites unités, qui ne doivent pas beaucoup circuler pour se nourrir toute l’année. Jusqu’au xve siècle, la taille des troupeaux n’est connue que par des sources normatives ; on peut en déduire que les unités confiées à un berger et ses aides pour une saison comptent plusieurs centaines et peut-être plus de 1 000 têtes. La documentation diplomatique fournit ponctuellement les chiffres de troupeaux de grands propriétaires de bétail, qui n’excédent jamais les capacités des pâtures proches, même dans un terroir fortement cultivé23. Des chiffres globaux, fruits d’estimations et de déclarations toujours suspectes, ne nous sont fournis que pour l’extrême fin du xve s., ainsi ces 50 000 têtes que la serra da Estrela est réputée héberger (dont 15 000 du seul monastère castillan de Guadalupe) ou ces 50-60 000 têtes amenées par la Mesta sur le Guadiana portugais par la cañada léonaise24.

Les indicateurs de mobilité pastorale

  • 25 Voir par exemple Manuel Sílvio Alves Conde, Tomar medieval. O espaço e os homens, Cascais, 1996, p. (...)
  • 26 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 36 (et à sa suite la plupart des autres auteurs) date la plus (...)
  • 27 Encore en 1362, la réglementation générale des défens d’Alentejo par le roi Pedro I désigne comme c (...)

13L’existence de chemins bétaillers spécifiques est, pour beaucoup d’auteurs, le principal indice d’une « transhumance », sans parler des innombrables mentions d’enclos à bétail, qui ne prouvent rien car ces abris peuvent servir aussi bien à de longs parcours inter-régionaux qu’à l’abri nocturne du bétail sédentaire en divagation courte. Le passage de vastes manades pose des problèmes dans les alentours ; on connaît donc bien les lieux matériels de ce passage. Cependant, l’existence de chemins aussi spécifiques que les cañadas castillanes est loin d’être prouvée. Au-delà d’une toponymie douteuse25, le vocable portugais canada est d’emploi plus ancien qu’on ne le pense26 mais rare, généralisé très tardivement et avec une signification claire alors. Son adoption est certainement liée à l’influence du castillan – en raison de la transhumance castillane au Portugal –, et il vaut mieux rechercher auparavant les servitudes de passage du bétail dans les énigmatiques « entrées et sorties » (qui ne sont pas de véritables voies car leur mise bout à bout ne constitue pas encore de longs parcours rectilignes)27. Ceci correspond à la relative décentralisation dans l’organisation des parcours. Si des espaces de passage sont bien aménagés périodiquement pour les troupeaux selon des règles rigoureuses, l’absence de véritables drailles aux itinéraires obligés ne plaide pas pour l’énormité des troupeaux, qui rend inévitables les grandes routes pastorales.

  • 28 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 34-35, base son interprétation peu évolutive du montado sur un (...)

14Un indicateur très ancien est la taxe levée par les communautés locales sur la dépaissance du bétail étranger (montaticum/montado), dont le nom même indique que la transhumance primitive s’opère dans de vastes marges encore incultes et non sur des pâtures appropriées (donc louées par les éleveurs). Mais sa mention presque uniquement dans les chartes de franchises (forais) et coutumiers requiert certaines précautions. Du point de vue diplomatique, les chartes se constituent en « familles » textuelles à partir du milieu du XIIe s., et la présence d’une clause ne signifie pas sa réalité sociale, ce qui impose d’établir une typologie plus qu’une répartition géographique des chartes. Du point de vue chronologique, les chartes et surtout les coutumiers (particulièrement focalisés sur les modalités de prélèvement du montado) éclairent des époques anciennes et sont déjà anachroniques lors de leur rédaction. Mais le principal problème est l’interprétation socio-économique : le prélèvement du montado n’indique pas si le bétail vient du concelho voisin (trasterminante selon la terminologie castillane) ou de l’autre bout du royaume, et le nombre de communautés municipales croît après la « fondation » des chefs-lieux au moment de la Reconquête, avec un cadre de prélèvement (le territoire municipal, termo) qui se réduit28. Tout cela oblige à suivre l’évolution du montado dans les documents concrets (actes de la pratique foncière et administrative), surtout pour le bas Moyen Âge, que les études éclairent directement par les chartes de franchises ; or, ce travail reste largement à faire.

Pesanteurs historiographiques et nécessité de mise en contexte

  • 29 La bibliographie courante montre que, dans la documentation comptable commerciale de la fin du Moye (...)

15L’historiographie de l’élevage médiéval a suivi une méthode régressive, en partant des travaux des géographes, ce qui ne va pas sans quelque anachronisme, comme on l’a vu pour les données écologiques. En effet, si les techniques de l’élevage transhumant sont quasiment intemporelles, leurs enjeux sociaux ont considérablement varié, autant dans l’opinion des autorités que dans l’encadrement imposé. Ainsi, la question des débouchés du grand élevage spécialisé, évidente pour les périodes récentes, est peu posée alors qu’elle conditionne toute la thèse d’une invasion des grands troupeaux au bas Moyen Âge : les marchés accessibles aux possesseurs de bétail sont-ils suffisants pour augmenter considérablement le cheptel29 ? J’ai de fortes réserves à ce sujet.

16Le poids de l’exemple castillan constitue un autre problème. Dans la Péninsule ibérique non castillane, l’historiographie de la transhumance est écrasée par la Mesta, un cas particulier dont le rôle est de plus en plus minoré par les recherches espagnoles récentes. Qu’elle serve à comparer est intéressant, mais il est plus critiquable d’en faire un « modèle », conduisant à penser que la transhumance est moins fortement organisée dans les régions ne jouissant pas de la même qualité documentaire qu’elle. Il reste à prouver que la concentration de la gestion dans un seul organisme est plus efficace que sa dispersion entre différents organes, d’autant que les distances à parcourir sont inférieures au sein du royaume portugais.

17La périodisation des grandes phases pose des problèmes historiographiques beaucoup plus larges de conjoncture socio-économique, impliquant l’identification des acteurs de l’élevage (fort peu posée dans les études existantes). L’élevage non sédentaire est associé pour la Péninsule ibérique à deux temps forts, à deux situations socio-économiques marquées, la situation frontalière durant la Reconquête et l’économie domaniale aristocratique du bas Moyen Âge. Dans les deux cas, un agent social est réputé peser d’un grand poids : les Ordres militaires, particulièrement présents dans les deux tiers méridionaux du royaume portugais.

18Posé par un article de Charles J. Bishko, la prédominance d’un élevage presque nomade dans les populations de la frontière, en complément du mode de vie guerrier des chevaliers roturiers, est un schéma qui jouit de bons arguments, du Douro à l’Algarve entre le xe et le xiiie s. Cependant, la minceur des données, principalement dans les chartes de franchises, ne permet pas d’éclairer les itinéraires, la taille des troupeaux ni les modalités techniques de l’élevage, même si l’étude du rôle des fortifications peut être éclairante. Le principal indicateur de l’existence assez générale d’un élevage mobile est la fréquence de la taxe municipale de pâture (montado) tandis que la spécialisation et la hiérarchisation des bergers, dans les coutumiers, peuvent être un autre indice de la massivité donc de la mobilité des troupeaux en période haute. En revanche, sur le modèle de la situation castillane, l’« abandon » par la monarchie aux Ordres militaires de vastes espaces au sud du Tage ne constitue nullement, au Portugal, la formation de latifundia exploités extensivement par des troupeaux transhumants (pratique directe de l’élevage jusqu’au xive s. ou location des pâtures aux éleveurs fin xive xve s.).

  • 30 En particulier dans la synthèse de A. H. de Oliveira Marques, Portugal na crise dos séculos xiv e x (...)
  • 31 Il est improbable que l’économie portugaise soit aussi adaptative que les économies italienne ou an (...)
  • 32 C’est la thèse exposée par Maria Helena Coelho, O baixo Mondego nos finais da Idade Média, Lisboa, (...)
  • 33 Marie-Claude Gerbet, « Noblesse et élevage dans la couronne de Castille à la fin du Moyen Âge » dan (...)
  • 34 Cf. l’exemple de domaine en Estremadura analysé par Harold B. Johnson, « A portuguese estate of the (...)
  • 35 La monographie de José Pires Gonçalves, « Monsaraz e seu termo (ensaio monográfico) », Junta distri (...)
  • 36 Robert Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux xiie et xiiie siècles, Paris, 1982 (...)

19Pour le bas Moyen Âge, les problèmes d’interprétation sont considérables. Tout d’abord, on admet que l’élevage a progressé aux dépens des cultures, en superficie occupée, en valeur ajoutée et en main-d’œuvre mobilisée, raréfiée par la crise démographique. Cette thèse se fonde sur des travaux concernant des zones non portugaises30 et sur la loi des ses-marias de 1375 dénonçant la conversion des cultivateurs à l’élevage, à cause de la hausse des salaires agricoles, mais elle s’appuie très peu sur des études des économies locales31. De là, on déduit hypothétiquement, d’après le « modèle » castillan, un progrès du grand élevage, donc de la transhumance ; celle-ci pourrait être due, là où l’élevage se développe le plus, à la difficulté croissante d’accès aux pâtures, engendrée par le mouvement de mise en défens des terres privées et d’utilisation privative des terres communes32. En suivant ce modèle, il faudrait éclaircir l’attitude économique des grands propriétaires, mais surtout de la noblesse33, en particulier la moyenne noblesse qui s’affirme dans le sud du pays avec la dynastie d’Avis. La formation de domaines nobiliaires laïcs méridionaux, à partir de la 2e moitié du xive s., n’aboutit pas à la constitution de latifundia mais opère une accumulation d’exploitations34 ; le principal élément de cette seigneurialisation économique en faveur d’une évolution vers le grand élevage est la tendance à l’enclosure et à l’utilisation privative des terres communautaires35. Pour le xve s., grande phase de la transhumance médiévale, des études qualitatives sur le groupe nobiliaire montrent une nouvelle noblesse attirée surtout par le grand commerce né de l’implantation portugaise au Maghreb puis en Afrique noire. D’autre part, les études plus nombreuses sur l’économie monastique tardo-médiévale ne montrent pas une implication pastorale semblable à celle des grands monastères bénédictins et cisterciens de Castille36.

  • 37 Enrique Rodríguez Picavea-Matilla, « La ganadería en la economía de frontera. Una aproximación al c (...)
  • 38 Maria Cristina Pimenta, « A Ordem militar de Avis (durante o mestrado de D. Fernão Rodrigues de Seq (...)
  • 39 Ainsi les statuts de la confrérie des éleveurs de Viana do Alentejo, en 1329 (éd. Maria José Piment (...)

20Alors, qui reste-t-il pour pratiquer le grand élevage, éventuellement transhumant ? D’abord les Ordres militaires, grands éleveurs dans la Meseta méridionale castillane, surtout pour les époques anciennes37 ; même si l’absence de sources comptables des Ordres au Portugal doit nous inciter à la prudence, les études ne montrent pas une forte implication dans l’élevage38. Enfin, l’envoi de leur cheptel par les petits et moyens propriétaires dans des déplacements longs est improbable ; mais celui des éleveurs spécialisés39 ? On peut donc se demander si ce ne sont pas les éleveurs castillans qui « exportent » au Portugal une évolution socio-économique assez différente, fournissant ainsi l’essentiel du cheptel qui vient gonfler une transhumance jusqu’alors modeste et dispersée.

21Les conflits d’intérêt entre l’élevage transhumant et l’agriculture sont peut-être surestimés ; certes, la documentation (notifications de sentences) les éclaire, mais on observe que, sans superposition des deux activités sur un même espace, les procès impliquent plus un antagonisme technique qu’une concurrence économique. Par ailleurs, il faut souligner que les plaintes des paysans contre la divagation du bétail local – pas même saisonnière – sont plus nombreuses que les conflits avec les transhumants. La vision trop globale de ces tensions est liée à l’impression très négative d’une « invasion » du bétail à cause d’un recul des cultures à la fin du Moyen Âge, donc d’une défaite dans la valorisation de l’espace, mettant en cause la notion même de crise de l’économie rurale. Mais une bonne partie de nos informations est de type législatif (plaintes en Cortes), provoquant un biais documentaire car les Cortes ont changé de nature à partir de la fin du xive s. avec la nouvelle dynastie d’Avis et sont devenues un instrument d’administration devant lequel on évoque des nouveaux problèmes. La thèse d’un progrès massif des friches par déclin démographique est conventionnelle et offre une clé de lecture simplificatrice des actes alors que les enjeux sont souvent plus complexes.

  • 40 L’ampleur de ces difficultés reste difficile à évaluer et varie considérablement d’une région à l’a (...)

22Le problème, plus important (posé par l’énorme dossier des mises en défens), de concurrence pour les mêmes pâtures entre élevage sédentaire et élevage transhumant a moins intéressé que les variations de superficie entre activité agricole et élevage. Sauf en cas de surcharge démographique extrême, rare au Portugal, globalement moins humanisé que la Flandre, le bassin parisien ou les contadi italiens, les surfaces soustraites à la pâture par gains de terres sont modestes (quelques centaines d’ha pour chaque finage) et il vaut mieux raisonner à « pâturages constants », même lors de la récupération démographique qui suit les difficultés du xive siècle40. On a l’impression que, au cours du xive s., le recul de l’ouverture des terres appropriées, temporairement ou durablement incultes, s’accompagne d’un développement par leurs propriétaires de l’élevage sédentaire sur des terres qui n’ont qu’une faible vocation agricole ; il est donc primordial de mesurer l’évolution conjointe des formes sédentaire et mobile de l’élevage.

Problèmes d’interprétation des données existantes

23Deux domaines d’analyse sont susceptibles d’aider à une pesée globale de la transhumance médiévale portugaise : les enjeux socio-économiques et l’organisation spatiale.

Les enjeux socio-économiques

24Ils sont particulièrement difficiles à évaluer car, si l’on perçoit des mouvements de bétail, on ignore le plus souvent qui sont les propriétaires, c’est-à-dire d’où le bétail est originaire, ce qui rend difficile la mise en relation des privilèges locaux (en faveur de l’élevage et de l’appropriation des pâtures) avec les mesures réglementant la transhumance. On ne peut non plus distinguer classiquement transhumance « normale » et « inverse ». D’ailleurs, même si on suit M. J. Trindade, on trouve des opinions assez divergentes sur les orientations de la politique des monarques médiévaux envers le grand élevage transhumant – quoique moins que dans l’historiographie castillane. Si les rois ont parfois choisi une politique fiscaliste à courte vue privilégiant la taxation du bétail transhumant, ils semblent avoir généralement tenté de maintenir un équilibre social et peut-être surtout écologique, comme par la protection des forêts d’une zone aussi cruciale que le Campo de Ourique.

25On atteint là un autre élément de complexité sociale, qui interdit d’opposer agriculteurs et pasteurs ou éleveurs sédentaires et transhumants ; c’est la concurrence, déjà évoquée pour le montado, entre les chefs-lieux détenteurs de pouvoirs d’autogestion et les « villages » qu’ils dominent. Si la plainte est rarement formulée, il semble que les élites municipales ouvrent la périphérie de leur juridiction aux dégâts des troupeaux transhumants pour mieux préserver les cultures péri-urbaines et les défens, privés ou municipaux, du chef-lieu destinés à la location au bétail extérieur ou surtout à l’élevage local spéculatif dont ces élites sont les principaux acteurs. À partir de la fin du xive s., celles-ci sont en partie assimilables aux privilégiés, surtout nobles, qui obtiennent des monarques le droit de mise en défens contre le petit élevage local des agriculteurs du chef-lieu même, dans le cadre de la concurrence entre « gros » et « petits » au sein du chef-lieu. Mais c’est aussi en tant qu’agents du centre contre la périphérie qu’elles soustraient les terres aux usages locaux.

26En outre, l’élevage mobile est une activité qui requiert plus de « surface sociale » (pour accéder aux terres d’autrui ou communautaires) que de capitaux, plus accessible aux puissants qu’aux riches, c’est-à-dire à ceux qui ont l’oreille du roi et/ou qui dominent les gouvernements municipaux. La grande originalité des activités pastorales est de ne pas exiger de véritable possession foncière. Même à la fin du Moyen Âge, les nobles abusent pour acquérir un usage exclusif (et vénal) sur les montes municipaux, mais ils le font en utilisant les mécanismes juridiques fonciers datant de la Reconquête, qui excluent une véritable appropriation. D’ailleurs le mouvement de mise en défens des domaines privés, alors, montre aussi l’incapacité d’une bonne partie des élites à accéder facilement à des pâtures autres que les leurs propres, ce qui prouve la résistance des droits des petits usagers face aux entrepreneurs de transhumance.

L’organisation de l’espace

  • 41 Sur les rapports entre les structures socio-économiques et l’organisation de l’espace dans le Midi (...)
  • 42 Cf. quelques réflexions dans S. Boissellier, Le peuplement…, chap. VII ; M. J. Trindade, A vida pas (...)
  • 43 Parmi de très nombreux exemples possibles, voir l’accord de séparation entre Abrantes et Alter do C (...)

27Faute de documentation saisissant directement les objets et les structures d’élevage, l’analyse spatiale, notamment de la formation et des fonctions des territoires politiques, permet de « remonter » vers les activités économiques41. Durant les phases actives de la Reconquête, les communautés militaires des grands castra dominent des zones immenses, qu’elles peuvent parcourir sans restriction, ce qui permet le déplacement de troupeaux importants. Or, la définition censitaire de la chevalerie roturière par la possession de bétail ovin induit que l’élevage est réellement une activité essentielle pour les élites des chefs-lieux, et la survie matérielle de nombreuses petites fortifications andalouses dans ces zones peut s’expliquer, en combinaison avec les besoins militaires, par la nécessité d’abriter des troupeaux que l’on ne ramène pas chaque soir au chef-lieu42. En outre, les zones soumises à ces communautés en formation constituent un réservoir d’espace pour les communautés plus anciennement organisées des régions plus au nord ; il est donc vraisemblable que celles-ci utilisent les vastes plaines au-delà du Tage comme un complément pour leurs troupeaux, en véritable transhumance. Ensuite, la multiplication rapide (surtout dans les années 1250-1320) de villages pourvus d’autonomie politique et donc d’un espace propre suscite la division des zones primitives en territoires identifiés et appropriés. La restriction croissante des territoires réduit les possibilités de déplacement de vastes manades au sein de la même unité (c’est-à-dire sans payer la taxe municipale de pâture), quoique cette tendance soit souvent freinée par des accords de copâturage (en fait une exemption du montaticum) quand le territoire d’un nouveau chef-lieu est démembré de son « territoire-mère43 ».

28Désormais, l’élevage transhumant est la principale activité à transcender le caractère communautaire fortement introverti de l’organisation économique. Certes, l’élevage pratiqué par une communauté sur ses propres incultes ne fournit pas des produits fortement commercialisés. L’extraversion ne vient donc pas des échanges commerciaux, mais la pâture est la seule activité que l’on pratique au-delà des seules terres communautaires : le montado payé par les « étrangers » bénéficie de suffisamment d’attention dans les chartes de franchises et surtout dans les coutumiers, plus tardifs, pour induire que la pâture hors du concelho est largement pratiquée. L’insuffisance des incultes locaux, tout au moins pour l’élevage spécialisé, est l’indice que certaines formes d’élevage sont nomades, si ce n’est transhumantes. C’est le paiement de la taxe de pâture qui devient le principal obstacle au déplacement du bétail au-delà de quelques dizaines de km.

29Durant les xiiie-xive s., on a l’impression que l’on passe d’une période où le bétail étranger est bien accueilli en tant que source de revenus pour le gouvernement municipal (donc pour ses élites), à une phase où les dirigeants subissent une pression populaire pour restreindre l’accès du monte local au bétail étranger, facteur de déséquilibre écologique, sans que la transhumance longue et massive ne soit forcément en cause. Les populations considèrent non seulement qu’un équilibre est atteint mais surtout qu’il ne peut être maintenu qu’à l’échelle locale, réflexe d’introversion communautaire classique. Cette 2e phase pourrait correspondre à une croissance démographique mais aussi à un rétrécissement des espaces municipaux, avec des concelhos plus soucieux des intérêts locaux que les chefs-lieux dominant de très vastes zones et y accueillant des troupeaux dans leurs périphéries lointaines. Toutefois, il faut se méfier du biais documentaire : le passage, entre le xiiie et le xve s., d’une documentation diplomatique à des sources administratives accentue certainement l’impression d’un localisme exacerbé des populations.

***

  • 44 J. Mattoso e. a., O castelo…, p. 81-85.
  • 45 Armindo de Sousa, As Cortes medievais portuguesas (1385-1490), Porto, 1990. Il existe des publicati (...)
  • 46 Le plus ancien spécimen du genre, sous une forme très particulière, est le « livro de Arautos » (éc (...)
  • 47 À côté des livres de comptes déjà repérés et signalés, on peut mentionner la publication récente de (...)
  • 48 Cf. les forais manuélins, très détaillés sur l’identification et la délimitation des pâtures collec (...)
  • 49 Dans les livres de comptes municipaux, jamais antérieurs au milieu du xve s., l’évolution de la tax (...)

30Pour finir, j’indiquerai quelques pistes de recherche ponctuelles, en particulier dans le domaine technique de la collecte des données. Il faudrait tout d’abord retravailler les grandes enquêtes royales, non utilisées par M. J. Trindade et l’une des grandes richesses de la documentation portugaise, en particulier celle de 1258 (et les suivantes, inédites) qui éclaire(nt) la région de la serra da Estrela. L’étude, déjà évoquée, de J. Mattoso e. a. en fournit un modèle d’exploitation, appelant à modérer, par la prise en compte de la nature du document, l’impression d’une explosion de l’élevage ovin-caprin au xiiie s.44 (liée au prisme fiscal des documents ou à l’utilisation des conflits autour du montado). D’autres types de documents, largement sollicités, attendent une exploitation plus systématique : les actes des Cortes doivent être abordés pour eux-mêmes, comme un genre qui a ses règles propres45. Même si elle ne fournit qu’une vision très focalisée, la législation municipale, peu abondante mais de plus en plus accessible, offre les données techniques concrètes qui font défaut dans les sources normatives. Les chartes royales autorisant les défens, constituant un corpus inestimable pour une histoire écologique de l’inculte, méritent elles aussi une étude globale (et non ponctuelle par les monographies locales), qui permettrait en particulier de cerner les conceptions économiques du principal agent d’encadrement de la transhumance, la monarchie. Les sources littéraires descriptives, de type chorographique, impressionnistes et subjectives, offrent la vue d’ensemble indispensable à l’appréhension des phénomènes se déroulant sur de vastes espaces et, si les œuvres proprement portugaises de ce type sont rares et tardives46, il me semble que les récits de voyageurs étrangers des xive-xve s. n’ont pas été exploités. Enfin, les rares comptabilités des établissements religieux – et peut-être quelques unes laïques, peu explorées – et des communes fourniraient peut-être des données financières47. La majorité de cette documentation est tardive48, et, utilisable régressivement pour les techniques d’élevage, elle ne peut l’être en aucune manière pour éclairer l’époque la plus ancienne de domination de l’élevage (durant la Reconquête) ni, plus généralement, pour évaluer rétrospectivement le poids global des grands troupeaux avant le xve siècle49.

  • 50 R. Durand, Les campagnes…, p. 400, identifie (seule mention) une « via de gaado » en 1271.
  • 51 Le genre documentaire des terriers (tombos) ne se développe au Portugal qu’à partir de la fin du Mo (...)
  • 52 José Ángel García de Cortázar, « La atribución social del espacio ganadero en el Norte peninsular e (...)

31D’autres enquêtes, thématiques, sont à poursuivre : le repérage des principaux marqueurs de la transhumance, comme les mentions de chemins bétaillers spécifiques (sans se focaliser sur le seul vocable canada)50 et les toponymes significatifs, qui abondent dans les diplômes et dans les livres fonciers51 ; l’interprétation des mentions de montado dans les chartes et les coutumiers ; la collecte des mentions de cabanas de bergers. Pour les périodes les plus anciennes, quand l’élevage ambulant est largement lié à la vie en frontière, une étude de J. A. García de Cortázar52 attire aussi notre attention sur la place des espaces d’élevage dans les formules de pertinence des diplômes : dans les actes qui transmettent des droits sur les choses, à quoi sert l’inclusion des silvae, montes et pascua (et, plus typiquement portugais, les rossios) à côté des jardins, vignes, maisons et champs dans l’énumération des biens, étant donnée la prégnance des usages sur les incultes ? Ce qui est transmis est-il un simple droit d’usage, au mieux préférentiel, ou des terres à usage de bétail dans leur matérialité (comme le sont les prés, les ferragines ou même les défens, qui bénéficient d’une véritable appropriation) ? Certes, beaucoup d’actes de ventes et de donations font passer des biens de particuliers à des détenteurs de pouvoir public qui exercent une juridiction sur les espaces non appropriés et qui peuvent donc avoir intérêt à faire figurer les incultes ; mais que vient faire la formule dans des actes entre particuliers ?

  • 53 On dispose de nombreuses données dans la bibliographie compilée, même pour les époques les plus anc (...)
  • 54 J. Fonseca, Montemor…, p. 37.
  • 55 L’organisation par les autorités locales, rarement avant la fin du xve s., d’un troupeau collectif (...)

32L’introduction de sel dans le régime des animaux, interprétée diversement et jamais évoquée dans les écrits, pose le problème de la qualité des sols à pâture, qui pourrait étayer une cartographie des zones pédologiquement privilégiées de transhumance. Probablement plus fructueux est l’examen des espèces transhumantes. S’il semble établi que les différentes espèces circulent séparément, la classique focalisation des historiens de la transhumance sur les ovins (à laquelle je me suis conformé) est peut-être abusive. Les données techniques, notamment la qualité des pâtures, la taille des troupeaux (très inférieure) et les débouchés, ne sont évidemment pas les mêmes, mais les déplacements des bovins mériteraient d’être étudiés d’autant plus attentivement que leur élevage, produisant un instrument de travail essentiel, est mieux documenté que celui des ovins53. On a signalé des mouvements de bovins dans la Terra de S. Maria, et on pourrait évoquer également la présence, exceptionnelle il est vrai, d’un troupeau de 5 à 600 vaches, amené en 1446 sur les pâtures de Montemoro-Novo par le boucher du Régent D. Pedro54. Il est évident que, comme pour les chevaux du Ribatejo, la présence spécifique d’un marché des denrées comme Lisbonne (à quelque 60 km) pousse certains propriétaires à constituer des cheptels bovins trop vastes pour que la périphérie rurale de la capitale suffise à leur alimentation. Plus généralement, il est probable que le bœuf, outil agricole essentiel, ne peut être élevé par la plupart des agriculteurs eux-mêmes (parce que les moyens à mettre en œuvre sont plus coûteux que l’achat), ce qui donne lieu à un élevage spécialisé d’animaux jusqu’à l’âge adulte pour fournir les exploitations, comme en témoignent les nombreuses réglementations opposant les bœufs de labour possédés par les paysans et les autres bovins55.

Notes

1 Ma spécialisation explique que le bilan soit légèrement déséquilibré en faveur des régions méridionales.

2 De nombreux problèmes techniques, comme les relations des bergers avec leurs employeurs, la fiscalité sur la transhumance ou les dates des déplacements, ont été bien étudiés.

3 Ce travail de bilan bibliographique implique nécessairement une part de critique constructive ; les lacunes que je traque sont présentes aussi bien dans mes travaux (Stéphane Boissellier, Naissance d’une identité portugaise. La vie rurale entre Tage et Guadiana (Portugal) de l’Islam à la Reconquête (xe-xive siècles, Lisboa, 1998 et Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un réseau d’habitats et de territoires xiie-xve siècles, Paris, 2003), dans lesquels j’ai sous-estimé le rôle des activités pastorales et donc éludé les problèmes qu’elles impliquent.

4 Maria José LagosTrindade, « A vida pastoril e o pastoreio em Portugal nos séculos xii a xvi. Subsídios para a sua história », dans Idem, Estudos de história medieval e outros, Lisboa, 1981, p. 5-95 et « Alguns problemas do pastoreio, em Portugal, nos séculos xve xvie », Do tempo e da história, 1, 1965, p. 113-34.

5 Malgré son titre prometteur et la thématique du volume dans lequel il s’insère, l’article plus récent de Carlos Alberto Medeiros, « Environnement, agriculture et élevage au Portugal à l’époque des découvertes maritimes », dans Robert Durand (dir.), L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au xviiie siècle, Nantes, 1993, p. 307-13 n’est qu’une rapide synthèse fondée sur une bibliographie réduite.

6 Outre celles qui seront particulièrement exploitées dans la suite de ce travail et celles, plus nombreuses dépouillées sans trouver de données sur notre question, voir Maria Ângela Rocha Beirante, Santarém medieval, Lisboa, 1980, Maria Manuela Catarino, Na margem direita do Baixo Tejo. Paisagem rural e recursos alimentares (sécs. xive xv), Cascais, 2000, João Pedro Ferro, Alenquer medieval (séculos xii-xv). Subsídios para o seu estudo, Cascais, 1996, Rita Costa Gomes, A Guarda medieval. Posição, morfologia e sociedade (1200-1500), Lisboa, 1987 et Richard C. Hoffmann, Harold B. Johnson, « Un village portugais en mutation. Póvoa d’El Rey à la fin du quatorzième siècle », Annales. esc, 5, 1971, p. 917-40.

7 Ainsi, il n’y a pratiquement rien sur d’éventuels déplacements du bétail dans le travail de Manuel Sílvio Alves Conde, Uma paisagem humanizada. O Médio Tejo nos finais da Idade Média, Cascais, 2000 en raison du cadre micro-régional.

8 Du point de vue méthodologique, les travaux récents intègrent de plus en plus la dimension écologique mais juxtaposent souvent les analyses des divers modes d’exploitation des incultes sans étudier toujours leur concurrence matérielle.

9 Par exemple Maria de Fátima Botão, Poder e influência de uma igreja medieval. A colegiada de Santa Maria de alcáçova de Santarém, Cascais, 1998, Luís António Santos Nunes Mata, Ser, ter e poder. O hospital do Espírito Santo de Santarém nos finais da Idade Média, Leiria, 2000 et Bernardo Vasconcelos e Sousa, Apropriedade das albergarias de Évora nos finais da Idade Média, Lisboa, 1990, pour la seule région au sud du Tage ; la principale thèse est Iria Gonçalves, O património do mosteiro de Alcobaça nos séculos xiv e xv, Lisboa, 1989.

10 On retrouve cette perspective très organiciste (dans ce cas avec une focalisation institutionnelle) dans la série de monographies consacrées aux Ordres militaires au bas Moyen Âge réalisées à l’Université de Porto, particulièrement importantes à cause de l’association souvent faite pour la Castille entre élevage et Ordres militaires.

11 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 56-57. Les cabanas font l’objet d’interprétations divergentes ; remontant étymologiquement à l’abri des bergers, elles désignent aussi bien des troupeaux que des associations de bergers (Maria Helena Coelho et Armando Luís de Carvalho Homem (coord.), Portugal em definição de fronteiras (1096-1325). Do condado portucalense à crise do século xiv, Lisboa, 1996, p. 434).

12 Outre le rôle de la monarchie, agent d’encadrement supra-local, la nécessité d’un syndicat d’éleveurs totalement centralisé est moindre au Portugal qu’en Castille car l’étonnante diversité écologique du pays sur un territoire aussi réduit implique des parcours pastoraux dépassant très rarement les 300 km ; or, le degré d’organisation de la transhumance est proportionnel à la longueur des itinéraires.

13 S’il n’est pas sûr que toutes les juridictions locales aient exercé un tel contrôle (comme tendraient à le faire penser les « Ordonnances » générales du royaume compilées au xve s.), celui-ci est bien attesté dans certains cas : pour le municipe d’Abrantes, un procès évoque la tenue d’un livre municipal de comptage du bétail venu d’autres concelhos (cité par M. Conde, Uma paisagem humanizada…, p. 264).

14 Carlos Manuel Baeta Neves (dir.), História florestal, aquícola e cinegética. Colectanêa de documentos existentes no antt Chancelarias reais, Lisboa, 1980-8.

15 Marie-Claude Gerbet, Un élevage original au Moyen Âge : la péninsule Ibérique, Biarritz, 2000.

16 Pour tout ceci voir principalement la synthèse d’Orlando Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico. Esboço de relações geográficas, Lisboa, 1987 (1e éd. 1945).

17 José Mattoso, Luis Krus, Amélia Andrade, O castelo e a feira. A terra de Santa Maria nos séculos xi a xiii, Lisboa, 1989.

18 Ana Maria Rodrigues, Torres Vedras. A vila e o termo nos finais da Idade Média, Lisboa, 1995, p. 272-3, n’identifie que 3 grands troupeaux ovins (dont un de 450-600 têtes) pour le territoire de Torres Vedras au xve s., ne sortant jamais du territoire municipal. Or, Pedro Gomes Barbosa, Povoamento e estrutura agrícola na Estremadura central. Séc. xii a 1325, Lisboa, 1992, p. 145 et 200, envisage une transhumance courte pour les troupeaux cisterciens d’Alcobaça (grange de Turquel) mais rejette le lien entre la politique d’implantation du monastère et ses nécessités pastorales.

19 Les documents invoqués par Maria Ângela Rocha Beirante, Évora na Idade Média, Lisboa, 1995, p. 380 montrent que le bétail d’Évora va pâturer dans le Campo de Ourique et le Ribatejo et même, en conjoncture de guerre, en Estremadura mais ne signalent aucun estivage en altitude.

20 Cf., pour la serra da Estrela, Isabel Castro Pina, A encosta ocidental da Serra da Estrela. Um espaço rural na Idade Média, Cascais, 1998, p. 15. Le bas Alentejo, que l’on présente comme non pâturable durant l’été, semble, d’après les divers codes forestiers et accords avec l’Ordre de Santiago, revêtu d’un manteau forestier notable, fragmenté, aux xiiie-xive s. (voir Alexandra Manuela de S. S. Soares e. a., « Ocupação do concelho de Almodôvar no período muçulmano II : reconstituição regressiva da paisagem », dans V jornadas arqueológicas (20, 21 e 22 de maio de 1993), Lisboa, 1994, vol. I, p. 49-64 et quelques documents que j’ai présentés dans Daniel Baloup, Stéphane Boissellier et Claude Denjean, La péninsule Ibérique au Moyen Âge. Documents traduits et présentés, Rennes, 2003, p. 131-135 ; Nicole Devy-Vareta, « Para uma geografia histórica da floresta portuguesa. As matas medievais e a ‘ coutada velha’do rei », Revista da Faculdade de Letras – Geografia, 1, 1985, p. 47-67).

21 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 44.

22 Le vocable employé pour désigner les incultes, le monte, qui est une zone de pente mais pas forcément d’altitude, montre que chaque finage a sa propre zone de « montagne », composée de véritables petits massifs mais qui est le plus souvent sans caractère morphologique marqué ; les principales différences entre monte et massif montagneux sont la taille et donc ces massifs sont partagés entre plusieurs communautés et surtout peuvent accueillir du bétail en plus de celui des citoyens.

23 Pour les xiiie-xive s., j’ai repéré au sud du Tage des troupeaux ovins d’une centaine à 500 têtes (S. Boissellier, Naissance…, p. 566-568). En Estremadura (à Cós), P. Barbosa, Povoamento…, p. 141, identifie un troupeau de 226 moutons possédé par un riche laïc au début du xiiie s. Voir aussi les chiffres cités supra pour le territoire de Torres Vedras.

24 Respectivement I. Pina, A encosta…, p. 53-55 et M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 44. On peut regretter que la savante étude de Marie-Claude Gerbet, « Une voie de transhumance méconnue. La cañada Soria-Portugal à l’époque des Rois Catholiques », dans Joaquín Gómez-Pantoja (éd.), Los rebaños de Gerión. Pastores y trashumancia en Iberia antigua y medieval, Madrid, 2001, p. 21-36 ne soit consacrée qu’à la partie « espagnole » de ce flux, ce qui ne permet pas de l’envisager dans son aspect réticulaire.

25 Voir par exemple Manuel Sílvio Alves Conde, Tomar medieval. O espaço e os homens, Cascais, 1996, p. 227 (citant un « Porto da ovelha »), Idem, Uma paisagem…, p. 263 et P. Barbosa, Povoamento…, p. 200 (toponyme Alcanada).

26 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 36 (et à sa suite la plupart des autres auteurs) date la plus ancienne occurrence de 1362 mais j’ai repéré une mention dès 1290, dans la zone frontalière avec la Castille (S. Boissellier, Naissance…, p. 567).

27 Encore en 1362, la réglementation générale des défens d’Alentejo par le roi Pedro I désigne comme canada la partie des terrains dont le propriétaire cède momentanément un droit de passage, concernant surtout le bétail sédentaire. Même au xve s., les plus nombreuses canadas sont des passages permanents réservés au bétail (voir, M. A. Beirante, Évora…, p. 380, Sebastiana Alves Pereira L. Lopes, « Os bens de Frei João Fernandes de Oliveira na comenda da Ordem de Cristo de Castro Marim [ca 1440-70] », dans Isabel Cristina Fernandes (coord.), Ordens militares. Guerra, religião, poder e cultura, Lisboa, 1999, vol. 2, p. 156 et Joaquim Antero Romero Magalhães, Para o estudo do Algarve económico durante o século XVI, Lisboa, 1970, p. 114). Mais, jamais identifiés par une destination lointaine, cités génériquement comme un réseau de passages vicinaux, ils ne peuvent donc, à cause de leur nombre, constituer de grands axes.

28 M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 34-35, base son interprétation peu évolutive du montado sur un article de la charte d’Évora (1166) qui est très imprécis dans sa formulation. On peut se demander, pour la région au sud du Tage à cette époque mais probablement pour toutes les zones au sud du Douro juste après leur conquête, si le montado n’est pas alors, selon l’interprétation classique de J. Klein, une amende compensant les dégâts commis par le bétail dans les cultures, ce qui impliquerait qu’elle frappe les éleveurs quelle que soit leur appartenance juridictionnelle. Quand on connaît l’immensité et l’indéfinition des territoires municipaux (supra-locaux) lors de l’occupation des chefs-lieux, il semble logique qu’un prélèvement comme le montado frappe surtout les habitants des villages dépendants du chef-lieu. Cela n’exclut nullement que le montado soit prélevé aussi comme véritable taxe de pâture sur le bétail des éleveurs venant d’autres chefs-lieux, notamment de régions plus au nord où s’est déjà produit le processus de multiplication des territoires municipaux.

29 La bibliographie courante montre que, dans la documentation comptable commerciale de la fin du Moyen Âge, la laine ibérique non portugaise est présente partout (cf. Philippe Contamine et alii, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 280-281), donc peu travaillée sur place ; en revanche, les exportations portugaises ne semblent pas notables (cf. Filipe Themudo Barata, Navegação, comércio e relações políticas : os Portugueses no Mediterrâneo ocidental (1385-1466), Lisboa, 1998, passim) et la production lainière doit être absorbée par une industrie nationale pourtant pas très active : les importations de tissus travaillés constituent un des principaux postes d’importation (ibid.).

30 En particulier dans la synthèse de A. H. de Oliveira Marques, Portugal na crise dos séculos xiv e xv, Lisboa, 1987, p. 104-108, qui fait autorité dans les études sur le bas Moyen Âge.

31 Il est improbable que l’économie portugaise soit aussi adaptative que les économies italienne ou anglaise de la même époque (qui constituent les références de cette thèse), notamment parce qu’elle semble moins dominée et contrôlée par une élite financière nationale ou internationale (comme les industriels/banquiers italiens à Burgos et Séville ou les marchands catalans en Sicile aragonaise) ; en revanche, il est indéniable que le Portugal est entré à partir du xive s. dans une spécialisation internationale des productions (impliquant des échanges commerciaux internationaux), en développant la vigne aux dépens des céréales, quitte à ce que certains voient dans le contrôle du blé maghrébin une des raisons de l’expansion outre-mer (R. C. Hoffmann et H. B. Johnson, Un village portugais…, p. 917-918).

32 C’est la thèse exposée par Maria Helena Coelho, O baixo Mondego nos finais da Idade Média, Lisboa, 1989 (2 vol.), p. 235-251, qui constitue la principale recherche sur l’économie d’une région portugaise pour le bas Moyen Âge ; voir aussi, de ce même auteur, « Permanences et mutations dans le monde rural au Portugal aux xive et xve siècles », Arquivos do Centro cultural português, xxvi (« Le Portugal du xve siècle. Actes du colloque, Paris, 12 mars 1987 »), 1989, p. 67-96 et « A sociedade portuguesa quatrocentista : dinâmicas e padrões », Boletim do Instituto histórico da Ilha Terceira, LIII, 1995, p. 387-427.

33 Marie-Claude Gerbet, « Noblesse et élevage dans la couronne de Castille à la fin du Moyen Âge » dans La nobleza peninsular en la Edad Media, Madrid, 1999, p. 173-196.

34 Cf. l’exemple de domaine en Estremadura analysé par Harold B. Johnson, « A portuguese estate of the late fourteenth century », Luso-brazilian review, 10/2, 1973, p. 149-162 ; Maria de Lurdes Rosa, Pero Afonso Mealha. Os bens e a gestão de riqueza de um proprietário leigo do século xiv, Redondo, 1995 ne cite aucun bétail dans la fortune de Pero Afonso Mealha, dont les domaines sont très dispersés en Ribatejo et en vignes pour profiter de la proximité des grands marchés urbains (Lisbonne, Santarém, Sintra, Almada-Setúbal), son principal domaine (= quinta) d’Almada ne portant aucun élevage. Il faudrait néanmoins multiplier les études de ce genre ; il y aurait une étude à faire de la politique foncière de la famille Silveira en Alentejo central, à partir de son copieux chartrier intégré dans les fonds de la « Casa de Abrantes ».

35 La monographie de José Pires Gonçalves, « Monsaraz e seu termo (ensaio monográfico) », Junta distrital de Évora. Boletim anual de cultura, 2, 1961, p. 3-158 et 3, 1962, p. 267-351 évoque l’attribution (peut-être en utilisant le vieux système de repartimiento municipal = sesmaria) de la zone de monte municipal de Roncão, dans le territoire de Monsaraz, au duc de Bragance et sa location par le duc à des éleveurs de Santarém et de Soria en 1482-3 (pour les sommes considérables de 29 000 et 50 000 réaux).

36 Robert Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux xiie et xiiie siècles, Paris, 1982, p. 402 repère un agent spécialisé pour les troupeaux au xiiie s. au monastère d’Alcobaça, mais il l’interprète ensuite comme un préposé aux acquisitions (de terres) (Idem, « L’économie cistercienne au Portugal », dans L’économie cistercienne. Géographie – Mutations du Moyen Âge aux temps modernes, Auch, 1983, p. 101-117).

37 Enrique Rodríguez Picavea-Matilla, « La ganadería en la economía de frontera. Una aproximación al caso de la meseta meridional castellana en los siglos XI-XIV », dans Carlos de Ayala Martínez e. a. (éd.), Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos xi-xiv), Madrid, 2001, p. 181-203.

38 Maria Cristina Pimenta, « A Ordem militar de Avis (durante o mestrado de D. Fernão Rodrigues de Sequeira) [ca 1385-1434] », Militarium Ordinum analecta, 1 (« As Ordens militares no reinado de D. João I »), 1997, p. 234 note que la multiplication des conflits entre l’Ordre d’Avis et ses municipes autour des pâtures à partir de la fin du xive s. ne permet pas d’en déduire un développement de l’élevage par l’Ordre.

39 Ainsi les statuts de la confrérie des éleveurs de Viana do Alentejo, en 1329 (éd. Maria José Pimenta Ferro Tavares, « Para o estudo das confrarias medievais portuguesas : os compromissos de tres confrarias de homens bons alentejanos », Estudos medievais, 8, 1987, p. 55-72) prévoient des déplacements et même le décès des confrères hors du territoire municipal, mais il s’agit de prescriptions très répandues, dans des textes qui se copient mutuellement, et ces éleveurs ovilheiros, malgré leur nom (qui signifie « moutonneurs »), élèvent des animaux de toutes les espèces et non exclusivement ovins.

40 L’ampleur de ces difficultés reste difficile à évaluer et varie considérablement d’une région à l’autre. La régression de la population reste à prouver pour la principale zone d’hivernage de la transhumance, le bas Alentejo (S. Boissellier, Le peuplement…, p. 123-145). Les remises en culture portent surtout sur des terres exploitées auparavant et affectent peu les zones restées en inculte avant 1350 (M. S. Conde, Uma paisagem…, p. 160-161, qui synthétise la bibliographie et présente un cas régional allant dans ce sens).

41 Sur les rapports entre les structures socio-économiques et l’organisation de l’espace dans le Midi portugais, voir S. Boissellier, Le peuplement…

42 Cf. quelques réflexions dans S. Boissellier, Le peuplement…, chap. VII ; M. J. Trindade, A vida pastoril…, p. 26, évoque la charte de Rebordãos, qui oppose la possibilité pour certains citoyens de se réfugier dans la fortification du chef-lieu au refuge d’autres habitants avec leur bétail dans des lieux non précisés, qui doivent être de petites fortifications du territoire municipal.

43 Parmi de très nombreux exemples possibles, voir l’accord de séparation entre Abrantes et Alter do Chão, commodément édité dans Virginia Rau, Sesmarias medievais portuguesas, Lisboa, 1982 (1er éd. 1946), p. 160.

44 J. Mattoso e. a., O castelo…, p. 81-85.

45 Armindo de Sousa, As Cortes medievais portuguesas (1385-1490), Porto, 1990. Il existe des publications d’actes de Cortes concernant une localité ou une région : Pedro de Azevedo, Capítulos do concelho de Elvas apresentadis em Cortes, Elvas, 1914 ; Joaquim Alberto Iria, O Algarve nas Cortes medievais portuguesas do século xiv (Subsídios para a sua história), Lisboa, 1982 ; O Algarve nas Cortes medievais portuguesas do século xv (Subsídios para a sua história) I, 1404-1449, Lisboa, 1990.

46 Le plus ancien spécimen du genre, sous une forme très particulière, est le « livro de Arautos » (écrit en 1416 par un héraut d’armes de Lamego) et les véritables chorographies ne sont rédigées qu’à partir du début du xvie s., peut-être sous l’influence des écrits issus de l’expansion en Afrique.

47 À côté des livres de comptes déjà repérés et signalés, on peut mentionner la publication récente des comptes municipaux de Montemor-o-Novo par Jorge Fonseca, Montemor-o-Novo no século xv, Montemor-o-Novo, 1998 et surtout, pour la 2e moitié du xive s., les comptes de l’évêché de Lisbonne, conservés en copie ou même tenus directement durant la vacance du siège épiscopal par les collecteurs pontificaux (pour gérer le droit pontifical de dépouille) dans leurs registres de collectorie conservés à l’Archivio Segreto Vaticano (particulièrement les registres « Camera apostolica », Collectoriae, no 275 et 179). Si les évêques ne sont certainement pas eux-mêmes de grands entrepreneurs de transhumance, ils perçoivent la dîme sur le bétail.

48 Cf. les forais manuélins, très détaillés sur l’identification et la délimitation des pâtures collectives et sur les pratiques d’élevage, qui ont été, eux, bien exploités.

49 Dans les livres de comptes municipaux, jamais antérieurs au milieu du xve s., l’évolution de la taxation du bétail mobile fait disparaître le montado, précieux indicateur.

50 R. Durand, Les campagnes…, p. 400, identifie (seule mention) une « via de gaado » en 1271.

51 Le genre documentaire des terriers (tombos) ne se développe au Portugal qu’à partir de la fin du Moyen Âge. Signalons dans une documentation pléthorique mais largement inédite, ces canada do concelho mentionnées dans Iria Gonçalves et alii., Tombos da Ordem de Cristo. I Comendas a sul do Tejo (1505-1509), Lisboa, 2002, p. 145, 181.

52 José Ángel García de Cortázar, « La atribución social del espacio ganadero en el Norte peninsular en los siglos ix a xi », Estudos medievais, 8, 1987, p. 3-27.

53 On dispose de nombreuses données dans la bibliographie compilée, même pour les époques les plus anciennes (cf. José Mattoso, Le monachisme ibérique et Cluny. Les monastères du diocèse de Porto de l’an mille à 1200, Louvain, 1968, p. 266-267).

54 J. Fonseca, Montemor…, p. 37.

55 L’organisation par les autorités locales, rarement avant la fin du xve s., d’un troupeau collectif de bovins aratoires (adua ou maioria, voire boiada) ne signifie pas que les agriculteurs assurent eux-mêmes le renouvellement de leur cheptel (voir M. A. Beirante, Évora…, p. 383-4 et J. A. R. Magalhães, Para o estudo do Algarve…, p. 101-7). Luís Miguel Duarte, « O gado, a fronteira, os alcaides das sacas e os pastores castelhanos », dans Vicente A. Alvarez Palinzuela (éd.), Jornadas de cultura hispano-portuguesa, Madrid, 1999, p. 127-146, éclaire les attitudes politiques des élites municipales et de la monarchie envers le rôle économique de l’élevage et l’organisation administrative du contrôle fiscal.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search