Version classiqueVersion mobile

Transhumance et estivage en Occident

 | 
Pierre-Yves Laffont

L’élevage ovin et la transhumance en Catalogne nord-occidentale (xiiie-xive siècles)

Xavier Soldevila i Temporal

Texte intégral

1L’existence d’un réseau de transhumance qui, jusqu’à la moitié du xxe siècle, rattachait des terres de l’Empordà avec les hautes vallées du Ripollès, le Vallespir et le Conflent est chose connue dans l’historiographie catalane. Ce mouvement-ci non seulement avait des origines médiévales mais encore eut une grande importance dans la définition de la société médievale de ces contrées. Le but de cette contribution est d’étudier ces deux questions. La base documentaire provient des régistres notariaux des villes empordanaises de Torroella de Montgrí, Ullà et Castelló d’Empúries. Malheureusement les archives des villes pyrénéennes ne sont pas aussi riches : ainsi la plupart des témoignages sont propres à l’Empordà et c’est seulement de façon indirecte que l’on peut disposer de notices concernant des contrées montagnardes.

La transhumance : entre le Montgrí et les Pyrénées

  • 1 Référence, par exemple, à la bailie « des animaux de la montagne » et on interdisait d’enlever le b (...)
  • 2 Andreu Sabat, Llibre de la Verge, Reyna y Martyr Santa Catharina Alexandrina y de sa Santa Casa en (...)
  • 3 L’accès des brebis aux pâturages royaux de Torroella de Montgrí était interdit et en 1327 une cinqu (...)
  • 4 Arxiu Diocesà de Girona (abrégé désormais en ADG), Pergamins episcopals, calaix 20, número 9 (9-IX- (...)
  • 5 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 2 (30-I et 21-V-1312).

2Un des axes fondamentaux de cette transhumance englobait de vastes étendues du massif du Montgrí, près de la ville de Torroella de Montgrí, où les troupeaux passaient l’hiver. Ses 40 km1 presqu’inutiles pour l’agriculture mais couverts d’une riche végétation naturelle, offraient un espace privilégié pour l’élevage. Au xviie siècle un chroniqueur affirmait que « la dita montanya de si es molt aixuta y de pocas ayguas per esser lo demes xorcha si be molt apta pera bestiar manut tant per viure u engrexarse com per lo gust de la carn2 » et des troupeaux ont occupé ses vallées jusqu’à la moitié du xxe siècle. La documentation médiévale montre qu’au massif du Montgrí des animaux pâturaient régulièrement : non seulement beaucoup de ventes de laine étaient effectuées « à la montagne de Torroella » mais c’était au Montgrí que les seigneurs féodaux percevaient leurs droits sur le bétail2. En fait, le massif du Montgrí devait être le seul espace où les éleveurs pouvaient faire paître leurs animaux parce que la présence des grands troupeaux dans le plat pays était interdite3. Dans le Montgrí, au contraire, des troupeaux sont déjà documentés en 1271 mais la nature de la notice – un arbitrage concernant la dîme du bétail – fait supposer que l’activité existait depuis longtemps4. Il est aussi évident que certains troupeaux étaient propriété des gens des Pyrénées. En 1312 un homme de Setcases vendait la laine de son troupeau qui devait être livrée quand ses animaux seraient « à la ville et terme de Torroella de Montgrí » et, en cette même année, des troupeaux d’un homme de Rocabruna paissaient dans le massif5.

  • 6 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, 558 (13-IX-1314).

3Dans l’Empordà il y avait, bien sûr, d’autres zones de pacage. En 1314 deux éleveurs de Setcases louaient des pacages à la montagne de Begur6 et dans les contrées les plus septentrionales de l’Empordà – près de la chaîne des Albères – hivernaient aussi des troupeaux.

  • 7 ahg, Notarial, Ullà, vol. 167 (25-IV-1309) ; Torroella de Montgrí, vol. 2 (11-I-1312) ; Ullà, vol.  (...)

4L’autre grand axe de cette transhumance était les vallées pyrénéennes. Les éleveurs de l’Empordà s’assuraient de pacages dans le Ripollès, le Conflent et le Vallespir. Il y en a de nombreux témoignages. En 1309 deux éleveurs louaient les prés d’un chanoine de Sant Joan de les Abadesses au port de Tregurà ; en 1312 une société de trois éleveurs louait des pacages d’un homme du Catllar ; en 1322 un propriétaire de bétail louait à un homme de Camprodon des pacages de Morenç ; en 1323 un autre éleveur louait pour trois années les pacages de la montagne du Catllar et en 1326 répétait l’opération pour quatre autres années ; en 1333 un éleveur de Torroella de Montgrí et son associé de Castelló d’Empúries louaient des pacages sur la rive du Tec ; en 1342 un autre homme de Torroella de Montgrí louait pour deux années les pacages de Granolls – à Vilallonga de Ter – et, finalement, un homme de Mentet devait trouver des pacages pour le bétail d’une veuve de Torroella de Montgrí « dans les montagnes du roi de Mallorca7 ». Il n’est pas possible de documenter l’itinéraire suivi par les troupeaux pendant leurs déplacements saisonniers mais on devait circuler par le nord de la région du Pla de l’Estany, par les vallées du Fluvià, de Bianya et du Bac. Ce chemin était, en fait, suivi par des dernièrs troupeaux transhumants dans le xxe siècle et la documentation médiévale, de plus, montre des gens originaires de ces contrées dans les villes de Torroella de Montgrí et de Castelló d’Empúries.

Des troupeaux : dimensions, composition et formes d’élevage

  • 8 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 569 (6-XI-1345) et adg, Lletres episcopals, vol. U62 (22- (...)
  • 9 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (9-XI-1326) et vol. 567 (9-IX et 27-X-1341). Et il y (...)
  • 10 Troupeaux de 190 têtes dans ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (9-V-1341) ; de 170 têtes (...)

5Il n’est pas possible d’évaluer en détail le nombre des animaux qui pâturaîent dans le Montgrí mais, en prenant en considération qu’il y avait beaucoup de troupeaux de plusieurs centaines de têtes, on peut donc affirmer que les animaux pouvaient être des milliers. Les dimensions des troupeaux étaient très variées. Les plus petits avaient trente ou quarante animaux. En fait, à Torroella de Montgrí en 1345 et à Ullà en 1374, on imposait que tout troupeau de plus de 25 têtes devait être à la montagne8. Dans l’autre extrême, on documente des troupeaux de plus de 500 têtes : en 1326 un homme de Torroella de Montgrí vendait la laine de ses 580 animaux et en 1341 deux autres éleveurs de la même ville vendaient respectivement la laine d’un troupeau de 600 animaux et d’un autre de 8409. Et, au milieu, il y avait des troupeaux de toutes les dimensions imaginables bien que ceux qui dépassaient les cent animaux n’étaient pas exceptionnels10.

  • 11 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (4-V-1329) et Ullà, vol. 169 (2-IX-1322).
  • 12 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 563 (27-IV-1327).

6La typologie des animaux n’est pas surprenante : à côté des brebis on parlait souvent des moutons et des agneaux. En 1329 à Ullà on vendait un troupeau de 70 « grands animaux », entre brebis et moutons, et 48 agneaux. Une vente de laine en 1322, d’autre part, explicitait les prix des animaux : chaque brebis était vendue pour 20 sous, chaque mouton pour 13 sous et, finalement, chaque agneau pour 7 sous11. Il n’était pas rare que dans les troupeaux on mêle des chèvres : en 1327 un homme de Torroella de Montgrí commandait à un autre la surveillance d’un troupeau de 38 brebis, 4 moutons, 60 agneaux et 4 chèvres12.

  • 13 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (22-X-1326).
  • 14 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (1-VIII-1329).

7Quoiqu’il y ait plusieurs témoignages d’élevage direct, les propriétaires des troupeaux n’élevaient pas toujours ainsi leurs animaux. Il était très fréquent de livrer le bétail en comanda, c’est-à-dire que le propriétaire commandait à une autre personne la surveillance des animaux – qui étaient soigneusement évaluées – pendant un temps – normalement une année – et, passé le temps, on divisait les bénéfices. En 1326, par exemple, une femme de Fontanilles recevait 10 « brebis blanches » évaluées à 30 sous, d’un propriétaire de Torroella de Montgrí, avec l’obligation d’en assurer la surveillance pendant une année ; à la fin de la période on s’accordait pour partager les bénefices produits13. Parfois ces commandes cachaient des situations d’endettement : en 1329 un homme d’Ullà vendait à un autre 14 brebis et, immédiatement, recevait les mêmes brebis « à demi-bénefice » pendant une année14. La plupart des commandes affectaient des troupeaux de moins de cent têtes.

  • 15 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (1-I et 31-I-327) et vol. 567 (30-V-1341).
  • 16 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (12-I-1329).

8Il y avait aussi la possibilité d’engager un berger. La présence des bergers et, plus spécifiquement, des bergères de brebis, dans la société de l’Empordà médiéval est démontrée. De nombreux bergers, en plus, étaient identifiés comme bergers « de quelqu’un », c’est-à-dire des propiétaires qui les engageaient. Il faut remarquer que bien des bergers étaient originaires des contrées pyrénéennes où les troupeaux passaient l’été et que eux-mêmes possédaient de petits troupeaux avec lesquels ils effectuaient toutes sortes de contrats. En 1327 un berger originaire de Corts, dans le Vallespir, achetait du bétail estimé à 200 sous ; un autre berger reçoit de l’argent d’un juif et mettait en gage ses douze brebis et en 1341 un troisième berger, originaire de Queralps, vendait la laine de son bétail15. La présence des bergers était aussi habituelle dans quelques contrats en estimant la laine ou le bétail qui étaient vendus. En 1329, par exemple, un homme de Bellcaire vendait à un autre de Torroella de Montgrí 22 brebis avec la possibilité de racheter la vente pendant une demi-année. En cas de rachat, la valeur des animaux devait être estimée par deux bergers, l’un désigné par l’acheteur et l’autre par le vendeur16.

un monde d’échanges : de la laine et du bétail

9Parallèlement à la transhumance des troupeaux se développa un très actif commerce du bétail et de la laine. Soyons avertis que l’on ne peut se faire seulement qu’une idée approximative de ce commerce parce qu’on ignore tout des contrats oraux et que nous sont parvenus uniquement des accords passés devant les notaires de l’Empordà.

  • 17 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 558 (12-VIII-1314).
  • 18 ahg, Notarial, Ullà, vol. 169 (2-VI-1322).
  • 19 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 557 (20-II-1314).

10La plupart des ventes de bétail touchaient quelques dizaines de têtes mais il y en avait aussi concernant des centaines d’animaux. Parfois, l’acheteur avait le droit de sélectionner les meilleurs animaux du troupeau du vendeur. En 1314 un couple de Torroella de Montgrí vendait dix brebis et dix agneaux que l’acheteur pouvait choisir dans un troupeau de 50 « bêtes grosses » et 20 agneaux17. Parfois, c’était le vendeur qui fixait des limites à l’acheteur. En 1322 un acheteur de Torroella de Montgrí pouvait choisir treize moutons du troupeau du vendeur mais celui-ci avait le droit de se réserver six pour lui-même18. Quelques contrats détaillaient aussi si le bétail était vendu avec ou sans laine. En 1314 un acheteur de Mentet, dans le Conflent, reçoit d’un vendeur de Torroella de Montgrí seize moutons « choisis et sans laine » et 22 brebis avec laine19.

  • 20 ahg, Notarial, Ullà, vol. 169 (17-VII-1322) ; Torroella de Montgrí, vol. 564 (15-X-1331) ; adg, Arx (...)

11Quelques-uns de ces contrats témoignent que dans le commerce de bétail prenaient part tant des gens de l’Empordà que des gens des villes pyrénéennes, que ce soit en achetant ou en vendant, indistinctement. Il n’y a pas beaucoup d’exemples. En 1322 un négociant de Camprodon achetait du bétail d’un homme de Torroella de Montgrí ; en 1331 un homme d’Ullà vendait à un acheteur de Sant Joan de Pla de Corts, dans le Vallespir, onze brebis ; en 1333 un habitant de Setcases devait de l’argent à un homme de Torroella de Montgrí pour le bétail acheté et en 1342 deux acheteurs de Torroella de Montgrí payaient le bétail acquis à un homme de Fustanyà, dans la vallée de Ribes20.

  • 21 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (23-II-1326).
  • 22 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (8-XI-1326).

12Depuis le début du xive siècle, un très actif commerce de laine est aussi documenté. Ses mécanismes sont faciles à établir. Normalement le vendeur s’engageait à livrer pendant le mois de mai et dans le Montgrí – « in montanea Turricelle » – une quantité de laine, toujours exprimée en « vellons » avec quelques « tornes » ou « vellons » supplémentaires. L’acheteur avançait de l’argent en acompte du prix final qui devait être payé au moment de la livraison de la laine. Le prix pouvait être fixé au même moment que le contrat ou déterminé à la livraison de la laine par quelques « prohoms » ou « bons hommes », souvent bergers ou marchands. En 1326, par exemple, un homme de Torroella de Montgrí vendait à un marchand de Castellfollit 35 « vellons » qui devaient être livrés en mai dans le Montgrí mais sans fixer le prix. L’acheteur payait 400 sous en acompte et on convenait que « au temps de tondre », c’est-à-dire, pendant le mois de mai, trois « bons hommes », un de Torroella de Montgrí et deux de Camprodon, devaient déterminer le prix final21. En la même année, d’autre part, un deuxième habitant de Torroella de Montgrí vendait à deux marchands de Camprodon 430 « vellons » au prix de 3 sous et 9 denier chaque « velló » avec des « tornes » de coutume, c’est-à-dire, quatre pour chaque centaine. Tout devait être livré pendant le mois de mai au Montgrí, l’acheteur devait payer à la Noël 80 livres et 12 sous en acompte et le vendeur devait livrer aussi la laine des animaux morts après la fête de Noël22.

  • 23 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (11-II-1322) et Torroella de Montgrí, vol. 567 (6-VIII-1341).
  • 24 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (23-V-1328).

13Dans les ventes de laine, parfois, il y avait aussi des limites pour le vendeur ou l’acheteur. En 1322 un vendeur de Torroella de Montgrí vendait à un homme de Perpignan toute la laine de son troupeau mais en se réservant 25 « vellons » de la laine des moutons et en 1341, au contraire, c’était un acheteur qui avait le droit de refuser 50 « vellons » de toute la laine qui devait lui être livrée23. Parfois, la quantité et la qualité de la laine était décrite en détail. En 1328 un marchand de Camprodon achetait d’un vendeur d’Ullà 300 « vellons » desquels 150 devaient être « des meilleurs et majeurs » et 150 « des plus simples et petits24 ».

  • 25 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 569 (29-VII-1345) et vol. 568 (15-IX-1345).

14Tous ces accords n’étaient pas toujours accomplis. En 1345 deus vendeurs de Torroella de Montgrí étaient dénoncés pour n’avoir pas livré à trois marchands de Camprodon les 500 « vellons » accordés et, pendant la même année, un habitant de Bellcaire, qui avait été garant d’un vendeur de Torroella de Montgrí accusé de fraude, devait retourner le prix de la laine qu’avait avancé un marchand de Camprodon25.

15Ces témoignages illustrent un caractère essentiel du commerce de la laine : la remarquable présence des marchands des villes pyrénéennes et, plus spécifiquement, de la ville de Camprodon. Cette ville du Ripollès connaissait pendant les premières décennies du xive siècle l’apogée de sa draperie qui trouvait sa matière première fondamentale dans la laine des troupeaux qui chaque année transhumaient jusqu’à l’Empordà. Le contrôle du commerce de la laine par ces marchands – qui, parfois, agissaient en associés – fut presque total en quelques années. À partir des régistres notariaux de Torroella de Montgrí et d’Ullà on peut deviner cette évolution.

VENTES DE LAINE

Années

Total ventes de laine

Acheteurs de Torroella Montgrí

Acheteurs des villes pyrénéennes

Autres acheteurs

Jusqu’en 1310

6

2

3

1

1311-1320

14

7

7

1321-1330

72

12

59

1

1331-1340

26

16

4

6

1341-1347

38

31

2

5

Registres notariaux de Torroella de Montgrí et d’Ullà, 1298-1347.

  • 26 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (31-XI et 2-XII-1325) et (24 et 29-II-1326). et vol.  (...)
  • 27 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (23-II-1326) ; vol. 562 (8-XII-1326) ; adg, Arxius Af (...)
  • 28 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (16-IX et 12-X-1321) ; vol. 169 (27 et 30-V-1322) et adg, Pergamins e (...)
  • 29 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (8 et 11-X-1321) ; Torroella de Montgrí, vol. 561 (27-V-1325) et Cast (...)

16L’activité de quelques-uns de ces acheteurs montagnards pouvait être spectaculaire. Entre le mois de novembre 1325 et celui de février 1326, par exemple, Guillem sa Masó, drapier de Camprodon, effectua cinq achats de laine estimées à plus de 700 « vellons » et en janvier 1327, seulement en un jour, il acheta 900 « vellons » de plus26. Ces marchands pyrénéens non seulement achetaient de la laine mais faisaient commerce aussi de bétail et de draps et souvent ils étaient procureurs des éleveurs de l’Empordà en vendant leur laine, leurs animaux ou en louant des pacages pyrénéens pour leurs troupeaux. C’est le cas, par exemple, de Berenguer Serrat, de Camprodon : en 1326, avec un associé, il achetait 300 « vellons », et était intermédiaire pour une autre vente de laine ; en 1334, et également avec un associé, il achetait 400 « vellons » et était procureur d’un éleveur de Torroella de Montgrí pour vendre la laine d’un troupeau de 300 têtes ; en 1341 il achetait 300 « vellons » et était aussi procureur d’un éleveur de Torroella de Montgrí et vendait des draps de laine27. La pauvreté des archives des villes montagnardes nous prive de mieux connaître ces marchands mais quelques indices montrent qu’ils appartenaient à des familles riches et puissantes. Berenguer Corona, un des plus actifs acheteurs de laine de Camprodon, possédait en 1319 des dîmes dans la région de la haute Garrotxa28 et Bertran sa Masó, de Castellfollit de la Roca, un autre important acheteur et parent de Guillem sa Masó, déjà cité, était en 1329 le procureur de fra Ramon d’Empúries, un des plus puissants nobles de la Catalogne nord-occidentale29.

17Le tableau montre que la décennie de 1320 marqua le moment de la plus grande activité des marchands pyrénéens. Pendant les décennies suivantes leur présence diminua et la raison ne peut être autre que la progressive puissance de la draperie de Torroella de Montgrí. Cependant, ces changements des tendances commerciales n’affectent pas le processus qui devait faire de Torroella de Montgrí un très actif centre non seulement éleveur mais aussi commercial. Pendant le mois de mai surtout, la contrée devait devenir une véritable fourmilière où était possible toute sorte de contrat. La concession, en 1305 et par le roi Jaume II, du privilège de célébrer une foire pendant le mois de mai était la confirmation de la puissance économique de Torroella de Montgrí mais aussi de la transhumance.

Les éleveurs

  • 30 ahg, Notarial, Ullà, vol. 167 (21-I-1309) et Torroella de Montgrí, vol. 556 (1-VI-1310).

18On ne peut esquiver la question de savoir qui étaient les éleveurs et quel était leur rôle dans la société de l’Empordà. D’abord, il est clair que tout le monde pouvait avoir quelques animaux. Beaucoup des familles avaient quelques brebis dans les cours de leurs maisons, qui ne devaient pas prendre part aux grandes transhumances. En 1309, par exemple, un couple de Torroella de Montgrí dotait sa fille avec deux brebis et quelques agneaux et en 1310 une veuve de la même ville se réservait trois brebis et trois agneaux des biens dont héritait sa fille30.

  • 31 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 557 (28-III-1313) ; vol. 564 (4-V-1329) et vol. 568 (19-I (...)

19En plus de ces troupeaux destinés au ravitaillement direct de leurs propriétaires, il y en avait qui représentaient déjà une forme d’investissement. Les nobles de l’Empordà avaient fréquemment des troupeaux de cent têtes et plus et prenaient part au commerce du bétail et de la laine. Déjà en 1313 le châtelain du château du Montgrí vendait son troupeau de brebis et de chèvres ; en 1329 la baillesse épiscopal d’Ullà vendait plus de cent animaux et en 1344 un moine de Sant Pere de Rodes achetait – et immédiatement livrait en commande – 18 brebis et dix agneaux31.

  • 32 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (2-IV, 18-VI, 9-VII et 9-IX-1341) et adg, Arxius Afeg (...)
  • 33 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (19-VII et 24-XII-1341).
  • 34 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (3-VV et 22-IX-1321) ; Torroella de Montgrí, vol. 561 (19-IV et 20-IX (...)

20Cependant, les troupeaux de plusieurs centaines de têtes étaient souvent la propriété d’hommes d’affaires de la ville de Torroella de Montgrí. Ces grands propiétaires avaient l’élevage comme base de leur richesse mais ils avaient aussi plusieurs voies d’investissement et d’enrichissement. Le crédit, le commerce des draps et des grains ou l’affermage des droits seigneuriaux étaient aussi des activités importantes. Les grands éleveurs étaient également puissants : leur participation dans les toute naissantes institutions municipales de Torroella de Montgrí – le « consulat » – était en train de faire de ceux-ci de véritables oligarques. Quelques exemples sont bien significatifs. D’abord se fait remarquer Ramon Dalmau : propriètaire en 1341 d’un troupeau de 840 animaux, il était en 1333 le bailli de la reine dans la ville et en 1341 il affermait des droits du roi d’Aragon à Torroella de Montgrí et était un des deux consuls de l’« universitat32 ». Pour ses affaires avec l’élevage, il engageait des bergers et des procureurs avec régularité33. Un autre témoignage intéressant est constitué par la personne de Joan de Gailà qui en 1327 vendait la laine d’un troupeau de 580 animaux et qui, dès 1321, achetait terres et rentes constituées, vendait grains et bétail bovin et était l’un des procureurs de l’« universitat » de Torroella de Montgrí34.

***

21De l’étude de la transhumance médievale qui rattachaient les terres de l’Empordà et les vallées pyrinéennes on peut tirer quelques conclusions.

  • à partir du xiiie siècle, on peut parler d’un élevage important dans l’Empordà autour du massif du Montgrí, contrée excellente pour le pâturage de grands troupeaux d’ovins ;

  • il s’agissait d’un élevage transhumant qui, chaque année se déplaçait entre les pacages d’hiver au Montgrí et les pacages d’été dans les hautes vallées du Ripollès, le Conflent et le Vallespir ;

  • autour de cette transhumance s’établirent d’intenses relations socio-économiques et démographiques entre les villes de l’Empordà et les villes des Pyrénées. Le commerce du bétail et de la laine est l’exemple le plus évident de ces relations ;

  • tout ce mouvement économique et la richesse qu’il entraînait furent fondamentaux pour la définition de la hiérarchie sociale de la ville de Torroella de Montgrí où les grands éleveurs devinrent des vrais oligarques, riches et puissants.

Notes

1 Référence, par exemple, à la bailie « des animaux de la montagne » et on interdisait d’enlever le bétail sans payer la dîme : voir Arxiu Històric de Girona (abrégé désormais en AHG), Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 554 (18-I-1304) et vol. 569 (8-V-1346).

2 Andreu Sabat, Llibre de la Verge, Reyna y Martyr Santa Catharina Alexandrina y de sa Santa Casa en la montanya de Mongri y en la Vall de aquella, dita Font Aribosa construida. 1672. La traduction approximative est « la dite montagne est bien sèche et avec peu d’eau et stérile mais bien apte pour le petit bétail tant pour y vivre et engraisser que pour le goût de la chair ».

3 L’accès des brebis aux pâturages royaux de Torroella de Montgrí était interdit et en 1327 une cinquantaine d’habitants de Torroella de Montgrí nommaient des procureurs pour éviter l’accès des animaux à quiconque venait d’un endroit du plat-pays : AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (7-II-1327) et vol. 563 (7-IV-1327).

4 Arxiu Diocesà de Girona (abrégé désormais en ADG), Pergamins episcopals, calaix 20, número 9 (9-IX-1271).

5 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 2 (30-I et 21-V-1312).

6 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, 558 (13-IX-1314).

7 ahg, Notarial, Ullà, vol. 167 (25-IV-1309) ; Torroella de Montgrí, vol. 2 (11-I-1312) ; Ullà, vol. 169 (30-V-1322) ; Frédéric Bayet, « Alguns aspectes sobre l’entorn socioeconòmic dels torroellencs al primer terç del segle xiv », dans Revista de la Festa Major de Torroella de Montgrí de 1995. Torroella de Montgrí, 1995 ; ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (28-I et 18-III-1342).

8 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 569 (6-XI-1345) et adg, Lletres episcopals, vol. U62 (22-IV-1374).

9 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (9-XI-1326) et vol. 567 (9-IX et 27-X-1341). Et il y a d’autres exemples : troupeaux de 500 têtes dans adg, Arxius Afegits, Manuals, Torroella de Montgrí, vol. 1 (16-I-1334) et ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (23-V-1325) ; de 490 têtes à ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 568 (6-IX-1346)

10 Troupeaux de 190 têtes dans ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (9-V-1341) ; de 170 têtes dans AHG, Notarial, Ullà, vol. 169 (8-XI-1309) et adg, Arxius Afegits, Manuals, Torroella de Montgrí, vol. 1 (6-XII-1333) et autres.

11 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (4-V-1329) et Ullà, vol. 169 (2-IX-1322).

12 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 563 (27-IV-1327).

13 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (22-X-1326).

14 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (1-VIII-1329).

15 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (1-I et 31-I-327) et vol. 567 (30-V-1341).

16 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (12-I-1329).

17 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 558 (12-VIII-1314).

18 ahg, Notarial, Ullà, vol. 169 (2-VI-1322).

19 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 557 (20-II-1314).

20 ahg, Notarial, Ullà, vol. 169 (17-VII-1322) ; Torroella de Montgrí, vol. 564 (15-X-1331) ; adg, Arxius Afegits, Manuals, Torroella de Montgrí, vol. 1 (4-V-1333) et ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (9-I-1342).

21 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (23-II-1326).

22 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 562 (8-XI-1326).

23 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (11-II-1322) et Torroella de Montgrí, vol. 567 (6-VIII-1341).

24 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 564 (23-V-1328).

25 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 569 (29-VII-1345) et vol. 568 (15-IX-1345).

26 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (31-XI et 2-XII-1325) et (24 et 29-II-1326). et vol. 562 (3-I-1327).

27 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 561 (23-II-1326) ; vol. 562 (8-XII-1326) ; adg, Arxius Afegits, Manuals, Torroella de Montgrí, vol. 1 (5 et 26-II-1334) ; AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (23-V, 27-X et 17-XII-1341).

28 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (16-IX et 12-X-1321) ; vol. 169 (27 et 30-V-1322) et adg, Pergamins episcopals, calaix 3, número 179.

29 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (8 et 11-X-1321) ; Torroella de Montgrí, vol. 561 (27-V-1325) et Castelló d’Empúries, vol. 124 (25-VI-1329).

30 ahg, Notarial, Ullà, vol. 167 (21-I-1309) et Torroella de Montgrí, vol. 556 (1-VI-1310).

31 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 557 (28-III-1313) ; vol. 564 (4-V-1329) et vol. 568 (19-IV-1344).

32 AHG, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (2-IV, 18-VI, 9-VII et 9-IX-1341) et adg, Arxius Afegits, Manuals, Torroella de Montgrí, vol. 1 (14-X-1333).

33 ahg, Notarial, Torroella de Montgrí, vol. 567 (19-VII et 24-XII-1341).

34 ahg, Notarial, Ullà, vol. 168 (3-VV et 22-IX-1321) ; Torroella de Montgrí, vol. 561 (19-IV et 20-IX-1325) et vol. 563 (17-IX et 8-XI-1327).

© Presses universitaires du Midi, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search